Management interculturel, gestion de la diversité et formes émergentes de coopération

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Management interculturel, gestion de la diversité et formes émergentes de coopération"

Transcription

1 Université de Paris IX-Dauphine HEG Haute école de gestion Arc Analyse du Travail Et des Mutations Master de Management Interculturel IMSI Institut du management et des systèmes d information Industrielles et des Services Ecole de Management HEdS Haute école de Santé Arc École des Mines ParisTech Instituto de estudios superiores de de Lyon Haute école Arc CGS Centre de gestion scientifique la empresa - Universidad de Navarra Management interculturel, gestion de la diversité et formes émergentes de coopération Un colloque international les ve. 4 et sa. 5 sept à Neuchâtel 1. Préambule Le management interculturel est né d une critique d un modèle universel de gestion qui serait partout partagé et partout efficace. Cette critique est plus que jamais d actualité. Loin d être dissouts dans la mondialisation, les ancrages culturels et identitaires trouvent de nouvelles ressources et de nouvelles formes d expression qu il s agit de repérer et d étudier en entreprise. Toute démarche interculturelle interroge les dynamiques de reconnaissance des différences entre partenaires de travail. Ce colloque se situe dans la continuité de deux colloques qui se sont tenus l un en 2010 à l EM Lyon et l autre en 2012 à la HEG Arc à Neuchâtel 1. Il va amplifier les dynamiques créées. Rassemblant chercheurs, consultants et praticiens RH (en entreprise, ONG, institutions internationales publiques ou privées ), ce colloque de deux jours entend explorer de nouvelles pratiques interculturelles en organisation, saisir ce qui émerge dans sa complexité et favoriser les retours d expérience utiles. 2. Appel à contributions Dans l univers des entreprises, la nature de l activité de travail nécessite, plus que par le passé, de coopérer avec autrui. Les organisations sont de plus en plus complexes et accueillent des équipes diversifiées en termes d âges, de genres, d origines sociales et culturelles, de trajectoires professionnelles et personnelles. Posons l hypothèse que cette diversité est une chance pour les entreprises, que la valorisation de ces différences doit permettre de penser le travail autrement, en faisant de cette «intelligence de l autre» 2 un levier pour de nouvelles formes d organisations, plus qu une contrainte. 1 Les communications ont été rassemblées dans l ouvrage codirigé par A. M. Guénette, E. Mutabazi, S. von Overbeck Ottino et P. Pierre (2014), Management interculturel, altérité et identités, Harmattan. 2 M. Sauquet et M. Vielajus, (2014), L intelligence interculturelle, ELCM. 1

2 Ce constat et cet espoir ne sont pas nouveaux au sein des sciences sociales. Variable clé de la performance économique, la confrontation des cultures réside pour l entreprise en une capacité à nouer du lien social dans la durée. Mais comment impliquer des individus enracinés dans des cultures différentes, et devenus plus autonomes, plus qualifiés et qui se savent souvent davantage menacés dans leur emploi qu autrefois. Nous souhaitons convoquer plusieurs champs disciplinaires (sociologie, anthropologie, ergonomie, management interculturel, histoire, philosophie politique, ethnopsychanalyse et psychopathologie du travail) pour éclairer les liens entre dynamiques de coopération et d interculturalités. Les recherches en sciences sociales dans le champ du travail et des organisations insistent sur le fait que les individus font preuve d initiative et de créativité dans l accomplissement de leurs tâches. Elles sont des atouts majeurs pour les entreprises. Pour y parvenir il faut dépasser les seules visions comptables et mercantiles de l action au sein des organisations. La somme des connaissances acquises au sein des différentes disciplines incite la Haute Ecole Arc à être le lieu d un accueil d un regard pluridisciplinaire et fédérateur sur cette thématique complexe et incontournable pour les entreprises. Les sociologues des organisations insistent sur le pouvoir et les zones d incertitude autour de la règle. Certains psychologues et sociologues insistent sur la place des identités culturelles et des stratégies identitaires individuelles, d autres sur le poids de la «culture» nationale dans les manières de penser et d agir, d autres encore, comme l ergonomie et l anthropotechnologie sur les décalages constatés entre les pratiques réelles de coopération des individus au travail et les tâches prescrites par les organisations. De nombreuses dimensions avivent la complexité des modalités de coopération comme les transferts de technologies aux échelles nationales et internationales, la délocalisation des équipes, la confrontation de «micro-cultures» professionnelles faisant suite à un rachat ou à une fusion d entreprises, l extension planétaire des flux physiques, la mobilité des cadres, des techniciens, des ouvriers spécialisés, la création de filiales à l étranger et la nécessité de faire des entreprises des «organisations apprenantes». Dans de tels contextes, comment collaborent les individus dans le cadre de leur activité de travail en ces temps de mondialisation? Comment cette activité est-elle vécue, inventée chaque jour par des femmes et des hommes aux conceptions du monde, aux microcosmes différents? Comment se construit cette intersubjectivité? Comment se construisent socialement et politiquement ces rapports à la norme en contexte de multiculturalité croissante? 3. Ateliers 3 1 er thème : Le renouvellement de la discipline du management interculturel? 2 ème thème : L émergence d une nouvelle «élite transnationale» et l intégration de nouveaux profils de managers? 3 ème thème : Nouvelles grilles de lecture pour passer de la gestion de la diversité au management interculturel 4 ème thème : Nouvelles compétences interculturelles et nouvelles modalités d apprenance en contexte mondialisé? 5 ème thème : Nouveaux éclairages pour une Europe unie dans la diversité 6 ème thème : Activité et coopération en contexte(s) multiculturel(s) : points de vue ergonomiques et santé au travail 7 ème thème : PME et management interculturel 8 ème thème : Les enjeux du fait religieux dans l'entreprise 3 Pour les détails, cf. l annexe, pages 4 à 7. 2

3 4. Soumettre une proposition Les propositions de communication d une page A4 au maximum (entre 400 et 500 mots) sont à adresser d ici le 18 juin 2015 à l adresse courriel suivante: ; réponses seront données dans les deux semaines qui suivent. Les textes définitifs des communications, représentant 20 à 25 mille caractères (espaces compris), devront être adressés d ici au 1 er septembre 2015 à la même adresse courriel: Des publications sont prévues dans le cadre d un ouvrage collectif et d un dossier dans une revue. Prix d inscription : 150 francs suisses. 5. Comités Comité scientifique: Le comité scientifique est dirigé par Sandro De Gasparo, Alain Max Guénette, Evalde Mutabazi et Philippe Pierre, avec : Patrick Banon (Université de Paris IX-Dauphine), Christoph Barmeyer (Université de Passau), Mohammed Benguerna (Cread, Algérie), Fabien Blanchot (Université de Paris IX-Dauphine), Sylvie Chevrier (Université de Marne-La-Vallée), Jean-Luc Cerdin (ESSEC, Paris), Sandrine Corbaz-Kurth (HEG Arc), Jean-François Chanlat (Université de Paris IX-Dauphine), Geneviève Dahan-Seltzer (LISE, CNRS), Cédric Dalmasso (CGS, Mines ParisTech), Maryse Dubouloy (ESSEC, Paris), Pierre Dupriez (MIME, HEC Bruxelles), Virginia Drummond (EM Lyon), Jean-Pierre Dupuis (HEC Montréal), Ginette Francequin (LISE, CNRS), Achille Grosvernier (HEG Arc), Emmanuel Kamdem (ESSEC, Université de Douala), Valery Krylov (Université de Nancy 2), Yih-teen Lee (IESE de Barcelone, Université de Navarre), Dominique Martin (Université de Lyon 2), Shabname Monnot (Université de Paris IX-Dauphine), Evalde Mutabazi (EM Lyon), Jacques Rhéaume (UQAM, Québec), Laurence Romani (Centre for Advanced Studies in Leadership, School of Economics, Stockholm), Jean-Claude Sardas (CGS, Mines ParisTech), Michel Sauquet (Sciences-Po Paris), Jean-Pierre Segal (Université de Paris IX-Dauphine), Blandine Vanderlinden (MIME, HEC Bruxelles), Christine Villaret D Anna (Atemis), Nataša Vukašinović (HEG Arc), Hèla Yousfi (Université de Paris IX-Dauphine), Nicole Zangrando (Haute école Arc Santé). Comité d organisation: Le comité d organisation est dirigé par Sandrine Corbaz-Kurth, Alain Max Guénette et Philippe Pierre, avec : Sandrine Corbaz-Kurth (HEG Arc), Christine Villaret D Anna et Sandro de Gasparo (Atemis, Paris 1), Yih-teen Lee (IESE), Evalde Mutabazi (EM Lyon), Jean-Claude Sardas (CGS - Mines ParisTech) et Nicole Zangrando (HEdS Arc). 3

4 ANNEXE : Ateliers 1er thème : le renouvellement de la discipline du management interculturel? Responsable scientifique : Virginia Drummond La matrice disciplinaire du management interculturel recouvre traditionnellement la gestion des équipes et des complémentarités lors des rapprochements (fusion, acquisition, alliances ), la négociation de contrats, les transferts internationaux des outils de gestion, la performance d équipes multiculturelles de travail (S. Chevrier, 2012) comme les actions de formation et l expérience d intégration à l étranger de futurs expatriés et de leurs familles (E. Mutabazi et P. Pierre, 2008). Mais le management interculturel intègre sans cesse à son développement disciplinaire de nouveaux enjeux d entreprise et d organisation qu il convient de mieux comprendre : navettes quotidiennes d une région à une autre, déplacements pendulaires, nouvelles réalités diasporiques et de migrations transfrontalières, équipes dé-spatialisées, communautés virtualisées sur le net, essor des revendications culturelles ou religieuses qui renforce le rôle de l entreprise comme creuset d affirmation identitaire On observe actuellement un renouvellement des schémas d organisation et des outils de compréhension quand les équipes parlent plusieurs langues, que l on se voit physiquement de moins en moins et que l on doit répondre à un nombre de plus en plus important d injonctions liées au travail à distance. Quel lien faire entre Toute démarche interculturelle vise en une «exploration des imaginaires politiques dans l entreprise» (J. P. Segal, 2009) et dans une tentative de compréhension des racines culturelles qui influencent la construction du dialogue social en un espace géographique. Pourquoi et comment dépasser une vision «cartographique» des différences culturelles? Les catégories usuelles d analyse de l interculturel sont-elles toujours valables pour une gestion des ressources du XXIème siècle? Comment faire évoluer les «modèles traditionnels» d analyse centrés sur les dimensions nationales (G. Hofstede, 1980)? Comment prendre en compte, dans les modes de management, l articulation de la culture d entreprise du pays fondateur avec les particularismes locaux pour favoriser un bon fonctionnement des équipes multiculturelles? Quels nouveaux regards et quelles nouvelles pratiques interculturelles en entreprise et en organisation (A.- M. Søderberg et N. Holden, 2002 ; H. Primecz, S. Sackmann et L. Romani, 2011)? 2ème thème : l émergence d une nouvelle «élite transnationale» et l intégration de nouveaux profils de managers? Responsables scientifiques : Louisa Babaci, Ewa Gallou et Kerstin Martel Comment comprendre et dynamiser le parcours d une jeune femme italienne qui travaille pour la filiale américaine d un groupe mondial d origine française côté à New-York? Comment aider les dirigeants d un PME à intégrer durablement un jeune collaborateur qui a profité des possibilités d ERASMUS durant ses études et dit continuer de vouloir «vivre» l international? De plus en plus d entre nous travaillons dans une langue, pensons dans une autre et évoluons en famille ou avec des amis dans une troisième. Franc ais au Gabon, Américain à Paris ou Nigérian en Allemagne quelle expérience identitaire est celle de ces cadres, chevronnés ou en devenir, et quelle part de leurs origines gardent-ils attachée à la semelle de leurs souliers dans leur nouvel environnement? On sait que les temps sont de moins en moins à une expatriation traditionnelle unilatérale, du siège de l entreprise vers une filiale. L impatriation fait de plus en plus que des ressources des filiales viennent se former au siège mais surtout que des équipes-projets se constituent de filiale à filiale et que des voyages courts s opèrent quasi-quotidiennement. Dans quelle mesure, assiste-t-on en entreprise à l émergence d une nouvelle «élite» transnationale? Cette élite est-elle homogène en ses représentations et en ses pratiques? Comment se pose la question de la multi-résidence pour ces cadres internationaux et celle de la mise à distance de la famille au profit de la carrière? Comment se vivent les phénomènes de mobilité quotidienne, le commuting? Derrière l apparente homogénéisation des modes de vie, le partage des mêmes modes de transport, des mêmes rythmes temporels dans les mêmes lieux intercontinentaux, derrière l idéalisation de leurs parcours, quelle est la réalité humaine de ces dirigeants et managers mobiles? Ce vécu de la mobilité internationale, jusqu ici assez peu exploré, s apparenterait à un «bricolage», métaphore dont il convient de discuter la pertinence pour la gestion des ressources humaines. 4

5 Ce nouveau visage de la mobilité internationale fait émerger, un rapport différent aux enracinements et aux appartenances (stratégies identitaires), dans lequel la culture est un élément de pouvoir mis en relief dans les rapports sociaux afin de bénéficier d un certain nombre d avantages. Et comment accompagner du côté de l entreprise (coaching, relocation, internationalisation croisée )? 3ème thème : Nouvelles grilles de lecture pour passer de la gestion de la diversité au management interculturel. Responsable scientifique : Shabname Monnot Comment «inverser son destin» par le travail (N. Alter, 2012) et donner chance aux profils atypiques? Le management interculturel invite à combattre de nouvelles formes de discrimination, penser de nouveaux antagonismes et revendications culturelles autour de l âge, de l appartenance ethno-raciale réelle ou supposée, du genre, de l orientation sexuelle, des situations de handicap que l on rassemble parfois trop vite autour du vocable des politiques dites de «gestion de la diversité». On sait que des attentes fortes de reconnaissance identitaire, culturelle, ethnique et religieuse affectent les entreprises qui tentent d y répondre en mettant en œuvre des formes nouvelles d actions. Comment la question de la diversité dans l entreprise se recompose-t-elle et quel bilan peut-on tirer de la mise en place de chartes ou de labels diversité? Les quotas d emplois réservés aux membres de certaines communautés ou la modulation de la durée d épreuves de sélection au recrutement en fonction de l appartenance ethnique représentent-elles un succès, une avancée? Quels apports des recherches sur les plus récentes sur les perspectives comparées de gestion de la diversité en différents pays? 4ème thème : Nouvelles compétences interculturelles et nouvelles modalités d apprenance en contexte mondialisé? Responsables scientifiques : Chaher Mohamed et Aymeric Thon-Adjalin Les entreprises doivent pouvoir relier entre eux des collaborateurs répartis sur tout le globe et créer ainsi des réseaux de travail et de communication efficaces. Comment renouveler les modalités de formation à l interculturel dans les équipes de travail? Comment dynamiser les universités d entreprise, tirer parti des réseaux sociaux et des communautés de métier? Quels nouveaux leviers/outils pour améliorer la coopération et favoriser la confiance dans les équipes «à distance»? A quelles conditions faire de l entreprise un lieu d apprentissage quotidien où l on partage les connaissances, les compétences et les aspirations de chacun mais aussi les valeurs collaboratives et participatives pour une dynamique collective? Qui n apprend pas dans une équipe de travail est amené à régresser Le management interculturel questionne aussi ce qui nous pousse à sortir de soi pour entrer en communication au travers d outils collaboratifs (wikis, chats, forums, blogs, réseaux sociaux d entreprise ). Comment apprendre des autres en s adaptant à des milieux culturels de plus en plus variés et de plus en plus disséminés? Comment décloisonner, capitaliser les compétences dans les équipes et les transférer d un service à un autre, d un établissement à un autre, voire d un pays à un autre? Autant de clés de survie pour l entreprise. Comment assurer le passage des savoirs localisés aux savoirs contextualisés et co-développés en s inspirant des modèles d organisation apprenante? Quels liens faire entre incompréhension à «base linguistique» et incompréhension à «base culturelle»? Comment faire de l apprenant non seulement le destinataire d un enseignement mais encore l acteur de sa formation? 5ème thème : Nouveaux éclairages pour une Europe unie dans la diversité Responsable scientifique : Pierre-Robert Cloët L Union européenne est à ce jour constituée de 28 pays. D autres États expriment le souhait de rejoindre le groupe, tandis que des voisins directs établissent des relations privilégiées de coopération avec les pays membres. Vivre ensemble dans un vaste territoire, ce n est pas seulement circuler facilement, disposer pour certains d une monnaie commune. C est aussi et surtout mieux se connaître pour mieux s apprécier et 5

6 échanger. Depuis le Moyen-âge, des corpus d images sont partagés au niveau européen. L imaginaire collectif commun est marqué par les échanges d étudiants et de maitres, par les parcours en Italie des élites se frottant à l humanisme, au goût des sciences, à la création artistique. Les Européens sont ainsi héritiers de l histoire des Etats-nations mais avant tout d un imaginaire de connaissances, de représentations et de valeurs partagées. Comment les attributs du passé, comment les engagements et les programmes de coopération en cours vontils permettre de redonner souffle à une idée européenne qui aurait bien besoin de se projeter bien au-delà des référentiels économiques et financiers? Quel sens donner à la dimension culturelle de l Europe? Comment donner goût à la découverte du voisin? Comment installer et bonifier des processus de coopération entre Européens? Comment bâtir des synergies tournées vers l innovation, pierre angulaire des agendas européens successifs? Quels horizons proposer aux jeunes Européens? Comment conduire des projets européens en intégrant attentes et enjeux de l ensemble des acteurs concernés? 6ème Thème : Activité et coopération en contexte(s) multiculturel(s) : points de vue ergonomiques et santé au travail Responsables scientifiques : Sandrine Corbaz-Kurth, Sandro De Gasparo et Christine Villaret d Anna La problématique de la diversité culturelle au travail pose des questions nouvelles sur le rapport entre l homme, son activité, sa santé et sa performance. Sous l influence des facteurs culturels, l activité réelle et les objectifs de travail se modifient, se re-négocient au sein des équipes et des exigences et/ou ressources nouvelles apparaissent. Plusieurs disciplines étudient ces questions, en mettant plus ou moins l accent sur l individu, l organisation du travail et/ou l activité de travail. La psychologie ou la sociologie interculturelle, par exemple étudient comment, les cultures d appartenance 4 peuvent s incarner en des schèmes de pensée, à travers des processus de socialisation capables d influencer, sans la figer, la manière dont les individus vont percevoir, interpréter, exprimer, et répondre aux réalités sociales (Lederach, 1995). L ergonomie de l activité, de son côté, propose de regarder le travail (réel) comme un processus dynamique et intentionnel, qui vise à réaliser la tâche dans le monde réel, tout en permettant à l individu de se réaliser luimême dans l activité. Derrière cette conception du travail vivant, on trouve deux notions fondamentales, que sont la variabilité de la situation réelle, du monde, des événements multiples qui peuvent surgir au cours de l activité et la diversité intra- et interindividuelle entre individus censés répondre à la même prescription, mais également chez le même individu à des moments et selon des dispositions personnelles différents. Alors que l organisation formelle du travail, à savoir le registre de la «tâche», porte en elle une vision statique du monde (le «one best way» fonctionnaliste du taylorisme), où la présence d une singularité toujours porteuse de différence (sexuelle, culturelle, psychique, sociale, ethnique, professionnelle ) invite à des actions de correction (que certains peuvent aussi appeler «adaptation»), le point de vue de l activité se construit précisément à rebours de cette vision : comment le travail, est-il précisément le processus vivant et dynamique permettant à ce qui est multiple de participer à un projet commun? Le génie de l activité réside alors dans la notion de coopération : la capacité humaine de faire «œuvre commune» à partir de la diversité des personnes, des situations et du mouvement de l histoire (Hubault, 2010). Dès lors l accent sera mis moins sur la caractérisation des singularités et des différences préalables au travail, pouvant éventuellement expliquer les difficultés du travail et renvoyer chaque acteur à des catégories d appartenance relativement figées. L accent sera mis davantage sur la qualité du travail comme opérateur de coopération, permettant à chacun d entrer dans une relation toute particulière avec les autres (le «faire avec») et construire de nouveaux possibles : identitaires, culturels, sociaux et économiques. C est tout l enjeu de la vision développementale de l activité (Falzon, 2013). Dans cette perspective, l activité occupe une place centrale dans la construction de la santé. Nous nous appuyons ici moins sur la définition de l OMS (un état de bien-être) que sur celle de la Charte d Ottawa : la santé comme processus, en lien avec l évolution du milieu, les relations sociales ; la santé comme ressource et comme mobilisation de ressources. De ce point de vue aussi, réaliser une œuvre dans le monde, c est aussi se réaliser en tant qu individu et membre d une communauté. Ces considérations amènent à réinterroger le monde de l entreprise et le mode de fonctionnement des organisations, à partir d une question : dans quelle mesure les organisations, offrent-elles les conditions nécessaires pour favoriser et soutenir la coopération au travail (faire œuvre commune dans la diversité / la singularité)? Cette interrogation pose également l épineuse question de la place du travail vivant dans les 4 Nationalité, genre, métier, discipline, génération, religion, etc. 6

7 modèles de la performance : le travail dans une logique d adaptation et de correction, pour le faire correspondre aux résultats prévus d avance (l horizon de la «tâche»)? Le travail dans une logique d «adoption», c est-à-dire d appropriation, d investissement social et subjectif, pour mobiliser les ressources de l «activité» au service d un projet commun? L internationalisation du travail pose alors plusieurs questions et défis majeurs pour la santé au travail : En quoi l activité se transforme? Par quels mécanismes? Quels sont les effets de ces changements sur les personnes, sur la coopération et les organisations? Comment faire en sorte que la diversité culturelle soit une ressource favorisant la santé et la performance au travail? Comment mettre en place des systèmes de prévention des risques physiques, et psychosociaux, sensibles à la diversité culturelle? Comment transformer des organisations rigides et/ou normatives par des organisations plus souples et apprenantes favorisant l inclusion culturelle et la coopération? 7ème Thème : PME et management interculturel Responsable scientifique : Frédéric Aunis Véritables lieux de foisonnement d activités, de métiers, de ressources, de personnalités et de modes de fonctionnement, les petites et moyennes entreprises posent depuis longtemps la question de la gestion opportune des différences culturelles. Au-delà des particularismes individuels ou micro-organisationnels, au-delà des contextes spécifiques, voir uniques à chaque cas, est-il possible de dégager un socle commun permettant à tous les types d acteurs P.M.E. d explorer les challenges interculturels de leur internationalisation croissante? - Quel lien peut-on faire entre force des ancrages culturels nationaux et approche de l internationalisation des P.M.E? - Dans le cas de rachats, quand le mouvement d influence culturelle et de domination économique semble «s inverser», quels effets repérer des collaborations entre P.M.E et grands groupes de cultures managériales non-nationales, non-occidentales? - Face aux relations de travail à distance, quels particularismes, quelle place et quel rôle du web, de la mobilité des personnes et des objets connectés dans les relations interculturelles des P.M.E. de demain? - Quelles leçons de «start-up» - «pensées mondiales» dès la naissance de leur activité - seraient transposables aux P.M.E. dites «traditionnelles» ou des T.P.E.? Et comment la culture macro-économique des états déterminent et influencent le développement économique des P.M.E. dans un monde globalisé? - Y-a-t-il des «profils types» de dirigeants de PME et des compétences interculturelles spécifiques? Quelles leçons tirées des histoires vécues, réussites et échecs, pour bâtir un cadre de réflexivité et de décision? Quelle place accorder au hasard ou à la sérendipité comme facteurs déterminants de la prise de décision des dirigeants, des histoires et des trajectoires internationales des P.M.E.? 8ème Thème : Les enjeux du fait religieux dans l'entreprise Responsable scientifique : Patrick Banon Pratiques cultuelles dans le champ du travail, port de signes et d habillement d inspiration religieuse, demande de temps de prière, demande de lieux dédiés à la prière dans l espace de l entreprise, alimentation sacrée et restauration collective, demandes d aménagements d horaires pour une fête religieuse, pratique de jeûne, comportement différencié avec des collègues féminines les entrepreneurs et partenaires sociaux font face à des situations sensibles et à des demandes croissantes qu il faut comprendre et analyser avant d agir. Le lien entre faits religieux et pratiques concrètes en entreprises interroge plus largement les catégories de l action positive, de la discrimination positive, de l équité, de l égalité des chances, de la liberté individuelle et de l intérêt collectif. Il conduit aussi à explorer les dimensions culturelles du management et d un principe de laïcité vécu différemment en différents pays. Comment poser les bases de guides pratiques pouvant fournir de précieux points d appui aux managers? Quelle serait l utilité de chartes d éthique en la matière? Peut-on préjuger de la pratique religieuse de ses salariés. Faut-il l organiser? Quel recours au droit et à la médiation pour éclairer les dimensions du fait religieux et fournir des réponses proportionnées? Quelle posture managériale proposer qui puisse articuler respect de la liberté religieuse, internationalisation des équipes, qualité du vivre-ensemble, image et intérêt commercial de l entreprise, dans le contexte de réalités sociétales fondamentales? *********** 7

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Certificat Diversité Dialogue et Management

Certificat Diversité Dialogue et Management Certificat Diversité Dialogue et Management Une formation pour nourrir ses compétences et se former au contact d experts sur les questions au cœur du management d aujourd hui. Laïcité et libertés Diversité

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé Management Opérationnel Programme de Management Spécialisé ESSEC Business School Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs fortes : l innovation,

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La création de nouvelles opportunités par l analyse des données Dans le monde numérique actuel, l analyse des données est au cœur des réseaux

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. en partenariat avec la Cegos

DOSSIER DE PRESSE. en partenariat avec la Cegos DOSSIER DE PRESSE Contact presse Isabelle Devauchelle idevauchelle@editions-retz.com 01.72.36.48.66 www.editions-retz.com en partenariat avec la Cegos Contact presse Alexandra Cavanna acavanna@cegos.fr

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES De l idée simple de mettre en relation les différents acteurs du progrès est née une plateforme de travail collaboratif proche du métier

Plus en détail

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau

Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau Présentation de la session 2015 du Master de deuxième niveau MEDIATIONS INTERCULTURELLES LES SIGNES, LES MOTS, LES IMAGES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE PROJETS PERSONNELS D UTILITE PUBLIQUE Directeur : prof.

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

Faculté des Sciences du Sport de Marseille

Faculté des Sciences du Sport de Marseille Faculté des Sciences du Sport de Marseille Laboratoire Sport, Management, Gouvernance, Performance EA N 4670 Master II Professionnel Management des Organisations Sportives Chaire Société, Sport et Management

Plus en détail

Alain Max Guénette. Publications

Alain Max Guénette. Publications Alain Max Guénette CV Publications Après une formation en sciences économiques - mention gestion de l entreprise (HEC- Lausanne, 1997) - et des études de droit et de sociologie, il déploie sa carrière

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique

7ème. Forum International de la Cybersécurité. 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais. Cybersécurité et Transformation Numérique Cybersécurité et Transformation Numérique 20 et 21 janvier 2015 Lille Grand Palais 7ème Forum International de la Cybersécurité Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

Université de la Transformation

Université de la Transformation Université de la Transformation L E X P E R I E N C E U N I Q U E La mission de l Université de la Transformation au sein de Capgemini Consulting Accompagner l évolution des compétences et comportements

Plus en détail

4. Mieux jouer en équipe

4. Mieux jouer en équipe 4. Mieux jouer en équipe métier. La compétence, c est aussi nos savoir-faire et notre capacité à vouloir accomplir les missions qui nous ont été assignées et que nous assignons à nos collaborateurs. Elles

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

RHesilience. Découvrez comment mieux piloter le changement par la résilience

RHesilience. Découvrez comment mieux piloter le changement par la résilience RHesilience Résilience [n.f] : L entreprise résiliente est celle qui parvient à identifier et mobiliser ses ressources pour faire face à un environnement plus incertain et complexe Découvrez comment mieux

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

ENAR HOLISTIC DIVERSITY MANAGEMENT CERTIFICATE. Présentation du Certificat Diversité de la ENAR Foundation

ENAR HOLISTIC DIVERSITY MANAGEMENT CERTIFICATE. Présentation du Certificat Diversité de la ENAR Foundation ENAR HOLISTIC DIVERSITY MANAGEMENT CERTIFICATE Présentation du Certificat Diversité de la ENAR Foundation 2 Table des matières Notre approche conceptuelle.... p. 1 Notre échelle qualitative des approches

Plus en détail

l ire agenda concours publications réseau liens Publication

l ire agenda concours publications réseau liens Publication FRANçAIS ENGLISH FRANçAIS ENGLISH LINTELLIGENCE:Mise en page 3 1/10/07 12:56 Page 1 Fondation Couverture : Nicolas Pruvost Imprimé sur papier recyclé DD 164 ISBN : 978-2-84377-135-4 l ire agenda concours

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE. Thèse de doctorat en sociologie présentée par Florencia LUCI

L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE. Thèse de doctorat en sociologie présentée par Florencia LUCI École des Hautes Études en Sciences Sociales Universidad de Buenos Aires L INTÉGRATION RÉUSSIE À L ÉLITE MANAGÉRIALE LA CONSTITUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDES ENTREPRISES EN ARGENTINE Thèse de doctorat

Plus en détail

+&- / + + & 5 + +!"6&5 &!& + - & % " + + %% +# +& &2 + &6& 788 ) 988:! ;788 ) 988<& 5 /;8=)988<&

+&- / + + & 5 + +!6&5 &!& + - & %  + + %% +# +& &2 + &6& 788 ) 988:! ;788 ) 988<& 5 /;8=)988<& $ %!&&'!%!((%!"# ) "!%* +,,' +* '!! -&!* &!#,,+.+!!.!%!!"* %!%! #. &'!%!!!"* %! %#. &'!%!!!"* %! %# -/ -,&0112 2 2 3(.-3! "# $%& ' ( % )%%& * + ",--. " /+#& 0 /123 14& +&- / + + & 5 + +!"6&5 &!& + - &

Plus en détail

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité

charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique réciprocité équité solidarité durabilité charte des relations internationales de sénart cadre déontologique et politique é d i t o r i a l Sénart est composée de 10 communes dont 7 engagées dans 22 jumelages en direction de 8 pays. Une concertation

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Langues et interculturalité de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015

Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015 Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015 Les voix de l Europe : pratiques plurilingues, identités et circulation des savoirs L Europe est-elle un

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Human Relationship Management

Human Relationship Management Human Relationship Management LE MONDE CHANGE, LES ENTREPRISES AUSSI. Les transformations permanentes issues de la révolution digitale modifient profondément les Business Models des entreprises. Menaces

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle?

LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012. Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? LUNDI DE LA SORBONNE : Lundi 6 février 2012 Conjuguer un diplôme à l international, quelle valeur ajoutée pour l insertion professionnelle? Martine Azuelos, responsable du Master Langues et Affaires Economiques

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

L association française des docteurs

L association française des docteurs L association française des docteurs Promouvoir le doctorat Les docteurs constituent des ressources rares et précieuses pour les économies et les sociétés du XXIème siècle, de sorte que les pays pleinement

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé Management Opérationnel Programme de Management Spécialisé ESSEC Business School Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs fortes : l innovation,

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail