Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016"

Transcription

1 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) Projet de service AGBF 1

2 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation avec l ensemble des acteurs du service mené entre 2010 et Il s ancre pleinement dans la démarche d évaluation amorcée à l Udaf de l Essonne, puisque les groupes de travail dédiés à l évaluation, ont servi de point d appui à sa construction. En aval, il doit ainsi pouvoir se décliner dans le plan d action, lui-même déterminé par ces groupes de travail. L aspect participatif ne se limite pas à l implication des professionnels et de la direction. Les usagers ont également été consultés au cours de la même période et leurs avis entendus dans le cadre notamment de la démarche d amélioration continue. En outre les observations recueillies auprès des partenaires, des financeurs ou encore des prescripteurs ont permis d enrichir notre réflexion. Enfin, avant d être mis en œuvre par l intermédiaire du plan d action, il a été validé par le Conseil d administration de l Udaf. Projet de service AGBF 2

3 Éléments d analyse Le contexte L ORGANISME GESTIONNAIRE : L UDAF DE L ESSONNE L institution Institution ouverte à l ensemble des familles du département, l Udaf agit au quotidien dans le respect des personnes et des différences. C est ainsi sans considération politique, philosophique ni religieuse, mais dans un esprit de solidarité et de générosité qu elle défend et représente l ensemble des familles du département, et qu elle s implique auprès des personnes vulnérables. Interlocuteur des pouvoirs publics sur les questions familiales et sociales, l Udaf fonde en toute indépendance chacune de ses prises de position. Dans l exercice des missions qui lui sont confiées et la gestion de ses services, l Udaf agit avec responsabilité et professionnalisme. Son engagement et son sens du service auprès de toutes les personnes, familles, associations et autres partenaires qui comptent sur elle, en font un acteur majeur de l action familiale et sociale départementale. Les services L Udaf gère différents services d accompagnement et de protection des familles et des personnes vulnérables : Protection des adultes (curatelle, tutelle et MAJ), accompagnement social et budgétaire (AGBF, MASP), enquêtes sociales, microcrédit personnel, médiation familiale. Le cadre d intervention du service AGBF L Udaf est mandatée par le juge des enfants pour mettre en place une mesure AGBF, dans le cadre de la protection de l enfance au titre de l assistance éducative (article du code civil). Le plan stratégique Depuis 2013, l Udaf de l Essonne s est doté d un nouveau plan stratégique issu de la réflexion des administrateurs et de l équipe d encadrement. Il permet de donner le cap à partir d une vision d avenir réaliste partagée. Ces grandes orientations servent également à définir des objectifs adaptés aux évolutions de la société et du cadre législatif. Plus particulièrement, c est à partir d une réflexion sur l évolution du secteur et sur ses enjeux en termes de positionnement et de développement pour l Udaf de l Essonne, que ce nouveau projet a été élaboré. Enfin, il s agit de donner de la cohérence à l ensemble des composantes de l Institution en s appuyant sur ses valeurs et ses missions, et en donnant un cadre général aux projets de services. C est donc en s appuyant sur les axes développés dans le plan stratégique, à savoir, la considération de nos publics, la connaissance de nos missions, la performance et l évolution qu à été pensé ce projet de service. Projet de service AGBF 3

4 L ACTIVITE DU SERVICE AGBF DE L ESSONNE Les professionnels Le service AGBF est constitué autour d une équipe pluridisciplinaire : responsables d unité, délégués aux prestations (de formation assistant social, éducateur spécialisé ou conseiller en économie sociale et familiale), secrétaires, technicienne d intervention sociale et familiale, psychologue. En outre de nombreuses interactions existent avec les différents services de l Udaf, comme la comptabilité auxiliaire et l accueil. Tous les délégués aux prestations exerçant à l Udaf sont titulaires du certificat national de compétence (CNC), conformément aux obligations légales. La place des familles au sein du service L Udaf a fait le choix d ouvrir son service aux usagers, en proposant un accueil quotidien sans rendez-vous, sous la forme d une permanence d accueil, afin de garantir la prise en compte de difficultés immédiates. De plus, chaque délégué assure une permanence par semaine, dédiée aux familles qu il suit. Enfin, un accueil sur rendez-vous est possible chaque aprèsmidi. Des permanences téléphoniques sont également assurées par les délégués afin de garantir à l usager la possibilité d un contact régulier. Afin de garantir la continuité de service, deux délégués sont en capacité d intervenir sur chaque mesure. En dehors de ces rencontres à l Udaf et des autres démarches faites pour le compte des familles, une visite mensuelle au domicile est réalisée par les délégués. Afin d optimiser l organisation du service, le département est découpé en secteurs d intervention que se répartissent les délégués. Dans le cadre de la certification ISO 9001 de l Udaf, l activité du service AGBF est suivie mensuellement par le biais d indicateurs liés à la mesure, comme les délais d ouverture, l obtention des documents obligatoires, prévus par la loi , et les différentes démarches auprès des familles pour ne citer qu eux. En parallèle et afin de mesurer la qualité du service rendu, des enquêtes de satisfaction sont réalisées régulièrement. L activité en quelques chiffres En 2012, le service gère près de 600 mesures judiciaires d aide à la gestion du budget familial. Caractérisation de la population suivie : 55% des familles sont monoparentales. Les familles suivies ont en moyenne quatre enfants. Gestion des mesures Après réception de la mesure, la personne est rencontrée, en moyenne sous 43 jours. 86% des DIPC ont été réalisés dans un délai de 58 jours après ouverture de la mesure. 63% des mesures ont été ordonnées il y a plus de quatre ans. Dans plus de la moitié des cas la mesure prend fin du fait de l atteinte des objectifs et du retour à l autonomie de la famille.. Projet de service AGBF 4

5 Les objectifs du service AGBF Axe 1 : Promouvoir le service FAIRE CONNAITRE LA MESURE AGBF La mesure AGBF souffre aujourd hui d un manque de reconnaissance. Elle a été affectée par les différentes évolutions législatives qui compliquent sa mise en place, malgré son efficacité qui ne semble pas remise en cause. Une véritable action de communication doit donc être mise en place pour toucher les professionnels susceptibles d orienter des familles vers une mesure AGBF, que ce soit des travailleurs sociaux intervenant en MDS ou en CCAS, des bailleurs sociaux, des associations ou encore les juges. Il s agira de continuer à se mobiliser pour faire connaître la mesure mais également pour en expliquer la voie d accès. Pour que la MJAGBF retrouve sa place dans le champ de l action sociale, une information pourra être envisagée dans les centres de formations des travailleurs sociaux en vue de sensibiliser ces futurs professionnels. L action des délégués sur le terrain, à travers la mise en place de permanences notamment, doit également être renforcée. La multiplication des actions collectives et des sessions d information auprès des partenaires ainsi que des familles doit enfin être encouragée. PROPOSER DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION Pour aider les professionnels à promouvoir le service, un travail doit être mené autour des supports de communication. La plaquette de présentation du service pourra ainsi être repensée pour être plus accessible. Il conviendra également de la diffuser très largement. La communication doit aussi s adresser aux familles. Un document de présentation pourra ainsi être conçu pour être diffusé au sein des MDS, CCAS et autres lieux fréquentés par des familles susceptibles d être confrontées à des difficultés de gestion budgétaire. RENFORCER LES PARTENARIATS Pour renforcer sa position au niveau du département et faire reconnaître son action, l Udaf doit mener un véritable travail de collaboration avec les divers acteurs locaux. Des partenariats sont donc à rechercher et à développer avec des associations locales travaillant auprès des familles sur des problématiques budgétaires. Avec la justice et notamment les nouveaux juges arrivant en Essonne, des liens doivent être tissés rapidement afin de communiquer sur les spécificités du département et notamment l absence d AESF contractualisé qui doit inciter les travailleurs sociaux à orienter les familles en difficultés vers l AGBF. Enfin des partenariats pourront être envisagés avec les services sociaux d entreprises locales pour y organiser des permanences, informer les salariés sur la mesure AGBF et les orienter en fonction de leurs besoins. Projet de service AGBF 5

6 Axe 2 : Redéfinir la relation à l usager VALORISER LA VISITE A DOMICILE La visite à domicile est identifiée par les collaborateurs comme le point central de l accompagnement lié à la mesure AGBF. En rencontrant la famille une fois par mois dans son environnement, le délégué peut mener une véritable action de fond. Dans le contexte actuel, où d une façon générale les travailleurs sociaux déplorent le manque de temps qu ils ont à consacrer au suivi des familles du fait de l urgence des situations qu ils ont à gérer, les délégués aux prestations familiales doivent faire valoir cette spécificité et poursuivre leurs efforts pour maintenir ce lien. CHANGER LE REGARD SUR L USAGER Pour véhiculer les idées d autonomie et de responsabilisation, notions phares de la mesure AGBF, un nouveau regard doit être porté à l usager, de la part du professionnel mais également de l institution. Il s agira de se comporter avec les familles suivies conformément aux pratiques sociales. Ainsi, en première intention, on les invitera, pour leur permettre de découvrir l environnement et le fonctionnement du service, ce qui favorisera par la même occasion leur participation. La mise en place d un comité des usagers répondra également à cette préoccupation. Cet accueil à l Udaf ne saurait être pensé au détriment de la visite à domicile, mais bien en complément de ce qui constitue aujourd hui la force de notre intervention. De la même façon il conviendra de renforcer leur implication dans la gestion même de la mesure et par voie de conséquence de garantir la transparence des dossiers, qu elles doivent pouvoir consulter librement. FAIRE EVOLUER NOS PRATIQUES Afin de répondre aux nouvelles obligations qui incombent au service AGBF et dans la droite ligne du changement de posture par rapport à l usager, une évolution des pratiques est nécessaire. En premier lieu un travail sur l écrit des professionnels et l archivage doit être mené. Il convient en réalité de dépasser le simple passage d une tradition de l oral à l écrit, et les questions de rédaction et de confidentialité, pour réfléchir de façon plus approfondie à la conservation des documents, en termes de fonds et de forme, et à la généralisation de la numérisation. L évolution des pratiques doit également être pensée en réponse à la prise en charge des nouvelles problématiques sociales et familiales rencontrées. Projet de service AGBF 6

7 Axe 3 : Valoriser la responsabilité et l expertise des professionnels REDEFINIR L ENCADREMENT L organisation du service ne peut être pensée en dehors d un cadre. Ce dernier est donné par les responsables d unité qui, par délégation de la direction, assurent le management de proximité. En dehors de cette responsabilité hiérarchique, ils sont également en charge du suivi de l activité et pilotes du processus formellement défini dans le cadre de la démarche qualité et de l amélioration continue. Si chacune des missions ne peut être pensée au détriment de l autre, elles sont nécessairement complémentaires. FAVORISER L AUTONOMIE DES PROFESSIONNELS À l intérieur du cadre préalablement défini, l autonomie des collaborateurs, reconnus experts dans leur champ d action, ainsi que la prise d initiatives doivent être encouragées, sans pour autant mener à l isolement. Ils interviennent en effet au nom de l institution, garante de la sécurité de l usager mais également du collaborateur. Cela impliquera nécessairement de redéfinir la question de la responsabilité personnelle et institutionnelle. L autonomie suppose la compétence. Pour la développer, il conviendra donc d être vigilant aux attentes de chacun et de proposer, autant que possible, des actions de formation en réponse aux souhaits d évolution et de qualification des professionnels. S APPUYER SUR L EXPERTISE DES PROFESSIONNELS Pour gérer de façon plus efficace des dossiers et des questions techniques, l identification et la spécialisation de certains référents thématiques pourront être envisagées. Si d un point de vue personnel, la reconnaissance de leur expertise est valorisante, elle est également bénéfique à l ensemble du service, et au-delà même, aux autres services, puisque les collaborateurs savent rapidement à qui s adresser pour répondre à un problème immédiat. Projet de service AGBF 7

8 Axe 4 : Rechercher la complémentarité des acteurs MISER SUR LA COMPLEMENTARITE DES PROFESSIONNELS DU SERVICE L Udaf bénéficie pour son service d aide à la gestion du budget familial de l appui d une psychologue et d une technicienne en intervention sociale et familiale (TISF) qui interviennent en soutien aux actions des délégués aux prestations sociales. Dans un souci d efficacité renforcée et de pertinence, il conviendra de rester vigilant au champ d action de chacune et d encourager leur complémentarité. Ainsi cette gestion pluridisciplinaire des situations qui nous sont confiées doit être valorisée, car elle permet de mener une réflexion commune et de les analyser sous différents angles d approches. La question du rôle des secrétaires doit pouvoir être posée et une évolution de leurs fonctions envisagées en fonction des souhaits et des compétences de chacun. FAVORISER LES LIENS INTERSERVICES La notion de transversalité a été érigée à l Udaf au titre d une orientation stratégique. Il s agira donc de permettre aux collaborateurs de l ensemble des services de mieux l appréhender, afin de la mettre en application. Concrètement il conviendra de favoriser les échanges interservices, en partant du postulat que les problématiques des uns peuvent concerner les autres et que la force de l institution repose sur la mutualisation des moyens et des expériences. Pour y parvenir il est indispensable de renforcer l empreinte et l appui de cette institution au sein des services, en vue d apporter des réponses et un soutien aux collaborateurs, sur des questions qui dépassent la simple gestion des mesures. Sur un autre volet, il convient de rester vigilant aux relations établies entre les services, et notamment le service AGBF, et la comptabilité auxiliaire. Si le respect des règles de gestion, dont celle de la séparation de l ordonnateur et du payeur, doit continuer à être appliqué à l Udaf, la connaissance du champ d action de chacun doit être maîtrisée et les limites respectées. S APPUYER SUR DES RESSOURCES EXTERIEURES Pour répondre au mieux aux besoins et aux attentes des familles suivies, les collaborateurs du service AGBF doivent collaborer avec les acteurs départementaux intervenant auprès de ces familles ou pouvant leur apporter une aide à un moment donné. Pour faciliter les relations et gagner en efficacité, il est donc nécessaire de rechercher des interlocuteurs privilégiés au sein des structures et organismes départementaux. De la même façon, l intervention des acteurs institutionnels et associatifs locaux auprès des collaborateurs de l Udaf doit être favorisée. La mise en place de permanences dédiées à l ensemble des services de l Udaf pourra par exemple être recherchée. Projet de service AGBF 8

9 Conclusion La communication et la promotion du service et plus encore de la mesure AGBF sont au cœur de ce projet. Ainsi nous nous attacherons à créer et à saisir toute sorte d occasion pour la porter sur le devant de la scène départementale, en mettant en avant l importance qu elle revêt dans le champ de l action sociale, que ce soit dans le cadre de la protection de l enfance ou des expulsions locatives. Pour autant la préoccupation centrale des professionnels doit rester le suivi des familles, avec en ligne de mire le respect de leurs droits et de leur dignité. Les quatre prochaines années doivent ainsi permettre de mener les réflexions ici engagées afin de mettre en place les actions adaptées. Associés à l élaboration de ce projet, les collaborateurs devront désormais trouver leur place et participer activement à sa mise en œuvre, sous quelque forme que ce soit. Si ces orientations doivent donner du sens à leur action, elles devront permettre en contrepartie de faire évoluer leurs pratiques. Viendront également s inscrire dans cette démarche les actions concrètes déterminées suite à l évaluation interne, afin de dresser, en 2016, un bilan sur les avancées du service. Projet de service AGBF 9

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial

La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial Service Accompagnement Social et Budgétaire La Mesure Judiciaire d Aide à la Gestion du Budget Familial une intervention qui vient enrichir le dispositif d assistance éducative SOMMAIRE p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à la protection des majeurs dans le Morbihan

CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à la protection des majeurs dans le Morbihan Direction départementale de la cohésion sociale Département des politiques d Inclusion et d Insertion CAHIER DES CHARGES relatif à l appel à projet visant à autoriser un service mandataire judiciaire à

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

La réforme de la protection juridique des majeurs. Les indicateurs des ESSMS et du secteur tutélaire

La réforme de la protection juridique des majeurs. Les indicateurs des ESSMS et du secteur tutélaire La réforme de la protection juridique des majeurs Les indicateurs des ESSMS et du secteur tutélaire PLAN 1- Principes et objectifs des indicateurs des établissements et services sociaux et médicosociaux

Plus en détail

Diplôme d Etat d auxiliaire de vie sociale

Diplôme d Etat d auxiliaire de vie sociale Diplôme d Etat d auxiliaire de vie sociale Demande de Validation des Acquis de l'expérience Livret 2 : livret de présentation des acquis de l'expérience Nom Nom marital ou d usage (le cas échéant) Prénom

Plus en détail

les axes majeurs de la loi (1)

les axes majeurs de la loi (1) 1 les axes majeurs de la loi (1) 1- Pas en cause les principes fondamentaux de la protection judiciaire des majeurs vulnérables 2- Introduction de mesures de prise en compte sociale des mesures 3- Professionnaliser

Plus en détail

La réforme de la protection juridique des majeurs. La formation complémentaire des intervenants tutélaires

La réforme de la protection juridique des majeurs. La formation complémentaire des intervenants tutélaires La réforme de la protection juridique des majeurs La formation complémentaire des intervenants tutélaires 1 I - Introduction 1.1. Le cadre (1) Volonté du législateur d harmoniser les qualifications et

Plus en détail

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DU TRAVAIL FAMILIAL PREAMBULE L aide à domicile vise à renforcer le maintien de l autonomie des familles dont l équilibre est momentanément ou non affecté. En préservant et/ou en restaurant

Plus en détail

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET

Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Mesure d accompagnement social personnalisé (MASP) avec perception et délégation de gestion des prestations APPEL A PROJET Département du Doubs Pôle solidarités et cohésion sociale Délégation à l action

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Projet Institutionnel

Projet Institutionnel Projet Institutionnel Les orientations 2009-2012 UNION DEPARTEMENTALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES DU CANTAL 9, rue de la Gare BP 709 15007 AURILLAC Cedex Téléphone : 04 71 43 43 43 Télécopie : 04 71 43

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6

Prestation de service Relais assistants maternels. Juin 2013 1/6 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Relais assistants maternels Juin 2013 1/6 2/6 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation de service

Plus en détail

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ...

ORIGINE DE L ORIENTATION ... NATURE DE LA DEMANDE. Logement autonome Résidence sociale Résidence sociale Habitat jeune (ex FJT) Préciser :... ... ... 1/6 PREFET DE LA VIENNE FICHE UNIQUE EVALUATION SOCIALE SIAO RP ASLL CASE A COCHER : Cliquer 2 fois sur la case à cocher dans valeur par défaut cocher case activée DATE DE LA DEMANDE :... PERSONNES ET

Plus en détail

L'organisation institutionnelle

L'organisation institutionnelle L'organisation institutionnelle A. Le management Les enjeux de développement de l établissement passent par une animation des ressources humaines qui s appuie sur le développement de la compétence institutionnelle

Plus en détail

Les équivalences entre les diplômes du MAAF du secteur des services aux personnes et les diplômes des autres ministères certificateurs du secteur

Les équivalences entre les diplômes du MAAF du secteur des services aux personnes et les diplômes des autres ministères certificateurs du secteur Les équivalences entre les diplômes du MAAF du secteur des services aux personnes et les diplômes des autres ministères certificateurs du secteur Le secteur des services aux personnes est un secteur partagé

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE

M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE M.A.S.P. MESURE D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL PERSONNALISE GUIDE TECHNIQUE 2014 1 INTRODUCTION La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs rénove l ensemble du dispositif

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE

ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE Version 1-29/02/2012 ACCOMPAGNEMENT METHODOLOGIQUE A LA DEMARCHE QUALITE NOTE METHODOLOGIQUE Apporter une assistance et une expertise gérontologique EHPAD DE CERILLY BP 17 03 350 CERILLY Accompagnement

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF Notice d accompagnement Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre livret de présentation des acquis de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013 Commission des services juridiques Mot du Président Au nom du personnel et de la direction de la Commission des services juridiques,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

REGLEMENT DE SELECTION

REGLEMENT DE SELECTION REGLEMENT DE SELECTION 1 - MODALITES ET CONDITIONS D'INSCRIPTION La formation du DEAMP est ouverte aux candidats sans condition de diplôme ou de niveau d étude préalable : Les candidats en cours de VAE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE 18/04/2011 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DIPLOME D'ETAT DE CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE NOTICE D ACCOMPAGNEMENT 18/04/2011 Cette

Plus en détail

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI

LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI LA MISSION LOCALE DE L AGGLOMERATION HAVRAISE RECRUTE 1 CHARGE-E DE PROJET EN CDI ENTREPRISE : Structure associative membre du Service Publique de l Emploi, la Mission Locale de l Agglomération Havraise

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 1 Soutenu par Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 Ce document a vocation à clarifier le contexte de l intervention des prestataires DLA, à faciliter

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT

MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT Février 2013 MJPM EXERCANT A TITRE INDIVIDUEL PROCEDURE D AGREMENT Toute personne souhaitant exercer à titre individuel des mesures de protection des majeurs ordonnées par l autorité judiciaire doit être

Plus en détail

- une caisse d allocations familiales.

- une caisse d allocations familiales. Référentiel national de financement partenarial des services de médiation familiale Pour être éligible au conventionnement et au financement partenarial, le service de médiation familiale doit obligatoirement

Plus en détail

Numéro(s) du poste : Collectivité(s) Division(s)/régions(s) 97-2821 Yellowknife Prévention

Numéro(s) du poste : Collectivité(s) Division(s)/régions(s) 97-2821 Yellowknife Prévention RÉFÉRENCE Organisme Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs Intitulé du poste Hygiéniste du travail agent de sécurité principal Numéro(s) du poste : Collectivité(s)

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

Formation Educateur de Jeunes Enfants

Formation Educateur de Jeunes Enfants Formation Educateur de Jeunes Enfants 2015 Pôle Enfance Responsable Claire WEIL Responsable de la Assistante Formation ETSUP Awa FALL Pascale BLANC Tél : 01 44 16 85 81 pascale.blanc@etsup.com secretariat.eje@etsup.com

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB ANNEXE 3 Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB Date : Travailleur social : Dates du contrat : du au contrat initial Date début de mesure : 1 er

Plus en détail

Passerelles. Diplômes services BEPA «SAP» - Bac pro «SAPAT» MAAPRAT- DGER POFE-BDET Maryvonne ISAAC-DE-LEMOS & Martine RAMOS

Passerelles. Diplômes services BEPA «SAP» - Bac pro «SAPAT» MAAPRAT- DGER POFE-BDET Maryvonne ISAAC-DE-LEMOS & Martine RAMOS Session accompagnement bac pro SAPAT 02 2012 DGER / POFE/ BDET Passerelles Diplômes services BEPA «SAP» - Bac pro «SAPAT» MAAPRAT- DGER POFE-BDET Maryvonne ISAAC-DE-LEMOS & Martine RAMOS 1 DIFFERENTES

Plus en détail

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier

Bac Pro S.P.V.L. Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05. diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Bac Pro S.P.V.L Services de Proximité et Vie Locale Arrêté de création du 11/05/05 diaporama réalisé par C Armagnac et S Meunier Partenaires ayant participé aux travaux de la 20ème CPC DIV division interministérielle

Plus en détail

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager]

Association des archivistes français. Référentiel métiers. [Archiviste manager] Page1 2009 Association des archivistes français Référentiel métiers [Archiviste manager] Vous trouverez dans ce document la liste des activités, savoirs, savoir-faire et savoir-etre correspondant au métier

Plus en détail

Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public

Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public Préparation de la mise en œuvre de l habilitation de service public Concertation n 1 avec les têtes de réseau des opérateurs de formation Réunion du 3 juillet 2014 Note de problématique La Région Basse

Plus en détail

DGER Septembre 2014 1 PAGE TABLEAU TITRE DU TABLEAU

DGER Septembre 2014 1 PAGE TABLEAU TITRE DU TABLEAU Secteur des services aux personnes/travail social Équivalences entre les diplômes du ministère chargé de l agriculture et des autres ministères certificateurs Le secteur des services aux personnes est

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL

ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL 42, rue de Marseille 69007 LYON Tel : 04 72 71 96 99 Fax : 04 72 73 09 02 E-mail : mais@mais.asso.fr Web : www.mais.asso.fr ENQUÊTE 2010 SUR LES SERVICES D ACCOMPAGNEMENT SOCIAL complémentaire sur les

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2

ECT FORMATION. Module Validation des Acquis et de l Expérience / formation qualifiante C.Q.P 1 et 2 ECT FORMATION Organisme de Formation pour la qualification des Techniciens Cordistes et des opérateurs utilisant des E.P.I de classe 3 contre les chutes de hauteur (CE EN 363) Module Validation des Acquis

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Orientations en matière d adoption en Essonne

Orientations en matière d adoption en Essonne Orientations en matière d adoption en Essonne Orientation 1 : Promouvoir l intérêt et le droit des enfants d être protégés (art. 20 de la CIDE) Action 1 : Soutenir les mères accouchant dans le secret Action

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES PREAMBULE Le Conseil Général des Landes souhaite donner un nouvel élan à la politique en faveur des personnes âgées

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

La protection juridique des personnes majeures

La protection juridique des personnes majeures Curatelle, tutelle D r o i t s e t d e v o i r s d e s u s a g e r s La protection juridique des personnes majeures Ce petit guide de la protection des majeurs est destiné aux patients et à leur famille,

Plus en détail

Formation Educateur de Jeunes Enfants

Formation Educateur de Jeunes Enfants Formation Educateur de Jeunes Enfants 2016 Pôle Intervention sociale et éducative Responsable Eric SANTAMARIA Responsable de la Assistante de Projet EJE Formation ETSUP Nadia AYARI Nieves GARCIA Tél :

Plus en détail

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles»

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles» Projet Institutionnel 2014-2019 Union Départementale des Associations Familiales «Maison pour les Familles» Adopté par l Assemblée Générale de l UDAF53 du 22 mai 2014 EDITO - SOMMAIRE L Union des Associations

Plus en détail

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11

Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 325 e session, Genève, 29 octobre-12 novembre 2015 GB.325/INS/11 Section institutionnelle INS Date: 30 octobre 2015 Original: anglais ONZIÈME QUESTION

Plus en détail

FORMATION PREPARATOIRE AU CERTIFICAT NATIONAL DE COMPETENCE DE MANDATAIRE JUDICIAIRE

FORMATION PREPARATOIRE AU CERTIFICAT NATIONAL DE COMPETENCE DE MANDATAIRE JUDICIAIRE FORMATION PREPARATOIRE AU CERTIFICAT NATIONAL DE COMPETENCE DE MANDATAIRE JUDICIAIRE MENTION «MESURE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS» (MJPM) Enseignement théorique :... 300 heures dont 66 heures

Plus en détail

La professionnalisation de la fonction «ressources humaines» au sein des établissements de santé est donc en Ile-de- France un enjeu majeur.

La professionnalisation de la fonction «ressources humaines» au sein des établissements de santé est donc en Ile-de- France un enjeu majeur. Annexe : extrait du programme fonctionnel 1- Périmètre 1.1. Contexte du projet L Agence régionale de santé d Ile de France L Agence Régionale de Santé (ARS) est la clef de voûte de la nouvelle organisation

Plus en détail

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE)

I. Présentation du Programme de Réussite éducative (PRE) Compte-rendu Le programme de réussite éducative : finalités, modalités de mise en œuvre et articulation Le 20 septembre 2005 2 ème journée du cycle de qualification «L ACTION EDUCATIVE EN DIRECTION DES

Plus en détail

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés

APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés APEI La Maison du Phare Association de Parents d Enfants Inadaptés PROJET ASSOCIATIF 2015-2020 Le présent projet associatif a été élaboré par le comité de pilotage composé des personnes ci-dessous : -

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles»

La Protection Juridique. Personnes Majeures. des. «Maison pour les Familles» La Protection Juridique des Personnes Majeures «Maison pour les Familles» Les Mesures de Protection? Qui protéger et pourquoi Un adulte doit être capable de pourvoir à ses propres intérêts et exercer les

Plus en détail

Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi. Décembre 2010

Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi. Décembre 2010 Métiers de la petite enfance en Ile-de-France Diagnostic partagé de la formation et de l emploi Décembre 2010 Synthèse Introduction 1) Formation Diplôme Département 75 77 78 91 92 93 94 95 Total

Plus en détail

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE.

L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. L APPRENTISSAGE C EST UNE FORMATION, UN CONTRAT DE TRAVAIL, UNE REMUNERATION UNE INSERTION REUSSIE. CENTRE DE FORMATION D APPRENTIS DES METIERS TERRITORIAUX Tourisme Espaces verts gestion des eaux Mécanique

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Intergros. L Organisme Paritaire Collecteur Agréé du commerce interentreprises et du commerce international. Dossier de presse. www.intergros.

Intergros. L Organisme Paritaire Collecteur Agréé du commerce interentreprises et du commerce international. Dossier de presse. www.intergros. Dossier de presse Intergros L Organisme Paritaire Collecteur Agréé du commerce interentreprises et du commerce international Contacts presse : Aurélie Gabrieli & Laure Grégoire Agence WEBER SHANDWICK Tél

Plus en détail

Texte de références déontologiques : présentation

Texte de références déontologiques : présentation Texte de références déontologiques : présentation L A.N.P.F. s est donné comme objectif, en 1995, d élaborer et de poser, de façon dynamique et évolutive, des principes déontologiques spécifiques au Placement

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

Note d orientations de formation 2016

Note d orientations de formation 2016 Note d orientations de formation 2016 PREAMBULE Le plan de formation 2016 va se faire dans un contexte difficile, même si l accord de branche est signé (mais non encore agréé). De fait la part d investissement

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux. Fédération des CPAS 11-09-2014

REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux. Fédération des CPAS 11-09-2014 REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux Fédération des CPAS 11-09-2014 1 PLAN DE L EXPOSÉ L offre des soins de santé mentale en Wallonie La santé mentale : un secteur en constante

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) - 2015-2016. Formation Initiale COUT DE LA FORMATION : 4 300 Euros

DOSSIER D INSCRIPTION Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) - 2015-2016. Formation Initiale COUT DE LA FORMATION : 4 300 Euros F O R M' A C T I O N Ecole de Travail Social Photo (à coller) DOSSIER D INSCRIPTION Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) - 2015-2016 Formation Initiale COUT DE LA FORMATION : 4 300 Euros

Plus en détail

Les Métiers. de l Aide et des Soins à Domicile

Les Métiers. de l Aide et des Soins à Domicile Les Métiers de l Aide et des Soins à Domicile Le secteur du domicile vit de multiples changements et doit faire face à une évolution importante. Les besoins de la population française augmentent en terme

Plus en détail

CADRAGE REGIONAL RELATIF AUX MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «PARCOURS DE QUALIFICATION ET DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLES»

CADRAGE REGIONAL RELATIF AUX MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «PARCOURS DE QUALIFICATION ET DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLES» CADRAGE REGIONAL RELATIF AUX MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «PARCOURS DE QUALIFICATION ET DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLES» PRESENTATION GENERALE : Ce document, conçu comme un guide de bonnes

Plus en détail

Intervenir à domicile

Intervenir à domicile Union Départementale des Associa ons Familiales Loire Intervenir à domicile en faveur de l enfant et de sa famille Jeudi 14 mars 2013 Au Flore à Saint Etienne Le séminaire dans ses grandes lignes! Sommaire

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Secteur public Fonction publique d'état Fonction publique hospitalière Fonction publique territoriale. Associations

Secteur public Fonction publique d'état Fonction publique hospitalière Fonction publique territoriale. Associations Secteur public Fonction publique d'état Fonction publique hospitalière Fonction publique territoriale Secteurs d intervention du titulaire du bac pro S.P.V.L. : Associations Secteur privé Entreprises sociales

Plus en détail

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t Charte de Qualité Accueil du Jeun e En fan t 01/2006 PREAMBULE Les évolutions des besoins des familles et de leurs enfants concernant l accueil collectif ou individuel ont conduit les partenaires institutionnels

Plus en détail