Réponse immunitaire au parasitisme interne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réponse immunitaire au parasitisme interne"

Transcription

1 Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., 1990, 9 (2), Réponse immunitaire au parasitisme interne H.R.P. MILLER ** Résumé: Ce rapport sur les maladies parasitaires internes aborde les méthodes du diagnostic sérologique, les mécanismes immunitaires chez l'hôte et l'immunoprévention des parasitoses à protozoaires et à métazoaires chez les animaux d'élevage. Les facteurs limitants du diagnostic sérologique sont la spécificité et la capacité des animaux hôtes à produire une réponse suffisante pour être décelable. La variété des antigènes est d'une complexité telle que la méthode de choix, pour les helminthes, consiste à utiliser comme antigènes, pour l'épreuve ELISA sur microplaque, des produits d'excrétion ou de sécrétion des parasites. De même, pour les protozoaires, le diagnostic sérologique est plus facile si l'on ne retient que quelques antigènes immunodominants sélectionnés plutôt que des extraits du parasite entier. Cependant, le sérodiagnostic ne permet pas toujours de déceler les animaux parasités, surtout s'ils sont jeunes, en état de malnutrition ou malades. Les parasites peuvent aussi moduler la réponse de l'hôte et échapper ainsi au dépistage sérologique. La production de protéines parasitaires recombinantes pures rend déjà plus facile la détection sérologique de plusieurs espèces de parasites, et l'utilisation de sondes d'adn recombinant permet à présent de révéler les différences interspécifiques et intraspécifiques. L'auteur étudie ensuite le rôle central des cytokines inflammatoires, protéines régulatrices produites par les cellules T «helper», dans la modulation des réponses inflammatoires, qu'elles soient protectrices ou préjudiciables. Enfin, il envisage le contrôle génétique de la réponse immunitaire et son importance dans l'immunoprévention, et présente plusieurs innovations intéressantes concernant la production et les modalités d'administration des vaccins sous-unitaires. MOTS-CLÉS : Cellules T - Complexe majeur d'histocompatibilité - Diagnose - Immunité - Mœlle osseuse - Sondes d'adn. INTRODUCTION Compte tenu de la complexité moléculaire des protozoaires et des métazoaires, la réponse immunitaire de l'hôte ne saurait être simple. Cependant, l'étude des parasites et de la réaction de l'hôte à l'infestation a permis d'améliorer considérablement le diagnostic des parasitoses et d'ouvrir la voie à l'immunoprévention de celles de ces maladies qui ont une importance économique ou des retentissements sur la santé publique. * Rapport présenté à la 57 e Session générale de l'oie, Paris, mai ** Moredun Research Institute, 408 Gilmerton Road, Edimbourg EH17 7JH, Royaume-Uni.

2 316 Au nombre des maladies ayant une importance économique figurent des parasitoses extrêmement variées : nématodoses, babésiose et hypodermose chez les bovins, trichinellose chez les porcs et hémonchose chez les ovins. Cependant, étant donné le grand nombre et la diversité des maladies abordées, nous traiterons essentiellement des progrès immunologiques accomplis ces dernières années au profit des techniques de diagnostic et d'immunoprévention de quelques-unes des parasitoses à protozoaires et à métazoaires les plus importantes. Sérologie DIAGNOSTIC Il est essentiel, pour le diagnostic des maladies parasitaires internes, de disposer d'antigènes spécifiques des différentes espèces et/ou d'anticorps hautement spécifiques. Comme les helminthes et les protozoaires contiennent des polypeptides, des glycoprotéines et des glycolipides potentiellement antigéniques par milliers, dont beaucoup sont également présents dans des espèces ou des embranchements non apparentés, voire chez certaines bactéries, la mise au point de méthodes de diagnostic suffisamment spécifiques a été très difficile. En principe, les méthodes diagnostiques qui évitent les opérations fastidieuses ou pouvant être dangereuses (numération des œufs de parasites dans les fèces, frottis sanguins et biopsies tissulaires par exemple) sont celles qui permettent de tester un grand nombre d'échantillons de sérum par une technique ELISA sur microplaque ou par dosage radio-immunologique. Le diagnostic immunologique par recherche des antigènes parasitaires solubles dans les fèces ou par biopsies tissulaires, est aussi possible lorsque les titrages d'anticorps, surtout si on utilise des anticorps monoclonaux, sont suffisamment spécifiques. Le premier progrès dans le diagnostic des helminthoses a été accompli lorsqu'on a constaté que les antigènes excrétés ou sécrétés (ES) par le parasite in vitro étaient généralement moins complexes que les antigènes somatiques (25). Ainsi, la culture in vitro de larves de Trichinella spiralis au stade de l'encapsulement, dans un milieu bien défini, a permis d'obtenir des antigènes qui se fixent aux plaques ELISA en phase solide, ce qui donne une méthode fiable et précise pour déceler les anticorps sériques (38) ; cette technique est applicable au dépistage chez les porcs à l'abattoir. L'emploi d'antigènes ES de Toxocara canis L 3 pour déceler la larva migrans viscérale due à T. canis chez l'homme et pour la distinguer d'autres helminthoses s'est également révélé fructueux (15). Le diagnostic des cestodoses s'est révélé par contre plus difficile. Les métacestodes se développent dans les tissus et ne peuvent être décelés à l'autopsie. C'est pourquoi de nombreux efforts ont été déployés pour rechercher une méthode de diagnostic sérologique. L'une des principales difficultés tient à ce que que les antigènes ES de plusieurs espèces de Taenia présentent des réactions croisées (52), encore que les antigènes des métacestodes aient donné de meilleurs résultats pour le diagnostic de T. saginata chez les bovins (19). Le diagnostic sérologique de l'hydatidose chez l'homme est également rendu difficile par les réactions croisées des antigènes et l'une des approches consiste à identifier les antigènes uniques par immunocapture («immunoblotting») comparative. Cependant, lorsqu'on tente de diagnostiquer une

3 317 cestodose, on se heurte entre autres à l'aptitude du parasite à moduler la réponse immunitaire de l'hôte, comme le montrent un certain nombre de paramètres immunologiques, dont une anomalie de la mitose des lymphocytes du sang périphérique (Barrientos, Sanchez et Esponda, communication non publiée). On sait qu'il n'y a pas nécessairement une très bonne corrélation entre le tableau clinique et le diagnostic immunologique de l'hydatidose (25), sans doute à cause de cette modulation de la réponse immunitaire. Des épreuves sérologiques ont également été mises au point pour les infestations à trématodes, notamment pour la distomatose et la bilharziose, en utilisant divers produits obtenus par excrétion ou sécrétion, mais aucune épreuve diagnostique parfaitement fiable n'a encore été mise au point à ce jour (25). Néanmoins, la recherche de la fasciolose chez les bovins en utilisant des antigènes ES permet un diagnostic plus précoce qu'avec les antigènes somatiques (Pfister, communication non publiée), encore que les antigènes somatiques aient été utilisés avec succès dans des enquêtes sur la fasciolose effectuées sur le terrain en France (4). Des produits d'excrétion ou de sécrétion de larves de stade I d'hypoderma bovis sont également employés pour diagnostiquer l'hypodermose, bien que la nature saisonnière de cette parasitose limite la période optimale pendant laquelle les anticorps spécifiques sont décelables par la méthode ELISA (5). Globalement, grâce à l'emploi d'antigènes ES, on a pu mettre au point des techniques ELISA sensibles et automatisées, mais il faut savoir que la précision et la sensibilité du diagnostic sérologique exigent que soient réunies trois conditions : 1. Les antigènes utilisés doivent être exclusivement spécifiques de l'espèce parasitaire recherchée. 2. La parasitose doit provoquer des réponses immunitaires traduisant la sévérité de l'infestation. 3. Les antigènes parasitaires sécrétés in vivo ne doivent pas entraîner de déplétion significative des anticorps circulants. Les progrès accomplis sont cependant tels que les techniques faisant appel à l'adn recombinant permettent de cloner les antigènes ES intéressants. C'est ainsi que plusieurs polypeptides ES de schistosomes ont pu être clonés et exprimés (25), de même qu'un produit ES de T. spiralis L1 (voir ci-après). Ces développements permettront la production massive d'antigènes purs nécessaire au diagnostic sérologique, tout en assurant un degré de spécificité encore jamais atteint ; l'hypothèse de départ étant que les produits ES d'une espèce parasitaire donnée contiennent au moins un polypeptide qui possède des caractéristiques antigéniques uniques, dont le pouvoir immunogène s'exerce lors d'une infestation naturelle et qui, en tant que recombinant, conserve son pouvoir antigénique. Cette hypothèse peut, cependant, n'être pas vérifiée dans le cas des cestodoses (voir ci-dessus). Malgré le recours à des technologies complexes, l'interprétation diagnostique des résultats sérologiques se heurte à de nombreux écueils. Ainsi, si l'on teste un sérum lors des stades précoces d'une parasitose, avant que l'hôte ne présente de réaction immunologique ou, plus important encore, si l'on examine un échantillon sérique provenant d'un hôte jeune, dépourvu de défenses immunitaires ou en état de malnutrition, incapable de sécréter des anticorps sériques, on peut obtenir une réponse négative en présence d'une infestation sévère. De même, la modulation de l'immunité

4 318 de l'hôte par les parasites eux-mêmes risque de donner lieu à des résultats faussement négatifs. Enfin, le choix de l'antigène test dépend des antigènes disponibles, ce qui fait que l'on utilise souvent un antigène préparé à partir de stades larvaires précoces des helminthes les plus faciles à mettre en culture. Ce type d'antigène ne permet pas toujours de poser un diagnostic fiable. Les principes de la sérologie des protozooses telles que la babésiose sont similaires à ceux qui s'appliquent aux helminthoses. Les essais de simplification destinés à mettre au point des épreuves adaptées au terrain, utilisant l'agglutination sur cartes, se révèlent assez prometteurs (Barrientos, Sanchez et Esponda, communication non publiée). L'une des difficultés du diagnostic sérologique est liée à la présence d'anticorps colostraux dans le sérum des veaux allaités par des vaches immunes. Là encore, pour être fiable, une technique de diagnostic sérologique, applicable sur le terrain, requiert la production, en quantité suffisante, d'antigènes purs ne présentant pas de réactions croisées. Etant donné les complications qu'impliquent le transfert maternel d'immunoglobulines et la spécificité du stade de l'antigène choisi, il est nécessaire par ailleurs d'avoir de bonnes connaissances épidémiologiques sur la maladie et de comprendre le cycle du parasite pour interpréter les résultats. Tandis que la babésiose peut être décelée en examinant des frottis sanguins, d'autres protozooses sont plus difficiles à diagnostiquer ; c'est le cas, par exemple, des zoonoses telles que la toxoplasmose et la cryptosporidiose, qui sont des maladies très dangereuses pour la santé publique. Le diagnostic sérologique de Toxoplasma gondii est facile à établir par dosage radio-immunologique (14) lorsque l'animal hôte est infecté depuis plusieurs semaines. La présence d'antigènes dans le sang peut cependant être aussi décelée au cours de la phase précoce de la toxoplasmose aiguë par la méthode ELISA (2), qui permet également de détecter les complexes immuns circulants (46). Etant donné que la cryptosporidiose constitue généralement un problème chez le très jeune animal, la meilleure méthode de diagnostic reste probablement l'examen des matières fécales. L'incidence de Sarcocystis, dont plusieurs souches sont pathogènes, est également élevée chez les bovins ; des épreuves diagnostiques sont par conséquent en cours d'étude. Techniques faisant appel à l'adn recombinant Des innovations extrêmement intéressantes sont apparues dans l'utilisation de l'adn recombinant pour la mise au point de méthodes sensibles et fiables pour le diagnostic des maladies parasitaires. Le principal avantage de cette approche est de permettre la détection des différences génétiques interspécifiques et intraspécifiques. Des sondes d'hybridation ADN ont été mises au point à partir de séquences d'adn répétitives uniques de T. spiralis qui, après analyse des polymorphismes de restriction, permettent de distinguer les sous-espèces parasitaires dotées d'un pouvoir infestant différent chez le porc (11). Des variations génétiques intraspécifiques similaires ont été décelées par cette technique sur des souches de Taenia solium isolées en Inde, au Mexique et au Zimbabwe (41), ainsi qu'entre une filaire de l'homme, Brugia malayi, et son équivalent chez l'animal, B. pahangi (49). B. malayi et B. pahangi, qui sont transmis par le même moustique, sont des espèces très étroitement apparentées, les séquences d'adn hautement répétitives présentant également une très forte homologie globale. Il existe cependant de petites régions où les séquences divergent (49) et les oligonucléotides à chaîne courte qui présentent une divergence de séquences de 35 à 40 % fournissent des sondes dotées d'une haute spécificité d'espèce (49).

5 319 Les techniques faisant appel à l'adn recombinant ont, par conséquent, un grand potentiel diagnostique pour révéler et identifier les variations intraspécifiques et interspécifiques, ce qui ne serait pas possible à l'aide des méthodes immunologiques. De même, la découverte de la réaction d'amplification enzymatique, qui permet d'amplifier de très petites quantités d'adn, facilitera grandement la recherche d'endoparasites ou d'hémoparasites. RÉACTIONS IMMUNITAIRES AUX PARASITES Cellules T, cytokines, et immunopathologie Deux sous-groupes principaux de cellules T, le phénotype T «helper» (Th) et les cellules T cytotoxiques/suppressives, ont été identifiés chez la plupart des mammifères. Grâce aux nouvelles techniques de biologie moléculaire, il a été établi qu'une fois activées, les cellules T sécrètent toute une série de glycoprotéines régulatrices, connues sous le nom de lymphokines, ou cytokines. Ces dernières assurent la régulation à la fois de la réponse immunitaire et des processus inflammatoires (Tableau I). Lorsqu'elles sont liées à des récepteurs spécifiques de la surface cellulaire, les cytokines modulent la croissance, la différenciation ou le fonctionnement des cellules portant ces récepteurs, qui proviennent en grande partie de la mœlle osseuse et qui interviennent dans les processus inflammatoires. TABLEAU I Cytokines sécrétées par les cellules T «helper» et intervenant dans le processus inflammatoire * Nom Source Effet inflammatoire Interleukine 6 Cellules Th Augmentation de la population de (IL6) Monocytes cellules-souches médullaires Macrophages Fibroblastes Interleukine 3 Cellules Th Facteur de croissance des cellules-souches (IL3) + stimulation de la différenciation des mastocytes Interleukine 4 Cellules Th Facteur de croissance des mastocytes (IL4) + stimulation de la production d'igg1 et d'ige Interleukine 5 Cellules Th Stimulation de la différenciation (IL5) des éosinophiles et de la production d'iga Facteur stimulant Cellules Th Croissance/différenciation des précurseurs des les colonies de Macrophages neutrophiles et des macrophages et activation polynucléaires et de macrophages Fibroblastes des macrophages à maturité (GM-CSF) Interféron-7 Cellules Th Antagonisme de l'hématopoïèse assurée par (IFN-7) l'intermédiaire de l'il3/gm-csf mais activation des macrophages * Cette liste de lymphokines n'est pas complète et n'a été présentée qu'à titre d'illustration pour montrer que certaines cytokines, sécrétées par les cellules T «helper», jouent un rôle majeur dans les réponses aux agents pathogènes, en induisant une hématopoïèse inflammatoire. Leur rôle dans les parasitoses commence seulement à être mieux compris.

6 320 Récemment, deux sous-populations de cellules T «helper» murines, les T «helper» 1 et les T «helper» 2, ont été identifiées d'après les différentes lymphokines qu'elles sécrètent (Tableau II). TABLEAU II Cytokines sécrétées par deux sous-populations de cellules T «helper» murines (T 1 et T 2) * Th1 Interféron-Y Interleukine-2 Interleukine-3 GM-CSF Lymphotoxine Th2 Interleukine-4 Interleukine-5 Interleukine-3 GM-CSF * Ces deux sous-populations de cellules T «helper» n'ont à ce jour été décrites que chez la souris (32, 9) mais, compte tenu des réponses observées dans la leishmaniose murine, qui sont apparemment régulées séparément par les deux sous-populations de cellules, le modèle de la souris semble ouvrir la voie à une nouvelle approche de la biologie des interactions hôte-parasite. Les sous-populations de cellules T «helper» 1 et 2 sont apparemment spécifiques de la souris puisqu'elles n'ont pas été décrites chez l'homme et que l'on ignore si elles existent chez d'autres espèces. Cependant, le transfert adoptif à des souris neuves, d'une lignée de cellules T «helper» 1 murines, dirigée in vitro contre un antigène immunodominant de Leishmania major, a permis de protéger ces animaux contre l'inoculation ultérieure de L. major (43). Dans une autre étude (20), la protection obtenue a été attribuée à la sécrétion d'interféron-7 par la sous-population de lymphocytes T «helper» 1. Inversement, une lignée de cellules T «helper» 2, dirigée contre un autre antigène de L. major n'a conféré aucune protection (43) et a de surcroît exacerbé l'infection, puisqu'un plus grand nombre de parasites a été trouvé après le transfert adoptif. Une autre étude a permis d'établir que les lésions cutanées et l'élévation concomitante de la réponse des IgE résultaient de la sécrétion d'interleukine 4 (20), l'une des lymphokines produites par la sous-population de T «helper» 2 (Tableau II). Même si ces observations ne proviennent que d'expérimentations chez la souris, elles illustrent la fragilité de l'équilibre entre les réponses assurant une protection et celles susceptibles d'être préjudiciables. Etant donné la rapidité des progrès réalisés dans le domaine de l'immunologie chez les ruminants, des essais similaires devraient bientôt être effectués chez les animaux domestiques. L'interféron-7, qui régule le métabolisme oxydatif des macrophages, induit une activité à la fois antiparasitaire et antimicrobienne (37, 34). Il est donc probable que cette cytokine soit importante lorsqu'il s'agit de parasites intracellulaires obligatoires tels que T. gondii et Eimeria spp. (42). Les cytokines liées aux lymphocytes T «helper» 2 murins sont par contre plus susceptibles d'intervenir dans la régulation des réponses dirigées contre les helminthes pour les raisons suivantes : a) l'interleukine 4 stimule la différenciation des mastocytes et la production d'ige, et b) l'interleukine 5 induit la différenciation des éosinophiles et régule la synthèse des IgA (9) ; toutes les réponses décrites en a) et b) étant caractéristiques des helminthoses (26).

7 321 L'un des points, qui revient constamment à propos des maladies parasitaires internes, est la relation entre les helminthoses et les réactions d'hypersensibilité immédiate ainsi que la prolifération des mastocytes, ces deux phénomènes dépendant étroitement des cellules T «helper». Des études chez le rat ont établi que l'interleukine 3, sécrétée par les cellules T «helper», régule la croissance et la différenciation des mastocytes de la muqueuse intestinale (17). Les mastocytes de la muqueuse intestinale sont par ailleurs activés lors de l'expulsion spontanée des nématodes de l'intestin, comme le montre clairement la libération dans le torrent circulatoire de protéases spécifiques contenues dans les granulations des mastocytes de la muqueuse, lors de l'expulsion immunitaire de T. spiralis (50). Des observations similaires sur la sécrétion systémique de protéases spécifiques de ces cellules ont été rapportées chez le mouton, après inoculation de H. contortus (21). De plus, des observations expérimentales laissent à penser que les mastocytes de la muqueuse interviennent dans la réponse protectrice contre Ascaris suum chez le porc (44). La différenciation et le recrutement des éosinophiles sont également régulés par les cellules T «helper», phénomène régulièrement observé au cours des helminthoses. De nombreuses études in vitro montrent que les éosinophiles libèrent des substances issues des granulations, hautement toxiques pour les helminthes (48). Les éosinophiles, comme les mastocytes, ont des récepteurs membranaires pour les IgE et les IgG qui, lorsqu'ils sont activés, provoquent la libération du contenu des granulations ainsi que la sécrétion de médiateurs lipidiques dérivés de la membrane (leucotriène C4, facteur d'activation plaquettaire et, à un moindre degré, Prostaglandines) (18). Les macrophages ont également des récepteurs pour le complément ainsi que des récepteurs de faible affinité pour les IgE ; leur activation peut donner lieu à des radicaux libres, à des enzymes protéolytiques et à des hydrolases, substances qui sont toutes susceptibles de compromettre directement la survie des helminthes (18). Le type de réaction inflammatoire vis-à-vis des helminthes dépend de la localisation tissulaire du parasite. Dans le tissu conjonctif, le recrutement assuré par l'intermédiaire des cellules T «helper» de cellules inflammatoires (macrophages, basophiles, mastocytes et éosinophiles) peut être suffisant en présence des anticorps sensibilisants appropriés (IgE et IgG) ou du complément, pour générer toute une série de médiateurs toxiques dont plusieurs exercent un effet préjudiciable direct sur le tégument ou la cuticule du parasite. Ainsi, les helminthes migrants, immatures, sont probablement éliminés de l'hôte résistant, grâce à une réaction anaphylactique provoquée par des anticorps ou le complément, agissant conjointement avec les cellules inflammatoires (26). Pour les parasites qui restent à l'intérieur de la lumière intestinale, où le contact direct avec les cellules inflammatoires est peu probable, d'autres mécanismes d'expulsion peuvent entrer en jeu. Ainsi, le recrutement de mastocytes et d'éosinophiles vers la muqueuse, assuré par l'intermédiaire des cellules T «helper» (26), est lié à la production de médiateurs lipidiques (31) et éventuellement de radicaux libres susceptibles d'agir directement sur la motilité ou l'orientation du parasite. De plus, les concentrations d'iga spécifique du parasite s'accroissent, ce qui, chez les ovins, est associé au développement d'une résistance à O. circumcincta (26). De même, la fuite de protéines plasmatiques, dont les IgG, vers le mucus superficiel, suite aux modifications de perméabilité dues aux mastocytes de la muqueuse intestinale (35, 26), peut modifier la qualité du mucus superficiel et le rendre capable de piéger et d'éliminer les parasites (24, 28) ou de jouer le rôle de barrière empêchant l'installation des larves de nématodes chez l'hôte immun (29). Le mucus peut aussi conserver les médiateurs lipidiques sécrétés et inhiber ainsi la motilité du parasite (27).

8 322 Les études expérimentales chez la souris (13) et les observations cliniques chez l'homme (22) tendent à confirmer une hypothèse récemment avancée, au terme d'expérimentations chez le rat, selon laquelle il existerait des cellules T régulant la différenciation des cellules caliciformes du revêtement épithélial des muqueuses (26) qui sécrètent le mucus. Etant donné que la densité des cellules caliciformes augmente considérablement dans la muqueuse intestinale lors de l'expulsion des vers, l'augmentation concomitante du mucus pourrait contribuer à éliminer le parasite (27). Il apparaît donc clairement qu'en sécrétant des cytokines, la cellule T «helper» joue un rôle essentiel dans les réponses immunoinflammatoires dirigées contre les parasites, avec pour résultat des effets pouvant être aussi bien bénéfiques que préjudiciables pour l'hôte. Présentation des antigènes et contrôle génétique de la réponse immunitaire aux parasites L'équipement génétique de l'hôte détermine l'issue de la parasitose. Les études sur ce point ont été essentiellement consacrées au rôle du complexe majeur d'histocompatibilité, notamment aux antigènes de surface cellulaire de classe I et II, dont on sait qu'ils provoquent une restriction de la présentation des antigènes aux cellules T. Etant donné que les parasites possèdent une diversité considérable d'antigènes, il n'a pas été facile de distinguer les effets des gènes du complexe majeur d'histocompatibilité de classe II des autres gènes du contexte génétique, susceptibles de réguler les aspects encore mal connus de la réponse protectrice globale. Un certain nombre d'expériences ont cependant montré que les antigènes de surface de classe II du complexe majeur d'histocompatibilité régulent à des degrés variables les réponses aux parasites (23). Ce résultat est intéressant pour l'utilisation future de vaccins sousunitaires car ceux-ci ne contiendraient qu'un ou deux peptides dérivés du parasite et non toute une myriade de peptides qui se présenteraient à la cellule T «helper» par le biais des molécules de surface de classe II du complexe majeur d'histocompatibilité. Lorsque ces dernières sont incapables de fixer ces peptides et de les présenter à la cellule T «helper», il ne se produit aucune réponse immunitaire. Si un peptide est fixé et présenté à un sous-ensemble inapproprié de cellules T «helper», il se peut par contre que l'infection soit exacerbée. Un exemple de nonréponse, liée au complexe majeur d'histocompatibilité, en présence d'un peptide de fusion recombinant à 32 résidus, dérivé de Plasmodium falciparum, a déjà été décrit chez la souris (16). Si ce type de vaccin sous-unitaire était utilisé sur le terrain, les animaux vaccinés ne possédant pas l'haplotype approprié du complexe majeur d'histocompatibilité ne seraient pas protégés. Les gènes codant pour les antigènes de surface de classe II du complexe majeur d'histocompatibilité, ne constituent que l'une des nombreuses sources probables de la variabilité génétique dans les réponses aux parasites. Les études chez la souris ont montré que la production de cellules inflammatoires par la moelle osseuse influe sur l'expulsion de T. spiralis (47). La sélection d'agneaux répondant, à un jeune âge, à un vaccin à base de larves irradiées de Trichostrongylus colubriformis a montré que le développement d'une mastocytose intestinale précoce est lié au phénotype du répondeur (12). Comme on pouvait s'y attendre, étant donné le nombre important de protéines immunogènes, les réponses immunitaires aux parasites sont contrôlées par un certain nombre de gènes, ce dont il faut tenir compte pour la préparation des vaccins sous-unitaires, pour lesquels il pourrait finalement être nécessaire d'utiliser un mélange de peptides pour induire une stimulation maximale des cellules T.

9 323 Absence de réponse aux parasites L'absence de réponse peut être due à trois raisons principales : les facteurs génétiques, l'âge ou certaines conditions induites par le parasite. L'absence de réponse se produit également en cas de malnutrition de l'hôte ou d'infection intercurrente. L'absence de réponse liée au facteur génétique a été rapidement évoquée dans la partie précédente, mais il faut ajouter que la sensibilité à un même parasite varie beaucoup d'une espèce à l'autre. Ainsi, les ovins sont extrêmement sensibles à Fasciola hepatica tandis que les bovins développent une résistance au parasite (Pfister ; Soulsby ; communications non publiées). L'absence de réponse chez le jeune animal, et chez la femelle au cours de la période précédant et suivant la mise bas, constitue un aspect des helminthoses qui n'est pas dépourvu d'implications pour le contrôle biologique du parasitisme. L'absence de réponse dans le second cas dépend vraisemblablement de la production d'hormones immuno-suppressives liées à la lactation. L'incapacité des jeunes veaux et des jeunes agneaux à développer une résistance à l'ostertagiose, à l'hémonchose ou à la trichostrongylose est par contre difficile à comprendre car les agneaux encore très jeunes peuvent réagir à une infestation par Nematodirus battus (Soulsby, communication non publiée). Différentes hypothèses ont été avancées pour expliquer le mécanisme de cette résistance, dont le développement éventuel d'une immunotolérance chez les agneaux nés de mères infestées (Soulsby, communication non publiée). Le parasite lui-même peut enfin développer des mécanismes lui permettant d'éviter ou de supprimer la réponse immunitaire de l'hôte. Il est possible que les nématodes évitent la réponse immunitaire grâce à leur pouvoir d'excréter ou de sécréter des molécules à activité suppressive qui réduisent la réponse inflammatoire. Un exemple en a été décrit chez la souris chez qui Nematospiroides dubius, nématode intestinal, supprime apparemment l'inflammation (3). De nombreux helminthes perdent des antigènes de surface et des ligands provenant de la réponse immunitaire de l'hôte sont également libérés (39). Les produits ES contiennent par ailleurs des molécules qui modulent les fonctions des lymphocytes, des macrophages et des polynucléaires (25). Certains de ces produits ES sont protéolytiques et séparent les immunoglobulines fixées à la surface du parasite, ce qui évite les effets à médiation cellulaire ou sous la dépendance du complément, susceptibles d'être préjudiciables à la membrane (8). IMMUNOPRÉVENTION Des larves dont le pouvoir infestant a été atténué par irradiation peuvent conférer une protection notable aux animaux de laboratoire et aux hôtes naturels du parasite alors qu'une telle protection n'est pas obtenue avec des larves non irradiées. Cela est vrai, par exemple, pour les filaires : des infestations répétées par des larves non atténuées ne produisent qu'une faible protection, ou même ne protègent pas, alors que 3 à 5 doses de larves atténuées peuvent induire une protection dans 75 % des cas (10). Jusqu'à présent, l'approche commerciale la plus fructueuse de la vaccination contre les parasitoses a été l'utilisation de vaccins vivants atténués. La vaccination contre les infestations à Dictyocaulus viviparus chez les bovins et à Ancylostomum caninum chez le chien repose sur l'utilisation de larves irradiées qui provoquent une

10 324 infection stérile de durée limitée (45, 30). Le vaccin contre D. viviparus est un succès sur le plan commercial, mais les problèmes de commercialisation, dont la durée de conservation du vaccin et l'utilisation continue d'anthelminthiques par les vétérinaires, compromettent le succès du vaccin contre A. caninum (30). Des vaccins vivants atténués sont actuellement employés contre la babésiose et la coccidiose (36) ainsi que contre Theileria annulata mais, malgré la bonne immunité conférée, un certain nombre de considérations commerciales et sanitaires limitent les perspectives à long terme de ces vaccins (36). Parmi celles-ci, il faut citer : 1. la courte durée de conservation des vaccins atténués, 2. l'instabilité possible du caractère génétique de l'atténuation, avec le risque de voir apparaître des sujets porteurs parmi les animaux vaccinés, 3. le risque d'introduction dans les vaccins d'agents pathogènes contaminants, et 4. le mauvais rapport financier des vaccins atténués, dont la protection par brevet pose des problèmes (36). Compte tenu de ces inconvénients, l'industrie pharmaceutique vétérinaire s'est orientée vers les vaccins moléculaires, qui peuvent être protégés par brevet et qui présentent moins d'inconvénients que les vaccins vivants atténués (36). Le premier vaccin moléculaire contre les helminthoses qui s'annonce prometteur s'adresse à T. ovis, cestodose pour lequel un vaccin peptidique recombinant, qui s'est montré efficace chez les ovins, a été mis au point (voir l'article de Lightowlers dans ce numéro). Rares sont pourtant les publications qui laissent entrevoir un succès rapide pour les vaccins moléculaires contre les nématodes, mais des études sont en cours en Australie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour produire des vaccins recombinants contre H. contortus, T. colubriformis et T. spiralis. L'une des approches adoptées est le clonage d'antigènes immunodominants, appelés protecteurs, bien qu'il reste encore à les identifier clairement. Une autre stratégie est de sélectionner des polypeptides en principe non reconnus par l'hôte ; des essais de vaccination reposant sur un antigène intestinal de nématode, la contortine, provenant de H. contortus ont permis d'assurer une bonne protection chez des agneaux (33). L'avantage de ce nouveau vaccin est que l'antigène choisi est vraisemblablement très bien conservé et donc présent chez d'autres nématodes, contrairement aux antigènes protecteurs immunodominants qui ne sont pas nécessairement communs aux différentes espèces (36). L'inconvénient serait cependant que l'immunité contre les antigènes immunosilencieux n'est pas stimulée lors d'infestation, l'hôte devant finalement être revacciné s'il ne développe pas une immunité naturelle contre les antigènes protecteurs immunodominants. A long terme, il est probablement plus avantageux de ne pas conférer d'immunité stérile, car cela réduit la pression de sélection des souches résistantes (36). Des bovins ont été immunisés et partiellement protégés par des protéines purifiées de B. bovis. Un polypeptide dont le poids moléculaire est de a été obtenu par purification à partir d'érythrocytes parasités par B. bovis, ce qui, dans des études sur l'effet protecteur, a conduit à des résultats encourageants (51). La protection contre T. gondii a également été obtenue chez des animaux de laboratoire en utilisant des protéines de surface, dont on peut à présent cloner les gènes (7). De même, les antigènes des sporozoïtes d'eimeria induisent une bonne immunité chez les jeunes poulets de chair (36) mais aucune publication ne fait état de perspectives de clonage de ces antigènes.

11 325 Etant donné que les vaccins sous-unitaires constituent à long terme la meilleure approche pour lutter contre les maladies parasitaires internes du bétail, il reste à trouver les modalités d'administration les moins onéreuses et les plus sûres. Les vaccins sousunitaires expérimentaux sont actuellement administrés sous forme d'au moins deux injections, généralement avec un adjuvant, ce qui ne serait pas acceptable sur le terrain. Des progrès ont cependant été réalisés dans le domaine des adjuvants, plusieurs formulations non toxiques mais relativement puissantes ayant été commercialisées. Parmi celles-ci on trouve le complexe immunostimulant (ISCOM) qui est une forme de liposome de haute technologie (36) et le SAF 1, de Syntex, qui comporte le constituant actif de l'adjuvant complet de Freund ainsi qu'un polymère tensioactif (1) ; l'efficacité des deux adjuvants doit cependant encore faire l'objet d'une étude à grande échelle sur le terrain. Une autre approche est l'utilisation de vecteurs à base de vaccins recombinants. A l'heure actuelle, des vecteurs tels que la vaccine, qui ont été largement essayés au laboratoire, ne peuvent toutefois être employés sur le terrain car ils risquent de provoquer des infections mortelles chez les personnes immunodéprimées. La vaccine pourrait en théorie se recombiner avec un autre poxvirus pour donner lieu à un agent pathogène susceptible d'être dangereux (36) et il n'est pas certain que la vaccine produite par génie génétique induira, lorsqu'elle sera suffisamment atténuée, une réponse immunitaire adéquate ou, dans le cas des helminthoses, une réponse appropriée. Cependant, l'avantage des vecteurs viraux est que l'antigène recombinant est présenté dans le contexte du complexe majeur d'histocompatibilité de classe I et/ou II sur les cellules cibles infectées de l'hôte et qu'il est probablement traité et présenté sous sa forme originelle (36). Il est également possible de modifier le vecteur en incluant des gènes de l'hôte, en l'occurrence celui de l'interleukine 2 (40), ce qui permet d'induire localement une réactivité des cellules T et d'abaisser le pouvoir pathogène de la vaccine. Il a été montré chez des animaux d'élevage que ceux-ci répondaient bien au virus recombinant de la vaccine, dans lequel une hémagglutinine du virus de l'influenza du porc avait été clonée (6). Il est par conséquent opportun à présent de rechercher si des recombinants similaires, dans lesquels des gènes parasitaires ont été incorporés, pourraient conférer la protection nécessaire. Il est évident que d'autres systèmes de vecteurs, notamment ceux qui assurent une immunisation par voie intestinale, pourraient être plus efficaces pour stimuler le système immunitaire de l'intestin contre les parasites intestinaux. Des travaux sont actuellement en cours pour rechercher si Salmonella spp., privé de sa virulence par élimination des plasmides de virulence, peut exprimer des gènes helminthiques et induire des réponses immunitaires locales contre ceux-ci (D. Baird, communication personnelle). CONCLUSIONS L'avènement des anticorps monoclonaux, des techniques complexes de fractionnement des protéines et de la biologie moléculaire a révolutionné les approches du diagnostic et de l'immunoprévention des parasitoses. Dans les dix ans à venir, on devrait disposer de techniques de diagnostic hautement spécifiques pour de nombreuses parasitoses ayant un retentissement économique. Il est aussi probable que des vaccins sous-unitaires sophistiqués seront commercialisés, au moins pour

12 326 certaines des principales parasitoses. Malheureusement, il est très vraisemblable que seuls seront mis sur le marché les vaccins les plus rentables et il n'est pas certain que des maladies telles que la theilériose et la trypanosomose, si importantes dans les régions tropicales, susciteront autant d'intérêt. REMERCIEMENTS Je tiens à remercier tout particulièrement le Docteur P.K. Murray qui m'a permis d'accéder, avant publication, à son article sur les vaccins moléculaires contre les parasitoses animales. * BIBLIOGRAPHIE 1. ALLISON A.C. & BYARS N.E. (1986). - An adjuvant formulation that selectively elicits the formation of antibodies of protective isotypes and of cell-mediated immunity. J. Immunol. Methods, 95, ARAUJO F.G. & REMINGTON J.S. (1980). - Antigenemia in recently acquired acute toxoplasmosis. J. infect. Dis., 141, BEHNKE J.M. & ROBINSON M. (1985). - Genetic control of immunity to Nematospiroides dubius: a 9-day anthelmintic abbreviated immunizing regime which separates weak and strong responder strains of mice. Parasite Immunol., 7, BOULARD C., BOUVRY M. & ARGENTE G. (1985). - Comparison of the detection of foci of fascioliasis by the ELISA test on milk and serum and by coproscopy. Annls Rech. vét., 16, BOULARD C, ARGENTE G. & HILLION E. (1988). - Hypodermose bovine. 1. Description et incidence économique. Point vét., 20, BOLYE D.G., COUPAR B.E.H., PARSONSON I.M., BAGUST T.J. & BOTH G.W. (1986). - Responses of cattle, sheep and poultry to a recombinant vaccinia virus expressing a swine influenza haemagglutinin. Res. vet. Sci., 41, BURG J.L., PERELMAN D., KASPER L.H., WARE P.L. & BOOTHROYD J.C. (1988). - Molecular analysis of the gene encoding the major surface antigen of Toxoplasma gondii. J. Immun., 141, CHAPMAN C.B. & MITCHELL G.F. (1982). - Proteolytic cleavage of immunoglobulin by enzymes released by Fasciola hepatica. Vet. Parasit., 11, CHERWINSKI H.M., SCHUMACHER J.H., BROWN K.D. & MOSMANN T.R. (1987). - Two types of mouse helper T cell clone. III. Further differences in lymphokine synthesis between Th1 and Th2 clones revealed by RNA hybridization, functionally monospecific bioassays, and monoclonal antibodies. J. exp. Med., 166, CHUSATTAYANOND W. & DENHAM D.A. (1986). - Attempted vaccination of jirds (Meriones unguiculatus) against Brugia pahangi with radiation attenuated infective larvae J. Helminth., 60, DAME J.B., MURRELL K.D., WORLEY D.E. & SCHAD G.A. (1987). - Trichinella spiralis: genetic evidence for synanthropic subspecies in sylvatic hosts. Expl Parasit., 64, DINEEN J.K. & WINDON R.G. (1980). - The effect of sire selection on the response of lambs to vaccination with irradiated Trichostrongylus colubriformis larvae. Int. J. Parasit., 10,

13 ENANDER I., AHLSTEDT S. & NYGREN H. (1984). - Mononuclear cells, mast cells and mucous cells as part of the delayed hypersensitivity response to aerosolized antigen in mice. Immunology, 51, FINLAYSON J. (1980). - A microtitre radio-immunoassay for Toxoplasma gondii antibody. J. comp. Path., 90, GLICKMAN L.T. & SCHANTZ P.M. (1985). - Do Toxocara canis larval antigens used in enzyme-linked immunosorbent assay for visceral larva migrans cross-react with AB isohemagglutinins and give false positive results? Z. Parasitenk., 71, GOOD M.F., BERZOFSKY J.A., MALOY W.L., HAYASHI Y., FUJII N., HOCKMEYER W.T. & MILLER L.H. (1986). Genetic control of the immune response in mice to Plasmodium falciparum sporozoite vaccine. Widespread nonresponsiveness to single malaria T epitope in a highly repetitive vaccine. J. exp. Med., 164, HAIG D.M., MCMENAMIN C., REDMOND J., BROWN D., YOUNG I.G., COHEN S.D.R. & HAPEL A.J. (1988). - Rat IL-3 stimulates the growth of rat mucosal mast cells in culture. Immunology, 65, HAIG D.M. & MILLER H.R.P. (1990). - Differentiation of bone marrow cells into effector cells. In Parasites, immunity and pathology. The consequences of parasite infection in mammals (J. Behnke, ed.). Taylor and Francis, Londres (sous presse). 19. HARRISON L.J.S. & SEWELL M.M.H. (1981). - Antibody levels in cattle naturally infected with Taenia sagina ta metacestodes in Britain. Res. vet. Sci., 31, HEINZEL F.P., SADICK M.D., HOLADAY E.J., COFFMAN R.L. & LOCKSLEY R.M. (1989). Reciprocal expression of interferon gamma or interleukin 4 during the resolution or progression of murine leishmaniasis. Evidence for expansion of distinct helper T cell subsets. J. exp. Med., 169, HUNTLEY J.F., GIBSON S., BROWN D., SMITH W.D., JACKSON F. & MILLER H.R.P. (1987). - Systemic release of a mast cell proteinase following nematode infections in sheep. Parasite Immunol., 9, KARLSSON G., HANSSON H.-A., PETRUSON B., BJORKANDER J. & HANSON L.A. (1985). Goblet cell number in the nasal mucosa relates to cell-mediated immunity in patients with antibody deficiency syndromes. Int. Arch. Allergy Appl. Immunol., 78, KRCO C.J., WASSOM D.L., ABRAMSON E.J. & DAVID C.S. (1983). - Cloned T cells recognize Trichinella spiralis antigen in association with an E k beta E k alpha restriction element. Immunogenetics, 18, LEE G.B. & OGILVIE B.M. (1981). - The mucus layer in intestinal nematode infections. In The mucosal immune system in health and disease (P.L. Ogra and J. Bienenstock, eds.). Proc. 81st Ross Conference on pediatric research. Ross Laboratories, Columbus, LIGHTOWLERS M.W. & RICKARD M.D. (1988). - Excretory-secretory products of helminth parasites: effects on host immune responses. Parasitology, 96, S MILLER H.R.P. (1984). The protective mucosal response against gastrointestinal nematodes in ruminants and laboratory animals. Vet. Immun. Immunopath., 6, MILLER H.R.P. (1987). Gastrointestinal mucus, a medium for survival and for elimination of parasitic nematodes and protozoa. Parasitology, 94, S MILLER H.R.P., HUNTLEY J.F. & WALLACE G.R. (1981). - Immune exclusion and mucus trapping during the rapid expulsion of Nippostrongylus brasiliensis from primed rats. Immunology, 44, MILLER H.R.P., JACKSON F., NEWLANDS G. & APPLEYARD W.T. (1983). - Immune exclusion, a mechanism of protection against the ovine nematode Haemonchus contortus. Res. vet. Sci., 35, MILLER T.A. (1978). - Industrial development and field use of the canine hookworm vaccine. Adv. Parasitol., 16,

14 MOQBEL R., KING S.J., MACDONALD A.J., MILLER H.R.P., CROMWELL O., SHAW R.J. & KAY A.B. (1986). - Enteral and systemic release of leukotrienes during anaphylaxis of Nippostrongylus brasiliensis-primed rats. J. Immun., 137, MOSMANN T.R., CHERWINSKI H., BOND M.W., GIEDLIN M.A. & COFFMAN R.L. (1986). - Two types of murine helper T cell clone. I. Definition according to profiles of lymphokine activities and secreted proteins. J. Immun., 136, MUNN E.A., GREENWOOD C.A. & COADWELL W.J. (1987). - Vaccination of young lambs by means of a protein fraction extracted from adult Haemonchus contortus. Parasitology, 94, MURRAY H.W., RUBIN B.Y. & ROTHERMEL CD. (1983). - Killing of intracellular Leishmania donovani by lymphokine-stimulated human mononuclear phagocytes. Evidence that interferon-gamma is the activating lymphokine. J. clin. Invest., 72, MURRAY M., JARRETT W.F. & JENNINGS F.W. (1971). - Mast cells and macromolecular leak in intestinal immunological reactions. The influence of sex of rats infected with Nippostrongylus brasiliensis. Immunology, 21, MURRAY P.K. (1989). - Molecular vaccines against animal parasites. Vaccine, 7, NATHAN C.F.H., MURRAY H.W., WEIBE M.E. & RUBIN B.Y. (1983). - Identification of interferon-gamma as the lymphokine that activates human macrophage oxidative metabolism and antimicrobial activity. J. exp. Med., 158, OLIVER D.G., SINGH P., ALLISON D.E., MURRELL K.D. & GAMBLE H.R. (1990). - Field evaluation of an enzyme immunoassay for detection of trichinellosis in hogs in a high volume North Carolina abattoir. In Proc. VII int. trichinellosis conf. (C.E. Tanner, A.R. Martinez- Fernandez and F. Bolas-Fernandez, eds.) PHILIPP M. & RUMJANEK F.D. (1984). - Antigenic and dynamic properties of helminth surface structures. Mol. Biochem. Parasitol., 10, RAMSHAW I.A., ANDREW M.E., PHILLIPS S.M., BOYLE D.B. & COUPAR B.E.H. (1987). Recovery of immunodeficient mice from a vaccinia virus/il-2 recombinant infection. Nature, 329, RISHI A.K. & MCMANUS D.D. (1988). - Molecular cloning of Taenia solium genomic DNA and characterization of taeniid cestodes by DNA analysis. Parasitology, 97, ROSE M.E., WAKELIN D. & HESKETH P. (1989). - Gamma interferon controls Eimeria vermiformis primary infection in BALB/c mice. Infect. & Immunity, 57, SCOTT P., NATOVITZ P., COFFMAN R.L., PEARCE E. & SHER A. (1988). - Immunoregulation of cutaneous leishmaniasis. T cell lines that transfer protective immunity or exacerbation belong to different T helper subsets and respond to distinct parasite antigens. J. exp. Med., 168, URBAN J.F. JR, ALIZADEH H. & ROMANOWSKI R.D. (1988). - Ascaris suum: development of intestinal immunity to infective second-stage larvae in swine. Expl Parasit., 66, URQUHART G.M., JARRETT W.F.H., JENNINGS F.W., MCINTYRE W.I.M. & MULLIGAN W. (1966). - Immunity to Haemonchus contortus infection: relationship between age and successful vaccination with irradiated larvae. Am. J. vet. Res., 27, VAN KNAPEN F., PANGGABEAN S.O. & VAN LEUSDEN J. (1985). - Demonstration of Toxoplasma antigen containing complexes in active toxoplasmosis. J. clin. Microbiol., 22, WAKELIN D. (1985). - Genetic control of immunity to helminth infections. Parasit. Today, 1, WASSOM D.L. & GLEICH G.J. (1979). - Damage to Trichinella spiralis newborn larvae by eosinophil major basic protein. Am. J. trop. Med. Hyg., 28,

15 WILLIAMS S.A., DESIMONE S.M. & MCREYNOLDS L.A. (1988). - Species-specific oligonucleotide probes for the identification of human filarial parasites. Mol. Biochem. Parasitol, 28, WOODBURY R.G., MILLER H.R.P., HUNTLEY J.F., NEWLANDS G.F.J., PALLISER A.C. & WAKELIN D. (1984). - Mucosal mast cells are functionally active during spontaneous expulsion of intestinal nematode infections in rats. Nature, 312, WRIGHT I.G., MIRRE G.B., RODE-BRAMANIS K., CHAMBERLAIN M., GOODGER B.V. & WALTISBUHL D.J. (1985). - Protective vaccination against virulent Babesia bovis with a low-molecular-weight antigen. Infect. & Immunity, 48, YONG W.K., HEATH D.D. & VAN KNAPEN F. (1984). - Comparison of cestode antigens in an enzyme-linked immunosorbent assay for the diagnosis of Echinococcus granulosus, Taenia hydatigena and T. ovis infections in sheep. Res. vet. Sci., 36,

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis

Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis Toxo KO: Un vaccin recombinant vivant pour la prévention de la toxoplasmose congénitale de la brebis UMR INRA-Université 0483, Immunologie Parasitaire et Vaccinologie, Biothérapies Anti-infectieuses, 37200

Plus en détail

Les vers de nos compagnons

Les vers de nos compagnons Les vers de nos compagnons Il se peut que votre animal de compagnie soit contaminé par des vers sans que vous ne vous en rendiez compte. Près d'un animal de compagnie sur deux (chat et chien) est porteur

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

La résistance génétique des moutons aux strongles gastro-intestinaux

La résistance génétique des moutons aux strongles gastro-intestinaux La résistance génétique des moutons aux strongles gastro-intestinaux Académie Vétérinaire de France 18 décembre 2008 Jacquiet P., Barillet F., Bouix J. François D., Moreno C., Terefe G. INRA Départements

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les porcelets puisqu ils sont soumis à plusieurs stress. Cette période

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Directives concernant la production d'anticorps monoclonaux

Directives concernant la production d'anticorps monoclonaux Bundesamt für Veterinärwesen Office vétérinaire fédéral Ufficio federale di veterinario Uffizi federal veterinar Directive Protection des animaux 5.01 Directives concernant la production d'anticorps monoclonaux

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain

Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Approches immunologiques potentielles du traitement du paludisme humain Claudio Daniel RIBEIRO A l'heure actuelle les différentes possibilités thérapeutiques proposées pour le traitement du paludisme rencontrent

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur J. Vitte 8 pages Plan: Allergies Hypersensibilité de type I A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose

TOXOPLASMA. Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose TOXOPLASMA Toxoplasma gondii, agent de la toxoplasmose 1. Le parasite 1.1. Historique En 1908, à l Institut Pasteur de Tunis, Nicolle et Manceaux découvrent chez un Rongeur, le Gondi, Ctenodactylus gondii,

Plus en détail

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche!

Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Cryptosporidiose bovine, veaux nouveau-nés et retard de croissance: l espoir de la recherche! Faculté de médecine vétérinaire Karine Sonzogni-Desautels, DMV, MSc Étudiante au PhD en parasitologie Laboratoire

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Immunoglobulines. A. Galmiche, octobre 2010

Immunoglobulines. A. Galmiche, octobre 2010 Immunoglobulines A. Galmiche, octobre 2010 Généralités Glycoprotéines retrouvées dans le sangs et les fluides biologiques Les immunoglobulines sont les principaux effecteurs de l immunité humorale (par

Plus en détail

La vermifugation de routine devient un réel plaisir

La vermifugation de routine devient un réel plaisir La vermifugation de routine devient un réel plaisir Pour votre santé et celle de votre chien, il est essentiel de le vermifuger régulièrement. L administration d un anthelminthique n équivaut pas nécessairement

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Notice biographique Repères biographiques communs

Notice biographique Repères biographiques communs Notice biographique Repères biographiques communs Nom : GOURBAL Prénom : BENJAMIN Section : 67 Corps : Maître de conférences Equipe de recherche Grade : CN Ecologie et Evolution des Interactions UMR 5244

Plus en détail

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes,

A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, Ecurie du 1/02/12 1: AE A : Vrai : La biotechnologie est l'ensemble des techniques qui utilisent des microorganismes, des cellules animales, végétales ou leurs constituants à des fins industrielles (agro

Plus en détail

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets

MAB Solut. MABSolys Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de vos projets Mabsolys-2015-FR:Mise en page 1 03/07/15 14:02 Page1 le département prestataire de services de MABSolys de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et mollusques) dans la mangrove dulçaquicole de Guadeloupe Échelles spatiale, fonctionnelle et coévolutive.

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

INTÉRÊT DU MONOXYDE D'AZOTE DANS LA DÉFENSE ANTI-PARASITAIRE DES MACROPHAGES HUMAINS (*)

INTÉRÊT DU MONOXYDE D'AZOTE DANS LA DÉFENSE ANTI-PARASITAIRE DES MACROPHAGES HUMAINS (*) 7 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 7-17 INTÉRÊT DU MONOXYDE D'AZOTE DANS LA DÉFENSE ANTI-PARASITAIRE DES MACROPHAGES HUMAINS (*) M. Djavad MOSSALAYI (1), Martine APPRIOU (1) Au cours des helminthiases,

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg

G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg Les vaccins aux allergènes des mammifères: approches avec les allergènes recombinants G. Pauli Professeur Honoraire Faculté de Médecine, Strasbourg 2 èmes rencontres francophones d allergologie moléculaire,

Plus en détail

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages Dr Alexis Lécu Paris Zoo 1 Introduction OMS 2005 : 1 personne sur 3 contaminée dans le monde 2 millions de morts par an 14-16 millions

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Infestation par Toxocara cati,

Infestation par Toxocara cati, Fiche technique n 23 Infestation par Toxocara cati, la toxocarose féline La toxocarose féline est principalement due à Toxocara cati, un ver parasite fréquemment rencontré chez le chat. Il peut être à

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

La réponse immunitaire induite par Neospora caninum

La réponse immunitaire induite par Neospora caninum Manuscrit déposé le 17/11/2010 Ann. Méd. Vét., 2011, 155, 38-52 Formation continue - Articles de synthèse La réponse immunitaire induite par Neospora caninum GHALMI F. Laboratoire de Parasitologie-Mycologie.

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis 1ère PARTIE : Restitution des connaissances (8 points). STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Après avoir défini en introduction la

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM

PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM PRÉVENIR ET GUÉRIR LE VIH/SIDA : OÙ EN SOMMES-NOUS? CAFÉ SCIENTIFIQUE DE L IRCM Défis reliés à l infection par le VIH Paul Jolicoeur, M.D., Ph. D. Chercheur fondamental Directeur de l unité de recherche

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION

IMMUNOGENETIQUE 1) INTRODUCTION LA VACCINATION IMMUNOGENETIQUE LA VACCINATION 1) INTRODUCTION Certaines maladies sont contagieuses, elles peuvent être contractées par rapport à un sujet malade, et ceci par la transmission d un agent infectieux. Le

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail