Rapport d activité Fédération des Professionnels de la Piscine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activité 2013. Fédération des Professionnels de la Piscine"

Transcription

1 Rapport d activité 2013 Fédération des Professionnels de la Piscine

2

3 Edito Philippe Bach - Président Après une année difficile économiquement pour la plupart des entreprises du marché de la piscine, dans un contexte géopolitique compliqué, il semble d autant plus important de nous regrouper autour de la finalité de notre fédération : Fédérer les professionnels français de la piscine et du spa pour favoriser le développement durable du marché (économique, environnemental et sociétal) en agissant auprès de toutes les parties prenantes. En cette période troublée sur le plan économique et politique, le développement du marché est-il encore possible? à quelles conditions? avec quels produits, quels services et quelles sont les attentes de nos clients? Une étude importante et différente a été mise en œuvre auprès des consommateurs afin de répondre à ces questions. Fédérer signifie aussi mettre en commun et partager des moyens, c est ce qui a été fait pour mettre en œuvre cette étude qui sera utile à tous les adhérents. Afin de véhiculer une image positive du secteur, des professionnels et des produits vis-à-vis des consommateurs il fallait les interroger directement afin que cette dynamique donne envie aux clients d investir dans une piscine, un spa, un abri, des équipements supplémentaires Cette étude a également montré la nécessité pour la fédération de développer des informations générales sur la piscine afin de rassurer les consommateurs perdus par les discours parfois contradictoires qu ils entendent sur les piscines. La charte Propiscines et tous les documents réalisés par la FPP pour les consommateurs ont été testés au sein de 3 groupes qualitatifs afin de recueillir leurs réactions. Pour fédérer les professionnels français, la FPP a inscrit son action autour de 3 axes stratégiques ou challenges que vous connaissez bien : promouvoir, professionnaliser, défendre. Promouvoir notre secteur, ses produits et ses acteurs afin de développer le marché, Professionnaliser le secteur afin de répondre aux demandes de nos concitoyens, Défendre les professionnels de la piscine et du spa tout en inscrivant le secteur dans une démarche de développement durable (au sens économique, social et environnemental). Les attentes de nos concitoyens en terme de produits, de services, de transparence de l offre, de sérieux et de professionnalisme tout en respectant l environnement doivent être satisfaites par les adhérents de la FPP parce qu un adhérent de la FPP doit être un professionnel reconnu, informé, assuré et impliqué dans son métier. L étude démontre également que notre marché est toujours structurellement porteur! C est la raison pour laquelle la FPP a mis en place la marque d engagement Propiscines en Depuis lors le contenu de la charte Propiscines et les documents de la FPP ont été testés par l Institut Médiascopie auprès de panels de consommateurs en groupes qualitatifs et très favorablement accueillis et notés. Seul le guide d utilisation de la piscine, jugé trop technique et trop dense, a reçu un accueil plus mitigé. Le concept Propiscines a été très favorablement noté comme étant un label et moins bien s il s agissait d une marque. Dès lors, la marque a été transformée en label en décembre 2013 comme la première étape d une démarche de professionnalisation qui sera poursuivie avec la création d une qualification d entreprise réalisée avec Socotec et d une certification de services en cours d élaboration au sein de la commission qualité de la FPP avec le concours de Socotec. En résumé : 3 niveaux de professionnalisation pour «tirer la profession vers le haut «- Un premier niveau d engagement des entreprises sur la base du label Propiscines qui sera délivré par la FPP aux entreprises qui travaillent depuis 3 ans au moins dans la piscine avec la formation de base, le dossier complet demandé la première année et renouvelé chaque année avec les attestations d assurances et de formation. Rappelons que les consommateurs peuvent écrire à la FPP s ils sont mécontents, c est un moyen d apprécier le niveau de service et de technicité de nos adhérents. RAPPORT ANNUEL

4 - Un deuxième niveau de qualification des entreprises délivré par Socotec certification avec un comité indépendant composé de consommateurs, professionnels, experts. Socotec a d ores et déjà obtenu l agrément du COFRAC sur cette qualification conforme à la norme d origine. - Un troisième niveau de certification des entreprises de piscines délivré par Socotec certification dont le référentiel est en cours de rédaction. La démarche Propiscines permet de distinguer les entrepreneurs engagés parmi les 4000 entreprises qui proposent aux consommateurs de réaliser des piscines sans être des spécialistes ni toujours formés ni assurés pour cela. Les objectifs de la démarche de labellisation Propiscines : Inciter nos adhérents à développer un sentiment de responsabilité afin de mettre en évidence leur professionnalisme et leurs compétences, Différencier nos adhérents des non adhérents en les positionnant comme les spécialistes reconnus de leur activité, Pour cela la FPP a mis en place un module d information pour obtenir le label Propiscines où chacun des participants aura pu se rappeler des notions essentielles en matière de relations clients et de règles de l art. La FPP doit apporter de la valeur à ses adhérents et faire en sorte que les clients choisissent une entreprise adhérente avec un niveau d information, de service et de technicité qui incite à choisir la société plutôt qu une autre. Les enjeux de notre profession : Identité : rendre les entreprises professionnelles de la piscine identifiables sous un nom et des valeurs communes, Professionnalisme : valoriser les savoir-faire et les prestations des entreprises qui opèrent dans les "règles de l art", Engagement : mettre en évidence les aspects environnementaux, économiques et sociaux auxquels les titulaires de la marque s engagent. Le but est d installer le label Propiscines comme un repère voire une référence auprès de ses publics. Les adhérents qui souhaitent obtenir le label Propiscines doivent avoir au moins 3 ans d existence dans le domaine de la piscine mais dans les faits, la plupart ont souvent plus de 10 ans d existence. L étude Médiascopie sur les mots de la piscine l a encore rappelé : lorsque les consommateurs vont consulter plusieurs professionnels, ils repartent parfois avec plus de questions que de réponses et sont parfois amenés à renoncer à leur projet piscine en raison des discours contradictoires et parfois dénigrants des professionnels sur le terrain. Rappelons ici encore qu un professionnel digne de ce nom ne doit pas dénigrer ses concurrents ou les techniques de ses concurrents, il doit mettre en avant les bienfaits du produit piscine, les avantages de sa société, montrer ses réalisations, faire rêver le client et le convaincre des avantages de son offre. Il doit être capable de justifier son prix par une qualité de produit, un service après vente, du personnel formé et de qualité et une assurance décennale. Autant d éléments qui figurent dans la charte Propiscines et qui ont convaincu les consommateurs. Nous devons respecter nos clients et nos confrères, sans cela le marché ne pourra se développer autant que son potentiel structurel pourrait le permettre. C est l intérêt de tous et de chacun d entre nous. Philippe Bach - Président de la FPP 2

5 Sommaire RAPPORT ANNUEL 2013 La FPP en 9 temps forts... 4 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres Attentes des consommateurs Baromètre N 24 décembre Chiffre d affaires piscines Piscines signées et livrées Devis Historique des évolutions Enquête de satisfaction et d image auprès des adhérents FPP Opinion des adhérents sur la FPP Communication de la FPP vis-à-vis de ses adhérents Satisfaction des adhérents vis-à-vis des trois axes stratégiques de la FPP B- L exercice de la FPP Généralités Actions découlant de la démarche stratégique Promouvoir Professionnaliser Défendre Actions récurrentes C- Les hommes et l organisation Le conseil d administration de la FPP Les commissions de la FPP Les permanents de la FPP

6 Temps forts 2013 Janvier Journées professionnelles de la FPP et le développement de la marque Propiscines Mars Nouveau site internet et présence de la FPP sur les réseaux sociaux. Avril Assemblée Générale à Paris. Avril 1 ère Conférence de presse annuelle de la FPP. 4

7 Juillet Déménagement de la FPP Septembre Etude sur les mots de la piscine avec l Institut Médiascopie Octobre Séminaire Administrateurs pour mise en place de la stratégie FPP Novembre 8 ème Edition des Trophées de la Piscine et deuxième conférence de presse annuelle de la FPP. Décembre Mise en place d une nouvelle qualification pour les entreprises du secteur de la piscine avec SOCOTEC. 5

8 La FPP en 9 temps forts Journées professionnelles de la FPP et le développement de Propiscines Nouveau site internet et présence de la FPP sur les réseaux sociaux Assemblée générale Les deux conférences de presse de la FPP Déménagement de la FPP Etude sur les mots de la piscine avec l Institut Médiascopie Séminaire des administrateurs Les trophées de la Piscine et le salon Piscine&Spa de Paris Création d une nouvelle qualification pour les entreprises de piscines avec Socotec certification Janvier 2013 : Les journées professionnelles de la FPP et le développement de la marque Propiscines devenue le label Propiscines L occasion pour les adhérents de la FPP : - d avoir un rappel sur des informations générales sur des sujets de fond tels que l urbanisme, les assurances, les relations clients, les normes en vigueur, etc. - de pouvoir assister au module d information de deux heures dans le cadre de la démarche Propiscines - d échanger avec des professionnels du secteur mais aussi de poser des questions plus précises sur des problématiques rencontrées sur le terrain. La dispense du module d informations à la marque Propiscines a été un moment important de ces journées afin de démontrer la détermination de la FPP à tenter de soutenir le marché et de différencier ses adhérents. Rappelons que le label Propiscines est là pour vous aider à convaincre vos clients de votre professionnalisme et pour bien faire comprendre à tous que la piscine est une affaire de spécialistes. Nous avons également abordé des sujets tels que l étude sectorielle, le remplissage des nouveaux documents d urbanisme mais aussi un module sur prix de revient et rentabilité délivré par un conseil spécialisé en gestion de PME. Un point d actualité relatif à la taxe d aménagement sur les piscines a été largement apprécié des participants. 6

9 La FPP en 9 temps forts Mars 2013 : Nouveau site internet et présence de la FPP sur les réseaux sociaux Pour accompagner les Français propriétaires d une piscine ou désireux de le devenir, les professionnels renforcent leur présence sur la toile. La FPP a ainsi mis en ligne son nouveau site internet (www.propiscines.fr) sans aucune publicité, lancé un blog (leblogpropiscines.fr), créé une fanpage sur facebook (propiscines) et ouvert un fil sur twitter Un nouveau site pour tous les publics La FPP a mis en ligne fin mars son nouveau site internet, entièrement renouvelé. Très attractif, avec ses nombreuses photos et sans aucune publicité, il offre une navigation facile et intuitive entre les différentes rubriques. Il s adresse à tous les internautes, professionnels comme particuliers, qu ils soient déjà propriétaires d une piscine ou désireux de le devenir. Il réserve également un espace privatif dédié aux professionnels adhérents de la FPP. Le nouvel espace web de la FPP réunit toutes les informations indispensables à connaître pour faire construire ou entretenir sa piscine. leblogpropiscines.fr : toute l actualité des piscines sur un blog relié à un compte twitter Véritable mine d informations sur les piscines, leblogpropiscines.fr est présenté de façon particulièrement conviviale et interactive avec de nombreuses photos. Il permet de se connecter à tout moment pour connaître l actualité de la piscine. Cet espace web est directement lié à un compte twitter permettant de suivre, en temps réel, chacune de ses actualisations. Création d une communauté autour des piscines sur Facebook Dernière étape du lancement de la FPP sur les réseaux sociaux : la création sur Facebook d une page consacrée aux piscines. Parmi les nombreuses animations proposées, la communauté des fans découvrira régulièrement des nouveautés, des conseils, sera informée des grands rendez-vous de la piscine en France, sera invitée à participer à des sondages, connaîtra d autres espaces web consacrés aux piscines, etc. Rejoignez nous en aimant notre page Facebook Propiscines. 7

10 La FPP en 9 temps forts Avril 2013 : Assemblée générale de la FPP La moitié du conseil d administration se renouvelle par élection chaque année. Les mandats de Jacques DERRUAZ et de Nathalie SAGET ont été renouvelés en B2C et Hervé MERY, constructeur indépendant nouvellement élu complète la liste des administrateurs BtoC du Conseil d Administration. Philippe BACH et Muriel FRIEDMANN ont quant à eux été renouvelés dans leurs fonctions. Vincent QUERE fabriquant de matériel a été élu et rejoint ainsi les administrateurs BtoB au sein du Conseil d Administration. Saluons donc l arrivée des deux nouveaux élus et rappelons que, comme le prévoient nos statuts, le conseil d administration est composé à parts égales de représentants des constructeurs installateurs et de fabricants de matériel de piscine. Avril 2013 : Conférence de presse de printemps La conférence de presse du printemps fut l occasion de présenter le nouveau site internet propiscines et les réseaux sociaux mais également de rappeler les bienfaits des piscines et les engagements de professionnels spécialistes au travers de la charte Propiscines. CHIFFRES 2012 : Le parc des piscines en France poursuit sa progression : bassins en 2012 Le marché confronté à un contexte très défavorable LES PISCINES : VALEURS SÛRES DU BIEN ÊTRE A DOMICILE Piscines : un placement d actualité malgré la crise! Piscines : des projets accessibles à tous LES PROFESSIONNELS ENGAGES Propiscines : le nouvel engagement des spécialistes de la piscine au service des consommateurs La Charte Propiscines : les spécialistes de la piscine s engagent sur 5 chapitres La piscine surfent sur le web et débarquent sur les réseaux sociaux DEVELOPPEMENT DURABLE : LES INITIATIVES DES PROFESSIONNELS DE LA PISCINE La piscine : un faible impact carbone La piscine : une consommation d eau maîtrisée Une nouvelle approche du traitement de l eau Des chauffages écologiques Des filtrations à base de produits naturels 8

11 La FPP en 9 temps forts Juillet 2013 : Déménagement de la FPP Un déménagement symbolique qui marque l indépendance de la FPP par rapport la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Avec l adresse du Débarcadère, les pouvoirs publics avaient tendance à considérer la FPP comme une partie de la FFB. Quelques économies à la clé avec 40 m2 de plus et une salle de réunion intégrée pour les réunions des commissions FPP. Une accessibilité facilitée depuis toutes les gares parisiennes Les nouveaux locaux se situent dans le 8 ème arrondissement à deux pas de la gare St Lazare. Facilement accessibles (10 minutes en métro de la Gare de Lyon (ligne 14), 15 minutes en métro de Montparnasse (lignes 12 et 13)), 20 minutes depuis la Gare de l Est et la Gare du Nord (RER E)), la FPP se trouve désormais : 5 rue de Vienne Paris Tél Fax Juillet - Octobre 2013 : Etude sur les mots de la piscine avec l Institut Médiascopie Dans cette année difficile pour notre marché, la FPP a décidé d investir dans une étude prospective afin de connaître les perceptions et attentes des consommateurs et d en dégager un plan d actions. Pourquoi une telle étude? L environnement économique et politique difficile a conduit la FPP à s interroger sur l avenir du marché et des métiers du secteur. Une étude prospective auprès des consommateurs par un organisme indépendant et reconnu paraissait indispensable pour avoir un avis direct sur leurs attentes. Pour cela, la FPP a missionné l Institut Médiascopie pour aller voir et interroger les clients possesseurs de piscines, les prospects et ceux qui refusent d avoir une piscine. Objectif : savoir si le marché est toujours porteur et quels sont les freins et les moteurs des projets piscines. L enquête "les mots de la piscine" est une analyse de la perception des produits, des professionnels et du secteur, ainsi que des attentes des consommateurs. Une synthèse a été mise en ligne sur notre site et une présentation de deux heures de Denis Muzet, Président de l Institut Médiascopie, a d ores et déjà été réalisée et d autres sessions auront lieu lors des Journées FPP Cette étude détaillée, à la source de l information et des attentes des consommateurs, peut nous rassurer sur l avenir de notre marché. Les français plébiscitent la piscine et en rêvent toujours autant et attendent des professionnels un comportement de vrais pros : pas de dénigrement mais des explications détaillées sur le devis, des engagements (notamment ceux de la charte Propiscines ), des assurances et notamment la décennale. Ils valorisent les adhérents de la FPP par rapport à ceux qui ne le sont pas et considèrent le label Propiscines comme un vrai plus. Ils déplorent les discours contradictoires et trop techniques de certains professionnels. La FPP doit jouer un rôle d information objective sur les freins à l achat : entretien, consommation d eau, économies d électricité, démarche de professionnalisation, charte d engagement, rénovation, aspects environnementaux, conseils de prévention. Retrouvez les principaux enseignements de cette étude dans la partie A de notre rapport d activité (cf. sommaire). 9

12 La FPP en 9 temps forts Octobre 2013 : Le séminaire des administrateurs Le séminaire des administrateurs avait pour principal objectif de définir les plans d actions pour les 3 prochaines années. Il fut l occasion : - d accueillir M. MUZET qui a présenté l étude sur les mots de la piscine et les conclusions qu il en dégage d une part en tant que Président de l Institut Médiascopie et d autre part en tant que sociologue. - de prendre en considération l étude de satisfaction réalisée par l institut I + C auprès des adhérents de la FPP afin de tenir compte de leurs attentes. - Et d analyser l environnement économique, politique, social, environnemental de notre secteur ainsi que les évolutions constatées sur le terrain. Par exemple, quelques évolutions réglementaires récentes sont de nature à influencer la stratégie comme la publication du rapport sur la représentativité des organisations patronales avec les critères de sélection qui seront mis en œuvre par les pouvoirs publics qui conduit à nous rassembler en tant que filière afin de représenter le secteur dans son ensemble. Les 4 axes stratégiques issus de la réflexion : - Promouvoir le secteur et le produit et donner l avantage à la piscine et aux professionnels adhérents - Professionnaliser le secteur et particulièrement les adhérents de la FPP par la mise en place d un label en 3 niveaux : engagement, qualification, certification mais également par l élaboration des normes européennes qui vont remplacer les normes nationales - Défendre le secteur et les professionnels en agissant auprès de toutes les parties prenantes : urbanisme, environnement, fiscalité écologique, directives et règlements européens qui vont remplacer dans le futur les réglementations nationales. Nous devons assurer la veille sur l évolution de ce cadre réglementaire et normatif tant en France qu en Europe afin de défendre de manière préventive notre secteur. - Soutenir nos adhérents : une déclaration de travaux refusée? un client qui ne veut pas payer? comment comprendre la réglementation piscines collectives? comment comprendre le contenu d une norme? Autant de questions pour lesquelles les adhérents de la FPP peuvent obtenir des réponses. En adhérant à la FPP vous n êtes pas seuls, vous pouvez nous envoyer un mail, nous serons là pour vous répondre. Novembre - Décembre 2013 : 8 ème édition des Trophées de la Piscine, la conférence de presse d automne de la FPP et le Salon Piscine&Spa de Paris Les 8 èmes Trophées de la piscine La Fédération des Professionnels de la Piscine (FPP) a remis, en novembre 2013, les "Trophées de la Piscine" décernés par un Jury de journalistes de la presse consommation et maison déco. Les Trophées de la piscine ce sont : 450 candidatures reçues 27 réalisations remarquables distinguées dans 13 catégories récompensées par un jury de journalistes 9 catégories soumises au vote du public au Salon Tous les lauréats et les résultats sur Dans un deuxième temps, le grand public fut également invité à voter pour ses propres lauréats, à l occasion du Salon Piscine&Spa de Paris (décembre 2013). 10

13 La FPP en 9 temps forts La conférence de presse d automne de la FPP ANALYSE INÉDITE DE L INSTITUT MÉDIASCOPIE DES «MOTS DE LA PISCINE» : La piscine : un espace de convivialité, de liberté et de bien être ENQUÊTE DE CONJONCTURE 2013 Vers une nouvelle vague de constructions POUR DES COMPÉTENCES ET UN PROFESSIONNALISME ATTESTÉS Lancement d un nouveau référentiel de qualification Socotec Certification pour 2014 PROPISCINES : PRÈS DE 130 ENTREPRISES ENGAGÉES Au service des consommateurs PROABRIS : LANCEMENT D UNE NOUVELLE CHARTE Le respect des clients au cœur des engagements des spécialistes des abris pour Ème ÉDITION DU SALON PISCINE & SPA Toutes les nouvelles tendances de la piscine à découvrir en décembre TROPHÉES DE LA PISCINE 2013 Les innovations récompensées Décembre 2013 : Une nouvelle qualification pour les constructeurs installateurs avec Socotec certification Une qualification «à la carte» pour les pisciniers voit le jour ; cette dernière est le fruit des travaux engendrés depuis plus d un an par la commission Qualité de la Fédération. Cette nouvelle qualification, conçue exclusivement par des pisciniers et destinée à la profession, a été développée en partenariat avec Socotec. Suite à cette élaboration, le lancement opérationnel des démarches visant à satisfaire ce nouveau référentiel, interviendra début Ce processus de délivrance sera intégralement géré par la société Socotec certification, sachant que cette nouvelle qualification a été établie suivant des règles officielles très cadrées (COFRAC..). 11

14 La FPP en 9 temps forts La nomenclature du référentiel : 1. VENTE DE KIT AVEC ASSISTANCE TECHNIQUE 2. INSTALLATION / REMPLACEMENT D équipements 2-1. étanchéité 2.1. étanchéité indépendante du support 2.2. étanchéité dépendante du support 2-2. Filtration et canalisation 2-3. Traitement de l eau 2-4. Chauffage de l eau piscine extérieure 2-5. Chauffage et déshumidification de l air piscine intérieure 2-6. Couvertures automatiques 3. CONSTRUCTION, INSTALLATION DE PISCINE 3-1. Structures industrialisées Mise en oeuvre par entreprises externes Mise en oeuvre directe par l entreprise 3-2. Structures maçonnées Mise en oeuvre par entreprises externes Mise en oeuvre directe par l entreprise 3-3. Structures en béton armé Mise en oeuvre par entreprises externes Mise en oeuvre directe par l entreprise 4. PRESTATIONS DE SERVICES APRèS LA réception de travaux (entretien, maintenance et dépannage) 12

15 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres 1- Attentes des consommateurs Baromètre N 24 décembre Chiffre d affaires piscines Piscines signées et livrées Devis Historique des évolutions Enquête de satisfaction et d image auprès des adhérents FPP Opinion des adhérents sur la FPP Communication de la FPP vis-à-vis de ses adhérents Satisfaction des adhérents vis-à-vis des 3 axes stratégiques de la FPP

16 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres 1 - Les attentes des consommateurs en quelques mots Dans un contexte économique morose, la FPP a demandé à l Institut Médiascopie de l accompagner dans sa réflexion stratégique, à l occasion de l exercice de prospective qu elle réalise à l automne, tous les trois ans, sur l évolution de son marché. En effet, à l heure où la profession rencontre des difficultés en raison des perspectives économiques, mais aussi de la météo, il a paru pertinent de se livrer à une analyse de la perception des produits, des professionnels et du secteur, ainsi que des attentes des consommateurs. LA MéTHODOLOGIE "LES MOTS DE" L approche de l Institut Médiascopie consiste à appuyer sa réflexion sur une méthodologie rigoureuse et éprouvée de recueil des perceptions et des attentes de la population. Cette méthodologie procède du recueil des jugements de nos concitoyens sur les mots qui «disent la piscine» et son univers ; elle vise à dresser la "carte mentale" des Français vis-à-vis de ce secteur, de ses intervenants et de ses produits, à en appréhender les représentations collectives telles qu elles sont portées et forgées par ses mots. En effet, alors que dans les enquêtes d opinion classiques, on se contente d interroger les personnes sur un sujet, à travers des questions «fermées» ou «ouvertes», nous allons au-delà : nous demandons aux personnes de juger une liste d environ 200 mots préalablement sélectionnés en tant qu ils sont les référents de ce sujet, en tant qu ils constituent son identité. L enquête comporte deux volets : - un volet qualitatif :une trentaine de Français, âgés de 35 à 65 ans. ont été interrogés dans le cadre de trois réunions de groupes: une dizaine d habitants de la région nantaise, non possesseurs de piscines, mais intentionnistes, possédant un jardin piscinable, âgés de 35 à 65 ans. ont été interrogés lors d une réunion de groupe à Nantes le 30 juillet 2013, une dizaine d habitants de la région de Montpellier, non possesseurs de piscines et non intentionnistes, possédant un jardin piscinable, âgés de 35 à 65 ans, ont été interrogés lors d une réunion de groupe à Montpellier le 31 juillet 2013, une dizaine d habitants de la région marseillaise, possesseurs de piscines, âgés de 35 à 65 ans, ont été interrogés lors d une réunion de groupe à Marseille le 13 septembre un volet quantitatif : les jugements d un échantillon de 1301 Français ont été ensuite recueillis sur 210 mots, sélectionnés au sein d un double corpus, écrit (documents FPP, presse, ouvrages, sites lntemet...) et oral (les trois groupes d habitants), à travers deux questions : une question de ressenti : «quand vous pensez aux piscines (chez soi ou en famille). plus ce mot évoque pour vous quelque chose de positif, plus vous lui donnez une note proche de 10 / moins ce mot évoque pour vous quelque chose de positif, plus vous lui donnez une note proche de 0» une question d attente de prise en compte par les professionnels dans l avenir : «plus vous attendez d un professionnel de la piscine qu il prenne en compte ce mot à l avenir, plus vous lui donnez une note proche de 10 / moins vous attendez d un professionnel de la piscine qu il prenne en compte ce mot à l avenir, plus vous lui donnez une note proche de 0» NB - Au plan pratique, l enquête a lieu de la manière suivante : chaque personne de l échantillon voit les mots appara?tre, l un après l autre, sur l écran de son ordinateur, et est invitée à les noter sur la première échelle (note de 0 à 1 0). Puis les mots repassent dans un ordre différent et la personne est invitée à les noter sur la deuxième échelle (note de 0 à 1 0). NB- L ordre de passage des mots est aléatoire et différent pour chaque personne interrogée. 14

17 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres À en juger par la répartition très positive des items sur les deux axes (moyenne axe de ressenti = 6,5/10, moyenne axe d attentes de prise en compte adressée à un professionnel dans l avenir = 6,8/10), la piscine (notée 7,5/7,4) est au centre d un univers très valorisé, au sein duquel l attente de prise en compte de la part de la profession est considérable. En outre, le potentiel aspirationnel de la piscine est important : les non possesseurs intentionnistes sont un peu plus positifs et un peu plus en attente de réponses des professionnels que les possesseurs, tandis que les non possesseurs non intentionnistes restent à distance. Les acteurs de la piscine : une kyrielle d intervenants La piscine est un univers perçu comme expert et complexe, au carrefour de corps de métiers multiples et divers, appelant chacun beaucoup de savoir-faire et de professionnalisme. Dans ce contexte, apparaît toute une kyrielle d intervenants. Les pisciniers (5,8/6,2) et les piscinistes (5,8/6,3), notés de façon quasi identique, sont perçus à la fois comme le pivot directeur de l ensemble des intervenants du projet de piscine et l interlocuteur référent pour effectuer son choix. C est sur eux que les trois publics reportent le plus d attentes et de questionnements car, de manière générale, ils expriment une méfiance de principe à leur endroit, leur discours étant perçu fortement guidé par une intention commerciale. Dans ce contexte, la dénomination les vendeurs de piscines (5,3/6,2) renforce ces projections négatives et s accorde particulièrement mal avec un produit aussi qualitatif que la piscine. Les acteurs les plus valorisés ne sont pas ceux exclusivement attachés à l objet piscine, mais les acteurs généralistes des travaux de construction - les corps de métiers (maçons, plombiers, etc.) (6,3/6,8) et les paysagistes (6,5/6,3), devant les architectes - auxquels sont associées tout à la fois les compétences techniques et la capacité d apporter quelque chose de plus que la simple piscine : l authenticité et l esthétisme. Dans ce contexte, la Fédération des Professionnels de la Piscine est valorisée sur les deux axes (6,1/6,8) : lui est associé un imaginaire rassurant et positif, confirmé par le bon accueil de l item un professionnel adhérent de la FPP = un gage de sérieux, autour de valeurs de qualité, fiabilité, engagement et éthique ; elle est, en outre, créditée d un triple rôle de promoteur du produit piscine, de conseil en matière de choix des professionnels et de garant de la bonne exécution du chantier. Seule ombre au tableau, la FPP souffre aujourd hui d un déficit patent de notoriété. Les marques, en revanche, sont peu valorisées dans cet univers, comme le montre la notation faible de Propiscines, une marque de référence pour la construction / installation des piscines (5,7/6,3). Bien plus que d une marque, les Français sont en quête d un véritable label susceptible de les rassurer et de les orienter dans leur recherche, comme en témoigne le score bien plus favorable de Propiscines, un label attestant de la qualité de la construction / installation des piscines (6,3/6,7), et du générique label qualité en matière de piscine (7,1/7,4). La position de ces items plaide dans le sens d une transformation de la marque Propiscines en un label ou en une norme permettant de s affranchir de l étiquette commerciale. L OBJET PISCINE : UN dégradé de jugements Situées à l opposé de la piscine vue comme un luxe, les piscines de premier prix - piscine "low cost", piscine en kit à monter soi-même, piscine "hors sol" et piscine en kit à faire monter par un professionnel - ne font guère rêver (respectivement 4,9/5,3, 5,1/5,4, 5,3/5,7 et 5,5/5,9). La piscine intérieure (dans la maison) obtient des scores très moyens (5,7/5,8), car la piscine est très fortement associée au soleil et à la vie en plein air. Il en va de même de la piscine à débordement, qui n atteint pas des scores aussi élevés qu on aurait pu l imaginer (6,5/6,4) : si la piscine doit convier au rêve et à l évasion, elle doit cependant rester accessible, à défaut de quoi les Français peinent à s y projeter. La piscine en coque polyester, la piscine en bois et la piscine en béton (respectivement 5,8/6,1, 5,9/6 et 6,2/6,4) sont davantage valorisées parce que leurs matériaux sont traditionnellement liés à la construction et que, sur de tels ouvrages, les Français entendent assurer une solidité maximale. Trois piscines remportent toutefois la palme auprès des trois publics, presque à égalité sur les deux axes : la piscine sur-mesure (7,1/7,3), la piscine enterrée (7,2/7,3) et la piscine couverte (par un abri) (7,2/7,3). 15

18 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres La piscine écologique, quant à elle, ouvrant à la fois sur des évocations de naturalité, de qualité de l eau et de responsabilité environnementale, est aussi très valorisée et recueille une attente de prise en compte importante (7,2/7,4). Mais ce sont avant tout des systèmes écologiques économiques? qui sont attendus et demandés : un chauffage écologique pour la piscine (panneaux solaires, pompe à chaleur, etc.) (7,5/7,6) ou encore un système écologique de traitement de l eau (7,4/7,6) ; signe qu au final la priorité du public réside moins dans l idéologie que dans la mise en pratique. Concernant les différentes options, ce sont les équipements liés à l automatisation et au chauffage qui apparaissent les plus incitatifs avec, notamment, la perspective d un entretien automatique (robot, etc.) (7,1/7,2) ou d une piscine chauffée (7,5/7,4). Les Français manifestent aussi un intérêt pour les équipements de type spa ou bain à remous (spa, Jacuzzi), particulièrement en phase avec la symbolique hédoniste de la piscine (respectivement à 6,8/6,6 et 6,9/6,6). choisir sa PISCINE : UN processus fondamental mais complexe Le choix de la piscine et de ses différents composants s avère une étape particulièrement motivante et valorisée du processus d achat, qu il s agisse de choisir la couleur de sa piscine (7/7), de choisir la forme de sa piscine (7,5/7,4) ou, plus encore, de choisir la ou les profondeurs (7,5/7,5). Cependant, ce choix apparaît aujourd hui aux Français comme difficile et complexe, tant et si bien qu ils souscrivent pleinement à l affirmation selon laquelle après avoir consulté divers pisciniers, on ne sait plus quel type de piscine choisir (5,3/6,2) ; un état de fait sur lequel ils attendent, d ailleurs, une forte mobilisation de la profession. autour de la PISCINE : l esthétique avant tout Les aménagements décoratifs autour de la piscine, visant à faire de son environnement une véritable pièce à vivre, sont très valorisés, comme en témoignent les scores élevés de la piscine, un élément de décoration du jardin (6,7/6,9) et, plus encore, des abords de la piscine (dallage, terrasse, plage, gazon, etc.) (7,4/7,4). Partie intégrante du décor de la piscine, l éclairage est le second élément le plus valorisé en matière d esthétique et le plus attendu, en termes de prise en compte des professionnels : éclairage de la piscine est noté 7/7,1 et la piscine éclairée = un décor féérique 7,1/7. Quant au mobilier de jardin (transats, parasols, etc.), au barbecue au bord de la piscine ou au pool house (cuisine d été, barbecue, etc.), ils font aussi partie des attraits de la piscine, mais les consommateurs les jugent moins étroitement liés à la sphère de compétence des professionnels de la piscine (respectivement notés 7,2/6,1, 6,8/6,2 et 6,9/6,4). les utilisateurs de la piscine : la famille d abord! Si la convivialité est une valeur générique très fortement associée à la piscine (7,7/7), quiconque ne peut pas pour autant en bénéficier : les utilisateurs sont inégaux dans la jouissance d un bien qui s avère, au final, fortement segmentant selon les publics. Si le fait d avoir du monde chez soi est apprécié (6,4/5,8), plus que les voisins (5,1/5), ce sont les amis (7,3/6,1) et, plus encore, la famille (7,9/6,8) que les Français ont envie d accueillir. En effet, au plaisir de la convivialité peut vite se substituer un sentiment négatif d intrusion, dès lors que le lien entretenu avec autrui dépasse la sphère de l intimité la plus immédiate. Par contre, appréhendée sous l angle du renforcement des liens familiaux, la perspective prend son sens (7,1/6,2), et la famille s entend d ailleurs ici dans son périmètre le plus strict : les enfants d abord (7,3/7,2), les parents ensuite (7/6,3), et les adolescents, avec les seniors, pour fermer le ban (ces deux derniers étant respectivement notés 6,8/6,3 et 6,6/6,5). 16

19 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres les bénéfices associés à la piscine : bien-être et santé avant tout. Disposer chez soi d une piscine - un rêve qui devient réalité (7,1/6,9) - permet d accéder à une multitude de bénéfices, fonctionnant comme autant de leviers de motivation pour les non possesseurs, qu ils aient ou non l intention d acheter une piscine : intimité, cocon (7,3/6,9), pouvoir conjuguer sport et détente (7,5/6,9), mettre en pratique le fait que la piscine = vivre à l air libre (7,5/7,1), faire de la piscine un espace ludique (7,5/7,1) et, principaux mobiles pour tous, aujourd hui, se baigner (8,1/7,4), nager (7,9/7,3) et se rafraîchir (7,8/7). Les bienfaits de l eau, dont la piscine permet de bénéficier, sont aussi plébiscités (7,8/7,3), en association à des valeurs suprêmes d apaisement (7,6/6,9), de bonheur (8/7,1) et de bien-être (8/7,4), notions d ailleurs très prégnantes dans l imaginaire de la piscine tel que restitué par les participants. Enfin, sans surprise, ce sont les items qui évoquent la liber té, sans limite, qui sont les plus valorisés : profiter de la piscine toute l année (7,6/7,4) et pouvoir se baigner quand on veut (8,1/7,5). l entretien : une contrainte majeure. Si la piscine fait rêver la plupart des Français, force est de constater qu elle comporte aussi, à leurs yeux, un certain nombre de contraintes (4,4/6,2) et qu elle peut s avérer être une source d inquiétude (4,8/5,8). Autant de freins que les professionnels sont appelés à lever pour répondre aux attentes de leurs clients potentiels. La question de l entretien de la piscine, point faible pour l ensemble de la population interrogée, est ainsi un vrai frein pour les non possesseurs non intentionnistes, tant en termes de temps passé à entretenir sa piscine (4,6/6,7) qu en termes de coût d entretien d une piscine (4,6/7,2), deux éléments sur lesquels la population est en demande de réassurance de la part de la profession. Considérant, pour la plupart d entre eux, la piscine comme une source de plaisir, les Français souhaitent pouvoir en profiter sans en subir les contraintes d entretien. C est pourquoi les discours tournés vers la simplification de cette tâche sont, de manière générale, valorisés et attendus. À ce titre, la facilité d entretien de la piscine est largement plébiscitée (7,2/7,7), ainsi que l ensemble des solutions visant à la favoriser et, en particulier, l entretien automatique (robot, etc.), solution optimale et idéale pour tous (7,1/7,2). Quant à la rénovation de piscines existantes, elle n est pas jugée très positivement (6/6,4) : ouvrage de construction lourde, quasiment au même titre que la maison, la piscine semble moins se prêter à la rénovation qu à la réparation ponctuelle de petites pièces ou à un entretien régulier. la problématique de l eau La piscine n échappe pas au procès général dont fait l objet, dans toutes nos enquêtes, le gaspillage. Ainsi, le fait que la piscine = un gaspillage d eau (4,3/6), de même que la consommation d eau des piscines en elle-même (4,9/7,2), sont des problèmes que les professionnels sont invités à pallier, via notamment des conseils et des solutions pour économiser l eau (7,3/7,8), en jouant sur les deux leviers de motivation de leurs clients que sont la conscience environnementale et la préoccupation budgétaire. On note par ailleurs que le fait que l eau soit «désinfectée» ne rassure pas la population qui, à l idée d une eau désinfectée par des produits chimiques (4,7/6), préfère largement celle d un traitement de l eau de piscine à l électrolyse au sel (le sel se transforme en chlore automatiquement) (6,7/7,1), d une eau filtrée par les plantes (6,8/6,9) et, plus généralement, celle d un système écologique de traitement de l eau (7,4/7,6) permettant de diminuer conjointement les problèmes de consommation, d entretien et de qualité de l eau des piscines. 17

20 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres les FREINS LIés au prix Hésitants face au prix d achat d une piscine (4,7/7,2), les Français rechignent encore plus à l idée de bénéficier d un crédit pour financer sa piscine (4,8/5,9) : si, à leurs yeux, la piscine valorise un bien immobilier (7,2/6,9), l affirmation acheter une piscine, un placement (5,3/6) leur paraît beaucoup plus douteuse. Notons aussi que, si les possesseurs de piscine et les non possesseurs intentionnistes valorisent l idée faisant de la piscine, un luxe, synonyme à leurs yeux de la matérialisation d un rêve, les non intentionnistes lui associent des connotations plus péjoratives, allant dans le sens d une certaine vacuité. L item ne se positionne qu à 6,4/6,2 sur le mapping. Rien d étonnant, dès lors, à ce qu on attende des professionnels qu ils prennent davantage en compte cet état de fait et qu ils aident à pouvoir comprendre les écarts de prix entre les différents types de piscine (7/7,4). Mais, plus encore que sur le prix d achat de la piscine, les Français expriment des craintes sur les coûts liés à son utilisation. Ainsi, la prise en compte des piscines enterrées dans le calcul de la taxe d habitation et de la taxe foncière (3,9/6), ou le coût d entretien d une piscine (4,6/7,2) s inscrivent aussi en négatif en termes de ressenti, tandis que les professionnels de la piscine sont appelés à se mobiliser sur ce point, comme ils le sont sur le coût du système de sécurité (5,3/7,3). la sécurité : une préoccupation persistante. La sécurité en particulier en relation avec les enfants reste la source d inquiétude première liée à la piscine et constitue l un des principaux facteurs dissuasifs pour les non intentionnistes. Il n en reste pas moins que les Français valorisent les affirmations faisant de la piscine le meilleur endroit pour apprendre à nager (6,7/6,5) ou le lieu le plus sûr pour se baigner (6,6/7), pour autant que les règles de sécurité soient promues et respectées. Les professionnels de la piscine sont d ailleurs invités à se pencher sur cette thématique, à travers une communication sur la sécurité des piscines (7,1/7,6) ou via la mise en avant de bonnes pratiques : apprendre à nager dès l âge de 4 ans (7,7/6,7), équiper les enfants de brassards (7,8/7,1), ou encore se former aux gestes qui sauvent (7,9/7,4). Les différents types d équipements de sécurité se retrouvent ainsi dans la partie supérieure droite du mapping, signe à la fois de leur caractère indispensable et rassurant pour les utilisateurs, et de l importance - le devoir? - pour la profession de les prendre en compte. BRUIT, climat, démarches administratives : trois problématiques mineures Plus à la marge, émergent les préoccupations du bruit et nuisances sonores, de l usage limité dans le temps de la piscine, et de la nécessité d une déclaration de travaux pour une piscine enterrée. la nécessité d informer et de communiquer Dans cet univers particulièrement impliquant sur le plan financier, le processus de prise d information s avère essentiel. Or, paradoxalement, cette information apparaît aujourd hui insuffisante ou mal étayée, ce qui a pour conséquence de rendre les attentes en la matière particulièrement élevées. En matière de sources, les méthodes les plus traditionnelles s informer via un magazine spécialisé ou s informer via des foires et des salons sont les moins valorisées (toutes deux à 5,9/5,9). À ces méthodes est préféré le fait de s informer sur Internet (6,6/6,2), plus rassurant tant par sa praticité et son accessibilité que par son exhaustivité. Cependant, les trois cibles jugent insuffisante aujourd hui la présence des professionnels de la piscine sur Internet et les réseaux sociaux (5,9/6,2) et n hésitent pas à demander des conseils à un proche qui a une piscine pour orienter leur choix. Mais ce qui les rassure définitivement le plus est le fait de s informer directement auprès d un professionnel (6,9/7,1), reflet du caractère très expert du marché, où l on ne saurait faire l économie de l avis d un spécialiste. Toutefois, dans un contexte où chaque piscinier est spécialisé dans un type de piscine et où il est difficile de pouvoir évaluer la qualité d une piscine, les consommateurs sont en attente de solutions de simplification : pouvoir disposer d une liste de professionnels par spécialité (6,5/6,9), accéder à une communication sur les techniques de construction / installation des piscines (6,5/7,2), ou encore avoir un panorama comparatif de toutes les solutions de piscine (7/7,2). 18

21 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres faire preuve d éthique professionnelle L éthique des professionnels de la piscine est une qualité transversalement valorisée par l ensemble des répondants sur les deux axes (6,5/7,2), promesse à la fois, pour eux, de relationnel satisfaisant et de fiabilité sur le terrain. Ainsi valorisent-ils la transparence des professionnels de la piscine qui leur communiquent leurs références, tout autant que l idée d un professionnel qui fait visiter ses réalisations (respectivement 6,6/7,3 et 6,8/7,1). Dans le même esprit, ils souhaitent pouvoir évaluer la qualité d un professionnel (7,7,3) au travers de preuves tangibles : l assurance d une formation des professionnels de la piscine (6,5/7,2) ou, plus encore, celle d une charte de qualité des professionnels de la piscine (6,9/7,3). On notera par ailleurs que les garanties fournies par les professionnels en matière de compétence et de qualité sont d autant plus valorisées et attendues qu elles revêtent un caractère officiel. le défi de l accompagnement et du suivi. Sollicités sur le plan de l information et de l éthique, les professionnels de la piscine sont tout aussi attendus sur celui de l accompagnement et du suivi ; et ce, tout au long du processus d installation et d utilisation de la piscine. Ainsi, les conseils personnalisés pour choisir sa piscine et ceux destinés à permettre de connaître les contraintes du terrain pour choisir une piscine sont particulièrement valorisés et attendus (respectivement à 6,9/7,4 et 7/7,6). Mais, dans le cadre d un processus d achat jugé long et complexe, appelant l intervention de nombreux acteurs, ce que les clients attendent le plus est la possibilité d avoir un interlocuteur unique pour la réalisation de son projet piscine (7,1/7,5). Très valorisée en soi, l information sur le déroulement du chantier est aussi très attendue des professionnels (7/7,6), que ce soit à travers l établissement d un devis clair et détaillé (7,7/8) ou via des solutions pour garantir que le chantier aille à son terme, même en cas de litige (7,4/7,8). Quant au déroulement du chantier, les Français sont moins en attente de rapidité de construction / installation (6,9/7,4) que de respect, de la part des professionnels, des engagements formulés, notamment au niveau des clauses du contrat : respect du délai d installation / de construction (7,2/7,8) et, plus encore, respect des normes de construction (7,6/8). Dans le prolongement, les professionnels sont également appelés par leurs clients à les accompagner, une fois le chantier achevé, dans l utilisation et l entretien de leur piscine : via une assistance à visée pédagogique : service de réception et mise en service de la piscine par le professionnel (7,2/7,6), des professionnels qui se déplacent pour montrer comment entretenir sa piscine (6,9/7,4), mise à disposition d une formation à l utilisation de sa piscine (6,7/7,3), ou encore de conseils pour traiter l eau de la piscine (7,2/7,6) et de notices d entretien claires (7,4/7,8) via des solutions pour réduire le temps et le coût liés à l entretien de la piscine : entretien automatique (robot, etc.) de la piscine (7,1/7,2), un service d entretien régulier de la piscine la première année inclus dans le prix de vente (7,2/7,6), démarches visant à informer les clients sur les moyens d économiser l eau et l énergie (7,5/7,9) et, plus encore, via des garanties permettant d assurer leur piscine dans le temps : qualité du service après-vente (7,2/7,9) et attente majeure tous publics confondus à 7,8/8,1 la possibilité d avoir une piscine garantie 10 ans (garantie décennale). les solutions fpp La Charte Propiscines recueille immédiatement les faveurs des trois publics. Elle fonctionne à la fois comme un vecteur de réassurance sur le professionnalisme des souscripteurs et une réponse efficace à de nombreuses attentes formulées en spontané. Le Carnet d entretien de la FPP est bien accueilli dans son principe, même s il est susceptible de faire doublon avec les carnets fournis par les pisciniers. Le Guide d utilisation de la piscine proposé par la Fédération, quant à lui, est jugé un peu prolixe et peut mettre à distance, en raison de sa technicité, dans un contexte où l attente est plutôt à la simplification du discours. Pour finir, le portrait du professionnel de la piscine idéal que dressent les trois publics dans les groupes met en exergue les qualités suivantes : compétence, savoir-faire, expertise écoute, disponibilité conseil, pro-activité éthique clarté de discours accompagnement, suivi 19

22 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres 2 - Baromètre N 24 décembre 2013 Suivi conjoncturel des ventes en piscines L année 2013 ne restera pas dans les annales de la profession comme une année prospère. La courbe d évolution année par année du chiffre d affaires facturé montre bien que le secteur est retourné au point bas de son évolution en L évolution enregistrée à la hausse des piscines signées et des devis au dernier trimestre cependant laisse espérer des jours meilleurs pour Espérons que la météo soit favorable à notre secteur car son évolution est très largement influencée par ce paramètre. 1. Chiffre d affaires piscines Fin d année encourageante Climat de confiance des ménages Evolution (1) du chiffre d affaires facturé en piscines (4) Cumul exercice (2) Tendance annuelle (3) - 5,5% - 5,5% Source FFP / I + C Evolution (1) du chiffre d affaires négoce (5) Cumul exercice (2) Tendance annuelle (3) - 7% - 7% Source FFP / I + C Après un troisième trimestre atone, la conjoncture industrielle s est bien reprise au cours des derniers mois de l année. Au niveau de la demande intérieure, elle est toujours freinée par un niveau de chômage très élevé. Mais le relèvement de la TVA et le durcissement du malus écologique sur les automobiles à l horizon 2014 ont permis l anticipation de certains achats à la fin de l année Dans ce contexte, les professionnels de la piscine ont connu un automne nettement plus favorable que l an passé, qui avait été particulièrement mauvais. Au quatrième trimestre 2013, le chiffre d affaires enregistre une nette augmentation de 7,5% par rapport aux mêmes mois de l an passé. Malgré ce rebond en fin d année, encourageant pour le début de l année 2014, 2013 restera comme la pire année depuis En ce qui concerne l activité en volume, les livraisons et les signatures ont connu également une nette amélioration. Enfin, la reprise de l activité devrait se poursuivre au vu du nombre de devis établis à la fin décembre (+ 8,5% exactement), l activité des professionnels de la piscine devrait ainsi continuer de s améliorer d ici à la fin de l année. Pour sa part, le négoce affiche également une croissance significative de l ordre de 7% entre le quatrième trimestre 2013 et le quatrième trimestre ) évolution du chiffre d affaires au cours de la période considérée par rapport à la même période de l année précédente (2) cumul exercice du chiffre d affaires moyen de l année calendaire (3) tendance annuelle du chiffre d affaires des douze derniers mois par rapport aux douze mêmes mois de l année précédente (4) y compris rénovation complète de piscines (5) ventes après livraison d équipement de produits, posés ou non 20

23 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres 2. Piscines signées et livrées Excellente fin d année Au quatrième trimestre 2013, les ventes en volume de piscines ont, dans la continuité de cet été, nettement progressé et ce durant toute la période. Dans un climat conjoncturel qui s améliore très modestement et très lentement, le nombre de signatures a été nettement supérieur au résultat de l an passé à la même période (marquée par le mauvais temps). Plus précisément, octobre, novembre et décembre enregistrent des hausses respectives de 22 %, 29 % et 15 % par rapport à la période correspondante de l année précédente. A noter que sur l ensemble de l année, le nombre de piscines signées atteint quasiment le même total qu en En termes de livraisons, le trimestre progresse également de manière soutenue, le mois d octobre étant le plus dynamique, précisément + 41 %, suivi de + 4 % en novembre et + 10 % en décembre. Compte tenu de la bonne orientation des carnets de commandes en fin d année, 2014 devrait poursuivre le redressement du marché. Finalement, 2013 aura été la plus mauvaise année depuis le début de l observatoire. Tx évol. (1) Saison (1) Janvier % Février % - 7 % Mars % Avril % Mai ,5 % - 12 % Juin ,5 % Juillet % Août % + 1,5 % Septembre % Octobre % Novembre % + 22,5 % Décembre % Cumul exercice (2) Tendance annuelle (3) - 0,5 % - 0,5% Source FFP / I + C Nombre de piscines signées Tx évol. (1) Saison (1) Janvier % Février % - 13,5 % Mars % Avril ,5 % Mai % - 10,5 % Juin ,5 % Juillet % Août % - 12,5 % Septembre % Octobre % Novembre % + 18,5 % Décembre % Cumul exercice (2) Tendance annuelle (3) - 5,5 % - 5,5% Source FFP / I + C Nombre de piscines livrées (1) évolution du nombre de piscines au cours de la période considérée par rapport à la même période de l année précédente (2) cumul exercice du nombre de piscines moyen de l année calendaire (3) tendance annuelle du nombre de piscines des douze derniers mois par rapport aux douze mêmes mois de l année précédente 21

24 A- Le secteur de la piscine en quelques chiffres 3. Devis Confirmation du regain d activité Nombre de devis établis Après un premier semestre très difficile, l automne 2013 confirme l amélioration constatée au cours de l été. Le nombre de devis établis par les équipes commerciales a fortement progressé tout au long du trimestre par rapport à l an passé. Cette bonne orientation devrait se traduire dans les prochains mois par une croissance des signatures et des livraisons de piscines. (1) évolution du nombre de devis au cours de la période considérée par rapport à la même période de l année précédente (2) cumul exercice du nombre de devis moyen de l année calendaire (3) tendance annuelle du nombre de devis des douze derniers mois par rapport aux douze mêmes mois de l année précédente Cumul exercice (2) Tendance annuelle (3) - 2,5 % - 2,5 % Source FFP / I + C Tx évol. (1) Saison (1) Janvier 2013 Tx Tx - 11 évol. % Saison (1) Février Janvier % - 12 % Mars Février % Avril Mars , % Mai Avril ,5 1,5 5,5 % Juin Mai , % Juin 2013 Juillet ,5 % 0 % Juillet % Août Août % Septembre 2013 Septembre % % Octobre % Novembre % Décembre % ,5 % - 10 % ,5 % + 2, ,5 % ,5 % 4. Historique des évolutions Evolution du chiffre d affaires facturé en piscines (cumul annuel glissant des indices mensuels) *2007 = Année de référence = somme des douze indices mensuels Note de lecture : en fin d année 2011, l indice atteint un niveau de 1.210, soit une progression de + 6,5 %, + 16 % et + 4 % par rapport à 2010, 2009 et 2008 et un repli de 17 % comparé à 2008 Source FPP/ I+C Evolution du nombre de piscines signées (cumul annuel glissant des indices mensuels) ** 2007 = Année de référence = somme des douze indices mensuels Source FPP/ I+C 22

LES PROFESSIONNELS DE LA PISCINE GARDENT LE CAP POUR SOUTENIR CE MARCHÉ PORTEUR

LES PROFESSIONNELS DE LA PISCINE GARDENT LE CAP POUR SOUTENIR CE MARCHÉ PORTEUR INNOVATION, SAVOIR-FAIRE ET FAIRE SAVOIR : LES PROFESSIONNELS DE LA PISCINE GARDENT LE CAP POUR SOUTENIR CE MARCHÉ PORTEUR Malgré le contexte économique et des conditions météorologiques défavorables cet

Plus en détail

PISCINE FAMILIALE : UN MARCHE CHAHUTE PAR LA METEO QUI RESTE STRUCTURELLEMENT PORTEUR ET SOUTENU PAR UN RESEAU DE PROFESSIONNELS ENGAGES

PISCINE FAMILIALE : UN MARCHE CHAHUTE PAR LA METEO QUI RESTE STRUCTURELLEMENT PORTEUR ET SOUTENU PAR UN RESEAU DE PROFESSIONNELS ENGAGES PISCINEFAMILIALE:UNMARCHECHAHUTEPARLAMETEO QUIRESTESTRUCTURELLEMENTPORTEUR ETSOUTENUPARUNRESEAUDEPROFESSIONNELSENGAGES Les premières tendances 2012 du secteur de la piscine familiale montrent une relative

Plus en détail

PISCINES : LES PROFESSIONNELS MOBILISÉS EN FAVEUR D UN RÊVE FRANÇAIS MALMENÉ PAR LA CRISE

PISCINES : LES PROFESSIONNELS MOBILISÉS EN FAVEUR D UN RÊVE FRANÇAIS MALMENÉ PAR LA CRISE PISCINES : LES PROFESSIONNELS MOBILISÉS EN FAVEUR D UN RÊVE FRANÇAIS MALMENÉ PAR LA CRISE En France, 2 e pays le plus équipé en piscines au monde, avec plus de 1,67 million de bassins en 2012, juste derrière

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Le point sur la filière énergies renouvelables : Mention RGE, aides, formation, qualification, audits Pleine application de l éco-conditionnalité des aides au 1 er janvier

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

PISCINES : LES DERNIERES

PISCINES : LES DERNIERES Page 1/6 PISCINES : LES DERNIERES Eléments de recherche : : fabricant d'abris de piscine et de terrasses mobiles pour piscine, toutes citations Page 2/6 ŒNDANCES Si les piscines enterrées ont toujours

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

www.salon-atlantica.com DOSSIER DE PRESSE Organisé par Les campings de Charente-Maritime FDHPA 17

www.salon-atlantica.com DOSSIER DE PRESSE Organisé par Les campings de Charente-Maritime FDHPA 17 DOSSIER DE PRESSE Organisé par Les campings de Charente-Maritime FDHPA 17 Le camping en Charente-Maritime Plus qu'un simple salon professionnel, le salon Atlantica est aussi la vitrine de la Fédération

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE 26 FEVRIER 2013 BLEU CIEL D EDF, L EXPERTISE D EDF AU SERVICE DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE Contact presse : Colette Génin Tél : 01 44 82 48 84 e-mail : edf-presse@consultants.publicis.fr www.edf.fr EDF SA au

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE :

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE! Salon des Entrepreneurs Mercredi 4 février 2015 Intervenants Frédéric CURIER o Président de Bio Crèche Emilie DAMLOUP o

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

les raisons du succès

les raisons du succès Cuisines Raison : les raisons du succès Il avait donc raison d y croire! Quand Claude Raison a lancé l idée de fédérer, autour d une franchise, des dizaines de cuisinistes sans magasin dans toute la France,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Dossier de Presse CREATION DU NOUVEAU SYNDICAT IMMOBILIER : UNIS. Union des Syndicats de l Immobilier. Conférence de Presse du 4 février 2009

Dossier de Presse CREATION DU NOUVEAU SYNDICAT IMMOBILIER : UNIS. Union des Syndicats de l Immobilier. Conférence de Presse du 4 février 2009 Dossier de Presse CREATION DU NOUVEAU SYNDICAT IMMOBILIER : UNIS Union des Syndicats de l Immobilier Conférence de Presse du 4 février 2009 Service de Presse d UNIS Agence côtéjardat Tel : 01 41 05 94

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

ANALY ANAL S Y E S PR

ANALY ANAL S Y E S PR ANALYSE PROSPECTI IVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS AUDA BATIMENT MÉTIERS DE LA PLOMBERIE NOVEMBRE 2014 1 1. L emploi 1 086 plombiers en 20122 soit 4% des salariéss de la production du

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

alliancepiscines.com 02 Ma piscine pour la vie!

alliancepiscines.com 02 Ma piscine pour la vie! 02 Quand le rêve devient réalité. La réalisation de votre piscine est un investissement important. Plaisir, détente, esthétique, convivialité, valorisation sont les attentes prioritaires à satisfaire pour

Plus en détail

FPP 5 rue de Vienne 75008 PARIS www.propiscines.fr COLLEGE : «VENTE AUX CONSOMMATEURS»

FPP 5 rue de Vienne 75008 PARIS www.propiscines.fr COLLEGE : «VENTE AUX CONSOMMATEURS» FPP 5 rue de Vienne 75008 PARIS www.propiscines.fr COLLEGE : «VENTE AUX CONSOMMATEURS» Document à remplir soigneusement et à retourner à la FPP accompagné des pièces suivantes : Un extrait K bis de votre

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Baromètre Union des Maisons Françaises

Baromètre Union des Maisons Françaises Baromètre Union des Maisons Françaises Juillet 2010 vague 8 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER

VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER VACANCES VERTES EN LOIR ET CHER Nous vous remercions de l intérêt que vous portez au label Gîtes de France Nous avons le plaisir de vous adresser les informations utiles pour vous accompagner dans votre

Plus en détail

Assurance Vie en Ligne

Assurance Vie en Ligne Synthèse - Mars 2014 Benchmark concurrentiel de l expérience client en ligne e Assurance Vie en Ligne 6 sites d acteurs de référence de l Assurance Vie en Ligne plus de 7.000 internautes mobilisés www.observatoire-eperformance.com

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Assemblée Générale de L UFC Que Choisir Le 10 avril 2010 Les énergies nouvelles ont tout pour plaire : - écologie - économie d énergie - performance - qualité de vie et investissement

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens

LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens LES PROFESSIONNELS DE SANTE ET LE TIERS PAYANT COMPLEMENTAIRE Enquête Mut Santé/TNS Healthcare auprès de 150 pharmaciens Nouvel opérateur de la gestion du Tiers Payant Complémentaire, Mut Santé a souhaité

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Paris, le 22 Mai 2013 CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Présentation du réseau ODC : OPTIMAL DATA CENTER est une marque commerciale déposée qui fédère un réseau national de prestataires et fournisseurs

Plus en détail

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville ST MALO CAEN ST BRIEUC ICI VANNES LORIENT RENNES LE MANS NANTES Des accès proches et rapides Bus lignes 4 et 30 Métro A à

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014 BaroJOB Une priorité : Donner Envie aux Jeunes Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / MarsAvril 2014 Filière IT : Confirmations et paradoxes 2 Filière IT : Confirmations

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail