De la simplification réglementaire à l'évaluation de la performance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la simplification réglementaire à l'évaluation de la performance"

Transcription

1 Le bulletin de l allégement réglementaire et administratif Volume 7, numéro 2, juillet 2011 MOINS ET MIEUX poursuit, dans cette nouvelle parution, sa livraison d information sur le thème de la simplification réglementaire. La publication révèle, dans un premier temps, que la complexité réglementaire apparaît comme un obstacle à la création et à la reprise d entreprises. Cette constatation provient des résultats du sondage de 2011 sur l entreprenariat québécois mené par Léger Marketing auprès de quelque répondants engagés dans le processus entrepreneurial. En France, la simplification de la réglementation constitue un élément déterminant de la démarche stratégique visant à améliorer la compétitivité industrielle. MOINS ET MIEUX présente les mesures de simplification réglementaire et administrative retenues à la suite d une consultation menée par une mission spécialement mandatée à cet effet. Dans le même ordre d idées, le présent numéro fait état des seize conseils formulés par le pour favoriser une réelle simplification administrative. Dans un second temps, MOINS ET MIEUX s intéresse à l évaluation de la performance réglementaire. La méthode d étalonnage appliquée par l Australie a permis de relever les défis et les occasions à saisir suscités par sa réforme réglementaire. La publication présente les paramètres retenus pour procéder périodiquement à l évaluation systématique réglementaire de tous les domaines de compétence.

2 MOINS ET MIEUX Le bulletin de l allégement réglementaire et administratif Volume 7, numéro 2, juillet 2011 l entreprenariat québécois1 obstacle à la création d'entreprises pour les démarcheurs du Québec les entrepreneurs québécois, produit par la Fondation de l entrepreneurship en collaboration avec Léger Marketing, révèlent que l entrepreneuriat demeure moins important au Québec que dans le reste du Canada. L examen des facteurs explicatifs de cette situation montre l importance que les démarcheurs et les propriétaires d entreprise du Québec imputent aux principaux obstacles à l entreprenariat. Les obstacles à la création ou à la reprise d'une entreprise Selon ces résultats, la lourdeur administrative, attribuable à la complexité administrative, légale ou fiscale et au système de soutien, constitue un frein à la création ou à la reprise d entreprise pour 26,6 % des démarcheurs québécois, alors que, dans le reste du Canada 16,9 % des démarcheurs sont de cet avis, comme l indique le tableau suivant : Les principaux obstacles à la création/reprise d'une entreprise selon les démarcheurs du Québec et du reste du Canada (2011) Obstacle à la création Québec Reste du Canada Obstacles financiers actuels (manque de financement, pas assez d'économies) Obstacles financiers futurs (peur de s'endetter, de ne pas faire assez d'argent, de perdre la sécurité d'un emploi existant, etc.) Complexité administrative, légale ou fiscale Trouver le temps pour fournir le travail nécessaire (impact sur la vie à la maison) 55,9 % 65,5 % 36,4 % 38,0 % 26,6 % 16,9 % 24,4 % 28,5 % Source : Indice entrepreneurial québécois 2011, p. 25.

3 L appréciation de l incidence négative de la complexité administrative, légale ou fiscale sur la création ou la reprise d une entreprise est donc nettement supérieure au Québec par rapport au reste du Canada. Par contre, au Québec, l importance attribuée aux obstacles suscités par le manque de moyens financiers actuels et futurs, ainsi que par le manque de temps à consacrer au travail est relativement moindre que dans le reste du Canada. À cet égard, les auteurs du sondage soutiennent que le «Québec peut agir sur la majorité des obstacles actuellement cités par les entrepreneurs en devenir, que ce soit par des actions de financement ou d allégement du système administratif, légal et fiscal». L obstacle du manque de temps pourrait par ailleurs être simultanément réduit par la simplification du processus de création d entreprise. Les obstacles à la croissance des entreprises L écart entre le Québec et le reste du Canada se resserre en ce qui concerne l importance que les propriétaires d entreprise accordent aux obstacles à la croissance des entreprises existantes, comme on peut le constater dans le tableau suivant. Notons, à cet égard, que l obstacle suscité par les réglementations gouvernementales obtient sensiblement la même évaluation, soit 20 %. Les principaux obstacles à la croissance des entreprises existantes selon les propriétaires d'entreprise du Québec et du reste du Canada (2011) Obstacle à la croissance Québec Reste du Canada Obstacles financiers actuels (manque de financement, pas assez d'économies, etc.) Trouver le temps pour fournir le travail nécessaire (impact sur la vie à la maison) 32,0 % 31,4 % 25,3 % 23,9 % Âge 24,2 % 24,6 % Réglementations gouvernementales 20,0 % 20,6 % Obstacles financiers futurs (peur de s'endetter, de perdre la sécurité d'un revenu existant, de ne pas faire assez d'argent, etc. Complexité administrative, légale ou fiscale Manque de ressources humaines/manque de relève 15,8 % 22, 8 % 14,9 % 9,2 % 14,1 % 8,8 % Source : Indice entrepreneurial québécois 2011, p. 31. Relativement à la croissance, la complexité administrative, légale ou fiscale demeure davantage considérée comme un obstacle à l'entreprenariat par les propriétaires d'entreprise du Québec (14,9 %) que par ceux du reste Canada (9,2 %). Ce facteur est toutefois moins rebutant pour les propriétaires d'entreprise que pour les démarcheurs, peut-être en raison du manque d'expérience de ces derniers. 1. Centre de vigie et de recherche sur la culture entrepreneuriale de la Fondation de l'entrepreneurship. Indice entrepreneurial québécois Culture entrepreneuriale au Québec : nos entrepreneurs prennent-ils racine? (2011). Fondation de l'entrepreneurship et Caisse de dépôt et placement du Québec, 44 pages. Le document peut être commandé gratuitement sur le site du Centre :

4 MOINS ET MIEUX Le bulletin de l allégement réglementaire et administratif Volume 7, numéro 2, juillet 2011 et l'amélioration de la compétitivité La République française a adopté, en 2010, à la suite des états généraux de l'industrie, une démarche stratégique visant à redonner à la politique industrielle une place centrale dans sa politique économique. Les mesures préconisées à l'issue de la concertation s'articulent, pour une part, autour du renforcement de la compétitivité des entreprises et de l'innovation qui a été retenu comme un des leviers d'action de la stratégie. Dans cette perspective, la simplification de l'environnement législatif et réglementaire de l'industrie est apparue comme un enjeu majeur. Cette préoccupation a donné lieu à «une mesure générale de simplification de la réglementation applicable à l'industrie pour veiller à ce que les enjeux de compétitivité de l'industrie française soient mieux pris en compte au moment de l'élaboration des textes qui l'impactent». Une mission a été mise en place pour cibler les pistes de simplification du droit applicable aux entreprises. Les pistes retenues devraient être susceptibles de faciliter l'activité des entreprises et d'améliorer leur compétitivité, tout en respectant les grands objectifs des politiques publiques en matière de protection des salariés, de la santé et de l'environnement. Cette mission, présidée par un membre de l'assemblée nationale, comprenait des représentants du gouvernement et de l'industrie. Au terme de ses travaux, la mission a proposé, dans son rapport intitulé Simplification de la réglementation et amélioration de la compétitivité industrielle 1, des mesures qui répondent aux principales attentes recueillies au moment des auditions, à savoir : La réduction des délais administratifs pour mieux les concilier avec les délais industriels : réutilisation des études d impact; traitement en parallèle des procédures concernant un même projet Un meilleur accompagnement des industriels pour les aider à simplifier leurs démarches et leur permettre d établir des relations de confiance : rédaction d une charte d accueil pour les entreprises; nomination de chefs de projet Une meilleure approche réglementaire et législative, fondée sur un changement culturel, pour mieux concevoir et appliquer la réglementation : concertation de toutes les parties prenantes (nationale et européenne, publique et privée) pour la préparation des lois et règlements; recours privilégié à des instruments plus souples et efficaces; création de lois économiques tenant compte des pratiques des autres pays pouvant affecter la compétitivité des entreprises De meilleures pratiques associées au changement d approche : homogénéisation des contrôles frontaliers des produits; harmonisation des définitions; lisibilité des textes législatifs et réglementaires ainsi que des guides explicatifs; participation des parties prenantes à l élaboration des textes; étude d impact soumise à la consultation pour tout nouveau texte réglementaire ou expérimentation en cas de difficulté; évaluation a posteriori des textes nouveaux ou révisés Une modernisation des relations entre les industriels et les services de l État pour accroître l efficacité des parties prenantes : mise en ligne, dans un portail unique, de l ensemble de la réglementation

5 industrielle et des textes associés; utilisation d un outil de travail collaboratif pour échanger avec l ensemble des parties prenantes sur les travaux préparatoires à la prise de décision de nouvelles réglementations, pour le suivi de leur mise en œuvre et pour leur amélioration; amélioration de l efficacité de l administration électronique 1. Mission de Laure de La Raudière, députée d'eure-et-loir. Simplification de la réglementation et amélioration de la compétitivité industrielle. (Octobre 2010). Rapporteur : Pierre Palat, IGM, Conseil général de l'industrie, de l'énergie et des technologies, 71 pages. Consulté en ligne le 6 mai 2001 :

6 MOINS ET MIEUX Le bulletin de l allégement réglementaire et administratif Volume 7, numéro 2, juillet 2011 des charges administratives 1 du Pour aboutir à une réelle simplification administrative, le département de la Simplification administrative du ministère d État du Grand-duché de formule les seize conseils suivants : 1. Réduire le nombre de demandes auprès des citoyens et des entreprises; 2. Mettre en place des seuils d'exemption (p. ex. selon la taille ou le revenu); 3. Supprimer des obligations d information superflues; 4. Réduire le nombre d informations requises; 5. Mettre à disposition des informations adaptées à la procédure (p. ex. guides); 6. Réduire le nombre d interlocuteurs de l administration; 7. Faciliter la transmission des informations requises (p. ex. par Internet) ; 8. Réduire le niveau de technicité de ces informations; 9. Réduire les informations requises à ce que peut fournir le requérant; 10. Renforcer les connaissances des agents sur la procédure; 11. Réduire le nombre d acteurs dans la procédure; 12. Réduire le nombre d actions dans l instruction d un dossier; 13. Faciliter la transmission des informations dans l administration; 14. Partager les informations avec d autres intervenants; 15. Adapter les compétences des agents à la procédure; 16. Simplifier les supports de communication (p. ex. le courriel). La formulation de ces conseils de simplification administrative vise à favoriser à la fois le citoyen ou l entreprise et les agents des administrations et départements ministériels. 1. Comité à la simplification administrative. Réduction des charges administratives. (2011). Ministère d État, Département de la simplification administrative, Grand-duché de. Site Web consulté le 6 mai 2011 :

7 MOINS ET MIEUX Le bulletin de l allégement réglementaire et administratif Volume 7, numéro 2, juillet 2011 Le recours à l évaluation comparative (benchmarking) de la performance de la réglementation dans des juridictions comparables a permis d identifier les opportunités ainsi que les défis suscités par la réforme réglementaire entreprise par l Australie. Cette approche constitue un stimulant qui favorise la réforme des mécanismes de gestion de la réglementation. (OCDE, 2010) Depuis l adoption, en 2005, de son plan d action en matière de réglementation concernant les entreprises, lequel vise à promouvoir la prospérité, l Australie s est employée à prendre la mesure des progrès accomplis dans le cadre de sa réforme réglementaire, plus particulièrement en matière d exigences réglementaires pour les entreprises. En 2007, les données sur la progression de ces exigences indiquaient que leur rythme d augmentation était trois fois supérieur à celui de la croissance économique et que la production des réglementations qui s adressaient aux entreprises souffrait d un manque de coordination à travers le pays. Cette situation, de nature à porter atteinte à la compétitivité économique du pays, devait inciter le Business Council of Australia à intervenir. L évaluation systématique du processus réglementaire de toutes les juridictions, qui fait l objet du rapport 2010 du conseil sur la question 1, a ainsi été entreprise. Une approche faisant appel au benchmarking a été adoptée pour évaluer la performance réglementaire et les progrès enregistrés d une évaluation à l autre. Pour procéder aux évaluations comparatives, les paramètres suivants ont été retenus. 1. Les principes d un bon processus d élaboration de la réglementation : prise en compte des options de rechange à la réglementation; objectifs des politiques clairs et articulés; analyses des coûts et des bénéfices; consultation du milieu des affaires; réponses efficaces et adéquates; mesures de révision. 2. La reddition de comptes : mise en application adéquate des principes; imputabilité des régulateurs quant à la performance; mécanismes incluant la révision indépendante et la publication du rapport. 3. Les mécanismes de transparence : processus de décision et d élaboration de politiques limpides; mécanismes de consultation efficaces des parties prenantes en temps opportun; système d établissement des impacts réglementaires significatifs sur les entreprises.

8 4. Les mesures de révision : évaluation périodique de la pertinence, de l efficacité et de l efficience des réglementations (clauses crépusculaires, révisions annuelles); démonstration de la réduction des exigences réglementaires. Le Business Council of Australia estime, au terme de son évaluation, que, malgré les progrès accomplis, il reste des améliorations à apporter principalement aux mécanismes de reddition de comptes et de transparence. En se référant aux diverses juridictions, il souligne la nécessité d harmoniser les processus d élaboration réglementaires, notamment en ce qui concerne les heures d affaires. Il propose également la création d un organisme indépendant chargé de promouvoir l efficacité et d encadrer la mise en œuvre des mesures recommandées. Selon le conseil, l évaluation régulière réglementaire des juridictions contribue fortement à la responsabilisation des autorités réglementaires. 1. Business Council of Australia. Regulatory responses must be balanced and operate in a way that does not impede growth and productivity Scorecard of Red Tape Reform. (2010). Business Council of Australia: Reports & Papers, 41 pages. Consulté en ligne le 6 mai 2011 :

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

Europe. Les priorités de l Uniopss

Europe. Les priorités de l Uniopss Europe Le single market act et la stratégie Europe 2020 imposent un rythme de réformes dense à l Europe, particulièrement dans cette période de crise. L Acte pour le marché unique, adopté par la Commission

Plus en détail

Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : en avant la réforme!

Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : en avant la réforme! Rationalisation des structures et des subsides : le Gouvernement bruxellois approuve la vision stratégique du Ministre de l Economie et de l Emploi Aides aux entreprises et au développement économique

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015

Plan d action de la COPHAN. Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 Plan d action de la COPHAN Adopté par l'assemblée générale annuelle le 8 juin 2015 2015-2016 Table des matières Introduction... 3 Les valeurs de la COPHAN... 4 Les actions de la COPHAN en 2015-2016...

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Administration électronique : quelle gouvernance? M. Abdellatif MOUATADID Instance Centrale de Prévention de la Corruption «Simplification & Dématérialisation :

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques

Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013. Commission des services juridiques Plan d action de développement durable 2009-2015 modifié le 19 juin 2013 Commission des services juridiques Mot du Président Au nom du personnel et de la direction de la Commission des services juridiques,

Plus en détail

Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques

Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Regard des entreprises au Québec sur les politiques publiques Janvier 2010 www.legermarketing.com Table des matières Contexte, objectifs

Plus en détail

Gestion de la complexité Réalité du milieu collégial Congrès annuel du RCCFC 2014

Gestion de la complexité Réalité du milieu collégial Congrès annuel du RCCFC 2014 Gestion de la complexité Réalité du milieu collégial Congrès annuel du RCCFC 2014 Ottawa, le 2 octobre 2014 Plan de présentation du CCNB Contexte historique du CCNB Notre nouvelle structure face aux changements

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Le Conseil des Ministres a approuvé ce vendredi 27 février le «Plan fédéral pour les PME» porté par le MR par l intermédiaire du Ministre des

Plus en détail

Création d entreprise «Survey_Economy» www.doingbusiness.org

Création d entreprise «Survey_Economy» www.doingbusiness.org Création d entreprise «Survey_Economy» www.doingbusiness.org Nous tenons à vous remercier pour votre collaboration au projet Doing Business. Votre contribution et votre expertise dans le domaine de la

Plus en détail

Commission d examen de la fiscalité québécoise

Commission d examen de la fiscalité québécoise Commission d examen de la fiscalité québécoise Mémoire déposé dans le cadre de l'étude du programme de crédits d impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE) Présenté par le Regroupement

Plus en détail

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial VOLUME 14 NUMÉRO 2Mai 2014 Éditorial Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013 Le Global Entrepreneurship Monitor, communément

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services»

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services» FICHE PRATIQUE La Directive européenne «Services» Vous êtes un prestataire de service établi en France et vous souhaitez développer votre activité à l échelle européenne? Ce qui change pour vous depuis

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Réalisé par la Fondation de l entrepreneurship Avril 2013. En collaboration avec. font-ils preuve d audace?

Réalisé par la Fondation de l entrepreneurship Avril 2013. En collaboration avec. font-ils preuve d audace? Réalisé par la Fondation de l entrepreneurship Avril 2013 En collaboration avec Les entrepreneurs p québécois font-ils preuve d audace? TABLE DES MATIÈRES Table des graphiques... 3 Table des tableaux...

Plus en détail

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI

Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI RAPPORT DE VÉRIFICATION Version définitive Cadres de gestion des marchés et des dépenses de TI Numéro de projet : 80590-59 Table des matières Résumé... 2 Introduction... 4 Contexte... 4 Autorisation...

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable :

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Commentaires d IIDD sur les nouveaux Principes pour un investissement responsable dans l agriculture et

Plus en détail

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse

La structure du capital des entreprises marocaines côtées en bourse LISTE DES THESES ENREGISTREES AU CEDOC Formation Doctorale : Sciences de gestion Sujet de thèse L analyse technique en tant qu outil d anticipation des crises boursières : Entre réalité et surréalisme

Plus en détail

Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020»

Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020» Octobre 2012 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Contribution des autorités françaises à la consultation de la Commission sur le plan d action «Entrepreneuriat 2020» Afin de renforcer la capacité des entreprises

Plus en détail

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers Consultation sur les projets de «Ligne directrice sur la conformité» «Ligne directrice sur les risques liés à l impartition» «Ligne directrice sur la gouvernance» «Ligne directrice sur la gestion intégrée

Plus en détail

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS ROYAUME DU MAROC Ministère de l Economie et des Finances Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE

CATALOGUE DE FORMATION. Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE CATALOGUE DE FORMATION Institut de l Innovation et du Développement de l Entrepreneuriat - InsIDE «L expression de l innovation et de l entrepreneuriat» - Devenir Community Manager : créer et animer sa

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Communiqué de presse. Un «Plan PME» pour faciliter la vie des entreprises. 27 février 2015

Communiqué de presse. Un «Plan PME» pour faciliter la vie des entreprises. 27 février 2015 Willy BORSUS Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'agriculture et de l'intégration sociale Contact: Pauline Bievez 0477/38.45.01 pauline.bievez@borsus.fgov.be Communiqué de presse

Plus en détail

Mémoire. déposé dans le cadre des consultations sur la future politique industrielle

Mémoire. déposé dans le cadre des consultations sur la future politique industrielle Mémoire déposé dans le cadre des consultations sur la future politique industrielle Le 1 er mars 2013 L Association des centres locaux de développement du Québec (ACLDQ) regroupe sur une base volontaire

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 1 CONSTATS SUR LES VARIATIONS DES DÉPENSES EN MODERNISATION ET ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

Les clés de la performance Créons notre futur!

Les clés de la performance Créons notre futur! Les clés de la Créons notre futur! COMMENT AMÉLIORER LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE? PETIT DEJEUNER DES PME & START-UP VENDREDI 24 SEPTEMBRE 2004 ALAIN SMADJA Qu'est-ce qu'une entreprise hautement performante?

Plus en détail

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage

Ressources humaines. Joëlle Imbert. Les tableaux de bord RH. Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage Ressources humaines Joëlle Imbert Les tableaux de bord RH Construire, mettre en œuvre et évaluer le système de pilotage Sommaire Introduction... 1 I Les défis humains de l entreprise : génération de profit,

Plus en détail

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR Information Rappel : Cette newsletter a pour objectif d attirer votre attention sur des points d actualité, des nouvelles dispositions légales et des lacunes éventuelles dans votre exploitation sur lesquelles

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002

CCRRA. Québec, le 4 juillet 2002 CCRRA Canadian Council of Insurance Regulators Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Copie à: Mr. Michael Grist Chair, CCIR Committee on Streamlining and Harmonization Québec,

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale

Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale L Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) * accorde la note de B+ au gouvernement fédéral puisque son budget vise à équilibrer les finances et

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement Préambule Le Plan d'action africain pour l'efficacité du développement avec des priorités clés pour

Plus en détail

LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME

LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME LA DEMARCHE QUALITE DANS UNE PME SOMMAIRE : Introduction Quelques définitions Principes du management de la qualité Enjeux de la mise en place d une démarche qualité La mise en oeuvre du «SMQ» : 1. L engagement

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014

Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 Évaluation sur la base du Small Business Act pour l Europe Tunis, 10 Septembre 2014 Ordre du jour 1. Introduction et objectifs 2. Méthodologie

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale

Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale Fiche récapitulative de Doing Business 2011 Sommaire des réformes en Europe de l Est et en Asie centrale L Albanie a rendu le paiement des taxes et impôts plus facile et moins cher pour les entreprises

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

La conduite de projets de changement à Bercy : retour sur une expérience. Institut des Finances Beyrouth, Mai 2013

La conduite de projets de changement à Bercy : retour sur une expérience. Institut des Finances Beyrouth, Mai 2013 La conduite de projets de changement à Bercy : retour sur une expérience Institut des Finances Beyrouth, Mai 2013 1 La DLF est placée sous l'autorité du ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN COTE D IVOIRE NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec

Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec Plan d action de développement durable Société des établissements de plein air du Québec 2 0 0 8-2 0 1 5 * * Le gouvernement du Québec a autorisé par décret (numéro 136-2012), le 29 février 2012, le report

Plus en détail

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) présenté à l occasion des consultations du Ministère des finances du Québec

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

byb@skynet.be Formations en Management

byb@skynet.be Formations en Management byb@skynet.be Formations en Management Novembre 2009 Introduction s de formation Les modules de formation correspondent à un objectif précis. Ils peuvent être donnés "ab abstracto" ou peuvent être intégrés

Plus en détail

Préfet deloi none,2":.113;:la..".

Préfet deloi none,2:.113;:la... NOTE DE PRESENTATION Préfet deloi none,2":.113;:la..". du Statut de l'auto-entrepreneur La résorption du chômage et la lutte contre les activités Informelles restent pour le pouvoirs publics une Importance

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015

ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015 ENTREPRISE D ETE Lignes directrices 2015 Rejoignez la communauté d entrepreneurs sur nos réseaux sociaux et recevez de l information, des idées d affaires et astuces pour gérer votre entreprise www.ontario.ca/entreprisedete

Plus en détail

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES

DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIÈRES ET DES ENTREPRISES QUESTIONS POUR UN DIALOGUE ENTRE LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES SUR L INVESTISSEMENT RESPONSABLE DANS DES ZONES DE GOUVERNANCE DÉFICIENTE Examen

Plus en détail

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Le Conseiller pour les Affaires Sociales Travail/Emploi Formation professionnelle Santé/Protection sociale Action sociale/population Rabat, le 28 décembre 2011 L emploi : une

Plus en détail

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015

Dossier de partenariat. Challenge de création d entreprise. Concours Handibusiness IDF 2015 Dossier de partenariat Challenge de création d entreprise Concours Handibusiness IDF 2015 Présentation Présentation AADSP, structure de service à la personne initiatrice du concours Handibusiness Accompagner,

Plus en détail

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Avril 2013 TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIEGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Position de l Afep et de l Ansa L Afep et l Ansa soutiennent l adoption par la Commission européenne d une directive sur le

Plus en détail

Synthèse des ateliers «Ensemble simplifions» 06 octobre 2008. Propositions de solution. Prévoir une procédure commune

Synthèse des ateliers «Ensemble simplifions» 06 octobre 2008. Propositions de solution. Prévoir une procédure commune Synthèse des ateliers «Ensemble simplifions» 06 octobre 2008 Atelier «papiers d identité» Demande de passeport et carte d identité en même temps : 2 fois les mêmes documents Liste des PJ différente d une

Plus en détail

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le Small Business Act pour l'europe (SBAE) a été adopté le 25 juin 2008 pour soutenir la croissance et la compétitivité des PME dans l'union européenne.

Plus en détail

Rapport sur le rôle des petites et moyennes. entreprises en Méditerranée

Rapport sur le rôle des petites et moyennes. entreprises en Méditerranée Troisième session plénière Bari, 30 janvier 2012 Rapport sur le rôle des petites et moyennes entreprises en Méditerranée Ce rapport a été élaboré par le rapporteur M. Fathallah Oualalou, maire de Rabat

Plus en détail

Promouvoir la coopération administrative transnationale. Aspects choisis de la coopération administrative

Promouvoir la coopération administrative transnationale. Aspects choisis de la coopération administrative Promouvoir la coopération administrative transnationale en Europe Aspects choisis de la coopération administrative FR Introduction Cette brochure a été réalisée par la Confédération Européenne des Syndicats

Plus en détail

Martin CLOUTIER, ESG UQAM. Sandrine CUEILLE, IAE Pau Bayonne Gilles RECASENS, IAE Pau Bayonne. Chelsea, QC 07 juin 2011

Martin CLOUTIER, ESG UQAM. Sandrine CUEILLE, IAE Pau Bayonne Gilles RECASENS, IAE Pau Bayonne. Chelsea, QC 07 juin 2011 Martin CLOUTIER, ESG UQAM Sabeh CAID ESSEBSI, UQAM Sandrine CUEILLE, IAE Pau Bayonne Gilles RECASENS, IAE Pau Bayonne Chelsea, QC 07 juin 2011 Avis Ce document de présentation montre les résultats du projet

Plus en détail

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE. PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIEME LEGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à développer l'entreprenariat étudiant Présentée par Jean-Pierre DECOOL et Bernard GERARD, députés. Exposé Préalable Mesdames,

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------

MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------ MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------ DECRET N 2014-1102 Fixant les attributions du Ministre des Finances et du Budget ainsi que l organisation générale de son Ministère. - Vu la Constitution

Plus en détail

Commission Nationale de l Environnement des Affaires

Commission Nationale de l Environnement des Affaires Commission Nationale de l Environnement des Affaires Programme d action 2010 2 Commission Nationale de l Environnement des Affaires Programme d action 2010 Sommaire Synthèse du programme d action 2010

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Table des matières. Table des tableaux... 2

Table des matières. Table des tableaux... 2 Développement durable Comment les entrepreneurs québécois jonglent-ils avec l intégration des principes de développement durable? Réalisé par le Centre de vigie et de recherche sur la culture entrepreneuriale

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

Description des actions pour 2014 Action Mesures financées Type de mise en

Description des actions pour 2014 Action Mesures financées Type de mise en Programme pour la compétitivité des entreprises et des PME (COSME) - Version du 24/02/2014 - Description des actions pour 2014 Action Mesures financées Type de mise en Volet 1 : Accès au financement Instruments

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020

CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020 CONTRIBUTION GENERALE DU FORUM STRATEGIE 2014-2020 Cadre Le Forum a été sollicité officiellement à l automne 2012 pour participer à la réflexion stratégique de l Eurométropole pour la période 2014-2020.

Plus en détail

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2):

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): Outils d action Designing a tax system for micro and small businesses: Guide for practitioners, IFC, décembre 2007. Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): conseils pour l

Plus en détail

Guide d utilisation. Trésorerie Générale du Royaume. Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet. Version 1.

Guide d utilisation. Trésorerie Générale du Royaume. Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet. Version 1. Trésorerie Générale du Royaume Guide d utilisation Consultation de la situation fiscale vis-à-vis de la T.G.R via le Portail Internet Version 1.1 P 1/10 Sommaire LE SYSTÈME... 3 Le contexte... 3 Les objectifs...

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail