LE COURRIER DE L OISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE COURRIER DE L OISE"

Transcription

1 1 0 1 n n é e. - N* L2 NUMEfl CUSWTIMES D im anche 8 Septem bre-14)30 ÏÜ ÎiT LE COURRIER DE L OISE JOURNL DE L RRONDISSEMENT DE SENLIS P a r a i s»» *! * B O N N E M E N T S On ta..n Six mois. On s abonne aux Bureaux du Journal et dans tous 1*6 i [ "os Bureaux P* Posta I I jjoi nm m enta p a r te n t du 1- de ch a q u e m ot» les bureaux de poste. L abonnem ent est p a/ab i* d avance et continue de plein droit jasq u 'é réception d avis contraire. B U R E U X, R É D C T IO N k D M IN IS T R T IO N SENIJS 1 1, Place Henin-IV, 11 SENLTS T é lé p h o n e N 4 S i r o e t o a r C n m m e r e ls l «* Y M IP O R «*. I J B I X bbobm* U p l a I fr. 50 U Ufna. ànnoneaa Tolontaira Béolam.s! 09 i 1 pag*... i o w r s I fr. 2 B la ligna. f.es m anuscrits, insères ou non, ne sont pas revaru* S ti. la ligna. lia q u e s t i o n d u D é s a r m e m e n t Les jo u rn a u x n o u s av ertis- fm W sent que la q u estio n du d ésar- m om ent va se p o ser à Genève avec u n acuité sin g u lière. O n a le bon sens de re m a rq u e r que la q u e stio n du d ésarm em en t est liée à celle de la sécu rité. S eulem ent on ne s a u ra it n o u s dire d a n s quels ra p p o rts. L es u n s fo n t d u d ésarm em en t p ré a la ble la co n d itio n de la sécu rité, les a u tre s, au co n tra ire, fo n t de la sécu rité obtenue e t g a ra n tie la condition p ré a lable du d ésarm em en t. L a q u estio n est é tra n g e m e n t difficile : les p a rtis s en m ile n t ou p lu tô t s y m êlen t ce qui n est p as u n m oyen tle F é c l a i r c i r. O n n e n p o u r r a s o r t i r q u e. p a r u n c o m p r o m i s. L e t r o u v e r a - t - on san s «com p ro m ettre la cause de la p a ix»? P o ser la q u estio n n est pas la réso u d re. * sft s{e T o u t d ab o rd le vieux systèm e de la P a ix rm ée qui n é ta it d a n s le fond que la course au x a rm e m e n ts sem ble avoir fa it son tem p s. E n to u t cas com m e m oyen de paix, il a fait faillite. 11 se tro u v e condam n é du fait q u il ne n o u s a p as évité la G uerre. D a u tre p a rt, il est bien évident que d a n s l h y p o th èse où to u s se ra ie n t e f fe c tiv e m e n t d éso rm ais p erso n n e n a u ra it p lu s le m oyen d a tta q u e r p e rso n ne, du m oins à l im p ro v iste, du m oins ra p id e m e n t et q u alo rs ce sera it la sécu rité, la sécurité au m oins relative, avec am p lem en t le tem p s de s apercev o ir q u on n est p lu s en sécurité et donc de se p ré p a re r. C ette deuxièm e m anière a le g ran d to r t d avoir les S ocialistes p o u r elle. E lle s appuie su r u n e expérience... à faire. Le systèm e de l a rm e m e n t p ré a lable, de l a rm e m e n t conditio n de to u te sécu rité a p o u r elle u n e ex périence faite. C est la m éthode éprouvée p ar l h isto ire, p a r le bon sens... près tout la P aix arm ée ne s est m o n trée in su f fisante que p arce q u elle ne tu t pas m ise p a r tons égalem ent au service d u n e sincère volonté de paix. 11 V av ait q u e lq u un p o u r qui la p aix a r m ée é ta it en effet la course aux a rm e m en ts. M ais cela n é ta it p as v ra i p o u r tous. P a rm i ceux q u i s a rm a ie n t ta n t bien que m al et so u v en t p lu tô t m al que b ien il y av ait les pacifiques. L H isto ire n o u s a m o n tré q u i ils é ta ie n t et au ssi au e ls é taien t les a n tres. C hat éch au d é c ra in t l eau c h a u de! E t voilà to u te la d ifficulté. & D ésarm o n s si vous voulez, m ais, à u n e conditio n, c est que tous désarm e n t e ffe c tiv e m e n t. M ais là v ra im e n t d u n e m an ière certain e et contrôlable et contrôlée. E t q u ils d é sa rm e n t d u ne m an ière qui ne couvre pas des possibilités de ré a rm e m en t u ltra rapid e et efficace. C est le côté p a r où le p ro blèm e se ra it susceptible de recevoir u n e so lu tio n p ra tiq u e. Cette solution n est p as la p lu s com m ode à réaliser. d éfau t de to u tes les m an ig an ces que le co m m a n d a n t B ourget appelle les «M ystères de la R eichsw ehr» et qui sont bien in q u ié ta n te s, nous avons l exem ple h isto riq u e de N apoléon «ro u lé», si je p u is dire p a r Stein et p a r S c h a rn h o rst. près le tra ité de T ilsitt, N apoléon avait in te rd it à la P ru sse p e n d a n t une période de eux ans d avoir ja m a is su r pied en tem p s de paix p lu s de hom m es, S cliarn- liorst to u rn a l in te rd ic tio n en p o u ssan t l in stru c tio n m ilitaire de cinq ou six hom m es de telle façon q u ils p u sse n t c o n n a ître au b o u t d un m ois l essentiel du m étier de soldat, 011 les ren v o y ait chez eux et l on c o n tin u a it la fo rm a tio n tle c i n q o u s ix r e c r u e s n o u v e lle s. D e la s o r te, u n b a ta illo n q u i n e c o m p t a i t jamais plus de 550 hommes se tro u v a avoir in s tru it en tro is an s c o m b attan ts. Ce fu t le systèm e des K ru m p ers. E t N apoléon qui, en 1813, s im a g in a it n avoir affaire q u à p ru ssie n s se h e u rta à hom m es de p rem ière ligne. H isto ire ancienne d ira-t-o n. E xpérience faite, peut-on rép o n d re. Q u an t aux Socialistes qui n é p ro u vent dev an t l llem agne H iltérien n e et com m u n iste ni «ém oi, ni in q u ié tu d e», p lein s de confiance q u ils sont en la S o c ia l-ü em o kra iie q u ils se ra p p ellent leur congrès de P aris de ju ille t H e rm a n n M illier vint y affirm er so len n ellem en t au x cam a ra d es fra n çais que, si la g u erre alors m en açan te éclatait, les députés socialistes allem ands, p o u r d ém o n tre r le u r solid a rité fratern elle, re fu se ra ie n t les créd its de g u erre. O r, quelques sem aines p lus ta rd, l llem agne m obilisait et se je ta it su r la B elgique. Les d ép u tés socialistes allem an d s. Tous, y com p ris H erm an n M illier et I.iebnecht, volère n t les cré d its d em an d és p a r G uillaum e II au R eichstag... Voilà de l H istoire. Q u an t à savoir s il fa u t d é sa rm e r d abord p o u r être su r de n avoir pas la G uerre c est encore une fois, u n e expérience... à faire. M ieux v a u d ra it p eu t-être ne p as tro p d ésarm er et conserver, com m e nous l avons d it d éjà, u n e excellente arm ée de cad res et de techniciens, p o u rsu i vre u n e b o n n e p ré p a ra tio n m ilita ire et tra v a ille r p a r ailleu rs à o rg an iser la P aix. Les deux m éthodes ne so n t pas c o n tra d ic to ires q u a n d elles sont em ployées p a r des F ra n ç a is. Il n est pas im possible de d o n n er au m onde l exem ple d une n a tio n à la fois forte et pacifique. P lu s m êm e u n e telle n a tion se ra it fo rte p lu s son exem ple sera it p ersu asif. M ais d an s l in té rê t de tous il est p référab le que, ce soit la F ra n c e qui e n tre p re n n e de d o n n e r au m o n d e un tel exem ple. Si c é ta it l llem ag n e ce serait p e u t-ê tre u n peu m oins sû r.. Ch en et. DÉPRTEMENT ssurances sociales Commission dos monuments naturels e t des sites V I S C o n form ém ent aux dispositions conten u es dan s l article 3 du décret du 27 juillet d ern ier d éterm in ant la com position et le m ode d élection «les m e m b res de la C om m ission d ép artem en tale des m o n u m ents n atu rels cl des sites, le P réfet de l Oise a l h o n n eur de porter à la connaissance du Public que la liste des in d u striels de nationalité française am énag ean t ou utilisant l énergie h y d rau liq u e a été déposée à la P réfectu re de l Oise (3 division, 1" bureau) pour être m ise à la disposition des intéressés de 9 h eures à 12 heures et de 14 heures à i 8 heures. T out in d u striel qui se prétend in d ûm ent om is peut, clans les trois j o u r : qui suivent ce dépôt, réclam er son in s c rip tio n ; tout in d u striel figurant su r la liste du dép artem en t peut dem an d er la rad iatio n d une p ersonne indûm ent in scrite. Ces réclam ations sont faites sans frais à la P réfectu re de l Oise (:V division, 1" b u re au) ; il en est don né récépissé. Exposition nationale horticole d automne L Exposition N ationale Horticole d utom ne, consacrée aux C hrysanthèm es, fru its, arb res fru itiers, plan tes de pleine terre fleuries, orch id ées, légu m es, B eaux- rts et In d u strie s h o rticoles, q u organise chaque an n ée la Société N ationale d H orticulture de F ran ce, présidée p ar M. F ern and David, sénateur, m in istre de Fgrifcul- ture, se tien d ra à P a ris, au Cours la R eine, du 24 octobre aii 2 novem bre inclus, M 'adresser pour fsxij.o'itt, nu siège ne la Rue i été, #4- rue u( Quenelle P ari* n is, École d griculturs d Hiver et École ménagère Le m om ent nous sem ble venu d attire r à nouveau l attention des a g ricu l te u rs de l Oise su r ces deux écoles destinées, l une aux jeunes gens, l autre aux je u n e s filles, et dont le but com m un, est de donner à leurs élèves un com plém ent, d instruction professionnelle qui les rende m ieux aptes à tirer le m eilleur p arti du dom aine p articu lier dont, plus tard, ils auront la charge. L'Ecole d griculture d H iver L Ecole. d griculture d Hiver, a n nexée au Lycée de B eauvais, com ptera bientôt dix an n ée s d existence, et, d u ra n t cette période, elle au ra form é 190 élèves don! q u elques-uns, récem m ent établis,,j/um uuifirefd à loidtr,, u ni q u e, p o u r l e u r 'p r o p r e c o m p te, 1 e n gnem ent q u ils ont reçu. L enseignem ent com plet com porte deux séjo u rs de q u atre m ois chacun, du 15 novem bre au 15 m ars, dan s cette école. S ans m éconnaître l acuité de la cria se de m a in -d œ uvre dont souffre l'ag riculture, nous pensons que ce n est pas dem an d er à des p a re n ts un sacrifice excessif que de reten ir leurs fils p en dant. Ces quatre m ois d'hiver, pour leur donner un enseig n em en t dont beaucoup d ag riculteurs ont reconnu les bien faits. Notre ag ricu ltu re trav erse actuellem ent une crise grave, et tous les bons esprits s accordent à reco n n aître que le rem ède le p lu s efficace est d an s l organisation rationnelle du m arch é des p ro d u its agricoles. S eulem ent, cette org an isatio n suppose, de la p a rt des intéressés, l'acceptatio n d une discip line à laquelle bien peu sont p ré p a rés. Le développem ent de l enseignem ent agricole, en o u v rant l esp rit des futurs ag ricu lteu rs à la com préhension de certain s problèm es d épassan t le cadre de l exploitant, doil conti'ibuor à vainc rr* f.os résista ncos et on pa it io i ilior d an s les leçons d Econom ie chwhc d** l Ecole d griculfure d H iver de B eauvais; nous nous efforçons de faire c o m p ren d re à nos élèves cette nécessité du groupem ent discipliné des efforts agricoles. côlé de cela, le problèm e de la production p ro p rem en t dile, chim ie agricole, cu ltu re s spéciales, élevage, in d u s tries agricoles, ne sont p as. négligées el de plus, un certain nom bre d h eu res sont consacrées chaque sem aine à des com plém ents d enseignem ent général dont l utilité n est p as douteuse. Des excursions périodiques, visites de ferm es, d u sin es agricoles, p erm ettent aux jeu n es gens de réu n ir une docum entation très in téressan te leu r servant à établir des rapports discutés p u bliqu em ent. lin voyage d études annuel leu r fait c o n n aître chaque fois une région ag ricole nouvelle dont ils peuvent apprécier les m éthodes culturates. C est ainsi que depuis 1027 ils p arco u ru ren t successivem ent la B asse-n orm andie, les F lan d res et la R égion du Nord, la B ri et le P ays de Gaux. S SU R N CE ]\ f L DIE v is a u x ssu rés S o cia u x Les bénéficiaires de l ssurance m a ladie com m enceront à en jo u ir à dater du p re m ie r octobre Il im porte q u ils soient p révenus que leu r qualité d assu rés sociaux ne m o difie en rien la n atu re de leurs ra p ports avec leu r m édecin, quand ils sont m alad es. Ils devront donc lui régler directem e n t ses honoraires au ta rif habituel. Les avan tag es que, la loi leu r accorde à cet. ég ard consistent, en u n re m boursem ent, que la Caisse à laquelle ils sont in sc rits leu r fera, d an s les lim ites de sa p a rt co ntributive de re s po n sab ilité Le Conseil Général de l Oise a ouvert lundi sa session de Septembre Le Conseil g énéral s est réuni lundi, à 14 h eu res 30, p o u r sa seconde session de fin o u vrant la séance, M. Noël, doyen d âge, adresse ses félicitations à M. Huret, un vieil em ployé de la P réfectu re, récem m ent nom m é chevalier de la Légion d h onneur. I. le P réfet s associe de la façon la plus com plète aux com plim ents si m é rités adressés p ar M. Noël à M. H u ret. M. Noël adresse ses souhaits de piiipf rétablissem ent à MM. de St- piwveu et de K ersain t, que la m a la dif em pêche d a ssiste r à la séance. p riy éd é à l élection du. bureau, j i contre l* à tvi'"vasseux et 1 à M. i TRIBUNE LIBRE L S. T..4. n. n. S E MOQUE DE X O U S v fix F tu rn ie r Sarlovèze. MM, V asseux et S chm idt sont réélus vice-présidents p a r 28 et 23 voix. Ont 11 outre obtenu : MM. F o u rn ier S ar- ovèze, 5 voix; V assal, 1; B oulanger, 1; Pennelier, 1 et D elpierre, 2. MM. de K ersaint, de S ain t-f u scien, tu'v et Deeroze sont réélus secrétaires m ain s levées. M. Noël prononce un discours que non - reproduirons d ans notre prochain num éro. Il est procédé à l élection des Com m issions, qui sont ain si constituées : 1 Finances. - MM. Schm idt, U hry, 1»' l igle, Deeroze, G eorges-picot, Hé- raude et R eynen. 2 R outes et voies de com m unica- iôn. MM. de S ain t-f u scien, V assel- le. la cham ps, D upais, B erthelot, Moiis- saud, Habité, D esjardins. griculture et, objets divers. MM. V asseux, D elpierre, de K ersaint, anglet, B oulanger, L anglois, D elacroix. 4 B âtim ents civils. MM. Doffoy, L egrand, Bouteille, G audefroy, n- ^ v -^ in stru c tio u publique, assistan ce et fiyg îedc. MM. P ennelier, F o u rn ier Sarlovèze, de Poly, M olum ar, R uillier, V assal, Joly. La séance est suspendue à 15 h. 15. (.4 suivre). La S tarn doit-elle 011 non a ssu re r le tran sp o rt des voyageurs? Il est perm is d en douter et les personnes qui ont em p ru n té d im an ch e d e rn ie r le S ervice S enlis-c om piègne et retour en ont fait la triste ex p érien ce. Ju g e z-en : L autobus dev an t p a rtir de Senlis à 8 heures 29 n a rriv a sur la place de la Gare q u ap rès 8 heures 35 et les 16 ou 17 voyageurs qui l attendaient constatèren t avec stu p é fac tio n que la voiture ne pouvait contenir q u une douzaine de perso n n es ; n é a n m o in s,c o m me il faut s avoir s e n tr aider lo rsq u on voyage, en se ta ssa n t un peu tout le ''monde fol.. a-c, m a i, p lusieurs.personnes ne lu ren t pas assises..\ r.naj niant, fin charg e une voyageuse su p plém en taire à qui le conducteur, qui com m it m al son service, réclam e 14 fra n c s au lieu de 13 fran cs, enfin il reco n n aît 'son erre u r et le voyage se p o u rsu it san s encom bre. B ref ju sq u à Y villers il y eut du m onde en su p p lém ent. Le bus de 14 heures 45, encore une petite voiture fut, p araît-il, com ble a u s si. D ans ces conditions, il n était pas besoin d être g ran d clerc pour prévoir q u il y au rait pas m al de m onde pour pren d re, le soir, l autobus du retour. ussi, fatalem ent, le soir en arriv an t à V illeneuve-sur-v erberie avec le m ê m e conducteur et to u jo u rs en retard, le petit autobus du m atin était-il d é jà plus que com plet ; 3 voyageurs descendirent aussitôt rem placés p a r d autres ayant, à p ren d re à Senlis le tra in p o u r P a ris. 5 p ersonnes restèren t su r la Place, la, question posée au co n d u cteu r au su jet de son retour éventuel (pour ve n ir recherch er les voyageurs restant en p an n e), celui-ci répondit en serviteur bien stylé : «En arriv an t à S en lis, m on service est term in é el il 11 y a personne au Siège, pour rev en ir». La voiture la issa à toutes les stations d au tres voyageurs qui durent, san s doute, avoir recours à d e s ' m oyens de fortune pour rejo in d re Senlis, n ay ant que la satisfactio n de p en ser q u ils étaient m ieux tran sp o rtés que les voyageurs su p p lém en taires de l autobus, qui faute de h au teu r pour se ten ir debout d u ren t faire courbés tout, le voyage. ( reco m m an d er au x p ersonnes souffrant d une sriatique). vant de rech erch er le rem ède à pareille chose, cherchons d abord la cause. Oh! elle est trè s facile à tro u ver La S tarn loue au x p articu liers et sociétés ses voitures et lorsque, com m e dim anche, toutes les voitures sont p a r ties pour les excursions ou pour assu - cfl oyf fltëgft* vieé régulier, a rg u a n t aux usagers qui réclam ent que la Société de la S. T.. R. N. n est tenue, p a r son cahier des charges, de p ren d re les voyageurs que d ans la lim ite des places disponibles. Cela est fort bien, m ais avec une telle façon de voir les choses, il est à crain d re q u un de ces jo u rs, toutes ses voitures san s exception étant louées, la S tarn n assu re le service régulier q u avec un taxi de q u atre p laces la issant im p u n ém ent les voyageurs se m orfondre aux arrêts et ce san s au cu n reco u rs contre une Société qui se m o que o u v ertem en t de ses clients. Il serait sans doute trop sim ple d e n jo in d re aux conducteurs des voitures du m atin et de l ap rès-m id i de s enq u é rir au p rès des voyageurs de leurs intentions concern ant le reto u r pour être fixé appro x im ativ em en t su r le nom bre de personnes à, tra n sp o rte r p ar la voiture a ssu ra n t le d ern ier retour. Je a n Quïgrogne. t r a v e r s SECOURS R RIDES contre l incendie La Com m ission, constituée conform ém ent à la délibération du Conseil G énéral, p ar M. le P réfet de l Oise, pour étudier le problèm e de l o rg a n i sation départem entale, des seco urs r a pides contre l incendie, s est réunie sous la présid en ce du P réfet, à la P r é fecture, le 17 septem bre courant. Le C om m andant G uesnet, in sp ecteu r d ép artem en tal, a exposé les g randes lignes du p ro jet qui com p ren d rait, en p rincipe, d ans ses propositions, une o rg àn i s a t i 0 n cantonale. Le P réfet a indiqué dan s quelles conditions le dép artem en t de S eine-et- Gi-c procédait à l h eu re actuelle à l organ isatio n du m êm e service. près une longue discussion, la com m ission ayan t envisagé les m odalités de réalisatio n financière du p ro g ra m m e prévu, a décidé en principe, et à l'u n anim ité, qu d ne au rait être question, en tout cas, de m odifier en q u o i que ce soit, l o rganisation com m unale des com pagnies de sap eu rs-p o m p iers et leu r autonom ie. Le rap p o rt de la com m ission sorti ; y m ih is «j'exam on du C.nffsr,u rién érsi i h.» a pfaahâiitlf L'Ecole Ménagère gricole L Ecole M énagère gricole dont -Pc.» création d an s l Oise rem onte à 1907, et qui fonctionna ju s q u à l an dernier suivant une form ule am b u lan te en ten a n t dan s des centres différents, deux ou trois sessions annuelles, s installa, en 1920, dan s les locaux de l ancienne sous-préfecture de Clerm ont. Elle y tint une session de six m ois et dem i, du I" novem bre au 15 m ai et l exam en de sortie, qu i fu t présidé p ar M. Goré, président de la C ham bre d griculture et auquel assistaien t les m e m b re s du Com ité de S u rveillance et de P erfectio n nem ent et divers agriculteurs, m ontra à tous, qu il était, possible de donner à des jeu n es tilles d u ra n t cette période, un com plém ent d instru ctio n m én a gère et agricole, capable d en faire de bonnes ferm ières et d excellentes m aîtresse- de m aison. Nous rap p elo n s que cet enseignem ent com porté : 1» Des cours d enseignem ent m énager p ro p rem en t dît, économ ie dom estique, hygiène, c o u tu re, com ptabilité m énagère, etc., s ad ressan t a toutes les jeu n es filles quel que soit le m ilieu auquel elles a p p artiennent. 2 Des cours agricoles, laiterie, avi culture, ja rd in a g e, plus spécialem ent adaptés au rôle im portant dévolu à la ferm ière d a n s une exploitation. _ M. BR BUT, D irecteur des Services p n ê o l MISE U POINT à propos des épreuves sportives P lu sieu rs jo u rn a u x ont publié ces jours dern iers u n e inform ation re la tive à la soi d isan t interdiction des é- preuves sport/ves su r toutes les routes nationales de l Oise, les dim anches et jo u rs de fêtes. Cette inform ation est inexacte et les sportifs qu elle a pu alarm er, doivent être rassu rés. Les épreuves sportives dan s l Oise restent autorisées, au ssi bien su r les routes nationales que su r les chem ins d épartem entau x ; l arrêté préfectoral du 17 ju illet se borne à interdire le départ ci l'arrivée des épreuves sportives sur les routes n atio n ales en raiso n des dangers qti m e; circulation autom obile de plus en p lus inten se su r ces voies de Communications * J ~ ~ Dans quelques ours, l heure d hiver D ans la n u it du 4 au 5 octobre N ous bénéficions des d ern iè re s jo urnées du b ie n fa isa n t régim e de l'heure d'été. En effet, c est d an s la n u it du sam edi 4 au d im an ch e 5 octobre prochain que i'heure d été fera place a l heure légale, qui est au ssi bien celle d autom ne, de p rin tem p s et d hiver. pprêtons-nous donc à retard er notre m ontre de 60 m in u tes avant de nous coucher, sam edi 4 octobre cl ;jouu - ns ju sq u e -là dos dern ières iongiug d u rées claires que nous dcvuh- à l'heure d'uq les dim an ch es et ours fériés, fait co u rir au x ag g lo m érations de piétons. Il est donc loisible aux o rg an isa- eurs de fixer les points de départ et d arriv ée des courses, soit su r u n chem in départem ental, soit sur un chem in vicinal.ordinaire, soit dan s une ue de la localité n ap p a rte n a n t pas a. la voirie n ationale. L arrêté déterm in e en outre ce rta i nes fractio n s de routes nationales où les épreuves sportives sont interdites, aux abords de C hanlillg et de C om piè- qnr, les jo u rs de courses, en raison de l affluenee exceptionnelle de voitu ros et de piétons et de i em bouteillagè de ces voies, provoqué p ar ces réu n io n s hippiques. L arrêté spécifie lim itativem ent quel ques fractions de voies de com m unica fions où, en raison de la circulation in in terro m p u e des voitures autom obiles p en d an t l été, le dim anche et les jo u rs fériés, il serait dangereux de laisser se dérouler aux m êm es heures les é preuves sportives. En réalité, sur les quelque dix m ille kilom ètres de voies de co m m u n ications de toute n atu re du dép artem en t de ro b e, c est su r 306 kilom ètres seulem ent que les épreuves sportives se trouvent l objet de restrictions, seule- - ïrt du reste à certain s jo u rs de l a n née et à ce rtain e s heures. La vio sportive d ans l Oise ne p a ra it pas en péril. -Vu surplus, l arrêté préfecto ral dont il s agit se trouve in s é ré d an s le R e cueil des ctes d m in istratifs du 25 juillet 1930, ain si du reste que les in s tructions m in istérielles du i l ju in 1930, dont il assu re l application. P h a r m a c ie o u v e r t e 1 D im anche: 3 8 Septembre. M. M orcrette place de la H alle. rrête relatif a u x m esures à prendre pour garantir la santé publique contre les dangers des coquillages m a lsains. N ous, M aire de la Ville, de S enlis, V u les articles 97 et 99 de la loi du 5 avril 1884, relative à l o rganisation m u n icip ale; Vu les lois des 15 fé v rie r 1902 m a dge à la p rotection de 1a, san té p u b lique et i " août 1905 co n cern an t la ré-, pression des fra u d e s;, Vu le décret du 31 ju ille t 1923 portant règlem ent su r la. salu b rité des h u itres et au tres coquillages; V u l avis du Conseil S u p érieu r d IIy- giène publique de F ran ce; Vu la c irc u laire du M inistre' de l' g ricu ltu re du 31 octobre 1923 su r le com m erce des h u itres et autres coquillages; Vu 1a, circu laire interm in istérielle adressée au x P réfets le 0 m a rs 1924 su r la salubrité des h u itres et outres coquillages; C onsidérant q u il y a lieu, dan s l in térêt, de la santé publique et du com m erce de p ren d re les m esu res les plus strictes en vue d a ssu re r l innocuité et la bonne conservation des h u itres et a u tre s coquillages livrés à la consom m ation, en p réserv an t ces divers m ollusques de toutes causés de contam i nation et d a ltératio n. RRETONS : rticle prem ier. Il est interdit d exposer p o u r la vente, de m ettre en v en te ou de vendre pour la conso m m a tion, des h u itres dont 1a, provenance salubre ne p o u rrait pas êtrè justifiée; Cette, ju stifica tio n peut être faite : 1 Pour les huîtres provenant directem e n t d un lieu de production : ) Soit p ar la p résentation du duplicata de certificat de salubrité délivré p a r l Office scientifique et technique des P êches M aritim es à l établissem ent expéditeur, ou de l étiquette sanitaire en ten an t lieu, l une ou l au tre de ces pièces devant obligatoirem ent accom p ag n er chaque colis d h u itres expédié d un établissem ent, ostréicole 011 d un ux Sans-Filistes Nous ap p ren o n s que le m agazine L um ière et Radio édite h ebdom adairem ent, d epuis le 19 septem bre, les p ro g ram m es de T. S. F. sous le nom de T. S. F. P ro g ra m m e, d ap rès une base, tout à fait nouvelle, c est-à-d ire heure p ar h eure et do la façon la plus compilé te en ce q u i concerrië les sta tinjl*. > Nid dnidc duiî.fë.ug InfiovsMnn flg *»R epràatelé À ïeftp is j p arc ; B) Soit p a r la p résentatio n d une a t testation de salu b rité du gisem ent n a tu rel où les h u itres ont. été pêchées, attestation délivrée p a r l d m in istration de la M arin e M archande. 2 P our les huitres ne provenant pas d irectem en t d un lieu de production. P a r la p résentation des pièces com m erciales (factures, b o rd ereaux d envoi, etc...) p erm ettant de d éterm in er l origine des h u itres. Les h u itres m ises en vente dan s des conditions irrégulières seront im m éd iatem en t d étruites ou dénatu rées p a r aspersion avec du pétrole p a r les soins de i a g en t ch arg é du contrôle. Le procès-verbal re la ta n t la contravention sera tra n sm is au M inistère Public. rticle 2. Les h u itre s offertes d i rectem ent à la vente au public, et re connues im p ro p res à la consom m a Bon seront saisies (qu elles so ie n t rut non rouverte* p a r l'u n e des bièep? Ks ' niiaire* «i q r p à beidielc prcrtuerl «1 B«es{ioi sutrûu** av. «Séaestarits- rticle 3. - Les- eo q u ilta g e s'a û fre s ' que les h u itres, notam m en t les m oules, p alo u rd es, clovisses, p raires, coques, clans, coquilles S a in t-j a c q u e s, etc... reconnus im propres à la consom m ation seront égalem ent, saisis et d énaturés 011 détru its et les in fractio n s constatées d a n s les fo rm es fixées à l a rticle p récéden t. rticle 4. Les h u itres et autres coquillages destinés à la vente pour la consom m ation devront être resserrés ou entreposés d an s des locaux frais, et dan s des conditions telles que ces m ollusques no soient exposés à, aucune souillure accidentelle ni à au cu n dan g er de dépérissem ent. rticle 5. Il est in terd it d acheter, d exposer, de m ettre en vente 011 de vendre des colis d h u itres ou autres coquillages laissés en souffrance dans les gares. rticle 6. Les m a rch an d s et revendeurs au détail ne doivent m ettre en vente que des h u itres, 011 coquillages, autres que les m oules, p réalab lem en t d éb arrassés p a r lavage, brossage ou tout au tre m oyen efficace de nettoyage an térieu r; des p arasites an im a u x ou végétau x et des détritu s putrescibles pom vaut provoquer leu r altération. E 11 ce qui concerne les m oules, ne p euvent être soum is au lavage, et au nettoyage m écanique que des m o llu s ques v iv an ts et en bon état de fra î cheur. Les opérations de lavage et de nettoyage doivent être effectuées rapide,1 m ent et, a u m om ent m êm e de la vente au consom m ateur. 11 est p ar conséquent in terd it de nettoyer et de laver à l avance les stocks de m oules destinés à une vente u ltérieu re. Est égalem en t interdite, en toute saison, la m ise en resserre des m oules restées invendues ap rès avoir été nettoyées p a r des ap p areils m écaniques. Les ap p areils utilisés p a r les m a r chands, re sta u ra te u rs et tous au tres com m erçants pour le nettoyage et le lavage des m o ules devront être a lim entés exclusivem ent en eau co u ran te potable, p ro v enant de la c a n a lisa tion publique. Ils sero n t oblig ato irem ent pourv u s d un systèm e de v id a n ge assu ra n t, au cours du fonctionnem ent, l écoulem ent p erm an en t des eaux sales et des déchets. Les m oules nettoyées dan s des conditions contraires au x p rescrip tio n s du p résen t arrêté seront, considérées com m e im p ro p res à la consom m ation et détruites ou d énaturées. rticle 7. Sont interdites toutes m an ip u latio n s susceptibles de ren d re in salu b res les h u itres et autres coquillages destinés à la consom m ation, notam m ent : i L arrosage ou le lavage, en vue du ra fra îc h isse m en t ou du nettoyage des coquilles, au m oyen d eau im pure, (ceux de rivière, c a n a u x et ru isse a u x où se déversent des eau x résid u aires ou m én ag è res) ou d eau potable ad d i tionnée de sel im p u r, tel que celui aya n t servi au tra n sp o rt ou à la conservation du poisson ou de toute au tre denrée. L eau em ployée au lavage ou à l arro «âge devra être dç beau co q raflte,, po- table oit renouvelée h ch aq u e asp e r ninn.

2 2 Lé rafraîchissement avec de la 'glace impropre à l alimentation ou au moyen d herhes, feuillages, sacs ou toiles malpropres ou trempés dans une eau impure. 3* L ouverture des valves au moyen d outils ou d appareils malpropres. 4* Le lavage des huitres ou autres Coquillages après leur ouverture. 6* La conservation dans une eau impure, pour l usage culinaire, des corps des huitres ou autres coquillages détachés de leur coquille. Les huitres et autres coquillages ayant subi l une quelconque des mani- Sulations sus-visées seront saisis, et étruits ou dénaturés comme dangereux pour la santé publique. rticle 8. Il est interdit d exposer pour la vente des huitres ou autres coquillag es à. m êm e le sol ou su r des éventaires dressés à moins de 0 m. 60 du sol. Il est prescrit de tenir les em ballages ou récipients les co n ten an t à l abri des éclaboussures du sol ou souillures de toutes sortes. rticle 9. Il est interdit d ouvrir en plein vent, pour les exposer, des huitres ou autres coquillages. Seuls peuvent être ouverts en plein vent les coquillages délivrés à une consommation immédiate. En outre, afin de les préserver de toute souillure, les mollusques ne seront transportés à domicile, après ouverture, que dans des récipients clos et couverts. rticle 10. Les contraventions au présent arrêté seront constatées par le Commissaire de Police, les Inspecteurs des Halles et marchés et les Inspecteurs du service de la Répression des Fraudes, les agents de l octroi. Les infractions seront punies des peines de simple police, sans préjudice des peines prévues par les diverses lois en vigueur ainsi que par la législation sur la répression des fraudes. Fait à Senlis, le 23 septembre Le M aire, Félix L o u ât. rrêté portant règlementation de la vente du pain Nous, Maire de la Ville de Senlis, Vu la loi du 5 avril 1884, article 97, Vu la loi des 19, 22 juillet 1791, article 30, Vu les articles 471 et 474 du Code Pénal, Vu la délibération du Conseil municipal, en 'date du 20 janvier 1930, Vu les instructions préfectorales, RRETONS : rticle prem ier. dater 'du 19 septembre, la taxe du pain de consommation courante est fixée à 2 francs 40 le kilogr., portage compris.l rticle 2. Les précédents arrêtés sont rapportés en ce qui concerne la taxe du pain. rticle 3. Les autres clauses de l arrêté du 5 mars 1930, restent et demeurent en vigueur. rticle 4. Le Commissaire de police et la Gendarmerie sont chargés chacun en ce qui le concerne d assurer l exécution du présent arrêté. Fait en Mairie de Senlis, le 18 septembre Le M aire, F1. L owat. vis Les personnes qui ont sollicité l emploi de concierge au Palais de Justice de Senlis sont avisées que cet employé est désigné et qu en conséquence, il ne sera donné aucune suite aux nouvelles demandes. Musique municipale D accord avec M. le M aire, p résid en t de la Société, les m u sicien s et leu rs fa m illes se ren d ro n t en excursion à La M alm aison et à S ain t-g erm ain -en - L aye le d im an ch e 12 octobre p ro chain. Les détails de cette sortie vont être in cessam m en t arrêtés p a r le Conseil d d m in istratio n et n o u s croyons savoir que les M em bres honoraire sero n t conviés à se jo in d re au x S ociétaires. N ous en rep arlero n s d ailleu rs sous peu. Notre Tribunal L es vacan ces sont à p eu p rès te rm i nées, les écoliers vont réin tég rer leurs classes. Ce m ot de rentrée, p o u r nous autres, S enlisiens, évoque une réin tégratio n, celle de notre T rib u n a l dont depuis des m ois on p a rla it sa n s trop vouloir -j croire, insi S en lis redevient siègp du trib u n a l civil de son arrondisse-! m ent. Com m e nous l avions to u jo u rs dit, en effet, le tra n sfe rt à C om piègne de notre T rib u n al, su rto u t si l on envisage la façon dont il a été opéré, a été n éfaste p o u r les ju sticiab les com m e p o u r tous ceux qui appro chent de l a p p a re il ju d iciaire. Finis les longs et fatig an ts déplacements de Compiègne. Les trib u n a u x su p p rim és «p a r économ ies» sont a u j o u r d h u i r é t a b l i s p o u r la m êm e raiso n et ap rès q u atre an n ées d abandon, notre P a la is de Ju stic e va ro u v rir ses!portes. Les p lu s satisfaits p arm i nos concitoyens sont certain em en t nos hom m es de loi, astrein ts depuis octobre 1926 au d u r m étier de coureu rs de routes, m ais les p lu s jo y eu x p arm i nos h a b i ta n ts sont ceux, to u jo u rs les m êm es (à p a rt q u elq u es-u n s décédés) qui, le lu ndi, ne m a n q u a ie n t p as l audience correctionnelle. Nous retrouvons notre P résid en t, M. H enry Jorrot, qui, m a g istra t d an s notre ville d epuis 1913, est trè s apprécié p a r ses excellentes qualités de ju riste et son bon esprit. Il a u ra avec lui non pas, M. T h au qui avait été p récéd em m en t désigné, m ais M. B ourguignon R obert, ancien avocat, ancien avoué, licencié en droit, a in si que M. D iousi- don, m a g istra t de g ra n d avenir qui nous vient du T rib u n a l de Com piègne, où il av ait la charge im p o rtan te de l in stru ctio n. Q uant au P arq u et, il a u ra à sa tête, M. B aschet, qui, il y a q u elques m ois, était encore su b stitu t au P a rq u e t de C om piègne, q u il a quitté p o u r être détaché en m ission au M inistère des P ensions. C est de l avis de tous ceux qui l ont connu un m ag istrat collâb ôrâfeur, "en qualité d e s u b s titu t, M. G ruffy qui nous vient du P a rq u e t de B eauvais. D ans cette ville, il a la issé u n excellent souvenir (auprès de tous ceux qui ont eu l occasion de l a p procher. E loquent et doué d u n e science ju rid iq u e qui a fa it ses preuves dev an t le trib u n a l civil et devant la Cour d ssises, M. G ruffy a au ssi un bel a- v enir devant lui. E n ce qui concerne le greffier en chef et les deux g reffiers, il ne sont p as encore nom m és, m ais nous croyons savoir que le g re f fier en chef nous v ien d rait de C asab lanca. l h eure actuelle, une activité fébrile règne ta n t au P a la is de Ju stic e (an cien Evêché) q u à l Hôtel des H aricots, ru e de la P oterne. Les en trep ren eu rs en route depuis h u it jo u rs, fo n t preuve d u n e g ran d e célérité. u trib u n al, des m odifications im p o rtan tes sont en voie d exécution. u p re m ie r étage, il y a u ra une salle des p a s p erd u s d o n n a n t su r la ru e du C hancelier G uérin, p u is la salle d au -! dience, la C ham bre du Conseil, u n vestib u le auquel on accédera p a r u n escalie r p re n a n t n aissan ce au rez-d e-ch au s sée de l entrée du greffe, enfin le cab i net de M. le P résid en t. MM. les voués a u r o n t l e u r c h a m b r e d u c ô té d e l a n - cienne chapelle. u rez-de-chaussée, il y a m oins de changem ents. Le logem en t du concierge qui av ait été rem is à n e u f en 1926 reste ce q u il était. L a n cienne cave voûtée est appelée à être tra n sfo rm é e en salle d accès du p u blic pour gag n er le p rem ier étage. P u is à gauche de cette ancienne cave, se tro u v ero n t la salle d attente des té m oins, le cabinet du ju g e d in stru c tion, celui de M. le P ro c u re u r et celui de son su bstitut. Le greffe lui, sera tra n sfé ré de l au tre côté du couloir centra l c est-à-d ire d an s les an cien s cabin ets du P ro c u re u r et du Substitut. Enfin, il est question de l exécution de n o uveaux locaux p our le S ecrétaire du P a rq u e t et les G reffiers. S enlis va avoir son T rib u h a l qui com m en cera à fo n ctio n n er le 2 octob re 1930, ap rès une in te rru p tio n de 4 ans. Société des mis des rts de Senlis et des environs Le Bureau de la Société des mis des rts de Senlis et des Environs, s est réuni le 15 septembre à 17 heures, sous la présidence de M. lbert Guillaume. Il a été décidé de fixer la date de l ssemblée générale au mercredi 15 octobre, à 17 heures, dans la salle du Syndicat d initiative, avenue de la Gare, Il sera porté à l ordre du jour de cette ssemblée les dispositions à prendre en vue de la prochaine Exposition qui doit avoir lieu à Senlis, en principe dans la deuxième quinzaine du mois de mai. Les personnes qui ne font pas encore partie de la Société et qui désireraient assister à l ssemblée Générale sont priées de vouloir bien se faire inscrire chez le Secrétaire, M. Louât, notaire, place de la Halle, Société de secours mutuels I «venir» L assemblée générale de la Société de Secours Mutuels «l venir» aura lieu le samedi 27 septembre 1930, à 20 heures 30, en la salle du Jardin d Hort i c u l t u r e, p o r t e B e llo n. En raison de l application le premier octobre de la loi sur les ssurances Sociales, le projet de modifications aux statuts faisait sqile au x ssurances Sociales. Le Bureau fait appel à tous les membres pour assister à cette réunion. L e Secrétaire, G. P r é v o s t. udience solennelle de rentrée L audience solennelle de ren trée a u ra lieu le je u d i deux octobre prochain, à 14 h eures, d an s la salle des a u d ien ces du P a la is de Ju stice, place de l n- cien Evêché. Dans la m agistrature M. Jaïs, p résid en t de section au tr i b u n a l civil de la S eine; ancien ju g e d instru ctio n au trib u n a l de prem ière in stance de Senlis est nom m é vice- p résid en t du trib u n a l de la Seine. Dans l rmée N ous avons ap p ris avec p la isir la nom in atio n au g rade de général de b rig ad e de M. le Colonel de cav alerie n dré, qui com m anda la g arn iso n de notre ville. Le nouveau prom u, hom m e de g ran de valeu r, auquel u n avenir b rilla n t est réservé, a laissé d an s notre cité le souv enir d un officier su p érieu r au ssi distin g u é que sym pathique. ussi, nous som m es h eu reu x de nous asso cier au x n o m b reu x am is du gén é ra l ndré, p o u r lui ad resser nos bien vives et resp ectu euses félicitations. Mort d'un ancien sous-préfet On annonce la m ort à R ouen, de M. P a u l B o u c o m o n l, t r é s o r i e r - p a y e u r gén éral de la S ein e-in férieu re, décédé à l âge de 59 an s. Il avait fait p artie du cabinet de W ald eck-r o u sseau, p résid en t du Conseil. 11 av ait été so u s-p réfet de Senlis de 1900 à 1904, p u is so u s-p réfet de Riom, et au ssi receveur des finances à Com piègne. un correspondant anonyme Conformément aux usages de la Presse, nous ne tenons aucun compte des communications qui nous parviennent sans signatures. Nous ne pouvons donc donner suite à la communication qui nous a été adressée cette semaine au nom d un groupe de personnes. Institution Notre-Dame de la Victoire M lle M ichaux, directrice de l In s titution N otre-d am e de la V ictoire, in form e les fam illes que la rentrée des classes est fixée au m ercred i p re m ie r octobre, d an s l aprèsj-m idi, p o u r les p en sio n n aires et au je u d i 2 octobre, à 9 heu res p o u r les externes et les dem i- p en sio n n aires. 4gai Lettre ouverte à MM. les Conseillers municipaux de la ville de Senlis U n groupe d électeurs h ab itan ts de Senlis, m ais fau b o u rg de V illevert ont l h o n n eu r de ra p p e le r à MM. les Conseillers m u n ic ip a u x que dans leur profession de foi établie lors des élections m u n icip ales, ils prom ettaient de penser au x fau b o u rg s de V illevert et de Ville- m étrie. Or nous venons dem ander à ce que nos braves édiles ne fassen t pas que d y pen ser, car nous aussi nous pensons à eux et nous en attendons des actes p lutôt que de bonnes pensées Nous aussi, M essieurs, nous payons des contributions. Il y a-t-il seulem ent u n program i d élaboré pour nos faubourgs alors q u il y en a un pour l'é la n ^» 6 m en t des rues, pour re sta u ra tih 1 du th éâtre, p o u r te rra in de sport Pour salle des Fêtes, tous pour fêtes ffuoi- Que nos braves édiles passant dans nos ru es u n peu p lu s souvent, ils y renco n trero n t nos en fan ts (et il y en a chez nous) qui vont reviennent de l école en p atau g ean t d»ns les flaques d eau, car ce n est que boue ou m ares d eau partout q u il e st im possible d éviter. C est très bien de faire des bordures de trottoirs su r la route d um ont qui est très peu habitée, m ais voilà 10 ans p assés où un tailleu r de p ierre habita n t encore V illevert a taillé plus de 12 kilom ètres de bord u res destinées à nos faubourgs. Venez vous prom ener le soir à 20 h., m ais prenez des bottes d égoutier car vous n y verrez pas clair, le courant n a p as encore été établi pour nous au 19 septem bre. H élas nous avons le tort d être des ouvriers et d h abiter d an s un quartier non fréq u en té des touristes san s quoi il est probable que nous n aurions pas de m o n tag n es ru sses d an s nos sentiers. De grâce, M essieurs, passez de tem ps à au tre chez nous, vous verrez quelles canto n n iers ont au m o in s autant4 de tra v a il que sur le te rra in des sports Se lfé W rh r fio fij'ue^ne faites n ous suffit. U n groupe (l Electeurs de V illevert. i vis aux parents L a D irectrice de l E x tern at du Sacré- Cœ ur (Ecole libre, 1, place S aint M aurice), prév ien t les fam illes que la ren trée des classes est fixée au fercredi p rem ier octobre. L a ren trée des p etits en fan ts des classes en fan tin es (rue S aint-joseph) aura lieu le m êm e jo u r; les en fan ts peuvent être re çu s dès l âge de 2 ans. & L Ecole to u jo u rs soucieuse d être u tile à ses élèves in fo rm e les p aren ts des divers cours et leçons qui peuvent être donnée : E n s e ig n e m e n t C o m m e r c ia l n g la is Stén o - D actylo - Com ptabililé r t s d g r é m e n t s ' Piano - Violon - S o lfège D essin et quarelle L e ç o n s p a r t ic u l iè r e s d e F r a n ç a is^. P o u r tous ren seig n em ents, s adresser à la D irectrice, 1, place Saint-M au- rice RENTRÉE DES CLSSES Fournitures Générales pour Ecoliers Spécialité de SERVIETTES e t TROUSSES de cuir en tous genres LIVRES CLSSIQUES cluizir France DIJBOIS-IiEROOX 5, place de la H alle, S en lis 4571 M. LIENRD, ru e du Chatel, a l honn e u r d in fo rm e r sa clientèle, q u il a cédé sa co rdon nerie, à p a rtir du 15 sep tem bre à M. STO FFL E R ; en la rem ercian t de la confiance q u elle lui avait tém oigné, il espère que ses nom breux clients voudront bien la continuer à son su ccesseu r. M. LIENRD informe également sa clientèle qu il continuera la chaussure sur mesure, au 40, avenue Foch, ef avise MM. les Cordonniers des environs qu il représentera la Maison Du- quesnoy, de Rouen, pour les talons caoutchouc «Le Gaulois» des établissements Bergougnan et les fournitures générales pour chaussures Union Commerciale et Industrielle de Senlis Les m em b res du Com ité se sont ré unis le 18 septem bre 1930, sous la p ré sidence de M. B ascher. E taient p ré sents : MM. P o reau, C harnet, L am y, prigault, F leury, B ardou, M oquet, P ier- rard, Lesage, C ourtoisier, Patenotte, P upuis, D uchet, Bollé. Excusés : MM. M arin et Leclerc. M onsieur le P ré sid e n t donne lecture d une lettre de rem erciem ents de M. P aulvé, ancien so u s-p réfet à Sen- r lis, e x p rim a n t ses reg rets de devoir quitter S enlis et les C om m erçants. Lecture donnée d une lettre de l U nion des intérêts économ iques a u su je t de l a dresse d un vœ u pour la dim in u tio n de îirrrpôt su r les transp o rts. Ce vœ u fo r tem en t m otivé reçoit l adoption du G roupem ent et sera ad ressé à l U nion des In térêts économ iques qui g ro u p era les réclam ations. L ecture est donnée d une lettre de l U nion C om m erciale et Industrielle de l in qui lors de leu r réunion g énérale à laquelle assistaien t m em bres artisa n s a exprim é le vif m écontentem ent des ad h éren ts au sujet des dégrèvem ents, au su je t de l égalité fiscale avec les Sociétés à su c cursales m ultiples, au su jet du re m p la cem ent de l im pôt s u r le chiffre d a f faires p a r la taxe unique. Lecture est donnée en su ite d une lettre de la C onfédération des G roupem ents C om m erciaux et In d u striels de F ran ce au su jet des trav au x des com m issions qui viennent d étre institu ées dans tous les départem en ts p a r Mon sieur le M inistre du C om m erce pour enquêter su r les charges qui grèv en t la d istribution des objets de g ran d e consom m ation depuis la production ju s qu à la vente à la consom m ation. u su jet égalem ent des observa, tions concernant l application des s su ran ces Sociales et ex am in er s il n y a u ra it p as lieu de ten ter u n effort a u près du P arlem en t p o u r lui d em ander une m ise au point de cette loi qui sou lève ta n t de difficultés et suscite ta n t TVnôlmn Rions. M o n s ie u r Je P r é s i d e n t n o u s e x p r i m e ensuite tout le regret q u il a de devoir quitter Senlis p ro ch ain em en t et donne sa dém ission de ce fait. Il rem ercie les M em bres du B ureau et les M em bres de l U nion de la confiance qui lui a été m aintes fois tém oignée et du concours am ical que tous lu i o n t apporté. P lu sieu rs M em bres du B u reau ont rem ercié vivem ent M. B ascher de tout le dévouem ent et de la com pétence avec lesquels il a su présid er l U nion C om m erciale et In d u strielle de Senlis et ren d u ain si à la collectivité les j grands services que tous nous avons ' appréciés, reg rettan t p ro fo n d ém en t la dém ission donnée et e x p rim a n t le vœ u d une pleine réussite d an s ses fu tu rs travaux. La séance est levée à 2 2 h. 30. L e Secrétaire,. L a m y. E lection d u P résident Les m em bres du Comité ont l honneur de porter à la co n n aissance des ad h éren ts de l U nion, que d an s leur réunio n du 22 septem bre, ils ont élu c o m m e P résid en t, M. P ierre M oquet, i n d u s t r i e l à S e n l is, en rem p lacem en t de M. B ascher, d ém issio n n aire cause de départ. pour Les Poilus d Orient C est dem ain dim anche, qu a u ra lieu à l Hôtel H enri-iv, l assem blée g é n é ra le de la Section des P o ilu s d O rient. Cette réunion sera suivie d un d éjeu n er am ical et d un bal. Rentrée des classes L a rentrée des classes est fixée dan s les écoles p rim aires élém entaires au m ercred i prem ier octobre. C onform ém ent à la circu laire du , les en fan ts qui au ro n t 6 ans av an t le 31 décem bre prochain, p o u r ro n t être reçu s à l école p rim aire dès le p rem ier octobre. IMos Ecoles libres L a ren trée des classes au x écoles li bres a u ra lieu le m ercredi prem ier octobre prochain. ^ Les p a re n ts soucieux de faire donn e r à leurs e n fa n ts, avec une solide in stru ctio n une éducation vraim ent chrétienne, sont p riés de s adresser au p lu s tô t à la direction. M lle Z dzitow icka, directrice de l ex te rn a t du Sacré-C œ ur, 1, place Saint M aurice et M. Sorel, officier de l in s tru ctio n publique, directeur de l école lib re de la ru e de V illevert se m ettent dès m a in te n a n t à la disposition des fa m illes qui d ésireraien t leu r leu rs enfan ts. confier n Joindre à toute demande changement d adresse la dernière bande du journal et i franc pour frais de nouvelles bandes, bant frai itère U Jardins ouvriers de Senlis U ne réunion ex trao rd in aire de la Section a u ra lieu en la salle du Ja rd in d H orticulture de Senlis, le d im anche 5 octobre 1930, à 14 h eu res. O rdre du Jo u r : O rganisation de l E xposition des 25 et 26 octobre. R épartitio n des gadoues. Q uestions diverses. Les M em bres ne pouvan t assister à cette réunio n sont p riés d en aviser les chefs de groupe. Les fiches du C oncours doivent être rem ises av an t l E xposition. Le Secrétaire G. P r é v o s t.... Miss Smith P r o f e s s e u r d a n g la is Cours _ Leçons particulières de con versation - - Préparation a u x E x a m e n s Baccalauréat - -, n g la is C om m ercial Sténo n g la is , Rue du P u its-t ip h ain e ou de préférence à l Ecole Libre des F illes 1, P lace Saint-M aurice, SE N L IS (Oise) 4679 RENTREE DES CLSSES Grande Vente Réclame Q uelques P rix : Trousses 4 fr fr 75 13fr 50 17fr-75 etc., etc. Cartables 5 fr 25 5fr 75 7fr*75 8 fr- 2 5 et an dessus Gibecières et Sacs Qualité courante 13,r 50 Qualité forte côtés cuir 16fr-75 Tout cuir sans couture 28" fr 00 et au-dessus Serviettes am éricaines à poignée Tout cuir renforcées le 0 m35 le 0 m fr fr. *>0 e tc. Serviette tout cuir 42 fr francs 67 fr., etc. S p é c ia lité u n iq u e d e S t y l o s depuis 7 fr. 50 et toutes les meilleures marques Réparations soignées Cahiers 50 pages O f r pages 0 fr. 70 Sous-m ains Tous Prix N^MM1.J j Porte-m ine 2fr.75,3fr.50,etcl CRYONS de couleu rs 1 fr. 60, 2 fr fr. 50, etc. Grand choix de Compas rdoises factices et naturelles Tous les Dictionnaires Larousse k. c h e z LIBRIRIE P U L (P a u l Ju lie n ) PPETERIE p r i x é g a l qualité égale to u jo u r s MIEUX toujours MOINS CHER 20, rue Roug le, 20 SENLIS (Maison de tottle Confiance) 4^1, J ' r- nn_ "Tiôl Club sportif senlisien M atch du 21 septem bre 1930 C. S. Senlis (1), bat U. S. C hantilly (2), p a r 5 buts à 1. Sim ple en traîn em en t pour les jo u eu rs, C hantilly réu ssit u n but dan s les p re m ières m in u tes et avec l aide du vent et la vigilance de son keep er attein t la m i-tem ps avec cet avantage, Senlis ne pouvant m arq u er bien que d o m in an t; Par la suite C hantilly est acculé dans ses buts et ne fait que quelques te n ta tives san s résultat, alors que Senlis m arque p a r 5 fois. C hantilly fit une p artie courageuse et son gardien de but lui évita u n e défaite p lu s sévère. Senlis p résen ta pour la p rem ière fois de la saison son éq u ip e «p o ssible». L ensem ble peut bien faire. T out dépend d abord de la d iscipline et de l état d esp rit de certain s élém en ts ; sans p réten d re jo u e r les p re m ie rs rô- t. les senlisiens esp èren t se classer honorablem ent dan s la com pétition ré gionale; ils se le doivent p o u r eux- m êm es et pour récom penser leu rs d i rigeants des efforts q u ils font pour eux. M atches du 26 septem bre 1930 B eauvais C ham pionnat de l Oise (2 e Série) C. S. Senlis (1), contre V éloce Club B eauvaisien (1), à 14 h eu res 30. Voilà certes un début difficile pour Senlis en cham pionnat. B eauvais desc e n d de p rem ière série où p a r suite d une guigne noire, il se classe d ernier. Son équipe n a \p a s dém éritée pour cela et c est certain em en t le p ré tendant au titre. F aisons confiance aux Senlisiens; ils fero n t leu r possible. D épart à 12 heures 30 précises, place du Chalet, avec la voiture de la S tarn. Prix des essences D ap rès le contrôle de la police, le p rix de l essence p ratiq u é p a r le com m erce de détail, a été le su iv an t à S enlis, p endant le m ois de septem bre coura n t, et à l hectolitre : Q ualité T ourism e P rix m oyen : 230 francs. Q ualité P oids lourds P rix m oyen : 225 fran cs. Les p rix en bidons de 5 litres ont été les su iv ânts : Q ualité «T o u rism e» : 11 fr. 50. Q ualité «P oids lo urds» : 11 fr. 25. ucune in fractio n n a été relevée pour d éfaut d affichage des p rix de vente p a r les détaillants de ce carb u rant. Collision d automobiles M. C..., 51 ans, se re n d a it à Creil en autom obile lu n d i d ern ier. rrivé place de Creil, vers 20 heures, il h e u rta une a u tre autom obile qui y était en statio n n em ent et qui n é ta it p as éclairée à l arrière. Les dégâts fu re n t sim p lem ent m atériels. De l enquête ouverte p a r la police, il résu lte que M. C... en serait l auteur responsable. L enquête a en effet d ém o n tré : 1 Q u il n a p as laissé la prio rité de p assage à un autre véhicule venant su r sa droite d an s u n e agglom ération u r baine. 2 Q u il n a p as été m aître de sa vitesse jo u r év iter la collision. Police de roulage Q uelques contraventions ont été re levées p a r la police m u n icip ale à r e n contre d autom obilistes, p o u r d éfaut d éclairage, d éfaut de plaque d identité et d éfaut de plaq u e m inéralogique. vis de police vant de procéder à des sanctions, M. le C om m issaire de Police, rap p elle une dernière fois à certain s je u n e s gens, coutum iers du fait, q u il leur est interdit de stationner, sans m o tif pla u sible et ju stifié, et avec leur bicyclette à la m a in, au carrefour du C o m m issariat de Police et su r les trottoirs correspondants, com m e ils ont la m auvaise habitude de le faire jo u rn ellem en t, en dehors des h eu res de leu r trav ail. Ils gên en t ain si considérablem ent la circu lation des p iéto n s et celle des v éh i cules, à un c arrefo u r étran g lé et d a n g ereu x et peuvent a in si occasionner in d irectem en t p a r le u r e m b arras de la voie p u b lique et leu r entrave à la c irculation, de g rav es accid ents. P a r ailleu rs, ils g ênent ég alem en t l accès dan s les m ag asin s riv erain s, nota m m en t ceux de MM. G hauvière et Fonteix. Si à l avenir, ces je u n e s gens, m a l gré les n o m b reu x avertissem en ts q u ils ont d éjà reçus, p ersisten t à ne p as en te n ir com pte, il leu r sera dressé des p ro cès-v erb au x p o u r e m b a rra s de la voie p u b lique et entrave à la circu latio n autom obile! bon entendeur, salu t! Rejet de recours en grâce En exécution d in stru ctio n s du P a r quet G énééral, M. le C om m issaire de Police a fa it co n n aître à M m e Poirée lbertine, fem m e B aillet, 3 4 ans, m a- nouvrière, ru e des F o u rs à Chaux, à S enlis, que le recours en g râce q u elle avait form é contre le ju g e m e n t correctionnel, ren d u su r opposition, en date du 20 août 1930 et la c o n d am n ant à six m ois d em p riso n n em en t sa n s su rsis (pour coups et violences infligés su r la p erso n n e de sa petite nièce, âgée de 2 an s et dem i, n a pas été, d ap rès l exam en qui en a été fait, à la C hancellerie, su scep tib le d être accu eilli favorablem en t et a été p u re m e n t et sim plem en t rejeté. E n conséquence, la condam née dev ra su b ir ses 6 m ois de priso n. Le garde Hutin et M. M. Hamot blessés par des braconniers U ne rencontre entre le garde H utin et M. H am ot avec des b raconniers s est produite vers 11 h eu res 30 du soir, à la lisière des d ép artem en ts de l Oise et de S eine-et-m arne, p rès du h am eau de la R am ée, com m une de Douy, à 15 k i lom ètres de M eaux. Des coups de feu fu re n t échangés et deux p erso n n es ont été blessées : M. R oger H utin, v ingt- n e u f ans, garde de la F édération de Chasse de Senlis, et M. M arcel H am ot, v ingt et u n ans, stagiaire agricole, qui l accom pagnait. T ous deux étaient p a rtis de B régy (Oise) su r u n e m oto conduite p a r M. H am ot. Ils effectuaient une to u rn ée de surveillance, q u an d p rès de la R am ée, l attention de M. H utin fu t attirée p a r la. lu e u r d une lantern e à acétylène mu-, nie d un réflecteur qui p ro m en ait d ans la p lain e son faisceau lu m in eu x. Les braco n n iers, au nom bre de deux, se d i rig ean t vers le bas-côté de la route, le g arde et son com pagnon m ire n t pied à terre et les attendirent. Q uand ils ne fu re n t p lu s q u à h u it m ètres, M. H utin cria : «H alte-là! police!» ussitôt, le garde et son cam arad e essu y èren t les feux convergents du réflecteur et d u n fusil. Le g ard e rip o sta en v id an t le b a rillet de son revolver, ta n d is que les b raconniers s en fu y aien t, in d em n es, à trav ers ch am p s, en direction d O issery. P a r contre, M. H utin n avait p as reçu m oins de v ingt et u n g ra in s de plom b dont q u atre l avaient blessé au côté droit, les autres s étant aplatis su r u n calepin et divers p ap iers qui se tro u v aien t d an s la poche de sa veste. M. H am ot était blessé a u visage, à la poitrin e et à l a v a n t-b ra s gauche. T ous deux p u re n t se re n d re à la g en d arm e rie de Betz qui alerta les b rig ades lim i tro phes. Les m alfaiteu rs, qui avaient p ris la fuite, ont p u être identifiés et arrêtés après une enquête de M. Belin, com m issaire de police à la prem ière b rigade m obile, secondé p a r l in sp ecteu r R egnier. Il s agit de deux ouvriers a g ricoles belges, H enri N oeyaert, 33 ans, et lbert d H erbe, 28 ans, tous deux dom iciliés à D ouy-la-r am ée (S eine-et- M arne). près avoir recu eilli le u rs aveux, M. B elin les a m is à la d isp o sition du P a rq u e t de M eaux. Théâtre Municipal Ciném P o u r cause de tran sfo rm atio i m eture provisoire. R éouverture tobre. Hôtel Henri-IV. Cuisine soignée. Prix modérés. La plus jolie Salle pour Noces et Banquets. Téléphone ÉTT CIVIL DE SENLIS du 19 au 2 6 septem bre N aissances 19. D enise-léonie P icart, rue du M oulin S ain t-t ro n. 20. Jacquelin e B ariéraud, ru e du M oulin du Gué de P ont. 24. M arie-l ouise-joséphine Colonna, 21, ru e de P aris. P u b l i c a t i o n s d e M a r i a g e s 20. E ntre M. R ené-c am ille-g eorges P ichat, in g énieur, d em eurant à Nice ( lpes-m aritim es), et M lle G eneviève- M arie- déline Poirée, sans profession, d em eurant à Senlis, 13, ru e S ain t- P ierre. 22. E n tre M. P ie rre -Ju lie n B arbier, cultiv ateu r à S enlis, V ieux C hem in de M eaux, et M lle S uzanne-m adeleine G uenin, sans profession, d e m e u ra n t à E p in ay-su r-s ein e, 6, V illa Georgette E n tre M. R oland-l ucien B oyen- val, agent de police à Senlis, et M lle R enée-m arie Petiot, em ployée des P o s tes, d em eurant à Courteuil. Décès 22. ngèle-e ugénie F o u rn ier, 55 ans, m én ag ère, d em eu ran t au B ourget, 62, ru e de F lan d re, décédée 1, fa u b o u rg Saint-Martin.

3 Î!M NNONCES JUDICIIRES D* r t. 6. rt. i r. Etude de M G eorges MORND avoué à 8 enlis. E tudes de M CHSTING, avoué à Senlis Séparation de Corps et de M LNGLOIS, notaire RUE DU PONT-NEUF Vente aux enchères publiques SUCCURSLE i I. PLCE DE CUCHY JO U R S SEULEMENT sur con version de sa isie im m obilière G ra n d e M is e e n V e n te VÊTEM ENTS '= = T O U T F IT S = s is e à O RRY-L-VILLE H o a m e a, D a m e s. E n fa n ta :: Jeunes G en a e t F ille tte s :ï canton de Senlis avenue de la Gare, dite la Huchette L adjudication aura lieu le Mardi 2 4 O ctobre 1B 8Q, quatorze heure» et demie, en l Etude et par le m inistère de M* LNGLOIS, notaire à Senlis, com mis à cet effet. PR DESSU S rt. 7. Etude de M G a s to n LOIR, avoué à Senlis, 43, rue de la République. ssistance Judiciaire d m issio n d u 29 Mars 1930 D un jugem ent rendu par défaut par le Tribunal civil de l'oise, section de Compiègne, en date du dix-huit juin 1930, enregistré. Entre Madame Blancbe-Louise OOQUKRET, épouse de Monsieur Marius GEERTS, avec lequel elle dem eure de droit, mais autorisée à résider et résidant de fait à Orry-la-Ville. Et Monsieur Marius GEERTS, manouvrier, dem eurant à Orry-laVille, ci-devant et actuellement sans domicile ni résidence connus. Il appert : Que le divorce a été prononjjé d entre les dits époux Geerts-1 Coqueret, à la requête et au profit de la femme. Pour extrait publié conformé m ent à l article 247 du Code civil, en vertu d une ordonnance de M. le M agistrat délégué du Tribu nal civil de l Oise, section de Com piègne, en date à Senlis du 23 se>> tem bre 1930, enregistrée, pour faire courir les délais d'opposition à l égard de M onsieur Geerts, le I dit jugem ent n ayant pu être si gniifié à sa personne. 46G8 (Signé) G. LOIR. F o r m e c r o is é e 4 5 f r. e n p lu s R a g la n d r o i t. C O M P L E T -V E S T O N H OM M ES F o r m e d r o i te J E U N E S G E N S 1 S- 1 9 F o r m e d r o i te ,r40 F o r m e c r o is é e f r a n c s e n p lu s 2B 9 ans «9 fr 40 F o r m e c r o is é e f r a n c s e n p lu s PN T LON H O M M ES F a n ta is ie. S C fr* I 7 9 et «w I JE U N E S GENS T is s u f a n t a i s i e e t I r a 7 5 ees; 6 5 " I C O S T U M E I t'o K F O L K n» 375, m a r tin - M d U f r. g a le. ( 6 fr. en p lu s par â g e.) L e 6 ana. V R E U S E n 8 4 3, à m a r tin g a le, ra tin e b leu e, b o u to n s d orés, e n tiè r e m e n t d o u b lée. ( 5 fr. e n p lu s par â g e.) L e 2 a n s. gfcprbelle. ^ Ipp^RDIMIEtîE rt. 8. Etude de M» Félix LOUT notais Suivant acte reçu par M* Louât, notaire à, Senlis le 13 septem bre! 1930 enregistré à Ren is, le 171 septem bre volume?87 n, I folio 73, case 413. Monsieur ei [ Madame LIENRD-VIOLET, cor j donniers-réparateurs. dem euran 1 I à Senlis, rue du Châtel, n" 10 bis I o n t v en d u à M o n sie u r e t M adam e I STOEFFLBR-LEMIRE, demeu rant ensem ble h Senlis, rue du I Fauliourg-Saint-M artin, n 1, le I fonds de com m erce de cordon-1 nerle-réparation s qu ils exploi talent ensem ble à Senlis, rue du i Cbâtel, n 10 bis. L entrée en jouissance a été fixée au 15 septem bre ncien Principal Clerc Les oppositions, s il y a lieu, 2 3 venue du Maréchal Joffre I seront reçues dans les dix jours CHNTILLY! de la présente insertion, à Senlis, le n l Etude de Mo Louât, notaire, où domicile a été élu à cet effet. PREMIER VIS I L insertion au Bulletin Officiel I des Ventes a paru le 24 septemssistance Judiciaire I bre Décision d u B ureau de S e n lis Pour deuxième insertion : du 28 Septembre I 4617 F. LOUT. TOUS NOS RYONS PRIX EXCEPTIONNELS Etude de M«VIDY, notaire à Chantilly. PREMIERE INSERTION MI S E PRIX En outre des charges, clauses et conditions énoncées au cahier des charges dressé par M* Langlols, notaire à Senlis, et déposé en son étude ou toute personnel peut en prendre connaissance, l im m euble sus-désigné s«-a mis rp Sde.8.r.1,.ml Fr. fixée par le jugem ent sus-énoncé. Consignation pour enchérir : francs en espèces ou ren tes françaises au porteur. Etude de M GZEU, notaire Etude de M R e y m o n d BRELL notaire à Verberie. Etude de M» DHERBE, huissier à Pont-Sainte-M axence. YXNTX SU R LICITTION UX ENCHÈRES PUBL IQUES a u p lu s offren t et dernier enchérisseur PROPRIETE louer à l am iable, à P ont vendre à l amiable, P rop riété B ourgeoise à M ortefontaine, 3, Sainte-Maxence, au centre de la rue de Louvres. S a d re sse r à ville, Maison B ou rgeoise, 9 piè à usage ces en parfait état, eau, gaz, élec M' Gazeau, tricité, cour, jardin d agrém ent. de jardinier maraîcher Libre de suite. S adresser à M D herbe, huissier. appelée «Salite-gaffle» Etude rie M* R obert BOILET notaire s itu é e à CREPY-EIM-VLOIS à Pont-Sainte-M axence (Oise), vendre à l amiable, à Pontrue ou Montagne de SainteSainte-M axence, quai rsène-bergathe. vendre par adjudication, beau din, n 16, grande Maison d HaTerrain à Bâtir de 351 m ètres 2, bitation de 10 pièces, grenier et sis à Eaubonne (Seine-et-Oise), cave. S adr.à M* Dherbe, huissier. avenue de Madame d Hondetot, le Samedi 4 Octobre 1930, à 15 h., en l Etude et par le m inistère de vendre à l amiable, à PontMe R obert Boilet, notaire à Pont- Sainte-Maxence, rue de l Ile, n* 5, Sainte-Maxence. grande Maison d Habitation de 10 pièces. S adr. à M* D herbe, huissier. vendre par adjudication, 4 hectare 7 8 a res 6 2 cen tiares Etude de M» TÊTRD, notaire de Terre, en 5 parcelles, sises vendre à l am iable, Malson à Senlis terro ir de Pontpoint, le Samedi d habitation sise à V erberie, rue (successeur de M5 P e t i t ). 11 Octobre 1930, à 15 heures, en S aint-pierre. S adr. à M* D herbe, la Mairie de Saint-G ervais-pont- huissier. point, par le m inistère de M» R obert Boilet, notaire à P ontsainte-m axence. vendre à l amiable, à PontSainte-M axence, ru e du Champde-M ars, grand Terrain à Bâtir de m ètres. S adresser à E tude de M MROT gradué en droit, greffier de paix Me D herbe. à Pont-Sainte-M axence. Objets M obiliers dépendant de la succession de M. Loison, à vendre aux enchères publiques, à louer, 2 ppartem ents, sis Verneuil-sur-O ise, dans la cour à Senlis, 6, rue de la Poulaillerie. de M. Bimont, cafetier, rue du S a i r. à M Têtard, Bac (route de Creil), le Dimanche 28 Septem bre 1930, à 14 heures, par le m inistère de M» D herbe, vendre à l amiable, M aison huissier à Pont-Sainte-M axence. sise à Senlis, rue des Jardiniers, n» 28. S adresser à M Têtard, k m. 10. Les am ateurs devront être por te u rs d une pièce d identité tel que livret de famille. Fait et rédigé par l avoué pour suivant soussigné. Senlis, le 24 septem bre 1930 Signé : L. CHSTING E t enregistré. Etudes de Me L. CHSTING avoué à Senlis et de M* PILLEBOUT, notaire a Crépy-en-Valois. Joindre à toute demande de changement d adresse la der nière bande du journal et 1 franc pour frais de nouvelles bandes. vendre à l amiable, Malson de Com m erce et de Rapport sise à RW. 13. TRIBUNL DE COMMERCE DE SENLIS SYNDICT S e n l i s, à l e n c o i g n u r» d e s rues de V illevert, n 12, Mauconseil et du Cim etière-saint-rieul, n» 1. S adresser à M* Têtard? Etude de M LNGLOIS, notaire louer, une Maison Bour geo ise sise à Senlis, rue Saintïv e s-à - 1 rgent, n 14. S adr. à M Langlois, vendre de gré à gré, une Maison sise à Senlis, rue du I M oulin-du-gué-de-pont. S adr. à M Langlois, Imprimeries Réunies de Senlis

4 c * sw w oues dis jffoisa D E M N D E S ET O FFR E S Ouvriers et ouvrières mandé? pour montage du jouet. S adresser chez MM. COTIN, COLL et Cie, 25 bis. rue de la République, Senlis. "03 MNUFCTURE COUTCHOUC SENLIS - Ouvrières sont demandées, Trablen vail aux pièces rimes diverses. Frais S ê 't â r r e m b o u r s é s 1 o u v r iè r e s d u d e h o rs OCTROI DE CHNTILLY I employés d octroi mandés par la Ville de Chantilly. Ecrire ou se présenter au R e- ceveur en chef, au Bureau cen- tral, avenue du Marée îal Jofifre Bons charpentiers, menuisiers! bons cimentiers S<DELCOURTS Frères, Le Touquet Paris-Plage P o fit nlflpl» (garçon) est demandé l u l l l ulul II chez M«C hastaing, avoué Se présenter à l Etude, le matin. Employé de bureau mande par la Société des Etablissem ents BaSCH-ER et PICHOT, 4644 Couturière et apprentie sont, demandées de suite. co u tu riè re S adresser à Mme CMUS, 20 rue Bellon, Senlis Jeune homme tissage, ou un ouvrier chaudronnier-plombier S adresser chez M. HZRD, rue Saint-Hilaire, Sen is Sténo-dactylo (homme ou femme), est demandé. dresser les demandes au Bureau du Journal qui transm ettra Homme énergique pour occuper un emploi de chef d équipe. S'adresser au Bureau du Journal qui transm ettra. Fournir tous renseignements sur âge. situation de famille, emplois précédemment occupés Charretier N rrl S adresser : Ferme de l Evêché, Pont-Sainte-Maxence ncien garde-champêtre hlef guerre, demande place de garde appariteur. MONDET, Oigny-en-Valois, par Villers-Cotterêts (isne) Manœuvra sérieux mandes. S adresser : Moulin de Pontarm é (Oise) Charretiers, Livreurs, Hommes pour travaux magasins, sont deman dés. Bonnes références exigées. S adresser à M. M. LEROY, grains e t fourrages, Senlis Bonne à tout faire mandée. On logerait méuage sans meubles. S adresser à M. COFF1N, 5, rue de Nanteuil, Senlis CHERCHE LOUER M a i s o n B o u r g e o i s e VEC GRGE dans village canton Nanteuil ou limitrophe. Ecrire an Bureau du Journal qui transm ettra Ménage seul, sans enfant CHERCHE PETIT PPRTEMENT MEUBLÉ, avec cuisine ou grande chambre meublée avec cuisine À CHNTILLY, pour Octobre Faire offre avec prix au Bureau du Journal V E N D R E francs CHLET DEMONTBLE 5 m ètres sur 8 ETT NEUF S adresser à M. RIVOIRE, 1 bis, avenue umont, Chantiily TRICOTS MÉCNIQUE SUR MESURE 5, venue de la Gare, 5 (2* Etage) CHNTILLY Études de M* M arcel TOUCHÜD com m issaire-priseur de l'arrondissem ent de Senlis Téléphone 150 Le Dimanche 28 Septem bre 1930 à 14 heures à SE N L IS, en l'hôtel des Ventes 14, rue de Beauvais (en trée rue du Four) Vente aux enchères publiques DE fions Meubles] nciens et Modernes u Comptant. 17 %> en sus On pourra visiter le2 7 Septembre, I de 14 heure' à 17 heures et la maitinée de la vente Etude de M» Louis GUÉTIN, gradué en droit huissier à Chantilly. Pour cause de départ. GOUVIEUX route de Lamorlaye, n 8 le Dimanche 28 Septembre 1930 à 13 heures 30 Vente aux enchères publiques D UN fion Jrtob comprenant notam m ent : Salle à manger style Hollandais Salon acajou. Chambre à coucher pitchpin. Beau lit fer et cuivre. Glaces. Garnitures de cheminée. Commode. Tapis. Phonographe. Tableaux. Portemanteau. Bicy-1 d ettes d homme et de dame. E n v iro n IS O poules, coqs et ] poulets de ra c e s anglaises. par le m inistère de M* GUÉTIN huissier à Chantilly u Comptant. - Frais ordinaires Pour avoir la notice complète s adresser à M* Guétln. huissier à Chantilly. Tél Etude de M* Louis GUÉTIN gradué en droit huissier à Chantilly. Pour cause de double emploi V E N T E V O L O N T I R E aux enoh ére* publiques D UN fion Jffobilier comprenant : Salle à manger chêne sculpté. Salon. Fauteuils et sièges divers. Gravures anglaises Bibliothèques. Livres. Table à ouv rage Louis XVI. j Etude de M«GZEU, notaire VENDRE OU LOUER Jouissance I e' Janvier 1930 Maiso& B o u r g e o is! S E N L I S Rue de Paris, n 12 7 pièces principales, dépendances eau, gaz, électricité chauffage central. S'adresser à M* G azeau, notaire I à Senlis, 4640 Etude de M«MROT gradué en droit, greffier de paix à Pont-Sainte-Maxence Téléphone 40. B E U X ET B O N S... IUIIIIIIIIIIIIIIII1IIIIIIIIIIIIIIIIIIII''- CHENRD & WLCKER { DELHYE - DELGE L. ROSENGRT H. C O L L E T 17, Rue du Faubourg-Saint-Martin s SENLIS - Tél. 177 \ M E U B L E S 11 =. v e n d r e Inîlllllllllllllf/inillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllirr? aux enchères publiques à Villeneuve-sur-Verberie derrière l tg lise B eau piano d ro it m a rq u e d as Gloess». t Pou tous renseignements, s'h- PortRUiantâau bambou. O ami drtoooor a m - n u ro t. '4674 tures de cheminée. Plusieurs lits cuivre et literie. Commode. T oilettes. rm oires &glace. Glaces, j Coffre-fort m arque «Verstaen».. V E N D R F rm oires-penderies. Bois de cerf et de daim. Costume d amazone. Bicyclette d homme. Le tout appartenant à M. Coates C H N T I L L Y rue ndré, n* 5 bis (Parc umont) le Dimanche B Octobre à 13 heures 30 par le m inistère de M" GUÉTIN huissier à Chantilly u Comptant. Frais ordinaires Pour avoir la notice complète, s'adresser à M* Guétin, huissier à Chantilly. Tèlèp Etude de M' DELITRE notaire à Crouy-sur-Ourcq (S.-et-M.). 2 2 C H E V U X 4 V C H E S Im p o r ta n t ttir a il. V E N D R E UX ENCHÈRES Dimanche 1 2 Octobre à 13 heures 1/2 â CROUY-SUR-OURCQ (S.-fil-M ) Ferm e du Château par M* DELITR, notaire à Crouy-sur-Ourcq en présence de M«DÉPLNTÉ huissier à Lizy. C réd it: 15 mai 1931, sur références d'officiers ministériels. On vendra ; 12 chevaux les vaches et la majeure partie de l attirail, Le surplus sera vendu le 7 Novembre. Pour cause de fiu de bail mateurs d Histcire Locale très intéressant C atalogue d'h lstolre Locale, concernant la région Flandre-rtois-Pieardie. L envoi en sera fait gratis et franco à toute personne en faisant la demande à M. Paul DUPRÉ, Librairie d'histoire locale, 8 4, Rue C rolx-belle-porte, à Saint- Quentin «Je désire acheter on viager B e lle P R O P R I É T É entre Paris et Senlis. Toutes garanties. E crire : BRDÉ, 26, rue de Cbâteaudun, Paris les Dimanches 5 et 1 2 Octobre et le Dimanche suivant s il y a lieu à 13 heures 30 par le ministère de M» MROT greffier de paix à Pont-bainte-Maxence. DÉSIGNTION SOMMIRE Chambre à coucher palissandre. Plusieurs lits en noyer, acajou, thuya, avec leurs sommiers. rmoires à glace. rmoire chêne. Chiffonnier. Tab es de nuit. Tables de toilette. Bureau ac jou. Glaces encadrées M iroirs. P e n d u le so u s g obe. N o m b re u x m atelas, tra v e rsin s, o reille rs édredons. Salon : canapé, fauteuils, chaises. Garnitures de cheminée. Salles à m anger. Tables diverses. Bureau, table et garnitures bronze. Classeur. Cuisine complète avec de nomoreux accessoires et linge de cuisine. Draps. Serviettes. N appes. rgenterie. Nombreux ouvrages classiques! et au ires en très bon état. Verrerie, vaisselle et quantité d objets. (Consulter les affiches). La vente aura lieu dans l ordre s livant : 5 Octobre : chambres à coucher, salle a manger, salon. 12 Octobre : l ureau, cuisine, linge et d hers. On pourra visiter de 10 heures à midi les jow~s de vente. u Comptant. - Frais ordinaires C U I S I N I È R E occasion, en bon état l m4û0 x O^OO, 3 feux 2 étuves bains marie. S adresser : Manufacture de Caoutchouc, Senüs V E N D R E UNE TORPEDO RENULT 6 lievaax. Très b n état n'ayant fait que kil. S adresser 10, rue de Paris. S snlis Etudes de Me Georges MORND, avoué a Feulis, et de M Marcel VIDY, notai e à Chantilly. V EN TE SU R LICITTION D UNE Superbe Propriété situ ée à CHNTILLY rue de la Faisanderie appelée «Les Bourgognes» su.ceptible de Lotissement Comprenant : Belle Malson d habltatlon, Jardin d agrém ent, autre grand Jardin, Jardin potager, nom breux com m uns d une contenance de neuf mille mètres environ L adjudication aura lieu le Samedi 11 Octobre , à quinze heures, en i Ëtude et par 1h ministère de M* Marcel VIDY, notaire à Chantilly, commis à cet effet. S adresser pour les renseignem ents : Georges Morand, avoué à Senlis, poursuivant la vente ; Gaston Loin, avoué à fc»eniis, p r é s e n t à l a v e n t e ; M Marcel Vldy, notaire à Chantilly, rédacteur et dépositaire du cahier des charges. F.t pour visiter, au ditm* VIDY, Etude de M»Félix LOUT, notaire vendre à l amiable, une Mai' son sise à Orry-la-Ville, 1, rue d umale. S adr. à M' Louât, j NOUVELLES G U E R IE S E f BZR DE L L IIO R ie ndré COLLINET 7, R ue B ellon, SENLIS (Oise) R. C rticles de Ménage s Faïence, Porcelaine, V errerie COURONNES MORTUIRES J o u e t s V o i t u r e s d ' E n f a n t s Spécialité db Cordages en tous genres Grand choix de Toiles cirées CTUELLEM ENT RTICLES DE RENTRÉE DES CLSSES GRNDE V EN TE Rt&LME DE M L L E T T E S 4594 u to s MCHINES M otos U'ITLrjTV - -- C ycles r m e s Maison fondés on I892 COUDRE V O ITU RES D EN F N TS /fa Stock d ecessoires et de Pièces détachées * PN EU S UTOS H uiles e t Graisses Industrielles C arbure DÉBIT DE POUDRES. MUNITIONS RTICLES DE CHSSE SPECILITE DE CRTOUCHES CHRGÉES F u < il C h u r lln C a r a b in e s d e P r é c i s i o n M a u r i c e C H E V U X MOTORISTE - RMURIER 16-18, Place Henri-IV, à ENLIS (Oise) T É L É P H O N E 9 7 R C, Sonll» 2193 R e p r é s e n t a n t des M o t o s T E R R O T Tous Modèles en Magasin. Essai facu ltatif g e n t des G randes M a rq u es d e C y cles R a v o t -W o n a e r - T o r r o t L a F r a n ç a is e - D ia m a n t _ i >r o io n - B o u t o o - T b u m a u n, e t c... RTICLES GRNTIS PRIX OEFINT TOUTE CONCURRENCE RÉPRTIONS IMMÉDITES TRES SOIGNÉES GENCE RÉGIONLE 6 2, V Rue BEUQUESNE & GF.RVIS de la R épublique, SENLIS Téléphone Locations - Ventes et Ghats de Propriétés Fermes FONDS DE COMMERCE vendre à Senlis : Maison à usage de com m erce dans rue passagère et com m erçante. Nombr. d pendances. Libre à la volonté de l acquéreur. Café Tabacsdansimp-*rtante commune F dustrielie nel Oise. ff.ures fr. Prix à débattre. Café-Hôtel dans ville importune. Bail avantageux Prix céder près Senlis : H ôtel- R estaurant comp. 8 chambres fr. avec 1/2 comptant. bien meublées. Prix 6F0Ü0 fr. peut acheter l'immeuble avec le fon is. ""'1 Et nombreuses autres ffairer. RENSEIGNEMENTS GRTUITS «M RÉPRTION UTOMOBILE JVLÉC-.TTXQTTE3 C3-ÉÜSTjÊ JR - TLE M i s e a u p o i n t, d e t o u t e m a r q u e d é p a n n a a e C. FONTINE R ue d es J a r d in ie r s, SENLIS TRVUX SOIGNÉS ET GRNTIS 4600 Etudes de M' Georges MORhD, avoué à Senlis et de M Marcel VIDY, notrira à Ghan iliy. j ~ I VENTE SUR LICITTION DE j D E U X M I S O n S aises à LM ORLYE rue de la Mairie, u's 2 et 4 12 ares 80 cent, de TERRE Terroir de Lamorlaye lieudit Le Mont de Pô 0 ares 57 c e n t de TERRE Terroir de Lamorlaye lieudit L ncien Chemin Eludes de M' Ceorges MORND avoué à bt-ulis et de Ms Maurice DUVERGNE notaire à Bethisy-Sainl-Pierre. V e n t e s u r X i a t a t i o n DE 13 a. es 20 centiares de Terre O R M O Y -V IL L E R S lieudit le Village E 31 ares 75 centiares de Bois ROUVILLE EN TROIS LOTS L adjudication aura lieu le Mardi L adjudication aura lif»u le Sa- SePtem bre , à quamedi 11 Octobre _ à ( r-e heures et demie, en la vendre à l amiable une Mai son sise à Pontarmé (Oise), route quinte heures et demie, en FEtude Mairie d Ormoy-Villers, par le Nationale, dans une cour com- et par le ministère de M* ministère de M» Maurice DUmune. S adresser à M" Louât, j VIDY, notaire à Chantilly - ornî i VERONE, notaire à Béthisy- i I. 1 T 1 I W - n. n l. n X ^1,... l' 1UrC e i notaire,... _ mia à ci t effet. ) j Sakit- Pierre, commis à cet effet. MEUBLEMENTS COMPLETS T P I S S E R I E D É C O R T I O N M eubles Sièges de to u s Styles Chambre» à Gouoher S a lle s à Manger T É L É P H O N E 1..»» R. C fenui N il P a u l R O U S S E U 13, ru e du Ghâtel (Près l Hôtel de Ville) S E N L I S MEUBLES DE CUISINE CHISES PILLÉES ET CNNÉES LITS FER ET CUIVRE RTICLES DE LITERIE V * GLCES - TPIS - RIDEUX M* GRND MGSIN DE CHUSSURES ^Luxe - F atigue C hasse - Sport Exclusivité pour pied sen sib le; M a r q u e s B a l l y, P i n e t, U n i e B O U R Z E I X Chausseur, M e S ï îv - SENLIS 1 GHRUSSURES DE GflSSSE garanties imperméables TOUT CRÉDIT P R I S e t à CREIL Pour obtenir un Bon d chat écrivez au Comptoir Centrai d Âchats 1 8 0, rue La F»Yette PRIS (X ) Les Bous sont accep'és en paiement an même titre que de l arg mt comptaut dans plus de 6,0 Magasins LES SONNES CHNSONS I POPULIRES i REVUE M ENSU ELLE j 1 de 20 pages 27 X 19 1 contenant monologues, chansonnettes g g romances, poèmes, r tc.. g 1 bonnement : 1 O fr. par an g :!! Num éro spécimen i fr. Ü iritif I L ou is LEVENT 23 H i 61, rue de la Gare 1 C O T E L F O R Ê T (O ise) j j CG P ostal : P a ris I! 680 = Ç<i!m!l!ni!i!I!iîlll!iSi!lli!iiiiU!iUi!UiIS!Iiili!nfl!iIiiiiU!ilii^i Pour Vendre ou cheter Propriétés Terrains, Fonds de Commerce en tous gen res et à tous prix s adresser à M. J. LPERDRIX ancien principal clerc 2 8, venue du M aréchal Joffre CHNTILLY Téléphone t»#9*ot M FONDEUR BOUftGOeNE D & PV& ttisb «K W X.Z 8 C ycles - Motos - utos - rm es Vente et c h a É change et Location M achine» à C oudre et V oitu res d E nfants CCESSOIRES & PIÈCES DETCHEES Vélos Motos rmes Machinas é Coudra H u î l e», O r a l e a e e e t G a r b u r e VENTE CRÉDIT DES CYCLES & MOTOS Stock de Poudres et Cartouches chargées rticles de Chasse et Munitions - Carabines et Fusils en tons genres Fernand JNIN MECNICIEN RMURIER 15, Rue Saint-Hilaire, SENLIS (Oise) - B. C 3981 TÉLÉPHONE R ep résen tan t d es M otos M O T 0 B E C N E & M O T O C O N F O H T g e n t d es G randes M arques d e C ycles Âutomoto, lcyon, Grlffoo, J.-B. Louvet, flilecta, Victoria Les Réparations sont très soignées et garanties aux prix les plus avantageux Pour le placement de vos C P I T U X ou pour tous emprunts à un taux raisonnable mais sur garanties sérieuses dressez-vous à : Robert DEUGNIER d m in istrateu r de B ien s 7 6, B oulevard de M agenta, PRIS ll luî Ëiwi (près Gare du Nord) R É F É R E N C E S 1 O RD RE - RPIDËÉKEKT SOLIDEMENT É C O N O M I O U E M 6 N T CONSTRUITES MISONS PNNEUX DE GIMENT Etablie» «e» de» m td éru u i de ofee*x Iw r a u ssi g ra n d e q u e le* m s ts e n s e n b reu x m ndm ss. D em a n d a i ts a gratta e t «sets n a ta slg owta à g â i Pterre PERïfEY, VIDNGES «ne aomrftté IN O D O R E S PR PROCÉDÉS MODERNES DELGGRGE Route d Crépy, à S E N L I S T E L E P H O N E 8 6

5 jç Travers La protection des monuments et sites E n ad d itif à la liste des Sociétés lit téraires, artistiq u es et scientifiques que no u s avons publiée, il fa ü t citer la Société d H istoire et d rchéologie de S enlis et le Comité d initiative d Orryla-V ille.» P assage d un globe-trotter Lé su jet allem and F leitm an n Fritz, 20 ans, étudiant, qui a en trep ris le tr a je t à bicyclette B erlin -P aris et retour, est p assé à Senlis lu n d i d ern ier 21 courant, ven an t de P ëronne et se d irigeant su r P aris, ét a fa it a p o stille r ë'on Livre dé route au ' C om m issariat de police. Chien errant Le service de la police a captu ré un chien errant, non m u n i de collier et d ivag u an t su r la voie publiq u e. Il a été déposé à la fo u rrière et sera abattu s il n est p as réclam é p a r son p ro p riétaire dans u n délai de h u itain e au m a x i m um. Vol D ans la nuit du 20 au 21 courant, un in connu s est introduit au dom icile de M m e L avaut, en l absence de cette d ern ière (rue Léon F autrat) et y a soustrait divers effets. * Le p réju d ice causé s élève a in si à une centaine de fran cs. S u r p lainte, en quête ouverte p a r la police. En quelques lignes D im anche dernier, M m e veuve P ie rra rd s est luxée l épaule g auche en fa isa n t une chute, rue S aint-h ilaire. Elle a été conduite chez sa fille, M me D ag o n eau-p ierrard, où le docteur Bolot lui a donné ses soins. Vol de bicyclette M ardi dernier, vers 19 h eu res 30, M. Viot, fum iste, avan t d entrer au débit V incent, ru e de B eauvais à Senlis, avait déposé sa bicyclette contre la d ev an tu re de cet établissem ent. sa sortie, quelques in stan ts après, il constata la disparition de sa m achine. Le p ré ju dice que lui cause ce vol est de 490 francs. S ur plainte, enquête ouverte p a r la police. POLITIC R evue m ensuelle d in itia tio n à la vie politique io. rue Chardin, P aris (XVIe) bonnement j an, 30 francs Supplément au Courrier de l Oise du Dimanche 28 Septembre 1930 VIS partir du 1" Octobre 1930, la succursale de la Caisse d Épargne de Senlis, dont le bureau est situé 7, Villa des Cascades, C hantilly, ne sera ouverte que les M ercredi, de 9 h. à 11 heures propos d embellissement Le Conseil Municipal dans sa réunion du 5 septem bre dernier, a voté à l unanim ité un projet d embellisement de la ville de Chantilly, projet dont le plan sera confié à un homnie de l art. Ce paragraphe du procès-verbal a retenu notre attention et nous nous sommes demandés ce que pouvait signifier le m ot «embellissement». «E m bellir» dans l acception o rd i naire du terme, c est rendrè beau ; orner. Il nous semble donc difficile «d embellir» Chantilly. Je crois même que celui- là qui entreprendrait une telle tâche après Jean Bullant, Le Nôtre, l architecte Daumet et les Condé, pour ne citer que quelques noms, risquerait fort, eu égards aux moyens dont il disposerait, de n obtenir que d insignifiants résultats, si toutefois, il ne dérangeait pas l harm onie établie : C hantilly ne peut guère être embelli. Nous n ignorons pas cependant, en ce qui concerne le paysage par exemple, que la Société du Golf a réalisé un essai heureux? dans l aménagement du bois dès Bourgognes. Mais ce sont là des travaux qui ne ren tren t plus dans le cadre des possibilités financières de la ville de Chantilly, si toutefois un lieu semblable dem eure à aménager. Envisagé sous un aut rp angle et du point de vpe pratique, la réfection des routes du Bois Saint-Denis constitue à notre avis une m anière d embellissement qui n est point à dédaigner. Songez à em bellir est bien ; mais l essentiel ici consiste peut-être à défendre jalousement la beauté et il nous vient à l esprit cette réflexion citée par natole F rance dans son charm ant Pierre Nozière «En fait d œuvres d art, il vaut mieux consolider que réparer, mieux réparer que restaurer, m ieux restaurer qu embellir ; en aucun cas il ne faut ajouter ni retrancher.» ussi bien s agit-il moins d embellissement que d urbanism e. Faire de Chantilly une ville propre, voici un but suffisant et ém inem m ent louable : la m acadam isation intégrale des routes, la lutte contre le taudis, l organisation d un service d arrosage en été, l enlevage rapide des ordures, le com blem ent du fossé de l avenue de la Gare et surtout l installation du Tout-à-l égout voilà des travaux qui relèvent de l urbanism e et de l hygiène et qui ne laissent pas de contribuer à l embellissem ent d une ville. Nous sommes persuadés que l embellissem ent est com pris dans ce sens. Plusieurs des objets énumérés ci-dessus s ils n ont pas reçu déjà un commencement d exécution ont d ailleurs été envisagés très sérieusem ent par le Conseil M unicipal et leur réalisation relève d une question d équilibre budgétaire. u surplus, le fait que l embellissement doit être confié à un «homme de l art» nous rassurerait pleinem ent. Mais nous avons cru ibon d interpréter le texte du procès-verbal dans le sens où l opinion semble disposée à l interpréter, persuadés que nous sommes d ailleurs que ce qui pourra être fait ajoutera encore à l accueillant aspect de C hantilly. Ceci pour le plus grand agrément du touriste et dans l intérêt de ceux qui le reçoivent. Fott-ball U. S. C. (1) contre. Béthisy (1) à Béthisy. vec le m atch de demain nous voici entré dans la période des cham pionnats. Le peu de m atches disputés jusqu à ce jour ne nous perm et pas de risquer un pronostic. Tout au plus pouvons - nous dire que la tâche de Chantilly ne sera pas facile dem ain à Béthisy. Nous connaissons assez l ardeur de l équipe locale pour affirmer que le m atch sera disputé, c est quelque chose, mais ceci ne nous dit pas qui vaincra. Souhaitons que ce soit les m eilleurs U. S. C. (2) contre. Béthisy (2), à 14 h. 45, au stade. Ce prem ier m atch nous perm ettra, en appréciant la valeur de l équipe seconde, de nous rendre compte des possibilités nouvelles de plusieurs joueurs que nous avons rem arqués la saison dernière. Résultat du 21 septembre. U. S. C. (1), bat S. O. P aris i(l), p ar 3 buts à 2. Excellente partie d entraînem ent avant les cham pionnats. Où l on parle à nouveau des nciens On nous assure que des pourparlers seraien t engagés afin de conclure un nouveau m atch identique à celui que les nciens de l U. S. C. nous ont fait vivre en avril dernier. Les am ateurs de sport gai vont se réjouir et voici de jolies courbatures en perspective... Exposition On nous signale que les œuvres de M. Dengremont, l artiste photographe, seront exposées du vendredi 3 octobre au dim anche 2 novembre, au coquet Foyer de l Elysée-Chantilly. Rallye de Chantilly L avant-dernière réunion des rallyes de Chantilly a été suivie avec beaucoup de brio p ar un grand nom bre de cavaliers et d automobilistes. noter aussi deux cavaliers d avenir M. de Valroger fils, âgé de 8 ans 1/2 et M. lfassa fils ayant déjà une très bonne position et beaucoup d allant. Le parcours tracé p ar M. Lazard et conduit à bonne allure par M. Rometin, p a rta it de la Table, passant la route de Commelles. La prem ière route ronde, le layon de Condé. La route du Héquet, c a r refour du Chapitre, poteau Saint-Léonard, poteau des Bruyères. près un repos d une dizaine de m inutes, repartait p ar le poteau de l Entonnoir, le Gâteau, le iparc à Pourceaux. T raversait la route des *?ni!i,,route de la Fille Morte, le Connétable d ou partait l arriv ée d une co u r se plate de 800 mètres qui se term inait dans la route Milliard au coin du layon Toudouse. M. ]e com m andant Lippm an était juge à l arrivée. L épreuve des purs s?n»*a gagné p ar zidor m onté p ar M. Marcel Henry, deuxième M. R ichard Faivre. Celle des demi-sang a été enlevée par ssaut II monté p ar M. Jean Renard, deuxn nie M. Rometin. L épreuve réservée aux amazones a été gagnée p ar Mlle Odette Lazard m ontant crobate, deuxième Mme Jean Renard. De très jolis souvenirs ont été distribués aux prem iers et seconds de chaque catégorie. Les chevaux gagnants chaque épreuve appartiennent à M. G. Lazard. Remarqué parm i l élégante assistance : M. le commandant Lippm ann, M. Kulp, M. Beaudrier. lieutenant Monton, M. de Valroger et son fils, M. et Mme Jean Renard, M. et Mme lfassa et leur fils, M. Marcel Henry, M. et Mme François, M. Richard Faivre, docteur Roussel, M. Tony Roussel, M. et Mme Marceron, M. et Mme Rometin, M. et Mme Georges Lévy et leurs enfants, Mme et Mlles Sarda, M. et Mme Lévy-Reiss, M. et Mme Eugène Blanchet, M. Béjot et son fils, Mme Simon, Mme et Mlle Caramel, M1. et Mlle Brasseur, M., Mme et Mlle Lazard. Le dernier rallye de la saison sera couru samedi 27 septem bre. Rendez-vous à 15 heures, Croix de Pontarm é, l arrivée se fera sur la pelouse du Champ de courses de Chantilly, vers 15 heures, p a r une épreuve d obstacles, où sera distribuée la Goupe des Rallyes de Chantilly. G. LZRD 12, rue d Orgemont Leçon» de M anège. Prom enades chat. Vente Chaaux p o u r chasses et rallyes Collision. Mardi dernier, 23 septembre, sur les 1 heure 30 du m atin, une automobile se dirigeant sur Paris a heurté un camion stationnant sur le bas-côté de la route nationale de Lamorlaye, en face de l usine à gaz. L o c c u p a n t de la voiture s en est tiré avec d e s blessures légères à l arcade sourcilière et au poignet droit; la carrosserie fut littéralement fracassée. Le cam ion n était pas éclairé paraît-il. La gendarmerie en q u ête, mais l absence des témoins ren d difficile l établissem ent des responsabilités. u Patronage Saint-Louis près la séance réussie de dim anche dernier, donnée avec le co n co u rs de M. Vachette et de ses amis et des jeunes gens du Patronage, nous sommes conviés, demain en matinée et en soirée à aller applaudir 3 pièces jouées p ar l micale des a n c ie n s de Saint J e a n de Dieu : Les 37 sous de M. Montaudon, une coméd ie -v a u d e v ille de Labiche; Laïcisee, une très c u rie u s e et poignante com édie du baron de Coubertin, enfin Manu Militari, comédie en un acte de Paul Gavault. ELYSÊE-CHNTILLY Vendredi 26, soirée 21 heures Samedi 27, soirée 21 heures Dimanche 28 septembre, matinée 15 h. soirée 21 heures ECLIR JOURNL Costes et Dellonte arrivent à New-York après 37 h. 18 minutes de vol Le populaire R ichard Dix et Ruth Elder la célèbre aviatrice qui manqua de périr en traversant l tlantique dans S O N V O YG E E N CHINE Très sportif, ce film intéressera Petits et Grands L adaptation musicale des films est faite par Monsieur Jean BOCHRD Pendant l en tr acte, Musique dans Les Trois Coupables Pola NEGRI t Entourée d rtistes remarquables, donne la mesure de son grand talent Ce dram e m ondain vous fera connaître z les m ilieux les plus divers Vestiaire Fum oir Promenoir PR IX ORDINIRES DES PLCES Garage pour les vélos G o lf d e C h a n tilly \ Résultats des Concour? P rix Sans Souci. 22 c^ygeincuts pour l élim inatoire dont les lira joueuses suivantes ont été qualifiées pouf un concours par trous, m ath play. Mme J. Florand, Mme P. Régnauld, Mme. Thibaud, Mlle D. Oppenheim Mme. Carlhiam, Mme. Wisner, Mlle P. Foucher. Coupe Ilalphen. Pour les jeunes gens jusqu à 21 ans. Total net MM. * _ J.-P. Boucheron J. de S ain t-s au v eu r J l _ 142 S. D ufour _ 147 M. Carlhiam..._ 448 D. M o n ick «456 P. de Saint-Sauveur..... j B 158 J. de Gramont... - S ". 159 H. de Gramont...1 * 169 Samedi 27 septem bre Prix Cadum. Une prem ière épreuve aura lieu le sam edi 27. Medal Play Scratcli. Elim i natoire. Tee des Messieurs. 1 Une deuxième épreuve leflundi 29, d après le classement de l éliminatoire les concurrentes seront classées en 3 séries. La prem ière jouera handicapcontre P ar Match Play. La deuxième série jouera H andicap contre P ar Match Play. La troisièm e série jouera un prix de Consolation ; H andicap Medal Play Une troisièm e épreuve le m ardi 30. Les joueuses ayant gagné les prem ière et deuxièm e série le lundi joueront un match, play handicap. Les joueuses classées secondes dans les prem ière et deuxième séries le lundi joueront un m atch play handicap. Les Spectacles Elysée. rrivée à N ew -York de Costes et Bellonte. Son Voyage en Chine et Les 3 Coupables (P. Négri). Ciné-Théâtre. Un succès Paris Girls avec Suzy Vernon. BRBERY Mariage. l occasion du mariage de M. Lucien Leclère avec Mlle Marie-Louise Guizelin, la quête faite au profit de la Caisse des Ecoles a produit la somme de 57 fr. 75. Rem erciem ents aux généreux donateurs et vœux de bonheur aux jeûnes époux. BETHISY-SINT-MRTI N Secours Mutuels. La Société de Secours Mutuels de Béthisy-Sâint-M artin a teiiu sa deuxième assemblée générale, dim anche 21 septem bre, -à 15 h. 30, salle Demanèt, sous la présidence de M. Fernând de Serôux, président, assisté du bureau tout entier. L ordre du jour com portait : 1 ssurances ; 2 Modifications aux statuts ; 3 Questions diverses, aussi devant un program m e aussi im portant très peu d absences ont' été constatées. En déclarant la séance ouverte, le Président, Monsieur Fernand de Seroux, adressa au nom de l ssemblée, les plus vives félicitations à M. ndré Brunet, trésorier, qui vient d être objet d une distinction honorifique pour services rendus depuis de longues -années, à la cause m utualiste. L appel terminé, l o r d r e du jour est aussitôt abordé. La question des assurances sociales dom ine d une façon prim ordiale, sous les problèm es actuels et la répercussion de cette loi se fait sentir au sein des sociétés de secours mutuels ; aussi, comme à p artir du 1er octobre, les visites et consultations médicales sont portées de 6 fr. 50 à 15 fr., le président, au nom du bureau, propose de m odifier les cotisations de la façon suivante. Les exclus de la loi des assurances sociales, m em bres de la Société, c est-à-dire petits patrons, artisans, ceux ne travaillant pas 90 jours p ar an et les sociétaires ayant dépassé la limite d âge, voient leurs cotisations portées de 1 fr. 50 à 3 fr. par mois ; les sociétaires, assujettis à la loi des assurances sociales continueront comme p a r le passé, à verser 18 fr. p a r an. Les sociétaires externes, com prenant ceux qui n habitent pas la localité, non assujettis à la loi, doivent comme auparavant, acquitter la prem ière visite et les prem iers m édicam ents. p a rtir du 1er octobre, les visites seront rem boursées de 15 francs et à dater du 1er janvier prochain, les cotisations étant doublées, la Société p rendra à sa charge, le paiem ent de la prem ière visite et de la prem ière facture des pro duits p h a r m aceutiques, excepté les spécialités. Il est adopté ensuite la proposition suivante. Les m em bres de la Société, assujettis à la loi des assurances sociales et

6 gui continueront à verser leur cotisation de 1 fr. 50 p a r mois, n auront pas à supporter, en cas de m aladie les 20 % que p rescrit la loi ; la Société prenant ces 20 % à sa charge, paiera les dépenses occasionnées p a r les visites m édicales, et en dem andera le rem boursem ent à la caisse prim aire. Pour les opérations chirurgicales, la Société s engage à rem bourser 20 % aux assurés, l E tat prenant 80 % à sa charge, les non-assujettis ne bénéficient pas de cette faveur. Les p rimes de 50 francs pour naissances et décès sont m aintenues au taux actuel. Il est adopté ensuite que les femmes qui sont admises au sein de la Société depuis 1903, doivent comme les hommes, bénéficier de la retraite de 50 francs. En term inant, le Président rappelle la m ém oire du grand bienfaiteur de la Société et engage les sociétaires à ne pas abuser des visites médicales, afin de m aintenir la caisse dans un état toujours prospère. La séance est ensuite levée à 17 h. 30. BRENOU IU -E Elections Municipales. Les électeurs sont convoqués pour le dim anche 12 octobre prochain, à l effet d élire un conseiller m unicipal en rem placem ent de M. Jules Roussillon, conseiller m unicipal, décédé. Le Conseil devant être com plété pour élire un m aire en rem placem ent de M. Charles Claux, m aire, dém issionnaire. Garde-chasse. M. le Sous-Préfet de Senlis a agréé M. lfred T ronchard, comme garde-chasse de M. Charles Claux. CHMNT La Com pagnie d rc de Chaînant, comme chaque année, avait organisé son concours d rc sur cibles, le dim anche 21 septem bre, auquel malgré le mauvais tem ps 1D6 tireurs avaient bien voulu répondre à son invitation. La distribution des p rix était présidée p ar M. le comte de Valon, connétable de la Compagnie et M. Troncin, conseiller d arrondissem ent, m aire de Chaînant et capitain e honoraire de la Compagnie. 500 frs de prix étaient offerts p ar la Compagnie et le surplus des mises des tireu rs à perm is d ajouter deux p rix supplém entaires et un généreux donateur n a pas v o u lu laisser p artir les deux prem iers honteux sans un souvenir. Voici la liste des lauréats : 1er P rix : 100 fr., Delsart, Montlévêque, 12m13/ "H9 /2 0 : 70 ^ U yttersprot Ch amant, 3 P rix : 50 fr., Caille, Villers-sous- Coudun, 14^6/20. 4e P rix : 40 fr., P rieur, Villers-Saint- Fram bourg, 15m. 5" P rix : 40 fr., Pascal, Noisy-le-Grand, l'6 )6/ /2 0 : 40 f r V in c é n t flls C h am b ly> 19^6/20iX : 40 fr" I)eIanchy Louvres> 22 5 /2 0 X : 40 î r P é c h e u x p è re lre P o n t> 23»2/20iX : 40 fr" M aricaud Louyres, / 2 0 > r i X : 4 0 f r - J a n i 0 t > C h a m a n t > 11e P rix : 30 fr., Tardu, Villers-Saint- Fram bourg, 23 T8/20. 12e P rix : 25 fr., Boufflet, Saint-Maxim in, 25m9 / " Honteux : une bouteille de Champagne, V ernet père, 1 Compiègne, 25"13/20, 2 Honteux : une bouteille de Bordeaux, ncelin, Verberie, 25m15/20. Challenge Troncin. - Les trois com pagnies du canton classées aux élim inatoires du Challenge Troncin sont les suivantes : 1 "Chantant, 2' Villers-Saint-Frambourg, 3e S en lis-m ontauban, ils se rencontreront le dimanche 28 septembre, au stand de Chantant pour la finale à 15 heures. 11 Le capitaine, L. G a u t h i e r. DIEUDONNE Une enfant renversée par une automobile. /Plusieurs enfants jouaient sur le bord de la route, au hameau de la Fosse- Saint-Clair, commune de D ieudonne, notamment la jeune Julie Decoclt, âgée de 5 ans, sa..sœur Martha, 0 ans et le jeune Jean Têtre, 10 ans. un moment donné arriv a une automobile venant de Cavillon et se d irigeant vers Dieudonne, l automobile de M. H enri Guillot, représentant de commerce, place de l Hôtel-de-Ville à Mouy. Ce dernier allait, aux dires des témoins, à une allure modérée, tenait sa droite et avait fait marcher sa trompe, quand soudain, la jeune Julie Decock, quittant ses cam arades se mit à traverser la route pour gagner le côté gauche juste au moment où l auto de M. Guillot arrivait près d elle. Surprise, alors qu elle était à mi-chemin, elle voulut rebrousser chem in et reven ir à droite. ce moment, l autom obiliste fît tous ses efforts pour éviter l enfant qui s était ainsi placée dans une position indécise, mais il ne put s em pêcher de renverser l enfant im prudente qui fut touchée p a r ji garde-boue gauche. La jeuie Decock a été relevée ayant des blessfes sur différentes parties du corps et. /te forte contusion cérébrale. Elle a regtfes soins du D octeur Zinahler. ILa geiy4>rmerie de Neuilly-en-Thelle s est rené a aussitôt sur place et a ouvert une eaquête à l effet de déterm iner les responsabilités exactes dans cet accident grave, LYS-CHNTILLY La Directeur a l honneur d inform er les familles, que l Institution créée par elle en 1929, sera ouverte à p a rtir du vendredi 3 octobre, sous la direction de Mme GOUINET (ex-mlle V a u v i l l e r s ). Cours élémentaires et cours m oyen (mixtes) Préparation au brevet élémentaire (filles) V P r i x M o d é r é s d Le transport des élèves est assuré par les autobus de la S. T.. R. N. (Ligne de Chantilly-Gare à Boran-Gare), descendre à la Station Croix du Roi, à 150 mètres de 1 Ecole. (Conditions spéciales suivant trajet). Des dispositions ont été prises pour que les élèves éloignés, qui le désireront, puissent prendre leur repas de m idi à proxim ité-de l Ecole et pour un prix très raisonnable. Pour tous renseignem ents, s adresser sur place, 17, route de Viarmes à Précy (Station d autobus Croix du Roi) ou à la Direction du Lys, 118, Grande venue à Lys-Chantilly. FLEURINES Elections Municipales. Les électeurs sont convoqués pour le dimanche 5 octobre, à l effet d élire deux conseillers m unicipaux en rem placem ent de M. Descroix, dont l élection a été annulée par le Conseil d 8tat et de M. Havy-Champion, décédé. LE MESNEL-EN-THELLE Election d un adjoint. Le Conseil M unicipal a élu M. Victor Bué, en qualité d adjoint supplém entaire. MONTLEVEQUE Rem erciem ents. Le 22 septembre 1930 a été célébré le m ariage de M. lbert Guillot avec Mlle Suzanne Hubier. Une quête faite à la Mairie a produit la somme de 93 fr. 20 au profit du Bureau de Bienfaisance. Le Maire adresse ses sincères remerciem ents aux généreux donateurs et renouvelle ses vœux de bonheur aux jeunes époux. PONT-SINTE-MXENCE Match amical du 21 septembres Estrées-SaintnDenis, le Club Sainte-Maxence (1) a battu l U. S. Estrées-Saiut-Denis (1) par 4 buts à 0. Bons débuts de la jeune équipe pontoise qui triom pha nettement. Quoique surclassés, les joueurs d Estrées ne se découragèrent jamais et firent mieux que se défendre. Beaucoup de rapidité et de m ordant dans la ligne d avants du C. S. M. Pont-Sainte-Maxence. l issue du m atch d entraînem ent de dimanche dernier, la Commission sportive du «Club Sainte-Maxen-ce» a formé comme suit les équipes II et III (remplaçants compris) : Equipe II. Lesage, Berton, Carment, Reffet, Urli, Zanghellini I, Flécher, Francastel, Vrobleski, Clarisse, Zanghelini III, Guillouët (cap.). Equipe III. Merlin (cap.), Berat, Colombi, Job III, Gentis, Viêville I, Yiéville II, Bello, Hinaut, CammermamnùLabel, Midoux, Tapia. Il n a pu être tenu com pte des joueurs absents à l entraînem ent et non excusés. Pour les m atches à conclure avec le Club-Sainte-Maxence, prière de s adresser directem ent aux secrétaires d équipes. Equipe l re : M. Hermel, Gare de Pont- Sainte-Maxence ; Equipe 2e : M. Clarisse, route de Sarron, à Pont-Sainte-M axence. Equipe 3e : M. Merlin, 6, quai rsène- Bet-din à Pont-Sainte-Maxence. Dim anche prochain 28 septembre, le C. S. M. (1) recevra le Stade Compiégnois (3) sur son terrain de la route de Lian- : court. L ectures pour Tous La 'première revue illustrée du monde 4 8 pages de photos 8 0 pages dè texte VERSIGNY Mariage. Jeudi dernier, a été béni, en l église de Versigny, en présence d une nom breuse et élégante assistance, le mariage de Mlle de Kersaint, petite-fille de M. et Mme. Vagliano, fille et belle-fille du comte de Kersaint, Commandant aviateur de réserve, Conseiller Général de l Oise, Chevalier de la Légion d honneur, Croix de guerre et de la comtesse de Kersaint', avec le comte de La Bédoyère, petit-fils du comte Doria et fils de la comtesse de La Bédoyère, de Baray. La messe a été dite p ar M. l abbé Cugnière, curé de Baron, desservant la paroisse de Versigny et la bénédiction nuptiale donnée p ar M. le Supérieur du Collège Saint-Vincent qui a prononcé une éloquente allocution. Nous adressons nos meilleurs vœux de bonheur aux jeunes époux et nos respectueux complim ents à leurs familles. VERNEUIL Garde-chasse M. le Sous-Préfet de Senlis a agréé M. Marius Noid en qualité de garde-chasse de la Société des Francs- Chasseurs de Verneuil. VILLERS-SINT-FRM BOURG ccident d automobile. En m ort et un blessé. - Dimanche dernier, vers 8 heures du m atin, M. Jules Rocca, âgé de 41 ans, hôtelier-restaurateur, rue de Flandre, 62, au Bourget, se trouvait en automobile avec Mme ngèle Fournier, cuisinière, âgée de 54 ans, même adresse et se dirigait vers Compiègne, lorsqu arrivé près du lieudit la Roue qui Tourne, l auto capota et se retourna p ar deux fois. On se précipita au secours des deux personnes, M. Rocca n avait que quelques blessures légères, mais il n en était pas de même pour Mme Fournier, qui, relevée dans un état très grave, fut tran s portée à l Hôpital Général de Senlis. Malgré les soins prodigués, cette femme a succombé au cours de la nuit suivante des suites de ses blessures. La gendarm erie de Senlis avisée de cet accident s est im m édiatem ent rendue sur place et a ouvert une enquête dans le but de déterm iner les responsabilités. Plus rapide... Plus économique... que la voie ferrée Service Rapide Journalier PRIS - CREIL - SENLIS N o g e n t-su r -O ise - M ontataire M. P R O T H u i t D é p ô t s à P a r i s Creil : M0 H u o t, 2 6, rue d e la R épublique. Tél M ontataire : M S t- lb in, 1 2 4, rue Jean Jaurès. Nogent-sur-Oise : M D e n is, 2, rue d e l ubier. Senlis : M n L e c le r c, 6 1, rue de la R épublique Tél H E l t N I E JE SUIS GUÊajj. c,est rafnrmatlon de toutes les personnes atteintes de hernies nul ont porté le nouvel appareil sans ressort de M f î l ôrand S p é c ia lis te de * W,R1S- 44 Bd SÊBSTOPOL un adoptant ces nouveaux appareils, dont l action bienfaisante se réalise sans gêne. sanssouffrancesminterruptlon de travail, les hernies les plus volumineuses et les plus rebelles diminuent Instantaném ent de volume et dlsparafsent peu à peu complètement. î Devant de tels résultats garantis ton jourspar écrit, tous ceux atteints de hernie doivent s'adresser sans r e t a r m à M. G L S E R qui leur fera gratuitem ent 1 essalûe ses appareils de 9 à 4 h. à M éru, J octobre, Hôtel du Lion d Or. B ea u v a is, 4 octobre, Hôtel de la Gare. C reil, y octobre, Hôtel du Commerce. Crépy-en-Valois, 8 octobre, H ôtel du N ord. C lerm ont, 9 octobre, H ôtel de France. S en lis, 10 octobre, Hôtel du Nord. C om piègne, 11 octobre, de 9 à y h., H ôtel de la Gare. Nouvelle Ceinture perfectionnée P o u r déplacem ent to u s O rganes T r a ité de la Hernie, franco sur demande à M. G L SE R, 44, Bd Sébastopol, P R IS HUTJPRLEUB* \ P H I L I P S Démonstrations et Renseignem ents sur demande. MORVN 12, Place de la Halle, SENLIS ~ Tél. 19 6, Rue des V endredis, PONT-Ste-MXENCE - Tél. 59 Pii IL! PS LE POSTE LE PLUS SIMPLE DU M O N D E u n e p u i s e DE COURNT ET C 'E S T TOUT/.. E. B T T E F O R T Electricité - Mécanique 4 7, rue de P aris, SENLIS Téléphone a Démonstration gratuite à Domicile VENTE CREDIT a P R IX IM P O S E S SU IV N T nnuaires de L OISE. y, 1930 Répertoire des dresses classées e n v e n t e dans toutes les Librairies T R IF Nombreuses attestations Des m illiers de malades reconnaissants déclarent que la Poudre Louis L egras est le spécifique par excellence de toutes les maladies des bronches et des poum ons. L a Poudre L ouis L egras, qui a obtenu la plus haute récom pense à l E xposition U niverselle de 1900, calme instantaném ent les plus violents accès d asthm e catarrh e, essoufflement, toux de vieilles bronchites, et g u érit progressivem ent. Une boîte est expédiée contre m andat de 4 fr. 60 (im pôt com pris) adressé à 'L o u is L egras, 1, boul. H en ri-lv, P aris Le Gérant : E. B o y k n v a i Imprimeries Réunies de Senns 9 place H enri IV

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S

P A R C D E L A B R È C H E PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S 23 P A R C D E L A B R È C H E R E G L E M E N T I N T E R I E U R PA R C PUBLIC DE STA TIO N N EM EN T EX PLO ITÉ PA R LA S O P A C T I T R E I - D I S P O S I T I O N S G E N E R A L E S ART.1 - DEFINITION

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 2 octobre 2010, présentée pour M. dem eurant au par M e G uéguen-carroll ; ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1C REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. De Souza D ias M agistrat désigné Le Tribunal adm inistratif de Paris M m e B arrois de Sarigny R apporteur public

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$

&RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &RXUVGHFRPSWDELOLWpILQDQFLqUH$$ &KDSLWUH/DPpWKRGHHWOHPRGqOHFRPSWDEOH L enregistrem ent des flux économ iques en com ptabilité doit se faire en respectant un principe fondam ental : OHSULQFLSHGHODSDUWLHGRXEOH.

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Le culte & La Législation

Le culte & La Législation Le culte & La Législation Alain LEDAIN tient à remercier tout particulièrement : Carlos DURAO de la société Brandspot pour la conception de la couverture de ce livre, - le pasteur Samuel RODRIGUES pour

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

ENSTA IN204 Introduction à JAVA

ENSTA IN204 Introduction à JAVA ENSTA IN204 Introduction à JAVA Olivier Sigau d LIP6/ Anim atlab olivier.sigau d@lip 6.fr 01.44.27.88.53 Ce document est mis à votre disposition par l'ensta sous couvert de la licence "Creative Commons"

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Diffuser un message par email grâce à ses amis et sa famille

Diffuser un message par email grâce à ses amis et sa famille Diffuser un message par email grâce à ses amis et sa famille Un livr e b lan c Ch eet ah Mail Quelques petits mots suffisent pour influencer une campagne email en de nombreux points Les co n so m m at

Plus en détail

Deux Sujets d inquiétudes

Deux Sujets d inquiétudes 108" ANNEE. N 7. LE NUMERO \ ' t \ a T CENTIM ES DIMANCHE 14 FEVRIER 1937 JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENLIS Paraissant le Dimanche Un an...,... «nais. A nom Huro»i 10 «_A_ IE3 O 1ST TST E l VU ZE IST

Plus en détail

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent.

An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. An n ex e I Les inst ructions et les not es sont disponibles à la fin du docum ent. CON TRAT DE FORM ATI ON POUR LES M OBI LI TES DE STAGE Le st ag iair e Nom ( s) Prénom ( s) Date de naissance Nat ionalit

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.]

INDEX CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES FORMALITÉS DOUANIÈRES ET SIMILAIRES SOCIÉTÉ DES NATIONS. et aux Membres de la Société.] [C om m uniqué au Conseil Q (fô(b)9 M. 24 (b). 1924. fi. et aux Membres de la Société.] SOCIÉTÉ DES NATIONS Genève, le 17 septembre 1924. INDEX AUX COMPTES RENDUS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015

N ET ICA. STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 STATUTS AU 15.06.2013 R ÈG LEM ENT INTÉRIEUR au 20-06-2015 1 N ET ICA Union natic inale des Experts traducteurs interprètes près les cours d appel Siège : c/o Certex, 31 rue du Rocher - 75008 Paris De

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

LE COURRIER DE L'OISE

LE COURRIER DE L'OISE D im anche 19 v r il 1 9 3 1 LE COURRIER L'OISE JOURNL L RRONDISSEMENT SENLIS P a r a i-» #? * * 1* > ^ h u a n o h» Un rqh iiiim u i iît*,** n->u Tj9.J ^ 6.!B O TST 3ST E2 ^SÆ m 3ST Œ? 5 survaux p* p

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

lq â * A n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1

lq â * A n n ô a. N 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsjjq D i m a a t h e 1 2 A v r il 1 6 3 1 lq â * n n ô a. N" 1 5 LE NUMÉRO TNÇTicENTlJsq D i m a a t h e 1 2 v r il 1 6 3 1 JOURNL DE L RRONC SSEMENT DE SENLIS L'OISE On an... Six mol*. 7B O ZIST ïst TES 1VT IEJ 3ST T S 0% BurïSUJ P* Po»t«! Ou

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement Délégation à l animation Direction de l éducation, de la jeunesse et du sport Pôle éducation et sport At te nt ion : Pour déposer une demande de bourse scolaire départementale, il est impératif d avoir

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ---------- DELIBERATION N 62-43 AT DU 29 JUIN 1962 -------------------------------------------------- réglementant à Tahiti et Moorea la profession de chauffeur

Plus en détail

1 0 2 e Anaàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631. P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS. t é l é p h o n e n 4

1 0 2 e Anaàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631. P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS. t é l é p h o n e n 4 s 1 0 2 e naàa. X* 7 t a h u m ïh o vnsgoj carcan», gg Dimanche 15 Fév.ier Î631 JO U R N L DE L RRO On an... Six m oii... P a r a i s s a n t 'ISSEM ENT DE SEN LIS -a. ca> jcsr jsr jsî : "ot Bureaux F'

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work.

~~~~~~~ Le taux de transfert et les tem ps de réponses des inform ations à partir de ses serveurs ne sont pas garantis par Planet-Work. PLAN ET- W ORK ~~~~~~~ CON DI TI ON S GEN ERALES 1) Accès aux services Planet-Work s engage à rendre ses serveurs et ceux de ses clients accessibles sur I nternet 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, sauf

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION

professionnelle Fiche pratique Préparateur en pharmacie hospitalière Avril 2010 Fiche pratique professionnelle du Synprefh INTRODUCTION Fiche pratique professionnelle du Synprefh Préparateur en pharmacie hospitalière Fiche pratique professionnelle INTRODUCTION En milieu hospitalier comme à l officine, les préparateurs en pharmacie sont

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013.

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013. P ROMETH E E CO NS E I L A NALY S E DE P L A CEMENT Point au 12 Avril 2011 Loi de Finances pour 2011 LE DISPOSITIF «SCELLIER» Devant la nécessite absolue de redynamiser le secteur de l investissement locatif,

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page

ALORS COMMENT FAIRE? Les liens sont inactifs sur cette page Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Michel CAZENAVE / Francis GUILLEMARD Titre Date Maillage optim um des élém ents de plaques pour la construction Édition janvier

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 20 juin 2011, présentée pour M. à par Me Guéguen-Carroll ; M. dem ande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 20 juin 2011, présentée pour M. à par Me Guéguen-Carroll ; M. dem ande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CERGY-PONTOISE lv N 1105087 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. M. M erenne M agistrat désigné M me Chavrier R apporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG

Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Mémoire de fin d études d orthophonie CENTRE DE FORMATION DE STRASBOURG Objectifs : Au cours de la dern ière ann ée d études, les cand idats ayant v alidé la to talité de s enseignements théoriques et

Plus en détail

Cahier. de lecture syllabique. dès ans

Cahier. de lecture syllabique. dès ans C l é m e n t i n e D e l i l e J e a n D e l i l e Cahier de lecture syllabique 6 dès ans Méthode de lecture syllabique Des exercices pour s entraîner à bien lire Ce cahier contient plus de 200 exercices

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur Hygiène Propreté Environnement

Brevet de Technicien Supérieur Hygiène Propreté Environnement Formations par alternance Bac+2 Bac+3 Bac+5 BAC + 2 Brevet de Technicien Supérieur Hygiène Propreté Environnement Diplôme de l Education Nationale préparé par alternance en 2 ans Metz Nancy Strasbourg

Plus en détail

Il convient de rem arquer que :

Il convient de rem arquer que : Les liens sont inactifs sur cette page Imprimer la page en cliquant ici! Auteur Victor DAVIDOVICI Titre Date De l'utilisation du coefficient de com portem ent Édition novem bre 2001 (I) Il est connu que

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

OBUG DOSSIER DE PRESSE DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE. www.obug.fr www.les-obugs.fr. Contact presse : Communiqué du 12/09/2006 :

OBUG DOSSIER DE PRESSE DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE. www.obug.fr www.les-obugs.fr. Contact presse : Communiqué du 12/09/2006 : OBUG DEPANNAGE INFORMATIQUE A DOMICILE www.obug.fr www.les-obugs.fr DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Karen BENIGUET - Tel/Fax : 02.53.45.10.36 karen.beniguet@obug.fr 56. Rue du Général Buat 44000 Nantes

Plus en détail

L Election Sénatoriale de l'oise

L Election Sénatoriale de l'oise Vu «&.. Six mois... * B O I > r i > T E 3 Æ B 3 S r T S aux B ntraax «lin Journal 'î d a o i tonj Jes bureaux de poste L rbounem cnl est payabié d avance et continue de plein droit jusq u à réceptiow d

Plus en détail

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien

Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Moderniser notre gestion des ressources humaines est la voie privilégiée pour reconstruire le système de santé haïtien Les processus de recrutement de personnel au sein du MSPP : La nécessité de mieux

Plus en détail

C O N T A C T P R E S S E

C O N T A C T P R E S S E D O S S IER D E P R ES S E - BIEN VIEILLIR DANS LA DRÔM E un nouveau service pour les personnes âgées et leurs proches C O N S E IL G É N É R A L D E L A D R Ô M E - C É L IN E R O U P IO Z 1 SOM M AIRE

Plus en détail

Madame, Monsieur, I. CONTEXTE. Près de 1 000 inves sseurs sont concernés.

Madame, Monsieur, I. CONTEXTE. Près de 1 000 inves sseurs sont concernés. 1 sur 6 14/11/2015 13:15 Sujet : INVESTISSEMENT LEGENDRE PATRIMOINE 7% - DEFENSE DES INVESTISSEURS De : Yves SEXER Date : 22/09/2015 20:34 Pour : Yves SEXER

Plus en détail

Vers l exercice de la Souveraineté populaire

Vers l exercice de la Souveraineté populaire -11 ï j «107e NNEE. N 7. LE NUMERO I CENTIMES DIMNCHE 16 FEVRIER 1936 JOURNL DE L RRONISSSEMENT DE P a r a i s s a n t e l ) i i n a n c h e SENLIS IHéd «4.«sur p o litic jd 0 V Oku I^BQB:i>îI33F=l Dn

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Organisation et déroulement actualisé en 2014 Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du gouvernement. Le maire est responsable du déroulement

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau)

Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Commune : Berstheim 67 (aire d étude ; Haguenau) Référence: IA00061614 Adresse : Titre de l œuvre : Principale (rue) 44 Ferme Cartographie : Cadastre : Lam berti ; 0991920 ; 1135190 1898 2 99 Dossier :

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION FP CONVENTION DE MISE A DISPOSITION NOM ET ADRESSE DU DEMANDEUR : NOM ET ADRESSE DE L ASSOCIATION : TYPE DE LA MANIFESTATION : DATE ET HEURE :... LOCAL DEMANDE : Bâtiment Polyvalent «LA BERGERIE» Bergerie

Plus en détail

E n t r e : appelant aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 21 juillet 2008, e t :

E n t r e : appelant aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 21 juillet 2008, e t : Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du quatre mars deux mille dix. Numéro 34311 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4

PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PLAN DE CLASSEMENT DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE PONTARLIER A COTER 3 U 4 PARQUET GENERALITES Registre de circulaires (1816-1823), vrac salle 36, travée 153, t 2 Statistiques : Statistiques annuelles

Plus en détail

PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE

PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE Août 2013 LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE REGLEMENT DE CONSULTATION Date d envoi du présent avis à la publication : Lundi 2 septembre 2013 Date limite de réception

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENL'S p a r a i s s a n t t e ^ i x n a n o i x» T E L E P H O N E N 4 Compta Châques-Postaux Paris 4 7 8-5 0

JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENL'S p a r a i s s a n t t e ^ i x n a n o i x» T E L E P H O N E N 4 Compta Châques-Postaux Paris 4 7 8-5 0 L E C O U R R I E R D E L ' O I S E JOURNAL DE L ARRONDISSEMENT DE SENL'S p a r a i s s a n t t e ^ i x n a n o i x» l ~ ï ô c l m o t o n i ; j p o l i t i c j v i a n L E C x E r V A 13 3ST ttj 1SÆ

Plus en détail

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16 SOMMAIRE Les ceintures de comportement à l EREA : présentation p.02 Les ceintures de comportement : aperçu p. 03 Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09 Les ceintures d autonomie : aperçu

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION

GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION GUIDE PRATIQUE CREATION D ASSOCIATION Avant de déposer votre dossier à la D.R.D.J.S, n avez-vous rien oublié? Une déclaration sur papier libre Un P.V de l assemblée générale constitutive Un exemplaire

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

L indic e des prix et la c om pt abilit é nat ionale sous-est im ent la hausse des loyers

L indic e des prix et la c om pt abilit é nat ionale sous-est im ent la hausse des loyers I N S T I T U T PO U R U N D EV ELOPPEM EN T D U RA B LE Centre d études et de recherches associé aux Amis de la Terre-Belgique Rue des Fusillés, 7 1340 OTTIGNIES Tél. : 010/41.73.01 E- mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Le règlement intérieur est approuvé en Assemblé Générale annuelle et ne pourra être modifié que par elle.

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Le règlement intérieur est approuvé en Assemblé Générale annuelle et ne pourra être modifié que par elle. SOCIÉTÉ PROVENCALE DES CHASSEURS RÉUNIS Siège Social 83, bd de Lattre de Tassigny 13009 Marseille Tél. 06 18 77 37 20 RÉGLEMENT INTÉRIEUR Article I Le règlement intérieur est approuvé en Assemblé Générale

Plus en détail

LE COURRIER DE L OISE

LE COURRIER DE L OISE 1 0 3 n n é e. N 2 3 c i a t * r 'i0 TI» s «**? mafàêàimakêàimiiaiàim D im a n c h e 2 0 M a i 1 9 3 2 LE COURRIER L OISE JOURNL L RRONDISSEMENT SENLIS P a r a i s s a n t lg E i x n a n c l i e. -j=i

Plus en détail

CAMPING MUNICIPAL DU PONT BLEU 25 emplacements sans Etoile. Règlement intérieur Camping Caravaning

CAMPING MUNICIPAL DU PONT BLEU 25 emplacements sans Etoile. Règlement intérieur Camping Caravaning CAMPING MUNICIPAL DU PONT BLEU 25 emplacements sans Etoile Le camping est ouvert du 1 er avril au 30 octobre Règlement intérieur Camping Caravaning CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d admission : Pour

Plus en détail

LA MICRO-FINANCE ET SON RÔLE POTENTIEL DANS L ALLÈGEMENT DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

LA MICRO-FINANCE ET SON RÔLE POTENTIEL DANS L ALLÈGEMENT DE LA PAUVRETÉ ET LE DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI Distr. R E ST R E IN T E L C /M E X /R. 881 12 A oût 2005 O R IG IN A L: F R A N Ç A IS C o m m issio n E co n o m iq u e p o u r l A m ériq u e L atin e et les C araïbes (C E P A L C ) LA MICRO-FINANCE

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail