Professeur agrégé Département de médecine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professeur agrégé Département de médecine"

Transcription

1 François LeBlanc Professeur agrégé Département de médecine Université Laval

2 Appliquer les principales stratégies de diagnostic d une fièvre aux soins intensifs chez un patient immunocompétent / chez un patient immunodéprimé Reconnaître les causes non infectieuses de fièvre aux soins intensifs

3 Importance et insignifiance de la fièvre Investigation de base de la fièvre Approche ciblée de la fièvre Approche avancée de la fièvre Observation vs traitement de la fièvre

4 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 2 Fièvre 38.6 ºC

5 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 5 Fièvre 38.6 ºC Patient s améliore

6 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 5 Fièvre 38.6 ºC Patient ne s améliore pas

7 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 7 Fièvre 38.6 ºC Patient hypotendu et tachycarde

8 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 15 Intubé jour 1; extubé jour 8 A fait un empyème qui a dû être drainé jour 2 Fièvre 38.6 ºC Patient ne s améliore pas depuis l extubation

9 Fièvre est un signe et non une maladie Causes de la fièvre : SRIS Causes du SRIS : Trauma Pancréatite Postopératoire Médicamenteux Bactérien Viral Fongique Et on en passe

10 Dépend du statut immunitaire Dépend du moment Dépend de la valeur absolue Dépend de la courbe Dépend de l état clinique du patient

11 Histoire et examen physique Hémoculture x2 SMU DCA Radiographie pulmonaire Recherche de toxine si diarrhée Culture des sécrétions trachéales Culture des drainages organiques Culture des plaies

12 Contaminé? Colonisé? Infecté? SMU DCA Culture des sécrétions trachéales Cultures des sites colonisés Culture de sites normalement stériles

13 Écho vésicule biliaire (Cholécystite acalculeuse) Culture des cathéters (Infection de cathéter) TDM sinus (Sinusite) Ponction pleurale (Empyème) Ponction d ascite (Péritonite) Ponction lombaire (méningite) TDM abdomino pelvien (abcès) Examen peau téguments Examen articulaire

14 TDM cérébral sinus thorax abdomin0 pelvien Réévaluer l ensemble de la médication avec un pharmacien

15 Dépend de l état clinique du patient ne s applique pas chez les immunodéprimés Stable et en amélioration i Stable sans amélioration Détérioration Instable (sepsis sévère/choc septique)

16 Après histoire examen physique négatif Après investigation de base négative Observation sans antibiotique peut être appropriée

17 Après histoire examen physique négatif Après investigation de base négative Investigation ciblée à faire Observation sans antibiotique peut être appropriée Patient à surveiller de près

18 Après histoire examen physique négatif Après investigation de base négative Après investigation ciblée négative Investigation avancée à considérer Observation sans antibiotique?! Discutable Si antibiotique débuté sans foyer identifié, réévaluer antibiotique i dans 72 heures

19 Après histoire examen physique négatif Après investigation de base négative Après investigation ciblée négative Investigation avancée à considérer Observation sans antibiotique n est pas adéquate Réévaluer antibiotique 72 heures après stabilisation

20 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 2 Fièvre 38.6 ºC

21 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 5 Fièvre 38.6 ºC Patient s améliore

22 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 5 Fièvre 38.6 ºC Patient ne s améliore pas

23 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 7 Fièvre 38.6 ºC Patient hypotendu et tachycarde

24 Homme de 35 ans Pneumonie sévère acquise en communauté Jour 15 Intubé jour 1 extubé jour 8 A fait un empyème qui a dû être drainé jour 2 Fièvre 38.6 ºC Patient ne s améliore pas depuis l extubation

25 La fièvre est un signe, pas une maladie Il y a des causes non infectieuses à la fièvre Il y a des patients plus à risque que d autres Il faut les reconnaître Il y a des causes infectieuses nécessitant un traitement Il y a des causes infectieuses, nécessitant un traitement CHIRURGICAL

26

Guide d utilisation de la procalcitonine

Guide d utilisation de la procalcitonine Guide d utilisation de la procalcitonine bit.ly/procalcitonine Jeannot Dumaresq, microbiologiste-infectiologue CISSS de Chaudière-Appalaches 21 mars 2016 Généralités sur la procalcitonine (PCT) Prohormone

Plus en détail

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique I- Définition Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique II- Intérêt de la question Fréquence : ère ATB

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh

Mesures d isolement en milieu hospitalier. Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Mesures d isolement en milieu hospitalier Morocco, Marrakech FRIDAY 15 MAY 2015 Brahim Garmouh Sommaire Introduction Objectif de l isolement Méthodes d isolement A. Isolement septique: 1. Précautions standards

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3 DÉFINITIONS Bactériémie : présence de bactéries viables dans le sang Systemic Inflammatory Response Syndrome (SIRS) Réponse inflammatoire de l organisme à une agression clinique,quelle qu en soit la cause

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES Définition : C est une infection acquise à l'hôpital (ou tout autre établissement de soins), et qui n'était ni en incubation, ni présente à l'admission du malade. En cas de doute,

Plus en détail

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau PLAN PCT AUX URGENCES MARQUEUR DIAGNOSTIQUE? MARQUEUR PRONOSTIQUE? PCT ET ANTIBIOTHERAPIE PCT et COUTS PCT et CHIRURGIE DESCRIPTION

Plus en détail

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Desrumaux Amélie¹, François Patrice², Pascal Céline², Cans Christine³, Croizé Jacques 4,, Gout Jean-Pierre

Plus en détail

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation

PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation Dr E r i c C O P P A R D PROALCONINE et SEPSIS Intérêt en Urgence, Réanimation EPU Rillieux du Petite synthèse personnelle de données existantes dans la littérature 20 Juin 2006 Qu est est-ce que la Procalcitonine?

Plus en détail

ostéo articulaire Dr E. Senneville

ostéo articulaire Dr E. Senneville Modalités s du diagnostic de l infection ostéo articulaire Dr E. Senneville Clinique d Orthopédie Traumatologie, CHRU de Lille Service Universitaire Régional des Maladies Infectieuses, CH GustaveDronTourcoing

Plus en détail

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble

Infections nosocomiales à Bacillus. T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Infections nosocomiales à Bacillus T Debillon Service de Néonatologie CHU de Grenoble Cas Clinique Jade R. J6: syndrome apnéique Bilan infectieux et Antibiothérapie probabiliste J10: Résultats du bilan

Plus en détail

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine

DEFINITION PERITONITES AIGUES PHYSIOPATHOLOGIE (2) PHYSIOPATHOLOGIE (1) 22/12/2009. Inflammations aigues ou chroniques du péritoine DEFINITION Inflammations aigues ou chroniques du péritoine PERITONITES AIGUES Nombreux tableaux cliniques Réactions particulières du péritoine aux agressions 18/01/07 2 PHYSIOPATHOLOGIE (1) PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Prélèvements bactériologiques

Prélèvements bactériologiques Prélèvements bactériologiques Diagnostique direct : on recherche la bactérie responsable de l infection. Le prélèvement peut se faire soit au niveau du foyer infectieux soit à distance. Importance de :

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Tomographie axiale (TDM-scan)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Tomographie axiale (TDM-scan) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C,

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C, Cas clinique n 1 Une jeune femme de 28 ans, héroïnomane avérée, est hospitalisée pour bilan, en raison d une toux tenace avec expectorations, céphalées rebelles, lésions de la peau, vomissements et diarrhées.

Plus en détail

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS

Infections chez le sujet âgé. 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Infections chez le sujet âgé 28/10/2016 Hélène GUILLOT- CCA Service de Pathologies infectieuse et tropicales GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies infectieuses

Plus en détail

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM)

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Introduction La plus fréquente des IN en réanimation 50 % des IN en réanimation 8 à 28 % des patients de réanimation intubés La plus grave des IN Mortalité

Plus en détail

Importance de la méthodologie. 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion

Importance de la méthodologie. 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion Importance de la méthodologie 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion PRESCRITION DES QUINOLONES SYSTEMIQUES ET ANTI-PNEUMOCOCCIQUES Évaluation des Pratiques Professionnelles 2006 /

Plus en détail

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E

Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Interpréter les biomarqueurs du sepsis en SAU D R P O M M I E R P H I L I P P E P Ô L E U R G E N C E S S A M U S M U R C H U D E G R E N O B L E Problématique Etat septique sévère (SS et CS) : 30 à 60

Plus en détail

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre

Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les. Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Ostéoarthrite de hanche à Fusobacterium necrophorum dans les suites d une angine Présentation atypique d un syndrome de Lemierre Définition/Epidémiologie Nécrobacillose = septicémie à Fusobacterium + Thrombose

Plus en détail

Méningites nosocomiales. Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon

Méningites nosocomiales. Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon Méningites nosocomiales Bruno Fantin Service de médecine interne Beaujon 2010 2017 Méningites nosocomiales Méningites hématogènes nosocomiales Méningites nosocomiales Méningites bactériennes documentées

Plus en détail

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre Conférence de consensus sur les infections urinaires nosocomiales SPILF AFU, novembre 2002 Définition des IN, mai 2007 Surveiller et prévenir les infections associées aux soins, SFHH, septembre 2010, références

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

Prises en charge de l antibiothérapie à domicile : stratégies thérapeutiques et modalités pratiques

Prises en charge de l antibiothérapie à domicile : stratégies thérapeutiques et modalités pratiques Prises en charge de l antibiothérapie à domicile : stratégies thérapeutiques et modalités pratiques Pierre Fillâtre Service des Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale 24/11/15 Plan Introduction

Plus en détail

O. Leroy Service de réanimation médicale et maladies infectieuses CH Tourcoing F

O. Leroy Service de réanimation médicale et maladies infectieuses CH Tourcoing F O. Leroy Service de réanimation médicale et maladies infectieuses CH Tourcoing 59200 F Patient âgé de 75 ans, BPCO, est admis le 15 Février 2015 pour un syndrome abdominal aigu occlusif (vomissements,

Plus en détail

SOMMAIRE. Douleur Fiche 30 Évaluation de la douleur

SOMMAIRE. Douleur Fiche 30 Évaluation de la douleur SOMMAIRE Installation patient Fiche 17 Premier lever... 129 Fiche 18 Installation du patient dans une position en rapport avec sa pathologie ou son handicap... 132 Fiche 19 Aide à la marche ne faisant

Plus en détail

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007 PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE Pr Th. MAY 20 mars 2007 Diarrhées TIAC à Salmonella non typhique Cipro p.o 500 mg x 2 5 j Fièvre typhoïde Cipro p.o 500 mg x 2 7 j Diarrhée bactérienne (Yersinia,

Plus en détail

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011

ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE. Jeudi 14 avril 2011 ABCES ACTINOMYCOSIQUE SECONDAIRE DU PSOAS ET DISPOSITIF INTRA-UTERIN SOCIETE DE MEDECINE DE FRANCHE-COMTE Jeudi 14 avril 2011 AS THOLOZAN, A BOURTEMBOURG, N MOTTET, A ATASSI, C MEZHER, F LEUNG, JJ TERZIBACHIAN,

Plus en détail

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011

Cas clinique: une tentative d autolyse. S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse S. Nguyen, CH Béthune ARMEDA 15 février 2011 Cas clinique: une tentative d autolyse Mme D, 45 ans, admise en réanimation pour choc cardiogénique sur intoxication

Plus en détail

CHIRURGIE PULMONAIRE MAJEURE

CHIRURGIE PULMONAIRE MAJEURE CHIRURGIE PULMONAIRE MAJEURE Définitions Il s agit de résections pulmonaires majeures c'est-à-dire que vous allez subir soit l ablation d un lobe du poumon (LOBECTOMIE), soit l ablation d un poumon entier

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

ABCES DU POUMON. Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA. Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

ABCES DU POUMON. Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA. Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine ABCES DU POUMON Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine OBJECTIFS Définir un abcès du poumon Savoir rechercher un terrain de débilité local et/ou général Poser

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

Sinusites sévères à l adolescence

Sinusites sévères à l adolescence Sinusites sévères à l adolescence Catherine Weil-Olivier Université Paris VII JNI Bordeaux 2006 Des recommandations disponibles Savoir penser sinusite bactérienne «Devant un tableau clinique de rhinopharyngite,

Plus en détail

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M.

La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif 3, M.N.Mhiri 2, M. La pyélonéphrite emphysémateuse: une série de 18 patients E.Elleuch 1, N.Rebai 2, A.Mustapha 1, M.Fourati 2, Z.Mnif, M.N.Mhiri 2, M.Ben jemaa 1 1- Service des maladies infectieuses. CHU Hedi chaker, Sfax,

Plus en détail

Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n. Médecine Aiguë et Médecine d Urgence

Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n. Médecine Aiguë et Médecine d Urgence Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n Médecine Aiguë et Médecine d Urgence Carnet de Stage Nom : Prénom : Année de promotion en médecine : Université

Plus en détail

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Pôle digestif, Hématologie, Maladies Infectieuses Le CHRU de Lille = 3500 lits sur 9 hôpitaux Pôle mère enfant Gériatrie Urgences

Plus en détail

Complications immédiates post procédures bariatriques. Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C.

Complications immédiates post procédures bariatriques. Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C. Complications immédiates post procédures bariatriques Présentateur : Stéfane Lebel, md, F.R.C.S.C. Complications immédiates post procédures bariatriques Procédures discutées: Gastrectomie pariétale Bande

Plus en détail

3. DOCUMENTS DE REFERENCE :

3. DOCUMENTS DE REFERENCE : 1. OBJET : Ce protocole décrit les étapes relatives à la réalisation d hémoculture dans les conditions maximales d asepsie et le respect des précautions standards. La réalisation dans des conditions aseptiques

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë

Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë Conduire le projet de soins à partir des données du dossier patient : cholécystite aiguë Analyse descriptive et explicative de la situation Dame âgée de 66 ans entrante le 22/09 (J1 de son hospitalisation)

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence

- Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence Radiographie - Habituellement de mauvaise qualité (malgré images numérisées) - Discordance entre sémiologie enseignée et la pratique d urgence - Intérêt diagnostique positif macro-sémiologie (OAP, pneumopathie,

Plus en détail

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1

FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 FASCICULE VII MALADIES INFECTIEUSES VII-1 Le syndrome de réaction inflammatoire généralisée Ce terme doit être préféré à celui de syndrome de réponse inflammatoire systémique employé dans la Cim. Les

Plus en détail

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas

MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas MENINGITE NEONATALE : à propos de 2 cas Laurence Palpacuer-Dillenseger Service de Pédiatrie 2-CHU de Hautepierre GENE 9 JUIN 2016 BRAYAN, né le 11/01/16 BRAYAN, né le 11/01/16 Antécédent : Mère née en

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Radiologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: RADIOLOGIE - Public cible : Etudiants de 3éme année de médecine - Nombre

Plus en détail

Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes

Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes Traitement chirurgical des fistules des voies aériennes Service Chirurgie Thoracique Hôpital Cochin Les Rencontres du Club d Endoscopie Thoracique d Ile de France (CETIF) Vendredi 23 mai 2014-19h30 Fistule

Plus en détail

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 Dr S. Lazarovici Dr F. Soula-Scheffer A quoi sert un biomarqueur? Différencier les patients qui ont une maladie de ceux qui ne l ont pas Permettre un diagnostic

Plus en détail

Diagnostic et traitement de la pneumonie acquise sur ventilateur. 13 e symposium. de soins intensifs du Québec

Diagnostic et traitement de la pneumonie acquise sur ventilateur. 13 e symposium. de soins intensifs du Québec et traitement de la pneumonie acquise sur ventilateur 13 e symposium de soins intensifs du Québec Jean François Savard, MD, FRCPC Objectifs Connaître les principales cpaesstratégies de dag diagnostic ostc

Plus en détail

Du sepsis au choc septique

Du sepsis au choc septique Du sepsis au choc septique Amel FILALI Journée nationale de formation des infirmier(es) en infectiologie Lille, le 08 juin 2016 Définitions classiques Adapté de Bone et al. 1992 Un continuum INFECTION

Plus en détail

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES

COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES COMMENT DIMINUER LES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES CRITIQUES FLUOROQUINOLONES, CÉPHALOSPORINES ET AMOXICILLINE/ACIDE CLAVULANIQUE S JAFFUEL SMIT CHRU de Brest 4 ème journée régionale Antibiotiques en

Plus en détail

Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures

Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures Apport de l imagerie dans le bilan des infections de voies respiratoires supérieures et inférieures A. ASKRI Service de Radiologie Hôpital Mongi Slim La Marsa Infections naso sinusiennes Sinusite aigue:

Plus en détail

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs)

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Institut de veille sanitaire (InVS), pour le Réseau d alerte, d investigation et de surveillance des infections nosocomiales

Plus en détail

!"#$%&'()*+,-"#$".$%/0(-*.1& 23$4"))*")

!#$%&'()*+,-#$.$%/0(-*.1& 23$4))*) !"#$%&'()*+,-"#$".$%/0(-*.1& 23$4"))*") Le réservoir 2 Scopie 3 Douleur abdominale (sans choc) NON Orientation clinique Contexte chir. Évident? Météorisme, défense Syndrome occlusif Syndrome appendiculaire!

Plus en détail

Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire

Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire Le rôle de l imagerie médicale dans la détresse respiratoire Journée SIAMU du 29.09.2017 Dr Yorick Lismonde Service d imagerie médicale Introduction Urgence / hospitalisation Rôle dans l orientation diagnostique

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs DR Faddoul.M urgentiste CH Chalon sur Saône Date Juin 2015 Validation Commission de protocole Bibliographie Recommandation de DGS 2014 PROPHYLAXIE

Plus en détail

GUIDE DE TRAITEMENTS DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES CHEZ LES ADULTES

GUIDE DE TRAITEMENTS DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES CHEZ LES ADULTES GUIDE DE TRAITEMENTS DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES CHEZ LES ADULTES RÉDIGÉ PAR : DR GILBERT CÉRAT, MICROBIOLOGISTE-INFECTIOLOGUE LYSANE SENÉCAL, PHARMACIENNE EN COLLABORATION AVEC : DR PATRICE LAMOUREUX,

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

TRAUMATISMES ABDOMINAUX. Dr Michel THICOÏPE SAMU 33

TRAUMATISMES ABDOMINAUX. Dr Michel THICOÏPE SAMU 33 TRAUMATISMES ABDOMINAUX Dr Michel THICOÏPE SAMU 33 Généralités 2 entités cliniques Hémopéritoine Perforation d organes creux (Hématome rétro-péritonéal) Isolé ou polytraumatisme Diagnostic : de l angiographie

Plus en détail

Stage sur l Unité des maladies infectieuses - 7 e bloc 6

Stage sur l Unité des maladies infectieuses - 7 e bloc 6 CONCEPTS ET ENTITÉS CLINIQUES À MAÎTRISER Stage sur l Unité des maladies infectieuses - 7 e bloc 6 CHU Sainte-Justine Co-auteurs : Isabelle Chevalier, MD Olivier Jamoulle, MD Valérie Lamarre, MD Avec la

Plus en détail

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF

Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Le partage des rôles en soins infirmiers en GMF Johanne Gauthier, conseillère cadre en soins infirmiers Johanne Grondin, adjointe à la DSI 20 mars 2017 Cadre légal et partage des activités professionnelles

Plus en détail

Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997

Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997 Recommandations concernant l hygiène en Anesthésie SFAR 1997! Calot, Masque et gants stériles! Casaque stérile «par analogie à la pose d un cathéter veineux central»! Champ stérile Recommandations pour

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Pathologie biliaire Philippe Sogni AP-HP, service d Hépatologie, hôpital Cochin et Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016, Université Paris

Pathologie biliaire Philippe Sogni AP-HP, service d Hépatologie, hôpital Cochin et Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016, Université Paris Pathologie biliaire Philippe Sogni AP-HP, service d Hépatologie, hôpital Cochin et Institut Cochin, CNRS (UMR 8104), INSERM U-1016, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité 1 Quelques chiffres Prévalence

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 171 - Mars 2017 SOMMAIRE Pourquoi et comment réduire la prescription d antibiotiques? 1. Eviter les prescriptions inutiles d antibiotiques p 2 2. Limiter les durées de prescription

Plus en détail

Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique

Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique Atteinte thoracique au cours du lupus érythémateux systémique Les signes respiratoires: un tiers des manifestations cliniques du Lupus érythémateux systémique (LES) Ils sont de sévérité variable allant

Plus en détail

Madame T. Patiente de 70 ans, d origine grecque vit en France et Grèce en alternance

Madame T. Patiente de 70 ans, d origine grecque vit en France et Grèce en alternance Patiente de 70 ans, d origine grecque vit en France et Grèce en alternance ATCD: PTH gauche posée en Grèce il y a 20 ans HTA Tassements vertébraux post-traumatiques 2003: usure du cotyle, et collection

Plus en détail

Les endocardites à hémocultures négatives et à germes rares Diagnostic. Olivia Peuchant

Les endocardites à hémocultures négatives et à germes rares Diagnostic. Olivia Peuchant Les endocardites à hémocultures négatives et à germes rares Diagnostic Olivia Peuchant Endocardites à hémocultures négatives 2,5 à 31% des endocardites infectieuses (EI) * Facteurs épidémiologiques spécifiques

Plus en détail

Surveillance en laboratoire des infections invasives sévères à Streptococcus pyogenes

Surveillance en laboratoire des infections invasives sévères à Streptococcus pyogenes Laboratoire de santé publique du Québec Surveillance en laboratoire des infections invasives sévères à Streptococcus pyogenes Rapport annuel 000 Johanne Lefebvre PRÉAMBULE À la suite d une recommandation

Plus en détail

Définitions. L infection = tous les processus biologiques qui

Définitions. L infection = tous les processus biologiques qui L infection 1 Définitions L infection = tous les processus biologiques qui caractérisent l'interaction entre l'hôte et le microorganisme agresseur (les microorganismes entrent et se multiplient dans les

Plus en détail

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca

Démarche diagnostique devant un enfant présentant une. A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca Démarche diagnostique devant un enfant présentant une Fièvre Aiguë Isolée A. Zineddine Service d Accueil des Urgences Pédiatriques Hôpital d Enfants, Casablanca SOMIPEV Marrakech 2013 Recettes en médecine

Plus en détail

M ÉDECINE Montpellier - Nîmes

M ÉDECINE Montpellier - Nîmes Université Montpellier FACULTÉ de M ÉDECINE Montpellier - Nîmes UNE PNEUMOPATHIE TRAINANTE Pr Benoit de WAZIERES Service de Medecine Interne et Gériatrie Groupe hospitalo-universitaire Carémeau NIMES UNE

Plus en détail

Endocardite infectieuse

Endocardite infectieuse 5.149. Endocardite infectieuse Ê Diagnostiquer une endocardite infectieuse. Ê Connaître les portes d entrées et les agents infectieux les plus fréquemment en cause. Ê Connaître les grands principes du

Plus en détail

L endocardite infectieuse

L endocardite infectieuse L endocardite infectieuse IFSI Nantes 2011-2012 Dr D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Nantes 1 A- Définition Greffe et multiplication, au niveau de l endocarde valvulaire, d un agent

Plus en détail

Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015

Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015 Journée du CRIOA Lyon, Domaine Rockefeller, 4 mars 2015 Pr Cédric BARREY, MD, PhD, Service de Neurochirurgie C et Chirurgie du Rachis Centre Interrégional de Référence des IOA Complexes Hôpital Neurologique

Plus en détail

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment?

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment? À24 et 48h Faut il modifier l antibiothérapie et comment? 24H Antibiothérapie initiale empirique Conforme non conforme 48h Suivre les recos Documentation microbiologique? Terrain sévérité Certaine Probable

Plus en détail

Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger

Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger Alain Paradis Microbiologiste i infectiologue i CHAUQ , 53 ans, MPOC O 2 Choc, 39.7 o C , 22 ans, asthme, obèsité IVRS x 1 sem Fièvre x 24 h, 40

Plus en détail

CAT devant une infection respiratoire basse

CAT devant une infection respiratoire basse CAT devant une infection respiratoire basse Les différents niveaux : Trachéïte Inflammation de la trachée Bronchite Inflammation des bronches Bronchiolite Inflammation des bronchioles terminales Pneumonie

Plus en détail

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème Facteurs de risque des ISO et des INLA Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Définition Ampleur du problème 234 millions d actes / an dans le monde 6,5 millions d opérés / an en France

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 91 page 1 Copyright CMIT ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 91 page 1 Copyright CMIT ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 91 page 1 ITEM N 91 : INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) ET LIEES AUX SOINS (LS) OBJECTIFS TERMINAUX I. Reconnaître le caractère nosocomial d une infection II. Savoir appliquer

Plus en détail

Rôle des urgentologues, des chirurgiens, des omnipraticiens et des médecins spécialistes au sein de l équipe de traumatologie

Rôle des urgentologues, des chirurgiens, des omnipraticiens et des médecins spécialistes au sein de l équipe de traumatologie Centre régional de santé et de services sociaux Rimouski DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS COMITÉ DE TRAUMATOLOGIE TITRE : Rôle des urgentologues, des chirurgiens, des omnipraticiens et des médecins

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires

Pneumonies aigues communautaires Groupe Hospitalier Henri Mondor Services des urgences Pneumonies aigues communautaires DESC MU, Urgences Infectieuses Dr Alice HUTIN, CCA SAU Henri Mondor, Créteil Epidémiologie Pathologie fréquente Pathologie

Plus en détail

Livret de l externe de 4 ème De médecine

Livret de l externe de 4 ème De médecine Livret de l externe de 4 ème De médecine année Stage hospitalier de réanimation DEPARTEMENT URGENCE-REANIMATION Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20.. 2 20.. 1 2 IDENTIFICATION DE L

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 172 - Avril 2017 SOMMAIRE Les maladies infectieuses infantiles 1. Les maladies à éviction des collectivités p 2 2. Les fiches Grand Public p 4 3. Test de lecture p 5 Le mot de

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES

PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES PRISE EN CHARGE DES PERITONITES NOSOCOMIALES C. Mariette Service de chirurgie digestive et générale CHRU LILLE Introduction Principes généraux Facteurs de gravité Plan Sur quels éléments repose l indication

Plus en détail

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses

Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Intérêt pratique des biomarqueurs aux urgences: exemple de la PCT dans les infections respiratoires basses Pr Pierre Hausfater SAU Pitié-Salpêtrière et UPMC Univ-Paris06, Paris U Le diagnostic positif

Plus en détail

LES PNEUMOPATHIES AIGUES BACTERIENNES i,.j i.:

LES PNEUMOPATHIES AIGUES BACTERIENNES i,.j i.: LES PNEUMOPATHIES AIGUES BACTERIENNES i,.j i.:.,1 INTRODUCTION pulmonaire. DIAGNOSTIC POSITIF / Syndromeinfectieux:. La fièvre est constante avec des signes ORL, tachycardie, frissons et altération de

Plus en détail