Élus, entreprises et citoyens : Comment bâtir ensemble une ville plus intelligente?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Élus, entreprises et citoyens : Comment bâtir ensemble une ville plus intelligente?"

Transcription

1 LES DÉBATS DE L INSTITUT DE L ENTREPRISE SYNTHÈSE Élus, entreprises et citoyens : 15 novembre 2013 Julien DAMON, Jean-Christophe FROMANTIN, Élisabeth LULIN, Jean-Louis MISSIKA, Augustin de ROMANET, Christian SAINT-ETIENNE, Sylvie SPALMACIN-ROMA

2 DÉBAT Le débat, animé par Julien Damon, professeur associé à Sciences-Po, a réuni : Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine, Élisabeth Lulin, directeur général de Paradigmes et caetera auteur de la note Service Public «2.0» 1, Jean-Louis Missika, conseiller de Paris et adjoint au maire de Paris chargé de l innovation, de la recherche et des universités, Augustin de Romanet, président-directeur général d Aéroports de Paris, Christian Saint-Etienne, économiste professeur titulaire de la Chaire d économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers, Sylvie Spalmacin-Roma, vice-présidente Smarter Cities IBM Europe. Outre les traditionnels échanges avec la salle, les participants sont conviés à transmettre leurs réactions à l animateur au fil du débat, et ce par l intermédiaire de leur smartphone. Ces remarques ou questions sont retranscrites en italique. 1. Service public «2.0», Note de l Institut de l entreprise par Élisabeth Lulin dans la série «Sphère publique - sphère privée : nouveaux enjeux, nouveaux modèles», juillet 2013

3 Conférence-débat du 15 novembre 2013 En introduction du débat, Frédéric Monlouis- Félicité rappelle en quelques mots le contexte dans lequel les travaux sur les smart cities s inscrivent. L Institut de l entreprise a lancé, en 2012, un Atelier de la performance publique, présidé par Augustin de Romanet et répondant à une double ambition. Première ambition, renouveler les termes du débat sur la sphère publique : au-delà de la nécessaire réduction de la dépense publique, il apparaît effectivement indispensable de réfléchir au périmètre de l action publique, à ses modalités et à la qualité des services rendus aux citoyens. Deuxième ambition, repenser le lien entre l État, les citoyens et les entreprises : l exploration de ce sujet repose sur une idée simple, selon laquelle l avenir passe par le renforcement des capacités de la sphère privée plutôt que par l extension indéfinie de la sphère publique. Les travaux sur les villes intelligentes sont donc partie intégrante de cette réflexion plus large. Ils visent à examiner le potentiel en termes d attractivité et de compétitivité des communautés urbaines innovantes et d un haut niveau de services que sont ces villes intelligentes. Comment faire en sorte que les municipalités réduisent leurs dépenses publiques locales, améliorent la qualité de service rendu aux citoyens et créent les conditions d une croissance économique équilibrée? Telles sont les questions qui se jouent à travers la problématique des smart cities. Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

4 Quels sont les principaux apports des travaux de l Atelier de la performance publique de l Institut de l entreprise sur les smart cities? Augustin de Romanet indique que l Institut de l entreprise travaille, sur un plan général, à identifier des pistes d action permettant aux entreprises de mieux s insérer dans la société. Plusieurs phénomènes s imposent aujourd hui : les difficultés liées au chômage de masse, l urbanisation croissante, l enjeu que représente, pour l avenir, le traitement et la bonne utilisation des données, etc. Au sein des métropoles, entrepreneurs et élus font face à un défi collectif, consistant à inventer des services qui correspondent réellement aux besoins des citoyens, dans un contexte de développement de la concurrence entre États, entre entreprises, entre régions ou départements, mais également entre villes. Les travaux présentés dans le rapport 2 de l atelier, issus de la confrontation de très nombreux points de vue, abordent tous ces sujets. Quels sont les domaines dans lesquels on peut rendre la ville SMS : «Que serait un smart aéroport?» Augustin de Romanet explique qu un aéroport capable d informer un passager sur la façon de s y 2. Smart cities. Efficace, innovante, participative : comment rendre la ville, Rapport issu des travaux de l Atelier de la performance publique de l Institut de l entreprise et publié dans la série «Sphère publique - sphère privée : nouveaux enjeux, nouveaux modèles», novembre 2013 Augustin de Romanet rendre en contournant les difficultés liées au trafic, de mettre à sa disposition une signalétique améliorée pour aller jusqu au terminal n 1, de lui indiquer où il pourra trouver du Glenfiddich en promotion s il s agit d un amateur de whisky, de lui donner le temps de faire son achat en lui proposant une offre de fast track, etc. pourra être considéré comme un smart aéroport. En d autres termes, il sera en mesure de prendre en charge le voyageur et de réduire au maximum ses sources de stress. Jean-Louis Missika observe néanmoins que les solutions de la smart city s adressent à tous les habitants des villes, peut-être même plus aux habitants les moins fortunés qu aux voyageurs des classes affaires utilisant régulièrement les fast tracks des aéroports. En effet, leur rôle est de faciliter la vie quotidienne, et ceux qui ont le moins d argent en ont souvent le plus besoin. Si l on prend l exemple d une application multimodale permettant, en temps réel, d informer les passagers des horaires des transports en commun, mais aussi de 4

5 leur communiquer le taux de remplissage des véhicules, de leur proposer des itinéraires de substitution en cas de problème ou de faire des calculs d itinéraire combinant l ensemble des moyens de déplacement, y compris la voiture individuelle, les Autolib et les Vélib, un tel dispositif pourrait améliorer de 10 % la fluidité des déplacements dans une agglomération comme Paris, à offre de transport constante. Cela démontre à quel point des systèmes d information en temps réel, simples, pratiques, consultables en mobilité et gratuits, peuvent véritablement améliorer la vie de dizaines de millions de personnes, tout en permettant aux collectivités de dégager des économies substantielles. Dans un contexte où l urbanisation ne fait que progresser, confirme Sylvie Spalmacin-Roma, de nombreuses villes ne peuvent répondre à leur propre croissance en créant des infrastructures nouvelles. De fait, s il est une ressource non exploitée à l heure actuelle, ce sont les données, d où la volonté d IBM de lancer, à la fin de 2008, un projet Smarter Cities. Si l on veut résumer la situation le plus brièvement possible, on peut dire que l espace urbain est équipé d un nombre croissant d éléments communicants et que la technologie fonctionne parfaitement : il est possible de traiter des milliards de données en temps réel, d élaborer des prévisions utiles à la prise de décision,... En revanche, la plupart des villes sont organisées en silos qui ne communiquent pas vraiment entre eux. Par conséquent, l enjeu est de passer, au niveau de la gestion des villes, d un travail en mode participatif à un travail en mode collaboratif, ce qui nécessite un accompagnement au niveau organisationnel. La France, en tête ou en queue de peloton? Selon Sylvie Spalmacin-Roma, la France, vue de l extérieur, a une position absolument unique car elle dispose de nombreux géants, tels Veolia, qui ont développé, à l échelle mondiale, toute une gamme d activités au service des villes et des citoyens, et qui sont beaucoup plus reconnus à l étranger qu au sein même de l Hexagone. La France est donc vue comme un pays en pointe dans un certain nombre de domaines. Or elle étouffe ses propres capacités en ayant peur de l avenir. Il faut donc aider la société française à comprendre que la transformation en cours n est pas qu un problème : elle peut aussi apporter des évolutions très positives. Jean-Louis Missika Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

6 Le smart va-t-il sauver le monde? Christian Saint-Etienne estime que le smart n est que la partie émergée de l iceberg. La troisième révolution industrielle, en marche depuis trois décennies, a la particularité de se nourrir d un écosystème entreprenarial qui se développe dans les métropoles modernes, des villes où les possibilités de contacts sont démultipliées par rapport à des zones moins denses. La révolution en cours est donc celle de la «métropolisation de la croissance» : désormais la croissance, à l échelle de la planète, est tirée par les villes. Le phénomène de smart city, soit l optimisation des services rendus aux citoyens grâce à la gestion des données, n est qu un effet de cette transformation. Par ailleurs, la capacité à organiser les territoires ne dépend pas seulement des gens qui gèrent la municipalité et la problématique du développement des villes, dont les technologies de la smart city, encore une fois, ne sont qu une composante, doit s inscrire dans un projet global. En France le pays possède effectivement quelques grands acteurs, mais ceuxci interviennent plutôt hors du territoire national, une reconfiguration territoriale, passant par l élaboration d une stratégie déterminée et nationale, mettant en lien les principales villes, s impose. On pourrait notamment configurer un réseau d environ 70 métropoles réparti en trois niveaux : trois grandes métropoles, à savoir le Grand Paris, le Grand Lyon et le Grand Marseille, une quinzaine de métropoles permettant de tirer l ensemble des territoires et une cinquantaine de villes capables de disséminer les technologies de la smart city. Un État stratège, très léger, travaillerait avec une douzaine de régions et les équipes dirigeant ces différentes villes pour dessiner les évolutions à venir. Dans cette vision, les technologies propres à la smart city seraient mises au service de la stratégie élaborée. En tout cas, si ces technologies ne s inscrivent pas dans un projet plus global, on obtiendra des réalisations intelligentes ici ou là, mais on ne répondra pas à l insatisfaction globale qui se manifeste aujourd hui. La place des entrepreneurs dans la smart city SMS : «Un panel de grand patrons et d élus pour parler smart cities et open data. Où sont les entrepreneurs? / le mal français» Christian Saint-Etienne Christian Saint-Etienne rappelle avoir précisé que les élus municipaux ne doivent pas forcément être en pointe de ce mouvement. Les mairies doivent concevoir l organisation des villes pour que celles-ci deviennent des métropoles modernes et connectées, au service de l écosystème entreprenarial, dont les besoins doivent évidemment être pris en compte. 6

7 Pour Augustin de Romanet, le fait d opposer les petits entrepreneurs et les grands patrons relève d une attitude typiquement française. Ce n est pas le sujet! Dans ce pays, on n a de cesse de regarder dans l assiette du voisin au lieu de considérer que tout le monde est dans le même bateau. Les petites entreprises jalousent les grandes. Celles-ci n ont peut-être pas toujours eu la bonne attitude, mais on sait désormais à quel point certains comportements ne sont pas durables. Ce n est pas parce que les grandes entreprises, de par leur taille et leur influence, ont plus de devoirs que les autres qu il faut chercher à les détruire et, faut-il rappeler cette sentence, «quand les gros commencent à maigrir, les maigres sont déjà morts». Ce qui compte, par conséquent, c est que chacun se sente responsable! SMS : «Quel dommage de n avoir personne de moins de 35 ans autour de la table!» Il faut arrêter de diviniser l entrepreneur, ajoute Christian Saint-Etienne. Dans l écosystème entreprenarial en cours de construction, il n est pas un deus ex machina, mais joue simplement le rôle d assembleur de compétences et de capitaux. Il doit faire collaborer chercheurs, capital-risqueurs, ingénieurs et ouvriers de production autour d un projet global, étant précisé qu il n y a désormais plus de distinction entre produits et services. Paradoxalement, la vision d un entrepreneur tout puissant relève plus de la deuxième que de la troisième révolution industrielle. C est avant tout d un travail collectif sur une stratégie globale dont on a besoin, une réflexion qui engloberait toutes les problématiques auxquelles un pays comme la France est confronté. En effet, la situation actuelle est tellement complexe qu il ne semble possible de résoudre les problèmes qu en les traitant tous simultanément. Métropolisation versus paupérisation des territoires ruraux : comment la France évolue-t-elle et quel peut être l apport des smart cities dans ce contexte? SMS : «La métropolisation et la croissance créent à vitesse accélérée une paupérisation des territoires ruraux.» SMS : «En six ans, plus 25 % d investissements d infrastructure en Île-de-France, moins 25 % dans le Limousin.» Pour Jean-Christophe Fromantin, la question qu il faut se poser est celle-ci : où se situent nos avantages comparatifs? Ils se trouvent certainement plus dans les zones à faible densité conservant les traditions industrielles, artisanales, culturelles les territoires que dans les métropoles qui ont plutôt tendance, tous pays confondus, à converger vers les mêmes standards. Ce constat conduit logiquement à s interroger sur l articulation entre ces différents espaces. Si on ne réaménage pas cette articulation, c est un double problème qu il faudra résoudre : d une part, on aura abandonné les territoires abritant les capacités productives et le potentiel de différenciation du pays et, d autre part, les métropoles se retrouveront vite coincées dans une C est pourquoi, effectivement, un sujet révolutionnaire doit être traité en France, celui d une réorganisation des territoires. L exemple du Grand Paris, un kaléidoscope extrêmement complexe de niveaux de gouvernance, auxquels sont associés des services déconcentrés de l État, le tout chapeauté par une conférence territoriale de l action publique pour tenter d apporter de la cohérence, illustre parfaitement le décalage entre des territoires de projets complètement éclatés et la convergence rendue Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

8 faut pas abandonner les villes moyennes. Cette étude est vraiment riche d enseignements, dont on doit s inspirer pour mettre en œuvre, dans l avenir, un projet de reconfiguration territoriale. L émergence d un service public «2.0» ou la transformation du service public par les technologies de participation ou de collaboration Jean-Christophe Fromantin possible par les technologies. Ainsi, malgré l optimisme que peuvent susciter les avancées technologiques, il ne sera pas possible d aller bien loin si les territoires ne sont pas, demain, en capacité de mener à bien des projets. Dans le cadre d une récente étude, il a été demandé à cinquante grandes entreprises françaises de reporter, sur une carte de France, leur organisation. La carte globale qui en résulte illustre parfaitement l écart existant entre l organisation du pays telle qu on l imagine au niveau de l Assemblée nationale, par exemple, ou, plus généralement, de l administration et la réalité. Cette carte montre qu il faut réarticuler les métropoles, interfaces avec la mondialisation, et les territoires ; elle évoque le nécessaire rapprochement des territoires et des grands ports maritimes pour tirer profit du phénomène de conteneurisation ; elle prouve que tout Français qui ne se trouve pas à moins de deux heures d une ville connectée au monde est automatiquement disqualifié ; elle fait apparaître que, les territoires abritant les avantages comparatifs du pays, il ne Élisabeth Lulin explique qu il y a derrière la notion de service public «2.0» l idée d un service co-produit par tous les citoyens, à l image du covoiturage, par exemple, constituant une forme de transport public dont les opérateurs sont des personnes privées. Si de tels services sont susceptibles de se développer, c est parce qu un problème en quête de solutions va peut-être rencontrer une solution en quête de problèmes... Le problème en quête de solutions est celui de l essoufflement du service public. Il ne se réduit pas à des questions de financement, mais traduit aussi une inadaptation des modèles existants à l époque actuelle. En d autres termes, une société diverse ne s accommode pas d un service public uniforme, standardisé et délivré à grande échelle. En outre, les citoyens, devenus consommateurs de service public, ont développé des comportements consuméristes, plus exigeants, plus impatients, perdant totalement de vue leur rôle civique de co-responsables du bien public. La solution en quête de problèmes est celle du développement d une économie collaborative et du partage. Par exemple, 21 millions de Français parti- 8

9 cipent à des actions bénévoles, soit environ 40 % de la population, et une étude récente du CREDOC démontre l existence d une véritable entraide entre voisins. Il est parfaitement possible de combiner ces deux phénomènes un service public à bout de souffle et des citoyens prêts à s impliquer et ce qui a été étudié dans le cadre du rapport sur le service public «2.0», ce sont les moyens par lesquels on peut modéliser ces formes de combinaison pour pouvoir les étendre. La ville de Boston, par exemple, a réorganisé son dispositif de voirie pour mieux impliquer les citoyens. Par l intermédiaire des téléphones portables de ces derniers, reliés par GPS à un cadastre numérisé, ses services sont en mesure de détecter plus aisément les nids de poules ou les feux tricolores qui ne fonctionnent pas. Jean-Louis Missika évoque l application «DansMa- Rue» lancée par la ville de Paris, qui permet à tout citoyen de signaler un tag, un lampadaire défectueux ou des encombrants. Le service est lancé depuis quelques mois seulement et la mairie n a pas communiqué massivement sur le sujet. Pourtant, elle reçoit signalements par mois, qui sont traités à hauteur de 95 %. En outre, l application a été élaborée en open source, ce qui signifie que n importe quelle municipalité peut utiliser le code correspondant pour créer son propre dispositif. Elle n a pas pour but de faire une «économie de fonctionnaires», mais vise plutôt à améliorer la performance des agents, notamment des agents de la propreté. Entièrement connectée avec le back-office de la municipalité, «DansMaRue» est un exemple typique de co-gouvernance de la cité et de dispositif de smart city. Élisabeth Lulin précise que, dans les communautés ayant développé ce type d outils, deux bénéfices sont constatés : des gains de productivité et une responsabilisation des citoyens. Ce dernier point a été démontré dans l exemple de Boston. Les habitants ont expliqué qu ils avaient auparavant l impression de se plaindre lorsqu ils signalaient un problème, mais qu avec les nouveaux dispositifs, ils avaient plutôt l impression de participer. C est ainsi que l on transforme le bien public en bien commun, au sens qu Elinor Ostrom donne à ces notions. Ce changement conceptuel est considérable. Élisabeth Lulin Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

10 Quel est le prix du smart? Sylvie Spalmacin-Roma explique que non seulement l innovation ne coûte pas forcément cher, comme on a pu le laisser entendre, mais qu elle permet même, en contribuant à réduire les coûts opérationnels, de dégager des moyens pour lancer de nouveaux projets. C est particulièrement le cas des projets smart. La ville de Besançon en offre un bon exemple : pour pouvoir financer et lancer un projet très innovant visant à peser les poubelles, le maire a cherché à identifier des secteurs dans lesquels on pouvait rationaliser certaines opérations. Il s est intéressé aux 700 bâtiments publics que la municipalité possède. Une rationalisation par la technologie appliquée à ce périmètre a permis de réduire de 15 % les coûts opérationnels et, ainsi, de trouver les financements pour mettre en œuvre le projet. Existe-t-il une smart city de gauche et une smart city de droite? SMS : «Comment bâtir une ville intelligente et smart avec la loi Duflot?» Jean-Louis Missika déclare partager la position de Christian Saint-Etienne quant à la prééminence du politique sur la technologie : cette dernière ne peut qu être au service de la gouvernance et de l organisation. Par ailleurs, une métropole ne peut jamais être totalement modélisée car c est un organisme vivant et complexe, au sein duquel l invention de nouveaux usages est quotidienne. Pourquoi insister sur ces points? Il existe une vision «technologisante» de la smart city, consistant à croire qu avec le big data, le cloud, la mise en relation des systèmes d information, entre autres éléments, on va pouvoir construire une sorte de poste de pilotage, similaire à ceux que l on trouve dans les centrales nucléaires ou les avions de ligne, et que l on disposera ainsi d un outillage suffisant. C est faux, et il faut se méfier des personnes qui portent de tels messages! Sylvie Spalmacin-Roma Enfin, dernier élément essentiel, il faut pratiquer le bottom-up, être en mesure d identifier et, surtout, d expérimenter des innovations de rupture. La ville de Paris, par exemple, mène avec une start-up dénommée Qarnot Computing une expérimentation dans un immeuble du XV e arrondissement. Ayant été constaté, dans les data centers, que les ordinateurs dégagent énormément de chaleur, 400 «radiateursordinateurs» ont été placés dans les appartements de cet immeuble, afin de vérifier s il est ainsi possible de chauffer des habitations, bien sûr sans coût aucun pour le locataire. La logique est la suivante : plutôt que de récupérer la chaleur dans les 10

11 data centers pour l amener jusqu aux habitations, on récupère le résultat de la capacité de calcul placée chez les particuliers pour l amener là où c est nécessaire. Si cette solution fonctionne, elle sera totalement révolutionnaire. À l échelle de la ville de Paris, uniquement sur les logements sociaux et les bâtiments publics chauffés à l électricité, elle peut représenter une économie de 10 à 20 millions d euros sur un budget de fluides de chauffage de 90 millions d euros. Le smart doit être au service du projet politique, confirme Jean-Christophe Fromantin, ce projet pouvant être de droite ou de gauche. Cela étant dit, il peut aussi contribuer à casser la notion de relation clients/fournisseurs qui s est instaurée au niveau de la gestion des villes et qu il semble essentiel de briser. Dans ce domaine, un double défi est à relever : il faut sensibiliser la population sur le fait que chacun a un rôle à jouer pour sa ville et convaincre les élus de ne pas faire de la politique un métier. Le développement du smart offre une occasion extraordinaire de remettre à plat la relation politique et d amener chacun à prendre ses responsabilités dans le projet politique. C est pourquoi la smart city doit procéder, non pas d une approche fonctionnelle, mais d une approche politique. Christian Saint-Etienne insiste sur le fait que la finalité ultime du projet de la métropole ou du pays est, non pas de construire un système optimisé et efficace, mais d instaurer un environnement favorisant, au-delà de la seule création de richesses, l épanouissement des habitants. Les technologies, si elles sont correctement mises en œuvre, permettront toujours une amélioration. Pour autant, le smart ne peut se substituer au projet politique. S il existe en région parisienne des déséquilibres majeurs entre les zones où les individus habitent et celles où ils travaillent, et si l on optimise le fonctionnement de la ville sans régler ce problème global, on améliorera la situation à la marge, mais on ne traitera pas ce qui constitue les véritables causes de frustration de la population. Par conséquent, ce sont bien trois éléments qu il faut considérer : d abord la métropolisation de la croissance, phénomène qui, au demeurant, n implique pas que seules les grandes villes ont un avenir ; puis le projet stratégique, élaboré collectivement en impliquant tous les acteurs, qui conçoit la ville du futur au service de ses habitants ; enfin, les technologies liées à la smart city, dont l objectif doit d être de venir en support de ce projet commun. SMS : «Cela sert à quoi de parler de smart city alors que, pour le Grand Paris, le logement sera à la métropole et le transport à la Région. Pas de smart city sans smart gouvernance.» Au sujet de cette articulation entre smart et politique et, précisément, des aspects relatifs aux services publics collaboratifs, Élisabeth Lulin explique que la philosophie politique sous-jacente à ces phénomènes est très clairement le «personnalisme», c est-à-dire l idée selon laquelle un basculement s opère entre une société d individus et une société de personnes. La différence entre ces deux notions réside dans le fait que la personne, contrairement à l individu, a une histoire et est reliée à d autres personnes. Or curieusement, le personnalisme a des liens avec tous les bords politiques. Christian Saint-Etienne observe néanmoins que, mal utilisés, les dispositifs de la smart city peuvent conduire à une accentuation de l individualisme. En Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

12 apparence, on donnera des informations permettant à chacun d être co-producteur des services publics, mais on pourra aussi évoluer vers un système de big government dans lequel on ne signalera plus seulement les encombrants dans la rue, mais on dénoncera aussi les comportements déviants de ses voisins. Pour aller dans la direction énoncée par Élisabeth Lulin, il faut donc veiller à mettre en place, dans le cadre du développement de ces technologies, des protocoles permettant d éviter les déviations. SMS : «Le 2.0 est le bottom-up par nature, mais on start depuis le modèle. Vive Google!» Quels risques fait courir le smart? En particulier, comment pourra-t-on préserver l intimité dans la smart city? vie privée. Tous ces sujets sont d une complexité folle et certains ne peuvent se traiter qu à l échelon international. Au sujet des questions de respect de la vie privée, Sylvie Spalmacin-Roma souligne qu aucun citoyen ne se pose aujourd hui la question de savoir s il va continuer à avoir une assurance ou un compte en banque, alors même que les compagnies d assurance et les banques savent tout de lui. Tout ceci est évidemment et heureusement très bien encadré et ce que l on sait déjà faire en matière de protection des données est bien sûr appliqué de la même manière dans le cadre de la ville intelligente. Ainsi, il est hors de question, quand on travaille sur l optimisation des réseaux d eau par exemple, de transmettre des informations permettant de savoir Les procédés déployés dans le cadre de la smart city, indique Jean-Louis Missika, soulèvent de nombreuses questions qui ne relèvent pas de la gouvernance ou de la transformation économique du pays, mais sont néanmoins fondamentales. Tout d abord, plus le système d information est intégré et plus le risque systémique est important. Par ailleurs, comme l a révélé l affaire des écoutes de la NSA, il existe un risque d utilisation d informations par des puissances étrangères. Bien évidemment, un système d open data peut aussi fournir des informations, par exemple sur les réseaux de gaz, qui s avéreraient utiles à une action terroriste : c est pourquoi les données ne sont pas intégralement mises à la disposition du grand public. Enfin, des problèmes se posent au niveau du respect de la 12

13 à quelle heure une personne donnée prend sa douche chaque jour. En revanche, certaines technologies permettent de capter les données échangées en temps réel sur les réseaux sociaux, qui sont des données ouvertes, et la manne que constituent ces données pourrait aider les responsables politiques à mieux comprendre les problématiques des citoyens, ou même des touristes, présents sur leur territoire. En outre, la question peut être formulée en sens inverse : quels risques courrait-on à ne pas utiliser l innovation et la technologie? S il faut évidemment prévoir des garde-fous dans le cadre de l utilisation de compteurs intelligents d eau ou de gaz afin de ne pas violer la vie privée des gens, a-t-on une idée de ce que cela coûterait, en termes de gaspillage de ressources, de ne pas avoir recours à ce type d équipements? Sur l île de Bornholm, au Danemark, on a prouvé qu un réseau de véhicules électriques équipant foyers pouvait fonctionner uniquement grâce à des sources d énergie renouvelable. Quand on se lance dans ce genre d expérimentations en grandeur réelle, on en voit les résultats. Voilà pourquoi la question se pose de savoir quels risques l on court à ne pas avoir recours aux progrès technologiques! Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

14 ÉCHANGES AVEC LA SALLE Claude Foulon observe que le mur végétal du musée du Quai Branly est d une grande beauté. Néanmoins, la végétalisation donne plus de résultat à l horizontal! Qu en est-il sur ce sujet? Jean-Louis Missika confirme qu une trentaine de projets sont actuellement expérimentés dans ce domaine au niveau de la ville de Paris. La végétalisation constitue en effet un enjeu majeur de la smart city, et ce pour trois raisons. Elle peut permettre de faire baisser la température d une ville comme Paris de 2 à 3 degrés en été, ce qui serait un progrès fondamental au regard du réchauffement climatique. Par ailleurs, on s aperçoit que la biodiversité, notamment de par sa fonction dépolluante, peut jouer un rôle extrêmement important dans le bon fonctionnement de la ville. Enfin, l agriculture urbaine ne représente pas qu un passetemps pour bobos : 6 milliards de personnes vivront bientôt dans les villes ; celles-ci, pour la plupart, sont installées sur des terres riches et cultivables qu elles consomment en s étendant ; la question de savoir comment nourrir les populations urbaines dans l avenir est donc cruciale. C est pourquoi, notamment, l équipe qui défend la candidature d Anne Hidalgo à la mairie de Paris a élaboré des objectifs très ambitieux en matière de végétalisation urbaine. La discussion, souligne Jacques Degroote, a tourné de façon relativement elliptique autour d un concept émergent il est en tout cas de plus en plus présent dans le langage employé par les politiques et les entrepreneurs : il s agit de l économie circulaire qui semble, d une certaine manière, faire la synthèse des différents éléments évoqués. Jean-Louis Missika reconnaît qu utiliser le déchet de l un comme ressource de l autre est une forme d économie circulaire. Autre exemple en la matière, le passage aux véhicules électriques a ceci de vertueux que les batteries de ces véhicules peuvent être utilisées pour lisser le pic de consommation électrique dans les appartements avant d être rechargées pendant la nuit : un tel dispositif, appliqué à une mégapole comme Paris, pourrait permettre d économiser la production de deux ou trois centrales nucléaires. Christian Saint-Etienne signale qu un des trois axes fondamentaux du programme qu il a élaboré pour sa propre candidature à la mairie de Paris est de faire de la ville la première capitale mondiale à énergie positive. À cet égard notamment, l économie circulaire est une façon très intelligente de régler de nombreux problèmes. George Grosz remarque que la construction collective d une ville intelligente est un projet à moyen, long, voire très long terme. Or les responsables politiques doivent se faire réélire tous les quatre ou cinq ans. Comment réconcilier ces échéances? Pour Christian Saint-Etienne, cette question vient corroborer sa remarque précédente sur la nécessité d élaborer un projet stratégique national, décliné au niveau des territoires et des métropoles. Si l on enclenche un projet fort et cohérent, on voit mal comment celui-ci ne pourrait pas s imposer aux alternances politiques. 14

15 CONCLUSION Jean-Christophe Fromantin souligne néanmoins que l élaboration de nombreux projets est contrecarrée par la complexité du système de décision. Cela renvoie à l observation déjà formulée : si l on ne permet pas aux territoires, par des réformes institutionnelles, d être des porteurs de projets, engager des réflexions ou des discussions ne donnera pas grand résultat. D ailleurs, c est aussi parce que les territoires ne sont pas en capacité de porter les projets que la société civile ne s engage pas en politique. Il semble vraiment que l on soit parvenu au bout d un système de partis et d appareils qui neutralise la perspective évoquée de construction à moyen ou long terme. Jean-Louis Missika confirme la stabilité de certains projets dans les métropoles. Sur Paris, par exemple, on peut raisonnablement envisager que la future équipe dirigeante ne reviendra pas sur la politique mise en œuvre pour l automobile. En revanche, l absence d alignement entre l État-nation et la métropole mondiale est très préoccupante et, pour l instant, l heure ne semble pas à la convergence. Augustin de Romanet conclut la matinée en rendant hommage à l Institut de l entreprise pour avoir organisé les travaux de l Atelier de la performance publique et à Julien Damon, smart teacher qui a passé son temps, au cours de ces travaux, à ne pas prendre la parole, mais à la distribuer. Par ailleurs, il tient à remercier les hommes politiques qui sont intervenus au cours du débat ils se sont comportés en smart politiques et, sur un plan plus général, tous les intervenants qui, au travers de leurs observations et prises de position, ont progressivement fait émerger cette notion de transformation du bien public en bien commun, autrement dit de transformation du consommateur de service public en «consommacteur». Ce débat promettait d être aride et technique. Il s est avéré d un excellent niveau et a permis, de façon très naturelle et heureuse, de passer d une réflexion sur la technologie à une réflexion sur la politique. Dans quelle mesure le contrat ne doit-il pas supplanter la loi autant que faire se peut? Dans quelle mesure le citoyen doit-il être considéré comme une personne plutôt que comme un individu? À ces interrogations, qui dépassent largement le champ du débat, peut-être peut-on ajouter une dernière remarque : s il n y a pas de smart city de gauche ou de droite, n est-ce pas dans une gouvernance locale, de plus en plus moderne car de plus en plus participative, que la gouvernance nationale pourra trouver des sources d inspiration? Augustin de Romanet tient enfin à remercier toutes les personnes ayant participé aux travaux de l Atelier de la performance publique. Ces travaux ont permis de faire naître un peu d espoir, ce qui, à l heure actuelle, est absolument nécessaire. Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

16 Dans un contexte où la population urbaine ne cesse de progresser et où les villes deviennent de plus en plus des moteurs de la croissance, la smart city se donne pour objectif, au travers de l innovation technologique, de gérer la complexité inhérente à ces écosystèmes et d optimiser le service rendu aux citoyens. Ce faisant, elle permet aussi une réduction des dépenses engagées par les municipalités. À l orée des élections municipales de mars 2014 et à l occasion de la sortie de son rapport intitulé Smart Cities. Efficace, innovante, participative : comment rendre la ville, l Institut de l entreprise a réuni un panel de responsables politiques, de patrons et de chercheurs pour évoquer ce sujet, qui est l affaire de tous : élus, entreprises et citoyens. Tout en balayant les bienfaits et les risques attachés aux démarches mises en œuvre au nom de la ville intelligente, et en apportant un éclairage précis sur l évolution des services publics, c est à une réflexion bien plus large qu invite ce débat. La construction d une ville plus intelligente semble en effet dépasser de loin les simples enjeux techniques : elle implique de revisiter le lien politique, de repenser le rôle de chacun et de mettre en œuvre une stratégie territoriale renouvelée. Le compte rendu de cette réunion a été réalisé par Cécile Beguery. 29, rue de Lisbonne Paris Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions

VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012. Document de conclusions nta VILLES EN TRANSITION VERS UNE ECONOMIE VERTE Piura 17 et 18 avril 2012 Document de conclusions «Si l économie verte comme concept signifie le progrès avec responsabilité, le développement avec honnêteté

Plus en détail

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile

LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ. Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile LES NOUVEAUX USAGES DE LA MOBILITÉ Un enjeu et une opportunité majeurs pour l industrie automobile. Position du problème Un axe très important dans les transports individuels est celui des nouveaux usages

Plus en détail

GARE AVIGNON TGV : LES NOUVEAUX SERVICES. 15 avril 2013. Contact presse régionale : Emmanuelle Enjolras : 04-13-25-11-13 / emmanuelle.enjolras@sncf.

GARE AVIGNON TGV : LES NOUVEAUX SERVICES. 15 avril 2013. Contact presse régionale : Emmanuelle Enjolras : 04-13-25-11-13 / emmanuelle.enjolras@sncf. GARE AVIGNON TGV : LES NOUVEAUX SERVICES 15 avril 2013 Contact presse régionale : Emmanuelle Enjolras : 04-13-25-11-13 / emmanuelle.enjolras@sncf.fr Contact presse nationale : Corentine Mazure : 01-80-50-92-19

Plus en détail

Présenté par Pierre Vaillant, coordonnateur. Voisins du Sault 2575 rue Fleury est, Montréal, Qc, H2B 1L7

Présenté par Pierre Vaillant, coordonnateur. Voisins du Sault 2575 rue Fleury est, Montréal, Qc, H2B 1L7 Mémoire présenté à la Commission du Conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures en regard du projet de Plan Directeur de gestion des matières résiduelles Présenté par

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente

ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente ID-JCCM : Manifeste pour une ville encore plus intelligente La Jeune Chambre de commerce de Montréal énonce sa vision pour l avenir de la ville Le 1er avril 2014 se tenait au carrefour d innovation INGO

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain Dossier de presse Construire la puissance publique de demain Jeudi 11 décembre 2014 0 Sommaire Avant-propos... 2 L État analyse ses missions : une démarche inédite... 3 Une réflexion globale et ouverte...

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique. 5 mars 2014

COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique. 5 mars 2014 COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique 5 mars 2014 Enjeux des smart grids Evolution des prix de l énergie Transition énergétique Sécurité de l alimentation électrique Energies

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

L effacement des consommations électriques résidentielles

L effacement des consommations électriques résidentielles L effacement des consommations électriques résidentielles En résumé - En contribuant à la gestion du système électrique, l effacement des consommations résidentielles présente potentiellement de nombreux

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

QUELLES VILLES POUR LE XXI e SIECLE? Des écoquartiers à l éco-urbanisme

QUELLES VILLES POUR LE XXI e SIECLE? Des écoquartiers à l éco-urbanisme COLLOQUE VILLES NOUVELLES ET QUARTIERS NOUVEAUX LOUVAIN, le 23 Octobre 2015 1 QUELLES VILLES POUR LE XXI e SIECLE? Des écoquartiers à l éco-urbanisme Jean Haëntjens, Urbatopie www.jeanhaentjens.com Jean

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville

Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville Isabelle Rabbione Project Manager Business Solution Center La Gaude Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville Réunion CARA 25 mai 2011 Notre planète s urbanise En 2007 pour la première fois

Plus en détail

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation

GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation GEOGRAPHIE Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Cours 3 Paris, ville mondiale I. Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de rang mondial Par sa population,

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

Discours d ouverture du Ministre

Discours d ouverture du Ministre Discours d ouverture du Ministre Monsieur le Commissaire général à l investissement, Madame la Directrice générale de l agence nationale de la recherche, Monsieur le Président de l Institut Vedecom, Monsieur

Plus en détail

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP R.I.P 3.O La Convergence Energie/Télécoms Smart City, Smart Grid Jean Christophe NGUYEN VAN SANG Délégué Général de la Fédération des Réseaux d initiative Publique

Plus en détail

Smart in the City. L innovation au service de la ville et de ses habitants

Smart in the City. L innovation au service de la ville et de ses habitants Smart in the City L innovation au service de la ville et de ses habitants L innovation est au cœur de la ville intelligente. Nouvelle frontière de l urbanisme, le concept de ville intelligente offre aux

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Fiche. Presse. Les données de la Cité intelligente ouvertes aux entreprises innovantes APPEL À IDÉES NATIONAL MERCREDI 7 JANVIER 2015

Fiche. Presse. Les données de la Cité intelligente ouvertes aux entreprises innovantes APPEL À IDÉES NATIONAL MERCREDI 7 JANVIER 2015 Fiche de Presse CABINET DU PRÉSIDENT SERVICE PRESSE MERCREDI 7 JANVIER 2015 FRENCH TECH MONTPELLIER LA SUNNY FRENCH TECH ATTITUDE APPEL À IDÉES NATIONAL Les données de la Cité intelligente ouvertes aux

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Paris, ville mondiale

Paris, ville mondiale Première S, géographie LMA, 2011-2012 Thème 4 La France et l Europe dans le monde Question 2 La France dans la mondialisation Paris, ville mondiale Cours 3 I Un rayonnement planétaire 1. Une mégapole de

Plus en détail

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne.

La commune de Flagy. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION. département de Seine-et-Marne. seine-et-marne. LE RÉFERENTIEL (a) ménager la Seine-et-Marne EN APPLICATION La commune de Flagy Mai 2014 département de Seine-et-Marne Hôtel du Département CS 50377 77 010 Melun cedex tél. : 01 64 14 77 77 seine-et-marne.fr

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Engagés dans la transition énergétique

Engagés dans la transition énergétique Engagés dans la transition énergétique Du 30 novembre au 11 décembre 2015 Paris - Le Bourget TRANSDEV ET LA COP21 Par son activité au sein des territoires, Transdev est le partenaire de confiance des autorités

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1 Interview de Marcel Lepetit Fondateur de DSetO, Marcel Lepetit est un observateur attentif

Plus en détail

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS?

DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? DES E-SERVICES POUR DES E-CITOYENS? Organisateur LE GROUPE LA POSTE Animateur Michel NAMURA, Directeur Général des Services (DGS) de la Ville de Saint-Ouen Avec 75 % des foyers français aujourd hui équipés

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain!

Smart city. Smart agriculture. Construire aujourd hui le monde de demain! Smart city Smart agriculture Construire aujourd hui le monde de demain! Dossier de presse 2014 La nouvelle relation à l énergie sera forcément à contre- courant puisqu elle ne pourra s appuyer sur des

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

Le rôle des activités commerciales en grandes gares ferroviaires à Paris, Londres, Tokyo et Osaka

Le rôle des activités commerciales en grandes gares ferroviaires à Paris, Londres, Tokyo et Osaka UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE DE GEOGRAPHIE DE PARIS THESE DE DOCTORAT pour obtenir le titre de Docteur de l'université Paris IV Spécialité : Géographie présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

i-viatic : Plate-forme collaborative pour les mobilités innovantes

i-viatic : Plate-forme collaborative pour les mobilités innovantes i-viatic : Plate-forme collaborative pour les mobilités innovantes Guillaume Uster Ifsttar- PRES Nord de France et Quentin Valcke i-trans Résumé Pour répondre aux problématiques d une mobilité plus durable,

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Questionnaire Comment associer plus étroitement la stratégie «Europe 2020» et

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE)

Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE) Commission Consultative de l Environnement de l aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (CCE) GROUPE DE TRAVAIL VOLS DE NUIT Présidé par M. Régis GUYOT, Préfet ***** CONTRIBUTION DE M. JEAN-PIERRE BLAZY Député-Maire

Plus en détail

Immobilier # Politique du logement

Immobilier # Politique du logement NEWSLETTER Optimisme 23 Note n 6-2015 Voir cet email dans votre navigateur Cette note de veille et d'information est destinée aux acteurs de terrain de l'immobilier et aux partenaires d'optimisme23 soucieux

Plus en détail

VILLE INTELLIGENTE. La ville interconnectée au service des citoyens

VILLE INTELLIGENTE. La ville interconnectée au service des citoyens w w w. t h a l e s g r o u p. c o m La ville interconnectée au service des citoyens TRANSPORT SECURITE 2 La «smart city» ou «Ville intelligente» est une vision globale partagée par les métropoles pour

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Smart city, rendre la ville intelligente?

Smart city, rendre la ville intelligente? POINT DE VUE, rendre la ville intelligente? Delivering Transformation. Together. Sébastien Duchemin Directeur du conseil pour les collectivités chez Sopra Steria Consulting, Sébastien intervient principalement

Plus en détail

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE Elaboration d une méthode d évaluation du développement de réseaux de chaleur : l usage de l outil cartographique dans la définition des axes de développement Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE

Plus en détail

INVENTER LA MOBILITÉ DE DEMAIN

INVENTER LA MOBILITÉ DE DEMAIN INVENTER LA MOBILITÉ DE DEMAIN La part des transports atteint aujourd hui 0 % de l énergie finale consommée. Avec plus d un Français sur deux vivant en dehors des centres villes et des besoins de mobilité

Plus en détail

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal HEC Montréal Politique de développement durable Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal Adoptée au Conseil pédagogique, le 27 mars 2013 1 HEC MONTRÉAL Politique de développement

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général

26 et 27 mai 2015. Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général 26 et 27 mai 2015 Discours de clôture de la Présidente du Conseil Général Mesdames, Messieurs, Lors de mes propos introductifs à ces débats, je vous ai dit que le développement social, comme le développement

Plus en détail

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006)

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) NVIS 2c CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) Ce texte est provisoire et fragmentaire. Il vise à alimenter une discussion sur les éléments qui

Plus en détail

pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir

pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir pour Des MoBILItés socialement responsables anticiper, rechercher, élaborer, agir anticiper les enjeux stratégiques anticiper l évolution de la société, de son économie, de sa culture et de son environnement.

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole

Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Plan Climat Energie Territorial de la Communauté d Agglomération d Angers Loire Métropole Forum du Climat du 6 février 2010 Rencontre intermédiaire Compte rendu Les éléments présentés ci-après reprennent

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE.

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE. N 7 - mai 2001 Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE En 1996 à Istambul, les représentants des Etats du monde, réunis

Plus en détail

Formulation des enjeux du SRIT

Formulation des enjeux du SRIT Formulation des enjeux du SRIT Pour le transport de voyageurs Le SRIT : une contribution au SRADT dans le domaine des transports Le schéma doit répondre à des enjeux de désenclavement intra et inter régional.

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République, Monsieur Nicolas SARKOZY Président de la République Palais de l Elysée 55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 PARIS JPB/NM/ 09.239 Nicolas MORERE Grand Paris 11 mai 2009 Monsieur le Président de la République,

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

Avec ADD-ON, Angers Loire Métropole mise sur l économie numérique

Avec ADD-ON, Angers Loire Métropole mise sur l économie numérique Dossier de presse Avec ADD-ON, Angers Loire Métropole mise sur l économie numérique Jeudi 16 janvier 2014 Contact presse Angers Loire Métropole Ville d Angers Corine Busson-Benhammou 02 41 0 40 33 06 12

Plus en détail

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue)

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue) en partenariat avec présente «Votre Association dans le Grand Paris, quel avenir?» Thème 4 : Comment le Web et l innovation numérique peuvent-ils contribuer à construire un espace démocratique, social

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

Après une longue phase de gestation, les préoccupations. L éco-conception : quelques questions posées à l architecture DES OUTILS, PROCESS

Après une longue phase de gestation, les préoccupations. L éco-conception : quelques questions posées à l architecture DES OUTILS, PROCESS 010-014 Gontier 29/10/08 10:55 Page 10 DES OUTILS, PROCESS ET MÉTHODES EN QUESTIONS L éco-conception : quelques questions posées à l architecture Le développement d une architecture fondée sur le principe

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Politique d environnement

Principales missions opérationnelles : Politique d environnement Présentation L année 2013 a été marquée par la conduite de démarches d envergure, transversales et fondatrices des politiques publiques de MPM en matière de lutte contre le changement climatique, d aménagement

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

Le péage urbain à Montréal

Le péage urbain à Montréal Le péage urbain à Montréal Pourquoi implanter un système de péage urbain à Montréal? Les principales fonctions d un éventuel péage à Montréal sont de : Réduire la congestion sur les routes menant au centre

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Présentation de l étude «ENTREPRISES, TRAVAIL ET HANDICAP : PROSPECTIVE 2020»

Présentation de l étude «ENTREPRISES, TRAVAIL ET HANDICAP : PROSPECTIVE 2020» Présentation de l étude «ENTREPRISES, TRAVAIL ET HANDICAP : PROSPECTIVE 2020» Le 12 septembre 2013 GERPA HANDIRECT LES JARDINS DE LA CITÉ 1 Présentation de l étude 1- Le contexte La loi du 11 février 2005,

Plus en détail

Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris

Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris > Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris www.thalesgroup.com >> Thales Security Solutions & Services Améliorer la vie des habitants de la Région Capitale, tout en favorisant sa

Plus en détail