L impact de la structure d actionnariat sur la performance financière des opérations de «Fusion Acquisition»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L impact de la structure d actionnariat sur la performance financière des opérations de «Fusion Acquisition»"

Transcription

1 L impact de la structure d actionnariat sur la performance financière des opérations de «Fusion Acquisition» Michel HADDAD Professeur à la FGM Hani EL-CHAARANI- Chargé d enseignement à la FGM Introduction Au cours de la dernière décennie, le monde des affaires a connu une augmentation de restructuration à travers des fusions - acquisitions (FA). Le nombre ainsi que l importance de ces transactions ont significativement augmenté en réponse à un environnement caractérisé par une déréglementation continue et une concurrence plus intensifiée. Mais, les opérations de fusions et acquisitions au cours des dernières années ne font qu élargir le débat quant à leur impact sur la performance financière, organisationnelle et industrielle. En effet, depuis de nombreuses années, la mesure de la création de la valeur par les fusions et acquisitions ainsi que la répartition des gains de valeur entre les actionnaires des firmes absorbantes et absorbées ont été deux objectifs centraux de la recherche en Sciences de Gestion. Lors de l annonce des regroupements d entreprises, les dirigeants des firmes absorbantes, tel le cas de LAFARGE, DAXIA, CARREFOUR et de BNPI affirment souvent que ces opérations seront bénéfiques aux actionnaires compte tenu des synergies qui seront réalisées. Cependant, les études empiriques montrent que les actionnaires de l entreprise absorbée sont les grands gagnants alors que les actionnaires des firmes absorbantes obtiennent des rendements nuls, voire négatifs, dans plusieurs cas (Bruner, 2002). Notre recherche examine la relation entre la structure d actionnariat des firmes absorbantes et la création de valeur générée par les fusions et acquisitions d entreprises en France. Plus spécifiquement, notre étude examine l impact des caractéristiques d actionnariat (type et nature) sur les rendements obtenus par les actionnaires de la firme absorbante. Plus précisément, elle consiste à savoir à quel niveau la participation d un dirigeant propriétaire ou bien une famille contrôleuse a un impact significatif sur la performance financière des opérations de fusions et acquisitions. 1- Les opérations de «Fusion Acquisition» : entre la performance théorique et les résultats empiriques 1-1-Les fondements théoriques de la performance des opérations de fusions et acquisitions. A la lumière de la théorie de signale, les dirigeants des entreprises absorbantes invoquent souvent l amélioration de l efficience et des synergies pour justifier leurs stratégies de croissance externe basées sur des fusions et acquisitions. 1

2 Toutefois, d un point de vue théorique, on peut cristalliser les prévisions des dirigeants sous l angle de trois formes de synergies interagissantes : les synergies opérationnelles, les synergies financières et les synergies managériales. Schéma 1 : Les synergies de fusions-acquisitions Tout d abord, les synergies opérationnelles résultant des regroupements d entreprises peuvent provenir des économies d échelles obtenues suite à l accroissement de la taille de l entité regroupée ou de l amélioration de sa position concurrentielle. En effet, le regroupement peut permettre une amélioration de l allocation des facteurs de production entre l entreprise absorbante et celle absorbée, et donc une meilleure maîtrise des coûts. Ensuite, les fusions et acquisitions permettent aux dirigeants de diversifier les activités de l entreprise et ainsi de diminuer le risque systématique ou le risque de faillite de l entreprise. Par ailleurs, l augmentation de la taille de l entreprise lui permet un meilleur accès aux capitaux à moindre coût. Enfin, les synergies managériales sont obtenues lorsque les dirigeants de l entreprise absorbante possèdent une meilleure expertise dans le monde des affaires que ceux de l entreprise absorbée. Ces regroupements sont souvent disciplinaires dans la mesure où l équipe de direction non compétente de la cible est soumise à la discipline du marché de prise de contrôle. Le transfert de propriété conduit à un changement au niveau des politiques et des stratégies permettant une amélioration de la performance de l entreprise absorbée. 1-2-Les résultats empiriques d intercorrélation entre la performance et les opérations de fusions et acquisitions. En général, il existe beaucoup de chercheurs qui ont essayé de tester l impact des regroupements d entreprises sur la performance financière quelle soit à long et à court terme. En général, les recherches testant la performance à court terme des regroupements d entreprises ne se convergent pas, tout en mettant en évidence une image claire dévoilant l impact des opérations de fusions et acquisitions sur la performance financière. En effet, Andrade et al. (2001), Walker (2000), ainsi que Mulherin et Boone (2000), mettent en évidence le fait que les rendements anormaux perçus 2

3 par les actionnaires de l entreprise absorbante sont à court terme nuls.toutefois, plusieurs autres études documentent que les rendements anormaux obtenus par les actionnaires des entreprises absorbantes sont négatifs et statistiquement significatifs (voir le tableau : n :1, ci-dessous). Étude Rendements anormaux cumulés Taille l échantillon de Période Fenêtre de test (jours) Langetieg (1978) -1,61%** (-120,0) Dodd (1980) -1,09%** (-1,0) Asquith, Bruner, Masulis (1987) -0,85%** (-1,0) Morck, Shleifer, Vishny (1990) -0,70% (-1,1) Servaes (1991) -1,07%** (-1,close) Byrd et Hyckman (1992) -1,20%** (-1,0) Kaplan et Weisbach (1992) -1,49%** (-5,5) Par contre à la performance à court terme, la performance à long terme des entreprises absorbantes n a pas reçu beaucoup d attention durant les débuts des années quatre-vingts dix dans la mesure où l hypothèse d efficience des marchés stipulait que l intégration de l information dans les prix des titres devrait se faire rapidement. Agrawal et Jaffe (2000) présentent une revue de littérature assez exhaustive au sujet de la performance financière à long terme des regroupements. Ils considèrent que l article de Franks, Harris et Titman (1991) marque un changement important par rapport aux recherches précédentes pour deux raisons. Tout d abord, Franks et al. (1991) consacrent l intégralité de l étude à la performance financière à long terme alors que les recherches précédentes considéraient les rendements boursiers à court terme. Ensuite, Franks et al. (1991) utilisent une méthodologie plus sophistiquée que les recherches qui les ont précédées. Par conséquent, cette revue de la littérature se limite aux articles publiés au cours des années quatrevingt dix et en particulier ceux publiés après Franks et al. (1991). Les premiers tests de la performance financière à long terme des regroupements n ont pas détecté une performance anormale. Ainsi, Franks et al. (1991) étudient 399 regroupements sur la période de 1975 à Les rendements anormaux sont mesurés relativement à quatre référentiels : (1) the CRSP equally-weighted index, (2) the CRSP value-weighted index, (3) a ten-factor model provided by Lehmann and Modest (1987), (4) an eight-portofolio model from Grinblatt and Titman (1989). Les résultats de Franks et al. (1991) montrent des rendements anormaux significativement négatifs lorsque le référentiel équipondéré est utilisé, des rendements anormaux significativement positifs lorsque le référentiel pondéré quant à la valeur est utilisé, et des rendements anormaux non significatifs lorsque les deux derniers référentiels sont utilisés. Dans la mesure où Franks et al. (1991) mettent l accent sur l approche basée sur huit portefeuilles de références, ils concluent que les rendements anomaux observés au cours des trois années postregroupement ne sont pas significativement différents de zéro. Franks et al. (1991) divisent leur échantillon de recherche selon (1) la taille de l entreprise absorbante, (2) le mode de financement, (3) le nombre d acquéreurs potentiels et (4) la taille relative de l entreprise absorbée par rapport à 3

4 celle de l entreprise absorbante. Leurs résultats ne montrent aucune variation significative des rendements anormaux obtenus selon ces caractéristiques du regroupement. Loderer et Martin (1992) examinent un échantillon de 1298 regroupements sur la période Pour l ensemble de leur échantillon, ils documentent des rendements anormaux négatifs et significatifs au cours des trois années post-regroupement. Toutefois, ces rendements anormaux bien que négatifs sur la période de cinq années post-regroupement ne sont pas significativement différents de zéro. Loderer et Martin (1992) comparent par la suite la performance à long terme des fusions relativement à celle des acquisitions. Pour les 304 fusions analysées, ils documentent un rendement anormal négatif pour les 5 années subséquentes, mais non significatif. Le rendement est toutefois significatif lorsqu il est mesuré sur 3 ans. En revanche, pour les 155 acquisitions examinées, ils obtiennent un rendement anormal positif, mais non significatif. Enfin, Loderer et Martin (1992) comparent la performance boursière des firmes absorbantes entre trois sous périodes : , et Ils constatent que les rendements anormaux à long terme sont significatifs durant les années soixante mais non significatifs au cours des années soixante-dix et quatre-vingt. Par ailleurs, Rau et Vermaelen (1998) examinent un échantillon comprenant 3169 fusions et 348 acquisitions sur la période comprise entre 1980 et Cet échantillon comprend également des entreprises absorbées privées. Contrairement à Loughran et Vijh (1997), Rau et Vermaelen (1998) utilisent l approche des portefeuilles de référence pour le calcul des rendements anormaux à long terme et limitent leurs analyses pendant la période des trois années post-regroupement. En plus, Rau et Vermaelen utilisent la technique du bootstrap pour leurs tests statistiques. Les résultats obtenus montrent que, dans le cas des fusions, la performance boursière des entreprises absorbantes est inférieure de 4% à celle d un portefeuille d entreprises caractérisées par les mêmes facteurs de risque en termes de taille et de ratio valeur marchande sur valeur comptable des fonds propres. Cette différence est significativement différente de zéro. En revanche, les entreprises absorbantes dans les cas d acquisitions connaissent un rendement supérieur à celui de portefeuilles d entreprises de même niveau de risque. Le rendement anormal excédentaire n est toutefois que de 8,9%. Deux années plus tard, Mitchell et Stafford (2000) examinent d une façon plus générale la performance financière à long terme suite à trois types d événements entraînant une modification significative du nombre d actions en circulation : rachats d actions, augmentations de capital et émissions d actions suite à un regroupement. La procédure d estimation des rendements anormaux utilisée dans le cadre de cette recherche permet d éviter les problèmes statistiques des tests de la performance financière à long terme. Mitchell et Stafford (2000) analysent un échantillon de 2068 regroupements sur la période entre 1961 et Ils ne distinguent pas les fusions des acquisitions et rapportent un rendement anormal mensuel moyen sur trois ans négatif et significatif de 0,14% et 0,07% selon que le portefeuille est équipondéré ou pondéré selon la capitalisation boursière. Enfin, André et al. (2002) analysent la performance financière à long terme d'un échantillon de 267 acquisitions réalisées par des sociétés ouvertes canadiennes au cours de la période Leurs résultats montrent que, sur la période des trois années post-regroupement, la performance financière des firmes absorbantes est inférieure de 25% à celle d'une firme de contrôle appariée 4

5 selon les critères de la taille et du ratio de la valeur comptable sur la valeur marchande des fonds propres. L'ensemble de ces résultats des tests de la performance financière à long terme suggère que les investisseurs ne semblent pas en mesure d'évaluer à la date d'annonce les conséquences futures des transactions aussi complexes que les fusions et acquisitions. Toutefois, Fama (1998) ainsi que Andrade et al. (2001) soulignent que les résultats des ces tests à long terme doivent être interprétés avec précaution en raison des limites méthodologiques de ces recherches. 2- L impact de la structure et de la nature d actionnariat sur la performance des opérations des regroupements d entreprises 2-1.L impact de la structuration actionnariale sur les opérations de fusion-acquisition : une vision sous l appui de la contribution théorique Pour Jensen et Meckling, et dans le cadre de la théorie de l agence, un entrepreneur est un propriétaire de son entreprise. Il doit ouvrir son capital pour poursuivre son développement. Il n abandonne aux nouveaux actionnaires qu une part très faible de ses prérogatives. Seule la fonction de financement et d assomption du risque lequel reste supposé évaluable est cédée de façon partielle. À la suite de l ouverture du capital, une relation d agence est créée : le dirigeantpropriétaire est censé devenir «l agent» des nouveaux actionnaires. Dans ces types de relations les dirigeants-propriétaires poursuivent des objectifs qui ne s identifient pas forcément à ceux des actionnaires externes. Ils cherchent, à titre d exemple, à travers les opérations de regroupements d entreprises la maximisation de leur fonction d utilité et non celle des actionnaires non dirigeants. Mayer (1996), a trouvé que la concentration de l actionnariat permet de favoriser un gouvernement et un contrôle de l entreprise plus efficace. En plus, un actionnariat concentré peut également favoriser des relations plus étroites et un degré plus élevé d engagement et de confiance. Par contre, dans le cas d un contrôle dispersé ou pyramidal 1, l asymétrie d information, le manque de confiance et d engagement dominent pour augmenter les coûts de transaction, qui se cristallisent par les opérations de fusions-acquisitions. Tout en se basant sur la théorie de free cash-flows 2, Jensen (1986) préconise que les dirigeants disposant de pouvoirs discrétionnaires sur ces flux disponibles devraient les redistribuer aux actionnaires (sous formes de dividendes) plutôt que les investir dans des projets non rentables. Toutefois, compte tenu de l existence des conflits d agence, Jensen (1986) prédit que les dirigeants pourraient utiliser ces liquidités pour favoriser leurs intérêts privés au détriment de ceux des actionnaires. Ils pourraient les utiliser pour la consommation d avantages indirects ou pour la 1 Lorsqu il existe un risque de perdre le contrôle, la famille essaie de fermer la porte des prises de contrôle et jeter les clefs dans certaines configurations structurelles adoptées d une façon volontaire. On peut identifier trois mécanismes contrariant la règle qui fait correspondre à chaque action un seul droit de vote et permettant la séparation entre les droits aux flux monétaires et les droits de contrôle. Ces mécanismes sont : l émission de plusieurs classes d actions à droits de vote différenciés ; les structures de propriété pyramidales ; et les structures de propriété à participations croisées. 2 Jensen (1986) définit les flux monétaires disponibles («free cash flows») comme étant le surplus de liquidités disponibles à l entreprise une fois que tous les investissements dont la valeur actuelle nette (VAN) est positive ont été réalisés. 5

6 réalisation des fusions et acquisitions dont la VAN est négative. En effet, même si ces regroupements se traduisent par une destruction de la richesse des actionnaires, ils contribuent néanmoins à augmenter la taille de l entreprise tout en assurant aux dirigeants une sécurité d emploi ainsi qu une meilleure rémunération Les résultats empiriques détectant l impact d actionnariat sur la performance des opérations des regroupements Hanson et Song (1996) ; et Bigelli et Mengoli (2001), ont examiné la relation entre la séparation des droits de propriété et de contrôle et la performance à travers l analyse des rendements anormaux obtenus par les actionnaires des firmes absorbantes. Hanson et Song (1996) examinent l association entre la valeur du contrôle et la variation de la richesse des actionnaires de 31 firmes américaines dont la structure de propriété comprend une ou plusieurs catégories d actions à droits de vote différenciés et qui ont réalisé 69 acquisitions entre 1964 et La valeur du contrôle (VC) est mesurée par le ratio des droits de vote et des droits aux flux monétaires détenus par les dirigeants de l entreprise. Un ratio VC élevé indique une forte déviation de la règle «one share one vote» et suggère que les dirigeants des firmes absorbantes valorisent davantage le contrôle que les droits aux flux monétaires. Hanson et Song (1996) notent que les dirigeants des entreprises de leur échantillon détiennent en moyenne 48,6% des droits de vote alors que leur part dans le capitalactions (droits aux flux monétaires) n est que de 36%. Hanson et Song (1996) trouvent que les rendements anormaux obtenus par les actionnaires de ces entreprises sont nuls (-0.007). Une fois l échantillon divisé en deux selon le niveau médian de la valeur du contrôle, Hanson et Song (1996) observent des résultats différents. Leurs résultats montrent que les rendements obtenus par les actionnaires des firmes dont le ratio VC est supérieur à la médiane sont significativement négatifs (-0,0192) alors que ceux obtenus par les actionnaires des firmes dont le ratio VC est inférieur à la moyenne sont positifs mais non significatifs (0,0174). La portée des résultats de Hanson et Song (1996) est limitée par la taille de l échantillon ainsi que par la nature des firmes faisant partie de l échantillon (essentiellement des firmes cotées sur l AMEX ou NASDAQ). Bigelli et Mengoli (2001) analysent la relation entre la séparation de la propriété et du contrôle des firmes absorbantes et les rendements anormaux obtenus par les actionnaires dominants des firmes absorbantes en Italie. Le contexte italien se caractérise par une forte présence d actionnaires majoritaires ainsi que par une faible protection juridique des actionnaires minoritaires. Ce contexte serait donc propice à l expropriation des actionnaires minoritaires par les actionnaires dominants. Leur échantillon comprend 228 acquisitions réalisées sur la Bourse de Milan entre 1989 et Le niveau de séparation entre la propriété et le contrôle est mesuré par le ratio (O/C) représentant l écart entre les droits aux flux monétaires et les droits de vote détenus par le propriétaire ultime de l entreprise. Bigelli et Mengoli (2001) notent, qu en moyenne, les actionnaires ultimes détiennent 30,4% du capital des entreprises absorbantes tout en contrôlant 43,66% des droits de vote. Bigelli et Mengoli (2001) documentent une relation non linéaire entre le niveau de propriété détenu par l actionnaire dominant ultime et la création de valeur par le regroupement. Dans un premier temps, les rendements anormaux augmentent à mesure que le niveau de propriété détenu par l actionnaire ultime augmente. Toutefois, à partir d un niveau de 44%, la relation devient 6

7 négative. La relation entre la séparation de la propriété du contrôle (O/C) et les rendements obtenus par les actionnaires des firmes absorbantes est significativement positive. Les résultats de Bigelli et Mengoli (2001) suggèrent donc que les actionnaires dominants en Italie pourraient utiliser les fusions et acquisitions comme moyen d expropriation des actionnaires minoritaires. 2-3.Les opérations de fusion-acquisition entre les intérêts de la famille dirigeante et la performance des actionnaires externes Le contrôle familial 3 est caractérisé en général par une performance expliquée et fondée par la théorie des droits de propriété (Alchian et Demsetz, 1972), la théorie de l agence (Jensen et Meckling, 1976) et par la confiance entre les dirigeants, la famille et son environnement. Généralement, lorsque la propriété est concentrée dans les mains d une même famille, la divergence entre les propriétaires et les dirigeants est atténuée (Allouche et Amann, 1995, 1998, 2000). En effet, dans les entreprises familiales, et dans la plupart du temps, le dirigeant et le propriétaire sont une seule et même personne. Le dirigeant rassemble sur sa personne agent et principal. Cette convergence des rôles et des intérêts a poussé beaucoup d auteurs à souligner la supériorité des entreprises familiales (Allouche et Amann, 1998), où un seul propriétaire détient la majorité du capital (Mtanios et Paquerot, 1999) 4. D une manière générale, la majorité des études font apparaître que la rentabilité moyenne des entreprises familiales est largement supérieure à celle des entreprises non familiales pour l ensemble des années observées. Car, plus la part de firme est détenue par son dirigeant, comme le cas de l entreprise familiale à contrôle majoritaire, moins le dirigeant est tenté de consommer de revenus non pécuniaires dans la mesure où c est lui qui supportera les coûts. Donc, le couplage des fonctions de manager, de contrôle et de propriété dans les entreprises familiales supprime les conflits d intérêts, réduit les coûts d agence et augmente la performance (Mignon S., 2000). Mais, lorsque l'entreprise est à sa deuxième ou troisième génération de successeurs, le capital peut devenir plus ou moins émietté, bien qu il reste toujours au sein de la famille. Des conflits d'agence interviennent alors entre les héritiers minoritaires et les héritiers majoritaires qui détiennent le pouvoir de l'entreprise, et agissent dans leurs intérêt. 3 Pour éviter les biais et remonter les confusions avec les autres types d entreprises, une entreprise est présumée familiale (CHAARANI, 2009 ; CHAARANI et El-ABIAD 2010): lorsqu un groupe familial, bien que détenant seulement une minorité supérieure à 10% des droits de vote, exerce une influence directe ou indirecte sur le management ou sur le contrôle de l entreprise (président directeur général, directeur général, directeur fonctionnel, directeur ou membre dans le conseil d administration; lorsqu un groupe familial détient plus de 50 % des droits de vote au sein de l assemblée générale, qu il exerce directement des fonctions de direction et du contrôle ou non. 4 Plus la proportion d actions détenue par les dirigeants familiaux sera élevée, plus les coûts d encadrement seront faibles et plus la valeur de l entreprise sera élevée. 7

8 Berghe et Carchon, (2003) trouvent à cet effet qu actuellement les conflits d intérêt commencent à se développer entre la famille dirigeante et les autres actionnaires. De ce fait, la présence de la famille n a pas seulement un impact positif sur la performance de l entreprise, mais elle peut avoir un ensemble de limites, favorisé par le passage à contrôle minoritaire, par l opportunisme et par les coûts du contrôle familial. Dans ce cadre, plusieurs études américaines documentent que les rendements anormaux obtenus par les actionnaires familiaux des entreprises absorbantes sont négatifs et statistiquement significatifs (Ben Amar, 2005). Ces résultats remettent en cause le fait que les fusions et acquisitions sont motivées par l amélioration de l efficience et sont plutôt cohérents avec l argument selon lequel les fusions acquisitions sont une manifestation des conflits d agence, ou également que les dirigeants (familiaux ou non familiaux) font preuve d un excès d optimisme lorsqu ils évaluent les synergies futures générées par tels projets d investissement. 3- La sélection d un échantillon et la définition des variables retenues 3-1-L échantillon retenu Afin de constituer notre échantillon, on est parti de l ensemble des sociétés familiales cotées tout en se basant sur une stratégie de comparaison entre les bases de données suivantes : Amadeus, In.financials, Worldscope, Diane et Osiris entre 2005 et Cette première étape d échantillonnage a été suivie d une étape d exclusion et de nettoyage afin de garantir la validité de l analyse et la signification des résultats obtenus. En deuxième lieu, la réduction de l échantillon s est imposée, non seulement du fait des caractéristiques de certaines sociétés incompatibles avec la réalisation de l étude, mais aussi en raison de difficultés d obtention de données nécessaires. Les critères de sélection de l échantillon sont les suivants : La firme absorbante doit être une société française cotées ; La transaction doit avoir été complétée entre les années 2005 et 2010 ; Les informations détaillées sur la structure et la nature de propriété devraient être disponibles, de même celle des informations concernant la performance financière. L échantillon de la recherche comprend 125 transactions réalisées par 92 entreprises françaises entre 2005 et Les mesures des variables retenues Les variables dépendantes Dans notre étude, nous allons suivre la méthodologie des études d évènement utilisée par Brown et Warner (1985) pour évaluer la variation de la richesse des actionnaires des firmes absorbantes autour de la date d annonce. Le modèle du marché est utilisé pour générer les rendements attendus. Cette méthodologie basée sur le modèle du marché a été utilisée dans plusieurs études 8

9 examinant l impact des fusions et acquisitions sur la richesse des actionnaires (Loderer et Martin, 1997; Duggal et Millar, 1999; Faleye et Huson, 2002, André et Ben Aamar 2005). R i,t =α i +β i R m,t +ε i,t Ce modèle explique l évolution du rendement de l actif i, par celle du rendement du marché lors des opérations des regroupements Les variables indépendantes Afin de détecter l impact d actionnariat sur la performance des fusions-acquisitions, nous avons séparé entre le niveau et la nature du contrôle. Ensuite, nous avons pris en considération les mécanismes de séparation entre les droits de vote et les droits du contrôle. La méthode du maillon faible nous semble présenter le moins de limites afin de détecter le niveau du contrôle ultime du dirigeant (CONT-CEO) exercé dans les entreprises lors du lancement des opérations d acquisition. Cette méthode a été utilisée par un ensemble des études ((Faccio et Lang 2002; Claessens et alii, (2000)) consistant à calculer la somme du contrôle direct et des maillons faibles le long de toutes les chaînes (maillon faible s élève au pourcentage de vote minimal le long de la chaîne), par contre le contrôle s élève à zéro si un lien intermédiaire est < 10 % des votes (seuil de contrôle). Dans ce travail, le degré d excès (SEPAR) de séparation entre les droits de propriété et les droits de vote sera mesuré par le ratio (CONT-PROP)/(CONT). Sachant que PROP mesure les droits aux cash-flows ultimes (direct et indirect). Si la famille intervient en tant que contrôleur ultime, dans ce cas on remplace SEPAR par SEPARF, CONT par CONT-CEOF et PROP par PROPF. A noter que la part de propriété détenue en externe sera désignée par EXTER, représentant la proportion de propriété détenue par les actionnaires non contrôleurs Les variables de contrôle Deux variables de contrôle sont opérationnalisées : la taille (TAIL) de l entreprise absorbée et sa corrélation avec le secteur d activité de l entreprise absorbante (RELAT). La taille de l entreprise est mesurée par le logarithme de l actif, et est incluse pour expliquer s il s agit d une certaine implication sur la relation entre la performance des regroupements et la structure d actionnariat de l entreprise. 4- Les résultats de l investigation empirique 4-1-L analyse des résultats obtenus Les résultats présentés dans le tableau 2 montrent qu il existe une relation positive entre la structure d actionnariat et la performance des entreprises absorbantes. Mais, lors du passage à un niveau d actionnariat plus élevé, nous avons détecté un impact négatif et significatif. Sur un autre plan, nous avons essayé d étudier l impact de la séparation entre la propriété et le contrôle sur la performance des opérations de regroupement. En effet, les résultats obtenus montrent un impact 9

10 négatif de la séparation sur la performance dans les trois régressions lancées lors de cette étude. Contrairement, à ces résultats, nous n avons pas détecté un impact significatif des actionnaires externes sur la performance des entreprises absorbantes. Par opposition à la théorie de l agence, nos résultats montrent que la performance des entreprises absorbantes diminue avec la concentration d actionnariat entre les mains du dirigeant propriétaire. La théorie de l'enracinement et le principe d expropriation des bénéfices privés semblent plus adaptés aux résultats obtenus qui se présentent sous la forme d un «U» inversé. L'accroissement du risque de l'entreprise à travers une politique de fusion-acquisition particulière dans des secteurs spécifiques mais bien connus des dirigeants en place peuvent, en particulier, évincer des équipes managériales concurrentes qui ne présenteraient pas le capital humain nécessaire à une bonne gestion des actifs de la firme. De même, le développement d une telle politique peut assurer la croissance indispensable afin d augmenter l extraction des gains privés sous la forme de rémunération excessive. Dans ce même cadre, Firth (1991) montre que la rémunération des dirigeants en Grande Bretagne augmente quelle que soit la performance ultime du regroupement. Avery et al. (1998) trouvent que les dirigeants qui réalisent des acquisitions ont plus de chance d être désignés comme administrateurs d autres firmes. Une telle nomination au conseil d administration d une autre firme assure aux dirigeants une meilleure rémunération et plus de prestige. Ceux-ci se trouvent largement favorisés par un impact négatif de la dispersion entre le contrôle et la propriété sur la performance des entreprises absorbantes. Dans un tel contexte gouvernemental, le choix des dispositifs contrariant le principe «one-share-one-vote» repose sur la possibilité qu elles offrent d extraire une plus large part de la richesse créée. Tableau # 2 : L impact de la structure d actionnariat sur la performance des entreprises absorbantes Independant variables Régression # 1 Régression # 2 Régression # 3 CONT-CEO ** * CONT-CEO * * CONT-CEO * SEPAR * * EXTER TAIL RELAT * R F *** *** *** Note : Les valeurs de t sont entre parenthèses. *, **, *** correspondent à la significativité de la statistique au seuil de 10%, 5% et 1% respectivement. Dans le cadre des entreprises familiales, il nous semble que les opérations de fusions-acquisitions ne sont pas évaluées de la même manière. A un faible niveau de concentration d actionnariat 10

11 familial, nous n avons pas trouvé un impact significatif, mais avec la concentration des droits de vote entre les mains de la famille dirigeante, nous avons détecté un impact positif et significatif. Ces résultats sont conformes aux arguments de James (1999) ainsi qu Anderson et Reeb (2003) tout en suggérant que les familles investissent de façon efficiente et qu elles ne privilégient pas leurs intérêts privés au détriment de la maximisation de la valeur de la firme. L importance de la richesse familiale investie dans ces entreprises semble générer une incitation suffisante à la maximisation de la valeur de la firme plutôt que la recherche de l obtention de bénéfices privés de contrôle. Tableau # 3 : L impact de la structure d actionnariat familiale sur la performance des entreprises absorbantes Independant variables Régression # 1 Régression # 2 Régression # 3 CONTF-CEO CONTF-CEO CONTF-CEO * SEPARF EXTER TAIL RELAT * * * R F *** *** *** Note : Les valeurs de t sont entre parenthèses. *, **, *** correspondent à la significativité de la statistique au seuil de 10%, 5%, 1% respectivement. Conclusion générale Nous avons essayé à travers cette recherche de détecter l impact de la nature et de la structuration actionnariale sur la performance financière des entreprises absorbantes, compte tenu des mécanismes de séparation entre le contrôle et la propriété ainsi que la concentration de la propriété en externe. En effet, nos résultats convergent avec la théorie d enracinement et la théorie d expropriation des bénéfices au détriment des actionnaires externes. Cette étude documente que la concentration d actionnariat ainsi que la dispersion entre la propriété et le contrôle affectent négativement les rendements anormaux des firmes absorbantes. Par contre, nous n avons pas trouvé la même relation dans le cadre des entreprises familiales où la concentration de l actionnariat constitue un gage de sécurité et de performance pour les entreprises absorbantes. Les résultats obtenus montrent également que la séparation entre les droits de propriété et le contrôle familial n affectent pas négativement la valeur de la firme. 11

12 Bibliographie 1. Agrawal, A. et J. Jaffe J, «The Post-Merger Performance Puzzle». Advances in Mergers and Acquisitions, Volume 1, Andrade, G., M. Mitchell et E. Stafford «New Evidence and Perspectives on Mergers.» Journal of Economic Perspectives, Spring, André P., M. Kooli et J. F. L'Her «The Long-run Performance of Mergers and Acquisitions : Evidence from the Canadian Stock Market». Document de Travail, HEC Montréal, 28 pages. 4. André, P., W. Ben-Amar et J.-F. L Her, 2000, «Regroupements d entreprises et création de valeur», Gestion : Revue Internationale de Gestion, automne, Avery, C., J.A. Chevalier et S. Scahefer «Why Do Mangers Undertake Acquisitions? An Analysis of Internal and External Rewards for Acquisitiveness.» Journal of Law, Economics and Organizations, vol. 14, n. 1, Bebchuk, L., R. Kraakman et G. Triantis «Stock Pyramids, Cross-Ownership and Dual Class Equity : The Mechanisms and Agency Costs of Separating Control from Cash-flow Rights.» in Concentrated Corporate Ownership sous la direction de Randal Morck. National Bureau of Economic Research (NBER), Ben-Amar W., et Andre P., Separation of Ownership from Control and Acquiring Firm Performance: The Case of Family Ownership in Canada, Working Paper, Bigelli, M. et S. Mengoli «Sub-Optimal Acquisition Decision Under a Majority Shareholder System : An Empirical Investigation.» Working Paper, University of Bologna. 9. Brown S. J., et J. B. Warner, 1985, «Using Daily Stock Returns : the Case of Event Studies», Journal of Financial Economics, Vol.14, Bruner, R. F «Does M&A Pay? A Survey of Evidence for the Decision Maker», Journal of Applied Finance, Vol. 12, no. 1, Spring/Summer, 2002, Chaarani H., Structure d Actionnariat et Performance des Entreprises Familiales, Thèse de doctorat en Sciences de gestion, Bordeaux IV, Chaarani H., et EL-Abiad Z., Structure d Actionnariat et Performance des Entreprises Familiales, Proche orient, FGM-USJ, no.22, Claessens, S., S. Djankov, J. Fan et L.H.P. Lang «The Separation of Ownership and Control in East Asian Corporations. Journal of Financial Economics, 58, Claessens, S., S. Djankov, J. Fan et L.H.P. Lang «Disentangling the incentive and entrechement effects of large shareholders.» Journal of Finance, 57, Duggal, R. et J. A. Millar «Institutional Ownership and Firm Performance : the Case of Bidder Returns.» Journal of Corporate Finance, vol. 5, Faccio, M., et L. H.P. Lang «The Ultimate Ownership of Western European Corporations.» Journal of Financial Economics, vol 65, no. 3, Faleye, O. et M. Huson «Understanding Acquisition Returns : the Role of Corporate Governance.» Working Paper, University of Alberta, AB Canada. 18. Fama, E. et M. Jensen «Organizational Forms and Investment Decisions.» Journal of Financial Economics, 14, Fama, E. F. et K.R. French, 1992, «The Cross-Section of Expected Stock Returns»; The Journal of Finance, June, Vol. 47, No. 2; Fama, E. F. et K.R. French, «Common Risk Factors in Returns on Stocks and Bonds.» Journal of Financial Economics, 33, Fama, E.F «Market Efficiency, Long Term Returns and Behavioral Finance.» Journal of Financial Economics, vol. 49, no. 3,

13 22. Firth, M «Corporate Takeovers, Stockholder Returns and Executive Rewards» Managerial and Decision Economics, vol. 12, Franks, J., R. S. Harris, et S. Titman, «The Postmerger Share-Price Performance of Acquiring Firms", Journal of Financial Economics, 29, Hanson, R. C., et M. H. Song «Ownership Structure and Managerial Incentives : The Evidence from Acquisitions by Dual Class Firms.» Journal of Business, Finance & Accounting, 23(5)&(6), July, Jensen, M. C., 1986, «Agency Costs of Free Cash Flow, Corporate Finance and Takeovers», American Economic Review, 76, May, Jensen, M.C. et W.H. Meckling «Theory of the Firm: Managerial Behavior, Agency Costs and Ownership Structure.» Journal of Financial Economics, 3, Loderer C. et K. Martin, «Post-acquisition Performance of Acquiring Firms», Financial Management, Autumn, Loderer C. et K. Martin, «Post-acquisition Performance of Acquiring Firms», Financial Management, Autumn, Loderer C. et K. Martin, «Executive stock ownership and performance: Tracking faint traces.» Journal of Financial Economics, 45, Loughran T., et A. M. Vijh, 1997, «Do Long-Term Shareholders Benefit From Corporate Acquisitions?», Journal of Finance, December, Vol.52, No.5, Mitchell M. et E. Stafford, «Managerial Decisions and Long-Term Stock Price Performance.», Journal of Business, 73, Mtanios.R. et Paquerot.M, Structure de Propriété et Sous Performance des Firmes une Etude sur le Marché au Comptant, le Règlement Mensuel et le Second Marché, Finance, Contrôle, Stratégie, vol.2, n 4, 1999, p Mulherin, J. H. et A. L. Boone «Comparing Acquisitions and Divestitures.» Journal of Corporate Finance, 6, Myers, S. C., et N. S. Majluf, «Corporate Financing and Investment Decisions When Firms Have Information that Investors do not Have.» Journal of Financial Economics, vol. 13, Rau P.R. et T. Vermaelen, «Glamour, Value and the Post-Acquisition Performance of Acquiring Firms», Journal of Financial Economics, August, Vol.49, No.2, Walker, M «Corporate Takeovers, Strategic Objectives, and the Acquiring-Firm Shareholder Wealth.» Financial Management, spring,

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Gouvernance d entreprise

Gouvernance d entreprise Gouvernance d entreprise 28 aout 2008 Jean-Florent Rérolle Los Angeles New York Chicago San Francisco Washington D.C. Minneapolis Dallas Atlanta London Paris Frankfurt Hong Kong Tokyo D une vision idyllique

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif

Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette. Cours de gestion financière (M1) Coûts d agence de l endettement excessif Cours de gestion financière (M1) Séances 12 du18 décembre 2015 Coûts d agence de l endettement / surplomb de la dette (Myers) Plan de la séance 12 : Surplomb de la dette Coûts d agence (Jensen Meckling)

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1

Gouvernement d entreprise Structure actionnariale et création de valeur 1 Revue «Echanges», n 211, juin 2004 Dossier «Evaluation et négociation d'entreprises» Historiquement, les promoteurs du gouvernement d'entreprise ont souvent préconisé une indépendance du management par

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012

D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 www.cpr-am.fr A. Rapport B. sur C. l exercice des droits de vote D. Période du 01/01/2012 au 31/12/2012 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 I. PERIMETRE INITIAL ET ORGANISATION DE L EXERCICE DU VOTE 3 II. ANALYSE

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23

Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Fiche d informations financières sur l assurance-vie de la branche 23 Securex Life Select One 1 Type d assurance-vie Assurance-vie dont le rendement est lié au fonds d investissement de la branche 23 «Securex

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009

Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret. Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec. Le 10 juin 2009 QUE DEVIENNENT LES PETITES ENTREPRISES CANADIENNES APRÈS UN PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE? Cécile Carpentier et Jean-Marc Suret Rapport préparé pour l Autorité des marchés financiers du Québec Le 10

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives

Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives Les entreprises à contrôle familial : performance et perspectives Par : Pierre Maillé, M. Sc. Finance, EEE Le mercredi 7 décembre 2005 Présenté dans le cadre des séminaires Vision, Innovation et Performance

Plus en détail

Principes de rémunération des plans d intéressement long terme

Principes de rémunération des plans d intéressement long terme Principes de rémunération des plans d intéressement long terme Le présent document a pour objet de préciser les principes de rémunération mis en œuvre dans les plans d intéressement à long terme («LTI»)

Plus en détail

Structure d actionnariat et performance des entreprises familiales françaises à contrôle minoritaire

Structure d actionnariat et performance des entreprises familiales françaises à contrôle minoritaire Structure d actionnariat et performance des entreprises familiales françaises à contrôle minoritaire Hani (EL) CHAARANI - Maître de Conférences à l U.L. Zouhour ABIAD (EL) CHAARANI - Maître de Conférence

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Structure de l actionnariat familial et performance des grands groupes coréens *

Structure de l actionnariat familial et performance des grands groupes coréens * Structure de l actionnariat familial et performance des grands groupes coréens * Joon Tae LEE Université de Toulouse 1 Classification JEL : G32 Correspondance : 25, Boulevard des Minimes, Bâtiment F 31200

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis?

Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Existe-t-il une norme pour le prix nominal des actions aux Etats-Unis? Résumé : - Le prix des actions sur le marché américain fluctue autour des $30 depuis les années 1930, ceci grâce à la pratique régulière

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG

ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG 1 ANALYSE DE L ACTION ORDINAIRE DE ALCAN ALUMINIUM UTILISATION DU SERVEUR BLOOMBERG École des Hautes Études Commerciales de Montréal Automne 1998 Le poste Bloomberg est un outil très précieux pour l analyse

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Bloomfield Investment Corporation

Bloomfield Investment Corporation Bloomfield Investment Corporation Le Département d Analyses Economiques et Boursières Président Directeur Général 1 Pourquoi un département dédié aux analyses économiques et boursières? Le Département

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

PALATINE ASSET MANAGEMENT

PALATINE ASSET MANAGEMENT 20 février 2015 PALATINE ASSET MANAGEMENT Rapport sur l exercice des droits de vote en 2014 I. Introduction : En vertu de l article L 533-22 du Code Monétaire et Financier, les Sociétés de Gestion de Portefeuille

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur?

Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur? Etude PME & ETI : Quelles critères de création de valeur? Agathis Advisors Agathis Advisors accompagne les dirigeants de PME & ETI pour gérer leurs financements comme des projets stratégiques Expertise

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche

Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche Responsabilité sociale des entreprises, capacité d investissement et relation d agence multi-tâche Bruno Biais, Catherine Casamatta et Thomas Mariotti Motivation Beaucoup d études empiriques sur le lien

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché

Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché Séminaire FARGO Avancées en Finance de Marché Coordonnateur: F. Hervé Présentation: A.A. Koita «Privatization and Bank Performance in Developing Countries» Journal of Banking and Finance, vol 29, 2005,

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Approche, risques et valorisation

Approche, risques et valorisation Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Approche, risques et valorisation Hilde WITTEMANS Réviseur d entreprises Table des matières 1. Tendances dans

Plus en détail

GSF-6032 Automne 2009

GSF-6032 Automne 2009 THÉORIE DE LA NÉGOCIATION ET TRANSACTIONS APPLIQUÉES (FRONT OFFICE) GSF-6032 Automne 2009 Enseignant: Philippe Bélanger Courriel: philippe.belanger@fsa.ulaval.ca Bureau: PAP-3224 Horaire: Lundi 12h30 à

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Le rôle de l endettement dans le contrôle du comportement managérial : le cas des firmes dégageant du free cash-flow

Le rôle de l endettement dans le contrôle du comportement managérial : le cas des firmes dégageant du free cash-flow Le rôle de l endettement dans le contrôle du comportement managérial : le cas des firmes dégageant du free cash-flow Correspondance : Université de Bourgogne Pôle d Économie et de Gestion IAE 2, Bd Gabriel

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises?

La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? La présence syndicale affecte-t-elle la performance économique et financière des entreprises? Patrice LAROCHE et Heidi WECHTLER GREGOR IAE - Université Paris 1 Sorbonne Plan de l exposé Le contexte d émergence

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Isabelle GirerdPotin et Pascal Louvet CERAG Université Grenoble Alpes Colloque académique 25 février 2013 Pertinence de

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Investir (ou non) en placements privés?

Investir (ou non) en placements privés? Investir (ou non) en placements privés? Richard Guay, Ph.D., CFA, FRM Professeur titulaire en finance, ESG UQAM Chaire CDPQ en gestion de portefeuille CIRANO Montréal, Québec Présentation à la conférence

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de INTRODUCTION Le Yield Management est apparu lors de la déréglementation des transports aériens aux Etats-Unis, à la fin des années 1970. Dans un contexte de concurrence exacerbée, les compagnies aériennes

Plus en détail

COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS

COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS COMMENTAIRES MENSUELS DES MARCHÉS 3 juin 2015 REVUE 31 mai 2015 31 décembre 2014 Changement (en %) S&P/TSX 15 014,1 14 632,4 2,6 % S&P 500 2 107,4 2 058,9 2,3 % DJIA 18 010,7 17 823,1 1,0 % NASDAQ 5 070,0

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Finance d entreprise avancée [FN2] 2011-2012 Les examens Finance d entreprise avancée [FN2] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen, que l on nomme

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance

Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance Rémunération, risque et performance de long terme : quels liens? Michel ALBOUY, Ph.D. Professeur de finance CEO Pay: a controversial issue In judging whether Corporate America is serious about reforming

Plus en détail

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse)

Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Court-termisme des marchés financiers et ISR Catherine CASAMATTA et Sébastien POUGET (IDEI, Université de Toulouse) Chaire Finance Durable et Investissement Responsable AFG, Paris, vendredi 9 novembre

Plus en détail

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie Nos plans de placement à la loupe Ces dernières années, le marché et ses mécanismes ont connu de profonds changements. Il est de plus en plus difficile

Plus en détail

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout 16 novembre 2011 Le concept structurel Le rachat d entreprises («buyout») est une transaction qui prend forme dans le transfert du contrôle de

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT Date de mise à jour : janvier 2010 POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT A titre indicatif CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE a pour objectif de réaliser une performance

Plus en détail

Rendement INFORMATIONS FINANCIERES. gère votre patrimoine. 9 ième année mars 2015 n 30

Rendement INFORMATIONS FINANCIERES. gère votre patrimoine. 9 ième année mars 2015 n 30 gère votre patrimoine Rendement 9 ième année mars 2015 n 30 INFORMATIONS FINANCIERES Les avantages de la diversification globale Malgré la mondialisation galopante, la diversification internationale au

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions

Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Plan détaillé de Dissertation : Les stratégies de fusions acquisitions Nouvel exemple de la concentration à l œuvre dans l aluminium : annoncée le 7 juillet 2003, l OPA du canadien Alcan sur Pechiney était

Plus en détail

Portefeuilles Symétrie

Portefeuilles Symétrie s Concentrez-vous sur vos priorités du moment Samedi, 14 h 09 Admirer le panorama avec ma famille Votre temps est précieux et, comme la plupart des Canadiens, vous préférez vous concentrer sur vos priorités

Plus en détail

Performance boursière suite aux fusions et acquisitions : effet «événement» ou effet «marché»? Le cas des Etats-Unis

Performance boursière suite aux fusions et acquisitions : effet «événement» ou effet «marché»? Le cas des Etats-Unis Performance boursière suite aux fusions et acquisitions : effet «événement» ou effet «marché»? Le cas des Etats-Unis Alain Finet Docteur en Sciences de Gestion Toni Mpasinas- Chercheur PAI Service Economie

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir La sélection des valeurs les plus étoilées Investir Quelles valeurs choisir dans la nébuleuse des placements financiers? Comment composer un portefeuille d actifs en préservant le capital et en visant

Plus en détail

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR CHAPITRE 1 Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR L émergence d une fonction contrôle de gestion au sein des entreprises est

Plus en détail

Comptabilité pour planification financière stratégique (3 crédits)

Comptabilité pour planification financière stratégique (3 crédits) UQAM - ESG DÉPARTEMENT DES SCIENCES COMPTABLES Comptabilité pour planification financière stratégique (3 crédits) SCO-6543 Plan de Cours Professeur : Coordonnateur: Ahmed NACIRI, Ph.D. DSC UQAM R4405 T.

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail