par LUCIEN SOULBAN ET ] AMES STEWART Sample file

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par LUCIEN SOULBAN ET ] AMES STEWART Sample file"

Transcription

1 v,.,. R E D u c L A N par LUCIEN SOULBAN ET ] AMES STEWART Auteurs: Lucien oulhan Ct james StCIV<1rt Materiels addition nels par: jess Heinig Dcveioppe par: justin Achilli Editeur : john C hambers Directeur artistique : Ri ch,lrd Thomas Maquette : Becky jollensten Illustrateurs : G uy D,I\'is, Lei f joncs, Vi ncc Locke, 1'-1<m Mitchell ct Christopher Shy Illustration de couverture : john Van Fleer Maquette dc couverture : Becky jollcmrcn Interne: Matthcw O'Connor VERSION FRANc;AISE Titre original: C la nbook: Lasomhra Traduction: Va leri c Ri ch y Correction/Revision : Isabelle 01 Maquette : Philippe jumci Hexagonal 200 I. R E'M E' R C IE'M E'NT'3 PARTIC ULIE' R '3, FDITION D ELIRANT E' Oh, [i\nt p i ~. Cornmc i jc mien ",{)uvcnais. A V E' RTIS'3E' M E'NT! Ceci ~q Ie li\te elu C lan cun,acre.iux T:imi,cc>. Tout jolicur ou Cl11l[eUr de Va mpir~ cnnnn'it Ic:-. ligula, pmriculiers" des Dcm() n~ dnnt C~ [cxrc sen-, parfnis I \~c h o. Lccrcur, V\)l/S ctes pn':n.:nu. Y ARBLOCJ-{O'3! c.: d ~r l ll i sh nl er in f5me 'Clhlud.

2 L E L I V R,. E D u,. c L A N De m a r) d'hiu e r c h o p itre ur) : ur)e m eute d e De m o r) s... 8 Le lexique des T zimi "ce L'Heritage du Pere Quitter En ch Kupala Deluge, Mal ediction C[ Exode L' A inc d isparait l ' L'errance des T zim isces Shaagra : Une nouvell e direction Le ZadTi/ga La Rebell ion La Revolte anarch Le abbat La tune du Sabbat Une Terre de Riches e Au 20,mc sieele L' Amerique de debuts... 2 Le on "cquence d la Seconde G uerre Mondiale Les Demons de Ru sic Les T zimisces de dema in Les primitif m dernes Demdemeh... ycorax Kartari rya Ratti-Ben, " ceur de ang" TABLE DES MATIERES... c h o p itr e Deux : Ego e t Eu o ru tio r).. 3 Les nuits des jeunes Les fa its de la non-vie La tete la premi ere dan la non-vie. Deux po ignee de POUS iere Le sang, notrc geolici Ne jamai manger Ie si n Les loyautes du elan L' :1 me du Sabbat La hierarchie T zimisce Les factions des Demons L'ancien clan Les En fa nts de Dracon La Fondation de I'Heri tage roumain Les Neo-feoclaux Les Ex -anguiniste... 4 Les Tzimisce ancilriblts Les prejuges du deux fo is mort Les Assamites Les Bruj ah Le Emissa ires des C rane Les Gangrel Les Lasombras Le Malkavicn Les o. feraws Les Panders Les Ravnos Le Salubriens... SO Les Serpents de la Lumi ere Les Toreadors Les Tremere Les Ventrue Les Lupins

3 . 7 H 72 H H 73 H 78 H White Wolf Publi hing Inc. Tous droits reserve. Toute reproduction sans pennis ion ecrite de I'editeur est expres ement interdite, 'auf dans un but de pre entation et dans Ie cas des feui lle de personnage vierges qui peuvent hre reproduite pour un u age per onnel uniquement. White Wolf, Vampire: la Mascarade, Vampire : l'age des T enebres, Vampires d'orient, Monde des T enebres, Loup-Garou : L'Apocalyp 'e, Mage : l'ascen ion, Extenninateur : Ie Juge ment, Werewolf: the Wilt! We t, Mage : the Sorcerers C rusade, Wraith : the O bli vion, Wraith : the Great War, Changeling: the Dreaming, Aberrant, Trinity et Ie Livre du clan Tzimisce sont tou des marques deposees par White Wolf Publishing Inc. Ta us les noms, titres, personnages et textes ci -inclus sont des marques dcposees de White Wolf Publi hing Inc. - a moins qu'il n'en soit precise autrement. Le mention ou niferences it une quelconque compagnie ou il un quelconque produit dans ces pages ne ont pa une atteinte aux marque dcposees concernees. Ac h e \"(~ d'imprimer en mai 2002 par I'imprimerie FABREGUE a aint-yrieix-la- Perche (87500). Edite par HEXAGO AL , rue Faidherbe Drancy. Depot legal : mai Le Voies de l'illumination... H..... H. 51 La Vo ie de Metamorpho e Les Vo ie- Inferieures 54 La Vo ie de Ca"in H 54 La Vo ie des Cathares La Vo ie de la Mort et de l'ame La Vo ie des Revelations Malefiqu e.. 56 La Vo ie du Ca::ur Sauvage La Vo ie de l'a ccord Honorable La Voie de Lilith La Vo ie du Pouvoir et de la Vo ix Interieure H H... H Les Feaux.... H Les Brato\'itch Le- G rimaldi Les O bertus. 59 Les Zanto a Les goules Le arche types de goules Les Cerberes Les Szlachta Les Vo:hd Les Derangement L'Histrio nisme... H 64 Le Desordre post-traul1latique 65 Le Dysfonctionnement sexuel 65 La Sorcellerie koldunique... H La Vo ie du Dese po ir Le autre disciplines... H L'Anima lisme L'Auspex La Vicissitude Le po uvoirs de disciplines Agonie Extatique CEil du :Iachta Le atouts et handicaps To lerance a la douleur Temperament de Dracnn Affinite au refuge Disc iplines feal es Dependance a la terre anccstrale Balafre Faible-se fea le HHH Phtisie H I Malades dan la T ete... H.. H Agoraphobie.... Aversion aigue pour Ie ang chopitre TroiS: pormi fes Demons Le seigneur du ghetto Les freres siamois... Le plus eugenique des bebes, H.. 79 Le fi ls du Dracon... 1 Le koldun nuevo.. 82 Le maitre-chien La star d'operette La primitive moderne 7 Le nouveau Promethee... Le fide le serviteur Oprichniki... Un exemple de meute : Le Calice des Delices Osseux....HHH. 91 Mes enfants sont mes os... HH 91 Utiliser ces detesrables biitards L'union des T ete de Pioche! Ameri ca John on, la fill e riche Sun hine, I'enfant d'irlande Zaljko Petrescu, Ie seigneur ori ginel Tyrone, Ie Zulo Loco A shanti Beachum, la reveuse de demon De tels del ices faits corps Les T zimisces importants Ratti-Ben, la seeur de sang H Sascha Vykos, I'ange de a in Radu Bistri, cardinal itinerant et pere du Pacte d'achat Minerva Schwa lke-wojtkiewic:, VO i"vode du clan T zimisce H.H H Le regent Melinda G albraith Zachary ikor ki, regent du Sabbat Effort Vertueux... H Feuif(e de personnoge... H 101

4

5 ZZ 1I0Velllbre 1942, ailllallcfte. Le pa)'sa9c est ILIIC illllllcnsite 6(allche, UII IlLOllae SOliS (LOrizoll pollr separer [a terre ae (0 brume etollffallte ae [a p(ate steppe rtisse. L06ergefrciter Dietrich Wa[[iIl9, officier ne [a renontmce \ Veftnllacht n'h i t[cr, Sll rvei[[e ['eil9i II nc 911crre a lit refoi S fier ae [a Z2 W " aivisioll ae Pall~ er. Soil Pall~crkantpr",aqell IV est iso[e et it. 1110itic enfolli aalls [cs coll9crcs. Lcs afficflcs de rccrtltemcnt ae ['OK\V lie montreat ialllais [cs so[aats autollr ac tanks, [es rc9araant bnifer pollr chassei' 6ricvCIIlcllt [e froia. Le reste de (a aivisioll ae Pallzer est tolllbe ell pallilc a'cssellcc n 150 ki(ollletres a ('ouest ae VO[909rna, pres ae [0 riviere Chir. La COIL tre-offensive rll sse ae (a colllpa911e ae Sta[illgrna avait call1lllcncc trois jou rs p[ lis tot o.[ors qtl'uil bro~li[[aja cpa is CIIlPCcflO it toute visi6iule et qll 'lil1 froia liloraant jaisait fuir [c pell ae cflo[cllr. Lmti[(eric cccairni l et tollnait en IIl1e f urcllr assolln{ic et [cs tallks cll traicllt ell co[[isioll en IIIl 1I\O[anroit 6aaet a'avcil9(cs. L'air elait p[iis nense qlle all fait, mais [e 8,m, ae cova[eric russe enccrcco.it tolljollrs fa 22<"< Divisioll assiegee el a6attait (es tallrs T-J.J-. Le 9rollpe ae Dietrich avait filii par se ae9a9cr [a wil[e d.1l {j(ocils paili' nispamitrc aalls [a steppe. i\,[ailltcllallt, brises ct 1Il 011 raii ls, irs attellnellt [es Rllsses. Cepcllaallt, [C tollllcrre ae (mtiuerie et aes tallrs s'cst e[oigllc avec [e malill, [aissallt [c paysage wall9ciilent si[enciell,\: aalls IIl1e cpaisse soupe b[andle. Le Kallollier Ho[aell - (e tirellr ne Dietridt et sell[ alltre sllrvivall t all Pallzer IV - sort ell treblldtallt nil ridw il ne lieige. [[ sell1b(e iraichement emoll[1i acs jellllesses (tit(erienlles, li'ayallt qtl'uilc touife de auvet rase sur (e mentoll et UII viso9c [uisont qui sou(i9 l1c SOli air aryet!. L111 (0119 mall tea II ell peall de 1110lltOll 6nlllc pella, lila( ajllste, sllr ses epades osseuses. I( {{erode lui cn6(e a'un qralld ro ll (eo. II..Qlle fais-tu f' aclllallae Dietridt. Portanl line Garbe 9"isolllla II tc et poussiercli se gil i rever e aes I'iaes prclllatllrees, i[ porte ulle ves te a'liniforlllc 1I0ire et IIl1e toque en foulture. Sans cera, i[ aumit pit dre avcnallt. ~ 'ai trollve ce[a aalls lin Ti9re a. ell viroll 20 metres all Nornest. ]'ai attache res autres lanks ense ll16(e, all cas oil. nous a.ltrions besoin d'c 1I 0llS retrollver aans cctte telllpete. Le (ieutellallt Ha6snlalln lit'a araonne -0.Ha6slllallll,. Ce botonf a tete ae rat est ellcore en vie /, eructe Dietrich. ~e sliis sllrpris gll'i[s lie ['aiellt pas ellvoye ell Po[o9l1e avec (e reste d:es ju ifs..i\.lonsiwr, if li'est pas... ~c sais ce gll'i( prctclla, iaiot!, enrage Die.tri cft. Mais i[ n'est pas a rye II noli plus. I[ pmt avoir troillpe ['a9e11ce ae genea[o9ie all Reich, liiais rc sall9 selllite apparait en [ILi. Cera se voit nons son frollt fuyallt, ses cftevellx lioirs ct frises et son ncz crodllt. Ne valis olll-i(s pas appris ceca a.1i,\: jellncsses (tit[eriennes!...si liionsiell.r, i[s ['011 t Ja i t, ilia is je ne pell,\:... ie lie peu,\: pas d.esobeir a Habsilla II II. Soli ran9 est superieur a ce[lii ae toils (es a.lltres ici. I( veal ega(elilent qllc nolls rassembciolls au ll s SOli Ti9re. I( ai t ~lie si pa.rtagetjlis liotre dw(cllr, nolls serolls liloi ns sll sccptib[cs ae geccr.,,til y vas si tu veil,\::, liiais je li'aidcrai pas (cs RllSseS n troll ver. ]e reste ici. L'c<tpression a'ho[aell lllolltre son illqllietuae. POllrtrUlt, i[ t1'ajotlte ricn et attache [c cob(e it ['allnwu avallt all Pall zer..continlle ton mpport. Qu'as- tll VII a'alllre en-bas n part ce botal'a ({'Hausll1ann f' let bien. contillllc nerveuse lllcnt Ho(d'ell.j'al velljle (a conaition aes tanks qlli nous elltourent, li1ais je n'avais pas ae po. pier pou l' ccri re. Dietrich f son suboraoll ne. I[ est pr06a6[e que SOli Kanoll ier a fourre totlt [e papier qu'i( avait aalls son panta[oll pollr avoir p(us challa. c.. cillq tanks eparpi[[es aans (a wile..,. C'est Ullf qllerre aux verites cachees. r... p[us o'essellce liu((e part... Dietridt nc parle pas nu IIlantea ll ell fourmre qlle Ho[ncn a pris.sltr Itn officier roullla.ill 1II0rt, et Ho[d'en ne d:it rien ac hlillforlile noi r ae DIetrich, a rbomn t [cs dtcvrolls a'lil1 LlII teroffi::icr. c.,. un Panzcr III colltenant aes socd'ats IIlOrtS... C'ctait lui edl? [oilltaill ac [a Jim p(w(ange 9Cr1nanique qlli avait ba[aye ['Ukraine, [ibemltt d:es [jcu" COliline l::ylllll et Sva lovo nu collllllunislllc. Lcs vi([agcois, epllises par [a -(aliline, avaicnt acccalile ['arrivee ae (a \Ve(trll1acltt COI1t11IC ce[(e d'ltilc 1I0U ve[(e croisaa e vcnlle a eccloi l' [, t\ n techrist Sta[ i lie ne SOli trolle a'os.![s pell~ient qlle (es gerlllaniques croix 1I.0ires signifiaiellt ['cspotr, et DIetrIch pellsalt que [cur espolr IlIalqllalt ra vlctoirc. Cwe croyollce etait liiorte 5111' ('a llte[ ne Sta[ingraa.... visoge nechire....quoi f Repete ceca!. ornonne Dietrich (orsqlt'i( rea[ise gll'i[ a liiallqlle ulle chose intportante. ~'a i I[s b[oqllent Ces ecallti((e.~. trouve UII Pall:er III couvert ae so(aats rollntains IIlorts. J'ai tcllte ae repo lisser [es so(nats poilr el:tr.er aans [e tank, lii?is i[.s solll co[[esau ~lieta[ par [c gel),c li 0.1 tire lin trop fort et, Je... Je pell se que yal dechlre'ia peal( ac SOli visage..tii. PCllseS f'. t bicli ou.i. Je pense qu'i( lie pollvail pas dre camille cera ava.llt, IIIOlIsiellr..Qlti ttait aalls [e tallk I. ~c lie sais pas. Des caaavres gefcs recollvra iellt (es ecout i[[es.,, t a[ors, Retire res caaavres. ~e... liiois.. Je ne risqlle pas ne [ellr arrac(ter [c visoge, liionsicllr!..n'as-tll. jalllais aepece [apill,',. lift, si... si, Iltonsicllr.,.C'est [a ItICll1e chose. All lii oills, res (a pins servcn t a qae[qlle dtose. RetolLnte [ , retire [es canavres et rccupcre cc qlle til pciix. N'oubUe pas ae verifie r (es reservoirs d:'essence 501(5 [e p[oll cher. Nous lie servirolls pas 1I0tre Fiiflrer en 1Il0Urallt ici. Ho[aell rcste sur peace, cftoquc, aurallt UII instant, puis acquiesce avallt ae rcpartir aerriere [c riaenu b[allc..el Ho[aen. ajollte Dietrich.Nc nis riell a Habslllann. Si til trouvcs que[que chose, nou5 ell aurolls a peine as5ez pour IIOUS. COlllpris /. * * * Deux (tellres se SOllt ecoli(ees aepllis qlle Ho[aen est part i. wla i 11 tena.llt, ['06ergefldtcr Wa[[i 119 SOli pcollile SO IL sll60rdollllc ae ['avail' aballaollllc cn- Faveur a'habslllulili. Dietrich se trollve aans [e siege au colllmandallt et ctella 5eS jam6es colltre (a gard:e ac rccu( au CO II all }rinci par. I[ est assis SILl' all sa ng sedlc, lilais cwe pmsee ne ['cdreure liielltc pa s. L'06erfcllillalLt Wester mayer a IIlcri te cwe ba[ce a II III 0 IIICII t ou i[ S'cst (eve ae sa cha ise pou l' sortir Co tete par (a toure[(c. I( ctait I{eja mort [orsqwi[ etait retoll1be SIL l' SOli siege tache ae so A ce mol1lent, Dietricfl a DEMON O'HlvER 5

6 ignore res toche.1 de song sur ses habits et a continue a condl.ire. C'ftait voifa Iwe eternite, [a semaine derniere. Dietrich a reacise qu'i[ devenait a chaque minute pius insensib[e a [a. vio[ence. Meme res rnorceau.x de cfiai r et de so 1lg seche.s sl.r ses vetemen ts ne hnquietaimt p[us. Ull vent nocturne g[ocia[ s'est insto[[e sur [a region, 06[igeant Dietrich a relltrer dans hnterieur sombre ae SOli tank pollr s'06riter. Mellle si res ecoilti[[es, res callolis et res fentes de vision de [a collpoce son! tolls fer Illes, [a cha[wr S'CcFtrlppe toujours COlllllle ['enu dans une passoire. Dietrich s'etoltne que cette anne de [0 Wehrlllacht puisse resister lux 6a[[es et 06us russes, mais ne puisse pas e[oigner [e pills grand so[aat ae ['empire sovietique : [e,genera[ Hiver. Dietrich ne vwt pas gefer, mais i[ ne reste pius ae cfw[eut et i[ 11'0 rien a unl[er. S'ie vwt survi vre, i[ aoi t qlli tter [e sonctllaire de son Panur et folli[[er res ve.hicu[es proches. Ho[den avait lilentionne cinq alltres tanh L'ILll d'etl,1.: contiellt proba6[ement que[que chose a recuperer, mais i[ doit faire attention a ne pas s'anrocher du Tigre d'h06small1l. Dietrich vcrifie [e chargwr de Salt StuTl1lgeweFlr 44 autolllatique et est sur [e point d'ollvrir ['ecouti[[e [orsque que[que chose obswrcit [a vitre de [a tourefec. Instillctivemeat, Dietrich mule dolls [e com parti ment a vallt, 6as de p[afoluf, oil i[ bllte call tre [e Siege d:1l chauffwr. I[ lie pmt pas s'ogir de HoCdell ou d'iln autre siuat ae [a aivision, pense Dietrich. I(s sovellt tolls ~ll'i[ faut taper du pied au du fasi[ contre h~couti[[e avant (i'entrer ae peut a'etre 06attu par 1m melllbrc a'eqlli page nerveux. QUefqlL'ILlt regarae it. hnterieur, lilois i[ fait trop solll6re poilr voir que[qlle chose. Une 60uffee d'air froid: entre da1ls [e tank, ainsi qll'ilile [egere p[ilie de Ileige 6[allche. L'intrus vient a'ouvrir ['ecollti[[e. Dietricfl sent son estomac solllbrer comme une cascade. Dans so tete, un instinct prilllordio[ (ui (wr[e de s'enfuir. Ce tl'est pas un CIlnellli, c'est Ull chosseur. Soigneuselllent, Dietrich tend ses lilains derriere Cui et fait courir ses doigts sur [e p[ofolld. La coupo[e Il'est pas tota[emwt refermee. Des petits morceaux de grace se SOltt faufi[es aons ['ouvertllre et ont ge[e sur hnteriwr d'un rouge lilarron. Les doigts inqltisitwrs de Dietrich trouvent [a gdchette. I[ [a tire doucclllent, dou[oureuselltwt collscient au soura grincelltwt, mais [.ecout iue de secollrs du challffmr fillit par s'ouvrir avec IIIL,pop, sotisfaisollt. Ull air froid s'eilgouffre aans [e colltpartilllent avant. Tranqui[[ement, Dietrich se positionlle sous [a sortie. Il voit une poire de... mains... d:'un 6lanc [aitettx qui se tenninmt en griffes passer par ['ecol.ti[[e. Un ours! Un roup inte[[igellt! QIle[[e que soit [a creatltre en train d'entrer, eire va [e faire [a tete [a premiere. Dietrich n'attena pas de voir son visoge. I[ repou sse [e siege du chauffwr et sort par h~ couti[[e de secours {ans ['air g[acioc. La visi6icite est presque nll[[e et [e vent vio[ent tourbi[[oil1lant filugit, se soisissont d:e tolls res 6mits pour se res appro prier. Dietrich regarde aerriere [Iti, a temps pollr voir des 60ttes noires passer par ['tcouti[[e. I[ sollte hors ail tank et saisit [e co6[e qui [e menera all Tigre. TenalLt 60lt, i[ se fraye lul chemin dans res (Wtltes congeres, au Ccrll r d'wle tem pete gagllant en force. * * * Les COllghcs d:cvic.llllcllt p(us profofu{es, ra(entissun[ Dietricfl, mais i[ continue dans [e froid. Apres ce qlti semb[e llne etemite, Dietrich arrive all Tigre. C'est 1m gouffre a essence d:isgraciw,t. I[ lie S'a.ppe[[e pas.calllion de cu'menagel1telth pour ricn. Maintenant encore, a moi tie enfolli dans Ime congere, i[ selll6[e peu lilaltiab[e et [aid. Des morceaux ne zimlllerit, une piite antimagnetique composee ae roches, SOlLt tom6es, reve[ollt d:es mar6mres grises. L'ecoILti[[e de [a tow'e[[e est grande OlLverte. Dietrich se sou [eve hors de [a neige et entre nans [e Tigre. I[ regarde dons fe tallk vide. l/eqllipage t{oit etre mort, pense Dietrich, mais if s'interesse pell a reur sort, OIL qll'i[s soiejlt. Dietrich sort et detoche hm des qllatre cd6[es, qu i [e menero [oi n de son propre Pan zer. I[ prend [e cdb[e et avance dons [a neige tout ell ['enroufant a.utour de son epaufe. Ce glli [e suivait irait pro6a6[ement vers res olltres vehicu(es attaches all Tigre, Caissont DietricFl soin et souf dans son tanr iso[e. I[ so vai t ~ue ses actes collteroien t [0 vie it. ses a[[ its, mois c'ttait un sacrijice gll'i[ etai t pret a faire en [eu r 110m. De pius, p[lis IUl sell[ d'entre eu;\: Il'eto i t encore roya[ en vers ['AC[elllogne. Depuis StaHngrad, res so[dats se liloquaient en prive des mehsonges des rapports FLe6dollwaaires em01l0llt du Ministere de [0 GUID[ DU CLAN T ZIMISC[ 6 Propagonde. Si [a gllerre echouait, ce.tait pmce qlle Hit[er pennettait OllX races inferieures de colll6attre O.II,t cotes des A[[emanas et parce que des FlOmmes faib[es au song fai6[e se trouvaient sur [e front. Innigllc et en co[ere, Dietric~ combat colttre [a neige, mfludissallt [e Reich pour avoir tra(li ses propres reves. * * * Le Panzer III etait pius [eger de six [onnes que [e Kalllpfwagell de Dietrich, mais i[ avait ete colllp[cte par \lit canon de 50 IlLln. POIlrtalLt, [es conge res etaieltt pius (tautes que [1Li, [e 6[oquan[ jusqll'all prilltemps suivant. Peint en 6[anc, i[ dait presqlle invisi6[e dans [e 6[izzard. Le seu( trait qui tranchait etait res nix rolllllaills qlli recouvraien t [e tank, comllle des 1Il0iLches sur un caaavre. I[s Haient toils morts et [ellr visage avoit ge[e colltre [e mcto[, 6[oquant res quatre ecoilti[[es principa[es, ainsi. que [a 60udle d'aerat ion et res tuyauk d'ecftappement. Quefqu'lln res avait positionncs defibcrcment, et d:uro nt ItIl momcllt, Die.trich apyrecia [a [ogiql.e froide et imp[aca6[e g1l'i[ avait foul! pollr un tee octe. ~e lile Sllis jete aans [a guw[e du [01';1" lilurmure Dietrich. Quai que ce soit qui traque sa aivision, i[ o. J~it so toniere [a, mais [a tcmpete COlLvraILt deja ses traces, Dietrich n'o auctm espoir de retrotl Ver SOIL chemin. Ce Panzer est son seu[ espoir., n pius, liiurmure Dietrich ece qui a 6[oque res OIlvertlLres ['a fait pour une bonne raison.. S'i[ protege quecque cftose, o[ors cera merite ['attention de DietricFt Dietrich Caisse tom6er [e cab[e et grimpe jusq1l'au soct{ot ~ui COI!vre ['ecollticfe dll commandant. D'une 1I\0.ilL fenne posee sur les epaltces, DietricFl tcnte de [e repollsser. Le visaqe au cadavre se defait ell 6andes rig ides, (ai ssa nt des traces de cftair sur [e meto[, mois [e corps demeure coince. Que[que chose a a6111\e son visage et i[ Il'est p[ IIS reconnaisso6le On a dechire so veste et ses vetements cflouds. Le ventre et [e torse exposes du so[dot ant ego[emclltgece contre [e meta[' 11\0 is pas de [a l1lan iere don t Dietrich 5')' attendait. Le so[aat semb[e altcre 0.1. Itleta[, so penu nue coiltcee au fondue dolts res Gords de h~cou ti[[e. Dietrich s'en moqllc. Ce It'etaient que des Roulltains. DietricFl sort SOIL collteal! et colltmence a decou per [a cflair, separant [e corps de ['ecoilti[[e. COlltllLe pollr depew 1m [opin. Apres qlle[ques instants posses a decouper, i[ llticise [a poiltte au coilteau pollr en[ever [0 chair de ['DlIVerttLre et parvellir eltiin a Olmir ['ecoilti[[e. Un off[u,1.: d'air cfwua et lllte odmr de v iscc.r~s digne d'une boucherie ['atteignent. L'interieur est hul1lide. A IllOitie gece et a quelques milu!tes ti'attraeer (fes eltgdttres, Dietrich se Caisse to 11\ bel' dans [e char, fermant ['ecollti[[e aans un [ourd fracas. La cho[eur ['cn "doppe. Un me(onge de[ete re a'abats et de visceres rempcit hnteriwr nair colllllle ['encre, 1Il0.is cera IL'enlllLie pas 6eaucoILp DietricFt. I[ a passe ses des dans un efevaqe d'ovins all sua de BerCiIt et est illllnunise contre [-oaettr rte (a l1lort. Ce sont res sollrds gemissements et p[ettrs qui ['entourmt qlli [Iii portent sur res nerfs. Dietricft cherche son 6riquet et ['a[ciu1te. Les om6res do.nswt

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

Cahier. de lecture syllabique. dès ans

Cahier. de lecture syllabique. dès ans C l é m e n t i n e D e l i l e J e a n D e l i l e Cahier de lecture syllabique 6 dès ans Méthode de lecture syllabique Des exercices pour s entraîner à bien lire Ce cahier contient plus de 200 exercices

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. www.thuraya.com Suivez-nous sur. /thurayatelecom. Restez Proche

C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. www.thuraya.com Suivez-nous sur. /thurayatelecom. Restez Proche C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. Thuraya SatSleeve Thuraya SatSleeve Hotspot www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche L'aventure continue... Vous rêvez de vous perdre

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

Maigret Traversées de paris... Paris rend hommage à son plus illustre flâneur : le commissaire Maigret

Maigret Traversées de paris... Paris rend hommage à son plus illustre flâneur : le commissaire Maigret Maigret Traversées de paris... Paris rend hommage à son plus illustre flâneur : le commissaire Maigret BIbliothèque des LIttératures POlicières 25 avril - 4 octobre 2003 Communiqué de presse 17 mars 2003

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10

Sommaire. Le RSA, c est quoi? 4. Qui peut en bénéficier? 5. Mes droits. Mes obligations et engagements. La commission RSA 10 mode Notes Sommaire Le RSA, c est quoi? 4 Qui peut en bénéficier? 5 Mes droits l L allocation RSA l L accompagnement Mes obligations et engagements l Mes démarches d insertion l Mes démarches administratives

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Livret de d Ma M gi g e

Livret de d Ma M gi g e Livret de Magie La magie La magie est une arme tout aussi efficace qu'une épée ou qu'une hache voire plus dévastatrice si elle est correctement utilisée! Il est recommandé au magicien de tous niveaux de

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Un livret pour les ados

Un livret pour les ados Un livret pour les ados Sources : Livret préparé par : Ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Direction de la santé mentale Rédactrice : Nancy Green, stagiaire de l Université Dalhousie, Promotion

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

O o O o un stylo. O o. eau un dauphin. au eau. une pomme. lo po ro pau rau lau reau - peau. Je lis les syllabes : un stylo.

O o O o un stylo. O o. eau un dauphin. au eau. une pomme. lo po ro pau rau lau reau - peau. Je lis les syllabes : un stylo. Le son [ O ] O o O o un stylo un stylo lo po ro - pau - rau lau - reau peau lo po ro pau rau lau reau - peau au au eau eau un dauphin un dauphin un chapeau un chapeau Margaux Théo Chloé Romane Arnaud Romain

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi.

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi. PLATEFORME DE VENTE EN LIGNE Cette plateforme de vente par Internet est une solution intégrant de nombreuses fonctionnalités indispensables à la mise en place d'un site e-commerce. Elle peut fonctionner

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Cas 3 : DEMERKOS Sarl

Cas 3 : DEMERKOS Sarl Bac Pro Comptabilité - Terminale Objectifs : 133 tenir la comptabilité fournisseur 134 assurer le règlement et le suivi des fournisseurs 171 préparer les travaux de fin d'exercice 1 Mettre en œuvre un

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch. regis.loiseau@acceo.eu 2udes et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.fr rmation Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle

Plus en détail

Delphi : Projet Musique

Delphi : Projet Musique Delphi : Projet Musique Objectif de ce projet, réaliser un programme qui va permettre de jouer des sons soit à l aide de la souris, soit à l aide du clavier. Voici la première interface à réaliser A l'aide

Plus en détail

Boîte à idées à explorer, à déjouer

Boîte à idées à explorer, à déjouer Bî à ié à xlrr, à éjr Prii ravax à xr a C92 a l ar rj éaral «U aé av ri ar» 15 avril a 17 ai 2013, a C92 Aé lair 2012-2013 D ré ar : Cahri Frié Dirri, él aliai L Glaièr, Blg-Billar Mari-Fraçi Ja-Ja Cillèr

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l O.N.S.S. pour 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l

Plus en détail

Devinette 2 Conte Boucle d'or et les trois ours

Devinette 2 Conte Boucle d'or et les trois ours Devinette 1 Devinette 2 Je suis un objet, J'ai quatre pieds, dans l'histoire je suis en bois, on me trouve dans la cuisine, la salle à manger, On m'utilise pour s'asseoir, Je suis un personnage. Je suis

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous

Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous DOSSIER DE PRESSE 201 4 Le financement participatif (Crowdfunding) à la portée de tous Société PAN Expansion 725, bd Robert Barrier 73100 AIX-LES-BAINS Savoie Technolac - Bâtiment Passerelle 4 25, Avenue

Plus en détail

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16 SOMMAIRE Les ceintures de comportement à l EREA : présentation p.02 Les ceintures de comportement : aperçu p. 03 Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09 Les ceintures d autonomie : aperçu

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS MON CAHIER PRÉNOM : CLASSE : DATE : THÈMES ÉTUDIÉS : théâtre, mythes et légendes antiques HDA. Histoire des arts.

HISTOIRE DES ARTS MON CAHIER PRÉNOM : CLASSE : DATE : THÈMES ÉTUDIÉS : théâtre, mythes et légendes antiques HDA. Histoire des arts. HITOIR D ART MON AHIR PRÉNOM : A : DAT : Histoire des arts Arts de l space Arts du angage Arts du uotidien Arts du on Arts du visuel Arts du spectacle vivant THÈM ÉTUDIÉ : théâtre, mythes et légendes antiques

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute rep

LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute rep LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 e Journée de formation Ingénieur Hopitalie de F, ute rep 55 ème journée d Etude et de 1 de formation Ingénieur Hopitalie de F, ute reproduction même partielle et interdite. DEVIENT

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Questions p. 14. 1 p. 15. Questions p. 17

Questions p. 14. 1 p. 15. Questions p. 17 Questions p. 14 1. L animal à l origine de la première lettre de notre alphabet est le ta u- reau, parce qu il signifie la force, l énergie utile à la vie et au transport. 2. 1 p. 15 Questions p. 17 1.

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Lesson 1 Leçon 1 In this lesson, we ll learn the consonants b, d, p, n, and t and the vowel e.

Lesson 1 Leçon 1 In this lesson, we ll learn the consonants b, d, p, n, and t and the vowel e. Lesson 1 Leçon 1 In this lesson, we ll learn the consonants b, d, p, n, and t and the vowel e. b as bar d as disco p as polo n as night-club t as tennis The vowel e The letter e is usually pronounced as

Plus en détail

utile : commencer petit pour être efficace

utile : commencer petit pour être efficace Mettre en place un SIAD utile : commencer petit pour être efficace Valérie Raveneau - Responsable du contrôle de gestion, CHI d Elbeuf-Louviers Mardi 12 mai 2009 Elbeuf Quelques points de repère Ets public

Plus en détail

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples Plan Notions de programmation de base Classes et Objets Les fonctions amies La surdéfinition d op ateu s Les patrons de fonctions

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

BOUCLE D OR ET LES TROIS OURS

BOUCLE D OR ET LES TROIS OURS BOUCLE D OR ET LES TROIS OURS Conte musical en un acte écrit et mis en musique par Nicole BERNE pour chur d enfants l unisson, récitant et piano d après le conte traditionnel fille Claire Illustration

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Une année. La nourriture p.83. La famille. Les métiers. L école. La vie politique p.100. Les modes de déplacement p.103. Les vacances p.

Une année. La nourriture p.83. La famille. Les métiers. L école. La vie politique p.100. Les modes de déplacement p.103. Les vacances p. Une année enfrance La famille p.76 Les animaux de compagnie p.79 La nourriture p.83 s venez d arriver en France pour une année scolaire complète. V ous fait ites con onna nais issa sanc nce avec la fa

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand

17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand 17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand raconte par Albena Ivanovitch-Lair d'apres un conte bulgare, illustrations d'eric Gaste Un jeune loup affame marchait dans la campagne, a la recherche d'une

Plus en détail

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français Déclaration de conformité et marque CE Cet ap pa reil ré pond aux exi gen ces de la di rec ti ve R&TTE 1999/5/EG:»Di

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année Enquête Janvier 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques appliquées, 12 e année

Plus en détail

SECTEUR JEUNESSE Anne ATHIMON 93, Avenue de Fontainebleau 94 270 LE KREMLIN BICETRE anne.athimon@inserm.fr Tel : 01 82 53 34 30

SECTEUR JEUNESSE Anne ATHIMON 93, Avenue de Fontainebleau 94 270 LE KREMLIN BICETRE anne.athimon@inserm.fr Tel : 01 82 53 34 30 LES SUBVENTIONS PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES Les enfants à charge sont subven onnés jusqu à 20 inclus (moins de 21 ans) et pour un maximum de 45 jours par an dont 15 jours maximum pour les stages spor

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs!

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs! Que s est-il passé? 1 Associe les éléments de la BD aux mots qui leur correspondent. Bon, on se calme! On respire! Reprenons tout à zéro! Tout a commencé quand......les parents ont reçu des vrais-faux

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

LIVRETS DE CHANTS Festival du Voyageur SONG BOOK Festival du Voyageur

LIVRETS DE CHANTS Festival du Voyageur SONG BOOK Festival du Voyageur LIVRETS DE CHANTS Festival du Voyageur SONG BOOK Festival du Voyageur Page 1 sur 8 À la claire fontaine À la claire fontaine, M en allant promener. J ai trouvé l eau si belle Que je m y suis baigné. Il

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Les lignes de l ouest lyonnais

Les lignes de l ouest lyonnais Les lignes de l ouest lyonnais Dossier coup de coeur Episode 1 St Paul - Lozanne 38 Lassés de rester en centre ville, nous avons décidé ce mois-ci de prendre l air. L air de l ouest lyonnais, dans ses

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

1. Précautions générales

1. Précautions générales 1. Précautions générales 1.1. CONDITIONS GÉNÉRALES ET CONTRATS TYPE 1.1.1. Intéressant pour la plupart des commerçants Quasi tous les commerçants ont intérêt à avoir des con ditions générales (sur le bon

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

PRÊTE-MOI TA PLUME NI PAPIER, NI ORDINATEUR

PRÊTE-MOI TA PLUME NI PAPIER, NI ORDINATEUR PRÊTE-MOI TA PLUME NI PAPIER, NI ORDINATEUR Nous l avons vu ensemble, au Moyen Âge, le livre est très différent de celui que tu vois tous les jours chez toi ou en classe. Le livre est «manuscrit». Cela

Plus en détail

Réunion publique. Végétalisation et aménagements cyclables Avenue Achille Peretti. Club Dupont-Fauville Jeudi 26 mai 2011

Réunion publique. Végétalisation et aménagements cyclables Avenue Achille Peretti. Club Dupont-Fauville Jeudi 26 mai 2011 Réunion publique Végétalisation et aménagements cyclables Avenue Achille Peretti Secteur Place Gouraud rue de l Eglise Club Dupont-Fauville Jeudi 26 mai 2011 Avenue Achille Peretti entre Place Gouraud

Plus en détail

Animations commerciales

Animations commerciales 0 2 N a ez nd tte s! 34 ec e li gn Un pa 40 17 Jo 15 su uez 38 r w su ww r in 2 0 bi ter 60 ng ne 36 o-n t, s oe ais lfr iss 56 jus ez qu vot 71 au re 31 n b 22 /01/2 onu 0 s 21 02 11 Co de mplé 31 votr

Plus en détail