N 35 - Juin 2013 RENCONTRE INTERCONNEXION DES SYSTÈMES Innover pour moderniser le métier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.reseau-aquila.fr N 35 - Juin 2013 RENCONTRE INTERCONNEXION DES SYSTÈMES Innover pour moderniser le métier"

Transcription

1 AQUIL INFOS N 35 - Juin 2013 «Le traitement d une alarme doit se faire avec rapidité et efficacité. Avec l interconnexion, le gain de temps est de l ordre de 50% à 70%.» Philippe ABLARD, Directeur des Opérations de Télésurveillance de Gunnebo / Fichet Bauche Télésurveillance RENCONTRE INTERCONNEXION DES SYSTÈMES Innover pour moderniser le métier ACTUALITÉS DU RÉSEAU 1993 / ans et des changements La certification Aquila ACTUALITÉS DU GROUPE AQUISERV à la rencontre des acteurs sur le terrain

2 L ÂGE DE LA MATURITÉ Comme il est d usage, il m appartient d ouvrir ce 35 ème numéro d AQUIL INFOS. Les circonstances, cette fois, sont pour nous assez particulières : cette année, nous célébrons nos vingt ans d existence tandis que nous emménageons dans de nouvelles installations tout en restant fidèles à Avignon qui nous a vu naître. Dix ans en arrière - certains d entre vous s en souviendront sans doute - nous célébrions notre dixième anniversaire en présence de notre fondateur récemment disparu. Ce fut une très belle étape que nous vivions avec la conscience que le chemin inexploré que nous avions décidé d arpenter dés 1993 se consolidait peu à peu sous nos pas. Pour tout dire, cette conscience était assortie du sentiment d être rescapés tant nos débuts furent difficiles et la confiance de nos partenaires fragile et longue à acquérir. Alors que pour un jeune adulte, vingt ans est l âge de tous les commencements, de tous les espoirs et de toutes les illusions, pour une entreprise, vingt ans est l âge de la maturité, de la maîtrise et de la reconnaissance. En ce qui nous concerne, nous ne nous laisserons pas endormir par ce (déjà) grand âge et veillerons à rester créatifs, imaginatifs et en recherche de progrès au service constant de nos partenaires, de nos clients, de nos collaborateurs et de nos actionnaires. Bonne lecture et bel été. 2 - Éditorial RÉSEAU AQUILA Z.I. de Courtine rue Sainte Geneviève - B.P AVIGNON CEDEX 9 Tél. : Directeur de la Publication : Olivier BEVILACQUA Rédaction : Olivier BEVILACQUA, Sandrine BESNIER Réalisation : Val Médias Diffusion internet Olivier BEVILACQUA, Président

3 AQUIL INFOS - N 35 - Juin 2013 RÉFORME DE LA LOI DE 1983 : LA PANACÉE? Le projet de réforme de la sécurité privée prend du retard : devant être voté en 2013, soit symboliquement trente ans après la loi de 1983, il est actuellement sur le bureau du Ministre de l Intérieur et devra être examiné par le Conseil d'état, si bien qu il ne pourra être étudié par l Assemblée qu en 2014 pour une application au plus tôt l année suivante. Fruit d une longue concertation avec les organisations patronales, il prévoit un élargissement du périmètre de la sécurité privée, notamment à la formation, au conseil et surtout à la sécurité électronique. Cette dernière activité pose problème, car il s agira d intégrer uniquement la mise en service et la maintenance mais pas l installation, ce qui rendra les contrôles sur les entreprises de ce secteur particulièrement compliqués. Notamment pour les grands acteurs de l électricité dont la sécurité n est pas l activité unique. Ce périmètre élargi implique de nouvelles attributions pour le CNAPS. L organe de régulation devra contrôler entre et personnes supplémentaires, ce qui nécessite un renforcement des effectifs, soit 89 salariés supplémentaires en hypothèse haute. En cette période de contraintes budgétaires fortes, il semble invraisemblable de recruter un aussi grand nombre de fonctionnaires. Le risque est donc que le CNAPS concentre ses efforts sur la délivrance de cartes professionnelles au détriment de ses missions de contrôle. Il semble également que la remise à plat des métiers de formation en sécurité (examen unique dans toute la France contrôlé par des référents sur place) se traduise seulement par de légères modifications. La loi de 1983 a été une loi de défiance vis-à-vis d une profession jugée immature et parfois en marge de la légalité. Celle de 2014 doit être une loi de confiance, symbolisant sa professionnalisation et concrétisant la volonté d une coordination entre sociétés de sécurité privée et forces de l ordre public. Espérons que les aléas rencontrés ne réduiront pas l ambition affichée à l origine. Patrick Haas, Directeur des publications «En Toute Sécurité» 3 - Le Billet de

4 INTERCONNEXION DES SYSTÈMES Innover pour moderniser le métier Fichet Bauche Télésurveillance, filiale de Gunnebo groupe de sécurité globale implanté dans le monde entier, a opté pour l interconnexion des systèmes avec le réseau AQUILA, pour les demandes de prestations d interventions sur alarmes. 4 - Rencontre Philippe ABLARD, Directeur des Opérations de Télésurveillance de Gunnebo / Fichet Bauche Télésurveillance «Le traitement d une alarme doit se faire avec rapidité et efficacité. Avec l interconnexion, le gain de temps est de l ordre de 50% à 70%.» En 2010, lorsque Gunnebo relance son marché de l intervention sur alarmes, il intègre deux prérogatives à son cahier des charges : un prestataire à la couverture nationale et l interconnexion des systèmes avec son futur prestataire. Aquila, qui dispose d un réseau national et a déjà mis en place l interconnexion avec plusieurs de ses clients, est retenu pour ce marché! Les services informatiques de part et d autre se mettent à l ouvrage, échangent historiques, informations volumétriques, bases de données, éléments techniques et informatiques, et fait facilitateur, Aquila étant déjà ouvert à ce service, en seulement 2 mois l interconnexion, autrement dit la compatibilité des systèmes, est opérationnelle (phases tests, déploiement, formation des opérateurs Gunnebo inclus). Et depuis sa mise en œuvre début 2011, ce sont plus de interventions par an, confiées par Gunnebo au réseau Aquila, qui transitent à 100% via l interconnexion. Le fonctionnement est simple Côté Gunnebo, l opérateur réceptionne une alarme pour un site client, ouvre le champ «intervention» dans son logiciel d exploitation M1 d ESI, le renseigne et valide. Aquila de son côté, reçoit la demande dans son progiciel et envoie un acquit à Gunnebo dans les secondes qui suivent. Puis le partenaire local du réseau Aquila est missionné. Un second acquit parvient à Gunnebo lorsque l intervenant est joint. A l issue de la prestation, Aquila rédige un pré-rapport d intervention ; avec les fonctionnalités automatiques, il est aussitôt intégré dans le système de Gunnebo.

5 AQUIL INFOS - N 35 - Juin 2013 Les bénéfices sont nombreux QUALITÉ - C est un point important, l interconnexion nous permet d avoir la certitude que notre demande d intervention est prise en compte ; le retour d Aquila est instantané. RÉACTIVITÉ - La rapidité de l interconnexion raccourcit l échelle de temps de l intervention. On estime le gain de temps de 50% à 70%. SÉCURITÉ - Les données qui transitent via l interconnexion sont cryptées. SIMPLICITÉ - Comparé à l ancien mode opératoire dans lequel nos opérateurs de télésurveillance devaient faxer et passer plusieurs appels téléphoniques, l interconnexion supprime tout le côté fastidieux du traitement des demandes d interventions. Nous aurions du mal à revenir en arrière! ECONOMIES - De temps et d argent (suppression des appels téléphoniques et les faxs). MAIS AUSSI Les clients de Gunnebo peuvent à tout moment retrouver leur historique d exploitation dans l Extranet Gunnebo avec les horaires, alarmes, mains-courante et rapports d interventions. Le système est suffisamment complet et efficace pour satisfaire 90% de nos clients. Dans les autres cas, l original du bon suffira à donner suite à la réclamation du client. INDICATEURS Gunnebo Répartition des prestations gérées par Gunnebo Interventions Rondes Gardiennages (mesures de sauvegarde) Aquila 46% des demandes d interventions qui émanent des télésurveilleurs transitent via l interconnexion AQUILA Pour Gunnebo, le constat de l interconnexion avec Aquila appliqué aux demandes d interventions est très positif. Nous aimerions d ailleurs l étendre aux services de rondes et de gardiennage. Nous allons travailler avec Aquila pour que le système soit complet. Le système existant peut encore être amélioré par l ajout de commentaires qui seront transmis à l intervenant, lui permettant de s adapter à la situation sur site (ex : avec la levée de doute vidéo, si le télésurveilleur constate déjà une présence sur site, nous le lui indiquerons) , c est le nombre d interventions gérées par AQUILA via l interconnexion en mai 2013 LES INTERCONNEXIONS AQUILA Gestion automatisée du parc clients - Prise en compte de nouveaux sites, modifications, résiliations. Déclenchement automatisé des interventions - Pré-saisie de la demande d intervention, acquittement à la réception de la demande et dès l intervenant joint, pré-rapport d intervention et intégration dans la base du télésurveilleur. 5 - Rencontre

6 1993 / ANS ET DES CHANGEMENTS UNE NOUVELLE EMPREINTE POUR AQUILA 6- Actualité du Réseau A l occasion de ses 20 ans, AQUILA a souhaité vous présenter une nouvelle image de son organisation, plus mûre, plus sobre et toujours dynamique. Fidèle à ses principes, respectueuse de ses fondamentaux issus du passé, AQUILA reste engagée à vos côtés pour un avenir commun. LA REFONTE DU SITE INTERNET Le site Internet réactualisé, s inscrit dans la nouvelle ligne graphique épurée. Nous l avons voulu utile et instructif. N hésitez pas à nous faire part de vos remarques et retrouvez toutes les informations qui font l actualité de notre société sur : CHANGEMENT D ADRESSE Le 04 juin, Aquila a déménagé dans un nouveau cadre de travail. L adresse de visite, toujours en Zone de Courtine, est maintenant au 980 rue Sainte Geneviève. Toute l équipe aura plaisir à vous y recevoir! Les téléphones et faxs restent inchangés. Retrouvez toutes nos coordonnées sur le site Internet, rubrique «Contactez-nous».

7 AQUIL INFOS - N 35 - Juin 2013 LA CERTIFICATION AQUILA LA QUALIFICATION DES ENTREPRISES Rappelons qu elle repose sur le volontariat de nos partenaires à adhérer à la démarche. Qu elle se décline de 1 à 4 étoiles, 4 étant le niveau le plus élevé. Au vu des résultats de la certification 2013 (les niveaux 3 et 4 totalisant 56%), l organe de qualification interne à Aquila ne cède pas la place à la complaisance mais bien aux critères qualité à atteindre. Les aspects règlementaires sont au premier plan. Une place importante est également consacrée aux moyens opérationnels mis en œuvre pour l exécution des missions ainsi qu aux contrôles inopinés sur le terrain. Le back-office apporte aussi sa contribution lors de la notation notamment sur la réactivité des entreprises à gérer les flux d informations. LES RÉSULTATS DE LA CERTIFICATION Session 4 étoiles 3 étoiles 2 étoiles 1 étoile % 29% 44% 5% % 35% 29% 15% LE RÔLE DU DIRIGEANT ET DE L EXPERT QUALITÉ AQUILA La qualification acquise, le dirigeant certifié devient le vecteur de la reconnaissance de son travail en mettant en avant sa certification auprès de ses clients comme au sein de son entreprise ; ce qui a pour but de valoriser le personnel et de l amener à être acteur de la qualité. L Expert Qualité Aquila, via son rôle d assistance, accompagne le dirigeant certifié dans sa progression : par exemple, il porte une analyse approfondie sur les différents éléments de contrôles inopinés ; il diffuse les bonnes pratiques constatées au cours de ses différentes visites sur le terrain LA PROGRESSION SANS RÉPRESSION Nouvel outil de mesure de la qualité, la grille de sanctions est en place auprès de l ensemble du réseau depuis le 1 er janvier de cette année. Il ne s agit pas de faire de la répression mais bien de répertorier les anomalies auprès des entreprises et de mettre en place des leviers d actions pour les amener à évoluer sur les plans organisationnels, opérationnels ou encore administratifs. Car l objectif est d atteindre une meilleure qualité de service au sein du réseau pour tirer la profession vers le haut. 4%, c est l augmentation, par rapport à 2012, du nombre d entreprises ayant rejoint le cercle des certifiés. 10, c est le nombre d entreprises depuis le début de l année 2013 à en avoir formulé la demande. ACTUALITÉ DE LA PROFESSION L ÉTAT S ENGAGE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LA SÉCURITÉ PRIVÉE. En partenariat avec les organisations professionnelles et syndicales, l État a rédigé en mars 2013, un «questions / réponses sur le cadre juridique des contrats de prestation et de sous-traitance dans la sécurité privée». Outil pratique axé sur les mesures de prévention du risque de recours au travail illégal, il s adresse aussi bien aux donneurs d ordres, qu aux prestataires et sous traitants. Retrouvez ce document pédagogique sur notre site Internet, rubrique «Actualités, La profession». 7 - Actualité du Réseau

8 AQUIL INFOS - N 35 - Juin 2013 AQUISERV À LA RENCONTRE DES ACTEURS SUR LE TERRAIN AQUISERV, spécialiste des produits et services pour les sociétés de sécurité privée, organise depuis 2008 des rencontres professionnelles en région, au plus près des acteurs et de leurs besoins. Des fabricants partenaires se joignent à la manifestation pour présenter leurs produits : logiciels de main courante électronique et de gestion de planning, radio, contrôleurs de rondes, PTI, imprimantes à badges, tenues pour une mise en conformité avec la règlementation. A chaque manifestation, un acteur institutionnel du marché intervient également. Deux AQUISERV Expo ont eu lieu depuis le début de l année A NANTES, LE 21 MARS 2013 Avec deux nouveautés : les PTI Vigicom dernière génération et les livrets stagiaires Ediser. 8- Actualité du Groupe + Conférence du CNAPS de la délégation territoriale ouest, qui a permis aux visiteurs d échanger sur le fonctionnement de ce nouvel organe. A LILLE, LE 28 MAI 2013 Présentation d un nouveau produit : les badges personnalisables qui répondent aux obligations légales des insignes distinctifs. + Conférence de l UNAFOS sur le projet d intégration de la formation dans le Code de la Sécurité Intérieure. Deux rendez-vous sont à venir : Lyon, mi-octobre et Avignon en novembre. Tenez-vous informés des dates et programmes sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGICIEL DE GESTION DU CENTRE DE FORMATION

MISE EN PLACE D UN PROGICIEL DE GESTION DU CENTRE DE FORMATION MISE EN PLACE D UN PROGICIEL DE GESTION DU CENTRE DE FORMATION MISSION pour un stagiaire Mission progiciel AURION mars 2013 Page 1 Cadre de la mission Créée en 1933, l ECOLE SANTE SOCIAL SUD-EST est une

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES _ MAIRIE DE BP 9 33611 CESTAS CEDEX www.mairie-cestas.fr Tel : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) MARCHE DE MAINTENANCE, VERIFICATION, RENOUVELLEMENT

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Established in Champagne since 1928 CFA. la formation par apprentissage

Established in Champagne since 1928 CFA. la formation par apprentissage Established in Champagne since 1928 CFA la formation par apprentissage sommaire Éditorial...p 3 Définition...p 4 Missions confiées à un apprenti...p 5 Procédure...p 6 Signature du contrat et statut...p

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités

Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires. Collectivités Présentation du projet AB Dématérialisation des Actes Budgétaires Collectivités 1. Présentation générale du projet Actes Budgétaires 2. Bilan de l expérimentation de 2011 3. Les changements au sein des

Plus en détail

Le Guide de la Télésurveillance Alert Services

Le Guide de la Télésurveillance Alert Services Le Guide de la Télésurveillance Alert Services 2 Dans un environnement familier, la meilleure façon d éviter le pire est de prendre toutes les mesures de prévention à chaque étape. Pour une sécurité optimale

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Les Réunions Info Tonic. Comment rédiger un cahier des charges pour créer ou refondre un site internet? Mardi 17 juin 2014

Les Réunions Info Tonic. Comment rédiger un cahier des charges pour créer ou refondre un site internet? Mardi 17 juin 2014 Les Réunions Info Tonic Comment rédiger un cahier des charges pour créer ou refondre un site internet? Mardi 17 juin 2014 Rédiger un cahier des charges pour son site internet Marion DOUDET Sandrine GANAULT

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges

Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges Présentation générale de TRIMATEC... 2 Contexte de la demande... 3 Objectifs... 3 Besoins... 3 Annexes... 5 Annexes à

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

QUELQUES PROBLEMATIQUES

QUELQUES PROBLEMATIQUES Serrurerie QUELQUES PROBLEMATIQUES Métier aux multiples facettes, la serrurerie s adapte à tous les travaux et ouvrages métalliques comme les ferrures, rampes, grilles, charpentes métalliques De la conception,

Plus en détail

solution technologique globale qui couvre en

solution technologique globale qui couvre en Dealer Management System solution technologique globale qui couvre en amont tous les besoins fonctionnels et techniques de l activité d un distributeur de véhicules : magasin, atelier, VN/VO. Adaptable

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 décembre 2012 1- Communiqué de presse

Plus en détail

GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique

GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique GlobalSecure d ANAVEO, la Haute Protection Numérique D O S S I E R D E P R E S S E J U I N 2 0 1 3 CONTACT PRESSE AGENCE SNC Brigitte Nakachdjian 04 37 43 11 11//// 06 07 27 21 02 agencesnc@wanadoo.fr

Plus en détail

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq FICHE OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La GMAO en quelques lignes La G.M.A.O. (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est un logiciel spécialisé qui facilite la réalisation

Plus en détail

FORMATION INTER-ENTREPRISE. Editeur - Intégrateur de solutions de gestion

FORMATION INTER-ENTREPRISE. Editeur - Intégrateur de solutions de gestion FORMATION INTER-ENTREPRISE 2015 Editeur - Intégrateur de solutions de gestion LA FORMATION INTER-ENTREPRISE Les stages inter-entreprises sont planifiés à dates fixes. Ils réunissent des participants issus

Plus en détail

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Catalogue 2010 Formations à l anglais Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Communiquez en anglais avec aisance et en toutes circonstances 6 raisons de choisir une formation

Plus en détail

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130 31130 Marché Public de fournitures courantes et services Surveillance et Gardiennage des Bâtiments Communaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Procédure adaptée passée en application de l article

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

P.F.M.P. LIVRET ELEVE

P.F.M.P. LIVRET ELEVE Baccalauréat Professionnel Gestion-Administration BEP Métiers des Services Administratifs P.F.M.P. LIVRET ELEVE Nom : Prénom : Classe : 2 GA Année Scolaire : 2013 2014 Mail : Lycée Professionnel Jean-Baptiste

Plus en détail

Les sociétés de gestion sur les réseaux sociaux

Les sociétés de gestion sur les réseaux sociaux Avril 2015 I V.4 Agence SAND - Les sociétés de gestion sur les réseaux sociaux - V.4 - Avril 2015 1 Cette étude est le quatrième volet d un audit que nous réalisons régulièrement depuis mars 2013. Deux

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES De l idée simple de mettre en relation les différents acteurs du progrès est née une plateforme de travail collaboratif proche du métier

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD

LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Intitulé LANGUES POUR PROFESSIONNELS EN FOAD Public Salariés des entreprises adhérentes à AGEFOS-PME Pré-requis Niveau A2 (élémentaire) 1 Objectifs 1. Développer les compétences de compréhension et expression

Plus en détail

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs

LIVRE BLANC. Dématérialisation des factures fournisseurs LIVRE BLANC 25/03/2014 Dématérialisation des factures fournisseurs Ce livre blanc a été réalisé par la société KALPA Conseils, société créée en février 2003 par des managers issus de grandes entreprises

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages Permettre aux intérimaires d acquérir des compétences et des savoir-faire transférables Favoriser l acquisition de compétences et savoir-faire complémentaires, en lien avec leur qualification ou avec l

Plus en détail

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL SOMMAIRE LES EMPLOIS CONCERNÉS... 4 LA PROCÉDURE...

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

AGEFOS PME Ile de France

AGEFOS PME Ile de France AGEFOS PME Ile de France Rencontres Organismes de Formation 2008 Mercredi 1er Octobre 2008 Les chiffres clés AGEFOS 2007 AGEFOS PME IDF 44 000 entreprises 650 000 salariés couverts 166 M collectés 142

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

FABRICANT D ECONOMIES. Facility Management Optimisation des Coûts

FABRICANT D ECONOMIES. Facility Management Optimisation des Coûts 2014 FABRICANT D ECONOMIES Facility Management Optimisation des Coûts Sommaire Page 3 Page 4 Page 5 Page 9 Page 11 Notre cabinet Démarche d Optimisation Immobilière Le Facility Management Les principales

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Activité juridique, directeur d'enquêtes privées de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

PRÉSENTATION Historique Concept Evolution. www.unitedtelecom.fr

PRÉSENTATION Historique Concept Evolution. www.unitedtelecom.fr 2 PRÉSENTATION Historique Concept Evolution 3 HISTORIQUE UNITED TELECOM Un peu d histoire... Présent sur le marché des télécommunications depuis plus de 18 ans, United Telecom met à votre service l audit,

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT DE L AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DU LOIR-ET-CHER POUR LE LANCEMENT DU PROJET DE DEPLOIEMENT D UNE PLACE DE MARCHE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT DE L AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DU LOIR-ET-CHER POUR LE LANCEMENT DU PROJET DE DEPLOIEMENT D UNE PLACE DE MARCHE MISSION D ACCOMPAGNEMENT DE L AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DU LOIR-ET-CHER POUR LE LANCEMENT DU PROJET DE DEPLOIEMENT D UNE PLACE DE MARCHE ETAPE 2.3 : PLAN D ACTIONS ET PLANNING Novembre 2014 Jean-Philippe

Plus en détail

Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7

Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7 161 Un service disponible 24 heures/24 et 7 jours/7 Lorsqu une tentative d intrusion est détectée, des dispositions d urgence doivent être prises : vérifier la cause de l alarme, prévenir les personnes

Plus en détail

5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE

5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE 5. ACTEURS OBLIGATOIRES ET LEUR RÔLE 5.1. ÉTUDIANT OU STAGIAIRE EN FPI Personne qui suit des cours de FPI et/ou diplômé d un établissement de FPI depuis moins d un an. 5.1.1. Profil et exigences minimales

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/15 O/Préambule Les décisions de certification,

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Marché de Télésurveillance et Interventions dans les Bâtiments Communaux

Marché de Télésurveillance et Interventions dans les Bâtiments Communaux Marché de Services Service Technique Procédure adaptée Marché de Télésurveillance et Interventions dans les Bâtiments Communaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) N 2011 20 73 CCTP

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Hébergement du site Le site est hébergé par l Ecole nationale des chartes sur un serveur dédié à l Urfist.

Hébergement du site Le site est hébergé par l Ecole nationale des chartes sur un serveur dédié à l Urfist. Refonte du site web 5 décembre 2008 MAPA Réf. 08 Inform 3 Cahier des charges Projet de refonte du site web de l 5 décembre 2008 I Analyse de l existant Type du site actuel L URFIST de Paris dispose actuellement

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

Règlement intérieur du primaire

Règlement intérieur du primaire Règlement intérieur du primaire Préambule Le Lycée Français de Toronto est un lieu d apprentissage et de formation, où les élèves acquièrent des connaissances, mais aussi s imprègnent de principes de comportements

Plus en détail

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007

Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 24 mai 2007 MAJ du 11 septembre 2007 Modalités d application de l article L 4113-6 du CSP après la parution du décret 2007-454 du 25 mars 2007 La loi du 4 mars 2002 avait prévu les dispositions suivantes,

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert. Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes

Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert. Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes DATE ET HEURE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : 11/05/2011 à 12H00 Appel d offres Ouvert CAC mars

Plus en détail

LA FORMATION PROFESSIONNELLE

LA FORMATION PROFESSIONNELLE éférences : - oi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, - oi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Exercice clos le 31 décembre 2010 Chers Actionnaires, La loi du 1 er août 2003 relative à la sécurité financière a, pour les sociétés anonymes,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION CONTINUE

CATALOGUE FORMATION CONTINUE CATALOGUE FORMATION CONTINUE 3ème trimestre 2014 SOMMAIRE INFORMATIQUE BUREAUTIQUE 4 COMMERCIAL VENTE 5-6 COMPTABILITE GESTION 7-8 JURIDIQUE SECURITE 9 SE FORMER, MODE D EMPLOI 10-12 BULLETIN D INSCRIPTION

Plus en détail

La Lettre du Formateur Février 2011

La Lettre du Formateur Février 2011 Formation - Secourisme - Solidarité La Lettre du Formateur Février 2011 N Spécial : Réforme du dispositif SST SOMMAIRE Sommaire 1 Éditorial 2 Préambule 3 La réforme du dispositif 3 L habilitation 4 Le

Plus en détail

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française

Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Fourniture d un outil de gestion du courrier électronique pour les sites internet de la Documentation Française Cahier des Clauses Techniques Particulières 1 Préambule L objet du présent appel d offres

Plus en détail

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision Département de l'indre et Loire COMMUNAUTE DE COMMUNES GATINE-ET-CHOISILLES ZAC POLAXIS STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES PIECE 1.8 CADRE DU SCHEMA D ORGANISATION DU PLAN D ASSURANCE QUALITE (SOPAQ)

Plus en détail

Building Technologies

Building Technologies Building Technologies SiPass TM : au delà du contrôle d accès. Siemens Building Technologies: la clef universelle pour plus de sécurité pour les personnes, les biens et les informations. Plus de protection

Plus en détail

Le Quai-Sécurité Sûreté-CCTP - Annexes V3

Le Quai-Sécurité Sûreté-CCTP - Annexes V3 LE QUAI 17, rue de la Tannerie 49101 ANGERS MARCHE DE PRESTATIONS DE SECURITE / SURETE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) ANNEXES Le Quai-Sécurité Sûreté-CCTP - Annexes V3 16/03/2015 LE

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Il n est guère étonnant que l iphone soit entré de plain-pied dans le monde de

Il n est guère étonnant que l iphone soit entré de plain-pied dans le monde de 5 Travailler et organiser votre vie professionnelle Il n est guère étonnant que l iphone soit entré de plain-pied dans le monde de l entreprise : par ses innombrables applications susceptibles d orchestrer

Plus en détail

Guide Convention de stage obligatoire

Guide Convention de stage obligatoire Guide Convention de stage obligatoire Bureau d aide à l insertion professionnelle (BAIP) http://pari.univ-ag.fr Courriel: baip@univ-ag.fr INFOS + Le bureau d aide à l insertion professionnelle Le bureau

Plus en détail

L Apprentissage à Sciences Po

L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po L Apprentissage à Sciences Po g Une filière en développement Depuis 2006, Sciences Po développe activement ses formations en apprentissage. Sept masters proposent aujourd

Plus en détail

Dématérialisation fiscale des factures

Dématérialisation fiscale des factures White White paper paper Dématérialisation fiscale des factures Sommaire 2 4 5 Parlons des bénéfices Les 10 principaux bénéfices de la dématérialisation des factures vus par les utilisateurs Comment évaluer

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET

CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES CREATION / AMELIORATION SITE INTERNET Nom du Projet... Nom de l entreprise... Adresse... Coordonnées Tel :... Fax :... Email :... Personne à contacter Nom :... Tel :... Email :... SOMMAIRE

Plus en détail

Certification AFAQ 9001 PAR ETAPES. Osez la démarche QUALITÉ!

Certification AFAQ 9001 PAR ETAPES. Osez la démarche QUALITÉ! Certification AFAQ 9001 PAR ETAPES Osez la démarche QUALITÉ! Vous pensez : «Mettre en place une démarche qualité? Ça coûte cher, c est compliqué, ça prend du temps» La solution? AFNOR Certification a développé

Plus en détail

MANUEL QUALITE. 14 septembre 2011. Version I MQ VERSION I MANUEL QUALITE PAGE 1/20. ELP V : Manuel Qualité Version I 14 septembre 2011 1/19

MANUEL QUALITE. 14 septembre 2011. Version I MQ VERSION I MANUEL QUALITE PAGE 1/20. ELP V : Manuel Qualité Version I 14 septembre 2011 1/19 MANUEL QUALITE Version I 14 septembre 2011 MQ VERSION I MANUEL QUALITE PAGE 1/20 1/19 DIFFUSION Classeur des originaux MODIFICATIONS Edition Date Nature de la modification A 3/05/2005 Création du document

Plus en détail

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr Marché à Procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr CNDP/ 03 /2015 Cahier des clauses techniques

Plus en détail