Rapport d étude Le Lab SalonsCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d étude Le Lab SalonsCE"

Transcription

1 Rapport d étude Le Lab SalonsCE 09 décembre 2013 Equipe CSA : Département qualitatif Isabelle Lachaud Directrice du Département +33 (0) Aude Creuze Directrice d études +33 (0)

2 Titre du projet Sommaire Introduction Le C.E. : représentations, rôles et attentes La thématique Mobilité / Transport La thématique Logement Conclusions 2

3 Introduction Titre du projet 3

4 Rappel du contexte et des objectifs de l étude Le CE aujourd hui instance INCONTOURNABLE, référent INDISPENSABLE, RECONNU pour son rôle socio-culturel, ATTENDU sur sa mission économique Une étude en miroir pour éclairer le «marché des CE» doit renforcer son action en la rendant plus visible et plus efficiente. Dans cet objectif d éclairer le marché des CE, SalonsCE a souhaité conduire une étude afin : 1 D identifier les ATTENTES PRIORITAIRES DES SALARIES en matière de qualité de vie au travail et mettre en lumière les MARCHES PORTEURS 2 D identifier et de tester des SOLUTIONS NOUVELLES pour les CE sur les grands sujets identifiés prioritaires par les salariés 4

5 Rappel du dispositif global Une approche quantitative pour MESURER Une approche qualitative pour FAIRE EMERGER DES PISTES PROSPECTIVES 1 2 Donner un poids et hiérarchiser les différentes attentes des salariés (dans et en dehors de l entreprise) : du point de vue des salariés et des élus de CE. Mesurer les écarts entre la vision de ces 2 publics. Terrain réalisé du 24 Octobre au 5 novembre 2013 Faire réagir sur des éléments de conclusion de la phase quantitative, creuser les marchés porteurs Dégager des pistes de réflexion prospective sur les solutions attendues (dans le domaine des services) Faire réagir les élus CE sur les solutions imaginées par les salariés Terrain réalisé du 14 au 25 novembre 2013 Ce rapport présente les résultats du volet qualitatif 5

6 Rappel de la méthodologie qualitative Afin de répondre aux objectifs fixés, nous avons réalisé dans un premier temps Les salariés 2 réunions de groupe auprès de salariés, à Paris 1 groupe de salariés cadres 1 groupe de salariés non cadres Lors du recrutement des salariés, nous avons veillé à panacher le profil des personnes recrutées en fonction de leur fréquence de recours au CE (régulier / occasionnel), tous ayant eu recours à leur Comité d Entreprise au moins 1 fois au cours des 12 derniers mois / de la taille de leur entreprise (ex. 50 à 99 / 100 à 249 / 250 à 500 / 500 et plus) et du secteur d activité (services / commerce / industrie). Puis, dans un second temps Les élus du CE 2 réunions de groupe auprès d Elus du CE, à Paris Au sein de chaque groupe, nous avons panaché les profils selon l ancienneté dans le mandat, le nombre de mandats effectués (premier mandat ou renouvellement), le fait d être syndiqué ou non et la taille de leur entreprise (ex. 50 à 99 / 100 à 249 / 250 à 500 / 500 et plus) ainsi que le secteur d activité (services / commerce / industrie) 6

7 Titre du projet 7 1 Le C.E. : représentations, rôle et attentes

8 REPRESENTATIONS ET ATTRIBUTIONS 8

9 Parmi les fonctions attribuées au CE, les aspects culturels et sociaux se distinguent nettement * Salariés Une mission culturelle et d aide aux loisirs Une mission sociale Rôle du CE Un rôle économique et politique Dans les limites de ce qu autorise une exploration qualitative* 9

10 Les missions culturelles et les loisirs sont les plus présentes à l esprit Salariés Un rôle jugé prioritaire, structurant les discours Plusieurs domaines d intervention sont évoqués et constituent les références les plus immédiates lorsqu il s agit de définir le rôle du CE Organisation de voyages subventionnés «J ai pu découvrir plein de pays que je n aurais pas visités s il n y avait pas eu les prix du CE (Non Cadres) «les colonies de vacances», «le sport pour les enfants» (Cadres) Offres de loisirs et activités sportives LES MISSIONS LES PLUS PRESENTES A L ESPRIT : «organiser des loisirs et du bien-être» Activités culturelles à tarifs préférentiels «Aide pour le cinéma» (Non Cadres) «théâtre» «sorties» (Cadres), «Location de vidéos» (Cadres) «l Arbre de Noël» (Non Cadres et Cadres) Organisation d événements festifs Qu il s agisse des Cadres ou des Employés, la perception du CE se structure en premier lieu autour de la notion «d avantages» pour les salariés 10

11 Aux yeux des salariés, le rôle social reste le cœur de mission «historique» du CE Salariés Un rôle social intervenant à deux niveaux L amélioration de la qualité de vie au quotidien, concernant l ensemble des salariés Elle recouvre un ensemble de prestations / avantages dont, parmi les plus cités : Des chèques cadeaux, chèques vacances voire cadeaux en nature : «Les bons cadeaux à Noël», «De vrais cadeaux, pour les fêtes» (Non Cadre) «Des aides pour les vacances» (Cadres) Une conciergerie d entreprise et des services affiliés : «On a une conciergerie depuis un an, le boulanger y passe tous les jours, on peut faire laver sa voiture, il y a un pressing, une crèche...», «La conciergerie avec, par exemple, un contrat négocié avec un serrurier, et un jour j ai été bien contente de pouvoir l appeler» (Non Cadres) Des primes ponctuelles : «Des primes pour les rentrées scolaires des enfants» (Cadres) L aide ponctuelle / exceptionnelle Le plus souvent délivrée en fonction de critères socioéconomiques, elle est octroyée sur étude de dossiers et avec remise de justificatifs : Une aide au logement / 1% logement (cité par les deux cibles mais dont les ressorts restent souvent méconnus) «C est seulement à l achat je crois» «Non, je crois que ça dépend des entreprises» (Non Cadres), «Je pensais que c était un autre service qui s occupait du logement, j ai été étonnée que ce soit le CE» (Cadres) Des aides financières exceptionnelles (sans toutefois que les critères d obtention soient clairement connus) : «je crois qu il existe des aides financières quand on est en situation difficile», «on n est pas forcément au courant de ce qu on peut avoir» (Non cadres) Un rôle social largement valorisé, incluant aussi bien la sphère professionnelle que la sphère privée. Toutefois, une connaissance des attributions du CE restant parcellaire. 11

12 le rôle économique et politique du CE n apparait qu en arrière plan Salariés Les missions économiques / politiques du CE ne sont que faiblement évoquées par les salariés Par exemple, le droit d information et de consultation sur les actions économiques importantes, la possibilité de désigner un expert comptable pour contrôler les comptes de l entreprise, etc. ne sont que peu (voire pas) restituées lors des groupes Seul le rôle de «protection des salariés» est mentionné (surtout par les Cadres), mais la connaissance du champ d intervention du CE reste limitée à de grands domaines et empreints de confusions et d interrogations. «Ils sont un tampon entre Direction et salariés» (Cadres), «Ils protègent un peu les salariés, quand il y a des licenciements, ils interviennent» (Cadres), «Mais ce n est pas leur rôle non? Je crois que c est plutôt le rôle des Organisations Syndicales» (Cadres), «Ils peuvent apporter une aide aux salariés s il y a un conflit interne, avec l employeur ou un autre salarié» (Non Cadres) Un rôle, des droits / prérogatives qui sont largement méconnus des salariés 12

13 Pour les élus, des priorités qui sont, pour la plupart, inversées par rapport aux perceptions des salariés Elus CE Une mission économique et politique Une mission d information et de défense des salariés Rôle du CE Une mission sociale Une mission culturelle et d aide aux loisirs 13

14 Les ELUS mettent avant tout l accent sur leur rôle économique et politique et sur la défense des salariés Elus CE La mission de représentation / de défense des salariés structure les discours : Des consultations relatives aux droits des salariés : un espace de parole pour les salariés Une participation à la promotion de l égalité des droits et des chances «Le CE est là pour faire valoir les droits des salariés», «Il les représente», «Il les accompagne», «Il les protège», «On est impliqués dans le bilan social, l égalité Homme /Femme», «le CE est là pour négocier aussi» Les Elus mettent également en avant leur rôle économique (vigilance, contrôle, ) et leur rôle d information (droit d alerte, ) «Le CE est là pour s informer sur la position économique de l entreprise», «On prend connaissance de l activité économique de l entreprise.», «On informe les salariés sur leurs droits et leurs obligation», «Les salariés sont beaucoup en attente d information», «Relayer l info dans l entreprise», «Sur le plan économique, le CE peut solliciter un expert, s il y a des dysfonctionnements, pour voir si les performances de l entreprise lui permettent de licencier» Un rôle jugé prédominant, dont les Elus retirent une forme de fierté. 14

15 Sans la dédaigner pour autant, les ELUS jugent leur mission sociale et culturelle plus secondaire Elus CE En parallèle, aux yeux des élus rencontrés, les activités sociales et culturelles font partie de la «routine» obligatoire du CE, attendue par les salariés «Il y a la billetterie», «Les activités sociales, comme les voyages, les spectacles», «les chèques cadeaux, le ciné» L aide d urgence / l aide sociale fait également partie des actions que le CE peut être amené à entreprendre A noter que le discours des Elus à ce sujet s avère ambigu : les dispositions légales leur interdisant d accorder des prêts, il leur est difficile de reconnaître avoir recours à ce type d aide exceptionnelle (ce qui semble pourtant être le cas dans certaines circonstances) ou d en parler ouvertement. Ceci peut notamment expliquer le fait que les salariés se disent mal informés sur ces sujets, reprochant au CE un manque de transparence, voire de faire de la rétention d information. «On n a jamais eu le droit de prêter de l argent, car on n est pas une banque», «On ne peut pas prêter mais bon, on le fait pour des recours ultimes» Une mission sociale et culturelle que les élus ont tendance à mettre au second plan même s ils reconnaissent qu elle reste prioritaire aux yeux des salariés «c est ce qu ils attendent avant tout, chèque cadeaux, cinéma, voyages» 15

16 EN BILAN Les perceptions croisée Elus / Salariés Elus CE Salariés Au final, on constate un hiatus entre la perception que les Salariés ont du C.E. et de ses attributions et les missions dont se prévalent les membres du CE. Le risque perçu étant que les «non-dits» et les défaillances perçues de la communication entretiennent une forme d incompréhension mutuelle, «polluant» les relations entre salariés et Elus du C.E. 16

17 ATTENTES / SUGGESTIONS D EVOLUTIONS 17

18 Pour les salariés, des perceptions contrastées quant aux évolutions connues par les Comités d Entreprise L introduction de nouveaux services est venu contribuer au confort et à la qualité de vie des salariés, telles que les conciergeries. «Depuis un an et demi on a une conciergerie, pour laver la voiture, la garde des enfants, des choses comme ça» (Non Cadres) Salariés Toutefois, pour la plupart, il y a eu une perte d avantages au fil des années, en lien avec la «crise économique» «Dans mon entreprise on a tout perdu, on avait plein de choses, mais il y a eu des restrictions de personnels» «on était en Régie, on est passés dans le privé et on a perdu des avantages» (Non Cadres) Et, dans certaines entreprises, les salariés estiment qu il y a eu une meilleure prise en compte des besoins des salariés «En fonction des demandes, ils ont commencé à se développer, à nous offrir des services qui nous conviennent mieux» (Cadres) Et des «avantages» (tarifs préférentiels / négociés) qui sont souvent jugés peu concurrentiels, notamment au regard des nouvelles offres qui fleurissent sur le Web (ex. site comme Groupon, Last Minute, ) «Avec les sites comme Groupon, ce que propose le CE n est plus forcément intéressant» (Cadres) «Il y a des comparatifs sur Internet, donc les tarifs négociés, on peut trouver moins cher en cherchant» (Non Cadres) Des évolutions qui, aux yeux des salariés, dépendent généralement du degré d implication de la part des Elus et de leur capacité à se mobilier ou pas. «Chez nous ils font toujours les mêmes choses, tout dépend de la volonté de changer ou pas, des gens qui sont au CE» (Non Cadres), «Dans une entreprise que je connais, les gens sont vraiment impliqués, mais pas chez nous» (Non Cadres) 18

19 Les élus, quant à eux, ont une vision beaucoup plus négative sur les évolutions, qu ils estiment, pour la plupart, «subir» Elus CE Des dispositions légales perçues comme plus strictes, avec des contrôles des comptes plus fréquents Des exigences jugées croissantes de la part des salariés avec une forme d ingratitude perçue en retour Des restrictions budgétaires qui grèvent leur budget Au final, des Elus qui apparaissent assez désabusés et qui expriment un certain manque de motivation face à l innovation et à toute nouvelle initiative, d autant plus qu ils estiment que le «retour sur investissement» est faible et leurs efforts sont rarement reconnus en interne «On n a plus forcément envie d organiser des voyages, car certains vont dire que ce sont toujours les mêmes qui partent, sans parler du temps qu on y passe...» 19

20 Des attentes multiples de la part des salariés Salariés Les attentes des salariés se structurent principalement autour de trois grands pôles : La posture des Elus et leur implication vis-à-vis des salariés Les modalités de fonctionnement du CE Les services : amélioration de l existant et proposition de nouveautés 20

21 Des attentes multiples de la part des salariés Salariés La posture des Elus et leur implication vis-à-vis des salariés Les modalités de fonctionnement du CE Les salariés souhaiteraient que les Elus soient plus à l écoute de leurs besoins et attentes Pour ce faire, ils évoquent l instauration de boîtes à idées, d enquêtes internes... et qu ils prennent davantage en compte l intérêt général, de manière équitable, sans chercher à privilégier des intérêts particuliers. Une implication qui serait destinée à l ensemble des salariés, en permettant notamment l accessibilité aux loisirs pour le plus grand nombre «Il faudrait pour les voyages que ça puisse concerner plus de monde, car il faut quand même payer et souvent ça reste cher et pour un certain niveau de revenus» (Non Cadres), «Plus penser au petit personnel, établir des quotients» (Non Cadres) Une optimisation de la communication est attendue, notamment à travers Un descriptif exhaustif des différentes missions du CE Une information sur le volet social (aides financières possibles, aides au logement, conditions...) et sur l intégralité des services proposés par le CE. Les cadres ont également évoqué la nécessité de remédier aux lourdeurs administratives et à l aspect procédurier, notamment avec un recours plus systématique aux NTIC : Utilisation plus systématique d Internet, rechargement en ligne (cartes de cinéma...), impression possible des bons d achat / de réduction, accords avec les partenaires sur l obtention des avantages sur simple présentation du badge professionnel, etc. «Si on veut un avantage, comme des tickets de ciné, il faut se déplacer sur le site, sinon il y a des frais de recommandé ; il faudrait pouvoir recharger sa carte de ciné à distance», «Qu on puisse tout imprimer en ligne, j attends des billets en ce moment, si je pouvais imprimer en ligne ce serait moins galère» (Cadres) 21

22 Des attentes multiples de la part des salariés Les services Salariés Une amélioration des services existants... A travers des réductions et des tarifs préférentiels plus avantageux (l émergence des sites comparatifs et des plateformes d achats groupés ayant contribué à rendre les offres du CE moins attractives aux yeux des salariés) «On a l impression qu il n y a pas de subvention, si je prends une carte de 5 entrées pour le ciné, ça revient au même», «Pour aller à Disney, j ai moins cher à la FNAC», «Pour des spectacles, c est moins cher sur Billet Réduc» (Cadres), «Il faudrait des chèques cadeaux plus conséquents» «être mieux subventionnés»... Et un renouvellement : A travers une offre culturelle plus diversifiée, collant à l actualité (spectacles, théâtres, concerts, expositions...) (+ cadres) «Pour les expos, parfois il n y a rien» (Cadres) Des attentes relatives à la mobilité ont également émergé spontanément (+ Non Cadres), à travers l évocation de subventions pour les déplacements (loisirs) «On a plein de catalogues pour les vacances mais sur l essence ou les billets il n y a rien, il faudrait une vraie remise à la SNCF ou sur les péages» (Non Cadres) bons carburants «Des chèques essence» «ça devrait être mis en place comme les chèques restau car on est de plus en plus obligés d utiliser son auto», «Ceux qui ne partent pas en vacances pourraient en bénéficier le weekend» (Non Cadres) subventions pour le paiement des péages Des suggestions développées en infra 22

23 Du côté des élus, les attentes perçues de la part des salariés sont surtout circonscrites à l obtention d avantages matériels Elus CE Aux yeux des élus rencontrés, les attentes des salariés concernent essentiellement le domaine culturel et les loisirs, avec un focus sur l organisation de voyages à tarifs concurrentiels «Ils demandent des subventions pour les sports», «Plus de chèques cadeaux, chèques vacances», «Ils voudraient plus de voyages, plus de sorties, plus de tout» Or, les Elus estiment ne pas avoir les moyens d accéder aux demandes des salariés, notamment en raison de contraintes budgétaires. «Ils veulent plus de volumes, plus de possibilité, mais on ne peut pas, c est une question de budget, on ne peut pas satisfaire toutes les demandes», «On ne peut pas avoir une participation dans les clubs de sports, hormis les activités des enfants pendant les vacances, on n a pas assez d argent», «Je n ai que pour 50 personnes», «On essaie de faire des voyages mais on ne peut pas en faire tous les ans» Des Elus qui restituent partiellement les attentes des salariés et qui ont tendance à se concentrer uniquement sur le domaine de la culture et des loisirs, n étant pas toujours conscients des attentes relatives à la communication, la réactivité, l écoute. A noter que les thématiques Logement et Mobilité ne seront évoquées que sur relance. 23

24 2. En bilan Sur la posture des cibles Titre du projet 24

25 Une perception du Comité d Entreprise très ambivalente (1/5) Le CE est avant tout perçu comme une instance ayant vocation à œuvrer dans l intérêt des salariés : Salariés Aux yeux des salariés, l existence d un CE au sein d une entreprise est censée leur garantir l attribution de certains cadeaux / avantages en nature et ce, indépendamment de leur statut / situation sociale : «C est une structure de l entreprise qui favorise le pouvoir d achat» «Comme un complément de salaire» (Non Cadres), «C est un ensemble d avantages pour les salariés» «Plus le CE est généreux, mieux c est» (Cadres) Le CE est également défini comme une instance à vocation sociale, visant à aider les salariés en difficulté, tant sur le plan : économique «c est une aide en cas de problème» (Non Cadres) psychologique «c est une assistante sociale, on peut aller parler de ses problèmes» (Non Cadres) politique «ils sont le tampon entre la Direction et les salariés» (Cadres) 25

26 Une perception du Comité d Entreprise très ambivalente (2/5) Toutefois, la plupart des salariés s estime relativement conscient des limites budgétaires auxquelles les CE sont assujettis dans le cadre de leurs fonctions (un principe de réalité intégré et une forme d auto-responsabilisation) Salariés Dans un contexte de «crise économique», la plupart des salariés se disent confrontés à des restrictions budgétaires imposées au sein de leur entreprise et en déduisent que le budget des CE est également impacté par ces «coupes» «Ils n ont pas des enveloppes énormes» (Non Cadres), «Chez nous des gens ont été licenciés, la masse salariale est donc réduite, et le budget du CE aussi.» (Non Cadres) De ce fait, les salariés auront tendance, lors des groupes, à exclure les suggestions d aides / contributions du CE leur paraissant disproportionnées par rapport aux possibilités financières supposées dont ils disposent. (Ainsi, comme nous le verrons plus loin, les suggestions de financements importants seront écartées, même si le service en soi génère de l attrait) «On a perdu 1000 personnes l an dernier chez Renault, je suis désolée mais depuis 9 ans, on perd 200 personnes par an, et le budget du CE dépend du nombre de salariés, alors offrir un crédit aux salariés, non, je ne vois pas ça.» (Non Cadres), «Un CE a une enveloppe définie par an» (Non Cadres) 26

27 Une perception du Comité d Entreprise très ambivalente (3/5) En parallèle, de nombreuses critiques émergent fortement dans les discours Salariés Les salariés expriment une certaine défiance à l égard des Elus Un sentiment partagé que les membres du CE ont une démarche intéressée et ce, à divers titres : Une propension perçue à vouloir se «servir en premier lieu», sans nécessairement être à l écoute des besoins des salariés. «Bien sûr quand ils proposent des voyages, ils sont présents aussi, et si on hésite entre Asie et Amérique, la personne du CE va privilégier les pays qu elle aime bien!» «Ils ne nous demandent pas notre avis» «Ils sont à leur LEUR écoute et pensent surtout à eux, c est le ressentiment que j ai à leur égard» (Non Cadres) Une attribution parfois jugée discrétionnaire des avantages et aides financières, en vertu de «copinage» et de liens privilégiés que les membres du CE peuvent avoir avec certains salariés. «C est souvent toujours pour les mêmes personnes» «Il y a du piston, par exemple pour le logement» «c est à la tête du client» (Cadres) Enfin, un statut de «salarié protégé» qui peut engendrer de la suspicion sur les motivations réelles des membres du CE «Ca peut être la défense des salariés, mais il ne faut pas oublier que c est un emploi protégé aussi...» (Non Cadres) 27

28 Une perception du Comité d Entreprise très ambivalente (4/5) De surcroît, aux yeux des salariés, le fonctionnement du CE est souvent sujet à des dysfonctionnements : Pour tous, le sentiment d une opacité relative aux avantages et surtout aux aides financières et une communication souvent jugée minimale, voire une suspicion de rétention d informations «Si on ne va pas chercher les infos on ne va pas nous les donner», «Il y a une rétention d informations, dès qu il faut donner de l argent» (Non Cadres) Salariés Pour les Cadres : une instance jugée procédurière dans l attribution des aides sociales / financières : une obligation pour les salariés de produire de nombreux justificatifs, un temps conséquent nécessaire au traitement des demandes / à l obtention des aides... «C est administratif», «Très lourd», «La Sécu» «L URSS», «Il faut toujours se justifier» (Cadres) Pour les Non Cadres : le sentiment d un manque d équité et d accessibilité aux offres, avec des avantages auxquels ils estiment ne pas toujours avoir accès «Les voyages, il faut quand même les financer, ce sont toujours les mêmes qui partent, car c est pour une certaine classe sociale, ceux qui ont un certain niveau de salaire», «Les voyages ont lieu à certaines périodes, et nous les serveurs, les plongeurs, on ne peut pas y aller, à Noël par exemple!» (Non Cadres) 28

29 Une perception du Comité d Entreprise très ambivalente (5/5) Salariés Un organe interne dont l existence est valorisée par les salariés : un atout perçu au sein d une entreprise «C est bien d en avoir un dans l entreprise» (Cadres), «C est un plus, la cerise sur le gâteau» (Non Cadres) Néanmoins, la plupart des salariés expriment un assez faible niveau de satisfaction vis-à-vis de leur CE : Une image qui apparait ternie par une communication et un fonctionnement parfois jugés déficients Une perception d iniquité, de favoritisme dans l attribution des aides. De la défiance qui est parfois exprimée à l égard des salariés Elus (ces derniers apparaissant comme intéressés dans leur démarche) Enfin, des salariés qui ont conscience des limites budgétaires auxquelles sont confrontés les CE. 29

30 Pour les ELUS : des difficultés ressenties au quotidien dans l exercice de leurs fonctions (1/4) Elus CE Des difficultés exprimées pour gérer les relations avec les salariés et pour satisfaire leurs demandes Les Elus se disent confrontés à des exigences croissantes de la part des salariés, en termes d avantages concrets sur le plan financier A leurs yeux, les difficultés économiques ont généré un phénomène de quête incessante de cadeaux, avantages, primes, subventions, etc., autant d avantages considérés comme des compléments de salaire. Et ils estiment que les salariés «en veulent toujours plus», s inscrivant dans des postures «d éternels insatisfaits» «Ils ne sont jamais satisfaits, ils ont toujours des idées du genre «ça serait mieux que»» «Les salariés en demandent toujours plus», «Il y a plus d individualisme, ils s intéressent moins aux activités et plus aux chèques cadeaux, à la consommation, l argent que l on donne pour les naissances...», «On se sent harcelés» «Ils ne sont jamais contents» De surcroit, les Elus estiment que les salariés sont de plus en plus en attente de services individualisés, voire personnalisés, d où des difficultés pour concilier l intérêt du groupe et les demandes individuelles. Par ailleurs, le contexte socio-économique amène de plus en plus les Elus à gérer des situations de détresse matérielle et psychologique, auxquelles ils estiment ne pas être suffisamment préparés et qui les dépassent souvent, voire les perturbent. «Il y a des situations dramatiques, ils viennent m en parler, mais je me dis parfois que je n ai pas envie d entendre ça, ce n est pas mon rôle, je ne suis pas formée à ça, je ne suis pas assistante sociale», «On n en sort pas indemnes», «On ressent de la fatigue morale» 30

31 Pour les ELUS : des difficultés ressenties au quotidien dans l exercice de leurs fonctions (2/4) Elus CE Des contraintes budgétaires jugées accrues Des budgets soumis à restriction, avec lesquels les Elus doivent composer et au sujet desquels ils doivent faire face aux récriminations de certains salariés acceptant mal la perte d avantages «On ne doit pas dépasser 150 euros sur les bons cadeaux sinon on paye l Urssaff» «On n a plus assez d argent pour être performants.» «On vient de manger un contrôle d Ursaff, les chèques vacances pas de soucis mais les chèques d achat on est limité à 154 euros.» Et un cadre légal ayant entraîné un contrôle accru des comptes du C.E. d où une nécessaire vigilance de la part des Elus «Les comptes ont changé, on a des comptes à rendre à la Direction et aux salariés», «L Accord National Interprofessionnel a été voté, il y a eu des abus, ils sont beaucoup plus rigoureux» 31

32 Pour les ELUS : des difficultés ressenties au quotidien dans l exercice de leurs fonctions (3/4) Elus CE Un contexte général engendrant une certaine réserve de la part des Elus Les Elus rencontrés ont, pour la plupart, tendance à fonctionner de manière assez routinière, laissant peu de place à l innovation, à la recherche et à la proposition de nouvelles offres. Ils estiment que cela est notamment dû à : un manque de temps et à un nombre d heures de délégation restreint (qu ils n arrivent pas toujours à utiliser en raison de leur charge de travail), un budget limité et contrôlé de près la législation en vigueur Tant d éléments qui ne leur permettent pas toujours de s investir pleinement ou comme ils le voudraient dans leurs fonctions et qui peuvent s avérer décourageants De surcroît, les Elus expriment une certaine frustration liée à l attitude des salariés souvent qualifiée «d ingrate» et ressentent un manque de reconnaissance par rapport à l investissement fourni. «Dans le cadre de nos activités on avait instauré un prêt et des cautions pour les travaux. C était remboursable sur douze mois. On a eu un contrôle de l Ursaff, qui a dit qu on ne pouvait pas se substituer aux banques en proposant un prêt à intérêt zéro, qu on devait mettre un pourcentage d intérêt», «Chez nous, on a essayé de mettre en place des places de théâtre, mais ça n intéressait personne.», «On a mis en place du covoiturage, mais personne n accrochait» Pour toutes ces raisons, les attentes exprimées par les salariés ont souvent été accueillies avec tiédeur et circonspection, les freins perçus prenant le pas sur les atouts / avantages des propositions. 32

33 Pour les ELUS : des difficultés ressenties au quotidien dans l exercice de leurs fonctions (4/4) Elus CE La plupart des Elus ont exprimé une forme de mal-être et des difficultés pour assumer leur fonction, avec cependant des disparités liées à la taille des entreprises, à la masse salariale et aux moyens dont dispose le CE, les Elus des petites structures verbalisant plus fortement les limites de leur fonction. Il existe également une tendance à fonctionner à travers ce qui relève des habitudes, dans une certaine routine (où l on perpétue les services / offres existants ) et à se méfier de l introduction de nouveautés (crainte de la complexité de mise en place, du temps nécessaire, des implications budgétaires, de la conformité sur le plan légal,...). A noter également que, lors de la phase de recrutement, nous avons eu beaucoup de mal à mobiliser les Elus sur ce sujet. En effet, ils sont nombreux à avoir préféré décliner notre invitation. 33

34 Titre du projet 34 2 La thématique Mobilité / Transports Pour rappel, les deux thématiques ont été présentés dans des ordres de passage différents afin d éviter tout biais

35 APPROCHE DES SALARIES 35

36 Aux yeux des salariés, les CE se positionnent encore peu sur les questions inhérentes à la Mobilité et au Transport Quatre domaines d intervention ont été recensés, perçus comme relevant clairement du CE : Salariés Les tarifs préférentiels / négociés sur la location automobile «On a des tarifs préférentiels chez Hertz ou Ucar», «Sur présentation de notre badge on a 15% de réduction» (Cadres) Des partenariats / tarifs négociés avec des garagistes pour l entretien Des subventions / remboursement de voyages (billets SNCF) La mise en place d un système de co-voiturage (3 entreprises) «Le CE a mis en place un truc sur notre site de société, mais ce sont pas eux qui gèrent, on se débrouille entre salariés» (Non cadres) «Je peux faire emmener ma voiture chez un garagiste par le biais de la conciergerie. Ce sont des tarifs plus intéressants» (Non Cadres) «Si je pars en vacances, on peut me rembourser le train» (Cadres) Des domaines qui apparaissent, à date, encore peu investis par les CE 36

37 Aux yeux des salariés, les CE se positionnent encore peu sur les questions inhérentes à la Mobilité et au Transport Salariés D autres aides à la mobilité sont proposées, mais ne sont pas spontanément attribuées au CE ou sont considérées comme relevant plus d une décision de l employeur ou d une obligation légale : Le remboursement de l abonnement Navigo - A concurrence de 50% : une disposition légale, ne relevant pas du CE. - A la marge : un remboursement supérieur de la part de certaines sociétés «Chez nous c est 100% le Navigo» (Cadres) Le prêt de véhicules de fonction et / ou la prise en charge des frais de carburant par l entreprise (+ cadres) «J ai une voiture de fonction avec une carte essence. Pour 30 par mois je peux aussi l utiliser le weekend», «Ce n est pas le CE qui s occupe des voitures de fonction.» (Cadres) Le cas des navettes de société : Un service qui n est pas spontanément attribué au CE et dont on suppose qu il est décidé / géré par l entreprise. A noter toutefois que l implication du CE sur ce sujet semble légitime ( cf. infra) «C est important, on gagne énormément de temps» «mais je n aime pas leurs bus de tourisme, on ne peut pas y travailler avec l ordinateur» (Cadres) 37

38 Une thématique pourtant très investie par les salariés : un axe jugé primordial pour l amélioration de la qualité de vie Salariés Si les questions inhérentes à la Mobilité et au Transport sont perçues comme étant peu traitées par les Comités d Entreprise, elle apparaissent toutefois comme des sujets de préoccupation au quotidien Que ce soit pour les transports en commun Le stress / L inconfort : «Courir dans le métro» «serrés dans les transports» (Non Cadres) Les aléas (grèves, incidents, retards,...) : «Je me dis toujours, que va-t-il se passer dans le RER aujourd hui» (Non Cadres) ou les déplacements en véhicule personnel: Le coût du carburant, de l entretien, des assurances, des frais de stationnement : «Les parkings sont un problème surtout à Paris» (Cadres), «L entretien c est un budget» (Non Cadres) La pollution : «On est dedans toute l année et on respire la pollution» (Non Cadres) Les difficultés de stationnement : «Il n y a jamais de place dans Paris», «ma société n a pas de parking (Cadres) Les dangers de la circulation / les risques d accidents corporels et physiques : «Peur de se faire écraser, j habite à 1 km de mon travail mais je ne peux y aller ni à pied ni à vélo car c est trop dangereux, je me suis fait renverser, donc je prends ma voiture» (Non Cadres) Ou encore, de manière plus générale et ce, quel que soit le mode de transport La durée / le temps de transport : «Trop de temps perdu» «J habite dans l Oise, je travaille à Rueil, ça me fait 2 heures de voiture matin et soir. En transport ce serait 3 à 4 heures» (Non Cadres) Les difficultés de circulation / embouteillages : «Je me suis retrouvé un jour bloqué 45 mn Place de Clichy» (Non Cadres) 38

39 Une thématique pourtant très investie par les salariés : un axe jugé primordial pour l amélioration de la qualité de vie Salariés Au final, un vécu sur le plan des transports et de la mobilité qui a des incidences aussi bien sur le plan de la santé : fatigue, stress de la conduite aux heures de pointe / liée aux aléas des transports en communs / à l insécurité professionnel : retards occasionnés par les aléas des déplacements pendulaires financier : coût du carburant, de l entretien... environnemental (particulièrement présents à l esprit des Non-Cadres) : émissions polluantes, consommation d énergie non renouvelable, congestion urbaine... 39

40 Les salariés expriment des attentes multiples en matières de solutions / services sur cette thématique, pouvant être proposés par les CE Des solutions / services jugés légitimes, pertinents de la part d un CE Salariés Organisation /Facilitation des déplacements pendulaires «Coup de pouce» financier Navettes de ramassage «Bons Carburant» Covoiturage Aide au financement du péage Aide à l entretien du véhicule Aide au permis de conduire Attentes spontanées communes aux cadres et aux non-cadres (plus prégnantes chez ces derniers) Attentes plus présentes de la part des Non Cadres, souvent sur relance auprès des Cadres. Dans une moindre mesure, sur suggestion pour les deux cibles 40

LAB SALONSCE. Synthèse des résultats quantitatifs et qualitatifs. Janvier 2014

LAB SALONSCE. Synthèse des résultats quantitatifs et qualitatifs. Janvier 2014 LAB SALONSCE Synthèse des résultats quantitatifs et qualitatifs Janvier 2014 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux Résultats 7 Relation salariés/ce : des perceptions divergentes 8 Qualité de

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Un plan de mobilité pour votre entreprise

Un plan de mobilité pour votre entreprise Un plan de mobilité pour votre entreprise Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) - UNIGE tél. +41 22 379 83 35 fax. +41 22 379 89 58 U n e o c c a s i o n d e r e p e n s e r l a m o b i l i t

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

Le STIF a créé le forfait imagine R

Le STIF a créé le forfait imagine R Le STIF a créé le forfait imagine R pour offrir aux jeunes franciliens scolarisés de moins de 26 ans des conditions de transport moins chères toute l année. Grâce à la contribution budgétaire de la Région

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012

Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. - Résultats du Volet salariés-parents - 3 avril 2012 Baromètre 2012 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale - Résultats du Volet "salariés-parents" - 3 avril 2012 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 La conciliation

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ

MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ MES ÉCO-DÉPLACEMENTS LE QUIZZ Pour réduire efficacement ses consommations liées aux déplacements C'est parti! Ce quizz vous permettra d évaluer les gestes que vous faites déjà en matière d éco-déplacements

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Agir sur la demande pour résorber la saturation

Agir sur la demande pour résorber la saturation > LA BOÎTE À OUTILS [ DIGITAL ] Agir sur la demande pour résorber la saturation Par Arnaud Mokrani, manager chez Artimon Transports Pour le compte de Transilien SNCF, nous avons expérimenté une méthode

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Observatoire de la Mobilité 2015

Observatoire de la Mobilité 2015 Observatoire de la Mobilité 2015 Septembre 2015 Contexte, objectifs et méthodologie de l étude Ce document présente les principaux résultats de l Observatoire de la Mobilité 2015 réalisée par l IFOP pour

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Rédacteur : Fayçal ABASSI, expert-comptable Bureaux de LYON

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE

DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT DANS LE 7 E ARRONDISSEMENT D UN PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE MERCREDI 10 OCTOBRE 2007, A 11H00 SALLE LUMIERE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LYON CONTACTS PRESSE : Association

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France

Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France Etude sur les déplacements Analyse détaillée des trajets effectués en Transports en commun en Ile-de-France 18 Septembre 2014 ixxi-mobility.com 2 Transformer le temps de transport en temps utile Le temps

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE

UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE UNIVERSITE DE GENEVE CONFERENCE UNIVERSITAIRE DES ASSOCIATIONS ETUDIANT-E-S ETRE «PARENTS-ETUDIANTS» A L UNIVERSITE DE GENEVE COMMENT LES AIDER A CONCILIER VIE DE FAMILLE ET ETUDES UNIVERSITAIRES? Sommaire

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LES BONS PLANS MOBILITE. Plan de mobilite de l administration lausannoise

LES BONS PLANS MOBILITE. Plan de mobilite de l administration lausannoise LES BONS PLANS MOBILITE Plan de mobilite de l administration lausannoise Un plan de mobilite d entreprise pour limiter les deplacements en voiture Chères collaboratrices, Chers collaborateurs de la Ville

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Comparaison des politiques de remboursement de frais

Comparaison des politiques de remboursement de frais Comparaison des politiques de remboursement de frais 354 Que ce soit sur la procédure d avance de frais, l assurance des véhicules, le recours à la location ou la valorisation des sur-temps, les dispositions

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Direction de la solidarité Centre Communal d'action Sociale Service action sociale - 02/03/2015 LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Le Centre Communal d'action Sociale inscrit son action, dans

Plus en détail

Charte d utilisation: SCHOOLPOOL

Charte d utilisation: SCHOOLPOOL Charte d utilisation: SCHOOLPOOL Tout utilisateur du site Schoolpool s engage à respecter certaines règles. Cette convention décrit la conduite en tant que «bon père de famille» à adopter, incluant le

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

4- Les procédures et autres démarches

4- Les procédures et autres démarches 4- Les procédures et autres démarches 4.1- Le visa De manière générale, si vous partez moins de 3 mois au Japon, vous n avez pas besoin de visa. En effet, les ressortissants de l Union Européenne obtiennent

Plus en détail

Dossier de Presse. Lundi 24 juin 2013 Centre D Exploitation et de Maintenance LE MET. Nouvelle Billettique LE MET et tarification au 1 er juillet

Dossier de Presse. Lundi 24 juin 2013 Centre D Exploitation et de Maintenance LE MET. Nouvelle Billettique LE MET et tarification au 1 er juillet Dossier de Presse Lundi 24 juin 2013 Centre D Exploitation et de Maintenance LE MET Nouvelle Billettique LE MET et tarification au 1 er juillet Sommaire La nouvelle Billettique LE MET page 3 La Carte Sans

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Rapport bourse Explora

Rapport bourse Explora 05/09/2011 Rapport bourse Explora Stage de 3 mois au Brésil Raphaël BONSANG raphael.bonsang@ecl2012.ec-lyon.fr Ecole Centrale Lyon 1 Vie pratique - Logement : Lors de ma demande de stage, j ai demandé

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps

La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Dossier de Presse La location de voitures courte durée, un moyen de déplacement dans l air du temps Avril 2006 Contacts presse : HOPSCOTCH Elodie Brillaud Tél. : 01 58 65 00 68 E-mail : ebrillaud@hopscotch.fr

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013

Analyse CFDT du BILAN SOCIAL 2013 1 NOTE PRÉLIMINAIRE... 2 2 LE BILAN SOCIAL AU 31 DECEMBRE 2013... 3 2.1 EMPLOI... 3 2.2 RÉMUNÉRATIONS... 9 2.3 HYGIENE ET SÉCURITÉ... 13 2.4 AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL... 13 2.5 FORMATION... 14 2.6 RELATIONS

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange dossier de presse septembre 2013 Sylvie Duho Mylène Blin 01 44 44 93 93 service.presse@orange.com 1 la flotte automobile d Orange en chiffres

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon

Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon Livret du Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon Comité d entreprise de la Fondation de la Croix Saint Simon 35 rue du plateau, 75019 PARIS Tél/Fax : 01 53 72 33 99 Email : ce.fondation@croix-saint-simon.org

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

Télétravail, de quoi parle-t-on?

Télétravail, de quoi parle-t-on? Télétravail, de quoi parle-t-on? 1 Base présentation : Caisse des Dépôts, menée par les cabinets PMP et TACTIS au 1er semestre 2011. Cadre programme des Investissements d Avenir / Fonds National pour la

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois?

Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois? Comment développer le covoiturage sur le territoire métropolitain lillois? Synthèse de l étude exploratoire sur une politique partenariale de covoiturage sur le territoire métropolitain, réalisée par Inddigo.

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Le STIF a créé le forfait imagine R

Le STIF a créé le forfait imagine R Le STIF a créé le forfait imagine R pour offrir aux jeunes franciliens scolarisés de moins de 26 ans des conditions de transport moins chères toute l année. Grâce à la contribution budgétaire particulière

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

www.wattmobile.fr L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain

www.wattmobile.fr L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain L opérateur intermodal qui développe les infrastructures et les services de déplacement en véhicules électriques en milieu urbain www.wattmobile.fr Dossier de presse Wattmobile 1 1. Vision et Missions

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

EXPRESSO MOBILITÉ LISTE UN MOT MAGIQUE? UN MOT TABOU? CP 218 MARS 2008 N 14

EXPRESSO MOBILITÉ LISTE UN MOT MAGIQUE? UN MOT TABOU? CP 218 MARS 2008 N 14 EXPRESSO CP 218 MARS 2008 N 14 LISTE MOBILITÉ UN MOT MAGIQUE? UN MOT TABOU? EDITO * Les chiffres utilisés dans cette brochure sont issus du Diagnostique triennal pour le chemin du travail. Ce questionnaire

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Service HSE&E. Plan de Déplacement en Entreprise (PDE)

Service HSE&E. Plan de Déplacement en Entreprise (PDE) Service HSE&E Plan de Déplacement en Entreprise (PDE) 1. Présentation de l Entreprise Superficie totale = 95 000 m 2 Stockage et ateliers = 16 000 m 2 Effectifs = 580 salariés plus 160 salariés intérimaires

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

La qualité de service

La qualité de service La qualité de service en chiffres N 11 Mars 2013 Bulletin d information trimestriel sur la qualité de service des transports en Île-de-France 2012 Janvier - décembre Le STIF a choisi de renforcer encore

Plus en détail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail

Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 353 - Avril 11 Population Les Franciliens utilisent autant les transports en commun que la voiture pour se rendre au travail Les Franciliens utilisent autant la voiture

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

Développement du télétravail, Quel rôle pour les acteurs publics? Sylvie Mathon, CETE Nord Picardie

Développement du télétravail, Quel rôle pour les acteurs publics? Sylvie Mathon, CETE Nord Picardie 3ième journée d'étude nationale Nouveaux Services à la Mobilité Tours, 04 octobre 2012. Développement du télétravail, Quel rôle pour les acteurs publics? Sylvie Mathon, CETE Nord Picardie Un travail prospectif

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification :

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification : POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS Adoption : Résolution XVIII du Conseil des commissaires extraordinaire du 7 juillet 2010 Modification : Résolution 20 du Conseil des commissaires du

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

Atelier : Le budget de fonctionnement des CE : anticiper les réformes

Atelier : Le budget de fonctionnement des CE : anticiper les réformes Atelier : Le budget de fonctionnement des CE : anticiper les réformes Transparence financière et nouvelles prérogatives économiques 28 MAI 2013 PALAIS DES CONGRÈS DU FUTUROSCOPE POITIERS - 5 E ÉDITION

Plus en détail

La gestion de la mobilité en entreprise : une approche intégrée

La gestion de la mobilité en entreprise : une approche intégrée La gestion de la mobilité en entreprise : une approche intégrée Par Benoît Minet et Florence De Brant Responsable et Conseillère auprès de la Cellule Mobilité de l Union Wallonne des Entreprises 1 L Union

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14

REGLEMENT FINANCIER FFCV- Règlement Financier validé à l assemblée générale du 12/12/04 page 1 sur 14 REGLEMENT FINANCIER page 1 sur 14 Article 1 - Objet Le Règlement Financier est établit conformément aux directives du Ministère chargé des Sports et à l article 107 du Règlement Intérieur de la FFCV En

Plus en détail

COMITE DE LIGNE METRO 13 Compte-rendu de la réunion du 09 octobre 2013

COMITE DE LIGNE METRO 13 Compte-rendu de la réunion du 09 octobre 2013 Direction de l Exploitation Offre Ferroviaire 10-01-2014 Thomas WEHRLE COMITE DE LIGNE METRO 13 Compte-rendu de la réunion du 09 octobre 2013 Présidé par M. Pierre SERNE, Vice-président du conseil régional

Plus en détail

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique

Changer plus facilement d opérateur de télécommunications. Consultation publique Changer plus facilement d opérateur de télécommunications Consultation publique Le développement d un marché concurrentiel des services de communications électroniques suppose que les consommateurs puissent

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail