LA SANTÉ ALIMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SANTÉ ALIMENTAIRE"

Transcription

1 BUDAPESTI GAZDASÁGI FŐISKOLA KÜLKERESKEDELMI FŐISKOLAI KAR NEMZETKÖZI MARKETING ÉS TQM SZAK NAPPALI TAGOZAT SZOLGÁLTATÁS MARKETING SZAKIRÁNY LA SANTÉ ALIMENTAIRE Készítette : SÜTŐ-NAGY Kata Clermont-Ferrand, október

2 Sommaire INTRODUCTION... 4 I. LE MARCHE ALIMENTAIRE : / LES TENDANCES DE MARCHE... 7 A./ Les produits élaborés :... 8 B./ Les produits «Santé, Formes» :... 8 C./ Les produits laitiers : / LES PRINCIPAUX INTERVENANTS DU SEGMENT «SANTE» : A./ Danone : B./ Nestlé : II. LA SANTE ALIMENTAIRE : PRISE DE CONSCIENCE / RAPPORT SANTE ET ALIMENTATION / LA MENACE DES MALADIES ALIMENTAIRES / DEVELOPPEMENT D UNE SOCIETE DE FITNESS / QUALITE DE VIE ET BIEN-ETRE («WELLNESS») / LA SANTE COMME UNE TENDANCE DE LA MODE / LES EFFORTS DES POUVOIRS PUBLICS III. LES STRATEGIES DES ENTREPRISES FACE A CES PHENOMENES / LES CIBLES : A./ Les jeunes femmes (25-35 ans) B./ Les femmes seniors (50-65 ans) / LES PRODUITS : A./ Les alicaments : B./ Les produits de la grande consommation : C./ Le Packaging : D./ La Qualité : / LA COMMUNICATION : A./ Auprès des prescripteurs B./ Auprès des consommateurs C./ Les contrôles : D./ Merchandising et PLV : / LE PRIX : / LA DISTRIBUTION : A./ Les circuits traditionnels : B./ Les hard-discounters C./ La vente en ligne IV. LES MARCHES LES PLUS CONCERNES / LES CEREALES A./ Le marché B./ Les produits : C./ Les intervenants : / LES YAOURTS A./ Le marché B./ Les produits : C./ Les intervenants : / LES EAUX CONDITIONNEES : A./ Le marché : B./ Les produits : C./ Les intervenants : V. L ENQUETE SUR L ALIMENTATION / LA METHODE : / LE GROUPE DES JEUNES FEMMES (22-25 ANS) A./ Les Achats B./ Matin- Midi- Soir... 45

3 C./ Légumes- Fruits D./ Boissons E./ Yaourts- Céréales / LE GROUPE DES JEUNES MAMANS (25-35 ANS) A./ Les Achats B./ Matin- Midi- Soir C./ Légumes- Fruits D./ Les Boissons E./ Yaourts- Céréales / LE GROUPE DES SENIORS (50-65 ANS) A./ Les Achats B./ Matin- Midi- Soir C./ Légumes- Fruits D./ Boissons E./ Yaourts- Céréales VI./ CONCLUSION ANNEXE 1. : BIBLIOGRAPHIE

4 Introduction L évolution socioculturelle de nos sociétés a entraîné un changement des habitudes alimentaires et des modèles de consommation. Se nourrir représente bien plus qu un besoin primaire, il est associé à d autres fonctions comme celle d améliorer la santé. De ce fait, on voit apparaître sur le marché de nouveaux aliments et produits. C est le cas des aliments fonctionnels ou alicaments, des compléments alimentaires, ou autres aliments diététiques. Cette nouvelle forme d aliment propose aux consommateurs des vertus bienfaisantes sur le physique ou le moral et dit réduire le risque d exposition aux maladies en renforçant la santé des utilisateurs. Le marché des aliments fonctionnels est l un de ceux qui connaissent actuellement la plus forte croissance dans le monde développé. Il offre de nombreuses perspectives aux fabricants de produits et d ingrédients alimentaires, ainsi qu un potentiel de développement illimité. Dans ces vagues de nouveautés les producteurs doivent pouvoir de se différencier. Leurs combats sont renforcés par les nouveaux phénomènes de marchandising, appliqués dans les grands et moyens surface. Ainsi pour vendre son produit, il ne suffit pas avoir un produit de haute qualité, un packaging attirant, mais il faut pouvoir se payer un bon emplacement dans le rayon, et en même temps soutenir une forte communication. Ces sujets sont présents déjà dans le quotidien des consommateurs. On ne cesse pas á parler le combat de gouvernement contre le hausse de prix. Mais malgré ces interventions l acheteur ne ressent pas le changement. Dans cette étude je veux démontrer les plus importants mouvements sociologiques et phycologiques. Je commence par l analyse de l ensemble de marché alimentaire français. Suivit par les changements des attentes et d habitudes des consommateurs. On comprendra, que les acheteurs cherchent de plus en plus des produits, qui améliorent leur état de santé. Les personnes les plus concernées sont les femmes. Souvent cette inquiétude se traduise par un soin de sa ligne. Une fois avoir des enfants, on ne fait pas attention simplement é soi même, mais beaucoup plus á ses enfants. C est la raison, pour la quelle dans leur communication les producteurs se tournent de plus en plus vers les enfants. On leur propose des produits avec des mascottes et on explique aux mamans que ces produits leur font du bien. Ces tendances ne s arrêtent pas á l élaboration de nouveaux techniques de ventes, mais sont présentes dans l ensemble de la stratégie de l entreprise. Dans les suivants chapitre de cette étude je vais les examiner un par un selon les quatre éléments de marketing-mix. 4

5 Même si l ensemble de marché est concerné, j ai décidé de présenter le marché des trois produits dont l image est le plus liés á la santé. Ces trois produits sont les céréales, les yaourts et les eaux conditionnées. Une fois qu on a vu les tendances sociologiques et les nouveautés de marché, je présente une enquête, menée dans trois groupes de discussion. Je souhaitais rencontrer des représentants des cibles principales, afin de comprendre leur comportement et leurs attentes vis á vis les aliments. 5

6 I. Le marché alimentaire : Le marché alimentaire a du connaître une certaine crise dans les dernières décennies. A partir des années 1960 le pouvoir d achat des français est fortement augmenté, et ils en profitent pour mieux satisfaire leurs besoins. Les perdants sont les producteurs des aliments, car ces produits ont de moins en moins de part dans le budget des ménages. Aujourd'hui, la demande alimentaire par habitant ne progresse plus que de +0,5% en moyenne entre 1996 et 2001 alors qu'elle atteignait +2,7% en L alimentaire demeure toujours un des premiers postes de dépense derrière le logement (24%) et le transport (15,4%). Tableau I. : Part de la consommation alimentaire dans l'ensemble des dépenses de consommation1 Source : Insee 2010*: hypothèse de croissance de la consommation de 2,5% par personne et par an En même temps la dépense des français en alimentation augmente. Ce phénomène s explique par les nouveaux critères de choix des français. Ils cherchent des produits plus élaborés et de meilleure qualité. De plus il faut y ajouter le coût de repas consommés horsdomicile, qui est de plus en plus important. 1 6

7 1./ Les tendances de marché Sur le marchés alimentaire en France on peut constater différentes de tendances, qui peuvent paraître contradictoire. En tout cas, on peut les décrire par une spécificité commune. Les Français gardent les bases de la cuisine traditionnelle, cherchent toujours le plaisir du manger á travers les épices et les aromates. Ils sont très ouverts, même demandeurs, aux nouveautés. L étude de SIMM de Secodip réalisée en interrogant des responsables de l achat démontre bien ces phénomènes : Tableau II. : Classement des dix principales opinions des responsables d achat par rapport aux aliments 2 Sources : En tenant compte de ces attentes on peut comprendre pourquoi les trois branches (Produits élaborés, Produits «Santé, Formes», Produits laitiers) sont capables de séduire les Français. Dans les chapitre suivant je démontrerai un par un les particularités des ces trois domaines. 2 7

8 A./ Les produits élaborés : A cause de l urbanisation les modes de vie, ainsi ceux de la consommation sont changés. On peut constater que la demande de produits traditionnels diminue, ainsi leurs prix augment. Par exemple le prix pain augmente plus vite que le moyen du marché, mais la consommation est diminuée de 1,4% par personne depuis L allongement de durée de travail, le trajet entre le lieu de travail et le domicile ont exigé des nouveaux produits. En 20 ans (de 1980 á 2001) le marché des plats cuisinés a augmenté de 5%. Tout est fait pour gagner de temps. Les emballages sont faciles á ouvrir, les descriptifs de préparation sont symbolisé, et on trouve tout au même lieu, pas de besoin aller chez le boucher, le boulanger, etc. Ce n est que dans les années 1990, que la part de marché des légumes en boite de conserve commence á augmenter. Sur le marché de produits plus ou moins élaborés, ce sont uniquement les poissons et les légumes (parmi les produits en boîtes) qui ont un avenir contre les plats très élaborés. B./ Les produits «Santé, Formes» : Le consommateur est sans cesse influence par les médias et les médecins pour s occuper de son corps, faire attention á son alimentation. On reçoit tous les jours des messages, contenant des recommandations diététiques et nutritionnelles. Ces sont des facteurs, qui ont causé la baisse de la consommation de sucre et de l autre cote l augmentation de celle de miel par exemple. Les français achètent moins de produits industriels, comme les pizza surgelés, et remplace de plus en plus le beurre, riche en matière grasse par l huile de tournesol ou d olive. Les crises vétérinaires (vache folle, grippe de volaille ) rendent le consommateur méfiant. Il cherche du produit bio et d origine sure. Cette tendance s est démarrée dans les années 1980 et a connu un grand succès. C./ Les produits laitiers : On sait depuis toujours que le lait a des bons effets sur notre corps. Il renforce les os, contient beaucoup de vitamines, etc. Mais il faut savoir faire la différence entre les produits 8

9 laitiers. La plus part des fromages sont riches en matières grasses et sont moins recommandés que les yaourts. Ces derniers font partie les produits «Santé, Formes» mentionnés ci-dessus. C est grâce á ce segment, avec ses produits élaborés, que les produits laitiers enregistrent une augmentation de part dans l alimentation de 7,4% (1960) á 13% (2001). Ce qui fait que les français en mangent 15 fois plus que jadis. 3 Une autre preuve de cette tendance que sur le marché des produits laitiers ce ne sont que les producteurs de yaourts qui lancent chaque année des nouveautés (des yaourts á boire, allégé en matières grasses, parfumés, avec des céréales etc.). Le tableau suivant démontre l évolution des parts de marché de ces produits entre 1960 et Tableau III. : L évolution de marché alimentaire par type de produit ( ) Produits traditionnels 23,1 12,6 9,5 Sucres bruts 2,0 1,2 0,6 Graisses bruts 4,3 3,8 2,5 Viandes blanches et poissons 14,0 14,0 14,4 dont Viandes de volaille 3,8 5,4 5,7 dont poissons et produits de mer préparés 1,7 2,5 4,2 Produits laitiers 7,4 10,8 13,0 dont Fromage 4,1 6,8 7,3 Yaourts et desserts lactés 0,3 1,2 2,8 Produits "santé forme" 1,7 2,8 5,5 Fruits et légumes 16,8 15,2 15,6 dont : préparations et conserves de légumes 1,2 2,3 3,1 préparations et conserves de fruits 0,8 1,1 1,3 Légumes frais 8,5 5,7 5,4 Fruits frais 7,3 6,1 5,8 Viandes préparées 5,9 8,3 11,7 Confiseries, pâtisseries, boisson sucrées 8,8 12,0 14,1 Source: comptes nationaux base 1995, Insee 3 9

10 2./ Les principaux intervenants du segment «santé» : Le marché des produits «santé» est fortement dominé par des grandes marques multinationales, qui sont présentes dans plusieurs domaines. Ils ont la capacité de développer de nouveaux produits, les soutenir avec des fortes campagnes publicitaires et dicter les prix du marché. Il s agit notamment deux groupes multinationaux, dont le nom est connu partout en Europe, ainsi qu outre mer. Dans ce chapitre on ne parlera pas des marques de distributeurs, même si elles gagnent de plus en plus de part sur le marché alimentaire. On examinera leur succès dans le chapitre consacré aux distributeurs. A./ Danone : La marque Danone s est fait connaître par ses yaourts. Daniel Carasso crée en 1929 son entreprise sous le nom de «Société Parisienne du Yoghourt Danone», pour continuer le travail commencé par son père, qui a toujours cru en l image de santé de yaourt. La mission aujourd hui de Danone est : «Faire grandir, mieux vivre, partout dans le monde, en apportant une alimentation meilleure, goûts variés et plaisirs sains.» corresponde toute á fait aux attentes du marché de XXI ème siècle. Son activité est basé sur trois grands domaines : Produits laitiers frais, Boissons et Biscuits. Ces domaines contribuent d une manière suivante au chiffre d affaire total du groupe : Tableau IV. : Répartition de chiffre d affaire de Danone (2003) Biscuits 24% Boissons 25% Autres aliments 3% Produits laitiers frais 48% Sources : Danone rapport annuel

11 Par ses domaines d activité il n est pas simplement leader en France, mais numéro 1 mondial sur le marché des produits des produits laitiers frais, et numéro 2 sur celui des eaux et biscuits. La France (ou il réalise 24% de son chiffre d affaire) est un marché primordial pour Danone. Ses valeurs, comme l Ouverture, Enthousiasme, Humanisme et Proximité lui attribuent une image très positive. Il est á l écoute de ses consommateurs et c est ainsi qu il est capable de proposer chaque année de nouveaux produits, adaptés aux attentes. Ses marques «santé» sur le marché des yaourts : Danacol, Actimel, Bio et Veluté Fruix, sur le marché des eaux : Taillefine, Danone Activ et Evian et sur le marché des biscuits : Taillefine et Vitalinea. Ses produits promettent de maigrir, renforcer le système immunitaire et aider la digestion tout en offrant du plaisir par leurs goûts. B./ Nestlé : Nestlé est le plus grand groupe agro-alimentaire mondial. L entreprise Nestlé a été fondée en 1867, par Henri Nestlé. Son premier produit était la farine lactée un pas très important dans la lutte contre la mortalité infantile. Depuis le groupe s était engagé de devenir : «une entreprise de nutrition, de santé et de bien-être». Pour y arriver il est toujours prêt á modifier ses recettes, selon les demandes de ses consommateurs et d investir dans la recherche de produit. Il a même créé une association EPODE (Ensemble, Prévenons l Obésité Des Enfants), qui donne des conseils d alimentation, de mode de vie et propose des actions contre cette maladie, qui menace de plus en plus les enfants en France. Tableau V. : Les filiales de Nestlé en France 46% 1% 9% 5% 10% 18% 11% Nespresso Herta Céréales Pet Food Pdts laitiers frais Waters Nestlé France Source : Nestlé rapport annuel

12 Le groupe est présent sur le marché français par plusieurs filiaux. La répartition de chiffre d affaire, réalisé en France par ceux-ci est représentée dans le tableau ci-dessus. On peut voir, que l activité du Groupe est très diversifiée. Dans cette étude on ne se concentre que la branche des eaux (Nestlé numéro 1 mondial), des produits laitiers frais et les céréales. La France est le deuxième marché de Nestlé, après les Etats-Unis. Il commercialise des produits sous le nom de ses filiales, mais également sous le nom de Nestlé aussi. Parmi ses produits on trouve aussi bien des boissons instantanées comme des céréales ou des glaces. La proximité avec les clients est très importante pour Nestlé. Ses produits «santé» sont dans le domaine des eaux : Contrex et Vittel, des céréales : Nestlé Fitness et le nouveau Cookie Crisp (destiné aux enfants) et dans le domaine des produits laitiers frais : Sweltesse et les yaourts Nestlé. Les promesses sont presque identiques á celles de Danone. On voit bien, que ses deux géants se battent sur plusieurs fronts. Pour survivre les autres industriels se spécialise dans certains domaines pour les confronter. Sur le marché des yaourts Yoplait tente de gagner des part de marché, tandis que sur celui des céréales Kellogg s enregistre des résultats remarquables et les grandes marques comme Evian ou Perrier doivent faire face aux nouveaux nés comme Cristaline St-Yorre, mises en bouteille par Pierre Castel. 12

13 II. La santé alimentaire : prise de conscience En matière de comportement des consommateurs, la santé, et spécialement la santé alimentaire, joueront un rôle clé dans les années à venir. Le souhait d avoir une vie plus équilibrée et de s occuper de son corps est visible dans beaucoup de domaines de la consommation, pour les produits tout comme pour les services. D une part, ce sont les consommateurs qui prennent conscience de l importance de la santé et influencent les entreprises. Pour répondre au mieux aux changements de la demande des consommateurs, celles-ci sont forcées d améliorer leurs offres et de réviser leurs stratégies de positionnement. D autre part, les entreprises qui intègrent la santé dans leurs offres, influencent les consommateurs encore non adhérents à des produits et des services relatifs à la santé. Ce sont ainsi les offres qui fonctionnent comme stimuli pour inclure le facteur santé dans la vie des consommateurs. Le souhait des consommateurs de vivre de manière saine et de garder leur corps en bonne santé est une tendance actuelle qui ne peut pas être ignorée. Ce désir se manifeste en particulier dans le secteur de l alimentation. Il ne s agit plus d un besoin physiologique situé au premier niveau de la pyramide de Maslow, car la société demande plus que la satisfaction de ce besoin. Leur souhait est plutôt placé au deuxième ou troisième niveau de cette pyramide. Au deuxième, le niveau du besoin de sécurité, parce que l homme veut assouvir ses besoins physiologiques et au troisième, le niveau social, parce qu il veut soigner son corps pour appartenir à un groupe social et atteindre un certain statut. Il existe plusieurs tendances et évolutions qui ont favorisé la prise de conscience par rapport à la santé et qui se manifestent actuellement dans le comportement des consommateurs. 1./ Rapport santé et alimentation Pendant les dernières années, beaucoup de consommateurs se sont rendus compte des liaisons importantes entre la santé et leur alimentation. L augmentation de l espérance de vie, l augmentation de l âge de la retraite et la peur d une limitation de l accès aux soins médicaux favorisent cet effet. Pour la génération d aujourd hui, le corps est regardé comme un capital qu il faut conserver. La prévention semble être le seul moyen de se protéger efficacement et 13

14 est ainsi prise au sérieux. C est la raison pour laquelle de plus en plus de personnes essaient de s alimenter de façon équilibrée et pour cela demandent des produits appropriés. Les nouveaux produits ne doivent pas correspondre simplement aux besoins nutritionnels et vitaux de l organisme humain, mais doivent améliorer ses capacités, comme résistances aux maladies ou bien renforcer sa vitalité. Aujourd hui notre alimentation est basée sur des produits élaborés, plusieurs fois transformés. Il faut se rendre compte aussi la façon de manger. On n en parle plus rarement, mais les repas sautés, les déjeuners vite fait avalés sont très dangereux. Ils mènent aux problèmes d estomac et le gringottement permanant á l obésité. Selon une étude publiée par RIA numéro 638, en septembre 2003, si aucune action n est réalisée 20% des français souffrira de l obésité en Ce sont les raisons l expansion de marché des aliments dit saines. En 2000 cette branche a possédé une part de marché de 35%, soit 17 milliards de Dollars aux Etats-Unis et de 32%, soit 16 milliards de Dollars en Europe. 4 D après l étude de Conseil de l Europe menée en novembre 2002 ce marché enregistre une croissance annuelle de 15% á 20% au niveau mondial. 2./ La menace des maladies alimentaires Dans ces dernières années on a du connaître des périodes difficiles caractérisés par différentes épidémies et maladies d origines vétérinaires. La société était menacé d abord par la maladie de la vache folle (Grande Bretagne), puis la grippe des volailles (l Asie). Même si maladies n était pas présents dans les élevages français, avec la globalisation on parcourt les risques d en trouver dans certains circuits de la distribution. On retrouve des risques pas seulement sur le marché des viandes. Prenons par exemple des œufs. De nombreuses maladies peuvent être transmis par ce simple produit. Les consommateurs, sensibilisés par les médias, devient ainsi de plus en plus méfiants et demandent plus de sécurité, en particulier liés à leur alimentation. Ils cherchent des produits d origine sure et ils sont prêts de payer ses articles plus chers. Le fait que les consommateurs s inquiètent pour leur santé et pour celle de leurs familles impose le développement de marques «bio» ou «nature» qui promeuvent l importance du capital santé. De plus il existe une forte demande d acheter les produits peu 4 Source : ANVAR, Lettre de l'innovation n 11, juin

15 élaborés (fruits, légumes, œufs) directement du producteur. Malheureusement, surtout dans les grandes villes on n en a pas toujours la possibilité. 3./ Développement d une société de fitness Depuis quelques décennies, une culture de fitness, de sport et de loisir est en train de se développer. Beaucoup de personnes s identifient comme membre d une société, dans laquelle tout le monde fait du sport et se nourrit sainement. Leur souhait d appartenir à ce groupe fait qu ils adoptent de nouvelles habitudes alimentaires ou sportives très rapidement. Ils sont prêts à faire beaucoup d efforts afin de réaliser leur rêve d un corps en harmonie avec leur esprit. Cela faisant d eux un marché impatient pour de nouveaux produits et services de santé. C est un phénomène de l urbanisme. On passe son temps au bureau, pour y aller on prend sa voiture, et le soir on est trop fatigué. Cette mode de vie est devenue insupportable. Dans la presse féminine, aussi bien, que dans celle de masculine on trouve de plus en plus d articles, qui donnent des conseils comment faire du sport dans la voiture ou dans le bureau. On y trouve les adresses des salles de sport, qui sont de plus en plus nombreux dans les centres villes. Ces salles sont déjà devenues des lieux de rencontre. Elles sont bien équipées et des professionnels attends les amateurs. On élabore de plans de training et des régimes adaptés á ces efforts physiques. Et ainsi, de petit á petit on arrête á gringotter devant la télé, le matin on prend du jus de fruits avec des céréales, les desserts gras laissent la place aux yaourts et les boissons sucrées aux eaux minérales. Le résultat? On perd du poids, et les industriels augmentent leurs chiffres d affaire. 4./ Qualité de vie et bien-être («wellness») La notion wellness vient des Etats-Unis, mais les américains l ont pris de la culture asiatique. L harmonie de son corps et son esprit est la garantie d une vie équilibrée. Dans notre société stressée et pressée on en a vraiment besoins. Pour attendre cette état d esprit on peut faire du la relaxation, du sport mais il ne faut pas se priver des plaisirs. Le consommateur d aujourd hui veut se nourrir d une manière salubre, mais en même temps il ne veut pas renoncer à sa jouissance et ainsi profiter de la vie. La demande pour des aliments salubres qui soutiennent la santé a été reprise par les fabricants de produits 15

16 alimentaires. Actuellement il est possible de remplacer des ingrédients malsains sans que le consommateur sente une différence de goût et de l aider ainsi à améliorer sa façon de nourrir. Les produits diététiques ou allégés connaissent pour cela une forte demande en pleine croissance. De l autre coté le consommateur s est rendu compte que sa nutrition influence son apparition. La réponse des producteurs á cette tendance est le «cosméceutique», la beauté dans l assiette. 5 C est ainsi que de nombreux nouveaux produits sont nés. Le fruit de la collaboration de Nestlé et l Oréal est l Innéove Fermeté, un produit qui agit contre les effets de vieillissement, par voie nutritionnelle, ou le yaourt Molico Beauty de Nestlé, commercialisé au Brésil, qui améliore l extérieure grâce aux extraits d aloès. 5./ La santé comme une tendance de la mode En terme de santé on peut distinguer deux comportements de consommateurs différents. Le premier groupe est conscient de sa nutrition, connaît les effets des aliments sur son corps. Il fait ses courses d une façon sophistiquée, cherche de produits riches en fibres, vitamines, minéraux, allégés en matières grasses. Ces personnes sont les premiers, qui influencent de groupe suivant. Pour les membres de ce groupe le concept de santé ne représente qu une mode. Ces gens ne s intéressent pas à la liaison entre les produits et services particuliers, et leur santé, mais les utilisent seulement parce que tout le monde le fait. Ils sont influencés par leur environnement comme leurs amis ou leurs collègues, mais aussi par les médias. On culpabilise, par tous les canaux de communication, des personnes, qui ne prends pas soin de leur corps et leur santé. C est ainsi, que les personnes de ce deuxième groupe constituent un marché important pour les produits et services de santé car ce sont des consommateurs qui suivent l opinion générale. 6./ Les efforts des pouvoirs publics Aujourd hui, quand partout dans le monde dit développé on n arrête pas á parler d obésité, de niveau de colestherol élevé, de stress, qui fait mal á l estomac etc., les pouvoir k 16

17 publics sont obligé de réagir. L état de santé de la population est un indicatif de plus en plus important. On dit que prévenir coûte moins cher que soigner. Pour augmenter l espérance de vie et avoir une population en bonne santé les pouvoirs publics ont lancé plusieurs campagnes. La lutte contre le tabagisme et l alcoolisme a connu déjà une longue histoire, mais les efforts qui concernent l alimentation sont récents et ils étaient peu harmonisés. On a communiqué par plusieurs chaînes (spots télévisés, affiches, événements) l importance de la consommation d un coté de fruits et de légumes et de l autre coté les produits laitiers. On a sensibilisé les parents par rapport aux produits sucrés, au gringottement et également au fastfood. C est en janvier 2001, que l Etat a lancé un programme complet au lieu des actions spontanées. Le PNNS (Programme National Nutrition Santé) a pour objectif d améliorer l'état de santé de la population française en l'incitant à modifier ses habitudes alimentaires. De plus il définit neuf objectifs nutritionnels : 1. L augmentation de la consommation des fruits et des légumes, 2. L augmentation de la consommation de calcium, 3. La réduction des apports lipidiques, 4. L augmentation des apports glucidiques, 5. La réduction de la consommation de l alcool, 6. La réduction de la cholestérolémie moyenne des adultes, 7. La réduction de la pression artérielle moyenne des adultes, 8. La réduction du surpoids et d obésité, 9. L augmentation l activité physique. Pour atteindre ses objectifs les pouvoirs publics s engagent á : 1. informer et orienter les consommateurs dans son choix alimentaire, 2. prévenir, dépister et prendre en charge les troubles nutritionnels, 3. impliquer les industriels de l agro-alimentaire et la restauration collective ainsi que les consommateurs au travers des associations de consommateurs et de leurs structures techniques, 4. mettre en place des systèmes de surveillance alimentaire, 5. développer des recherches nutritionnelles, 6. mesurer des actions

18 III. Les stratégies des entreprises face à ces phénomènes Dans notre monde très compétitif, pour les producteurs de produits de grande consommation l innovation permanente est une question de survie. Sur le marché des aliments cette tendance innovation est peut être le plus fort. Les secteurs sont dominés par deux - trois grands producteurs. Ils sont en concours sans arrêt afin de sortir sa nouveauté avant l autre. Le tableau suivant démontre la possibilité de gain de part de marché en ordre d entrée : Tableau IV. : L avantage d être premier 1. période 2. période 3. période 4. période 1. entrant 100% 61% 49% 39% 2. entrant 39% 29% 25% 3. entrant 22% 19% 4. entrant 17% Source : Nathalie JOULIN : Les coulisses des nouveaux produits, (p. 56) Editions d Organisation, 2002 On peut bien voir, que le premier entrant reste toujours le leader du marché, même pendant le quatrième période, mais li ne détient que á peine les 40% de marché. Les deux premiers entrants sont en général les grandes marques multinationales, qui ont les moyens de financer les recherches et de favoriser le lancement de nouveau produit avec des fortes campagnes publicitaires. En se rendant compte le coût d un laboratoire de recherche, des exigences d emballages et les prescriptions de l administration on comprend pourquoi ces produits ont un prix élevé. La plus part des derniers entrants sont des produits «me-too». Les producteurs copient la technologies des grandes marques profitent de leurs communications. Ainsi ils sont capables de proposer ces articles á un prix imbattable, et de casser les prix du marché. Etre le premier ce n est pas possible pour tout le monde. Une autre solution, est de créer des nouveaux marchés, qui n est pas du tout facile. Alors les producteurs ont du trouver des autres moyens pour survivre. Voici les stratégies les plus utilisées : 1. L extension de la marque, (C était le cas de les yaourts Taillefine. Quand on n avait plus de potentiel sur ce segment on a lancé des biscuits et l eau minérale) 2. Les alliances stratégiques (Par exemple 18

19 Coca-Cola, souvent attaqué et Danone, connu de ses engament social et environnemental ont créé une Minute Maid. Cette boisson, riche en vitamine C, aux extraits d orange, vendue en canette a vite séduit les consommateurs.) On a vu les principales stratégies des entreprises en grandes lignes. Dans les parties suivantes on va les examiner en détails, par les quatre éléments de mix marketing. 1./ Les cibles : D après l enquête paneuropéenne on a peux établir les 5 critères selon lesquelles le consommateurs choisit ses aliments. Ce sont (en ordre de leur importance) les suivants : «qualité/fraîcheur» (74 %), «prix» (43 %), «goût» (38 %), «essayer de manger sainement» (32 %) et enfin «ce que ma famille veut manger» (29 %), même si ces chiffres sont des moyens, obtenu á partir des résultats enregistrés dans tout les pays membre, représentent les tendances du marché français. Parmi les personnes interrogées ce sont les hommes qui classent le goût et les habitudes devant les autres critères. Le prix est le plus important facteur pour les personnes á une revenu moins élevées ou en chômage. 7 Les consommateurs qui se révèlent être les plus concernés par les questions sanitaires sont en général les femmes. Entre eux les cibles importants pour les industriels sont les jeunes femmes, les mères familles (25-35 ans), et les femmes dit «seniors» entre 50 et 65 ans, qui ont tendance de consommer de plus en plus. On peut constaté, que les deux catégories sont d issues d une population avec une revenu élevée et ont un niveau d éducation au-dessus de moyen. Il existe un groupe très spécifique, qui consomme beaucoup, mais ne prend pas de soin de sa santé et sa nutrition. Ce sont les adolescents (15-25 ans). A cet âge on s occupe plus de son apparence, ses études et les fêtes. L alimentation pour eux, c est quelque chose de nécessaire, mais pas prioritaire. D une autre coté, certains produits (les aliments diététiques par exemple) s adressent à des populations spécifiques (jeunes enfants, sportifs, femmes enceintes, personnes suivant des régimes amincissants...) La consommation permet á l individu d avoir confiance en soi en se faisant plaisir il affirme sa personnalité, en découvrant les nouveautés il se mets en activité et c est au cours de cet apprentissage qu il réalise comment contrôler ses envies ou bien gérer son budget. La 7 19

20 consommation traduit aussi son besoin d appartenir á un groupe, l intégration se réalise par la suite de la mode. 8 A./ Les jeunes femmes (25-35 ans) Dans chaque domaine on voit une forte tendance, de tourner vers les jeunes femmes, soit célibataires, soit mariés avec des enfants. Le raison de ce phénomène est complexe : Les femmes possèdent de revenus de plus en plus importantes. Même si elles gagnent toujours pas autant que les hommes, mais leur rapport á la consommation est très différents. Dans á peu près de 70 á 80% des achats les femmes ont un rôle actif, soit parce que c es eux même qui les effectue, soit parce qu elles influencent les hommes dans leurs environnement. De plus un homme, en général, n achète que pour lui, tandis qu une femme achète également pour elle et pour toute sa famille. C est ainsi qu en couple la femme ne dépense pas simplement son propre salaire, mais en même temps une partie de celui de son conjoint. 9 De l autre coté les femmes sont plus sensibles aux nouvelles tendances, adoptent plus vite des nouveaux modes de vie, consacrent plus de temps, efforts et surtout plus d argent, á leur bien-être, le soin de leur corps et leur environnement. Le nombre de mono-ménages, constitués par des femmes ne cesse pas á augmenter. Les caractéres plus importantes d une femme, qui vit en mono-ménage sont les suivants : elle est jeunes, á une revenu élevées, qui cherche des produits de haute qualité et elle est moins sensibles au prix, alors elle se laisse séduire facilement. Les jeunes mères familles, sont très fortement influencées par leurs enfants. En grandissant l enfant doit comprendre les conséquences de sa mode de vie et également ceux des produits consommés. La socialisation du consommateur a quatre étapes : le premier est perceptuel qui dure de l âge de 3 á 6 ans, au cours du deuxième l enfant est analytique, il sait ce qu il aime, ce qu il n aime pas, plus tard á l âge d 11 ans il réfléchit sur le sujet de consommation, il se pose des questions et arrivé á l âge de 18 ans on peut le considérer comme une personne complètement autonome et opératoire. Quelqu un qui est capable de choisir ses produits et qui se rends compte de ses actes. Ils veulent appartenir á un groupe, ils cherchent leurs styles et ils adoptent facilement des modes de vie, des comportement de consommation, que leurs parents peut être ne connaissent pas avant. C est ainsi qu ils ont un rôle prescripteurs dans notre société. 8 Joel-Yves Le BIGOT, Catherine LOTT-VERNET, Isabelle PORTON-DETERNE : Vive les (Eyrolles Éditeur, mars 2004, p.: 93-99) 9 20

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Présentation du Groupe

Présentation du Groupe Présentation du Groupe Nestlé: Good Food, Good Life La société leader mondial dans la nutrition, la santé et le bien-être 2 Nestlé en un coup d'oeil : chiffres-clés ventes de CHF 108 milliards en 2009

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR Les années Primaire et Collège : 7-14 ans Le seul baromètre en France qui vous apporte des données actualisées tous les 6 mois avec : o une analyse nourrie de l'expertise

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

Présentation des animations Aux Goûts du Jour

Présentation des animations Aux Goûts du Jour Présentation des animations Aux Goûts du Jour AUX GOÛTS DU JOUR est une association nationale d éducation alimentaire. Objectifs * Aider les enfants et les adultes à retrouver le plaisir de Bien manger.

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation Plan de formation pour la profession No. 79022 Employée en cuisine / Employé en cuisine Addetta di cucina / Addetto di cucina Küchenangestellte / Küchenangestellter Parts: A 1 Compétence professionnelle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Julie Toury Infobébés 28 rue François 1 er 75008 Paris40 DOSSIER DE PRESSE Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Siège social : SAS Ed Société par Actions

Plus en détail

EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr

EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr LA CURE VITALE EN VENTE SUR LA BOUTIQUE TCB «TENDANCE COSMETIQUE BIO» http://www.tendance-cosmetique-bio.fr Méthode de détoxination (détoxication) et d amincissement avec le SIROP VITAL MADAL BAL! La Cure

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire.

Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Compte rendu de la réunion du 13 novembre 2014 Restauration scolaire et hygiène buccodentaire. Personnes présentes : M. le Maire, Guillaume MATHELIER, M. Quentin MAYERAT, Adjoint à l'éducation et à la

Plus en détail

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats -

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - La Vache qui rit CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - Le Groupe Bel, conscient du rôle à jouer par l industrie agroalimentaire dans la lutte contre les problèmes de santé

Plus en détail

Charte nutritionnelle

Charte nutritionnelle Charte nutritionnelle NOTRE MISSION : CONSTRUIRE ET PRESERVER LE CAPITAL SANTE L équilibre alimentaire est un enjeu majeur de santé publique. De ce contexte, Nutrisens s engage à maintenir et à renforcer

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

FAMILLES ET PREVENTION SANTE

FAMILLES ET PREVENTION SANTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DES DEUX SEVRES FAMILLES ET PREVENTION SANTE ENQUETE 2013 - SYNTHESE Afin de donner les moyens à l Institution Familiale de "produire des données familiales", de les recueillir,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Les produits solidaires, 100 jours pour convaincre!

Les produits solidaires, 100 jours pour convaincre! Juin 2012 Les produits solidaires, 100 jours pour convaincre! Contexte et historique de la démarche La Réunion a connu au mois de février des tensions sociales dont la cause la plus immédiate résultait

Plus en détail

Indications pédagogiques B2 / 32

Indications pédagogiques B2 / 32 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques B2 / 32 B : S INFORMER / SE DOCUMENTER Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis Nombre d exercices proposés

Plus en détail

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur Valérie Laplaine Groupe Casino *** La charte PNNS pour un distributeur La nutrition : un engagement fort du Groupe Casino Présentation du groupe La politique nutritionnelle du Groupe Une démarche ambitieuse

Plus en détail

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel.

Sommaire. 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. Sommaire 1. Le relaxfil : une réponse à une tendance de fond, la «loisiration». 2. Le relaxfil : une offre novatrice sur un marché à fort potentiel. 3. relaxnews : une entreprise qui se développe, recrute,

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature!

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! MagasinBio2008 Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! Le Magasin Bio de l année 2008 1 Documents de candidature Le Magasin Bio de l année

Plus en détail

Rappel situation marché

Rappel situation marché Proposition 2011 Rappel situation marché Un marché légèrement en hausse en volume en 2009 La France continue à perdre des points comme les VQPRD Les consommateurs sont plutôt fidèles aux prix et aiment

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse

Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Directives sur la publicité de TF1 Fenêtre publicitaire en Suisse Ringier Romandie Service TV commercialise en exclusivité la fenêtre publicitaire en Suisse pour la chaîne de TV TF1. Les Conditions commerciales

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation

Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation Deuxième production mondiale derrière le pétrole, le café est un produit de consommation de masse depuis 50 ans. Actuellement, il représente 20% de la consommation en boissons, pour une consommation annuelle

Plus en détail

«Bien manger» et «bouger», c est important pour les ados

«Bien manger» et «bouger», c est important pour les ados Dossier de presse 9 mai 2006 «Bien manger» et «bouger», c est important pour les ados Adultes de demain, les adolescents sont également concernés, à court, moyen ou long terme, par les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010

Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Observatoire des Moyens de Communication (OMC) Rapport de résultats - Vague 1 Mars 2010 Sommaire 1. Présentation de l'étude p. 3 2. Résultats détaillés p. 6 3. Le contexte : attitudes envers les marques

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires-

Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Le défi des repas dans les familles avec un enfant ayant un trouble du spectre de l autisme (TSA) -Particularités alimentaires- Par Nathalie Jobin, Dt.P., Ph.D. Nutritionniste, Extenso Vocabulaire Repas

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Obésité Sévère de l Enfant et de l Adulte en Nord/Pas-de-Calais Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Les services de médecine scolaire ou votre médecin traitant

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

:Réalisé par BELHASSAN Selma

:Réalisé par BELHASSAN Selma :Réalisé par BELHASSAN Selma Introduction Le Plan Première partie: Présentation de l entreprise 1) Bref aperçu 2) Historique 3) Répartition géographique 4) Le développement durable Deuxième partie: L étude

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation La BIO Focus produits allégés Janvier 2010 Nouvelle année = Nouvelle rubrique : Nouveau produit! Manger RUsé a testé pour vous : Qu est-ce que c est? [N.A!] c est le nouveau produit que vous trouvez à

Plus en détail

La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM

La cuisine fait maison et sa relation avec le PEM La cuisine "fait maison" et sa relation avec le PEM Sommaire 1. Le «fait maison» un phénomène de masse La cuisine "fait maison" - 2. Les motivations du «fait maison» 10 juin 3. Le plaisir de la cuisine

Plus en détail

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES Dans le souci du respect et de la recherche d une commune et loyale application des

Plus en détail

Clara Bove & Ophélie Le Bras

Clara Bove & Ophélie Le Bras L objectif du projet Mon Producteur Bien Aimé (MPBA) est un service collaboratif ayant pour objet de promouvoir les agriculteurs de petites et moyennes tailles locaux, en faisant la promotion d une consommation

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

1 www.agrobiosciences.org

1 www.agrobiosciences.org Intervention. 4èmes Rencontres Alimentation, Agriculture & Société. Déc 2003. «Alimentation et prévention du cancer : quelle vérité?» Par Denis Corpet (1). Directeur de l équipe "Aliment et Cancer" de

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

Stratégie commerciale

Stratégie commerciale Stratégie commerciale Plan Le groupe Ferrero Présentation du produit Le marché de la pâte à tartiner Segmentation Cible Positionnement Marketing Mix : les 4P Conclusion Historique Ferrero 1946 : élaboration

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire

L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Fatou Ndoye Virginie DATTLER enda Graf 2010 La crise économique et financière qui frappe le monde, est encore

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5 1 Les allégations de santé des compléments alimentaires sont désormais réglementées Décembre 2012 14 Décembre 2012, une mini révolution dans l étiquetage des denrées alimentaires : toute allégation d un

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Questionnaire aux parents sur l autonomie et l indépendance de l enfant au domicile

Questionnaire aux parents sur l autonomie et l indépendance de l enfant au domicile Questionnaire aux parents sur l autonomie et l indépendance de l enfant au domicile Ce questionnaire a pour but de mieux connaître les difficultés auxquelles sont confrontés dans leur famille les enfants

Plus en détail

Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile

Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile Pratiques professionnelles des métiers de l aide à domicile Santé et autonomie Mobilité et activités physiques Alimentation et rythmes alimentaires Communication et transmission 1 Sommaire Contexte et

Plus en détail