La Compliance chez MAN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Compliance chez MAN"

Transcription

1 MAN COMPLIANCE DRIVEN BY INTEGRITY La Compliance chez MAN Engineering the Future since MAN SE 02

2 Avant-propos En tant qu entreprise internationale avec de nombreux domaines d activités et une longue tradition, MAN assume une responsabilité sociale à l égard de ses clients, de ses collaborateurs, de ses investisseurs et du public. Cette responsabilité sociale implique que MAN se doit d observer les lois en vigueur, de respecter des valeurs éthiques fondamentales et d agir de manière durable. Dans ce contexte, la Compliance est un élément fondamental de la stratégie MAN et doit être pratiquée uniformément à tous les niveaux du Groupe et par tous les collaborateurs, c est-à-dire le directoire, les cadres et chaque employé. La Compliance Organisation MAN a mis en place un grand nombre d autres mesures afin de garantir que chez MAN, la Compliance soit pratiquée et appliquée à l ensemble du Groupe. Avec cette brochure, nous souhaitons vous présenter la Compliance Organisation MAN et vous donner un aperçu des mesures de Compliance du Groupe MAN. «Un comportement intègre pour chacun d entre nous partout et à tout instant.» (Dr. Pachta-Reyhofen, Président du Directoire de la MAN SE) Table des matières Avant-propos 01 La Compliance Organisation MAN 02 Le programme de Compliance MAN 03 L engagement MAN pour la Compliance 08 Dr.-Ing. Georg Pachta-Reyhofen, PDG MAN SE 01

3 La Compliance Organisation MAN La Compliance Organisation MAN est dirigée par le Chief Compliance Officer qui rend Dans les sous-groupes et dans les entreprises de ces sous-groupes, la Compliance Commission d examen du Conseil de surveillance compte directement au Président du Directoire de la MAN SE ainsi que parallèlement Organisation est chargée de mettre en place le programme de Compliance développé CEO MAN SE à la commission d examen du Conseil de surveillance. par le Corporate Compliance Office. Chaque sous-groupe possède lui-même un Com- Chief Compliance Officer La Compliance Organisation se compose pliance Officer qui est assisté par un Compliance Manager dans diverses divisions et Corporate Compliance Office de deux parties : le Corporate Compliance Office situé au siège du Groupe et la Compliance Organisation dans les sous- régions commerciales. De plus, les tâches de Compliance sont éga- Compliance Awareness & Prevention Compliance Legal Compliance Data Protection Compliance Project Management & Programs groupes. lement exécutées par ce qu on appelle les Le Corporate Compliance Office assume des fonctions centrales de Compliance, Compliance Champions. Les Compliance Champions ne sont pas des collaborateurs Compliance à plein temps, mais des cadres Compliance Organisation Sous-groupes Compliance Officer TK telles que l élaboration de directives de Compliance valables à l échelle du Groupe entier, la conception des formations de de MAN occupant une responsabilité particulière en matière de Compliance. Ils assistent ainsi la Compliance Organisation en Compliance Manager Sales Region/Business Unit Compliance, l identification des contrôles veillant, par exemple, à ce que les mesures Compliance et l examen des infractions de Compliance soient également appliquées à la Compliance. De plus, le Corporate dans les branches du Groupe dépourvues Compliance Office procède régulièrement à une analyse de risques afin d identifier de Compliance Manager local. Compliance Champions les risques de Compliance potentiels du Groupe et d adapter et de développer le programme de Compliance au niveau du Groupe en fonction de ces risques. 02

4 Le programme de Compliance MAN Le programme de Compliance MAN traite 1. Prévention Code of Conduct pour fournisseurs et Prévention essentiellement des thèmes suivants : la criminalité économique (en particulier la lutte Pour contrer en amont les infractions à la Compliance, le Service de Compliance a partenaires commerciaux MAN attend de ses fournisseurs et parte- anticorruption et la lutte contre le blanchi- pris et mis en place une multitude de me- naires commerciaux, ainsi que de leurs col- ment d argent), le droit de la concurrence et sures diverses. laborateurs respectifs, un comportement la protection des données personnelles. éthique exemplaire et responsable, respectant les lois en vigueur. Détection Réaction C est pourquoi, la Compliance Organisation a développé un programme «Intégrité et Compliance» au niveau du Groupe afin de : contrer les infractions à la Compliance de Code of Conduct Le Code of Conduct du Groupe MAN, valable pour tous les collaborateurs MAN, c est-àdire aussi bien pour le Directoire, les cadres MAN a donc publié un Code of Conduct propre aux fournisseurs et partenaires commerciaux. Ce code définit des critères manière préventive (prévention) ; que pour chaque employé, est au cœur de éthiques standards que fournisseurs et de détecter aussi rapidement que pos- la culture d entreprise de MAN. Il s adresse partenaires commerciaux de MAN doivent sible d éventuelles infractions à la Com- de manière ciblée aux collaborateurs MAN, s engager à respecter. pliance pouvant survenir malgré les me- concrétise les valeurs de l entreprise (fiabilité, sures de prévention ; esprit novateur, dynamisme et ouverture) et et de mettre fin immédiatement et effica- fixe des directives concrètes et obligatoires cement à ces infractions à la Compliance à suivre lors de situations nécessitant un dès qu elles sont détectées. comportement particulièrement responsable et éthique. Des exemples sont fournis et décrivent comment gérer des situations conflictuelles au quotidien. 03

5 Directives de Compliance qui permet de contrôler l intégrité de chaque Groupe grâce à laquelle chaque collabo- position dominante sur le marché. Elle doit La Compliance Organisation de MAN a dé- partenaire commercial de manière rapide, rateur peut reconnaître si, et sous quelles permettre d éviter d éventuelles infractions veloppé des directives sur les thèmes de la transparente et détaillée. La directive donne conditions, des dons et des actions de au droit de la concurrence. Compliance : lutte anti-corruption, droit de des spécifications concrètes pour : le bon mécénat peuvent être accordées au nom la concurrence, lutte contre le blanchiment contrôle des partenaires commerciaux ; la de MAN. Procédure avec les données à caractère d argent et protection des données person- rédaction de contrats ; la documentation personnel nelles. Ces directives mettent en vigueur concernant la relation commerciale ; le paie- Respect des prescriptions relatives au MAN prend la protection des données à des spécifications standardisées et obliga- ment de la rémunération garantissant que la droit de la concurrence caractère personnel très au sérieux. Afin toires pour tous les collaborateurs au sein rémunération versée au partenaire commer- Sur tous les marchés, MAN se comporte d assurer le respect des prescriptions appli- du Groupe. cial ne soit pas utilisée comme moyen de en concurrent loyal et responsable. Afin de cables en matière de protection des don- corruption potentielle. Le Business Partner garantir que les collaborateurs soient infor- nées et de garantir partout dans le monde Cadeaux, repas d affaires et invitations Approval Tool a été développé en 2010 par més et respectent les prescriptions relatives un niveau élevé et homogène pour la pro- à des événements sociaux la Compliance Organisation en collaboration au droit de la concurrence, une directive tection des données à caractère personnel, MAN a édicté une directive spécifique afin avec les collaborateurs commerciaux et est MAN définit les spécifications quant aux MAN a édicté une directive sur la protection de s assurer que des cadeaux, des repas utilisé au sein du Groupe. contacts avec des concurrents, des clients des données. Cette directive établit des d affaires et des invitations à des événe- et des fournisseurs. La directive fixe égale- règles fondamentales pour la procédure ments sociaux restent dans le cadre du rai- Dons et actions de mécénat ment les conditions préalables juridiques qui avec les données à caractère personnel et sonnable et ne soient pas employés dans le Il existe également pour les dons et les ac- doivent être prises en compte lorsqu une définit l organisation destinée à la protection but d influencer des partenaires commer- tions de mécénat une directive au sein du entreprise dispose de ce qu on appelle une des données au sein du Groupe MAN. ciaux ou bien des administrations publiques. La directive contient un système de feux de Lutte contre le blanchiment d argent et signalisation clairement structuré, au moyen le financement du terrorisme duquel chaque collaborateur peut recon- Le commerce de produits haut de gamme naître et contrôler de manière responsable, est source d abus à des fins du blanchiment si et sous quelles conditions, il peut accor- d argent ou de financement de terrorisme. der ou accepter un avantage en nature. Même la Société MAN peut à la fois en être la victime ou un acteur complice à son insu. Procédure avec des conseillers et inter- À cet effet, MAN a mis en œuvre différentes médiaires/business Partner Approval Tool mesures, dont une directive s appliquant L intégrité de tous les partenaires commer- dans tout le Groupe. Celle-ci établit des ciaux de MAN est contrôlée par ce qu on exigences de base quant aux relations avec appelle le Business Partner Approval Tool des partenaires commerciaux douteux et dont l application est stipulée de manière impose, avant toute conclusion de contrat, obligatoire par la directive. Le Business Par- un éclaircissement d éventuels arrière-plans tner Approval Tool est une application web obscurs. 04

6 Formations présentielles et formations 2. Détection Élucidation d infractions à la Compliance électroniques Si des infractions à la Compliance sur- La Compliance Organisation recueille La Compliance Organisation organise par- viennent au sein du Groupe MAN, ceci les informations relatives à d éventuelles tout dans le monde des formations sur le peut entraîner des risques majeurs pour le infractions à la Compliance et veille à ce thème de la Compliance pour les collabo- Groupe MAN ainsi que pour les collabo- que de telles informations soient traitées rateurs MAN susceptibles d être exposés rateurs concernés. C est pourquoi, l inté- au sein du Groupe. Les infractions graves à des risques de Compliance. Dans ces grité et un comportement conforme à la loi à la Compliance relevant de la crimina- formations, on présente la Compliance jouissent de la plus haute priorité au sein du lité économique, du domaine du droit de la Organisation MAN et on transmet des Groupe MAN. Afin de garantir ces valeurs, concurrence et de la protection des don- connaissances de base sur les thèmes de MAN a créé des processus clairs et trans- nées personnelles seront examinées sous Compliance Helpdesk la criminalité économique, de la lutte anti- parents pour s assurer que les infractions à l égide du Corporate Compliance Office. Depuis février 2010, il existe chez MAN ce corruption, du droit de la concurrence et de la Compliance soient détectées en interne, Cette compétence centrale pour le recueil qu on appelle le Compliance Helpdesk par la protection des données personnelles et élucidées et supprimées sans délai. le biais duquel les collaborateurs peuvent de la lutte contre le blanchiment d argent. poser des questions sur le thème de la D autre part, on présente des risques à l aide Compliance par téléphone ou par . d exemples concrets et on communique les Les collaborateurs MAN utilisent le Com- contenus des directives de Compliance. pliance Helpdesk de manière intensive. Les collaborateurs apprennent ainsi com- Chaque mois, il arrive une multitude de ment ils doivent se comporter pour éviter questions sur les thèmes les plus divers que des violations de la loi et des conflits. les avocats travaillant au Corporate Compliance Office examinent et auxquelles ils A ceci s ajoutent des formations électro- répondent en général dans les 48 heures. niques et des formations spéciales sur des thèmes spécifiques pour les collaborateurs Grâce aux questions adressées au Com- travaillant dans des domaines particulière- pliance Helpdesk, le Service de Compliance ment exposés aux risques. La Compliance obtient un aperçu des questions fréquem- Organisation procède par exemple à des ment posées. Les connaissances qui en formations approfondies sur le thème du sont tirées servent à identifier d autres droit de la concurrence pour les collabo- mesures de prévention sur le plan de la rateurs qui travaillent dans le domaine de Compliance. l analyse de la concurrence et des marchés. 05

7 d informations et l examen d infractions à la d éventuels éléments de départ pour amé- Mergers & Acquisitions (M&A) formations sur des violations de Compliance Compliance graves permet de garantir que liorer les systèmes. Les résultats de l analyse Afin d empêcher que MAN ne soit confronté graves en toute confidentialité, partout dans les fautes de comportement soient détec- de risques de Compliance et des audits de à des risques de Compliance résultant de le monde et 24 h sur 24. Le portail Speak up! tées et que les risques pour le Groupe MAN Compliance permettront de définir la struc- l acquisition ou de la vente de participa- sert à identifier et à éviter des risques graves soient reconnus et évités à temps. ture de la Compliance Organisation, le pro- tions dans des entreprises, la Compliance pour l entreprise. Ce portail ne recueille et gramme de Compliance adapté aux besoins Organisation est impliquée dès le départ ne traite que les informations en rapport de MAN ainsi que d autres mesures pour dans les projets M&A du Groupe MAN. La avec des violations de Compliance graves, Analyse de risques et audits de éviter des risques de Compliance. Compliance Organisation définit des exi- notamment dans le domaine de la crimina- Compliance gences spécifiques relatives à l examen de lité économique (par ex. délits de corruption La Compliance Organisation procède régu- Due Diligence des entreprises concernées et de blanchiment d argent), du du droit de lièrement à des analyses de risques pour Continuous Controls Monitoring (CCM) qui doivent permettre de détecter à temps la concurrence et de la protection des don- le Groupe dans sa totalité. Cette analyse Afin de garantir que les processus d achat et d éventuels risques de Compliance. nées personnelles. Les informations fournies recherche les risques de Compliance dans de paiement chez MAN se déroulent confor- au portail Speak up! sont transmises au Cor- les domaines de la corruption, du droit de la mément aux directives et que les risques de porate Compliance Office qui les traite de concurrence, de la protection des don- Compliance dans ces domaines soient dé- Speak up!* manière confidentielle. nées personnelles et de la lutte contre le tectés à temps, MAN présente un système Le portail Speak up! par le biais duquel il Chaque collaborateur désirant fournir des in- blanchiment d argent. Cette analyse de de contrôle électronique qui complète les est possible de fournir des informations a formations sur des violations de Compliance risques s étend à tous les sous-groupes et contrôles du système de contrôle interne. Si également pour but de détecter des risques peut bien entendu s adresser également à tient compte du nombre et de la taille des certains points de contrôle des processus dangereux pour MAN. Avec ce portail, MAN d autres points de contact dans l entreprise, différentes sociétés du Groupe, du modèle ne correspondent pas aux manières de pro- offre à ses collaborateurs et partenaires tels que les supérieurs, le Service du Person- d affaires, de la structure de la clientèle, des céder décrites dans les directives centrales commerciaux la possibilité de fournir des in- nel ou la Compliance Organisation. ventes, de l Indice de Perception de la Cor- du Groupe MAN sur les thèmes des achats, ruption de Transparency International dans de la facturation et des paiements, le sys- Groupe cible interne/externe les marchés cibles, ainsi que de la structure de la concurrence locale respective. Sur la base de cette analyse de risques, des audits de Compliance sont effectués régulièrement. Ils comprennent une analyse systématique des données et une vérification des contrôles de Compliance. Ils permettent tème CCM génère une alarme automatique, puis des opérations prédéfinies doivent être exécutées avec une assistance technique. Le système CCM veille ainsi à détecter à temps d éventuels risques de Compliance et d éventuelles infractions aux directives dans les processus d achat et de paiement Objectif Voie d accès Joignabilité temporelle Disponible pour informations sur les violations de Compliance graves En ligne 24/7 d identifier les points faibles au regard des thèmes de Compliance et de rechercher au sein du Groupe MAN. Confidentialité Confidentiel et sûr * Veuillez noter que le portail Speak Up! n est pas disponible en France. 06

8 3. Réaction A côté de la prévention des infractions à la Compliance et la détection de fautes, la réaction rapide, efficace et systématique à l égard des fautes constitue le troisième pilier du programme de Compliance MAN. Évolution du programme de Compliance MAN En cas d infractions à la Compliance, les collaborateurs de la Compliance Organisation compétents en la matière analysent les causes et les motifs de l infraction. Les connaissances tirées de cette analyse servent à détecter d éventuels points faibles du programme de Compliance et à les éliminer en conséquence. La découverte d infractions à la Compliance sert ainsi à développer et à améliorer en continu le système de Compliance. De cette manière, MAN garantit un programme Intégrité et Compliance durablement efficace. Enquêtes administratives MAN s engage pour l ouverture et la transparence et coopère donc étroitement avec les autorités compétentes lorsque celles-ci procèdent à des enquêtes ou posent des questions à l entreprise. Dans tous ces types de cas, la Compliance Organisation est à la disposition des autorités en qualité d interlocuteur central. En outre, la Compliance Organisation de MAN a publié un guide du comportement lors d enquêtes dans lequel tous les collaborateurs peuvent voir comment ils doivent se comporter lorsque des autorités investies d un pouvoir d instruction procèdent à des enquêtes. Dans ce guide du comportement, l accent est également mis sur l ouverture, la transparence et la coopération. MAN a ainsi communiqué très clairement à tous ses collaborateurs qu ils sont tenus d informer la Compliance Organisation en cas d enquêtes et de coopérer avec les autorités. Sanctions MAN ne tolère aucune infraction à la Compliance. En cas de constatation d infractions à la Compliance, la Compliance Organisation soumet des propositions de mesures de sanctions adéquates et raisonnables. Un comité interne à MAN décide alors de leur application. En fonction de la gravité de l infraction, les mesures de sanction s étendent à des sanctions relevant du droit du travail jusqu à des sanctions de droit civil. L application des mesures de sanctions est contrôlée au sein du Groupe. 07

9 L engagement MAN pour la Compliance 1. Tone from the Top Le Directoire du Groupe MAN assume complètement sa responsabilité en matière de Compliance. Les Compliance Officers rendent régulièrement compte des progrès des activités de Compliance, d éventuels cas de Compliance et des mesures prises le cas échéant, et ce, non seulement au Directoire de la MAN SE mais également au Directoire des sous-groupes ainsi qu aux directeurs d autres domaines spécialisés (tels que Legal, Accounting, Controlling et Corporate Audit). Le Directoire et les cadres de MAN considèrent la Compliance comme partie intégrante de l entreprise. Ils encouragent une culture de la transparence et de l intégrité. Les infractions à la Compliance ne seront donc pas tolérées. «Chez MAN, nous nous accordons tous sur le fait que MAN ne fait aucun compromis lorsqu il s agit de faire des affaires conformes aux règles de Compliance. Nous pratiquons la tolérance zéro», déclare Dr. Pachta-Reyhofen, Président du Directoire de la MAN SE. 2. Communication Les thèmes de Compliance font régulièrement l objet des Newsletter et des magazines d entreprise internes MAN. Les nouvelles directives de Compliance ne sont pas seulement communiquées aux collaborateurs via Intranet et par , mais également dans le cadre de formations de Compliance. Les coordonnées de la Compliance Organisation sont publiées sur l Intranet du Groupe MAN. Dans le monde entier, les collaborateurs utilisent le Compliance Helpdesk pour poser des questions et s informer sur les thèmes de Compliance. La Compliance est régulièrement à l ordre du jour des réunions du Directoire et de cadres. Au printemps 2012, la Compliance Organisation MAN a chargé la dernière fois un prestataire de services indépendant d exécuter un sondage anonyme auprès des collaborateurs. Cela a permis de mesurer la perception et l estimation de la Compliance Organisation au sein du Groupe. Selon le sondage, les personnes interrogées sont désormais familiarisées avec les mesures et les directives de Compliance et connaissent le Code of Conduct MAN. Elles pratiquent une culture d entreprise éthique et perçoivent la Compliance Organisation comme un conseiller et partenaire interne fiable. 3. Reporting et contrôle Afin de garantir la durabilité du programme de Compliance, MAN contrôle régulièrement son efficacité et sa validité. Les contrôles de Compliance décrits et une analyse d éventuelles infractions à la Compliance permettent de découvrir d éventuels points faibles dans la Compliance Organisation et d adapter en conséquence le système de Compliance. De plus, la Compliance Organisation procède au suivi continu de l application des mesures de Compliance et des projets en cours. Ainsi, chaque semaine, le système comptabilise et évalue combien de partenaires commerciaux ont été enregistrés dans le Business Partner Approval Tool et combien de questions ont été traitées par le Compliance Helpdesk et combien d informations ont été collectées sur le portail Speak up!.* Ceci permet de contrôler en permanence l efficacité de la Compliance Organisation. * Veuillez noter que le portail Speak Up! n est pas disponible en France. 08

10 4. Échange régulier avec des experts externes MAN s engage en matière de Compliance également au-delà des frontières du Groupe. La Compliance Organisation discute régulièrement des thèmes de Compliance d actualité avec des experts en économie et en sciences. Les collaborateurs de la Compliance Organisation participent et offrent des communications lors de colloques et de manifestations autour du thème de la Compliance. Entre autres, MAN s engage au sein de l association «Netzwerk Compliance e.v.» qui s occupe de discuter des questions d ordre juridique, économique et d organisation sur les thèmes de Compliance et de «Best Practice» entre les entreprises industrielles, les banques, les assurances et toutes autres personnes intéressées. Au printemps 2011, une manifestation de Netzwerk Compliance a eu lieu chez MAN au cours de laquelle environ 150 experts en matière de Compliance ont débattu sur le thème «Compliance dans les pays BRIC et les marchés émergents». 5. Affiliations MAN soutient et encourage la lutte anti-corruption et défend cette cause conjointement avec d autres entreprises économiques au sein des organisations suivantes : Depuis septembre 2010, MAN est membre corporatif de Transparency International, une organisation internationale de lutte contre la corruption. De plus, MAN est également devenu membre de l initiative Global Compact des Nations Unies. Par ailleurs, MAN est membre fondateur de l Institut allemand de Compliance (DICO - Deutsches Institut für Compliance). 09

11 Mentions légales Si vous souhaitez en savoir plus sur la Compliance chez MAN, veuillez vous adresser à : Dr. Philip Matthey Chief Compliance Officer Tél. : ou sur l Internet du Groupe MAN sur :

12 MAN SE Postfach München

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves 1. Responsable de la Conformité et Représentants de la Conformité 2. Analyse et évaluation des risques 3. Documents 4. Formations 5. Certificats

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Code of Conduct FAQ. Qu est-ce que le Code of Conduct? Pourquoi B. Braun doit-elle se doter d un Code of Conduct?

Code of Conduct FAQ. Qu est-ce que le Code of Conduct? Pourquoi B. Braun doit-elle se doter d un Code of Conduct? Code of Conduct FAQ Qu est-ce que le Code of Conduct? Le Code of Conduct est un code de conduite qui s applique à tous les collaborateurs de B. Braun. Il comprend dix principes qui doivent être suivis

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux 3 Impressum Editeur: Association Suisse d Assurances ASA Conrad-Ferdinand-Meyer-Strasse 14 Case postale,

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Politique de conflits d intérêts

Politique de conflits d intérêts Politique de conflits d intérêts Politique internationale de Novartis 1 er septembre 2015 Version GIC 101.V1.FR Introduction 1.1 Objectif Novartis s engage à conduire ses activités de manière à garantir

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-63 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE CREDIT SUISSE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Code de conduite. www.polygongroup.fr

Code de conduite. www.polygongroup.fr Code de conduite Toujours À Vos Côtés. www.polygongroup.fr Our Responsibility Présentation du Code de conduite de Polygon Le Code de conduite de Polygon expose les principes les plus importants de la responsabilité

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales

La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales AUDIT COMMITTEE NEWS Numéro 50 / T3 2015 La gestion de la compliance du point de vue du Conseil d administration Aperçu à la lumière des nouvelles recommandations suisses et internationales Gestion des

Plus en détail

Ordonnance sur les audits des marchés financiers

Ordonnance sur les audits des marchés financiers Ordonnance sur les audits des marchés financiers (OA-FINMA) du... Le Conseil fédéral, vu l art. 38a, al. 3, de la loi du 25 juin 1930 sur l émission de lettres de gage (LLG) 1, vu les art. 127, al. 2,

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014

ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 ÉNONCÉ DE DIVULGATION DES CONFLITS D INTÉRÊTS DOMAINE INVESTISSEMENTS DE MERCER JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. SENSIBILISATION AUX CONFLITS... 1 3. CONFLITS ENTRE MERCER ET SES CLIENTS...

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014

ERGOPIX Sàrl. Conditions générales - octobre 2014 ERGOPIX Sàrl Conditions générales - octobre 2014 1. Généralités 1.1 ERGOPIX Sàrl (ci-après : Ergopix) est une société active dans la création de plateformes web, ayant son siège social à Vevey. 1.2 Les

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches

Statut CECOM. Art. 1 Forme juridique, objectif et tâches Document Nr. 7 Statut CECOM Règlement d organisation du Centre de coordination pour la formation professionnelle modulaire dans le champ professionnel «Professions ecclésiales» (CECOM Profes-sions ecclésiales)

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Réformes dans la Fonction Publique

Réformes dans la Fonction Publique Réformes dans la Fonction Publique Précisions et propositions supplémentaires I.- Les avancements automatiques Il est précisé que le Gouvernement, en utilisant les termes «peut» ou «peuvent» dans les textes

Plus en détail

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant

Qualité et Gestion 18 Juin 2008. Intégration du SCI dans le système de management existant Qualité et Gestion 18 Juin 2008 Intégration du SCI dans le système de management existant 0 Anuschka Küng Economiste d entreprise HES Certification Six Sigma Certification Risk Manager CISA, CIA (i.a.)

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Radices Fiduciam S.A.

Radices Fiduciam S.A. Support 5 Traitement des réclamations de la clientèle 1 Page 1 sur 7 PROCÉDURE RELATIVE AU TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DE LA CLIENTÈLE 1. Environnement réglementaire Cette matière est traitée par le Règlement

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption a. Un document autonome b. Un document qui fait partie d'un rapport sur la responsabilité sociale de l'entreprise c. Un document qui fait partie d'un rapport financier annuel Droits de l Homme Droit du

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite Code de conduite 1 Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco 2 - Code de conduite Sommaire CODE DE CONDUITE RESPECT - RESPONSABILITE - EXEMPLARITE Message du Président Qu est-ce que le Code

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

Enquête administrative au sein du SECO

Enquête administrative au sein du SECO Enquête administrative au sein du SECO Attribution de mandats dans le domaine informatique et contrôle de la légalité des procédures d acquisition de l organe de compensation de l assurance-chômage Media

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe applicable au Gouverneur, aux Vice-Gouverneurs, aux membres du personnel et aux collaborateurs ou prestataires contractuels (Approuvé

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse.

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse. Règlement d organisation des cours interentreprises destinés aux employées et employés de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) de la branche de formation et d examens Services et administration

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS & Code de Déontologie de COVEA FINANCE LIMINAIRES Covéa Finance, sis 8-12 rue Boissy d Anglas 75008 Paris, est une société de gestion de portefeuille, agréée

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION REGLEMENT INTERIEUR* DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Etabli par le Conseil d administration dans sa séance du 27 mai 2015, et modifié lors des séances des 30 août 2005, 12 décembre 2007, 20 janvier 2009,

Plus en détail

Form 54001 (4/2014) Administration Page 1 / 5

Form 54001 (4/2014) Administration Page 1 / 5 PORTÉE Xerox Corporation et ses filiales. SOMMAIRE Ce document décrit les règles éthiques et comportementales que les collaborateurs de Xerox Corporation et ses filiales («Xerox») sont tenus de respecter

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch Certificat de formation continue en Compliance Management janvier à décembre 2012 www.compliance-management.ch À l initiative de la Fondation Genève Place Financière, l Université de Genève offre depuis

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Barbara Wurster Chef du service Politique européenne de la jeunesse Ministère fédéral

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible?

2. Comment l'exactitude et le périmètre des informations dans votre COP est-elle évaluée par un tiers crédible? Oui/ 2015 Global Compact Communication On Progress - Advanced (2014 data) Questions d'auto-évaluation 1. Votre COP contient-elle, si pertinent, une description de politiques et de pratiques liées aux opérations

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail