L ACTION DE L ARACT EN ENTREPRISE : EXEMPLES D INTERVENTIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACTION DE L ARACT EN ENTREPRISE : EXEMPLES D INTERVENTIONS"

Transcription

1 L ACTION DE L ARACT EN ENTREPRISE : EXEMPLES D INTERVENTIONS

2 2

3 Sommaire > S engager dans une formation-action pour améliorer les conditions de travail et la performance... p 3 > Prévention des risques psychosociaux : quand les salariés remontent aux sources du mal... p 5 > S approprier une démarche de prévention des risques psychosociaux... p 7 > Se réapproprier le sens du travail pour agir sur la reconnaissance... p 9 > Parcours professionnels : des perspectives à construire ensemble... p 11 > Réfléchir sur les métiers et fonctions dans l entreprise : les atouts d une démarche participative... p 13 3 > Plan de prévention des risques professionnels : de la nécessité de former les salariés... p 15 > La participation des salariés au projet d entreprise, un investissement qui paye... p 17 > La prévention des risques, une démarche au coeur de la stratégie de l entreprise. p 19 > Desserer les contraintes pour prévenir les TMS... p 21 > De nouveauc locaux, une nouvelle organisation...une nouvelle usine à bâtir ensemble... p 23

4 4

5 S engager dans une formation-action pour améliorer les conditions de travail et la performance Effectif : 280 Activité : Transformation des produits de la mer Région : 62 Le manque d attention aux ressources humaines peut conduire à une sorte de «déqualification générale» avec des effets négatifs sur la performance de l entreprise et les conditions de travail. Il est possible d y remédier en mettant en œuvre un certain type de formation-action. Présentation Cet établissement conditionne du poisson surgelé. Au cours des dernières années, il a vécu des changements d actionnaires successifs, avec une série de conséquences négatives sur la productivité, la qualité voire l entretien des locaux. Le groupe, auquel il appartient aujourd hui, a nommé de jeunes managers dont la mission première était de gagner en productivité et de mettre sous contrôle l exploitation et la gestion. Ce qu ils ont fait. Demande de l entreprise Du fait d un important turn-over des titulaires du poste, la Gestion des Ressources Humaines n a pas bénéficié d une telle attention de la part des nouveaux actionnaires. D où de sérieux problèmes de santé, de relations dans le travail, d absentéisme et de compétences. Le nouveau DRH souhaite engager rapidement une opération sur ce dernier point tout en reconnaissant les difficultés: les salariés visés sont peu sensibilisés à la formation, 4 et l entreprise souhaite s appuyer sur une ligne managériale elle-même peu sensible à cette question. Il demande donc à l ARACT, sur la suggestion de son OPCA, de conduire l étude de faisabilité d une telle opération. Démarche Compte tenu de délais très courts, l intervenant de l ARACT propose à l entreprise de procéder à une série d entretiens semi-directifs pour : identifier les enjeux que cette question représente pour l entreprise et pour les personnes interrogées; procéder à l élaboration du plan d action (identification des postes clés, organisation du recrutement, scénario de transfert de compétences, règles de tenue du poste entre les différents «titulaires», calendrier ); définir les différents rôles à tenir dans cette opération. L investigation met en lumière les éléments suivants: Le travail de la nouvelle direction a porté sur la possibilité de retrouver un niveau de productivité acceptable et non sur un investissement de fond. On pourrait dire qu il s est focalisé sur la performance d aujourd hui, il n a pas porté sur la performance de demain. Ce retour à une productivité acceptable a été possible grâce, entre autres, à la suppléance apportée par l échelon supérieur pour pallier les défaillances de compétences de l échelon inférieur. Bref, le chef d atelier fait le travail du chef de ligne lequel fait le travail de l opérateur. «Ça tire vers le bas.» Il faut sortir de ce cercle vicieux. Dans tous les cas, cette absence de compétence a des effets désastreux sur les conditions de travail aux différents niveaux de l entreprise et sur les relations qu ils entretiennent entre eux. Sur certains postes-clés, le nombre de salariés qualifiés est si restreint qu une absence peut entraîner l arrêt de la ligne de production. Il n existe pas de description d un métier-cible qui permette de prévoir des formations et de proposer un positionnement des personnes. Des éléments de documentation (livrets machines, procédures ) sont en cours de reconstruction. Quelques procédures sont affichées mais on reste majoritairement dans une transmission orale. L absence de technicité d un certain nombre de chefs d équipe contribue à leurs difficultés managériales en leur enlevant une source de légitimité. 5

6 Pistes de travail et premiers résultats La restitution à la direction et aux instances représentatives du personnel permet de se mettre d accord sur le point de vue suivant : sortir du cercle vicieux d une sorte de déqualification générale, reconstruire une documentation digne de ce nom, redonner une légitimité à la ligne managériale, cela ne peut se faire sans un investissement important, non dans une formation de type stage, mais dans une formation-action agissant sur ces différents points : développement des compétences, mise en place d une documentation, nouvelle légitimité de la ligne managériale. La recommandation de l ARACT est de conduire une opération d envergure qui permette d outiller un groupe de formateurs internes en contenus et en méthodes de formation. les contenus de formation seront délivrés sous forme de supports élaborés de manière participative et concernant aussi bien le fonctionnement des machines que les modes opératoires; l acquisition de méthodes de formation se fera dans des formations d apprentissage au transfert de compétences. Bilan Une telle opération ne pourra se faire que dans une certaine durée : une des difficultés importantes consiste à calibrer l action et à lui affecter suffisamment de moyens pour qu elle ne soit pas la victime des aléas et des urgences de production. Un tel échec serait extrêmement dommageable pour toute nouvelle tentative de construction des compétences. L entreprise fait appel à un organisme de formation-conseil capable de conduire une telle opération. La volumétrie de celle-ci est estimée à 100 jours d intervention. Le financement est assuré par le plan de formation, l OPCA et une aide du FNE-Formation. 6

7 Prévention des risques psychosociaux : quand les salariés remontent aux sources du mal Présentation Effectif : 700 Activité : Bailleur social Région : 59 Ce bailleur social développe, gère et entretient un parc immobilier destiné à l habitat social. L entreprise compte 700 salariés, elle comporte un siège social (200 salariés environ) et 11 antennes réparties sur l ensemble du département. Une équipe de secteur est une organisation fortement décentralisée et installée sur un patrimoine locatif de 800 logements en moyenne. Cette équipe travaille dans un point service implanté le plus souvent sur un ensemble de logements collectifs. Elle est composée d un responsable de secteur qui est le manager de l équipe, d un commercial de secteur, d un technicien de secteur et (ou) d un ou plusieurs chargé d entretien et de maintenance (les gardiens d immeuble). Demande de l entreprise Partenord Habitat s est engagée dans une démarche de prévention des risques psychosociaux. Alertée par le médecin du travail et les représentants au CHSCT, la direction souhaite éclairer concrètement cette problématique à partir d une analyse des situations de travail et des facteurs de risques dans l entreprise. Une commission composée de la direction, de représentants du personnel, de membres de la DRH et du médecin du travail a été mise en place à cet effet mi Afin d orienter la démarche d un point de vue méthodologique, la commission fait appel à l ARACT. L analyse de la demande et des enjeux pour les L analyse du travail et son organisation, les compétences et la reconnaissance sont au cœur de toute démarche de prévention des risques professionnels. Pour saisir la nature et l acuité des tensions au niveau des individus ou des collectifs de travail, seuls les salariés, opérateurs et encadrants, sont à même de donner un visage à des facteurs de risques objectifs et subjectifs. L intervention d un tiers peut aider les acteurs de l entreprise à démêler les nœuds, révéler les enjeux et aider à construire un plan de prévention efficace. différents acteurs montre une volonté partagée de travailler sur les RPS, mais aussi des divergences de vue sur le diagnostic et les facteurs de risque. Démarche Compte tenu du travail déjà réalisé, le choix fait par l ARACT, validé par le CHSCT, est de partir de la structure existante et de mobiliser le groupe de travail. Les objectifs étaient les suivants: - s appuyer sur le travail en cours, - enrichir le dialogue social sur les liens entre le travail et la santé, - outiller les partenaires sociaux sur «l objectivation» des situations de travail. Pour ce faire deux axes sont retenus : 1. une pré-enquête qualitative est réalisée (une cinquantaine de réponses), 2. un groupe de travail avec les chargés d entretien et de maintenance (CEM), métier pointé par l ensemble des acteurs comme particulièrement exposé aux risques, en particulier en raison de l exposition à des agressions multiples de la part de la population accueillie. Au-delà de la question des «incivilités» largement pointées par le groupe, ce travail visait à caractériser et à comprendre les principaux facteurs de risque et de protection pour la santé. L analyse de la situation du CEM a permis de mettre en évidence: - la pénibilité physique comme principal facteur de 7

8 risque (activité de ménage à 75 %) et une charge de travail qui peut être augmentée par de nombreux facteurs de variabilité (secteur, nombre de logements et d entrées, obligation de résider sur le lieu de travail, relations avec les locataires ); - des facteurs organisationnels qui viennent accentuer le nombre des agressions (ne pas intervenir dans les délais annoncés pour une intervention de maintenance, par exemple). A contrario, des savoir-faire de prudence viennent limiter les risques pour les salariés; - l existence de marges de manœuvre pour les CEM à la fois dans la réalisation et la hiérarchisation des tâches, leur report, la réinterprétation des consignes ; - les possibilités d entraide lorsque des immeubles se trouvent à proximité les uns des autres; elles visent l allégement de la charge, la limitation des risques d agression et d autres de toute nature (électriques, par exemple); - un «mélange» de tâches pas toujours compatibles comme «maintenir la «paix sociale» et être sollicité dans le cadre d investigations policières», par exemple; - l association des CEM au choix et à l intégration des locataires, à l explication des règles, l information donnée aux CEM sur les locataires tout cela participe à la prévention des risques et permet de mieux gérer la relation de service; - l habitation sur le lieu de travail est une caractéristique du travail essentielle à prendre en compte dans l organisation du travail et la définition des tâches. Le soutien social de la hiérarchie en cas de difficulté est donc essentiel. L enquête et le travail du groupe projet ont permis de travailler sur des problèmes plus transversaux, ceux qui concernent le fonctionnement et l organisation du travail. Les dysfonctionnements dans la conduite de projet (structuration, transversalité et suivi) reviennent de façon récurrente (au niveau de l encadrement et des salariés concernés par le besoin de coordination avec d autres). 8 Bilan Les pistes d action qui en découlent portent sur deux axes: Des améliorations du fonctionnement transversal : la conduite de projet et le fonctionnement des instances de régulation dans l entreprise (club compétences pour l échange de pratique dans un métier, commission «outils et moyens», comité de direction, CHSCT ), la formation du management (en charge d organiser les moyens de travail pour les salariés). Des pistes d amélioration pour le travail du CEM (analyse des tâches et de la charge), renforcement du management dans son rôle de soutien social, intégration des nouveaux (en particulier pour le transfert des astuces et des savoir-faire de prudence). Une analyse approfondie de quatre métiers qui travaillent en complémentarité («équipe secteur») est planifiée (intervention d un ergonome). Elle viendra enrichir l évaluation des risques et la démarche de prévention.

9 S approprier une démarche de prévention des risques psychosociaux Présentation L association accompagne des enfants ou jeunes adultes confrontés à d importantes difficultés familiales et sociales. Elle dispose de 4 services : un internat, un Accueil Familial Spécialisé, un Service d Évaluation et d Accueil de Jour et un service D.E.F.I (Définir Ensemble les Formes d Intervention). Les 120 salariés exercent des métiers différents : professionnels de l éducation (éducateurs, assistants familiaux, etc.), professionnels de santé (infirmière, psychologues, etc.), professionnels de maintenance et convoyeur, fonctions administratives et financières. Demande de l entreprise Depuis 2007, et sous l impulsion d une nouvelle direction, l association connaît des changements organisationnels importants: dimension économique plus présente, intégration d un nouveau service, élargissement des plages horaires, installation de binômes à la tête des services, etc. Dans ce contexte, direction et CHSCT demandent à l ARACT un appui méthodologique afin de réaliser un diagnostic et développer une démarche d évaluation et de prévention des risques psychosociaux transférable à l association. Démarche Effectif : Activité : Accueil et accompagnement d enfants et de jeunes adultes en difficulté- Région : 59 Les métiers d accueil et d accompagnement des enfants et jeunes adultes en difficultés sont fortement impactés par les nouvelles pathologies pour lesquelles le personnel n est pas souvent formé. Lévolution des lois et textes réglementaires ne facilite pas la totale maîtrise de la prise en charge de ces jeunes, encore moins celle des relations avec les familles. Ce contexte, mis en tension par le croisement de métiers différents, est générateur de stress. Il importe donc d agir en impliquant les salariés dans la recherche de solutions efficaces. À la suite de la rencontre de la direction et du CHSCT, l ARACT propose une démarche qui se donne pour objectifs d installer une veille des situations à risque pour le bien-être au travail et d élaborer collectivement des propositions d amélioration. Un comité de pilotage a été mis en place pour orienter la démarche, veiller à la cohérence globale et organiser la communication; il regroupe le directeur, un membre du CHSCT, des représentants de la DUP, les responsables qualité et le responsable sécurité en charge de la mise en place du DU. Cette démarche repose sur trois temps : 1. Repérer ce qui fait tension et ce qui fait ressources pour la réalisation du travail au sein de groupes de travail (avec un groupe encadrement) dont les membres volontaires représentent les différents métiers. Ce repérage s appuie sur une grille qui balaye 6 items : organisation et contenu du travail, autonomie/responsabilités/contrôles, contraintes temporelles, relations au travail, rapport à l emploi. Quatre séances de travail ont été réalisées dans chacun des groupes, dont une consacrée à une sensibilisation aux risques psychosociaux et à leur prévention. 2. Analyser plus finement certaines de ces tensions et ressources pour proposer collectivement des améliorations possibles. Ce travail est réalisé par les groupes de travail via des observations, des analyses de documents, un travail en groupe avec possibilité d inviter d autres salariés détenant des informations sur les situations traitées. La sélection des tensions et ressources à analyser est faite par le comité de pilotage, en fonction de leur importance, leur fréquence et la capacité à agir. Trois séances de travail ont été nécessaires dans chacun des groupes, la dernière permettant de se mettre d accord sur la formulation des propositions à faire remonter au comité de pilotage. 9

10 3. Valider et hiérarchiser les propositions : comité de pilotage et direction. La démarche est en cours de transfert auprès de 4 salariés. Ce transfert suppose un outillage en matière d animation et une formation sur la prévention des risques psychosociaux. Un nouveau groupe de travail se constitue qui sera animé par les «préventeurs internes», avec l appui de l ARACT. Bilan A la suite de la première phase, six champs d investigation ont été relevés par le comité de pilotage : la gestion des situations de crise avec l enfant, le statut de l erreur et la possibilité de dire ses difficultés, le ratio enfants/salariés, la répartition des rôles entre les différents niveaux hiérarchiques, la multiplication des réunions et l éloignement du terrain pour les responsables, les délégations et responsabilités réelles des responsables. Des propositions ont été faites relevant de registres différents : de la mise en place d un droit d alerte lorsque l accompagnement de l enfant ne convient pas, à la création de dispositif de retour des salariés absents, en passant par une nouvelle organisation des fonctions administratives et financières. Ces propositions doivent aujourd hui faire l objet d une étude approfondie de la part de la direction, afin de les transformer en plan d action. 10

11 Se réapproprier le sens du travail pour agir sur la reconnaissance Présentation Effectif : 300 Activité : Accueil de personnes handicapées Région : 59 Cette association du secteur sanitaire et social gère 7 établissements d accueil de personnes handicapées et emploie plus de 300 salariés sur trois sites. Du service d accueil de jour au foyer médicalisé en passant par le centre de rééducation, l association propose une filière complète pour satisfaire les besoins des usagers. Cette stratégie est complétée par deux évolutions importantes du travail : l approche plus individualisée des usagers renforçant les activités d animation et la traçabilité qui augmente sensiblement. De tous les services de l association, le foyer médicalisé accueille les cas les plus lourds en matière de dépendance. L attractivité y est moindre et le foyer est confronté à des difficultés de recrutement et d intégration, mais aussi à un vieillissement important générant des départs à venir notamment chez les aides-soignantes. Les plus anciennes ont développé une véritable capacité à anticiper et gérer les situations avec les usagers les plus dépendants. Demande de l entreprise Dans le cadre de l accord pour le maintien en emploi des seniors lié au décret du 20 mai 2009, les partenaires sociaux de l association ont souhaité mettre en place un dispositif de tutorat visant à faciliter la transmission de l expérience acquise Non seulement l «histoire du centre» mais aussi une certaine vision du métier que les salariées les plus récentes ne partagent pas toujours, de l avis de la direction. L ARACT est sollicitée pour accompagner l association dans l élaboration d un dispositif de transmission. Le choix se porte sur le foyer médicalisé pour la réalisation d un diagnostic. Il existe des structures dans lesquelles la pyramide des âges, liée aux spécificités des métiers, oblige à élaborer des politiques de transmission des savoir-faire afin de garantir la qualité du service rendu au client ou à l usager. C est dire combien les compétences rares sont une réelle valeur ajoutée. Mais la sagesse commande de concevoir et mettre en place des dispositifs qui prennent racine dans la culture de l entreprise dont il s agit de perpétuer, en les améliorant, les savoir-faire nés de l expérience Démarche La démarche de diagnostic fait apparaître plusieurs enjeux qui vont réinterroger la demande de l association. L enquête sur le climat social laisse apparaître une dégradation de l état de santé d une partie de l effectif. Ainsi, 21 % des salariés déclarent des problèmes de santé liés au travail et 22% éprouvent un mal-être au travail qui s exprime de la façon suivante : «fatigue, problèmes éthiques, manque de reconnaissance, contraintes de temps, anxiété». Le manque ou la perte de sens du travail sont aussi cités par 28% des salariés. La question de la santé psychique se pose donc en plus de l usure physique communément reconnue pour ces métiers où les contraintes physiques et temporelles se conjuguent. Les données démographiques confirment le vieillissement de l effectif soignant du foyer médicalisé et le faible turn over de l effectif. Ainsi, on rentre jeune dans ce service et on y fait carrière. D ailleurs, les mobilités avec les autres services sont rares car l activité au foyer médicalisé est réputée plus pénible. Ainsi, les équipes de travail du foyer médicalisé sont composées de jeunes salariés peu expérimentés et de salariés à l âge et à l ancienneté élevés. L analyse de l activité montre que la charge de travail et le manque de temps renforcent les difficultés de gestion des contraintes physiques et psychiques (charge émotionnelle) ; «il faut jongler avec pleins de choses, les toilettes, les sorties, l écoute». L entraide et la qualité des coopérations sont des atouts essentiels pour la gestion de l activité qui est aussi facilitée par une connaissance fine des usagers. 11

12 L expérience individuelle et collective se construit aussi à partir d un partage nécessaire sur la qualité du travail, le sens du travail car les compromis à réaliser pendant l activité sont nombreux au regard des contraintes de temps et de charge : faut-il privilégier les actes d hygiène ou des actions d animation? Entre les plus jeunes et les plus anciennes se confrontent des visions différentes du métier, liées à leur formation et à leurs parcours professionnels respectifs. L examen des pratiques de transmission de savoirs laisse entrevoir peu de pratiques stabilisées. Les écrits portent plus sur les procédures et le prescrit que sur une analyse de l activité réelle. Les pratiques d intégration sont laissées à l appréciation du collectif dans un contexte de temps contraint. Les objectifs pédagogiques ne sont pas clairement définis ainsi que les moyens nécessaires d ailleurs. On constate donc que dans l activité, le collectif de travail est au cœur de la question de la transmission de savoirs professionnels, qu il est aussi le pivot de la préservation de la santé physique (avec l entraide), de la santé psychique (par la construction de repères communs sur la qualité et le sens du travail). De plus, la reconnaissance, dont une partie des salariés estime qu elle est insuffisante, peut trouver aussi ses ressources dans le bon fonctionnement du collectif. Bilan Pour répondre aux trois enjeux (usure physique, santé psychique et intégration), l association fait le choix de renforcer le collectif de travail en mettant en place une méthodologie en clinique de l activité. Concrètement, il s agit de proposer aux salariés des temps de partages réguliers autour du travail animé par un psychologue (ce qui est fait, les compromis réalisés, le sens lié à ces choix). Cette matière est partagée, discutée et expérimentée dans l activité. Le collectif fera sa sélection et ne seront retenues que les pratiques acceptées par le groupe; il fera ainsi évoluer le travail, mais aussi sans doute les pratiques d intégration et de construction des compétences. Les tuteurs seront plus tolérants. Les gestes de métier et les variantes possibles seront clarifiés au sein du collectif dont la coopération sera renforcée. 12 Parallèlement à cette démarche, il est convenu que l association structure le dispositif d intégration en identifiant les objectifs pédagogiques, les moyens nécessaires en temps et compétences pour l animation des séances d apprentissage et en formant les tuteurs sur l organisation du séquence d apprentissage. Des outils d évaluation et de suivi compléteront le dispositif.

13 Parcours professionnels : des perspectives à construire ensemble Effectif : 40 Activité :Transformation des produits de la mer Région : 62 Cette entreprise a participé à une action expérimentale qui repose sur une hypothèse : les pratiques de reconnaissance et la construction de parcours professionnels destinées aux salariés sont bénéfiques à la performance de l entreprise. Avec cette entreprise, l amélioration des conditions de travail est au centre du cercle vertueux. Présentation Cette PME familiale créée en 1935 est actuellement dirigée par le petit-fils du fondateur. Les fonctionsclés sont détenues par les membres de la famille. La transmission de l entreprise est propice à la construction de plusieurs projets d amélioration et de développement. Comme dans toutes les entreprises de transformation des produits de la mer, les conditions de travail sont difficiles et, comme dans toutes les PME, les perspectives d évolution sont assez limitées. L entreprise a réalisé depuis 4 ans de nombreux investissements : - la maîtrise de la qualité et de l hygiène tout au long du processus a été optimisée (avec notamment, l installation d une climatisation); - les conditions de travail ont pour partie été améliorées, notamment avec l aide à la manutention et des machines nouvelles; - des outils de gestion ont également été mis en place qui permettent une meilleure visibilité. Demande de l entreprise L année 2009/2010 était une année charnière pour consolider la performance de l entreprise mais la question du recrutement était devenue un véritable obstacle. Pourtant, l entreprise rencontre des difficultés en matière de «ressources humaines»: - des difficultés de recrutement: les 3 derniers apprentis formés pour anticiper le départ des seniors, n étaient pas restés; - une augmentation des maladies professionnelles: notamment des troubles musculosquelettiques, avec 4 cas reconnus en 3 ans. L AGEFOS PME propose alors à la direction de l entreprise d intégrer un programme d aide de bénéficier d un accompagnement, prévu en collaboration avec l ARACT, qui s efforce de lier la performance de l entreprise, le parcours professionnels des salariés et les pratiques de reconnaissance, le dispositif expérimental 3PR. Démarche L entreprise est composée de deux ateliers principaux : «le blanc» (filetage, salage, fumage) et le conditionnement/expédition (emballage sous vide, mise en barquette ou en caisse). L analyse de l organisation du travail fait apparaître une très forte spécialisation des salariés, principalement dans l activité de conditionnement. En contradiction avec la performance et «l évolution professionnelle», cette spécialisation au poste aggrave la pénibilité. L activité du mareyage se caractérise par une forte réactivité : les commandes des clients, grande distribution, poissonniers et restaurateurs, sont à livrer dans les 48 heures. En 2009, l organisation était marquée par un fonctionnement «historique» : les hommes travaillaient en équipe au «Blanc», et les femmes au «Conditionnement», avec une forte spécialisation. L organisation de la production et le management étaient surtout informels; tous, du dirigeant ou chef d équipe, étaient dans l atelier. Un diagnostic a été réalisé : des entretiens individuels avec les salariés et l encadrement et des observations en ateliers ont mis en évidence des problèmes et les enjeux au niveau de l organisation du 13

14 travail, des parcours professionnels et des conditions de travail. Première étape À l issue du diagnostic, des propositions sont débattues qui visent à permettre à l encadrement de proximité de réguler, améliorer les conditions de travail et organiser la polyvalence et la polycompétence. Une petite année est nécessaire à leur mise en œuvre : formations, réunions de travail, intégration de nouveaux salariés en apprentissage, investissements : tout est mené de front. Parallèlement à cette action, d importants investissements ont été réalisés pour l aide à la manutention, une rotation sur les postes au conditionnement et en production a été mise en place. L hyperspécialisation des salariés à leur poste de travail (avec des gestes répétitifs) représentait un frein aux perspectives d évolution. Le développement de la polyvalence permet d aboutir à un «métier complet» qui permet aux salariés d apprendre dans leur travail et de diminuer les risques sur la santé et notamment des TMS. Pour l entreprise, elle est le gage d une meilleure organisation du travail, mieux adaptée aux variations de l activité. Enfin, les missions de l encadrement ont été réfléchies et retravaillées afin qu ils se tournent davantage vers le pilotage des ressources humaines, et notamment l évolution des compétences des salariés et un peu moins vers l organisation de la production. Deuxième étape Les salariés, opérateurs et opératrices des 2 ateliers et de l expédition sont sollicités. Ils soulignent que le développement de la polyvalence est positif. Ils considèrent les investissements d aide à la manutention comme essentiels mais aussi comme une marque de reconnaissance de la réalité du travail. S ouvrent à eux des perspectives d évolution (surtout pour les plus jeunes), en plus d une reconnaissance et d une motivation traduites par la mise en place d une prime d intéressement et des tickets restaurants. Ainsi, les salariés se sentent reconnus et, à leur tour, ils reconnaissent le dirigeant pour son management. 14 Bilan La création du référentiel métier a permis de détecter les métiers d expertise «compétences d expertise» à développer, et de proposer des formations adaptées. Par ailleurs, certains salariés plus jeunes auront désormais la possibilité de se former afin de pouvoir passer, éventuellement, devenir remplaçant du chef d équipe. Cette possibilité d évolution permet de rendre le métier plus attractif. D autres pistes d amélioration sont actuellement en cours de finalisation. Enfin, pour permettre à chaque salarié de réfléchir à son avenir professionnel, un bilan de compétences a été proposé à tous. Une première réunion de sensibilisation en collectif a été proposée suivie d un accompagnement à la démarche individuelle pour engager un bilan de compétence et, ou une VAE.

15 Réfléchir sur les métiers et fonctions dans l entreprise : les atouts d une démarche participative Présentation Cette association vise à développer l épargne solidaire pour contribuer au développement économique et social sur les territoires. Elle compte 6 salariés permanents dont les principales missions consistent à créer des clubs d épargnants qui investissent dans la création de petites entreprises et être en appui à ces clubs dans l accompagnement des entreprises naissantes (suivi dans les étapes de la création, étude de faisabilité, aide au montage de dossiers financiers, etc). Demande de l entreprise Avec la mise en œuvre d un plan de développement comportant des objectifs de créations de clubs et d investissements dans des projets d entreprises, l association a connu une forte croissance du volume de ses activités qui se sont élargies à l accompagnement des entreprises et la conduite de projets innovants sur des territoires. Pour faire face à l augmentation de la charge de travail pour les salariés, deux embauches sont prévues. Dans ce contexte d évolution, la directrice de l association se questionne sur la pertinence de maintenir une organisation du travail basée sur une équipe de salariés généralistes. Les salariés ont été sollicités individuellement pour donner leur avis de façon à dresser un bilan de perception des évolutions de l association pour en comprendre les effets sur le contenu du travail, ses conditions d exercice et sur les métiers. Démarche Effectif : 6 Activité :Economie Solidaire Région : 59 Le bilan de perception montre que les évolutions qu a connues l association ont un impact à trois niveaux: Réfléchir sur les métiers et les fonctions dans une entreprise, cela ne relève pas toujours des seuls «organisateurs» ou des seuls services RH, dans une logique souvent descendante. L implication des salariés dans la description détaillée de leurs métiers permet de lever bien des zones d ombre, de faire l économie de certains flottements, et surtout de construire des espaces de coopération. La charge de travail. Elle est perçue comme très élevée voire comme une surcharge à tous les postes. Les salariés ont le sentiment de ne travailler que dans l urgence, d être saturé, et de ne pas réussir à faire correctement certaines activités de base. De nombreux facteurs d amplification sont mis en exergue: augmentation du nombre de bénévoles, des exigences des «financeurs» dans le reporting et les indicateurs à fournir, diversification des sources de financement, développement sur de nouvelles zones géographiques, etc. Le métier. Certes, le côté «généraliste» du poste de chargé de développement est vécu comme enrichissant, mais il constitue aussi la principale difficulté du métier. Il nécessite, en effet, de jongler entre une variété importante d activités et d interlocuteurs. Sur cette question du métier, les entretiens avec les salariés font apparaître le fait que des aménagements à la marge de la répartition des activités de travail sont possibles, mais qu il n y a pas, de la part des salariés, la volonté d une remise en cause de la division du travail vers une spécialisation, surtout avec l éloignement du terrain au profit d activités plus gestionnaires qui crée du stress et bouleverse certains équilibres. Les relations dans le collectif de travail. Elles sont tendues et sont sources d un malaise au sein de l équipe. On ne note pas de divergence sur le fond ou de manque de clarté du projet de l association. Ces tensions s expliquent par un conflit de logique lié : aux divers profils de compétences dans l équipe, 15

16 aux différences de parcours et d engagement dans le travail et dans l économie solidaire, au manque de reconnaissance mutuelle des activités, des modes opératoires et des contraintes de chacun. Ces conflits sont également le produit d éléments organisationnels : fond et forme des réunions source d une forme de «violence», manque de temps d échange de pratiques, faibles coopérations et collaborations formelles et informelles. Le positionnement collectif sur une cible qui pointe l ensemble des questions de reconnaissance a permis d animer un dialogue autour de cette notion et de valider et compléter les éléments de diagnostic issus des entretiens. C est ainsi que sur la notion de perspectives professionnelles, le débat a mis en évidence le sentiment de certains salariés d un manque de reconnaissance de leurs compétences à l externe, et des divergences de points de vue existant au sein du collectif sur cette question. La mise en place d un groupe de travail composé de salariés, de la direction et de membres du CA ont permis l élaboration et la mise en œuvre d un plan d actions organisé autour de deux objectifs : Agir sur la charge de travail à partir d une réflexion collective sur la répartition des activités et des rôles en tenant compte des deux embauches à venir, en réinterrogeant les «règles du jeu» des relations avec les bénévoles et avec un travail sur les outils, sur les automatisations et les règles de traitement des dossiers de financement permettant de gagner en efficacité. Agir sur les conflits de logique en revisitant l objet et les modalités des réunions, en favorisant les temps d échanges de pratiques et en formalisant le projet associatif (cibles, objectifs, métiers, missions). Bilan Six mois après le début de l action, les premières actions d améliorations ont eu lieu, les profils de postes et fiches de missions ont été rédigés et les recrutements sont en cours, l ambiance s est améliorée. Trois mois plus tard, un poste supplémentaire d assistante a été créé. La répartition du travail entre les deux assistantes s est opérée très facilement et est bien vécue par les intéressées et par l équipe de chargés de développement soulagés dans leur activité au quotidien. L intégration des nouveaux embauchés s est améliorée et les nouvelles modalités des entretiens professionnels sont satisfaisantes. Enfin, le nouveau système de réunion mis en place produit davantage d espace pour la collaboration. 16 La démarche conduite dans cet établissement a permis de faire s exprimer les divergences de points de vue des acteurs et de trouver des solutions communes pour améliorer la situation de travail de tous. Elle a aussi permis de réduire l écart entre les perceptions des administrateurs et la réalité des conditions de réalisation du travail des salariés.

17 Plan de prévention des risques professionnels : de la nécessité de former les salariés Présentation Effectif : 162 Activité : Aide à domicile Région : 59 L association d aide à domicile est localisée dans le Pas de Calais. Elle a démarré son activité en Elle a connu une montée en charge importante avec, en 1997, les prestations spécifiques dépendance puis, en 2002, avec la création du plan APA (Allocation Personnalisée d Autonomie) destiné aux personnes fragilisées par l âge. L effectif de l association a augmenté rapidement en nombre pour répondre à cette progression de la demande et atteint aujourd hui 162 intervenantes pour environ bénéficiaires par an (en 2006 rattachement d une entité de 50 salariées située sur une zone géographique voisine). Le CE a été récemment mis en place ainsi que le CHSCT. Demande de l entreprise Le responsable de la structure cherche à mettre en adéquation l organisation avec cette montée en puissance. Une démarche qualité a été mise en place (1er structure d aide à domicile en France à avoir été certifiée). De nombreux documents ont déjà été réalisés pour aider à formaliser les choses : projet de service, livrets d accueil bénéficiaire et salarié, règlement de fonctionnement et règlement intérieur, fiches de fonction, cahiers de liaison Dans le prolongement des actions mises en œuvre, la direction souhaite initier une démarche sur la prévention des risques professionnels. Elle sollicite l ARACT pour l accompagner dans ce projet. Démarche L accompagnement proposé par l ARACT s apparente à une formation-action à destination des membres du CHSCT, nouveaux dans leur fonction, et de l encadrement. L objectif étant de les aider à situer les Les intervenantes à domicile font un travail précieux non seulement sur l aide technique mais aussi le soutien psychologique auprès d une population parfois isolée quand la famille est éloignée. Elles trouvent une forte motivation dans le fait d être utiles à des personnes qui ont besoin d aide, mais si leurs conditions de travail sont trop pénibles elles ne pourront tenir longtemps Une politique de prévention des risques professionnels adaptée aux spécificités de leur métier peut les y aider efficacement. enjeux de la démarche d évaluation des risques professionnels et à identifier les principales étapes et les conditions de mise en œuvre d une telle démarche. Un groupe de travail, composé d intervenantes des trois zones géographiques couvertes par l association a été constitué ; pour chacune de ces zones, une intervenante jeune, une plus expérimentée et la responsable de secteur ont été sollicitées. Des membres du CHSCT, le directeur et le médecin du Travail ont également été associés à ce groupe. L unité de travail qui regroupe le plus de situations diverses avec des bénéficiaires (GIR 1 et 2) a été choisie comme terrain pour cette formation-action. Le listage des activités réalisées par les intervenantes sur les deux axes aide au ménage / aide à la personne a mis en lumière toutes les activités annexes non inscrites dans la fiche de fonction mais qu elles sont amenées à faire pour aider les bénéficiaires. L élaboration du Document Unique a été l occasion de statuer, pour certaines de ces activités, si oui ou non elles étaient dans leur champ de compétence (changer une sonde, faire la toilette funéraire ). Pour chaque activité les risques potentiels ont été cités, les pratiques utilisées par les intervenantes pour éviter ces risques répertoriées et, si elles n apparaissaient pas suffisantes au regard du risque, d autres suggestions ont été apportées. Les échanges du groupe de travail ont donné naissance à un Document Unique très riche. La richesse du document obtenu sur le contenu des tâches, les astuces et suggestions proposées par les 17

18 intervenantes pour réaliser le travail tout en préservant leur santé sera réutilisée dans des séances de formations internes. En complément des différentes formations déjà suivies par le personnel (gestes et postures, confrontation à la maladie d Alzheimer ), ces nouveaux modules serviront comme lieu d échanges de pratiques en petits groupes animés par les responsables de secteur. Dans un secteur où les salariés sont la plupart du temps isolés, confrontés à des lieux de travail multiples, ces échanges sont précieux en termes de professionnalisation pour les nouvelles mais aussi de partage de savoir-faire Avec la démarche de prévention des risques, il s agit de ne pas ajouter des documents administratifs supplémentaires. Au contraire, l objectif est d en faire des outils opérationnels et de faire évoluer les documents qualité en y intégrant la prévention des risques. Le document «évaluation des besoins» qui sert à déterminer le type d intervention en fonction du bénéficiaire a ainsi évolué. De nouvelles rubriques ont été ajoutées pour prendre en compte les conditions matérielles, environnementales et humaines nécessaires pour que la prestation puisse se passer dans de bonnes conditions pour le bénéficiaire mais aussi pour l intervenante. Le référent régional de la CARSAT sur l aide à domicile, intéressé par la démarche, a été associé à cette deuxième partie de l accompagnement. Le document est actuellement en phase de test, il sera validé début L association est rattachée à une fédération qui, au niveau du département, harmonise l ensemble des documents pour la certification. Une deuxième étape suivra donc avec un groupe de travail qualité au niveau départemental pour homogénéiser les pratiques. Bilan La réalisation du plan d action pour la prévention des risques a permis de définir les conditions de réalisation du travail. Celles-ci seront pour partie reprises dans le livret d accueil remis aux nouveaux bénéficiaires. Pour que la démarche soit viable dans le temps face à la concurrence d autres associations ou de prestataires privés, il est important que ces conditions deviennent communes à toute la profession. 18

19 La participation des salariés au projet d entreprise, un investissement qui paye Effectif : 75 Activité : Construction de malaxeurs de béton Région : 59 L ergonomie, c est de la dynamite! Ainsi s exprime le PDG de cette entreprise lors de la restitution de l intervention. Très satisfait de l impulsion apportée par l accompagnement de projet réalisé par l ARACT, il évalue les résultats aussi bien en termes d amélioration des conditions de travail que de productivité Présentation Cette entreprise a été fondée en 1920 par deux ingénieurs pour répondre aux besoins de reconstruction des infrastructures routières après la première guerre mondiale. Elle s est rapidement spécialisée dans la fabrication de mélangeurs industriels puis dans l étude et la fabrication de malaxeurs de centrales à béton. Aujourd hui rattachée à un groupe danois, l un des plus grands constructeurs européens de centrales à béton, cette entreprise emploie 75 salariés; Elle est située dans le Nord. Demande de l entreprise Dans le cadre d une action collective qu elle méne sur la prévention des troubles musculosquelettiques, la CGPME a proposé à l entreprise de mener une démarche de prévention avec l aide de l ARACT. L entreprise est alors engagée dans un projet de déménagement avec la construction d un nouveau bâtiment. Le PDG souhaite également mettre en place une nouvelle organisation du travail avec un fonctionnement par projet en flux tendu. Il voit l accompagnement de l ARACT comme une opportunité de réinterroger son projet dans un processus de prévention des risques. Démarche Lors des premiers entretiens, les salariés semblent très sceptiques sur la faisabilité du projet lié au déménagement. Le PDG a réussi à maintenir le site de production sur le territoire français et à convaincre le Groupe de faire l investissement de nouveaux bâtiments en tablant sur une production doublée pour un même effectif. Le PDG espère, avec la nouvelle organisation du travail en ligne et en flux tendu, gagner de nombreuses manutentions et des temps d attente importants entre chaque phase de montage. Dans l atelier de production, les salariés sont confrontés à de très nombreux dysfonctionnements comme par exemple le manque de pièces ou des urgences en nombre qui se télescopent. Une ébauche de démarche participative a été tentée par le directeur technique qui a réalisé les plans d implantation des machines, mais le dialogue est difficile entre le pôle technique qui conçoit les nouveaux malaxeurs et le pôle production qui les réalise. Le PDG est conscient que la nouvelle organisation qu il veut mettre en place ne pourra fonctionner qu avec l implication des salariés et souhaite que notre accompagnement l aide à faire que ce projet de déménagement devienne un projet partagé. Une fois les enjeux mis à plat pour chacune des parties prenantes de l entreprise, nous proposons de mettre en place une démarche participative pour revoir l ensemble des phases de production. L objectif est d améliorer les conditions de réalisation pour à la fois préserver la santé des salariés et gagner en efficacité. Un groupe de travail est constitué, avec l animatrice sécurité qui sera notre référente tout au long de cette démarche, des ingénieurs techniques pour étudier les propositions d évolution du processus de fabrication et des opérateurs pour leur connaissance fine des modalités et des contraintes d exécution. Le directeur technique, le directeur des achats, le chef d équipe magasin, le responsable fabrication et le responsable montage sur site sont également invités au groupe de travail afin d avoir le 19

20 point de vue de chacune des fonctions qui contribuent au processus de production. Des représentants des salariés, le Médecin du Travail, le contrôleur de la CRAM font partie du comité de pilotage avec le PDG. La fabrication d une centrale à béton dure plusieurs semaines et chaque étape peut prendre plusieurs jours sur un poste de travail. Les pièces travaillées sont immenses, certaines pèsent plusieurs tonnes et sont transportées d un poste de travail au suivant à l aide de palans. Ce processus de fabrication qui prend beaucoup de temps ne nous permettait pas de faire par nous même l analyse de chacune des situations de travail sur les différentes étapes de fabrication. Nous avons donc construit une grille d analyse que l animatrice sécurité puis un stagiaire ingénieur ont remplie pour servir de base de discussion avec le groupe de travail. Chaque étape a été illustrée par une ou plusieurs photos. Ainsi nous avons pu décrypter en groupe de travail, avec les opérateurs concernés, chacune des situations de travail ; Mettre en avant ce qui fonctionne bien pour le préserver dans les futurs locaux et chercher des améliorations pour chacune des contraintes subies. De nombreuses modifications du processus de fabrication ont ainsi été imaginées en collectif pour rendre les conditions de travail moins pénibles. Les groupes de travail ont été espacés dans le temps pour pouvoir expérimenter les pistes d action et les premières améliorations de l existant ont permis de donner de la crédibilité à la démarche dans un contexte de suspicion des opérateurs sur le bien fondé du projet. Bilan Aujourd hui le nouveau site de production est installé. Le hall de fabrication est devenu la vitrine de l entreprise. Les salariés ont vu leurs conditions de réalisation du travail améliorées et leur environnement de travail beaucoup plus lumineux, mieux organisé et considérablement moins bruyant grâce à un traitement acoustique du bâtiment. La démarche participative et pluridisciplinaire a permis de remettre du dialogue dans l entreprise entre les différentes fonctions. Le directeur technique, lors des premières phases du groupe de travail, s est senti remis en question sur les étapes du processus de fabrication qu il pensait avoir étudiées au mieux avec le bureau des études. De la même façon, pour les opérateurs du hall de fabrication, la prise de parole sur un projet piloté par le directeur technique n était pas facile. Le fait de reprendre pas à pas l ensemble des phases de fabrication leur a permis de montrer leur expertise du travail et de la confronter aux ingénieurs pour trouver ensemble les meilleures solutions en profitant des compétences de chacun. 20

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail Datum (Tag.Monat.Jahr) Pénibilité au travail Service Ressources Humaines / Mercedes Benz Molsheim Sommaire 1 2 3 4 Rappel du contexte Intervention de l ACTAL Mesures retenues Notre bilan 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93

Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Cahier des charges pour l animation de formations pour EVOLIA93 Contexte Evolia93, plateforme des services à la personne en Seine-Saint-Denis a pour mission la structuration et la professionnalisation

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

France Télécom Après la crise, la reconstruction. CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir?

France Télécom Après la crise, la reconstruction. CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir? France Télécom Après la crise, la reconstruction CMRH du 13.10.2010 «Du mal-être au mieux-vivre au travail, quel chemin à parcourir?» Du constat vers un nouveau contrat social Donner & ouvrir la parole

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville

19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Matin de la prévention Programme TMS Pros Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques 19 mai Reims 27 mai Nancy 28 mai Epinal / Troyes 4 juin Chaumont 11 juin Charleville Programme de la réunion 1 -

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Un ANI pour Innover " Julien Pelletier, Anact!

Un ANI pour Innover  Julien Pelletier, Anact! Un ANI pour Innover Julien Pelletier, Anact Fréquences des modalités d indicateurs de vécu au travail Performance= E+C+O Tensions au travail et pression psychologique Mon travail demande de travailler

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

La prise en compte de la pénibilité au travail dans les collectivités territoriales. Septembre 2014

La prise en compte de la pénibilité au travail dans les collectivités territoriales. Septembre 2014 Observatoire de l emploi, des métiers et des compétences de la fonction publique territoriale Les pratiques de gestion des ressources humaines et de formation La prise en compte de la pénibilité au travail

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Evaluer «votre» démarche de prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)...

Evaluer «votre» démarche de prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)... ... En se basant sur les 6 critères de réussite Evaluer «votre» démarche de prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)... L engagement de la direction. La mise en œuvre d un projet avec une démarche

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL

SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL Mardi 10 Décembre 2013 Domaine du Golf SAINT CLAIR (07) www.msa.fr www.msa.fr Outil d Aide pour évaluer les RPS dans les petites entreprises Réglementation : Article

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC)

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) Le contexte Dans le BTP, la valeur ajoutée est principalement générée par la main d œuvre. Dans le cadre d un projet de Gestion Prévisionnelle

Plus en détail

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention?

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? Intervenants : Santé sécurité au travail Fabrice BESNOUX, adjoint au directeur industriel Laurent HARDOUIN, membre du CHSCT PRIMEL Gastronomie

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET DOCUMENT UNIQUE

RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET DOCUMENT UNIQUE RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET DOCUMENT UNIQUE Ornella LEPOUTRE, Responsable du Pôle Prévention des Risques Organisationnels Magali ROGER, Psychologue du travail chargée de mission en prévention des risques

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux Notre programme d interventions Contexte Depuis plusieurs années, les questions de santé au travail occupent une place croissante,

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Accompagnement des managers

Accompagnement des managers DIRECTEURS CHEFS DE SERVICE CADRES INTERMÉDIAIRES CADRES DE PROXIMITÉ Accompagnement des managers UN NOUVEAU CONCEPT : LE BINÔME COACH / CONSULTANT RESTONS Z E N Une circulaire du Ministère des Affaires

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSIM BEJAIA, tour géni sider 3eme étage, rue de la liberté 06000 BEJAIA ALGÉRIE Tel/Fax: +213 (0) 34 220 200/ +213 (0) 34 229 506 E-mail: commercial@insimbejaia-dz.org

Plus en détail

PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE RESUME

PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE RESUME PREVENTION DES TMS DANS LA DUREE : DES ACTEURS INSTITUTIONNELS FACILITENT UNE DEMARCHE D ENTREPRISE Texte de communication 2 ème Congrès Francophone sur les TMS. Mobilisation et pratiques des organismes

Plus en détail

Prévenir et gérer l absentéisme

Prévenir et gérer l absentéisme Prévenir et gérer l absentéisme Maroussia Krawec ARACT Ile de France UNION EUROPEENNE Fonds social Le réseau ANACT ARACT(s) ANACT + 26 ARACT L ARACT Île-de-France est une association paritaire avec : Une

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

ÉVOLUTION DES PRATIQUES

ÉVOLUTION DES PRATIQUES ÉVOLUTION DES PRATIQUES EN PRÉVENTION DES RPS AU SEIN DE LA CARSAT NORD-PICARDIE Ornella LEPOUTRE, Responsable du Pôle Santé au Travail Carsat Nord-Picardie Page 1 Matinée Marcel MARCHAND 22 novembre 2014

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail