Mécanismes d action des effets indésirables médicamenteux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanismes d action des effets indésirables médicamenteux"

Transcription

1 Mécanismes d action des effets indésirables médicamenteux A. Grévy, M. Mallaret Centre Régional de Pharmacovigilance Grenoble 6 Février

2 Est il facile de mémoriser une liste d effets indésirables d un médicament?.....

3 Est il facile de mémoriser une liste d effets indésirables d un médicament.....sans connaître le mécanisme d action du médicament sur ces effets?

4 Les effets indésirables médicamenteux sont fréquents : 10% des patients hospitalisés un jour donné inévitables : immunoallergiques (ex. : antibiotiques), toxiques anticancéreux, évitables : erreurs, interactions

5 Tout symptôme peut être d étiologie médicamenteuse! quelques «vignettes» cliniques et quelques «questions clichés»!

6 Une dame, 74 ans, a 39 C + diarrhée : c est la «gastro»? Un patient VIH +, traité, «hallucine» : c est un «toxico»? Un schizophrène se ruine au casino : «c est la psychose»? Et quelques allergies? 6

7 Pourquoi s intéresser au mécanisme de survenue d une agranulocytose? A propos de deux cas...

8 Agranulocytose Cas 1 Patient de 73 ans, traité pour une hyperthyroïdie depuis 1 an par NEOMERCAZOLE (Carbimazole) Suite à une rupture d approvisionnement, switch pour du PROPYLEX (Propylthiouracil) 10 jours après, admission aux urgences pour fièvre et découverte d une agranulocytose (PNN 0,1 G/L) Hypothèse médicamenteuse

9 Pourquoi évoquer ici un mécanisme immuno allergique? Début brutal Délai de sensibilisation minimum 8 jours si première prise (possible dès le premier jour d exposition au traitement si prise antérieure) Indépendant de la dose Connu avec les antithyroïdiens de synthèse

10 Agranulocytose Cas 2 Patient de 61 ans hospitalisé pour lymphomet avec infection à HTLV1 Initiation d un traitement par RETROVIR (Zidovudine) Baisse progressive des neutrophiles en une dizaine de jours A J10, agranulocytose (PNN 0 G/L) Mécanisme?

11 Pourquoi évoquer un mécanisme toxique? Apparition progressive de la neutropénie puis agranulocytose Dose dépendant

12 En résumé... Mécanisme Toxique Immunologique Dose... Dépendant Indépendant Début Insidieux Brutal Conduite à tenir Selon les cas, diminution de la posologie ou arrêt Mais pas de contre indication possibilité de reprendre le médicament à dose plus faible! Contre indication absolue du médicament et des molécules ayant la même structure chimique Connaitre le mécanisme de l agranulocytose permet de définir la conduite à tenir!

13 Faut il avoir peur des réactions croisées allergiques?

14 Cas n 3 Patient de 68 ans arrivant pour une infection à germe sensible à l amoxicilline. Dans ses antécédents, on retrouve une notion d allergie à l AMX Son médecin traitant vous dit qu il a fait une éruption maculo papuleuse dans les jours suivant l initation d un traitement par AUGMENTIN il y a deux ans

15 Entre 5 et 10% de la population générale se dit «allergique» à l amoxicilline Va du simple urticaire à l œdème de Quincke... Seulement 5 à 20% des patients se disant allergique ont un test cutané positif (1) Allergie liée à une réaction avec le noyau principal ou avec une chaine latérale 1 Prescott WA Jr, Kusmierski KA. Clinical importance of carbapenem hypersensitivity in patients with selfreported and documented penicillin allergy. Pharmacotherapy 2007;27:137 42

16 Mon patient est allergique à l AMX, puis je prescrire une autre béta lactamine? On contre indique les antibiotiques de la même classe (Pénicillines) Qu en est-il des Céphalosporines? C1G et C2G ont une structure proche des pénicillines (chaîne latérale identique) risque de réactions croisées C3G : pas plus de réaction croisée qu avec les autres classes d antibiotiques (< 1% selon les sources)

17 Cas n 4 : M. X, 76 ans, fait un choc aux curares en début d anesthésie Echec de réanimation Décès

18 Cas n 4 : M. X, 76 ans, fait un choc aux curares en début d anesthésie Choc aux curares : 1/ anesthésies Choc aux curares : 1/3 de mortalité Peut on prévenir (au moins partiellement) ce risque chez d autres patients?

19 Cas n 5: Une toux chez un homme, 34 ans Cet homme vous consulte pour une toux. Son pharmacien n a plus le droit, sans ordonnance médicale, de délivrer un sirop, habituellement si efficace chez lui, le Biocalyptol (pholcodine). Examen clinique normal. Vous lui prescrivez : Biocalyptol (pholcodine) pour 5 jours (un flacon).

20 Une toux chez un homme de 34 ans Biocalyptol (pholcodine) pour 5 jours (un flacon). 3 jours après : éruption cutanée morbilliforme Œdème diffus Prurit Fièvre à 38,9 C

21 Une allergie à pholcodine : Pholcodine responsable Pas d excipient (à effet notoire) responsable Contre indication («à vie») de pholcodine Cela «suffit il»? Existe t il des allergies croisées?

22 Allergie à pholcodine expose à un risque +++ majoré de choc aux curares en cas d anesthésie dans l année qui suit Sensibilisation croisée pholcodine curares, possible (Risque d allergie aux curares même si absence d allergie à pholcodine) Recherche d Ig E anti Pholcodine (si : risque augmenté de choc aux curares) Prévenir patient (et médecin référent) Suède et Norvège : suppression de la pholcodine a été suivie d une baisse majeure des chocs anaphylactiques aux curares

23 Ne vous laissez pas imposer une prescription par un patient!

24 Du côté des interactions médicamenteuses... 24

25 Le Cytochrome P 450 (microsome hépatique) n explique pas «toutes» les interactions médicamenteuses. Les inhibiteurs enzymatiques :

26 Principaux inhibiteurs enzymatiques des cytochromes P 450 Macrolides Kétoconazole, dérivés azolés IRS Tramadol, Antirétroviraux Exemple d un substrat : AVK : effet majoré 26

27 Cas n 6 Patiente de 92 ans traitée par dabigatran (PRADAXA ) et amiodarone (CORDARONE ) pour une FA Elle est amenée aux urgences suite à une chute de sa hauteur. Le TDM cérébral retrouve un hématome intracérébral volumineux Abstention neurochirurgicale Décès de la patiente le lendemain

28 Facteurs de risque ayant majoré les complications Âge de la patiente > 75 ans Insuffisance rénale modérée (Clairance de la créatinine 41 ml/min) Interactions médicamenteuses entre : dabigatran et amiodarone Pgp CYP 450 Autant de bonnes raisons pour diminuer posologie de base (ou préférer prescrire un AVK )

29 Les risques existent avec les 3 nouveaux anticoagulants NACO disponibles DCI Nom commercial Indications Rivaroxaban XARELTO FA non valvulaire Traitement et prévention des ETEV Dabigatran PRADAXA FA non valvulaire, Prévention des ETEV post chirurgie de hanche et de genou Apixaban ELIQUIS FA non valvulaire Prévention des ETEV post-chirurgie hanche et genou 29

30 En cas d accident hémorragique grave avec les nouveaux anticoagulants (GIHP ; Albaladejo P, Pernod G) Pas d antagoniste actuellement Doser concentration plasmatique du médicament Solution «dégradée» (TP/TCA) Créatininémie + Clearance créatinine

31 Zoom sur la PgP Les médicaments traversent les membranes biologiques par diffusion passive ou par l intermédiaire de transporteurs comme la Glycoprotéine P (Pg P) C est une pompe présente dans certaines membranes cellulaires Site d action de PGPR : tube digestif cerveau rein

32 Médicaments et Glycoprotéine P Finalité de la Pg P : expulsion des xénobiotiques Effets : au niveau rénal et hépatique, augmentation de l élimination des médicaments substrats au niveau intestinal, diminution de l absorption des médicaments substrats Les médicaments pris en charge par ce système sont excrétés dans : le tube digestif la bile les urines Exemple : co administration d Amiodarone et de Dabigatran augmentation de l ASC du Dabigatran de 60% et de la Cmax de 50% 32

33 Quelques médicaments substrats de la Pg P Anticancéreux, immunosupresseurs, colchicine, gliptines, antirétroviraux, NACO, digoxine Quelques médicaments inhibiteurs de la Pg P Inhibiteurs calciques, antiarythmiques dont l amiodarone, macrolides, antirétroviraux, anticancéreux Quelques médicaments inducteurs de la Pg P : Millepertuis, Rifampicine, Carbamazépine...

34 Retour au cas... Prescription simultanée de NACO et amiodarone (les deux sont indiqués dans la FA) Soit un substrat de la Pg P(dabigatran) associé à un inhibiteur de la Pg P (amiodarone) Augmentation des concentrations sanguines par diminution de l élimination rénale et hépatique et augmentation de l absorption intestinale, Majoration du risque hémorragique!!! Adapter les posos!

35 Cas n 7 : Une dame de 74 ans a une «gastro entérite» : 39 C et diarrhée? Tramadol 100 : 2 / J pour douleur dentaire depuis 3 jours Zolpidem : 10 mg/j pour insomnie depuis 1 an Fluoxétine : 1 /j pour s. dépressif depuis 1 an Lorazépam (1 mg/j) (Pour? C est une française!) depuis 15 ans 35

36 «Bizarre» qu un opioïde (tramadol) induise diarrhée et fièvre!? Tramadol 100 : 2 / J depuis 3 jours Zolpidem : 10 mg/j depuis 1 an Fluoxétine : 1 /j depuis 1 an Lorazépam (1 mg/j) depuis 15 ans 36

37 Une «gastro entérite inhabituelle» Syndrome sérotoninergique tramadol, fluoxétine : IRS Inhibiteurs cytochrome P 450 2D6 Le tramadol est un inhibiteur de recapture de la sérotonine Risque d Hyperthermie Diarrhée Convulsions, clonies (Décès IMAO ou «ecstasy» sont dus à ce syndrome) 37

38 Traitement de la douleur Exemple du tramadol Analgésie via le métabolite actif tramadol O desméthyltramadol M1 ; codéine Morphine (10%) Tramadol : effet IRS Métabolite actif : O desméthyltramadol M1 : analgésie opioïde µ (palier II douleur cancéreuse)

39 Pharmacogénétique analgésie addiction? Analgésie via le métabolite actif tramadol O desméthyltramadol M1 ; codéine Morphine Métaboliseur ultra rapide : analgésie importante intoxication risque addiction (Stamer et coll., 20O7)

40 Cas n 8 : Un patient VIH +, traité, «hallucine» : c est un «toxico»? Il prend efavirenz (Sustiva ) à la dose recommandée Effet indésirable ou prend il du LSD? Mécanisme?

41 Cas n 8 : Un patient VIH +, traité, «hallucine» : Il prend efavirenz «Efavirenz has LSD like properties*» Efavirenz: interaction avec récepteur 5HT2A Mêmes effets comportementaux que LSD chez l animal Cas d abus *Gatch et coll. Neuropsychopharmacology 2013 Nov;38:

42 Cas : n 9 Patiente, 82 ans : hémorragie, hypoglycémie, insuffisance rénale, alors qu elle sous: Fluoxétine (Prozac:1/j), (acénocoumarol (Sintrom : 3/4/J), disopyramide (Rythmodan : 200 mg/j), énalapril (Rénitec : 1/j) pris depuis longtemps sans problème Interactions? «iatrogénie»?

43 En fait, elle a eu une «petite diarrhée» (déhydratation) et une lombalgie pour laquelle elle s est automédiquée avec Profénid 100 (kétoprofène) : 3/J Interactions «iatrogénie»

44 - Déshydratation AINS le diamètre artériole afférente IEC le diamètre artériole efférente de pression de perfusion glomérulaire Insuffisance rénale

45 Cas n 9 : «voyage en iatrogénie» Insuffisance rénale : déhydratation, kétoprofène, énalapril Hypoglycémie : surdosage en dysopyramide (Rythmodan) Hémorragie digestive : surdosage en acénocoumarol

46 Cas n 10: «Après 12 ans de schizophrénie, il devient joueur pathologique!» M. L, 31 ans, schizophrène «bien équilibré», traité depuis 2 ans par aripiprazole (Abilify ) (agoniste partiel), a ruiné sa famille en jouant au casino et en ligne depuis un an.. Le jeu pathologique est il causé par le médicament? «Habituellement, les antipsychotiques n induisent pas de jeu pathologique» «C est l inverse : ce sont les antiparkinsoniens (dopaminergiques) qui l induisent chez le Parkinsonien»

47 Mode d action ttt sur récepteurs Agoniste complet Agoniste partiel peut se comporter comme agoniste ou antagoniste forte affinité, effet plafond Antagoniste : bloque tous les effets des agonistes complets et partiels

48 Conséquences pour agoniste partiel dopaminergique Agoniste partiel dopaminergique peut se comporter comme agoniste : anti déficitaire, psychostimulant peut se comporter comme antagoniste : antipsychotique, anti productif

49 Psychose et antipsychotiques Symptômes productifs de psychose : «hyperdopaminergie limbique»? (Agoniste DA complet (ou cocaïne) : aggrave psychose) Agoniste partiel DA se comporte comme antagoniste (aripiprazole) : effet thérapeutique Antagonistes DA : antipsychotiques «classiques»

50 ttt et récepteurs dopaminergiques Agoniste complet : dopamine pramipexole (antiparkinsonien) Agoniste partiel : aripiprazole,..(forte affinité) se comporte comme un «agoniste» («si hypodopaminergie») se comporte comme un «antagoniste» («si hyperdopaminergie») Antagoniste dopaminergique : neuroleptique (halopéridol)

51 Médicaments et jeu pathologique Peuvent induire le jeu pathologique : Les agonistes dopaminergiques complets (antipark.) (amphétamines et inhibiteurs de recapture DA = cocaïne) Agoniste dopaminergique partiel : aripiprazole,.. Mais pas les antagonistes dopaminergiques : antipsychotiques 1 ère, 2 ième G. (halopéridol, olanzapine)

52 Un médicament pris depuis très longtemps peut induire un effet indésirable : mécanisme? Effet toxique (dose dépendance ; cumulatif) Autre? 52

53 Cas n 11: cet ancien d ostéonécrose de la mâchoire est il du à un médicament?

54 Ce cas d ostéonécrose de la mâchoire (ONM) est il du à un médicament? Non : Entre 1845 et 1905, les ouvriers fabriquant les allumettes phosphore blanc ont présenté des ostéonécroses de mâchoire : Intoxication au phosphore : «Phossy jaw»

55 Ostéonécrose de la mâchoire (ONM) Le retour : Du phosphore («Phossy jaw») aux Biphosphonates Ostéonécrose (I.V. et P.O. )

56 Mécanisme physiopathologique ONM? méconnu Vascularisation terminale de mandibule Inhibition de résorption par B. Effet antiangiogénique Micro fissures Rôle de la surinfection Voie d administration (IV >> PO) Dose, rythme d administration, durée (accumulation)

57 Facteurs de risque de l ostéonécrose Age Maladie dentaire pré existante (Xir, mal.inflammatoire) Hygiène bucco dentaire Myélome, cancer (+ ostéoporose) Radiothérapie (ostéoradionécrose) Diabète (Khamaisi M et coll, 2007) Corticoïdes, thalidomide, alcool, tabac

58 Quelle prévention de l ONM? Respect des indications et contre indications B Soins dentaires avant, RX, suivi dentaire Limitation de dose cumulée de B.? Limitation de durée de B.? Impact des mesures de prévention

59 Un médicament pris depuis longtemps (2) Cas n 12: Une dame de 79 ans prend régulièrement, comme seul médicament, l Efferalgan (paracétamol) depuis 20 ans pour douleurs de coxarthrose Depuis 8 jours, prurit intense généralisé Aucune étiologie retrouvée (ni ictère, ni gale, ni..)? 59

60 Un médicament pris depuis longtemps peut induire un effet indésirable : mécanisme? (2) Une dame de 79 ans prend régulièrement, comme seul médicament, l Efferalgan (paracétamol) depuis 20 ans pour douleurs de coxarthrose Depuis 8 jours, prurit intense généralisé Elle ne prend pas le même médicament : Générique avec d autres excipients 60

61 F, 79 ans, prurit sous générique EFFERALGAN PARACETAMOL Biogaran cellulose povidone stéarate de magnésium hypromellose béhénate de glycérol silice colloïdale talc gélatine érythrosine bleu patenté V jaune de quinoléine dioxyde de titane Allergie au bleu patenté V (effet notoire) : prurit

62 Cas n 13 Une femme de 53 ans, professeur des écoles, ayant des antécédents de dépression, est traitée par PLAVIX (laboratoire SANOFI) depuis plusieurs mois, bien toléré Malgré sa réticence, son pharmacien switche le Plavix par le générique Clopidogrel Winthrop du laboratoire SANOFI Dans les 20 minutes suivant la prise, elle présente des vertiges importants, une anxiété qui se majore et décrit l apparition d insomnies.

63 Or le générique délivré est un «autogénérique» : mêmes chaines de production de la même entreprise que le princeps Les effets ne sont pas dus à un changement de principe actif ou d excipient Pas d explication pharmacologique de ce type d effet Effet Nocebo?

64 Effet Nocebo En latin «je nuirai», opposé à placebo Symptômes souvent peu spécifiques Effet partiellement réduit par antagoniste de CCK S observe lors du changement princeps générique mais possible pour tout médicament C est un vrai effet indésirable qui doit être pris en charge en tant que tel!

65 Cas n 14 : Un purpura, une vascularite intrigante: Vascularites auto immunes (ANCA) ou nécrosantes (± neutropénie)(mcgrath et coll., 2011, Farmer et coll., 2012; Belfonte et coll.2012) Avec récidives ; aggravation ultérieure; gangrène Maladie évoluant pour son propre compte

66 Pourquoi les trafiquants/dealers «coupent» la cocaïne avec un ancien «immunomodulateur»? Cela «revient moins cher»? 28% de la cocaïne en France contient du lévamisole, «comme produit de coupe» Lévamisole : «quel intérêt?» mais. quel danger! 66

67 Lévamisole (Solaskyl ), antihelminthique, immunomodulateur, (retrait d AMM) «Retour» du lévamisole «comme produit de coupe» dans la poudre de cocaïne (30% en France) Aux USA : vascularites liées à lévamisole (80%) chez cocaïnomanes Lévamisole se métabolise en aminorex (psychostimulant) agoniste sérotoninergique, vasoconstricteur (comme Médiator ) 67

68 Informer, informer, informer, informer: les patients : Effets indésirables des médicaments Mécanisme d action 68

69 Conclusion Einstein ou pas Einstein, il est utile de savoir «POURQUOI?» 69

70

71 Les patients «comprennent ils» le médicament? Enquête* auprès des patients chez pharmacien : Erreur d identification du médicament par patient (non connaissance de l indication, surtout si âge avancé patient et ordonnance manuscrite) Quand erreur, le patient a davantage de médicaments et schéma posologique complexe Pas assez d explications du médecin (48,2%) Peu de prescription en DCI *F.Roffé, 2013

72 Connaissance des patients des dangers du paracétamol (Boudjemai et coll., 2013) 45% savent que leur médicament contient du paracétamol 8% savent que paracétamol a toxicité hépatique dose excessive peut être fatale : 38% ne savent pas Une campagne US (2004) permet de diminuer la méconnaissance des patients sur le risque des doses excessives de paracétamol pendant 6 ans 72

73 Même en absence de mécanisme connu, penser à une éventuelle cause médicamenteuse! Une ulcération linguale (Yamamoto et coll., 2011)

74 Cette ulcération linguale! Due au nicorandil (Adancor ) : traitement de l angor au long cours Aphtes multiples (buccal, anal, digestifs fistules), Ulcère de cornée Penser au médicament et.. à son arrêt!

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule

ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule Elusanes Millepertuis RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 - DENOMINATION DU MEDICAMENT ELUSANES MILLEPERTUIS, gélule 2 - COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE MILLEPERTUIS (extrait hydroalcoolique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Clarithromycine Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Clarithromycine Sandoz 500 mg comprimés pelliculés NF 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Garder cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, demandez

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale Notice 1/5 Lisez attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Conservez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Consultez votre médecin ou votre pharmacien

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés Notice 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

AVIS 16 novembre 2011

AVIS 16 novembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 novembre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2006 (JO du 28 février 2008) POLERY ADULTES, sirop Flacon

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

PHARMACODYNAMIE ET PHARMACOCINETIQUE EN PSYCHIATRIE. 20 novembre 2007 Cécile Louvigné (AHU) Service de Pharmacologie Clinique Pr Jolliet CHU Nantes

PHARMACODYNAMIE ET PHARMACOCINETIQUE EN PSYCHIATRIE. 20 novembre 2007 Cécile Louvigné (AHU) Service de Pharmacologie Clinique Pr Jolliet CHU Nantes PHARMACODYNAMIE ET PHARMACOCINETIQUE EN PSYCHIATRIE 20 novembre 2007 Cécile Louvigné (AHU) Service de Pharmacologie Clinique Pr Jolliet CHU Nantes Définitions Pharmacodynamie (PhD) : action du médicament

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année

Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Table des matières Introduction Partie 1 Unité d'enseignement 2.11.S1 - Pharmacologie générale - 1 re année Sous-partie 1-1 La pharmacologie générale (Chapitres 1 à 5) Chapitre 1 Introduction à la pharmacologie

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Données de Pharmacovigilance et les NOACs Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Dabigatran (Pradaxa) Rivaroxaban (Xarelto) Apixaban (Eliquis ) Effet Attendu (A) Effet Inattendu (B) Hémorragie - Hépatotoxicité

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Sekin 3,54 mg/ml sirop Fendizoate de clopérastine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Sekin 3,54 mg/ml sirop Fendizoate de clopérastine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Sekin 3,54 mg/ml sirop Fendizoate de clopérastine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015

OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES. Extrait de la liste des médicaments de la PIC. Édition juin 2015 OPIACES & DOSES EQUIANALGESIQUES Extrait de la liste des médicaments de la PIC Édition juin 2015 3. Opiacés Particularités Dose orale equival. à 10 mg de morphine 1 buprénorphine codéine fentanyl Agoniste/antagoniste

Plus en détail

Primperan 10 mg, comprimés Chlorhydrate de métoclopramide

Primperan 10 mg, comprimés Chlorhydrate de métoclopramide NOTICE : INFORMATION DU PATIENT Primperan 10 mg, comprimés Chlorhydrate de métoclopramide Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Risques iatrogéniques chez le sujet âgé. Dr A.KHELIFA

Risques iatrogéniques chez le sujet âgé. Dr A.KHELIFA Risques iatrogéniques chez le sujet âgé Dr A.KHELIFA 1) RISQUE D ERREUR, D OUBLI Surdosage sous-dosage rupture de traitement: Bêta-bloquants; clonidine, SSRI 2) EFFETS SECONDAIRES AINS: HÉMORRAGIE DIGESTIVE

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DU PATIENT Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 1 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan avec Miel 3 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 3 mg/ml sirop Bromhydrate

Plus en détail

NOTICE. ANTISTAX 360 mg, comprimé enrobé Extrait de vigne rouge

NOTICE. ANTISTAX 360 mg, comprimé enrobé Extrait de vigne rouge NOTICE ANSM Mis à jour le : 26/11/2014 Dénomination du médicament ANTISTAX 360 mg, comprimé enrobé Extrait de vigne rouge Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament.

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque. Claire FILLOUX, pharmacien ICARLIM

Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque. Claire FILLOUX, pharmacien ICARLIM Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque 1 Sommaire 1. Eléments de législation 2. Génériques 3. Surveillance de l observance 4. Modes d emploi 5. Précautions en cas d automédication 6. Problème

Plus en détail

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable

MENTIONS LEGALES. DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable MENTIONS LEGALES DENOMINATION DU MEDICAMENT : TAKADOL 100 mg, comprimé effervescent sécable COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chlorhydrate de tramadol... 100 mg pour un comprimé effervescent sécable

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SINUTAB 500 mg/30 mg comprimés SINUTAB FORTE 500 mg/60 mg comprimés Paracétamol et chlorhydrate de pseudoéphédrine Veuillez lire attentivement cette notice avant de

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 DEXTROMETHORPHANE UNISTICK 15 mg/5 ml, solution buvable en sachet édulcorée à la saccharine sodique B/12 sachets-doses de 5 ml (CIP : 34009 275 926 1

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR LANSOPRAZOLE TEVA 15 mg GÉLULES GASTRO-RÉSISTANTES LANSOPRAZOLE TEVA 30 mg GÉLULES GASTRO-RÉSISTANTES lansoprazole Veuillez lire attentivement cette notice avant de

Plus en détail

NOTICE. pl-market-fr-urispas-mar13-apprjun13.docx 1/5

NOTICE. pl-market-fr-urispas-mar13-apprjun13.docx 1/5 NOTICE pl-market-fr-urispas-mar13-apprjun13.docx 1/5 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR URISPAS 200 mg comprimés enrobés Flavoxate chlorhydrate Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus)

Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus) NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Desloratadine Zentiva 5 mg Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus) Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique. Ce médicament

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. ORAP 1 mg et 4 mg, comprimé Pimozide

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. ORAP 1 mg et 4 mg, comprimé Pimozide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ORAP 1 mg et 4 mg, comprimé Pimozide Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Rhinathiol Pelargonium comprimés pelliculés 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé pelliculé contient 20 mg d extrait

Plus en détail

VASOCEDINE PSEUDOEPHEDRINE 60 mg, comprimés pelliculés pseudoéphédrine chlorhydrate

VASOCEDINE PSEUDOEPHEDRINE 60 mg, comprimés pelliculés pseudoéphédrine chlorhydrate VASOCEDINE PSEUDOEPHEDRINE 60 mg, comprimés pelliculés pseudoéphédrine chlorhydrate Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin

Plus en détail

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE NOTICE POUR LE PUBLIC Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament Garder cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS POUR LES PATIENTS SUR LES MÉDICAMENTS

LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS POUR LES PATIENTS SUR LES MÉDICAMENTS LISEZ CE DOCUMENT POUR ASSURER UNE UTILISATION SÉCURITAIRE ET EFFICACE DE VOTRE MÉDICAMENT RENSEIGNEMENTS POUR LES PATIENTS SUR LES MÉDICAMENTS Pr PREVACID lansoprazole en capsules à libération prolongée

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Pradaxa Capsules de dabigatran etexilate

Pradaxa Capsules de dabigatran etexilate PARTIE III : RENSEIGNEMENTS AU CONSOMMATEUR Pr Pradaxa Capsules de dabigatran etexilate Veuillez lire attentivement ce dépliant avant de commencer à prendre PRADAXA et chaque fois que vous renouvelez votre

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr

«Angioedemes médicamenteux m quel risque, quelles explorations» Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr «Angioedemes médicamenteux m : quel risque, quelles explorations» Frédéric ric BérardB Service d Allergologie d et Immunologie Clinique Inserm U851 - CHU Lyon Sud frederic.berard@chu-lyon.fr Dans la plupart

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Perenterol forte 250 mg capsules

Perenterol forte 250 mg capsules Traduction interne inofficielle de la notice allemande Notice : Information de l utilisateur Perenterol forte 250 mg capsules Pour les enfants à partir de 2 ans et les adultes Levure sèche de Saccharomyces-cerevisiae

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller

Fentanyl dans tous ses états. A. Muller Fentanyl dans tous ses états A. Muller Echelle thérapeutique de l O.M.S pour le traitement des douleurs par excès de nociception, 1986 FENTANYL Antalgiques non opioïdes pour douleurs faibles coantalgiques

Plus en détail

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS CLASSEMENT DES MEDICAMENTS Médicaments = P.A. + excipient Classement en fonction : de leur P.A. Le P.A. est-il d origine naturelle ou scientifique? Il existe des P.A. qui peuvent induire des réactions.

Plus en détail

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Page 1 sur 5 NOTICE ANSM - Mis à jour le : 08/01/2007 Dénomination du médicament Encadré BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail