Modélisation des processus métiers et standardisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modélisation des processus métiers et standardisation"

Transcription

1 Modélisation des processus métiers et standardisation

2 Table des matières Introduction... 3 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application... 4 Les défis contemporains de la gestion des processus... 6 Les critères pour un standard de modélisation des processus métiers... 7 Etat de l art des standards du BPM... 9 XPDL, BPEL...10 ISO 9000/ IDEF EPC...12 UML BPMN Business Process Modeling Notation...14 BPDM Business Process Definition Metamodel...15 BPMN En résumé...18 L action de MEGA dans les groupes de standardisation...19 Page 2 sur 19Page 2 sur 19 Page 2 / 19

3 Introduction Comme toute tendance en vogue, l approche par les processus suscite de nombreuses attentes et de nombreuses prises de position. Que l on parle de Business Process Reengineering (BPR), Business Process Management (BPM), Activity Based Costing (ABC), de Business Activity Monitoring (BAM), ou de gestion des risques opérationnels, la notion de processus est au cœur de chacune de ces approches. L émergence de standards de modélisation permet d entrevoir une rationalisation des méthodes d analyse des processus et la création d une communauté de savoir partageable par l ensemble des acteurs de ce marché. Sans nier l importance des progrès accomplis, ce livre blanc se propose de faire un état des lieux sur les travaux de standardisation de la modélisation des processus métiers afin d en dresser un portrait le plus fidèle possible à la réalité. Les perspectives données dans ce point de vue s appuieront sur le retour d expérience et la participation active de la société MEGA aux groupes de normalisation depuis de nombreuses années ainsi que des tendances émergentes du marché de l analyse des processus. Page 3 sur 19Page 3 sur 19 Page 3 / 19

4 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application Avant même d établir une liste des standards de modélisation en cours de maturation, nous nous heurtons en premier lieu à la question : de quel processus métier parlons nous? Le terme «Processus métiers» est souvent employé dans des projets de nature très différente. Nous en distinguerons trois : 1) L établissement d un mode de gestion de l entreprise orientée client à partir l analyse des services rendus. On parlera alors de pilotage par les processus. 2) L établissement des modes de travail et des responsabilités des acteurs de l organisation. On parlera alors de processus organisationnels. 3) L intégration des composants informatiques dans une logique de processus en alignement avec les chaînes de valeur de l entreprise. On parlera alors de processus applicatifs. Dans les projets de pilotage, on s intéresse à la relation entre la stratégie et les processus. Par exemple, une banque peut décider de se concentrer sur le marché des produits financiers aux dépens de la banque de détail. Le processus «Fournir des produits financiers» devient alors l axe majeur de création de valeur pour l entreprise. Il faut reconfigurer les services rendus aux clients et réorganiser en conséquence le mode de pilotage de la banque en fonction des nouveaux services à rendre. Chaque division doit désormais concourir à satisfaire les clients acheteurs de produits financiers. Dans le deuxième cas, une entreprise cherchera à améliorer son fonctionnement opérationnel. Par exemple, notre banque voudra s assurer, au travers de processus organisationnels, appelés aussi procédures de gestion, du contrôle du niveau d endettement de ses clients. L objectif est de déterminer les règles à appliquer et les acteurs qui en ont la charge. Ici, ce sont la distribution des tâches et la maîtrise des responsabilités de chacun qui sont en jeu. Page 4 sur 19Page 4 sur 19 Page 4 / 19

5 Le troisième cas concerne le système d information. Ce qui est en jeu est la coordination des composants informatiques et des tâches des utilisateurs. Dans le cas de notre banque, on pourra, par exemple, mettre en œuvre un processus applicatif automatisant l interrogation de l historique des clients pour le contrôle de leur endettement. Il apparaît que les domaines concernés recoupent des sujets aussi variés que l analyse de la stratégie, l analyse des responsabilités ou l architecture de service du système d information. Cette revue des différents cas d emploi des approches processus souligne qu il y aura nécessairement besoin d adapter la modélisation aux enjeux et objectifs de chaque projet. A chaque cas d emploi devra finalement correspondre un usage circonstancié et adapté de la modélisation des processus. Page 5 sur 19Page 5 sur 19 Page 5 / 19

6 Les défis contemporains de la gestion des processus De simples producteurs, les entreprises sont devenues des fournisseurs de services. Ainsi dans le secteur des télécommunications, le téléphone en tant que produit tend à céder la place aux services rendus via le téléphone : accès aux s, achat en ligne, etc. Les entreprises exploitent cette approche d intégration de service pour trois raisons majeures : 1. Etendre leur marché et leurs revenus : à partir d un même produit, fournir plusieurs prestations. 2. Se différencier de la compétition : fournir le service à valeur ajoutée pour se démarquer de la concurrence. 3. Se concentrer sur leur savoir-faire : externalisation, infogérance par consommation de services d autres prestataires pour les activités périphériques. La combinaison de services va de pair avec la combinaison des processus. Chaque processus est effet l usine de production d un service élémentaire. Ces besoins de combinaison de processus, de services, se cumulent à tous les défis que fait naitre la globalisation de l activité des entreprises. Il faut, en effet, ajouter de nouvelles combinaisons de services et de processus pour prendre en compte les différents sites géographiques de l entreprise, les différentes législations auxquelles elle est soumise, les délégations d activités ou les délocalisations auxquelles elle a souscrit, etc. Un nouveau besoin se fait alors sentir pour les standards de modélisation : celui de pouvoir parler des éléments modélisés (processus, organisation, objet métier,..) non pas dans l absolu, mais en fonction d un contexte donné. Ainsi, dans l exemple banque précédent, le choix sera fait de ne mettre en place le processus «Fournir des produits financiers» que pour certains segments de clientèle en fonction de leur niveau de revenus et de leur localisation (eg Paris/ Province). On parlera donc de «mise en situation» de ce processus dans chacun des contextes. Le pilotage du processus devra être propre à chaque mise en situation. Page 6 sur 19Page 6 sur 19 Page 6 / 19

7 Les critères pour un standard de modélisation des processus métiers Afin d apporter un support à valeur ajoutée pour l analyse et la gestion des processus, un standard de modélisation des processus métier doit offrir des caractéristiques le distinguant d un simple schéma graphique. Il doit ainsi disposer des éléments suivants : Une notation intuitive à l usage des acteurs de l organisation et de la gestion d entreprise pour que l on puisse enfin dire : un bon dessin vaut mieux qu un long discours. Un méta-modèle et un vocabulaire - ensemble de concepts et de relations - rigoureusement définis pour fournir un socle robuste à la démarche et à l outillage des approches processus. On distinguera ici deux types de méta-modèle : o Les méta-modèles à plat : ces types de formalisation permettent de représenter l ensemble d un processus, mais dans une seule dimension. Ils sont souvent basés sur des décompositions hiérarchiques rigides (de type processus-sous-processus) ne permettant pas de mettre un même processus dans plusieurs contextes. Lorsque plusieurs «mises en situations» sont nécessaires, il faut procéder à des sortes de copier-coller de bout de processus, ce qui rend rapidement le graphe de dépendance entre processus inextricable. La plupart des anciens standards de processus sont des méta-modèles à plat (EPC, IDEF, ). o Les méta-modèles à relief : ces types de formalisation visent à intégrer de manière cohérente les deux notions de définition des processus et de mise en jeu des processus. Au premier abord, ces méta-modèles apparaissent plus complexes tant est forte l habitude de la simple décomposition hiérarchique. Mais dès les premiers cas d application, les méta-modèles en relief révèlent toute leur puissance et leur capacité à adresser les questions du BPM d aujourd hui. Page 7 sur 19Page 7 sur 19 Page 7 / 19

8 Ecosystème I Processus X Processus X dans I Processus Y Processus Z Processus Y dans I Processus étudié dans E-I Processus A Processus C Processus étudié Nouveaux besoins Processus étudié Processus Z dans I Ecosystème II Processus α Processus B dans II Un seul Eco-System global Processus α Processus étudié dans E-II Processus β dans II Processus β Processus γ Processus γ dans II Méta-modèle plat Les processus sont reliés directement entre eux de manière absolue Méta-modèle en relief Les processus sont reliés relativement entre eux, en fonction de chaque contexte Tout méta-modèle à relief peut être replié en un méta-modèle à plat. La réciproque est bien sûr impossible. La plupart des nouveaux standards de processus sont basés sur des métamodèles en relief (BPEL2, UML2, BPDM, BPMN2, ). Ces standards nécessitent une nouvelle génération d outils de manière à allier facilité d emploi et puissance d analyse. Un modèle d interaction unifié, inscrit dans le méta-modèle. Le modèle d interaction doit permettre de décrire aussi bien les échanges intra-processus que les échanges inter-processus. Une déclinaison du méta-modèle et de la notation pour chacun des niveaux d analyse des processus métier : l analyse des services rendus et des chaînes de valeur, l analyse de l organisation et des responsabilités, l analyse des processus applicatifs. Cette déclinaison doit s accompagner d un mécanisme de navigation entre les différents niveaux d analyse. Un format d échange à la fois pour les modèles de processus et pour leurs diagrammes. Page 8 sur 19Page 8 sur 19 Page 8 / 19

9 Etat de l art des standards du BPM Les paragraphes précédents nous ont permis de dégager une double grille d analyse des standards de modélisation du BPM. Nous en fournissons ci-dessous une synthèse sous forme de tableau pour l appliquer ensuite aux principaux standards actuels, existants ou en cours d élaboration Champs d application du BPM Caractéristiques d un standard de modélisation Analyse des services rendus et des chaînes de valeur Analyse des modes de travail des acteurs de l organisation Analyse des processus applicatifs Exécution des processus applicatifs Dispose d un méta-modèle à plat Dispose d un méta-modèle en relief Dispose d un modèle d interaction intégré Dispose d une notation Dispose d un format d échange Figure Grille d analyse d'un standard de modélisation de processus Le tableau suivant nous donne ensuite un aperçu des principaux standards : Nom Organisme de standardisation Statut Champs d application Méta modèle à plat Meta Modèle en relief Modèle d interaction intégré Notation Format d échange XPDL 2.0 WFMC Finalisé Langage d exécution Oui Oui Non BPEL 2.0 OASIS Finalisé Utilise BPMN Langage d exécution Oui Oui Oui Non Oui Oui ISO 9000x ISO Finalisé Analyse de l organisation Analyse des chaînes de valeur Non Non Non Non Non EPC SAP/R3 Finalisé Analyse des processus organisés Oui Non Non Oui Oui UML 2.0 OMG Finalisé Analyse des processus applicatifs Oui Oui Non Oui Oui BPMN 1.1 OMG Finalisé BPDM 1.0 for BPMN 1.1 OMG finalisé BPMN 2.0 OMG En projet Notation pour les diagrammes pour de processus Analyse des services rendus Analyse des chaînes de valeur Analyse des processus organisés Analyse des processus applicatifs Fusion de BPDM et BPMN Analyse des services rendus Analyse des chaînes de valeur Analyse des processus organisés Analyse des processus applicatifs Non Non Non Oui Non Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Figure - Principaux standards de modélisation de processus Page 9 sur 19Page 9 sur 19 Page 9 / 19

10 XPDL, BPEL Ces langages de modélisation de processus sont des langages dédiés à l exécution de processus. Ils ne sont généralement pas utilisés directement dans les phases de conception. Exprimés dans une syntaxe XML ils disposent ainsi d un format d échange natif BPEL et XPDL, qui sont exprimés tous deux sous forme de schéma XML dont le méta-modèle sous-jacent est de type «méta-modèle à relief». Chacun des deux standards permet, en effet, d exprimer la «mise en jeu» de processus dans une approche similaire de celle de la programmation structurée qui fait l appel entre fonction et appel de fonction. Le premier standard d exécution est apparu sous l égide de la WFMC Workflow Management Coalition. Une nouvelle version XML du langage de la WMFC a été publiée en 2002 sous le nom de XPDL. L avènement du langage concurrent BPEL pousse la WMFC à étendre le positionnement de XDPL, de celui d un langage d exécution de processus à un véritable langage d analyse des processus. En 2004, dans sa version 2.0, XPDL propose ainsi une correspondance avec la notation BPMN 1.0 ce qui lui fournit un support visuel qui aide indéniablement à la communication avec les analystes métier. XPDL est cependant loin de fournir un véritable méta-modèle pour BPMN. Sa conception première reste celle d un langage d échange entre outil d exécution. Par ailleurs, la correspondance entre les éléments du schéma XPDL et la notation BPMN n est pas toujours sans ambigüités et approximations sémantiques. Le langage BPEL Business Process Execution Language a été lancé à l initiative de Microsoft et IBM en réponse à l initiative de BPMI qui avait lancé le langage BPML. Depuis, BPML a disparu du paysage ; BPEL a reçu le support de la plupart des acteurs du marché et est devenu le langage d exécution de processus de facto. Il vient en complément de la spécification sur les services web ce qui lui donne de nombreux atouts pour se positionner comme un standard clé pour l intégration de systèmes. Depuis 2003, c est l organisme de standardisation OASIS qui a en charge l évolution du langage BPEL. Une version 2.0, publiée en avril 2007, ajoute une nouvelle dimension à BPEL ; les «human tasks». Cet ajout répond à une critique faite à la version 1.0 de BPEL qui ne Page 10 sur 19Page 10 sur 19 Page 10 / 19

11 prenait en compte que les processus entre systèmes, laissant de coté le «facteur humain». La prise en compte des interfaces utilisateurs est effectivement un élément essentiel pour l automatisation des processus ; qui donc pourrait ne pas s en soucier? Il y a cependant une méprise sur l expression «facteur humain». C est celle qui consiste à opposer la notion de tâche manuelle à celle de tâche automatisée comme si l on pouvait passer de l une à l autre par simple substitution. La matière des langages d exécution de processus est l orchestration des ressources informatiques au moyen d enchainements de traitements et d appels de composant. A moins de considérer l homme comme un personnage bio-ionique, un programme ne peut pas faire «d appel de personne». Il peut, en revanche, proposer une interface utilisateur. Ceci nous permet de conclure sur les limites des langages d exécution de processus en tant qu outils d analyse des processus : ce n est tout simplement pas leur objectif premier. Il manquera bien des éléments à XPDL et BPEL pour faire le cahier des charges fonctionnel d un nouveau système et préciser les différentes exigences qui y sont associées, les différents «cas d emplois» qui doivent en résulter, ainsi que des processus applicatifs «logiques» qui décrivent ces cas d emploi. La réciproque est tout aussi vraie : on aura bien du mal à prendre un processus applicatif définissant un cas d emploi du système comme le processus automatisé s exécutant dans ce système. C est tout bêtement confondre la spécification et le programme qui la réalise. ISO 9000/2000 L ISO a été une des premières organisations à s intéresser aux processus métiers avec les normes de la famille ISO L ISO fournit de nombreuses définitions très pertinentes pour les niveaux d analyse concernant l organisation ou les chaînes de valeur. Malheureusement, l ISO n a jamais fourni ni une expression formelle des processus qualité ni une notation graphique associée. Conséquemment, les normes ISO 9000 n ont pas conduit à un standard de modélisation des processus. Elles restent une référence pour l analyse des processus qualité. Page 11 sur 19Page 11 sur 19 Page 11 / 19

12 IDEF3 IDEF3 est une des familles de spécifications créées par l ICAM («Integrated Computer- Aided Manufacturing»), une initiative de l armée de l air américaine. Finalisé et rendu public dans les années 1980, le standard IDEF3 a été largement utilisé aux Etat-Unis et a été intégré à la méthode de conception de système anglo-saxonne SADT (Structured Analysis & Design Techniques). IDEF3 dispose d une notation et d un méta-modèle à plat mais pas de véritable format d échange. Les notions de processus et de mise en contexte de processus y sont représentées par un concept commun de UOB («Unit of Behavior»). IDEF3 comprend les éléments essentiels nécessaires à l expression de déroulement des processus mais ne dispose pas d un véritable modèle d interaction. L usage d IDEF est aujourd hui en déclin et tend à être remplacé par les nouveaux standards que sont BPMN et UML2. EPC Le modèle EPC (Event Process Chain) est originellement associé à la modélisation associée à SAP R/3. Le modèle EPC a été développé par le professeur Wilhelm-August Scheer à l université de Saarlandes au début des années Il est utilisé par plusieurs éditeurs, comme IDS-Scheer, pour modéliser et analyser les processus métiers. Le modèle EPC est basé sur deux concepts majeurs Evénement et Fonction complémenté par des éléments permettant de décrire le séquencement comme OU, ET, OU Exclusif. Présenté comme un modèle et une notation facile à appréhender, le modèle EPC relève, en fait, de la catégorie des méta-modèles à plat de telle sorte que la signification d une portion d un modèle peut dépendre arbitrairement d une autre portion située à une autre extrémité. La raison de cette limite est bien sûr l absence de la notion de mise en situation de processus qui, seule, permet de mettre en relation différents processus dans différents contextes. Page 12 sur 19Page 12 sur 19 Page 12 / 19

13 Les pluparts des acteurs majeurs du modèle EPC ont reconnu le besoin d une nouvelle génération de modèle de processus; certains d entre eux ont d ailleurs rejoint l initiative BPMN2 à l OMG. UML 2.0 La fin de l année 2004 a vu l aboutissement de la spécification UML 2.0 de l OMG, fruit d un long processus de maturation. UML 2.0 est une spécification très vaste et nous ne dirons ici que quelques mots sur le nouveau «modèle d activité». Les modèles d activités d UML 2.0 ont été totalement revus par rapport aux versions 1.X. Les erreurs notables des spécifications 1.X ont été corrigées et le nouveau modèle offre une base robuste pour l analyse des processus. Le modèle d activité d UML 2.0 dispose de la plupart des caractéristiques d un méta-modèle en relief et fait en particulier la distinction entre le concept d Activité (équivalent de processus) et le concept d action (équivalent d étape de processus) supportant ainsi la notion de mise en jeu de processus dans d autres processus. Cependant, le modèle d activité d UML 2.0 par son caractère technique s adresse encore essentiellement à des concepteurs de processus applicatifs. La notion d échange d information y est représentée à l aide des concepts de paramètres et de «pins» propres à l univers de la programmation. Cette préoccupation est totalement légitime et justifiée pour la conception des programmes informatiques. Elle est inadaptée pour la conception des processus métiers. Une autre critique que l on peut adresser au modèle d activité d UML 2.0 est la terminologie utilisée. Le terme d activité est utilisé pour désigner ce que l ensemble de la communauté BPM appelle Processus. Cette même communauté utilise le terme d activité pour étape de processus. Cette inversion des termes provoque une terrible confusion chez les utilisateurs. La compréhension d UML 2.0 est souvent entachée d erreur à ce propos. Le modèle d activité d UML 2.0 ne peut donc que difficilement être un support d analyse et de communication pour les processus «métier». L OMG ayant conscience de ces limitations a lancé il y a quelques années une initiative complémentaire BPDM pour traiter spécifiquement des processus métier et a aussi intégré la notation BPMN suite à la fusion avec BPMI. Ces deux initiatives BPMN et la notation BPMN ayant été lancées Page 13 sur 19Page 13 sur 19 Page 13 / 19

14 séparément, l intégration des deux projets s est faite en deux étapes (voir paragraphe cidessous sur BPDM et BPMN2). BPMN Business Process Modeling Notation Initiée dans le cadre de BPMI la notation graphique des processus BPMN présente une avancée indéniable dans la formulation graphique des processus. Elle introduit, en particulier, la notion de message et de flux d information qui manquait à la plupart des représentations traditionnelles de processus (IDEF, SAP EPC, UML 2.0). Un des objectifs initiaux de BPMN, dans sa version 1.0, a été la possibilité de représenter les processus exécutables. Pour cette raison, de nombreux dispositifs ont été intégrés comme la gestion d exception ou les activités de compensation en cas d erreur. Dans un premier temps, ces dispositifs ont fait apparaître la notation comme complexe et inadaptée pour la modélisation des processus métier. Mais dans les faits, la norme s est imposée à toutes les strates de l analyse des processus (Analyse des services rendus et des chaînes de valeur, analyse des modes de travail des acteurs de l organisation, analyse des processus applicatifs). BPMN apparaît aujourd hui comme le principal horizon des notations pour la modélisation des processus. Une faiblesse de taille subsiste cependant : BPMN n est qu une notation et ne comprend pas de méta-modèle formel. La norme ne dispose pas non plus de format d échange et il est donc difficile de parler d interopérabilité entre les différents outils revendiquant le support de BPMN. Une collaboration avait été entamée à ce sujet avec l OMG ce qui a conduit à la fusion de BPMI dans l OMG et à fait de BPMN un standard de l OMG. La version 1.1 de BPMN a été publiée au début de 2008 et comporte quelques clarifications et aménagements par rapport à la version 1.0. Suite à son intégration à l OMG, BPMN a rencontré sur sa route l autre standard de processus métier en cours d élaboration à l OMG : BPDM (Business Process Definition meta-model). C est de la fusion de ces deux normes que sortira le futur de la modélisation des processus. Page 14 sur 19Page 14 sur 19 Page 14 / 19

15 BPDM Business Process Definition Metamodel L OMG comprend un groupe de travail responsable des spécifications portant sur la modélisation des métiers de l entreprise : «the Business Modeling Integration Task Force» ou BMI DTF. Ce groupe a mis en place un plan de développement des spécifications métiers dont certaines ont déjà été publiées comme le BMM («Business Motivation Model») pour l analyse de la stratégie ou SBVR («Semantic for Business Vocabulary and Rules») pour les règles métiers. Le tableau ci-après brosse un résumé des spécifications et projets du groupe BMI. BMM SBVR SBVR Vocabulary Strategic Plan Value Chain BPMM Rules Business Cycles BPDM/ BPMN Processes Enterprise Models Financial Plan BPMN 2.0 Organization Motivation OSM Potential Development Resources Competencies Locations Current Work Adopted: Le développement conjoint de BPDM et BPMN se fait dans le contexte du BMI. BPDM et BPMN sont l axe principal de développement pour ce qui concerne la modélisation des processus.. Cet axe s inscrit dans l architecture générale de modélisation promue par l OMG sous le nom de MDA : «Model Driven Architecture». MDA est un cadre pour définir des méta-modèles, les transformer, définir les notations associées et échanger les modèles et leurs diagrammes dans un format d échange normalisé (XMI). Le cadre MDA fournit ainsi automatiquement les éléments essentiels à tout standard de modélisation. Page 15 sur 19Page 15 sur 19 Page 15 / 19

16 BPDM est la première spécification à couvrir l ensemble des dimensions de l analyse des processus et à proposer : un méta-modèle formel pour la notation BPMN 1.1. Ce méta-modèle est un méta-modèle à relief qui permet la mise en contexte des processus, de leurs acteurs et de leurs ressources. BPDM clarifie en bien des points les éléments ambigus de la notation BPMN et lui offre un socle robuste pour supporter la définition des processus, depuis l analyse métier, jusqu à l exécution. Un modèle d interaction unifié permettant de prendre en compte aussi bien les interactions entre processus que les interactions inter-processus ; c est ce que les anglo-saxons appellent respectivement la chorégraphie des processus (communications inter-processus) et l orchestration des processus (communication intra-processus). Un modèle d événement permettant de : o o o Décrire les situations résultant du déroulement des processus Assurer la synchronisation entre processus à partir de la détection des événements résultant de leur déroulement. Décrire les situations dont les processus doivent assurer la maîtrise. C est ce que les anglo-saxons appellent le «case handling». Un modèle de délégation de processus permettant une stratification de l approche par processus en montrant, par exemple, comment les processus de l organisation délèguent une partie de leur traitement aux processus applicatifs. Un format d échange basé sur le standard XMI de l OMG. La spécification BPDM est accessible à l url suivante : Page 16 sur 19Page 16 sur 19 Page 16 / 19

17 BPMN 2.0 Les projets BPMN et BPDM ayant été initiés dans des contextes différents (BPMI pour BPMN et l OMG pour BPDM), il était nécessaire de parfaire la fusion entamée par le projet BPDM dans une version unifiée. A cette occasion, la signification de l acronyme «BPMN» a été modifié. De «Business Modeling Notation» il a été transformé en «Business Model and Notation», signifiant par là que le standard intègre aussi bien un méta-modèle de processus que sa notation. Le projet BPMN 2.0 a les objectifs suivants : 1. Clarifier certains éléments de la terminologie de BPDM encore non alignés avec la notation BPMN Clarifier certains éléments de la notation BPMN 1.1 dont la signification en termes de logique de processus a été fournie par le projet BPDM 3. Fournir une notation pour la chorégraphie de processus (communication interprocessus) 4. Fournir un format d échange pour les diagrammes de processus. BPDM, en effet, ne propose pour l instant qu un format d échange pour les modèles de processus et non pas pour leur dessin. L horizon de la spécification BPMN 2.0 est l année Page 17 sur 19Page 17 sur 19 Page 17 / 19

18 En résumé L activité de standardisation des processus métiers est en pleine effervescence et de nombreux progrès ont été accomplis. La partie exécution, sous l égide d OASIS, continue sa fusion avec les services web ; la partie conception remonte des préoccupations d exécution vers des problématiques plus résolument métiers. La spécification BPDM a fait franchir un premier pas essentiel qui verra son achèvement dans le projet BPMN 2.0. Il faudra encore quelque temps pour cette nouvelle génération de modèle de processus soit adoptée par l ensemble des acteurs du marché. On perçoit dès aujourd hui les limites des approches classiques pour résoudre les défis contemporains d analyse des processus énoncés au début de ce document : combinaison des notions de services et processus, prise en compte des contextes de mises en jeu des processus, mise sous contrôle des situation à risques, délégation de processus, etc. Nous vivons une période de changement des cas d emploi de la modélisation de processus ainsi que des soubassements formels et théoriques sur lesquelles elle s appuie comme les nouveaux méta-modèle en relief. Les pièces du puzzle sont en train de s assembler sous nos yeux ainsi que le positionnement des acteurs sur ce marché en renouvellement. Page 18 sur 19Page 18 sur 19 Page 18 / 19

19 L action de MEGA dans les groupes de standardisation Les standards sont un élément majeur pour aider à l adoption d un vocabulaire commun et de représentations communes des processus dans l entreprise. MEGA est une des premières sociétés à avoir rejoint l organisation BPMI où elle a participé activement aux travaux sur BPMN et a contribué à la fusion de BMI avec l OMG. L OMG dispose d une architecture de modélisation robuste et ouverte pour le support des approches processus couvrant aussi bien la partie informatique que la partie métier. MEGA a participé aux derniers développements en cours à l OMG ont conforté cette analyse. MEGA participe ainsi aux initiatives BMM (analyse de la stratégie) BSBR (vocabulaire et règles métiers), BPDM et BPMN2 (processus métier). Celles-ci font désormais intervenir à l OMG des acteurs du monde de l entreprise et non plus seulement des informaticiens. L OpenGroup avec le succès croissant de TOGAF a retrouvé une dynamique dans la capture des méthodes de conception et de gestion de l architecture d entreprise. De grands groupes comme CapGemini ou SAP sont désormais partie prenantes et MEGA suit attentivement les travaux en cours. La collaboration de l OpenGroup et de l OMG permettra d allier théorie et pratique pour le plus grand bénéfice des utilisateurs. La standardisation des processus entre progressivement dans une phase de maturité. Page 19 sur 19Page 19 sur 19 Page 19 / 19

Modélisation des processus métiers et standardisation

Modélisation des processus métiers et standardisation Modélisation des processus métiers et standardisation Octobre 2004 Table des matières Introduction... 3 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application... 4 Les critères pour un standard

Plus en détail

Examen. Année universitaire 2011-2012. Urbanisation et architecture des systèmes d information. Consignes particulières

Examen. Année universitaire 2011-2012. Urbanisation et architecture des systèmes d information. Consignes particulières Centre d enseignement de Reims Rue des Crayères BP 1034, 51687 REIMS Cedex 2 tel 03 26 36 80 10 Examen Année universitaire 2011-2012 Unité d enseignement Code de l UE NFE107 Intitulé Enseignant (s) Urbanisation

Plus en détail

Business Process Modeling (BPM)

Business Process Modeling (BPM) Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA Cécile Hardebolle cecile.hardebolle@supelec.fr Programme 8 nov. 15 nov. Introduction. Enjeux, rôle de l'architecte SI Partie n 1 du cas d'étude Architecture

Plus en détail

Définition générale d'un Workflow :

Définition générale d'un Workflow : Workflow Table des matières Analyse... 3 Définition générale d'un Workflow :... 3 Avantages...4 Workflow Pattern...5 Forme Mathématique...7 Terminologie...8 Langages, Notations et Projets... 9 Les Notations:...9

Plus en détail

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Jihed Touzi, Frédérick Bénaben, Hervé Pingaud Thèse soutenue au Centre de Génie Industriel - 9

Plus en détail

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM)

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA Business Process Modeling (BPM) Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr Idir AIT SADOUNE - Plan 1 Notion de processus? 2 Modélisation des processus? 3 Langages

Plus en détail

L SIO I N O 3 & & PE P R E S R PE P C E TIV I ES E

L SIO I N O 3 & & PE P R E S R PE P C E TIV I ES E INTRODUCTION SOMMAIRE 1 Modélisation de processus et Workflows 2 - Méthodes et outils pour la Modélisation de processus Workflows 3 Notions de flexibilité et d adaptabilité dans les WorkFlow CONCLUSION

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Urbanisation de système d'information. PLM 4 (Product Lifecycle Management) Préoccupation d'assurance qualité Processus et Procédures

Urbanisation de système d'information. PLM 4 (Product Lifecycle Management) Préoccupation d'assurance qualité Processus et Procédures Urbanisation de système d'information PLM 4 (Product Lifecycle Management) Préoccupation d'assurance qualité Processus et Procédures Urbanisation des Systèmes d'information - Henry Boccon-Gibod 1 De quoi

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI

Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI 2015 / 2016 - Semestre 1&2 DSCG - UE5 Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI Module 5 - Gestion des Processus Métiers (BPM) Yves MEISTERMANN DSCG UE 5 - Bulletin officiel DSCG

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Séance 4: Modélisation et diagnostic des processus (actuel)

Séance 4: Modélisation et diagnostic des processus (actuel) Séance 4: Modélisation et diagnostic des processus (actuel) 2 Une méthode de réingénierie Gestion de projet Leadership Ajout de valeur (évaluation des bénéfices) Mise en place du nouveau PA et du SI Développement

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Les FONDEMENTS de l ARCHITECTURE d ENTREPRISE Ingénierie de l organisation

Les FONDEMENTS de l ARCHITECTURE d ENTREPRISE Ingénierie de l organisation Les FONDEMENTS de l ARCHITECTURE d ENTREPRISE Ingénierie de l organisation Patrice Briol Les Fondements de l Architecture d Entreprise Ingénierie de l organisation 1 ère édition http://www.ingenieriedesprocessus.net

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

IFT2255 : Génie logiciel

IFT2255 : Génie logiciel IFT2255 : Génie logiciel Chapitre 6 - Analyse orientée objets Section 1. Introduction à UML Julie Vachon et Houari Sahraoui 6.1. Introduction à UML 1. Vers une approche orientée objet 2. Introduction ti

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2005/22 Conseil économique et social Distr. générale 15 décembre 2004 Français Original: anglais Commission de statistique Trente-sixième session 1 er -4 mars 2005 Point 7 e) de l

Plus en détail

QUELQUES ÉLÉMENTS DU DÉVELOPPEMENT LOGICIEL

QUELQUES ÉLÉMENTS DU DÉVELOPPEMENT LOGICIEL QUELQUES ÉLÉMENTS DU DÉVELOPPEMENT LOGICIEL LA DÉCOUPE MVC (MODEL VIEW CONTROL) Imaginez la programmation en Python d un petit menu d une application visible sur la figure A.1. Lorsqu on clique sur un

Plus en détail

EXTRAIT. Les apports du BPM (gestion des processus métier) Le CXP, 2009 1

EXTRAIT. Les apports du BPM (gestion des processus métier) Le CXP, 2009 1 EXTRAIT EXTRAIT Les apports du BPM (gestion des processus métier) Le CXP, 2009 1 Le CXP, 2009 1 PRESENTATION DE L ETUDE ANALYSER LES OFFRES I RÉDIGER LE CAHIER DES CHARGES I APPROFONDIR LE DOMAINE I COMPRENDRE

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

L OFFRE DE FORMATION

L OFFRE DE FORMATION SE FORMER AUX PROCESSUS AUJOURD'HUI? L OFFRE DE FORMATION Club des Pilotes de Processus - 2012 www.pilotesde.org 166, Bd du Montparnasse, F-75014 PARIS - contact@pilotesde.org Originalité de l offre de

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc TIBCO PM iprocess Suite «TIBCO est le seul fournisseur capable de prendre en charge l éventail complet des processus orientés systèmes et humains.» The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management

Plus en détail

MATRICES RACI ET DIAGRAMMES BPMN : COMPLÉMENTAIRES DANS LES CONTRATS D OUTSOURCING. Processus, outsourcing

MATRICES RACI ET DIAGRAMMES BPMN : COMPLÉMENTAIRES DANS LES CONTRATS D OUTSOURCING. Processus, outsourcing MATRICES RACI ET DIAGRAMMES BPMN : COMPLÉMENTAIRES DANS LES CONTRATS D OUTSOURCING Processus, outsourcing Matrices RACI et diagrammes BPMN : complémentaires dans les contrats d outsourcing TABLE DES

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Composition de Services Web

Composition de Services Web Composition de Services Web Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A, Département TLSI Faculté des NTIC Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri 127

Plus en détail

Projet 1 Les Bus de Service dans les architectures SOA

Projet 1 Les Bus de Service dans les architectures SOA Les projets présentés dans la suite de ce document permettent d approfondir et de mettre en pratique certains concepts présentés lors des cours de Master «Architecture des Systèmes d Information» et «Urbanisation

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Product Life-Cycle Management

Product Life-Cycle Management Offre de prestations en Product Life-Cycle Management Contact : Pascal MORENTON CentraleSupélec 1, campus de Chatenay-Malabry 06 13 71 18 51 pascal.morenton@centralesupelec.fr http://plm.ecp.fr Nos formations

Plus en détail

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean»

A partner of. Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Programme de Formation: «LeSystème de Compétence Lean» Qui sommes nous? Vincia en quelques faits et chiffres Une présence et une expérience internationales Créé en 2001 60 consultants - 20 en France -

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques

Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques Les apports de Praxeme et son articulation avec les référentiels de pratiques Praxeme dans le paysage de la méthodologie Référence PxSLB-SYD-06 Version 1.0 www.praxeme.org info@praxeme.org Objectif de

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Modélisation objet Le langage UML

Modélisation objet Le langage UML Modélisation objet Le langage UML Brahim HAMID La base de contrôle Robot Zone à explorer brahim.hamid@irit.fr brahim.hamid@univ-tlse2.fr http://mass-cara.univ-tlse2.fr/~brahimou/ens/uml 1 Les méthodes

Plus en détail

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise 1 Pourquoi s intéresser au management des processus? Résumé Réaliser des prestations d excellente qualité,

Plus en détail

Visual Paradigm Contraintes inter-associations

Visual Paradigm Contraintes inter-associations Visual Paradigm Contraintes inter-associations Travail de Bachelor d'informaticien de gestion Partie C Présentation de Visual Paradigm 1 Présentation de Visual Paradigm For UML L objet du travail de Bachelor

Plus en détail

TOGAF & MODELIO La phase préliminaire

TOGAF & MODELIO La phase préliminaire Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 06 Urbanisation et Architecture d Entreprise en pratique : TOGAF et MODELIO 1 2 3 4 5

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Risques d accès non autorisés : les atouts d une solution IAM

Risques d accès non autorisés : les atouts d une solution IAM Risques d accès non autorisés : les atouts d une solution IAM Comment l'entreprise peut-elle réduire ses risques informatiques liés aux droits d accès des utilisateurs Livre Blanc Introduction Tous les

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon MDE Model Driven Engineering http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Mai 2005 Sommaire MDE : principe MDE et le génie logiciel MDE et UML MDE et les Design Patterns

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

Customisation Rhapsody et Henri BOULOUET DITV/AEEV/EECH. approche méthodologique

Customisation Rhapsody et Henri BOULOUET DITV/AEEV/EECH. approche méthodologique Customisation Rhapsody et approche méthodologique Retour d expérience sur l implémentation d un langage et profil UML associé 1 Sommaire Principe d un développement méthodologique Evocation d ISR (Ingénierie

Plus en détail

QLIKVIEW POUR SALESFORCE

QLIKVIEW POUR SALESFORCE QLIKVIEW POUR SALESFORCE Exploiter rapidement et facilement les données issues de votre CRM QlikView simplifie l intégration de la Business Discovery à une Plate-forme PaaS (Platform as a Service) éprouvée

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard.

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. Agenda 1 Présentation 2 Les solutions it-toolbox 3 Notre valeur ajoutée 4 Le centre d excellence 5 Equipe et démarche 6 Références et plateformes

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Projet de recherche doctoral

Projet de recherche doctoral Projet de recherche doctoral Formalisation des règles métier et organisation des indicateurs de performance pour le développement de la méthode publique d Architecture d Entreprise Praxeme. 1 Contexte

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences 1. Introduction La complexité des systèmes techniques est telle que, sans outils de représentations abstraites et progressivement enrichies, les intervenants d un projet auraient de nombreuses difficultés

Plus en détail

23 AVRIL 2012. «L approche processus pour la maîtrise de son activité» L approche processus et la norme ISO 9001

23 AVRIL 2012. «L approche processus pour la maîtrise de son activité» L approche processus et la norme ISO 9001 23 AVRIL 2012 «L approche processus pour la maîtrise de son activité» Droit réservé : Pierre Leclercq MWQ : approche processus 26/04/2012-1 L approche processus et la norme ISO 9001 L approche processus

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications Règles d affaires éponse informatique inc. 1 Critères de qualité de toutes spécifications IEEE830-1998 Recommended Practice for Software Requirements Specifications Une spécification doit être: Correcte,

Plus en détail

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Quels outils mettre en œuvre pour garantir une sécurité informatique maximale et conforme aux exigences

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Modèle d implémentation

Modèle d implémentation Modèle d implémentation Les packages UML: Unified modeling Language Leçon 5/6-9-16/10/2008 Les packages - Modèle d implémentation - Méthodologie (RUP) Un package ou sous-système est un regroupement logique

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail