Rôle de la diététicienne en oncogériatrie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rôle de la diététicienne en oncogériatrie"

Transcription

1 19 septembre 2015 St-Martin aux Chartrains Rôle de la diététicienne en oncogériatrie LECLER Aline Diététicienne

2 Sommaire Objectifs de la consultation diététique La dénutrition Cas cliniques

3 Objectifs de la consultation diététique au cours de l évaluation oncogériatrique Évaluer l état nutritionnel du patient Donner des conseils adaptés au patient pour améliorer ou maintenir son statut nutritionnel en vue des traitements

4 L évaluation de l état nutritionnel => le dépistage de la dénutrition Prévalence de la dénutrition chez la personne âgée (HAS 2007 PNNS 3) 4 à 10 % chez les personnes âgées vivant à domicile 15 à 38 % chez les personnes âgées vivant en institution 30 à 70 % (50 % en moyenne) chez les personnes âgées malades hospitalisées. La prévalence de la dénutrition augmente avec l âge.

5 Etat des lieux ETAT NUTRITIONNEL DES PATIENTS vus en ONCOGERIATRIE ( 254 patients ) Risque de dénutrition; 23,2% Etat nutritionnel satisfaisant; 40,9% Dénutrition modérée; 19,3% Dénutrition sévère; 16,5% 59.1 % de patients dénutris ou à risque de dénutrition

6 Dénutrition : les causes - modifications physiologiques liées au vieillissement, - carences d apports, - augmentation des besoins énergétiques, - dépendance, - dépression, - troubles cognitifs entre autres.

7 Dénutrition : les conséquences Augmente la morbidité et la mortalité. Modifie la réponse et la tolérance aux traitements. Entraîne un déficit immunitaire et donc une moins bonne résistance aux infections et un risque plus élevé de maladies nosocomiales Augmente le risque d escarres, la dépendance Et donc : Diminue la qualité de vie. Augmente la durée et les coûts d hospitalisation.! FRAGILITÉ

8 Il existe donc de nombreuses recommandations pour dépister et prendre en charge la dénutrition Les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) n 1 ( ), n 2 ( ) et n 3 ( ) Les Plans Cancer 1 ( ), 2 ( ) et 3 ( ) Les SOR «Standards Options Recommandations» de la Fédération Nationale des Centres de Lutte Contre le Cancer (FNCLCC) La Direction Générale de l offre des soins (DGOS)

9 Comment dépister une dénutrition chez la personne âgée? Le dépistage de la dénutrition repose sur : la recherche de situations à risque de dénutrition ; l estimation de l appétit et/ou des apports alimentaires ; la mesure du poids ; l évaluation de la perte de poids par rapport au poids antérieur ; le calcul de l indice de masse corporelle (IMC < 21); le questionnaire MNA (Mini Nutritional Assessment) le taux d albumine et le calcul du GNRI

10 La prise en compte attentive de tous ces paramètres va permettre de prévenir, de dépister et/ou de corriger la dénutrition.

11 Cas clinique - 1 Mme H, 72 ans, cancer du sein 1,55 m, 61 kg (poids de forme, stable) Alimentation de texture normale, 3 repas / jour Bon appétit, ingesta à 2000 kcal, 70 g de protéines (Baisse d appétit à l annonce du diagnostic, reprise depuis) Hydratation 1,5 litre / jour Absence de troubles digestifs Albumine à 44 g/l MNA 26 Dégoût alimentaire pour la viande

12 Mme H, cancer du sein IMC 25,4 Ingesta 33 kcal/kg/jour EPA 8/10 Hydratation correcte Albumine correcte GNRI à 113,5 MNA 26 Dégoût pour la viande Bon état nutritionnel

13 «Je n aime pas la viande» La viande est riche en protéines d excellente qualité (indispensables pour protéger la masse musculaire). Le poisson et les œufs sont équivalents. 2 portions de VPO* par jour sont recommandées 100 g de viande, c est autant de protéines que : 100 g de poulet, de jambon 100 g de poisson 2 œufs ½ litre de lait ou 70 g d emmental VPO* : viandes, poissons, œufs

14 Cas clinique -1 Bon état nutritionnel Conseils diététiques donnés : Conseils spécifiques / équilibre alimentaire Surveillance de l évolution du poids En cas de perte de poids mettre en place une collation, enrichir, alerter l équipe médicale En cas de prise de poids rééquilibrer l alimentation, demander une consultation diététique

15 Cas clinique - 2 Mr T, 77 ans, cancer digestif 1,64 m, 56 kg (poids de forme à 73 kg) poids en baisse depuis 6 mois Alimentation de texture normale, 3 petits repas / jour Baisse d appétit, mange moins Ingesta à 1200 kcal, 45 g de protéines Hydratation <1 litre / jour Transit régularisé avec traitement médicamenteux Albumine à 29 g/l MNA 16

16 Mr T, cancer digestif IMC actuel 20.8 < 21 Perte de 7 kg soit 11% en 1 mois Perte de 17 kg soit 23 % en 6 mois Anorexie modérée (21 kcal/kg/jour) (besoins estimés à 2000 kcal, 70 g protéines) EPA 6/10 Hydratation insuffisante Albumine basse GNRI à 81.8 MNA 16 Dénutrition sévère

17 Objectifs/ prise en charge diététique de la dénutrition Améliorer l état nutritionnel L urgence = stopper la perte de poids Augmenter les apports énergétiques et protéiques Donner des conseils adaptés aux habitudes du patient Respecter les goûts et dégoûts

18 En cas de petit appétit (ou d anorexie) il est possible d enrichir l alimentation : en protéines ajout de fromage, râpé ou à tartiner, dans le potage ajout de petits morceaux de jambon, de fromage ou de poisson dans les salades ajout de fromage râpé ou à tartiner, de lait en poudre, d'œufs, de jambon, de béchamel dans la purée, les pâtes, le riz, etc. en calories Beurre, crème fraîche, sauces, huile, mayonnaise Choix d aliments caloriques : charcuteries, pâtisseries, crèmes glacées

19 On peut proposer : De tester des compléments nutritionnels oraux + conseils spécifiques

20 Plusieurs mesures sont recommandées pour augmenter les apports alimentaires : Fractionner les prises alimentaires dans la journée (collations dans la matinée, l AM, en soirée) ; Privilégier des produits riches en énergie et/ou en protéines, proposer des CNO Adapter les menus aux goûts de la personne et adapter la texture des aliments à ses capacités de mastication et de déglutition ; Organiser une aide technique et/ou humaine au repas en fonction du handicap de la personne ( service social, entourage familial)

21 Rôles de la diététicienne Compte-rendu informatisé Lien avec structures extérieures : EHPAD, SSR Transmissions de données : IDE, assistant social, gériatre Proposition de soins de support (psychologue, relaxologue )

22 Pour conclure, 59.1% des patients évalués en oncogériatrie au CFB en 2014 étaient dénutris ou à risque de dénutrition Au cours de l année suivant l évaluation d oncogériatrie : 22% de ces patients ont maintenu leur poids et 52% ont été pris en charge par l Equipe Mobile d Assistance Nutritionnelle Dépister et prendre en charge la dénutrition fait partie intégrante des soins.

23 Comment dépister la dénutrition? Les critères d évaluation (1 seul critère suffit)

24 Les critères d évaluation L Indice de Masse Corporelle (IMC) I.M.C. = Poids (kg) Taille² (m²) pour les + de 70 ans : IMC < 21 : dénutrition modérée IMC < 18 : dénutrition sévère Attention! l IMC n est pas un critère fiable pour les personnes en surpoids.

25 Les critères d évaluation % et vitesse d amaigrissement % amaigrissement /poids habituel Perte de poids = X 100 Poids habituel Amaigrissement 5% en 1 mois ou 10% en 6 mois = dénutrition modérée Amaigrissement 10% en 1 mois ou 15% en 6 mois = dénutrition sévère

26 Les critères d évaluation Paramètres biologiques L albuminémie Après 70 ans : inférieure à 35 g/l : dénutrition modérée inférieure à 30 g/l : dénutrition sévère L albuminémie doit être interprétée avec prudence (elle peut être basse sans pour autant être liée à un état de dénutrition) Facteurs influençant l'albuminémie : syndrome inflammatoire insuffisance hépatique fuite glomérulaire ou digestive inflation hydrique (œdèmes, ascite..)

27 Les critères d évaluation Le GNRI (Geriatric Nutritional Risk Index) Pour les patients à partir de 70 ans GNRI = [1.489 x albuminémie (g/l) ] x (poids actuel / poids idéal) 82 < GNRI < 92 = dénutrition modérée GNRI < 82 = dénutrition sévère Calcul du poids idéal (formule de Lorentz) : Poids idéal ( ) = taille (cm) 100 ((taille (cm) 150 / 2,5) Poids idéal ( ) = taille (cm) 100 ((taille (cm) 150 / 4)

28 Résultat Les critères d évaluation Le MNA (mini nutritional assessment) 6 questions de dépistage Si 12 points : 12 questions supplémentaires 17 à 23,5 pts : risque de malnutrition < 17 points : mauvais état nutritionnel

29 Les critères d évaluation L EPA, l évaluation de la prise alimentaire «Je ne mange rien» «Je mange comme d habitude» L EPA permet d identifier un risque de dénutrition si le score est < 7.

30 Autres éléments à prendre en compte pour dépister la dénutrition RECHERCHE DE SITUATIONS à RISQUE : Le patient a-t-il moins d appétit que d habitude? A-t-il des difficultés pour s alimenter? Suit-il un régime? Vit-il seul? A-t-il beaucoup de médicaments?

31 Besoins recommandés en cancérologie (recommandations décembre 2012) Besoins Péri-opératoire Oncologie médicale Énergie 25 à 30 kcal/kg/j 30 à 35 Kcal/kg/j Protéines 1.2 à 1.5 g/kg/j Eau ml/kg/j

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan Spécificités liées à la gériatrie Initiation de la PEC diététique Bilan diététique Plan de soin diététique Intérêt de la PEC diététique Cas

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon La dénutrition au cours du cancer L incidence de la dénutrition oscille entre

Plus en détail

Enrichissement de l alimentation

Enrichissement de l alimentation Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? Enrichissement de l alimentation Vannes 19 octobre 2010 Maryline LE GARREC Françoise LE GOURRIEREC Diététiciennes Arbre décisionnel Risque

Plus en détail

juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON

juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON Comment Aider le Patient à Cicatriser? Comme les personnes âgées malades; Les SEP; Les SLA; JUIN 2015 2 La prise en charge de la dénutrition dans le but de

Plus en détail

LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE

LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE Asuncion Ballarin - Coordinatrice Alimentation Artificielle Hôpital Erasme Colette Gillet - Référente de liaison en nutrition clinique A.S.B.L. Hôpitaux

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

RESEAU GERONTOLOGIQUE PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME

RESEAU GERONTOLOGIQUE PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME RESEAU GERONTOLOGIQUE BAIE DE SOMME - PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME Equipe coordinatrice actuelle 1 Animatrice coordinatrice TP IDE ( Mme Bianchi Catherine ) 1 Secrétaire TP, salariée du réseau

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic

L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic L albuminémie en pratique clinique: diagnostic et pronostic Prof. Ronan THIBAULT, MD, PhD Unité de Nutrition, Service d Endocrinologie, Diabétologie et Nutrition, Pôle Abdomen et Métabolisme, CHU Rennes,

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique)

Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique) Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique) Dr P.GUILLET Oncologue médical,castelluccio, Ajaccio Pourquoi, comment la dénutrition?

Plus en détail

Les conséquences de la dénutrition. - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales

Les conséquences de la dénutrition. - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales Les conséquences de la dénutrition - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales poids = 28 kg ; taille = 1,45 m ; P/T 2 = 13,3 kg/m 2 ; Les conséquences de la dénutrition

Plus en détail

Nutrition et Cancer. Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013

Nutrition et Cancer. Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013 Nutrition et Cancer Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013 DÉNUTRITION ET CANCER Connaître Prévenir Diagnostiquer Traiter Amélioration la qualité de vie Amélioration de la survie

Plus en détail

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Rappels physiologiques...

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie.

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. V.Garabige Unité de diététique. Plan I- Evaluation nutritionnelle du sujet âgé en oncologie : moyens et résultats. II - Particularités métaboliques

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Une volonté affichée des pouvoirs publics Prévalence de la dénutrition en cancérologie

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie Lancrenon Marie-Noelle Lombarte Diététiciennes CHU de Besançon Une volonté affichée

Plus en détail

Escarres. Livret Prévention

Escarres. Livret Prévention Escarres Livret Prévention Sommaire Définition................................ 3 Nutrition, hydratation : Conseils.............. 4 Prévention............................... 5 Nutrition.................................

Plus en détail

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique

Dépister la DÉNUTRITION. des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC. Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique Dépister la DÉNUTRITION des patients Insuffisants Rénaux Chroniques PARCOURS IRC Quantité et qualité de vie dans l Insuffisance Rénale Chronique en dehors de l enquête alimentaire et du dépistage des erreurs,

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Partie 3 : Nutrition et AVC Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Plan La dénutrition : définition, dépistage et complications Causes de la dénutrition chez le patient post AVC Déficit Moteur : troubles

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

La nutrition entérale en soins intensifs: une nécessité SIZ-NURSING 18/04/2013

La nutrition entérale en soins intensifs: une nécessité SIZ-NURSING 18/04/2013 La nutrition entérale en soins intensifs: une nécessité SIZ-NURSING 18/04/2013 Pourquoi? Pour lutter contre un problème de santé publique: La dénutrition en milieu hospitalier Revue de la littérature:

Plus en détail

DE L IMPORTANCE DE LA NUTRITION

DE L IMPORTANCE DE LA NUTRITION DE L IMPORTANCE DE LA NUTRITION Dr Stéphane GERARD Gériatre Equipe Mobile d Oncogériatrie Pr Vellas CHU de Toulouse IUC Le 18/09/2014 Conditions socio-environnementales Evaluation le 14/02/2013 par EMOG

Plus en détail

Stratégie de prise en charge nutritionnelle de la personne âgée en gériatrie Implémentation des recommandations

Stratégie de prise en charge nutritionnelle de la personne âgée en gériatrie Implémentation des recommandations Journées d information d Programme de soins pour le patient gériatriqueg Bruxelles, le 15 octobre 2008 Stratégie de prise en charge nutritionnelle de la personne âgée en gériatrie Implémentation des recommandations

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS?

POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 POURQUOI REPÉRER L EXCÈS DE POIDS?

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ Rédigé par le Docteur AL Couderc (Nice) ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE D après la communication orale de J. Belmin (Ivry-sur-Seine) 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 2 D après la

Plus en détail

SPORT & ALIMENTATION

SPORT & ALIMENTATION SPORT & ALIMENTATION Forum Sport Santé Environnement Petite-Ile Mai 2013 Dr Ombeline BLANC Experun Performance Reproduction interdite sans autorisation www.experun.net Alimentation lors de la préparation

Plus en détail

J ai du cholestérol mais pas de médicament, C est normal Docteur?

J ai du cholestérol mais pas de médicament, C est normal Docteur? J ai du cholestérol mais pas de médicament, C est normal Docteur? Mais dites-moi, Docteur, à partir de quel taux ai-je trop de mauvais cholestérol? Il n y a pas un chiffre donné, cela dépend des particularités

Plus en détail

Nutrition et Personnes Agées

Nutrition et Personnes Agées FMC Haguenau 19 mai 2016 Nutrition et Personnes Agées Alain PRADIGNAC Unité de Nutrition Thérapeutique Médecine Interne et Nutrition Pôle MIRNED Hôpitaux Universitaires de Strasbourg NUTRITION ET PERSONNES

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Recommandations HAS 2007

Recommandations HAS 2007 Recommandations HAS 2007 Docteur Alain RICHARD Médecin coordonnateur «Korian Ville en Vert» BRETEUIL Toutes les personnes âgées Les personnes âgées à risque de dénutrition 1 1 fois/an en ville 1 fois/mois

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

NUTRITION ET ALIMENTATION

NUTRITION ET ALIMENTATION NUTRITION ET ALIMENTATION I- DÉFINITIONS Nutrition : c est l ensemble des processus d absorption et d utilisation des aliments, indispensable à l organisme pour assurer son entretien et ses besoins en

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SUR. La dénutrition À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM

RAPPORT D AUDIT SUR. La dénutrition À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM RAPPORT D AUDIT SUR La dénutrition À L HÔPITAL LOCAL INTERCOMMUNAL DE SOULTZ-ISSENHEIM Date de l audit : 17, 18 et 21 décembre 2009 Audit réalisé par : Mme Thérèse Schneiderlin, cadre de santé M. Jean

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 4 avril 2001 9 mai 2001 PERIKABIVEN 900 kcal, émulsion pour perfusion 1440 ml (885

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION NORMALE EQUILIBREE 5 fruits et légumes par jour minimum Pain, céréales, pomme de terre et légumes secs à chaque repas et selon l appétit 3 produits laitiers par

Plus en détail

Identifier le risque d escarre permet d adapter une stratégie de prévention.

Identifier le risque d escarre permet d adapter une stratégie de prévention. L escarre est une pathologie grave. Les personnes susceptibles de développer une escarre sont très nombreuses. L escarre est évitable! Ce n est pas une fatalité qu il faudrait accepter d avance. Identifier

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

Syndrome métabolique après chimiothérapie

Syndrome métabolique après chimiothérapie Syndrome métabolique après chimiothérapie Bruno Raynard Unité Transversale de Diététique et de Nutrition Département des soins de support Gustave Roussy Cancer Campus Grand Paris bruno.raynard@gustaveroussy.fr

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE. Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE. Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010 Fréquence de la dénutrition à domicile Probablement sous estimée Véritable problème de santé

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Nutrition et maladies hépato-biliaires

Nutrition et maladies hépato-biliaires 14 ème Journée d'automne Lausanne, 8 octobre 2015 Nutrition et maladies hépato-biliaires Montserrat Fraga Service de Gastroentérologie et d'hépatologie Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Université

Plus en détail

JE CONNAIS MA LEçON SI :

JE CONNAIS MA LEçON SI : Prénom : Date : Evaluation - Les aliments Connaissances et capacités évaluées A AR ECA Connaître les 7 groupes alimentaires. Connaître le rôle de chaque groupe dans l organisme. Savoir ce que signifie

Plus en détail

L état nutritionnel de l enfant avec polyhandicap: comment l évaluer et essayer de l améliorer

L état nutritionnel de l enfant avec polyhandicap: comment l évaluer et essayer de l améliorer R4P Réseau Lucioles Troubles de l alimentation et handicap L état nutritionnel de l enfant avec polyhandicap: comment l évaluer et essayer de l améliorer Dr Noël PERETTI Pédiatre MCU PH en nutrition Laboratoire

Plus en détail

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER LE 30 JUIN 2017, CORALIE MAHE-REMEUR DIÉTÉTICIENNE- HÔPITAL SUD RENNES NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER Les besoins nutritionnels des enfants de 0 à 18 ans Les besoins spécifiques

Plus en détail

Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn

Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn Reconnaitre et traiter la dénutrition en ambulatoire Pascal Crenn GH A. Paré-R. Poincaré (APHP) EA 4497 (UVSQ) Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Pascal CRENN

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION?

GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? GUIDE PRATIQUE DÉNUTRITION COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX QUEL NOUVEAU CADRE DE PRESCRIPTION? DÉNUTRITION PLUSIEURS MILLIERS DE PERSONNES CONCERNÉES La dénutrition peut toucher jusqu à 70 % des patients

Plus en détail

www.harmonie-mutuelle.fr L alimentation, l alliée du jeune sportif

www.harmonie-mutuelle.fr L alimentation, l alliée du jeune sportif www.harmonie-mutuelle.fr L alimentation, l alliée du jeune sportif Jeune sportif : l entraînement commence à table! S alimenter ce n est pas juste se nourrir, c est aussi choisir les aliments, les préparer,

Plus en détail

Prévenir... l obésité de l enfant

Prévenir... l obésité de l enfant Prévenir... l obésité de l enfant 1 Surpoids et obésité chez l enfant : la prévention s impose En France, 1 enfant sur 10 présente un excès de poids à l âge de 10 ans (1) La fréquence de l excès de poids

Plus en détail

La triade de la femme sportive Les dangers du sport au féminin

La triade de la femme sportive Les dangers du sport au féminin Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Conférence La triade de la femme sportive Les dangers du sport au féminin Barbara Broers Médecin

Plus en détail

L élaboration des menus

L élaboration des menus L élaboration des menus Afin d atteindre les objectifs de qualité recommandée en restauration collective, des outils pratiques de contrôle des fréquences de présentation des aliments ont été élaborés.

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan v Spécificités liées à la gériatrie v Initiation de la PEC diététique v Bilan diététique v Plan de soin diététique v Intérêt de la PEC diététique

Plus en détail

Oncogériatrie en cancérologie digestive

Oncogériatrie en cancérologie digestive Oncogériatrie en cancérologie digestive FFCD, Nice 2009 Olivier Guérin Pôle de gérontologie CHU de Nice Question de point de vue Qu'est-ce qu'un sujet âgé? Espérance de vie à la naissance, espérance de

Plus en détail

L alimentation à texture modifiée. Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011

L alimentation à texture modifiée. Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011 L alimentation à texture modifiée Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011 Constat concernant l alimentation proposée aux personnes âgées dénutries Peu appétissante Répétitive

Plus en détail

Bilan nutritionnel et dépistage des troubles de la déglutition chez les patients victimes d un AVC

Bilan nutritionnel et dépistage des troubles de la déglutition chez les patients victimes d un AVC Bilan nutritionnel et dépistage des troubles de la déglutition chez les patients victimes d un AVC ARNOUX Christine, Orthophoniste, CHU Nîmes FEUILLET Christine, Orthophoniste, CHU Nîmes FIORELLA Sandrine,

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Objectif du travail Elaborer des recommandations, à la demande de la Direction Générale de la Santé, dans le

Plus en détail

Enquête sur la prévention de l escarre à domicile

Enquête sur la prévention de l escarre à domicile Enquête sur la prévention de l escarre à domicile Cette enquête a été commencée le 21 mars 2012. Les résultats en ont été analysés le 27 avril. Elle continue, n hésitez pas à y répondre : plus nous aurons

Plus en détail

EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE

EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE EPP REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DE LA PERSONNE AGEE Ce document comprend : 1 Grille d'audit 1 Guide d'utilisation de la grille d'audit 2 Protocoles en fonction du type d'établissement

Plus en détail

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Un élément de base de l évaluation du statut nutritionnel des patients Le calcul de l IMC, un geste à intégrer dans l examen clinique initial

Plus en détail

Evolution de la perception sensorielle et des préférences alimentaires chez les personnes âgées : quel lien avec le statut nutritionnel?

Evolution de la perception sensorielle et des préférences alimentaires chez les personnes âgées : quel lien avec le statut nutritionnel? Evolution de la perception sensorielle et des préférences alimentaires chez les personnes âgées : quel lien avec le statut nutritionnel? Claire Sulmont-Rossé, Isabelle Maître, Marion Amand, Véronique Cariou,

Plus en détail

Le Diabète Gestationnel

Le Diabète Gestationnel Le Diabète Gestationnel 1 ère partie: La controverse 2 ème partie: La pratique actuelle 1 ère Partie La controverse Définition de l OMS Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique

Plus en détail

Dénutrition du sujet âgé PLAN

Dénutrition du sujet âgé PLAN Dénutrition chez les personnes âgées Agathe Raynaud-Simon Département de Gériatrie, Hôpitaux Bichat et Beaujon, APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 Laboratoire de Biologie de la Nutrition,

Plus en détail

Les Glucides. Session 4

Les Glucides. Session 4 Les Glucides Session 4 Challenge de la semaine Faisons le point sur notre semaine 2 Répartition de l énergie Dans le cadre d'un programme de contrôle de poids, il est recommandé d'augmenter la proportion

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail

Centre de la Nutrition. Sandrine Cocchiaro Infirmière Coordinatrice

Centre de la Nutrition. Sandrine Cocchiaro Infirmière Coordinatrice Centre de la Nutrition Sandrine Cocchiaro Infirmière Coordinatrice OBESITE Maladie qui s accompagne d une augmentation de la masse graisseuse et qui peut avoir des conséquences pour votre santé. Si perte

Plus en détail

Alimentation et Maladie d Alzheimer. Juin 2011 INNTA L. Alouane

Alimentation et Maladie d Alzheimer. Juin 2011 INNTA L. Alouane Alimentation et Maladie d Alzheimer Juin 2011 INNTA L. Alouane Plan La maladie d Alzheimer Le couple Malade Aidant La nutrition Préventive? Troubles alimentaires Prise en charge nutritionnelle du malade.

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET REPÈRE 13DNBPROMATMEAG1 DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2013 Épreuve de : MATHÉMATIQUES SÉRIE PROFESSIONNELLE Durée de l épreuve : 2 h 00 Coefficient : 2 Le candidat répond sur une copie modèle Éducation

Plus en détail

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013.

Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013. Nom Prénom Date naissance Age Médecin traitant Dernier IMC Dernier poids IMC 01/13 Poids 01/13 IMC 2012 Poids 2012 Albumine 2013 Unité Alzheimer 1 Diagnostic de dénutrition, critères de la HAS, un seul

Plus en détail

poulet chocolat biscuit poisson carotte fromage frites salade Peux-t-on trouver tous ces aliments tels quels dans la nature? Pourquoi?

poulet chocolat biscuit poisson carotte fromage frites salade Peux-t-on trouver tous ces aliments tels quels dans la nature? Pourquoi? Corrigé D où viennent les aliments que nous mangeons? Colorie la pastille en vert pour les aliments d origine végétale et en rouge pour les aliments d origine animale. abricot yaourt œufs chips pain aubergine

Plus en détail

Activités Physiques et /ou Sportives chez l enfant

Activités Physiques et /ou Sportives chez l enfant Activités Physiques et /ou Sportives chez l enfant Bonnes pratiques et Recommandations de l Organisation Mondiale de la Santé Docteur Charles Agenet Médecin du CROS Provence Alpes Président de la Ligue

Plus en détail

LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque

LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque LE BON GESTE : DE LA PRESCRIPTION A LA REALISATION Mirentxu Ithurria Diététicienne CH Côte Basque DEFINITIONS Alimentation : ingestion orale d aliments. On distingue une notion de plaisir et de satisfaction

Plus en détail

Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et

Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et Un outil MobiQual de formation/sensibilisation destiné aux professionnels intervenant auprès des personnes âgées en établissements de santé et médico-sociaux 1 Pourquoi un outil sur la nutrition? L alimentation

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 27 juin 2001 TRAZEC 60 mg, comprimé pelliculé (boîte de 84) TRAZEC 120 mg, comprimé

Plus en détail

Évaluation nutritionnelle pré-opératoire

Évaluation nutritionnelle pré-opératoire Évaluation nutritionnelle pré-opératoire Présenté par Virginie Lacombe, Dt.P. Marie-Noël Thouin, Dt.P. Programme de chirurgie bariatrique IUCPQ Le 15 octobre 2015 Plan de présentation Introduction Rôle

Plus en détail

ET SI ON PASSAIT A TABLE

ET SI ON PASSAIT A TABLE FICHE PEDAGOGIQUE ALIMENTATION PEROS ET SI ON PASSAIT A TABLE Public concerné Patient laryngectomisé autorisé à reprendre une alimentation par la bouche +/- aidant Prérequis Atelier communication et/ou

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE Dr LAGRANGE Xavier Samedi 16 janvier 2015 QCM 1 L IMC du sujet non dénutri entre 18 et 65 ans se situe entre A B C D E 15,5 et 22 16,5 et 23 17,5 et 24

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

CANCER ET ANOREXIE. Intervention du Mardi 8 Octobre 2013

CANCER ET ANOREXIE. Intervention du Mardi 8 Octobre 2013 CANCER ET ANOREXIE INTERCLAN PACA Intervention du Mardi 8 Octobre 2013 Claude ARNAUD- Diététicienne Hôpital Saint Joseph- MARSEILLE CANCER ET ANOREXIE 1 30 % à 50% des patients atteints de cancer sont

Plus en détail

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE Comment? *Diminution des graisses *Contrôle des sucres et féculents *Au moins 3 repas par jour *Faire un vrai petit-déjeuner *Augmenter l'activité physique! Dans quels

Plus en détail

Table ronde 1 : Le sport de haut niveau et l enfant

Table ronde 1 : Le sport de haut niveau et l enfant Table ronde 1 : Le sport de haut niveau et l enfant Le contenu du bilan médico-sportif Aspects psychologiques spécifiques de la surveillance de l entraînement Marie-Carol PARUIT Praticien hospitalier au

Plus en détail

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007

Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 Centre de Soins de Suite et de Réadaptation Rapport d Evaluation des Pratiques Professionnelles 2007 «Analyse à priori du risque de dénutrition chez la personne âgée» Chef de projet : Dr Jacques REIJASSE

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES LES INDICATEURS EN MATIERE DE QUALITE ET DE SECURITE DES SOINS L institut Sainte-Catherine souhaite communiquer sur les indicateurs en matière de qualité et de sécurité des soins. Nous vous proposons les

Plus en détail

produits sucrés produits gras oeufs fruits et légumes féculents, céréales, pain boissons

produits sucrés produits gras oeufs fruits et légumes féculents, céréales, pain boissons SCIENCES : Hygiène et santé : l alimentation, le sport, le sommeil Pour être en bonne santé, il faut avoir une alimentation équilibrée, pratiquer un sport régulièrement et dormir un temps suffisant. 1

Plus en détail

Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013

Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013 Profil de poste EAV : Aide aux soins à la personne âgée Septembre 2013 XX/XX/XX Intégré à une équipe de soignants, l aide aux soins à la personne âgée, assiste les aides soignants dans les soins quotidiens

Plus en détail

L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans

L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans Cette brochure concerne l enfant né à terme avec un poids de naissance normal, en bonne santé. www.programme-malin.com Pourquoi mon enfant a-t-il besoin

Plus en détail

La dénutrition de la personne âgée

La dénutrition de la personne âgée 10/04/15 (10h-11h) HAON Mélanie CR : Julie Chapon NUTRITION Pr Elodie Cretel 10 pages La dénutrition de la personne âgée Plan A. Prévalence B. Facteurs de risque I. Vieillissement II. Traitements et régimes

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail