Chapitre n 5 : génétique bactérienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre n 5 : génétique bactérienne"

Transcription

1 Chapitre n 5 : génétique bactérienne 1. Structure et fonctions du génome bactérien 1.1. Organisation Le matériel génétique des Procaryotes est généralement constitué que d une seule molécule d ADN double-brin et circulaire * (figure 1). Sa longueur est de l ordre du mm (1,3 mm chez E. coli) : le chromosome bactérien est donc fortement compacté à l intérieur de la cellule, occupant une région délimitée irrégulièrement au contact du cytoplasme, le nucléoïde (le matériel génétique n est donc pas dans un noyau). Le nucléoïde présente un point d ancrage dans la membrane plasmique. Figure 1 Figure 2 * Chez les spirochètes (Treponema, Borrelia, Leptospira), le chromosome est linéaire. Les bactéries du genre Brucella possèdent deux chromosomes.

2 L ADN est associé à des protéines basiques différentes des histones présents chez les Eucaryotes. Les bactéries possèdent un génome dont la taille est comprise entre 7, paires de bases chez Mycoplasma et 7, pb chez Streptomyces (4, pb chez E. coli), soit entre 3000 et 4000 gènes. Chez les Eubacteria, les gènes sont séparés les uns des autres par des séquences de quelques dizaines à quelques centaines de paires de bases appelées «spacers» (les gènes sont rarement chevauchants comme chez les virus). L information codante est continue (les gènes sont transcrits d un seul tenant : il n y a pas d introns, les ARN messagers ne sont pas épissés comme chez les Archaea et les Eucarya). Avant de se diviser, une bactérie doit répliquer son chromosome bactérien afin d en transmettre une copie à chacune de ses cellules filles. La réplication de l ADN est semi-conservative : chaque molécule fille contient un brin parental et un brin néosynthétisé. Chez les Procaryotes, lorsque le chromosome circulaire est copié, la réplication commence en un seul point appelé «origine de réplication», où se forme une petite zone de dénaturation de l ADN, afin que chacun des deux brins puisse servir de matrice. Deux fourches de réplication partent de part et d autre de cette origine jusqu à ce que toute la molécule d ADN soit copiée (figure 2). Le chromosome bactérien peut comporter de l ADN «étranger» : - des transposons (éléments génétiques mobiles) ; - des prophages (ADN provenant de virus bactériens appelés «bactériophages»). Les transposons (ou éléments transposables) n ont pas d origine de réplication. Les plus simples sont de courtes séquences de 750 à 1600 pb, contenant uniquement le gène de la transposase encadré par des séquences d insertion (séquences «répétées inversées»). La transposase est l enzyme nécessaire à la transposition : elle permet l insertion du transposon dans l ADN cible. Les transposons composites contiennent des gènes supplémentaires (gènes de résistance, codant pour des toxines ). Les bactéries possèdent également des éléments d ADN extrachromosomique, les plasmides. Ce sont de petites molécules d ADN double-brin circulaire de quelques µm (10 3 à 10 5 pb environ). Leur réplication est autonome : ils possèdent leur propre origine de réplication («ORI-R»). Ils portent un nombre réduit de gènes (<30) qui confèrent aux bactéries hôtes des propriétés non essentielles à leur survie : - gènes codant pour les pili sexuels et autres facteurs de conjugaison ; - gènes de résistance aux antibiotiques et aux métaux lourds ; - gènes de virulence (toxines, sidérophores ) ; - gènes codant pour des bactériocines. Certains plasmides possèdent des séquences d insertion permettant leur intégration au chromosome bactérien (cette propriété en fait des «épisomes»). Les plasmides sont transmis verticalement dans le clone bactérien, au fur et à mesure des divisions. Ils peuvent aussi être transmis horizontalement, même entre bactéries d espèces différentes, au cours du processus de conjugaison.

3 1.2. Structure des gènes Les gènes codant pour les protéines présentent en amont de la région codante un site de régulation permettant la reconnaissance et la liaison de l ARN polymérase : le promoteur. - Le site de reconnaissance de l ARN polymérase comporte sur le brin non copié une séquence 5 -TTGACA-3 («boîte GACA») située à 35 paires de bases du point d initiation de la transcription (+1). - Le site de liaison de l ARN polymérase comporte sur le brin non copié une séquence 5 -TATAAT-3 («boîte TATA» ou «boîte de Pribnow») située à 10 paires de bases du point d initiation de la transcription. C est l endroit où l ARN polymérase provoque l ouverture de la double hélice d ADN. Les séquences de ces deux sites sont relativement constantes d une espèce bactérienne à une autre : elles sont appelées «séquences consensus». L ARN polymérase copie l ADN en ARN à partir du point d initiation de la transcription. Au début de l ARN messager (ARNm), il existe une séquence non traduite (comprise entre le point +1 et le codon initiateur AUG). Il s agit d une séquence de tête, qui contient également une séquence consensus 5 -AGGAGG-3 dite de Shine-Dalgarno. Celle-ci intervient comme un signal dans la fixation de la petite sous-unité du ribosome, par l intermédiaire de l ARNr 16S. La région codante commence par le triplet AUG (codant pour une méthionine) et se termine par l un des trois codons stop (UAA, UAG, UGA). A la fin de l ARN messager (du côté 3 ), on trouve un séquence de queue non traduite, au niveau de laquelle s arrête la transcription. Elle est constituée de régions auto-complémentaires riches en GC susceptibles de s apparier et de former une boucle permettant l expulsion de l ARN polymérase. Figure 3

4 Chez les Procaryotes, la plupart des gènes sont organisés en unités structurales et fonctionnelles appelées opérons, succession de gènes codant chacun une chaîne polypeptidique. Un opéron rassemble des gènes intervenant dans un même domaine métabolique : - l opéron lactose rassemble les gènes permettant l utilisation du lactose (figure 5) ; - l opéron tryptophane rassemble les gènes permettant la synthèse du tryptophane (figure 6). Un opéron est transcrit en un seul ARNm polycistronique (ou polygénique). Certains gènes ne codent pas pour des protéines, mais pour les ARN de transfert (ARNt) et les ARN ribosomaux (ARNr). Chez les Procaryotes, le matériel génétique est directement au contact du cytoplasme, donc des ribosomes. De ce fait, la synthèse protéique peut démarrer sur un ARNm dont la synthèse n est pas terminée : transcription et traduction sont simultanées. De plus, un ARNm peut être lu simultanément par plusieurs ribosomes, formant ainsi une structure en «collier de perles» appelé polysome (figure 4). Figure Régulation de l'expression des gènes Pour transcrire leurs gènes, les bactéries possèdent une ARN polymérase. Il s agit d un complexe enzymatique de 450 kda, constitué de 5 sous-unités (α, α, β, β', σ). Le facteur σ est capable de reconnaître les séquences consensus des promoteurs qui permettent le démarrage de la transcription. Cependant, seuls les gènes codant pour les protéines constitutives sont exprimés de manière constante, les enzymes de la glycolyse par exemple. Il existe donc une régulation permettant à la cellule de ne synthétiser que les enzymes qui lui sont nécessaires, en fonction de la nature du milieu. Ce contrôle est effectué au niveau transcriptionnel selon deux modes principaux : l induction et la répression.

5 Systèmes inductibles : exemple de l opéron lactose (figure 5) Lorsqu une souche d E. coli est cultivée dans un milieu contenant du glucose puis transférée dans un milieu contenant du lactose, elle se met à synthétiser une enzyme jusqu alors indétectable : la β-galactosidase (qui catalyse l hydrolyse du lactose en glucose et galactose). On dit que le lactose est un inducteur : sa présence dans le milieu augmente la quantité de β-galactosidase, mais aussi de β-galactoside perméase * et de thiogalactoside transacétylase. Les trois gènes (respectivement appelés lac z, lac y et lac a) codant pour ces trois enzymes appartiennent à l opéron lactose (Jacob et Monod, 1960). - En amont de l opéron lactose, il existe un gène régulateur (lac i) qui code pour un répresseur capable de se fixer sur l opérateur en absence de lactose. Dans ce cas l ARN polymérase est bloquée et les gènes ne sont donc pas transcrits. - En présence de lactose, le répresseur fixe le lactose et devient alors incapable de se fixer sur l opérateur : l ARNm polycistronique est synthétisé par l ARN polymérase puis traduit. Figure 5 * Au laboratoire, le déficit en β-galactoside perméase est mis en évidence par le test ONPG : une souche bactérienne apparaissant lactose + sur milieu lactosé (Kligler-Hajna, BCP-lactose, Drigalski ) possède les deux enzymes (β-galactosidase et β-galactoside perméase), dans ce cas le test ONPG est inutile. Par contre, une souche bactérienne apparaissant lactose - sur milieu lactosé peut être soit ONPG + (β-galactosidase + et perméase -) ; soit ONPG - (β-galactosidase - et perméase -).

6 Par ailleurs, il existe des β-lactamases (enzymes de résistance aux β-lactamines) constitutives, exprimées en permanence par la bactérie possédant le gène ; d autres sont inductibles et ne sont donc synthétisées que si l antibiotique est présent dans le milieu. Pour détecter une β-lactamase inductible par le test Céfinase, il faut donc prélever une colonie sur l antibiogramme à proximité d un disque imprégné de β-lactamine Systèmes répressibles : exemple de l opéron tryptophane (figure 6) Lorsqu une souche prototrophe d E. coli est cultivée dans un milieu minimum, elle fabrique tous ses constituants organiques à partir de la seule source de carbone disponible. Si du tryptophane est ajouté à ce milieu minimum, la cellule cesse de fabriquer les enzymes qui interviennent dans la synthèse de cet acide aminé. Les gènes codant pour ces enzymes font partie de l opéron tryptophane. Un gène régulateur commande la synthèse d un répresseur inactif qui n est capable de se fixer sur l opérateur qu en présence de tryptophane, qui constitue le corépresseur. La présence du complexe répresseur corépresseur sur l opérateur empêche la transcription des gènes intervenant dans la biosynthèse du tryptophane. Figure 6 : structure et fonctionnement de l opéron tryptophane

7 2. La variabilité génétique des bactéries 2.1. Mutations Lorsque l enchaînement des nucléotides au sein de l ADN est modifié, les séquences des gènes peuvent varier : ce sont les mutations. Ces modifications sont stables et héréditaires, et elles peuvent s accompagner ou non de modifications phénotypiques. Les mutations spontanées apparaissent occasionnellement dans n importe quelle cellule : elle résultent d erreurs dans la réplication de l ADN ou de lésions de l ADN. Il existe différents types de mutations : les substitutions : une transition est un remplacement d une purine par une autre purine (A G) ou d une pyrimidine par une autre pyrimidine (C T) ; une transversion est un remplacement d une purine par une pyrimidine (ou l inverse). L addition ou la délétion d un ou plusieurs nucléotides entraîne un décalage du cadre de lecture. Ces mutations se produisent souvent lorsqu une courte séquence nucléotidique est répétée. Les erreurs commises lors de la réplication sont souvent corrigées par différents mécanismes (correction d épreuve, réparation par excision-resynthèse, réparation par recombinaison, réparation «SOS») Le taux de mutation peut être nettement augmenté en utilisant des agents mutagènes (substances ou rayonnements qui altèrent directement l ADN ou interfèrent avec ses mécanismes de réparation). Par exemple, les rayons X et ultra-violets sont de puissants agents mutagènes. A 260 nm (longueur d onde d absorption maximale de l ADN), les bactéries sont en majorité tuées, tandis que les rares survivantes sont souvent des mutantes. La modification chimique la plus fréquente dans ce cas est la formation de dimères de thymine lorsqu elles sont adjacentes Conséquences phénotypiques des mutations Les mutations sont soit silencieuses, soit elles modifient le phénotype du micro-organisme mutant. Les mutations morphologiques changent la forme ou la couleur de la colonie issue d une cellule mutante (exemple : variation type «S» type «R» due à une mutation affectant un gène de synthèse du LPS, au niveau de la chaîne latérale O). Ces mutations peuvent également affecter les flagelles, la spore (chez B. anthracis, il existe des mutants asporogènes) Certains mutants peuvent acquérir une résistance à un agent antimicrobien, tel qu un antibiotique. Si la cible de l antibiotique est une enzyme, la mutation au niveau du gène

8 codant pour cette enzyme peut entraîner une diminution voire une suppression de l affinité de l antibiotique pour l enzyme (modification de cible). Ce phénomène est à l origine de la résistance des Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) : une mutation entraîne un changement de structure de la PLP 2 (l enzyme «mutée» est appelée PLP 2a ) qui ne fixe plus l antibiotique (Cf. mise en évidence de la résistance hétérogène aux β-lactamines). Les mutations biochimiques inactivent fréquemment les voies de biosynthèse et engendrent des mutants auxotrophes, incapables de se développer sur un milieu minimum. Il existe également des mutations réverses, restaurant le type sauvage prototrophe (application : test de Ames, voir figure 7). Le test de Ames est un test de mutagenèse proprement dit. Il consiste à examiner si une substance chimique ou un agent physique est capable d'induire des mutations spécifiques chez différentes souches de Salmonella typhimurium. Les souches utilisées dans le test sont des souches porteuses d'une mutation dans un des gènes gouvernant la synthèse de l'acide aminé histidine. Cette mutation His - rend les souches incapables de pousser sur un milieu sans histidine. Avec une fréquence très faible, ces mutations His - reversent spontanément vers His + et donc les cellules retrouvent leur capacité à pousser sur un milieu dépourvu d'histidine. Cette fréquence de réversion peut augmenter en exposant les bactéries His - à des agents mutagènes. Ainsi, le test d'ames permet de quantifier l'induction de ces mutations réverses His +. Figure 7 : Test de Ames 2.3. Les transferts génétiques Chez les Procaryotes, les transferts génétiques sont unidirectionnels. Un fragment de matériel génétique exogène pénètre dans une cellule receveuse. Cet ADN peut persister dans le cytoplasme (cas de nombreux plasmides) ou être intégré au chromosome bactérien par recombinaison.

9 La conjugaison La conjugaison est un mécanisme de transfert unidirectionnel de matériel génétique par contact entre deux cellules bactériennes (figure 8). Figure 8 Mise en évidence (Lederberg et Tatum, 1946) On utilise deux souches d Escherichia coli auxotrophes ( ) pour plusieurs facteurs de croissance : Facteur de croissance SOUCHE 1 SOUCHE 2 Biotine + Phénylalanine + Cystéine + Thréonine + Leucine + Thiamine + Ces souches «triples auxotrophes» sont incapables de se développer sur milieu minimum. Par contre, si on incube un mélange de ces deux souches pendant plusieurs heures dans un milieu nutritif, et qu on les transfère ensuite sur un milieu minimum, des colonies prototrophes apparaissent après incubation. Les bactéries formant ces colonies sont donc Biotine +, Phe +, Cys +, Thr +, Leu + et Thiamine +. Ces bactéries sont dites recombinantes car il y a obligatoirement eu transfert d information génétique entre les deux souches initiales. L exemple du facteur F A la suite des expériences de Lederberg et Tatum, Hayes montra en 1952 que le transfert de gènes s effectue dans un sens déterminé, d une cellule donneuse à une cellule receveuse. Le facteur F, ou facteur de fertilité, est un plasmide portant les gènes nécessaires à l attachement cellulaire et au transfert de matériel génétique. Certains de ces gènes sont impliqués dans la formation des pili sexuels, responsables de la première étape de la conjugaison. La souche donneuse est dite «F +» car

10 elle possède ce facteur F. La souche receveuse est dite «F» car elle ne le possède pas (et ne produit donc pas de pili sexuels). Au cours de la conjugaison (c est à dire le croisement F + x F ), le facteur F est répliqué et c est une copie du plasmide qui est transférée (sous forme simple-brin) dans la cellule receveuse. Au terme de ce transfert (après réplication et recircularisation du plasmide), la cellule receveuse est devenue à son tour F +. Dans ces conditions, la fréquence de recombinaison des gènes chromosomiques est faible, car le chromosome bactérien n est que très rarement transféré dans la cellule receveuse. Le facteur F contient des séquences d insertion permettant l intégration du plasmide dans le chromosome de la cellule hôte (ce qui fait du facteur F un épisome). Dans le cas ou le facteur F est intégré au chromosome bactérien, la cellule hôte est dite «Hfr», pour haute fréquence de recombinaison. Cette cellule possède en effet un grand pouvoir de transfert de gènes chromosomiques. Au cours du croisement Hfr x F, l intégralité de la copie du chromosome de la cellule Hfr est rarement transférée à la souche F, car le temps de contact nécessaire est trop important (100 minutes chez d Escherichia coli). Le contact entre cellules est souvent rompu (rupture du pont cytoplasmique permettant le transfert) avant la fin du processus. L origine de transfert (ORI-T) étant située au sein du facteur F, la cellule receveuse reste F si le transfert n est pas complet. Par contre, des gènes chromosomiques («gènes marqueurs») de la souche Hfr peuvent être intégrés dans le chromosome de la souche F La transformation (figure 9) La transformation est l entrée dans la cellule d un fragment d ADN «nu» présent dans l environnement (et son intégration dans le chromosome receveur, l endogénote, s il ne s agit pas d un plasmide). Une bactérie capable d effectuer une telle opération est dite compétente. L état de compétence est un phénomène transitoire, qui intervient chez certaines bactéries pendant 15 à 30 minutes à la fin de la phase exponentielle de croissance. Les pneumocoques, par exemple, sécrètent une protéine appelée facteur de compétence qui active la production d autres protéines requises pour la transformation. La transformation artificielle en laboratoire fait appel à des agents rendant perméable la membrane la membrane à l ADN (chlorure de calcium), à des traitements thermiques ou électriques (électroporation). Les cellules transformées ne deviennent recombinantes que si le(s) gène(s) porté(s) par l ADN exogène s exprime(nt). La transformation des bactéries est plus efficace avec de l ADN plasmidique, moins facilement dégradé que des fragments linéaires et se répliquant de façon autonome.

11 Figure 9

12 La transduction Cycle lytique et cycle lysogénique (figure 10) Les bactériophages (virus bactériens) participent à ce mode de transfert de gènes bactériens. Ils possèdent une capside protéique qui protège leur génome. Lorsqu un phage infecte une bactérie, il introduit uniquement son matériel génétique dans le cytoplasme de celle-ci. Le génome viral a la capacité de forcer la bactérie à synthétiser de nouveaux constituants viraux (acides nucléiques et protéines) qui s assemblent en nouveaux phages. La lyse de la bactérie libère les nombreux phages produits au cours de ce cycle lytique. Ces phages sont dits virulents. Au cours du cycle lysogénique par contre, le génome viral reste dans le chromosome de la cellule hôte sans s exprimer et il est reproduit en même temps que le chromosome bactérien. Ces phages sont dits tempérés car ils résident dans leur hôte sans le détruire, à l état de prophage. Cependant, les conditions de l environnement (ex : UV) peuvent modifier cet état et déclencher la multiplication du phage (induction). Figure 10

13 Transduction généralisée et transduction spécialisée Transduction généralisée La transduction généralisée a lieu au cours du cycle lytique d un phage et transfère n importe quelle partie du génome bactérien. Pendant l assemblage des nouveaux virus, des fragments de chromosome bactérien partiellement dégradé sont incorporés dans la capside par erreur. Ces phages contenant de l ADN bactérien sont appelés particules de transduction généralisée. Lorsqu ils infectent de nouvelles cellules, ils injectent cet ADN qui peut être intégré ou non au génome bactérien. Dans le cas négatif, on parle de transduction abortive. Figure 11 Transduction spécialisée La transduction spécialisée ou restreinte résulte d une erreur dans le cycle lysogènique. Les gènes bactériens qui entourent le génome viral incorporé au nucléoïde, peuvent être incorporés dans les nouvelles capsides phagiques après induction. Ces nouveaux virus vont alors transporter ces gènes d une bactérie à une autre : ce sont des transducteurs. Au moment de l induction, l excision du prophage est erronée et une partie adjacente du chromosome bactérien (5 à 10 % de l ADN bactérien) est excisée également. Ce sont des phages transducteurs incomplets, car ils ne transportent qu une partie du génome viral. De ce fait, ils perdent une ou plusieurs propriétés : il sont donc défectifs. Une particule transductrice injectera les gènes bactériens dans une autre bactérie, où ils pourront être intégrés au nucléoïde de manière stable. L acquisition de propriétés nouvelles chez les bactéries infectées par un bactériophage est appelée conversion lysogènique (exemple : synthèse d une exotoxine). Figure 12

14 3. L identification génotypique (ou moléculaire) des bactéries Les techniques de biologie moléculaire ont bouleversé l identification des bactéries, notamment par leur capacité de détection des bactéries dont la culture au laboratoire est impossible, fastidieuse ou lente. Elles ont également montré les limites de l identification phénotypique traditionnelle. Il est désormais possible de détecter des bactéries responsables de maladies infectieuses directement dans les prélèvements cliniques. D une part, des méthodes de détection standardisées sont commercialisées sous forme de kits (ou de «trousses») ; d autre part, des laboratoires ont mis au point des méthodes internes (plus ou moins fiables). D un point de vue organisationnel, l unité de biologie moléculaire doit être séparée du laboratoire de microbiologie classique, afin de réduire les risques de contamination des échantillons, les résultats faussement positifs constituant le problème majeur de l utilisation de ces techniques. Il est donc fondamental de réaliser des témoins négatifs d extraction et d amplification afin de valider les résultats d une analyse moléculaire. Les protocoles seront rédigés dans le cadre du GBEA (guide de bonne exécution des analyses) Les étapes de l analyse Figure 13 : identification ou typage moléculaire des bactéries Extraction de l ADN Dans tous les cas, il est nécessaire de procéder à l extraction de l ADN bactérien (chromosomique et/ou plasmidique) afin de le rendre disponible pour les opérations suivantes. Cela comprend la destruction des enveloppes cellulaires (capsule, paroi, membrane plasmique) par chauffage à 70 C, utilisation de lysozyme, action du SDS (sodium dodécyl sulfate) ; ainsi qu une élimination des protéines par la protéinase K. La purification de l ADN se poursuit par sa précipitation à froid par un mélange phénol/chloroforme puis une solution d éthanol. Il existe également des colonnes de purification de

15 l ADN et des automates de purification de l ADN. Une fois purifié, l ADN peut être conservé à 20 C Amplification de l ADN Pour faciliter la détection de l ADN cible (c est à dire l ADN appartenant à l espèce bactérienne recherchée), celui-ci est amplifié in vitro par réaction enzymatique (Polymerase Chain Reaction ou PCR * ). Lors de la détection directe des bactéries dans les prélèvements cliniques, cette étape peut être rendue difficile par la présence d inhibiteurs qui diminuent la sensibilité de la méthode et par l éventuelle contamination de l échantillon par des micro-organismes exogènes rendant les résultats faussement positifs. Par contre, la sensibilité et la spécificité sont nettement améliorées si la réaction d amplification de l ADN est réalisée sur une souche isolée sur milieu solide ou cultivée en milieu liquide. Cette méthode peut être utilisée pour l identification des souches bactériennes, pour la mise en évidence des gènes de résistance aux antibiotiques, ou pour le génotypage des bactéries à des fins taxonomiques. * : le principe et le protocole de la PCR sont détaillés en cours de biologie moléculaire Analyse de l ADN amplifié L amplification par PCR n étant qu une étape permettant d obtenir suffisamment d ADN bactérien, il est nécessaire d utiliser une méthode permettant de caractériser cet ADN. Migration sur gel d agarose Le produit d amplification peut être détecté par électrophorèse et action du bromure d éthidium * (BET, substance intercalante fluorescente). La migration d un marqueur de taille à chaque extrémité du gel permet la détection de l ADN amplifié. L ADN amplifié peut alors faire l objet d une étude de profil de restriction : il s agit d une nouvelle migration sur gel d agarose (ou de polyacrylamide * ), cette fois après action d une ou plusieurs endonucléases de restriction. Le profil électrophorétique obtenu est caractéristique de la séquence amplifiée : il peut être utilisé pour identifier une souche bactérienne inconnue. * le bromure d éthidium et le polyacrylamide sont des substances cancérigènes qui doivent être manipulées en respectant scrupuleusement les consignes de sécurité, notamment le port des gants. Hybridation avec des sondes marquées Cette détection peut être faite sur des bandelettes de nitrocellulose comportant des sondes complémentaires de l ADN recherché. La mise en contact du produit d amplification avec la bandelette permet de déterminer si la souche étudiée correspond à l espèce recherchée. Ce type de test est disponible pour l identification des mycobactéries. L hybridation peut également être réalisée directement dans l appareil chargé de la PCR (thermocycleur). La formation du produit d amplification est suivie en temps réel grâce à l utilisation d amorces oligonucléotidiques fluorescentes lorsqu elles sont hybridées à leur cible. L intensité de la fluorescence

16 émise est alors proportionnelle à la quantité d amorces hybridées. Séquençage Il s agit d une méthode permettant d obtenir l intégralité de la séquence nucléotidique du fragment amplifié. La comparaison de la séquence obtenue avec des séquences disponibles dans des bases de données informatiques (GenBank) permet l identification de souches inconnues. Ce séquençage est généralement réalisé par la technique de Sanger, et automatisée dans des séquenceurs capillaires (700 à 800 pb séquencées en quelques heures) Gènes couramment utilisés pour l identification moléculaire des bactéries Le gène codant pour l ARNr 16 S L ARNr 16 S est l acide ribonucléique constitutif de la petite sous-unité du ribosome procaryote. Son coefficient de sédimentation est de 16 Svedberg (la grande sous-unité du ribosome procaryote contient un ARNr 23 S et un ARNr 5 S). L ARN ribosomal 16 S est codé par un gène chromosomique d environ 1500 paires de bases dont les extrémités 5 et 3 sont conservées chez un grand nombre d espèces bactériennes. Ces séquences universelles ont permis la fabrication d amorces complémentaires de ces extrémités. Ainsi, presque tous les gènes ARNr 16S peuvent être amplifiés avec ces amorces universelles, tandis que la spécificité de la séquence de ces gènes permet par la suite l identification des bactéries. Si la technique d analyse utilisée est le séquençage, l interprétation des résultats est conduite de la manière suivante : - s il y a entre 99 et 100 % de similarité entre une séquence expérimentale et une séquence de référence, la souche étudiée appartient à la même espèce que la souche de référence ; - s il y a entre 97 et 98 % de similarité entre une séquence expérimentale et une séquence de référence, la souche étudiée appartient au même genre que la souche de référence ; - si la similarité de séquence est inférieure à 97 %, il s agit d un genre bactérien qui n est pas encore décrit (ou publié dans la base de données). Les résultats des études portant sur les gènes ARNr 16 S ont engendré de nombreuses modifications de la classification du monde vivant, tout particulièrement la séparation entre Archaea et Bacteria (C. Woese) Le gène rpob Le gène rpob code pour la sous-unité β de l ARN polymérase bactérienne. Il s agit également d un gène chromosomique de 4000 à 4500 paires de bases. Certaines régions de ce gène contiennent des séquences conservées (permettant l obtention d amorces complémentaires) séparant des régions variables utiles pour l identification des espèces.

17 3.3. Exemples d applications Parmi les kits de détection moléculaire commercialisés ou développés «en interne», on peut citer la mise en évidence : - de Neisseria meningitidis dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) en trois heures seulement (figure 14), - de Chlamydia trachomatis dans les prélèvements génitaux, - de Sreptococcus agalactiae (groupe B) dans le prélèvement vaginal chez la femme enceinte, - de Bordetella pertussis (coqueluche) dans l aspiration naso-pharyngée chez les enfants, - de Mycobacterium tuberculosis dans les expectorations (en cas de coloration de Ziehl positive). Figure 14 Il est également possible détecter : - des gènes codant pour des résistances aux antibiotiques, comme le gène meca responsable de la résistance à l oxacilline chez Staphylococcus aureus ; - des mutations dans les gènes codant pour les cibles des antibiotiques, telles que les mutations du gène rpob (codant pour la sous-unité β de l ARN polymérase) associées à la résistance à la rifampicine chez Mycobacterium tuberculosis, Staphylococcus aureus, Rickettsia et certaines entérobactéries.

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Travailler avec des micro-organismes Les procaryotes comprennent

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Transfert de gènes chez les procaryotes

Transfert de gènes chez les procaryotes 9 janvier 2010 RT : Marie Beaufrère Pr. Claire Poyard RL : Pierre-Henri Jacquin Transfert de gènes chez les procaryotes I/ Transduction II/ Transformation III/ Conjugaison IV/ Plasmides V/ Systèmes de

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Microbiologie BIOL 3253 La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Reproduction sexuée et asexuée Contrairement aux organismes eucaryotes, les procaryotes n effectuent pas de reproduction

Plus en détail

LA GENITIQUE BACTERIENNE

LA GENITIQUE BACTERIENNE LA GENITIQUE BACTERIENNE I- INTRODUCTION Les caractères d un individu ou d une cellule sont transmis de génération en génération, on dit qu ils sont héréditaires. Ces caractères sont stables mais de temps

Plus en détail

Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD

Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD Nom : Groupe : 18 avril 2016 Test 3OC (45 ) 3BCoc B. Emery Génétique moléculaire des procaryotes COPAD Aucun document autorisé (ni personnel, ni fourni). Les réponses doivent figurer sur l énoncé. Écrivez

Plus en détail

Chapitre 3 : La cellule bactérienne, génétique et synthèse protéique

Chapitre 3 : La cellule bactérienne, génétique et synthèse protéique Chapitre 3 : La cellule bactérienne, génétique et synthèse protéique Attention, ce cours suppose la connaissance de notions de base en génétique, notamment les notions de transcription, traduction ainsi

Plus en détail

La diversification des génomes

La diversification des génomes Partie Biologie IA -- Partie Le IV - La biodiversité et sa dynamique C - La diversification des génomes La diversification des génomes 1. Brassage et diversification : la reproduction sexuée 2 Les gamètes

Plus en détail

VI- Les variations de l ADN

VI- Les variations de l ADN VI- Les variations de l ADN ! Concernent aussi bien les cellules somatiques que germinales! Permettent l évolution du contenu des chromosomes VI- Les variations de l ADN A- Les mutations : modifications

Plus en détail

CHAPITRE 6 : ÉCHANGE GÉNÉTIQUE

CHAPITRE 6 : ÉCHANGE GÉNÉTIQUE HAPITRE 6 : ÉHANE ÉNÉTIQUE I) Transduction Il s agit du transfert des gènes bactériens via un bactériophages. Il existe plusieurs bactériophages : bactériophages λ, µ, P1, P22. Le phénomène est principalement

Plus en détail

Introduction à la génétique des micro-organismes

Introduction à la génétique des micro-organismes 4 Introduction à la génétique des micro-organismes PLAN 4.1 Génétique bactérienne 4.2 Génétique des bactériophages 4.3 Test de complémentation ou test d allélisme fonctionnel 4.4 Test d allélisme structural

Plus en détail

Exercice de rappel sur les virus

Exercice de rappel sur les virus Exercice de rappel sur les virus 1- Vrai ou Faux (justifier lorsque la proposition est fausse) - Toutes les particules virales possèdent obligatoirement une capside faites de protéines et du matériel génétique

Plus en détail

Biologie cellulaire. Cours 8 : Synthèse des protéines

Biologie cellulaire. Cours 8 : Synthèse des protéines Département des Troncs Communs Sciences de la Nature Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie Université Abderrahmane Mira de Bejaia Biologie cellulaire Cours 8 : Synthèse des protéines Année universitaire

Plus en détail

Cours de Biologie moléculaire de Licence professionnelle 2011

Cours de Biologie moléculaire de Licence professionnelle 2011 Cours de Biologie moléculaire de Licence professionnelle 2011 Sommaire 1. Introduction 2.1. La structure de l ADN 2.2. La structure de l ARN 2.3. Du gène à la protéine 2.3.1. La réplication 2.3.2. La transcription

Plus en détail

Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique. Chapitre III : La diversification des génomes

Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique. Chapitre III : La diversification des génomes Partie 3 : La biodiversité et sa dynamique Chapitre III : La diversification des génomes La résistance aux antibiotiques chez les eubactéries Un exemple d antibiogramme http://geniebio.ac-aixmarseille.fr/zimages/spip.php?article172&id_do

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE

GENETIQUE BACTERIENNE Laboratoire de biologie/module de génétique. Dr Boudiaf Benaferi R. GENETIQUE BACTERIENNE 1-MORPHOLOGIE BACTERIENNE ET VIRALE : Morphologie bactérienne : La bactérie est un organisme unicellulaire constitué

Plus en détail

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique)

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6- Structure et organisation des génomes 6-1 Génomes eucaryotes Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6-1-1 Génomes nucléaires 6-1-1-1 Nombre d exemplaires

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES 1. Circuits fondamentaux de contrôle Ce sont des circuits de contrôle permettant d ajuster les synthèses protéiques en fonction des besoins. Pour cela, les cellules

Plus en détail

«Gene recombination in Escherichia coli» J. Lederberg, E.L. Tatum, Nature, Vol 158, 19 octobre 1946

«Gene recombination in Escherichia coli» J. Lederberg, E.L. Tatum, Nature, Vol 158, 19 octobre 1946 22. La conjugaison Les bactéries se multiplient par fission binaire, de manière asexuée. Une cellule mère va donner deux cellules filles génétiquement identiques, ainsi le brassage génétique est pratiquement

Plus en détail

Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens

Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens L3 Agents infectieux Pr. Marie-Hélène NICOLAS-CHANOINE Bactérie = cellule procaryote Paramètre Protiste supérieurs

Plus en détail

Du gène à la protéine Campbell, 4 ème édition, chapitre 17. Automne 2013, 101-NYA-05

Du gène à la protéine Campbell, 4 ème édition, chapitre 17. Automne 2013, 101-NYA-05 Du gène à la protéine Campbell, 4 ème édition, chapitre 17 Automne 2013, 101-NYA-05 1 Objectif général à l issue de ce cours Schématiser les principales étapes de la synthèse des protéines en identifiant

Plus en détail

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES Le sens de lecture L ARN polymérase lit le brin matrice dans la direction 3 vers 5 de façon à synthétiser

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

MECANISMES DE RESISTANCE DES BACTERIES VIS-À-VIS DES ANTIBIOTIQUES

MECANISMES DE RESISTANCE DES BACTERIES VIS-À-VIS DES ANTIBIOTIQUES MECANISMES DE RESISTANCE DES BACTERIES VIS-À-VIS DES ANTIBIOTIQUES Procaryotes et Eucaryotes Virus Bactéries Champignons Bactéries Non pathogènes Pathogènes Pathogènes par opportunisme Infection Infection

Plus en détail

Structure du gène Eucaryote, du gène Procaryote la Transcription, le Code génétique et la Traduction

Structure du gène Eucaryote, du gène Procaryote la Transcription, le Code génétique et la Traduction UNIVERSITE D ALGER Faculté de Médecine et de Médecine Dentaire ZIANIA (Château Neuf) Structure du gène Eucaryote, du gène Procaryote la Transcription, le Code génétique et la Traduction COURS DE GENETIQUE

Plus en détail

Procaryotes RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE. 1. L opéron lactose

Procaryotes RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE. 1. L opéron lactose Procaryotes RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE 1. L opéron lactose STRUCTURE DU LACTOSE liaison β-galactosidique β-galactosidase galactose lactose glucose CROISSANCE BACTÉRIENNE EN PRÉSENCE DE GLUCOSE

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE ET VIRALE GENETIQUE COURS. DR MAMMERIA AICHA BEYA 2EME ANNEE BIOLOGIE Univ. Badji Mokhtar Annaba

GENETIQUE BACTERIENNE ET VIRALE GENETIQUE COURS. DR MAMMERIA AICHA BEYA 2EME ANNEE BIOLOGIE Univ. Badji Mokhtar Annaba GENETIQUE BACTERIENNE ET VIRALE GENETIQUE COURS DR MAMMERIA AICHA BEYA 2EME ANNEE BIOLOGIE Univ. Badji Mokhtar Annaba GENETIQUE BACTERIENNE ET VIRALE 1. Introduction : Cellule procaryote (Bactérie) Les

Plus en détail

La traduction. Synthèse des protéines: La machinerie. Composition des ribosomes procaryotes Protéines ribosomales ARNs ribosomiques.

La traduction. Synthèse des protéines: La machinerie. Composition des ribosomes procaryotes Protéines ribosomales ARNs ribosomiques. La traduction 1 triplet de nucléotide sur l ARN m (codon) 1 acide aminé Synthèse des protéines: La machinerie Le mécanisme et les éléments : polypeptide ribosome acide aminé Composition des ribosomes procaryotes

Plus en détail

Corrigé série N 2. Exercice 1 QCS (V/F)

Corrigé série N 2. Exercice 1 QCS (V/F) Exercice 1 Corrigé série N 2 QCS (V/F) V1-Les acides nucléiques sont des polymères de nucléotides F2-Un nucléotide est un enchaînement base glucide F3-Les bases azotées sont toutes complémentaires F4-Les

Plus en détail

Architecture bactérienne

Architecture bactérienne UE : De l'agent infectieux à l'hôte Bactériologie Date : 11/02/2011 Plage horaire : 14-16h Promo : PCEM2 Enseignant : F.Mégraud Ronéistes : POUSSOT Benjamin STEMPFER Gautier Architecture bactérienne I.

Plus en détail

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRANSCRIPTION DU DNA

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRANSCRIPTION DU DNA MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRANSCRIPTION DU DNA I- INTRODUCTION - DÉFINITION Rappel : définition moléculaire du gène Expression moléculaire du gène Clase II A B C Transcription

Plus en détail

Chapitre 3 : L expression de l information génétique. Activité 1 : Les deux étapes de l expression de l information génétique

Chapitre 3 : L expression de l information génétique. Activité 1 : Les deux étapes de l expression de l information génétique Connaissances L'ADN contient des unités d'information appelées gènes. Le génome est l ensemble du matériel génétique d un organisme. Chez les eucaryotes, la transcription a lieu dans le noyau, la traduction

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE : mise en évidence transformation

GENETIQUE BACTERIENNE : mise en évidence transformation 1 GENETIQUE BACTERIENNE Bactéries très étudiées : - 1928 : mise en évidence transformation - Utilisation des bactéries comme outils multiplication très rapide grand nb d individus dans volume réduit (A.

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES GÈNES ET DES CHROMOSOMES

STRUCTURE ET FONCTION DES GÈNES ET DES CHROMOSOMES Faculté de Médecine de Sousse Tunisie Année Universitaire 209-2010 Deuxième Année Médecine Support pédagogique illustré relatif au cours: STRUCTURE ET FONCTION DES GÈNES ET DES CHROMOSOMES Pr. Ag. ELGHEZAL

Plus en détail

Collège Notre- Dame de Jamhour

Collège Notre- Dame de Jamhour Collège Notre- Dame de Jamhour Classe : 1 ère S THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP 2: Effet de l environnement

Plus en détail

LA CELLULE BACTÉRIENNE

LA CELLULE BACTÉRIENNE Matière: Microbiologie Générale Enseignement commun aux 2ème années de Biologie et d Agronomie Chapitre 2 : LA CELLULE BACTÉRIENNE -LES COMPOSANTS FACULTATIFS 4. Plasmide 5. Endospore Docteur MOUSSI Abdelhamid

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE

GENETIQUE BACTERIENNE GENETIQUE BACTERIENNE I. Définitions I.1. Gène Un gène est un segment d'adn dans lequel la séquence de bases nucléotidiques détermine: - par transcription, la séquence de bases dans une molécule d'arnm,

Plus en détail

LES BASES MOLÉCULAIRES DE L HÉRÉDITÉ Archibald Garrod Reginald Punnett and William Bateson 1907

LES BASES MOLÉCULAIRES DE L HÉRÉDITÉ Archibald Garrod Reginald Punnett and William Bateson 1907 ADN : matériel génétique LES BASES MOLÉCULAIRES DE L HÉRÉDITÉ 1909 Archibald Garrod Reginald Punnett and William Bateson 1907 Du gène à la protéine Les protéines représentent le lien entre le génotype

Plus en détail

LA TERRE DANS L UNIVERS, la vie et l évolution du vivant

LA TERRE DANS L UNIVERS, la vie et l évolution du vivant Thème 1 A Chapitre LA TERRE DANS L UNIVERS, la vie et l évolution du vivant (5 semaines) EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE Introduction : Les cellules de l'organisme, à l'exception

Plus en détail

FONCTIONS DES GENES, TRANSCRIPTION ET TRADUCTION

FONCTIONS DES GENES, TRANSCRIPTION ET TRADUCTION FONCTIONS DES GENES, TRANSCRIPTION ET TRADUCTION I. Transcription et propriétés de l ARN La transcription est la synthèse d un ARN à partir d un ADN double brin. La transcription est catalysée par une

Plus en détail

La paroi des procaryotes

La paroi des procaryotes Les procaryotes Les procaryotes appartiennent à deux domaines, les bactéries et les Archéobactéries, qui présentent de nombreuses caractéristiques structurales, physiologiques et biochimiques distinctes.

Plus en détail

TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions

TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions I - : TAUX DE MUTATION Soit une culture d'e.coli, sensible à la streptomycine, dont la dilution 10-7, étalée à raison de 0,1 ml sur un milieu gélosé

Plus en détail

TD4 Microbiologie. 1. Transfer d'adn d'une cellule donneuse à une cellule receveuse par un bactériophage: c. transduction

TD4 Microbiologie. 1. Transfer d'adn d'une cellule donneuse à une cellule receveuse par un bactériophage: c. transduction # Andrew Tolonen (atolonen@genoscope.cns.fr) # mars 2014 TD4 Microbiologie Exercice 1: Associez les termes proposés aux définitions des questions. a. conjugaison b. transcription c. transduction d. transformation

Plus en détail

GENETIQUE DES PROCARYOTES. Cours proposés par Dr SAIDI Niveau L3

GENETIQUE DES PROCARYOTES. Cours proposés par Dr SAIDI Niveau L3 GENETIQUE DES PROCARYOTES Cours proposés par Dr SAIDI Niveau L3 Programme National - Structure, organisation et réplication du matériel génétique bactérien : - chromosome - plasmides - bactériophages II-

Plus en détail

Séance 5. Les Acides Nucléiques. 3. Conservation de l information génétique: Réplication semi-conservative de l ADN

Séance 5. Les Acides Nucléiques. 3. Conservation de l information génétique: Réplication semi-conservative de l ADN UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL FACULTE DES SCIENCES Les Acides Nucléiques DEPARTEMENT DE BIOLOGIE Filière Sciences de la Vie (SVI) Module de Biochimie (M 11) Élément : Biochimie structurale - Semestre 3-2005-2006

Plus en détail

LA TRADUCTION. Le code génétique correspond à l enchainement ordonné de trois bases nucléotidiques (triplets) permettant de définir un acide aminé.

LA TRADUCTION. Le code génétique correspond à l enchainement ordonné de trois bases nucléotidiques (triplets) permettant de définir un acide aminé. Faculté de médecine d Alger Module de génétique. Dr Boudiaf Benaferi R. LA TRADUCTION I /CODE GENETIQUE : a/ définition : Le code génétique correspond à l enchainement ordonné de trois bases nucléotidiques

Plus en détail

Les antibiotiques. Découverte de la pénicilline en 1928 par A. Fleming

Les antibiotiques. Découverte de la pénicilline en 1928 par A. Fleming Les antibiotiques Définition complète (du grec anti, contre et bios, la vie) Tout composé chimique, élaboré par un morganisme ou produit par synthèse, dont l'activité thérapeutique se manifeste à très

Plus en détail

Cours de physiologie Cellulaire LES RIBOSOMES

Cours de physiologie Cellulaire LES RIBOSOMES 1 LES RIBOSOMES I. Introduction Seul le microscope électronique permet d observer ces organites décrits pour la première fois par Palade en 1953. Présents dans toutes les cellules, les ribosomes sont situés

Plus en détail

Chapitre I : Génomique structurale et fonctionnelle

Chapitre I : Génomique structurale et fonctionnelle Chapitre I : Génomique structurale et fonctionnelle Transgenèse du gène de la GFP La GFP (Green Fluorescent Protein) est produite par la méduse Aequorea victoria Souris transgénique GFP Expériences de

Plus en détail

Polytech UEF1. BONCOMPAGNI Éric MCU - Univ. Nice Sophia Antipolis Site WEB : sites.unice.fr/eb. Outils moléculaires pour l analyse des génomes

Polytech UEF1. BONCOMPAGNI Éric MCU - Univ. Nice Sophia Antipolis Site WEB : sites.unice.fr/eb. Outils moléculaires pour l analyse des génomes Polytech UEF1 BONCOMPAGNI Éric MCU - Univ. Nice Sophia Antipolis Site WEB : sites.unice.fr/eb Outils moléculaires pour l analyse des génomes Pourquoi la génétique moléculaire? La génétique formelle renseigne

Plus en détail

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH On sait aujourd hui que le VIH est transmis par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l enfant au cours de la grossesse : il se propage donc par

Plus en détail

ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN

ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN ORGANISATION MOLÉCULAIRE DES GÈNES ET RÉPLICATION DE L ADN I- Définition moléculaire du gène Génos qui donne naissance Classe II (structure) Classe III Classe I Gène A Gène B Gène C mrna trna rrna Protéines

Plus en détail

L élongation : Addition d acides aminés à l extrémité C terminale < < 3 facteurs d élongation : EF Tu, EF G, EF Ts

L élongation : Addition d acides aminés à l extrémité C terminale < < 3 facteurs d élongation : EF Tu, EF G, EF Ts L élongation : Addition d acides aminés à l extrémité C terminale 3 facteurs d élongation : EF Tu, EF G, EF Ts < < EF Tu (elongation factor thermo unstable) EF G (elongation factor G) EF Ts (elongation

Plus en détail

Cours n 2. Les 3 domaines du vivant. Marc Prudhomme. Ce travail est largement facilité par l analyse génétique dans le royaume des procaryotes car

Cours n 2. Les 3 domaines du vivant. Marc Prudhomme. Ce travail est largement facilité par l analyse génétique dans le royaume des procaryotes car Cours n 2 Marc Prudhomme Les 3 domaines du vivant Comment observer l apparition l de mutations? Ce travail est largement facilité par l analyse génétique dans le royaume des procaryotes car Gram positif

Plus en détail

CHAPITRE III : Synthèse Protéique. ADN ARN Protéines

CHAPITRE III : Synthèse Protéique. ADN ARN Protéines CHAPITRE III : Synthèse Protéique Introduction : L information contenue dans l ADN, c'est-à-dire le matériel génétique, se présente sous forme de séquences nucléotidiques précises, alignées sur les brins

Plus en détail

Organisation physique et génétique des génomes

Organisation physique et génétique des génomes Organisation physique et génétique des génomes Table des matières Organisation physique de l ADN Nucléosomes Chromatine Principes d organisation des génomes Exemple d un génome bactérien Exemple du génome

Plus en détail

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique TP 6 : Du gène à la protéine (2) Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 3 : L expression du patrimoine

Plus en détail

Chapitre III : Mécanismes moléculaires de l expression de l information génétique

Chapitre III : Mécanismes moléculaires de l expression de l information génétique Chapitre III : Mécanismes moléculaires de l expression de l information génétique Test de Brachet sur des cellules de racine d Oignon (M.O.) Le vert de méthyle colore en vert l ADN, la pyronine colore

Plus en détail

Physiologie bactérienne

Physiologie bactérienne Mardi 7 Avril 2009 10h30 à 12h30 BPV Pr Romond Binôme n 20 : Ophélie et Elodie 14 Pages Physiologie bactérienne II TRANSFORMATIONS Nous avons vu la dernière fois que pour avoir une transformation efficace,

Plus en détail

TD3: support du cours/td

TD3: support du cours/td TD3: support du cours/td Auteur: P RAG D BRUANT Livres de complément: -Maillet (Biologie cellulaire) Masson -Alberts (la cellule) Médecine-science Flammarion -Koolman (Atlas de poche de biochimie) Médecinescience

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

III/De la structure à la fonction.. Le B.A.-ba Principes généraux la réplication/la transcription/la traduction

III/De la structure à la fonction.. Le B.A.-ba Principes généraux la réplication/la transcription/la traduction III/De la structure à la fonction.. Le B.A.-ba Principes généraux la réplication/la transcription/la traduction Attention! Seuls les concepts généraux seront explicités en cours Mais vous pouvez approfondir

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

Partie IC - Le métabolisme cellulaire. Chapitre 2 Les biosynthèses au sein de la cellule

Partie IC - Le métabolisme cellulaire. Chapitre 2 Les biosynthèses au sein de la cellule Partie IC - Le métabolisme cellulaire Chapitre 2 Les biosynthèses au sein de la cellule 1 Biosynthèses - introduction Les biosynthèses nécessitent... de la matière première de l énergie des instructions

Plus en détail

Cours de biochimie des acides nucléiques

Cours de biochimie des acides nucléiques Module de BI 121 Cours de biochimie des acides nucléiques (Enseignante : Eve de Rosny) Plan I - Introduction = présentation rapide Les acides nucléiques Rôle de l AD et de l AR Les nucléotides II Structure

Plus en détail

L3-BH01 Cours n 12 Traduction (1)

L3-BH01 Cours n 12 Traduction (1) L3-BH01 Cours n 12 Traduction (1) Ce cours est présent sur le web à l adresse suivante : http://www.univ-orleans.fr/sciences/biochimie/l/ressources.htm 1 Plan Introduction I- Code génétique : comment l

Plus en détail

Structure des protéines, des acides nucléiques et de leurs complexes E.Westhof

Structure des protéines, des acides nucléiques et de leurs complexes E.Westhof Structure des protéines, des acides nucléiques et de leurs complexes E.Westhof Big bang il y au moins 15 milliards d années Qu est-ce que la vie? Le mieux est de considérer les propriétés qui sont nécessaires

Plus en détail

Bibliographie. Introduction à la bioinformatique. Objectifs. Préambule: Les cellules. Alberts et al, The molecular biology of the cell

Bibliographie. Introduction à la bioinformatique. Objectifs. Préambule: Les cellules. Alberts et al, The molecular biology of the cell Introduction à la bioinformatique 2. Fondations moléculaire en 66 slides et 2 video Bibliographie Alberts et al, The molecular biology of the cell Zvelebil et Baum, Understanding bioinformatics 1 2 Objectifs

Plus en détail

UE1 Atomes, Biomolécules, Génome PACES 2011-2012

UE1 Atomes, Biomolécules, Génome PACES 2011-2012 UE1 Atomes, Biomolécules, Génome Traduction et régulation (1) PACES 2011-2012 Sandrine Dabernat Code génétique et traduction 1- Les ARN de transfert 2- Les ARN ribosomaux et ribosomes 3- Le code génétique

Plus en détail

ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016

ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016 ORGANISATION DU GÉNOME 4ème séance 2016 Un Génome est l ensemble de l information héréditaire d un organisme, présente en totalité dans chaque cellule. Caractéristiques des génomes procaryotes: Chromosome

Plus en détail

CHAPITRE 2 : LES MUTATIONS : ORIGINE DE LA VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE

CHAPITRE 2 : LES MUTATIONS : ORIGINE DE LA VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE CHAPITRE 2 : LES MUTATIONS : ORIGINE DE LA VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE LES DIFFÉRENTS TYPES DE MUTATION Lors de la réplication de l ADN en phase S, les ADN polymérases ajoutent 6,4 milliards de nucléotides (ensemble

Plus en détail

Chapitre 11 La régulation de l expression des gènes chez les bactéries et leurs virus

Chapitre 11 La régulation de l expression des gènes chez les bactéries et leurs virus Chapitre 11 La régulation de l expression des gènes chez les bactéries et leurs virus Une représentation du complexe répresseur lac-adn, telle qu elle a été déterminée par crystallographie aux rayons X

Plus en détail

Régulation de l expression des génomes

Régulation de l expression des génomes Cours Module L5-BH-05 Régulation de l expression des génomes Mercredi de 13h30 à 15h30 & Jeudi de 8h00 à 10h00 (sem. 0 à 5/6) S. Bourgerie sylvain.bourgerie@univ-orleans.fr Université d Orléans UFR Sciences

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L'EXPRESSION DU PATRIMOINE GÉNÉTIQUE

CHAPITRE 3 : L'EXPRESSION DU PATRIMOINE GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 : L'EXPRESSION DU PATRIMOINE GÉNÉTIQUE LES PROTÉINES SONT LE RÉSULTAT DE L'EXPRESSION DES GÈNES On observe de nombreuses différences entre ces deux gènes; 1061 nucléotides pour l'allèle du groupe

Plus en détail

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés

Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Analyse d échantillons alimentaires pour la présence d organismes génétiquement modifiés Module 9 Détection qualitative du maïs MON810, du maïs Bt- 176 et du soja Roundup Ready par PCR M. Querci, M. Maretti,

Plus en détail

UE 2V311 TD Construction et criblage d une banque d ADN génomique d un phage.

UE 2V311 TD Construction et criblage d une banque d ADN génomique d un phage. UE 2V311 TD 1-2015 Construction et criblage d une banque d ADN génomique d un phage. Buts du TD: Connaître et comprendre toutes les étapes du clonage moléculaire, depuis la préparation de l'adn à cloner

Plus en détail

Biologie Moléculaire et Organismes Modèles

Biologie Moléculaire et Organismes Modèles Biologie Moléculaire et Organismes Modèles Sami Khuri Department of Computer Science San José State University khuri@cs.sjsu.edu Plan du Cours Biologie Moléculaire et Organismes Modèles Qu est-ce que la

Plus en détail

Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil. Eléments de génie génétique

Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil. Eléments de génie génétique Prépara2on à l Agréga2on interne de SV STU Universités Paris Diderot et Paris Est Créteil Eléments de génie génétique 2 octobre 2010 Hervé TOSTIVINT Muséum Na2onal d Histoire Naturelle htos2vi@mnhn.fr

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire

Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire Chapitre 1. Histoire de la biologie moléculaire 1. L idée que les caractères observables (le phénotype) d un individu puissent se transmettre de génération en génération par des «unités» héritées (le génotype)

Plus en détail

Travaux dirigés de Biologie Moléculaire 8 semaine 10

Travaux dirigés de Biologie Moléculaire 8 semaine 10 Travaux dirigés de Biologie Moléculaire 8 semaine 10 Exercice 23 : Question 1 Gène Sous-unité Poids Fonction Rpo A 2 α 40 kda chacune Assemblage de l enzyme Reconnaissance du promoteur Rpo B β 155 Centre

Plus en détail

A T C G A T C G CORRECTION TD Ecole Manip RADIO (Montpellier) Base. Sucre 3. Base Purine Base Pyrimidine. G= Guanine C= Cytosine

A T C G A T C G CORRECTION TD Ecole Manip RADIO (Montpellier) Base. Sucre 3. Base Purine Base Pyrimidine. G= Guanine C= Cytosine CORRECTION TD 2 2011-2012 Question N1. Concernant la structure de l'adn (double brin) qu'elles sont la ou les réponses exactes? A) Dans un ADN, le rapport : nombre de A /nombre de G est égal à 1. B) Plus

Plus en détail

Consultations Martinique / Guyane. Activité LABORATOIRE. Dr Odile Béra, CHU de Fort-de-France. Unité Oncogénétique

Consultations Martinique / Guyane. Activité LABORATOIRE. Dr Odile Béra, CHU de Fort-de-France. Unité Oncogénétique Dr Odile Béra, CHU de Fort-de-France Unité Oncogénétique Unité Génétique moléculaire des cancers Consultations Martinique / Guyane Prédisposition génétique cancers SEIN/OVAIRES COLON (Sd de Lynch & PAF)

Plus en détail

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH AVL Liban 2011 Sami Khuri Department of Computer Science San José State University San José, California, USA sami.khuri@csjsu.edu www.cs.sjsu.edu/faculty/khuri Retrovirus Parasites intracellulaires Gènes:

Plus en détail

L EPISSAGE. I- Introduction

L EPISSAGE. I- Introduction L EPISSAGE I- Introduction Lors de la transcription des gènes codant les protéines par l ARN polymérase II, il y a synthèse d un ARN prémessager qui contient l ensemble nucléotidique du gène comprise entre

Plus en détail

FLUX D INFORMATION GÉNÉTIQUE

FLUX D INFORMATION GÉNÉTIQUE FLUX D INFORMATION GÉNÉTIQUE 3 TRADUCTION C est le mécanisme par lequel le flux d information va passer de la forme acide nucléique (alphabet à 4 lettres) à la forme protéine (alphabet à 20 lettres) selon

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1/7 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE DS n 5 Épreuve de biologie 29 novembre 2014 Durée : 2 heures Le sujet comporte 2 parties indépendantes. Thème 1 Le candidat s appuiera essentiellement sur une analyse

Plus en détail

Examen de Biologie moléculaire 2011(1, 2), Faculté des Sciences-Semlalia, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc. Durée 1 heure

Examen de Biologie moléculaire 2011(1, 2), Faculté des Sciences-Semlalia, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc. Durée 1 heure Examen de Biologie moléculaire 2011(1, 2), Faculté des Sciences-Semlalia, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc. Durée 1 heure Examen 1 (Corrections 1) -- Examen 2 (Corrections 2) -- Examen 1 - Partie

Plus en détail

Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique

Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique Thème I A Chapitre 3 Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique Introduction : - gène = portion d ADN = information détermination des caractères [phénotype]

Plus en détail

Chapitre 3 Génétique moléculaire : expression de l information génétique

Chapitre 3 Génétique moléculaire : expression de l information génétique Chapitre 3 Génétique moléculaire : expression de l information génétique III 1 Rappel : Les protides III 1.1 Classification III 1.2 Mise en évidence III 2 Mécanismes de l expression génétique III 2.1 Résultats

Plus en détail

DEUG2 Sciences de la vie

DEUG2 Sciences de la vie UNIVERSITÉ DE TOULON ET DU VAR U.F.R. de Sciences et techniques DEUG2 Sciences de la vie ANNALES D EXAMENS 2000-2001 UNIVERSITE DE TOULON ET DU VAR 7 NOVEMBRE 2000 Faculté des Sciences et Techniques La

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

a) Donnez une explication à cette limite du nombre de mitoses des cellules somatiques (= du corps, non reproductrice). (1pt)

a) Donnez une explication à cette limite du nombre de mitoses des cellules somatiques (= du corps, non reproductrice). (1pt) Nom :_CORRECTIONS Groupe : 3 nov 2009 Test intermédiaire 2OS (45 ) 2BIos-1 B. Emery Génétique moléculaire COPAD Aucun document autorisé (ni personnel, ni fourni). En annexe détachable, se trouve le tableau

Plus en détail

UE2.2S1 LMD infirmier. Bases moléculaires de l organisation du génome. Dr F. Maupas-Schwalm Toulouse-Rangueil Septembre 2012

UE2.2S1 LMD infirmier. Bases moléculaires de l organisation du génome. Dr F. Maupas-Schwalm Toulouse-Rangueil Septembre 2012 UE2.2S1 LMD infirmier Bases moléculaires de l organisation du génome. Dr F. Maupas-Schwalm Toulouse-Rangueil Septembre 2012 Plan du cours I. Bases moléculaires de l organisation du génome. A. otions générales

Plus en détail

ANNATUT. [Année ] Qcm issus des Tutorats. Correction détaillée

ANNATUT. [Année ] Qcm issus des Tutorats. Correction détaillée ANNATUT [Année 2012-2013] Qcm issus des Tutorats Correction détaillée SOMMAIRE 1. QCM Mixtes... 3 Correction :... 6 Le tutorat est gratuit. Toute reproduction ou vente sont interdites. Page 2 sur 7 2011

Plus en détail

Chapitre 2 : variabilité génétique et mutation de l ADN

Chapitre 2 : variabilité génétique et mutation de l ADN Chapitre 2 : variabilité génétique et mutation de l ADN L ADN est la molécule qui contient l information génétique. Un gène est un fragment d ADN qui code pour un caractère. Il peut exister sous différentes

Plus en détail

Partie 1 : Les acides uncléiques. Chapitre 1 La structure des nucléotides Les bases Les oses Les nucléosides 9

Partie 1 : Les acides uncléiques. Chapitre 1 La structure des nucléotides Les bases Les oses Les nucléosides 9 Avant-propos III Partie 1 : Les acides uncléiques Chapitre 1 La structure des nucléotides 2 1. Les bases 2 2. Les oses 8 3. Les nucléosides 9 4. L acide phosphorique 10 5. Les nucléotides 11 6. Les polynucléotides

Plus en détail

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES

MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE L EXPRESSION DES GÉNES : LA TRADUCTION OU BIOSYNTHÈSE DES PROTÉINES I-Introduction - définition gène 5 A B C 3 transcription Traduction mrna AA1-AA2-AA3 AAn Protéines fonctionnelles

Plus en détail