Contrôle interne des risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrôle interne des risques"

Transcription

1 Henri-Pierre MADERS Jean-Luc MASSELIN Contrôle interne des risques Préface du Docteur Jean MADER Délégué auprès de l Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, 2004 ISBN :

2 ÉTAPE 2 Identifier, évaluer et classer les risques Ni blanc, ni noir, Sinon, à quoi serviraient les couleurs Si certains risques sont évidents, d autres le sont moins. Il faut donc commencer par dresser un tableau de la situation qui permette de percevoir les enjeux et les nuances parmi les menaces. Il est nécessaire de procéder à une revue systématique afin d identifier, évaluer et classer les risques les uns par rapport aux autres. Ceci est d autant plus vrai qu il n est pas possible de tout contrôler et qu il faudra donc procéder à des choix, alors, autant faire les bons! 25

3 Identifier, évaluer et classer les risques 2.2. Évaluer les risques Une fois les risques identifiés, il est nécessaire d évaluer leur impact en cas de survenance. Celle-ci est une combinaison de trois facteurs : Sa probabilité d apparition ; Sa gravité en cas de survenance ; La durée pendant laquelle les conséquences de l évènement ont un impact. L évaluation par l estimation des pertes annualisées Il est possible d estimer les risques par l évaluation de leurs préjudices en cas de survenance, préjudices exprimés en euros. Quatre méthodes peuvent alors être utilisées : 1. Mesure des pertes annualisées estimées. 2. Mesure des pertes annualisées constatées. 3. Mesure des pertes annualisées extrapolées. 4. Mesure des pertes moyennes annualisées constatées. 51

4 OUTIL 21 Identifier, évaluer et classer les risques Les pertes annualisées estimées Présentation Cette méthode consiste à multiplier la probabilité de survenance du risque par la durée de l évènement puis par la valeur de la conséquence de la survenance du risque. EXEMPLE 6 L estimation du coût de l immobilisation annuelle d un avion de ligne pour des raisons mécaniques par la méthode des pertes annualisées estimées. Risques Probabilité Durée Valeur Pertes Train d atterrissage 1 % K 100 K Moteur 0,1 % K 20 K Électronique embarquée 1 % K 100 K Gouvernes de direction 0,2 % K 40 K Instruments de navigation 2 % K 200 K Total 460 K 52

5 Identifier, évaluer et classer les risques OUTIL 22 Les pertes annualisées constatées Présentation Cette méthode consiste à évaluer pour chaque risque le montant de la perte constatée en se fondant sur l expérience des incidents passés. EXEMPLE 7 L estimation du coût de l immobilisation annuelle d un avion de ligne pour des raisons mécaniques par la méthode des pertes annualisées constatées. Risques Pertes Train d atterrissage 100 K Moteur 200 K Électronique embarquée 100 K Gouvernes de direction 120 K Instruments de navigation 20 K Total 540 K 53

6 OUTIL 23 Identifier, évaluer et classer les risques Les pertes annualisées extrapolées Présentation Cette méthode consiste à extrapoler chaque risque en fonction d une valeur de risque globale. EXEMPLE 8 L estimation du coût de l immobilisation annuelle d un avion de ligne pour des raisons mécaniques au sein d une flotte composée de 50 appareils du même modèle par la méthode des pertes annualisées constatées et extrapolées. Risques Valeur pour 50 avions F-GGEI % de la flotte F-GGEI Pertes Train d atterrissage K 2 % 400 K Moteur K 2 % 100 K Électronique embarquée K 2 % 200 K Gouvernes de direction K 2 % 100 K Instruments de navigation K 2 % 150 K Total 950 K 54

7 Identifier, évaluer et classer les risques OUTIL 24 Les pertes moyennes annualisées constatées Présentation Cette méthode consiste à extrapoler pour chaque risque la perte moyenne en se fondant sur un historique des pertes moyennes. EXEMPLE 9 L estimation de la probabilité moyenne d immobilisation annuelle de trois avions de ligne pour des raisons mécaniques par la méthode des pertes moyennes annualisées constatées. Risques F-GGEI F-GGEO F-GKUM Etc. Train d atterrissage 1 % 1 % 5 % Moteur 0,1 % 0,1 % 0,2 % Électronique embarquée 1 % 1 % 5 % Gouvernes de direction 0,2 % 0,2 0,2 Instruments de navigation 2 % 2 % 4 % Total 4,3 % 4,3 % 14,4 Moyenne des 5 types de risque 0,86 % 0,86 % 2,88 % 55

8 OUTIL 25 Identifier, évaluer et classer les risques Les matrices d appréciation Présentation Les matrices permettent d estimer les préjudices d une façon relative les uns par rapport aux autres. Pour ce faire, il est nécessaire : 1. D estimer chaque critère d après une cotation de 1 à 5 : Enjeu financier : de «5» = enjeu financier très fort à «1» = enjeu financier très faible ; Niveau de vulnérabilité : de «5» = vulnérabilité très importante à «1» = vulnérabilité très faible ; Qualité du dispositif de contrôle interne en place : de «5» = très mauvais dispositif à «1» = très bon dispositif. 2. De multiplier l enjeu financier du domaine audité par son niveau de vulnérabilité puis par la qualité du dispositif de contrôle interne en place. EXEMPLE 10 La matrice d appréciation d une banque commerciale. Dans cet exemple, bien que représentant un enjeu financier plus faible que les engagements et les moyens de paiement, à cause d une grande vulnérabilité (absence de procédures écrites, responsable back-office sur le départ ) et d un système de contrôle interne défaillant (logiciel comptable non performant ), l audit des opérations de marché constitue une priorité. Domaines Enjeu financier Vulnérabilité Qualité du CI Total Engagements Moyens de paiement Produits d épargne Opérations internationales Cautions et garanties Marchés financiers Etc. 56

9 Identifier, évaluer et classer les risques OUTIL 26 Les check-lists Présentation Les check-lists permettent de passer rapidement en revue les risques classiques d un domaine ou d un processus. Deux principales méthodes sont utilisées : Les QCI (questionnaires de contrôle interne) présentés précédemment ; Les fondamentaux de contrôle interne : Politique définie, connue et appliquée, Séparation des fonctions, Réalité des informations, Pistes d audit, Habilitations, délégations, autorisations, Codes d accès informatiques, Manuels de procédures 57

10 Henri-Pierre MADERS Jean-Luc MASSELIN Contrôle interne des risques Préface du Docteur Jean MADER Délégué auprès de l Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, 2004 ISBN :

11 OUTIL 31 PHASE 1 L évaluation du dispositif de contrôle interne existant QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE LA PHASE 1 Ce premier questionnaire synthétise les questions clés permettant de faire un rapide état des lieux du dispositif de contrôle interne d un domaine en respectant l approche par les processus. Une réponse «oui» à une question constitue une force apparente du dispositif de contrôle interne ; par contre, une réponse «non» constitue une faiblesse réelle ou potentielle. Questions sur la culture Oui Non La distance hiérarchique est faible Le besoin de contrôle de l incertitude est fort La culture est plutôt collective La culture est plutôt orientée vers les résultats Les lois et règlements sont respectés Les sentiments sont exprimés Les barrières hiérarchiques sont oubliées en dehors de l entreprise La capacité d intégration de ce qui vient d ailleurs est forte Le temps est linéaire La structure est spontanément organisée La structure concilie l atteinte de plusieurs objectifs en même temps L intégration du personnel est verticale Question sur le management Oui Non Le style de management est plutôt «synergique» Questions sur le dispositif de contrôle interne Oui Non Il existe une cartographie des risques de l entreprise Il existe un dispositif de contrôle interne formalisé Ce dispositif couvre 100 % de l entreprise Les processus de pilotage sont «sous contrôle» Les processus opérationnels sont «sous contrôle» Les processus supports sont «sous contrôle» Les procédures sont documentées Les risques métiers sont «sous contrôle» Les risques généraux sont sous contrôle 67

12 OUTIL 8 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES (Exemple de) Questions sur les risques généraux oui non. Le risque client/produit. Le risque de marché. Le risque d image commerciale. Le risque accidentel. Le risque délictueux. Le risque de malversation. Le risque de traitement des opérations. Le risque sur le système d information. Le risque sur les études informatiques. Le risque sur les traitements informatiques. Le risque lié aux télécommunications. Le risque réglementaire. Le risque déontologique. Le risque stratégique. Le risque d insuffisance fonctionnelle. Le risque sur la gestion du personnel. Le risque ergonomique. Le risque d externalisation. Le risque de dépendance technologique. Le risque de communication La probabilité d apparition des risques est régulièrement évaluée La gravité des risques est régulièrement évaluée Des actions sont régulièrement conduites pour réduire la probabilité et la gravité des risques réels ou potentiels 68

13 OUTIL 9 PHASE 1 L évaluation du dispositif de contrôle interne existant ILLUSTRATION LES SOCIÉTÉS DE SERVICES INFORMATIQUES Les principaux risques à mettre sous contrôle dans le cadre des prestations sont articulés autour de quatre axes : Le risque client Nature du projet (stratégique) ; Sensibilité de l impact sur le business du client ; Évolution de l organisation du client ; Dépendance directe ou indirecte du projet ; Visibilité du projet dans l organisation du client ; Existence d une obligation impérative «le sans faute» ; Conséquence d un non-respect des obligations impératives ; Solution échappatoire ; Existence d accord de confidentialité. Le risque contrat Nature du contact client ; Connaissance de l organigramme et des responsables client ; Moyens mis en œuvre pour le contrat ; Bonne foi du client ; Cohérence des objectifs et des interprétations entre les contractants ; Solvabilité du client ; Satisfaction du client et moyen de gestion de la relation. Le risque d organisation Connaissance de la complexité des circuits et processus de décision ; Clarté des obligations du client ; Capacité du client à jouer son rôle de maîtrise d ouvrage (MOA) ; Nature de la relation de coopération avec la MOA si autre que client (société concurrente, partenaire, etc.) ; Compétence et disponibilité de l organisation client pour le projet ; Répartition, représentation et implication des diverses parties prenantes de l organisation client ; Collaboration des parties prenantes «risque tenaille au moment de la livraison» ; Existence de procédure de résolution de litige ; 69

14 OUTIL 10 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES Possibilité d escalade du litige ; Impact du client sur l organisation de la société de service. Le risque technique Complexité des spécifications fonctionnelles illustrées par maquettage ou par prototypage ; Comité de décision mixte client-prestataire ; Recours à des moyens d analyse poussés et à des revues des spécifications ; Compréhension des spécifications fonctionnelles (lisibilité, disponibilité) ; Adéquation des moyens de transfert au client et d appropriation ; Traçabilité de la couverture fonctionnelle spécifiée avec les besoins exprimés (contrat, clauses techniques, cahiers des charges, etc.) ; Identification, documentation et validation avec le client des paramètres de configuration et limites du système ; Conformité avec les engagements contractuels ; Choix d architecture ; Qualité de la documentation de l architecture. 70

15 Henri-Pierre MADERS Jean-Luc MASSELIN Contrôle interne des risques Préface du Docteur Jean MADER Délégué auprès de l Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, 2004 ISBN :

16 OUTIL 33 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE LA PHASE 2 Ce deuxième questionnaire synthétise les questions clés permettant de faire un rapide état des lieux de la façon de concevoir le dispositif de contrôle interne ciblé d un domaine en respectant l approche par les processus. Comme pour le questionnaire de la partie 1, la réponse «oui» à une question constitue une force apparente du dispositif de contrôle interne ; par contre, une réponse «non» constitue une faiblesse réelle ou potentielle. Questions Oui Non Il existe un plan de continuité des activités dans l entreprise pour chaque ligne métier. Celui-ci permet de :. S assurer de la continuité des activités. Répondre aux engagements pris à l égard des partenaires et en particulier vis-à-vis des clients. Limiter les pertes financières. Assurer une continuité de service aux clients. Garantir un niveau de qualité de service minimum. Garantir la disponibilité des ressources vitales et des processus de pilotage et supports. Capitaliser les bonnes pratiques L entreprise se comporte comme un acteur économique «responsable» L entreprise possède des processus opérationnels «sous contrôle» lui permettant d atteindre ses objectifs durablement Tous les risques humains sont pris en considération : personnels de l entreprise, sous-traitants, clients, fournisseurs, visiteurs L organisation et le fonctionnement de l entreprise respectent les lois et règlements en vigueur L entreprise possède une fonction de «Compliance Officers» L entreprise dispose d un reporting et d états financiers fiables Chaque transaction comptable respecte les 7 règles d enregistrement Les attentes des différents bénéficiaires du dispositif de contrôle interne sont identifiées Le conseil d administration joue un rôle actif dans le dispositif de contrôle interne Il existe un comité d audit dans l entreprise La direction générale est concernée par le contrôle interne L encadrement est impliqué dans le dispositif de contrôle interne 106

17 OUTIL 33 PHASE 2 La conception du dispositif cible Questions Oui Non Il existe une équipe d auditeurs internes dans l entreprise Des auditeurs externes réalisent régulièrement des audits du dispositif de contrôle interne Le dispositif donne une image fidèle de l état des risques à un moment donné et dans le temps Le dispositif de contrôle interne permet d avoir une vue globale et des vues détaillées Le dispositif de contrôle interne donne des informations au niveau central (siège) et au niveau local (branches, filiales ) Le dispositif de contrôle interne est à deux niveaux : 1 er degré et 2 e degré Il existe un plan systématique d organisation (définition précise des tâches, définition des pouvoirs et des responsabilités, définition de la circulation de l information) Le personnel est compétent et intègre Il existe une documentation satisfaisante qui recouvre la production des informations (qualitativement et quantitativement suffisant pour que la direction y trouve une base d appréciation suffisant : manuels de procédures, instructions écrites ) et leur conservation Il est réalisé régulièrement des contrôles d exhaustivité (existence et respect de séquences numériques) Il est réalisé régulièrement des rapprochements des documents afférents à une même opération Il existe des listes de classement mnémotechnique Il est réalisé régulièrement des contrôles de réalité (contrôles physiques périodiques) Il est réalisé régulièrement des contrôles d exactitude (comparaison globale des données ; contrôle arithmétique) Il existe des contrôles hiérarchiques (procédures d autorisation et de supervision, politique d embauche, réglementation de l accès aux biens de l entreprise, audit interne) Il existe un contrôle réciproque et de séparation des tâches 107

18 OUTIL 33 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES ILLUSTRATION LES COMPAGNIES DE TRANSPORT AÉRIEN Le transport aérien est un secteur très réglementé. Cette réglementation se traduit par des dispositifs de contrôle internes draconiens. Intéressons-nous aux textes réglementaires régissant cette activité. L article R (décret n du 21 avril 1995 art. 1 er ) soumet à des procédures d obtention de certificats les entreprises assurant : La conception des aéronefs ou des équipements ; La production d aéronefs ou la fabrication d éléments d aéronefs ; L entretien et les réparations des aéronefs ; L exploitation des aéronefs. Les règles définies par le ministre chargé de l aviation civile et relatives tant aux procédures de certification de type et certification de navigabilité des aéronefs qu aux conditions d aptitude au vol ou d utilisation des aéronefs, comportent l obligation pour les entreprises concernées de détenir un certificat d agrément de leurs aptitudes techniques dans les conditions ci-après : Pour les entreprises assurant la conception des aéronefs ou des équipements pour lesquels un certificat de type est délivré, ainsi que des modifications à ces aéronefs ou équipements, l agrément prévu par les règles relatives aux procédures de certification de type est délivré après enquête technique portant sur les dispositions (organisation générale, moyens humains et matériels, procédures, documentation) prises par les entreprises de conception pour démontrer et attester de la conformité du produit aux conditions techniques qui ont été notifiées. Il porte notamment sur : La connaissance des règlements de certification et de leurs interprétations ; La réalisation des études, analyses et essais nécessaires pour démontrer la conformité ; La vérification des conclusions de ces études, analyses ou essais avant de déclarer la conformité. Pour les entreprises assurant la production d aéronefs ou la fabrication d éléments d aéronefs, l agrément prévu par les règles relatives aux procédures de certification de navigabilité est délivré après enquête technique portant sur les dispositions (organisation générale, moyens humains et matériels, procédures, documentation) prises par l entreprise pour démontrer la conformité des produits au type certifié. 108

19 OUTIL 33 PHASE 2 La conception du dispositif cible Il porte notamment sur : Les liens avec l organisme responsable de la conception ; La maîtrise de ses procédés de fabrication ; Les contrôles de conformité. Pour les entreprises assurant l entretien et les réparations des aéronefs, l agrément prévu par les règles relatives à l aptitude au vol des aéronefs est délivré après enquête technique portant sur les dispositions (organisation générale, moyens humains et matériels, procédures, documentation) prises par l entreprise pour assurer le respect des exigences relatives à la maintenance des aéronefs. Cet agrément porte notamment sur : Le respect des programmes et méthodes d entretien ; Les vérifications des travaux effectués ; L approbation des matériels pour remise en service. Pour les entreprises assurant l exploitation des aéronefs, l agrément des aptitudes techniques résulte, en ce qui concerne les entreprises de transport aérien, de la délivrance du certificat de transporteur aérien exigé par l article 9 du règlement (C.E.E.) n 2407/92 susvisé. Le certificat de transporteur aérien ainsi que le certificat d agrément prévu par les règles relatives à l utilisation d aéronefs par des entreprises autres que les entreprises de transport aérien sont délivrés après enquête technique portant sur les dispositions (organisation générale, moyens humains et matériels, procédures, documentation) prises par l entreprise pour se conformer aux règles d utilisation notamment en ce qui concerne : Le personnel navigant, la composition et les conditions techniques d emploi des équipages, la conduite des vols ; Le matériel volant, ses équipements, y compris ceux de secours et de sauvetage, ses instruments de bord, leur entretien ; Les conditions d emploi des aéronefs, les limitations liées à leurs performances, leur chargement (y compris le transport de marchandises réglementées) ; L application des règles de circulation aérienne dans tous les espaces utilisés. 109

20 Henri-Pierre MADERS Jean-Luc MASSELIN Contrôle interne des risques Préface du Docteur Jean MADER Délégué auprès de l Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, 2004 ISBN :

21 OUTIL 46 PHASE 3 La mise en œuvre du dispositif cible QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE LA PHASE 3 Ce troisième questionnaire synthétise les questions clés permettant de faire un rapide état des lieux de la mise en œuvre du dispositif de contrôle interne d un domaine en respectant l approche par les processus. Comme pour les questionnaires des parties 1 et 2, la réponse «oui» à une question constitue une force apparente du dispositif de contrôle interne ; par contre, une réponse «non» constitue une faiblesse réelle ou potentielle. Questions Oui Non Les travaux de mise en œuvre du projet sont inventoriés Les politiques d entreprises sont rédigées (responsabilité sociale, sécurité des biens et des personnes, transparence financière ) Les politiques d entreprises ont été présentées au personnel Les politiques d entreprises ont été déclinées en chartes et procédures Un dispositif de reportings a été mis en place à tous les niveaux sensibles de l entreprise Des contrôles des contrôles ont été mis en place pour s assurer de leur efficacité La mise en œuvre du dispositif est pilotée par une structure projet L équipe projet utilise des outils de gestion de projet tels que des plannings et des tableaux des sollicités Les risques liés au projet sont inventoriés régulièrement et donnent lieu à des actions de prévention et de régulation Un comité de pilotage suit l avancement des travaux et arbitre entre les objectifs, les ressources et les plannings Les étapes de mises en œuvre du projet sont actées par le comité de pilotage Les forces en présence sont identifiées : forces allant dans le sens du projet et forces allant à l encontre du projet Les forces en présence sont prises en compte :. Les personnes passives sont mises en situation de bouger malgré elles. Les personnes intéressées reçoivent l information répondant à leurs attentes. Les personnes souhaitant participer ont l occasion de le faire. Les personnes fortement convaincues par le projet peuvent y jouer un rôle de moteur. Les personnes conciliantes sont aidées 129

22 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES Questions Oui Non. Les personnes critiques ont l occasion de s exprimer et de faire des propositions. Les personnes en opposition sont prises en compte et des solutions de compromis sont recherchées. Les personnes hostiles au projet sont isolées afin de réduire leur influence négative Un plan de communication a été défini et accompagne la mise en œuvre du projet Le plan de communication est composé de diffusion d informations générales et d informations plus ciblées vers des cibles précises Les actions de communication valorisent l objectif, les travaux réalisés et les personnes qui y contribuent Les actions de communication sont nombreuses et pas seulement dans le sens TOP / DOWN 130

23 PHASE 3 La mise en œuvre du dispositif cible ILLUSTRATION LES ENTREPRISES INDUSTRIELLES Les risques industriels peuvent être appréhendés par un QCI suivant le process métier en 4 phases : conception, réalisation, installation et S.A.V. Questions Oui Non Phase de conception Risques sur l avant-projet et définition du produit. Le produit peut être fabriqué à un coût correct. La solution est acceptable pour le client. La solution n est pas déjà brevetée. Etc. Risques sur la documentation associée. Le document est exhaustif. La traduction est exacte. Etc. Risques sur l industrialisation. Le produit est réalisable. Le produit est peu coûteux à produire. Le produit n est pas dangereux à fabriquer. Le délai d industrialisation est tenable. Etc. Risques sur les revues. Un système qualité est en place. Etc. Phase de réalisation Risques sur les achats, approvisionnements et magasin. Les fournisseurs sont fiables (fournitures conformes, livraisons à l heure, solidité financière). Aucune commande n est défaillante. Il n y a pas de pertes de fournitures constatées. La GPAO est fiable. Le traitement des non-conformités est rapide. Il n y a pas de défaillances de transport. Les inventaires sont fiables. Les fournisseurs sont réactifs. Il existe un contrôle suffisant des matières. Il n y a pas de conflits ou de contentieux avec les fournisseurs. La politique d achats est adaptée. La réactivité des achats est suffisante en terme de délai de commande. Les coûts des achats sont maîtrisés. Etc. 131

24 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES Risques de fabrication. Les machines et les équipes sont disponibles. Les produits fabriqués sont conformes aux spécifications. Le traitement des produits non conformes est satisfaisant. Etc. Risques sur le montage et l intégration. Le montage est possible. Les sous-traitants respectent les délais et la qualité. Les retouches sont réalisées rapidement. La procédure d intégration des composants est performante. Le montage n est pas dangereux pour les ouvriers. Les composants fournis sont conformes. Le bureau d études est disponible. Le client n a pas d exigences supplémentaires se traduisant par plus d essais. Les matériels et infrastructures ne sont pas dangereux. Les infrastructures de manutention et de levage sont suffisantes. Etc. Risques sur contrôle et essais. Le matériel d intégration et de contrôle est performant. La procédure d intégration est efficace. Il n y a pas d accidents constatés auprès du personnel. Les sous-traitants sont disponibles. Il est possible de mesurer la performance des produits fabriqués. Etc. Risques sur la recette usine. Les appareils de mesure sont bien étalonnés. Le client est disponible. La recette peut être tracée. La documentation contractuelle est complète. Les organismes de surveillance sont informés. Les rapports de vérification sont complets, à la bonne date et exacts. L équipe d assurance qualité est disponible. La procédure d assurance qualité est validée par le client. Etc. Risques sur les revues. Les anomalies sont détectées. Il n y a pas de défaillances humaines ou d outillage de production à l état de prototype. Etc. Risques sur le conditionnement et les expéditions. Le conditionnement est suffisamment solide. Il n y a pas d accidents et/ou de retards de transport constatés. Il n y a pas de frais exceptionnels de transport ou du transitaire. Aucun vol de matériels n est constaté. Etc. 132

25 PHASE 3 La mise en œuvre du dispositif cible Phase d installation Installation sur site. La disponibilité de l équipe et/ou des moyens de chantier est suffisante. Le personnel est adapté au contexte culturel. Le personnel a les qualifications officielles requises. Il n y a pas d obstructions réglementaires. Les contextes social, politique et météo sont favorables. Les sous-traitants ne sont pas défaillants. Le chantier a été bien préparé. Les matériels sont en bon état. Le client est suffisamment présent. Les moyens de communication sont adaptés. Les procédés ne sont pas dangereux et adaptés au site. Etc. Risques sur la formation du client. L équipe formation est compétente. Les supports de formation sont adaptés et disponibles. Le niveau des élèves est homogène, suffisant et adapté aux objectifs de la formation. Aucun endommagement du matériel n est constaté. Aucune fuite de savoir-faire n est déplorée. Aucune difficulté de maintenance n est constatée. Le client n a pas d exigences non prévues et/ou exagérées. Le chantier est bien managé. Les moyens client sont disponibles au bon moment. Etc. Risques sur la recette sur site. La recette sur site est représentative. Le client ne fait pas d obstructions. Le personnel du client est compétent et disponible. Les appareils de mesure sont correctement étalonnés. La recette est tracée. La documentation contractuelle est complète. Aucune non-atteinte des performances n a pour cause un dysfonctionnement en cours de recette. Les notifications ou convocation du client et des organismes de surveillance sont faites. Les rapports des organismes de vérification sont complets et exacts. L équipe d assurance qualité est disponible. Le matériel client n est pas défaillant et est disponible. Etc. 133

26 CONTRÔLE INTERNE DES RISQUES Phase d assistance et de S.A.V. Risques d interventions et assistance. La communication est adaptée (moyens et hommes). Les procédures sont précises. Les diagnostics peuvent être opérés à distance. Les experts sont rapidement disponibles. Les matériels et pièces de rechange sont disponibles. Les moyens et personnels client sont disponibles. Aucune perte de compétences et d informations n est constatée. Les limites de responsabilité (garantie) sont bien définies. Les clients n exercent pas de pressions abusives. Les limites d intervention du SAV sont précises. Le profil de l équipe SAV est adapté au contexte. Le matériel s avère fiable. Les conditions d usage sont conformes aux spécifications. Etc. Risques sur production de pièces de rechange. Le financement des pièces de rechange est suffisant. Le stockage des pièces de rechange est adapté. La gestion des évolutions est complète. Aucune obsolescence du matériel n est constatée. Aucune disparition de fournisseurs n est constatée. Aucune insuffisance ou défaut de maintenance et de maintien en condition des moyens de production n est constaté. Etc. 134

27 Henri-Pierre MADERS Jean-Luc MASSELIN Contrôle interne des risques Préface du Docteur Jean MADER Délégué auprès de l Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, 2004 ISBN :

28 PHASE 4 Le management du dispositif QUESTIONNAIRE D ÉVALUATION DE LA PHASE 4 Ce quatrième questionnaire synthétise les questions clés permettant de faire un rapide état des lieux du management du dispositif de contrôle interne d un domaine en respectant l approche par les processus. Comme pour les questionnaires des parties 1, 2 et 3, la réponse «oui» à une question constitue une force apparente du dispositif de contrôle interne ; par contre, une réponse «non» constitue une faiblesse réelle ou potentielle. Questions Oui Non Le conseil d administration est moteur dans le dispositif de contrôle interne Il existe un comité d audit Les dirigeants sont très sensibles au contrôle interne et l intègrent dans leur prise de décision au quotidien Des gestionnaires de risques sont en charge de la surveillance de certains risques spécifiques Des comités spécialisés sur les grand thèmes de risques de l entreprise se réunissent régulièrement L encadrement a à cœur de réaliser au quotidien la supervision du travail de leurs collaborateurs Les collaborateurs rendent compte spontanément des risques qu ils découvrent ou dont ils sont à l origine Les processus sont organisés dans une logique de work-flow Un reporting est réalisé à tous les niveaux de l entreprise Le comité d audit et le service d audit interne travaillent en bonne intelligence Le comité d audit et la personne en charge de la déontologie travaillent en bonne intelligence Le service d audit interne possède des moyens et ressources humaines suffisants Le service d audit peut intervenir sur tous les sujets, et parfois de sa propre initiative Le service audit réalise des missions spécifiquement sur la qualité des dispositifs de contrôle interne La diffusion des rapports de l audit interne est large et suivie d actions par le management Le suivi des recommandations de l audit interne est réalisé par l encadrement des domaines concernés Les avis des commissaires aux comptes en matière de dispositif de contrôle interne sont pris en considération et suivis d actions 171

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1

L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES. TRANSVERS CONSULTING L'audit des compagnies d'assurances 2005 1 L AUDIT INTERNE DES COMPAGNIES D ASSURANCES 2005 1 Séminaire - Atelier L audit interne dans l assurance 1 ère communication : Généralités sur l audit interne 2 ème communication : L audit interne des compagnies

Plus en détail

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000 EVOLUTIONS INDICE DATE NATURE DE L'EVOLUTION 00 09/06/2000 Edition Originale 01 29/09/2000 Modification suite à audit interne

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : ORGANISATION DES ARRIVAGES, DES RECEPTIONS ET DES EXPEDITIONS DES MATERIELS ET DES INGREDIENTS REFERENTIEL D ACTIVITES FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES CENTRE D IDENTIFICATION DES MATERIELS DE LA DEFENSE REF_080423_CIMD REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR Relatif aux PRESTATIONS D IDENTIFICATION/CODIFICATION

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

PLAN COMPTABLE NORMALISE

PLAN COMPTABLE NORMALISE PLAN COMPTABLE NORMALISE Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX, DE PROVISIONS ET DE DETTES FINANCIERES 10 Capital ou dotation des succursales et comptes de l exploitant 101 Capital souscrit (Sociétés de capitaux

Plus en détail

M E C A N I Q U E D E P R E C I S I O N

M E C A N I Q U E D E P R E C I S I O N I S O 9 0 0 1 V E R S I O N 2 0 0 8 M E C A N I Q U E D E P R E C I S I O N Sommaire Approbation et diffusion du manuel qualité 4 Gestion des modifications du manuel qualité 5 Présentation de la SARL UNTEL

Plus en détail

Le champ d application de notre système de management

Le champ d application de notre système de management NOS ACTIVITES NOTRE ENGAGEMENT NOTRE FONCTIONNEMENT Le périmètre de notre système de management Le périmètre du Système de Management correspond au site de Bordeaux (usine, Unité de Développement des Systèmes

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

APPEL D OFFRES OUVERT ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 : VERSION 2008 DE L'AGENCE NATIONALE D'AVIATION CIVILE

APPEL D OFFRES OUVERT ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 : VERSION 2008 DE L'AGENCE NATIONALE D'AVIATION CIVILE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE *** MINISTERE DE L EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS *** AGENCE NATIONALE D AVIATION CIVILE APPEL D OFFRES OUVERT ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 : VERSION 2008

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme

La plateforme IRM. La maitrise des risques. L accès à la plateforme Plateforme IRM La plateforme IRM Une vue 360 sur l activité Le management proactif La maitrise des risques La valorisation de l impact social Les caractéristiques techniques Le processus intégral de traitement

Plus en détail

Module 02 - Leçon 02 : Classification des charges et des produits

Module 02 - Leçon 02 : Classification des charges et des produits Module 02 - Leçon 02 : Classification des charges et des produits En comptabilité générale les charges et les produits sont classés par nature (par exemple pour les charges : 60 Achat, 61 Services extérieurs,

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE

Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE MANUEL MANAGEMENT QUALITE Révision janvier 2010 Ce document est la propriété de la MAP. Il ne peut être utilisé, reproduit ou communiqué sans son autorisation. MECANIQUE AERONAUTIQUE PYRENEENNE Place d

Plus en détail

GUIDE OEA. Guide OEA. opérateur

GUIDE OEA. Guide OEA. opérateur Guide > > Fiche 1 : Pourquoi être certifié? > > Fiche 2 : Les trois types de certificats et leurs critères > > Fiche 3 : La préparation de votre projet > > Fiche 4 : Le questionnaire d auto-évaluation

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté»

PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» PRESENTATION CERTIFICATION DE SERVICE «Centres de formation pour les activités privées de sécurité et de sûreté» Ce référentiel s adresse à toutes les actions de formation pouvant être dispensées dans

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

Appel d Offres : Développement du Système d Information. Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia.

Appel d Offres : Développement du Système d Information. Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia. Appel d Offres : Développement du Système d Information Contacts : Arnaud Humbert-Droz ou Florence de Mengin Fondragon appeloffres@valdelia.org SOMMAIRE 1. Présentation Valdelia... 4 1.1. À propos de Valdelia

Plus en détail

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 ROYAUME DU MAROC AGENCE POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DES PREFECTURES ET POVINCES DU NORD DU ROYAUME... Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 OBJET : L AUDIT COMPTABLE

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

ENTRE LES SOUSSIGNÉS : ENTRE LES SOUSSIGNÉS : D une part 1 Le Syndicat de la copropriété de l immeuble sis Représenté par désigné par le vote de la résolution de l Assemblée du 2 et d autre part La Société André DEGUELDRE, Philippe

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Rapport du Président du Conseil d'administration

Rapport du Président du Conseil d'administration SOCIETE ANONYME DES BAINS DE MER ET DU CERCLE DES ETRANGERS A MONACO (S.B.M.) Société anonyme monégasque au capital de 18 160 490 euros Siège social : Monte-Carlo - Place du Casino, Principauté de Monaco

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Votre organisation en 3 clics. www.optimiso.com

Votre organisation en 3 clics. www.optimiso.com Votre organisation en 3 clics www.optimiso.com 2 Intuitif, modulable et fiable Réponse idéale à chaque exigence.... 3 Fiabilité, sécurité et solution personnalisable.... 4 Modules Optimiso : > Process

Plus en détail

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM

Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES. entre. [Nom du Client] et Indép'AM Mandat de gestion du portefeuille [Nom du portefeuille Client] CONVENTION DE SERVICES entre [Nom du Client] et Indép'AM [Date] Convention de service - Mandat Global entre [Nom du Client] et Indép AM Page

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production

Processus Conception. Processus SAV. Processus Gestion des stocks. Activité de contrôle production Liste non exhaustive d indicateurs Processus commercial - Nombre de clients visités chaque semaine. - kilométrage moyen parcouru par visite. - Total des heures productions vendues - Indice de Satisfaction

Plus en détail

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES

PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES de PRODUITS CONSOMMABLES et ADAPTES CUFR JF CHAMPOLLION Place de Verdun 81000 ALBI CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.A.P MARCHE DE SERVICE 2012 N 101-2012 PRESTATIONS DE NETTOYAGE DES LOCAUX, NETTOYAGE DES VITRES, FOURNITURES

Plus en détail

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règlement de la Banque d n 07-01 Art.1.- Le présent règlement a pour objet de définir le principe de la convertibilité

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE Direction générale pour l enseignement supérieur et l insertion professionnelle BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AÉRONAUTIQUE Septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

InteGraal MODE. cousu main

InteGraal MODE. cousu main InteGraal MODE progiciels ET SERVICES cousu main pour l INDUSTRIE ET LE COMMERCE DE la FILIÈRE mode InteGraal MODE L erp métier cousu Main pour l industrie et le commerce de la MODE Pour répondre à vos

Plus en détail

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France

SAICA GROUP. Conditions Générales d Achat - France SAICA GROUP Conditions Générales d Achat - France 1. Domaine d application 1.1. A titre de conditions déterminantes du consentement et sauf exception expresse faisant l objet de conditions particulières

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Première édition 2009

Première édition 2009 ROYAUME DU MAROC ANPME - Agence Nationale pour la promotion de la Petite et Moyenne Entreprise - Pacte National pour l Emergence Industrielle Programme Imtiaz Dossier d Appel à Projets Règlement de sélection

Plus en détail

Des prestations sur mesure, pour des solutions efficaces. Programme des formations en intra - entreprise

Des prestations sur mesure, pour des solutions efficaces. Programme des formations en intra - entreprise Des prestations sur mesure, pour des solutions efficaces Programme des formations en intra - entreprise Stratégie et enjeux logistiques : Les enjeux de la Supply Chain Management Achats, approvisionnements,

Plus en détail

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE

DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE DROITS ET DEVOIRS DU MANDATAIRE PROBLÈMES POSÉS Quels sont les droits et les devoirs du mandataire de coopérative scolaire, de quartier ou de foyer coopératif? STATUT ET DROITS DU MANDATAIRE Le mandataire

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE)

3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 3 3.2. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) Pour l élaboration du présent rapport, le Président a consulté le Vice-Président Exécutif, Directeur Financier

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE Article 1 : Objet et champ d application Sauf accord particulier dûment négocié entre les parties sous quelque forme que ce soit, ces présentes conditions générales

Plus en détail