Mémoire méthodologique. Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire méthodologique. Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne"

Transcription

1 Mémoire méthodologique Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne 1

2 PLAN 1. Objectif du mémoire méthodologique Historique du projet Contexte national Contexte local Le projet Objectifs Les étapes du projet EPISODE EPISODE EPISODE Ressources projets EPISODE Formation du groupe de travail (présentation en annexe) Objectifs Programme Bilan de la formation Définition du référentiel des dangers L identification des activités : le référentiel des activités Définition des termes Analyse par danger Processus d évolution du référentiel Définition des Sections Identification des missions et activités Réunion en comité de direction (CODIR) Conclusion EPISODE Test méthodologique : évaluation des outils Définition des critères d évaluation Définition d une forme de plan d action Déclinaison de la structure du SDIS Procédure de validation et de suivi des analyses sur site Construction d un organigramme «prévention des risques» Définition des rôles et missions des acteurs Les référents Les ACMO Le Bureau Hygiène et Sécurité (BHS) Le Pôle Santé au Travail (PST) Le Comité pilotage Le Comité de suivi Le CHS

3 5.8 Définition de la procédure de déploiement du Document Unique Résultats / Stratégies Approche / Planification Déploiement / Mise en œuvre Appréciation (suivi ACMO / ACFI / BHS / PST / Comité de suivi) Revue / Adaptation Conclusion SYNTHESE EPISODE 1 ET EPISODE La formation de nouveaux acteurs Bilan de la formation Les outils L évaluation du temps nécessaire à la réalisation du Document Unique Projet d organisation de l expertise Organisation actuelle des retours d expérience Critères retenus pour le lancement d une expertise EvRP Règles de mise en oeuvre de l expertise EvRP Les supports Le circuit de transmission de l expertise Conseils pour l expertise EvRP Faciliter la mise en œuvre de la démarche d expertise Conclusion Conclusion Lexique Déclinaison organisationnelle du SDIS Référentiel des activités Référentiel des dangers Démarche vers les personnels Présentation de la démarche et de ses finalités à l encadrement Présentation de la démarche aux agents Techniques d entretien...79 Information / formation du groupe de travail Formation du groupe de travail élargie Planning du projet

4 1. Objectif du mémoire méthodologique Ce document a pour objectif de reprendre de manière la plus exhaustive possible l ensemble des échanges et réflexions menés par le groupe de travail durant l année Cette formalisation doit permettre : d expliquer les choix réalisés à chaque étape du projet, de présenter chacun des outils déployés pour faciliter la mise en œuvre méthodologique. 2. Historique du projet 2.1 Contexte national Depuis la parution du Rapport Pourny*, l ensemble des Services Départementaux d Incendie et de Secours (SDIS) ont renforcé leurs actions en matière de prévention des risques professionnels conduisant à la mise en place progressive des préconisations issues des réflexions des différents groupes de travail. De nombreux SDIS structurent aujourd hui leur organisation en matière de prévention en définissant les rôles et responsabilités de chacun, en formant notamment des Agents Chargés de la Mise en Œuvre des règles d hygiène et de sécurité (ACMO) et/ou des référents locaux. Cette action constitue un préalable au déploiement des différents documents obligatoires et recommandés en matière de prévention des risques professionnels. 2.2 Contexte local Le Service Départemental d Incendie et de Secours de Seine-et-Marne a entrepris depuis 2003 une démarche globale de prévention des risques professionnels et de santé au travail sur l ensemble de sa collectivité. Dans ce contexte, le SDIS77, avec le concours de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a réalisé un projet pilote visant à établir et définir une méthode de mise en œuvre du Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels. Ce projet comporte 2 étapes : La première, conduite au cours du premier semestre 2004, a consisté à réaliser un Livre Blanc dans le domaine de la santé et sécurité au travail. La seconde porte sur la construction d une méthode de mise en œuvre du Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels en s appuyant en partie sur l état des lieux fourni par le Livre Blanc et sur le «mémento pour le Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels», travaux préparatoires réalisés par le Bureau Hygiène et Sécurité du SDIS77. Pour la réalisation de cette étape, l établissement public se fait accompagner par un prestataire extérieur. * Rapport Pourny (7 décembre 2003) : Mission Sécurité des Sapeurs-Pompiers. 4

5 Dans le cadre de ce partenariat, le projet de document unique d évaluation des risques professionnels a pour finalité d apporter au Fond National de Prévention (placé au sein de la CNRACL et géré par la CDC) des enseignements transposables à d autres collectivités territoriales et en particulier aux SDIS. La démarche mise en œuvre sur l année 2007 par le Service Départemental d Incendie et de Secours de Seine-et-Marne (SDIS77) s inscrit en cohérence avec les pré-requis décrits dans le «Livre Blanc» réalisé en L accompagnement souhaité par le SDIS77 repose sur : EPISODE 1 Phase 1 : Liste des rubriques Phase 2 : Définition des unités de travail EPISODE 2 Phase 3 : Identification des risques : fréquence et gravité Phase 4 : Elaboration du plan d actions Phase 5 : Synthèse et dispositif d extension de la démarche EPISODE 3 Phase 6 : Réalisation test du processus général sur 10 unités de travail Phase 7 : Bilan global : enseignements généralisables Ces trois épisodes feront l objet d une approche détaillée dans les pages suivantes. 5

6 3. Le projet 3.1 Objectifs Le projet vise à identifier les outils et la méthode de déploiement de l évaluation des risques professionnels (EVRP) au sein des SDIS. Une démarche de tests a été menée à différentes étapes de l étude afin de s assurer que les outils étaient adaptés et transposables sur le terrain. Compte tenu du nombre d activités à produire, il est important de souligner que ces outils doivent être partagés et utilisés par tous les agents du SDIS77. Toutefois, pour favoriser la mise en œuvre des actions de prévention des risques professionnels et de santé au travail, le SDIS77 doit s assurer d une gestion centralisée et transversale. L approche, en trois épisodes et sept phases, proposée par le SDIS77 (cahier des charges) a pour objectif de conduire la démarche d évaluation des risques professionnels selon un processus itératif continu entre les temps de recueil de données, les temps d analyse, d exploitation et les temps de débat. Ces principes de mise en oeuvre ont permis au SDIS77 de définir une organisation en matière d évaluation des risques professionnels, sur la base de ses expériences mais aussi grâce à l apport : d une structure méthodologique, d outils de pilotage appropriés, de supports de formalisation et de capitalisation efficaces, d outils de conduite de projet et d aide à la décision. Les enjeux de cette démarche : Implication de l ensemble des personnels dans la démarche de maîtrise et de prévention des risques professionnels. Intégration de la dimension santé au travail. Appropriation de la démarche par l ensemble des acteurs du SDIS77. Réponse à l exigence réglementaire du Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels et du plan d actions qui doit en résulter. Démarche exploitable en dehors du SDIS77. 6

7 3.2 Les étapes du projet Ce projet a été réalisé sur 67 jours répartis de la manière suivante : 35 jours pour la définition des outils, la formation des acteurs et la réalisation des tests méthodologiques, 32 jours de rédaction (bilan, compte rendu ). Le projet s est déroulé sur une année complète (de janvier 2007 à janvier 2008) soit environ une à deux réunions par semaine, pour aboutir à l élaboration des outils. En préalable à la conduite de ce projet, une réunion de lancement a permis : d identifier de manière précise les actions attendues, de construire un planning du projet, de constituer un groupe de travail (lettre de mission et appel à candidatures). Au regard de l accompagnement souhaité par le SDIS77, le projet a été découpé en 3 épisodes eux-mêmes scindés en plusieurs phases. Un découpage stratégique qui a permis de conserver tout au long de l étude la motivation des membres du groupe de travail EPISODE 1 L épisode 1 s est décomposé en 2 phases principales. La première a été consacrée à la formation des acteurs (groupe de travail), suivi de l identification des dangers en vue de construire le référentiel du même nom (4 jours environ). La seconde phase a été réservée à l identification de l ensemble des unités de travail existantes au sein du SDIS77 (5 jours environ). L ensemble de ces travaux a permis la réalisation de tests méthodologiques au cours de l épisode suivant EPISODE 2 L épisode 2 s est décomposé en 3 phases : La première phase a consisté à tester avec les membres du groupe de travail les référentiels élaborés lors de l épisode précédent (5 jours environ). Chaque séance de travail a été découpée en 2 parties : la première, dédiée aux tests méthodologiques, et la seconde, à l amélioration des outils. La seconde phase de cet épisode a permis de définir les critères d évaluation des dangers ainsi que la forme du plan d actions pour garantir sa mise en œuvre (4 jours environ). 7

8 La dernière phase de cet épisode a permis de définir la méthode de déploiement de la démarche au sein du SDIS77. Elle a notamment conduit à la structuration d une procédure de validation des analyses à réaliser (4 jours environ). En complément, 28 nouvelles unités de travail (activités) ont été identifiées afin de tester les critères d évaluation et d apporter les modifications aux référentiels élaborés. Pour s assurer de la bonne compréhension des outils, ces 28 nouvelles unités de travail (activités) ont été évaluées avec la collaboration de nouveaux acteurs qui ont accompagné, sur plusieurs séances, le groupe de travail initial. Ces nouveaux acteurs ont reçu au préalable une formation aux outils EPISODE 3 Ce dernier épisode, réalisé en binôme (1 membre du groupe de travail, 1 nouvel acteur) a permis de réaliser des tests méthodologiques et d évaluer la pertinence des supports proposés lors de l analyse des 28 nouvelles unités de travail (activités). Ces tests méthodologiques ont permis, d une part, d identifier les difficultés rencontrées et, d autre part, de collecter les premières réflexions pour l ébauche d un «guide utilisateur». Pendant cette phase, les journées sont découpées en deux temps : le premier dédié au recensement des risques et le second consacré à la saisie, à l évaluation et à la collecte des points d amélioration (6 jours environ). La deuxième et dernière phase de cet épisode a pour objectif de définir les contenus des deux documents-synthèse : un document «opérationnel» pour faciliter la mise en place de l EvRP : un Guide Utilisateur, un document mémoire, retraçant l ensemble des étapes du projet mené au sein du SDIS77 : un Mémoire Méthodologique. 8

9 3.3 Ressources projets Lors de la réunion préparatoire, le comité de pilotage a identifié les compétences attendues au sein du groupe de travail. 1 membre du Bureau Hygiène et Sécurité 1 membre du Pôle Santé au Travail (SSSM) 1 ou 2 ACMO 1 ou 2 membre(s) du Comité d Hygiène et de Sécurité (CHS) 1 ou 2 SPV 1 ou 2 SPP 1 ou 2 PAT 1 membre de DEXIA DS Services Pour conduire de façon efficiente ce projet, le nombre d acteurs a été limité à 10. En complément, une note de service accompagnée d une lettre de mission a permis de lancer un appel à candidature au sein de la collectivité pour constituer le groupe de travail. La suite du document détaille les grandes étapes clés de ce projet au travers des réflexions du groupe de travail et des études de terrain. 9

10 EPISODE 1 10

11 4. EPISODE 1 Pour rappel, au sein de cet épisode, nous retrouvons 2 phases qui se décompose comme suit : Phase 1 Formation du groupe de travail. Définition d un référentiel des dangers. Phase 2 L identification des activités : le référentiel des activités. Réunion en Comité de Direction (CODIR). 4.1 Formation du groupe de travail (présentation en annexe) Cette formation, au-delà du programme initialement proposé, s est orientée sur les outils de l évaluation des risques professionnels. Elle a également permis de cadrer cette démarche qui s inscrit dans un contexte plus général, conditionné par le partenariat avec la CDC (enseignement généralisable à d autres SDIS). En complément, un rappel des actions à réaliser par le groupe de travail a été effectué autour de la lettre de mission. La formation a été intitulée : «Le Document Unique : Vecteur opérationnel d une politique globale de santé au travail» Objectifs La formation a permis : d apporter au groupe les connaissances de base en matière d évaluation des risques professionnels, de donner au groupe une vision claire des objectifs à atteindre Programme Partie 1 : La réglementation Les enjeux de la prévention. Les obligations réglementaires en matière d hygiène et sécurité. La démarche globale de prévention. L évaluation des risques professionnels : une étape de la démarche globale de prévention (la mise en place, les acteurs, les moyens nécessaires). Rappels et définitions. Partie 2 : La démarche projet Présentation globale et synthétique du contenu du cahier des charges : - Présentation des objectifs du SDIS77. - Présentation du rôle de la CDC. - Présentation de l accompagnement de DEXIA DS Services. 11

12 Espace de discussion questions/réponses Présentation des différents acteurs et de leur rôle au sein du projet du SDIS77: - Comité de Pilotage. - Groupe de travail. - Chef de projet. - Intervenant DEXIA DS Services. Les étapes et la planification du projet : - Le lancement. - La réalisation. - La finalisation Bilan de la formation Le groupe a souhaité développer un lexique des terminologies utilisées dans le cadre de l évaluation des risques professionnels pour faciliter les échanges et le partage de l information avec le plus grand nombre. Ce lexique est disponible en annexe. Au travers d exemples d accident de service (coût associé et impact sur la santé), la nécessité de communiquer à l ensemble des agents du SDIS77 est devenue une évidence pour le groupe. Cette information de prévention doit être délivrée à tout nouvel agent et rappelée au cours des formations. Conformément à la réglementation applicable en matière d hygiène et de sécurité, l évaluation des risques professionnels réalisée par les agents doit être validée par les différents niveaux hiérarchiques. Le pouvoir décisionnaire revient de droit à l autorité territoriale. L évolution du Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels et sa pérennisation nécessitent l implication active de l encadrement à la démarche de prévention. Cette démarche nécessite une organisation du circuit de validation et de mise en œuvre des actions de prévention. Point clés La nécessité de mettre en place des indicateurs statistiques pertinents constitue un élément de mesure pour apprécier l avancement d une démarche de prévention. Ces indicateurs doivent aussi permettre d apprécier la pertinence des actions et leur impact sur les enjeux financiers, à l exemple du coût que représentent les accidents liés aux activités physiques et sportives : le salaire de 24 équivalents temps plein sur une année. Le groupe estime que pour développer une culture de sécurité, il est essentiel de responsabiliser les agents et de les associer à une démarche de prévention. 12

13 4.2 Définition du référentiel des dangers La première séance de travail a eu pour objectif de comparer les différents référentiels de dangers existants (DDSC, INRS, CRAM, DEXIA ) pour élaborer un référentiel plus adapté à la spécificité «sapeurs-pompiers». Ce référentiel n a pas vocation à être exhaustif mais doit permettre d homogénéiser le travail des personnes en charge de l évaluation des risques professionnels. A ce jour, le document présenté exprime à la fois des situations de travail dangereuses et des dangers afin de faciliter son utilisation in-fine et sa compréhension. Afin d identifier les risques auxquels les agents sont exposés (pseudo-victimes, secouristes et encadrement), le groupe a consacré la fin de la première journée à observer une manœuvre de secours à personne. Cette observation a été bénéfique car de nombreux dangers ont été identifiés. Toutefois, il est impossible d être exhaustif en matière d évaluation (ressentis individuels et collectifs). Les membres du groupe ont pu appréhender l importance d une grille commune et la nécessité d échanger sur les analyses afin d aboutir à un document le plus homogène et réaliste possible. Par la suite, le groupe de travail a lancé sa réflexion sur le mode d un «remue-méninges» en vue d identifier le plus grand nombre de dangers présents au sein des activités existantes au SDIS 77. Le groupe a ensuite estimé opportun de diminuer le nombre de dangers identifiés dans le référentiel et de créer des grandes familles. Objectif : rendre le référentiel plus accessible et faciliter la recherche des dangers dans la grille lors des évaluations tests. L ensemble des termes utilisés dans le cadre de ce référentiel a été finalisé au fil des réunions. Point clés Au terme de cette réflexion, sont arrêtés 21 groupes de dangers au lieu des 34 initiaux, eux-mêmes regroupés en 6 grandes familles : Environnement Déplacement Manutention Chimie et biologie (rayonnements, agents biologiques, agents toxiques, incendie, explosion, ) Condition de travail ou d organisation Equipement Le référentiel est disponible en annexe p

14 4.3 L identification des activités : le référentiel des activités Dans ce chapitre, le groupe a identifié les activités d un SDIS en faisant appel à différentes ressources professionnelles ayant une approche particulière du métier. Pour faciliter les réflexions, le groupe a également identifié des sections permettant de regrouper ces activités et a arrêté une terminologie adaptée à l usage des SDIS Définition des termes De loin le plus complexe à définir, ce référentiel a fait l objet d une étude des terminologies à employer. Le lexique reprend la définition de ces termes. La diversité des missions et des activités des SDIS a conduit à produire une définition des termes propres à la spécificité sapeurs-pompiers. Exemples : Métier : SP PAT Fonction : Chef d agrès Responsable Mission (ou service) : Assistance aux victimes Espaces verts Activité : Brancardage Maintenance/Entretien Tâche (verbe d action) : Sangler la victime Elaguer La réglementation impose de réaliser l évaluation des risques professionnels par unité de travail. Les membres du groupe ont décidé de remplacer la notion réglementaire d unité de travail par la notion d activité. Le choix de descendre au niveau de la tâche n a pas été retenu. En effet ce niveau aurait limité la réflexion au travail prescrit en occultant le travail réel. Suite aux tests méthodologiques, les membres du groupe ont constaté que la répartition entre activité, tâche et mission est nécessaire à maîtriser. La compréhension de cet enchaînement facilite l analyse des risques sur site. En effet, les agents expriment bien souvent une activité par les tâches qui la composent. Aussi, l évaluateur devra être capable d identifier l activité dont dépendent les tâches pour y associer le ou les danger(s) correspondant(s). A noter qu une tâche est dépendante d une activité pour pouvoir exister. Dans le cadre de l étude, les termes conservés sont les suivants : «Métier», «Fonction», «Mission / Service» et «Activité». En matière de communication, les termes de «Mission / Service» et d «Activité» seront les plus utilisés. Le terme de «Mission» permettant de regrouper les activités opérationnelles et celui de «Service» les activités dites fonctionnelles. Le terme de «secteur» choisi dans un premier temps pour définir un regroupement de «missions» a été abandonné en faveur de «Section». En effet, le groupe ne souhaite pas qu il 14

15 y ait confusion sur le terme «secteur» car celui-ci correspond aussi à la répartition des missions sur une intervention d envergure : «secteur incendie», «secteur assistance aux victimes» Point clés L enchaînement à maîtriser : Au terme de la réflexion, le groupe de travail a structuré les activités à partir des notions de «Section» / «Mission» / «Activité». Il est apparu nécessaire, pour faciliter la répartition, d intégrer le terme complémentaire «Soussection» intercalé entre la «Section» et la «Mission» Analyse par danger L approche par activité tout comme l approche par danger est discutable. Lors de nos échanges avec des personnes ressources, il a été tenté une approche par danger et non par activité. Celle-ci n a toutefois pas été retenue car l approche par activité semble plus lisible, plus logique pour le groupe. La spécificité du sapeur-pompier, exposé à de multiples dangers dans le cadre des missions opérationnelles, a conduit le groupe à retenir le choix de l analyse par activité. La composante environnementale ne peut pas être intégrée dans un Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels, ni même la notion d urgence qui amène le sapeurpompier à prioriser ses actions (ex : personne en arrêt cardio-respiratoire). Puisque chez les sapeurs-pompiers, le droit de retrait ne s applique pas aux missions opérationnelles, la notion d urgence dépasse trop souvent celle de leur sécurité. De plus la culture actuelle qui impose le port systématique des EPI sans explication systématique de leur nécessité, fait perdre le regard critique face au danger. Il convient d atteindre la culture Santé Sécurité au travail notamment par une réelle capacité de discernement et d adaptation aux situations dangereuses Processus d évolution du référentiel Ce chapitre est intégralement consacré au parcours suivi par le groupe de travail en vue de réaliser le référentiel des activités du SDIS 77. Ce référentiel ne prétend pas être exhaustif, néanmoins, il permet de faciliter la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels. Les paragraphes suivants vont reprendre les grandes lignes des débats qui ont conduit à la réalisation du référentiel des activités. L intégralité des échanges est présentée dans les comptes-rendus des séances de travail. Voici un exemple commenté du référentiel disponible en annexe, p

16 On identifie les différents niveaux du référentiel : Section Sous-section Mission ou Service Activités Les éléments à conserver dans le cadre de la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels sont : la section, la mission et l activité. L objectif sera d identifier pour chaque activité, les dangers en présence (Cf. référentiel des dangers). Le découpage en «sous-section» a pour unique vocation d aider les membres du groupe de travail à répartir les missions et les activités au sein des différentes sections. La problématique relative à la mutualisation des analyses a été évoquée. Compte tenu que certaines activités sont transversales, au sein d un SDIS, il a été envisagé de réaliser une unique évaluation en un lieu donné. Si cette solution permet de gagner du temps, en termes de réalisation du Document Unique, la taille de la structure et la diversité des pratiques ne le rendrait pas réaliste. En effet ce type d approche manque de rigueur méthodologique, car les environnements évoluent dans le temps et d un espace à l autre, d où la nécessité de réaliser une évaluation par secteur géographique et pour l ensemble des activités. Une perspective de partage des données de base peut être envisagée, sous forme de liste. Celleci aura l avantage de collecter et de partager les dangers les plus courants dans chaque secteur. Elle devra être complétée par les informations collectées sur site. Toutefois la duplication des dangers ne doit pas être systématique car les environnements d un bureau à un autre ou d un Centre d Incendie et de Secours à un autre peuvent être totalement différents. Un point important a concerné l activité opérationnelle des sapeurs-pompiers. Certains SDIS ont réalisé une analyse des risques en associant la notion d unité de travail à un type de véhicule. Cette méthode n a pas été retenue par le groupe pour la simple raison qu un véhicule peut être associé à différentes missions, recouvrant différentes activités. 16

17 Il a été rappelé que le Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels du SDIS 77 doit porter sur l évaluation des dangers rencontrés par les agents de la collectivité (SPP, SPV, PATS). Aussi, l activité des jeunes sapeurs-pompiers (JSP) ne sera pas évaluée en temps que telle, néanmoins la co-activé induite (encadrement, partage de locaux ) sera prise en compte dans le cadre de l évaluation des risques professionnels Définition des Sections En matière de création des sections, le groupe de travail a retenu dans un premier temps les 3 sections suivantes : Fonctionnelle / Administrative. Opérationnelle : Manœuvre (formation continue) / Intervention / Mission périopérationnelle et Maintien opérationnel. Support technique. Cette organisation ne prend pas en compte les activités sous les thèmes de : Formation initiale (spécialité et classique). Sport. Vie en caserne. SSSM. Aussi les sections ont évolué en intégrant ces éléments. Le terme de «Fonctionnel» a été préféré à celui d «Administratif». Il faut ici entendre par «Fonctionnel», les fonctions supports qui participent à la gestion quotidienne des effectifs et des moyens aussi bien d un point de vue administratif que technique. Cela vaut pour la section «Support Technique» qui est devenue une «Sous-section». Les activités présentes dans cette «Sous-section» servant au support de l activité, comme son nom l indiquait. La notion de «Support Technique» a été progressivement simplifiée en «Technique». Nous retrouvons donc dans cette section «Fonctionnelle», les sous-sections administratives et technique qui se décomposent en différentes missions puis activités. La Section «Opérationnelle» a très vite été remodelée pour ne conserver que les activités liées directement aux interventions. A noter que l activité opérationnelle du Service de Santé et de Secours Médical (SSSM) y est intégrée. Les éléments - manœuvre (formation continue et initiale), mission péri-opérationnelle, maintien opérationnel - ont été regroupés dans une section nommée initialement «Maintien Opérationnel» puis renommé «Péri-Opérationnelle», les premiers choix ne permettant pas d intégrer toutes les situations. 17

18 La principale évolution dans la section «Péri-Opérationnelle» a concerné le remplacement de «Maintien des aptitudes physiques» par «Aptitude et suivi médical» pour couvrir l activité du SSSM qui ne consiste pas au maintien de l aptitude mais bien à l évaluation d une capacité d aptitude. Cette section «Péri-opérationnelle» regroupe 4 «sous-sections» : Maintien et acquisition des connaissances. Aptitude et suivi médical. Activités physiques. Maintien des matériels. La formation initiale trouve sa place dans la section «péri-opérationnelle» en modifiant la soussection initialement nommée «maintien des connaissances» par «maintien et acquisition des connaissances». Des activités injustement qualifiées de fonctionnelles mais indispensables à l activité opérationnelle ont été regroupées dans la section péri-opérationnelle. Le groupe de travail a donc défini les 3 sections suivantes : Point clés Les 3 sections retenues Section Fonctionnelle Section Opérationnelle Section Péri-opérationnelle Il n en demeure pas moins que ces trois sections sont liées les unes aux autres, à titre d exemple : un agent peut être Chef de Centre d Incendie et de Secours dans la section «Fonctionnelle», Chef de Groupe dans la section «Opérationnelle» et formateur dans la section «Péri-opérationnelle». La représentation en page suivante matérialise bien les liens entre les différentes sections crées. 18

19 Représentation schématique de l activité du SDIS Section Péri-opérationnelle Section Fonctionnelle Section Périopérationnelle Section Opérationnelle Section Périopérationnelle Exemple : Pour mener à bien une opération de secours (secours à personne) il est nécessaire, au préalable, que les Centres de secours soient en possession du matériel nécessaire pour armer les engins. Il est également important de contrôler la présence de ce matériel par une «vérification». Enfin, une fois l intervention réalisée, l engin doit être réarmé pour remplacer le matériel consommé. Ainsi nous avons la représentation de l enchaînement des actions permettant de répondre aux missions d un SDIS Logistique et équipement (approvisionnement des centres) Contrôle des véhicules (vérification) Intervention : Actes de secours Reconditionnement (réarmement des engins) 19

20 4.3.5 Identification des missions et activités Les sections clairement définies, le groupe s est attaché à identifier les activités à partir des principales missions existantes dans chaque section. Ce chapitre reprend pour chacune des sections les réflexions menées afin d aboutir au référentiel en annexe. Section Fonctionnelle Les missions et activités de la sous-section technique dans la section fonctionnelle ont été modifiées à de nombreuses reprises. Pour simplifier le recueil de l information, le groupe a proposé dans un premier temps un regroupement des activités sous 4 types de missions : Equipement (qui correspond aux matériels incendie, atelier ARI, SAP, hydraulique et la mécanique). Habillement. Système d information. Infrastructure. Avec du recul, ces missions ne se sont pas révélées suffisamment explicites. En effet, des actions transversales méritaient plus un positionnement au niveau d une mission qu au niveau d une activité. Ainsi, la structuration de la sous-section technique se décline avec des missions telles que : Mécanique. Menuiserie. Plomberie. Serrurerie. Métallurgie. Habillement.. Sections Sous - Sections Missions Activités Administrative - Administratives - Accueil - Standard - Travail administratif -. - Mécanique Technique - Menuiserie - Logistique équipement - 1. Fonctionnelle La suite du développement est disponible dans les annexes, cf. page 69 20

Guide Utilisateur Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne

Guide Utilisateur Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne Guide Utilisateur Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels SDIS de Seine et Marne 1 PLAN 1. La structure du document... 3 2. Le tronc commun... 4 2. 1 Origine et contenu du projet...4 2.1.1

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Prestation de veille réglementaire et évaluation de conformité en santé et sécurité au travail pour les Services Départementaux d Incendie et de Secours du Cher,

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Prévention des risques professionnels DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. CARCASSONNE, Colloque Handicap 14 novembre 2013

Prévention des risques professionnels DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. CARCASSONNE, Colloque Handicap 14 novembre 2013 Prévention des risques professionnels DOCUMENT UNIQUE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CARCASSONNE, Colloque Handicap 14 novembre 2013 Cadre réglementaire Prévention des risques professionnels Décret

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE Mettre en place une stratégie...2 Pilotage et tableau de bord du système.2 Réussir les audits...3 Management de la Qualité ISO 9001...3 Management de l Environnement ISO 14001.4 Management de la Santé

Plus en détail

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE

1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE 1 La méthodologie 7 S pour conduire un projet QSE Cette méthode, fruit de retours d expériences, permet de maîtriser un projet QSE et d atteindre l objectif de certification. C est une véritable «feuille

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS

ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS ANNEXE 1 REFERENTIEL DE FORMATION ANIMATEUR DE JEUNES SAPEURS-POMPIERS 1 Finalité de la formation Le référentiel de formation a pour objet de décrire le parcours à suivre par l apprenant pour acquérir

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITÉ POUR LA SDIS 35 SUR DES OUTILS MOBILES PORTABILITÉ DE LA CARTOGRAPHIE DU

ETUDE DE FAISABILITÉ POUR LA SDIS 35 SUR DES OUTILS MOBILES PORTABILITÉ DE LA CARTOGRAPHIE DU ETUDE DE FAISABILITÉ POUR LA PORTABILITÉ DE LA CARTOGRAPHIE DU SDIS 35 SUR DES OUTILS MOBILES Stagiaire : Elodie GAILLARD Responsables : Anne LE GAL / Cyril PATRAULT Stage de Master 2 SIGAT réalisé du

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Journée d information sur la rénovation du SST Année 2014/2015

Journée d information sur la rénovation du SST Année 2014/2015 Journée d information sur la rénovation du SST Année 2014/2015 DEROULE DE LA JOURNEE - Accueil et présentation - Appropriation des documents du formateur SST : présentation et explicitation des nouveautés

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Qualité-Sécurité-Environnement

Qualité-Sécurité-Environnement AUDITEUR INTERNE QUALITE INTRODUCTION ET RAPPELS L AUDIT - Qualité, assurance qualité, management qualité - Norme ISO 9001 v2008 - Norme ISO 19011 relatives à l audit des systèmes qualité - Définition,

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr Intitulé Conférence Philippe de FAUCAMBERGE au salon EXPOPROTECTION PARIS 05 11 2014 Manager la Sécurité et la Santé au Travail et améliorer les performances de l Entreprise en utilisant le Document Unique

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME. Guide d utilisation. Décembre 2014

Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME. Guide d utilisation. Décembre 2014 Outils d accompagnement au management environnemental à destination des TPE et PME Guide d utilisation Décembre 2014 Sommaire 1. Pourquoi mettre en place un système de management environnemental d entreprise?

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note Méthodologique de Première Application du Système Comptable Financier Table des matières I. INTRODUCTION.... 3 A. S organiser pour mettre en place le SCF.... 3 B. Gestion des changements induits par

Plus en détail

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels Sommaire La prévention : a priori et enjeux Historique de la réglementation L organisation de la prévention en collectivité L accompagnement

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

Direction des études

Direction des études Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Les ACMO : nomination, missions, règles, rôles, place, recrutement. L ACMO ET L EMPLOYEUR LES MISSIONS DE L

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE

DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE ET ADMINISTRATIVE TITULAIRE DU POSTE Nom : RESPONSABLE HIERARCHIQUE DIRECT Nom : CHAUMONT Anne Laure Prénom : Fonction : Visa : Visa : Date

Plus en détail

(DOCUMENT DE BASE : FICHE CADRE DE LA VEILLE REGLEMENTAIRE ONP ET DICTIONNAIRE INTERMINISTERIEL DES COMPETENCES DES METIERS DE L ETAT)

(DOCUMENT DE BASE : FICHE CADRE DE LA VEILLE REGLEMENTAIRE ONP ET DICTIONNAIRE INTERMINISTERIEL DES COMPETENCES DES METIERS DE L ETAT) Adopté le 18 octobre 2012 Chargé de portefeuille de l activité «veille règlementaire» au sein du PNP REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION CHARGE DE PORTEFEUILLES «VEILLE REGLEMENTAIRE» AU SEIN DU

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels.

ADAPTABILITE. Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. RIGUEUR CONFIANCE EXIGENCE ECOUTE EXPERTISE RESPECT ADAPTABILITE Les Formations En Sécurité Des Risques Professionnels. Des outils pragmatiques, des Conseils sur mesures pour faire avancer la Santé & Sécurité

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 16 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR-2014-056642 Centre de radiothérapie de la Robertsau 184, route de la Wantzenau 67000 STRASBOURG Objet : Inspection

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Le management environnemental

Le management environnemental Le management environnemental L application de la norme Iso14001 USTV Cambrai, année 2008-09 Management environnemental Iso 14001 n 1 Le management environnemental La norme Iso 14001 Ce qu elle est / n

Plus en détail

GUIDE D AIDE À L ÉLABORATION DU BILAN DE FORMATION B.A.F.D

GUIDE D AIDE À L ÉLABORATION DU BILAN DE FORMATION B.A.F.D DIRECTION RÉGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHÉSION SOCIALE DE LA CHAMPAGNE-ARDENNE GUIDE D AIDE À L ÉLABORATION DU BILAN DE FORMATION B.A.F.D Le jury régional B.A.F.D. de Champagne Ardenne

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail