LES TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY."

Transcription

1 Estelle Perrin est professeur d histoire géographie au collège Leclerc de Schiltigheim. Elle intervient dans le cadre de la formation continue dans l Académie de Strasbourg. LES TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY. Traiter le thème «Paysans et Seigneurs» par l histoire des Arts. L enseignement de l Histoire des Arts actif depuis la rentrée 2009 et défini dans le Bulletin officiel du 28 août 2008 a pour but la découverte des œuvres de référence de différentes époques et domaines artistiques, de donner la capacité de poser sur ces œuvres un regard plus averti et sensible, d acquérir une culture. Notre discipline n a bien sûr pas attendu ces nouvelles orientations pour remplir ces objectifs. Notre pratique pédagogique au quotidien est étroitement liée à l étude d œuvres d art ou d œuvres littéraires, objets, images et textes du patrimoine dont nous pourrions tirer des anciens programmes une liste assez fournie. C est donc logiquement que le professeur d Histoire- Géographie se saisit de cet enseignement nouveau par sa forme pluridisciplinaire et par le regard sensible qu il oblige à poser sur les œuvres. Forts des savoirs et savoir- faire propres à notre discipline, nous sommes un pilier majeur de ce nouvel enseignement. Les Très Riches Heures du Duc de Berry Œuvre très connue du gothique international, «manuscrit le plus somptueusement enluminé» de cet Occident médiéval qui «s ouvre aux images», les Très Riches Heures du duc de Berry est un manuscrit composé de 206 feuillets de vélin dont les premiers sont un calendrier. Chaque mois comporte deux pages : le calendrier et la miniature du mois surmontée d une demi- circonférence représentant le temps. Il s agit d un livre d Heures, un recueil de prières pour les laïcs qui devaient réciter à des heures précises les sept heures canoniales telles que matines, vêpres, etc. A la fin du Moyen Âge, le livre d Heures connaît un grand succès dans les milieux aristocratiques et bourgeois par la montée d une dévotion individuelle et par souci de représentation, de nombreux mécènes à l instar du duc de Berry cherchant à marquer leur réussite sociale par la commande de manuscrits luxueux destinés plus à être exposés et feuilletés qu à être transportés pour des pratiques dévotionnelles. Jean de Berry ( ) détenait dans sa «librairie» plus de 150 manuscrits : plus de la moitié était des livres religieux dont 15 livres d Heures. Contemporain et acteur de la guerre de Cent ans, le duc, fils du roi Jean II le Bon, frère de Charles V et oncle de Charles VI, appartient à la haute aristocratie. Le prince vit dans un monde cultivé, le luxe et la sphère politique dominante. Il mourra sans avoir vu le manuscrit achevé. Les Très Riches Heures sont en effet un long chantier qui court de 1410 à 1489 et est le fruit du travail de plusieurs enlumineurs. L œuvre est commandée par Jean de Berry aux frères de Limbourg, Pol, Jean et Hermann, attachés au début du XV siècle à la cour du duc de Bourgogne comme enlumineurs. Ils commencent l exécution en 1411 et réalisent 35 grandes miniatures dont 4 du calendrier (Janvier, avril, mai et août). A leur mort en 1416, un artiste attaché à la cour de Charles VII aurait pris la relève et peint les autres mois dont ceux des travaux des paysans (juin, juillet), le travail de cet enlumineur constitue d ailleurs une rupture par le regard quasi respectueux porté aux paysans alors que la littérature ou d autres représentations les ont méprisés, par le thème profane du paysage et des travaux agricoles. D autres feuillets moins lumineux où les paysans apparaissent plus frustres et brutaux sont l œuvre de Jean Colombe. 1/7

2 L Histoire des Arts dans la mise en œuvre d un cours d Histoire Si le choix des œuvres, voire des thèmes de l enseignement de l Histoire des Arts, est le fruit d une réflexion collective entre plusieurs disciplines afin de définir les cadres, nous retrouvons notre liberté pédagogique lors de la construction de nos séquences pédagogiques, notre objectif étant que cet enseignement qui par définition s intègre dans nos programmes par la périodisation, nous permette de poser des compétences propres à notre discipline tout en ouvrant le champ d étude aux autres savoirs de la culture humaniste. Le choix de la miniature du mois de juillet extraite des Très Riches Heures du duc de Berry a été déterminé par le potentiel qu elle présente à faire travailler à la fois les connaissances et les capacités dictées par nos programmes d Histoire et celles inscrites dans le programme d Histoire des Arts. Pour cette dernière, l étude peut s inscrire dans plusieurs thématiques : «Arts, Etats et pouvoir» (aborder, dans une perspective politique et sociale, le rapport que les œuvres d art entretiennent avec le pouvoir politique ou économique), «Arts, techniques, expressions» (œuvres d art comme support de connaissance, d invention, d expression) et «arts, mythes et religions» (aborder les rapports entre art et sacré, art et religion, art et spiritualité). Pour cette séquence, il s agit de montrer : - Ce qu est une œuvre d art, en tant que savoir faire au Moyen Âge, - En quoi elle est une représentation de la vision d une société, d une catégorie sociale. Il s agira aussi : - De contribuer à donner des clés pour analyser les techniques, usages et signification d une œuvre, - De travailler les compétences 5 du Socle commun liées à la culture humaniste avec une démarche claire d acquisition d une méthodologie de lecture, de description d une image par un vocabulaire précis et approprié, - De répondre aux objectifs du programme d histoire concernant les démarches, les connaissances et capacités du chapitre «Paysans et seigneurs» (Partie II, thème 1 du programme d Histoire) Sur le plan pédagogique, l œuvre d art est utilisée comme document d accroche pour construire la problématique du chapitre d Histoire : «Paysans et seigneurs». Elle s appuie majoritairement sur les documents du manuel des élèves (Belin) et la démarche se veut simple mais progressive et méthodique. Exemple d une séquence réalisée en 5 : Introduction au chapitre «Paysans et seigneurs» dans l Occident féodal des XI - XV siècles. Poser le cadre spatial et temporel : réactiver les compétences La démarche permet de réutiliser les connaissances de l élève acquises précédemment, de vérifier ces acquis ou compétences en demandant une présentation du document. Si le titre ne présente pas de difficultés puisqu il est lisible dans leur manuel (Belin, page 28), la localisation spatiale nécessite l utilisation d une carte. Les SIG tels que Géoportail voire Google Earth permettent de localiser à la fois Poitiers dont l enluminure présente une image d un château aujourd hui disparu et Chantilly, lieu de conservation de l œuvre. La mise en perspective de cette recherche avec la carte de l Occident au XIII siècle permettra de poser le contexte spatial de l œuvre et un vocabulaire précis, à savoir une œuvre réalisée dans le Royaume de France dans le monde Chrétien d Occident. La compétence «Situer dans le temps» - compétence 5 du Socle commun - s appuie sur une réactivation des savoirs de 6 et des chapitres de 5 vus précédemment. S appuyant sur une erreur du manuel quant à la datation, il est intéressant de laisser les 2/7

3 élèves la découvrir en confrontant l information donnée par le manuel et celle écrite sur le polycopié (Fig.) fourni par le professeur et de profiter de cette étourderie pour expliquer l importance des sources et leur fiabilité. Ils ne manqueront pas de vous demander d où vous tirez alors vos propres sources! Pour les classes où les difficultés d acquisition sont sensibles, le recours à une frise des époques historiques sera nécessaire pour nommer le repère «Moyen Âge». Les informations relevées sont notées sur le document polycopié fourni au fur et à mesure du déroulement du cours. Entrer dans l enseignement de l Histoire des Arts La démarche suivie se veut classique tout en axant sur les savoirs de l Histoire des Arts. Les élèves, par un travail autonome, vont relever la nature, les techniques utilisées, les auteurs et le destinataire de cette miniature du mois de juillet grâce à un dossier sur les enluminures proposé par le manuel. (Page 55 : vocabulaire propre aux manuscrits enluminés, présentation des techniques médiévales et surtout petit encart sur les frères Limbourg et les Très Riches Heures du duc de Berry. Tous les manuels n offrent pas le corpus documentaire nécessaire). La correction du travail est l occasion d apporter un vocabulaire précis et des connaissances adaptées sur : - la nature de l œuvre: enluminure, miniature, livre de prière, les «Heures» - les techniques de réalisation : manuscrit, parchemin, vélin, couleurs, pigment - le savoir faire de l artisan enlumineur du XV - le destinataire aristocrate influent, frère et oncle de roi. Une mise en perspective grâce au site (menu : visites virtuelles, Très riches heures de champagne, menu film) permettra de vérifier la compréhension des savoirs apportés et d élargir le regard sur l enluminure au XV siècle, ses formes, ses supports, ses acteurs et ses usages. Ainsi le récit oral conduit par le professeur raconte et met en appétit par l analyse approfondie des techniques et usages de l enluminure au Moyen Âge, il vise à montrer que les Très Riches Heures du duc de Berry sont plus qu un objet pour pieuses occupations et que «si on regarde de plus près [ ] on s avise que la personne glorifiée par ce livre n est pas le Seigneur : c est le L enluminure, du sacré au profane? Toute représentation au Moyen Âge est attachée à un lieu ou à un objet ayant une fonction le plus souvent liturgique, les images permettent, comme objet pédagogique, aux illettrés de comprendre les Ecritures, l histoire sainte, «comme un substitut du texte sacré». «Instruire, remémorer, émouvoir : telle est la triade des justifications de l image que les clercs reprennent tout au long du Moyen Âge» (Jérome Baschet). Les supports d images évoluent au cours de cette époque notamment avec le développement du monachisme : à l époque carolingienne, l enluminure orne les manuscrits religieux puis à partir du X ce sont les statues, les reliquaires qui deviennent objets de culte et emblèmes des monastères, la statuaire monumentale (chapiteaux, tympans sculptés vers 1100, vitraux gothiques..), les retables à partir du XIII, polyptiques au XIV qui permettent au religieux d imprégner sa représentation du monde. Ainsi, dans le contexte d un monde dominé par l Eglise, l importance des œuvres profanes à la fin du Moyen Âge pourrait constituer une rupture. Dans les faits, si les enluminures entrent dans la sphère laïque, commandées et conservées par des laïcs, leurs thèmes et fonction restent religieux. Le Livre d Heures au XV e a rencontré un fort engouement auprès des aristocrates et bourgeois enrichis en étant un support de piété, un guide des prières à réciter. La multiplication des images de piété dans la sphère privée conforte le pouvoir spirituel de l Eglise. Elle témoigne cependant d une rupture dans la montée de l individualisme : l enluminure n est plus seulement dans les livres des clercs, la foi n est plus seulement tributaire des «encadrants» ecclésiastiques. De plus les enluminures témoignent au XV de l affirmation de nouveaux pouvoirs dans la société transformée par les élites de l expansion de l Occident et du renforcement de l Etat. A la fin du Moyen Âge, les commanditaires laïques d enluminures sont de plus en plus nombreux (rois, princes, bourgeois ) et les créateurs ne sont plus les moines mais des artisans des ateliers urbains proches des nouveaux lieux de pouvoir. La nouvelle élite qui se veut volontiers mécène peut trouver dans l œuvre d art le reflet de sa réussite sociale et de son opulence économique. 3/7

4 duc» (Edmond Pognon). Toute l analyse conduit en effet à faire poser par l élève un regard critique sur l objet de l enseignement et ici objet d art : le manuscrit des Très Riches Heures est pour le destinataire «un inventaire de son domaine, démonstratif de sa puissance» (Jérôme Baschet). Par cette analyse des techniques et usages l élève s interroge sur les significations d une œuvre d art. Elle est chargée d un sens mystique mais surtout d un sens politique et social, l image au XV est porteuse de messages émis, reçus, interprétés au XV comme aujourd hui. Cette étude permet d éduquer le regard et de poser une définition de l œuvre d art au Moyen- âge. L enluminure est un objet d art, fruit du travail d artisans maitres de savoir faire. Elle est réservée à une minorité de personnes, une élite religieuse puis aristocratique et bourgeoise à la fin du Moyen Âge. L ensemble du travail est encadré d une couleur choisie en début d année pour l enseignement Histoire des Arts et estampillé «HIDA». Plus l organisation des connaissances sera claire, lisible dans son cahier, plus l élève aura les moyens de se les approprier et plus le professeur pourra faire vivre cet enseignement. Eduquer le regard et problématiser le chapitre Le but est de problématiser le chapitre «Paysans et seigneurs» grâce à l œuvre d art choisie. Le deuxième temps du travail avec les élèves s ouvre donc par l étude du sujet et des éléments composant l image selon une démarche pédagogique familière (voir Fig.) : - Séparer les différents plans de l image - Décrire et nommer les éléments constitutifs de chaque plan. Poser un vocabulaire simple mais approprié (moisson, faucille, pont levis ) - Nommer les différents espaces et montrer la relation entre les hommes sur un même territoire. L enluminure, techniques et couleurs au Moyen- âge L enluminure, du latin illuminare «mettre en lumière», «éclairer», regroupe 3 catégories : les lettrines, les premières lettres d un texte décorées, les rinceaux, des ornements faits d éléments végétaux enroulés et les miniatures, des scènes figurées peintes illustrant un texte dont le nom provient non pas de leur taille mais du nom latin miniare qui signifie enduire de minium, pigment d oxyde de plomb rouge utilisé abondamment dans les manuscrits pour écrire. Peintures délicates, fines et de petites tailles, les miniatures nécessitent le travail minutieux du moine ou de l artisan qui peut avoir recours à une loupe pour réaliser sa production. L artisan doit préparer ses couleurs issues des pigments naturels, minéraux, végétaux et animaux, en broyant les roches, écrasant les plantes, faisant subir des altérations chimiques naturelles telles que l oxydation. Associé à un liant naturel (détrempe d œuf, gomme arabique) le pigment forme le matériau, la peinture qui sera appliquée au pinceau fin. La teinte ne s obtient pas comme aujourd hui par mélange des primaires mais par les pigments issus de la nature et c est par une superposition de couches plus ou moins fines et plus ou moins transparentes que l artisan obtient des nuances de teinte. Le mélange de couleurs était interdit dans le Moyen Âge chrétien. Mais cet interdit touchait néanmoins peu les enlumineurs et les peintres ont pu transgresser la règle. Par contre les teinturiers durent attendre la Renaissance pour pratiquer la synthèse rouge- bleu dans leurs cuves par exemple. Exemple de couleurs obtenues avec des pigments naturels : VERT : pigments de fleur d Iris écrasée ou de plante comme le plantain, de baies de nerprun concassées puis fermentées, pigments de roche (malachite), pigment issu de l oxydation du cuivre (le vert de gris) ROUGE : pigment de garance, issu de la racine de la plante, ou de la pourpre de murex (escargot marin) BLEU : pigment indigotine extrait de la guède, ou pigment de lapis- lazuli d un bleu profond obtenu par pilage de la pierre semi précieuse d origine afghane au Moyen Âge presque plus chère que l or. BLANC : pigment de blanc de plomb après oxydation associé à la craie. JAUNE : orpiment, ocres NOIR : noir d os calciné, noir de charbon de bois Et bien d autres tels que les ors et argents 4/7

5 Fig. : Les Très Riches Heures du duc de Berry, feuillet du mois de juillet, Territoire Travail simple et technique qui permet de poser des mots et des questions sur le cadre et mode de vie des deux grands acteurs du village féodal que sont les paysans et les seigneurs et sur le dominium (relation de dépendance entre un seigneur et les vilains). Le retour à l étude sensible de l œuvre permet d approfondir l enseignement de l Histoire des Arts mais aussi d enrichir notre questionnement. Comment l enlumineur met- il en valeur les éléments et quelle vision de la société, des comportements, des occupations, des modes de vie et relations entre ses membres offre- t- il à notre regard? Que raconte l enlumineur ou que veut «dire» la miniature? Telles sont les questions auxquelles nous devons amener les élèves, nous appuyant sur leur sensibilité et encadrant l activité par nos réponses et suggestions. Quelques pistes : - le château est mis en avant par ses couleurs, le toit bleu ardoise éclatant, l enceinte blanche, sa position au creux d une composition triangulaire au sein d un paysage montagnard conventionnel, ses dimensions (presque ½ de la surface de l enluminure) le château domine le territoire - la terre et la nature tiennent une place particulière, l enlumineur forçant le détail par un travail minutieux et fin. Il pose la vision d un territoire bucolique et prospère avec ses cygnes, ses prairies verdoyantes, ses blés fournis et fleuris de coquelicots et bleuets. le territoire est fertile grâce au travail des hommes 5/7

6 - l ensemble dégage une impression de calme, le château semble vidé de ses occupants et déchargé de son rôle militaire. D autant plus que l architecture gothique mise en avant l orne d une dimension plus résidentielle. La nature est docile, mise en valeur par des hommes maîtres des techniques agraires tant leurs gestes sont sûrs. La paix règne donc, les vilains peuvent exercer leurs travaux des champs à l abri, protégés par le seigneur et son château. des rôles partagés, une vie idyllique : la société idéale Une confrontation de cette vision avec une frise chronologique des évènements et dates clés de cette fin du Moyen Âge (Belin, page 29) permet de replacer l œuvre dans son contexte historique, de rompre le charme et d aider à la construction de leur sens critique. Les mots «guerre de Cent Ans», «peste noire» et «famine» se dressent en contradicteurs de l image et introduisent deux postulats : L œuvre d art au Moyen Âge est un point de vue («propagande» aristocratique et cosmologie religieuse). La confrontation des sources est essentielle au travail de l historien. Cette démarche permet de poser en trace écrite la problématique du chapitre : Si l enluminure du xv siècle est un point de vue, peut- elle être un témoignage réaliste des liens entre paysans et seigneurs et de leurs modes de vie en Occident médiéval? Proposition pour évaluer les connaissances et compétences acquises lors de cette séquence : Les élèves ont été évalué à la fin du chapitre «Paysans et seigneurs» par le contrôle classique composé de 2 documents : une autre miniature des Très Riches Heures du duc de Berry, le mois de mars, mise en perspective avec un extrait d un censier du XI siècle, d un questionnement et d une synthèse guidée sous forme de récit. Une partie des questions a fait l objet d une note spécifique Histoire des Arts qui vient s ajouter à celles de mes collègues d Arts plastiques ou de Lettres. Peut- on parler d artistes au Moyen Âge? Le mot «artiste» n apparaît qu au XVIII siècle, il n a pris le sens qu il a aujourd hui que dans l édition de l Académie de 1762 Avant, il est l artifex, l artisan. Dans l Occident médiéval, la production d une œuvre s effectue dans un atelier où travaillent des équipes polyvalentes : peintres de lettres, vignetteur qui peint les rinceaux de feuilles de vigne et d acanthe et historieur qui peint l image appelée «histoire» répondant à des commandes de divers milieux influents et riches : clercs, rois, aristocrates, riches bourgeois. Il en va de même dans d autres espaces et à différentes époques tels que l Egypte des pharaons, la ville de Sienne au XV ou l empire Ottoman du XVI. L œuvre est le fruit d un travail d un ou plusieurs artisans associés, souvent un maître et quelques collaborateurs qui maîtrisent un savoir- faire, des techniques dans le respect des règles strictes de leur corporation ou guilde. L «artiste» est donc un chef d atelier, il reçoit le commanditaire, fournit les modèles ou épreuves, supervise le travail, y participe aux côté des autres artisans de son atelier. Le métier se transmet le plus souvent de père en fils et leurs conditions de vie sont médiocres pour la plupart, certains y échappant par le mécénat des princes. Ainsi l art au Moyen Âge est un métier qui s apprend dans un atelier familial. La rupture s opère à la Renaissance par l émancipation et la volonté de reconnaissance des «artistes» dont le florentin Giotto peut être considéré comme le premier d une longue lignée. Par le questionnement de la miniature, il s agissait de vérifier : 1) Le vocabulaire et la compréhension des notions d usage : enluminure, calendrier, manuscrit en posant la question de la nature de l œuvre, du destinataire et de ce qu il fait de l objet. 2) La connaissance des techniques en posant la question des savoir- faire et matériaux nécessaires à sa réalisation 3) La compréhension de l œuvre en tant que point de vue en posant des questions sur les composants de l image et la possibilité pour l historien d en faire sa source principale. 6/7

7 Conclusion La séquence proposée ici et expérimentée en classe autour de la miniature de juillet des Très Riches Heures du duc de Berry est sans prétention, elle aurait pu être plus ambitieuse avec une étude de tout le calendrier, voire même du manuscrit et aurait pu servir à introduire tout le thème «L Occident au Moyen Âge» tant il peut faire le lien entre tous les acteurs de cet espace féodal (Eglise, seigneurs, paysans, artisans, bourgeois). L étude s est voulue, pour correspondre au mieux au profil de la classe plus humble mais pas moins approfondie. Elle a pour premiers objectifs d enseigner l Histoire des Arts, c est à dire montrer les liens indissociables entre nos disciplines au collège, de susciter la curiosité des élèves, l acquisition des connaissances et des savoir- faire, de nourrir leur réflexion et d éduquer à la notion de point de vue, à l esprit critique et l ouverture. L Histoire des Arts participe ainsi pleinement à la culture humaniste, connaissances, repères, capacités, aptitudes et attitudes éduquent le citoyen en devenir. E.P Pour aller plus loin Bibliographie indicative : - Jérôme BASCHET, La civilisation féodale, de l an mille à la colonisation de l Amérique, Flammarion, «Champs», 3 édition et mise à jour, Edmond POGNON, Les Très Riches Heures du duc de Berry, manuscrit enluminé du XV siècle, Minerva, Jean DUFOURNET, Les Très Riches Heures du duc de Berry, Bibliothèque de l Image, Pascale CHARON et Jean Marie GUILLOUET (sous la direction de), Dictionnaire d histoire de l art du Moyen Âge occidental, Robert Laffont, Maryvonne CASSAN (sous la direction de), Histoire des arts avec le Louvre, Hatier, Marie- Thérèse GOUSSET, Enluminures médiévales : Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France, BNF, Arkéojunior n 134, les couleurs au Moyen- âge, Octobre 2006 (pour les élèves). Sitographie indicative : - Programme : eduscol.education.fr : Bulletin officiel n 32 du 28 août 2008 sur l organisation de l enseignement de l Histoire des Arts. - Site sur les Très Riches Heures : amiens.fr/chantilly/pdf/richesheures.pdf : étude du mois de mars du calendrier des Très Riches Heures. de- france.fr/animations/berry/berry.swf : une animation très riche sur le manuscrit. - Site sur les enluminures en général : : site incontournable pour la période médiévale où il est possible de consulter des milliers de reproduction numériques des enluminures conservées dans les bibliothèques municipales. - A propos de la couleur : : dossiers scientifiques du CNRS sur les couleurs et pigments. : dossier sur la couleur. strasbg.fr/ : informations sur les pigments dans l art. 7/7

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

L Histoire des Arts en cours de mathématiques

L Histoire des Arts en cours de mathématiques L Histoire des Arts en cours de mathématiques 1 BO n 32 du 28 août 2008 L'enseignement de l'histoire des arts est obligatoire pour tous les élèves de l'école primaire, du collège et du lycée (voies générale,

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Document réalisé par Laëtitia Kadur d après le travail de l équipe enseignante d Exideuil De la TPS au CM2 Année scolaire 2013-2014 En juin 2014 avait lieu la projection du film d animation «Les trois

Plus en détail

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand

OFFRES D OPTIONS. DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand OFFRES D OPTIONS DP3 Découverte Professionnelle 3h Langues anciennes SEA Section Européenne Anglais SED Section Européenne Allemand Option DP3 Qu est-ce que la DP3? La DP3 est une option de Découverte

Plus en détail

Ressources pédagogiques

Ressources pédagogiques Abbaye du Mont-Saint-Michel Primaire Ressources pédagogiques pour une visite libre Catalogue Les visites libres sont possibles de septembre à avril Service des actions éducatives BP 22 50170 Le Mont Saint

Plus en détail

Introduction SOMMAIRE. Fiche Objectifs Supports... 2. Fiche Scénario pédagogique... 5. À propos... 12

Introduction SOMMAIRE. Fiche Objectifs Supports... 2. Fiche Scénario pédagogique... 5. À propos... 12 1 Arabe Disciplines associées : histoire, géographie, arts plastiques Lycée / B1 B2 Introduction Dossier pédagogique La mosquée des Omeyyades à Damas «L Islam» Né au VII e siècle dans la péninsule Arabique,

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 titre trop long FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 Niveau et thème de programme Terminale L, «Lire-écrire-publier»

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Ateliers pédagogiques

Ateliers pédagogiques HISTOIRE LOCALE Ateliers pédagogiques Primaire (selon thème choisi) et Collège Visite commentée de 2 expositions au choix aux Archives Municipales Mise à disposition de questionnaire (30 minutes de recherche

Plus en détail

Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV»

Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV» Portrait de Louis XIV, collection Musée des Beaux-Arts, D.R. Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV» Louis XIII et Louis XIV avec leurs ministres respectifs, Richelieu et Colbert,

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset)

La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) La séquence proposée ici a été réalisée par Arlette MARCE et Jean Claude CHEMORIN (Tous les deux en poste au collège Saint Joseph, à Cusset) Elle porte sur la II éme partie du programme, plus précisément

Plus en détail

Formation au Métier d Enlumineur Deuxième Année

Formation au Métier d Enlumineur Deuxième Année Institut Supérieur Européen de l Enluminure et du Manuscrit Association Loi 1901.98.12.12.47.49.JO du 8 août 1998 Siège Social : 3 impasse des Primevères.49112 PELLOUAILLES LES VIGNES Lieu de Formation

Plus en détail

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois

Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois Collège Claude Debussy 18150 La Guerche sur l Aubois «Réaliser un dépliant touristique des Enfers» Angélique Voisin (Lettres Modernes) Jean-Pierre Carrel (Histoire) I Caractéristiques de l'activité Disciplines

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry

Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry Les Frères Limbourg Les Très Riches Heures du Duc de Berry Le mois de Mars Les frères Limbourg Pol, Jean et Hermann de Limbourg, dits les Frères de Limbourg (1380-1416) sont célèbres pour les livres enluminés

Plus en détail

Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes

Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes Devoir du 06.06.2011 / 5 ème A / Histoire, les grandes découvertes Prénom : Nom : I. Deux grandes voyages, se repérer. 7 /7 Points 1. Comment appelle-t-on les deux lieux géographiques représentés sur la

Plus en détail

ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE

ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE Activités éducatives pour les élèves de 6 à 7 ans ORGANISER UN LANCEMENT DE LIVRE NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 6 À 7 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ À la suite d une réflexion faite en classe

Plus en détail

Les enseignements à procédures d affectation particulières

Les enseignements à procédures d affectation particulières . Année scolaire 2010-2011 Je prépare mon entrée en seconde Au Lycée DESCARTES d Antony Les enseignements à procédures d affectation particulières grec et chinois LV3 : enseignements d exploration à capacité

Plus en détail

Manuscrits du Moyen Age

Manuscrits du Moyen Age Manuscrits du Moyen Age (Dossier pédagogique réalisé par le service éducatif de la MGT) 1. Qu est-ce qu un manuscrit? Voici deux ouvrages conservés à la MGT. Histoire des quatre fils Aymons, XVIIe siècle

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

70 e anniversaire Libération

70 e anniversaire Libération 70 e anniversaire Libération de la Haute-Savoie Sujet du module (libellé du programme) : Connaître les événements de la Seconde Guerre Mondiale et leurs conséquences pour la France Comprendre et connaître

Plus en détail

Que connaissez vous du moyen-âge?

Que connaissez vous du moyen-âge? Que connaissez vous du moyen-âge? Seigneurs et paysans dans l Occident féodal ème ème du XI au XV siècle ECLATEMENT DE OCCIDENT L'OCCIDENT CHRETIEN CHRETIEN EMPIRE BYZANTIN MONDE MUSULMAN I) Étude de

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS

METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS METHODOLOGIE DE CONSTRUCTION D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE EN ARTS VISUELS Tout enseignant est confronté à la question de l apprentissage de ses élèves. Qu est-il opportun qu ils apprennent? Une partie

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

Arts plastiques LICENCE

Arts plastiques LICENCE Arts plastiques LICENCE Objectifs de la formation Présentant un équilibre entre enseignements pratiques et cours théoriques, la formation en Arts plastiques a pour visée principale la maîtrise par l étudiant

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le droit à l éducation.

Le droit à l éducation. Education Civique. Séances : Objectif(s) : Compétence(s) : 1 2 3 - Avoir compris et retenu que les enfants ont des droits en matière d éducation. - Avoir compris et retenu quelles sont les valeurs universelles

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Proposition d'une étude de situation : Christophe Colomb. Sujet d'étude : Voyages et découvertes XVIè-XVIIIè siècles

Proposition d'une étude de situation : Christophe Colomb. Sujet d'étude : Voyages et découvertes XVIè-XVIIIè siècles Histoire Seconde Bac Pro 3 ans Proposition d'une étude de situation : Christophe Colomb Sujet d'étude : Voyages et découvertes XVIè-XVIIIè siècles Contenu : - problématique - axes d'analyse et éléments

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE. pour la CONSTITUTION du DOSSIER C.C.F. ARTS APPLIQUES et CULTURES ARTISTIQUES en

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE. pour la CONSTITUTION du DOSSIER C.C.F. ARTS APPLIQUES et CULTURES ARTISTIQUES en LIVRET D ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE pour la CONSTITUTION du DOSSIER C.C.F. ARTS APPLIQUES et CULTURES ARTISTIQUES en PREMIERE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL THEME: PLAN: 1 2 3 4 BACCALAUREAT : NOM : PRENOM

Plus en détail

TraAM 2012-2013. Arts plastiques. Académie de limoges. Fiche-action individuelle

TraAM 2012-2013. Arts plastiques. Académie de limoges. Fiche-action individuelle TraAM 2012-2013 Arts plastiques Académie de limoges INTITULÉ COMPLET Carnet numérique : passage sous forme numérique d un carnet de travail en cours d arts plastiques. DESCRIPTION Ce projet s adresse à

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Séquence d observation en milieu professionnel «Stage en entreprise» Année scolaire 2015 / 2016

Séquence d observation en milieu professionnel «Stage en entreprise» Année scolaire 2015 / 2016 COLLEGE LE PETIT PRINCE Gignac la Nerthe Parcours de Découverte des Métiers et des Formations - Troisième Séquence d observation en milieu professionnel «Stage en entreprise» Année scolaire 2015 / 2016

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes»

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» 5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» Niveau : cycle 3 Modèle proposé : séquence de 2 séances Certaines activités peuvent être proposées périodiquement (entraînement, consolidation..)

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège.

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ. Cette séquence concerne les élèves de CM1 et CM2, voire de l entrée au collège. FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 150 Février 2013 HISTOIRE RUBRIQUE l histoire de l école en France DOMAINES D ACTIVITÉS histoire, instruction civique et TUIC OBJECTIFS ET COMPÉTENCES * Objectifs * : en privilégiant

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

La Médiathèque du Grand Troyes, c'est :

La Médiathèque du Grand Troyes, c'est : La Médiathèque du Grand Troyes, c'est : Un élément incontournable du patrimoine architectural contemporain de Troyes récompensé en 2002 par le prix d'architecture contemporaine l'équerre d'argent. Une

Plus en détail

Étudier une œuvre d art avec les outils numériques.

Étudier une œuvre d art avec les outils numériques. Étudier une œuvre d art avec les outils numériques. «La Vierge du chancelier Rolin» Tableau de Jan Van Eyck, vers 1435 66 x 62 cm. Peinture à l huile sur panneaux de chêne. Musée du Louvre, Paris Dans

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire Socle commun des connaissances : Compétence 4 «maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication» FICHE SEANCE N 3 Date : 1. Identification

Plus en détail

Enseignement art danse en option facultative

Enseignement art danse en option facultative Enseignement art danse en option facultative Le lycée Auguste Angellier propose depuis la rentrée scolaire 2005, l option facultative ART DANSE en seconde, première et terminale toutes séries. Cet enseignement

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC

GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC Cécile Dejoux GESTION DES COMPÉTENCES ET GPEC 2 e édition Pour aller plus loin, voir le site de l auteur : http://ceciledejoux.com Professeur à l Insead Dunod, Paris, 2 e édition, 2013 ISBN 978-2-10-058928-9

Plus en détail

Le Master Littérature et Cinéma & Le Laboratoire de Recherche sur l Histoire, le Patrimoine, la Culture et le Développement Régional.

Le Master Littérature et Cinéma & Le Laboratoire de Recherche sur l Histoire, le Patrimoine, la Culture et le Développement Régional. Le Master Littérature et Cinéma & Le Laboratoire de Recherche sur l Histoire, le Patrimoine, la Culture et le Développement Régional Organisent Un colloque national sur le thème : Littérature, Cinéma et

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

ESPACE CULTUREL MALRAUX TARARE Exposition. Nathalie BAUDRY Brigitte KOHL. du 24 mars 2012 au 13 mai 2012

ESPACE CULTUREL MALRAUX TARARE Exposition. Nathalie BAUDRY Brigitte KOHL. du 24 mars 2012 au 13 mai 2012 ESPACE CULTUREL MALRAUX TARARE Exposition Nathalie BAUDRY Brigitte KOHL du 24 mars 2012 au 13 mai 2012 Nathalie Baudry et Brigitte Kohl présentent à l Espace Malraux une installation de curiosités photographiques.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER La cité radieuse est haute de 17 étages et regroupe 337 appartements (137x 56 x 24m). Le toit comporte une école maternelle, une piste

Plus en détail

Préparer la classe outils méthodologiques

Préparer la classe outils méthodologiques Préparer la classe outils méthodologiques Formation du 19 novembre 2008 Dijon CRDP Enseigner. Concevoir. Anticiper. Planifier. Ce qui implique : Des choix philosophiques Des obligations institutionnelles

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Document d'aide à la validation des compétences en maternelle

Document d'aide à la validation des compétences en maternelle Ecole Nom : Adresse : Tél. : Courriel : Document d'aide à la validation des compétences en maternelle Précisions sur l'utilisation de ce document d'aide : * Le document reprend les compétences institutionnelles

Plus en détail

Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE

Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE Scénario n 4 : RÉALISER UNE INFOGRAPHIE SUR LES MÉTIERS DE L IMAGE SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la veille et à la diffusion de l information / Collaborer avec

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Un accueil personnalisé. Des rencontres avec Des séances les cinéastes réservées. et les professionnels. Du 7 au 15 avril 2015 au Cinéma Luminor-Hôtel

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

LA NAISSANCE DE LA FRANCE

LA NAISSANCE DE LA FRANCE (Ne pas inscrire le titre en début de séance) Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Découvrir que la France est un vieil État, né de l Empire de Charlemagne Objectifs Découvrir la

Plus en détail

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX Classe de CM2-6 ème DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE Cette séquence peut s organiser autour de trois séances en mathématiques 1 ère séance

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Quelle est la place de l'europe dans le monde au début du XVIII e siècle? Carole Tagnard Collège Joseph Roumanille - Avignon (84) I - L EUROPE

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale

La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale Atelier pratique «Les petits historiens» Fiche pédagogique pour les enseignants CM2 La vie quotidienne en Haute-Garonne pendant la seconde guerre mondiale Avertissement! Pour tous les ateliers, il est

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe?

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Année 2012-2013 Circonscription de Tours Centre Le carnet culturel Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Proposition des formateurs à compléter par les observations des enseignants Le

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail