CHAPITRE DU LIVRE: LA E-MAINTENANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE DU LIVRE: LA E-MAINTENANCE"

Transcription

1 Auteurs : B. Iung E. Levrat CHAPITRE DU LIVRE: LA E-MAINTENANCE 2 idées fortes sont à la base de la genèse de ce chapitre et de sa structuration. a) Proposer un «framework» (un cadre) de définition et de modélisation de la e- maintenance en s appuyant sur le principe de «enterprise architecture» (EA) comme défini dans les «Interoperable Enterprise Systems». «EA is an organized collection of ingredients (tools, methodologies, modelling languages, models, etc.) necessary to architect or re-architect whole or part of an enterprise. For a given Enterprise, the architecture describes the relationships among the mission assigned to the enterprise, the work the enterprise does, the information the enterprise uses, and the physical means, human labor, and information technology that the enterprise needs 1 Dans notre cas, nous voulons architecturer, Ingénieriser (au sens Ingénierie Système de l AFIS) la fonction e-maintenance de l entreprise dans le contexte global de l entreprise (la maintenance n est qu un moyen pas un but) 2. Cette notion d Architecture d Entreprise est aussi un des fondements de l atelier MEGA dans la proposition de ces différents modèles pour accompagner les managers dans leur programme de formalisation. Les termes utilisés dans ce chapitre sont définis dans l atelier MEGA (http://www.mega.com). La structuration déduite de ce positionnement doit faire appel aux autres chapitres pour détailler les points introduits dans ce chapitre [Lien avec l idée du fil conducteur] b) Utiliser le framework pour démontrer que la e-maintenance est «scientifiquement» autre chose qu une mosaïque, un patchwork de technologies, de normes, tel que perçu la plupart du temps à travers les publications en e-maintenance. Dilemme : Est-ce que le e de e-maintenance ne matérialise que l aspect NTIC ou est ce que le e de e-maintenance est une nouvelle manière d appréhender la maintenance pour faire face à de nouveaux 1 Papier de Vernadat ou Chen ou Doumeingts sur l Interopérabilité en Enterprise. Proposition des cadres GERAM, CIMOSA, 2 Une autre voie serait d utiliser l approche MDA (Model Driven Architecture) basée sur quatre niveaux de modèles (Modèle CIM, PIM, PSM) ou le cadre de modélisation de Zachman

2 besoins (en sachant que cette nouvelle forme n a émergé que consécutivement à l émergence des NTIC). 1- E-maintenance : Une nouvelle manière d appréhender la maintenance pour répondre aux besoins actuels de la e-entreprise. Ce sous chapitre, en lien avec le chapitre 1 doit clairement mettre en évidence la justification de la e-maintenance: le pourquoi de son émergence (les services 3 attendus), premièrement d un point de vue industriel vis-à-vis d un contexte d Entreprise, et deuxièmement d un point de vue académique pour répondre aux verrous industriels posés. Il doit aussi donner une définition de la e-maintenance fondée sur une synthèse des définitions existantes. Dans la justification, il faut faire attention à ce qui est un besoin d évolution de la maintenance suite à l évolution du besoin produit en entreprise (variabilité, accélération des flux ), de ce qui est la justification du e en relation avec les NTIC. Dans tous les cas, la finalité de la e-maintenance n a de sens que par rapport à la finalité de l entreprise (cycle de vie système : phase du maintien en condition opérationnelle). 2 manières d appréhender le e 4 La e-maintenance découle d une nouvelle façon d envisager la production (e-manufacturing) qui découle d une nouvelle façon d envisager le business (e-business) qui découle d une nouvelle façon d envisager le travail 5 (e-work) -> nouvelles fonctionnalités ; la e- maintenance est requise par la nouvelle façon de travailler (c est une nouvelle façon de pensée qui est indépendante des TECHNOLOGIES exploitées même si elles sont sous-jacentes). Par exemple, les nouvelles relations clients-fournisseurs du niveau business impliquent une reconsidération des relations clients-fournisseurs du niveau maintenance. La e-maintenance résulte d une utilisation des NTIC (mais quel est alors le sens en terme de besoin) pour répondre à une architecture plus coopérative-distribuée oui mais c est quand même l emergence des NTIC qui a permis de reconsidérer les façons de pensée en entreprise (modification des relations, des services, pas directement des composants). L introduction au sous-chapitre suivant est faite, sur la base du cadre, en reprenant l élément clé : La e-maintenance est une fonction majeure de la e- entreprise (pour répondre aux évolutions), donc la nécessité de positionner clairement cette fonction dans ce contexte d entreprise. 3 Un service est l'élément de découpage d'une application (de e-maintenance) qui est mis à la disposition de l'utilisateur final de cette application dans le cadre de son travail 4 Proposition de Baldwin: What represents the e in e-maintenance? E-Maintenance = Excellent Maintenance = Efficient Maintenance + Effective Maintenance + Entreprise Maintenance 5 Voir le papier de Shimon Y. Nof dans PP&C de 2003 vol. 14, n 8, Design of effective e-work : review of models, tools and emerging challenges

3 2- Le contexte de la fonction e-maintenance en Entreprise Ce sous chapitre doit clairement positionner l intégration 6 de la e-maintenance en entreprise pour répondre aux besoins émergents du e-manufacturing vs. e- business. Comme dans une approche système, il nous faut définir la e- maintenance vis-à-vis de son environnement immédiat (autres processus de l entreprise, contraintes majeures ) avant d en détailler le contenu dans les autres sous chapitres. La finalité de la e-maintenance est dictée par son environnement : quels sont les services attendus de la e-maintenance vis-àvis de la finalité de son environnement? Au sens de MEGA cela correspond au minimum à définir un diagramme d environnement. Quelques items à développer dans ce sous-chapitre - Avec quels acteurs de l environnement la E-maintenance interagit (acteurs récepteurs ou émetteurs de flux)? - Avec quels processus clés de l environnement- de ces acteurs (e-business, e-manufacturing) la E-maintenance interagit? o Intégration verticale (entre niveaux de type ERP, MES ) de la e- maintenance avec certains processus clés de l environnement de niveau hiérarchiques différents o Intégration horizontale de la e-maintenance avec des processus clés de même niveau. - Quels sont les flux échangés (informations, connaissance, matière, ressources ) en émission et réception? Quels sont les éléments déclencheurs de la e-maintenance (flux, temporisateur ) - Standardisation sur l intégration verticale et horizontale de la e- maintenance (i.e. IEC/ISO 62264) Le contexte de la e-maintenance en entreprise étant ainsi positionné, le prochain sous chapitre est introduit comme un chapitre de définition du quoi de la e- maintenance : Nécessité de décomposer cette fonction pour faire apparaître les processus métiers clés de la e-maintenance dont certains consomment ou produisent les flux échangés avec l environnement. ISA-95 Part 3 & 4 ERP Vertical Integration ISA-95 Part 1 & 2 Horizontal Integration MES CMMS MES Smart Sensors CMOpS CMS PDA, PLCs, E-maintenance et son environnement E-maintenance et son intégration 6 L intégration consiste à assembler les différentes parties d un système et à assurer leur compatibilité ainsi que le bon fonctionnement du système complet. Faire tomber les barrières fonctionnelles et organisationnelles au sein des entreprises afin que l ensemble soit vu comme un tout cohérent. L intégration n est pas un but en soi. C est un moyen d assurer la cohérence de l entreprise. L interopérabilité des systèmes n est aussi qu un moyen parmi d autres pour faciliter l intégration [HDR Hervé Panetto]

4 3- Les processus métiers de la e-maintenance Ce sous chapitre a pour objet de définir les processus métiers (compétence ou regroupement de compétence) de la e-maintenance (processus interne) en sachant que chaque processus est une chaîne de valeur fournissant un des services attendus (i.e. mettre en œuvre l action anticipative de maintenance la plus adaptée à la situation) à un acteur interne ou externe à la e-maintenance. Cette chaîne est décrite par une séquence d activités de transformation (contribution d un métier à la chaîne de valeur d un processus ; diagramme fonctionnel de processus) et est en interaction avec des acteurs métiers. A ce stade, les processus et leurs activités de décomposition ne préjugent d aucune organisation voire d infrastructure. Le schéma des processus est équivalent à un BPM (Business Process Management) (i.e. détection puis diagnostic puis pronostic puis aide à la décision puis planification puis ) par service attendu. Un processus peut apparaître dans plusieurs BPM. La résultante des BPM matérialise une vue conceptuelle de la e-maintenance: le quoi de la e-maintenance (cartographie des processus de la e-maintenance). Le chaînage des processus (et des activités) repose sur une sémantique métier qui requiert nécessairement une interopérabilité sémantique 7 [Lien avec la S- maintenance] ou une ontologie en e-maintenance. Les activités peuvent opérer sur des données, des informations et/ou des connaissances. Les activités font appel à des techniques classiques ou plus évoluées (i.e. réseaux de neurones) pour supporter ces opérations. Ce sous chapitre étant une vue conceptuelle des processus métiers, le sous-chapitre suivant, pour se rapprocher des applications réelles, va s attacher à définir les organisations potentielles en e-maintenance dont chacune résulte d une projection particulière de ces processus sur des acteurs réels localisés sur différents sites. 4- e-maintenance et organisation Ce sous chapitre a pour objectif de définir quelles sont les organisations les plus adaptées pour mettre en œuvre la e-maintenance. Les éléments du sous-chapitre 3 sont ainsi à projeter sur une ou plusieurs organisations de e-maintenance. Une organisation consiste à définir les acteurs concrets 8 de la e-maintenance et leur site de localisation (élément de l organisation tel que un service, un département, une personne ), à définir les enchaînements de procédures permettant de mettre en œuvre un processus dans l organisation (i.e. procédures enchaînées sur plusieurs sites géographiquement différents), et à placer chaque procédure sous la responsabilité d un acteur (séquence d opérations à réaliser par chaque acteur : un logigramme). 7 L EIF (European Interoperability Framework) propose de structurer l interopérabilité en 3 niveaux: interopérabilité de niveau sémantique (conceptuel), interopérabilité de niveau organisationnel et interopérabilité de niveau technologique. 8 Un acteur représente une personne ou un groupe de personnes qui interviennent dans les processus ou dans le système d'information de l'entreprise. Un acteur peut être interne ou externe à l'entreprise : - Un acteur interne représente un élément de l'organisation d'une entreprise tel qu'une direction, un service ou un poste de travail. Il est défini à un niveau plus ou moins fin en fonction de la précision à fournir sur l'organisation. Ex : la direction financière, la direction commerciale, le service marketing, l'agent commercial. - Un acteur externe représente un organisme qui échange des flux avec l'entreprise. Ex : Client, Fournisseur, Administration

5 Le site est interne ou externe à l entreprise et peut préjuger d une sous-traitance de compétences. La représentation de l exécution organisationnelle de ce processus peut se faire sous la forme de workflow «organisationnel» qui se matérialise entre autres par : le début et la fin du workflow, les opérations à accomplir durant le traitement, les éléments algorithmiques d enchaînement des opérations, les acteurs interagissant avec les opérations, les flux d information échangés avec les acteurs. Seule l allocation des ressources aux opérations n est pas réalisable à ce stade organisationnel et fait plutôt l objet du sous-chapitre 5 (de ce chapitre) pour développer des workflow techniques. Les types d organisation peuvent se décliner par rapport à la métrique EICM "Enterprise Integration Capability Model" de (Hollocks et al., 1997) afin de proposer une métrique en 5 niveaux de caractérisation de l organisation (évolution à partir du niveau 2, d'une forme de hiérarchie classique basée sur la coordination vers une forme, pour le niveau 5, d organisation "très à plat" (hétérarchie, "flat structure") basée sur une auto-organisation satisfaisant aux critères d'adaptabilité et d'agilité ; une organisation en réseau). Niveau 5: Adaptable Les processus sont capables de s'auto organiser et de s'adapter à des variations inconnues de leur environnement Niveau 4: Interopérable Les processus peuvent coopérer en utilisant les services d'autres îlots pour atteindre leurs objectifs Niveau 3: Visible Les processus sont capables de s'informer mutuellement en produisant des données compréhensibles pour leur environnement Niveau 2: Rigide Les processus sont coordonnés par des liens rigides Niveau 1: Processus Les processus sont cloisonnés et opèrent de façon indépendante Fragmentés Tableau 1: Métrique "Enterprise Integration Capability Model" (Hollocks et al,1997) Le type d organisation induit nécessairement de nouvelles activités (et opérations associées) liées (a) à une répartition des opérations sur des acteurs potentiellement localisés sur des sites différents et (b) à la nécessité de faire fonctionner le processus comme un tout. Ces nouvelles activités sont de la communication, de la collaboration, de la négotiation Par rapport aux services attendus en e-maintenance (voir 1) consécutif à une nouvelle façon d envisager la maintenance compte tenu des évolutions e- business vs e-manufacturing, l organisation la plus adaptée pour la e- maintenance se situe plutôt au niveau 4 voire 5 qu aux niveaux classiques Le niveau 4 est assimilable à une organisation distribuée coopérative [Lien avec le chapitre 2 et celui sur l organisation]. L organisation étant définie, le sous chapitre suivant a pour objet d identifier les composants génériques techniques qui peuvent être assemblés et utilisés pour supporter physiquement les opérations. 5- Architecture de service et de données de la e-maintenance Ce sous chapitre a pour objectif de définir quels sont les composants génériques capables de supporter physiquement les différentes opérations affectées aux acteurs du niveau organisationnel. La notion de généricité permet de définir des classes de

6 composants qui supportent un même type d opération. Le choix d un composant pour constituer une infrastructure type fait l objet du sous chapitre 6 de ce même chapitre. Ces composants sont des RESSOURCES matérielles, logicielles, informatiques qui supportent principalement la communication (réseau filaire, réseau sans fil, routeur, Internet ), le traitement (technologie Agent, technologie Web, PLC, capteurs intelligents ) et le stockage (Bd, serveur ) des données/informations/connaissances rattachées à chaque opération. A ces composants peut s ajouter des composants de présentation ou de visualisation des données/informations/connaissances (i.e. interface spécifiques), des composants pour rechercher des D/I/C Les opérations sont directement affectées à la finalité du processus métier (composant générique du métier) ou à son organisation (composant générique d une organisation). Les composants génériques étant définis, le sous-chapitre suivant a pour objet de définir des architectures techniques détaillées de e-maintenance qui sont basées sur un assemblage de composants spécifiques résultant d un dimensionnement des composants génériques à l application de e-maintenance à supporter. 6- Infrastructure de e-maintenance Ce sous chapitre a pour objectif de présenter des architectures techniques détaillées (diagramme d Infrastructure Technique) de e-maintenance qui sont constitués d un ensemble de composants matériels, logiciels, informatiques supportant chacune des opérations nécessaires au bon développement des procédures donc des processus métiers. Ces composants particuliers résultent d un dimensionnement, d une paramétrisation adéquats des composants génériques au cas de l application de e- maintenance à traiter (processus métiers spécifiques à supporter). L infrastructure technique est donc définie par l ensemble des ressources nécessaires à l exécution de toutes les opérations identifiées au niveau organisationnel. Cette infrastructure comprend donc par exemple des réseaux, des serveurs, des postes de travail avec les applications informatiques qui s y rattachent, des bases de données, des acteurs externes qui s y connectent Une infrastructure se caractérise aussi par ses principes de fonctionnement (infrastructure sans fil, à haute tolérance de panne, sécurisée ) et la mise en oeuvre d une interopérabilité technologique qui consiste à déployer les bonnes NTIC concernant les normes pour présenter, stocker, échanger, traiter et communiquer des D/I/C au moyen de matériels informatiques. Des exemples d infrastructure techniques en e-maintenance sont les plates formes existantes comme ICAS, WSDF, TELMA 7- Normes et standards en e-maintenance Ce sous chapitre a pour objectif de présenter et détailler les normes et les standards les plus importants en lien avec la e-maintenance. Ces normes et ces standards concrétisent la majeure partie des problèmes à résoudre relatifs aux interopérabilité sémantique, organisationnelle et technologique. Les principaux standards relatifs à la e-maintenance sont :

7 - IEEE x, EN457:1992 ISO IEC (Enterprise Control system Integration) based on ANSI/ISA S95. - ISO (Industrial automation application integration framework). - MIMOSA 9 (Machinery Information Management Open System Alliance) IEEE MIMOSA CRIS. IEEE 1451, ISO ISO 13374: Condition monitoring and diagnostics of machines. - EN :1997/IEC (Safety of machinery). Certains de ces standards sont directement rattachés aussi à l émergence du CBM (Condition Based Maintenance). D autres initiatives industrielles comme celle de SEMATECH (http://www.sematech.org) sur les technologies de représentation de données et de communication sont aussi à positionner dans ce sous-chapitre. A ces standards orientés maintenance, des standards orientés plutôt technologie informatique sont à citer comme le FIPA, XML Infrastructure technique WSDF (Web-Services-based e-diagnostics framework) 9

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises

Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Aide à la conception de Système d Information Collaboratif, support de l interopérabilité des entreprises Jihed Touzi, Frédérick Bénaben, Hervé Pingaud Thèse soutenue au Centre de Génie Industriel - 9

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations OpenPaaS Le réseau social d entreprise Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations Propriétés du Document Source du Document Titre du Document FSN OpenPaaS

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

des systèmes d'information

des systèmes d'information Responsable du pilotage de systèmes d information E1A21 Pilotage, administration et gestion des systèmes d information - IR Le responsable du pilotage de système d'information définit et fait évoluer un

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Intégration d'applications d'entreprise (INTA)

Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Master 2 SITW - Recherche Intégration d'applications d'entreprise (INTA) Dr. Djamel Benmerzoug Email : djamel.benmerzoug@univ-constantine2.dz Maitre de Conférences A Département TLSI Faculté des NTIC Université

Plus en détail

Modélisation des processus métiers et standardisation

Modélisation des processus métiers et standardisation Modélisation des processus métiers et standardisation Octobre 2004 Table des matières Introduction... 3 Processus métier : un même mot, plusieurs domaines d application... 4 Les critères pour un standard

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen B, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN 1. DÉVELOPPEMENT D'APPLICATION (CONCEPTEUR ANALYSTE) 1.1 ARCHITECTURE MATÉRIELLE DU SYSTÈME INFORMATIQUE 1.1.1 Architecture d'un ordinateur Processeur,

Plus en détail

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages?

Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Ingénierie d entreprise et de système d information dirigée par les modèles : quels usages? Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain Millet To cite this version: Hervé Panetto, Xavier Boucher, Pierre-Alain

Plus en détail

Concepts et langages du cadre RM-ODP de l'iso pour analyser et articuler les pratiques de projets libres de système de formation

Concepts et langages du cadre RM-ODP de l'iso pour analyser et articuler les pratiques de projets libres de système de formation Concepts et langages du cadre RM-ODP de l'iso pour analyser et articuler les pratiques de projets libres de système de formation Système de formation fédérant trois projets du logiciel libre (Moodle, OpenGLM

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001 Atelier Euro-Med sur les Stratégies de simplification administrative pour les entreprises: De meilleurs services publics pour des entreprises compétitives Bruxelles 30 novembre 1 er décembre 2011 Que dit

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Merise. Introduction

Merise. Introduction Merise Introduction MERISE:= Méthode d Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d Entreprise Méthode d Analyse et de Conception : Analyse: Etude du problème Etudier le système existant Comprendre

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Pr. Imade BENELALLAM Imade.benelallam@ieee.org I. Description 1. Un S.I., pour quoi faire? 2. Définition 3. Applications traditionnelles 4. Intégration 5. Systèmes spécialisés Améliorer en permanence la

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 2: la modélisation des processus opérationnels INTRODUCTION

Plus en détail

Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI

Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI 2015 / 2016 - Semestre 1&2 DSCG - UE5 Management des Systèmes d information (SI) S1 - Gouvernance des SI Module 5 - Gestion des Processus Métiers (BPM) Yves MEISTERMANN DSCG UE 5 - Bulletin officiel DSCG

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Modélisation pour l étude de l interopérabilité d entreprise en conception de produits

Modélisation pour l étude de l interopérabilité d entreprise en conception de produits Modélisation pour l étude de l interopérabilité d entreprise en conception de produits GUILLAUME VICIEN 1,2, CHRISTOPHE MERLO 1,2 1 ESTIA Technopole Izarbel, 64210 Bidart, France g.vicien@estia.fr c.merlo@estia.fr

Plus en détail

Organiser la commande topographique

Organiser la commande topographique Organiser la commande topographique Henri Pornon et Pierre Reboud Rencontres Décryptagéo, 8 avril 2014 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85

Plus en détail

Normes et Principes des Réseaux

Normes et Principes des Réseaux Normes et Principes des Réseaux DI / Polytech Tours J.Y. RAMEL 2005-2006 Bibliographie 2 LIVRES : Les réseaux. Guy Pujolle. Eyrolles. 1997. Réseaux Locaux: Normes & Protocoles. Pierre Rolin. Hermès. 1993.

Plus en détail

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage intègre la gestion commerciale de Sage (ligne 30 et 100) et s appuie sur les données commerciales (ventes et achats) pour organiser la gestion de production.

Plus en détail

Gestion des risques dans la santé

Gestion des risques dans la santé HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Gestion des risques dans la santé Illustration avec le DMP1 CNSSIS,

Plus en détail

Projet de recherche doctoral

Projet de recherche doctoral Projet de recherche doctoral Formalisation des règles métier et organisation des indicateurs de performance pour le développement de la méthode publique d Architecture d Entreprise Praxeme. 1 Contexte

Plus en détail

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré

Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Présentation du Progiciel de Gestion Intégré Formation STMG 2012 Introduction Définition d un PGI Place du PGI en STMG Exemple de PGI : Premier contact avec une courte démonstration basée sur EBP Openline

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P EUROCOPTER SAS Groupe EADS Marignane Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P Titre Domaine

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Wonderware ArchestrA Workflow

Wonderware ArchestrA Workflow ArchestrA Workflow www.wonderware.fr Introduction ArchestrA Workflow est une solution de BPM (Business Process Management) transverse et temps-réel de gestion des processus industriels. Décuplant la collaboration

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Gestion de Projet Informatique http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Mars 2005 Sommaire Gestion de projet informatique Cycle de vie du logiciel Modèles de Méthodes

Plus en détail

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises

Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises Les tendances de la dématérialisation et les besoins des Entreprises N. Naffah, Directeur Général Prologue De plus en plus, nous constatons l étendue de l usage du numérique dans la vie quotidienne du

Plus en détail

Séminaire Business Process Management. Lausanne le 9 mai 2007

Séminaire Business Process Management. Lausanne le 9 mai 2007 Séminaire Business Process Management Lausanne le 9 mai 2007 Agenda Introduction au BPM Une solution modulaire et innovante pour la gestion des processus et des workflow Une application MES (Manufacturing

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

MEGA Process. Guide d utilisation

MEGA Process. Guide d utilisation MEGA Process Guide d utilisation MEGA 2009 SP4 1ère édition (juin 2010) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis et ne sauraient en aucune manière

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine MODELE THEORIQUE Ce qui décide D Du modèle OID au modèle AIK : De l information à la connaissance Ce qui informe I Production

Plus en détail

Le cinquième chapitre

Le cinquième chapitre Le cinquième chapitre Objectif : présenter les supports matériels ou immatériels permettant d'étayer cette nouvelle approche de la fonction maintenance. I. Evolution du domaine technique - Différents domaines

Plus en détail

Master Informatique Aix-Marseille Université

Master Informatique Aix-Marseille Université Aix-Marseille Université http://masterinfo.univ-mrs.fr/ Département Informatique et Interactions UFR Sciences Laboratoire d Informatique Fondamentale Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes

Plus en détail

ARIS : Des Processus de gestion au Système Intégré d Applications

ARIS : Des Processus de gestion au Système Intégré d Applications ARIS : Des Processus de gestion au Système Intégré d Applications Présentation de IDS Scheer IDS Scheer propose des solutions dédiées au management de l'entreprise par les processus. Avec la solution ARIS,

Plus en détail

TOGAF & MODELIO La phase préliminaire

TOGAF & MODELIO La phase préliminaire Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 06 Urbanisation et Architecture d Entreprise en pratique : TOGAF et MODELIO 1 2 3 4 5

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

Préface à l édition française

Préface à l édition française Table des matières Préface à l édition française III Chapitre 1 La compétitivité des opérations 1 1. Qu est-ce qu un processus? 3 1.1. Les processus imbriqués 4 2. Qu est-ce que le management des opérations?

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d'information

Urbanisation des Systèmes d'information Urbanisation des Systèmes d'information Les Audits de Systèmes d Information et leurs méthodes 1 Gouvernance de Système d Information Trois standards de référence pour trois processus du Système d Information

Plus en détail

Veritas CommandCentral Storage

Veritas CommandCentral Storage Veritas CommandCentral Storage Visibilité et contrôle centralisés dans les environnements de stockage hétérogènes est une solution logicielle complète qui intègre de façon transparente des fonctionnalités

Plus en détail

LE MASTER SYSTEMES D INFORMATION

LE MASTER SYSTEMES D INFORMATION Le Master Systèmes LE MASTER SYSTEMES D INFORMATION 33 Le Master Système d Information LE MASTER SYSTEME D INFORMATION Organisation générale L objectif général du diplôme est de préparer les étudiants

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA)

Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) White Paper Workflow et Service Oriented Architecture (SOA) Présentation Cet article offre une approche pragmatique de la SOA et du workflow à travers des problématiques d'entreprises, une méthodologie

Plus en détail

MEGA Application Portfolio Management. Guide d utilisation

MEGA Application Portfolio Management. Guide d utilisation MEGA Application Portfolio Management Guide d utilisation MEGA 2009 SP5 R7 2ème édition (novembre 2012) Les informations contenues dans ce document pourront faire l objet de modifications sans préavis

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Mettre en œuvre les processus

Mettre en œuvre les processus Plan du chapitre 1 Introduction Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 03 Définition et modélisation de l entreprise 2 Les motivations et la stratégie

Plus en détail

Business Process Design Max Pauron

Business Process Design Max Pauron Business Process Design Max Pauron 2005 Max Pauron - Reproduction and communication, even partial, are strictly prohibited without written permission. Unauthorized photocopying is a crime. Contexte Les

Plus en détail

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit

REQUEA. v 1.0.0 PD 20 mars 2008. Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit v 1.0.0 PD 20 mars 2008 Mouvements d arrivée / départ de personnels Description produit Fonctionnalités L application Gestion des mouvements d arrivée / départ de Requea permet la gestion collaborative

Plus en détail

Résultats des projets CARROLL. Bilan et perspectives. Ingénierie logicielle orientée modèle MDD

Résultats des projets CARROLL. Bilan et perspectives. Ingénierie logicielle orientée modèle MDD Résultats des projets CARROLL Bilan et perspectives Ingénierie logicielle orientée modèle MDD Serge Salicki, THALES Workshop CARROLL 23 septembre 2005 THALES et le MDE Le MDE est dans la strategie de THALES

Plus en détail

Un spécialiste s engage à vos côtés

Un spécialiste s engage à vos côtés Un spécialiste s engage à vos côtés Smart Technology Services Société de service et de conseil spécialisée dans la technologie de l information Accompagnement complet dans chacun de ses pôles d activité:

Plus en détail

ROK SOLUTION. Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ

ROK SOLUTION. Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ ROK SOLUTION Intelligence Collaborative DIRECTION QUALITÉ SOMMAIRE o Qui sommes-nous o Présentation de la plateforme o La valeur ajoutée de ROK o Cas Pratiques o L innovation au service du collaboratif

Plus en détail

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client

Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Processus «Gérer les réclamations clients» De la réclamation au suivi de la satisfaction client Historique Version Date Nature des modifications Auteur 1.0 12/10/2011 www.allaboutbpm.com / Bonitasoft Crédit

Plus en détail

Le génie Logiciel (suite)

Le génie Logiciel (suite) Le génie Logiciel (suite) Lors du cours précédent, on a étudié différents cycles de vie, dont la cascade, ou la spirale. Analyse des besoins L analyse des besoins est une étape menant à l élaboration de

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Management. des processus

Management. des processus Management des processus 1 Sommaire Introduction I Cartographie * ISO 9001 : 2000 * Cartographie - définition * Processus - définition * Identification des processus II Processus * Définitions * Objectifs

Plus en détail