5) Les prélèvements sur le travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5) Les prélèvements sur le travail"

Transcription

1 1 FIPECO, le Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 5) Les prélèvements sur le travail Les économistes distinguent souvent les prélèvements obligatoires sur la consommation et sur les deux «facteurs de production» que sont le travail et le capital. Cette fiche commence par présenter le montant des prélèvements obligatoires sur le travail, dont la mesure présente quelques difficultés méthodologiques, en France et dans les autres pays européens. Elle précise ensuite quels sont les taux d imposition des revenus du travail, en moyenne et selon le niveau de salaire. Ces prélèvements majorent le coût du travail supporté par les entreprises, ce qui peut réduire leur «demande de travail», et amputent la rémunération nette perçue par les salariés, ce qui peut réduire leur «offre de travail». Ces mécanismes économiques sont également exposés. A) La mesure et le montant des prélèvements sur le travail 1) Les difficultés de mesure Les prélèvements obligatoires sur le travail sont plus précisément des prélèvements sur les revenus du travail, ce qui implique, pour les mesurer, de préciser ce que sont les «revenus du travail» et quels prélèvements ils supportent. Plusieurs problèmes méthodologiques se posent plus particulièrement. Les revenus des non-salariés ont un caractère mixte : ils rémunèrent leur travail, mais aussi les capitaux qu ils ont investis dans leur entreprise individuelle. Il faudrait donc faire le partage entre ces deux sources de revenus et ne retenir que les prélèvements sur les revenus du travail, ce qui est en pratique très difficile. Les prélèvements sur les revenus des chômeurs et retraités peuvent être classés parmi les prélèvements sur le travail, les pensions de retraite et les indemnités de chômage étant considérés comme des «salaires différés», ou classés dans une catégorie ad-hoc. Les revenus du travail et du capital sont conjointement soumis dans tous les pays à un impôt sur le revenu progressif et, du fait de cette progressivité, il est délicat de séparer le produit de cet impôt en deux parts correspondant aux revenus respectifs du travail et du capital. Les impôts sur la valeur ajoutée, comme la «contribution sur la valeur ajoutée des entreprises» en France, taxent à la fois la rémunération du travail et celle du capital et leur ventilation entre les deux facteurs de production est également difficile. En France, et probablement dans d autres pays, les entreprises doivent s acquitter de diverses contributions assises sur la masse salariale qui ne sont pas classées dans les prélèvements obligatoires, notamment parce qu elles sont supposées être la contrepartie d un service, mais qui en partagent en fait certaines caractéristiques : participations au financement de la

2 2 formation professionnelle continue ou de l effort de construction (le «1 % logement»), par exemple. La Commission européenne publie chaque année une estimation des prélèvements sur le travail, le capital et la consommation dans les pays européens selon une méthodologie harmonisée. Son rapport de 2015 constitue la source des chiffres cités dans les développements suivants. Dans ses estimations, seuls les impôts et cotisations classés parmi les prélèvements obligatoires sont pris en compte. Les revenus des non-salariés sont considérés pour leur totalité comme des revenus du capital. Les pensions de retraite et indemnités de chômage sont considérés comme des salaires différés. L impôt sur le revenu de chaque contribuable est ventilé, par les administrations nationales, entre des impôts sur les revenus du travail et du capital au prorata des parts respectives des revenus du travail et du capital dans son revenu global. La contribution sur la valeur ajoutée des entreprises est considérée comme un impôt sur les revenus du capital. La TVA, qui en tout état de cause n est pas réellement un impôt sur la valeur ajoutée, est considérée comme un prélèvement sur la consommation. 2) Les prélèvements sur le travail en France et en Europe Les prélèvements obligatoires sur le travail représentaient 23,5 % du PIB en France en 2012, contre une moyenne de 21,5 % dans la zone euro et de 20,1 % dans l Union européenne. 30 Les prélèvements obligatoires sur le travail en 2012 (% du PIB) Source graphique : Commission européenne ; FIPECO

3 3 La France se distingue par le poids des prélèvements dont les employeurs sont redevables (13,1 % du PIB) pour lesquels elle se situe au premier rang, assez loin devant l Allemagne (6,8 %) et les moyennes de la zone euro (9,0 %) et de l Union européenne (8,0 %). Les prélèvements sur le travail à la charge des employeurs en 2012 (% du PIB) France Allemagne Royaume-Uni Italie Espagne 13,1 6,8 3,9 10,8 8,4 Pays-Bas Belgique Suède Zone euro Union européenne 5,5 8,9 12,0 9,0 8,0 Source : Commission européenne ; FIPECO Les prélèvements obligatoires sur le travail ont été à peu près stabilisés en France de 2000 à 2007, alors qu ils ont baissé dans la zone euro et l Union européenne, notamment en Allemagne. Ils ont ensuite augmenté, dans des proportions semblables, dans l ensemble de l Europe L'évolution des prélèvements sur le travail en % du PIB France Allemagne Zone euro Union européenne Source graphique : Commission européenne ; FIPECO B) Les taux d imposition 1) Le taux implicite de taxation du travail Le «taux implicite de taxation du travail» est le rapport entre le produit des prélèvements obligatoires sur le travail et le montant des revenus du travail. Les revenus pris en compte sont «super bruts», c est-à-dire avant toutes cotisations sociales (patronales comme salariales). Ces taux implicites sont calculés par la Commission européenne et publiés dans le rapport cité plus haut.

4 4 Le taux implicite de taxation du travail en France en 2012 (39,5 %) est supérieur aux moyennes de la zone euro (38,5 %) et de l Union européenne (36,1 %) et à celui de l Allemagne, mais il est inférieur à ceux de plusieurs pays (Italie et Belgique en particulier). 45 Le taux implicite de taxation du travail en 2012 (%) Source graphique : Commission européenne ; FIPECO 2) Les coins sociaux et fiscaux selon les niveaux de salaires Les appellations «coin fiscal», «coin social» et «coin socio-fiscal» désignent respectivement les taux des prélèvements fiscaux, sociaux et socio-fiscaux sur les revenus du travail. L OCDE publie régulièrement son estimation de ces coins fiscaux et sociaux pour des cas types de salariés avec des salaires et des situations de famille différentes. Le coin socio-fiscal (en % du salaire super brut) en % du salaire moyen Salaire moyen 167 % du salaire moyen France 45,2 48,4 54,3 Allemagne 45,1 49,3 51,3 Royaume-Uni 26,4 31,1 37,5 Italie 42,4 48,2 53,8 Espagne 37,3 40,7 45,0 Pays-Bas 32,1 37,7 43,1 Belgique 49,9 55,6 60,8 Suède 40,5 42,5 50,6 Source: «Taxing wages», OCDE, 2015; FIPECO. Cas-type d un célibataire sans enfant. Le coin socio-fiscal sur un célibataire sans enfant rémunéré au salaire moyen est en France parmi les plus élevés, tout en étant dépassé par ceux de l Allemagne et de la Belgique. La

5 5 place de la France dans la hiérarchie de ces pays est à peu près la même pour des rémunérations correspondant à 67 %, 100 % et 167 % du salaire moyen. Dans tous ces pays, le coin socio-fiscal est «progressif» (il augmente avec le niveau du salaire, du moins jusqu à 167 % du salaire moyen). Cette progressivité résulte, en France, des allégements de cotisations sociales sur les bas salaires et de l impôt sur le revenu. C) Les effets économiques Les prélèvements obligatoires sur le travail introduisent un «coin» entre le coût du travail supporté par les entreprises et la rémunération nette perçue par les salariés. Comme le montre la fiche sur «l incidence des prélèvements obligatoires», un tel coin entraîne une diminution de l emploi salarié ou des heures travaillées, une hausse du coût pour les entreprises et une baisse de la rémunération nette des salariés. L ampleur de ces effets et le partage du coût de ces prélèvements entre les entreprises et les salariés dépend peu, en théorie, du redevable en droit de ces impôts et cotisations. Autrement dit, la répartition entre cotisations sociales salariales et patronales a peu d importance. Ce résultat ne vaut cependant qu à long terme et en l absence de règlementations comme l existence d un salaire minimum. Du fait de celui-ci, les hausses de cotisations patronales au niveau du SMIC entraînent une augmentation du coût du travail pour les entreprises tandis que les hausses des cotisations salariales entraînent une diminution des salaires nets. Une baisse du salaire net peut inciter à travailler plus pour garder le même niveau de rémunération ou inciter à travailler moins parce que l utilité du travail est moindre. Les études empiriques concluent généralement à un impact peu significatif sur l emploi ou les heures travaillés des hausses du coin socio-fiscal sur l offre de travail, sauf pour certaines catégories de la population : les femmes, qui tendent plus souvent à réduire leur participation au marché du travail ; certains professionnels, qui se retirent plus facilement du marché du travail légal pour se consacrer à des travaux non déclarés ; certains chômeurs, qui peuvent préférer se contenter de leurs revenus de remplacement. Les études empiriques mettent en évidence un impact plus significatif de la hausse du coin socio-fiscal sur la demande d emplois par les entreprises, plus particulièrement si cette hausse porte sur les bas salaires. En effet, la rémunération du capital étant assez largement fixée par référence aux taux d intérêt qui eux-mêmes dépendent largement de la situation des marchés financiers internationaux, une augmentation du coût du travail pour les entreprises est le plus souvent, et tout au moins à moyen terme, répercutée dans leurs prix de vente. Il en résulte une dégradation de leur compétitivité par rapport à leurs concurrents étrangers et, en conséquence, des pertes de parts de marché. La consommation nationale tend elle-même à diminuer sous l effet de la hausse des prix. Le modèle Mésange construit par l Insee et la direction générale du trésor permet de quantifier ces effets sur l emploi dans l économie française. Il apparaît que, en pratique et en dépit de leur équivalence théorique, l impact d une hausse des cotisations patronales, non ciblée sur les bas salaires, est significativement plus fort, tout au moins à l horizon de 1 à 5 ans, que celui d une augmentation des cotisations salariales ou de l impôt sur le revenu.

6 6 Les effets sur l emploi d une hausse des prélèvements sur le travail d un montant de 1 point de PIB Effet à 1 an Effet à 5 ans Cotisations sociales employeurs Cotisations sociales salariales Impôt sur le revenu Source : «le modèle Mésange réestimé en base 2000», C. Klein et O. Simon, document de travail, Insee, 2010 ; FIPECO.

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

2) L évolution des prélèvements obligatoires

2) L évolution des prélèvements obligatoires 1 FIPECO, le 30.05.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 2) L évolution des prélèvements obligatoires La définition, les méthodes d estimation, le montant et la répartition

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires 1 FIPECO, le 30.05.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires Les prélèvements obligatoires ne sont

Plus en détail

10) Les inégalités et la redistribution. A) Les instruments de mesure

10) Les inégalités et la redistribution. A) Les instruments de mesure 1 FIPECO le 09.09.2016 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 10) Les inégalités et la redistribution Selon la typologie proposée par R. Musgrave, la redistribution (ou

Plus en détail

19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs

19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs 1 FIPECO le 09.03.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs Cette fiche présente d abord les

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail

Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail 54 Partie I Données de cadrage Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail 1er sous-indicateur: Comparaison du coût du travail au niveau du salaire moyen entre pays européens Coût annuel du

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne

Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne 1 FIPECO le 05.02.2017 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne François ECALLE Un billet publié en décembre sur ce site présente une actualisation

Plus en détail

Vidéo 1 : Alléger le coût du travail pour lutter contre le chômage classique

Vidéo 1 : Alléger le coût du travail pour lutter contre le chômage classique Vidéo 1 : Alléger le coût du travail pour lutter contre le chômage classique Activité 1 : Maîtrisez-vous les connaissances? Exercice 1 : Mots croisés Exercice 2 : QCM 1. Le coût du travail : a. Se compose

Plus en détail

Maquette «allégements» Évaluation des effets de variations du coût du travail sur l emploi

Maquette «allégements» Évaluation des effets de variations du coût du travail sur l emploi Maquette «allégements» Évaluation des effets de variations du coût du travail sur l emploi La DG Trésor dispose d une maquette de simulation des effets de long terme sur l emploi et la productivité d une

Plus en détail

2) L emploi public. A) La répartition de l emploi public

2) L emploi public. A) La répartition de l emploi public 1 FIPECO le 28.10.2016 Les fiches de l encyclopédie VI) La masse salariale publique 2) L emploi public La fonction publique rassemblait 5,4 millions de personnes à la fin de 2014 (comme à la fin de 2013),

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 8 : Niveau et évolution du coût du travail 1 er sous-indicateur : comparaison du coût du travail au niveau du salaire moyen entre pays

Plus en détail

Les enjeux économiques du financement des retraites

Les enjeux économiques du financement des retraites Les enjeux économiques du financement des retraites 14 e colloque du COR Le financement du système de retraite français Gérard Cornilleau Les colloques du COR Maison de la Chimie - 12 décembre 2016 Plan

Plus en détail

Focus sur les salaires

Focus sur les salaires Focus sur les salaires L Insee dresse chaque année en collaboration avec la DARES un panorama complet de l emploi et des salaires. L édition 2012 a été publiée le 22 février. Décryptage des évolutions

Plus en détail

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique 1 FIPECO le 15.10.2016 Les fiches de l encyclopédie VI) La masse salariale publique 4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique Les rémunérations brutes, hors cotisations sociales et contributions

Plus en détail

L Argent et les Français

L Argent et les Français L Argent et les Français D.C. Meyer - University of Hong Kong Jan. 2011 Revenus Dépenses Consommation Fiscalité Impôts Taxes STRUCTURE DE LA POPULATION ACTIVE ET TAUX DE CHOMAGE EN FRANCE Population active

Plus en détail

7) La politique familiale

7) La politique familiale 1 FIPECO le 26.06.2017 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 7) La politique familiale Les dépenses publiques et les avantages fiscaux ne sont pris en compte dans cette

Plus en détail

Le modèle social français à travers les chiffres 1

Le modèle social français à travers les chiffres 1 Le modèle social français à travers les chiffres 1 1 La France se situe au 5 ème rang mondial de la production de richesses PIB 2013 : 2739 milliards de $ US derrière les Etats Unis, la Chine, le Japon,

Plus en détail

Faut-il rendre la CSG progressive?

Faut-il rendre la CSG progressive? 1 FIPECO le 16.01.2017 Les commentaires de l actualité Faut-il rendre la CSG progressive? François ECALLE Un des candidats aux «primaires citoyennes» de la gauche (A. Montebourg) propose «une baisse de

Plus en détail

Définition et mesure de la pauvreté

Définition et mesure de la pauvreté Définition et mesure de la pauvreté Taux de pauvreté et seuil de pauvreté Selon l Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre

Plus en détail

Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale?

Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale? analyse FEB Quelle est la contribution de nos entreprises au Trésor public et à la sécurité sociale? Septembre 2014 I Raf Van Bulck 39,2 % II Pourcentage de la valeur ajoutée nette générée par les entreprises

Plus en détail

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE emploi.versunnouveaumonde.fr SITUATION ACTUELLE DE NOS FINANCES PUBLIQUES. LE NIVEAU DES DÉPENSES PUBLIQUES EN FRANCE EST RÉSOLUMENT EXCESSIF Le graphique ci-dessous positionne la France

Plus en détail

Office Burundais des Recettes

Office Burundais des Recettes Office Burundais des Recettes Soyons fiers d être des contribuables et construisons notre pays ATELIER SUR LE CALCUL De l IPR LOI No 1/02 DU 24 JANVIER 2013 13 15 Février 2013 1 TABLE DES MATIERES I. Revenus

Plus en détail

Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 6 Document

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE BAISSE DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET POURSUITE DU PACTE DE RESPONSA- BILITE ET DE SOLIDARITE

DOSSIER DE PRESSE BAISSE DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET POURSUITE DU PACTE DE RESPONSA- BILITE ET DE SOLIDARITE DOSSIER DE PRESSE BAISSE DE L IMPÔT SUR LE REVENU ET POURSUITE DU PACTE DE RESPONSA- BILITE ET DE Septembre 2016 Rendre aux Français le fruit de leurs efforts En 2012, la situation des finances publiques

Plus en détail

Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères

Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères Conseil d Orientation des Retraites (COR) Perspectives à long terme du système de retraite français et enseignements des expériences étrangères Yves Guégano, Secrétaire général du COR 1. Les perspectives

Plus en détail

LES ARGUMENTAIRES. FRAnce / AllemAGne. évolutions comparées

LES ARGUMENTAIRES. FRAnce / AllemAGne. évolutions comparées évolutions comparées 1 Le «couple franco-allemand» joue un rôle clé dans le contexte européen. Avec l existence de la monnaie commune, les comparaisons entre les deux pays sont au cœur des débats. Alors

Plus en détail

Économie - Chapitre 2 Taxation

Économie - Chapitre 2 Taxation Économie - Chapitre 2 Taxation Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Économie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http ://www.crest.fr/pageperso/lehmann/lehmann.htm

Plus en détail

Conseil des prélèvements obligatoires. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre h 30 «Niveau de vie des retraités»

Conseil des prélèvements obligatoires. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre h 30 «Niveau de vie des retraités» CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre 2009 9 h 30 «Niveau de vie des retraités» Document N 7 Document de travail, n engage pas le Conseil Les prélèvements obligatoires opèrent

Plus en détail

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES Annexe n VI NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES AVERTISSEMENT : Cette fiche n est que la reprise du document de la Cour des Comptes (sans «sélection ni tri» des différents postes). Financement : L assiette

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 21.10.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

9) La charge d intérêts de la dette publique

9) La charge d intérêts de la dette publique 1 FIPECO, le 7.1.1 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 9) La charge d intérêts de la dette publique En 15, la charge d intérêts de la «dette publique», c est-à-dire la dette consolidée

Plus en détail

N Novembre 2015

N Novembre 2015 N 9 215 Novembre 215 (1) Le choix de localisation du siège social d une entreprise multinationale (siège mondial ou siège «Europe») repose sur de nombreux critères. Certains peuvent être très spécifiques

Plus en détail

L impact de la crise sur les retraites en France

L impact de la crise sur les retraites en France Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 L impact de la crise sur les retraites en France Dominique LIBAULT Directeur de la Sécurité sociale

Plus en détail

Retraite dans la fonction publique. NON, aux idées reçues!

Retraite dans la fonction publique. NON, aux idées reçues! Retraite dans la fonction publique NON, aux idées reçues! 1 Les fonctionnaires partent plus tôt en retraite que les salariés du privé! L âge légal est le même pour tous. Aujourd hui l âge moyen de départ

Plus en détail

Rencontres économiques - IGPDE Mardi 9 juin 2015, Ministère de l'économie et des finances. Jean-Marie Monnier Université Paris1 Panthéon-Sorbonne

Rencontres économiques - IGPDE Mardi 9 juin 2015, Ministère de l'économie et des finances. Jean-Marie Monnier Université Paris1 Panthéon-Sorbonne Rencontres économiques - IGPDE Mardi 9 juin 2015, Ministère de l'économie et des finances Jean-Marie Monnier Université Paris1 Panthéon-Sorbonne Les deux niveaux de la formation du revenu des ménages La

Plus en détail

Les objectifs et les instruments de la redistribution

Les objectifs et les instruments de la redistribution Les objectifs et les instruments de la redistribution I. Les théories de la redistribution 1. La conception bismarckienne de la protection sociale - création par le chancelier allemand Bismarck (fin XIX

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Université de Bordeaux Centre Universitaire d Agen Licence AES Première Année Année Universitaire 2016-2017 Introduction à la Macroéconomie Travaux Dirigés Dossier 3 : Comptabilité nationale (2) Exercice

Plus en détail

Avantages pour les entreprises : réduction de la cotisation d allocations familiales, bénéfice du crédit impôt compétitivité

Avantages pour les entreprises : réduction de la cotisation d allocations familiales, bénéfice du crédit impôt compétitivité L ESSENTIEL A RETENIR Un taux d inflation annuel à 0,9% La TVA passe de 19,6 % à 20% au 1 er janvier 2014 (le taux intermédiaire : de 7% à 10%) Le taux horaire du SMIC fixé à 9,53 Augmentation des charges

Plus en détail

1) Le solde et la dette des administrations de sécurité sociale

1) Le solde et la dette des administrations de sécurité sociale 1 FIPECO le 07.09.2016 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 1) Le solde et la dette des administrations de sécurité sociale La «capacité» ou le «besoin de financement»

Plus en détail

Argumentaire sur la réforme fiscale

Argumentaire sur la réforme fiscale Argumentaire sur la réforme fiscale!"#$%&&# ' ( )%*+ ),+ -! Argumentaire sur la réforme fiscale Des cadeaux aux plus riches mais pas de vraie réforme T. Breton et J-F. Copé ont détaillé, dans Le Figaro

Plus en détail

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel 1 FIPECO le 02.06.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 7) Le solde structurel Le niveau du déficit public dépend fortement de l activité économique et donc

Plus en détail

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Financement de la protection sociale Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Ressources Les ressources de la PS se répartissent en 3 catégories

Plus en détail

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Danemark Danemark : le système de retraite en 212 Il existe un régime public de base. Une prestation de retraite complémentaire sous conditions de ressources est versée aux retraités les plus défavorisés.

Plus en détail

Rapport de Quelle est l importance de l écart salarial?

Rapport de Quelle est l importance de l écart salarial? Rapport de Quelle est l importance de l écart salarial? 1. Pour 2012, l écart salarial basé sur les salaires horaires bruts des travailleurs à temps plein et à temps partiel tous secteurs confondus s élève

Plus en détail

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Julien Grenet et Élise Huillery Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France Liste des documents Document 1 : Document 2 : Document

Plus en détail

5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle

5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle 1 FIPECO le 02.06.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle L estimation du «PIB potentiel», ou de la «croissance

Plus en détail

Fiche pratique : L abattement sur les cotisations de Sécurité sociale

Fiche pratique : L abattement sur les cotisations de Sécurité sociale Pôle pigistes Fiche pratique : L abattement sur les cotisations de Sécurité sociale L essentiel à retenir : Un arrêté ministériel permet d appliquer un abattement de 30 % sur l assiette de calcul des cotisations

Plus en détail

Offre, demande et interventions publiques

Offre, demande et interventions publiques Offre, demande et interventions publiques Chapitre 3 Offre, demande et interventions publiques 2 1 Contenu 1. plafond et prix plancher 2. Applications: contrôle des loyers, prix du pétrole, salaire minimum

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 03/07/12 N Affaires sociales : 25.12 RELEVEMENT DU SMIC AU 1 ER JUILLET 2012 ACTUALITÉ Le décret

Plus en détail

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial.

LA FISCALITE EN ALLEMAGNE. Les personnes physiques résidentes d Allemagne sont imposables à raison de leur revenu mondial. DIRECTION DE LA LÉGISLATION FISCALE SOUS-DIRECTION E - BUREAU E 2 TELEDOC 568 : C. Thébault : 89.223 : 89.690 N : 2006000771 FE 12/2006 PARIS, LE LA FISCALITE EN ALLEMAGNE I - L imposition des personnes

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN

Plus en détail

Redistribuer autrement. Une distribution des revenus primaires assez fortement concentrée

Redistribuer autrement. Une distribution des revenus primaires assez fortement concentrée Politiques Publiques Redistribuer autrement André Babeau Professeur à l université Paris-Dauphine Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France a, comme la plupart des autres pays avancés, mis

Plus en détail

Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires et emploi J) Emploi & chômage Initiation à l'économie générale Cours de

Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires et emploi J) Emploi & chômage Initiation à l'économie générale Cours de ECONOMIE GENERALE IUT CHIMIE Rennes Octobre 2013 Initiation à l'économie générale Cours de Bernard BRUEL pour IUT Chimie 2013 1 Plan du cours G) La création monétaire H) L inflation et les prix I) Salaires

Plus en détail

Situation financière de l Assurance chômage

Situation financière de l Assurance chômage Situation financière de l Assurance chômage Prévision pour les années 2017 et 2018 28 février 2017 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2017

Plus en détail

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches?

La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? La fiscalité en Belgique : qu en pensent les scandaleusement riches? 1 Plan de l intervention 1) Les représentations autour de l impôt 2) À quoi sert l impôt? 3) Tous les impôts sont-ils logés à la même

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE Pour la quatrième année consécutive, le cabinet PwC Société d Avocats a réalisé à la demande du Leem

Plus en détail

Gestion f iscale Processus 3

Gestion f iscale Processus 3 Gestion f iscale Processus 3 Emmanuel Disle Agrégé d économie et gestion Jacques Saraf Agrégé d économie et gestion À jour au 1 er juin 2016 Dunod, 2016 11 rue Paul Bert, 92240 Malakoff www.dunod.com ISBN

Plus en détail

INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS

INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AVANTAGES EN NATURE ET FRAIS PROFESSIONNELS Service Juridique, Fiscal et Social Paris, le 4 Janvier 2016 INFORMATIONS SOCIALES - DONNEES CHIFFREES NOTE D INFORMATION I II III IV V VI PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE AUGMENTATION DU SMIC COTISATIONS

Plus en détail

Les entreprises adaptées

Les entreprises adaptées Les entreprises adaptées Calcul du retour sur investissement et du gain social Octobre 2016 1 Objet de l étude «Retour sur investissement» Analyse du «retour sur investissement» de mesures sociales destinées

Plus en détail

«Petit Atlas» de l économie française

«Petit Atlas» de l économie française «Petit Atlas» de l économie française Sommaire Chiffres clés p.3 Activité, secteurs p.4 Population, marché du travail p.5 Administrations publiques p.6 Comptes extérieurs p.7 Inflation, crédit, taux d'intérêt

Plus en détail

DG-Trésor/polsoc /BO 26 mai Comparaison des charges sur les salaires entre la France et l Allemagne. Synthèse

DG-Trésor/polsoc /BO 26 mai Comparaison des charges sur les salaires entre la France et l Allemagne. Synthèse DG-Trésor/polsoc1-2011-042/BO 26 mai 2011 Comparaison des charges sur les salaires entre la et l Synthèse 1. Pour des niveaux moyens de rémunération (entre 1700 et 3000 ), les taux de cotisations sociales

Plus en détail

Les retraites : une question de répartition de la valeur ajoutée (VA)

Les retraites : une question de répartition de la valeur ajoutée (VA) Les retraites : une question de répartition de la valeur ajoutée (VA) *Valeur ajoutée = richesse nouvelle créée par le travail (et le capital?) à l occasion de toute production de bien ou de service, dans

Plus en détail

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations

Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Recettes et dépenses publiques: analyse et recommandations Séminaire pour les enseignants, 5 octobre 2016 Bruno Eugène Ruben Schoonackers INTERN Département des Études Groupe Finances publiques Structure

Plus en détail

Le SMIC au 1 er janvier 2014

Le SMIC au 1 er janvier 2014 Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 34.13 20/12/2013 Le SMIC au 1 er janvier 2014 Publication du décret portant relèvement du SMIC Actualité Le décret n 2013-1190 du 19 décembre

Plus en détail

La protection sociale est-elle trop généreuse?

La protection sociale est-elle trop généreuse? La protection sociale est-elle trop généreuse? 1 Le coût global de la protection sociale 2 Les protections dans la moyenne 3 Le poids du chômage 4 Le problème des retraites 1 Le coût global de la protection

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2014 Circulaire AS N 06.14 23/01/2014 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits ATTAC 19-20 Introduction à l économie 2. Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits 1 Rappel : Les trois approches du PIB Approche production: Le PIB est égal à la valeur ajoutée brute créée

Plus en détail

Les recettes fiscales totales au Canada ont atteint

Les recettes fiscales totales au Canada ont atteint Fiscalité internationale Zhengxi Lin Les recettes fiscales totales au ont atteint 324,6 milliards de dollars en 1997. Ce chiffre représentait 36,8 % du produit intérieur brut (PIB) 1, ce qui était nettement

Plus en détail

Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees

Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees Parti du Travail de Belgique 28/6/2016 Boulevard M. Lemonnier 171 1000 Bruxelles - www.ptb.be Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees Le tax-shift pénalise

Plus en détail

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions Tableau de bord annuel Tableau de bord trimestriel PIB par habitant (SPA) Croissance du PIB (en % volume) 200 Energies renouvelables

Plus en détail

MODULE > COMPTABILITE GÉNÉRALE THÈME 10 > LA PAIE ET LES CHARGES SOCIALES

MODULE > COMPTABILITE GÉNÉRALE THÈME 10 > LA PAIE ET LES CHARGES SOCIALES MODULE > COMPTABILITE GÉNÉRALE THÈME 10 > LA PAIE ET LES CHARGES SOCIALES SOMMAIRE 1. Processus de traitement de la paie et notions de base 2. Classification comptable des comptes de la paie 3. Comptabilisation

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 02/01/12 N Affaires sociales : 01.12 RELEVEMENT DU SMIC AU 1 ER JANVIER 2012 ACTUALITE Le décret

Plus en détail

CICE Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi

CICE Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi INFORMATIONS LÉGALES Mars 2013 Adp Micromégas vous accompagne CICE Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi 1 HR. Payroll. Benefits. Ce que dit la loi Qu est-ce que le crédit d impôt pour la

Plus en détail

La territorialité de l impôt sur le revenu (cours)

La territorialité de l impôt sur le revenu (cours) La territorialité de l impôt sur le revenu (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Territorialité et règles internes : le domicile fiscal... 4 Les critères de détermination

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars N Une déflation, ce serait un recul du prix du PIB, pas du prix de la consommation Une déflation est une situation où la faiblesse de l inflation conduit : - à une hausse

Plus en détail

[ Entreprise & administration ] La CSG/CRDS. sur les revenus de remplacement A JOUR AU

[ Entreprise & administration ] La CSG/CRDS. sur les revenus de remplacement A JOUR AU [ Entreprise & administration ] La CSG/CRDS sur les revenus de remplacement A JOUR AU 1 er janvier 2009 L a contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale

Plus en détail

UN ÉCLAIRAGE NOUVEAU SUR LES DÉPENSES SOCIALES EFFECTIVES DES PAYS : UNE MISE AU POINT

UN ÉCLAIRAGE NOUVEAU SUR LES DÉPENSES SOCIALES EFFECTIVES DES PAYS : UNE MISE AU POINT Revue économique de l OCDE n 30, 2000/I UN ÉCLAIRAGE NOUVEAU SUR LES DÉPENSES SOCIALES EFFECTIVES DES PAYS : UNE MISE AU POINT Willem Adema TABLE DES MATIÈRES Introduction... 206 Dépenses sociales privées

Plus en détail

1.1 Le poids de l indemnisation chômage en France par rapport aux autres dépenses sociales

1.1 Le poids de l indemnisation chômage en France par rapport aux autres dépenses sociales L assurance chômage 1. Caractérisation de l assurance chômage 1.1 La place de l assurance chômage dans les dépenses sociales 1.2 Comparaison internationale des taux de remplacement 1.3 Le système d assurance

Plus en détail

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance?

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance? Après avoir imposé, en 2011, la compétitivité des entreprises comme un enjeu majeur des politiques publiques, Coe-Rexecode ouvre aujourd hui un nouveau débat sur l'impact de la fiscalité sur la croissance.

Plus en détail

Dr. Koen Vleminckx. FPS Sécurité Sociale. DG Appui Stratégique. l Expérience belge en matière de financement du système de retraite

Dr. Koen Vleminckx. FPS Sécurité Sociale. DG Appui Stratégique. l Expérience belge en matière de financement du système de retraite Dr. Koen Vleminckx FPS Sécurité Sociale DG Appui Stratégique l Expérience belge en matière de financement du système de retraite Alger, 8-9 Novembre 2008 Financement par cotisations 1 Employés et ouvriers

Plus en détail

Salaires et revenu national. Inégalités et distribution des salaires Inégalités, distribution et redistribution des revenus

Salaires et revenu national. Inégalités et distribution des salaires Inégalités, distribution et redistribution des revenus DULBEA Salaires et revenu national Inégalités et distribution des salaires Inégalités, distribution et redistribution des revenus Le baromètre social 2009 Les salaires et le revenu national Inégalités

Plus en détail

Planning the Year End

Planning the Year End www.pwc.be Comment le nouveau gouvernement vat-il mieux réduire la pression fiscal sur les revenus du travail? Quid de la sécurité sociale et des pensions? Nicolas de Limbourg Partner www.pwc.be Table

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.17 Du 11/01/17 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2017 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Taux de remplacement des salariés du secteur privé

Taux de remplacement des salariés du secteur privé CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 4 septembre 2001 «Taux de remplacement et projet de plan des parties I et II du rapport» Fiche n 2 Taux de remplacement des salariés du secteur privé

Plus en détail

ETUDE DES DEBOURSES HORAIRES DE MAIN D'OEUVRE

ETUDE DES DEBOURSES HORAIRES DE MAIN D'OEUVRE ETUDE DES DEBOURSES HORAIRES DE MAIN D'OEUVRE TERMINOLOGIE: D.H. = Montant global déboursé sur une période donnée Nombre d heures productives correspondantes D.H. par catégorie Ex. : DH d OE, d OP, de

Plus en détail

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel

Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions. Tableau de bord trimestriel. Tableau de bord annuel Cliquer sur un des deux graphiques pour accéder aux données et définitions Tableau de bord annuel Tableau de bord trimestriel PIB par habitant (SPA) Croissance du PIB (en % volume) 200 Energies renouvelables

Plus en détail

Évolutions et perspectives des retraites en France

Évolutions et perspectives des retraites en France Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2015 Point presse 11 juin 2015 Contact presse : Anne Sophie Le Guiel Tél. : 01 42 75 65 57 E mail : anne sophie.le guiel@cor

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012

LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012 Réf : CDG INFOS 2012-1/ ME Date : le 12 Janvier 2012 LES CHIFFRES DE LA PAIE AU 1 er JANVIER 2012 REFERENCES JURIDIQUES Arrêté du 30 décembre 2011 fixant le plafond de la Sécurité sociale Décret n 2011-1926

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES SÉRIE ES. Obligatoire. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES SÉRIE ES. Obligatoire. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES SÉRIE ES Obligatoire Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice est strictement interdit. Dès que ce sujet

Plus en détail

Fiche n 9. Orientations et débats. Les choix possibles pour assurer le financement

Fiche n 9. Orientations et débats. Les choix possibles pour assurer le financement Fiche n 9 Orientations et débats Les choix possibles pour assurer le financement L insistance sur la nécessaire solidité financière des régimes de retraite signifie que dans la durée, on se donne comme

Plus en détail

CONTRIBUTION DE SOLIDARITE

CONTRIBUTION DE SOLIDARITE Rémunération N 10 14 mars 2017 Références CONTRIBUTION DE SOLIDARITE Loi n 82-939 du 4 novembre 1982 Loi n 97-1239 du 29 décembre 1997 Décret n 82-1001 du 25 novembre 1982 Décret n 2005-31 du 15 janvier

Plus en détail

Ecrêtement de la CSG-CRDS sur revenus de remplacement

Ecrêtement de la CSG-CRDS sur revenus de remplacement Pégase 3 Ecrêtement de la CSG-CRDS sur revenus de remplacement Dernière révision le 16/02/2012 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 7 Suivi de la notice 27 décembre 2011 Création de la fiche «solution» Ajout

Plus en détail

Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016

Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016 Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016 Point presse 16 juin 2016 Contact presse Anne-Sophie Le Guiel T. : 01 42 75 65 57 E-mail : anne-sophie.le-guiel@cor-retraites.fr

Plus en détail

Comptabilité générale m.ka$h ^^!!

Comptabilité générale m.ka$h ^^!! Effets LES EFFETS DE COMMERCE 1 DIFFERENTS TYPES D4EFFETS DE COMMERCE Les effets de commerce sont des moyens de crédit ils sont au nombre de 2 : La lettre de change (ou traite) tirée par le fournisseur

Plus en détail

N 177 Le 16 juin Le Ministre E.WOERTH vient de présenter son projet de réforme des retraites.

N 177 Le 16 juin Le Ministre E.WOERTH vient de présenter son projet de réforme des retraites. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail