Élus, entreprises et citoyens : Comment bâtir ensemble une ville plus intelligente?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Élus, entreprises et citoyens : Comment bâtir ensemble une ville plus intelligente?"

Transcription

1 LES DÉBATS DE L INSTITUT DE L ENTREPRISE SYNTHÈSE Élus, entreprises et citoyens : 15 novembre 2013 Julien DAMON, Jean-Christophe FROMANTIN, Élisabeth LULIN, Jean-Louis MISSIKA, Augustin de ROMANET, Christian SAINT-ETIENNE, Sylvie SPALMACIN-ROMA

2 DÉBAT Le débat, animé par Julien Damon, professeur associé à Sciences-Po, a réuni : Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine, Élisabeth Lulin, directeur général de Paradigmes et caetera auteur de la note Service Public «2.0» 1, Jean-Louis Missika, conseiller de Paris et adjoint au maire de Paris chargé de l innovation, de la recherche et des universités, Augustin de Romanet, président-directeur général d Aéroports de Paris, Christian Saint-Etienne, économiste professeur titulaire de la Chaire d économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers, Sylvie Spalmacin-Roma, vice-présidente Smarter Cities IBM Europe. Outre les traditionnels échanges avec la salle, les participants sont conviés à transmettre leurs réactions à l animateur au fil du débat, et ce par l intermédiaire de leur smartphone. Ces remarques ou questions sont retranscrites en italique. 1. Service public «2.0», Note de l Institut de l entreprise par Élisabeth Lulin dans la série «Sphère publique - sphère privée : nouveaux enjeux, nouveaux modèles», juillet 2013

3 Conférence-débat du 15 novembre 2013 En introduction du débat, Frédéric Monlouis- Félicité rappelle en quelques mots le contexte dans lequel les travaux sur les smart cities s inscrivent. L Institut de l entreprise a lancé, en 2012, un Atelier de la performance publique, présidé par Augustin de Romanet et répondant à une double ambition. Première ambition, renouveler les termes du débat sur la sphère publique : au-delà de la nécessaire réduction de la dépense publique, il apparaît effectivement indispensable de réfléchir au périmètre de l action publique, à ses modalités et à la qualité des services rendus aux citoyens. Deuxième ambition, repenser le lien entre l État, les citoyens et les entreprises : l exploration de ce sujet repose sur une idée simple, selon laquelle l avenir passe par le renforcement des capacités de la sphère privée plutôt que par l extension indéfinie de la sphère publique. Les travaux sur les villes intelligentes sont donc partie intégrante de cette réflexion plus large. Ils visent à examiner le potentiel en termes d attractivité et de compétitivité des communautés urbaines innovantes et d un haut niveau de services que sont ces villes intelligentes. Comment faire en sorte que les municipalités réduisent leurs dépenses publiques locales, améliorent la qualité de service rendu aux citoyens et créent les conditions d une croissance économique équilibrée? Telles sont les questions qui se jouent à travers la problématique des smart cities. Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

4 Quels sont les principaux apports des travaux de l Atelier de la performance publique de l Institut de l entreprise sur les smart cities? Augustin de Romanet indique que l Institut de l entreprise travaille, sur un plan général, à identifier des pistes d action permettant aux entreprises de mieux s insérer dans la société. Plusieurs phénomènes s imposent aujourd hui : les difficultés liées au chômage de masse, l urbanisation croissante, l enjeu que représente, pour l avenir, le traitement et la bonne utilisation des données, etc. Au sein des métropoles, entrepreneurs et élus font face à un défi collectif, consistant à inventer des services qui correspondent réellement aux besoins des citoyens, dans un contexte de développement de la concurrence entre États, entre entreprises, entre régions ou départements, mais également entre villes. Les travaux présentés dans le rapport 2 de l atelier, issus de la confrontation de très nombreux points de vue, abordent tous ces sujets. Quels sont les domaines dans lesquels on peut rendre la ville SMS : «Que serait un smart aéroport?» Augustin de Romanet explique qu un aéroport capable d informer un passager sur la façon de s y 2. Smart cities. Efficace, innovante, participative : comment rendre la ville, Rapport issu des travaux de l Atelier de la performance publique de l Institut de l entreprise et publié dans la série «Sphère publique - sphère privée : nouveaux enjeux, nouveaux modèles», novembre 2013 Augustin de Romanet rendre en contournant les difficultés liées au trafic, de mettre à sa disposition une signalétique améliorée pour aller jusqu au terminal n 1, de lui indiquer où il pourra trouver du Glenfiddich en promotion s il s agit d un amateur de whisky, de lui donner le temps de faire son achat en lui proposant une offre de fast track, etc. pourra être considéré comme un smart aéroport. En d autres termes, il sera en mesure de prendre en charge le voyageur et de réduire au maximum ses sources de stress. Jean-Louis Missika observe néanmoins que les solutions de la smart city s adressent à tous les habitants des villes, peut-être même plus aux habitants les moins fortunés qu aux voyageurs des classes affaires utilisant régulièrement les fast tracks des aéroports. En effet, leur rôle est de faciliter la vie quotidienne, et ceux qui ont le moins d argent en ont souvent le plus besoin. Si l on prend l exemple d une application multimodale permettant, en temps réel, d informer les passagers des horaires des transports en commun, mais aussi de 4

5 leur communiquer le taux de remplissage des véhicules, de leur proposer des itinéraires de substitution en cas de problème ou de faire des calculs d itinéraire combinant l ensemble des moyens de déplacement, y compris la voiture individuelle, les Autolib et les Vélib, un tel dispositif pourrait améliorer de 10 % la fluidité des déplacements dans une agglomération comme Paris, à offre de transport constante. Cela démontre à quel point des systèmes d information en temps réel, simples, pratiques, consultables en mobilité et gratuits, peuvent véritablement améliorer la vie de dizaines de millions de personnes, tout en permettant aux collectivités de dégager des économies substantielles. Dans un contexte où l urbanisation ne fait que progresser, confirme Sylvie Spalmacin-Roma, de nombreuses villes ne peuvent répondre à leur propre croissance en créant des infrastructures nouvelles. De fait, s il est une ressource non exploitée à l heure actuelle, ce sont les données, d où la volonté d IBM de lancer, à la fin de 2008, un projet Smarter Cities. Si l on veut résumer la situation le plus brièvement possible, on peut dire que l espace urbain est équipé d un nombre croissant d éléments communicants et que la technologie fonctionne parfaitement : il est possible de traiter des milliards de données en temps réel, d élaborer des prévisions utiles à la prise de décision,... En revanche, la plupart des villes sont organisées en silos qui ne communiquent pas vraiment entre eux. Par conséquent, l enjeu est de passer, au niveau de la gestion des villes, d un travail en mode participatif à un travail en mode collaboratif, ce qui nécessite un accompagnement au niveau organisationnel. La France, en tête ou en queue de peloton? Selon Sylvie Spalmacin-Roma, la France, vue de l extérieur, a une position absolument unique car elle dispose de nombreux géants, tels Veolia, qui ont développé, à l échelle mondiale, toute une gamme d activités au service des villes et des citoyens, et qui sont beaucoup plus reconnus à l étranger qu au sein même de l Hexagone. La France est donc vue comme un pays en pointe dans un certain nombre de domaines. Or elle étouffe ses propres capacités en ayant peur de l avenir. Il faut donc aider la société française à comprendre que la transformation en cours n est pas qu un problème : elle peut aussi apporter des évolutions très positives. Jean-Louis Missika Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

6 Le smart va-t-il sauver le monde? Christian Saint-Etienne estime que le smart n est que la partie émergée de l iceberg. La troisième révolution industrielle, en marche depuis trois décennies, a la particularité de se nourrir d un écosystème entreprenarial qui se développe dans les métropoles modernes, des villes où les possibilités de contacts sont démultipliées par rapport à des zones moins denses. La révolution en cours est donc celle de la «métropolisation de la croissance» : désormais la croissance, à l échelle de la planète, est tirée par les villes. Le phénomène de smart city, soit l optimisation des services rendus aux citoyens grâce à la gestion des données, n est qu un effet de cette transformation. Par ailleurs, la capacité à organiser les territoires ne dépend pas seulement des gens qui gèrent la municipalité et la problématique du développement des villes, dont les technologies de la smart city, encore une fois, ne sont qu une composante, doit s inscrire dans un projet global. En France le pays possède effectivement quelques grands acteurs, mais ceuxci interviennent plutôt hors du territoire national, une reconfiguration territoriale, passant par l élaboration d une stratégie déterminée et nationale, mettant en lien les principales villes, s impose. On pourrait notamment configurer un réseau d environ 70 métropoles réparti en trois niveaux : trois grandes métropoles, à savoir le Grand Paris, le Grand Lyon et le Grand Marseille, une quinzaine de métropoles permettant de tirer l ensemble des territoires et une cinquantaine de villes capables de disséminer les technologies de la smart city. Un État stratège, très léger, travaillerait avec une douzaine de régions et les équipes dirigeant ces différentes villes pour dessiner les évolutions à venir. Dans cette vision, les technologies propres à la smart city seraient mises au service de la stratégie élaborée. En tout cas, si ces technologies ne s inscrivent pas dans un projet plus global, on obtiendra des réalisations intelligentes ici ou là, mais on ne répondra pas à l insatisfaction globale qui se manifeste aujourd hui. La place des entrepreneurs dans la smart city SMS : «Un panel de grand patrons et d élus pour parler smart cities et open data. Où sont les entrepreneurs? / le mal français» Christian Saint-Etienne Christian Saint-Etienne rappelle avoir précisé que les élus municipaux ne doivent pas forcément être en pointe de ce mouvement. Les mairies doivent concevoir l organisation des villes pour que celles-ci deviennent des métropoles modernes et connectées, au service de l écosystème entreprenarial, dont les besoins doivent évidemment être pris en compte. 6

7 Pour Augustin de Romanet, le fait d opposer les petits entrepreneurs et les grands patrons relève d une attitude typiquement française. Ce n est pas le sujet! Dans ce pays, on n a de cesse de regarder dans l assiette du voisin au lieu de considérer que tout le monde est dans le même bateau. Les petites entreprises jalousent les grandes. Celles-ci n ont peut-être pas toujours eu la bonne attitude, mais on sait désormais à quel point certains comportements ne sont pas durables. Ce n est pas parce que les grandes entreprises, de par leur taille et leur influence, ont plus de devoirs que les autres qu il faut chercher à les détruire et, faut-il rappeler cette sentence, «quand les gros commencent à maigrir, les maigres sont déjà morts». Ce qui compte, par conséquent, c est que chacun se sente responsable! SMS : «Quel dommage de n avoir personne de moins de 35 ans autour de la table!» Il faut arrêter de diviniser l entrepreneur, ajoute Christian Saint-Etienne. Dans l écosystème entreprenarial en cours de construction, il n est pas un deus ex machina, mais joue simplement le rôle d assembleur de compétences et de capitaux. Il doit faire collaborer chercheurs, capital-risqueurs, ingénieurs et ouvriers de production autour d un projet global, étant précisé qu il n y a désormais plus de distinction entre produits et services. Paradoxalement, la vision d un entrepreneur tout puissant relève plus de la deuxième que de la troisième révolution industrielle. C est avant tout d un travail collectif sur une stratégie globale dont on a besoin, une réflexion qui engloberait toutes les problématiques auxquelles un pays comme la France est confronté. En effet, la situation actuelle est tellement complexe qu il ne semble possible de résoudre les problèmes qu en les traitant tous simultanément. Métropolisation versus paupérisation des territoires ruraux : comment la France évolue-t-elle et quel peut être l apport des smart cities dans ce contexte? SMS : «La métropolisation et la croissance créent à vitesse accélérée une paupérisation des territoires ruraux.» SMS : «En six ans, plus 25 % d investissements d infrastructure en Île-de-France, moins 25 % dans le Limousin.» Pour Jean-Christophe Fromantin, la question qu il faut se poser est celle-ci : où se situent nos avantages comparatifs? Ils se trouvent certainement plus dans les zones à faible densité conservant les traditions industrielles, artisanales, culturelles les territoires que dans les métropoles qui ont plutôt tendance, tous pays confondus, à converger vers les mêmes standards. Ce constat conduit logiquement à s interroger sur l articulation entre ces différents espaces. Si on ne réaménage pas cette articulation, c est un double problème qu il faudra résoudre : d une part, on aura abandonné les territoires abritant les capacités productives et le potentiel de différenciation du pays et, d autre part, les métropoles se retrouveront vite coincées dans une C est pourquoi, effectivement, un sujet révolutionnaire doit être traité en France, celui d une réorganisation des territoires. L exemple du Grand Paris, un kaléidoscope extrêmement complexe de niveaux de gouvernance, auxquels sont associés des services déconcentrés de l État, le tout chapeauté par une conférence territoriale de l action publique pour tenter d apporter de la cohérence, illustre parfaitement le décalage entre des territoires de projets complètement éclatés et la convergence rendue Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

8 faut pas abandonner les villes moyennes. Cette étude est vraiment riche d enseignements, dont on doit s inspirer pour mettre en œuvre, dans l avenir, un projet de reconfiguration territoriale. L émergence d un service public «2.0» ou la transformation du service public par les technologies de participation ou de collaboration Jean-Christophe Fromantin possible par les technologies. Ainsi, malgré l optimisme que peuvent susciter les avancées technologiques, il ne sera pas possible d aller bien loin si les territoires ne sont pas, demain, en capacité de mener à bien des projets. Dans le cadre d une récente étude, il a été demandé à cinquante grandes entreprises françaises de reporter, sur une carte de France, leur organisation. La carte globale qui en résulte illustre parfaitement l écart existant entre l organisation du pays telle qu on l imagine au niveau de l Assemblée nationale, par exemple, ou, plus généralement, de l administration et la réalité. Cette carte montre qu il faut réarticuler les métropoles, interfaces avec la mondialisation, et les territoires ; elle évoque le nécessaire rapprochement des territoires et des grands ports maritimes pour tirer profit du phénomène de conteneurisation ; elle prouve que tout Français qui ne se trouve pas à moins de deux heures d une ville connectée au monde est automatiquement disqualifié ; elle fait apparaître que, les territoires abritant les avantages comparatifs du pays, il ne Élisabeth Lulin explique qu il y a derrière la notion de service public «2.0» l idée d un service co-produit par tous les citoyens, à l image du covoiturage, par exemple, constituant une forme de transport public dont les opérateurs sont des personnes privées. Si de tels services sont susceptibles de se développer, c est parce qu un problème en quête de solutions va peut-être rencontrer une solution en quête de problèmes... Le problème en quête de solutions est celui de l essoufflement du service public. Il ne se réduit pas à des questions de financement, mais traduit aussi une inadaptation des modèles existants à l époque actuelle. En d autres termes, une société diverse ne s accommode pas d un service public uniforme, standardisé et délivré à grande échelle. En outre, les citoyens, devenus consommateurs de service public, ont développé des comportements consuméristes, plus exigeants, plus impatients, perdant totalement de vue leur rôle civique de co-responsables du bien public. La solution en quête de problèmes est celle du développement d une économie collaborative et du partage. Par exemple, 21 millions de Français parti- 8

9 cipent à des actions bénévoles, soit environ 40 % de la population, et une étude récente du CREDOC démontre l existence d une véritable entraide entre voisins. Il est parfaitement possible de combiner ces deux phénomènes un service public à bout de souffle et des citoyens prêts à s impliquer et ce qui a été étudié dans le cadre du rapport sur le service public «2.0», ce sont les moyens par lesquels on peut modéliser ces formes de combinaison pour pouvoir les étendre. La ville de Boston, par exemple, a réorganisé son dispositif de voirie pour mieux impliquer les citoyens. Par l intermédiaire des téléphones portables de ces derniers, reliés par GPS à un cadastre numérisé, ses services sont en mesure de détecter plus aisément les nids de poules ou les feux tricolores qui ne fonctionnent pas. Jean-Louis Missika évoque l application «DansMa- Rue» lancée par la ville de Paris, qui permet à tout citoyen de signaler un tag, un lampadaire défectueux ou des encombrants. Le service est lancé depuis quelques mois seulement et la mairie n a pas communiqué massivement sur le sujet. Pourtant, elle reçoit signalements par mois, qui sont traités à hauteur de 95 %. En outre, l application a été élaborée en open source, ce qui signifie que n importe quelle municipalité peut utiliser le code correspondant pour créer son propre dispositif. Elle n a pas pour but de faire une «économie de fonctionnaires», mais vise plutôt à améliorer la performance des agents, notamment des agents de la propreté. Entièrement connectée avec le back-office de la municipalité, «DansMaRue» est un exemple typique de co-gouvernance de la cité et de dispositif de smart city. Élisabeth Lulin précise que, dans les communautés ayant développé ce type d outils, deux bénéfices sont constatés : des gains de productivité et une responsabilisation des citoyens. Ce dernier point a été démontré dans l exemple de Boston. Les habitants ont expliqué qu ils avaient auparavant l impression de se plaindre lorsqu ils signalaient un problème, mais qu avec les nouveaux dispositifs, ils avaient plutôt l impression de participer. C est ainsi que l on transforme le bien public en bien commun, au sens qu Elinor Ostrom donne à ces notions. Ce changement conceptuel est considérable. Élisabeth Lulin Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

10 Quel est le prix du smart? Sylvie Spalmacin-Roma explique que non seulement l innovation ne coûte pas forcément cher, comme on a pu le laisser entendre, mais qu elle permet même, en contribuant à réduire les coûts opérationnels, de dégager des moyens pour lancer de nouveaux projets. C est particulièrement le cas des projets smart. La ville de Besançon en offre un bon exemple : pour pouvoir financer et lancer un projet très innovant visant à peser les poubelles, le maire a cherché à identifier des secteurs dans lesquels on pouvait rationaliser certaines opérations. Il s est intéressé aux 700 bâtiments publics que la municipalité possède. Une rationalisation par la technologie appliquée à ce périmètre a permis de réduire de 15 % les coûts opérationnels et, ainsi, de trouver les financements pour mettre en œuvre le projet. Existe-t-il une smart city de gauche et une smart city de droite? SMS : «Comment bâtir une ville intelligente et smart avec la loi Duflot?» Jean-Louis Missika déclare partager la position de Christian Saint-Etienne quant à la prééminence du politique sur la technologie : cette dernière ne peut qu être au service de la gouvernance et de l organisation. Par ailleurs, une métropole ne peut jamais être totalement modélisée car c est un organisme vivant et complexe, au sein duquel l invention de nouveaux usages est quotidienne. Pourquoi insister sur ces points? Il existe une vision «technologisante» de la smart city, consistant à croire qu avec le big data, le cloud, la mise en relation des systèmes d information, entre autres éléments, on va pouvoir construire une sorte de poste de pilotage, similaire à ceux que l on trouve dans les centrales nucléaires ou les avions de ligne, et que l on disposera ainsi d un outillage suffisant. C est faux, et il faut se méfier des personnes qui portent de tels messages! Sylvie Spalmacin-Roma Enfin, dernier élément essentiel, il faut pratiquer le bottom-up, être en mesure d identifier et, surtout, d expérimenter des innovations de rupture. La ville de Paris, par exemple, mène avec une start-up dénommée Qarnot Computing une expérimentation dans un immeuble du XV e arrondissement. Ayant été constaté, dans les data centers, que les ordinateurs dégagent énormément de chaleur, 400 «radiateursordinateurs» ont été placés dans les appartements de cet immeuble, afin de vérifier s il est ainsi possible de chauffer des habitations, bien sûr sans coût aucun pour le locataire. La logique est la suivante : plutôt que de récupérer la chaleur dans les 10

11 data centers pour l amener jusqu aux habitations, on récupère le résultat de la capacité de calcul placée chez les particuliers pour l amener là où c est nécessaire. Si cette solution fonctionne, elle sera totalement révolutionnaire. À l échelle de la ville de Paris, uniquement sur les logements sociaux et les bâtiments publics chauffés à l électricité, elle peut représenter une économie de 10 à 20 millions d euros sur un budget de fluides de chauffage de 90 millions d euros. Le smart doit être au service du projet politique, confirme Jean-Christophe Fromantin, ce projet pouvant être de droite ou de gauche. Cela étant dit, il peut aussi contribuer à casser la notion de relation clients/fournisseurs qui s est instaurée au niveau de la gestion des villes et qu il semble essentiel de briser. Dans ce domaine, un double défi est à relever : il faut sensibiliser la population sur le fait que chacun a un rôle à jouer pour sa ville et convaincre les élus de ne pas faire de la politique un métier. Le développement du smart offre une occasion extraordinaire de remettre à plat la relation politique et d amener chacun à prendre ses responsabilités dans le projet politique. C est pourquoi la smart city doit procéder, non pas d une approche fonctionnelle, mais d une approche politique. Christian Saint-Etienne insiste sur le fait que la finalité ultime du projet de la métropole ou du pays est, non pas de construire un système optimisé et efficace, mais d instaurer un environnement favorisant, au-delà de la seule création de richesses, l épanouissement des habitants. Les technologies, si elles sont correctement mises en œuvre, permettront toujours une amélioration. Pour autant, le smart ne peut se substituer au projet politique. S il existe en région parisienne des déséquilibres majeurs entre les zones où les individus habitent et celles où ils travaillent, et si l on optimise le fonctionnement de la ville sans régler ce problème global, on améliorera la situation à la marge, mais on ne traitera pas ce qui constitue les véritables causes de frustration de la population. Par conséquent, ce sont bien trois éléments qu il faut considérer : d abord la métropolisation de la croissance, phénomène qui, au demeurant, n implique pas que seules les grandes villes ont un avenir ; puis le projet stratégique, élaboré collectivement en impliquant tous les acteurs, qui conçoit la ville du futur au service de ses habitants ; enfin, les technologies liées à la smart city, dont l objectif doit d être de venir en support de ce projet commun. SMS : «Cela sert à quoi de parler de smart city alors que, pour le Grand Paris, le logement sera à la métropole et le transport à la Région. Pas de smart city sans smart gouvernance.» Au sujet de cette articulation entre smart et politique et, précisément, des aspects relatifs aux services publics collaboratifs, Élisabeth Lulin explique que la philosophie politique sous-jacente à ces phénomènes est très clairement le «personnalisme», c est-à-dire l idée selon laquelle un basculement s opère entre une société d individus et une société de personnes. La différence entre ces deux notions réside dans le fait que la personne, contrairement à l individu, a une histoire et est reliée à d autres personnes. Or curieusement, le personnalisme a des liens avec tous les bords politiques. Christian Saint-Etienne observe néanmoins que, mal utilisés, les dispositifs de la smart city peuvent conduire à une accentuation de l individualisme. En Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

12 apparence, on donnera des informations permettant à chacun d être co-producteur des services publics, mais on pourra aussi évoluer vers un système de big government dans lequel on ne signalera plus seulement les encombrants dans la rue, mais on dénoncera aussi les comportements déviants de ses voisins. Pour aller dans la direction énoncée par Élisabeth Lulin, il faut donc veiller à mettre en place, dans le cadre du développement de ces technologies, des protocoles permettant d éviter les déviations. SMS : «Le 2.0 est le bottom-up par nature, mais on start depuis le modèle. Vive Google!» Quels risques fait courir le smart? En particulier, comment pourra-t-on préserver l intimité dans la smart city? vie privée. Tous ces sujets sont d une complexité folle et certains ne peuvent se traiter qu à l échelon international. Au sujet des questions de respect de la vie privée, Sylvie Spalmacin-Roma souligne qu aucun citoyen ne se pose aujourd hui la question de savoir s il va continuer à avoir une assurance ou un compte en banque, alors même que les compagnies d assurance et les banques savent tout de lui. Tout ceci est évidemment et heureusement très bien encadré et ce que l on sait déjà faire en matière de protection des données est bien sûr appliqué de la même manière dans le cadre de la ville intelligente. Ainsi, il est hors de question, quand on travaille sur l optimisation des réseaux d eau par exemple, de transmettre des informations permettant de savoir Les procédés déployés dans le cadre de la smart city, indique Jean-Louis Missika, soulèvent de nombreuses questions qui ne relèvent pas de la gouvernance ou de la transformation économique du pays, mais sont néanmoins fondamentales. Tout d abord, plus le système d information est intégré et plus le risque systémique est important. Par ailleurs, comme l a révélé l affaire des écoutes de la NSA, il existe un risque d utilisation d informations par des puissances étrangères. Bien évidemment, un système d open data peut aussi fournir des informations, par exemple sur les réseaux de gaz, qui s avéreraient utiles à une action terroriste : c est pourquoi les données ne sont pas intégralement mises à la disposition du grand public. Enfin, des problèmes se posent au niveau du respect de la 12

13 à quelle heure une personne donnée prend sa douche chaque jour. En revanche, certaines technologies permettent de capter les données échangées en temps réel sur les réseaux sociaux, qui sont des données ouvertes, et la manne que constituent ces données pourrait aider les responsables politiques à mieux comprendre les problématiques des citoyens, ou même des touristes, présents sur leur territoire. En outre, la question peut être formulée en sens inverse : quels risques courrait-on à ne pas utiliser l innovation et la technologie? S il faut évidemment prévoir des garde-fous dans le cadre de l utilisation de compteurs intelligents d eau ou de gaz afin de ne pas violer la vie privée des gens, a-t-on une idée de ce que cela coûterait, en termes de gaspillage de ressources, de ne pas avoir recours à ce type d équipements? Sur l île de Bornholm, au Danemark, on a prouvé qu un réseau de véhicules électriques équipant foyers pouvait fonctionner uniquement grâce à des sources d énergie renouvelable. Quand on se lance dans ce genre d expérimentations en grandeur réelle, on en voit les résultats. Voilà pourquoi la question se pose de savoir quels risques l on court à ne pas avoir recours aux progrès technologiques! Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

14 ÉCHANGES AVEC LA SALLE Claude Foulon observe que le mur végétal du musée du Quai Branly est d une grande beauté. Néanmoins, la végétalisation donne plus de résultat à l horizontal! Qu en est-il sur ce sujet? Jean-Louis Missika confirme qu une trentaine de projets sont actuellement expérimentés dans ce domaine au niveau de la ville de Paris. La végétalisation constitue en effet un enjeu majeur de la smart city, et ce pour trois raisons. Elle peut permettre de faire baisser la température d une ville comme Paris de 2 à 3 degrés en été, ce qui serait un progrès fondamental au regard du réchauffement climatique. Par ailleurs, on s aperçoit que la biodiversité, notamment de par sa fonction dépolluante, peut jouer un rôle extrêmement important dans le bon fonctionnement de la ville. Enfin, l agriculture urbaine ne représente pas qu un passetemps pour bobos : 6 milliards de personnes vivront bientôt dans les villes ; celles-ci, pour la plupart, sont installées sur des terres riches et cultivables qu elles consomment en s étendant ; la question de savoir comment nourrir les populations urbaines dans l avenir est donc cruciale. C est pourquoi, notamment, l équipe qui défend la candidature d Anne Hidalgo à la mairie de Paris a élaboré des objectifs très ambitieux en matière de végétalisation urbaine. La discussion, souligne Jacques Degroote, a tourné de façon relativement elliptique autour d un concept émergent il est en tout cas de plus en plus présent dans le langage employé par les politiques et les entrepreneurs : il s agit de l économie circulaire qui semble, d une certaine manière, faire la synthèse des différents éléments évoqués. Jean-Louis Missika reconnaît qu utiliser le déchet de l un comme ressource de l autre est une forme d économie circulaire. Autre exemple en la matière, le passage aux véhicules électriques a ceci de vertueux que les batteries de ces véhicules peuvent être utilisées pour lisser le pic de consommation électrique dans les appartements avant d être rechargées pendant la nuit : un tel dispositif, appliqué à une mégapole comme Paris, pourrait permettre d économiser la production de deux ou trois centrales nucléaires. Christian Saint-Etienne signale qu un des trois axes fondamentaux du programme qu il a élaboré pour sa propre candidature à la mairie de Paris est de faire de la ville la première capitale mondiale à énergie positive. À cet égard notamment, l économie circulaire est une façon très intelligente de régler de nombreux problèmes. George Grosz remarque que la construction collective d une ville intelligente est un projet à moyen, long, voire très long terme. Or les responsables politiques doivent se faire réélire tous les quatre ou cinq ans. Comment réconcilier ces échéances? Pour Christian Saint-Etienne, cette question vient corroborer sa remarque précédente sur la nécessité d élaborer un projet stratégique national, décliné au niveau des territoires et des métropoles. Si l on enclenche un projet fort et cohérent, on voit mal comment celui-ci ne pourrait pas s imposer aux alternances politiques. 14

15 CONCLUSION Jean-Christophe Fromantin souligne néanmoins que l élaboration de nombreux projets est contrecarrée par la complexité du système de décision. Cela renvoie à l observation déjà formulée : si l on ne permet pas aux territoires, par des réformes institutionnelles, d être des porteurs de projets, engager des réflexions ou des discussions ne donnera pas grand résultat. D ailleurs, c est aussi parce que les territoires ne sont pas en capacité de porter les projets que la société civile ne s engage pas en politique. Il semble vraiment que l on soit parvenu au bout d un système de partis et d appareils qui neutralise la perspective évoquée de construction à moyen ou long terme. Jean-Louis Missika confirme la stabilité de certains projets dans les métropoles. Sur Paris, par exemple, on peut raisonnablement envisager que la future équipe dirigeante ne reviendra pas sur la politique mise en œuvre pour l automobile. En revanche, l absence d alignement entre l État-nation et la métropole mondiale est très préoccupante et, pour l instant, l heure ne semble pas à la convergence. Augustin de Romanet conclut la matinée en rendant hommage à l Institut de l entreprise pour avoir organisé les travaux de l Atelier de la performance publique et à Julien Damon, smart teacher qui a passé son temps, au cours de ces travaux, à ne pas prendre la parole, mais à la distribuer. Par ailleurs, il tient à remercier les hommes politiques qui sont intervenus au cours du débat ils se sont comportés en smart politiques et, sur un plan plus général, tous les intervenants qui, au travers de leurs observations et prises de position, ont progressivement fait émerger cette notion de transformation du bien public en bien commun, autrement dit de transformation du consommateur de service public en «consommacteur». Ce débat promettait d être aride et technique. Il s est avéré d un excellent niveau et a permis, de façon très naturelle et heureuse, de passer d une réflexion sur la technologie à une réflexion sur la politique. Dans quelle mesure le contrat ne doit-il pas supplanter la loi autant que faire se peut? Dans quelle mesure le citoyen doit-il être considéré comme une personne plutôt que comme un individu? À ces interrogations, qui dépassent largement le champ du débat, peut-être peut-on ajouter une dernière remarque : s il n y a pas de smart city de gauche ou de droite, n est-ce pas dans une gouvernance locale, de plus en plus moderne car de plus en plus participative, que la gouvernance nationale pourra trouver des sources d inspiration? Augustin de Romanet tient enfin à remercier toutes les personnes ayant participé aux travaux de l Atelier de la performance publique. Ces travaux ont permis de faire naître un peu d espoir, ce qui, à l heure actuelle, est absolument nécessaire. Les débats de l Institut de l entreprise Décembre

16 Dans un contexte où la population urbaine ne cesse de progresser et où les villes deviennent de plus en plus des moteurs de la croissance, la smart city se donne pour objectif, au travers de l innovation technologique, de gérer la complexité inhérente à ces écosystèmes et d optimiser le service rendu aux citoyens. Ce faisant, elle permet aussi une réduction des dépenses engagées par les municipalités. À l orée des élections municipales de mars 2014 et à l occasion de la sortie de son rapport intitulé Smart Cities. Efficace, innovante, participative : comment rendre la ville, l Institut de l entreprise a réuni un panel de responsables politiques, de patrons et de chercheurs pour évoquer ce sujet, qui est l affaire de tous : élus, entreprises et citoyens. Tout en balayant les bienfaits et les risques attachés aux démarches mises en œuvre au nom de la ville intelligente, et en apportant un éclairage précis sur l évolution des services publics, c est à une réflexion bien plus large qu invite ce débat. La construction d une ville plus intelligente semble en effet dépasser de loin les simples enjeux techniques : elle implique de revisiter le lien politique, de repenser le rôle de chacun et de mettre en œuvre une stratégie territoriale renouvelée. Le compte rendu de cette réunion a été réalisé par Cécile Beguery. 29, rue de Lisbonne Paris Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique. 5 mars 2014

COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique. 5 mars 2014 COFHUAT Les Smart Grids, instrument de progrès de la ville numérique 5 mars 2014 Enjeux des smart grids Evolution des prix de l énergie Transition énergétique Sécurité de l alimentation électrique Energies

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde

La France, un pays où les cyberattaques ont davantage augmenté en 2015 que dans le reste du monde Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59 Communiqué de presse Contact : PwC, Hélène Coulbault, 01 56 57 88 26, helene.coulbault@fr.pwc.com Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Christophe Krolik, Professeur de droit, Titulaire de la Chaire de recherche et d innovation Goldcorp en droit des ressources

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

«SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs

«SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs «SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs Gadget technologique ou un outil de la mobilité durable? www.gart.org Plaq_GART.indd 1 18/11/09 11:20:42 Logica, partenaire du GART dans la conduite

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue)

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue) en partenariat avec présente «Votre Association dans le Grand Paris, quel avenir?» Thème 4 : Comment le Web et l innovation numérique peuvent-ils contribuer à construire un espace démocratique, social

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs

MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs Communiqué de Presse Rueil-Malmaison, le 16 juin 2015 MobilityMonitor : LeasePlan au cœur du comportement des conducteurs Afin d analyser avec précision les comportements actuels des conducteurs au sein

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Monde de la TECHNO. Atelier 1 : Description de l environnement territorial. Société et individu. Technosciences et connaissance

Monde de la TECHNO. Atelier 1 : Description de l environnement territorial. Société et individu. Technosciences et connaissance Monde de la TECHNO Atelier 1 : Description de l environnement territorial Société et individu Technosciences et connaissance Politique Économie Une économie hypercentralisée avec des multinationales très

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Rapport audit interne SOFIBUS

Rapport audit interne SOFIBUS Rapport audit interne SOFIBUS Date d audit : 13 mars 14 Auditeur : Jean- François Vallès, Synopter Personnes présentes : Jean- Marc Costes Didier Charvoz Benjamin Cebreiro Cadre de l audit interne L année

Plus en détail

Appel à communication

Appel à communication Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie (MEDDE, Paris, France) Commissariat général au développement durable (CGDD) Direction de la recherche et de l innovation (DRI) Service

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES

Préface UN GUIDE À PLUSIEURS TITRES «Le taux d innovation a des chances d augmenter quand les changements du milieu rendent insatisfaisantes les procédures organisationnelles existantes.» Tel est l un des messages importants du prix Nobel

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du lancement du site aquitain de l IRT Saint Exupéry Bordeaux Lundi 17 novembre 2014 Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président du Conseil Régional

Plus en détail

Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville

Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville Isabelle Rabbione Project Manager Business Solution Center La Gaude Bâtissons une planète plus intelligente Ville par ville Réunion CARA 25 mai 2011 Notre planète s urbanise En 2007 pour la première fois

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Séminaire OPTIMA 16 avril 2014. Optimod Lyon, une coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l innovation

Séminaire OPTIMA 16 avril 2014. Optimod Lyon, une coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l innovation Séminaire OPTIMA 16 avril 2014 Optimod Lyon, une coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l innovation Contexte de la mobilité urbaine Besoins Population Politiques Publiques Besoins Contrainte

Plus en détail

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART?

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? 1 2 MAÎTRES MOTS POUR LE PROJET... EFFICACE ET RAISONNABLE «Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c est parce que nous n'osons pas

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone.

EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. EDF, électricien performant et responsable, champion de la croissance bas carbone. DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 01 40 42 46 37 / service-de-presse@edf.fr EDF, ACTEUR ENGAGÉ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

u est-ce qu on peut faire?

u est-ce qu on peut faire? u est-ce qu on peut faire? Y a quelque chose qui tourne pas rond! Le sujet sur lequel nous les enfants du CME voulons travailler tourne autour de l environnement. Pour commencer, Loïc (de l Agence Citexplic)

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

SCHEMA DE COHERENCE REGIONAL DE DEPLOIEMENT DES BORNES DE CHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES AVIS

SCHEMA DE COHERENCE REGIONAL DE DEPLOIEMENT DES BORNES DE CHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES AVIS SCHEMA DE COHERENCE REGIONAL DE DEPLOIEMENT DES BORNES DE CHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES AVIS présenté par Marc LEURETTE COMMISSION N 3 Infrastructures de transport, environnement, énergies SEANCE PLENIERE

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP

Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP Jean-Christophe NGUYEN VAN SANG FIRIP R.I.P 3.O La Convergence Energie/Télécoms Smart City, Smart Grid Jean Christophe NGUYEN VAN SANG Délégué Général de la Fédération des Réseaux d initiative Publique

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay DESCRIPTION DU PROJETTECHNOLOGIQUE Création

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail