Empreinte écologique Mayotte

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Empreinte écologique Mayotte"

Transcription

1 Empreinte écologique Mayotte I. Qu est ce que l empreinte écologique? L empreinte écologique est un indicateur environnemental porté par le Global Footprint Network (GFN) qui estime pour un territoire, une personne ou un produit, la surface productive nécessaire à la production, l approvisionnement, l usage et la fin de vie des produits qu il consomme ou qui le composent. L empreinte écologique s exprime en hectares globaux. Il existe 5 types de surfaces productives : surfaces cultivées, pâturages, surface de pêche, forêts, surfaces bâties. Afin de pouvoir additionner ces surfaces à la productivité différente, on attribue à chaque type de surface un coefficient d équivalence (CE) proportionnel à sa productivité. Les surfaces cultivées étant les surfaces biologiquement plus productives, elles disposent du coefficient d équivalence le plus élevé. Ces coefficients sont communs à l ensemble des pays du monde. Pour tenir compte des spécificités locales qui influent sur la productivité des surfaces (climat, techniques d exploitation) chaque région dispose de coefficients de rendement spécifiques pour chaque type de surface (CR). Ces 2 coefficients ainsi que le rendement de production du produit considéré permettent d obtenir pour chaque produit consommé un facteur d intensité écologique (FIE) qui détermine l empreinte écologique d une unité de produit. Pour un produit consommé, on a : ( ) II. L empreinte écologique de Mayotte a. Méthodologie et sources La méthode consiste à prendre en compte l ensemble des consommations du territoire de Mayotte (énergies, alimentation, produits manufacturés) et à estimer à l aide de facteurs d intensité écologique la surface productive nécessaire à la production, l approvisionnement, l usage et la fin de vie de ces produits. Les données de consommation utilisées sont de 2 types : - Données de consommation brute pour l énergie utilisée sur le territoire mahorais. Ces données 2010 sont issues notamment des chiffres fournis par l Observatoire Energie de Mayotte (document Données Energie à collecter). Le niveau de détail de ces données permet généralement d établir une répartition des consommations énergétiques entre différents

2 secteurs (logement, tertiaire, agriculture/industrie, transport). On a supposé que pour le chauffage au pétrole lampant et solaire thermique la répartition était de 50% pour le secteur résidentiel, 30% pour le tertiaire et 20% pour l agriculture et l industrie. - Pour la consommation de produits alimentaires, de matériaux bruts et de produits manufacturés, nous avons utilisé les données 2008 du trafic portuaire, les données Agreste de production agricole et de pêche (recensement agricole 2003 mais il est probable que la production agricole actuelle ne soit pas très différente). La consommation de Mayotte pour chaque produit est alors égale à la différence entre l import et l export à laquelle on ajoute la production locale. Soit : Consommation = Import Export + Production locale Nous avons utilisé une base de données issue du projet coopératif d Empreinte Ecologique Ouverte mené par l Institut Angenius et la SCOP Médiation & Environnement. Cette base de donnée contient des facteurs d intensité écologique d origines diverses : - Facteurs issus de la base de données du Global Footprint Network donnant les surfaces brutes nécessaires à la culture d une tonne de matière première. - Facteurs calculés à partir de données de l ADEME ou d autres institutions (Stockholm Environment Institute ) sur les émissions de CO 2 relatives à la fabrication des produits consommés sur le territoire: les émissions en tonnes de CO 2 sont converties en hectare globaux nécessaires au stockage du CO 2. Ces facteurs permettent de prendre en compte l empreinte carbone (émissions directes de la combustion des énergies fossiles + énergie grise). Nous avons estimé l énergie grise des produits à chaque fois que les données le permettaient. - Nous avons effectué des hypothèses quant à la composition en matière première de certains produits manufacturés importés (véhicules, machines et cargaison non identifiée) afin de construire un facteur d intensité écologique. Nous avons par exemple considéré que la masse d une voiture était composée à 75% d acier primaire travaillé, à 20% de plastique PVC primaire et à 5% de verre technique. L empreinte écologique des déchets correspond à l empreinte carbone des transports nécessaires à la collecte des déchets à laquelle on ajoute la superficie des sites des décharges et l empreinte carbone du traitement des déchets. Dans le cas de Mayotte, l empreinte carbone de la collecte des déchets est contenue dans le poste transport et on suppose que la superficie des décharges est contenue dans l espace bâti (pas de réelle décharge). D autre part, il n y a pas à l heure actuelle de réelle filière de traitement des déchets à Mayotte, nous n avons donc pas considéré l éventuelle empreinte carbone d un tel traitement. b. Résultats, analyse et comparaison L empreinte écologique du territoire mahorais obtenue par cette méthode est de hectares globaux ou, rapportée à la population, de 1,89 hectare global par habitant. Cette empreinte est très faible lorsqu on la compare à l empreinte de la France qui est de 5 gha/hab mais est toutefois supérieure à la moyenne africaine qui est de 1,4 gha/hab et comparable à celle de Madagascar (1,8 gha/hab). Un pays comme Maurice dont le PIB est très supérieur à celui de Mayotte, $/hab. en 2008 pour Maurice contre 4 900$/hab. en 2005 pour Mayotte (source CIA World Factbook), a une empreinte écologique beaucoup plus importante. On observe globalement une corrélation entre l empreinte écologique et le niveau de développement.

3 Empreinte hors combustion Conso. énergie Alimentation Autres consommations Total Mayotte gha gha/hab gha gha/hab gha gha/hab gha gha/hab , , , ,78 Mer 0 0, ,19 0 0, ,19 Pâture 0 0, ,25 0 0, ,25 Culture 0 0, ,26 0 0, ,26 Forêt ,04 0 0, , ,06 Bâti 0 0,00 0 0, , ,01 Empreinte carbone , , , ,11 TOTAL , , , ,89 6,00 Niveau de l'empreinte écologique de Mayotte (gha/hab) 5,00 4,00 Built-up Land 3,00 2,00 1,00 Carbon Footprint Fishing Ground Footprint Forest Footprint Grazing Footprint Cropland Footprint 0,00

4 Analyse par poste de consommation L alimentation occupe une place prépondérante dans l empreinte écologique mahoraise (50%) devant la consommation d énergie (28%) et l empreinte des autres produits et matériaux consommés sur le territoire (22%). Il est important de noter que l empreinte écologique de l alimentation est constituée à environ 75% de surfaces cultivées et à 25% de surfaces nécessaires au stockage du CO 2 (empreinte carbone). Répartition de l'empreinte écologique par secteur Autres consommations 22% Conso. énergie 28% Alimentation 50% Analyse par type d empreinte Zoom sur l Empreinte Carbone La part de l empreinte carbone (combustion directe d énergie fossile + énergie grise) dans l empreinte écologique est très significative puisqu elle est de 59%. Cette proportion est atypique comparée aux pays africains, la moyenne africaine étant de 20%. Cela s explique notamment par la production d électricité d origine thermique à partir de la combustion de diesel. Ce mode de production associé à un fort taux de raccordement au réseau (environ 75%) entraine de fortes émissions de CO 2. En revanche, on peut constater que «l empreinte forêt» de Mayotte est particulièrement faible comparée au reste de l Afrique. Le raccordement au réseau d électricité entraîne une baisse de la consommation de bois.

5 Part de l'empreinte carbone dans l'empreinte totale Empreinte carbone 59% Empreinte hors combustion 41% Les différentes part de l'empreinte carbone Autre consommation 34% Conso. énergie 44% Alimentation 22% Les autres types d empreintes Si l on ne considère pas l empreinte carbone qui correspond à une surface de forêt nécessaire au stockage du CO 2 émis par la combustion d énergies fossiles (cf. National Footprint Accounts Methodology 2008, p.13) l empreinte écologique des consommations mahoraises se répartit en les différentes surfaces productives de la façon suivante : - Surfaces cultivées : 34% de l empreinte. Cette part correspond à l impact de la consommation de l ensemble des produits agricoles à laquelle on ajoute la consommation de volaille et d œuf. L alimentation est la seule contributrice à cette partie de l empreinte. - Pâturage : 32% de l empreinte. Cette part correspond à l impact de la consommation de viande (hors volaille) et de produits laitiers. L alimentation est la seule contributrice à cette partie de l empreinte.

6 - Mer : 24% de l empreinte. Cette part correspond à l impact de la consommation de poissons et de crustacés. L alimentation est la seule contributrice à cette partie de l empreinte. - Forêt : 8% de l empreinte. Cette part comprend la consommation de bois de chauffage ainsi que l utilisation de bois dans la construction et le mobilier. - Bâti : 2% de l empreinte. Cette part regroupe l ensemble des surfaces construites (habitations, routes). Répartition de l'empreinte écologique hors carbone par type de surface Bâti 2% Forêt 8% Mer 24% Culture 34% Pâture 32% III. La biocapacité de Mayotte a. Méthodologie et sources La biocapacité d un territoire correspond à sa capacité de production biologique utilisable. Elle est exprimée en hectares globaux et peut être comparée à l empreinte écologique pour déterminer la capacité d un territoire à subvenir aux besoins de sa population. Chaque type de surface productive (surface cultivée, pâturage, forêt, mer) dispose d un coefficient d équivalence (CE) permettant de convertir sa surface réelle en hectares globaux selon sa productivité. Les surfaces cultivées étant les surfaces biologiquement plus productives, elles disposent du coefficient d équivalence le plus élevé. Ces coefficients sont communs à l ensemble des pays du monde. Pour tenir compte des spécificités locales qui influent sur la productivité des surfaces (climat, techniques d exploitation) chaque région dispose de coefficients de rendement spécifiques pour chaque type de surface (CR). Ainsi pour une région donnée la biocapacité de ses pâturages sera : Biocapacité pâturage = Surface réelle pâturage * CE (pâturage) * CR (pâturage, région) En l absence de données spécifiques au territoire mahorais, nous avons décidé d estimer la biocapacité de Mayotte à partir de données relatives à Maurice et à Madagascar pays voisins soumis

7 aux mêmes conditions climatiques. A partir des données issues du Global Footprint Network relatives à la biocapacité de ces 2 pays, des zones économiques exclusives (source : et de données de la FAO sur les surfaces réelles productives, nous avons pu obtenir pour chacun de ces pays un coefficient «surface en hectares globaux/surface réelle» pour chaque type de surface productive. Nous avons alors effectué pour chaque type de surface productive une moyenne des coefficients de Maurice et de Madagascar et nous avons appliqué ce coefficient moyen aux surfaces réelles de Mayotte (données FAO croisées avec données étude typologie forestière de Mayotte). On considère (convention GFN) que le rapport hag/ha des terrains bâtis est identique à celui des terres cultivées, les constructions étant généralement bâties sur des terrains propices à la culture. Madagascar Biocapacité totale Cultures Pâturages Forêts Surfaces de pêche Surfaces bâties hag / capita (GFN) 3,1 0,28 1,58 0,96 0,20 0,06 hag hors eau ha hag/ha 1,05 1,67 0,90 1,60 0,03 1,67 Maurice Biocapacité totale Cultures Pâturages Forêts Surfaces de pêche Surfaces bâties hag / capita (GFN) 0,6 0,16 0,00 0,01 0,38 0,00 hag hors eau ha hag/ha 1,10 2,22 0,46 0,36 0,00 2,22 Mayotte Biocapacité totale Cultures Pâturages Forêts Surfaces de pêche Surfaces bâties hag / capita (GFN) 0,9 0,19 0,01 0,08 0,65 0,02 hag ha hag/ha 1,49 1,94 0,68 0,98 0,02 1,94 b. Résultat et analyse Selon cette méthodologie, Mayotte d une biocapacité de hectares globaux soit 0,9 hag/hab dont hectares globaux de surface de pêche et hectares globaux de surface cultivées. Ainsi, la biocapacité terrestre ( hag) est supérieure à la surface réelle des terres mahoraises. La biocapacité de Mayotte est faible et ne permet pas de couvrir l empreinte écologique de la consommation des mahorais. Le déficit est de 0,98 hectares globaux par habitant. Les ressources de l île ne lui permettent pas d être autosuffisante bien que son empreinte écologique soit relativement faible. Il faut toutefois noter que si l ensemble de la population mondiale (6,8 milliards d habitants) consommait comme un mahorais moyen, il faudrait 12,8 milliards d hectares globaux. Selon le Global Footprint Network, la biocapacité mondiale était légèrement inférieure à 12 milliards d hectares globaux en 2009.

Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur. Mars 2011

Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur. Mars 2011 Synthèse du Bilan carbone de Nice Cote d Azur Mars 211 SOMMAIRE 1. Résumé 2. Volet territoire Synthèse par secteur Analyse des principales évolutions Les émissions de 199 3. Volet Patrimoine & Services

Plus en détail

PUF, Paris, L Empreinte Ecologique

PUF, Paris, <TITRE> L Empreinte Ecologique KESTEMONT, B. 2015, «Empreinte écologique»,in Bourg D. & A.Papaux (éd) Dictionnaire de la pensée écologique, PUF, Paris, 393-396 L Empreinte Ecologique L Empreinte Ecologique est «une mesure

Plus en détail

Bilans Carbone «Patrimoine et Services» et «Territoire» de la Communauté d agglomération de Chartres Métropole

Bilans Carbone «Patrimoine et Services» et «Territoire» de la Communauté d agglomération de Chartres Métropole Bilans Carbone «Patrimoine et Services» et «Territoire» de la Communauté d agglomération de Chartres Métropole Réunion de présentation des résultats Adissa LOROGO Sabrina GIORGI Programme Contexte de l

Plus en détail

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année Rapport du Vérificateur général du Tome II Rapport du commissaire au développement durable annexe Empreinte écologique du Tome II Rapport du commissaire au développement durable 141 Annexe Table des matières

Plus en détail

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique En développant en 2009 un tableau de bord de l énergie et du climat, l ADEME souhaite

Plus en détail

Dossier de presse. Pour plus d'informations sur SITA, vous pouvez visiter notre site internet :

Dossier de presse. Pour plus d'informations sur SITA, vous pouvez visiter notre site internet : Dossier de presse CONTACTS PRESSE : Hélène HUY-ORLANDO Tél : 01 42 91 65 41 / Fax : 01 42 91 68 71 / helene.huy_orlando@sita.fr Anne-Isabelle JOLLY Tél : 01 42 91 65 42 / Fax : 01 42 91 68 71 / anne-isabelle.jolly@sita.fr

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable 1 La problématique de la soutenabilité Système écologique Producteurs chlorophylliens Végétaux (photosynthèse) Aliments Oxygène Eléments minéraux CO 2 Consommateurs Animaux (respiration)

Plus en détail

EMPREINTE ÉCOLOGIQUE ET BILAN CARBONE OUTILS DE DIAGNOSTIC ET D AIDE A LA DECISION. Erwan Mouazan Chargé de projet Groupe One /EcoRes

EMPREINTE ÉCOLOGIQUE ET BILAN CARBONE OUTILS DE DIAGNOSTIC ET D AIDE A LA DECISION. Erwan Mouazan Chargé de projet Groupe One /EcoRes EMPREINTE ÉCOLOGIQUE ET BILAN CARBONE OUTILS DE DIAGNOSTIC ET D AIDE A LA DECISION Erwan Mouazan Chargé de projet Groupe One /EcoRes EMPREINTE ECOLOGIQUE C est la mesure de la surface biologiquement productive

Plus en détail

La situation énergétique de la France : Etat des lieux

La situation énergétique de la France : Etat des lieux La situation énergétique de la France : Etat des lieux n 195/196 - juin 2013 Mots clés associés : climat et énergie indicateurs energie energie finale energie fossile energie nucléaire energie primaire

Plus en détail

Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg

Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg Emissions potentiels et perspectives 2050 Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg - 2017 Co-construisons la transition Province à Energies Positives L engagement de nos territoires

Plus en détail

La consommation d énergie en France en 2013

La consommation d énergie en France en 2013 La consommation d énergie en France en 2013 L analyse de la consommation annuelle d énergie du pays est fondamentale car elle permet de mesurer les conséquences en termes de bilan climatique (émissions

Plus en détail

Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion

Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion Description OER Principales données Enjeux et Perspectives Pierre-Yves EZAVIN Directeur

Plus en détail

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015 ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE Petit aide-mémoire Bernard Laponche 23 juin 2015 www.global-chance.org ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET

Plus en détail

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie 3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie Émissions de CO2 dues à la combustion d énergie 1 dans le monde 3 Indice base 1 en 199 25 2 15 1 Etats-Unis 5 UE à 15 197 1975 198 1985 199 1995 2 27 En Mt CO2 199

Plus en détail

L agriculture en Midi-Pyrénées

L agriculture en Midi-Pyrénées 1 L agriculture en Midi-Pyrénées Ktep 3 000 2 500 Consommation d énergie finale en Midi-Pyrénées Résidentiel/tertiaire 42% 2 000 1 500 Transport 36% 19% 1 000 500 Agriculture Industrie 4% 0 1990 1991 1992

Plus en détail

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais - Diagnostic Energie et GES du secteur résidentiel de la Communauté d Agglomération du Bocage Bressuirais Novembre 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1.

Plus en détail

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents

Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents 1 Comparaison des impacts environnementaux de maisons individuelles avec des systèmes constructifs différents Emma Stéphan Le 6 octobre 2015 - Poitiers Contexte 2 3 Contexte Répartition des consommations

Plus en détail

L EMPREINTE ECOLOGIQUE. Castelnaudary, le 7 Novembre 2009

L EMPREINTE ECOLOGIQUE. Castelnaudary, le 7 Novembre 2009 L EMPREINTE ECOLOGIQUE Castelnaudary, le 7 Novembre 2009 L EMPREINTE ECOLOGIQUE Toute activité humaine génère une dépense de ressources terrestres et une création de déchets. Cet échange peut s évaluer

Plus en détail

PARTIE 1 : Qu est-ce que la croissance économique? A. Le PIB B. Le PIB réel. Document 1 : Évolution du PIB en France

PARTIE 1 : Qu est-ce que la croissance économique? A. Le PIB B. Le PIB réel. Document 1 : Évolution du PIB en France SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance PARTIE 1 : Qu est-ce que la croissance économique? A. Le PIB B. Le PIB réel Document 1 : Évolution du PIB en France Précision 1 : Comment mesurer l

Plus en détail

Synthèse de l Analyse de Cycle de Vie comparative des emballages de Tetra Pak

Synthèse de l Analyse de Cycle de Vie comparative des emballages de Tetra Pak Synthèse de l Analyse de Cycle de Vie comparative des emballages de Tetra Pak Etude réalisée par Bio Intelligence Service Avril 2008 Tetra Pak partenaire du Pourquoi une ACV? Une entreprise engagée et

Plus en détail

Territoire de la province de Luxembourg. Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050

Territoire de la province de Luxembourg. Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050 Territoire de la province de Luxembourg Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050 Contenu de la présentation Co-construire une vision 100% Renouvelable Bilan énergétique Potentiels techniques

Plus en détail

Les Énergies. Les énergies en France

Les Énergies. Les énergies en France Les Énergies Les énergies en France L énergie : sources utilisées Energie primaire : (énergie disponible à l état brut dans la nature) Fossile : charbon, pétrole, gaz, Nucléaire Renouvelable : éolienne,

Plus en détail

I CONTEXTE II OBJECTIFS 31 COMMUNES

I CONTEXTE II OBJECTIFS 31 COMMUNES Plan Climat Energie Territorial de Montpellier-Agglomération Bilan territorial énergétique et des émissions de GES 2007, 2020 Tendanciel et 2020 "Politique Energie-Climat" I CONTEXTE réalise un bilan territorial

Plus en détail

Bilan énergétique martiniquais

Bilan énergétique martiniquais 1 Bilan énergétique martiniquais VALORA - Village du développement durable à la Martinique 15 Avril 2016 Contact : rosamont.p@energie.mq www.energie.mq 0696 26 16 13 14/04/2016 Sommaire 1. Contexte énergétique

Plus en détail

ELYDE, filiale de Dalkia, est la société

ELYDE, filiale de Dalkia, est la société VOTRE RÉSEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DE LA DUCHÈRE LYON 9 E Équipement co-financé par ELYDE, filiale de Dalkia, est la société dédiée à la Délégation de Service Public de production et de distribution d

Plus en détail

ÉNERGIE DÉPARTEMENTAL

ÉNERGIE DÉPARTEMENTAL PROFILCLIMAT ÉNERGIE DÉPARTEMENTAL Le sud-est de la France, et notamment les reliefs alpins, sont particulièrement sensibles aux évolutions du climat, dont certains effets sont déjà perceptibles. Il est

Plus en détail

Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes. Journée des associations 26 octobre 2012

Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes. Journée des associations 26 octobre 2012 Enjeux climatiques & énergétiques en Poitou-Charentes Journée des associations 26 octobre 2012 Concentration de CO 2 en ppmv Différentiel de température en C Évolution des concentrations de CO 2 au cours

Plus en détail

Conseil Général de l Aude. -1er avril Samuel Puygrenier ADEME-

Conseil Général de l Aude. -1er avril Samuel Puygrenier ADEME- Conseil Général de l Aude -1er avril 2009 -Samuel Puygrenier ADEME- L énergie et les GES dans l Aude Le Bilan Carbone: de l outil à la démarche Éléments de contexte national Les «GES» dans l Aude Les usages

Plus en détail

Paramètres influents dans la résistance au déplacement d'un véhicule

Paramètres influents dans la résistance au déplacement d'un véhicule Paramètres influents dans la résistance au déplacement d'un véhicule Résistance à l'air Résistance au roulement Paramètres influents : S, Cx, V, ρ Paramètres influents : m, Crr Résistance à la gravité

Plus en détail

CLERVIA, filiale de Dalkia, est la société

CLERVIA, filiale de Dalkia, est la société VOTRE RÉSEAU DE CHALEUR DU QUARTIER DE LA GAUTHIÈRE DE CLERMONT-FERRAND CLERVIA, filiale de Dalkia, est la société dédiée à la Délégation de Service Public de production et de distribution d énergie du

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Tours d horizon des exercices de quantification d impacts environnementaux

Tours d horizon des exercices de quantification d impacts environnementaux Lyon, le 2 février 2010 Tours d horizon des exercices de quantification d impacts environnementaux Aider nos clients à réduire leur empreinte climatique Conseil Expertise et formation Compensation Présenté

Plus en détail

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Les synthèses de l AREC Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Janvier 2016 PRÉAMBULE : Le rôle des acteurs locaux dans l animation territoriale des politiques

Plus en détail

L énergie. Diaporama de Jean Aubin Rencontre organisée par Gandhi International St Antoine-l Abbaye 11 au 14 juin 2011

L énergie. Diaporama de Jean Aubin Rencontre organisée par Gandhi International St Antoine-l Abbaye 11 au 14 juin 2011 L énergie Diaporama de Jean Aubin Rencontre organisée par Gandhi International St Antoine-l Abbaye 11 au 14 juin 2011 1 L empreinte écologique globale 16 130% de la capacité disponible + 2,5% / an milliards

Plus en détail

Consultation de la commission sur les enjeux énergétiques du Québec

Consultation de la commission sur les enjeux énergétiques du Québec Consultation de la commission sur les enjeux énergétiques du Québec Mémoire présenté par le Conseil Québécois des plantes fourragères 2013-10-11 Présentation du Conseil québécois des plantes fourragères

Plus en détail

Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre

Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre Le Bilan Carbone Méthode de calcul des émissions de Gaz à Effet de Serre Réalisation et approche pratique Augmentation de la température moyenne de la terre 0.8 0.4 0.0-0.4-0.8 Écarts thermiques en C (pour

Plus en détail

Françoise CARPY-GOULARD, EI-PURPAN Jean-Luc BOCHU, SOLAGRO Conférence Internationale SIFEE, Québec, septembre 2008

Françoise CARPY-GOULARD, EI-PURPAN Jean-Luc BOCHU, SOLAGRO Conférence Internationale SIFEE, Québec, septembre 2008 Françoise CARPY-GOULARD, EI-PURPAN Jean-Luc BOCHU, SOLAGRO Conférence Internationale SIFEE, Québec, septembre 2008 Introduction Le contexte agricole et énergétique français 1. La nécessité d un outil d

Plus en détail

Méthanisation Quel potentiel dans l Allier?

Méthanisation Quel potentiel dans l Allier? Méthanisation Quel potentiel dans l Allier? Etude réalisée par : Avec le soutien de et Déroulé de l étude 4 temps : 1.Evaluation de la ressource en matières méthanisables ; 2.Identification des débouchés

Plus en détail

Programme détaillé de développement de l agriculture africaine

Programme détaillé de développement de l agriculture africaine AFRICAN UNION NEPAD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT Programme détaillé de développement de l agriculture africaine INTÉGRATION DES SOUS-SECTEURS ÉLEVAGE, FORÊTS ET PÊCHES DANS LE PDDAA Nouveau partenariat pour

Plus en détail

Atelier de Lomé, Togo 19 au 23 octobre 2015

Atelier de Lomé, Togo 19 au 23 octobre 2015 Atelier de Lomé, Togo 19 au 23 octobre 2015 Aperçu de la présentation Introduction 1. Indisponibilité des données 2. Présentation des données 3. Codification des données 4. Reclassification des Thèmes

Plus en détail

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Groupe de travail n 1 : Préparer l énergie de demain 1 ère session - Réunion du 03/12/2013 SOMMAIRE 1 LES OBJECTIFS DU GROUPE DE

Plus en détail

Journée technique le mercredi 22 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation

Journée technique le mercredi 22 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Journée technique le mercredi 22 avril 2015 à SAINT-FLOUR (15) Photos Bois Energie 15 et Méthanisation Bois-énergie dans l industrie Etat de l art et bonnes pratiques en matière de technologies, montage

Plus en détail

Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice

Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice Élaboration du Plan Climat-Energie Territorial de la Ville de Nice Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques de la Ville de Nice Synthèse - Décembre 2011 - Diagnostic

Plus en détail

Biocapacités et Empreinte écologique (2005)

Biocapacités et Empreinte écologique (2005) Biocapacités et Empreinte écologique (25) 12,36 1,3 La biocapacité disponible par personne était de 2,6 hag en 25 8,24 6,18 4,12 2,6 Chine Brésil Allemagne Pays-Bas Portugal France Belgique Etats-Unis

Plus en détail

Émissions liées à l énergie - moyenne annuelle

Émissions liées à l énergie - moyenne annuelle kgeq CO2 / m2 / an Icade Promotion BILAN CARBONE DE LA PRODUCTION DE BATIMENTS D ICADE PROMOTION EN 2014 De 2011 à 2013, les bilans carbone de la production d Icade Promotion, à savoir l ensemble des opérations

Plus en détail

EMPREINTES ECO LOGIQUES DIANE D ARRAS

EMPREINTES ECO LOGIQUES DIANE D ARRAS EMPREINTES ECO LOGIQUES DIANE D ARRAS Empreintes environnementales génériques utilisées par Suez-Environnement Life Cycle Analysis Outil des standards de management type ISO 14000 Life Cycle Inventory

Plus en détail

Présentation des méthodes de prévision du trafic utilisées en Algérie

Présentation des méthodes de prévision du trafic utilisées en Algérie Arezki MESSAOUDI Direction des Ports Ministère des Transports ALGERIE Présentation des méthodes de prévision du trafic utilisées en Algérie I. Préambule. Avant d entamer l approche méthodologique adoptée

Plus en détail

Bilan Carbone des Stations de Montagne

Bilan Carbone des Stations de Montagne Bilan Carbone des Stations de Montagne Restitution La Bresse 16 mars 2009 Diagnostic Bilan Carbone Restitution des Résultats - Comité Technique 3 Office Tourisme La Bresse Office de Tourisme de La Bresse

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Planification intégrée des infrastructures d énergie Introduction générale Laboratoire de Systèmes Energétiques ENAC / EPFL 1 - Sommaire Objectifs du cours Contenu du cours - Méthodes d analyse de la demande

Plus en détail

CHAMPAGNE-ARDENNE UNE PRODUCTION CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE

CHAMPAGNE-ARDENNE UNE PRODUCTION CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE UNE PRODUCTION CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE SOMMAIRE TERRITOIRE... 3 ACTIVITES ECONOMIQUES... 4 EMPLOI... 5 ENSEIGNEMENT FORMATION APPRENTISSAGE... 6 INTERNATIONAL... 7 RECHERCHE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie 3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie Émissions de CO2 dues à la combustion d énergie 1 dans le monde 3 Index base 1 en 199 25 2 15 1 Afrique USA 5 UE à 15 197 1975 198 1985 199 1995 2 25 28 En Mt CO2

Plus en détail

Profil énergie et gaz à effet de serre du département de la Dordogne (2015)

Profil énergie et gaz à effet de serre du département de la Dordogne (2015) Syndicat Départemental d Energie de la Dordogne Commission Consultative Paritaire du 27/06/2017 Profil énergie et gaz à effet de serre du département de la Dordogne (2015) Amandine LOËB Directrice - loeb.a@arec-na.com

Plus en détail

Présentation de l Economie de la Martinique et des actions de la CCI

Présentation de l Economie de la Martinique et des actions de la CCI Présentation de l Economie de la Martinique et des actions de la CCI Les Chiffres Clés de l Economie Production de richesses 2013 PIB (en milliards ) 8,4 Croiss. PIB (en valeur) 0 Taux d inflation +1,3%

Plus en détail

SCENARIOS DE TRANSITION ENERGÉTIQUE EN FRANCE. François Moisan

SCENARIOS DE TRANSITION ENERGÉTIQUE EN FRANCE. François Moisan SCENARIOS DE TRANSITION ENERGÉTIQUE EN FRANCE François Moisan Approche CIRED (IMACLIM) : Deux approches et méthodes différentes propositions de différents paquets de mesures, dont taxe carbone au niveau

Plus en détail

Quelles valorisations du bois écocompatibles? PNRVN, le 22 octobre 2016

Quelles valorisations du bois écocompatibles? PNRVN, le 22 octobre 2016 Source : ONF, Jacky Véret Quelles valorisations du bois écocompatibles? PNRVN, le 22 octobre 2016 Chiffres clés - Massif Vosgien 60 % du Massif Vosgien est recouvert par la forêt : 430 000 ha Diversité

Plus en détail

CHIFFRES SUR LA CHINE Mars 2001

CHIFFRES SUR LA CHINE Mars 2001 XINHUA-INFO CHIFFRES SUR LA CHINE Mars 2001 Chiffres-Industrie Croissance industrielle en Chine entre 1998 et 2000 Beijing (Xinhua) Selon le Bureau d Etat des statistiques, l industrie chinoise a connu

Plus en détail

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto

Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de Kyoto Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l environnement OFEV Emissions d après la loi sur le CO 2 et d après le Protocole de

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 Votre Empreinte Carbone Energétique

Plus en détail

Département Expertise et Valorisation

Département Expertise et Valorisation Insérer la Nouvelle-Calédonie dans le processus international de lutte contre le changement climatique, avec l élaboration progressive d objectifs de stabilisation et de réduction des émissions de GES

Plus en détail

L enjeu des énergies renouvelables au Québec

L enjeu des énergies renouvelables au Québec L enjeu des énergies renouvelables au Québec Conférence prononcée à l Éco-kartier du centre-ville de Chicoutimi par: Pierre Gilbert, vice-président du Groupe de recherches écologiques de La Baie (GREB)

Plus en détail

Vision énergétique de l ADEME

Vision énergétique de l ADEME La biomasse dans le mix énergétique Vision énergétique 2030-2050 de l ADEME Fondation Tuck - 10 févier 2013 Pierre Douillard / Service économie prospective 1 Plan de la présentation La vision générale

Plus en détail

Chauffage à distance par copeaux de bois Une décision pour l avenir

Chauffage à distance par copeaux de bois Une décision pour l avenir Chauffage à distance par copeaux de bois Une décision pour l avenir Sources : Allotherm SA et Viret Architectes SA Présentation des enjeux Critères de choix de la source d énergie Avantages du bois Potentiel

Plus en détail

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec

Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Consultation pour le plan stratégique de réduction de la dépendance au pétrole Centre-du-Québec Plan de la rencontre 1. Portrait sectoriel de la dépendance au pétrole 2. Atelier 1: Diagnostic sectoriel

Plus en détail

Empreinte carbone d un habitant des «Oasis» Eléments de communication dans l optique de la COP21

Empreinte carbone d un habitant des «Oasis» Eléments de communication dans l optique de la COP21 Empreinte carbone d un habitant des «Oasis» Eléments de communication dans l optique de la COP21 Habitant «Oasis» vs. Français moyen 3 25 kgco 2e / personne 2 15 1 Habitant Oasis 4,9 tco 2e / an 5 Construction

Plus en détail

Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants Déc 2014

Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants Déc 2014 Echirolles - Observatoire Energie, GES et polluants 2005-2012 Déc 2014 Plan de l intervention Rappel méthodologique Bilan des consommations d énergie à Échirolles. Zoom sur les consommations sectorielles

Plus en détail

Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie. Mercredi de l info du 14/12/2016

Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie. Mercredi de l info du 14/12/2016 Référentiel Energie-Carbone Zoom sur l Analyse du Cycle de Vie Mercredi de l info du 14/12/2016 Sommaire Principe & périmètre La contribution des Produits de construction et des équipements La contribution

Plus en détail

INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE

INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE 2011 cvo-belgium.be CONTENU DE L INVENTAIRE Description de l organisme Période de déclaration et année de référence Responsables de l inventaire Objectifs de l inventaire

Plus en détail

La comparaison entre les. Zones Non Interconnectées

La comparaison entre les. Zones Non Interconnectées La comparaison entre les Zones Non Interconnectées 1 Comparaison entre les Zones Non Interconnectées Les zones insulaires non interconnectées au réseau électrique métropolitain français (ZNI) désignent

Plus en détail

L APPROCHE MODELISATION AU CAMEROUN

L APPROCHE MODELISATION AU CAMEROUN L APPROCHE MODELISATION AU CAMEROUN INTRODUCTION Le modèle économique d utilisation des terres GLOBIOM (www.globiom.org) opère normalement à l échelle mondiale. Pour le projet REDD-PAC, ce modèle a été

Plus en détail

La biomasse, énergie d avenir?

La biomasse, énergie d avenir? La biomasse, énergie d avenir? Hervé Bichat Fondation Tuck, le 23 septembre 2013 Éditions Quae 1 - la biomasse et la transition énergétique 2 le cas de la culture du blé 3 quelques conclusions générales

Plus en détail

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990 Russie Terre d abondance Objectif climatique : 25-30 % de réduction des émissions à l horizon 2030 par rapport au niveau de 1990 Réduction des émissions de CO 2 actuelles par rapport au niveau de 1990

Plus en détail

Présentation des résultats

Présentation des résultats Le développement durable en action Présentation des résultats PRODURABLE 1 Sommaire 01 02 03 04 05 Qu est ce qu un Bilan Carbone? Selon quelle méthodologie? Résultats du Bilan Carbone 2015 Comparaison

Plus en détail

19.3 Électricité - Gaz naturel

19.3 Électricité - Gaz naturel 19.3 Électricité - Gaz naturel En 2015, la production brute d électricité, à un peu plus de 568 TWh, progresse de 0,9 % par rapport à 2014. La production française est assurée à 77 % par le nucléaire,

Plus en détail

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF de Nanterre

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF de Nanterre Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF de Nanterre Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 EDF Direction Commerce Origine

Plus en détail

BILAN CARBONE de l ENGEES PRESENTATION DU DIAGNOSTIC Juin/2009. Avec l appui méthodologique de

BILAN CARBONE de l ENGEES PRESENTATION DU DIAGNOSTIC Juin/2009. Avec l appui méthodologique de BILAN CARBONE de l ENGEES PRESENTATION DU DIAGNOSTIC Juin/2009 Avec l appui méthodologique de Qu est-ce qu un Bilan Carbone? Méthode développée par l ADEME en collaboration de Jean-Marc Jancovici mise

Plus en détail

Bilan et facture énergétique de la France en 2005

Bilan et facture énergétique de la France en 2005 Bilan et facture énergétique de la France en 25 François Loos, Ministre délégué à l Industrie Jeudi 2 avril 26 1/12 Facture énergétique de la France (importations CAF - exportations FAB) +35% à 38,3 Md

Plus en détail

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2013

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2013 Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre Chiffres clés pour l année 213 Édition mai 215 Sommaire Chiffres clés régionaux Rhône- Alpes Comparatif Rhône-Alpes / France page 8 Les objectifs européens

Plus en détail

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Alcoa Fixations Simmonds S.A.S Saint Cosme en Vairais Novembre 2015 Bilan A (réglementaire) Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique version 3.d «Méthode

Plus en détail

Méthodologie de l empreinte écologique : aperçu

Méthodologie de l empreinte écologique : aperçu Méthodologie de l empreinte écologique : aperçu L empreinte écologique a été créée au début des années 1990 par MM. Mathis Wackernagel et William Rees, deux chercheurs de l Université British Columbia,

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PERIMETRE FRANCE

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PERIMETRE FRANCE BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PERIMETRE FRANCE Rapport destiné à la Préfecture de Paris Année calendaire 2014 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France Tél.

Plus en détail

Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025?

Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025? Quels types de scénarii possibles à horizon 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? 8 avril 2013 Châteauroux Définitions MIX ÉNERGÉTIQUE : ou bouquet énergétique, est la

Plus en détail

Consommation d énergie Informations aux enseignants

Consommation d énergie Informations aux enseignants Informations aux enseignants 1/12 Tâche Objectif Matériel Les élèves s informent sur la consommation d énergie dans le monde et en Suisse, et réfléchissent à leur contribution personnelle pour diminuer

Plus en détail

Performance énergétique et approche carbone le passif responsable Bureau d études Energie et Environnement

Performance énergétique et approche carbone le passif responsable Bureau d études Energie et Environnement Performance énergétique et approche carbone le passif responsable Bureau d études Energie et Environnement 677 AVENUE DE LA REPUBLIQUE 59000 LILLE Tél. 03 20 74 59 14 Fax 03 20 74 98 85 contact@symoe.fr

Plus en détail

Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort

Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort Les synthèses de l AREC Consommations d énergie et émissions de GES du secteur agricole Communauté d Agglomération de Niort Sources de données et méthodologie L état des lieux des consommations d énergie

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Question 1 Durabilité. Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 2 Durabilité

Économie, connaiss.de base Question 1 Durabilité. Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 2 Durabilité Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Que signifie «durabilité»? Un comportement n est qualifié de durable que lorsqu il permet à long terme le même comportement aux

Plus en détail

Des consommations d énergie qui ne cessent de croître

Des consommations d énergie qui ne cessent de croître L EPUISEMENT DES RESSOURCES FOSSILES Des consommations d énergie qui ne cessent de croître La situation énergétique mondiale est marquée par la consommation croissante d énergie et le recours, toujours

Plus en détail

L environnement en Île-de-France Mémento 2006 Synthèse

L environnement en Île-de-France Mémento 2006 Synthèse L environnement en Île-de-France Mémento 2006 Synthèse Informations disponibles au 31/12/2006 Les données sur l environnement de la région Île-de-France sont nombreuses, et pour la plupart produites par

Plus en détail

PROGRAMME Bois énergie en Pays de la Loire une énergie disponible, rentable et

PROGRAMME Bois énergie en Pays de la Loire une énergie disponible, rentable et BOIS ENERGIE BÂTIMENTS COLLECTIFS PROGRAMME Bois énergie en Pays de la Loire une énergie disponible, rentable et L É N E R G I E B O I S, U N E L O G I Q U E D AVA N C E Le bois-énergie pour vos bâtiments

Plus en détail

Observatoire de l Energie et des Gaz à Effet de Serre

Observatoire de l Energie et des Gaz à Effet de Serre Observatoire de l Energie et des à Effet de Serre Chiffres clés pour l année 214 Edition Juillet 216 * Signature provisoire : le nom de la Région sera fixé par décret en Conseil d Etat avant le 1er octobre

Plus en détail

Consommation d énergies fossiles au Québec et à Montréal

Consommation d énergies fossiles au Québec et à Montréal Consommation d énergies fossiles au Québec et à Montréal Par Émilie Charbonneau, chef de section Service de l environnement Ville de Montréal Présentation faite dans le cadre de la consultation publique

Plus en détail

Oreges GT du 21 novembre Romain MALACARNE Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin Saint-Cyr-en-Val Tél:

Oreges GT du 21 novembre Romain MALACARNE Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin Saint-Cyr-en-Val Tél: Oreges GT du 21 novembre 2013 Romain MALACARNE malacarne@ligair.fr Lig Air 260 avenue de la Pomme de Pin 45590 Saint-Cyr-en-Val Tél: 02-38-78-09-49 Cadre réglementaire : Arrêté du 24 août 2011 relatif

Plus en détail

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2015

Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre. Chiffres clés pour l année 2015 Observatoire de l Énergie et des Gaz à Effet de Serre Chiffres clés pour l année 215 Édition Juillet 217 1 Sommaire Chiffres clés régionaux Les flux d énergie en Auvergne-Rhône-Alpes page 4 La consommation

Plus en détail

Observatoire de l Energie et des Gaz à Effet de Serre

Observatoire de l Energie et des Gaz à Effet de Serre Observatoire de l Energie et des Gaz à Effet de Serre Chiffres clés pour l année 214 Edition Juillet 216 * Signature provisoire : le nom de la Région sera fixé par décret en Conseil d Etat avant le 1er

Plus en détail

Les conflits entre alimentation et biocarburants dans l usage des sols. Thierry BRUNELLE CIRED

Les conflits entre alimentation et biocarburants dans l usage des sols. Thierry BRUNELLE CIRED Les conflits entre alimentation et biocarburants dans l usage des sols Thierry BRUNELLE CIRED Plan de la présentation 1. Cahier des charges de la modélisation prospective alimentaire et bioénergétique

Plus en détail

GAZ NATUREL ET BIOGAZ

GAZ NATUREL ET BIOGAZ GAZ NATUREL ET BIOGAZ L énergie qui relève ses défis www.celsius.ch Roland Bürgy Responsable ventes & marketing GROUPE E CELSIUS Groupe E Celsius est une entreprise dynamique spécialisée dans la distribution

Plus en détail

Energie Grise. La face cachée des bâtiments performants. des indicateurs, des choix, des ordres de grandeur

Energie Grise. La face cachée des bâtiments performants. des indicateurs, des choix, des ordres de grandeur Energie Grise La face cachée des bâtiments performants des indicateurs, des choix, des ordres de grandeur Luc Floissac - Conseiller environnemental Chercheur / enseignant à l école nationale supérieure

Plus en détail

Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau

Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau. Dégradation de la qualité de l eau Dégradation de la qualité de l eau Dégradation de la qualité de l eau Dégradation de la qualité de l eau Dégradation de la qualité de l eau Le troupeau national bovin est responsable d au moins 25 % de

Plus en détail

31. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES LIÉES À LA CONSOMMATION

31. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES LIÉES À LA CONSOMMATION 31. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES LIÉES À LA CONSOMMATION 1.Introduction ÉNERGÉTIQUE DU SECTEUR DE L INDUSTRIE Le secteur de l'industrie reprend tous les établissements raccordés à la haute tension ayant une

Plus en détail

Le paysage énergétique belge, ses défis et opportunités

Le paysage énergétique belge, ses défis et opportunités Soirée-débat «Climat, énergie, quels scénarios pour l avenir?» Habay-la-Vieille, 3 décembre 2015 Le paysage énergétique belge, ses défis et opportunités Dominique Gusbin Equipe Energie-Transport Plan de

Plus en détail