Bulletin du GTS N 14 : Janvier 1967

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin du GTS N 14 : Janvier 1967"

Transcription

1 Bulletin du GTS N 14 : Janvier 1967 DIFFUSION 4 Valeur technologique des cossettes d'après leur déformation 4 Procédé pour emietter par explosion des corps ayant absorbé de 1'air et installation pour réaliser ce procédé. 5 L'atelier d1extraction du jus à la sucrerie de Timachev 5 Nouveaux résultats dans le domaine de la microbiologie en sucrerie 6 Mesures d'humidité dans les solides pulvérulents et possibilités d'application en sucrerie 7 Utilisation des pulpes de betteraves 8 Pressage dea pulpes de betteraves 8 EPURATION 8 Dégradation alcaline du sucre inverti et son importance en épuration 8 Agrégation de particules de CaCO 3 dans les solutions de saccharose 9 Utilisation en épuration du phosphate trisodique 10 Méthode d'épuration 10 La sucrerie tchécoslovaquie «Dymokury» 11 Recherche de laboratoire concernant le chaulage synchrone 12 Mesure électrochimique du SO2 et des réducteurs (première partie) 12 Influence de la surcarbonatation sur l'adsorption des matières colorantes par le carbonate de calcium 12 Méthode d'épuration de produits de sucrerie. 13 Contribution à l étude de l épuration des jus de l'industrie sucrière à l'aide d'échangeurs d'ions. 13 Effet des méthodes de régénération sur le rendement d'une installation d'échange d'ions en sucrerie de canne 14 Une nouvelle méthode d épuration du jus du jus brut 14 1

2 DIVERS 15 Récupération des vapeurs de cuite par évaporation à descendage 15 Photomètre à flamme pour détecter le sucre dans l'eau d'alimentation des chaudières 15 CRISTALLISATION 17 Vitesse de cristallisation du saccharose en solutions sucrées impures 17 Influence ralentissante du sucre inverti I sur la nucléation dans les solutions sursaturées du saccharose 18 Observation sur la cristalisation du saccharose en présence du sucre inverti 19 Cinétique d'accumulation de NS pendant la cuisson 19 Considérations sur le brix de la masse-cuite de 2ème jet 20 Effet d'addition en cuite d'un produit superficiellement actif (ester d'alpha-méthyl glucoside) 21 Influence du champ sonore sur la formation des germes cristallisés dans les solutions sursaturées du saccharose 22 Recristallisation des cristaux de sucre soumis à des sursaturations variables 22 La centrifugation des masses-cuites 23 Influence de la vitesse de refroidissement de la MC III sur l'épuisement de la mélasse 26 Viscosité des égouts et des masses-cuites 26 Séchage et refroidissement du sucre cristallisé par fluidisation 27 Possibilités de dépoussiérage industriel 27 Etude expérimentale des sécheurs à sucre 27 Danger d'explosion dans les silos à sucre 28 Conditionnement de l'air pour les silos à sucre 29 Méthode d'analyse des masses-cuites par ultra-sons, en vue de l'automatisation de la cuisson 30 CONTRÔLE DE LABORATOIRE 30 Détermination de la teneur réelle en saccharose dans les betteraves et produits de raffinerie, par dilution isotopique 30 Méthode colorimétrique de dosage de la bétaïne 31 2

3 Détermination des acides organiques présents dans les jus industriels de sucrerie 31 Titre : Méthode de détermination de biacides aminés et de leurs amides en sucrerie 32 Un appareil automatique pour le dosage volumétrique de l'eau par le réactif de Fischer 32 Méthode simplifiée pour la détermination des pertes en sucre par les tourteaux 33 Méthode perfectionnée pour la caractérisation des sucres blancs, à l'aide du permanganate de potassium 33 Matières empêchant la filtration dans les sucres bruts de différentes origines. Illème partie : influence des matières insolubles des sucres affinés sur leur filtrabilité 34 Influence de la chaux sur l'épuration des eaux boueuses 34 Obtention de la mêlasse en poudre 34 ARTICLES IN EXTENSO 35 LA STABILITE THERMIQUE DU JUS 35 3

4 DIFFUSION Valeur technologique des cossettes d'après leur déformation Auteur : V.N. CHTCHEGOLEV Extrait de : Trav. Inst. Sucrier de Kiev.Xriï0 vol.(1966) pp (en russe) Classement : Découpage - Diffusion, généralités et théorie Etude mathématique aboutissant à une formule qui indique que l'utilisation de cossettes très fines est limitée par leur déformation. De ce fait les cossettes collent entre elles en formant des cossettes épaisses. Recommandations pratiques pour éviter cet écueil (par ex. : cossettes à section carrée, aiguisage au diamant des couteaux). Nous extrayons de cet article deux graphiques intéressants La figure 1 donne la quantité de jus en % qui adhère aux cossettes (en ordonnée) en fonction de la longueur des cossettes!en abscisse) et du temps d'égouttage. d'après cette figure l'auteur indique un calcul permettant d'introduire le facteur "égouttage" dans la formule de Siline. C'est la détermination d'un coefficient correcteur de l'écart de concentration, qui intervient pratiquement comme un coefficient correcteur de la longueur des cossettes). La figure donne, pour des conditions données, les épuisements dans une RT (en ordonnée) en fonction de la longueur des cossettes. 4

5 Procédé pour emietter par explosion des corps ayant absorbé de 1'air et installation pour réaliser ce procédé. Auteur : DETON Akt-Ges. Extrait de : Brevet suisse ( ) Classement : Extraction du sucre : brevets divers Méthode pour obtenir du jus de betterave dont les cellules ont explosé. Les cossettes se trouvent dans 4 cylindres, et on y introduit de l'air à pressions croissantes : 2 atm dans le premier, \4 dans le deuxième, 8 dans le 3ème et 16 dans le 4jeme. Cet air pénètre dans les cellules et agit sur leurs parois. Du 4ième la cossette est éjectée dans un 5ème, de volume plus grand et où la <-f pression est plus faible. Cette détente provoque la rupture des parois des cellules et le jus s'en écoule. Le 4ème cylindre devient 1er, il est chargé avec des cossettes à 2 kg pression, l'ancien 1er cylindre devient 2ème, etc. Ces U cylindres se trouvent dans un grand cylindre et peuvent y tourner. L'ensemble est automatisé, insonorisé, thermostatisé. L'atelier d extraction du jus à la sucrerie de Timachev Auteurs : N.V. KHEIZ5 et E.T. KOVAL Extrait de : Trav. Inst. Sucrier de Kiev (XIII, 1966) pp (en russe) Classement : Diffusion BMA BMA a construit en URSS une sucrerie de t avec deux tours à 2,500 t. A cette occasion l'institut Sucrier a fait une analyse très poussée de cette diffusion sous la propre direction du Directeur Technique de l'institut (Monsieur KHEIZE, que noue avons eu le plaisir de voir récemment lors de son voyage d'études en France, aux sucreries de Fismes et Bucy), et de Monsieur KOVALr spécialiste ès-diffusion de l'institut. Leurs conclusions sont : 1. La tour BMA fonctionne correctement, mais les résultats sont moins bon que pour la B.W. ou pour la DdS-modification Silver 2. Par contre, l'échaudage BMA (échaudeur-échangeur de chaleur à bras) émiette moins la cossette et dégaze mieux le magma cossettes-jus que l'échaudeur à hélice BW. 3. L'arrivée des cossettes à la tour par l'intermédiaire d'une pompe centrifuge avec régulation du nombre de tours reçoit l'entière approbation des auteurs. 5

6 Nouveaux résultats dans le domaine de la microbiologie en sucrerie Auteur : H. KLAUSHOFER Extrait de : "Zucker" 14/1966, (en allemand) Classement : Microbiologie en diffusion A la conférence sucrière autrichienne de septembre 1965 on a présenté plusieurs rapports sur le contrôle micro biologique, 3e a moyens de lutte anti-microbienne, et les pertes par fermentation. On a aussi attiré l'attention sur le fait que dans quelques usines les techniciens négligent ce problème, et on a donné en exemple les quelque usines qui ont créé de laboratoires spéciaux pour contrôle micro biologique. Quoique WEMAN (Suède), ANDERSEN (Danemark), DEVILLEHS (France), SCHNEIDER et HOÎWAN-WALBECK (Allemagne) aient attiré l'attention depuis longtemps sur la décomposition microbiologique du sucre, le contrôle microbiologique suivi n'a commencé que vers C'est oette même année qu'on a installé à la sucrerie de Siegendorf la première diffusion verticale, et on y a organisé aussi un contrôle pour prévenir les pertes par fermentation. Pour cela on avait recommandé la mesure systématique du ph du jus vert, liais ce critère s'est avéré douteux, du fait que le pouvoir tampon du Jus influe sur le ph. La numération est aussi douteuse parce qu'il est difficile de distinguer les microorganismes vivants des morts. La détermination de l'activité microbienne n'a pas donné non plus de résultats satisfaisants (!! ). De ce fait, on a procédé dans cette usine a la culture en boîtes de Pétri, sur milieu nutritif. Mais cette méthode ne donne des résultats qu'après 2U-ijB h, et est très laborieuse. Elle a été par la suite "miniaturisée", en remplaçant les boîtes par des lame* de verre 2,5 x 8,0 cm, au lieu de 15 ml jus on a pris 3-5 gouttes, au lieu d'une dilution 5-6 fois on n'a dilué qu'une fois. On a eu des résultats après 6 heures avec la môme précision, et on a pu ainsi détecter l'infection à temps et la combattre. La comparaison de cette méthode avec le ph montre que ce dernier critère n'est valable que pour une forte infection, tandis que la culture miniaturisée permet de détecter aussi de faibles infections. Elle a été utilisée en Autriche jusqu'en Ensuite, pour avoir des résultats plus rapidement, on a utilisé une méthode américaine "basée sur la microscopie fluorescente. Si le jus vert est centrifugé, le dépôt contient des pulpes, des fragments de protoplasma et une certaine quantité de microorganismes..en diffusion on trouve habituellement des thermophiles, mais aussi des bâtonnets mésophiles, inoffensif parce que périssant audessous de 45 C Du fait que par simple observation microscopique on ne peut les distinguer, on a utilisé la microscopie-fluorescence, en déterminant 1'antisérum. Si on injecté par exemple à un lapin une certaine quantité de "bac. stearothermophilus" et un antigène- 6

7 protéine étrangère, il se forme dans le sérum sanguin du lapin des anti-corps pour neutraliser (immuniser) l'action nocive des microorganismes introduits. En ajoutant 1*antisérum marqué à un milieu nutritif contenant les thermophiles et les mésophiles, on voit qes premiers en vert et les deuxièmes en rouge. Cette méthode a permis aux spécialistes autrichiens de détecter rapidement toute infection et de la liquider à tempe. Sur la base de recherches faites en Autriche et dans d'autres pays l'auteur conclut que le "Bac. stearothermophilus" est une bactérie sporulée, la plus répandue en diffusion, et qui se multiplie rapidement à et même plus haut. Elle décompose le sucre en formant de l'acide lactique et en diminuant le pfl. Hais ce n'est pas le seul microorganisme décomposant le sucre en diffusion. Dans une usine on a trouvé en haut de la tour des microbes sporulés, des bâtonnets anaérobies qui décomposent le saccharose avec formation d'acide butyrique et de HgS, On n'a pu les cataloguer au genre "Clostridium", et on a convenu de les nommer "Clostridium X"f et ensuite "Clostridium thermohvdrosulfuricum"* Ce microbe résiste Jusqu'à 81. Par la suite on a appris que ce microbe a été détecté aux Pays-Bas avant de l'être en Autriche. On ne le trouve que dans les endroits où il y a peu d'air. En envoyant de l'air comprimé dans la tour on l'élimine. Dans une sucrerie il a disparu en cessant le recyclage de pulpes. En ce qui concerne les pertes microbiologiques, les opinions sont assez différentes : d'après les auteurs ces pertes varient de 0,03 à Or50 % Bs. D'après l'auteur, pour une usine (infectée) travaillant 4000 t par jour, les pertes en sucre atteignent 4-8 t saccharose. Mesures d'humidité dans les solides pulvérulents et possibilités d'application en sucrerie Auteur : M. MOREUIL Extrait de : "Industr. Alim. Agric." 1966, N08 7-8, PP (en français) Classement : Pulpes sèches, Agglomération : humidité Deux méthodes de mesures d'humidité : - une méthode neutron!que basée sur le comptage de neutrons ralentis par l'hydrogène de l'eau - une méthode diélectrique, basée sur la mesure simultanée des paramètres diélectriques du matériau humide. Conviennent particulièrement lorsque les taux d hunidité relative dépassent 1 à 2 %. 7

8 Utilisation des pulpes de betteraves Auteurs : R.M. McGREADY et A.E. GOODBAN Extrait de : "J. Amer, Soc. Su^ar Beet Technol." 1965, 12, N 5, U67-^68 (en anglais) Classement : Pulpes, utilisation Nouvelles utilisations possibles. Les pulpes chaulées peuvent être utilisées comme adjuvant dans la fabrication du carton pressé. Les pulpes traitées par l'alcali, séchées et pulvérisées et mélangées ensuite avec l'éthylènediaminetétraacétate de Na, phosphate d'ammonium et eau, donne un gel thixotrope, qui peut être utilisé comme ralentisseur des incendies de forêts. Pressage dea pulpes de betteraves Auteurs : J. RIMBEKT et 3. TOURLIERE Extrait de : Industr. Alinu Agr* 1966, N s 7-8, PP (en français) Classement : Pulpes, pressage Etude économique du pressage et du séchage. On souligne le désavantage de recycler les pulpes folles au pressage. Fonctionnement des presses. Température (optimum ). Nécessité d'un ph aussi bas que possible. Importance des matières poétique (degré d'estérification et de dépolymérisation des chaînes polygalacturoniques) sur la marche des presses. Adjuvants; rôle du Ca++ en tant que coagulant des matières pectiques, surtout pour insolubiliser les acides pectiniques faiblement méthoxylés. EPURATION Dégradation alcaline du sucre inverti et son importance en épuration Auteurs : S.Z. IVANOV et A.R. SCPRÀNOV Extrait de : Conf. sucrlere Lodz 1962 (publié en pp (en russe) Classement : Colorants PDAH Epuration, théorie Les produits de sucrerie contiennent plus ou moins de réducteurs. Ceux-ci peuvent provenir des betteraves ou ae former en fabrication comme produits d'auto-inversion du saccharose. Le chaulage arrête l'auto-inversion mais entraîne une dégradation alcaline de l'inverti. 8

9 Lee auteurs étudient la cinétique de cette dégradation. Courbes pour 20-80, dans des conditions proches de l'épuration (à 80, des solutions contenant 0,5 % inverti, 15% saccharose et 2 % CaO réagissent à 60 ^ en 10 mn). Les PDAH sont des sels organiques de Ça, fortement colorée. Pour la plupart ce sont des colloïdes réversibles, hydrophiles, qui ralentissent la filtration et la cristallisation, et augmentent la viscosité. Durant la carbonatation on décolore partiellement les PDAH, tandis que la teneur en colloïdes et en sels de CaO diminue peu. Les charbons actifs absorbent aussi surtout les colorante, et très peu les sels de chaux et les colloïdes. La sulfitation transforme la plupart des PDAH en composés incolores. A l'aide de la spectrophotométrie en UV les auteurs identifient et dosent marne les PDAH en présence de caramels et de mélanoi'dines. Pour cela, on mesure D 1, D 2, D 3 les densités optiques aux longueurs d'onde 250, 282 et 300 mµ soit : x = PDAH, y = caramélane et z = mélanoïdines, en g/l. On utilise Plusieurs produits sont ainsi analysés. Pour des mélasses de sucrerie (septembrenovembre) x = 8 ;y = 1,6 et z = 1,0 Les PDAH ne changent pas sous l'action d'échangeurs d'ions cationiques, mais se décolorent presque complètement sous l'action des échangeurs d'ions anioniques. Agrégation de particules de CaCO 3 dans les solutions de saccharose Auteur : R. KOHN Extrait de. : "Liaty Cukrovarn." 3/1966, (en slovaque) Classement : Epuration, théorie Etude du processus d'agrégation des particules de formés par l'action du CO 2 sur Ca(OH) 2 en solutions sucrées pures On trouve que la présence d'ions Na+, Ca ++, OH - et Cl - n'influe 9

10 pratiquement pas sur l'agrégation de particules de CaCO 3. Sur le degré d'agrégation influe seulement la méthode d'introduction de la chaux et du gaz. Ainsi, si la chaux est introduite en une seule fois et la carbonatation est discontinue (méthode l), ou si on chaule en synchrone en discontinu (méthode II), l'agrégation de particules de CaC0 3 fut sensiblement plus faible que pour chaulage synchrone continu avec recirculation des particules de CaCO 3 (méthode III). Dans ce dernier cas on a observé non seulement une meilleure agrégation, mais on a obtenu aussi une structure d'agrégats plus compacte, plus dense. C'est le recyclage qui favorise cette compacité, les particules recyclées servant comme centres de cristallisation. L'observation microscopique et le calcul de la vitesse théorique de sédimentation ont montré que les sédimentabilité et filtrabilité dépendent surtout du degré d'agrégation. Le faible degré d'agrégation des particules de CaCO 3 en solution pure s'explique par le caractère hydrophile de la surface des particules de CaCO 3. Le potentiel zêta influe peu sur l'agrégation des particules. II a été établi que l'élévation de la température de la suspension influe favorablement seulement pour la méthode I a faible alcalinité et filtrabilité avec la température du fait de la diminution de la viscosité de la solution. Utilisation en épuration du phosphate trisodique Auteurs : 1er article ; A.I, KATANA; 2ème article :N.V. KARTACHOV et A.D. GOLDBE7A Extrait de : "Sakharn. Prom." 12/1966, 12-1? (en russe) Classement : Epuration : alcalinisation et décalcification Lorsque l'alcalinité chute en évaporation et qu'il y a beaucoup de sels de chaux, on utilise en URSS le Na^PO/. comme alcalinisant-décalcifiant. Un récent article de Onantchenko critiquait ce produit; il a causé une véritable levée de boucliers de la part de défenseurs de ce procédé, D'après l'institut Sucrier de Kiev l'introduction du Na 3 PO 4 dans le jus de 2ème s'impose à raison de 2-5 kg t bs dès le début de la fabrication. Cette dose doit passer à kg lorsque l'alcalinité naturelle descend à 0,01. Enfin, si l'alcalinité naturelle devient 0,01. Enfin si elle devient négative, en môme tempe que Na 3 PO 4 il faut ajouter de la soude de manière à maintenir le ph du sirop vers 8,3. (Rappelons qu'il s'agit d'épuration sans décalcification par résines) Méthode d'épuration Auteurs : J. VASATKO et V. TIBENSKY Extrait de : Brevet tchécoslovaque ( if,65) 10

11 Classement : Schéma d'épuration On ajoute au jus vert du jus surcarbonaté obtenu lors d'un chaulage-carbonatation synchrone. Le mélange est chauffé à 60 et préchaulé à 0,3 % durant 10 mn. Mélangé pendant 5 mn, réchauffé à Carbonate à environ 0,02, On chaule ensuite en synchrone en maintenant l'alcalinité 0,02 pendant 10 mn, en ajoutant ainsi 0,3 % CaO. 50 % est recyclé dans 3e jus vert, 90 % subit ensuite une épuration normale. Le jus de 1ère C02 filtre et décante bien, sa coloration est très faible. La sucrerie tchécoslovaquie «Dymokury» Auteur : S. GAWRYCH Extrait de : "Gaz. Cukrovnacza" 1/1966, 6-7 (en polonais) Classement : Epuration : schémas L Institut de Chimie de l'académie des Sciences de Slovaquie (Bratislava) a mis au t>oint un nouveau schéma d'épuration. Ce schéma a été d'abord utilisé à la sucrerie "Itymokury", et ensuite a été considéré comme schéma type pour de nouvelles sucreries à construire ou à moderniser. Pendant la campagne 1965/66 plusieurs sucreries de brut et une sucrerie de blanc ont fonctionné d'après ce schéma. La principale caractéristique de ce schéma est que le lait de chaux est ajouté en trois fois. Une première partie (0,25 % bs) est ajoutée au préchaulage. Le préchauleur vertical, modèle Vasatko-Kohn-Tibensky à 5 compartimenta : le jus arrive à la partie inférieure, et le CaO à la partie supérieure. Le mélangeur tourne à 16 t/mn. La deuxième portion de chaux (0,7 % bs) est ajoutée dans un bac continu de chaulage massif. La durée de séjour du jus dans ce bac est d environ 10 mn. Le jus chaulé est surcarbonaté dans la chaudière Ia jusqu à l alcalinité 0,02. On obtient un précipité qui sédimente et filtre bien. On ajoute ensuite encore 0,7 CaO % bs, et le jus arrive à la chaudière îb où il est carbonate jusqu'à 0,08 % alcalinité. Le temps qui sépare ce dernier chaulage de cette dernière carbonatation est très court, on peut assimiler ces opérations à un chaulage synchrone. La filtrabilité et la sédimentabilité après Ib sont presque aussi bonnes qu'après la, la coloration est normale. Le jus de 1ère C02 va au décanteur, filtres rotatifs et post-filtration sur filtre mécanique Mares, Les filtres rotatifs de 36 m^ ont un tissu de soutien en "sylon" (/±5 m2) et un tissu filtrant extérieur en coton. La campagne a duré 70 jours, le tissu de soutien n'a pas été changé, mais on a dû changer une fois le tissu extérieur. 11

12 Pour améliorer la limpidité des jus de 1ère C02 on a utilisé sporadiquement les agents floculants "Acrinax-2", ou "BSB". Les écumes sont évacuées pneumatiquement, avec de l'air à 6 atm, sur 150 m. La tuyauterie est nettoyée quelquefois à la vapeur ou à l'eau chaude. La 2ème C02 est normale. Le jus est ensuite traité au Na 3 PO 4 (200 kg par semaine, pour une usine de tr ce qui évite les entartrements ; mais on prévoit une décalcification. Recherche de laboratoire concernant le chaulage synchrone Auteurs : Z. ZAGRODSKI et J. DOBRZYCKI Extrait de : Conf. Sucrière de Lodz 1962 (publié en 1966, en allemand) pp Classement : Epuration, schémas, chaulage synchrone Le chaulage synchrone améliore la filtrabilité. En présence de beaucoup d'inverti on obtient des jus moins colorés. Procédé recommandé en cas de traitement de betteraves gelées. Mesure électrochimique du SO2 et des réducteurs (première partie) Auteurs : P, SIF'^IÏT et F. TODT Ertrait de : "Z. Zuckerind." 5/1966, (en allemand) Classement : Contrôle de la sulfitation Essais pour adapter la méthode électrochimique de contrôle de Todt pour la détermination du H2SO3, et des réducteurs dans les solutions alcalines de sucrerie. On a utilisé l'appareil "Bioflux» (soc. "Thiedig" - Berlin). Pour S0 2, l'électrode fut en graphite, pour 0 2 en 0 2. Electrode de référence saturéen en calomel. Les essais ont montré que la méthode ne convient pas pour mesurer le SO 2 dans les jus épurés, du fait de la présence de réducteurs. Etude sur solutions synthétiques à ph = 9 de la réaction entre S0 2, O 2 et oxyméthylfurfurol. Influence de la surcarbonatation sur l'adsorption des matières colorantes par le carbonate de calcium Auteurs : S. ZAGRODSKI et J. DOBRZYCKI Extrait de ; Conf. Sucrière Loda 1962 (publié en 1966, en français) pp Classement : Carbonatation (physico-chimie) 12

13 Influence du ph sur la coloration. Essais avec solutions pures et PDAH. L'augmentation de coloration des jus de 1ère C02 durant la surcarbonatation est due surtout à la désorption des colorants, plus qu'à la peptisation des colloïdes ou au virage de la teinte des substances dissoutes. Le minimum de coloration est à 10,5-11 ph, mais il augmente beaucoup plus vite pour les ph inférieurs que pour les ph supérieurs. Les colorants qui absorbent la lumière à λ = 461 mµ passent plus facilement en solution que ceux qui absorbent la lumière à λ= 560 mµ. Méthode d'épuration de produits de sucrerie. Auteurs : I.M. LIT7AK et L.D. BOBROVNIK Extrait de : Brevet URSS ( ) Classement : Electrodialyse Pour améliorer l'épuration l électrodialyse se fait en série, et à chaque stade on maintient une différence de potentiel et une densité de courant qui dépend de la vitesse relative de la substance qui s'y épure. Exemple : une solution d'égout pauvre préalablement filtrée sur Kieselguhr, traverse quatre cellules d'électrodialyse avec membrane* échangeuses d'ions. Chaque cellule a un collecteur pour NS et une pompe qui recycle l'eau et les NS dans le but d'obtenir la concentration voulue. Premier stade : 4-8 v/cm et 120 a/m2 ; 2ème : 4-8 v/cm et a/m2 ; 3ème : 8-10 v/cm et a/m2 ; 4ème : 8-10 v/cm et a/m2. En tête on accumule un complexe d'acides minéraux et organiques; dans le concentrât de queue les amino-acides, les amides et les bases organiques. Sur mélasse de brix 30 à 40, en trois stades, le taux d'épuration fut 65 % Contribution à l étude de l épuration des jus de l'industrie sucrière à l'aide d'échangeurs d'ions. Auteurs : M ; OLARU et Collaborateurs Extrait de : "Lucràrile inst. ceroetari aliment." , 7, (en roumain) Classement : Echangeurs d'ions : procédé "carbonate" L'Institut de Recherches Alimentaires de Roumanie a vérifié l'efficacité du procédé "carbonate" sur jus de 2ème C02 et sur jus après 2ème corps d'évaporation. 13

14 La pureté augmente jusqu'à 95-96, ce qui correspond à T NS épurés. II n'y a pas de pertes en sucre du fait de l'inversion : grâce à l'utilisation de résines anioniques fortes la réaction est alcaline. Effet des méthodes de régénération sur le rendement d'une installation d'échange d'ions en sucrerie de canne Auteurs : B.A. SMITH et Collaborateurs Extrait de : "J. Agric. Univ. Puerto Rico" 3/1965, 27>286 (en anglais) Classement : Echangeurs d'ions : déminéralisation Les auteurs recommandent l'utilisation méthodique des réactifs. Ainsi ils ont diminué la dépense en NaOH jusqu'à 14% de la quantité stœchiométrique, sans que le rendement de la résine anionique en souffre. Pour les cationiques, la dépense en HCl fut 105 % de la quantité stœchiométrique.,*f Malgré le fait que HCl est plus cher que H 2 SO 4, les auteurs le recommandent de préférence pour éviter de précipiter le Ca et Mg sur résines. Une nouvelle méthode d épuration du jus du jus brut Auteur : P. SMIT Extrait de : "Z. Zuckerind." 8/1966, 469/473, (en allemand) Classement : Echangeurs d'ions : procédés divers Ce schéma a été expérimenté en 1965 à Dinterloord, sur Jus vert de batteries à. vases (et en fin de campagne sur jua de diffusion continue). La résine utilisée Imacti C 16 P (cationique forte, mécaniquement très résistante, poreuse, granulés sphériques). Le jus vert est sulfite à deux reprises, filtré sur filtre à, sable, et refroidi à Il traverse ensuite l'échangeur en forme H de bas en haut, et est neutralisé par la chaux à la sortie. On ajoute ensuite un excès de CaO et on carbonate en 1ère C02, On peut éventuellement faire une 2ème C02. L'échangeur saturé est lavé à l'eau. On envoie ensuite de l'air comprimé qui déplace une partie des eaux de lavage* On lave avec de l'eau chaude qui circule du bas vers le haut jusqu'à ce que l'eau de lavage qui sort soit incolore. On recommande le lavage avec de la lessive alcaline chaude et de la vapeur, on relave à l'eau chaude, on régénère à l'acide et on lave à nouveau. La résine est régénérée "revivifiée". 14

15 On a pu passer environ 20 volumes de jus de diffusion à vases avant que la pression atteigne 2,5 atm., mais seulement 5 volumes de jus provenant des tours BW, d'où nécessité de filtrer préalablement ce dernier. La désinfection et le contrôle du ph sont très recommandés. Le lavage des résines ne doit être fait à moins de 100, autrement on enlève mal les colloïdes. Les éluats-eau et acides contiennent des sous-produits précieux qui peuvent être récupérés. Les parois du récipient doivent être protégées. L'auteur cite les résultats obtenus au G.T.S. concernant les schémas d'épuration possibles, ainsi que l'analyse des produits obtenus (sirop, mélasse). DIVERS Récupération des vapeurs de cuite par évaporation à descendage Auteur : J.C. GIORGI Extrait de : "Industr. Alim. Agric. 1966, N 8 7-8, pp (en français) Classement : Evaporation - Economie de chaleur Nouveau procédé Fivefl-Lille-Cail qui consiste à utiliser un évaporateur spécial, chauffé avec la vapeur émise par les cuites, et dont la calandre est reliée au condenseur de l'usine. Outre la récupération thermique qu'il permet de réaliser, cet évaporateur permet de supprimer le dernier effet de l évaporation lorsque celui-ci fonctionne uniquement en caisse de détente. Photomètre à flamme pour détecter le sucre dans l'eau d'alimentation des chaudières Auteurs : M.L.A VERHAART et N.H.M. de VISSER Extrait de : "Zucker" 19/1966, (en allemand) Classement : Chaufferie - Contrôle eau d'alimentation Si l'eau d'alimentation contient du sucre, elle contient aussi des cendres, donc du potassium. Un photomètre à flamme contrôle en continu cet élément. En effet, le contrôle chimique par alpha-naphtol est sensible pour 0,01 c/o sucre. Le contrôle électroconductimétrique risque d'être perturbé par C02, SO2 et NH3. Le Jus (ou le sirop) contient environ 1 de K % sucre. Donc s'il faut déterminer le sucre avec une précision de 0,01 %, le K doit être déterminé avec une précision de 0,0001 %. Pour cela les eaux condensées sont pulvérisées avec de l'air comprimé, le brouillard obtenu est mélangé avec le propane, et brûlé. Un interféromètre sépare la longueur d'onde de

16 mm qui caractérise le K, et on la mesure par photorésistance. Par cette dernière méthode l'électroconductibilité est proportionnelle à l'intensité du rayonnement, et la force du courant est proportionnelle à la concentration en K. L'avantage par rapport au photoélément est qu'en changeant la tension on peut atteindre la sensibilité voulue. La température doit être constante. Le courant sortant de l'amplificateur peu.t être utilisé pour agir sur un servo-moteur. Pour l'installation il faut : un réservoir avec propane, de l'air comprimé à 1,5 atm. environ, de l'eau pour thermostatiser la photorésistance du courant à 220 V, et une tuyauterie amenant l'eau condensée. Cette installation fonctionne à Breda. Evaporation en sucrerie Auteur : E.M. DEMMIET Extrait de : "Industr. Alim. Agric, (7 et 8)/1966, pp (en français) Classement : Evaporation, généralités, schéma Dans la première partie de l'article l'auteur propose une représentation graphique simple du fonctionnement d'un groupe évaporatoire. Si on porte en abscisse la variation du brix et en ordonnée l'eau évaporée, on obtient une hyperbole équilatère renversée, dont le centre se trouve en haut, à gauche. Cette courbe est coupée en tranches, par corps, et chapeautée par une suite de rectangles, représentant les quantités de vapeur par corps; ces rectangles sont prolongés vers le bas par d'autres rectangles qui représentent les quantités de jus. Ce graphique permet de se faire une idée d'ensemble très nette de l'évaporation : quantités, brix, prélèvements. On peut y adjoindre la représentation graphique de la compression. L'auteur compare ensuite les mérites et les inconvénients des thermo- et turbo-compression. Dans la dernière partie de l'article l'auteur rectifie deux erreurs courantes : 1/ la température des eaux condensées t c doit être calculée d'après la température de la vapeur saturée de chauffage t v et la température du jus à la sortie t j, d'après la formule suivante : 2/ la chaleur spécifique n est pas constante. Lorsqu'elle passe de c1 sous t1 à c2 sous t2, la quantité de chaleur absorbée ou libérée q doit se calculer d'après la formule : 16

17 ou à la rigeur : I Décomposition du sucre inverti et coloration des jus sucrés dans les conditions industrielles Auteur : K. VUKOV Retrait de : "Zucker" ^966, (en allemand) Classement : Pertes, Coloration - Phénomènes chindqmw en évaporation Equations permettant de calculer la coloration due à la décomposition des réducteurs en fonction de la température et du ph. Etude de l'influence du préchaulage, du chaulage, de la carbonatation, du chaulage synchrone. On insiste sur la nécessité de dégrader complètement les réducteurs ayant la 1ère C02 pour éviter de colorer en évaporation. /"Signalons aussi que des mesures de pertes en évaporation faites en Hongrie ont donné des résultats de 0,13 a 0,20 % sucre, du même ordre de grandeur que ceux trouvés au G.T.S. / CRISTALLISATION Vitesse de cristallisation du saccharose en solutions sucrées impures Auteur : A. LURCEV Extrait de : Conf. sucriere de Lodz 1962 (publié** en russe en 1966) pp Classement : Cinétique de la cristallisation Essais de laboratoire mettant en évidence la relation entre Vo et la température ainsi que la relation linéaire entre Vo et 1-sursaturation. Grande importance de la qualité des NS. Ainsi, les sirops de betterave ont des vitesses semblables aux vitesses des solutions pures, jusqu'à sursaturation = 1,2 (ensuite on a des 17

18 nucléations spontanées). Par contre, un sirop reconstitué à partir de sucre roux et Jus épuré, quoiqu'ayant la même pureté, cristallise plus lentement (courbe A sirops; courbe B refonte). Lorsqu'on étudie les égouts pauvres de pureté environ 85, on trouve, toutes autres conditions égales, des différences très sensibles d'une année (ou d'une usine) à l'autre. Influence ralentissante du sucre inverti I sur la nucléation dans les solutions sursaturées du saccharose Auteur : Z. NIEDZIELSKI Extrait de : C.R. Conférence sucrière de Iode, 1962, (publié en français en 1966), pp Classement : Cristallisation, généralité - Réducteurs Essais avec produits chimiquement purs, en ampoules soudées, & 25, sursaturation 1,4 observation au microscope de germes formés. L'influence du pourcentage de sucre inverti (a) sur la durée en minutes Jusqu'à nucléation (t) est caractérisée par la courbe suivante : 18

19 Observation sur la cristalisation du saccharose en présence du sucre inverti Auteurs: G. MANTOVANI et P. PACTOLI Extrait de : "Cukoripar" 2/1966, (en hongrois) Classement : Cristallisation : généralité - sucre inverti Etude sur l'influence de l'inverti sur la vitesse de cristallisation du saccharose à 25% sans agitation, sursaturation 1,1. Lee résultats indiquent que l'inverti freine la cristallisation. Cette action de l'inverti ne peut être attribuée ni au changement de viscosité, ni au changement du ph. On suppose que l'inverti possède un pouvoir mélassigene sensible. Cinétique d'accumulation de NS pendant la cuisson Auteur : N. A. CHEVANDINE Extrait de : "Sakharn. Promychlen." 11/1966, Classement ; Cristallisation ; cuisson Soit P m - pureté de l1eau-mère en cours de cuisson à l'instant t (en minutes, après le grainage), P 0 = pureté du sirop d'alimentation, T une constante. On démontre et on vérifie expérimentalement la relation : P m =P 0 e (t/ T) 19

20 La valeur de T est pour des cultes de raffiné; pour le 1er jet et pour le dernier jet. Cette relation peut être utilisée pour calcule technologiques particulièrement thermiques. Considérations sur le brix de la masse-cuite de 2ème jet Auteur : G. N. NIKHATOVA Extrait de : "Sakham. Promychlen." 10/1966, (en russe) Classement : Cristallisation, cuisson Le principal but lorsqu on cuit un 2eme jet dans le schéma classique en trois jets est d'obtenir un égout susceptible de cuire facilement et de donner une mélasse épuisée sans qu'on ait besoin de la recycler. Chaque usine connaît approximativement la pureté de la MC II qui ne nécessite plus une dilution par la mélasse. Soit P 1 cette pureté, qui aussi la pureté de l'ep II. Pour bien travailler la MC II il faut que la sursaturation de l'ek ne soit pas supérieure à 1,1. Cette MC II doit être turbinée à chaud, pour que la viscosité de l'égout soit faible, et la pureté du sucre II la meilleure possible. Le coefficient de sursaturation de 1*égout est donné par la formule : 1,1 >= S 1 : [(100-B r )s] où S1 = sucre % égout ; s = solubilité du sucre à la t de turbinage Br = brix réel de l égout En usine on mesure le brix soit après dilution poids-normal %, soit 1 : 1. On peut admettre en moyenne un coef. 0,9, c'est-à-dire : NS r = 0,9 (Bap S1) (2) soit B r = 0,1 S1 + Bap (3) En connaissant la pureté P 1 de l1égout, on a : S 1 = 0,01 X B ap P 1 (4) En substituant dans la formule (3) on obtient 20

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre

programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre programme technique Installations de diffusion de betteraves L installation de diffusion BMA à fonctionnement continu sert à l extraction du sucre des cossettes de betteraves. Après le passage du malaxeur

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

Bulletin du GTS N 19 : Janvier 1968

Bulletin du GTS N 19 : Janvier 1968 Bulletin du GTS N 19 : Janvier 1968 DIFFUSION... 4 Appareil de diffusion continue... 4 Recommandations concernant l'utilisation de radicelles et brisures de betteraves... 4 EPURATION... 6 Du rôle des réducteurs

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Hydrolyse du sucre. Frédéric Élie, octobre 2004, octobre 2009

Hydrolyse du sucre. Frédéric Élie, octobre 2004, octobre 2009 ACCUEIL Hydrolyse du sucre Frédéric Élie, octobre 2004, octobre 2009 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Notice technique La filtration sur terre

Notice technique La filtration sur terre Notice technique La filtration sur terre 1 PRINCIPES ET DEFINITIONS La filtration du vin est une pratique très ancienne. Le mot lui même est un dérivé de «filtrum», le feutre qui était alors utilisé pour

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE R Page : 1/5 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de la substance ou de la préparation Emploi de la substance / de la préparation Encres d'imprimerie

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 115 Adoptée : 27.07.95 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par le Conseil le 27 juillet 1995 Tension superficielle des solutions aqueuses INTRODUCTION 1. La présente

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité

Fiche de données de Sécurité Page: 1/6 ETIQUETTE DU PRODUIT ETIQUETAGE (d'usage ou CE): Concerné Phrases de risque : Conseils de prudence : F+ Extrêmement inflammable R-12 Extrêmement inflammable. S-2 Conserver hors de la portée des

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Préchauffage et réchauffage

Préchauffage et réchauffage Accessoires Préchauffage et réchauffage Page 6 Préchauffage et réchauffage Batterie hors-gel FSH 00 00 500 Ø 60 0 e boîtier du filtre de l'air extérieur FSH (FSH = batterie hors gel) sert à protéger l'échangeur

Plus en détail

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE

LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE LA PLACE DU SECHAGE THERMIQUE DANS LE TRAITEMENT DES BOUES LES RETOURS D EXPERIENCE par Jean Paul CHABRIER Société ENVIRO-CONSULT Ingénieur Consultant en séchage thermique des boues et déchets AQUATECH

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur

T.I.P.E. Optimisation d un. moteur LEPLOMB Romain Année universitaire 2004-2005 LE ROI Gautier VERNIER Marine Groupe Sup B, C, D Professeur accompagnateur : M. Guerrier T.I.P.E Optimisation d un moteur 1 1. Présentation du fonctionnement

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Zehnder ComfoFond-L Echangeur géothermique avec circuit fermé à eau glycolée

Zehnder ComfoFond-L Echangeur géothermique avec circuit fermé à eau glycolée Avantages Echangeur géothermique à utiliser en combinaison avec une unité de ventilation à récupération de chaleur (type ComfoD 350, 450 et 550 Luxe) Extrait l'énergie du sol au moyen d'un circuit enfoui

Plus en détail

Instructions d'utilisation

Instructions d'utilisation U22 K 7208 5500 0/2003 FR (FR) Pour l'opérateur Instructions d'utilisation Chaudière à condensation à gaz Logamax plus GB22-24/24K Prière de lire ces instructions avec soin avant l'utilisation Avant-propos

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits

Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits Qualité d eau pour le remplissage de circuits Groupe E Entretec SA Qualité d eau de circuits I Page 1 I ... 14h MOTS DE BIENVENUE M. Freddy Moret, secrétaire romand de suissetec... 14h05 REMANIEMENT DE

Plus en détail

Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz

Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz Introduction L'électricité statique se rencontre partout: dans les résidences, les usines et la nature. Elle est générée en petite

Plus en détail

Olympiades de Physique

Olympiades de Physique Avec l'aide des professeurs : M me Larasse et M. Brasselet Et du chercheur : M. Reyssat Olympiades de Physique Xavier LE GALL Philippe-Henri BLAIS Fabrice BENHAMOUDA Sommaire Introduction...3 Observations...4

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible

BDL2, BDL3 Enviro Liner Part A. Dominion Sure Seal FICHE SIGNALÉTIQUE. % (p/p) Numéro CAS. TLV de l' ACGIH 28182-81-2 70-100 Non disponible FICHE SIGNALÉTIQUE 1. PRODUIT CHIMIQUE ET IDENTIFICATION DE L'ENTREPRISE Adresse du fournisseur/distributeur : Dominion Sure Seal Group of Companies 6175, chemin Danville, Mississauga (Ontario) Canada,

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Mesure sans contact Mesure, contrôle et détection

Mesure sans contact Mesure, contrôle et détection Mesure sans contact Mesure, contrôle et détection Mesure de niveau Le système de mesure par rayonnement gamma est utilisé pour la détection ou la mesure en continu de niveau, sans contact, de liquides

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

LES SOLUTIONS DE. Régulation de la condensation

LES SOLUTIONS DE. Régulation de la condensation LES SOLUTIONS DE Régulation de la condensation V1/2011 Toutes nos documentations sont téléchargeables sur www.bacacier.com LE PROBLÈME DE CONDENSATION Qu est-ce que la condensation? La condensation sous

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail