CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE"

Transcription

1 CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE

2 sous effort normal N max = A x f y

3 sous moment de flexion M max = W e x f y

4 LES ACTIONS SUR LES BATIMENTS

5 Actions courantes Charges permanentes Charges d exploitation Neige Vent Variations de température

6 Actions accidentelles ou exceptionnelles Séismes Incendie Chocs Sauts ou courses d usagers Machines vibrantes Givre.

7 NOTATIONS Charges permanentes : G Charges d exploitation : Q Charges de neige : S n et S e Charges de vent : W n et W e

8 CHARGES PERMANENTES Poids de structure et composants fixés définitivement sur structure Valeurs dans la norme NFP

9 Charges permanentes Matériau Acier Fonte Aluminium Plomb Bois de conifères Bois de feuillus Liège Poids (dan/m 3 )

10 Charges permanentes Matériau Béton non armé Béton armé Verre Plâtre Sable sec Gravier Asphalte coulé Poids (dan/m 3 )

11 Poids par m 2 et par cm d épaisseur Matériau Dalle pleine en béton armé Mortier Carrelages collés Cloison en carreaux de plâtre Verre Parois en briques pleines Parois en parpaings pleins Pierre de taille Poids (dan)

12 CHARGES D EXPLOITATION Charges variables, venant agir sur les planchers Charges d entretien sur toitures Charges sur garde-corps - Valeurs dans norme NFP

13 CHARGES D EXPLOITATION Charges dues aux ponts roulants et autres engins de levage - Valeurs données dans règles spécifiques

14 Charges d exploitation dans logements Nature du local Salon, chambre, cuisine Balcons Greniers, caves Escaliers, circulations Terrasses accessibles Charge dan/m

15 Charges d exploitation Nature du local Bureaux Salles de réunions avec tables Salles de conférences Salles de reprographie Halls de réception Halls à guichets Boutiques et annexes Charge dan/m

16 Charges d exploitation Nature du local Salles de spectacles avec sièges Salles de spectacles avec places debout Cuisines de collectivités Salles de danse Salles de lecture de bibliothèque Salles de classe Amphithéâtres Garages, parcs de stationnement Charge dan/m

17 CHARGES DE NEIGE - Valeurs données :. dans règles N-V 65 modifiées. dans Eurocode 1 et annexes nationales

18 Charges de neige en dan/m 2 Zones A1 A2 B1 B2 C1 C2 Neige normale Neige extrême Neige accidentelle D

19 hauteurs de neige extrême masse volumique: 150 dan/m 3 Zones A1 A2 B C D E Neige normale Neige extrême 40 cm 40 cm 50 cm 60 cm 87 cm 127 cm Neige accidentelle

20 Corrections à apporter Au-delà d altitude 200 m : majoration Si angle toiture > 25 : réduction de 2% par degré au-delà de 25 Si simultanément vent : ½ neige

21 CHARGES DE VENT - Valeurs données :. dans règles N-V 65 modifiées. dans Eurocode 1 et annexes nationales

22 Pression de vent en dan/m 2 (pression dynamique de base) q 0 = V 2 /16,3 - q 0 en dan/m 2 - V en m/s zone Vent normal (dan/m2) Vitesse en km/h Vent extrême (dan/m2) 87, ,5 Vitesse en km/h

23 Majoration due à la distance au sol hauteur Correction vitesse Correction pression 0 m 0,87 0,75 10 m 1,00 1,00 50 m 1,24 1, m 1,36 1, m 1,49 2,22

24 Pression de vent sur une paroi q = q 0 x k H x k s x k M x k D x (C e C i ) q = pression totale sur la paroi q 0 = pression dynamique de base k H = coefficient de hauteur k s = coefficient de site k M = coefficient de masque k D = coefficient de dimension C e et C i = coefficients aérodynamiques

25

26 Vent extrême sur bâtiment à Tulle

27 Essais en soufflerie

28

29 VARIATIONS DE TEMPERATURE - Valeurs données dans règles métal, béton : + ou 27 C / température moyenne (environ -14 à + 40 ) => Joints de dilatation

30 Les actions sismiques Règles PS 92, ou Eurocode 8

31 Carte de zones sismiques

32

33 Coefficients de sécurité Etats limites de service (ELS) (déplacements excessifs) Etats limites ultimes (ELU) (effondrement partiel ou total)

34 Etats limites de service (ELS) Pas de coefficients de sécurité Valeurs admissibles de flèches

35 Etats limites ultimes (ELU) Charges permanentes : x 1,33 Charges variables (Q, S n, W n ) : - une seule : x 1,5 - deux : x 1,42 - trois : x 1,33

36 Combinaisons avec Q, S n et W n 1,33 G + 1,5 Q 1,33 G + 1,5 S n 1,33 G + 1,5 W n 1,33 G + 1,42 (Q + S n ) 1,33 G + 1,42 (Q + W n ) 1,33 G + 1,42 (S n /2 + W n ) 1,33 G + 1,33 (Q + S n /2 + W n )

37 Combinaisons avec Q, S e et W e G + Q + S e G + W e G + Q + W e G + Q + S e /2+ W e

38 Coefficients de sécurité sur résistance du matériau contrainte de rupture / contrainte admissible acier : environ 1,5 béton : environ 1,75 (compr) verre : environ 3 à 4 (tract.) bois : environ 4 à 5 (compr.)

Page 1 sur 7 NOTIONS DE DESCENTE DE CHARGES. Dans ce chapitre, des notions de descentes de charges seront données afin de sensibiliser les personnes qui désirent réaliser un bâtiment. La méthode traitée

Plus en détail

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement.

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement. 1 I SYSTEME PORTEUR I 1 Définition : L architecte dessine l intérieur et l extérieur d un bâtiment et envoie les plans à un bureau d études. Le travail de ce bureau d études est alors de définir à partir

Plus en détail

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

Ces ENV non accompagnées de DAN vous seront signalées par le pictogramme

Ces ENV non accompagnées de DAN vous seront signalées par le pictogramme Table des matières Les Eurocodes, règles européennes de calcul des structures pour la sécurité, la stabilité et la fiabilité des bâtiments, sont tous disponibles actuellement sous forme de prénormes européennes

Plus en détail

Bâtiments lourds Bâtiments légers

Bâtiments lourds Bâtiments légers 1. Introduction Notion de chargement forces extérieurs Modélisation des effets : la charges Transfert vers le sol Parti structural: le mode de transfert Bâtiment lourds bâtiments légers- stratégie de porteur

Plus en détail

Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

Sommaire Annexe 7 structures mixtes acier-béton... 2 Règles de calcul... 2

Sommaire Annexe 7 structures mixtes acier-béton... 2 Règles de calcul... 2 Sommaire Annexe 7 structures mixtes acier-béton... 2 Règles de calcul... 2 Base de calcul des structures... 2 Actions sur les structures... 2 Calcul des structures mixtes acier-béton... 3 Calcul géotechnique...

Plus en détail

Correspondances entre les règles de calcul retirées des listes et les guides Eurocode

Correspondances entre les règles de calcul retirées des listes et les guides Eurocode Correspondances entre les règles de calcul retirées des listes et les guides Eurocode Charpentes en alliage d aluminium Statut Référence normative Date de publication Règles AL (*) Règles de conception

Plus en détail

ETANCHER VOS TOITURES, TERRASSES, DALLES PIÉTONNES, PLANCHERS INTERMÉDIAIRES AVEC ETANCHEITE CIRCULABLE TOITURE, TERRASSE ET PARKING A PENTE ZERO

ETANCHER VOS TOITURES, TERRASSES, DALLES PIÉTONNES, PLANCHERS INTERMÉDIAIRES AVEC ETANCHEITE CIRCULABLE TOITURE, TERRASSE ET PARKING A PENTE ZERO Etanchéité circulable toiture, terrasse et parking à pente zero Étanchéité circulable toiture, terrasse et parking à pente zéro permet la réfection à l'intérieur ou à l'extérieur des locaux pour tous travaux

Plus en détail

Caractéristiques. des matériaux

Caractéristiques. des matériaux Caractéristiques physiques et mécaniques des matériaux Yvon LESCOUARC H Matériaux de construction Acier Aluminium, zinc, cuivre Béton Bois Verre Polycarbonate Caractéristiques physiques Densité Coefficient

Plus en détail

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze Les maçonneries parasismiques en pierre Olivier Chèze Quels sont les nouveaux référentiels? Commençons par les anciens : - Règles PS 92 : tous les bâtiment - PSMI 92 : petits bâtiments (maisons individuelles

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.3 Les bases du dimensionnement 1.3.1 Le concept général 1.3.2 Les conventions et les unités de calcul 1.3.3 La définition des situations

Plus en détail

Aborder l eurocode 5 1

Aborder l eurocode 5 1 Aborder l eurocode l 5 1 1) Organisation des eurocodes Objectifs : Favoriser les échanges entre pays de l UEl Harmoniser les méthodes m de calculs des structures Pour être vendu en Europe tous les produits

Plus en détail

LES CHARGES CLIMATIQUES

LES CHARGES CLIMATIQUES LES CHARGES CLIMATIQUES 1 Introduction : 1.1 Objet des règles : Fixer des valeurs des charges climatiques et donner des méthodes d évaluation des efforts correspondants sur l ensemble d une construction

Plus en détail

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Marcel Hurez Nicolas Juraszek Marc Pelcé AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-381011-7 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12280-0 Symboles et notations A

Plus en détail

Rappels de mécanique des milieux continus

Rappels de mécanique des milieux continus Rappels de mécanique des milieux continus Notion de contraintes Lois fondamentales et équations d équilibre Notion de déformations Lois de comportement Problème général de l élasticité Théorèmes des travaux

Plus en détail

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants.

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants. Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Mémoire de soutenance de Diplôme d Ingénieur INSA Spécialité Génie Civil Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRUCTUREL 19 VOIE DU MOULIN THIAIS

DIAGNOSTIC STRUCTUREL 19 VOIE DU MOULIN THIAIS ETUDES DE STRUCTURES & TECHNIQUES DES BÂTIMENT 17 AVENUE DE CAEN BP 30 76100 ROUEN TEL : 06 21 78 33 29 FAX : 02 76 78 71 35 WEB : www.estb-france.com Descriptif de l existant A la demande de la maitrise

Plus en détail

8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS

8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS 8 - CONCEPTION - DIMENSIONNEMENT - VERIFICATIONS 1/Cadre règlementaire 2/Critères de conception et de dimensionnement 3/Règles constructives 4/Critères de rupture 5/Choix des paramètres de terrain 6/Actions

Plus en détail

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE La durée d utilisation du projet doit être spécifiée par le maître d ouvrage, ou la structure classée suivant une classe de structure définie par le tableau 2.1. de

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Les points-clés III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2

LA RÉGLEMENTATION. Les points-clés III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2 III. LA RÉGLEMENTATION DTU 52.2 MURS INTÉRIEURS (HAUTEUR 6 M) TRAVAUX NEUFS - les caractéristiques des supports (nature, type, étanchéité éventuelle), - la position et la nature des joints de fractionnement

Plus en détail

Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades. Principaux documents concernant la conception et la fabrication

Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades. Principaux documents concernant la conception et la fabrication Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades Principaux documents concernant la conception et la fabrication NF P 24-351 NF P24-351-A1 Juillet 2003 NF P24-351-A2 Mars 2012

Plus en détail

5. Caractéristiques des produits

5. Caractéristiques des produits 84 5. Caractéristiques des produits 5.1 Blocs et linteaux 5.1.1 Blocs Les blocs en béton cellulaire sont classés dans la catégorie des bétons très légers et extra légers selon la norme PTV 21-002 intitulée

Plus en détail

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique:

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique: Maison individuelle à murs en maçonnerie chaînée, comportant deux planchers à dalle pleine en béton armé. Les plans de cette maison sont donnés ci-après. WB1/21 : MFL WB2/21 : MFL Données : Blocs de maçonnerie

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Christian Lemaitre Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Matière & matériaux Propriétés rhéologiques & mécaniques Sécurité & réglementation Comportement thermique, hygroscopique,

Plus en détail

EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 24 décembre 2016 (14h43)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier

EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 24 décembre 2016 (14h43)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 4 décembre 016 (14h4)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier 10000 N mm ; acier 110 6 C 1..01. Une bague en acier AE 40 B de 100 mm de longueur, de 50

Plus en détail

Sommaire Annexe 8 structures en bois... 2 Matériaux et produits... 2 Règles de calcul... 4

Sommaire Annexe 8 structures en bois... 2 Matériaux et produits... 2 Règles de calcul... 4 Sommaire Annexe 8 structures en bois... 2 Matériaux et produits... 2 Vocabulaire du bois... 2 Caractéristiques physiques ou mécaniques du bois... 2 Panneaux à base de bois... 3 Contreplaqué... 3 Bois de

Plus en détail

Schöck Rutherma module ES

Schöck Rutherma module ES Schöck Rutherma module Contenu Page Exemples de disposition des éléments/coupes 58 Tableaux de dimensionnement/coupes/vues en plan 59 Exemple de dimensionnement 60 Remarques 61 Liste de vérification 62

Plus en détail

On doit tenir compte de nombreux facteurs pour le choix d un ancrage, notamment :

On doit tenir compte de nombreux facteurs pour le choix d un ancrage, notamment : www.ucanfast.com CONCEPTION DES ANCRAGES MANUEL TECHNIQUE SECTION 1,2 PAGE 1 / 6 l 1.2 CHOIX DE L ANCRAGE Il y a environ 70 ans, deux des premières fixations de béton et de maçonnerie, l ancrage de plomb

Plus en détail

Michel Ker. Calcul élastique des portiques en acier

Michel Ker. Calcul élastique des portiques en acier Michel Ker Calcul élastique des portiques en acier 1 Introduction Dans un précédent ouvrage nous avons décrit le dimensionnement élastique des portiques cadres. Ce dimensionnement débute par une levée

Plus en détail

SOL FORTE ÉPAISSEUR DETAILS WOOD OF CERIM FLORIM

SOL FORTE ÉPAISSEUR DETAILS WOOD OF CERIM FLORIM SOL FORTE ÉPAISSEUR DETAILS WOOD OF CERIM FLORIM Nouvelle solution en grès cérame grande épaisseur pour l aménagement extérieur. Dalles en grès cérame fin coloré pleine masse de 2 cm d épaisseur, obtenues

Plus en détail

déterminer la puissance des émetteurs

déterminer la puissance des émetteurs page 1/7 1. Bilan thermique d'un bâtiment DEPERDITIONS APPORTS GRATUITS BESOINS DE CHAUFFAGE PERTES CONSOMMATION 1.1. Objet du calcul des déperditions vérifier la conformité du bâtiment La réglementation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Dispositions applicables aux façades légères en zones sismiques

FICHE TECHNIQUE. Dispositions applicables aux façades légères en zones sismiques FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS APAVE QUALICONSULT SOCOTEC SNFA du COPREC N 49 - Indice : A Date : Octobre 2013 Nombre de pages : 7 Objet de la fiche Dispositions applicables aux façades légères

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 1 Ne

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades. Principaux documents concernant la conception et la fabrication

Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades. Principaux documents concernant la conception et la fabrication Références des principaux documents techniques (hors réglementation) Façades Principaux documents concernant la conception et la fabrication NF P 24-351 NF P24-351-A1 Juillet 2003 NF EN 13830 Janvier 2004

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14 : I- Généralités... 13 II- Avantages et inconvénients du béton armé... 13 1- Avantages... 13 2. Les inconvénients du béton armé. 14 12 : Chapitre I : Introduction en béton armé I- Généralités : Le B.A

Plus en détail

Les matériaux. Lors de la conception d un objet technique, il faut choisir le matériau dans lequel il sera fabriqué.

Les matériaux. Lors de la conception d un objet technique, il faut choisir le matériau dans lequel il sera fabriqué. Les matériaux Lors de la conception d un objet technique, il faut choisir le matériau dans lequel il sera fabriqué. Les contraintes Les contraintes sont les effets causés à l intérieur d un matériau par

Plus en détail

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments Liste des DTU Documents techniques unifiés DTU 13 - Fondations DTU 13.11 DTU 13.12 DTU 13.2 DTU 13.3 DTU 14 - Cuvelage DTU 14.1 DTU 20 - Maçonnerie DTU 20.1 Fondations superficielles Règles pour le calcul

Plus en détail

Association Béton-Acier: Le Béton Armé

Association Béton-Acier: Le Béton Armé Séminaire sur le thème: «Le Béton Armé: Armatures et Béton» Association Béton-Acier: Le Béton Armé Karim Miled Maître Assistant, ENIT Le 25 novembre 2008 1 Béton Bonne résistance à la compression Résistance

Plus en détail

RT Brique de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel Maçonnerie d épaisseur 20 cm. RECOMMANDÉ

RT Brique de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel Maçonnerie d épaisseur 20 cm. RECOMMANDÉ RECOMMANDÉ RT 01 de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel Maçonnerie d épaisseur 0 cm. Néobric R = 1 m.k/w LES + PRODUITS Nouvelle génération de brique à pose traditionnelle

Plus en détail

Sur éléments de plancher creux

Sur éléments de plancher creux F231 Sur couche isolante (exemple sur plancher en bois) F233/244 8/100 plaque d isolation thermique ou contre le bruit de chocs plancher ou panneau d aggloméré stable plaque d isolation thermique ou contre

Plus en détail

Construction paracyclonique P. QUISTIN

Construction paracyclonique P. QUISTIN Construction paracyclonique P. QUISTIN 1 Sommaire 1/ Effets du vent cyclonique sur les constructions 2/ Règles de conception para cyclonique 3/ Normes et Règles de calcul au vent Dimensionnement de la

Plus en détail

NBN B Garde-corps de bâtiments (11/2010) CT Vitrerie / TC Glaswerken 30/09/ Page 1

NBN B Garde-corps de bâtiments (11/2010) CT Vitrerie / TC Glaswerken 30/09/ Page 1 NBN B 03-004 Garde-corps de bâtiments (11/2010) CT Vitrerie / TC Glaswerken 30/09/2014 - Page 1 Introduction Commission plénière belge NBN E250 Eurocodes Norme publiée par le NBN: 11/2010 STS 54: Garde-corps

Plus en détail

Comportement sismique des structures en maçonnerie

Comportement sismique des structures en maçonnerie EVALUATION DE L'HABITABILITE DES IMMEUBLES APRES UN SEISME MAJEUR Test de formation à l'utilisation de la fiche de relevé post-sismique du bâti Comportement sismique des structures en maçonnerie Pierino

Plus en détail

Calcul du souffle des joints de chaussée aux Eurocodes : note d'information n 36 du Sétra

Calcul du souffle des joints de chaussée aux Eurocodes : note d'information n 36 du Sétra Direction territoriale Ouest Calcul du souffle des joints de chaussée aux Eurocodes : note d'information n 36 du Sétra Benoît Poulin 2 Textes de référence Référence de la norme Titre de la norme Paragraphe

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273212-0 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12160-5 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

Comportement des structures dans l architecture

Comportement des structures dans l architecture 1 Introduction Les structures porteuses rencontrées dans le domaine de la construction sont principalement de deux types : les bâtiments (à usages individuels ou collectifs) et les ouvrages d'aménagement

Plus en détail

Référence Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx

Référence Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx Madame Taquet Françoise SPW : Direction des Conceptions et des Calculs Rue Cote d Or, 253 4000 Liège Liège, le 31 mai 2017 Référence - 2321.18 Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx Nos réf: 2321.18

Plus en détail

PROPRIETES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

PROPRIETES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Chapitre 2 PROPRIETES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION 1. Propriétés des matériaux de construction Pour pouvoir utiliser judicieusement les matériaux de construction il est indispensable de connaitre leurs

Plus en détail

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois)

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois) L ensoleillée -Détailler le comportement des bâtiments bois en zone sismique Avec pour exemple 2 Bâtiments similaires simples, mais aux comportements différents. -Trouver les limites aux bâtiments bois

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.8 Les revêtements 12.8.1 Les revêtements de sol 12.8.2 Les revêtements de mur 12.8.3 Les revêtements de plafond 12.8.4 Les revêtements

Plus en détail

Brique de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel RECOMMANDÉ RT 2012 MAÇONNERIE D ÉPAISSEUR 20 CM

Brique de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel RECOMMANDÉ RT 2012 MAÇONNERIE D ÉPAISSEUR 20 CM Brique de structure à perforations horizontales, montage au mortier traditionnel RECOMMANDÉ RT 01 MAÇONNERIE D ÉPAISSEUR 0 CM 8 cm 50 cm 0 cm Barrettes tournées vers le haut servant de gabarit pour la

Plus en détail

Affaire Chapiteau Berlioz La Côte Saint André. Pérennisation NOTE DE D HYPOTHESES n 01 A

Affaire Chapiteau Berlioz La Côte Saint André. Pérennisation NOTE DE D HYPOTHESES n 01 A Lightweight Structure Engineers Affaire 16.141 Chapiteau Berlioz La Côte Saint André Pérennisation 2017 NOTE DE D HYPOTHESES n 01 A 5 rue Marceau 34000 Montpellier France tel : 06 77 05 15 61 bet.abaca@

Plus en détail

3 Charges et actions

3 Charges et actions 3 Charges et actions Fonctions Gros oeuvre Actions Équilibres Effets Dimensions Une structure d'ouvrage doit être conçue et réalisée (entre autres) de sorte que : durant la durée de sa vie escomptée avec

Plus en détail

Avantage bois -incendie

Avantage bois -incendie Avantage bois -incendie Pas de déformation Pas de dégagement de gaz toxique Brule lentement Comportement au feu prévisible La justification est réalisée au ELU en situation accidentelle. Le degré de résistance

Plus en détail

GNAT Ingénierie. Pôle Technologique Henri Farman 10 Rue Clément Ader BP REIMS. Salle de Sports Noyelles Godault. Note de Vérification

GNAT Ingénierie. Pôle Technologique Henri Farman 10 Rue Clément Ader BP REIMS. Salle de Sports Noyelles Godault. Note de Vérification 13/02/2015 Ingénierie Pôle Technologique Henri Farman 10 Rue Clément Ader BP 1018 51685 REIMS Salle de Sports Noyelles Godault Note de Vérification portique laméllé collé existant SYNTHESE CALCULS VERIFICATION

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

PARTIE B LA CONCEPTION DU GROS-OEUVRE

PARTIE B LA CONCEPTION DU GROS-OEUVRE 1 La conception du gros-œuvre La conception générale du gros œuvre est le fruit d un échange entre architecte et ingénieur Programme du client Agencement des surfaces volumes, circulations, accès, éclairage,

Plus en détail

SYSTEME DE PROTECTION A L EAU SOUS CARRELAGE COLLE (SPEC)

SYSTEME DE PROTECTION A L EAU SOUS CARRELAGE COLLE (SPEC) Département ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Division Revêtements, Etanchéité, Enduits et Mortiers SYSTEME DE PROTECTION A L EAU SOUS CARRELAGE COLLE (SPEC) METHODOLOGIE D ESSAIS Version de Février 2011 1. ESSAIS

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2

SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2 SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2 4. VERIFICATION DU CP20+CP18 DES PANNEAUX COFFRANTS : 3 5. VERIFICATION

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 3. PRÉSENTATION SUCCINCTE SUR LA CONCEPTION ET LE CALCUL DES POUTRES MIXTES...7 3.1 Généralités sur les planchers...7 3.2 Rappels sur les actions

Plus en détail

1.238 A+G+M. Sens plancher couvrant. Cornière métalique Drain périphérique pente 2cm/m CAVE. Sens plancher couvrant.

1.238 A+G+M. Sens plancher couvrant. Cornière métalique Drain périphérique pente 2cm/m CAVE. Sens plancher couvrant. 1.238 BB' Trop plein Filtre Citerne 10000L Ajutage à 2/3 de la hauteur CV / Micro-station 4EH 1.310 475 279 145 50 171 80 50 79 80 50 Drain périphérique pente 2cm/m 35 413 20 347 20 373 30 35 490 20 30

Plus en détail

BANQUE D EPREUVES DUT-BTS -SESSION É P R E U V E DE G É N I E C I V I L E T P H Y S I Q U E D U B Â T I M E N T CODE ÉPREUVE : 971

BANQUE D EPREUVES DUT-BTS -SESSION É P R E U V E DE G É N I E C I V I L E T P H Y S I Q U E D U B Â T I M E N T CODE ÉPREUVE : 971 BANQUE D EPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E DE G É N I E C I V I L E T P H Y S I Q U E D U B Â T I M E N T CODE ÉPREUVE : 971 L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

dalles de plancher P3 Dalles de plancher

dalles de plancher P3 Dalles de plancher dalles de plancher 59 P3 Dalles de plancher Grâce à sa structure cellulaire spécifique, Hebel constitue un isolant thermique de premier ordre. La structure cellulaire typique des dalles de plancher Hebel

Plus en détail

Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments

Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments Performance énergétique et climat intérieur des bâtiments Données administratives du projet du Projet 201622 SAJA ue ue des Lilas Numéro 7 Localité éférence cadastrale Schaltin Division 7, section A n

Plus en détail

Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels

Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels CHEC Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels Michel Pré 2015-2016 CHEC Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels 1 e partie tunnels construits en méthode conventionnelle Michel

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE. Ce document est remis dans sa totalité en fin d épreuve.

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE. Ce document est remis dans sa totalité en fin d épreuve. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE DOSSIER TECHNIQUE Contenu du dossier Page de garde... DT 1 Façades et pignons Surfaces habitables... DT 2 Plan de masse - Descriptif...

Plus en détail

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU

Schöck Rutherma type K-HV, K-BH, K-WO, K-WU Schöck Rutherma type,,, Schöck Rutherma type Contenu Page Raccordement en cas de décalage vers le bas 74 Raccordement en cas de décalage vers le haut/informations de mise en œuvre 75 Raccordement à des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE 100 45 (DEMANDE D AVIS TECHNIQUE EN COURS) TRAVAUX PREPARATOIRES ET DISPOSITIONS GENERALES Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions dont l état

Plus en détail

Panneaux Isolants Bardage & Couverture. Fiche Technique KS1180 AB

Panneaux Isolants Bardage & Couverture. Fiche Technique KS1180 AB Panneaux Isolants Bardage & Couverture Fiche Technique KS1180 AB Description KS1180 AB est un panneau sandwich isolant en mousse polyisocyanurate (PIR) en largeur de 1180 mm à fixations apparentes. Profil

Plus en détail

LE CONTREPLAQUÉ DANS LA CONSTRUCTION NF EXTÉRIEUR CTB-X

LE CONTREPLAQUÉ DANS LA CONSTRUCTION NF EXTÉRIEUR CTB-X LECAHIER106 LE DANS LA CONSTRUCTION LESOMMAIRE 1 2 3 4 lecontreplaqué... p. 3 Définition Vocabulaire Terminologie Contexte normatif FAbRicAtion... p. 6 Procédé Exigences et contrôle contreplaqués À usage

Plus en détail

GALANTE HOUSE. Gardena House. Gardena House - Arch. Giuseppe Galante DEC 2009

GALANTE HOUSE. Gardena House. Gardena House - Arch. Giuseppe Galante DEC 2009 GALANTE HOUSE Gardena House - Arch. Giuseppe Galante DEC 2009 Gardena House SOMMAIRE 1. LA MAISON - LE CONCEPT - PLAN RDC pag 3 2. LA MAISON - PLAN ETAGE - SURFACES pag 4 3. LES FACADES pag 5 4. LES MURS

Plus en détail

Maisons & extensions à ossature bois

Maisons & extensions à ossature bois Maisons & extensions à ossature bois Professionnel du bois implanté dans le Nord la France puis plus 40 ans, et en tant que fabricant, nous maîtrisons les rnières techniques construction pour réaliser

Plus en détail

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton simplifiée Objectif de la méthode de calcul 2 3 Contenu de la présentation en situation d incendie dalles en béton armé à 20 C Modèle de dalle Modes de

Plus en détail

Pour être vendu en Europe tous les produits de construction doivent obligatoirement être munis du marquage CE. - possibilité de retrait des produits

Pour être vendu en Europe tous les produits de construction doivent obligatoirement être munis du marquage CE. - possibilité de retrait des produits Aborder l eurocode 5 1 1) Organisation des eurocodes Objectifs : Favoriser les échanges entre pays de l UE Harmoniser les méthodes de calculs des structures Pour être vendu en Europe tous les produits

Plus en détail

EDE ARC 2 D Annexe 2 Extrait du CCTP Isolation phonique et thermique I Locaux livrés finis Logements du 3 ème, 4 ème et 5 ème étage 1 CHAPES 1.01 Chape flottante désolidarisée sur isolant phonique et thermique

Plus en détail

Charges sur les Ponts routiers selon l'eurocode 1 Partie 3

Charges sur les Ponts routiers selon l'eurocode 1 Partie 3 Charges sur les Ponts routiers selon l'eurocode 1 Partie 3 Centre d'etudes techniques de l'equipement CETE de l'est DIVISIONOUVRAGESD'ART 1 Différentes parties de l'eurocode 1 Partie Actions Texte National

Plus en détail

Aménagement extérieur

Aménagement extérieur Valorisation des solutions bois pour la réhabilitation des bâtiments Aménagement extérieur 23/06/2017 SOMMAIRE A. DOCUMENTS DE REFERENCE ET CONTEXTE... 3 1. Documents de référence... 3 2. Contexte actuel...

Plus en détail

CHIMFORT GREEN - CREUX

CHIMFORT GREEN - CREUX CHIMFORT GREEN - CREUX SCELLEMENT CHIMIQUE ENVIRONNEMENTAL DE TIGE ET DE DOUILLE DANS LES MATÉRIAUX CREUX Tamis filetée Douille taraudée Canule Code : 344 803 Cartouche CHIMFORT 280 ml Code : 344 792 380

Plus en détail

MEMENTO FACADE VMZINC

MEMENTO FACADE VMZINC MEMENTO FACADE VMZINC + MEMENTO INNOVATION FAÇADE TECHNIQUE VMZINC 2015 SUR VOLIGES + MEMENTO FACADE VMZINC > A l origine, le contexte. Pas de document validant les pratiques traditionnelles en façade.

Plus en détail

S.I BERTHOUD IMMOB SA

S.I BERTHOUD IMMOB SA S.I BERTHOUD IMMOB SA En plein centre de Bassecourt nous rénovons un bâtiment de 4 appartements avec des matériaux entièrement naturel et écologique. La ligne Verte : promotion immobilière! Photo non contractuel

Plus en détail

A. DESCRIPTION 1. Généralités Classe du système

A. DESCRIPTION 1. Généralités Classe du système INTRODUCTION Les Hourdis CONCERTO METAL (CMH) en polystyrène expansé d une densité de 20 à 25 kg/m³, renforcé par des inserts en acier galvanisé de 1,25 mm offre les avantages suivants : Isolation thermique

Plus en détail

2.5 pièces. Delémont. Vendre. Situation. 2.5 pièces. appartement à

2.5 pièces. Delémont. Vendre. Situation. 2.5 pièces. appartement à Delémont Situation Bel appartement neuf très moderne, agencé et équipé avec goût. Balcon avec vue dégagée sur la ville et la vallée de Delémont. Construit en 2012 avec des matériaux d excellentes qualités.

Plus en détail

Les armatures de liaison de dalles en porte-à-faux ARBO se distinguent par leurs qualités thermoisolantes

Les armatures de liaison de dalles en porte-à-faux ARBO se distinguent par leurs qualités thermoisolantes ASCHwAnden-QuALiTy MArS 2015 L assortiment ARBO s agrandit: Éléments d armature thermoisolants pour la liaison d éléments structuraux en béton armé Les armatures de liaison de dalles en porte-à-faux ARBO

Plus en détail

METADECK Justification selon Eurocodes du profilé STANDARD

METADECK Justification selon Eurocodes du profilé STANDARD Membre du Comité de Coordination des Centres de Recherche en mécanique / Siret : 775 728 785 00046 Code Naf : 7219 Z Centre Technique Industriel de la Construction Métallique Espace technologique L orme

Plus en détail

SWISS KRONO BOARD - UN LARGE CHOIX D OSB

SWISS KRONO BOARD - UN LARGE CHOIX D OSB - UN LARGE CHOIX D OSB Les OSB sont des panneaux ou dalles constitués de lamelles de bois orientées, utilisés majoritairement dans la construction de maisons individuelles, immeubles à ossature bois ou

Plus en détail

CONSTRUCTIONS ETANCHES EN BÉTON

CONSTRUCTIONS ETANCHES EN BÉTON CONSTRUCTIONS ETANCHES EN BÉTON POINT DE VUE DU BUREAU D'ETUDE 21 janvier 2016 Hervé WATHELET Introduction Cas 1 Voiles type station d épuration Cas 2 Mur épais Cas 3 Paroi de pieux sécants Introduction

Plus en détail

Pratique du BAEL 91. Cours avec exercices corrigés. Groupe Eyrolles, 2002 ISBN : QUATRIÈME ÉDITION 2002

Pratique du BAEL 91. Cours avec exercices corrigés. Groupe Eyrolles, 2002 ISBN : QUATRIÈME ÉDITION 2002 Pratique du BAEL 91 Cours avec exercices corrigés Jean Perchat Jean Roux QUATRIÈME ÉDITION 2002 ISBN : 2-212-11049-9 SOMMAIRE CHAPITRE 1 : RAPPELS DE RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX... 1 I. RAPPELS DE COURS...

Plus en détail

1 rue Jouhaux 33140 VILLENAVE d ORNON

1 rue Jouhaux 33140 VILLENAVE d ORNON NOTICE DESCRIPTIVE DES PRESTATIONS 1 rue Jouhaux 33140 VILLENAVE d ORNON 1. GENERALITES Gros œuvre structure Décapage du terrain. Fouilles en pleine masse. Traitement préventif antiparasitaire du sol.

Plus en détail

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé

Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Qualité architecturale et solutions constructives Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais ANNEXES Troisième session 1 2 octobre 2009 Sommaire Annexes Annexe 1 : Benne de bétonnage

Plus en détail

Schöck Rutherma type Ki

Schöck Rutherma type Ki Schöck Rutherma type Schöck Rutherma type Contenu Page Description et exemples de disposition des éléments/coupe 188 Figures/Dimensions 189 Vues en plan 190 Tableaux de dimensionnement 191 Exemple de dimensionnement

Plus en détail

Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12

Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12 Code du bâtiment de l'ontario 2012 Division B, partie 4 Règlement de l'ontario 332/12 Avis Ce module d'apprentissage en ligne donne des renseignements généraux seulement. Nous conseillons aux utilisateurs

Plus en détail

INTERMETAL ETUDE COMPARATIVE. En vue d évaluer l économie réalisée En utilisant l acier RB400 d une part et l acier RB 500 d autre part

INTERMETAL ETUDE COMPARATIVE. En vue d évaluer l économie réalisée En utilisant l acier RB400 d une part et l acier RB 500 d autre part 1 INTERMETAL ETUDE COMPARATIVE En vue d évaluer l économie réalisée En utilisant l acier RB400 d une part et l acier RB 500 d autre part Réalisée par : Mohamed Badreddine DAMAK Ingénieur Conseil Mai 2007

Plus en détail

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES SPÉCIALITÉ : GÉNIE CIVIL SESSION 2012 ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS DURÉE : 6 HEURES COEFFICIENT : 8 Ce sujet comprend : - Un Dossier

Plus en détail

CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS

CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS VENTE ET LOCATION DE LOCAUX ARTISANAUX, INDUSRTIELS ET COMMERCIAUX CENTRE ÉNERGÉTIQUE DU CHABLAIS Commune de Monthey / lieu- dit en Boeuferrant Une entreprise du groupe SMART BUILDING SA CP 330 1870 MONTHEY

Plus en détail

Cours de Projet de Pont Actions thermiques. cours de projet de pont - actions 1

Cours de Projet de Pont Actions thermiques. cours de projet de pont - actions 1 Cours de Projet de Pont Actions thermiques cours de projet de pont - actions 1 NF EN 1991 - Eurocode 1 Actions sur les structures Partie 1-5 : Actions thermiques cours de projet de pont - actions 2 Section

Plus en détail

Comprendre les nouvelles règles de dimensionnement. Olivier Chèze, CTMNC

Comprendre les nouvelles règles de dimensionnement. Olivier Chèze, CTMNC Comprendre les nouvelles règles de dimensionnement Olivier Chèze, CTMNC La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013 Plan de la présentation I. Le contexte normatif Pourquoi

Plus en détail