Grand export : cap sur l audace

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grand export : cap sur l audace"

Transcription

1 EC LE MAGAZINE DE LA VIE ÉCONOMIQUE DU LOIRET AVRIL / MAI 2015 #6 22 DÉVELOPPEMENT DURABLE Un mode de gouvernance pour Chryso 25 RESTAURATION La Gloire dans la longévité Grand export : cap sur l audace L ATELIER DU HAUTBOIS, DANIÈLE LEFEVRE

2 SOMMAIRE 4 ACTUALITÉS ÉDITO ENTREPRISES, PENSEZ DOUANES COMPRISES! Avec près de 7 milliards d euros d exportation en 2014, le commerce international représente un enjeu important pour l économie départementale. Pour soutenir et aider ce secteur, créateur d emplois, la direction régionale des Douanes conduit une politique dynamique de conseil auprès des opérateurs visant deux objectifs concrets complémentaires : contribuer à l amélioration de la compétitivité des entreprises, en conseillant les opérateurs sur le mode de dédouanement le mieux adapté à leur situation et soutenir l emploi, en favorisant le dédouanement de proximité. Pour les aider à réussir à l échelle internationale, et accentuer leur capacité concurrentielle à conquérir les marchés extérieurs, la direction des Douanes mène une politique active d information auprès des entreprises, notamment à travers les organismes professionnels et les chambres de commerce et d industrie. La Cellule-conseil aux entreprises peut effectuer un audit d activité afin d évaluer les besoins spécifiques, proposer des solutions adaptées et répondre aux préoccupations recensées (fluidité et rapidité des flux, gains de trésorerie et report du paiement des droits et taxes, statut d opérateur économique agréé, dématérialisation des déclarations...). Simplifier le dédouanement et favoriser la compétitivité, telle est l ambition du code des douanes de l Union (CDU) qui entrera en vigueur au 01/05/2016. Parmi les principales mesures : le renforcement et la valorisation des entreprises ayant opté pour le statut d opérateur économique agréé (OEA). Il offre une série d avantages basés sur un traitement personnalisé : entre autres, un label qualité reconnu par l ensemble de la Communauté européenne et les pays ayant signé un accord de reconnaissance mutuelle (USA, Japon, Chine...). Gislaine Le Paih, chef du pôle action économique, et Marie-Laure Madre, cellule conseil aux entreprises à la Direction régionale des Douanes et des Droits indirects. Contact : direction régionale des Douanes et Droits indirects. Tél. : MADE IN LOIRE&ORLÉANS PAROLE D EXPERT PORTRAIT INDUSTRIE COMMERCE SERVICES INTERNATIONAL DÉVELOPPEMENT DURABLE CRÉATION IMPLANTATION RESTAURATION TOURISME VIE NUMÉRIQUE PASSÉS COMPOSÉS AGENDA INDICATEURS ÉCO DOSSIER Grand export : cap sur l audace Tenter sa chance sur des marchés lointains pour saisir les opportunités de zones en plein essor économique, ou pour contrer un marché domestique saturé : tels sont les moteurs des entreprises qui se lancent au grand export, loin des frontières européennes. https://www.facebook.com/loireetorleans https://twitter.com/loireetorleans 2 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 3

3 ACTUALITÉS ACTUALITÉS En juin : la semaine des marchés est organisée par l AgglO en partenariat avec l Amao, l Association des marchés de l agglomération orléanaise et ses 22 communes. Elle aura lieu du 15 au 21 juin 2015 sur 33 marchés. Une animation culinaire sera à nouveau au programme. L idée est de proposer à un chef du quartier de venir cuisiner les produits du marché au moment de l inauguration de cette semaine pour donner de bons conseils et montrer comment cuisiner rapidement les produits achetés sur place. Ce sera également l occasion de promouvoir le guide de la vente directe édité par Place aux marchés Deux événements à venir : la semaine des marchés (en juin) et l opération «1 marché, 1 chef, 1 recette» (en septembre) sur le thème du «bien-manger»! l AgglO et la chambre d agriculture du Loiret Les Produits d ici et de saison ainsi que l application smartphone dédiée Producteurs d Orléans disponible sur Apple Store et Androïd Market. En septembre : Organisée pour la première fois dans le département par la CCI du Loiret, l opération «1 marché, 1 chef, 1 recette» a remporté un franc succès en septembre dernier avec 16 communes qui ont accueilli un restaurateur au cœur de leurs marchés pour faire déguster aux clients une recette de sa création, à base de fruits et légumes de saison. Disposant de la fiche-recette, les clients souhaitant refaire chez eux la préparation culinaire dégustée entre les étals du marché pouvaient compléter leurs courses en achetant, sur place, les produits nécessaires à sa réalisation. Pour les commerçants, ce fut un moyen efficace de promouvoir leurs marchés et de faire connaitre le site mtonmarche.com au grand public. Quant aux communes participantes, cette animation clés en main a contribué à renforcer l attractivité de leurs marchés et donc de leurs centres-villes / centres-bourgs. Cette opération sera renouvelée du 21 au 27 septembre 2015, à l occasion de la Fête de la gastronomie autour du thème «créativité et audace», avec encore davantage de marchés concernés sur le territoire du Loiret. À suivre F. B. et A. S. Les rendez-vous d affaires des sous-traitances Première conférence Loire&Orléans Éco Un bilan économique, des perspectives et la vision d un expert : Loire&Orléans Éco a réuni plus 200 personnes pour sa première conférence organisée dans les locaux de la CCI du Loiret. Le 19 février s est tenue la première conférence Loire&Orléans Éco, organisée en partenariat avec la Banque de France et la Caisse d Épargne Loire Centre. L occasion de livrer aux acteurs économiques du Loiret une synthèse des enquêtes «Bilan économique 2014 et perspectives 2015». Alain Jumeau, président de la chambre de commerce et d industrie du Loiret a accueilli les 200 participants de cet événement économique. Puis Bruno Rousselet, directeur de l agence Loire&Orléans Éco, Hervé Mattei, directeur régional de la Banque de France et Nicole Etchegoinberry, présidente du directoire de la Caisse d Épargne Loire Centre, se sont exprimés en préambule de cette conférence. David Simonnet, président d Axyntis s est notamment interrogé sur le redressement productif, la position de la France face à ses concurrents : «Certains leviers sont oubliés dans l économie française, notamment la question de confiance. Notre société est trop stratifiée et cloisonnée. L emploi est plus que jamais une priorité.» Une deuxième conférence se tiendra dans le courant du mois de septembre, pour présenter le bilan économique à mi-parcours. B. L. NOMINATIONS > Hugues Saury succède à Eric Doligé à la présidence du Département. > Jacqueline Dumas est la nouvelle présidente de BGE Loiret. > Patrick Martigny succède à Didier Fegly à la présidence d Elastopole. > Yves Trousseau a été reconduit à la présidence de l ANDRH l Association nationale des DRH (groupe Orléanais). La manifestation se déroule le 2 juin prochain et a pour but de rapprocher sous-traitants et donneurs d ordres de la région. Organisés par le réseau des chambres de commerce et d industrie de la région Centre, la deuxième édition des Rendez-vous d affaires des sous-traitances aura lieu le 2 juin 2015 au Parc des expositions d Orléans. Son objectif : permettre aux sous-traitants de rencontrer en une journée les donneurs d ordres de la région Centre intéressés par leur savoir-faire. Il ne s agit pas d un salon mais bien de rendez-vous d affaires ciblés qui visent à l efficacité. Les sous-traitants rencontrent les donneurs d ordres en face-à-face lors de rendez-vous qualifiés. Un format qui correspond au statut des premiers auxquels il est de plus demandé de se positionner comme de véritables ensembliers. Ces rendez-vous d affaires se définissent comme un événement facilitateur de contacts. Outre les rencontres évoquées plus haut, les sous-traitants ont aussi l occasion de partager leurs expériences dans des espaces dédiés et de participer à des ateliers spécifiques qui développeront deux thématiques : l optimisation des relations donneurs d ordres et sous-traitants, l innovation par les services dans la sous-traitance. A. S. PANORAMA > PARTENARIAT La Caisse des Dépôts et Consignations et Vallogis ont signé une convention de partenariat pour le financement et le développement de la construction de logements sociaux. Vallogis, première entreprise sociale pour l habitat de la région Centre par l importance de son patrimoine situé principalement dans le Loiret, consacre chaque année près de 20 millions d euros à son amélioration. En parallèle, elle connaît un fort développement dans les agglomérations d Orléans et de Tours. > APPRENTISSAGE Les Rendez-vous de l Apprentissage 2015 se dérouleront le 20 mai 2015 dans les locaux de la CCI du Loiret à Orléans. Cet événement collectif permet la mise en valeur d une voie d excellence pour poursuivre ses études. C est l occasion pour les 17 CFA du Loiret, le Point A et le CAD, la mission locale, CAP emploi, les employeurs loirétains et les futurs apprentis de se rencontrer. > SCIENCES Le pôle Dream organise le 22 mai à Orléans une journée scientifique et technique autour des «Techniques et technologies alternatives et innovantes au service de la qualité des eaux». Les objectifs : présenter les projets et partenariats lancés dans le cadre des actions de structuration de la filière animée par le pôle Dream ainsi qu identifier les besoins et nouvelles opportunités de développement en fonction des travaux de recherche actuels mais aussi de l évolution des marchés. 4 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 5

4 A5_FLYER_ENTREPRISES_CHARTE.indd 1 02/04/ :25 ACTUALITÉS Avez-vous la fibre du tri? Participez au DÉFITEXTILE MOBILISEZ VOS SALARIÉS COLLECTEZ LE MAXIMUM DE TEXTILE FAITES PARTIE DES 3 ENTREPRISES QUI REMETTRONT UN DON À L ASSOCIATION DE LEUR CHOIX Vos placards sont encombrés, vos enfants grandissent trop vite, vous souhaitez alléger votre poubelle? 100 pour une association Triez vos vêtements, votre linge de maison et vos chaussures et participez à une action solidaire. 130 points de collecte de textiles sont installés sur Boigny-sur-Bionne - Bou - Chanteau - La Chapelle-Saint-Mesmin - Chécy - Combleux - Fleury-les-Aubrais - Ingré - Mardié Marigny-les-Usages - Olivet - Orléans - Ormes - Saint-Cyr-en-Val - Saint-Denis-en-Val - Saint-Hilaire-Saint-Mesmin le territoire Loire&Orléans, afin de Saint-Jean-de-Braye - Saint-Jean-de-la-Ruelle - Saint-Jean-le-Blanc - Saint-Pryvé-Saint-Mesmin - Saran - Semoy permettre à chacun, au quotidien, de réduire ses déchets et d offrir une seconde vie à ses vêtements. Une fois collectés et triés, les vêtements en très bon état sont réemployés et alimentent une boutique solidaire et des associations caritatives locales partenaires, les autres textiles sont recyclés. En plus de ce dispositif, l AgglO Orléans Val de Loire mène régulièrement des opérations de collecte de textiles auprès de différents publics. En 2014, les enfants avaient participé à un challenge lancé auprès de 20 écoles élémentaires. Leur mobilisation avait permis de récolter près de 14 tonnes de textile. Cette année, l opération est renouvelée auprès des entreprises sous le nom de «Défi textile». Aussi, pendant la Semaine européenne du développement durable du 30 mai au 5 juin 2015, les entreprises et administrations qui auront souhaité participer à ce défi inciteront-elles leurs collaborateurs à apporter leurs textiles usagés ou inutilisés. À l issue de la semaine de collecte, les trois entreprises qui auront été les plus généreuses remporteront des chèques pour effectuer un don à l association de leur choix, avec comme principe, 1 tonne de textile collectée = 100 de don. - Photo : Géraldine Aresteanu. 1 tonne collectée Pour s inscrire : jusqu au 15 mai. F. B. Le Lab O, incubateur numérique à Orléans Orléans et Tours sont candidates à la labellisation French Tech et préparent actuellement une candidature commune. Pour être labellisées les métropoles doivent présenter des caractéristiques précises : un écosystème numérique très dynamique, un réseau d acteurs publics et privés fortement mobilisés, une taille critique de startups et un lieu totem qui les rassemble et leur permette de travailler en réseau, connectées aux autres écosystèmes nationaux et internationaux. À Orléans, ce lieu totem sera le «Lab O», ancien bâtiment Famar situé en bord de Loire. Le grand incubateur numérique, à l étude depuis plusieurs mois, passe aujourd hui en phase opérationnelle et deviendra réalité dès la fin 2015 avec l installation des premières entreprises. Le site, auparavant propriété de la ville d Orléans, appartient désormais à l AgglO Orléans Val de Loire, qui va le transformer dans le respect du travail réalisé par l architecte Jean Tschumi au début des années 50. À la toute fin des travaux en 2016, le Lab O proposera m 2 aux entreprises, startups, associations et porteurs de projet, qui bénéficieront là d un espace de travail unique sur le territoire. La richesse et la souplesse de l offre immobilière proposée mais aussi l accompagnement financier destiné à aider les acteurs du numérique à assurer leurs besoins en fond de roulement seront autant d atouts qui singulariseront l offre du Lab O des autres incubateurs. Espaces de co-working, FabLab, salles de réunion réservables à la carte, bureaux modulables, services et animations Le Lab O participera à faire d Orléans, ville numérique, une capitale régionale innovante génératrice de croissance et d emploi. F. B. Femmes entrepreneuses Nouveau concours régional Alors qu elles sont aussi nombreuses que les hommes à déclarer vouloir créer leur entreprise, les femmes ne représentent que 30 % des créateurs en France. Forts de ce constat, l État, le conseil régional, la Caisse des Dépôts et la Caisse d Épargne Loire-Centre, se sont associés pour lancer la première édition du Concours régional de l Entrepreneuriat au féminin dans le cadre du Plan d actions régional (PAR) de promotion de l entrepreneuriat des femmes. Ce concours est organisé par l association Centre Actif qui accompagne et finance, dans tous les départements de la région Centre-Val de Loire, des initiatives économiques créatrices d emplois et de solidarité. L événement a pour objectif de promouvoir l entrepreneuriat féminin par la mise en lumière de véritables parcours «d entrepreneures». Le concours est ouvert depuis le 9 mars 2015 se clôturera le 4 mai. La cérémonie de remise des prix aura lieu le 29 mai. 6 Retrouvez le règlement du concours et toutes les informations sur la page Facebook. Contact : Cécile Bourry-Meneux, Mail : F. B. LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6

5 MADE IN LOIRE ORLÉANS PAROLE D EXPERT Digitalement créative 27 ans, d une imagination débordante, l Orléanaise Natacha Jauffret est une jeune créatrice d accessoires de mode. Son master II de Design en poche, elle crée son entreprise sur notre territoire et lance la marque And So Voilà. Depuis, elle signe ses premières créations, des foulards de soie, inspirés du monde digital (circuits imprimés, câbles électriques, cartes mères). Un exemple très concret et unique en France de l économie circulaire, des matières premières secondaires embellies, recyclées au profit de la mode et de l élégance! Béatrice Laidin Douceurs montargoises Créées en 1636, les pralines sont considérées comme l un des plus anciens bonbons de France. La maison Mazet à Montargis perpétue la tradition de la véritable praline. La gamme des produits Mazet s est enrichie avec les mazettes, les amandas, les mirabos et, depuis cette année, les pralines à l arôme de miel. On notera également la qualité des écrins : bonbonnières en métal, coffrets 110 ans, coffret de luxe, boîtes «bonnes choses» et autres «boîtes merveilleuses» créées par Pauline Ricard-André, donnant à ces délices sucrées des qualités ornementales. Tradition, création et innovation sont bien là pour la satisfaction des papilles. Boutiques : place Mirabeau Montargis et 37, rue des Archives Paris. B. L. Des sacs à main et des chaussures sont attendus pour les mois prochains. Conventions réglementées : quelles nouveautés? Fixer la rémunération du dirigeant, établir une convention de trésorerie intragroupe autant de contrats dont le législateur impose la vérification afin de s assurer que la société signataire n est pas lésée. À l approche, pour beaucoup de sociétés, de l approbation annuelle des comptes, un rappel du régime des conventions réglementées et une analyse des nouveautés s impose Pour mémoire Le législateur distingue 3 types de conventions : les conventions interdites : la société consent à un associé (ayant au moins 10 % du capital en SA et SAS ; sans minimum en SARL) ou un dirigeant «personne physique» un prêt, une garantie ou un découvert (compte courant débiteur, par exemple) ; les conventions libres : ce sont celles qui portent sur des opérations courantes et sont conclues à des conditions normales ; les conventions réglementées : ce sont celles qui ne sont ni interdites ni libres! Ainsi, la conclusion d un contrat de travail par un dirigeant avec la société qu il dirige. La procédure des conventions réglementées impose, pour le mandataire social ou l associé concerné, d informer le dirigeant dès qu il a connaissance d une telle convention. L organe consulté doit expressément autoriser la convention : en SARL et en SAS : le dirigeant (ou le commissaire aux comptes) établit un rapport présenté à l assemblée afin de voter l autorisation de la convention (l autorisation peut intervenir après la conclusion de la convention) ; en SA : le conseil d administration ou de surveillance vote l autorisation de la convention et avise le commissaire aux comptes dans le mois qui suit sa conclusion. Le commissaire aux comptes présente un rapport spécial afin que l assemblée générale vote à son tour. Attention : l autorisation doit intervenir avant la conclusion de la convention. Le contenu du rapport est spécifiquement encadré et doit contenir a minima : l énumération des conventions et engagements ; le nom des personnes intéressées ; la nature et l objet des conventions ; les modalités essentielles des conventions, notamment les conditions financières ; le montant des sommes versées ou reçues au cours de l exercice en exécution des conventions conclues et autorisées au cours d exercices antérieurs qui se sont poursuivies. Quelle que soit la forme de la société, les associés émettent un vote spécifique pour ces conventions et le dirigeant ou l associé intéressé ne prennent pas part au vote. Attention : si la convention n a pas été autorisée, elle produit ses effets ; à charge pour le dirigeant intéressé de supporter les conséquences dommageables pour la société. Quoi de neuf? L ordonnance n du 31 juillet 2014 est venue modifier le régime des conventions réglementées dans les SA (le régime des SARL et SAS demeure donc inchangé). Rubrique réalisée en partenariat avec l ordre des Avocats du barreau d Orléans. Le législateur renforce la transparence des conventions : le conseil d administration doit motiver l intérêt de la convention pour la société «notamment en précisant les conditions financières qui lui sont attachées» ; jusqu alors, les conventions déjà autorisées au cours d un exercice antérieur et poursuivies au cours de l exercice en cours étaient mentionnées dans le rapport spécial du commissaire aux comptes ; désormais, elles devront faire l objet d un nouvel examen par le conseil d administration ou de surveillance ; le rapport de gestion (établi par le conseil d administration) doit désormais viser les conventions conclues par une filiale avec un mandataire social ou un actionnaire significatif ; ces conventions n ont pas à être approuvées puisqu il ne s agit là que d une obligation d information. En revanche, la procédure est allégée si la convention est conclue entre deux SA dont l une détient l intégralité du capital de l autre. Dans ce cas, la procédure des conventions réglementées n est plus obligatoire (nouvel art. L C. com). Pour la rédaction de vos conventions, N oubliez pas : l avocat sait guérir et prévenir! 8 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 9

6 PORTRAIT DOSSIER Dominique MAGDELAINE Expert ès entreprises Cet expert-comptable de formation est le président du tribunal de commerce d Orléans depuis cinq ans. Nous avons rencontré cet homme droit, passionné par le monde de l entreprise, qu il accompagne avec son expérience et sa bienveillance. En quelques dates 1942 > NAISSANCE À LYON 1966 > DIPLÔMÉ DE L ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE DE REIMS 1992 > CRÉE SA SOCIÉTÉ D EXPERTISE-COMPTABLE 1997 > S INSTALLE DANS LE LOIRET 2002 > JUGE AU TRIBUNAL DE COMMERCE 2010 > ÉLU PRÉSIDENT DU TRIBUNAL DE COMMERCE Il n aime pas beaucoup évoquer l âge du capitaine. Pourtant à 73 ans, Dominique Magdelaine a l enthousiasme d un jeune premier. Il préside le tribunal de commerce d Orléans depuis Une suite logique pour cet expert-comptable et commissaire aux comptes à la carrière riche. «Cela fait presque cinquante ans que je travaille au service des entreprises puis des sociétés que j ai créées, raconte-t-il. Je suis également consultant pour la Banque mondiale dans le cadre du contrôle de l utilisation des aides qu elle dispense.» Le président du tribunal n est pas près de quitter le navire et d abandonner ses entreprises. Celles qu il accompagne quotidiennement dans le Loiret avec les trente magistrats de sa juridiction : «Nous faisons de la prévention et luttant contre la mortalité infantile des entreprises. Notre récompense, c est de voir prospérer une entreprise que l on a accompagnée.» 500 à 600 entretiens de prévention par an Cela fait presque deux décennies qu il a rejoint le Loiret et s implique dans la vie économique du territoire. «On m a demandé d être juge, j ai dit oui, je suis assez spontané», glisse-t-il. Puis la présidence en 2010 : «J ai axé mon mandat sur l humanité avec un recrutement des compétences, la formation des juges et l organisation du tribunal en mettant en place une hiérarchie démocratique, précise Dominique Magdelaine qui occupe un poste où il faut avoir de la bouteille pour se faire reconnaître et pouvoir se frotter à tous les tempéraments.» L humain et les chefs d entreprise, sont le cœur de son métier. Il travaille à l identification des entreprises qui peuvent être en difficulté, et le cas échéant, convoque ses responsables. Chaque année, 500 à 600 entretiens de prévention sont ainsi réalisés pour éviter le redressement voire la liquidation judiciaire : «Il ne faut pas se contenter d écouter, il faut être pro-actif, conduire à trouver des solutions.» «LE TRIBUNAL DEVRAIT ÊTRE L UN DES PREMIERS ET NON LE DERNIER RECOURS DES ENTREPRISES.» Les solutions existent même si le monde des entreprises subit la conjoncture qui n est pas favorable depuis 2008 : «Dans le Loiret, elles ont bien résisté aux crises (2001 et 2008) mais le taux de défaillance augmente depuis C est pourquoi il ne faut pas attendre avant de venir solliciter notre aide. Le chef d entreprise ne doit pas rester seul, prévient Dominique Magdelaine. Nous pouvons orienter efficacement des entreprises en difficulté en vue de la recherche de solutions en liaison éventuellement avec d autres organismes (chambre de commerce, syndicats, fédérations ). Le tribunal de commerce devrait être l un des premiers et non le dernier recours des entreprises.» Grand export : cap sur l audace OLIVIER PAUL Tenter sa chance sur des marchés lointains pour saisir les opportunités de zones en plein essor économique, ou pour contrer un marché domestique saturé : tels sont les moteurs des entreprises qui se lancent au grand export, loin des frontières européennes. Si l audace est toujours de la partie, une stratégie et des moyens clairement définis, tout comme un accompagnement par les acteurs impliqués dans le processus à l international, sont aussi gages de succès. Les entreprises de la région Centre-Val de Loire Principaux obstacles pour celles qui restent recruter ou non, investir pour être présent sur des s éloigner des territoires proches géographiquement bien définie, défaut d outils techniques adaptés, être plus fort : autant de questions auxquelles sont un peu plus nombreuses qu avant à oser frileuses : absence de stratégie à l international salons, se regrouper avec des partenaires pour Barthélemy Sanson pour s aventurer au grand export, dans des capital humain insuffisant, coût des transports, les chefs d entreprise interviewés dans ce dossier zones dynamiques, aux marchés à forte croissance, capacités financières trop fragiles ou encore risque ont su trouver des réponses pour réussir leur pari. promesses de belles opportunités. Encore trop peu d impayés. Détecter les marchés à potentiel, cibler Elles confirment qu aller au grand export n est nombreuses toutefois, à l instar des entreprises les bonnes destinations, appréhender les formalités non seulement pas insurmontable, mais surtout françaises, pour réduire un déficit commercial douanières, la réglementation, s appuyer sur vecteur de croissance et de performance. français colossal (53,8 Mds, fin décembre 2014). un réseau d agents, ouvrir une filiale sur place, 10 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 11

7 DOSSIER DOSSIER Grand export : autant de stratégies qu il y a d entreprises Avec entreprises exportatrices, dont une part croissante de TPE, le Centre-Val de Loire se hisse au 9 e rang des régions françaises. Bonne nouvelle : si le grand export ne s improvise pas, il s apprend. 30 milliards d euros additionnels à saisir à l export en 2015 pour les entreprises françaises, contre 15 milliards en 2014, notamment vers le Brésil, l Algérie, le Maroc ou encore l Inde : tel serait le potentiel selon le baromètre export d Euler Hermès. Pourtant, au regard du déficit commercial français «LE CRÉDIT DOCUMENTAIRE, UN MOYEN DE SE PRÉMUNIR DES IMPAYÉS.» (53,8 Mds fin 2014, bien qu en réduction pour la troisième année consécutive) et de sa comparaison avec l excédent allemand qui avoisinait les 200 milliards, elles restent trop peu nombreuses à jouer la carte du grand export. Selon le baromètre CCI Scope 2014 réalisé par CCI Centre International, elles sont entreprises en région Centre-Val de Loire (dont un quart dans le Loiret) à exporter. DANIÈLE LEFEVRE L ATELIER DU HAUTBOIS EXPORTE L EXCELLENCE FRANÇAISE Hors Europe, les États-Unis et la Chine restent des cibles privilégiées, avec une nette progression depuis cinq ans pour les pays du Maghreb (Maroc en tête). Russie, Chine et Brésil sont considérés comme des marchés prioritaires par les entreprises industrielles. Brésil qui représente un fort potentiel pour le secteur de la parfumerie, de la cosmétique, de la santé et de la pharmaceutique. Avec ce dénominateur commun : les entreprises exportatrices seraient plus performantes que les autres. Être présent sur place, une exigence au cas par cas Au premier rang des freins invoqués par les entreprises qui refusent de tenter l aventure du grand export : le risque d impayés. Certaines ont l avantage d évoluer dans un environnement sécurisé, comme le confie Olivier Paul, dirigeant Ils sont l un des cinq «facteurs» de hautbois en France, «les plus jeunes», précise Danièle Lefevre, co-repreneuse de l entreprise (créée en 1986) avec trois autres salariés depuis Europe mais surtout Japon, Chine, États-Unis, Brésil, Argentine, Russie : tous sont friands de cette «facture spécifiquement française». Le site d Amilly fabrique chaque année 400 instruments hautbois, cor anglais, hautbois d amour et baryton à destination de magasins spécialisés, d écoles de musique, de conservatoires et de particuliers, pour un CA 2014 d un million d euros, dont 70 % à l export. Si le bouche-à-oreille assure depuis des années la notoriété de l établissement, la présence sur des salons professionnels reste incontournable («on doit y aller pour se faire connaître», assure-telle). La Musik Messe de Francfort, le salon IDRS aux États-Unis plus un autre au Japon tous les cinq ans, l investissement est conséquent mais permet aussi à l entreprise de garder le contact avec ses clients. Prochain pays dans le viseur : la Corée. «Ça reste compliqué, on n arrive pas pour l instant à y pénétrer, la concurrence est très présente», analyse la dirigeante. d Ema Pharmaceuticals à Lailly-en-Val : «Nous travaillons pour l industrie pharmaceutique, c est un secteur privilégié. Les paiements se font d avance, les relations commerciales s établissent sur la confiance. En outre, nous nous appuyons sur un réseau d agents commerciaux rémunérés sur le chiffre d affaires réalisé.» D autres ont trouvé le moyen de garantir le paiement de leurs commandes : «J utilise le crédit documentaire, schématise Benoît Reine, P-dg de Normacadre International à Neuville-aux-Bois. La procédure permet de s assurer que le montant de la commande est disponible sur le compte en banque du client. Celle-ci saisit la somme et la débloque le moment venu, lorsque nos engagements ont été remplis.» Pour Marcel Pondy-Bias, gérant d une société d export vers le Cameroun, la seule garantie efficace est d assurer une présence physique sur place : «C est une spécificité de l Afrique, les clients ont besoin d avoir un contact avec leurs fournisseurs.» Être présent sur place, Benoît Reine y a aujourd hui recours le moins souvent possible pour des questions de rentabilité : «La meilleure solution sur les gros chantiers, comme l hôpital de Tahiti, c est de détacher un superviseur qui encadre les équipes locales. Sinon, on sous-traite complètement, et je me déplace pour lancer le chantier et le contrôler.» Impossible cependant de maîtriser tous les aléas, comme le révèle cette anecdote vécue par Richard Cayeux, P-dg d Iris Cayeux à Poilly-lez-Gien : «Notre marchandise a déjà été bloquée par les douanes aux États-Unis, au motif qu elle contenait des escargots. Nous savons pertinemment que c est impossible, nos plantes ne contiennent pas le moindre gramme de terre Mais il a fallu opter pour la destruction.» Le grand export ne s improvise pas : tous les dirigeants interrogés confirment qu il exige de la rigueur. Et que celle liée aux formalités douanières et à la réglementation, loin d être insurmontable, s apprend. BENOÎT REINE NORMACADRE INTERNATIONAL, L AMOUR DU DÉFI L expert en charpentes métalliques de Neuville-aux-Bois est rompu au grand export depuis sa création en Si les chantiers sont toujours hors normes, la prise de risque est systématiquement mesurée. «On n a pas de secteur géographique privilégié, on est présent partout, sauf en Europe et aux États-Unis, soit dans plus de 80 pays», assène Benoît Reine, P-dg de Normacadre International spécialisée en conception, fabrication et installation de charpentes métalliques, couverture et bardage. Avec un CA à l export d environ 1,5 M (11 M en 2014 pour Normacadre, en France) et une structure interne dédiée à l export de deux salariés (sur un effectif de 58), la seconde SAS va où ses chantiers la mènent, à une condition : «Nous sommes le charpentier français capable des réalisations les plus extravagantes dans les pays les plus fous», résume le dirigeant. Récemment en Ukraine («à deux mois près, ça aurait pu mal tourner»), dans les années 90 en Lybie («avec l embargo, il a fallu aller ailleurs»), il y a peu au Soudan pour la construction de la structure d un barrage, Benoît Reine s adapte en permanence «à une économie mondiale mouvante». En sécurisant tous les aspects cependant : «Nous avons créé cette seconde SAS il y a trente-cinq ans pour préserver les salariés contre un éventuel risque d impayés. Aujourd hui, si ce risque existe, je n y vais pas.» S il n a pas recours à la garantie Coface, qui ne l assure pas dans les pays à risques, il s appuie sur la sécurité du «crédit documentaire». Impliqué depuis quatre ans sur le chantier d une sucrerie en Algérie («j adore travailler là-bas, on y est en moins de temps qu il ne faut pour rallier Roissy!»), il tente actuellement une percée en Arabie Saoudite, au Qatar et aux Émirats arabes unis. Sa porte d entrée? Un salon professionnel à Dubaï en novembre prochain. «C est la première fois que je mise sur un salon, explique Benoît Reine, c est un vrai pari, je me laisse trois ans pour voir.» Dans cette optique, il a fait traduire son site Internet et ses plaquettes en sept langues, et fait sous-titrer la vidéo de présentation de l entreprise en anglais et en arabe. Un investissement global qu une unique commande suffirait à rentabiliser. 12 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 13

8 DOSSIER DOSSIER Forum Odyssée Un levier pour passer à l action Pouvoir échanger, en un seul lieu, avec l ensemble des acteurs qui interviennent dans le processus à l international : l opportunité est réelle pour les entreprises qui veulent initier ou booster leur stratégie à l export. Rendez-vous au Centre de conférences d Orléans le 29 septembre Comment identifier les marchés cibles? Sécuriser les paiements? Gérer la logistique à l international? Quelles sont les ressources financières disponibles? Quelles sont les compétences humaines utiles pour structurer son service export? Autant de questions auxquelles la 4 e édition du prochain forum Odyssée, qui se tiendra au Centre de conférences d Orléans le 29 septembre prochain, apportera de réponses. L événement, organisé par CCI Centre International, s avère un excellent point de départ pour les entreprises qui projettent leur développement à l export. Spécificité de cette manifestation biennale : réunir en un seul lieu tous les acteurs du commerce international, partenaires publics et privés, et entreprises. CCI Centre International, région Centre-Val de Loire, Business France, BPI, Centrexport, Coface, «ENCOURAGER LE PARTENARIAT ENTRE PETITES ET GRANDES ENTREPRISES.» Direccte ou encore CCEF (Compagnie des experts financiers) seront ainsi présents pour aborder efficacement tous les aspects d une stratégie (grand) export efficace (formation, RH, mobilité, finances, juridique, assurance, transport ). Autre objectif de l événement qui s articule également autour d ateliers et tables rondes avec témoignages d entreprises, d une conférence phare et de RV avec des experts d une quinzaine de pays : encourager la collaboration et le partenariat entre petites et grandes entreprises. Chasser en meute pour plus d efficacité, une réalité RICHARD CAYEUX DES IRIS QUI S ARRACHENT JUSQU EN RUSSIE La stratégie à l export du créateur et producteur d iris de Poilly-lez-Gien reste étroitement liée aux concours dans lesquels ses créations sont primées. Le grand export? Richard Cayeux, P-dg des Iris Cayeux à Poilly-lez-Gien (CA 2014 : ), est affirmatif : «Il faut y aller!» Avec cette nuance toutefois : «Nous avons la chance d être sur une niche, nous sommes les seuls à créer autant de variétés d iris. La complexité, c est qu il faut suivre le produit du début à la fin, avec une réglementation à l export qui change tous les six mois à un an.» Quant à ses destinations à l étranger, le créateur et producteur d iris des jardins (20 ha, soit la plus grande surface cultivée d Europe) explique qu elles restent très liées aux concours lors desquels ses créations sont primées : «Les commandes sont alors immédiates.» États-Unis, Iran, Kazakhstan, Slovaquie, Roumanie ou encore Russie (le dirigeant souligne avoir ressenti les répercussions de la dévaluation du rouble sur le volume global des commandes) : le made in France et les variétés de Poilly-lez-Gien (dont 30 % sont des créations) s exportent bien a été toutefois une année difficile, de l aveu du chef d entreprise, et c est actuellement le «statu quo côté grand export». Seule la Turquie est en ligne de mire pour l instant, avec un potentiel énorme : «Imaginez que la municipalité d Istanbul emploie personnes pour ses parcs et jardins!», s exclame-t-il. Et de conclure que cette réussite à l export, «c est à la fois très gratifiant et passionnant pour l entreprise, on sort de notre village!». éprouvée par Ema Pharmaceuticals, fabricant de capsules en aluminium pour l industrie pharmaceutique à Lailly-en-Val. «Nous fréquentons les salons professionnels, explique Olivier Paul, son dirigeant. On collabore avec les fabricants de flacons, de caoutchouc, on partage même des agents commerciaux avec eux. In fine, à plusieurs, on rentre plus facilement chez un client.» Faciliter le business, c est aussi l une des ambitions de ce forum qui a réuni près de 300 entreprises et 560 participants lors de sa dernière édition. Marcel Pondy-Bias, à la tête de la SIE FCAM, à Saint-Jean-de-Braye, spécialisée dans l export vers le Cameroun, ne regrette pas sa présence aux salons Promote et France Afrique organisés par CCI Centre International l an passé : «L idée, c était de pouvoir emmener quelques entreprises sur Yaoundé. En France et même en Europe, on est assez timorés pour aller aborder l Afrique centrale. Mais j ai pu nouer des contacts sérieux avec plusieurs entreprises.» Un forum comme levier dans sa stratégie au grand export (et à l international en général) qui a vocation à agir comme déclic pour partir à la conquête des marchés lointains. OLIVIER PAUL EMA PHARMACEUTICALS JETTE SON DÉVOLU SUR LES ÉTATS-UNIS Le spécialiste du sur-bouchage pour l industrie pharmaceutique mise sur les États-Unis. Lorsqu il reprend l entreprise de Lailly-en-Val avec un groupe d investisseurs individuels en 2006, Olivier Paul la recentre sur la fabrication de capsules en aluminium pour l industrie pharmaceutique, «une niche de la niche», dit-il. Un milliard de capsules annuelles pour un chiffre d affaires de 6,3 M dont 42 % réalisés à l export. «Des produits qui voyagent bien, parce que non périssables» et qui alimentent 170 usines dans le monde vers une quarantaine de destinations : Afrique, Amérique du Sud, Australie, Taiwan ou encore Indonésie. «Notre stratégie commerciale à l export est adaptative en fonction des marchés explique le chef d entreprise. Celle-ci met actuellement le focus sur le formidable potentiel des États-Unis pour développer son CA premier marché mondial en volume et en valeur.» Et vise, dans un second temps, l Asie du Sud-Est. Ema Pharmaceuticals s appuie notamment sur les salons professionnels et les études de marché produites via le réseau des CCI pour cibler ses pays ENTREPRISES EXPORTATRICES EN RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE 9 e RANG TEL EST LE CLASSEMENT DE LA RÉGION EN FRANCE, À L EXPORT LE «CARRÉ MAGIQUE» 4 GRANDS PAYS ÉMERGENTS LE COMPOSENT, QUI SONT VECTEURS DE CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Brésil, la Russie, l Inde et la Chine (Bric) 14 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 15

9 DOSSIER Des compétences qui font la différence Créer une cellule export au sein de son entreprise, s appuyer sur des relais locaux, s implanter à l étranger : la question des ressources humaines et des compétences dévolues à cette activité conditionne aussi la réussite de sa stratégie à l international. «Il faut avoir envie de bousculer ses habitudes et de rencontrer d autres cultures!», déclarait un jour un dirigeant de PME dont 85 % du CA était réalisé à l export. Aller à l international, et qui plus est au grand export, implique en effet de solides capacités d adaptation à des cultures et à un environnement différents, mais aussi des compétences linguistiques. Si pour la plupart des interviewés de ce dossier, c est souvent le chef d entreprise lui-même qui s attelle à la tâche, miser sur des ressources humaines dédiées à l export MARCEL PONDY-BIAS SAISIR LES MARCHÉS À FORTE CROISSANCE DE L AFRIQUE CENTRALE «DES CAPACITÉS D ADAPTATION À DES CULTURES ET À UN ENVIRONNEMENT DIFFÉRENTS.» reste la règle. C est par exemple le cas de l Atelier du Hautbois, à Amilly la dirigeante gère l export avec un commercial ou des Iris Cayeux, à Poilly-lez-Gien, qui ont recruté une personne en charge du suivi avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Espagne, avec un recours ponctuel à une interprète pour les transactions en Russie. Recruter un commercial export? Un volontaire international en entreprise (lire l encadré ci-dessous)? S appuyer sur des relais locaux, comme des importateurs ou des agents, comme le fait Ema Pharmaceuticals à Lailly-en-Val, en les partageant même avec des industries connexes pour gagner en rentabilité et en efficacité? S implanter sur place, même si la solution reste l une des plus coûteuses? Il existe autant d alternatives que d entreprises, de secteurs d activité, de produits ou de services à commercialiser. Un impératif toutefois : garder un contact étroit avec ses clients. Gaëlle Lepetit «L Afrique aujourd hui, c est un peu comme l Europe après la Seconde Guerre mondiale, dépeint Marcel Pondy-Bias, à la tête de la société d import-export FCAM. C est un continent en chantier, il a y des marchés à prendre, avec des besoins énormes à tous les niveaux, en infrastructures, logistique» Une réalité confortée par les salons France Afrique ou encore Promote, organisés l an passé par CCI Centre International, et suite auxquels il a noué des «contacts sérieux». Spécialisée dans l export de matériel informatique et accessoires électriques, l entreprise créée fin 2012 à Saint-Jean-de-Braye exporte aujourd hui vers le Cameroun : «Les Turcs y arrivent, ils ont saisi le potentiel, poursuit-il. Quant aux Chinois, ils sont déjà hyper présents.» Une présence sur place que le dirigeant décrit comme quasi incontournable à défaut d y avoir un partenaire à qui déléguer la gestion pour faire du business vers l Afrique : «Les clients ont besoin d avoir un contact avec leurs fournisseurs, c est une spécificité de l Afrique.» Marcel Pondy-Bias franchit d ailleurs un cap cette année en installant ses quartiers huit mois de l année sur le continent africain. Et partira gagner de nouvelles parts de marché, dès le mois d avril, au Congo. VOLONTARIAT INTERNATIONAL EN ENTREPRISE, UNE SOLUTION EFFICACE ET ACCESSIBLE Le recours au volontaire international en entreprise (V.I.E.) permet aux entreprises de confier une mission professionnelle (de 6 à 24 mois, renouvelable d assurance-prospection Coface ou encore la prise en charge d une part d aides nationales et régionales, comme le crédit import-export, le contrat une fois dans cette limite) à un jeune (âgé de 28 ans au maximum) à l étranger. importante du coût du V.I.E. Si l entreprise ne dispose pas, dans le pays Une solution efficace pour mener une étude de marché, s imprégner du visé, d un partenaire local pouvant l accueillir, CCI France International met marché ciblé, en connaître les circuits de distribution, ou encore nouer à disposition des espaces de travail équipés. À la clé : adaptation accélérée des premiers contacts avec des partenaires. Le contrat V.I.E. bénéficie au pays et encadrement sécurisant pour le V.I.E. comme pour l entreprise. 16 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 17

10 INDUSTRIE COMMERCE Hitachi ouvre le premier data center privé du Loiret PATRICK ROCHER - CHRISTOPHE CHOLLET - P. KOHLER Le japonais Hitachi, installé depuis 23 ans sur le site d Ardon, vient d ouvrir le premier data center privé du département. Une nouvelle offre de services de stockage et d hébergement, qui s adresse aussi bien aux très grandes entreprises qu aux TPE. Big data, serveurs, cloud computing l externalisation des services informatiques des entreprises auprès d infrastructures technologiques qu elles n abritent plus devient une solution de plus en plus courante. C est de ce constat et surtout d un besoin de solutions d hébergement émis par ses propres clients que le fabricant d unités de stockage informatique situé à Ardon (200 salariés, 272 M de CA en 2014) a décidé d ouvrir le premier data center privé du Loiret. «Nous sommes un constructeur, nous avons voulu mettre cette expertise au service de nos clients pour leur proposer une solution globale d hébergement de leur infrastructure informatique. Et ce pour des clients qui vont des grands groupes aux PME en passant par les TPE», explique Christophe Chollet, ingénieur d affaires chez Hitachi. Concrètement, le data center, c est aujourd hui «UNE SÉCURITÉ MAXIMALE POUR L HÉBERGEMENT DES DONNÉES.» ARDON 120 m 2, avec un potentiel d extension jusqu à m 2, une connexion réseau jusqu à Mbps, une climatisation de kw ou encore un système d extinction innovant par brouillard d eau. Les exigences techniques et «le niveau de redondance mis en place assurent aux clients une sécurité maximale pour l hébergement de leurs données», appuie Christophe Chollet. Une offre cohérente pour le Loiret Un niveau d exigence technique suit d ailleurs son cours de certification Iso 27001, relative à la mise en place des systèmes de management de la sécurité de l information (SMSI). «Hitachi est déjà certifiée Iso 9000, 9001, et 18001, cette expertise en matière de certification est un avantage significatif pour nous», confirme Patrick Rocher, responsable de l activité Datacenter. La qualité de l offre d Hitachi en termes de superficie, d immobilier, d infrastructure, d électricité, de climatisation et de télécommunications a d ailleurs fait la différence auprès des acteurs économiques locaux. Le Département, l Agence de développement économique du Loiret (Adel) et l AgglO d Orléans aujourd hui unis sous la bannière Loire&Orléans Éco, ainsi qu Orléans Technopole, ont soutenu le projet. Parce qu il permet de disposer, sur le territoire, d un data center de proximité, en cohérence avec son réseau de communication haut et très haut débit. Un soutien qui a notamment favorisé la connexion avec de futurs clients, à l échelon local mais aussi national. Gaëlle Lepetit Bijoutier, à l heure d une passion Bijoutier-horloger, Stéphane Clouzeau tient boutique à Pithiviers place des Halles. Horloger de formation depuis trois générations, il consacre son expertise et son goût d entreprendre à faire vivre un commerce dont la notoriété dépasse aujourd hui les frontières du département. La place du marché est lumineuse, la devanture verte, lorsque l on pousse la porte de la bijouterie, on découvre un espace bien agencé, dans un concept moderne et chic. Or, argent, petite joaillerie, montres, des marques connues et d autres moins la bijouterie a travaillé une offre variée pour tous les budgets. «Le secret de tout commerce indépendant c est de se renouveler régulièrement et de déceler les tendances», annonce Stéphane Clouzeau. Certes, un concept qui s applique à tous les secteurs, mais auquel Stéphane ajoute une grande dose de respect et de satisfaction client : «Nous fidélisons aussi nos clients de génération en génération. Leur apporter les bons «NOUS FIDÉLISONS AUSSI NOS CLIENTS DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION.» conseils lorsque la garantie est dépassée et que l article a été acheté ailleurs c est très important.» Ainsi, il ne se passe pas une semaine sans que le bijoutier ne conseille à ses clients de transformer les bijoux qu ils ne portent plus afin de leur donner une nouvelle vie. «L or est un métal éternellement recyclable, insiste le bijoutier. Je collabore avec un joaillier et des fabricants de bijoux tout or qui réalisent des bijoux or à façon. Ces transformations sont d autant plus intéressantes que le prix de l or est élevé actuellement. Sur un bijou tout or, mes clients économisent entre 50 et 75 % par rapport à un bijou neuf.» Au-delà de son profond goût pour le commerce, Stéphane Clouzeau a surtout une passion : les montres horlogères. Quand il présente l un de ses derniers modèles, son regard s illumine, les explications sont limpides et l objet prend une autre dimension Ces dernières années, ce passionné de belle mécanique a considérablement développé sa gamme de montres. Très présent sur les blogs et forums spécialisés, impliqué dans des réseaux d échanges professionnels, Stéphane propose des marques rares destinées à une clientèle d amateurs prête à parcourir des kilomètres pour partager ses conseils et essayer ses modèles. «Nous proposons des marques pour lesquelles nous ne sommes pas plus de dix dépositaires en France», précise-t-il. La montre est aussi un accessoire de mode Chaque trimestre, Stéphane organise les soirées horlogères de Pithiviers et fait partager son goût pour ce bel accessoire de mode. Sa priorité cette année? Poursuivre son développement sur Internet, avec la création d un site marchand et d une page Facebook : «Aujourd hui notre site est STÉPHANE CLOUZEAU une vitrine souvent illustrée de photos prises par nos clients. Même si ce n est pas sa vocation, il génère déjà des ventes. Nous le ferons évoluer avant la fin de l année pour faire mieux face à la concurrence des grandes enseignes.» Son équipe composée de deux vendeuses et d un jeune apprenti en alternance l accompagne dans tous ces projets. Aimer un univers comme l horlogerie impose de s y connaître. On ne s improvise pas spécialiste, on le devient à force d enrichir sa connaissance. Fabienne Bonvoisin 18 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 19 FORUM PITHIVIERS TOUT SAVOIR SUR LE E-COMMERCE Un forum de e-commerce a lieu le mardi 5 mai 2015, à 16 h, au siège du Crédit Agricole de Saint-Jeande-Braye. Cette manifestation gratuite est ouverte à tous et permettra aux participants d échanger avec les experts locaux du e-commerce. Au programme : ateliers, informations et conseils personnalisés. Un événement organisé par la webschool d Orléans.

11 SERVICES INTERNATIONAL Cegedim, expert en gestion de flux dématérialisés AMILLY MID Électronique, quand la réactivité s exporte SEMOY Entité du groupe mondial de technologies et de services spécialisé dans le domaine de la santé Cegedim l entreprise d Amilly abrite sur le site du Gros Moulin trois filiales aux activités diverses, axées notamment autour de solutions pointues en matière de gestion des flux et bases de données. Spécialisée dans la maintenance de process industriels, MID Électronique a franchi un cap décisif dans son déploiement international avec l ouverture d une agence à Barcelone il y a quatre mois. Une première étape avant la conquête du Maghreb et du reste de l Afrique. LOISIRS Leader mondial du CRM * santé et parmi les premiers fournisseurs de données stratégiques consacrées à ce secteur, le groupe Cegedim a bâti son expertise autour des prestations de services, des outils informatiques, des logiciels spécialisés ou encore des services de gestion de flux et de bases de données. Ses principaux clients : les industries de santé, les laboratoires pharmaceutiques, les professionnels de santé et les compagnies d assurance. Le site d Amilly, dirigé par Jean-Marc Pommeret, développe depuis une vingtaine d années trois activités différentes, pour un effectif total de 140 salariés. «La société Pharmastock, explique le directeur, assure notamment le stockage, l acheminement et la préparation de documentation médicale à destination des visiteurs médicaux pour de grands noms de l industrie pharmaceutique.» Une activité historique à laquelle s est JEAN-MARC POMMERET SWIMCENTER OUVRE EN JUIN Swimcenter Orléans Sud, dans la zone des Montées, ouvrira ses portes en juin Il s agit d un club aquatique qui propose à ses adhérents des cours collectifs d aquavélo, aquafitness, natation, adaptés aux besoins de chacun. Dans un bassin chauffé à une température comprise entre 30 et 32 C, les cours seront encadrés et coachés par un professionnel et adaptés à tous les niveaux. Swimcenter se veut un endroit convivial, familial et moderne. greffée au fil des ans le stockage et la gestion de retours de produits pour d autres clients, dans d autres secteurs (petit colis et mono colis). SRH, «LA SOUS-TRAITANCE DE LA GESTION DES PAIES SE GÉNÉRALISE.» autre société emblématique de l expertise du groupe Cegedim, s est positionnée sur le marché de l externalisation RH, pour le compte de grandes enseignes nationales. Une sous-traitance des feuilles de paie sur mesure adaptée aux règles et aux spécificités des entreprises concernées, et dont Jean-Marc Pommeret assure qu elle est en voie de généralisation et donc, de montée en puissance : «Nous sommes en phase de recrutement. Nous avons déjà embauché la moitié des 50 CDI recherchés grâce à une convention signée avec l Agglomération montargoise et l Agence de développement économique du Loiret. Nous ciblons des BTS et des Bac+3 en comptabilité.» Flux et tiers-payant Enfin, 80 salariés assurent à Amilly, au nom de Cegedim Ingénierie, le traitement des factures de tiers-payant pour le compte d un acteur majeur, la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH). Filiale de Cegedim Assurances, la société compte dans son portefeuille de grands acteurs de l assurance comme Axa, Aviva ou encore Humanis. L activité, qui connaît une croissance régulière depuis trois ans, reste soutenue grâce à son principal partenaire : le Cetip **. Leader en gestion de tierspayant, l opérateur traite 46 millions de factures chaque année pour 20 millions d assurés. *Customer relationship management ou Gestion de la relation client. **Centre technique des institutions de prévoyance. «Notre force et notre valeur ajoutée, c est notre temps de réaction, la rapidité avec laquelle nous proposons une solution à un client en arrêt de production», résume Boubekeur Bangoura, gérant de MID Électronique à Semoy. L entreprise créée en 2003, spécialisée dans la maintenance et la réparation de process industriels, travaille notamment pour de grands noms de la pharmacie et de la cosmétique, ou encore la direction générale de l Armement. Cap décisif dans sa stratégie de développement, MID Électronique a ouvert une agence à Barcelone en décembre dernier. À sa tête, en «EN L ESPACE DE QUATRE MOIS, NOTRE CA A AUGMENTÉ DE 10 %.» tant que volontaire international en entreprise (V.I.E.), Audrey Bangoura, fille du gérant, mais surtout, trilingue, et des études faites en Espagne. Son atout : une excellente connaissance du tissu économique local. Couplée à une analyse très ciblée du marché en amont avec l aide du réseau des chambres de commerce et d industrie et à une aide financière du conseil régional pour développer des outils de communication et de marketing, la stratégie choisie permet de «limiter les risques tout en prospectant de manière efficace». Son déploiement international, le chef d entreprise l a programmé étape par étape : «En l espace de quatre mois, les commandes passées en Espagne ont tiré notre chiffre d affaire de 10 %, le marché est très porteur. On se concentre sur ce premier objectif sans se disperser. Ensuite, nous mettrons le cap vers la Tunisie, l Algérie, le Maroc, et, d ici trois à quatre ans, vers l Afrique noire.» Petites structures et souplesse les compétences de l atelier technique du site de Semoy, mais aussi sur la mobilité des ingénieurs et techniciens qui se déplacent dans la France entière et à l étranger. Boubekeur Bangoura envisage, à moyen terme, l installation d un pôle technique à proximité de la frontière espagnole. Avec ce parti pris stratégique pour sa croissance future : privilégier l implantation d agences de taille moyenne (20 à 25 personnes), afin de continuer à garantir souplesse et rapidité d exécution BOUBEKEUR BANGOURA à ses clients. Le gérant, qui a fait ses premiers pas il y a dix ans au sein de la pépinière d entreprises de Saint-Jean-de-Braye, avec deux salariés, conclut par un message positif : «On peut faire beaucoup de choses en économie, et qui marchent! À condition de savoir s adapter et se remettre en cause.» Parmi les atouts de MID Électronique : sa réactivité et sa souplesse dans l élaboration de solutions Gaëlle Lepetit pour ses clients. Des réponses qui reposent sur 20 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 21 CRÉATION MÈIWÉNTI SE LANCE VERS L EST Gaëlle Lepetit En créant la société Mèiwénti, son dirigeant Hervé Barboux a souhaité mettre ses 20 années d expérience en Asie et en Europe de l EST au service des entreprises. Parmi la palette d activités proposées : sourcing, suivi de production, contrôle qualité, moules et outillages, packaging, conception de produits, formalités douanières, vente en Chine

12 DÉVELOPPEMENT DURABLE CRÉATION Chryso France, le développement durable comme ADN À Sermaises, Chryso France a fait du développement durable son mode de gouvernance. Une démarche atypique, exemplaire et porteuse de sens, qui sert à la fois la performance de l entreprise, génère de la confiance auprès de ses clients, et renforce la cohésion interne. FRANCK GIMER Chez CHRYSO France, le développement durable, c est tout sauf un effet de mode. «Nous ne le concevons pas comme une démarche parallèle, explique Franck Gimer, Directeur général France et Europe de l Ouest du groupe, c est le mode de gouvernance de l entreprise. Nous avons fusionné la politique du groupe avec nos cinq engagements développement durable.» Et d ajouter que si la force principale du leader français de fabrication d adjuvants pour le béton et le ciment reste la technologie (le site de Sermaises abrite une cellule R&D de 50 chercheurs et la production de l ensemble des principes actifs du groupe), Chryso s attache «à cultiver une approche et un discours différents vis-à-vis de son personnel et de ses clients». Ancré dans les valeurs de l entreprise, son engagement pionnier pour le développement durable est d abord passé par une évaluation Afaq 26000, pour lequel elle s est vue gratifier du niveau exemplaire. «Nous avons ensuite fait «NOUS AVONS FUSIONNÉ LA POLITIQUE DU GROUPE AVEC NOS 5 ENGAGEMENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE.» par une valorisation financière de l entreprise et une analyse de ses points forts et ses points faibles, avec la volonté «de travailler pour faire progresser tous ces axes en continu». Emmener les parties prenantes Maître mot de cette stratégie : l implication systématique des parties prenantes. Les déclinaisons concrètes sont multiples : un club RSE permet aux clients de partager leurs expériences en matière de responsabilité sociétale de l entreprise (RSE), le club HSE * réunit clients et fournisseurs autour de problématiques éponymes. Le comité sociétal emmène quant à lui les parties prenantes locales (communauté de communes, sous-préfet, mairie, Croix-Rouge ) pour mieux intégrer Chryso dans le tissu économique. Parmi ses actions : l installation de ruches destinées à la surveillance de l impact de l usine sur son environnement (et, accessoirement, à la production de miel pour les collaborateurs) ou encore la création d une réserve de biodiversité juste à côté de l usine, en partenariat avec Loiret Nature Environnement. Également labellisé «Lucie», l industriel s engage aux côtés d autres entreprises pour un partage de pratiques d excellence autour de la RSE. Une politique globale que Franck Gimer qualifie de cohérente, et donc, porteuse de sens pour les 234 salariés de Sermaises. «C est plus qu une réflexion citoyenne, chacun doit pouvoir y adhérer, parce qu au final, il le fait pour lui-même», conclut-il. ** *Hygiène, sécurité, environnement. **L entreprise témoignera de sa démarche lors de la Rencontre Performance du 25 juin SERMAISES Ellisse, la terre vue du drone Accéder à l inaccessible, sous un angle inhabituel, grâce aux performances du drone : telle est la promesse de la toute jeune SASU créée par Didier Ozon il y a quelques mois. Seule limite aux prouesses techniques : une réglementation drastique de l espace aérien. «Je ne travaille pas, je m amuse! Je vis cela comme un privilège!» Didier Ozon, à la tête d Ellisse depuis décembre 2013, a fait de ses passions pour l aéromodélisme et la photographie son métier. L entreprise, basée à Saran, propose en BtoB des prises de vue photo et vidéo effectuées par drones. Trois applications visées : la valorisation du patrimoine (pour les agences immobilières, les collectivités, les professionnels du tourisme), l événementiel, avec la couverture de manifestations sportives et culturelles, et enfin, un volet plus technique avec la thermographie aérienne (cabinets d experts en audits énergétiques). «L ENTREPRISE ÉVOLUE DANS UN ESPACE AÉRIEN EXTRÊMEMENT RÉGLEMENTÉ.» «Dans un second temps, je compte développer une offre à destination des agriculteurs, pour surveiller les parcelles, afin de pouvoir mieux gérer leur évolution», explique le dirigeant. Aujourd hui équipée de deux drones, l entreprise évolue dans un espace aérien extrêmement réglementé : «On ne fait pas n importe quoi, n importe quand, n importe où», souligne Didier Ozon, qui l a rapidement éprouvé au cours des différentes étapes administratives qui ont précédé le lancement d Ellisse. Le dépôt de dossier obligatoire auprès de la direction générale de l Aviation civile (DGAC) est exigeant : déclaration de la flotte homologuée selon des critères spécifiques, habilitations des télépilotes (Didier Ozon est aussi titulaire du brevet d instructeur d ULM) Une formalité à laquelle s est greffé un passage incontournable par la Préfecture. «On doit effectuer un dépôt de survol du territoire en zone peuplée, se déclarer comme exploitant ; l autorisation obtenue est renouvelable chaque année», détaille-t-il. Un soutien immédiat des banques du client et sa faisablilité dans la zone géographique donnée» À lui d intégrer également la prise en charge de demandes d autorisations liées aux missions, comme un éventuel arrêt du passage du tram pendant quelques minutes. Au final, les images sont livrées soit brutes au client, soit avec un post-traitement à la carte (retouche, son, générique ). Actuellement en pleine phase de conquête commerciale, le chef d entreprise s appuie sur un lancement pratiquement sans embûche. Un stage «5 jours pour entreprendre» suivi auprès de la CCI du Loiret et un dossier «béton» monté avec la Boutique de gestion Loiret lui ont ouvert sans peine les portes des banques et facilité l obtention d un prêt Initiative Loiret ( ). Le tout couronné par le titre de lauréat Fapal * *Fédération des parcs d activité du Loiret. évaluer par un cabinet indépendant notre capital immatériel : le capital clients, fournisseurs, organisationnel, le bien-être au travail, le capital de Une rigueur que Didier Ozon applique systématiquement avant d accepter chaque nouveau marque, de savoir, celui du SI», déroule le directeur Gaëlle Lepetit général. À l arrivée, une évaluation qui se traduit contrat : «Je m attache à bien définir le besoin 22 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 23 PÉPINIÈRE DEUX NOUVEAUX LOCATAIRES À PITHIVIERS SARAN DIDIER OZON Gaëlle Lepetit Deux entreprises ont récemment intégré la pépinière du Nord Loiret. Mikit Pithiviers Gâtinais Concept Construction est une micro franchise spécialisée dans la promotion immobilière de logements. Elle est dirigée par Michel Sergent. Frimouss signes est une société par actions simplifiée unipersonnelle qui œuvre dans l animation et la formation Bébés signes, langage des signes pour un public sourd ou malentendant. Sa dirigeante est Nathalie François. Ces deux locataires rejoignent les entreprises déjà installées sur la pépinière : Capawatt, Auto Service Aide, Graph Innov.

13 IMPLANTATION RESTAURATION Tout Faire à Meung, une base solide Spécialisée dans la vente de matériel et de matériaux de construction-bricolage, l entreprise Tout Faire Matériaux a regroupé ses stocks dans le Loiret, à Meung-sur-Loire. Les camions défilent sans cesse. Les chauffeurslivreurs chargent et déchargent les marchandises à un rythme soutenu. Depuis septembre dernier, l activité bat son plein sur la plateforme de Tout «MEUNG-SUR-LOIRE EST UN LIEU STRATÉGIQUE À 1 H 30 DE PARIS.» TRAVAUX Faire basée à Meung-sur-Loire. L entreprise a décidé d y implanter sa plate-forme nationale afin de stocker le matériel et de livrer tous les «magasins Tout Faire». «Nous sommes en charge de la gestion et du référencement de l ensemble des produits, explique Olivier Popelin, directeur de la plate-forme. Meung-sur-Loire est un lieu stratégique à 1 h 30 de Paris et avec un OLIVIER POPELIN CHRONOPOST BIENTÔT À INGRÉ L entreprise de messagerie Chronopost sera la première à s installer dans la Zac des Guettes, à Ingré. Les travaux ont commencé en janvier pour le transfert de l agence actuellement située à Saran. Celle-ci devrait être opérationnelle à la rentrée. Dans la continuité du parc d activités Pôle 45, la Zac des Guettes devrait accueillir plusieurs nouvelles entreprises dans un délai relativement court. À suivre accès aux autoroutes A 71, A 20 et A 19, nous pouvons atteindre toute la France très rapidement.» Personnel et locaux modulables Pour mener à bien son projet Tout Faire s est appuyée sur un bâtiment existant ( m²) et une expertise avec un sous-traitant, Norbert Dentressangle. L entreprise spécialisée assure la logistique avec une vingtaine de personnes dédiées. Tout Faire dispose de neuf employés dont le directeur mais aussi trois chefs de marché qui travaillent entre Verdun, le siège du groupe, et l unité de Meung. La plate-forme créée est modulable. Le nombre de manutentionnaires peut évoluer en fonction des charges de travail de même que les locaux qui offrent une capacité maximale de m². De quoi stocker la marchandise et ainsi garantir aux adhérents de Tout Faire Matériaux une réactivité dans la disponibilité des produits. Un objectif de références Depuis son ouverture, l unité de stockage livre les 390 dépôts implantés en France. «Avec notre logiciel, nous pouvons suivre toutes les livraisons en direct du stock, en passant par la prise en charge et la livraison de la marchandise», précise Olivier Popelin. La plate-forme peut s enorgueillir depuis son lancement de chiffres prometteurs : colis livrés et dépôts livrés. «C est un vrai outil de développement du commerce», se réjouit Olivier Popelin. Aujourd hui, le site de Meung gère références pour 6 M de stocks et devrait atteindre 10 M dans les prochains mois avec références. Tout Faire Plateforme se donne trois ans pour monter en charge. MEUNG-SUR-LOIRE Barthélemy Sanson Restaurant La Gloire Le succès dans la longévité Parmi les quatre étoilés Michelin du département, et depuis peu labellisé maître restaurateur, l hôtel-restaurant La Gloire, à Montargis, mise depuis 20 ans sur les produits nobles et le fait maison. Une cuisine haut de gamme, concoctée avec passion et humilité. «Je préfère en avoir une qui brille, plutôt que deux qui flanchent!», plaisante Véronique Martin en évoquant l étoile Michelin attribuée à son établissement depuis Et des reconnaissances gratifiantes, l hôtel-restaurant La Gloire, de Montargis, les cumulent. Localement, il fait partie du réseau des Toques du Loiret, et affiche fièrement depuis le début de l année le label de maître restaurateur. Ici, c est cuisine gastronomique, «très traditionnelle», résume Jean-Claude Martin, son chef depuis une vingtaine d années. Dans les assiettes (40 couverts), du fait maison de A à Z, du frais, et évidemment, de saison. Les clients les habitués, locaux, ou encore parisiens qui ont une résidence secondaire dans le Loiret, ainsi que les touristes plébiscitent une cuisine de produits nobles, avec une prédilection pour le poisson : turbot, saintpierre, lotte mais aussi langoustines ou encore hormards cuits à la commande, tout juste sortis du vivier d eau mer dont le chef est équipé. «UNE CUISINE DE PRODUITS NOBLES, POISSONS ET CRUSTACÉS EN TÊTE.» Jean-Claude Martin les magnifie par exemple dans sa, «Salade de homard aux lentilles vertes du Berry, vinaigrette de crustacés», ou encore version «Gratin aux pâtes fraîches, coulis de crustacés». Le chef propose aussi des abats, «qu on n a plus l habitude de cuisiner». Les amateurs pourront donc les (re)découvrir en optant pour les «Rognons de veau sautés, sauce bordelaise, purée de patate douce». Autre pêché mignon qui fait la particularité de l établissement, en plus de son grand choix de fromages : son fabuleux chariot de desserts. Une quinzaine de pâtisseries au choix, qui vont de la mousse de nougat glacé au paris-brest, en passant par le succès praliné (aux Praslines Mazet). À côté de la carte, quatre formules de menus se déclinent de 32 (entrée, plat, dessert) à 56 (entrée, plat, fromage, dessert, apéritif et vin compris). Une affaire de famille Fermé les mardi et mercredi, La Gloire est un établissement qui carbure avant tout grâce à une belle énergie familiale. Ouvert en 1972 par le père de Véronique Jean-Louis Jolly il a vu Jean-Claude Martin y faire ses premiers pas comme apprenti. Après avoir aiguisé son expérience au Ledoyen, au Café de la Paix ou encore à La Marée à Paris, il est revenu aux sources et a repris avec son épouse les rênes de l hôtel-restaurant. L une de leur filles, RÉOUVERTURE JEAN-CLAUDE MARTIN Élodie, officie en salle. L autre, Caroline, ainsi qu un gendre des restaurateurs, œuvrent en cuisine. «Ajoutez que la salle est climatisée et très fleurie!», lance Véronique avant de clore l entretien. Vingt ans après, une chose est certaine : l enthousiasme du couple n a pas tari. 24 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 25 MONTARGIS Gaëlle Lepetit MONTBOUY RETROUVE SON RESTAURANT Fermé depuis plusieurs années, le restaurant La Terrasse a rouvert au début du printemps 2015 à Montbouy. Arrivé en mai 2012, Frédéric Montagne avait repris le bar-tabac avec l idée de rouvrir plus tard le restaurant, la mairie ayant racheté les murs et effectué les travaux de rénovation nécessaires. La salle de restaurant peut accueillir une quarantaine de convives. À l étage, le lieu est adapté pour recevoir des repas de famille, réunions d associations, séminaires, expositions.

14 TOURISME VIE NUMÉRIQUE Et au milieu coule le Loiret Premier site touristique du Loiret, le Parc floral de La Source, Orléans-Loiret créé en 1964 est un lieu unique où de nombreux visiteurs viennent se promener, se ressourcer, jardiner, observer les animaux ou tout simplement respirer. Erika Zimmerman dirige le parc depuis huit ans et souhaite attirer un public toujours plus varié. Visite guidée. Jardin d iris, rocaille, roseraie, potager, zone tropicale, fuchsias, serre aux papillons Chaque saison voit se transformer les jardins qui changent alors de couleurs, de reliefs et d odeurs. En une promenade, chacun l aura compris : ce paysage est sans cesse en mouvement et il faut y revenir pour se laisser surprendre à nouveau. Tout le parc a été créé autour d un élément qui le singularise de beaucoup d autres espaces naturels, la source du Loiret. «Le parc s articule autour de cette résurgence, le Bouillon, dont le nom évoque d ailleurs l effervescence de l eau qui la caractérise, précise Erika Zimmerman. Lancé officiellement lors de l exposition horticole des Floralies en 1967, le parc floral a conservé sa structure d origine. C était un lieu à la pointe de la modernité qui doit rester en phase avec son temps.» Des phases de rénovation et de réaménagement se sont succédé notamment en 2006 et 2007 et depuis quelques années, le parc s inscrit dans une démarche de préservation et de bonnes pratiques de l environnement. «Cette démarche nous a naturellement amenés à éliminer l usage de pesticides, d herbicides et d insecticides», ajoute Erika. Alors, imaginez le travail que représente l entretien du lieu, avec un désherbage tout à la main! Résultat, le Parc floral de La Source, Orléans-Loiret est labellisé depuis 2009 «jardin remarquable» par le ministère de la Culture et de la Communication. Label qui signale au grand public les jardins dont le dessin, les plantes et l entretien sont d un niveau remarquable. «UN LIEU À LA POINTE DE LA MODERNITÉ QUI DOIT RESTER EN PHASE AVEC SON TEMPS.» lumière des lampions. «Spectacul air» propose des spectacles en plein air pour les enfants. Même si les jeunes couples apprécient les Nocturnes, les enfants sont attirés par les animaux et le petit train et les personnes retraitées profitent du parc en journée ; il n y a pas de règle! Les scolaires, de plus en plus nombreux, viennent de tout le département et du sud de Paris. Pendant la période de forte fréquentation, l effectif de l équipe est à géométrie variable, il passe de 24 à 34 collaborateurs. «Ce que je préfère? C est justement travailler avec cette équipe, ils sont tous passionnés. Aucun des collaborateurs n est arrivé au parc par hasard. Tous ont fait le choix d exercer leur métier et INFORMATIONS PRATIQUES Horaires d ouverture Du 20 mars au 27 septembre 2015 : 10 h - 19 h Du 28 septembre au 1 er novembre 2015 : 10 h - 18 h Ouverture gratuite du 2 novembre 2015 à mars 2016 : 14 h - 17 h Fermé les 25 décembre et 1 er janvier Nocturne le 2 e samedi du mois, de mai à septembre : dernière entrée à 21 h 30, fermeture du parc à 23 h. ORLÉANS ERIKA ZIMMERMAN apprécient leur cadre de travail. Les jardiniers, les soigneurs animaliers ces activités demandent beaucoup de finesse, d intuition. Il leur faut savoir porter un regard, être créatif mais aussi assumer des tâches laborieuses en extérieur et par tous les temps.» Quand on se promène dans le parc, on n imagine pas ce travail en coulisses, la magie opère, les 35 hectares de nature incitent à la rêverie ORGANISER UN ÉVÉNEMENT AU PARC FLORAL? Fabienne Bonvoisin Il est privatisable en soirée pour des événements d entreprise d ampleur. Les projets sont étudiés au cas par cas par la directrice et ses équipes, si l événement s inscrit dans ce site naturel et prestigieux et concerne de nombreux invités. Récemment, la CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises) y a fêté ses 15 ans. Géomotifs, un regard innovant sur le patrimoine architectural SAINT-DENIS-DE-L HÔTEL La nouvelle application mobile et le site Internet Géomotifs font d une pierre deux coups : donner à chacun la possibilité de (re)découvrir de manière visuelle et ludique le patrimoine architectural de la région, et fournir aux collectivités locales et professionnels du tourisme une offre de visite complémentaire et originale. Géomotifs, le nouveau service développé par m-tourisme Ludique *, basée à Saint-Denis-de-l Hôtel, s inscrit pleinement dans la dynamique numérique sous l angle culturel du territoire. Et c est la ville d Orléans, convaincue par le bon accueil du public lors de tests pendant les Journées du patrimoine, qui a misé en premier sur son potentiel innovant, avec un déploiement prévu cet été. Le concept? Redécouvrir en s amusant le patrimoine architectural, à travers des détails («ceux que l on ne voit qu en prenant le temps de lever la tête», précise Sylvain Lambert, son dirigeant). Adossé à l ouvrage de référence ** dont il a acquis les droits exclusifs, le chef d entreprise a voulu à la fois «rendre un savoir de recherche accessible au grand public tout en donnant de la valeur à ces détails». L information délivrée est concise, pour être mémorisée, et surtout, «pour rendre les visiteurs capables de parler de leurs découvertes grâce au vocabulaire assimilé par le jeu». «UN MOYEN DE RENOUVELER L INTÉRÊT POUR LA FRÉQUENTATION D UN SITE.» Quand viralité rime avec notoriété Le partage et l interaction sont encouragés sur le site Internet de Géomotifs et sur les réseaux sociaux, via la publication de photos ou encore l accès à un carnet de voyage personnel. En démultipliant l information, par effet de ricochet, la «communauté Géomotifs» contribue à générer de la notoriété pour les sites concernés. Villes, collectivités, châteaux y trouvent un moyen de renouveler l intérêt pour la fréquentation de leurs sites grâce à un service clé en mains. «Géomotifs ne se substitue pas aux offres de visites actuelles, souligne Sylvain Lambert, c est un complément, une approche originale, très visuelle, qui suscite la curiosité et crée de la proximité avec les visiteurs.» Enfin, la constitution d un réseau mutualisé doit permettre, selon le vœu de l entrepreneur, de «Faire rayonner le territoire et servir les intérêts des sites partenaires de Géomotifs». *Avec le soutien d un Cap Création de la région Centre. ** «Le vocabulaire illustré de l ornement» Evelyne Thomas - Eyrolles. SYLVAIN LAMBERT Tout au long de la saison, c est-à-dire du 20 mars au 1 er novembre, des animations ponctuent la vie du parc et accueillent des publics très différents. Le «salon des Arts du Jardin», exposition-vente de végétaux et d objets pour le jardin, ouvre la Gaëlle Lepetit saison en avril. «Les Nocturnes» prennent le relais et permettent de découvrir le parc à la 26 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 27

15 PASSÉS COMPOSÉS AGENDA Cap au grand large Chronique d Anne-Marie Royer-Pantin Dans le Loiret, territoire-carrefour ouvert de longue date aux relations marchandes avec les pays lointains, il y a toujours eu des exportateurs «qui en veulent», sachant fructueusement coupler innovation et grand export, prise de risque et gains de productivité. S il n en fallait retenir qu un, de ces champions de la croissance hors frontières, ce serait celui-ci, à la fois capitaine d industrie, brillant ingénieur et grand humaniste Innover pour exporter, exporter pour innover, voilà un cercle vertueux qui signe la bonne santé d une entreprise et l inscrit dans une croissance durable. C est si évident. Encore faut-il, pour jouer cette carte gagnante, certains talents essentiels : optimisme et volonté, créativité incessante et solide pragmatisme, ouverture d esprit et curiosité, vitalité et lucidité Et Jean-Félix Bapterosses ( ), issu d une modeste famille d ouvriers, les possédait toutes et au plus haut point, ces qualités qu il sut utiliser avec une rare sagacité pour devenir le patron d une entreprise d envergure internationale, qui reste l un des fleurons de l histoire économique du département. Une succession d innovations Ce sont les innovations qui enclenchent et accélèrent le processus de développement : après avoir mis au point en 1844 une presse révolutionnaire battant tous les records, le jeune entrepreneur se lance dans la fabrication industrielle des boutons. La réussite ne tarde pas et il cherche à délocaliser son atelier parisien devenu trop petit : il s implante en 1851 à Briare, et c est toute la petite cité ligérienne qui va désormais vivre au rythme de la manufacture. Les innovations se succèdent et Jean-Félix Bapterosses démarre la production de perles en des pays étrangers et y déposer ses brevets, à étendre ses réseaux de distribution à l échelle internationale. Expansion africaine Il va en particulier s imposer sur un marché très original : l Afrique, dont les besoins en perles sont énormes. Elles servent en effet de parure, d attributs de richesse et de puissance, d ornements religieux ; elles ont également une valeur de monnaie dans les économies de troc. La beauté et la diversité des perles briaroises séduisent toutes les populations africaines, qui ne veulent plus que des «bapterosses». La production de mosaïques ne prendra complètement le relais des perles qu à partir de Après diverses mutations, la Manufacture des Émaux de Briare reste aujourd hui encore majoritairement tournée vers l export. Cette belle épopée est bien la preuve de la force du lien existant entre innovation et grand export. Et c est une stimulante source d inspiration. LES RENCONTRES PERFORMANCE JEUDI 4 JUIN INTERNATIONAL Les États-Unis : un marché d implantation. JEUDI 11 JUIN INNOVATION-VEILLE INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE Rencontre avec Norbert Alter, sociologue, spécialiste de l innovation dans l entreprise. MARDI 16 JUIN PERFORMANCE INDUSTRIELLE Version 2015 de la norme Iso 9001 : quelles évolutions pour votre système qualité? JEUDI 18 JUIN MANAGEMENT & RH Réussir les nouveaux enjeux du management intergénérationnel. JEUDI 25 JUIN ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE Découvrir la démarche de développement durable de Chryso. JEUDI 2 JUILLET SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL Faire vivre de manière efficace votre document unique d évaluation des risques. MERCREDI 8 JUILLET STRATÉGIE COMMERCIALE Réussir la transformation numérique de votre entreprise. JEUDI 28 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE UDEL-MEDEF LOIRET Avec Pierre Gattaz, président du Medef Caisse régionale du Crédit Agricole, Saint-Jean-de-Braye. VENDREDI 5 JUIN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE LOIRE&ORLÉANS ÉCO À la Maison des entreprises. DU 15 AU 21 JUIN SEMAINE DES MARCHÉS > ADMINISTRATION I Hôtel consulaire 23, place du Martroi Orléans Tél. : Fax : > DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Alain Jumeau > ONT PARTICIPÉ À LA RÉDACTION Digitale naïve (Gaëlle Lepetit), Fabienne Bonvoisin, Fatimata Diallo, Béatrice Laidin, Barthélemy Sanson, Alain Souché > SECRÉTARIAT DE RÉDACTION Agence Goodby > CONCEPTION I > PHOTOS I Didier Depoorter En couverture : Danièle Lefevre, L atelier du hautbois > IMPRESSION I Imprimerie Morault > PUBLICITÉ I Sylvia Fromenteaud Tél. : > TIRAGE I exemplaires > ISSN I > CONTACT RÉDACTION Tél. : AVRIL / MAI 2015 #6 Jean-Félix Bapterosses. Une parfaite maîtrise des processus et des coûts de fabrication lui permet d obtenir des produits d une qualité et d une esthétique remarquables qu il peut vendre à petits prix, damant le pion à la concurrence étrangère. Les succès commerciaux dépassent rapidement les frontières nationales et les perles Bapterosses vont voyager sur tous les continents. C est que, à une époque où la mondialisation était encore loin d exister, Jean-Félix Bapterosses a eu d emblée la certitude que son entreprise, pour croître et embellir, avait besoin d une clientèle mondiale. Pour cela, il n hésite pas à voyager, à étudier les potentiels des marchés et s adapter à leurs spécificités, à passer des accords commerciaux avec des partenaires dans la plupart Manufacture de Briare fin XIX e. Anne-Marie Royer-Pantin est écrivain, auteur d essais, d ouvrages d histoire et de nombreux travaux sur le patrimoine local et régional. 28 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 29

16 INDICATEURS ÉCO Indicateurs économiques du Loiret PLUS D INFOS Permis de construire commencés Source > Direction régionale de l équipement Logements commencés (nb) Locaux d activités commencés (m 2 ) 1T 2015 Variation sur un trimestre Variation sur un an % -45 % % -46 % Commerce extérieur Source > Douanes (En milliers d euros) Région Centre (4T 2014) Loiret (4T 2014) Part Loiret Exportations ,88 % Importations ,57 % Solde Taux de chômage Source > Insee 3T 2014 (estimations provisoires) Variation sur un trimestre (en point) Variation sur un an (en point) Loiret 9,8 0,2 0,20 Centre 9,5 0,2 0,09 France 9,9 0,2 0 Créations et radiations d entreprises - Février 2015 Source > Fichier consulaire CCIL Un chiffre à retenir Source > Insee K C est le volume des exportations Caf-Fab hors matériel militaire du Loiret vers l Union européenne en Le volume des échanges du Loiret vers l Europe hors UE en 2014 était, lui, de 517 K. Source : Douanes, le chiffre du commerce extérieur, mars Solde Radiations Créations Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février 30 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6 31

17 32 LOIRE&ORLÉANS ÉCO #6

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Communiqué de presse du lundi 12 mars 2012 PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Créteil, lundi 12 mars 2012 - A l heure des profonds

Plus en détail

Voyage Exploratoire Barcelone

Voyage Exploratoire Barcelone Voyage Exploratoire Barcelone 24 au 26 février 2016 Inclus une journée au Mobile World Congress Le contexte Elue «Capitale européenne de l innovation» par la commission européenne en 2014, Barcelone accueille

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres

grandir ensemble www.fayat.com/carrieres www.fayat.com/carrieres 137 rue du Palais-Galien - BP 90028-33029 Bordeaux Cedex - France Tél. : +33 (0)5 56 00 21 00 - Fax : +33 (0)5 56 51 60 47 Crédits photos : Bruno Levy REA ; Dominique Feintrenie

Plus en détail

L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent

L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent Nos partenaires L aventure de l international : Entreprises et Pôles/Clusters témoignent Intervenant : Jean-Baptiste Anginot Directeur Général - société ECOFIT Animatrice : Sylvie Hevia Conseillère en

Plus en détail

Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire.

Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire. Les organisateurs et les partenaires Le numérique est au cœur de la stratégie de développement de notre territoire. Depuis plus de 10 ans, Roannais Agglomération, la CCI Roanne Loire Nord et Numélink œuvrent

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Votre réseau international. Chine

Votre réseau international. Chine Votre réseau international Chine Allemagne Argentine Brésil Burkina Faso Canada Assurer votre succès à l international avec ERAI Depuis 1987, ERAI accompagne les entreprises rhônalpines pour concrétiser

Plus en détail

>> Dossier de presse. Octobre 2014

>> Dossier de presse. Octobre 2014 Octobre 2014 >> Dossier de presse Contact : Estelle Barré, Chargée de communication I Angers Technopole Tel : 02.41.72.14.13 / 06.46.10.14.74 estelle.barre@angerstechnopole.com 2 Au programme 1. > Contexte

Plus en détail

Savoir en permanence se réinventer.

Savoir en permanence se réinventer. DOSSIER DE PRESSE 2015 É D I T O Savoir en permanence se réinventer. C est le métier de nos clients. C est l ADN de Gravotech. Gravotech est leader dans la conception, la fabrication et la distribution

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage»

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» DOSSIER DE PRESSE Nantes, le 15 janvier 2014 Sommaire I. 20 ans de croissance et d innovation

Plus en détail

VOUS AUSSI REJOIGNEZ LE RÉSEAU DES SÉLECTIONNEURS À SUCCÈS

VOUS AUSSI REJOIGNEZ LE RÉSEAU DES SÉLECTIONNEURS À SUCCÈS VOUS AUSSI REJOIGNEZ LE RÉSEAU DES SÉLECTIONNEURS À SUCCÈS UNE PASSION, LE SPORT UN MÉTIER, LE COMMERCE UNE FORCE, LA COOPÉRATIVE LA COOPÉRATIVE DE COMMERÇANTS : UN MODÈLE ÉCONOMIQUE À SUCCÈS Le regroupement

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015

choucroute Dossier de presse d lsace La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée DU 17 AU 25 janvier 2015 La Choucroute d Alsace comme vous ne l avez jamais goûtée Dossier de presse Création graphique : Musiconair Pendant 9 jours, les Chefs d Alsace et les Maîtres Restaurateurs d Alsace vous font découvrir

Plus en détail

Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3. Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi?

Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3. Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi? 1 2 Sommaire Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3 Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi? 4 Boîte à outils 5 Bilan de la première année d activité

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème )

LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) LA SOIREE DES TALENTS 2012 Jeudi 29 novembre Cap 15 Paris (15 ème ) Programme : 18 h 30 : Accueil des diplômés 18 h 45 : Début des entretiens A l issue de vos entretiens, vous êtes conviés au cocktail

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00

Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Dossier de presse Technopole de Bourges : Construction d un Centre d Affaires Vendredi 4 février 2011 15H00 Contacts presse : Laurent DEULIN : 02 48 48 58 10 06 63 95 00 23 l.deulin@agglo-bourgesplus.fr

Plus en détail

Nos savoir-faire & solutions business

Nos savoir-faire & solutions business Passionnés de gastronomie et de voyages, ses fondateurs se sont inspirés de leur expertise dans l univers agro-alimentaire pour créer DESTINATION en 1999, une entreprise à taille humaine et éco-responsable,

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013.

Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Dossier de Presse La communauté de communes de Mimizan participe au Salon PROVEMPLOI, à Paris, le 15 octobre 2013. Contact presse : Julie LECOEUR Responsable Communication 05 47 81 70 14 communication@cc-mimizan.fr

Plus en détail

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé Healthcare * sdv.com Logistique. Imagination. *Santé SDV, un service de proximité et une performance assurée La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Informations générales

Informations générales PHARMACEUTICAL INSPECTION CONVENTION PHARMACEUTICAL INSPECTION CO-OPERATION SCHEME Informations générales PS/INF 71/2012 26 septembre 2012 Le schéma de coopération dans le domaine de l inspection pharmaceutique

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. SERVICES DE LA FORMATION Prospecter et fidéliser grâce aux réseaux sociaux- Facebook 29 et 30 juin 2015 Aujourd hui, les réseaux sociaux font partie de notre quotidien pour un usage privé ou professionnel.

Plus en détail

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise

La SEM Régionale des Pays de la Loire, outil essentiel contre la crise La SEM Régionale des, outil essentiel contre la crise Dossier de presse Conférence de presse La Roche-sur-Yon, 8 juin 2009 Sommaire : Communiqué de synthèse En annexe : - Fiches SEM - Note de conjoncture

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS, pour qui? 4000 entreprises en région appartenant à 8 filières et représentant 25 000 emplois 420 Chercheurs et techniciens 250 Adhérents 2500

Plus en détail

Vous êtes consommateur et étudiant? Vous consommez des produits emballés, et certains des emballages vous ont interpellés ou inspirés.

Vous êtes consommateur et étudiant? Vous consommez des produits emballés, et certains des emballages vous ont interpellés ou inspirés. Concours «Emballé 3.0» du Conseil National de l Emballage 2016 Conseil National de l Emballage est une association qui a pour objet de favoriser le meilleur usage de l emballage des biens de consommation,

Plus en détail

W PROJECT DOSSIER DE PRÉSENTATION

W PROJECT DOSSIER DE PRÉSENTATION W PROJECT DOSSIER DE PRÉSENTATION DÉCOUVREZ LES ENTREPRENEURS FRANÇAIS DE L ÉTRANGER. Une deuxième édition pour aller encore plus loin... C est par ici! www.wproject.fr W Project : Définition En février

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats

Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Les écoles de la CCI Réunion récompensent leurs lauréats Dossier de presse Remise de diplômes EGC Réunion et Ecole d Ingénieurs BTP Vendredi 28 novembre 2014, Pôle Formation Nord de la CCI Réunion Les

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise

Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise Orange donne une nouvelle dimension à sa stratégie entreprise Trente mois après le lancement d Orange Business Services, qui a renforcé sa position dominante sur le segment B2B et affiche une croissance

Plus en détail

ORGANISER SON ENTREPRISE POUR EXPORTER : LES SOLUTIONS RH. La gestion stratégique des achats internationaux - L. LANGUENOU - Mars 2011

ORGANISER SON ENTREPRISE POUR EXPORTER : LES SOLUTIONS RH. La gestion stratégique des achats internationaux - L. LANGUENOU - Mars 2011 Nos partenaires ORGANISER SON ENTREPRISE POUR EXPORTER : LES SOLUTIONS RH La gestion stratégique des achats internationaux - L. LANGUENOU - Mars 2011 3 ORGANISER SON ENTREPRISE POUR EXPORTER : LES SOLUTIONS

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

Welcome. un état d esprit

Welcome. un état d esprit * Bienvenue. Welcome * un état d esprit Plus qu un message de bienvenue, Welcome c est la promesse d ouverture que nous faisons à chaque collaborateur, dès son arrivée dans le Groupe et tout au long de

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014 COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen Les partenaires du cycle La CGPME 77 est le syndicat du patronat réel de

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com 1 La 1 ère Edition du Salon du Web et de l Intelligence Economique, c est : Un RDV pour analyser l impact du Web sur l économie

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

UBIFRANCE. et les Missions économiques

UBIFRANCE. et les Missions économiques UBIFRANCE et les Missions économiques VOS PARTENAIRES A L EXPORT L EXPORT : IL EST URGENT DE S Y METTRE! Un réseau de partenaires pour accompagner les PME Pour mieux accompagner les PME, UBIFRANCE et

Plus en détail

TANGER TOURISM EXPO LEADING TRAVEL TRADE SHOW

TANGER TOURISM EXPO LEADING TRAVEL TRADE SHOW TANGER TOURISM EXPO 21-24 OCTOBER 2015 TANGIER MOROCCO LEADING TRAVEL TRADE SHOW EDITO Il apparaissait important pour nous, professionnels du tourisme, à ce stade de notre carrière professionnelle de pouvoir

Plus en détail

Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients,

Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients, Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients, ADVANCITY vous accompagne au Canada, SALON AMERICANA - Montréal 17-18 -19 mars 2015 Présentation du salon : Le salon AMERICANA

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années.

ayant le potentiel de recréer rapidement une partie des emplois détruits ces dernières années. Les franchises solidaires Une nouvelle filière économique innovante, dynamique, éthique et durable vecteur de développement/créatrice d emplois pour tous les territoires 08/02/2010 1 Les franchises solidaires

Plus en détail

LES SIGNATAIRES DE LA CHARTE EXPORT EN AUVERGNE. Un numéro dédié. AUVERGNE INTERNATIONAL, vous conseille, vous guide et vous soutient lors de :

LES SIGNATAIRES DE LA CHARTE EXPORT EN AUVERGNE. Un numéro dédié. AUVERGNE INTERNATIONAL, vous conseille, vous guide et vous soutient lors de : Les acteurs opérationnels de l international en Auvergne regroupent leurs expertises et dispositifs sous la bannière Auvergne International pour vous offrir un accompagnement harmonisé et cohérent sur

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST

Affinitaire. adressé et ciblé. LA POSTE GLOBAL MAIL MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST DOCAPOST DOCAPOST MEDIAPOST COMMUNICATION VIAPOST LA POSTE GLOBAL MAIL DOCAPOST DPS (Document Process Solutions), répond aux problématiques d édition et de gestion de document (éditique on demand et industrielle,

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE V.I.E?

QU EST-CE QUE LE V.I.E? QU EST-CE QUE LE V.I.E? Le V.I.E. permet de confier à un jeune jusqu à ses 28 ans, une mission professionnelle à l étranger d une durée modulable de 6 à 24 mois. De statut public, le contrat V.I.E. est

Plus en détail

PASSEPORT PÔLE ENTREPRENEURIAT ETUDIANT REGIONAL PEPITE CENTRE

PASSEPORT PÔLE ENTREPRENEURIAT ETUDIANT REGIONAL PEPITE CENTRE PASSEPORT PÔLE ENTREPRENEURIAT ETUDIANT REGIONAL PEPITE CENTRE Pepite Centre est le Pôle Étudiant Pour l Innovation, le Transfert, l Entrepreneuriat de la Communauté d Universités et Etablissements Centre-Val

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail