F UE - Financement participatif A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/EDJ/JP AVIS. sur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "F UE - Financement participatif A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/EDJ/JP 713-2013 AVIS. sur"

Transcription

1 F UE - Financement participatif A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/EDJ/JP AVIS sur UNE CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT PARTICIPATIF AU SEIN DE L UE - QUELLE SERAIT LA VALEUR AJOUTÉE D UNE POTENTIELLE ACTION DE L UE ET DE LA BELGIQUE POUR SOUTENIR LE FINANCEMENT PARTICIPATIF? (approuvé par le Bureau le 18 décembre 2013, entériné par le Conseil Supérieur le 27 mars 2014) Conseil Supérieur des Indépendants et des PME WTC III (17 ème étage) - Boulevard Simon Bolivar Bruxelles Tél. : Fax :

2 Présentation du Conseil Supérieur des Indépendants et des PME Le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME est un organe consultatif fédéral belge, créé par les lois relatives à l'organisation des Classes moyennes, coordonnées le 28 mai Il regroupe plus de 170 fédérations nationales interprofessionnelles et professionnelles agréées par les autorités belges, défendant les intérêts des indépendants et des petites et moyennes entreprises. Le Conseil Supérieur existe, dans sa forme actuelle, depuis plus de 50 ans. Il peut être considéré comme le "parlement" social et économique des indépendants et des PME. Le Conseil Supérieur est le porte-parole des indépendants, des professions libérales et des PME belges. Selon la définition belge, les PME correspondent à des entreprises qui dans la définition européenne sont désignés par petites et micro-entreprises. Il exerce principalement ce rôle en rendant des avis formels qui sont adressés en premier lieu aux Ministres concernés du gouvernement fédéral belge mais aussi au Parlement belge et aux instances européennes. Les avis du Conseil Supérieur portent sur toutes les facettes possibles de la vie professionnelle des indépendants et des PME : la politique générale PME, les réglementations professionnelles, les pratiques du commerce, la problématique des retards de paiement, la simplification administrative, etc. Le Conseil Supérieur a aussi une compétence de représentation en ce sens qu'il délègue des représentants dans les organes consultatifs ou de gestion de diverses instances socioéconomiques. Le Conseil Supérieur désigne ainsi les représentants des indépendants et des PME dans une trentaine d instances officielles. Le Conseil Supérieur est enregistré sous le numéro dans le registre de transparence commun adopté par le Parlement européen et la Commission européenne. 2

3 La Commission européenne a lancé le 3 octobre 2013 une consultation publique sur le financement participatif en Europe - "Quelle serait la valeur ajoutée d une potentielle action de l UE?". Le Conseil Supérieur profite de l'occasion pour se prononcer sur le cadre réglementaire belge et pour examiner les orientations politiques préconisées sur le plan régional pour soutenir le système de financement participatif. Après avoir réuni la commission ad hoc "financement participatif" le 4 décembre 2013, le Bureau du Conseil des Indépendants et des PME a émis d initiative le 18 décembre 2013 l'avis suivant, entériné par le Conseil Supérieur le 27 mars CONTEXTE Le financement participatif est un mode alternatif de financement d un projet sans que des intermédiaires financiers ne soient impliqués. L idée sous-jacente est de faire appel à de nombreux particuliers pour qu'ils investissent un montant relativement modeste en vue de financer entièrement ou partiellement un projet au moyen de la somme globale récoltée par ces petits investissements. Dans la communication concernant le plan d action entrepreneuriat 2020, qui a pour objectif de réactiver l esprit d entrepreneuriat en Europe, et dans le livre vert concernant le financement à long terme de l économie européenne, la Commission avait déjà indiqué que le financement participatif pouvait contribuer à améliorer l accès aux financements des entreprises débutantes et des PME, et qu'il pouvait également contribuer à créer une croissance durable et inclusive. A ce sujet, elle signalait qu il fallait vérifier dans quelle mesure les législations actuelles nationales en matière de financement devaient être modifiées. Par le biais de cette consultation, la Commission européenne veut s informer sur les avantages et les risques du financement participatif et sur la manière dont des initiatives européennes, y compris des mesures "soft-law", pourraient stimuler le financement participatif en Europe. Le Conseil Supérieur est convaincu que le financement participatif représente une plusvalue au niveau de l Union européenne et qu'il constitue une bonne alternative au financement des PME, même si ces dernières restent toujours dans une large mesure dépendantes des prêts bancaires. Le financement participatif connaît une forte expansion. En 2012, plus de 1,2 milliards EUR ont été collectés en Amérique du Nord par le biais du financement participatif, ce qui constitue une augmentation de 105% par rapport à l année En Europe, en 2011, plus de 700 millions ont été collectés, ce qui représente une hausse de 65% par rapport à l année précédente. Ces deux continents couvrent la majeure partie du marché et atteignent ensemble 95% de la totalité du marché 1. Selon les prévisions, les plateformes de financement participatif collecteront en 2013 au plan mondial plus de 3,7 milliards EUR. Ces fonds seront de plus en plus utilisés pour financer des PME débutantes plutôt que de financer des projets sociaux qui représentent encore actuellement l'affectation de fonds la plus importante. On estime à le nombre de plateformes de financement participatif qui existent actuellement ou qui seront lancées dans la monde. En 2011, on dénombrait plus de 200 plateformes de financement participatif actives en Europe Oliver Gajda and James Walton, Review of Crowdfunding for Development Initiatives, July 2013, page 1. K. De Buysere, O. Gajda, R.Kleverlaan et D. Marom. A framework for European crowdfunding, page 6. 3

4 Dans la première partie de l'avis, le Conseil Supérieur répond aux questions qu'il juge essentielles de la consultation de la Commission européenne sur le financement participatif. Dans la seconde partie, le Conseil Supérieur profite de l'occasion pour se prononcer sur la complexité du cadre réglementaire belge et pour examiner les orientations politiques à suivre aux différents niveaux de pouvoir pour soutenir le système de financement participatif. POINTS DE VUE 1 ère PARTIE : consultation de la Commission européenne Dans le présent avis, le Conseil répond uniquement aux questions suivantes de la consultation : la définition et les modèles de financement participatif, ses avantages et les risques qui y sont liés, les actions législatives que l UE devrait entreprendre, la nature de la réglementation concernant les modèles financiers de financement participatif (participation aux bénéfices, capital, dette, prêt) et les modalités à prévoir en ce qui concerne l accès au marché et la protection des investisseurs. L avis suit la structure du document de consultation. Définition et modèles de financement participatif 1. Qu est-ce que le financement participatif? Quels sont les éléments que devraient toujours comprendre une campagne de financement participatif Le Conseil Supérieur estime qu'il faut toujours spécifier, dans le cadre d une campagne, que le financement participatif est un mode alternatif de financement au moyen duquel des individus ou des entreprises s adressent au public via une plateforme internet en vue d obtenir dans un délai spécifique le financement entier ou partiel nécessaire à la création ou au développement d un projet spécifique. 2. Quelles ont les (autres) éléments qui devraient définir le financement participatif? Le Conseil Supérieur estime que la définition suivante du financement participatif pourrait servir d exemple 4 : Le financement participatif est un mode alternatif de financement qui consiste à s'adresser au public, le plus souvent via internet, pour récolter des moyens financiers sous forme de dons ou en échange d un futur produit ou d'une autre forme de dédommagement en vue de soutenir des initiatives poursuivant des objectifs spécifiques. Lors de l élaboration sur le plan réglementaire d une définition du financement participatif, le Conseil Supérieur estime qu il faut tenir compte de différentes formes de financement participatif : le financement participatif sous forme de sponsoring ou de bienfaisance, le financement participatif accordé contre une récompense matérielle et le financement participatif accordé en échange d'une récompense financière. 4 European Financial Law Clinic - K.U. Leuven Tapping into the crowd: legal boundaries to crowdfunding, Présentation P. Belflamme. Et P. Belflamme, T. Lambert et A. Schwienbacher "Crowdfunding : Tapping the right crowd Journal of business Venturing, p. 8. 4

5 3. Le financement participatif devrait-il être réservé aux projets nécessitant des financements modestes? Le Conseil Supérieur est d avis que le financement participatif ne doit pas être seulement réservé aux projets nécessitant des financements modestes. Les investisseurs donnent selon leur bon vouloir des sommes relativement modestes mais qui, dans leur globalité, peuvent représenter un montant appréciable pour le propriétaire du projet. Aux Etats-Unis, le Jumpstart Our Business Startups Act (JOBS Act) prévoit que les entreprises aux USA peuvent récolter au maximum $ par an par le biais du financement participatif sous forme de capital (actions). Le Conseil Supérieur n'est pas favorable à l'introduction d'un montant maximum au Europe. Des projets portant sur des montants considérables doivent également pouvoir être financés au moyen du financement participatif. En outre, la collecte de fonds auprès du grand public va parfois de pair avec un investissement dans le projet par des investisseurs professionnels/business Angels. Ainsi le propriétaire du projet peut récolter en partie via le grand public et en partie via les investisseurs professionnels un capital important. Lorsqu il s agit de financement participatif sous forme d instrument d investissement (capital, action, obligation ), il faut tenir compte de la réglementation financière qui permet d'assurer un certain équilibre entre, d'une part, la protection des investisseurs et, d'autre part, les incitants mis en place pour financer les projets au sein de l Union européenne. Le Conseil Supérieur est partisan de rechercher cet équilibre dans le cadre d'une réglementation prise au niveau pan-européen qui déterminerait un seuil d exemption pour la récolte de fonds via le financement participatif et qui prévoirait aussi une réglementation adaptée (légère) pour les montants excédant ce seuil. 4. Veuillez indiquer un plafond? Le Conseil Supérieur ne veut pas imposer de plafond qui serait appliqué à toutes les formes de financement participatif. 5. Catégories. Le financement participatif peut revêtir de multiples formes en fonction de ce que les mécènes obtiennent en contrepartie des fonds versés. Quels sont les modèles que vous connaissez? Selon le Conseil Supérieur, les modèles de financement participatif connus sont : les dons, les récompenses, les préventes, la participation aux bénéfices ou aux royalties, le prêt, la dette (obligations), le capital (actions) et d autres modèles hybrides. Actuellement en Belgique, il est fait principalement usage des modèles basés sur les récompenses (y compris les préventes), les dons, le prêt et le capital (actions) et d autres modèles hybrides. 6. Quelle catégorisation proposeriez-vous? Avez-vous des remarques à formuler? Le Conseil Supérieur constate qu'il y a quatre types de financement participatif dont les différentes formes peuvent être combinées : le financement participatif basé sur les dons : dans ce cas, la motivation du grand public est de faire un don ou un acte de la bienfaisance; le financement participatif basé sur le capital : le grand public reçoit en contrepartie un dédommagement financier. Il s agit d un investissement dans des instruments dans lesquels un investissement de type financier est permis; 5

6 le financement participatif basé sur un prêt (social) : le grand public reçoit en contrepartie un dédommagement financier sous forme d intérêts sur le capital; le financement participatif basé sur les récompenses : le grand public reçoit en contrepartie un dédommagement matériel. 7. Quels sont les modèles qui devraient être traités comme une seule catégorie et pourquoi? Les modèles de récompense et de prévente peuvent être considérés comme une seule catégorie si des récompenses matérielles sont accordées en contrepartie. L'offre d actions, d obligations ou d autres instruments de dette, même de type contractuel (partage des bénéfices) constitue une offre d instruments financiers et doit, selon le Conseil Supérieur, être reprise dans la catégorie du modèle de financement participatif basé sur le capital. 8. En plus des dons, il existe également des financements participatifs fondés sur des prêts ou des investissements qui poursuivent des objectifs sociaux. Devrait-ils être traités différemment d autres campagnes de prêt ou d investissement à but lucratif? Le Conseil Supérieur estime qu il ne faut pas faire de différence entre un prêt poursuivant un objectif social et un prêt destiné à un projet qui vise uniquement la réalisation de bénéfices. Dans le cas du prêt social, la motivation de l individu pour financer le projet est davantage basée sur des considérations sociales ou émotionnelles que financières. Le rendement financier calculé sur base du risque qu un individu espère retiré d'un projet social (s il est demandé) est différent de celui exigé par un investisseur pour les risques qu il encoure dans un projet qui vise uniquement à faire des bénéfices. Malgré les motivations différentes et les espoirs différents sur le plan du rendement, le Conseil Supérieur ne souhaite pas que l'on introduise des réglementations différentes pour protéger les investisseurs par exemple. Avantages du financement participatif 1. Avantages du financement participatif. Quelle est l importance des avantages potentiels du financement participatif pour les catégories suivantes. PME : important Pour le Conseil Supérieur, les avantages potentiels du financement participatif sont particulièrement importants pour les PME. La disponibilité de prêts bancaires et la disponibilité des banques pour accorder des prêts ont fortement diminué ces dernières années. En outre, les banques de l Union européenne auront tendance à accorder moins de prêts aux PME compte tenu des normes de Bâle III (CRD IV package) à respecter. Le financement participatif peut donc être utilisé par toute entreprise comme une alternative au financement de projets dont le capital nécessaire ne peut être récolté dans son entièreté ou partiellement par le biais des canaux traditionnels. Le Conseil Supérieur souhaite que les banques considèrent comme un élément positif, lors de l évaluation d une demande d approbation d un prêt, le fait de récolter des moyens financiers par le biais du financement participatif. Entrepreneurs sociaux (projets sociaux et bonnes œuvres) : important Pour les projets d entrepreneurs sociaux axés sur des projets sociaux et des bonnes œuvres dans lesquels l implication et la sympathie des investisseurs jouent un grand rôle, le Conseil Supérieur estime que les avantages résultant de l usage du financement participatif sont particulièrement importants. 6

7 Innovation : important Diverses formes d innovation, quelles soient technique (l innovation sur les produits par exemple) ou non technique (innovation sur le plan du marketing), seront stimulées dans l Union européenne par le financement participatif. Les personnes qui lancent un projet tireront avantage à vérifier auprès du grand public "futurs utilisateurs" leurs innovations et leurs nouvelles idées créatives et pourront ainsi obtenir le feedback nécessaire en vue d améliorer leurs projets. Petits investisseurs de détail : important Les petits investisseurs de détail pourront générer des bénéfices par le biais de petits investissements et pourront ainsi répartir les risques qu ils prennent en investissant de petites sommes dans différents projets. L emploi et la recherche et le développement : moyen Le Conseil Supérieur est convaincu que, grâce au financement participatif, il y aura plus de croissance, d emploi et de recherche et développement dans l Union européenne. 2. Avantage du financement participatif pour les porteurs de projet. Le financement participatif peut offrir de nombreux avantages aux porteurs de projet. Comment les évalueriez-vous? Le Conseil Supérieur est d avis que, pour les propriétaires de projet, les avantages suivants du financement participatif sont très importants : test du marché et validation commerciale; possibilité d'atteindre plus de personnes; rapidité de la collecte de fonds; dépendance moindre à l égard des formes classiques de financement; coûts de financement réduits; grande souplesse; communication d'avis, de conseils et d'autres ressources non financières de la part des mécènes. 3. Avantage du financement participatif pour les mécènes. Quels sont les éléments du financement participatif qui présentent un attrait pour les mécènes? Le Conseil Supérieur estime que pour les mécènes, les éléments suivants sont très attrayants : il s agit d une occasion d investir; il y a une participation directe au projet; ils font une bonne action; ils peuvent aider la communauté locale; ils peuvent aider un ami; ils peuvent choisir directement les projets qui méritent d être financés. le financement participatif représente une nouvelle tendance dans laquelle des investisseurs avertis seront surtout impliqués. 4. Quels sont les autres avantages du financement participatif? Les avantages sont décrits ci-dessus. 7

8 5. Quels sont les avantages spécifiques des formes financières du financement participatif? (participation aux bénéfices, prêt, capital et dettes). Si vous avez proposé différentes catégories ci-dessus, veuillez en décrire les avantages. Participation aux bénéfices : L avantage est que la participation aux bénéfices dépend du montant des bénéfices réalisés annuellement par l entreprise. Ainsi, l entreprise disposera de moyens financiers et ne devra verser une participation que lorsqu elle aura fait des bénéfices. Prêt (social) : Des investisseurs regroupés accorderont un prêt pour un projet dans le cadre duquel ils recevront en retour, après une période convenue, les sommes prêtées y compris les intérêts négociés. Le prêt peut être accordé sur base de la prise en compte de divers éléments d'ordre social, financier ou en rapport avec la nature intrinsèque du projet. Lorsque la motivation financière n'est pas seule en cause et que le projet a une valeur sociale pour la société, le prêt peut être accordé à un taux d intérêt plus favorable que le taux d intérêt du marché. Dans certains cas, il est même possible de ne pas exiger d intérêt. Dans le cas où les motivations purement financières prévalent, il appartiendra au public d'évaluer la prise de risques encourus sans être lié par les directives applicables au secteur bancaire. La concurrence pourra ainsi jouer pleinement son rôle. Les investisseurs pourront également utiliser cette forme de prêt lorsqu ils ne disposent que de peu de garanties. Les prêteurs recevront alors un taux d intérêt plus élevé que celui qu ils obtiendraient sur le marché pour des produits financiers comparables. Ces avantages valent également pour l émission d obligations. Capital : Dans le cas d un investissement sous forme d actions, les détenteurs d actions obtiennent le droit d'encaisser des dividendes et peuvent espérer après un certain terme que leurs actions leur rapportent une plus-value. En investissant sous forme d actions, les investisseurs sont toutefois exposés aux risques de l'entreprise. Si l entreprise fait des pertes, ils devront les supporter. Pour les propriétaires de projet, l avantage de cette forme de financement réside dans le fait que le public, en vue de limiter les risques de l'entreprise et avant la collecte du capital, vérifiera au préalable si le projet est réaliste et si l entrepreneur est vraiment la personne la plus apte à l'exécuter. Le public peut ainsi jouer un rôle actif en donnant un feedback ou des conseils en vue de remédier aux faiblesses éventuelles du projet. Dès que les fonds seront collectés, le public pourra encore en usant de son droit de vote exercer une influence sur la bonne marche de l'entreprise. Risques du financement participatif 6. Risque liés au financement participatif (tous les modèles confondus). Comment évalueriez-vous les risques suivants? Pensez-vous que certains de ces risques sont trop importants et qu il devraient être réduits afin de renforcer la confiance dans le financement participatif? Le Conseil Supérieur pense que les risques suivants sont acceptables : fraude : le propriétaire de projet ou la plateforme n utilise pas les fonds dans le but prévu; échec du projet : malgré tous les efforts du propriétaire de projet, le projet échoue et les mécènes ne reçoivent pas ce qu il leur a été promis; publicité trompeuse : le projet est idéalisé et les personnes y contribuent sans être informés sur les risques qu elles prennent; les mécènes ne reçoivent pas l argent qu ils pourraient récupérer en cas d échec de la campagne. 8

9 7. Les modèles de financement participatif fondés sur les dons, les récompenses ou les préventes présentent-ils d autres risques? Non, actuellement on ne constate pas d autres risques. 8. Un scandale pourrait-il saper la confiance des mécènes? Un scandale peut sérieusement ébranler la confiance des actionnaires et des autres groupes d intérêt. Un scandale est le plus souvent le reflet de lacunes réglementaires. Afin de restaurer la confiance, il faudra créer (sur le plan mondial) des règles (hard et soft-law) qui imposent plus d exigences au financement participatif et sur la manière dont les plateformes de financement participatif doivent être dirigées. Le Conseil Supérieur est favorable à l'introduction immédiate d'une réglementation soft-law portant, par exemple, sur les codes de conduite comme moyen le plus efficace pour éviter les scandales. 9. Investissements en capital (achat d actions par les mécènes) : risques et complexité Le Conseil Supérieur estime que les risques et la complexité sont acceptables dans les cas suivants : le investisseurs surévaluent le projet (le montant qu ils paient pour les actions est supérieur à la valeur réelle de celles-ci); le projet échoue et les investisseurs perdent le capital qu ils ont investi; l entreprise augmente son capital et diminue la valeur de l investissement des premiers investisseurs; l investissement n est pas rentable (même si le projet n échoue pas, le paiement de dividendes n est pas garanti); complexité : la difficulté pour un mécène de comprendre et de gérer cette forme de financement participatif, par rapport à d autres formes. Le Conseil Supérieur pense que les risques suivants sont trop élevés : les investisseurs ne peuvent pas exercer les droits des actionnaires; le manque d options de sortie (les investisseurs ne peuvent pas revendre les actions). Le Conseil Supérieur est d avis que les risques décrits ci-dessus peuvent être réduits en travaillant en collaboration avec des investisseurs professionnels. Certaines plateformes pratiquent aujourd'hui une méthode sur base de laquelle le grand public sélectionne dans un premier temps les projets des entrepreneurs pour les présenter à des investisseurs professionnels. Ces derniers font ensuite une analyse quant à l opportunité de l'investissement. Les professionnels et les particuliers investissent ainsi ensemble sous les mêmes conditions dans l entreprise. L'investisseur professionnel est le porteparole de l ensemble des investisseurs. En outre, cet investisseur professionnel a la faculté de décider de se rétracter de l investissement tout en offrant la possibilité au grand public de quitter le projet en même temps que lui. Le Conseil Supérieur recommande fortement cette méthode et ses variantes éventuelles afin de réduire au minimum la complexité et les risques pour les investisseurs. 9

10 10. Prêt - risques et complexité. Comment évalueriez-vous les risques suivants et la complexité du financement participatif lorsque les mécènes prêtent de l argent? Le Conseil Supérieur considère que les risques et la complexité globale sont acceptables dans les cas suivants : les prêteurs ne connaissent pas le risque crédit de l emprunteur; le projet échoue et les prêteurs ne récupèrent pas leur argent; les prêteurs ne perçoivent pas les intérêts promis; complexité : la difficulté pour un mécène de comprendre et de gérer cettee forme de financement participatif, par rapport à d autres formes. 11. Selon vous, les formes financières de financement participatif présentent-elles d autres risques (participation aux bénéfices, prêt, valeurs) Non, actuellement on ne constate pas d autres risques. Déterminer le rôle de l Union européenne 1. Dans quel domaine une intervention de l UE serait-elle utile? Quelle(s) action(s) au niveau de l UE permettrai(en)t-elle(s) de profiter pleinement des avantages du financement participatif? Pour quelles formes de financement participatif ces actions seraient-elles utiles? Actions de sensibilisation Associer financement public et financement participatif Coordonner l auto- pratiques réglementaires nationales Faciliter l accès au réglementation Partager les expériences & les marché pour tous les pays de l UE Protéger les mécènes contre les risques Dons Récompenses Préventes Participations aux bénéfices Prêt Capital / dette 2. Quels sont les obstacles à l accès au marché pour les plateformes/campagnes axées sur les dons, les récompenses ou les préventes? Pour toutes plateformes qui offrent un accès à ces marchés, il faudra vérifierr que lors de l exécution de ces opérations aucun service de paiement ne soit exécuté. Pour le reste, le Conseil ne constate pas d autres obstacles. 10

11 3. Pensez-vous à d autres domaines dans lesquels l UE pourrait intervenir pour permettre de profiter pleinement des avantages du financement participatif? Le Conseil Supérieur propose de créer au plan européen une plateforme faîtière qui regrouperait les informations nécessaires sur les avantages et les risques du financement participatif, ainsi que les publications pertinentes et les liens utiles. 4. Toutes les plateformes de financement participatif devraient-elles être tenues de répondre à certaines obligations? Le Conseil Supérieur considère que les plateformes de financement participatif doivent être tenues d'exercer une action ou de communiquer sur les aspects suivants : informer les mécènes et les propriétaires de projet des droits applicables; vérifier la légalité des projets proposés. 5. Quelles sont les autres mesures susceptibles de protéger les mécènes de manière adéquate, notamment dans la cas des campagnes de financement participatif directes qui n utilisent pas de plateforme? Il n y a pas d autres mesures à retenir. Formes financières de financement participatif (participation aux bénéfices, capital, dette, prêt) 12. Que pensez-vous de la législation européenne sur les services financiers telle qu elle est aujourd hui appliquée au financement participatif? Certaines formes financières de financement participatif peuvent être soumises à la réglementation européenne concernant les banques et les marchés de capitaux. De ce fait, elles peuvent être limitées dans leur recherche et collecte de moyens financiers, tant sur le plan géographique que sur celui du marketing. Etant donné que la législation financière ne prévoit pas de cadre propre au financement participatif, chaque Etat membre est libre de donner une interprétation différente de la réglementation européenne. Un pays peut ainsi avoir des structures de financement participatif différentes de celles adoptées dans un autre pays. Selon le Conseil Supérieur, il faut éviter que dans un pays un modèle particulier de transaction par le biais d une plateforme puisse être utilisé alors que dans un autre Etat membre le même modèle ne pourrait être utilisé sans que l'on dispose des autorisations nécessaires. Le Conseil Supérieur estime par conséquent qu'il est préférable d'adapter la réglementation. Un nouveau cadre législatif approprié devrait être mis en place. 13. Quelles mesures spécifiques devraient être adaptées et comment? Le Conseil Supérieur plaide en faveur de la mise en place à terme d une directive spécifique (réglementation légère) concernant le financement participatif qui détermine avec exactitude le rôle de celui ou de celle qui offre un financement participatif et qui fixe les exemptions jugées nécessaires. Cette réglementation devrait prévoir un passeport européen permettant des actions transfrontalières sans coûts supplémentaires d application. 11

12 Le Conseil Supérieur propose de résoudre les problèmes évoqués dans le cadre des directives actuelles de l UE concernant les services financiers, en y apportant des modifications : Directive 2003/71/CE concernant le prospectus à publier en cas d offre au public de valeurs mobilières ou en vue de l admission de valeurs mobilières à la négociation. Actuellement, cette directive prévoit qu elle n est pas d application sur les valeurs mobilières qui font partie d une offre dont la valeur totale au sein de l UE calculée sur une période de 12 mois est inférieure à EUR. Plutôt que d exempter cette offre par le biais de la législation concernant le prospectus (art. 1, 2(h) RL), le Conseil Supérieur demande de créer une réglementation harmonisée pan-européenne pour les offres inférieures à EUR. Cette réglementation harmonisée devrait prévoir un seuil commun européen pour être exempté de son application et l'application d'une réglementation légère en cas d offre dépassant ce seuil mais n'excédant pas la limite de EUR. Si l'on parle d une réglementation légère, il faut également envisager d'introduire un passeport européen pour l offre. Médiation Les plateformes de financement participatif n'ont pas une structure destinée à fonctionner comme intermédiaire. Directive 2006/48/CE concernant l accès à l activité des établissements de crédit et son exercice et la directive 2009/110/CE concernant l accès à l activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance prudentielle de ces établissements. Le Conseil Supérieur demande de prévoir dans une directive spécifique une exemption ou une réglementation légère pour l acceptation de fonds remboursables, compte tenu du caractère spécifique de ces fonds (l acceptation de fonds modestes du public) dont on ne peut librement disposer et qui ne peuvent être utilisés pour compte propre. L'utilisation d'un compte de tiers permettra en outre de prévenir les abus éventuels du gérant de la plateforme. A moins qu elles ne disposent d'un statut légal les autorisant à le faire, les plateformes de financement participatif ne peuvent octroyer des crédits provenant des moyens financiers qu elles reçoivent ou conservent en vue de l émission de monnaie électronique. 14. Quel cadre juridique européen est nécessaire pour les formes financières de financement participatif? Le Conseil Supérieur est partisan de fixer dans une directive spécifique concernant le financement participatif certaines normes minimales communes applicables à toutes les campagnes/plateformes promouvant ou offrant des formes financières de financement participatif. Le seuil à retenir pour bénéficier d'une exemption complète d'application devrait être harmonisée au maximum. 12

13 15. Veuillez préciser quelle autre forme de cadre serait optimale (vous pouvez détailler les règles spécifiques ultérieurement) Si l introduction d une directive spécifique concernant le financement participatif ne s avère pas possible, les plateformes de financement participatif transfrontalières doivent disposer de la possibilité de tomber sous le champ d application d une réglementation européenne concernant le financement participatif (29 ème régime), ce qui leur permettraitt de ne pas devoir répondre aux exigences de diverses réglementations nationales. Accès aux marchés et protection des mécènes 16. Responsabilités des plateformes de financement participatif modèles financiers. Les responsabilités des plateformes hébergeant des campagnes axées sur des prêts ou le capital/la dette (actions/obligations) devraient-elles être harmonisées au niveau européen? Informer les mécènes des risques d investissement ou de crédit Evaluer le profil de l investisseur (profil de risque, revenu, patrimoine, éducation, etc.) Agir avec diligence / évaluer le risque de crédit des projets Suivre les résultats des projets après une campagne réussie Faire office d actionnaire apparent ou de représentant des mécènes dans les procédures judiciaires liées à un projet Gérer les conflits d intérêts au sein de la plateforme Couvrir les pertes éventuelles des mécènes au moyen d assurances ou de régimes de compensation Pas d harmonisation Oui, pour prêts les Oui, pour les actions /obligations 17. Quelles autres obligations les plateformes de financement participatifs devraient-elles avoir? 18. Actuellement aucune autre obligation n'est à prévoir. Devrait-on conseiller aux mécènes de diversifier leurs investissements financement participatif? dans le Oui. Le Conseil Supérieur estime que l'investisseur a tout avantage à gérer son portefeuillee d investissements en appliquant le principe de la répartition des risques. Le Conseil Supérieur demande donc que l'on recommande à tout investisseur de diversifier ses investissements de financement participatif. 13

14 19. Un montant minimum ou maximum devrait-il être fixé pour les contributions individuelles? Le Jumpstart Our Business Startups (JOBS Act) introduit aux Etats-Unis prévoit une réglementation spécifique en matière de financement participatif. Cette réglementation prévoit un montant maximum d'investissement par personne. Les personnes qui disposent d un revenu (et d une fortune) de moins de $ peuvent investir au maximum $ par an ou 10% de leur fortune ou de leur revenu annuel. Les personnes disposant d une revenu ou d une fortune de plus de $ peuvent investir au maximum 10% par an de leur fortune ou de leur revenu annuel en utilisant la voie du financement participatif. Le Conseil Supérieur estime qu il vaut mieux ne pas suivre l'exemple américain. Il est d avis que chaque individu devrait pouvoir investir en fonction de ses possibilités et que, par conséquent, il ne faut pas fixer de montant minimum ni maximum par investisseur. 20. Quel montant minimum pour quel(s) modèle(s) de financement participatif? Pas d application. 21. Quel montant maximum pour quel(s) modèle(s) de financement participatif? Pas d application. 22. Quelles autres mesures seraient nécessaires pour permettre l accès aux marchés, mais aussi pour remédier aux risques des formes financières de financement participatif? Autorégulation par le secteur : Le organisations faîtières du secteur font actuellement des recherches sur le financement participatif et les "best practices". 23. Quel est le cadre qui conviendrait au financement participatif à vues sociales? Comment vérifier l impact ou les objectifs sociaux? Quel est le niveau de protection des investisseurs requis? Le Conseil Supérieur n a pas de remarques particulières à formuler sur le sujet. 24. Avez-vous d autres remarques à formuler? Non. 2 ème PARTIE : les mesures politiques belges en vue de soutenir le financement participatif En Belgique, le financement participatif n'en est qu'à ses débuts. Actuellement, on estime qu'il y a 10 plateformes de financement participatif actives en Belgique. Le volume des fonds récoltés en 2012 sur le marché belge est de moins de EUR, ce qui est relativement peu par comparaison avec le marché hollandais où le volume total des fonds récoltés atteint EUR 5. Le marché actuel est encore dans une phase de développement et doit être stimulé. 5 Onderzoek door KPMG en Stibbe in opdracht van de Vlaamse Overheid- Agentschap Ondernemen over het stimuleren van crowdfunding als financieringswijze van (startende) ondernemingen, p

15 Le Conseil Supérieur estime que non seulement l Union européenne, mais aussi les autorités fédérales et régionales doivent jouer un rôle dans la promotion du financement participatif. Ci-dessous, il énumère une série de mesures qui pourraient être prises aux différents niveaux de pouvoir. Au niveau fédéral La réglementation des services financiers est du ressort fédéral. La FSMA a rédigé en 2012 une note concernant le cadre réglementaire du financement participatif. Dans cette note, les plateformes de financement participatif ont développé leurs vues sur les réglementations pertinentes qui pourraient être d application à leur secteur. Le Conseil Supérieur estime que le cadre réglementaire sur les services financiers doit être établi au niveau européen. Dans la première partie, le Conseil Supérieur a décrit le contenu qu il faudrait donner à une directive européenne spécifique sur le financement participatif. Dans le cas où il serait impossible d'instaurer une directive spécifique ou de parvenir à une harmonisation maximale des réglementations financières existantes au niveau européen, le Conseil Supérieur souhaite que les législateurs nationaux tendent, via l'étude des "best practices", à une plus grande convergence des systèmes de financement participatif entre les Etats membres. Aux niveaux fédéral et régional Le Conseil Supérieur pense que de larges possibilités se présentent pour les autorités fédérales, et en particulier pour les régions, sur le plan de la promotion et de la recherche. A l initiative des autorités flamandes, l'agence de l entreprise a effectué une étude 6 sur le financement participatif qui examine l éventail des possibilités offertes aux autorités flamandes pour stimuler le financement participatif en Flandre. Ci-dessous, le Conseil Supérieur attire l attention sur les principales propositions formulées dans cette étude qui devraient selon lui être réalisées au plan fédéral et régional. Le Conseil Supérieur estime que les autorités fédérales, et en particulier les autorités régionales, doivent être des partenaires actifs lorsqu il s agit de la recherche, de la promotion et de la sensibilisation en faveur du financement participatif. Il souhaite que les recommandations suivantes soient suivies : 1. Encourager la création et le développement d une organisation indépendante chapeautant le secteur du financement participatif. Il serait utile de créer une seule organisation qui chapeauterait les intérêts du secteur du financement participatif, éventuellement par région, et qui agirait comme interlocuteur unique. Les diverses organisations régionales pourraient se réunir en son sein pour défendre en commun les intérêts du secteur, principalement en ce qui concerne la réglementation financière au niveau fédéral et éventuellement au niveau européen et international. Le Conseil Supérieur recommande que ces mêmes organisations soient chargées d'élaborer un label de qualité et un modèle d autorégulation (un code de conduite par exemple). 6 En exécution du plan bancaire du Gouvernement flamand, KPMG et Stibbe ont examiné pour le compte des autorités flamandes (Agence de l entreprise) la stimulation du financement participatif comme mode de financement des entreprises (débutantes). 15

16 Le Conseil Supérieur attend de chaque région un soutien actif en vue de la création d une structure faîtière mais ne demande pas que les autorités créent elles-mêmes une telle organisation. 2. Fournir les impulsions nécessaires Le Conseil Supérieur souhaite que les régions examinent les possibilités pour octroyer des réductions d impôts aux investisseurs. En outre, le financement participatif devrait être complété par d autres sources de financement. En ce qui concerne plus particulièrement les régions, le Conseil Supérieur propose de faire également usage du principe de la réduction d impôt dans le cadre des prêts qui sont accordés par des particuliers aux PME (prêt win-win) en vue de stimuler le financement participatif. 3. Etablir une stratégie de communication Le Conseil Supérieur souhaite que les autorités publiques mènent des campagnes de sensibilisation et d information et aident à mieux faire connaître les labels de qualités auprès du public. Les autorités publiques devraient également examiner les possibilités de collaboration avec des partenaires stratégiques, tels que par exemple le Business Angels Network. 4. Soutenir des formations ou des modules de formations axés sur le financement participatif Il faudrait prévoir des formations particulières (par ex. sur la manière de faire du financement participatif, sur les réglementations pertinentes applicables au secteur, sur la manière d'augmenter les chances de réussite ). 5. Continuer les recherches sur le financement participatif. 16

Le financement participatif dans l'ue

Le financement participatif dans l'ue Le financement participatif dans l'ue Identification Prénom Yvon Nom de famille Thiec Quelle est la catégorie qui vous décrit le mieux? Association / représentant d'intérêts Questions ciblées Nom de l'organisation

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014

Crowdfunding. Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Crowdfunding Présentation conférence EIFR -18 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40 / +33.1.46.22.65.34

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)?

1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 1. Qu est-ce que MiFID (Markets in Financial Instruments Directive)? 2. Afin de fournir un service d investissement à ses clients, Delta Lloyd Bank est tenue de catégoriser ses clients 3. L un des fondements

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité Offre Isf 2013 2013 fonds d investissement de proximité du fip 123ISF 2013 Fiscalité La souscription au FIP 123ISF 2013 offre : Une réduction d ISF immédiate de 50% des versements effectués (déduction

Plus en détail

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée Juin 2013 QUESTIONNAIRE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES CONSULTATION SUR LES RÉSULTATS DE L ÉTUDE SUR LA SITUATION ACTUELLE ET LES PERSPECTIVES DES SOCIÉTÉS MUTUELLES EN EUROPE Question 1: Informations

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

FAQ. Foire aux questions. Inscription. Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales?

FAQ. Foire aux questions. Inscription. Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales? Inscription Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales? Ethis Foundation est une plateforme d investissement de Crowdfunding en ligne qui permet aux investisseurs particuliers d'investir au capital

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil

123Ho l d i n g ISF 2009. Visa AMF n 09-064. Société de Conseil Visa AMF n 09-064 123Ho l d i n g ISF 2009 L Autorité des Marchés financiers a apposé le visa n 09-064 en date du 20 mars 2009 sur un prospectus présentant cette opération, laquelle interviendra en une

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé 20 mars 2013 Disclaimer Le présent document ne constitue pas une offre de vente ou une incitation à souscrire des titres de Credit

Plus en détail

Épargne vs investissement : épargner autrement

Épargne vs investissement : épargner autrement Épargne vs investissement : épargner autrement Yves Mathieu Université Saint-Louis Les contributions précédentes à cet ouvrage collectif ont abordé le thème de l épargne traditionnelle, de manière large

Plus en détail

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Résumé La présente brochure d information est mise à la disposition des actionnaires suite à la convocation à l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir :

Les Notaires d Europe déplorent les conséquences représentées par ce projet de SUP, à savoir : Prise de position du Conseil des Notariats de l Union européenne concernant la proposition de Directive de société unipersonnelle à responsabilité limitée (SUP) Les Notaires d Europe déplorent les conséquences

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prospectus d émission Octobre 2012 Threadneedle Investment Funds ICVC Société d'investissement à capital variable et à responsabilité limitée conforme à la Directive 2009/65/CE (la «Société»)

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International Notes zéro coupon, liées à un indice, remboursables automatiquement, d un montant maximum total de EUR 100.000.000, échéance 2011, Série NCSI 2006 469 ISIN

Plus en détail

Règlement des Placements à terme KBC

Règlement des Placements à terme KBC Règlement des Placements à terme KBC Enregistré à Leuven, troisième bureau, le 28/12/2012. Le présent règlement remplace le règlement des Placements à terme KBC du 25/01/2011. La relation contractuelle

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg Siège : 49, avenue J. F. Kennedy L-1855 Luxembourg Registre du Commerce : Luxembourg, B-63.116 INFORMATION AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des banquiers du janvier 997 Préambule Les présentes règles

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ

FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ FIP 123CAPITALISATION 2012 FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Document non contractuel édité en avril 2012. Ce document ne se substitue pas au document d informations clés pour l investisseur («DICI»)

Plus en détail

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs 20.3.2012 Document de travail des services de la Commission Consultation

Plus en détail

Commerzbank AG Certificats Factors

Commerzbank AG Certificats Factors Commerzbank AG Certificats Factors Corporates & Markets Produits présentant un risque de perte en capital. Les instruments dérivés présentés sont soumis à des risques (voir les facteurs de risque sur la

Plus en détail

AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE

AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE AXA COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS, 25 AOUT 2015 LANCEMENT DE L OPERATION D ACTIONNARIAT SALARIE 2015 (SHAREPLAN 2015) EMETTEUR AXA, ICB Classification sectorielle : Industrie : 8000, Sociétés financières

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers A. Particuliers Faits saillants o Hausse progressive de la contribution des parents aux services de garde o Amélioration de la gouvernance des fonds fiscalisés o Faits Capital saillants régionale et ayant

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission. Hermes Investment Funds Public Limited Company

Addendum belge au prospectus d émission. Hermes Investment Funds Public Limited Company Addendum belge au prospectus d émission Avril 2011 Hermes Investment Funds Public Limited Company (Société d investissement à compartiments multiples, à capital variable et à responsabilité séparée entre

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges

La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges LEGAL INSIGHT. BUSINESS INSTINCT. 3 La crise économique renforce

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Régime de Réinvestissement des Distributions Le régime de réinvestissement des distributions de Cominar (le «Régime») permet aux porteurs de parts de Cominar d utiliser

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

dossier de souscription

dossier de souscription Société Anonyme au capital de 37 000 Y 512 426 502 RCS Paris 4 rue Marivaux, 75002 Paris Tél. : + 33 (0)1 47 03 98 97 Email : contact@appaloosa-films.com Site : www.appaloosa-films.com Le Bulletin de souscription

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Septembre 2012 Table des matières : 1. Facts and figures :...2 1.1. Lien entre retards de paiement et faillites :... 2 1.2. Délais de paiement...

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI DOSSIER PRESSE 1 9 j u i n 2 0 1 3 Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI Signature des protocoles de collaboration entre la SIAGI et les Chambres de métiers et de l artisanat

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prospectus d émission Octobre 2012 Threadneedle Specialist Investment Funds ICVC Société d'investissement à capital variable et à responsabilité limitée conforme à la Directive 2009/65/CEE

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM

Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Délais et retards de paiement : analyse et propositions de l UCM Mars 2013 RÉSUMÉ :... 2 NOTE INTÉGRALE :... 3 1. LIEN ENTRE RETARDS DE PAIEMENT ET FAILLITES :... 3 2. DÉLAIS DE PAIEMENT... 4 3. RETARDS

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Janvier 2014 POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Monte Paschi Banque est la filiale française, détenue à 100%, de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Elle est agréée auprès

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Sopra Group communique sur l'incidence comptable de la distribution exceptionnelle en numéraire et de la distribution des actions Axway Software

Sopra Group communique sur l'incidence comptable de la distribution exceptionnelle en numéraire et de la distribution des actions Axway Software Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes?

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Démarrage d entreprise Novembre 2013 Bulletin Focus Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Bien souvent considéré à tort comme une suite de chiffres plus ou moins fictifs

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

AXA WORLD FUNDS FRAMLINGTON GLOBAL REAL ESTATE SECURITIES

AXA WORLD FUNDS FRAMLINGTON GLOBAL REAL ESTATE SECURITIES AXA WORLD FUNDS FRAMLINGTON GLOBAL REAL ESTATE SECURITIES UN COMPARTIMENT DE AXA WORLD FUNDS, UN FONDS DE PLACEMENT DU LUXEMBOURG CONSTITUÉ SOUS LA FORME D UNE SOCIÉTÉ D'INVESTISSEMENT À CAPITAL VARIABLE

Plus en détail