Le CIUSSS de l Estrie CHUS, c est parti!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le CIUSSS de l Estrie CHUS, c est parti!"

Transcription

1 Numéro du 6 avril 2015 Le CIUSSS de l Estrie CHUS, c est parti! Au menu 4 AAPA La cognition chez les personnes âgées PRÉVENTION DES INFECTIONS Les surfaces high touch et low touch 5 7 TRAVAILLEUSES SOCIALES Leur travail en médecine générale au CHUS SEMAINE DES DONS D ORGANES Des activités à ne pas manquer! 6 et 20 Ce 1 er avril, le CIUSSS de l Estrie CHUS est né. Inscrite dans la transformation du réseau québécois de la santé (loi 10), cette importante réorganisation vise à favoriser et simplifier l accès aux soins et services ainsi qu à en améliorer la qualité et la sécurité. Pour poser les premiers jalons, je suis épaulée de Johanne Turgeon (PDGA), Gilles Michaud (DRHCAJ) et France Simoneau (DF par intérim). Certains de nos cadres ont choisi de quitter ou de prendre leur retraite. Nous tenons à les remercier de leur dévouement, qu ils aient évolué du côté clinique, des services sociaux, du soutien ou de l administration. Leurs responsabilités seront rapidement confiées à d autres personnes afin de ne pas nuire aux activités. Les cadres dont le poste est aboli et qui demeurent en fonction poursuivront leurs tâches jusqu à la réorganisation de leur secteur. Nous voulons mettre les équipes en place assez rapidement dans la mesure où nous venons de recevoir les règles du MSSS encadrant la structure organisationnelle. Le taux d encadrement prescrit nous donnera une certaine marge de manœuvre puisque l Estrie est l un des trois plus importants établissements du Québec. Notre grande famille compte employés. Bienvenue à nos collègues des MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi qui joignent désormais le réseau estrien. La situation actuelle peut créer de l inquiétude, mais en même temps une transformation de cette ampleur n est pas une mince affaire. En attendant la nouvelle structure, chacun accomplit ses tâches et respecte l autorité de son gestionnaire. Continuons de placer les usagers au cœur de nos actions. Avec votre expertise, nous sommes confiants de relever ce grand défi. La solidarité et la capacité des Estriens à se mobiliser sont garantes des futurs succès. PROCHAINE PARUTION Semaine du 4 mai 2015 Date de tombée : 24 avril 2015 Patricia Gauthier, PDG Autre texte en page 3.

2 conférence-midi mobiliser LeS PArenTS PAr L entretien motivationnel conférencier Dr Arnaud Gagneur, néonatologue et chercheur au CRCHUS date : mercredi 29 avril, de midi à 13 h Lieu : Z au CHUS Hôpital Fleurimont Cette activité est organisée par la Direction de la santé publique de l Estrie (DSPE) dans le cadre de la Semaine de promotion de la vaccination et s adresse aux médecins et médecins résidents ainsi qu au personnel de la FMSS, des CSSS de l Estrie et du RUIS de Sherbrooke. inscription Muti-Accès (pour le personnel du CHUS) Par visioconférence : Apportez votre lunch. Pour plus d information : Yan Quirion, DSPE, poste LA VAccinATion : Une dose de Bon SenS Un réconfort pour les enfants malades Je suis Carl Neill, défenseur de 18 ans du Phoenix de Sherbrooke. En lien avec la Journée internationale contre le cancer qui eu lieu le 4 février dernier, j ai voulu apporter ma contribution à l unité d oncologie pédiatrique Charles- Bruneau du CHUS et aux enfants atteints de cancer en faisant don d un chandail. C est important et symbolique pour moi, car pendant que je peux pratiquer mon sport favori qu est le hockey, eux se battent pour vaincre ce fléau qu est le cancer. En donnant ce chandail, j aimerais rappeler aux enfants que le Phoenix et moi sommes à leur côté pendant leur combat et que nous espérons leur donner le courage et la force nécessaires pour traverser cette épreuve. J aimerais souligner la générosité de l organisation du Phoenix de Sherbrooke pour le don des billets du match du 28 février qui a permis à 25 personnes, enfants recevant des soins au CHUS et leurs proches, de faire une pause sur la maladie l espace d un match. Nous étions fiers de jouer pour eux. Carl Neill, défenseur du Phoenix de Sherbrooke PROCHAINS TESTS D AJUSTEMENT DU MASQUE N95 CHUS Hôpital Fleurimont Local (aile 4, 2 e étage) Mercredi 15 avril 8 h à 10 h CHUS Hôtel-Dieu Local 4510 (pavillon Émile-Noël) Lundi 20 avril 8 h à 10 h Mardi 28 avril 14 h 30 à 16 h 30 Vous n avez pas besoin de vous inscrire, il suffit de vous présenter. Pour informations, faites le ou le Entre NOUS est publié par la Direction des communications et des affaires publiques du CHUS et de sa Fondation Publicité : , poste Rédaction et coordination : Colette Pellerin, poste Création : Quatorze Juillet design graphique Mise en page : DCAP Photographies : DCAP, Fondation du CHUS, UdeS chus.qc.ca Médias et publications intranet Espaces publications Chaque collaborateur ou rédacteur a la pleine responsabilité du contenu de ses articles. Les opinions émises dans Entre NOUS n engagent en rien la direction du CHUS. La DCAP se réserve le droit d utiliser le contenu du journal Entre NOUS pour les médias sociaux du CHUS, comme les pages Facebook institutionnelles. La forme masculine est employée pour alléger le texte. 2 ENTRE NOUS 6 avril 2015

3 Transfert des employés de l Agence dans le CIUSSS de l Estrie CHUS La transformation du réseau, issue de la loi 10, implique notamment que les employés de l Agence de la santé et des services sociaux de l Estrie deviennent, sans autre formalité, des employés du CIUSS de l Estrie CHUS à compter du 1 er avril 2015 (article 170). L article 173, quant à lui, permet de les transférer vers des établissements receveurs tout en respectant leurs conventions collectives ainsi que leur ancienneté. De plus, ceci permettra de conserver leur expertise et d utiliser leurs compétences à bon escient. Le court délai à travers lequel la démarche doit être réalisée nous incite à la faire le plus simplement possible. Les représentants de tous les établissements de l Estrie, membres de la Table régionale des ressources humaines (TRRH), ont convenu que ce personnel, travaillant à Sherbrooke, sera administrativement rattaché au CHUS ou au CSSS-IUGS jusqu à ce que la nouvelle structure organisationnelle soit mise en place. D ici là, chacun poursuit ses tâches actuelles. Les structures de postes de ces deux installations et l affichage de postes vacants demeurent les mêmes. Pour le personnel d encadrement de l Agence, comme la majorité a une fonction administrative, leur poste a été aboli au 31 mars comme celui des autres cadres du réseau ayant une fonction administrative. Les cadres de l Agence se sont vu confier un mandat au 1 er avril 2015 par la PDG, Patricia Gauthier. Le CHUS et le CSSS-IUGS auront ces postes en surplus de la direction identifiée, selon les syndicats impliqués. Un budget non récurrent couvrant les salaires de ce personnel a été réservé à cet effet pour la première année. C est donc dire que ces dépenses salariales ne s ajouteront pas aux restrictions budgétaires actuelles. Lorsque la structure organisationnelle sera déployée, il sera alors important de respecter les champs de compétences de tous les membres du CIUSSS de l Estrie CHUS et ainsi mettre au profit du réseau le potentiel de tous, tout en tenant compte des besoins des installations et de la perspective de mise en commun des ressources à moyen et à long terme. Les membres de la TRRH élaborent présentement des principes directeurs visant une approche homogène et l utilisation optimale des ressources selon les besoins du CIUSSS de l Estrie CHUS. Il s agit donc de mettre les bonnes personnes aux bons endroits, toutes installations confondues, et non de combler les postes actuellement vacants à travers les établissements. Dans un souci de bien accueillir et intégrer le personnel de l Agence, nous sommes actuellement à élaborer une approche de transition et un programme d accueil et d orientation. De plus, des communications spécifiques seront faites auprès des équipes concernées au sein des établissements receveurs. Gilles Michaud Directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques (DRHCAJ) 6 avril 2015 ENTRE NOUS 3

4 La cognition Ce mois-ci, voyons le vieillissement normal et pathologique en lien avec la cognition. Vieillissement normal Les oublis bénins sont plus fréquents. D ailleurs, ils peuvent arriver à tout âge. Qui n a jamais cherché ses clés ou ses lunettes? La personne âgée peut être plus facilement distraite, puisque son attention divisée est diminuée (ex. : lorsque deux personnes lui parlent en même temps). La capacité de faire de nouveaux apprentissages peut être plus difficile, ce qui risque d affecter la compréhension. Les causes : ralentissement du traitement de l information, difficulté à faire des associations ou à faire abstraction de certains éléments. Le risque de chute peut être augmenté par des changements neurologiques et sensitifs tels que l altération de : - la conduction dans les nerfs périphériques qui provoque une augmentation du temps de réaction et une diminution des réflexes; - la proprioception (perception consciente ou non de la position des différentes parties du corps); - la stabilité posturale; - la sensibilité plantaire. Comment compenser 1. Laissez à la personne âgée plus de temps pour comprendre et analyser une situation. 2. Répéter les éléments dont vous voulez qu elle se souvienne et fournissez-lui une aide pour s en rappeler (ex. : écrit). 3. N infantilisez pas la personne, mais vulgarisez plutôt l information. 4. Donnez et expliquez une consigne à la fois et assurez-vous qu elle a bien compris en lui faisant valider («Qu avez-vous compris? ). 5. Évaluez bien le risque de chute et mettez en place les éléments de prévention des chutes. ou éblouissante); par la réduction de la mobilité (lorsque l on «fait à la place de )*. *Truc simple : accompagner et encourager la personne âgée à aller à la salle de bain au lieu de lui offrir la bassine ou de lui mettre une culotte d incontinence. Vieillissement pathologique de la cognition Désorientation dans l espace et le temps. Ne reconnaît plus ou confond l utilisation d objets familiers. Ne reconnaît plus ses proches. N est plus en mesure de réaliser ses activités quotidiennes. A un jugement altéré, est très anxieux. Fait des demandes répétées malgré des consignes claires, les oublie. A un état de conscience altéré. Ces manifestions peuvent survenir en présence de délirium, de troubles cognitifs (démence) et de maladies neurodégénératives (ex. : maladie de Parkinson). Bien distinguer les manifestations des deux types de vieillissement vous permettra d adapter vos pratiques, attitudes et comportements ainsi que l environnement. Infos, outils et conseils AAPA : intranet Espace clinique Approche adaptée à la personne âgée L équipe de l AAPA ATTENTION! Le vieillissement normal rend plus vulnérable au délirium. Ce dernier est souvent précipité par l utilisation de médicaments ayant un effet sur le système nerveux central ou des effets anticholinergiques (Gravol, Ativan); par l augmentation de stimuli (bruit, lumière vive 4 ENTRE NOUS 6 avril 2015

5 Prévention des infections + hygiène et salubrité Des amis pour la vie L environnement joue un rôle primordial dans la chaîne de transmission des infections. En effet, plusieurs microorganismes ont la capacité de survivre dans l environnement. Ils peuvent ainsi infecter ou coloniser une personne si des mesures adéquates de prévention ne sont pas appliquées. Dans l environnement, nous pouvons distinguer deux zones : les surfaces fréquemment touchées high touch (poignée de porte, ridelles, interrupteur, etc.) et les surfaces moins touchées low touch (plancher, mur, etc.). Ces dernières sont moins à risque de contamination auprès du personnel et des patients. Par contre, les surfaces high touch représentent tout un défi dans la gestion de la prévention des infections. Prenons le cas d un patient qui tousse. Il peut contaminer son environnement par des gouttelettes infectées. L employé qui entre dans sa chambre se contaminera les mains en déplaçant la table de chevet. S il n effectue aucune hygiène des mains, il peut s infecter en portant les mains à son visage. C est ce que l on appelle la contamination croisée. De là l importance du rôle du Service d hygiène et salubrité, qui est responsable de nettoyer plus fréquemment les surfaces high touch en cours d éclosion par exemple. D autres agents transmetteurs Le matériel de soins (stéthoscopes, brassards de pression, matériel roulant, etc.) peut être également source de transmission d infection. Pour cette raison, chaque utilisateur (STAU, préposé, infirmière, médecin) doit désinfecter ce matériel entre chaque patient. Des lingettes désinfectantes sont disponibles dans les unités de soins afin de favoriser ce geste simple et efficace. Finalement, une désinfection complète de la chambre du patient doit être effectuée lorsqu il quitte (congé ou transfert) ou lorsque des précautions additionnelles ne sont plus requises. Pour assurer la protection du personnel clinique et des préposés en hygiène et salubrité, l affichette de précautions additionnelles demeure en place jusqu à la fin de la désinfection. Ainsi, on s assure que ces employés portent les équipements de protection individuelle (ÉPI) requis et utilisent les produits appropriés. Le Service de prévention et de contrôle des infections Invitation 6 avril 2015 ENTRE NOUS 5

6 Don d organes et de tissus Le Dr Frédérick D Aragon, médecin ambassadeur pour l Estrie La Semaine nationale du don d organes et de tissus aura lieu du 19 au 26 avril. Le Dr Frédérick D Aragon a accepté l invitation du Dr Marc-André Leclair, chef médical du Programme-clientèle en soins critiques et traumatologie, et agira à titre de médecin ambassadeur pour l Estrie. Pour lui, cet engagement envers la vie allait de soi. «Il n existe pas véritablement d autres motifs à ma décision que celui de vouloir poser un simple geste d altruisme. Faire don de ses organes révèle une grande solidarité humaine et sociale. Au plan scientifique, le don d organes et de tissus donne aussi de multiples opportunités de recherche, car les évidences scientifiques sont pratiquement absentes en ce domaine, explique le Dr D Aragon. Un seul donneur d organes peut sauver jusqu à huit vies, Le Dr Frédéric D Aragon, anesthésiologiste intensiviste et Annie Chouinard, infirmière-ressource en don d organes et de tissus tandis qu un donneur d organes et tissus peut améliorer la qualité de vie de 20 personnes. Notre souci en milieu hospitalier n est-il pas de vouloir sauver des vies? Pour ce médecin spécialiste en soins intensifs, le rôle de médecin ambassadeur est une occasion unique d aider davantage la population québécoise. Pour les proches et les familles en deuil, le don d organes peut apporter un «sens à la perte d un être aimé et ainsi aider à diminuer l impact d un deuil difficile. Tout don ou toute greffe débute avant tout par l identification des donneurs potentiels. L intensiviste, tout comme l ensemble des médecins et professionnels de la santé du CHUS, joue un rôle clé dans la réalisation de cette tâche. «Voilà une façon concrète d aider notre communauté, conclut le Dr D Aragon. Conférence-midi : le coroner, un allié en don d organes et tissus Durant de la Semaine nationale du don d organes et de tissus, le Dr Gilles Sainton, urgentologue et coroner, présentera la conférence-midi Le coroner, un allié en don d organes et tissus. Cette activité s adresse au personnel, aux médecins et médecins résidents du CHUS ainsi qu au personnel de la FMSS et des CSSS de l Estrie et du RUIS de Sherbrooke. Le Dr Sainton présentera les enjeux liés à une mort suspecte dans un contexte de don d organes et de tissus. Il traitera aussi du consentement en cas d inaptitude, de la divulgation d informations dans le cadre d une enquête policière et des prérequis pour une référence au coroner. Date : le mercredi 22 avril 2015 Lieu : amphithéâtre du CHUS-HF local FM-6214 auditorium du CHUS-HD local 3554 (en visioconférence) Heure : de 11 h 30 à 12 h 15 de 12 h 30 à 13 h 15 Inscription : Consultez le couvert arrière de votre journal Entre NOUS. N oubliez pas d apporter votre lunch. Autres activités prévues : voir le couvert arrière du journal! En 2014 en Estrie 30 personnes étaient en attente d un organe, soit 2,8 % de la donnée provinciale. Quatorze d entre elles ont bénéficié d une transplantation (10 pour un rein). 40 références reçues pour des donneurs potentiels. Huit donneurs ont satisfait tous les critères nécessaires à la donation pour 30 organes prélevés (cœur, rein, foie, pancréas et poumon), pour un taux d organes par donneur de 3,7. 78 % des familles estriennes signifient leur consentement au don, comparativement à 58 % au Québec. 6 ENTRE NOUS 6 avril 2015

7 Fières d être travailleuses sociales Notre vision d équipe en médecine générale Du 22 au 28 mars 2015 avait lieu la Semaine des travailleurs sociaux sous le thème Une profession aux multiples dimensions. Les travailleuses sociales en médecine générale évoluent auprès d une clientèle de 18 ans et plus avec une prédominance de personnes âgées de plus de 70 ans. Cette clientèle est affectée par des problèmes de santé entraînant des difficultés au plan de son autonomie (atteintes physiques ou cognitives), ou par des vulnérabilités (toxicomanie, alcoolisme, souffrance psychologique, abus, isolement, etc.). Ces patients ont besoin que l on s assure prioritairement de leur sécurité. Par exemple : milieu de vie adapté aux besoins; mise en place de mesures de protection afin de préserver leur intégrité (morale, matérielle, physique et psychologique); mise en place d une continuité de soins/services avec les partenaires externes appropriés et qualifiés. Compte tenu de notre clientèle, de ses besoins et de la mission court terme du centre hospitalier, les travailleuses sociales en médecine générale offrent des services axés sur : l évaluation du fonctionnement social afin de bien identifier les problématiques prioritaires sur lesquelles intervenir; le soutien et l accompagnement dans des situations de dynamique familiale dysfonctionnelle, de deuil, de crise ou de gestion des conflits; la prévention, l information, la référence et la coordination vers les services appropriés (partenaires internes et externes); la défense de droits; en situation d urgence seulement, l évaluation psychosociale dans un contexte d ouverture de régime de protection. Les valeurs et attitudes préconisées par l équipe sont le respect, la dignité, le non-jugement, l empathie, la communication authentique et transparente, l écoute des besoins, la cohésion du travail d équipe, une collaboration efficiente avec les partenaires et une attention particulière envers la clientèle vulnérable/marginalisée. Nous travaillons en constante et étroite collaboration avec nos partenaires internes et externes afin d assurer un suivi et des services de la plus grande qualité possible : l usager hospitalisé et sa famille; l équipe médicale (médecin traitant, infirmière, infirmière auxiliaire, préposé aux bénéficiaires); les professionnels en consultation (physiothérapeutes, thérapeutes en réadaptation physique, ergothérapeutes, nutritionnistes, équipe de gériatrie, équipe de physiatrie, équipe de psychiatrie, etc.); les divers services offerts au CH (bénévoles, etc.); le CIUSSS (CSSS, CH, CRE, CR, CRDI, etc.); les organismes communautaires; les services judiciaires (SPS, aide juridique, etc.); les services publics (aide sociale, Ville de Sherbrooke, etc.); les résidences privées, etc. La vision du travail social en milieu hospitalier comporte de multiples dimensions. L identité professionnelle du travailleur social se révèle selon la problématique et la clientèle qui sont diversifiées d un programmeclientèle à l autre. Diane Dubé, Jacinthe Fortin et Kathleen Lavigne Travailleuses sociales en médecine générale arl1406_pubjournalentrenous_02b_layout :14 PM Page 1 Cabinet de services financiers C est nos services de planification financière, successorale et de retraite *, nos services conseils en fiscalité avec FBSA, notre service indépendant de fiscalité financière, notre service de gestionnaire privé pour vos portefeuilles d investissements avec Intégralis*, notre service conseil pour vos assurances et vos rentes collectives avec Gestion Avantages Sociaux Québec, notre offre complète de fonds d investissements avec les meilleurs gestionnaires avec Excel gestion privée* et, bien sûr, c est aussi nos conseils depuis plus de 30 ans en assurances-vie et hypothécaire, en assurance invalidité et en assurance de maladies graves. Oubliez les services bancaires traditionnels et redécouvrez-les tels qu ils devraient être avec la Banque Manuvie. Avec moi, jamais vous ne serez laissés à vous-mêmes quand vous devrez faire une réclamation en assurance ou que vos héritiers seront appelés à exécuter vos dernières volontés. Intégrité, transparence et excellence sont des valeurs que je partage avec vous. * Réal Latulippe, représentant en épargne collective auprès d Excel gestion privée. Principales places d affaires: Montréal, Québec et Sherbrooke. LES ASSURANCES RÉAL LATULIPPE inc. POUR TOUS VOS SERVICES FINANCIERS, CONTACTEZ-MOI : 6 avril 2015 ENTRE NOUS 7

8 Être compris de nos patients En santé, la littératie est la capacité de trouver, de comprendre, d évaluer et de bien communiquer l information pour pouvoir améliorer la santé. Adapter l information au niveau de littératie du patient peut faire toute la différence sur sa compréhension, son observance de la médication et des consignes. Au Québec, 16 % de la population est complètement analphabète. 50 % des Québécois éprouvent des difficultés de compréhension de texte (difficulté à comprendre une posologie ou les instructions liées à un traitement). 88 % des personnes âgées n ont pas les habiletés nécessaires pour trouver, comprendre et utiliser l information afin de prendre des décisions éclairées concernant leur santé. Des erreurs, appels et visites à l urgence peuvent être évités si la documentation remise et les informations verbales sont ciblées et tiennent compte de la capacité de comprendre du patient. Comment repérer un patient ayant des difficultés de compréhension de texte? Quelques exemples : Un patient nouvellement arrivé au Canada, atteint de diabète, parlant peu français, est visiblement confus devant les expressions «taux de glycémie et «test d hémoglobine A1c. Une mère de 35 ans a honte d admettre qu elle ne comprend pas le dépliant sur la mammographie que son médecin lui a remis. Son état de santé l inquiète également. Un patient âgé ayant plusieurs problèmes de santé ne prend pas ses médicaments aussi souvent qu il le devrait parce qu il ne sait pas quelles pilules prendre ni quand les prendre. Chacun peut faire sa part! Denise Guillemette, auxiliaire bénévole et actrice de cette scène (photo) dans la vidéo expérience patient : «Je m occupe d une dame qui ne sait presque pas lire et écrire et qui a de graves problèmes de vision. Elle a besoin d être accompagnée à l hôpital. Elle ne comprend pas toujours les termes utilisés par les médecins et autres professionnels. J apprécie alors qu on nous explique avec nos mots. Il est facilitant qu on me laisse accompagner cette dame, je suis mieux outillée pour l aider. D autres gestes simples S assurer de donner l information verbale essentielle en complément aux documents remise au patient. Utiliser la phrase «Qu est-ce que vous avez compris? plutôt que «Avez-vous compris?. Reprendre les points importants qui ne sont pas compris. Favoriser la présence des proches! Ils peuvent aider la personne ayant un plus faible niveau de littératie. Remettre des documents simples et concis permet de minimiser les efforts de lecture et maximiser la compréhension. Les conseillères en communication peuvent vous soutenir. Les patients peuvent également être consultés afin d ajuster les documents. Dans un contexte où le rythme des soins est soutenu, quels sont vos trucs pour écouter et habiliter les patients et leurs proches? Partagez vos idées dans l intranet ou par courriel à Denise Guillemette, auxiliaire bénévole. Scène tirée de la vidéo expérience patient. En mars, le colloque «patient partenaire réunissait à Bruxelles plus de 350 intervenants du système de santé belge. Le CHUS, invité aux frais du comité organisateur, a présenté son approche qui encourage la participation des patients dans l organisation des soins et services. Sur la photo : À gauche, Jean-Guillaume Marquis, chef du service expérience patient, soins spirituels et ressources bénévoles au CHUS, avec des collègues de l Hôpital Jolimont. 8 ENTRE NOUS 6 avril 2015

9 La pleine conscience pour le personnel du CHUS Au cours des mois de février et de mars, un premier groupe de médecins, professionnels et résidents a suivi une formation pleine conscience de huit semaines ici-même au CHUS. À raison de rencontres hebdomadaires de 60 minutes, auxquelles s est ajoutée une journée de retraite intensive, les participants ont été initiés à cette nouvelle approche qui a fait ses preuves notamment pour la gestion du stress et de l anxiété. La formation a été donnée par Stéphane Rivest, intervenant en soins spirituels au CHUS, assisté pour l occasion par la Dre Audrey McMahon, résidente en psychiatrie. Le groupe lors de la journée de retraite intensive au SPA Eastman. De gauche à droite : la Dre Audrey McMahon (R2 psychiatrie), la Dre Sara Pham Thi Desmarteau (R1 psychiatrie), Cathy Rossignol (TS oncologie/soins palliatifs), Line Rousseau (infirmièrepivot oncologie), le Dr Daniel Guimaraes (psychiatre), Lise Talbot (professeur titulaire soins infirmiers), Stéphane Rivest (intervenant soins spirituels) et le Dr Dany Lamothe (R1 psychiatrie). Le CHUS emboîte ainsi le pas aux centaines d hôpitaux dans le monde qui ont ou souhaitent intégrer la pleine conscience dans le cadre de leur pratique. Les personnes qui ont suivi la formation démontrent un intérêt à voir cette approche s implanter graduellement auprès de la clientèle du CHUS. Pour l instant, les patients en oncologie et en santé mentale seraient vraisemblablement les premiers patients qui pourraient bénéficier de la pleine conscience. Des signes encourageants laissent croire que la pleine conscience pourrait aussi être offerte aux employés via le programme CHUS-Énergique. Les bénévoles au CHUS : partenaires pour la qualité des soins et services La Semaine de l action bénévole (du 12 au 18 avril) est l occasion de reconnaître la contribution significative des bénévoles. Leur travail quotidien se veut complémentaire à celui de tous nos professionnels de la santé. Au CHUS, les patients et leurs proches nous le disent, l efficacité des soins est appréciée mais les choses vont vite : on rencontre de nombreux intervenants, il n est pas facile de se reposer, etc. Dans ce contexte, l accueil, la présence attentive et l écoute des bénévoles constituent un atout précieux pour nos équipes. Au-delà de cette semaine particulière, nous vous encourageons à souligner, en toute simplicité, le travail des bénévoles dans vos secteurs. Une veste bleu royal Les 140 membres du service des ressources bénévoles porteront désormais une veste bleu royal. Cette nouvelle identité visuelle aidera les patients et leurs proches à mieux les distinguer de l ensemble du personnel. Jean-Guillaume Marquis Chef du service expérience patient, soins spirituels et ressources bénévoles EXPÉRIMENTÉ, COMPÉTENT, EFFICACE & AVANT-GARDISTE / GROUPE SUTTON-IMMOBILIER ESTRIE LIETTE BOUCHARD PHILIPPE BEAUBIEN STÉPHANIE LAMONTAGNE 6 avril 2015 ENTRE NOUS 9

10 Journée des préposés aux bénéficiaires du CHUS Le mercredi 22 avril 2015 De 7 h 30 à 16 h Local 2521, à l Hôtel-Dieu Local , Hôpital Fleurimont Collations, breuvages et plusieurs tirages parmi les gens qui viendront nous rencontrer Venez prendre un temps d arrêt avec nous! Votre CCPAB Un merci tout spécial à chaque PAB. Vous contribuez chaque jour à donner des soins humanistes et de grande qualité aux patients et familles. 10 ENTRE NOUS 6 avril 2015 En leur nom, merci. Vos directrices!

11 Clin d œil important de votre CM! L assemblée générale annuelle du CM a eu lieu les 20 et 26 mars et on y a honoré plusieurs professionnels avec les Prix reconnaissance (à voir dans le prochain journal). Les membres de l exécutif du CM ont également fait l objet d une mention spéciale afin de souligner leur immense travail. Le CM poursuivra sa mission dans l esprit des changements en cours. D ailleurs, les présidents des CM du CIUSSS de l Estrie CHUS se sont rencontrés et ont émis un avis concernant leurs visions d enjeux importants (futur C. A., futur exécutif du CM, implantation d une direction des services multidisciplinaires). Leur avis souligne aussi la nécessité des libérations réalistes des représentants de ces deux conseils et les ressources informationnelles et matérielles requises pour assurer la réalisation des mandats et des responsabilités. Cet avis fut transmis à chaque directeur général de leur installation respective (vous le trouverez dans l intranet Espace CHUS Comités et conseils CM). Merci au Dr Stéphane Tremblay de son apport en tant que directeur général. Nous accueillons avec plaisir la nomination de Patricia Gauthier au poste de PDG du CIUSSS de l Estrie CHUS et de Johanne Turgeon au poste de PDGA. Suzanne K. Bédard, présidente et Caroline Fortin, promotion du CM Suzanne K. Bédard T.M. conseillère en ETMI Présidente Kathleen Lavigne T.S. Vice-présidente et responsable comités de pairs Diane Girard Chef de services microbiologie et banque de sang Trésorière Janie Belhumeur Orthophoniste Responsable communications Caroline Fortin Éducatrice spécialisée Responsable promotion Julie Caya Francine Adam Julie Bélanger TRP T.M. Nutritionniste Responsable élections Membre observateur Représentante du CM au C. A. Jean Delisle Directeur adjoint des services cliniques Dr Stéphane Tremblay DG 6 avril 2015 ENTRE NOUS 11

12 Les caucus journaliers, mobilisants et efficaces Comment maintenir les changements apportés et continuer à résoudre les problèmes rencontrés au quotidien? L équipe de la médecine de jour du CHUS Hôtel-Dieu s est penchée sur cette question après un projet Kaizen en juin La chef de service a proposé à son équipe d implanter trois types de caucus avec station visuelle pour maintenir la motivation à améliorer les processus de travail. 1 Chaque jour par l AIC : pour communiquer le rapport des patients, répartir les tâches selon l achalandage de la journée, traiter les difficultés rencontrées la veille et transmettre les messages. 3 identifier Une fois/période par la chef de service : pour suivre les indicateurs liés à la performance du secteur et les actions à prendre. 2 Une fois/semaine par une employée volontaire : pour prioriser les problèmes à résoudre, suivre les améliorations en cours, assurer le maintien des changements apportés, identifier les actions à prendre et reconnaître les bons coups. Qu en dit l équipe de médecine de jour HD? «C est hautement motivant de voir qu il y a davantage de problèmes résolus. L amélioration ne repose pas juste sur les épaules d une personne, c est une coresponsabilité! «On constate une plus grande ouverture de l équipe ainsi qu une meilleure écoute, surtout quand on anime à tour de rôle. «C est très stimulant de travailler dans un milieu où nous participons à la résolution de problèmes : les moyens viennent du terrain! Les bienfaits pour les patients Soins et services de plus grande qualité, délais acceptables et en continu Meilleure prise en charge et information donnée Meilleure satisfaction Les bénéfices pour l équipe Meilleur climat de travail et esprit d équipe (rétention du personnel) Proaction dans la résolution de problèmes ayant un impact sur le travail et la satisfaction Amélioration de l organisation et de la répartition du travail et uniformisation des pratiques «Les problèmes sont pris en charge dès leur apparition et résolus une fois pour toute, c est de l amélioration durable. En plus, on finit beaucoup plus souvent à l heure! L équipe retournerait-elle en arrière? «NON! Une infirmière ajoute : «Ce n est pas sans effort qu on est arrivés là et il faut persévérer parce que ça vaut vraiment la peine. La station visuelle est notre outil de travail #1!. Depuis octobre 2014, l équipe a résolu 60 problèmes. Vous voulez en savoir plus? N hésitez pas à la contacter! 12 ENTRE NOUS 6 avril 2015

13 Les mots de nos patients J ai passé récemment une journée à l Hôtel-Dieu pour une petite chirurgie. J ai eu affaire, du début à la fin de mon court séjour à cet hôpital, à un personnel toujours courtois, souriant et très à l écoute. Ce fut très agréable, sur la table d opération, d être traité par un médecin des plus sympathiques et blagueur le Dr Mario Viens et d être entouré de trois infirmières très attentionnées. Bien qu elles avaient le visage à demi-couvert, j ai quand même pu apprécier leur regard bienveillant. J ai tellement aimé mon expérience que j ai eu envie de demander : «Est-ce que je peux rester deux semaines? Je trouve ça le fun ici! André Bernier, Sherbrooke 6 avril 2015 ENTRE NOUS 13

14 SANTÉ ET SÉCURITÉ Aménagement de l aire ouverte du CRCHUS Exemple réussi basé sur l ergonomie participative Dans le domaine de l ergonomie, l approche dite «ergonomie participative vise à favoriser l implication des utilisateurs dans un projet de construction ou de rénovation. On part du principe que les utilisateurs sont les mieux placés pour aider les concepteurs à définir les critères de design avantageux aux plans ergonomique et fonctionnel afin de réduire les possibilités de malaises ou de blessures de type tendino-musculaire (TMS). Le Service de santé des personnes et des groupes a été impliqué dès 2011 auprès de l équipe de projet de l agrandissement du CRCHUS. Le projet, divisé en plusieurs phases, visait à construire une voûte bétonnée pour accueillir un second cyclotron, ériger la nouvelle aile 9, aménager plus d espace pour la recherche clinique et ajouter des espaces de bureaux suffisants afin de regrouper le personnel de recherche clinique qui était alors dispersé dans différents locaux. Un comité d utilisateurs pour définir les besoins Lors de la réalisation des plans, une aire ouverte a été conçue afin de pouvoir regrouper les professionnels de recherche clinique dans un espace commun au CRCHUS. Ce projet ambitieux visait à réunir 66 personnes dans le même local. Pour ce faire, un comité d utilisateurs a été instauré afin de définir les besoins et plusieurs rencontres ont été réalisées avec une spécialiste en aménagement. Les plans ont été soumis au Service de santé des personnes et des groupes, qui s est adjoint les services d une consultante en ergothérapie afin de s assurer que les aménagements proposés étaient adéquats au point de vue ergonomique. Un prototype de poste de travail modulaire a été commandé et mis à la disposition des employés afin de recueillir leur avis. Malgré une esthétique supérieure et des dimensions tout à fait convenables, il est ressorti rapidement que certaines composantes du module n étaient pas optimales du fait qu il était impossible d adapter facilement le poste de travail pour tenir compte du type de tâches à y effectuer et de la variabilité individuelle des employés au plan de la taille, de la stature et des différences dans leur morphologie. Les modifications proposées ont été reçues favorablement par les personnes concernées. Les modules ont été modifiés afin de pouvoir y insérer des supports permettant d ajuster la hauteur des surfaces de travail selon les besoins. La surface latérale a été élargie et l étagère fixe est devenue optionnelle pour les personnes qui préfèrent avoir un espace libre supplémentaire afin de pouvoir s y asseoir confortablement pour consulter des documents. Le prototype a été mis à l essai par les employés à l automne 2013, en même temps que l essai des chaises proposées et acquises par le biais du programme Ergo-Bureau du Service de santé. Un suivi avec chacun a eu lieu en 2014 afin de finaliser les ajustements personnalisés des postes. Des postures plus adéquates et un confort amélioré sont des facteurs qui concourent à diminuer les risques de développer des malaises de type tendino-musculaire. Suzanne Pronovost Service de santé des personnes et des groupes Don d OES au CHUS Le 12 mars dernier, l'équipe d'opération Enfant Soleil (OES) était de passage au CHUS afin de remettre un octroi de $ pour la réalisation du futur Centre mère-enfant. La Dre Thérèse Côté-Boileau, pédiatre, est entourée de Mireille Jacques et Michel Couture, parents du petit Olivier (Enfant Soleil de la région de l'estrie) ainsi que des animatrices d'oes Josée Lavigueur et Annie Brocoli. 14 ENTRE NOUS 6 avril 2015

15 Le Fonds de recherche du Québec Santé (FRQS) en visite d évaluation au CRCHUS À la suite du dépôt de son plan de développement auprès du FRQS en vue du renouvellement de son statut de Centre, le CRCHUS recevait le 23 février dernier la visite du comité évaluateur, présidé par le Dr Michel Tremblay. Plusieurs chercheurs et étudiants y ont participé activement. Les commentaires préliminaires obtenus à la fin de la journée étaient positifs. Les représentants du FRQS reviendront au printemps afin de déposer le rapport final. Merci à tous les intervenants qui ont contribué à la concrétisation de cette journée! Six projets de recherche reçoivent l appui du Programme d aide au financement interne (PAFI) du CRCHUS Cette année, six subventions de $ chacune sont offertes par l entremise du concours PAFI pour le démarrage de projets de recherche. Ces projets ont été sélectionnés par un comité formé de neuf chercheurs à partir des 30 demandes reçues. Chercheur principal Collaborateurs Étude Cancer : biologie, pronostic et diagnostic Alain Piché P. Bessette P. Laplante P. Garde-Granger Inflammation-Douleur Simon Labbé M. Bisaillon L. Valiquette A. Carignan Analyse des profils pro-inflammatoires dans l ascite de patientes avec cancer ovarien pour établir un profil de biomarqueurs permettant de prédire la réponse au traitement de première ligne : une étude pilote Nouveau biomarqueur pour contrer les fungémies Serge Marchand Y. Sansoucy P. Goffaux Les contrôles inhibiteurs diffus nociceptifs : approfondir les liens avec le système cardiovasculaire Sophie Roux G. Boire R. Klinck A. Fernandes Profil des micro-arns dans les ostéoclastes de patients avec polyarthrite rhumatoïde Santé : populations, organisations, pratiques François Lamontagne M. Lepage W. Fraser A. Carpentier Y. Sansoucy F. D Aragon Alain Vanasse P. Larivée S. Wang Mesure de la perfusion cérébrale par résonance magnétique : cible potentielle de réanimation aux soins critiques Analyse des épisodes de soins hospitaliers des patients avec une MPOC au CHUS : stratégies visant à diminuer les réhospitalisations évitables 6 avril 2015 ENTRE NOUS 15

16 À VOTRE FONDATION Tirage-voyage du personnel et des médecins du CHUS À quoi servent les fonds amassés? Rappelons que 100 % des bénéfices serviront à acquérir des petits équipements médicaux demandés par le personnel du CHUS. Au total cette année, 84 projets ont été acceptés pour une somme de $. Quelques exemples : des thermomètres électroniques, des pèse-bébés, des tabliers plombés, des appareils à pression non invasive, des lunettes protectrices pour laser, etc. Voici d ailleurs un témoignage reçu en guise d appréciation : «La présente est pour vous remercier pour l achat de tabliers plombés en angiographie. Lorsque les anesthésistes, inhalothérapeutes ou infirmières viennent dans notre département pour différentes interventions, ils ont maintenant des tabliers les protégeant adéquatement, tout en étant confortables. Merci encore! - Patrick Deschênes, au nom de toute l équipe d angiographie. La Fondation honore ses bénévoles Le 10 mars dernier s est tenue, au théâtre Granada, la 15 e édition du Gala des bénévoles de la Fondation du CHUS. Une soirée en l honneur de ceux qui donnent de leur temps et mettent à profit leur talent pour la Fondation. Catégorie Bénévole ACTIVITÉ : André et Mélanie Cyr Omnium de bienfaisance Catégorie Bénévole AMBASSADEUR : le Dr David Fortin Catégorie Bénévole CONSEIL D ADMINISTRATION : Gilles Castonguay Catégorie Bénévole GRAND COEUR : Carole Paris et Guy Séguin Catégorie Bénévole HÔPITAL : Isabelle Gaudet Catégorie Bénévole JEUNESSE : Louis Carignan et Mélanie Dumas Lire-o-thon Catégorie PERSONNALITÉ PUBLIQUE : Bernard Fortin Catégorie Bénévole RETRAITÉ : le Dr René Beaudry Le président et chef de la direction de BRP, José Boisjoli, a reçu cette année le prestigieux Prix Jean-Besré remis aux grands bénévoles de la Fondation. M. Boisjoli est impliqué auprès de la Fondation du CHUS depuis À ses côté, Charles Auger et M e Dany Lachance, respectivement directeur général et présidente du C. A. de la Fondation. Le Dr David Fortin, bénévole récipiendaire dans la catégorie AMBASSADEUR Les autres photos de la soirée sont disponibles sur la page officielle Facebook de la Fondation $ pour le Souper gastronomique BMO Groupe financier Gestion Global Excel La 6 e édition de cet événement au profit de la Fondation du CHUS s est déroulée le 17 mars dernier. L événement a accueilli 350 personnes et a permis de rapporter la somme record de $, entièrement dédiée à l achat d un incubateur pour l unité de néonatologie du CHUS. Merci au nombreux participants, commanditaires et bénévoles. Des personnalités jouent à des jeux télévisés pour le CHUS Deux artistes appréciés des Québécois ont amassé des fonds pour la Fondation du CHUS lors de jeux questionnaires télévisés. Le premier, Bernard Fortin, sera de la Guerre des Clans (V Télé) le 13 avril prochain, alors que durant la semaine du 4 mai Patrice Bélanger sera au Tricheur (TVA) en espérant remporter de l argent pour la Fondation du CHUS. 16 ENTRE NOUS 6 avril 2015

17 Mot d un patient participant à l Atelier jardin C est encore l hiver, mais je pense déjà à la nouvelle tâche qui m a été proposée. Je serai le représentant des patients pour l activité jardin de cette année. Je suis fier d avoir été choisi comme représentant, car c est un défi pour moi. Cette nouvelle tâche m aidera dans mon cheminement. Elle me permettra d acquérir de l expérience en jardinage tout en travaillant mon leadership. Elle me donnera aussi l opportunité de socialiser avec d autres patients ainsi que des membres du personnel du CHUS Hôtel-Dieu. Vous travaillez au CHUS Hôtel-Dieu et aimez les fines herbes? Réservez-en au poste (la production est déjà commencée!). Mario Parenteau, chef de soins et services Troubles psychotiques et affectifs Nous préparons déjà les semis, il me tarde de mettre les mains dans la terre et de regarder ces légumes pousser. J ai hâte de voir grandir ces plants. Je peux vous assurer que nous ne ménagerons pas nos efforts pour produire des légumes de qualité. Le projet d Atelier jardin se poursuit pour une 2 e année avec des patients de l unité des troubles psychotiques et les éducateurs spécialisés. Les semis sont au 11 e étage alors que le potager se trouve près de la porte 56. Les objectifs : favoriser la fierté, la confiance et l estime de soi des patients; augmenter la concentration, la persévérance et la responsabilisation; briser l isolement et les préjugés face à leur diagnostic; profiter des bienfaits d être en contact avec la terre. 4890, boul. Industriel Sherbrooke QC J1R 0P4 Se sentir en vacances chez soi! et + En second rang du Lac Brompton Financement disponible Voisin du Parc Orford et de ses sentiers à 20 min de Sherbrooke leboisedulacbrompton.com 6 avril 2015 ENTRE NOUS 17

18 Programme de santé globale «par et pour tous les membres du personnel du CHUS, visant l acquisition de saines habitudes de vie tant au travail que dans les autres sphères de la vie. Été 2015 : des activités stimulantes et enrichissantes! La programmation estivale de CHUS-Énergique débutera sous peu. Venez nous voir à un de nos kiosques d informations pour avoir tous les détails : au CHUS Hôtel-Dieu le 14 avril et au CHUS Hôpital Fleurimont le 15 avril, de 11 h à 13 h 30. Nouveauté : des cours de PiYo, nouvelle forme d entraînement sans impact ni saut. Cette activité très en vogue vous tiendra en forme juste à temps pour la saison des maillots de bain! Autre nouveauté : nous avons maintenant accès à une salle au CRCHUS où vous pourrez suivre des cours de yoga et de stretching. Sans oublier les incontournables : cardio-vélo, zumba, pump-tonus et aquaforme. Côté nutrition, un atelier de cuisine fraîcheur avec Veronica Kaczmarowski, chef-propriétaire du restaurant le Cartier, aura lieu au début juin. Vous en apprendrez plus sur la cuisine vivante et vous en sortirez avec plusieurs idées de recettes. Côté jardin, Stéphanie Myette animera un atelier sur les pousses et germinations à cultiver toute l année. Infos et inscription : intranet Espace employés Santé et sécurité CHUS-Énergique. Ou consultez les dépliants près des babillards à partir du 13 avril. Sophie Deshaies, stagiaire en kinésiologie CHUS-Énergique, poste Grâce à un haut taux d achat de billets pour le Mont Orford, nous avons pu faire tirer une paire de billets pour une journée de ski. Félicitations à Martine Breton, technicienne en administration! CHUS-Énergique renouvelle son entente avec le premier studio de Spinning en Estrie! Consultez l intranet pour tous les détails. Cinq trucs pour mieux gérer les envies de sucre 1. Prenez des repas équilibrés Un repas complet vous rassasiera, ce qui diminuera votre besoin de sucreries. Trucs : incluez un aliment riche en protéines à chaque repas; pensez également à intégrer un féculent (ou produit céréalier), de préférence à grains entiers; n oubliez pas les légumes! 2. Mangez à des heures régulières Évitez de passer de longues périodes sans manger. Une baisse de glycémie (taux de sucre dans le sang) pourrait vous amener à avoir envie de sucreries. Trucs : prenez trois repas par jour; intégrez une collation si le délai entre deux repas est de plus de cinq heures. 3. Ne vous privez pas de sucreries Interdite ou refoulée, une envie de sucre peut mener aux excès. Trucs : apprenez à vous faire plaisir avec de plus petites portions; déterminez une fréquence moindre qui vous satisfait. 4. Allouez un budget «dessert et intégrez régulièrement des sucreries plus nutritives À quelques reprises durant la semaine, remplacez les pâtisseries, beignes et biscuits par un pouding au chocolat ou un yogourt à la vanille, accompagnés de morceaux de fruits frais, par exemple. Cuisinez des desserts maison auxquels vous modifierez le contenu en matières grasses et en sucres ajoutés. Augmentez graduellement la proportion de desserts nutritifs par rapport aux sucreries caloriques peu nutritives. 5. Récompensez-vous autrement Récompensez-vous plutôt avec une activité qui vous fait plaisir, comme regarder un film, lire un bon livre, prendre un bain moussant, faire un casse-tête, magasiner, appeler un ami, etc. Frédérique Dagenais, nutritionniste 18 ENTRE NOUS 6 avril 2015

19 Marie-Sophie Dion Opticienne Sherbrooke Montréal Saint-Lambert Laval VENDREDI 5 JUIN E ÉDITION TOUR360 RELEVEZ LE DÉFI! Financière des professionnels vous invite à rouler au profit de la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes du Québec offrant du répit aux aidants naturels. INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT! DÉTAILS ET INSCRIPTION EN LIGNE : fprofessionnels.com/tour360 PAR COURRIEL : PAR TÉLÉPHONE : Actionnaire de Financière des professionnels depuis 1978 FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Financière des professionnels inc. détient la propriété exclusive de Financière des professionnels Fonds d investissement inc. et de Financière des professionnels Gestion privée inc. Financière des professionnels Fonds d investissement inc. est un gestionnaire de portefeuille et un gestionnaire de fonds d investissement qui gère les fonds de sa gamme de fonds et offre des services-conseils en planification financière. Financière des professionnels Gestion privée inc. est un courtier en placement membre de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE) qui offre des services de gestion de portefeuille. 6 avril 2015 ENTRE NOUS 19

20 Semaine nationale du don d organes et de tissus du 19 au 25 avril 2015 Conférence-midi Le coroner, un allié en don d organes et de tissus Conférencier : D r Gilles Sainton Urgentologue, coroner et médecin conseil à l Agence de la santé et des services sociaux de l Estrie QUAND? Le mercredi 22 avril HORAIRE de 11 h 30 à 12 h 15 et 12 h 30 à 13 h 15 OÙ? Amphithéâtre du CHUS HF local FM6214 Auditorium du CHUS HD local 3554 (en visioconférence) INSCRIPTION Multi-Accès personnel du CHUS Sur place médecins et FMSS Apportez votre lunch. Prix de présence offert. SUJETS Suis-je obligé de référer tous les décès pour un don d'organes ou de tissus? Est-ce qu'une mort suspecte est une contre-indication au don d'organes et de tissus? Que peut-on dire aux policiers en lien avec nos patients? Kiosques d information Caféteria CHUS HF Le mardi 21 avril 11 h 30 à 13 h Caféteria CHUS HD Le jeudi 23 avril 11 h 30 à 13 h Venez rencontrer l infirmière-ressource, répondez au quizz et courez la chance de gagner un prix. Tirage : le 24 avril 2015 Tournée des unités de soins critiques CHUS HF : le 20 avril CHUS HD : le 23 avril Annie Chouinard, infirmière-ressource en don d organes fera, la tournée de ces unités. Le personnel pourra participer au tirage en répondant au quizz. Des questions ou besoin d information? Poste 13583

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous.

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous. Centre de chimiothérapie Guide d information destiné au patient et à ses proches Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous cancers digestifs Un mot pour vous Vous avez reçu dernièrement un diagnostic

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 Déjà, la routine d automne a repris sa place Pour la majorité d entre nous, le travail, l école, la garderie ont recommencé de façon

Plus en détail

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention

Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Justice Équité Respect Impartialité Transparence Rapport d intervention Intervention au Centre de santé et de services sociaux Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Québec, le 18 février 2015

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Note au lecteur : le premier document concernant les droits et responsabilités des patients a été adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Proposition de trousse informative À l intention des professionnels TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Télédiscussion de cas entre le CHUS et ses partenaires du RUIS de

Plus en détail

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée CPG Clarens Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée Filière : Santé Carte d'identité Nom de l'institution : Fondation de Nant Nom du service : Hôpital de jour du Centre de Psychiatrie

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ

POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ LA PLEINE RÉALISATION DES HABITUDES DE VIE POUR LA CLIENTÈLE SLA UN DÉFI ET UNE RÉALITÉ POUR LES ÉQUIPES CLINIQUES EN RÉADAPTATION Gilles Trudel, coordonnateur clinique Denis Hallé, éducateur spécialisé

Plus en détail

Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)

Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick) Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick) Nathalie Langlois, infirmière clinicienne spécialisée en psychiatrie Pauline Perron, ergothérapeute Michelle DesRoches,

Plus en détail

Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels

Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels Rencontre générale des employés Rencontre de suivi concernant les défis organisationnels Le 19 mars 2013 1 Cette rencontre se veut interactive donc une opportunité d échanges employés-direction sur les

Plus en détail

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel OBJECTIFS Les Clés du recrutement d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal ont pour objectif de renforcer la capacité des PME à élaborer,

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Biographie des présentateurs

Biographie des présentateurs Biographie des présentateurs Jean- François Robert: Ingénieur en informa4que de forma4on (Université de Sherbrooke) depuis 2001 Maîtrise en ges4on de projet à l UQAR depuis 2014 Conseiller cadre en ges4on

Plus en détail

Liste de controle. Composer avec l arthrite et les troubles musculosquelettiques persistants au travail

Liste de controle. Composer avec l arthrite et les troubles musculosquelettiques persistants au travail Liste de controle Composer avec l arthrite et les troubles musculosquelettiques persistants au travail GUIDE À L INTENTION DES EMPLOYEURS, DES EMPLOYÉS ET DES FOURNISSEURS DE SOINS DE SANTÉ Articulations

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Historique du Centre de la petite enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe Le Centre de la Petite Enfance de Saint-Lambert Agathe la Girafe est une garderie qui détient un permis

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Infolettre du Centre d action bénévole de Sherbrooke

Infolettre du Centre d action bénévole de Sherbrooke www.cabsherbrooke.org Infolettre du Centre d action bénévole de Sherbrooke Novembre - Décembre 2013 Numéro 15 Mot de la directrice Bonjour à tous, L automne est toujours une période plutôt chargée pour

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014

RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 Dans ce numéro: Mot du Président 2 Mot de la directrice générale 3 RAPPORT D ACTIVITÉS 2013-2014 Notre Mission Nos Valeurs Notre Vision 4 Nos programmes et quelques statistiques 5 Stimulation Jeunesse

Plus en détail

Mobiliser son équipe! reconnaissance!

Mobiliser son équipe! reconnaissance! Mobiliser son équipe! Un outil indispensable, la reconnaissance! Agenda La mobilisation Pourquoi s intéresser à la reconnaissance? Les composantes de la reconnaissance Les intervenants Les phrases qui

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des proches d une personne qui est atteinte de SP ou qui a reçu un diagnostic de SCI et des aidants non rémunérés d une personne qui est

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie

Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Volume 2, numéro 5 Décembre 2008 Adoption du Plan pluriannuel 2008-2011 du réseau de la santé et des services sociaux de l Estrie Le conseil d administration de l Agence de la santé et des services sociaux

Plus en détail

Leçons apprises à la suite de la fusillade au Collège Dawson : l organisation des services psychosociaux d urgence

Leçons apprises à la suite de la fusillade au Collège Dawson : l organisation des services psychosociaux d urgence Cette présentation a été effectuée le 24 novembre 2014 au cours de la journée «De New York à Lac-Mégantic : accompagner le rétablissement de la communauté après un sinistre» dans le cadre des 18 es Journées

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

PROJET. Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL

PROJET. Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL PROJET Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL JUIN 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. La mise en contexte...3 2. Les enjeux relatifs à la communication interne...3 2.1 La présence

Plus en détail

Le développement des compétences dans une organisation apprenante

Le développement des compétences dans une organisation apprenante Le développement des compétences dans une organisation apprenante Le support des nouvelles technologies de l information et des communications (NTIC) Présenté à l Université rurale du Québec (URQ) le mardi

Plus en détail

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles 4 e édition Génération 2.0 Dernièrement, en lisant un article dans L Actualité du mois de mars concernant les 18-30 ans, j ai constaté qu en général, les jeunes d aujourd hui sont conscients de leur rareté

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE

LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE CADRE DE RÉFÉRENCE DOCUMENT DE TRAVAIL 6 ième version Septembre 2007 COMITÉ CONSULTATIF LOCAL COMITÉ ÉLARGI CONCEPTION, RECHERCHE ET RÉDACTION Danielle Desnoyers, conseillère

Plus en détail

Rapport de la visite d appréciation de l application des mesures de prévention et de contrôle des infections nosocomiales du 19 décembre 2006

Rapport de la visite d appréciation de l application des mesures de prévention et de contrôle des infections nosocomiales du 19 décembre 2006 Rapport de la visite d appréciation de l application des mesures de prévention et de contrôle des infections nosocomiales du 19 décembre 2006 Hôpital Laval Direction régionale de santé publique Agence

Plus en détail

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école PASSERELLE Un programme d entrainement favorisant un retour à l école INTRODUCTION...3 HISTORIQUE DU CENTRE SOLIDARITÉ JEUNESSE...4 LES GRANDS PRINCIPES DIRECTEURS...5 COMPOSANTES DU PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT...6

Plus en détail

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Gatineau, 19 juin 2012 Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Carole Chénard, MBA Chargée de projet Promotion de la santé des travailleurs

Plus en détail

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes

L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes L enseignement prioritaire du diabète étapes par étapes présentée par Hélène Gagné, infirmière clinicienne Responsable du programme diabète CJD 2008 Cette présentation vise à 1. Savoir vulgariser la maladie

Plus en détail

Merci de votre générosité!

Merci de votre générosité! Je désire faire un DON UNIQUE : Chèque ou mandat-poste à l ordre de : Fondation du CHUM Carte de crédit : d expiration : Courriel J aimerais que mon don soit anonyme. J aimerais recevoir de l information

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM).

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM). DESTINATAIRE : ÉMISE PAR : Toutes les unités administratives Direction des services techniques Émise le : 8 décembre 2014 Révisée le : Approuvé par CA : 16 déc. 2014 (RCA 2014-12-2342) APPROUVÉE PAR :

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 PRÉSENCES : ABSENCE MOTIVÉE : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 PRÉSENCES : ABSENCE MOTIVÉE : INVITÉS : 2535 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 19 MARS 2014 SÉANCE 500-14 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf.

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. L INFIRMIÈRE D HIER À. . AUJOURD HUI OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS : 2581 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

Bilan Année scolaire 2013-2014

Bilan Année scolaire 2013-2014 Bilan Année scolaire 2013-2014 Clientèle Cette année, l école Sacré-Coeur a accueilli 281 élèves répartis dans 12 classes : 2 groupes de 3 e année, 2 groupe de 4 e année, 1 multi-âge 3 e et 4 e année,

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5317 Assistance à la personne à domicile Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des

Plus en détail

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil

L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein. Entrée en classe Accueil L organisation d une journée dans une classe de maternelle 4 ans à temps plein Ouverture de l école Service de garde Entrée en classe Accueil Routine du matin Ateliers Dîner Récréation Histoire Jeux libres

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

Apprenti-Sage Info Numéro 1 4 septembre 2015. Lire, ça fait grandir! Merci à la famille Vézeau. Dates à retenir

Apprenti-Sage Info Numéro 1 4 septembre 2015. Lire, ça fait grandir! Merci à la famille Vézeau. Dates à retenir Apprenti-Sage Info Numéro 1 4 septembre 2015 Dates à retenir Lundi 7 septembre Mercredi 9 septembre à 19 h Jeudi 10 septembre à 19 h Lundi 14 septembre 2015 à 19 h 15 Lundi 21 septembre Congé de la fête

Plus en détail

Du «Savoir» à l Apprenant

Du «Savoir» à l Apprenant 1 UNE TRANSFORMATION DES SERVICES AXÉE SUR LE RÉTABLISSEMENT ET LA PLEINE CITOYENNETÉ Du «Savoir» à l Apprenant XVIIe Colloque 10 au 12 novembre 2014 Au Fairmont le Reine Élizabeth de Montréal PRÉSENTATION

Plus en détail

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit!

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines vous offre des solutions pratiques, adaptées à votre organisation et une gamme complète

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

Projet de collaboration pour les premiers MOOC en français au niveau collégial

Projet de collaboration pour les premiers MOOC en français au niveau collégial Projet de collaboration pour les premiers MOOC en français au niveau collégial Rapport final présenté au Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada (RCCFC) par La Cité Partenaire le Cégep

Plus en détail

PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs

PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs PRATIQUE INFIRMIÈRE EN SOINS CRITIQUES De l urgence aux soins intensifs Le jeudi 5 décembre 2013 Hôtel Chéribourg, Magog-Orford (Sortie 118 de l Autoroute 10 Direction Orford) 2603, chemin du Parc Orford

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière

Mémoire. La littératie financière. en perspective avec la planification financière. l Institut québécois de planification financière Mémoire La littératie financière en perspective avec la planification financière présenté par l Institut québécois de planification financière au Groupe de travail sur la littératie financière le 31 mai

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Caisse qui se passe. Nous souhaitons à tous nos membres: BONNES VACANCES! À ne pas manquer

Caisse qui se passe. Nous souhaitons à tous nos membres: BONNES VACANCES! À ne pas manquer Juin 2011 Caisse qui se passe Le magazine des membres de la Caisse Desjardins du Sud de Lotbinière Nous souhaitons à tous nos membres: BONNES VACANCES! À ne pas manquer 2 Un mot de votre DG 3 Du sang neuf

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Atelier A Enjeux et tendances en philanthropie - 5 novembre à 10 h 00. Caroline Bergeron, responsable de programmes à l Université de Montréal

Atelier A Enjeux et tendances en philanthropie - 5 novembre à 10 h 00. Caroline Bergeron, responsable de programmes à l Université de Montréal Biographies Atelier A Enjeux et tendances en philanthropie - 5 novembre à 10 h 00 Caroline Bergeron, responsable de programmes à l Université de Montréal Boursière McConnell en philanthropie en 1994, Rising

Plus en détail

http://www.animetcom.fr/

http://www.animetcom.fr/ http://www.animetcom.fr/ NOS DOMAINES DE FORMATION Education Populaire Sports Loisirs... 3 Petite Enfance Enfance Adolescence... 4 Social et Médico-Social... 5 Commercial et Centre de Profits... 6 Communication

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Bénéficiez d un régime efficace! Sommaire explicatif Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

M. Daniel Messier Secrétaire Mme Rinda Hartner Mme Ginette Labbé Mme Liza O Doherty Mme Line Lefebvre Mme Chantal Fortin

M. Daniel Messier Secrétaire Mme Rinda Hartner Mme Ginette Labbé Mme Liza O Doherty Mme Line Lefebvre Mme Chantal Fortin PROCÈS-VERBAL DE LA 23 e RÉUNION DE LA COMMISSION INFIRMIÈRE RÉGIONALE DE L A- GENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL, TENUE LE MERCREDI 18 SEPTEMBRE 2013 À 13h30, SALLE 422, AU SIÈGE SOCIAL

Plus en détail

Témoignages 2013-2014

Témoignages 2013-2014 Témoignages 2013-2014 Banque alimentaire Memphrémagog Inc. «Tous les membres s associent à moi afin de vous exprimer notre gratitude pour votre beau geste de générosité. En 2013-2014, plus de 10 000 repas

Plus en détail

générateur propulseur accélérateur d entrepreneurs Le SAJE en bref 2014-2015 SAJE accompagnateur d entrepreneurs

générateur propulseur accélérateur d entrepreneurs Le SAJE en bref 2014-2015 SAJE accompagnateur d entrepreneurs générateur propulseur accélérateur d entrepreneurs Le SAJE en bref 2014-2015 1 générateur propulseur accélérateur d entrepreneurs Le SAJE en chiffres pour l année 2014.15 10 624 personnes ont démarré 859entrepreneurs

Plus en détail

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement

La prévention des chutes: du domicile à l hébergement La prévention des chutes: du domicile à l hébergement CSSS de la Vieille-Capitale 8 centres d hébergement (1315 lits) 5 cliniques réseaux 4 unités de médecine familiale Serv. gériatriques spécialisés (SGS):

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Le médicament générique au service de l assuré privé

Le médicament générique au service de l assuré privé Le médicament générique au service de l assuré privé 2011 1. QUI SOMMES-NOUS? Pharmapar est une entreprise familiale québécoise distributrice de médicaments génériques. L entreprise a été fondée en 1998

Plus en détail

Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015

Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015 Les services d accès aux données de l Institut de la statistique du Québec au profit de la recherche IR-CUSM 12 février 2015 Marc-Antoine Côté-Marcil Analyste-conseil du CADRISQ-Montréal Plan de la présentation

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Colloque 2013 AGPI. Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS

Colloque 2013 AGPI. Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS Colloque 2013 AGPI Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS Présenté par Carole Larose 1 1 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER Relais pour la Vie, une initiative

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne

DELISLE, Johanne, DSPQR par intérim HALLÉ, Régis, DRFMI PAQUET, Jocelyne Procès-verbal de la quatre-vingt-dix-huitième séance ordinaire du conseil d administration du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement de Chaudière-Appalaches,

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail