LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES"

Transcription

1 LES POLITIQUES PUBLIQUES : CRÉDITS ET PERFORMANCES SOMMAIRE Action extérieure de l État Administration générale et territoriale de l État Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Aide publique au développement Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation Avances à l audiovisuel public Charge de la dette et trésorerie de l État Concours de l État aux collectivités territoriales Conseil et contrôle de l État Culture Défense Direction de l action du Gouvernement Écologie, développement et aménagement durables Économie Enseignement scolaire Gestion des finances publiques et des ressources humaines Immigration, asile et intégration Justice Médias Outre-mer PLF 2010 Les politiques publiques : crédits et performance

2 Plan de relance de l économie Politiques des territoires Prélèvement sur recettes au profit de l Union européenne Recherche et enseignement supérieur Régimes sociaux et de retraite Santé Sécurité Sécurité civile Solidarité, insertion et égalité des chances Sports, jeunesse et vie associative Travail et emploi Ville et logement PLF 2010 Les politiques publiques : crédits et performance

3 MISSION Action extérieure de l État Autorisations d engagement : 2,66 milliards d euros Crédits de paiement : 2,63 milliards d euros Emplois de l État : équivalents temps plein travaillé (ETPT) Emplois des opérateurs : équivalents temps plein (ETP) La mission «Action extérieure de l État» regroupe les crédits destinés à mettre en œuvre les actions du ministère des Affaires étrangères et européennes, à l exception de celles relatives à l aide publique au développement, inscrites dans une mission spécifique. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs 1708 Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) Action de la France en Europe et dans le monde Français à l'étranger et affaires consulaires Rayonnement culturel et scientifique La mission «Action extérieure de l État» est composée de trois programmes : Le programme «Action de la France en Europe et dans le monde» : millions d euros en autorisations d engagement et millions d euros en crédits de paiement (65 % de la mission). Il regroupe les moyens relatifs à la mise en œuvre des orientations de politique étrangère fixées par le Président de la République et le Gouvernement. Ce programme assure le fonctionnement en moyens et en personnels de l administration centrale et du réseau diplomatique, ainsi que le versement des contributions françaises aux organisations internationales et autres instruments internationaux auxquels la France est partie. PLF Action extérieure de l État Page 1 sur 3

4 Le programme «Français à l étranger et affaires consulaires» : 325 millions d euros en autorisations d engagement et en crédits de paiement (12,3 % de la mission). Il regroupe les moyens destinés à l animation des 230 consulats généraux et sections consulaires dans le monde. Ce programme assure la protection consulaire de nos ressortissants à l étranger, la fourniture de services administratifs (état civil, élections ) et l aide sociale aux Français de l étranger. Il gère les crédits relatifs aux bourses et à la prise en charge des enfants français scolarisés dans le réseau de l Agence pour l enseignement français à l étranger (AEFE). Il participe, conjointement avec le ministère de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du Développement solidaire, à la politique en matière de visas. Le programme «Rayonnement culturel et scientifique» : 598 millions d euros en autorisations d engagement et en crédits de paiement (22,7 % de la mission). Tourné vers la coopération avec les pays développés et le service d enseignement public français à l étranger, il a pour finalités de renforcer l attractivité de la recherche et de l enseignement supérieur français, promouvoir l action culturelle et la langue française ainsi que soutenir l enseignement du français à l étranger. Les politiques de coopération avec les États de la zone de la solidarité prioritaire sont portées par le programme «Solidarité à l égard des pays en développement» de la mission «Aide publique au développement». 2. Principales orientations pour 2010 Il s agit tout d abord de permettre à la France de répondre à ses engagements internationaux, en particulier s agissant des opérations de maintien de la paix (OMP), de la présence française au sein des organisations internationales et de l organisation de sommets internationaux majeurs. Au sein des moyens de fonctionnement du réseau diplomatique, consulaire, culturel et de coopération, un effort particulier sera réalisé en faveur de la mise en sécurité des ambassades. La mise en œuvre de l engagement du Président de la République en faveur de la gratuité de la scolarité pour les élèves français scolarisés dans le réseau des établissements de l AEFE sera poursuivie. Les capacités d action de l Agence pour l enseignement du français à l étranger seront renforcées et l action culturelle extérieure de la France modernisée. À la demande du Parlement, un plafond d autorisations des emplois des établissements et organismes de diffusion culturelle ou de recherche situés à l étranger et dépendant du ministère des Affaires étrangères et européennes a été introduit dans le projet de loi de finances pour Le nombre des agents de droit local recrutés en durée indéterminée ne devra ainsi pas dépasser Efficacité des politiques et mise en œuvre de la RGPP En 2010, le ministère des Affaires étrangères et européennes poursuivra la mise en œuvre des réformes décidées par le Conseil de modernisation des politiques publiques, selon trois axes principaux. La restructuration des réseaux diplomatiques et consulaires : PLF Action extérieure de l État Page 2 sur 3

5 - L adaptation du réseau diplomatique aux enjeux mondiaux. Les ambassades seront ainsi réparties en trois formats selon leurs missions, dont une trentaine de postes de présence diplomatique à format simplifié. - Le lissage des formats d exception dans les ambassades où les moyens sont les plus importants. - La mise en place de pôles supports communs à l ensemble des agents à l étranger, qui optimisera les moyens engagés par l État. - La création d une agence foncière de l État à l étranger, qui participera à l objectif d optimisation de la gestion du patrimoine public. - L évolution du réseau consulaire, qui se traduira par une réorganisation géographique et la centralisation de certaines fonctions au sein de consulats ayant une vocation régionale. Le développement des postes mixtes consulats-missions économiques sera poursuivi. Le renforcement du rayonnement culturel et scientifique de la France à l étranger : - Une agence culturelle extérieure devrait être créée avec le statut d établissement public industriel et commercial, tandis que le réseau de coopération et d action culturelle sera rationalisé et réorganisé. - Il devrait revenir à un nouvel opérateur, issu de la fusion des organismes intervenant dans le champ de la mobilité et des échanges internationaux, de prendre en charge et de favoriser la mobilité des étudiants, des chercheurs, des experts et des personnalités associés aux échanges internationaux de la France. L amélioration de l efficacité des contributions internationales : - Les contributions internationales seront recentrées sur les priorités de la France. En lien avec nos partenaires, l évaluation des résultats des agences et organismes concernés sera renforcée, selon une logique de «conseil d administration». - Le transfert des contributions techniques aux ministères compétents sera poursuivi. Crédits et emplois de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Emplois (ETPT) Ministre concerné : - Affaires étrangères et européennes PLF Action extérieure de l État Page 3 sur 3

6 MISSION Administration générale et territoriale de l État Autorisations d engagement : 2,60 milliards d euros Crédits de paiement : 2,60 milliards d euros Emplois de l État : équivalents temps plein travaillé (ETPT) Emplois des opérateurs : 116 équivalents temps plein (ETP) La mission «Administration générale et territoriale de l État» comprend les crédits nécessaires au fonctionnement des préfectures, au pilotage des politiques du ministère de l Intérieur, de l Outre mer et des Collectivités territoriales et à l exercice de la citoyenneté (élections, vie politique et cultes). Dans le cadre des décisions du Conseil de modernisation des politiques publiques, d'importantes réformes seront mises en œuvre concernant la délivrance des titres et l'organisation territoriale de l État. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) Administration territoriale Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur Vie politique, cultuelle et associative Le programme «Administration territoriale» regroupe les crédits des préfectures à hauteur de millions d euros en crédits de paiement, soit 67 % de la mission. Le programme «Conduite et pilotage des politiques de l Intérieur» réunit les fonctions d état-major et de gestion des moyens du ministère de l Intérieur. Il porte un montant total de 595 millions d euros en crédits de paiement, soit 23 % de la mission. Il comprend également les crédits relatifs à l organisation des cultes. PLF 2010 Administration générale et territoriale de l État Page 1 sur 3

7 Le programme «Vie politique, cultuelle et associative» rassemble les crédits nécessaires à la mise en œuvre des grandes lois relatives à la liberté d association, au financement de la vie politique et aux aspects immobiliers de l organisation des cultes. Il représente 270 millions d euros, soit 10 % de la mission. 2. Principales orientations pour 2010 Parallèlement à la mise en œuvre de la révision générale des politiques publiques, entamée en 2009, le ministère de l Intérieur poursuit les politiques de modernisation précédemment initiées. Le financement des élections régionales Le ministère de l Intérieur est chargé de l organisation des élections politiques. À ce titre, le projet de loi de finances pour 2010 prévoit une somme de 154 millions d euros pour l organisation des élections régionales et le paiement du solde des dépenses engagées pour les élections européennes de Ces dépenses concernent principalement les remboursements forfaitaires aux candidats, les remboursements de frais de propagande et sa mise sous pli, ainsi que les frais d assemblée électorale (remboursement aux communes). La poursuite de la modernisation de la délivrance des titres La modernisation de la délivrance des titres vise à mieux garantir l identité des personnes physiques et à lutter contre la fraude. Elle concerne en premier lieu le passeport biométrique délivré depuis le 28 juin 2009 et la réforme du système d immatriculation des véhicules applicable depuis le 15 avril 2009 pour les véhicules neufs. Cette mesure sera étendue aux véhicules d occasion le 15 octobre prochain. Ces deux réformes modifient profondément le mode de fonctionnement des préfectures en transférant à communes la fonction d accueil des demandeurs de titre d identité, et à l Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) la réalisation de leur production. Les préfectures recentreront davantage leur action sur la lutte contre la fraude documentaire. Des parcours professionnels enrichis et valorisés La fusion des corps administratifs et techniques du ministère, engagée dès 2006, sera achevée en 2010 avec la dernière étape de la fusion des corps techniques et administratifs de catégorie B et C. En outre, la mise en œuvre du protocole signé avec les organisations syndicales pour les années sera achevée en À l issue de celui-ci, près de postes auront bénéficié de mesures de requalification ou de repyramidage et l évolution des régimes indemnitaires aura permis de mieux valoriser les compétences et les résultats de toutes les catégories de personnels. 3. Efficacité des politiques Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, la mission «Administration générale et territoriale de l État» met en œuvre deux grands types de réformes. D une part, l action du ministère de l Intérieur doit être réformée pour améliorer le service rendu tout en rendant le fonctionnement plus efficient. PLF 2010 Administration générale et territoriale de l État Page 2 sur 3

8 Ces objectifs trouvent trois points d'application spécifiques : 1. L aménagement du contrôle de légalité et sa centralisation en préfecture : le contrôle de légalité sera allégé conformément à la loi de simplification et de clarification du droit du 12 mai 2009, et renforcé sur les actes à forts enjeux. Ce contrôle nécessite un besoin croissant d expertise, ce qui conduit à privilégier le regroupement en préfecture et une approche interministérielle. 2. L optimisation des fonctions support : elle concerne tant l administration centrale que les préfectures. Elle vise en particulier à renforcer l efficience de la gestion des ressources humaines et le fonctionnement des services en charge des systèmes d information et de communication. 3. L adaptation du réseau des sous-préfectures : celle-ci s avère nécessaire pour tenir compte des réformes relatives au contrôle de légalité et à la délivrance des titres. D'autre part, l organisation territoriale de l État a été profondément réformée. Les services déconcentrés seront désormais structurés au niveau régional, niveau de droit commun du pilotage des politiques publiques sous l égide du préfet, autour de huit directions cohérentes avec les périmètres ministériels. Le niveau départemental sera organisé sur la base de deux ou trois directions départementales interministérielles selon la population du département (deux directions dans les départements de moins de habitants, trois au-delà). Les préfets joueront un rôle de premier plan dans cette réforme de l État territorial, consistant à piloter la mise en place de ces nouvelles structures. Les secrétariats régionaux aux affaires régionales (SGAR), dont les missions ont été renforcées, seront au cœur de la mise en œuvre de cette réforme. Cette réforme vise à rendre l État mieux à même d assurer ses missions et à lui permettre d être plus proche des préoccupations des citoyens, plus accessible et plus simple, pour un coût de fonctionnement moindre. Crédits et emplois de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Emplois (ETPT) Ministre concerné : - Intérieur, Outre-mer et Collectivités territoriales PLF 2010 Administration générale et territoriale de l État Page 3 sur 3

9 MISSION Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Autorisations d engagement : 3,42 milliards d euros Crédits de paiement : 3,45 milliards d euros Emplois de l État : équivalents temps plein travaillé (ETPT) Emplois des opérateurs : équivalents temps plein (ETP) La mission «Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales» accompagne les évolutions des secteurs de l agriculture, de la forêt et de la pêche, en conciliant les trois objectifs suivants : la gestion durable des ressources et l aménagement du territoire, la pérennité et la compétitivité de la production agricole, la sécurité alimentaire. Outre les aides au secteur agricole, elle finance des structures de promotion et de conseil ainsi que des services régulateurs. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) Economie et développement durable de l'agriculture, de la pêche et des territoires Forêt Sécurité et qualité sanitaires de l'alimentation Conduite et pilotage des politiques de l'agriculture La mission «Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales» est composée de quatre programmes. Le programme «Économie et développement durable de l agriculture, de la pêche et des territoires» (1 693 millions d euros) soutient l adaptation des filières à l évolution des marchés. Il assure également la gestion des aléas de production et l appui au renouvellement et à la modernisation des exploitations agricoles. Il vise enfin PLF Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Page 1 sur 3

10 à promouvoir une gestion durable des territoires, des pêches et de l aquaculture en développant des pratiques respectueuses de l environnement. L Agence de services et de paiement (ASP), l Établissement national des produits de l agriculture et de la mer (France AgriMer) et l Établissement public des Haras nationaux (EPHN) sont les trois principaux opérateurs de ce programme. Le programme «Forêt» (341 millions d euros) met en œuvre les actions destinées à favoriser le développement économique de la filière bois, préserver le patrimoine forestier domanial, améliorer la gestion des forêts, prévenir les risques et protéger la forêt. L application du régime forestier est assurée par l Office national des forêts (ONF), principal opérateur de ce programme. Le programme «Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation» (563 millions d euros) regroupe les crédits dédiés à l amélioration de la qualité des productions agricoles et de la santé des consommateurs. Il assure la mise en œuvre d actions dans le domaine de la protection des végétaux et des animaux, de la santé, de la sécurité et de la qualité de l offre alimentaire. Il comprend les moyens consacrés aux directions départementales des services vétérinaires et à l Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). Le programme «Conduite et pilotage des politiques de l agriculture» (851 millions d euros) regroupe l ensemble des moyens de l administration centrale et des services déconcentrés du ministère de l Alimentation, de l Agriculture et de la Pêche, à l exception des services vétérinaires et de l enseignement agricole. 2. Principales orientations pour 2010 Le programme «Économie et développement durable de l agriculture, de la pêche et des territoires» prévoit le financement des décisions prises par le Gouvernement suite à l accord conclu au niveau européen dans le cadre du bilan de santé de la PAC. Les autres priorités de ce programme en 2010 sont le renforcement de l engagement en faveur de l agriculture biologique et des filières de production sucrière dans les départements d outre-mer, la montée en puissance de l assurance-récolte et les actions en faveur de l amélioration de la performance énergétique des exploitations agricoles et des navires de pêche. Le programme «Forêt» porte les crédits destinés au financement des mesures décidées suite à la tempête Klaus qui a touché les forêts du sud-ouest de la France en janvier Le transfert de la gestion de l équarrissage aux professionnels et la diminution progressive du stock de farines animales à détruire conduit à une diminution des crédits du programme «Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation», sans remettre en cause le financement de ses priorités. Le programme «Conduite et pilotage des politiques de l agriculture» financera l organisation du recensement général agricole et la poursuite des grands projets informatiques du ministère. PLF Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Page 2 sur 3

11 3. Efficacité des politiques et mise en œuvre de la RGPP La mise en œuvre des réformes engagées en 2009 sera poursuivie en 2010 : - la consolidation de l ASP, issue de la fusion de l Agence unique de paiement et du Centre national pour l adaptation des structures des exploitations agricoles, et de France AgriMer, établissement issu du regroupement des cinq offices agricoles ; - la mise en place des directions régionales de l alimentation, de l agriculture et de la forêt et leur regroupement sur des sites uniques ; - le transfert de la gestion et du financement de l équarrissage vers les filières de production animale. De nouvelles réformes, annoncées lors du conseil de modernisation des politiques publiques du 11 juin 2008, seront mises en œuvre en 2010 : - la fusion du Centre national professionnel de la propriété forestière et des centres régionaux de la propriété forestière au sein d établissement public unique ; - le recentrage de l établissement public des Haras nationaux sur ses missions de service public et sa fusion avec l École nationale d équitation ; - l intégration de l Inventaire forestier national à l Office national des forêts, sans que son implantation en soit modifiée ; - la fusion de l AFSSA et de l Agence française de sécurité sanitaire de l environnement et du travail (AFSSET). En ce qui concerne les services déconcentrés, les directions départementales de l équipement et de l agriculture seront intégrées au sein des directions départementales des territoires et les directions départementales des services vétérinaires au sein des directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations. Crédits et emplois de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Emplois (ETPT) Ministre concerné : - Alimentation, Agriculture et Pêche PLF Agriculture, pêche, alimentation, forêt et affaires rurales Page 3 sur 3

12 MISSION INTERMINISTÉRIELLE Aide publique au développement Autorisations d engagement : 3,09 milliards d euros Crédits de paiement : 3,52 milliards d euros Emplois de l État : équivalents temps plein travaillé (ETPT) Emplois des opérateurs : 244 équivalents temps plein (ETP) La mission «Aide publique au développement» (APD) regroupe une grande part des crédits budgétaires qui participent à la politique française en faveur du développement. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) Aide économique et financière au développement Solidarité à l'égard des pays en développement Développement solidaire et migrations La mission «Aide publique au développement» s inscrit dans le cadre des grandes orientations de la politique française d aide au développement, dont les principaux objectifs sont : - la lutte contre la pauvreté et l accès aux services sociaux de base ; - un appui à une croissance économique créatrice d emplois et de revenus dans les pays partenaires ; - la participation à la gestion collective des biens publics mondiaux. La mission «Aide publique au développement» regroupe trois programmes. PLF Aide publique au développement Page 1 sur 3

13 Le programme «Aide économique et financière au développement», mis en œuvre par le ministère de l Économie, de l Industrie et de l Emploi (1 197 millions d euros), regroupe les crédits pour la bonification des prêts de l Agence française de développement, des aides bilatérales à caractère macro-économique et une part des contributions aux institutions multilatérales de développement (en particulier ceux des fonds concessionnels des banques multilatérales de développement) et du coût du traitement de la dette des pays pauvres. Le programme «Solidarité à l égard des pays en développement», mis en œuvre par le ministère des Affaires étrangères et européennes (2 292 millions d euros), regroupe des crédits de coopération bilatérale (dans les domaines culturel, scientifique, universitaire, de la lutte contre la pauvreté et de la gouvernance) et multilatérale (Fonds européen de développement FED, Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, contributions volontaires aux organismes de l ONU). Le programme «Développement solidaire et migrations», mis en œuvre par le ministère de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du Développement solidaire et doté de 35 millions d euros, finance des projets portés par des migrants dans leur pays d origine ainsi que des projets s inscrivant dans le cadre des accords de gestion concertée des flux migratoires et de développement solidaire. 2. Principales orientations pour 2010 Aide multilatérale La dimension multilatérale de la mission se manifeste par le poids des contributions aux fonds multilatéraux, qu il s agisse des guichets concessionnels des banques multilatérales de développement (avec, en particulier, 423 millions d euros pour l Association internationale de développement AID et 121 millions d euros pour le Fonds africain de développement) ou de la contribution au Fonds européen de développement (FED), qui connaît un niveau jusqu à présent jamais atteint de 872 millions d euros. Confirmant ses engagements prioritaires en faveur de la santé, de l éducation, de l environnement et de l alimentation, la France mobilisera également au niveau multilatéral : millions d euros pour le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ; - 50 millions d euros d engagements dans le cadre de l initiative «Education pour tous» ; millions d euros pour la reconstitution du Fonds pour l environnement mondial ; - 35 millions d euros pour la reconstitution du Fonds international pour le développement agricole. Aide bilatérale Les financements bilatéraux s appuieront sur une gamme variée d instruments, comprenant notamment les aides budgétaires globales, les bonifications d intérêt des prêts concessionnels octroyés par l Agence française de développement (AFD), les contrats de désendettement et de développement, l aide transitant par les organisations non gouvernementales, l aide humanitaire d urgence et l aide alimentaire. PLF Aide publique au développement Page 2 sur 3

14 Un effort particulier sera consacré au financement des dons-projets mis en œuvre par l AFD, à la lutte contre le changement climatique, à l aide en faveur de l Afghanistan et du Pakistan et aux projets de développement solidaire. Traitement de la dette Les efforts entrepris par la France dans le cadre de l initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et des accords de Dakar et de la conférence de Paris seront poursuivis. Au niveau multilatéral, la France honorera ses engagements dans le cadre de l Initiative pour l annulation de la dette multilatérale. 3. Efficacité des politiques et mise en œuvre de la RGPP Conformément aux décisions du Conseil de modernisation des politiques publiques, le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Cicid) du 5 juin 2009 a affirmé la priorisation sectorielle (santé, éducation, agriculture, développement durable et croissance) et géographique de l APD française. Cette dernière se caractérisera par la mise en place d un système de «partenariats différenciés», consacrant l attachement de la France à l atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement dans 14 pays parmi les plus pauvres d Afrique. En outre, conformément aux décisions du même Cicid, la recherche de l efficacité de la politique d aide publique au développement s appuiera, à partir de 2010, sur des indicateurs de résultats. L année 2010 sera également marquée par une évolution des structures intervenant dans le cadre de la politique de coopération, avec un objectif d efficacité et de simplification. Deux opérateurs centraux devraient ainsi être créés : l un responsable de l expertise et de la mobilité internationale ; l autre chargé de l action culturelle extérieure de l État. Ces évolutions s accompagneront de la modernisation du réseau d action culturelle et de coopération. Crédits et emplois de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Emplois (ETPT) Ministres concernés : - Affaires étrangères et européennes - Économie, Industrie et Emploi - Immigration, Intégration, Identité nationale et Développement solidaire PLF Aide publique au développement Page 3 sur 3

15 MISSION INTERMINISTÉRIELLE Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation Autorisations d engagement : 3,43 milliards d euros Crédits de paiement : 3,43 milliards d euros Emplois de l État : équivalents temps plein travaillé (ETPT) Emplois des opérateurs : équivalents temps plein (ETP) La mission «Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation» a vocation à regrouper les dispositifs de reconnaissance, de réparation et de solidarité en faveur des anciens combattants et de certaines victimes civiles de la Seconde Guerre mondiale. Elle entend également renforcer les liens entre la Nation et son armée par une promotion de l esprit de défense et de la politique de mémoire au sein de la population. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) Liens entre la Nation et son armée Mémoire, reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant Indemnisation des victimes des persécutions antisémites et des actes de barbarie pendant la Seconde Guerre mondiale Le programme «Liens entre la Nation et son armée» (153 millions d euros) a pour principale fonction de promouvoir l esprit de défense au sein de la population. Il rassemble, à ce titre, les moyens mis en œuvre pour sensibiliser un vaste public : les jeunes Français, notamment à travers l organisation de la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD), et potentiellement toute la population à travers les actions de mémoire. Les objectifs fixés pour la JAPD sont tournés vers la valorisation du service rendu aux usagers et l optimisation des moyens mis en œuvre. PLF 2010 Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation Page 1 sur 3

16 Le programme «Mémoire, reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant» (3 183 millions d euros) retrace l ensemble des prestations relevant du droit à réparation ou de la reconnaissance au profit des bénéficiaires du code des pensions militaires d invalidité et des victimes de la guerre (CPMIVG), qu il s agisse des anciens combattants, des militaires de carrière ou sous contrat, des victimes d attentats terroristes et de leurs ayants droit (conjoints, orphelins et ascendants). Les objectifs de ce programme sont d assurer aux bénéficiaires une bonne qualité du service rendu tout en assurant aux contribuables l efficience de l activité. Le programme «Indemnisation des victimes des persécutions antisémites et des actes de barbarie commis pendant la Seconde Guerre mondiale» (97 millions d euros) regroupe les trois dispositifs d indemnisation des victimes de spoliations, d actes antisémites et d actes de barbarie durant la Seconde Guerre mondiale, mis en place en 1999, 2000 et L objectif de ce programme est de régler les dossiers avec un souci d équité et d apporter une réponse aux intéressés dans des délais aussi satisfaisants que possible. 2. Principales orientations pour 2010 Le projet de loi de finances pour 2010 prévoit l inscription de 10 millions d euros au titre de la réparation des conséquences sanitaires des essais nucléaires français. L année 2010 consacre également le maintien de l effort de l État en faveur des anciens combattants. Est en particulier prise en compte l incidence des mesures successives décidées depuis 2006 («décristallisation» des pensions militaires d invalidité et des retraites du combattant des anciens combattants originaires des territoires auparavant sous souveraineté française et relèvement du plafond majorable de la retraite mutualiste du combattant notamment). Par ailleurs, la retraite du combattant est majorée en 2010 de 2 points (41 à 43 points au 1 er juillet 2010), soit une hausse de 30 % depuis Efficacité des politiques et mise en œuvre de la RGPP La mission s inscrit dans un processus d amélioration de la qualité du service et de maîtrise des coûts. Ainsi, dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, une meilleure organisation des services et des procédures sera instaurée. La direction des statuts, des pensions et de la réinsertion sociale (DSPRS) sera supprimée en Les missions seront, à compter de 2010, transférées vers des services d administration centrale (direction des ressources humaines, service de santé des armées) et vers des opérateurs nationaux (Office national des anciens combattants et victimes de guerre, Institution nationale des invalides, Caisse nationale militaire de sécurité sociale). Les objectifs de cette évolution de grande ampleur sont de simplifier les relations entre les ayants droit et l administration, de réduire les délais de traitement des dossiers des pensionnés et de garantir la qualité des services fournis pour un coût maîtrisé. PLF 2010 Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation Page 2 sur 3

17 S agissant du programme «Liens entre la Nation et son armée», la rationalisation des administrations centrale et déconcentrée de la direction du service national, chargée de la journée d'appel de préparation à la défense, permettra la rénovation et l élargissement de cette journée à la sécurité nationale et à solidarité intergénérationnelle, conformément aux orientations du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Crédits et emplois de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Emplois (ETPT) Ministres concernés : - Défense - Premier ministre PLF 2010 Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation Page 3 sur 3

18 MISSION Avances à l audiovisuel public Autorisations d engagement : 3,12 milliards d euros Crédits de paiement : 3,12 milliards d euros La mission «Avances à l audiovisuel public» retrace les dotations accordées aux organismes de l audiovisuel public. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs Répartition des crédits de paiement par programme en 2010 (en millions d'euros) France Télévisions Arte France Radio France Contribution à l'action audiovisuelle extérieure de la France Institut national de l'audiovisuel Les objectifs principaux de la mission «Avances à l audiovisuel public» sont : - s adresser au public le plus large, en proposant une programmation de qualité et diversifiée. Les organismes publics de télévision et de radio se voient ainsi fixer des objectifs à la fois en termes d audience et de diversité de la programmation ; - optimiser la gestion et l utilisation des ressources publiques, en donnant la priorité aux dépenses de programmes et en maîtrisant l emploi, la masse salariale et les charges de structure ; - assurer la conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel, en s appuyant sur l Institut national de l audiovisuel (INA). PLF 2010 Avances à l audiovisuel public Page 1 sur 3

19 2. Principales orientations pour 2010 Pour France Télévisions Depuis janvier 2009, l activité de France Télévisions est marquée par la mise en œuvre de la réforme de la télévision publique, annoncée par le Président de la République en janvier 2008 et traduite par la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, laquelle prévoit : - la suppression de la publicité entre 20 heures et 6 heures. Cette suppression ne concerne toutefois pas la publicité sur les antennes régionales, sur le réseau France outre-mer et sur Internet, ni la publicité pour les biens et services présentés sous leur appellation générique ; - la transformation de France Télévisions en entreprise unique et en média global, afin d améliorer son efficacité opérationnelle et d inscrire sa stratégie dans le contexte actuel du développement rapide des nouvelles technologies ; - une nouvelle ambition éditoriale pour la «télévision publique de tous les Français», en matière de culture, de connaissance et de création notamment. Outre les crédits de la présente mission, le groupe France Télévisions bénéficiera, en 2010, d une dotation de 458 millions d euros, versée à partir du programme «Contribution au financement de l audiovisuel» de la mission «Médias», au titre de la suppression de la publicité sur les chaînes du groupe. Pour l audiovisuel extérieur Conformément à la loi du 5 mars 2009 relative à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision, les crédits inscrits sur le programme «Contribution à l action audiovisuelle extérieure» seront alloués à la holding Audiovisuel extérieur de la France qui les répartira entre ses filiales chargées d une mission de service public. Ces crédits, qui complètent ceux versés à partir du programme «Action audiovisuelle extérieure» de la mission «Médias», permettent de financer la mise en œuvre de la réforme de l audiovisuel extérieur de la France, décidée par le Président de la République. Cette réforme vise à améliorer la cohérence, la lisibilité et l efficacité de la politique audiovisuelle extérieure française. Elle a également pour objectif de moderniser et mieux coordonner les actions des sociétés France 24, RFI et TV5 Monde, en particulier à travers la mise en place de synergies entre ces trois sociétés. Pour Radio France Les activités de Radio France en 2010 seront plus particulièrement centrées sur : - la mise en œuvre d une nouvelle stratégie éditoriale du groupe, afin de faire face à la baisse générale de l audience des radios ; - le développement de la diffusion numérique, parallèlement à l analogique. À partir de la fin de l année 2009, les sept services de Radio France seront diffusés en radio numérique sur les zones de Paris, Marseille et Nice ; PLF 2010 Avances à l audiovisuel public Page 2 sur 3

20 - le chantier de réhabilitation de la Maison de Radio France ; - la renégociation d un accord d entreprise, qui fait suite à la dissolution de l Association des employeurs du secteur public de l audiovisuel (AESPA), signataire des conventions collectives actuellement en vigueur. Crédits de la mission En millions d euros LFI 2009 PLF 2010 Autorisations d engagement Crédits de paiement Ministres concernés : - Budget, Comptes publics, Fonction publique et Réforme de l État - Culture et Communication - Premier ministre PLF 2010 Avances à l audiovisuel public Page 3 sur 3

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Un nouvel État territorial

Un nouvel État territorial La réforme de l administration territoriale de l État 1 / 7 Un nouvel État territorial L organisation territoriale de l État en France est caractérisée par : une architecture historique calée sur les départements

Plus en détail

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat

Mercredi 27 mai 2015. Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Mercredi 27 mai 2015 Les agences et opérateurs dans la modernisation de l Etat Les agences et opérateurs de l Etat jouent un rôle déterminant dans de nombreuses politiques publiques, en apportant expertise,

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance. Rapport de motivation

Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance. Rapport de motivation Décret portant ouverture et annulation de crédits à titre d avance Rapport de motivation Le présent décret, portant ouverture de 729,4 M en autorisations d engagement (AE) et 701,4 M en crédits de paiement

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la fonction publique SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la Fonction publique 1 L agenda social de la fonction publique : 1.1 De nouvelles orientations, de nouvelles

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE

RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE RAPPORT SUR LES CRÉDITS DU BUDGET DE L ÉTAT OUVERTS PAR DÉCRET D AVANCE Décembre 2014 2 COUR DES COMPTES SOMMAIRE PRINCIPALES CONSTATATIONS DE LA COUR DES COMPTES... 6 INTRODUCTION... 10 I - LES CONDITIONS

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau)

Article 7 Baisse du taux de TVA applicable aux entrées dans les salles de cinéma. Article 7 bis (nouveau) Article 7 ter (nouveau) - 1 - PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 Examen de l article liminaire et des articles de première partie AMENDEMENTS DU RAPPORTEUR GÉNÉRAL Mercredi 13 novembre 2013 Article liminaire Prévision de solde

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT NOTE EXPLICATIVE

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS

LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT 2014-2020 EN FRANCE CONNAÎTRE les programmes européens LES FONDS EUROPÉENS STRUCTURELS ET D INVESTISSEMENT AU SERVICE DE LA STRATÉGIE EUROPE 2020 Stratégie

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 07/10/2014 à 08:41:05 PROGRAMME 333 : MOYENS MUTUALISÉS DES ADMINISTRATIONS DÉCONCENTRÉES MINISTRE

Plus en détail

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE

ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE ( LES MESURES ORGANISANT L IMMIGRATION PROFESSIONNELLE Pour répondre aux besoins de recrutement de certains secteurs économiques, la France a souhaité mieux organiser l immigration professionnelle et faciliter

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

PLF 2015. projet de loi de finances 2015

PLF 2015. projet de loi de finances 2015 PLF 2015 PLF 2015 projet de loi de finances 2015 PLF 2015 Le respect de nos engagements dans un contexte économique plus difficile Les perspectives économiques en France et en Europe ne sont pas celles

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2013 RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES mai 2014 Mission interministérielle Relations avec les collectivités territoriales

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires

INAO. Contrat d objectifs et de performance 2014-2017. Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires INAO Contrat d objectifs et de performance 2014-2017 Origine, qualité et modernité au service des filières et des territoires 1 2 Institut national de l origine et de la qualité - Contrat d objectifs et

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE PROGRAMMATION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 66, 71, 104 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP).

Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). 2014-25 Séance du 17 septembre 2014 AVIS Sur la stratégie immobilière de la chambre de commerce et d industrie de Marseille Provence (CCIMP). Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifiant le décret

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L. TITRE I er DISPOSITIONS COMMUNES

LOIS. LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L. TITRE I er DISPOSITIONS COMMUNES LOIS LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION MAI 2013 2 COUR DES COMPTES Mission Immigration, asile et intégration Programme 303 Immigration

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT

ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 ACTION EXTERIEURE DE L ETAT MAI 2012 MISSION ACTION EXTERIEURE DE L ETAT 3 Mission

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Pôle communication Tél. : 24 66 40 Mardi 11 août 2015 COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE DU 11 AOUT 2015 Sous la présidence de Monsieur Philippe Germain, le Gouvernement de la Nouvelle-

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

SOMMAIRE. 1) Synthèse. 2) Les chantiers transversaux. Éditorial

SOMMAIRE. 1) Synthèse. 2) Les chantiers transversaux. Éditorial SOMMAIRE Éditorial 1) Synthèse Rapport présenté par François Baroin, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l État La RGPP produit des résultats concrets Les nouvelles s décidées par

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail