Fluctuations de la sérotonine et de ses métabolites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fluctuations de la sérotonine et de ses métabolites"

Transcription

1 Fluctuations de la sérotonine et de ses métabolites au niveau du poumon et du mucus intestinal chez le rat infesté par Nippostrongylus brasiliensis. J. M. Grosclaude (1), F. Goudey-Perrière (2), P. Gayral (2, 3), C. Jacquot (1) & H. Barreteau (2) (4) (1) Laboratoire de pharmacodynamie, Faculté de pharmacie, Châtenay-Malabry Cedex, France. (2) Laboratoire de biologie et contrôle des organismes parasites, Faculté de pharmacie, Châtenay-Malabry Cedex, France. (3) Hôpital Sainte-Anne, 1 rue Cabanis, Paris, France. Tél.: ,fax.: (4) Communication MR1996/119 présentée au congrès SPEde novembre 1996 à l Ile Maurice. Article accepté le 4 novembre Summary: Fluctuations of The Serotoninergic Pathway in The Lung And The Intestinal Mucus in Nippostrongylus brasiliensis Infested Rats. The influence of parasitism on host biogenic amine levels was investigated in Nippostrongylus brasiliensis infected rats. Amine levels were estimated in tissues surrounding Nematods in their biolo - gical environment: the lung and intestinal mucus. D0 being the day of infestation, tissues were obtained at 24, 30 and 45 hrs, and every day between D4 and D14 (when the rat was completely deparasited by the self-cure phenomenon). Biogenic amines belonging to the serotoninergic path - way were quantified by HPLC with electrochemical detection. In the lungs and mucus, parasitism resulted in an important decrease in serotonine (5-HT) and 5- hydroxyindolacetic acid (5-HIAA) levels, as opposed to the immediate 5-HT precursor, the 5-hydroxy - tryptophane (5-HTP). Host response to parasitism is translated by serotoninergic pathway levels. This leads to two hypo - theses: 5-HT turn-over may be accelerated, but the inhibition of 5-HT synthetic enzyme, 5-hydroxy - tryptophane hydroxylase, by the parasite present in the host seems more probable. Résumé : L influence du parasitisme sur les taux des amines biogènes a été appréciée chez le rat parasité par le Nématode N i p p o s t rongylus brasiliensis. Les dosages ont porté sur les poumons et l intestin, organes directement concernés par les parasites. Les prélèvements ont été effectués à partir de J1, J0 étant le jour de l infestation, puis à 30 h, 45 h, J4 et tous les jours jusqu à J14, date de l élimination complète des vers par le rat. Les amines biogènes ont été dosées par chromatographie liquide à haute perfor - mance couplée à la détection électrochimique. La voie sérotoninergique a été principalement étudiée. Dans les poumons et l intestin du rat parasité, une diminution importante de sérotonine (5-HT) et de son dérivé de dégradation (5-HIAA) est notée, alors que le 5-hydroxytryptophane (5-HTP), son précurseur, augmente. La réponse de l hôte au parasitisme se traduit par une modification dans les taux des composés de la voie sérotoninergique. Deux hypothèses sont posées en fonction de la diminution de 5-HT et de l accumulation de 5-HTP: le renouvellement de la 5-HT pourrait être accéléré, mais il semble plus probable que l enzyme de synthèse de la 5-HT, la 5-hydroxytryptophane décarboxylase, soit inhibée par la présence du parasite. Key-words: Serotoninergic pathway - Nippostrongylus brasiliensis - Nematoda - Rat - Lung - Intestinal mucus Mots-clés : Voie sérotoninergique - Nippostrongylus brasiliensis - Nématode - Rat - Poumon - Mucus intestinal Introduction Ni p p o s t rongylus brasiliensis, parasite intestinal du rat blanc, a un cycle direct et rapide, ce qui permet de répéter les séries expérimentales nécessaires à l interprétation statistique des résultats. Après infestation par voie transcutanée, suivie d un passage pulmonaire, les larves atteignent l intestin en 4 jours, muent en adultes qui se re p roduisent. Les rats se déparasitent spontanément et, dans nos conditions expérimentales, aucun ver ne subsiste dans l intestin 15 jours après l infestation (21). Le parasitisme perturbe les paramètres biologiques des animaux parasités, sans que les mécanismes soient toujours bien établis. Ainsi, les réponses immunitaires ont fait l objet de très nombreux travaux et souvent, pour le diagnostic des helminthiases, l un des éléments est l augmentation du nombre des granulocytes éosinophiles dans le sang, liée à la réponse immunitaire. A partir des données concernant l évolution des taux des amines biogènes dans les populations de N i p p o s t rongylus bra - siliensis au cours de la phase parasitaire de leur cycle (10), il est intéressant de connaître les fluctuations de ces amines chez les hôtes parasités, qui n ont, à notre connaisance, jamais été recherchées. La chromatographie liquide à haute pression couplée à la détection électrochimique (HPLC-ED) a été utilisée (10). Lors des prélèvements, des échantillons de tissus parasités ont été re t e- nus. Il s agit du poumon et du mucus intestinal, milieux dans lesquels ont évolué les vers. Au cours de ce travail, nous anal y s e rons plus précisément les variations du taux de try p t o- phane (Trp), de 5-hydro x y t ryptophane (5-HTP), d acide 5 - h y d roxyindoleacétique (5-HIAA) et de sérotonine (5-HT).

2 Matériel et méthodes Cycle de Nippostrongylus brasiliensis et récolte des parasites N i p p o s t rongylus brasiliensis est maintenu au laboratoire sur le rat mâle (Wi s t a r, Iffa Credo, France). Les rats sont isolés et alimentés ad libitum. Ils sont entièrement dépourvus d infections helminthiques. Les fèces de rats parasités sont recueillies de J6 à J9 après l infestation et utilisées pour réaliser des culture s fécales dans des boites de PE T R I. Les boites sont incubées à 2 5 C dans une étuve en chambre humide. Dans ces conditions, après une semaine d incubation, les larves infestantes de t roisième stade (L3) sont recueillies en mettant à profit leur t h e rm o t ropisme positif ; les boites sont remplies avec de l eau à 37 C et les larves migrent vers le bord du papier filtre. Elles sont ensuite rincées 2 à 3 fois avec du NaCl 0,15M, puis la suspension est centrifugée à 1000 rpm pendant 5 minutes et injectée aussitôt au rat par voie sous-cutanée (2500 L3 dans 0,4 ml de NaCl stérile pour un rat de 250 g). Le premier jour d infestation est dénommé J0. Les larves infestantes migrent par le flux sanguin, puis elles se dirigent vers les poumons où elles subissent une mue larv a i re (larves de quatrième stade, L4). Poursuivant leur migration de la trachée à l œsophage puis à l intestin, elles muent en adultes vers J4 (20). A J6, les vers sont capables de se re p ro d u i re ; les œufs sont éliminés dans les fèces (21) et permettent d entretenir le cycle. Finalement, les vers sont totalement expulsés de l intestin vers J15 dans nos conditions expérimentales. Le rat, immunisé, ne se reparasitera plus. Obtention et préparation des échantillons biologiques Les rats sont tués par asphyxie à l éther. Après prélèvement des différents stades parasitaires étudiés antérieurement (10), les poumons, le mucus intestinal des rats, sont préparés pour l analyse. Les poumons sont découpés finement et mis à tre m- per dans du NaCl 0,15 M à 37 C dans des boites de PETRI. Les larves sont éliminées le plus possible du tissu pulmonaire. La muqueuse intestinale est grattée, puis débarrassée des adultes. Chaque échantillon est rincé (NaCl 0,15M), épongé sur du papier filtre pour enlever l excès de liquide et congelé à - 80 C. Des échantillons sont prélevés de façon identique chez des rats non parasités servant de témoins. Toutes les préparations des échantillons sont faites à 4 C. Après décongélation, les échantillons sont homogénéisés (1mg/ 50 µl de solution antioxydante) dans de l acide perchlorique HClO 4 0,4 N contenant des antioxydants (v/v : 0, 1 % de cystéine ; 0,1 % de Na 2 S 2 O 5 ; 0,1 % de Na 2 E D TA ). Les échantillons sont broyés (Ultraturrax, 30 secondes) et soumis aux ultrasons (Sonifier, Cell Disru p t o r, B-15 Branson). Les protéines sont précipitées par l acide perchlorique. Après deux centrifugations successives [4500 rpm, 15 minutes et rpm, 5 minutes (microfuge BE C K M A N)], les surn a- geants sont injectés dans la colonne. Dosages Le système chromatographique est constitué d une pompe BECKMAN 116 réglée sur un débit continu de 0,9 ml/minute, une boucle d injection Rheodyne de 20 µl ( TO U Z A RT e t MAT I G N O N), une colonne en phase inverse (Ultrasphere ODS 5 µm, 150*4,5 mm, BE C K M A N) et un détecteur électro c h i- mique 641 VA Metrohm ( RO U C A I R E, France) comport a n t une électrode au carbone vitreux fixée à un potentiel de 0,86 volts et une électrode de référence Ag/AgCl/c(KCl). La phase mobile est un tampon phosphate (100 mm KH2PO4) contenant 5 mm d acide heptane sulfonique et 10 % de méthanol (v/v). Le ph est ajusté à 3,8 en utilisant du KOH 3M. La solution étalon est complètement éluée en 25 minutes. Les amines biogènes sont indiquées ci-après dans l ordre de leur élution : 5-hydro x y t ryptophane (5-HTP), acide 5-hydro x y i n- doleacétique (5-HIAA), tryptophane (Trp) et sérotonine (5- HT). L identité de chaque pic a été déterminée en comparant les temps de rétention des échantillons avec ceux de l étalon (1, 6) et en surc h a rgeant chaque pic avec un volume défini d étalon. La technique est reproductible et sensible. Produits chimiques Tous les produits chimiques sont de qualité analytique. Le méthanol utilisé pour l HPLC provient de chez MERCK. Les substances étalons, 5-hydro x y t ryptophane, (5-HTP), acide 5 - h y d roxyindoleacétique (5-HIAA), tryptophane (Trp) et sérotonine (5-HT) sont obtenues chez Sigma Co. Expression des résultats et analyse statistique Les résultats sont exprimés en ng/g de tissu. Chaque point des courbes représente la valeur d au moins 5 déterm i n a t i o n s jusqu à J10 et 3 à partir de J11. Dans quelques échantillons, les amines étant en dessous du seuil de détection, leur concentration est considérée comme étant égale à 0 dans nos calculs. Les moyennes sont comparées par une analyse de variance (test de FI S H E R) grâce à un programme Statview sur MacIntosh, cette analyse est suivie par une comparaison de moyennes (test de STUDENT). Résultats Les poumons et les mucus de rat ont été prélevés à J1, J1,25 (30 h), J1,8 (45 h), J4, J5, J6, J7, J8, J9, J10, J11, J12, J13 et J14. Les échantillons proviennent des mêmes rats. Les résultats donnés dans le texte correspondent aux diff é rences significatives à p < 0,05 observées entre les témoins et les traités, les variations entre les stades parasitaires ne seront pas débattues. Dans la suite des commentaires, les témoins seront notés T et les parasités P. Etant données les fluctuations de l échantillonnage, les valeurs observées chez les rats témoins ne peuvent être considérées comme significativement différentes. Concentrations des amines biogènes dans les poumons Les taux moyens globaux ont été calculés par amine entre J1 et J14, ils permettent d établir un certain nombre de constatations : aucun changement significatif n est re m a rqué pour le tryptophane (T : 5369 ± 640 v s P : 5524 ± 467 ng/g). Le taux moyen de 5-HTP est augmenté chez les rats parasités (T : 0,28 ± 0,2 vs P : 5,5 ± 1,6 ng/g). Au contraire, les taux moyens de 5-HIAA (T : 56,9 ± 9,4 vs P 15,5 ± 3,4 ng/g) et de 5-HT (T : 234,8 ± 44 vs P : 35,9 ± 9 ng/g) s effondrent chez les rats parasités. Pour les variations journalières du Trp (figure 1a), les seules variations significatives sont enregistrées à 30 heures (T : 4314 vs P : ng/g) et à J12 (T: 3559 ± 265 vs P : 7887 ± 1357 ng/g) sans modifications aux autres dates. Une augmentation significative du 5-HTP (figure 1b) est notée à J4 (T : non détecté v s P : 10,22 ± 2,13 ng/g). Les variations de 5-HT (figure 1c) sont toutes dans le même sens et montrent une diminution i m p o rtante, les plus significatives étant notées lorsque la majo-

3 J. M. Grosc laude, F. Goudey-Perrière, P. Gayral,C. Jacquot & H. Bar reteau Fluctuations de la sérotonine et de ses métabolites au niveau du poumon et du mucus intestinal chez le rat infesté par Nippostrongylus brasiliensis. rité des vers a quitté les poumons : à J6 (T : 188 ± 49 vs P : 48 ± 18 ng/g), J7 (T : 495± 160 vs P : 14 ± 13 ng/g), J9 (T : 171 ± 33 v s P : 55 ± 28 ng/g), J10 (T : 317 ± 212 v s P : 14 ± 13 ng/g), J11 (T : 248 ± 70 ng/g v s P : non détecté), J12 (T : 245 ± 81 ng/g v s P : non détecté).une diminution des taux de 5-HIAA (figure 1d) est enregistrée chez les rats parasités dès J1 (T : 48 ± 19 vs P : 1 ± 0,2 ng/g), J6 (T : 46 ± 15 vs P : 13 ± 6 ng/g), J7 (T : 128 ± 53 v s P : 20 ± 12 ng/g), J11 (T : 47 ± 3 ng/g v s P : non détecté) et J12 (T : 65 ± 11 vs P : 22 ± 11 ng/g). Figure 2. Variations des composés de la voie sérotoninergique dans le mucus intestinal de rats parasités ou non,de J1 à J14 (J0 étant le jour de l infestation). 2a:tryptophane;2b:5-hydroxytryptophane; 2c:sérotonine;2d:acide 5-hydroxyindolacétique. Figure 1. Variations des composés de la voie sérotoninergique dans le tissu pulmonaire de rats parasités ou non,de J1 à J14 (J0 étant le jour de l infestation). 1a:tryptophane;1b:5-hydroxytryptophane; 1c:sérotonine;1d:acide 5-hydroxyindolacétique. Concentrations des amines biogènes dans le mucus intestinal Les taux moyens globaux ont été calculés de la même façon pour le mucus intestinal : une diminution des taux est re m a r- quée pour le tryptophane (T : ± 2957 vs P : ± ng/g), le 5-HIAA (T : 150,8 ± 19,4 v s P : 79,6 ± 21,3 ng/g) et la 5-HT (T : 1191,4 ± 109 v s P : 182 ± 26 ng/g) où les taux moyens s eff o n d rent chez les rats parasités. Au contraire, le taux moyen de 5-HTP est augmenté chez les rats parasités (T : 3,07 ± 2,1 vs P : 12 ± 2,2 ng/g).

4 Les analyses des données journ a l i è res montrent des variations significatives de Trp (figure 2a) à J4 (T : 9016 ± 1246 vs P : ± 2286 ng/g), puis à J6 (T : ± v s P : ± 1561 ng/g), J7 (T : ± vs P : 9340 ± 2950 ng/g), J10 (T : ± 1501 v s P : ± 1413 ng/g) et J11 (T : ± vs P : 6641 ± 594 ng/g). Les taux de 5-HTP (figure 2b) sont augmentés chez les rats parasités comparativement aux rats témoins : à J4 (T : non détecté v s P : 37 ± 10 ng/g), J11 (T : non détecté vs P : 8 ± 3 ng/g) et J12 (T : 0,2 ± 0,2 vs P : 15,7 ± 7 ng/g), le 5-HTP est quasiment indétectable dans tous les échantillons témoins sauf à J5, J6 et J8. Dans le cas de la 5-HT ( f i g u re 2c), toutes les moyennes calculées sont inférieures chez les rats parasités, par exemple à J7 (T : 1605 ± 312 v s P : 221 ± 142 ng/g). Une diminution est également évidente pour le 5 -HIAA (figure 2d) des rats parasités : à J6 (T : 176 ± 67 v s P : 30 ± 9 ng/g), J9 (T : 274 ± 95 v s P : 23 ± 5 ng/g), J10 (T : 212 ± 70 v s P : 40 ± 11 ng/g) et J11 (T : 244 ± 34 v s P : 18 ± 5 ng/g). Des variations significatives enregistrées dans le taux des amines n interviennent qu au terme de quatre jours d infestation, au moment où les vers sont présents dans l intestin. Discussion Pendant la phase pulmonaire du Nématode, entre J0 et J2 dans nos séries expérimentales, les taux de Trp et de 5-H T P sont élevés dans les poumons dès J1. A l inverse, les valeurs moyennes de 5-HT et de 5-HIAA diminuent déjà. Ces données vont dans le sens d une réaction locale tissulaire en réponse à la présence des parasites. Mais lorsque la majorité des vers a quitté les poumons durant la phase intestinale après J4, le 5 -HTP reste élevé alors que les taux de 5-HT et 5-HIAA diminuent. Au niveau de l intestin, il n y a pas de variation des amines biogènes avant la phase intestinale. Cependant, dès J5, toutes les amines sont affectées, le Trp et la 5-HT diminuent pendant que le 5-HTP augmente. Globalement, nos résultats montrent une augmentation des taux de 5-HTP, alors que la 5-HT et la 5-HIAA diminuent dès que les tissus sont au contact des parasites. Deux hypothèses peuvent être formulées : - la synthèse de 5-HT pourrait être diminuée par le parasitisme, l enzyme 5-HTP décarboxylase étant alors un facteur limitant, puisque le taux de 5-HTP augmente ; - le renouvellement de la 5-HT serait au contraire accéléré. A la suite d une infestation par Nippostrongylus brasiliensis, des réponses locales sont enregistrées au niveau du poumon et de l intestin : - apparition d immunoglobulines E (IgE) spécifiques ou non (25, 30-32) dont l augmentation est associée, chez la souris, à une stimulation de la production d interleukines provenant des cellules muqueuses de l intestin (IL-4) ou des éosinophiles sanguins (IL-5), 10 jours après l infestation (27). Elles apparaissent localement dès le sixième jour et sont impliquées dans l expulsion des parasites (23), - augmentation de la réponse immunitaire, avec production de médiateurs puissants tels que le PAF (Platelet Activating Factor) dont la sécrétion est corrélée avec l augmentation du n o m b re des mastocytes et des éosinophiles tissulaires, avec la synthèse de leucotriènes (LTB4 ou LTC4) et de la myéloperoxidase (11) 15 jours après l infestation. Le Nématode, présent dans l intestin, inactive le PAF (4). Tous ces facteurs, qui caractérisent une réaction allergique et inflammatoire, apparaissent plusieurs jours après le début de l infestation et participent à la réaction générale de l hôte au parasitisme. Au niveau pulmonaire, le métabolisme de la sérotonine, qui maintient l intégrité de l épithélium pulmonaire et assure les échanges de liquides entre les alvéoles, a été étudié dans les poumons de rat (3). La sérotonine est immédiatement utilisée sur son lieu de synthèse et dégradée par la MAO. En réponse à une infestation de larves de N i p p o s t rongylus brasiliensis, les tissus pulmonaires sont endommagés et une inflammation s installe. En parallèle, le nombre de macrophages, d éosinophiles et de lymphocytes T et B (notamment les CD8+) augmentent dès J2 et, dans le liquide bro n c h o - a l v é o l a i re, au moins jusqu à J16 (25). Cette réaction locale à long terme est en accord avec notre observation, mais n apporte aucun argument en faveur de l une ou de l autre de nos hypothèses. En effet, le tissu parasité peut requérir un besoin accru de 5-HT pour maintenir son intégrité, ce qui conduit à une augmentation du renouvellement. Les vers peuvent, par ailleurs, synthétiser un inhibiteur de l enzyme 5-HTP décarboxylase, ce qui se traduirait par la diminution constatée de la 5-HT et du 5-HIAA, et par une demande de l organisme satisfaite par l apport des amines produites par les cellules présentes dans le liquide alvéolaire, dans un milieu bien oxygéné; la production de la 5-HT serait alors bloquée par un facteur émanant du parasite. Au niveau intestinal, la sérotonine présente dans le compartiment endoluminal provient des cellules chromaffines de la muqueuse, des éosinophiles, des mastocytes ou, dans une m o i n d re pro p o rtion, des neurones entériques (5, 7-9, 28,29). La sérotonine régule la motilité intestinale (12, 17). Les eff e t s du parasitisme par Nippostrongylus brasiliensis modifient les taux des composés séro t o n i n e rgiques du mucus dans le même sens que dans les poumons ; c est après 5 jours, c est-à-dire dès le début de la phase intestinale, et durant toute la période d observation (jusqu à J14) que les taux locaux sont affectés. Divers auteurs se sont attachés à la relation qui existe entre le taux luminal de sérotonine et l expulsion du parasite : après 15 jours, date retenue pour éviter les interf é rences entre la s é rotonine de rat et celle des vers, les taux augmentent lorsque la taille des populations des parasites diminue (29) en corrélation avec ceux de l histamine (28). En fait, le taux de sérotonine commence à augmenter quand les vers sont éliminés (19, 24) ; les mastocytes ne seraient pas impliqués dans les pro c e s s u s conduisant à cette expulsion (15, 26). Les données concernant l histamine appuient nos propos : l histamine présente dans le tractus digestif est libérée par les mastocytes. Chez les rats mâles parasités par N i p p o s t rongylus brasiliensis, l e nombre de mastocytes est réduit jusqu à 8 jours et augmente à partir de 13 jours, lorsque la population des vers adultes diminue d un facteur 10 (19). D après BE F U S et al. (2), le n o m b re de mastocytes et le taux d histamine sont faibles jusqu à 15 jours, puis augmentent brutalement. Selon les souches utilisées, l augmentation du nombre de mastocytes se manifeste au cours de la phase d expulsion des vers (13, 18, 19) ou lorsque leur élimination est achevée (14-16). Ces effets seraient liés à des stimuli émanant des vers (19). Rappelons que selon OG I LV I Eet JO N E S (22), les vers sont d abord endommagés par les anticorps de l hôte, présents au niveau intestinal, puis expulsés par un processus non spécifique. Nous notero n s qu avant 15 jours, le nombre de cellules productrices de 5-H T n augmente pas dans l intestin, ce qui montre que le besoin en 5-HT du tissu parasité n augmente pas. Dans ces conditions, il semble que les vers présents au niveau du mucus intestinal contribuent à diminuer le taux de 5-HT dans leur environnement, plutôt qu à accélérer le renouvellement. Finalement, l ensemble de nos résultats nous conduit à formuler l hypothèse que, pour survivre, le ver doit inhiber les

5 J. M. Grosc laude, F. Goudey-Perrière, P. Gayral,C. Jacquot & H. Bar reteau mucus intestinal chez le rat infesté par Nippostrongylus br asiliensis. réactions inflammatoires et tissulaires de l hôte. Ceci pourr a i t se traduire, aux niveaux étudiés, par un blocage de l activité de la 5-HTP décarboxylase, puisque le taux de 5-HTP augmente quand celui de 5-HT diminue et que le re n o u v e l l e- ment intestinal ne semble pas accéléré. Cette inhibition, levée après l expulsion des parasites, sous-entend la présence d un facteur inhibiteur émanant du ver qui intervient dans les interrelations hôte parasite. Remerciements Nous remercions B. NEMBO pour sa collaboration technique. Références bibliographiques 1. BARRETEAU H - Amines biogènes et GABA chez des nématodes et des blattes : cibles pharmacologiques potentielles. Thèse de l Université Paris-Sud, 1991, 209 p. 2. BEFUS AD, JOHNSTON N & BIENENSTOCK J - Nippostrongylus brasiliensis: mast cells and histamine levels in tissues of infected and normal rats. Exp Parasitol, 1979, 48, BEN HARARI RR, PARENT ERMINI A & KLEINERMAN J - Metabolism of 5-hydroxytryptophan in the isolated perfused rat lung. Pharmacology, 1990, 41, BLACKBURN CC & SELKIRK ME - Inactivation of platelet-activating factor by a putative acetylhydrolase from the gastrointestinal Nematode parasite Nippostrongylus brasiliensis. Immunology, 1992, 75, DAHLSTROM A & AHLMAN H - Immunocytochemical evidence for the presence of tryptaminergic nerves of blood vessels, smooth muscle cells and myenteric plexus of the rat small intestine. Acta Physiol Scand, 1983, 117, ELKIHEL L, GROSCLAUDE JM, NEMBO B, JACQUOT C, GAYRAL P et al.- Synthesis and assay of N-acetyloctopamine by HPLC with electrochemical detection. Bioassay in Nippostrongylus brasi - liensis (Nematoda). J Liq Chromatogr, 1994, 17, ERSPAMER V - Occurrence of indolealkyl amines in nature. In: EICHLER O & FARAH A ed., Handbuch der experimentellen Pharmakologie. Berlin: Springer, 1966, 19, FURNESS JB & COSTA M - Identification of gastro-intestinal neu - r o t r a n s m i t t e r s. Handbook Exp Pharmacol, 1982, éd. BERTACCINI G, Berlin Springer, 59, GERSHON MD, MAWE GM & BRANCHEK TA - 5-hydroxytryptamine and enteric neurones. In: Peripheral actions of 5-hydroxy - t r y p t a m i n e. Ed. FOZARD Jr, Oxford University Press, 1989, G O U D E Y-PERRIÈRE F, GROSCLAUDE J.M, NEMBO B, BARRETEAU H, JACQUOT C & GAYRAL P - Levels of biogenic amines in larvae and adults of the rat hookworm, Nippostrongylus brasiliensis (Nematoda). Comp Biochem Physiol, A, 1997, 118, HOGABOAM CM, BEFUS AD & WALLACE JL - Intestinal plateletactivating factor synthesis during Nippostrongylus brasiliensis infection in the rat. J Lipid Mediators, 1991, 4, JAFFE BM -Serotonin in intestinal function. In: Serotonin: from cell biology to pharmacology and therapeutics. 1990, PAOLETTI R et al., Eds, JARRETT WFH, JARRETT EEE, MILLER HRP & URQUHART GM - Quantitative studies on the mechanism of self cure in Nippostrongylus brasiliensis i n f e c t i o n s.proc. Conf. WA AVP in: The reaction of the host to Parasitism, 1968, Ed. SOULSBY EJL, KELLER R - Nippostrongylus brasiliensis in the rat: failure to relate intestinal histamine and mast cell levels with worm expulsion. Parasitology, 1971, 63, KELLER R & KEIST R - Protective immunity to Nippostrongylus brasiliensis in the rat. Immunology, 1972, 22, KELLY JD & OGILVIE BM - Intestinal mast cell and eosinophil numbers during worm expulsion in nulliparous and lactating rats infected with Nippostrongylus brasiliensis.int Arch Allergy App Immunology, 1972, 43, MEARIN F - Enteric nervous system: Importance of 5-hydroxytryptamine in the control of digestive motility. Rev Esp Enferm Dig, 1992, 82, MILLER HRP & JARRETT WFH - Immune reactions in mucous membranes. 1. Intestinal mast cell response during helminth expulsion in the rat. Immunology, 1971, 20, MURRAY M, MILLER HRP, SANFORD J & JARRETT WFH - 5- hydroxytryptamine in intestinal immunological reactions. Int Arch Allergy, 1971, 40, NEMBO B, GOUDEY-PERRIERE F, GAYRAL P, PERRIERE C & BROUSSE-GAURY P - Microtopography of Nippostrongylus bra - siliensis (Nematoda, Heligmosomatidae): parasitic larval stages and adults. J Morphol, 1993, 217, NEMBO B, DUIE P, GARCIA M, BRETON P, GAYRAL P et al.- Levels of ecdysteroid-like material in adults of Nippostrongylus brasi - liensis during the intestinal phase. J Helminthol, 1993, 67, OGILVIE BM & JONES VE - Nippostrongylus brasiliensis: a review of immunity and the Host/Parasite relationship in the Rat. Experimental Parasitology, 1971, 29, POULAIN J, LUFFAU G & PERY P - Nippostrongylus brasiliensis in the rat: immune response in serum and intestinal secretions. Ann Immunol (Inst Pasteur), 1976, 127 C, RACKE K & SCHWORER H - Regulation of serotonin release from the intestinal mucosa. Pharmacological Research, 1991, 23, RAMASWAMY K & BEFUS D - IgE antibody responses in bronchoalveolar spaces of rats infected with Nippostrongylus brasi - liensis. Exp Parasitol, 1993, 76, UBER CL, ROTH RL, & LEVY DA - Expulsion of Nippostrongylus brasiliensis by mice deficient in mast cells. Nature, 1980, 287, URBAN JF, MADDEN KB, CHEEVER AW, TROTTA PP, KATONA IM & FINKELMAN FD - IFN inhibits inflammatory responses and protective immunity in mice infected with the Nematode parasite, Nippostrongylus brasiliensis. J Immunol, , 1 5 1, WINGREN U, ENERBACK L, AHLMAN H, ALLENMARK S & DAHL- STROM A - Amines of the mucosal mast cell of the gut in normal and nematode-infected rats. H i s t o c h e m i s t r y, 1983, 7 7, WINGREN U, AHLMAN H, DAHLSTROM A & ENERBACK L - Endoluminal secretion of serotonine and histamine into the small intestine of normal and nematode-infected rats. Biogenic amines, 1988, 5, YAMADA M, NAKAZAWA M, MATSUMOTO Y & ARIZONO N - IgE antibody production in rats against multiple components of excretory-secretory products in the Nematode Nippostrongylus brasiliensis.immunology, 1991, 72, YAMADA M, NAKAZAWA M & ARIZONO N - IgE and IgG2a antibody responses are induced by different antigen groups of the Nematode Nippostrongylus brasiliensis in rats. Immunology, 1993, 78, YAMADA M, UCHIKAWA R, NAKAZAWA M, ODA M & ARI- ZONO N - Dissociation of specific and total IgE antibody responses following repeated low level infections with Nippostrongylus brasiliensis in rats. Clin Exp Immunol, 1993, 93,

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

TP1 la réaction inflammatoire aigüe

TP1 la réaction inflammatoire aigüe Dès que des microorganismes franchissent la peau ou les muqueuses, une réaction de défense se met immédiatement en place, la réaction inflammatoire dont les 4 symptômes sont : chaleur, douleur, rougeur

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph

EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph EFFETS TAMPONS RÉGULATION DU ph Pr Dominique Prié Université itéparis Descartes, Faculté ltéde Médecine PCEM1 Cours 2011 Email: dominique.prie@inserm.fr DÉFINITION DU ph ph= log 10 (H + ) Le ph d une solution

Plus en détail

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 PROFESSEURS : Belhiba Souad Ezzeddini Mohamed LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE LYCEÉ SIDI MAKHLOUF Epreuve : SVT Classe : 4 ème Sc-Exp Durée : 3 Heures PREMIÉRE PARTIE (8 points) A-QCM

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE

SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE SYNAPSE ET TRANSMISSION SYNAPTIQUE TRANSMISSION SYNAPTIQUE ET SYNAPSE Définition de la synapse: Zone de jonction entre - deux neurones - un neurone et un autre type de cellule Rôle des synapses: Assurer

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9

BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 BRUCELLOSE BOVINE EXPERIMENTALE IV. ANTICORPS ANTIBRUCELLIQUES CHEZ LES GÉNISSES APRÈS VACCINATION PAR LES VACCINS H 38 ET B I9 Contient Des Caractères ÉtrangesG. RENOUX, M. PLOMMET, A. Philippon To cite

Plus en détail

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe

Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et. dulçaquicole de Guadeloupe Les co-structures génétiques d un parasite (Schistosoma mansoni) et de ses hôtes (mammifères et mollusques) dans la mangrove dulçaquicole de Guadeloupe Échelles spatiale, fonctionnelle et coévolutive.

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Plasmid DNA purification

Plasmid DNA purification Plasmid DNA purification Excerpt from user manual - Français - NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra Plus NucleoBond Xtra Plus January 2013 / Rev. 11 Plasmid DNA purification Français Introduction

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

Infestation par Toxocara cati,

Infestation par Toxocara cati, Fiche technique n 23 Infestation par Toxocara cati, la toxocarose féline La toxocarose féline est principalement due à Toxocara cati, un ver parasite fréquemment rencontré chez le chat. Il peut être à

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures. Ocytocine, progestérone et parturition chez les Mammifères

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures. Ocytocine, progestérone et parturition chez les Mammifères Banque «Agro-Véto» AT-0113 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Durée : 3 heures L'usage d'abaques, de tables, de calculatrice et de tout instrument électronique susceptible de permettre au candidat d'accéder

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Éric Postaire. Recueil, identification et dosage dans l air expiré de biomarqueurs du cancer. En collaboration avec Christian Sarbach

Éric Postaire. Recueil, identification et dosage dans l air expiré de biomarqueurs du cancer. En collaboration avec Christian Sarbach Recueil, identification et dosage dans l air expiré de biomarqueurs du cancer Pharmacien des Hôpitaux Ingénieur de recherche Inserm Chargé de mission à l Académie des sciences Département de recherche

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant

La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant Denis LAIRON, Directeur de recherche «Nutrition Lipidique et Prévention des Maladies Métaboliques» INRA1260 INSERM 1025 Faculté de médecine

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE

ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D UN VACCIN ANTIRABIQUE CHEZ DES CHIENS DU TERRAIN EN TUNISIE HADDAD Nadia To cite this version: HADDAD Nadia. ÉVALUATION PAR LA SÉROLOGIE DE L EFFICACITÉ D

Plus en détail

Le métier d enseignant chercheur

Le métier d enseignant chercheur Conférence d UV industrie n 4. Le métier d enseignant chercheur Donnée le 18 janvier 2006, Par Isabelle Margaill. Groupe numéro 4 I. Parcours universitaire. Son parcours : Etude de pharmacie : -5ème année

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone

A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone A. Transport du dioxygène B. Transport du dioxyde de carbone Dissolution de l O2 dans les liquides est faible : 1.5 % dans le sang 98.5 % fixé à une protéine de transport : hém 100 ml de sang transporte

Plus en détail

intradermique de Bléomycine

intradermique de Bléomycine Stabilité physico-chimique chimique d un d mélange m intradermique de Bléomycine omycine Lidocaïne ne Adrénaline dilué en poche de Nacl 0,9 % Michael Chaussard, Christelle Elias, Antoine Petit, Patrice

Plus en détail

MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON COMMUN EN PEPINIERE M.-A. JOUSSEMET (1))

MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON COMMUN EN PEPINIERE M.-A. JOUSSEMET (1)) AFPP 3 e CONFÉRENCE SUR L ENTRETIEN DES ESPACES VERTS, JARDINS, GAZONS, FORÊTS, ZONES AQUATIQUES ET AUTRES ZONES NON AGRICOLES TOULOUSE 15, 16 ET 17 OCTOBRE 013 MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

Analyse d article. Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg. Pubmed. M1 UE8b 21/3/2013. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Analyse d article Benjamin Richard & Nadine Ajzenberg M1 UE8b 21/3/2013 Pubmed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed Structure d un article original Titre Résumé structuré : Contexte scientifique, objectifs,

Plus en détail

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute)

Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Analyse HPLC-ESI-MS/MS du glyphosate et de l AMPA dans les eaux de surface (phase dissoute) Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Development of purification

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY UE MPSfO - Physiologie Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique Professeur Patrick LEVY Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Généralités (I) L équilibre

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi

Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi Que nous apprennent les mécanismes de défense des plantes? Master BIP 26-10-2015 Alia Dellagi Des épidémies, des choix à faire.. wikipedia apsnet.org Pour réduire les traitements phytosanitaires Trouver

Plus en détail

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont

La place des incrétines dans le diabète de type 2. Dr Vanessa Preumont La place des incrétines dans le diabète de type 2 Dr Vanessa Preumont M.A. Nauck et al. J Clin Endocrinol Metab. 1986; 63: 492-498. L effet incrétine Glycémie plasmatique veineuse (mmol/l) 11 5.5 0 Temps

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Kit d extraction PicoPure RNA

Kit d extraction PicoPure RNA Isoler des ARN même à partir d une cellule Le kit d extraction PicoPure RNA a été développé pour obtenir une haute qualité des ARNs totaux à partir d un minimum de dix cellules. Le haut rendement obtenu

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ANALYSES DE BIOLOGIE MEDICALE Septembre 2007 Arrêté modifié portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

De quelle maladie souffre chaque patient?

De quelle maladie souffre chaque patient? De quelle maladie souffre chaque patient? FT1 : identifier des pathologies à partir d antibiogrammes VERSION ELEVES ( Tâche réalisée à partir d informations trouvées sur le site www.e-bug.eu) Contexte

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail