Premiers diagnostics cliniques grâce à des isotopes produits au CHUS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiers diagnostics cliniques grâce à des isotopes produits au CHUS"

Transcription

1 Numéro du 2 mars 2015 Premiers diagnostics cliniques grâce à des isotopes produits au CHUS Le 16 février en conférence de presse, des chercheurs du Centre de recherche du CHUS (CRCHUS) ont annoncé que onze premiers patients ont pu recevoir un diagnostic clinique grâce au technétium ( 99m Tc) produit par le cyclotron du CRCHUS. Cette percée majeure, qui a eu des échos jusqu en Europe, signifie que les patients et les hôpitaux québécois n auront bientôt plus à se soucier d une éventuelle pénurie d isotopes. En effet, le technétium produit par cyclotron est identique à celui provenant, par exemple, du réacteur nucléaire de Chalk River en Ontario. La production de 99m Tc par cyclotron, une technologie verte, pourra être commercialisée et répondre aux besoins. À l immense bénéfice de la population. Suite en page 5. Au menu EXPÉRIENCE 13 LOI 10 Comment se tenir au courant ÉQUILIBRE BUDGÉTAIRE Le GIF a de bonnes nouvelles PATIENT L anxiété de venir à l hôpital LABORATOIRE DE SIMULATION CLINIQUE HF Il sera prêt cet automne! PROCHAINE PARUTION Semaine du 6 avril 2015 Date de tombée : 20 mars 2015» Le Dr Éric Turcotte, nucléiste au CHUS, et Brigitte Guérin, Ph. D., sont tous deux chercheurs au CRCHUS et ont mené l étude clinique qui prouve la qualité, l efficacité et la sécurité du 99m Tc produit par cyclotron. Derrière eux, des membres de leur équipe présents à la conférence de presse. En mortaise : Roger Lecomte, Ph. D., directeur de l axe Imagerie médicale au CRCHUS et chef du Centre d imagerie moléculaire de Sherbrooke.

2 Loi 10 Pour suivre la réorganisation Le MSSS a mis en ligne un site pour informer les gens du réseau de l avancement des travaux. Vous pouvez le consulter pour obtenir l information la plus à jour : Il existe aussi un nouveau bulletin Au fil de la réorganisation qui fait état de l avancement des travaux. Vous pouvez le trouver, ainsi que bien d autres informations sur la loi 10, dans l intranet Accueil Transfo du réseau. L appel d intérêt pour le poste de PDG, de son adjoint, du directeur des ressources financières et du directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques est maintenant fermé. Ces quatre personnes doivent être en poste dès le 1 er avril. Étapes à venir du MSSS d ici le 1 er avril Établir les règles relatives à la gestion transitoire des immobilisations, de la logistique et des équipements. Établir les règles de gestion financière et de reddition de comptes des nouveaux établissements. Déterminer les nouvelles modalités d application pour les nouvelles fonctions du ministre en matière de plans régionaux des effectifs médicaux et de plans d effectifs médicaux des établissements. Initier les travaux visant à déterminer la circulation et le partage des renseignements de santé et de services sociaux. Attention : rappel viral La plupart des virus s installent à votre insu. On assiste actuellement à une recrudescence de virus qui chiffrent vos fichiers et exigent une rançon pour les récupérer. Ces virus s installent sans que vous le sachiez, lorsque vous cliquez sur un lien ou un fichier reçu dans un courrier électronique. Ne cliquez jamais sur un lien ou un fichier non sollicité dans un courrier électronique. Marc Verreault Responsable de la sécurité informationnelle Période d inscription des choix de vacances La période pour l inscription de vos choix de vacances se déroulera selon les dates suivantes : Personnes salariées syndiquées FIQ et APTS Du 23 février au 9 mars 2015 Personnes salariées syndiquées CSN Du 23 février au 15 mars 2015 Nous vous demandons donc de réfléchir à vos préférences dès maintenant. Si vous prévoyez être absent au cours de la période d affichage, vous devez informer par écrit votre chef de service de vos préférences avant votre départ. Jacinthe Ouellette Directrice des communications et des affaires publiques du CHUS Direction des ressources humaines et de l enseignement PROCHAINS TESTS D AJUSTEMENT DU MASQUE N95 CHUS Hôpital Fleurimont Local (aile 4, 2 e étage) Mardi 10 mars 14 h 30 à 16 h 30 CHUS Hôtel-Dieu Local 4510 (pavillon Émile-Noël) Lundi 16 mars 8 h à 10 h Mercredi 25 mars 14 h 30 à 16 h 30 Vendredi 27 mars 14 h 30 à 16 h 30 Vous n avez pas besoin de vous inscrire, il suffit de vous présenter. Pour informations, faites le ou le Entre NOUS est publié par la Direction des communications et des affaires publiques du CHUS et de sa Fondation chus.qc.ca Médias et publications intranet Espaces publications Publicité : , poste Rédaction et coordination : Colette Pellerin, poste Création : Quatorze Juillet design graphique Mise en page : DCAP Photographies : Robert Dumont, Fondation du CHUS, DCAP Collaboration : Équipe de la DCAP, Anne-Marie Brochu, Céline E. Gervais, Linda Hubert, Christian Houde, François-Michel Paré, Janie Belhumeur, Lucie Guérin Tirage : copies / Photocopies : Service de reprographie du CHUS Chaque collaborateur ou rédacteur a la pleine responsabilité du contenu de ses articles. Les opinions émises dans Entre NOUS n engagent en rien la direction du CHUS. La DCAP se réserve le droit d utiliser le contenu du journal Entre NOUS pour les médias sociaux du CHUS, comme les pages Facebook institutionnelles. La forme masculine est employée pour alléger le texte. 2 ENTRE NOUS 2 mars 2015

3 Les résultats sont là Même avec des activités cliniques très intenses, les résultats de la période 11 sont favorables de 461 K$. Ainsi, notre déficit cumulatif après onze périodes est de 211 K$. Nous sommes de plus en plus confiants d atteindre l équilibre budgétaire au 31 mars Depuis le dépôt du budget le 17 juillet 2014, nous enregistrons une sixième période cumulative positive. Ce mois-ci, nous tenons particulièrement à souligner le travail exceptionnel des équipes suivantes : La Direction interdisciplinaire des services cliniques (DISC), qui a implanté plusieurs actions pour optimiser les ressources humaines dans chacun des programmesclientèles, les suivis des fournitures médicales et des médicaments. L utilisation judicieuse des médicaments a permis d économiser près de 700 K$ pour l année La centralisation des transports afin de mieux les coordonner et d utiliser le bon moyen de transport (ambulance, transport adapté, taxi, etc.) a permis d améliorer le délai de réponse pour les demandes urgentes dans l ensemble de la région. Les années antérieures, il y avait une hausse de 10 % des demandes, cela nécessitait un investissement de 100 K$. Par ailleurs, la réorganisation quotidienne du travail en hygiène et salubrité a permis de ramener ce secteur à l équilibre budgétaire. Depuis juin dernier, 14 analyses biomédicales ont été retirées des protocoles/profils d ordonnance préétablis dans le DCI-Ariane afin de mieux se conformer aux recommandations de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Ces 14 analyses demeurent disponibles dans les catalogues et peuvent être prescrites de façon individuelle. Cette amélioration des façons de faire, tout à fait dans l esprit de «Choisir avec soin», permettra une économie annuelle de $. L équipe de la pharmacie, qui a réussi à obtenir un écart favorable de 727 K$ après onze périodes et celle de l équipe aux achats dont les économies se chiffrent à plus de 500 K$. Les nouvelles pompes, ça s en vient!»»$ La Direction de la qualité, de la planification, de l évaluation et de la performance (DQPEP), où une affectation en surcroît a cessé dès l été. Des absences et postes temporairement vacants sont non remplacés ou remplacés partiellement, ce qui requiert la collaboration des collègues pour limiter les impacts sur l offre de services. Une révision complète des dépenses a permis de diminuer les coûts récurrents de plus de $ dans l ensemble de la direction. La direction du CHUS remercie les programmes-clientèles et les services, les gestionnaires, les médecins ainsi que tout le personnel de la mobilisation, du sérieux, de la rigueur et des remises en question des suivis pour parvenir à l équilibre budgétaire. Yvon Paris, directeur des ressources financières et des services techniques, responsable du GIF Les formations pratiques sur les pompes PCA/épidurales/bloc plexique ont eu lieu à l Hôpital Fleurimont en février (photo) et les pompes sont implantées depuis le 23 février. À l Hôtel-Dieu, l implantation est prévue le 14 avril prochain. Quant aux pompes volumétriques, l implantation aura lieu de 16 mars à l Hôtel-Dieu et le 21 avril à l Hôpital Fleurimont. 2 mars 2015 ENTRE NOUS 3

4 Fermeture du guichet automatique au CHUS Hôtel-Dieu En raison du nombre décroissant de transactions effectuées, le guichet automatique Desjardins du CHUS Hôtel-Dieu a été fermé. Des mesures ont été mises en place pour continuer à répondre aux besoins du personnel et de la clientèle. Nous vous les présentons pour votre information, mais aussi pour que vous puissiez en informer les visiteurs au besoin. Pour payer un repas À la cafétéria : en plus de l argent comptant, les cartes de débit et de crédit sont acceptées aux guichets mobiles installés à chacune des caisses. Les retraits en argent ne sont pas autorisés. Au casse-croûte Sodexo : en plus de l argent comptant, les cartes de débit et de crédit sont acceptées avec tout achat de 5 $ et plus. Aucun retrait en argent n est autorisé. Pour les usagers du stationnement visiteurs désirant payer leur stationnement Les bornes de paiement acceptent l argent comptant et les cartes de crédit. Si l usager ne dispose que d une carte de débit, il peut s adresser : au Service de la comptabilité, local 1319, du lundi au vendredi, entre 8 h et 16 h En dernier recours, en dehors des périodes indiquées cidessus, il peut s adresser au poste de la Sécurité, à l entrée de l urgence, pour être facturé. Pour les besoins d argent comptant La Caisse d économie des Cantons de la rue Bowen Sud dispose d un guichet automatique. La boutique La Découverte accepte les paiements en argent comptant et par carte de débit. Il est possible d y effectuer un retrait en argent à la condition d y faire un achat d un minimum de 5 $ avant taxes. Maintenir ses compétences Une responsabilité professionnelle Afin de protéger le public, plusieurs ordres professionnels exigent que leurs membres maintiennent leurs compétences par la participation à des activités de formation continue. Il est de votre responsabilité de vérifier vos obligations ainsi que les modalités de déclaration à votre ordre. Le Service de développement des compétences et de l enseignement (SDCE) tient un registre des formations, soit le dossier de formation continue qui se trouve dans Multi-Accès formation. Votre dossier comprend le titre des formations suivies à l interne, la date, la durée et, pour les formations accréditées par le CHUS, le nombre d unités d éducation continue (UEC). Vous y retrouverez également les activités de formation suivies à l externe qui ont été soutenues par le CHUS et déclarées au SDCE. N oubliez pas d ajouter les formations suivies de votre propre initiative de même que les activités individuelles comme des lectures ou des visionnements de conférences. En cas de doute, contactez votre ordre professionnel. Accédez à votre dossier de formation continue dans Multi-Accès formation 1. À partir de l intranet, cliquez sur Multi-Accès. 2. Entrez votre nom d utilisateur et votre mot de passe. 3. Cliquez sur l onglet Formation puis sur Mon dossier de formation continue. 4. Précisez les dates pour lesquelles vous désirez obtenir votre dossier. 5. Entrez votre adresse courriel dans la section Courriel destinataire pour recevoir votre dossier par courriel OU cliquez directement sur Afficher le rapport si vous désirez l imprimer (allez dans le menu Fichier > Imprimer). Geneviève Nault Service de développement des compétences et de l enseignement Carole Larose, directrice adjointe des Services techniques 4 ENTRE NOUS 2 mars 2015

5 Isotopes produits au CHUS suite de la une «Nous avons mené l étude auprès de personnes atteintes de troubles de la glande thyroïde», a relaté le Dr Éric Turcotte, nucléiste au CHUS, chercheur au CRCHUS et professeur à la FMSS. «Les images obtenues avec le 99m Tc produit par notre cyclotron sont équivalentes à celles produites avec du 99m Tc provenant d un réacteur et elles nous ont permis d effectuer un diagnostic précis. Et aucun patient n a eu d effet secondaire.» Une augmentation des besoins de 15 % dans les prochaines années Le 99m Tc est utilisé dans plus de 85 % des examens diagnostiques en médecine nucléaire. La demande mondiale est estimée à environ 40 millions de doses par année, mais on prévoit qu elle augmentera de 15 % au cours des dix prochaines années compte tenu du vieillissement de la population. «Il faut miser sur la production de 99m Tc par cyclotron, d autant plus que les cinq principaux réacteurs nucléaires qui produisent près de 80 % des besoins en 99m Tc ont plus de 50 ans de service, a renchéri le Dr William Fraser, directeur scientifique du CRCHUS. La fermeture prochaine de certains d entre eux créera un déséquilibre dans la chaîne d approvisionnement.» Cette percée a été rendue possible grâce à Ressources naturelles Canada, qui y a investi 2,9 M$ via le programme d accélération des technologies d isotopes (PATI). À cela s ajoute une contribution de $ du MSSS, de $ de la Fondation du CHUS et de $ du consortium Medical Imaging Trial Network of Canada NOUS NOUS ADAPTONS À VOS BESOINS Un conseiller mobile pour vous rencontrer à l endroit et au moment qui vous convient et des services à distance en toute simplicité (téléphone, internet, mobile) Des horaires adaptés (ouvert jusqu à 20 h les mercredis et jeudis soir) 3 guichets automa ques à proximité (deux au 560 rue Bowen SUD et un à l hôpital Fleurimont) Des forfaits avantageux et dis nc fs pour le personnel de la santé Des tarifs très concurren els en ma ère d assurances Des conférences per nentes pour répondre à vos besoins Les travailleurs du CHUS font par e des membres fondateurs de la Caisse d économie Desjardins des Cantons : une caisse pour vous, fondée par vous. Carl Marquis 1 Conseiller en Inves ssement et retraite Conseiller mobile , poste Représentant en épargne collec ve pour Desjardins Cabinet de services nanciers Inc. 560, rue Bowen Sud Sherbrooke (Québec) J1G 2E3 (MITNEC) financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Le projet PATI est fait au CRCHUS en collaboration avec une équipe de chercheurs de l Université de l Alberta, et la compagnie Advanced Cyclotron System Inc., fabricant des cyclotrons.» Devant, de gauche à droite : le Dr Stéphane Tremblay, DG du CHUS, le Dr William Fraser, directeur scientifique du CRCHUS et le Dr Éric Turcotte, nucléiste au CHUS. Derrière : Bernard Sévigny, maire de la ville de Sherbrooke, Jacques Fortier, président du C. A. du CHUS, Johanne Turgeon, PDG de l Agence de santé et de services sociaux de l Estrie, l honorable Greg Rickford, ministre des Ressources naturelles du Canada ainsi que Guy Hardy, député de Saint- François, qui agissait comme représentant du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Gaétan Barrette. 2 mars 2015 ENTRE NOUS 5

6 L anxiété du passage à l hôpital Lorsque la maladie nous touche ou affecte un de nos proches, nous devenons plus sensibles et anxieux. Un passage à l hôpital peut alors sembler fort compliqué. Sans compter que nos hôpitaux sont grands, que ce n est pas toujours facile de s y orienter et qu il y a beaucoup de gens qui circulent. Au CHUS en *, il y a eu : hospitalisations (donc des milliers de proches aidants et visiteurs ) consultations externes en santé physique visites à l urgence près de personnes composant la communauté hospitalière *CHUS en chiffres Quand on est inquiet, il est plus difficile de se repérer avec la signalisation dans les corridors. On préfère parler à des humains. En outre, il peut être ardu pour nos patients âgés de voir la signalisation et de se déplacer (les 65 ans et plus occupent 57 % de nos lits). Quoi faire Lors de vos déplacements (pause, dîner et autres), aidez les patients qui semblent égarés. N hésitez pas à les accompagner jusqu à destination. Référez-les aux bénévoles, surveillants en établissement ou téléphonistes au besoin. D autres conseils pour aider à diminuer leur anxiété Isabelle Picard, technologiste médicale au centre de prélèvement et actrice de la vidéo expérience patient, donne ces conseils : écoutez attentivement le patient et soyez sensible à ce qu il vit mais ne dit pas; dites au patient qui se confie de prendre les choses un jour à la fois, de ne pas tout voir comme une grosse montagne. Isabelle se souvient notamment que lors d une tournée dans les unités, une dame qu elle voyait au quotidien lui a demandé : «Qu est-ce que tu ferais s il ne te restait que quelques mois à vivre?». Isabelle a alors rassuré la patiente tout en lui faisant sa prise de sang. Des gestes simples pour mieux voir, écouter et s adapter. D autres idées? Partagez-les dans la page intranet ou par courriel à De nombreux projets financés en par le Fonds Brigitte-Perreault de la Fondation du CHUS feront participer des patients afin de considérer leur expérience lors des étapes de réalisation. Vous les trouverez en page 16. Concours Au CHUS, je porte mes lunettes expérience patient Les gagnants des trois ciné-cartes de la Maison du cinéma sont : Josée Garand, infirmière auxiliaire en radio-oncologie Édith Normandin, infirmière auxiliaire à la clinique d obstétrique spécialisée et à l unité de maternité Denis Sckoropad, préposé à l hygiène et salubrité à l unité de pédiatrie Félicitations et merci à tous les participants! Nous avons eu 108 participations et nous lirons attentivement vos façons de contribuer à l expérience patient. Même si le concours est terminé, continuez de nous faire part de vos réflexions, trucs et suggestions! 6 ENTRE NOUS 2 mars 2015

7 Revenons à la base La formation PDSB a beaucoup évolué au fil des ans. Il est par contre important de se souvenir de notions de base telles que l approche globale de la situation de travail. Le schéma de la situation de travail fait ressortir les liens entre ces différents éléments qui rendent chaque situation de travail unique. Prenez le temps d élever votre vision sur les différents éléments qui peuvent impacter une mobilisation sécuritaire de patient. Voici quelques exemples Personne : le patient avec ses émotions, son état de santé et ses caractéristiques personnelles, le soignant, les visiteurs, les collègues Environnement : la disposition des meubles et des équipements, le type d endroit (ex. : toilette, chambre, corridor, etc.). Équipement : les lits, les fauteuils, les chaises d aisance, les piqués, les alèses glissantes, les meubles Temps : la période de la journée, les délais, le temps disponible. 4890, boul. Industriel Sherbrooke QC J1R 0P4 Tâche : les gestes à faires, les postures, les mouvements (tirer, pousser, lever, transférer, etc.). Organisation : les politiques, les procédures, les règlements, les priorités, les horaires et autres. Tous ces éléments font partie intégrante de la réalité des unités de soins et donc des mobilisations. Chacun des éléments doit être pris en considération de manière à préserver la santé et la sécurité du patient et du personnel. Pour toutes questions en lien avec le PDSB, communiquez avec vos formateurs, Audrey Simard au poste ou Guy D. Bilodeau au poste Votre équipe PDSB UN VENT DE CHANGEMENT SOUFFLE SUR LA FINANCIÈRE Nous avons bonifié notre offre de service et renouvelé notre identité à votre image : professionnelle et raffinée. Nous faisons plus que de la gestion de patrimoine. Nous gérons les valeurs qui vous sont chères. Apprenez-en plus : fprofessionnels.com FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Actionnaire de Financière des professionnels depuis 1978 Référence : cahier du participant PDSB ASSTSAS Financière des professionnels inc. détient la propriété exclusive de Financière des professionnels Fonds d investissement inc. et de Financière des professionnels Gestion privée inc. Financière des professionnels Fonds d investissement inc. est un gestionnaire de portefeuille et un gestionnaire de fonds d investissement, qui gère les fonds de sa famille de fonds et offre des services-conseils en planification financière. Financière des professionnels Gestion privée inc. est un courtier en placement, membre de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE), qui offre des services de gestion de portefeuille. 2 mars 2015 ENTRE NOUS 7

8 Le CII, présent et actif pour vous Les infirmières représentent environ 25 % des effectifs totaux du CHUS et sont présentes dans plus de 8 des 10 secteurs cliniques de l hôpital. Leur immense apport au bon fonctionnement de notre établissement est indéniable. Le conseil des infirmières et infirmiers (CII) permet d accroître l influence des infirmières concernant les différents aspects des soins infirmiers au sein de notre organisation et d influencer certaines décisions par la place qu il détient au conseil d administration de l établissement. capacité à transmettre ses connaissances, son leadership, etc. Bref, une personne avec qui on a le goût de travailler! Pour tout commentaire ou proposition de candidature, communiquez avec nous au ou sur notre page Facebook CII/CHUS. Votre CII Votre engagement est essentiel : si vous avez des suggestions à faire concernant l organisation des soins; si vous voulez proposer des solutions afin d améliorer la qualité des soins; si vous souhaitez partager vos idées sur le maintien des compétences des infirmières. Activité reconnaissance Dans un autre volet, le comité «Reconnaissance» du CII souhaite souligner le travail exceptionnel de certains d entre vous. Nous vous invitons à soumettre la candidature d une infirmière qui pourrait être le sujet d un article dans le journal Entre NOUS, article visant à partager avec tous comment elle réussit par son travail à faire la différence au quotidien. Dans un court message, précisez comment cette infirmière ou cet infirmier se démarque. Par exemple : la qualité de son travail, ses réalisations, sa» Le nouvel exécutif du CII, élu en novembre dernier. Dans l ordre habituel : Frédéric Grondin, conseiller cadre clinicien en médecine spécialisée (président), Véronic Poulin, infirmière clinicienne pour l équipe de consultation en gériatrie (vice-présidente), Caroline Cayer, infirmière clinicienne (secrétaire) et François-Michel Paré, infirmier en développement clinique pour la médecine spécialisée (responsable des communications). Le Dr Pierre Dagenais se joint à l équipe de l UÉTMIS Le Dr Pierre Dagenais est médecin rhumatologue au CHUS et Ph. D. en biologie cellulaire et en immunologie. Il s est spécialisé en évaluation des technologies de la santé en obtenant, entre autres, un diplôme de deuxième cycle en sciences cliniques ainsi qu une maîtrise internationale en évaluation et gestion des technologies de la santé (programme Ulysses). Il a travaillé pendant plusieurs années au sein de l Agence d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé (AÉTMIS) comme chercheur-consultant, puis comme directeur scientifique adjoint à l Institut national d excellence en santé et en services sociaux (INESSS) où il occupait depuis 2010 le poste de directeur du soutien à la qualité et à la méthode. Médecin de grande crédibilité, il pourra contribuer par son expertise aux travaux d évaluation et de développement méthodologique de l Unité d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé (UÉTMIS,) ainsi qu à l établissement de liens entre l UÉTMIS et les professionnels du CHUS. Il pourra aussi participer à la formation et à la promotion de l évaluation des technologies auprès de ses confrères, des chercheurs et des étudiants. Christian Bellemare, coordonnateur de l UÉTMIS 8 ENTRE NOUS 2 mars 2015

9 Vieillir, c est normal Le vieillissement normal apporte des changements physiologiques touchant tous les systèmes. L incidence de certaines pathologies peut augmenter avec l âge, ce qu on appelle vieillissement pathologique. Différencier le vieillissement normal et pathologique permet de mieux comprendre les changements et les risques associés à l âge. Cela nous permettra aussi d adapter nos pratiques, attitudes et comportements ainsi que l environnement aux caractéristiques des aînés. Au CHUS, le pot d eau (à gauche) et l urinal (à droite) étaient semblables et de même couleur. Les pots d eau achetés seront maintenant roses. C est un petit geste d adaptation du matériel/ équipement aux caractéristiques des personnes âgées qui permettra de compenser pour les modifications de la vision et de la cognition. Une chronique par mois sur le vieillissement abordera l impact de l hospitalisation pour les aînés et comment compenser les difficultés ou incapacités sensorielles, cognitives, motrices et affectives. L objectif étant de prévenir, entre autres, les risques de syndrome d immobilisation, de delirium et de chutes tout en favorisant l autonomie fonctionnelle afin que les patients âgés retournent chez eux «en forme». C est normal d être sourd quand on est vieux : FAUX Même si la baisse de l acuité auditive est normale (le cérumen plus important et l épaississement de la membrane du tympan en sont des causes), la surdité, soit la perte partielle ou totale de l ouïe, est habituellement associée au vieillissement pathologique. Comment compenser? «Donner des consignes simples et utiliser un ton normal. S assurer du port d appareils auditifs fonctionnels, s il y a lieu, ou utiliser un amplificateur de son. La personne âgée éprouve des difficultés à faire abstraction des bruits ambiants : VRAI En effet, elle a de la difficulté à localiser la provenance du bruit. De plus, un environnement bruyant augmente les distractions et les difficultés de concentration. Comment compenser? Se placer devant l aîné pour lui parler. Réduire le bruit, si possible. Le vieillissement normal n affecte pas la vision : FAUX Quand on vieillit, il y a une baisse de l acuité visuelle qui affecte le champ de vision, la vision périphérique et celle de proche (presbytie). Également, la vision s ajuste plus difficilement en présence d un faible éclairage et on est plus sensible à l éblouissement. En outre, les objets de forme semblable et de même couleur peuvent être confondus. Le glaucome, les cataractes et la dégénérescence maculaire sont, quant à eux, liés au vieillissement pathologique. Comment compenser? S assurer du port des lunettes, s il y a lieu. S assurer d un éclairage suffisant. Installer une veilleuse la nuit. Désencombrer la chambre au besoin avant de mobiliser le patient. Infos, outils et conseils : intranet Espace clinique Approche adaptée à la personne âgée L équipe de l Approche adaptée à la personne âgée (AAPA) 2 mars 2015 ENTRE NOUS 9

10 Prévention et contrôle des infections L ÉPI, une pratique de base qui protège Le port des équipements de protection individuelle (ÉPI) est fortement recommandé lorsqu il y a risque d exposition ou d éclaboussures à des liquides biologiques (incluant le sang), des sécrétions ou des excrétions. Le choix d ÉPI peut varier selon les besoins et les normes de l établissement en matière de prévention et de contrôle des infections. Par contre, la séquence d habillage et de déshabillage est standardisée 1. Le personnel soignant connaît bien l ÉPI. Il s agit de la blouse à manches longues, du masque, des lunettes protectrices, du masque avec visière et des gants. Vous pouvez porter ces équipements même si l état du patient ne nécessite pas la présence de précautions additionnelles. Avant de prendre en charge un patient, vous devez évaluer s il y a risque d exposition. Une fois le niveau de risque déterminé, vous choisissez l équipement à utiliser et les mesures de prévention à mettre en place. Pour plus de sécurité, l ÉPI doit être revêtu correctement (ex. : les gants doivent recouvrir les poignets de la blouse à manches longues) et retiré de manière à ne pas vous contaminer. N oubliez pas de pratiquer une hygiène des mains avant l utilisation de ces équipements et immédiatement après leur retrait. Un geste essentiel qui vous protègera. L équipement proposé dans le tableau ci-dessous l est à titre d exemple. Selon votre évaluation de la situation, il se peut que vous ayez besoin d équipements supplémentaires ou que vous deviez instaurer des précautions additionnelles si les pratiques de base sont insuffisantes pour prévenir l exposition. Pour favoriser le port de l ÉPI, la direction et les chefs de soins et de services doivent en faciliter l accès. Si vous êtes nouvellement arrivé, informez-vous auprès de votre chef de soins. Les pratiques de base (six en tout) constituent le coffre à outils des travailleurs de la santé. Elles aident à briser la chaîne de transmission des maladies infectieuses dans notre milieu de travail. Vous avez des questions? Consultez une conseillère en prévention et contrôle des infections. Service de prévention et de contrôle des infections 1 La procédure d habillage et de déshabillage est dans l intranet Accueil Espace clinique Prévention des infections Prévention, pratiques de base et hygiène Équipement de protection individuelle Exemples de situations nécessitant le port de l ÉPI Situations Irriguer une plaie (risque d éclaboussures). Refaire un pansement présentant un écoulement abondant (risque de souillures). À l urgence, prendre en charge une victime d un grave accident de la route avec des plaies qui saignent (risque de souillures et d éclaboussures). Être près d un patient qui tousse, mais qui ne pratique pas l étiquette respiratoire (il n utilise pas le coude pour tousser). À la toilette, aider un patient ayant eu une incontinence fécale. Port de l ÉPI Port des gants, masque et lunettes protectrices ou encore masque avec visière. Port des gants et blouse à manches longues. Port d une blouse à manches longues, gants, masque et lunettes protectrices ou masque avec visière. Port du masque. Port d une blouse à manches longues et des gants. 10 ENTRE NOUS 2 mars 2015

11 «Zéro zone grise» au CHUS J utilise, donc je nettoie Le Service d hygiène et salubrité, de concert avec le Service de prévention et de contrôle des infections et les unités de soins, s attaque au défi «Zéro zone grise» au CHUS. Les mesures instaurées limitent le risque de transmission des infections par contact des surfaces inanimées de l environnement et assurent la sécurité des patients et du personnel. Au CHUS, le Service d hygiène et salubrité nettoie et désinfecte une multitude de surfaces (murs, planchers, mobilier). Mais il y a plusieurs autres surfaces dont cette responsabilité n est pas définie. On les nomme «zones grises». C est le cas d une grande partie des appareils et accessoires utilisés dans les unités (civières, échographes, sphygmomanomètres, mobilier, appareils, autres matériaux, etc.). Elles peuvent être source de contamination pour les patients. Afin de respecter les normes émises par le MSSS, le Service d hygiène et salubrité a déployé un plan d action qui identifie ces équipements à l aide de pastilles N D de couleur orangée. Ces zones sont répertoriées et une méthode d attribution des responsabilités est définie. Le chef du Service d hygiène et salubrité est responsable de l intégrité sanitaire. On rencontre les équipes des unités de soins pour leur expliquer la procédure de nettoyage à suivre (les utilisateurs doivent nettoyer et désinfecter ces appareils ou équipements après chaque usage), en plus de les responsabiliser face au risque de transmission des infections par ces équipements ou surfaces. Sylvain Gautreau Chef de service, Service d hygiène et salubrité L AGA est en mars Le conseil multidisciplinaire (CM) tiendra bientôt son assemblée générale annuelle (AGA) et y remettra ses Prix reconnaissance. Les membres sont attendus en grand nombre! CHUS Hôpital Fleurimont le vendredi 20 mars 12 h à 13 h au local Z CHUS Hôtel-Dieu le jeudi 26 mars 12 h à 13 h à l auditorium (pavillon Émile-Noël) Compte tenu des compressions budgétaires actuelles, le nombre de boîtes à lunch offertes est désormais limité. Pour en obtenir une, vous devez vous inscrire dans Multi-Accès formation. Si la capacité d inscriptions est déjà atteinte, vous pouvez assister à l activité mais devez apporter votre lunch. 2 mars 2015 ENTRE NOUS 11

12 SANTÉ ET SÉCURITÉ Circulation dans l hôpital : sécurité et courtoisie Amusons-nous à comparer l hôpital à une fourmilière; des milliers d individus affectés à plusieurs tâches qui se déplacent dans toutes les chambres avec un objectif précis. Toutes les tâches sont importantes et toutes les voies de circulation sont utilisées. Parfois avec des carrefours plus achalandés, des charges plus lourdes, encombrantes ou très délicates et parfois seulement des individus en déplacement. Les fourmis ont un avantage, car elles ont six pattes et elles peuvent marcher l une sur l autre sans se blesser pas nous. La circulation du personnel (qui se déplace pour une urgence - comme un code blanc - ou non) et des patients dont les personnes âgées ou à mobilité réduite est constante dans un hôpital. Il en est de même pour la circulation d employés avec du matériel dédié aux soins d un patient (civières, fauteuils roulants, tiges à soluté, chariots alimentaires, chariots à médicaments, chariots d hygiène et de salubrité, etc.) ou du matériel utilisé à d autres fins (coffres à outils, chariots de déchets, transport de produits chimiques, etc.). Les employés du CHUS doivent donc accorder une vigilance et une importance à la sécurité et au respect des règles de base lors de la circulation dans le milieu de travail. Cet article est dédié aux bonnes pratiques qui diminuent les risques de blessure, assurent une circulation fluide et prônent le respect et la courtoisie tant entre collègues de travail qu avec les patients et visiteurs. Lorsque vous circulez dans l hôpital Restez à l affût, regardez devant vous : un patient cherche une indication ou sa destination, une porte s ouvre devant vous, le plancher est mouillé, un préposé avec un patient sur une civière approche, etc. Si vous marchez en ne portant pas une attention suffisante, vous ne verrez rien de cela. Mains pleines d abord! Soyez courtois, ouvrez les portes, placezvous de côté et cédez le passage aux employés qui se déplacent avec des patients ou avec de lourdes charges. Maintenez les voies de circulation dégagées : ne laissez pas d objets encombrants aux mauvais endroits ou des objets au sol qui pourraient causer une chute. Communiquez : lorsque deux chariots se croisent ou lors d une situation à risque, maintenez un contact visuel et faites signe à votre collègue. Respectez les ascenseurs dédiés. Portez les chaussures adéquates selon le climat et selon vos tâches. Repérez vos aides à la circulation : les miroirs. Développez le réflexe de les utiliser. Ralentissez près des croisements de corridors, aux virages et en sortant d un local. Regardez des deux côtés avant de vous engager dans une voie de circulation. N oubliez pas la circulation à l extérieur où plusieurs des points ci-haut mentionnés s appliquent en lien avec la glace, tous types de véhicules (tracteurs, camions, voitures), les vélos et les autres risques. Chaque année des employés se blessent lors de déplacements sur nos lieux de travail. Développez vos réflexes et adoptez les bons comportements lorsque vous circulez dans votre milieu de travail. À vous de jouer! Service de santé des personnes et des groupes, DRHE 12 ENTRE NOUS 2 mars 2015

13 Laboratoire de simulation clinique phase 1A : c est parti! Le chantier de construction du laboratoire de simulation clinique (LSC) phase 1A a démarré en janvier au 5 e étage de l aile 4 du CHUS Hôpital Fleurimont. Projet conjoint entre le CHUS et la FMSS, la phase 1A, qui représente 60 % des espaces à aménager, sera prête à la fin août Elle accueillera des étudiants en soins infirmiers, en médecine, le personnel du CHUS et les résidents. phase 1A représente à elle seule une somme de 5 M$, qui provient de la Fondation du CHUS et de la Fondation de l Université de Sherbrooke. Nous sommes dans l attente d un financement du gouvernement du Québec pour lancer la phase 1B. Au total, le LSC comptera neuf salles de simulation, trois salles de debriefing, le laboratoire de chirurgie, les entrepôts et les espaces bureau pour le personnel du LSC. Ces nouveaux locaux remplaceront la salle de simulation polyvalente et la salle de debriefing existante au CHUS Hôpital Fleurimont (aile 1, niveau 0). Bruno Roy, coordonnateur du Service développement des compétences et enseignement au CHUS Hugues Grand Maison, directeur de l administration du Centre de simulation PRACCISS à la FMSS La simulation permet une immersion des professionnels de la santé dans un environnement authentique. Elle favorise le transfert des apprentissages et offre une meilleure préparation des apprenants. La retombée finale est une amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des patients. Ce projet fait partie du plan stratégique du CHUS. Un investissement prévu de 11,3 M$ Le grand projet d aménagement du LSC, phases 1A et 1B, occupera tout le 5 e étage de l aile 4 sur près de m². Il nécessitera en tout un investissement de 11,3 M$. La Merci Dr Roux! Je suis Carl Neill. J ai 18 ans et je suis défenseur du Phoenix de Sherbrooke de la LHJMQ. Je suis ici depuis mes débuts au hockey junior et depuis le début de l histoire du Phœnix. En septembre dernier, j ai eu l opportunité d être invité au camp d entraînement des Flames de Calgary dans la LNH. Lors des examens physiques, on a découvert que je souffrais du syndrome de Wolff- Parkinson-White, une forme de trouble du rythme cardiaque. Selon les spécialistes, ce syndrome peut provoquer une arythmie pouvant être fatale. J ai été pris en charge au CHUS par le Dr Jean- François Roux qui a pratiqué une délicate intervention pour corriger l arythmie, et ainsi me permettre de retourner au jeu une semaine plus tard. N eut été de cette intervention, Dieu seul sait combien de temps j aurais pu encore pratiquer mon sport. Aujourd hui je tiens, en mon nom et en celui du Phoenix de Sherbrooke, à remettre au Dr Roux le chandail que j ai porté au match en rose pour le cancer du sein. Je veux ainsi le remercier des excellents soins et de l intervention qui me permet de continuer à pratiquer mon sport. Carl Neill, défenseur du Phoenix 2 mars 2015 ENTRE NOUS 13

14 L interdisciplinarité en pratique clinique : concept et situation au Québec Lors de cette conférence, les définitions des approches multidisciplinaire, interdisciplinaire ou interprofessionnelle ont été présentées afin de mieux saisir le concept d interdisciplinarité : soit la différence entre la culture du JE et la culture du NOUS. L intégration du concept d interdisciplinarité en pratique clinique peut être décomposée en quatre dimensions : normative (vision, intérêt, leadership), fonctionnelle (appuis, ressources), clinique (rôle, règles de travail, gestion des conflits) et soins (résultats). À l intérieur de chacune de ces dimensions, les acquis permettant la collaboration des intervenants sont mesurés à l aide du questionnaire IPC65, dont le contenu et les principales étapes de validation ont été présentés. Par la suite, les résultats d une enquête menée au Québec avec ce questionnaire ont été commentés. La pratique clinique en interdisciplinarité est devenue un objectif incontournable pour la gestion des cas complexes. L objectif de cette approche est de faire travailler en synergie différents professionnels de la santé afin d améliorer l accès et l efficacité du continuum de soins et services pour les patients, de prévenir la chronicisation des maladies et de mieux utiliser les ressources disponibles. Toutefois, cette pratique hautement souhaitée ne se décrète pas puisqu elle est le fruit d une démarche où l harmonisation des rôles des intervenants est le point focal. La mise en place d une équipe interdisciplinaire fonctionnelle constitue ainsi un processus qui demande un engagement organisationnel et un soutien constant durant plusieurs années. L objet de nos travaux est donc de fournir à ces équipes un outil qui puisse les aider dans un objectif d amélioration continue. En effet, parvenir à une équipe interdisciplinaire qui soit fonctionnelle nécessite de respecter un certain nombre de critères. Ces différents critères se retrouvent dans le questionnaire IPC65. Ce questionnaire permet par conséquent aux professionnels de la santé de mesurer leur degré d intégration aux concepts menant à une pratique clinique en interdisciplinarité. Cette mesure peut se faire à trois niveaux : l individu, l équipe et l établissement. Ce faisant, il aide à l amélioration continue des équipes cliniques interdisciplinaires en ciblant différents points d amélioration possibles. Le questionnaire IPC65 est disponible en ligne au : revue_santé_publique.pdf Résumé de la conférence clinico-académique présentée le 14 janvier dernier par Suzanne K. Bédard et Thomas Poder, respectivement conseillère et cadre-conseil à l Unité d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé (UÉTMIS). Faites partie du Tour CIBC Charles-Bruneau! Vous êtes à la recherche d un défi pour cet été? Que diriez-vous de parcourir 300 km entre Sherbrooke et Boucherville les 9 et 10 juillet, dans le cadre du parcours du Courage du Tour CIBC Charles-Bruneau? Vous aurez la chance unique d être le héros d un enfant que vous parrainerez et rencontrerez durant le parcours. Le Tour CIBC Charles- Bruneau est l occasion de donner un sens à vos sorties vélo de l été, en venant en aide aux milliers d enfants atteints de cancer à travers le Québec. Joignez-vous à nous et soyez l inspiration! https://tourcibc.charlesbruneau.qc.ca/» Les cyclistes du parcours du Courage, à Sherbrooke, ont la chance de parrainer et de rencontrer un enfant de la région. 14 ENTRE NOUS 2 mars 2015

15 Le CHUS, centre désigné pour le dosage de la calprotectine fécale Le CHUS a été mandaté par l Institut national d excellence en santé et services sociaux (INESSS) comme centre désigné pour produire le dosage de la calprotectine fécale (2 e centre au Québec). Le CHUS répondra ainsi aux besoins des médecins prescripteurs de l Estrie, du RUIS de l Université de Sherbrooke ainsi que de la région de Québec. L équipe des laboratoires du Programme-clientèle en biologie médicale reçoit les échantillons pour la production de ce test depuis le 23 février dernier. L analyse de ce test est utilisée comme un marqueur fiable et non invasif de l inflammation de la muqueuse du tube digestif. Une solide protection pour vos placements Votre conseiller compose avec vous un plan d épargne qui respecte vos attentes et protège vos avoirs. Épargne-retraite (REER) Épargne libre d impôt (CELI) Placements non enregistrés Placements à intérêt garanti Prêt REER Au CHUS, les médecins, médecins résidents ou le personnel soignant ayant accès au DCI-CAE Ariane pourront prescrire ce test directement au dossier du patient. Une note de service transmise le 11 février les a informés de la procédure à suivre. Les médecins prescripteurs de l extérieur devront utiliser la requête papier pour examens de laboratoire. Votre partenaire de confiance. Marc Alarie Conseiller en sécurité financière auprès de l Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. Représentant en épargne collective auprès d Investia Services Financiers Inc. 2655, rue King Ouest, bureau 137 Sherbrooke (Québec) J1L 2G4 Téléphone : , poste 239 Sans frais : Télécopieur : investia.ca SRM À la recherche du câblage cérébral Cette conférence, qui se tiendra le 11 mars, portera sur la façon dont une meilleure connaissance du câblage cérébral aide à mieux comprendre la structure du cerveau et change notamment les gestes opératoires pour la résection des tumeurs cérébrales. Les conférenciers seront les Drs David Fortin et Maxime Descôteaux. Investia est membre du groupe Industrielle Alliance. Les fonds mutuels ne sont pas garantis. Leur valeur peut changer fréquemment et les rendements passés peuvent ne pas se reproduire. Les titres de fonds mutuels ne sont pas protégés par la Société d assurance-dépôts du Canada (SADC) ni par aucun autre organisme gouvernemental d assurance dépôts. Nous vous invitons à lire attentivement le prospectus sur les fonds et à obtenir les conseils d un professionnel avant d investir. Des commissions, des commissions de suivi, des frais et des charges de gestion peuvent être exigés pour les placements dans les fonds mutuels. Rien ne garantit par ailleurs que le montant intégral de votre investissement dans un fonds mutuel vous reviendra. Marie-Sophie Dion Opticienne Date : le mercredi 11 mars 2015 Lieu : amphithéâtre HF (local 6214) en visioconférence à l auditorium HD (local 3554 ) Heures : 11 h 30 à 12 h h 30 à 13 h 15 Nombre limité de boîtes à lunch. Pour une obtenir une, le participant doit s inscrire sans tarder avec Multi-Accès formation. Si la capacité d inscriptions est déjà atteinte, il pourra assister à la conférence mais devra apporter son lunch. Il devra aussi signer une feuille de présence afin que cette activité soit entrée à son dossier de formation. Sherbrooke Montréal Saint-Lambert Laval 2 mars 2015 ENTRE NOUS 15

16 À VOTRE FONDATION Le Fonds Brigitte-Perreault a remis $ pour financer 16 projets Le Fonds Brigitte-Perreault de la Fondation du CHUS a récemment dévoilé les projets qu il soutiendra financièrement pour la prochaine année. Douze projets ont particulièrement retenu l attention du comité de sélection parce qu ils auront un impact direct sur la clientèle du CHUS. En outre, le Fonds a remis quatre bourses Dre Rachel Bujold de $ à quatre résidents pour la promotion de leurs projets d évaluation et d amélioration de la qualité de l acte, faits dans le cadre du programme d initiation à la recherche clinique. Mettre sur pied un projet-pilote de réduction des pneumonies acquises sous ventilateur Mettre en œuvre le plan d action et de réorganisation du service des soins spirituels (phase 2 du projet de 2013) Valoriser l intégration du patient et de ses proches au sein de l équipe en contexte de collaboration interprofessionnelle (phase 2 du projet de 2014) 4 bourses Dre Rachel Bujold de $ chacune La tenue de dossier précédant les départs sans autorisation en psychiatrie La température d admission des enfants prématurés de moins de 32 semaines à l unité néonatale Le syndrome de Lynch Les lignes directrices concernant la thromboprophylaxie (prévention des phlébites et embolies pulmonaires)» Les récipiendaires des sommes octroyées par le Fonds Brigitte- Perreault lors de la conférence de presse du 13 février dernier $ alloués à 12 projets Améliorer l expérience patient pour l information et la prise de rendez-vous via le Web et le courriel Aménager un local multifonction pour les patients ayant subi un AVC Développer une approche structurée à la famille pour leur proche en soins de fin de vie Concevoir un dépliant sur la modification des habitudes de vie en post-partum suivant des complications en grossesse Considérer l expérience patient au quotidien : tournée de renforcement par secteur Créer des outils pour prise en charge des traitements de l hépatite C Développer des contenus Web de référence en oncogénétique centrés sur les besoins des patients Bouger ensemble pour que les personnes âgées retournent en forme chez elles Évaluer l usage périopératoire des anticoagulants oraux directs Depuis 2006, avec une pause en 2010 en raison de la pandémie, 72 projets ont reçu une approbation de financement à hauteur de plus d un demi-million de dollars ( $). La Fondation, partenaire de votre quotidien Chaque année, la Fondation du CHUS remet des sommes importantes au CHUS afin de financer divers équipements en plus de soutenir la recherche médicale. Voici quelques exemples tirés de la dernière année. Échographe pour pose par voie centrale $ Bronchoscope $ Recherche sur la fibrose pulmonaire $ Laser C $ Valves percutanées $ Réaménagement de l oncologie pédiatrique $ Acquisition de l IRM 3 Tesla 1,1 M$ Agrandissement du Centre de recherche 1,8 M$ du CHUS Plusieurs autres équipements 3,5 M$ 16 ENTRE NOUS 2 mars 2015

17 Bilan de la campagne de vaccination Le virus de la grippe A(H3N2) a frappé dès décembre. Au 20 février, l INSPQ dénombrait cas positifs d influenza de type A et B au Québec, dont 678 en Estrie, soit deux fois plus qu entre 2010 et Cela s expliquerait par la morbidité accrue des virus H3N2. Au CHUS, personnes se sont fait vacciner, une baisse de 8 % sur l an dernier. Même si l activité grippale s annonçait intense et que le pic épidémique attendu pour les Fêtes est arrivé, la campagne de vaccination n a pu contrer l impact négatif de la dérive antigénique du virus A(H3N2) sur les personnes hésitant à se faire vacciner. Les efforts du Service de santé pour inciter les gens à choisir la vaccination n ont pas atteint leur objectif. Au 16 février, 66 employés ont été testés positifs. Le personnel présentant des symptômes de grippe doit aviser le Service de santé pour fins de dépistage et pour éviter la propagation. Du 19 décembre au 19 février, la mesure «un visiteur EN SANTÉ par patient» a été maintenue dans les unités et les services. Même si le vaccin a été peu efficace contre la A(H3N2), la vaccination demeure le meilleur moyen pour réduire le risque de complications et de décès chez les personnes vulnérables, et pour se protéger contre l influenza de type B. Restons donc vigilants puisque ce virus circule et affecte déjà les patients et les employés. Édith Gagnon, infirmière clinicienne, Service de santé des personnes et des groupes, DRHE Campagne de vaccination Titre d emploi au CHUS Total Personnel et médecins Personnes vaccinées % Personnel soignant et résidents ,1 % Médecins ,2 % Personnel non soignant ,9 % Total Personnel et médecins ,1 % Autres (stagiaires, bénévoles, fournisseurs internes, etc.) n/a 203 n/a Personnel et étudiants FMSS 623 n/a Total des personnes vaccinées arl1406_pubjournalentrenous_02b_layout :14 PM Page Cabinet de services financiers C est nos services de planification financière, successorale et de retraite *, nos services conseils en fiscalité avec FBSA, notre service indépendant de fiscalité financière, notre service de gestionnaire privé pour vos portefeuilles d investissements avec Intégralis*, notre service conseil pour vos assurances et vos rentes collectives avec Gestion Avantages Sociaux Québec, notre offre complète de fonds d investissements avec les meilleurs gestionnaires avec Excel gestion privée* et, bien sûr, c est aussi nos conseils depuis plus de 30 ans en assurances-vie et hypothécaire, en assurance invalidité et en assurance de maladies graves. Oubliez les services bancaires traditionnels et redécouvrez-les tels qu ils devraient être avec la Banque Manuvie. Avec moi, jamais vous ne serez laissés à vous-mêmes quand vous devrez faire une réclamation en assurance ou que vos héritiers seront appelés à exécuter vos dernières volontés. Intégrité, transparence et excellence sont des valeurs que je partage avec vous. * Réal Latulippe, représentant en épargne collective auprès d Excel gestion privée. Principales places d affaires: Montréal, Québec et Sherbrooke. LES ASSURANCES RÉAL LATULIPPE inc. POUR TOUS VOS SERVICES FINANCIERS, CONTACTEZ-MOI : 2 mars 2015 ENTRE NOUS 17

18 Programme de santé globale «par et pour» tous les membres du personnel du CHUS, visant l acquisition de saines habitudes de vie tant au travail que dans les autres sphères de la vie. C est le mois de la nutrition! Préparez chez vous et emportez avec vous, voilà la thématique de cette année. En mars, les nutritionnistes de partout au Québec tenteront de vous aider à mieux manger lorsque vous êtes à l extérieur de la maison. On le sait, il est très facile de consommer des aliments moins nutritifs quand on n est pas à la maison, vu l accessibilité grandissante des aliments transformés et prêts à emporter. Le but est donc de vous inciter à préparer vos aliments chez vous pour le travail, l école et aussi dans vos activités récréatives. Saviez-vous que de préparer des repas maison apporte de multiples bienfaits à votre santé? C est la meilleure façon de manger ce que vous aimez, dans des proportions raisonnables, et aussi d ajouter des nutriments et de la couleur à votre quotidien. Le site Internet dédié au mois de la nutrition (www. moisdelanutrition.ca) vous propose de nombreux outils afin de manger équilibré de 9 à 5. Des trucs boîtes à lunch et des idées recettes sont disponibles pour petits et grands. D une salade dans un pot Masson au déjeuner dans l auto, tout y est! De plus, le 18 mars, lors de la journée des diététistes/nutritionnistes, vous aurez accès au service d une nutritionniste qui répondra à vos questions nutrition par téléphone, et cela gratuitement! Vous n aurez qu à composer le entre 9 h et 16 h 30 afin de parler à un professionnel de la nutrition. Alors, apporterez-vous votre lunch demain? Marie-Claude Bossé, nutritionniste-diététiste À vos marques, prêts, sautez! Qui a dit que la corde à sauter n était faite que pour les enfants et les boxeurs? Cette activité amusante a plusieurs bienfaits et s intègre facilement dans vos entraînements en salle de conditionnement physique ou à la maison. En plus d être abordable et pratique (équipement rudimentaire, facile à transporter et à ranger), le saut à la corde améliore la posture et, dès les premières séances, améliore l endurance des muscles des mollets (les gastrocnémiens et le soléaire), l agilité et la coordination. Au début, il est préférable de ne pas dépasser 5 minutes par échauffement, pour éviter des courbatures importantes. Par la suite, vous pouvez augmenter jusqu à 30 minutes de corde à sauter par séance. Lorsque pratiquée à une bonne intensité, la corde à sauter peut vous aider à augmenter votre aptitude aérobie grâce au bon niveau d essoufflement. Alternez les pieds, variez la vitesse, croisez les mains, faites des doubles tours plusieurs variantes sont possibles. C est en variant l exercice qu il deviendra un défi. Truc d entraînement : il est important d utiliser une corde à sauter de la bonne longueur. Cela vous permettra d obtenir de meilleurs résultats et facilitera l exécution de vos sauts. Pour valider la longueur de la corde à sauter, placez la corde sous vos deux pieds et tirez la corde vers le haut. Si les poignées arrivent en-dessous de vos aisselles, c est la bonne longueur pour vous. Bon entraînement! Sophie Deshaies, Stagiaire en kinésiologie au programme CHUS-Énergique 18 ENTRE NOUS 2 mars 2015

19 Les mots de nos patients Le 6 mai dernier, à 5 h 22 du matin, le téléphone sonne. C est le Dr Montambault qui m apprend qu il a un rein pour moi et me demande si je le veux. Vous devinez ma réponse. Mon épouse et moi, sous le choc, réalisons que notre vie vient de changer drastiquement pour le mieux. Moi, sous la dialyse depuis 18 mois, affaibli et sans énergie, je reçois «le gros lot» pour une 2 e fois. En effet, après 6 mois de dialyse, je fus greffé pour la 1 re fois en janvier Et c est à ce moment que j ai connu le professionnalisme et l humanisme du personnel du CHUS. Un merci à tout ce personnel, à commencer par les néphrologues : Dr Montambault, Dr Masse, Dr Bilodeau, Dr Plaisance, Dr Wolff, Dr Langlois... et autres qui ont pris soin de moi durant toutes ces années. Merci aux infirmières-pivots Valérie et Lyne. À la dialyse, un gros merci à toutes les infirmières, spécialement Nancy, Guylaine, Louise, Nadia, Sylvie. Merci à Martine pour les changements d horaire. Mes 31 ans de traitement au CHUS m ont littéralement sauvé la vie. Soyons reconnaissants d avoir un centre hospitalier universitaire de si grande qualité à Sherbrooke. Pour terminer, il ne faut pas que j oublie mes deux donneurs de Montréal et leur famille. Sans eux, rien ne serait arrivé. J exhorte les lecteurs à signer leur carte de don d organes et à avertir leur famille. Des receveurs potentiels meurent avant d avoir un rein. Je me rends compte que je suis un privilégié, un miraculé. Toute ma reconnaissance au CHUS. Réal Caouette Sherbrooke Nominations Dr Michel Pavic, chef du Département d hématologie pour un mandat de quatre ans, Direction des services professionnels Mélanie Duquette, chef de service intérimaire à l entreposage et distribution sur sites, Direction des ressources financières et des services techniques (DRFST) Prêts avantageux et conseils judicieux Stéphan Comtois, B. Sc. Conseiller en sécurité financière 2 Représentant en épargne collective 3 CHUS Fleurimont, b. voc Nathalie Côté Représentante autonome Conseillère en sécurité financière 4 Représentante en épargne collective 3 CHUS Hôtel-Dieu et 500 Murray, b. voc Hypothéquez votre propriété pas votre avenir! Profitez de la flexibilité et de la variété des produits hypothécaires de La Capitale, et devenez propriétaire en toute simplicité. Assurances vie et invalidité Prêts hypothécaires 1 Assurance crédit hypothécaire Prêt REER-RAP Pour bâtir, protéger et valoriser votre patrimoine financier, communiquez avec nous dès maintenant. Mariette Fournier Conseillère en sécurité financière 2 Représentante en épargne collective Par l intermédiaire d un conseiller en financement hypothécaire de La Capitale. 2. Pour le compte de : Les services financiers Capfin, cabinet en assurance de personnes partenaire de La Capitale services conseils inc., cabinet de services financiers 3. Pour le compte de La Capitale services conseils inc., cabinet de services financiers 4. Partenaire de La Capitale services conseils inc., cabinet de services financiers Se sentir en vacances chez soi! et + En second rang du Lac Brompton Financement disponible Voisin du Parc Orford et de ses sentiers à 20 min de Sherbrooke leboisedulacbrompton.com 2 mars 2015 ENTRE NOUS 19

20

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous.

Centre de chimiothérapie. Guide d information destiné au patient et à ses proches. Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous. Centre de chimiothérapie Guide d information destiné au patient et à ses proches Avec vous... pour faciliter vos rendez-vous cancers digestifs Un mot pour vous Vous avez reçu dernièrement un diagnostic

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM).

Le but de cette politique est d encadrer la gestion des espaces de stationnements au sein du Centre Hospitalier de l Université de Montréal (CHUM). DESTINATAIRE : ÉMISE PAR : Toutes les unités administratives Direction des services techniques Émise le : 8 décembre 2014 Révisée le : Approuvé par CA : 16 déc. 2014 (RCA 2014-12-2342) APPROUVÉE PAR :

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

5316 Assistance à la personne en établissement de santé. Fiches descriptives

5316 Assistance à la personne en établissement de santé. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5316 Assistance à la personne en établissement de santé Fiches descriptives Reconnaissance

Plus en détail

MOORE, Mme France, secrétaire d assemblée. FRENETTE, Mme Marjorie VACHON, M. Michel

MOORE, Mme France, secrétaire d assemblée. FRENETTE, Mme Marjorie VACHON, M. Michel PROCÈS-VERBAL DE LA CINQUANTE-SEPTIÈME (57 E ) RÉUNION RÉGULIÈRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS, TENUE LE 20 NOVEMBRE 2012, À 19 HEURES, AU CENTRE ADMINISTRATIF

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique

Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique 11 juin 2010 Une structure innovatrice dans un CHU pour favoriser l application des connaissances et une meilleure gouvernance clinique DOLORÈS LEPAGE-SAVARY Directrice de l évaluation, de la qualité,

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Colloque 2013 AGPI. Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS

Colloque 2013 AGPI. Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS Colloque 2013 AGPI Une gouvernance écoresponsable - De la théorie à l action concrète Démarche institutionnelle en développement durable au CHUS Présenté par Carole Larose 1 1 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Modèle de communiqué Contexte

Modèle de communiqué Contexte Contexte La Semaine nationale de la sécurité des patients (SNSP) et le Forum virtuel national sur la sécurité des patients et l amélioration de la qualité sont des événements nationaux captivants et instructifs

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES Direction des services d hébergement Description de fonction PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ JOUR

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

MON carnet accès santé

MON carnet accès santé MON carnet accès santé Direction + Diane Milliard Rédaction + Sylvie Dubois Supervision + Suzanne Pinard Révision linguistique + Chantal Gosselin Conception graphique + Agence Médiapresse inc. Ce projet

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

PROJET. Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL

PROJET. Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL PROJET Plan de communication interne PANDÉMIE D INFLUENZA DOCUMENT DE TRAVAIL JUIN 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. La mise en contexte...3 2. Les enjeux relatifs à la communication interne...3 2.1 La présence

Plus en détail

Prévention des chutes

Prévention des chutes Notre mission Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir et d améliorer la santé et le bien-être de la population de son territoire

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5317 Assistance à la personne à domicile Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Service de garde de l école alternative Le Baluchon Règlements

Service de garde de l école alternative Le Baluchon Règlements 1- VOCATION DU SERVICE DE GARDE Assurer un service de garde de qualité avec un programme d activités qui sont en conformité avec les valeurs éducatives établies dans le projet de l école alternative Le

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES RAPPORT ANNUEL COMITÉ DE GESTION DES RISQUES 2013-2014 RÉDIGÉ PAR : Patricia McDougall, Présidente du comité de gestion des risques Avec la collaboration de : Karine Girard, adjointe à la qualité et à

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05 1. OBJECTIF Promouvoir le développement professionnel et personnel pour que chacun contribue à l atteinte des objectifs organisationnels, à l amélioration continue de la qualité et de l efficacité des

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles 4 e édition Génération 2.0 Dernièrement, en lisant un article dans L Actualité du mois de mars concernant les 18-30 ans, j ai constaté qu en général, les jeunes d aujourd hui sont conscients de leur rareté

Plus en détail

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05

La Manoudière. 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 La Manoudière 3 rue Adhémar 26200 MONTELIMAR : 04 75 53 43 05 MAISON DE RETRAITE «La Manoudière» PRESENTATION GENERALE L ensemble du personnel de la maison de retraite est à votre disposition pour rendre

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

UN PROJET QUI DONNE DES AILES

UN PROJET QUI DONNE DES AILES AOÛT 2008 UN PROJET QUI DONNE DES AILES À TOUTE LA COMMUNAUTÉ HOSPITALIÈRE DU CHUS, Voici la première édition spéciale du bulletin Le Transit, un bulletin conçu pour vous donner l information pertinente

Plus en détail

Absences : Mme Céline Leclair et M. Philip Cohen. Personne-ressource : Madame Céline Mercier

Absences : Mme Céline Leclair et M. Philip Cohen. Personne-ressource : Madame Céline Mercier PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES COLLINES, TENUE LE LUNDI, 14 DÉCEMBRE 2009 À 19H00, SALLE DE CONFÉRENCE DE L HÔPITAL MÉMORIAL

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Une offre à la hauteur de votre réussite

Une offre à la hauteur de votre réussite Offre Distinction Avantages pour les membres particuliers Transactions courantes Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de l Association du Jeune Barreau de Montréal

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

Règle de soins infirmiers

Règle de soins infirmiers DÉFINITION : Le but de cette règle de soins infirmiers est d encadrer la prestation des soins dispensés par les infirmières et les infirmières auxiliaires en collaboration avec les préposés aux bénéficiaires

Plus en détail

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail, une valeur ajoutée pour la clientèle. Ce document a été produit par le Bureau de projets Centre jeunesse des Laurentides

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

programmes de formation inscriptions 8 et 9 janvier 2014

programmes de formation inscriptions 8 et 9 janvier 2014 programmes de formation inscriptions 8 et 9 janvier 2014 DE 9 H À 12 H ET 13 H 30 À 20 H Contactez-nous au 450 743-1285, poste 206. FORMATION PROFESSIONNELLE À TEMPS COMPLET CERTAINES CONDITIONS D ADMISSION

Plus en détail

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence Accessibilité Gestion de temps efficiente Sans rendez-vous planifié Utilisation optimale des ressources Autosoins Projet préparé par : Clinique

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

offre distinction pour les membres de l ajbm

offre distinction pour les membres de l ajbm offre distinction pour les membres de l ajbm L offre Distinction, à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier de vous offrir, en tant que membre de l Association du Jeune Barreau de Montréal, des

Plus en détail

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers :

Toutefois, certains enjeux ont amené le CSSS-IUGS à mettre en place un projet de réorganisation du travail en soins infirmiers : ANNEXE 22 Adopté au comité directeur paritaire le 27 avril 2009 PLAN DE COMMUNICATION Organisation du travail et revalorisation des pratiques en soins de longue durée 1) Contexte Né du regroupement successif

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC COMTÉ DE SAGUENAY

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC COMTÉ DE SAGUENAY PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE TADOUSSAC COMTÉ DE SAGUENAY PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL, TENUE LE 20 NOVEMBRE 2013, À LA SALLE MUNICIPALE, SITUÉE AU 162 RUE DES JÉSUITES,

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT L art de cultiver des savoirs, des expériences, des compétences et des talents www.chuq.qc.ca/fr/info_plus/formations_en_ligne DES ACTIVITÉS DE FORMATION EN LIGNE

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

Rapport d Echanges Professionnels

Rapport d Echanges Professionnels Rapport d Echanges Professionnels Nom du stagiaire : BOURDON Etablissement d Origine : Association Le Parc Fougères Etablissement d accueil : CENTRE de Réadaptation Marie Enfant Sainte Justine Montréal

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A COMPTER DE L ANNEE 2015/2016

REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A COMPTER DE L ANNEE 2015/2016 REGLEMENT DU RESTAURANT SCOLAIRE A COMPTER DE L ANNEE 2015/2016 La Commune met à la disposition des enfants fréquentant les écoles de la commune un service de restauration scolaire pour le déjeuner les

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des proches d une personne qui est atteinte de SP ou qui a reçu un diagnostic de SCI et des aidants non rémunérés d une personne qui est

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE

GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE GRIPPE ET GASTRO DANS TOUS CES ÉTATS : LA RÉALITÉ QUÉBÉCOISE Présentation par Isabelle Laperrière Présidente de l AIPI 12 ème Journée romande de formation en prévention de l infection Yverdon, La Marive,

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

L espoir passe par la recherche

L espoir passe par la recherche Raphaëlle, 15 ans En rémission d une leucémie lymphoblastique aiguë L espoir passe par la recherche Un don planifié, pour encourager les enfants atteints de cancer à cultiver leur rêve de guérison! Mot

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE

LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE LA MISE EN PLACE DES SOINS D HYGIÈNE CADRE DE RÉFÉRENCE DOCUMENT DE TRAVAIL 6 ième version Septembre 2007 COMITÉ CONSULTATIF LOCAL COMITÉ ÉLARGI CONCEPTION, RECHERCHE ET RÉDACTION Danielle Desnoyers, conseillère

Plus en détail

LA GESTION DE L ACCÈS AUX

LA GESTION DE L ACCÈS AUX Énoncé de position LA GESTION DE L ACCÈS AUX SERVICES EN RADIO-ONCOLOGIE: pour une approche systématique du Collège des médecins du Québec NOVEMBRE 2004 Table des matières Introduction 4 Grille de classification

Plus en détail

SE METTRE EN ROUTE. Pour en savoir plus appelez vos guides au 1 866.996.VÉLO ou visitez CONTRELECANCER.CA.

SE METTRE EN ROUTE. Pour en savoir plus appelez vos guides au 1 866.996.VÉLO ou visitez CONTRELECANCER.CA. Votre Défi commence maintenant, alors commencez à collecter des fonds maintenant! Que vous soyez un pro ou un novice de la collecte de fonds, nous vous aiderons à maximiser votre potentiel de collecte

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers

Enquête de satisfaction des usagers CENTRE HOSPITALIER BON SAUVEUR DE BEGARD Service qualité Auteurs : N. Ollivier (animatrice), G. Le Gaffric (co-animatrice), A. Guihaire, J. Robin, F. Paillardon, N. Cocu, J. Allain, M. Vermet, Sœur Le

Plus en détail

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010

Présentation Stratégie de prévention des chutes. CSSS Antoine Labelle Juin 2010 Présentation Stratégie de prévention des chutes CSSS Antoine Labelle Juin 2010 1 L équipe de la présentation : Nathalie Maurais, directrice des soins infirmiers Mireille Beaulieu, conseillère cadre à la

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

Desjardins. Desjardins. Bienvenue dans nos nouveaux locaux. des Métaux blancs. Caisse des Métaux blancs

Desjardins. Desjardins. Bienvenue dans nos nouveaux locaux. des Métaux blancs. Caisse des Métaux blancs Numéro 06 - Octobre 2009 Desjardins des Métaux blancs Bienvenue dans nos nouveaux locaux Ceci n est pas un simple journal C est un espace pour faire vivre la différence Desjardins :: Un centre de gestion

Plus en détail

Biographie des présentateurs

Biographie des présentateurs Biographie des présentateurs Jean- François Robert: Ingénieur en informa4que de forma4on (Université de Sherbrooke) depuis 2001 Maîtrise en ges4on de projet à l UQAR depuis 2014 Conseiller cadre en ges4on

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

Cyberlettre de la Bibliothèque Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval

Cyberlettre de la Bibliothèque Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval Danielle Rose/CSSS Laval/Reg13/SSSS 2015-09-01 07:55 A Danielle Rose/CSSS Laval/Reg13/SSSS@SSSS cc ccc Josée Noël/CSSS Laval/Reg13/SSSS Objet Cyberlettre Septembre 2015 Septembre 2015 Cyberlettre de la

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré

Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités. Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Une vision novatrice en soins infirmiers : saisir les opportunités Par Céline E. Gervais et Johanne Lapré Plan de présentation Objectifs d apprentissage Opportunités d agir Leviers Gouverne Trajectoire

Plus en détail

Visioconférence (3 h 15)

Visioconférence (3 h 15) Site Centre d excellence sur le Vieillissement de Québec Site Site Site Formations continues 2015 2016 Consultez notre site Internet pour obtenir : la liste des formations, les descriptifs et le formulaire

Plus en détail

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU

LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU LE RÔLE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS EN CONTEXTE DE RÉORGANISATION DU RÉSEAU Geneviève MÉNARD, inf., M.Sc., inf., M.Sc. (A.) Directrice-conseil, Affaires externes Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Amélioration des soins de santé pour les Canadiens février 1999 L engagement : l assurance-santé «Nous avons déjà promis de consacrer davantage

Plus en détail

INFECTIEUSE VOLUME 3 NUMÉRO 2 OCTOBRE 2015

INFECTIEUSE VOLUME 3 NUMÉRO 2 OCTOBRE 2015 DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE CENTRE INTÉGRÉ UNIVERSITAIRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA CAPITALE-NATIONALE ACTIVITÉ GRIPPALE ET BILAN DE LA CAMPAGNE DE VACCINATION, SAISON 2014-2015 ACTIVITÉ GRIPPALE

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence

TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Proposition de trousse informative À l intention des professionnels TÉLÉONCOLOGIE : Activités de discussion de cas par visioconférence Télédiscussion de cas entre le CHUS et ses partenaires du RUIS de

Plus en détail

Mesures fiscales concernant les pourboires. revenuquebec.ca

Mesures fiscales concernant les pourboires. revenuquebec.ca Mesures fiscales concernant les pourboires revenuquebec.ca Table des matières 1 Introduction 5 1.1 À qui s adresse cette brochure?... 5 1.2 Contenu... 5 1.3 Définitions... 5 2 Déclaration des pourboires

Plus en détail

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010

Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Présentation de l indicateur de mesure de satisfaction des patients hospitalisés Dossier de presse Jeudi 4 novembre 2010 Contact presse : Ministère de la Santé et des Sports - 01 40 56 40 14 Sommaire I.

Plus en détail

Une liste de Questions et Réponses Un exemple de lettre de sollicitation en français et en anglais Le formulaire de dons

Une liste de Questions et Réponses Un exemple de lettre de sollicitation en français et en anglais Le formulaire de dons Cher(ère) participant(e), Au nom de la Fondation du cancer du sein du Québec et de Virgin Radio 96, nous tenons à vous remercier pour votre intérêt et votre participation à l évènement Raser pour sauver

Plus en détail

Les centres. MASKA OUVerts JUSQU À 20 H DU LUNDI AU JEUDI!

Les centres. MASKA OUVerts JUSQU À 20 H DU LUNDI AU JEUDI! grand LE MAGAZINE DES MEMBRES DE LA CAISSE DESJARDINS DE SAINT-HYACINTHE SEPTEMBRE 2011 LE MAGAZINE DES MEMBRES DE LA CAISSE DESJARDINS DE SAINT-HYACINTHE SEPTEMBRE 2011 VOLUME 01 NUMÉRO 03 Les centres

Plus en détail

SONT ÉGALEMENT PRÉSENTS : Normand Lacasse, directeur du Centre et Louise Poulin, secrétaire du Centre.

SONT ÉGALEMENT PRÉSENTS : Normand Lacasse, directeur du Centre et Louise Poulin, secrétaire du Centre. PROCÈS-VERBAL ADOPTÉ C.E.13-04-23 PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ÉTABLISSEMENT DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE MARIE-ROLLET, TENUE LE MARDI 23 AVRIL 2013 AU 3000, BOUL. HOCHELAGA, QUÉBEC,

Plus en détail

CHIRURGIE OTOLOGIQUE

CHIRURGIE OTOLOGIQUE CHIRURGIE OTOLOGIQUE DE L HOSPITALISATION TRADITIONNELLE A L HOSPITALISATION AMBULATOIRE WWW.IUFC.fr PREAMBULE Ambulatoire : - nécessité institutionnelle - activité à développer En 2013, à l IUFC : 200

Plus en détail

Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1

Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1 Bilan 2012-2013 et plan d action 2013-2014 à l égard des personnes handicapées de Loto-Québec Plan d action à l égard des personnes handicapées 2013-2014 1 Table des matières 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Plus en détail

Table des matières. 2 www.csdhr.qc.ca Commission scolaire des Hautes-Rivières Août 2012

Table des matières. 2 www.csdhr.qc.ca Commission scolaire des Hautes-Rivières Août 2012 Table des matières Nos services 3 Nos centres de formation 4 Conditions d admission 4 Formation générale : Cours à temps plein 5 Cours à temps partiel 6-7 Formation professionnelle : Cours à temps plein

Plus en détail

Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous!

Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous! Du collectif à l individuel Avantage Retraite MC est là pour vous! Vous êtes à la retraite? Souscrivez l assurance maladie et l assurance vie facultative d Avantage Retraite, sans preuves d assurabilité.

Plus en détail