EVALUATION DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION ET DE GESTION SANITAIRES (SNIGS) DU BENIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION ET DE GESTION SANITAIRES (SNIGS) DU BENIN"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LA PROGRAMMATION ET DE LA PROSPECTIVE SERVICE DES STATISTIQUES ET DE LA DOCUMENTATION EVALUATION DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION ET DE GESTION SANITAIRES (SNIGS) DU BENIN Rapport Mai 2007

2 SIGLES ET ABREVIATIONS ADD BASP BBL CAME CDOC CNHU CPN CPoN CS CSA CSE CSC CTQS DDS DH DNPEV DPP DRH DRS DTC EEZS ENIIAB FSP FSS HOMEL IEC INMES INFOSEC MCZ MIILD MPE MS NC OPP PMA PEV PF PNLP PNLS PNT PTME SEPS SGM SMI SNIGS SPPS SSD SSP TPI VAR ZS Antenne Documentaire Départementale Bureau d Appui en Santé Publique Bibliothèque Bleues Centrale d Achat des Médicaments Essentiels et Consommables Médicaux Centre de Documentation Centre National Hospitalier et Universitaire Hubert Koutoucou Maga Consultation Prénatale Consultation Posnatale Centre de Santé Centre de Santé d Arrondissement Centre de Suivi Epidémiologique Centre de Santé de Commune Conseiller Technique en Qualité des Soins Direction Départementale de la Santé Direction des Hôpitaux Direction Nationale du Programme Elargi de Vaccination Direction de la Programmation et de la Prospective Direction des Ressources Humaines Direction de la Recherche en Santé Diphtérie-Tétanos-Coqueluche Equipe d Encadrement de Zone Sanitaire Ecole Nationale des Infirmières et Infirmiers Adjoints du Bénin Formation Sanitaire Privée Faculté des Sciences de la Santé Hôpital de la Mère et de l Enfant Lagune Information Education Communication Institut National Médico-Social Institut National de Formation OSEC Médecin Coordonnateur de Zone Moustiquaire Imprégnée d Insecticide de Longue Durée Maladie à Potentiel Epidémique Ministère de la Santé Niveau Central Organe Paritaire du Partenariat Paquet Minimum d Activités Programme Elargi de Vaccination Planification Familiale Programme National de Lutte contre le Paludisme Programme National de Lutte contre le Sida Programme National de Lutte contre la Tuberculose Prévention de la Transmission Mère-Enfant Service des Etudes, de la Planification et du Suivi Secrétariat Général du Ministère Santé Maternelle et Infantile Système National d Information et de Gestion Sanitaires Service de la Protection et de la Promotion Sanitaires Service des Statistiques et de la Documentation Soins de Santé Primaires Traitement Préventif Intermittent Vaccin Anti-Rougeoleux Zone Sanitaire 2

3 I - INTRODUCTION L information sanitaire revêt de plus en plus une importance capitale dans un monde où : - l accroissement démographique impose l existence d un Système National d Information Sanitaire (SNIS) performant pour une prise de décision en temps réel ; - la lutte contre la pauvreté devient une priorité incontournable pour les responsables des secteurs clés de la vie comme la santé. Le SNIS, un des axes stratégiques du Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) est aujourd hui une partie entière du processus de mise en œuvre et de suivi/évaluation des actions menées. A cet effet, il se doit de s adapter et de subir des modifications afin de répondre aux besoins des différents acteurs de la vie sociale du pays. Cette évaluation se tient suite à un fonctionnement de six (6) ans après la dernière qui a eu lieu en La période séparant la 3 ème et la présente évaluation (4 ème ) semble relative longue pour les multiples difficultés que le SNIGS a rencontré dans la mobilisation au niveau national des ressources (financières et humaines) pour sa réalisation effective. C est dans la recherche des voies et moyens que le Bénin a eu à soumettre un dossier au Réseau de Métrologie Sanitaire qui a approuvé ce dernier au mois d avril 2006 et lui a accordé les ressources financières nécessaires à la mise en œuvre de ladite évaluation. La particularité de cette approbation est que le SNIGS devra en dehors des outils initialement retenus pour faire son évaluation, se soumettre à l outil du réseau afin que les résultats issus de cette évaluation soit comparés à ceux d autres pays de la sous-région ou de l Afrique qui ont reçu le même appui. L évaluation a été piloté par l équipe du SNIGS du niveau central appuyé par : - un groupe technique d évaluation composé de 17 membres et - un comité de pilotage de l évaluation, mis en place par le ministre de la Santé ; - un Bureau d Appui en Santé Public (BASP 96); - les équipes départementales du SNIGS. II OBJECTIFS DE L EVALUATION 2.1 Objectif général Apprécier objectivement la performance du système actuel face aux besoins d informations des acteurs du secteur de la santé. 2.2 Objectifs spécifiques Recenser les problèmes inhérents au fonctionnement du SNIGS (problèmes rencontrés par les acteurs du système depuis le CSA jusqu au niveau central) ; Comparer la liste du recensement à ceux identifiés aux évaluations antérieures ; Dénombrer les difficultés liées à la fonction statistique par niveau de la pyramide sanitaire ; Apprécier la validité des statistiques collectées dans nos formations sanitaires et utilisées pour la planification et la programmation nationale ; Evaluer la pertinence des informations collectées avec les besoins actuels des responsables du secteur ; Evaluer l adéquation des informations collectées avec les besoins actuels des responsables du secteur ;

4 Apprécier les relations éventuelles qui pourraient exister entre les sous systèmes de surveillance épidémiologique et le SNIGS (pour éviter le double usage tout en gardant un mécanisme de contrôle des données collectées sur le terrain élaboration et adoption d un schéma directeur de l information pour le MSP) ; Apprécier l efficacité des procédures et mécanismes des trois fonctions du système d information actuel : statistiques, Documentation, Recherche opérationnelle ( collecte, traitement, analyse, utilisation, rétro information) [ Points forts, points faibles, progrès accomplis, activités planifiées concourent-elles à l atteintes des objectifs poursuivis? environnement externe du SNIGS contribue t-il à sa bonne évolution : personnel utilisé par niveau? Quelle attention les responsables des entités sanitaires accorde-t-ils à la fonction statistique (évaluation et suivi local des interventions?] Apprécier la motivation du personnel chargé de faire le suivi (les statistiques et la documentation) des activités sur le terrain (promotion, lettre de félicitation, stage, sanctions..etc.) Evaluer le degré de mise en œuvre des recommandations proposées lors de l évaluation de 2000 ; Tirer des conclusions et proposer des actions pour l amélioration du système III - METHODOLOGIE Les travaux de l évaluation ont démarré par une réunion préparatoire qui a réuni tous les acteurs du secteur de la santé à savoir les directions techniques et centrales, le cabinet du ministère, les coordonnateurs des projets et programmes, les partenaires du secteur privé, les partenaires au développement, l Institut National de la Statistique et de l Analyse Economique (INSAE), les chefs services des statistiques des départements de l Atlantique/Littoral et Ouémé/Plateau des directions départementales de la santé (DDS). Cette réunion a retenu : - le principe de l existence d un groupe technique d évaluation et sa composition ; - les objectifs de l évaluation ; - la méthodologie à suivre 3.1 Type d étude L évaluation du Système National d Information et de Gestion Sanitaires (SNGS) édition 2006 est une étude transversale qui s est faite en deux étapes : - une évaluation interne : enquêtes d opinion et d observation ; - une évaluation externe : utilisation de l outil HMN. Enquête avec outil HMN Il s agit d une enquête menée conjointement avec les précédentes dans le but de recueillir auprès des directions techniques et centrales, des structures/organisations partenaires du Ministère de la Santé, des informations au niveau stratégique sur l ensemble du système d information sanitaire du pays. Ces informations concernent notamment la disponibilité des ressources politiques, humaines, matérielles et financières du SIS, les différents indicateurs retenus par les acteurs, les principales sources de données de l information sanitaire, la gestion des données générées, les produits de l information, la dissémination et l utilisation de ces données. 4

5 L outil utilisé à cet effet est celui proposé par le Réseau de Métrologie Sanitaire (RMS) à tous les pays bénéficiant de l appui technique et financier de ce réseau pour l évaluation de leur système d information sanitaire. Cet outil a été adapté au contexte béninois. Ici aussi, le questionnaire a été envoyé aux différentes parties prenantes et structures identifiées. Le taux de retour des fiches remplies est estimé à 75%. 3.2 Sites d enquête L évaluation s est déroulée sur toute l étendue du territoire national, dans les directions départementales de la santé et auprès des institutions étatiques et des institutions partenaires du Ministère de la Santé (voir liste exhaustive en annexe). Vu la complexité et la spécificité des informations requises pour les différentes composantes du questionnaire, les structures devant y répondre ont été identifiées par le groupe technique d évaluation du SNIGS mis en place pour conduire les travaux. Cette identification a été faite sur la base des orientations données dans le document technique du Cadre HMN (Cf. site web). La liste des institutions retenues et visitées se trouve en annexe. 3.3 Difficultés et limites L enquête s est déroulée de façon satisfaisante. Cependant quelques difficultés et limites sont à noter : - La non disponibilité des responsables des institutions partenaires du MS pour le remplissage à temps et effectif de l outil HMN. Ce qui a rallongé le temps de collecte des données au niveau de ces derniers et a nécessité plusieurs relances (téléphoniques, par courrier, etc.. ) L interférence des activités de routine du service a rallongé le calendrier de l évaluation préalablement établi car il y a une insuffisance cruciale de ressources humaines au niveau central. Ceci affaiblit fortement le rendement de l équipe. Ces quelques difficultés n entachent cependant en rien la fiabilité des données recueillies et donc la qualité du travail. 3.4 Séminaire de synthèse des résultats de l évaluation Un séminaire de trois jours a été organisé afin de restituer les résultats des enquêtes et procéder à la synthèse des modifications retenues pour les cinq prochaines années. Cet atelier qui a regroupé l ensemble des acteurs du système de santé à différents niveaux (75 personnes), avait pour objectifs spécifiques de : Valider les résultats des enquêtes d opinion, d observation et HMN réalisées sur le SNIGS; Apprécier les différents problèmes du Système relevés par l évaluation; Identifier les causes éventuelles ; Proposer les solutions appropriées aux problèmes relevés; Adopter les nouveaux supports de collecte du Système d Information. 5

6 IV - RESULTATS 1 - Evaluation générale Ce graphique montre que globalement toutes les composantes évaluées par l outil HMN sont présentes dans le système d information du Bénin à divers degré mais ne sont pas toutes adéquates. La composante «indicateurs» est la seule à être présente et adéquate quoique la qualité desdits indicateurs est gravement menacé car liée à la qualité des données collectées. L enquête d observation menée dans les formations sanitaires a corroboré cet état de chose. Graphique 1 : Evaluation générale Dissémination et utilisation Produits de l'information Gestion des données Sources de données Indicateurs Ressources Not functional Not adequate at all Present but not adequate Adequate Highly 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 2 - Evaluation des ressources du SIS Cette composante comprend : - le contexte juridique réglementaire et de planification dans lequel l information sanitaire est générée et utilisée (définition de mécanisme, disponibilité des données, qualité des données) ; - les institutions et les ressources humaines déployées dans la collecte, l enregistrement et l analyse des données sanitaires; - les ressources financières (nationale et internationale) utilisées par le SIS pour la collecte, l analyse, l utilisation et la dissémination des données ; - les infrastructures concernent : les ordinateurs, les logiciels d exploitation, l accès à Internet,les bases de données et les moyens de transmission de l information en garantissant la qualité des données Cette composante est jugée globalement non adéquate (score de 52%) dans tous ses éléments (items). Ceci veut dire que l on ne donne pas encore au système d information les moyens qu il faut pour être performant :

7 politique en matière d information sanitaire et plan de développement du SIS conforme aux normes sont inexistants ; Insuffisance de ressources humaines (statisticiens, personnels de santé dévoués à la collecte, à l enregistrement et à l analyse des données), de ressources financières et matérielles (à tous les niveaux de la pyramide sanitaire) ; Logiciels spécifiques d exploitation des données disponibles (logisnigs et logihosp), bases de données statistiques disponibles jusqu au niveau zone sanitaire (niveau central, niveau départemental, niveau zone sanitaire) ; Matériel informatique vétuste, insuffisant et inadéquat (niveau départemental et zones sanitaires), la transmission des données se fait encore par disquette 3 pouce ¼ Absence d accès à Internet pour tout le système d information ; Accès téléphonique du niveau central limité à la ville de Cotonou. Tableau 1 : Les ressources du SIS Résumé Politique et planification Institutions, ressources humaines et financement du SIS Infrastructures du SIS Ensemble Résultats Not adequate Not adequate Not adequate Not adequate 3 - Evaluation des indicateurs Cette composante comprend : - identification des indicateurs clés du SIS; - fréquence de parution (publication) ; - méthode de calcul utilisée ; - Inclusion des OMD à la liste nationale ; - Ventilation des indicateurs (sexe, âge, statut socio-économique, situation géographique, ethnie) Elle est jugée adéquate (score de 75%) : ce qui veut dire que les indicateurs clés sur lesquels le système d information sanitaire doit rendre compte régulièrement sont bien identifiés et les méthodes de mesures également sont correctes. Aussi les définitions des indicateurs sont conformes aux normes techniques internationales. Toutefois, si l on se réfère aux résultats de l enquête d observation, la qualité de ces indicateurs régresse car liée intimement à la qualité des données collectées. Tableau 2 : Les indicateurs Résumé Indicateurrs Résultat Adequate 4 - Evaluation des Sources de données Cette composante porte sur : - le recensement effectué au moins tous les 10 ans et les résultats disponibles au plus tard 2 ans plus tard ; - les statistiques de l état civil (naissances et décès par âge et sexe et causes de décès) ; 7

8 - les enquêtes sur un échantillon représentatif de la population (EDS et autres enquêtes réalisées par l INSAE) ; - les informations basées sur les services de santé (données sur la morbidité, mortalité, types de services offerts, médicaments, disponibilité et qualité des services) ; - Comptes nationaux de la santé Les critères utilisés sont : contenu, capacités et pratiques, Intégration, dissémination et utilisation En dehors des statistiques de l Etat Civil (score 43%) qui sont inadéquates, tous les autres items sont à un niveau correct d évolution (entre 60% et 78%).Ce qui veut dire que les recensements et les enquêtes ménages menées par l INSAE sont de bonne qualité (normes internationales suivies). Pour les données des services de santé (score de 77%) et Health and diseases records = Données sanitaires et registres des maladies (score de 65%), toutes les rubriques sont adéquates. En effet, le système de surveillance épidémiologique au niveau du SNIGS fonctionne bien mais l utilisation de ces données pour la prise de décision dans toute la pyramide sanitaire est faible parfois nulle (Cf. résultats enquête d observation). De plus pour les donnés des services de santé, il y a un problème sur la couverture des structures sanitaires du secteur privé libéral. Graphique 2 : Evaluation des Sources de données A. Recensement B. Statistiques de l'etat civil C. Enquêtes dans la population D. Health & diseases records E. Données des services de santé F. Données administratives Not functional Not adequate at all Present but not adequate Adequate Highl 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 5 - Evaluation de la gestion des données Cette composante porte sur : a. la disponibilité de banque de données électronique centralisée provenant de tous les producteurs mais accessible par Internet ; b. l adhésion aux normes de définitions et de méthode ; 8

9 c. Existence d un forum pour discuter et comprendre les incohérences au niveau des données ; d. Comparaison des données obtenues avec celles obtenues dans d autres systèmes. Cette composante est jugée adéquate (score de 66%) : effectivement, le SNIGS dispose des bases de données aux niveaux central, départemental et certaines zones sanitaires. Ces bases sont sous forme électronique mais on ne peut pas y accéder par Internet actuellement. Il existe une définition de cas pour les données qui s y trouvent et une méthode de collecte standardisée. Il est institué pour les acteurs: - de la surveillance épidémiologique, des réunions trimestrielles ; - du système de routine (équipe départementales et zones sanitaires) des séances annuelles avec l équipe SNIGS Central pour valider ces données et discuter des incohérences. Pour être objectif, la séance annuelle du niveau central est insuffisante et par conséquent sans effet sur l amélioration escomptée sur les données départementales. Tableau 3 : Gestion des données Résumé Gestion des données Résultat Adequate 6 - Evaluation des produits de l information Cette composante évalue la qualité des indicateurs produits par le système (un nombre minimal est donné dans le support) en se fondant sur un certain nombre de critères que sont : a. actualité (délai) ; b. périodicité ; c. cohérence/exhaustivité ; d. représentativité ; e. désagrégation ; f. méthode d estimation et techniques statistiques utilisées Cette composante est jugée «présente mais non adéquate». Hormis l information concernant la mortalité, les autres produits de l information sont jugés inadéquats : - Qualité générale des indicateurs: 52% - Situation sanitaire: 56% - Système de santé: 51% Cette inadéquation semble être confirmée par les résultats de l enquête d observation : - Des incohérences dans les données collectées (mauvaise qualité), - Inobservance des périodicités définies (délais de transmission non respectés), - Non intégration des formations sanitaires du secteur privé libéral au SNIGS Le SNIGS a un grand problème au niveau des produits de l information car même si les données sont régulièrement collectées, il y a une mauvaise qualité des indicateurs qui en résultent (Cf. Résumé des résultats de l outil HMN). Un grand effort reste à consentir par tous les acteurs du système si l on ne veut pas remettre en cause voire perdre les traditionnels acquis du SNIGS 9

10 Graphique 3 : Evaluation produits de l information Selection d'indicateurs et résultats Qualité générale des indicateurs de santé Mortalité Facteurs de risque Système de santé Situation sanitaire Not functional Not adequate at all Present but not adequate Adequate Highly adequa 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 Graphique 4 : Qualité de l information sanitaire Evaluation générale des résultats Méthode d'estimation/transparence Critères de classification Représentativité/ Justesse Cohérence/ Totalité Periodicité Opportunité Not functional Not adequate at all Present but not adequate Adequate Highly adequate 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 10

11 7- Evaluation de la dissémination et de l utilisation de l Information Cette composante comprend : a. l analyse et l utilisation des informations ; b. la politique et le plaidoyer ; c. la planification et la définition des priorités ; d. l allocation des ressources ; e. la mise en œuvre et action Cette composante est globalement adéquate bien que la mise en œuvre et l action à partir de l information disponible dans le SNIS soit présente mais non adéquate. En effet si l on se réfère aux résultats des enquêtes d observation à différents niveaux de la pyramide sanitaire, on constate que très peu d acteurs (gestionnaires/prestataires de soins) analysent les données collectées. Donc les actions planifiées au niveau macro et micro prennent très peu appui sur les statistiques collectées et validées. V CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS La quatrième évaluation du Système Nationale d Information Sanitaire a eu lieu six ans après la troisième qui s est déroulée en Le SNIS a subi une double évaluation compte tenu du contexte : - une évaluation interne qui a utilisé les outils traditionnellement appliqués aux évaluations antérieures avec quelques améliorations compte tenue de l évolution subie par le système de santé ; - une évaluation externe qui a utilisé les supports (questionnaires et outils d analyse des données) du Réseau de Métrologie Sanitaire auquel le SNIGS a adhéré depuis L évaluation interne a prospecté toute la pyramide sanitaire depuis le niveau central jusqu au niveau périphérique alors que l évaluation externe a inspecté le niveau macro c est-à-dire central, intermédiaire et partenaires. Les résultats issus des deux types d évaluations sont concordants bien que les outils soient différents. Les problèmes révélés au niveau de l enquête HMN ont tous été confirmés et explicités par les déclarations et observations faites par les formations sanitaires. Les problèmes relevés : 1. Insuffisance de Ressources Humaines (statisticiens, personnels de santé dévoués à la collecte, à l enregistrement et à l analyse des données), de Ressources Financières et matérielles allouées à la fonction statistique sanitaire à tous les niveaux de la pyramide sanitaire ; 2. Matériel informatique vétuste, insuffisant et inadéquat ; 3. Absence de NTIC dans le SNIS (transmission des données se fait encore par disquette 3 pouce ¼) ; 4. Erreurs de remplissage enregistrées sur tous les supports de données (gestion, surveillance épidémiologique, santé maternelle et infantile); 5. Distorsion variable notée selon la catégorie du support de notification : non fiabilité des données collectées; 6. Mauvaise qualité des données collectées et transmises à la hiérarchie : les enquêtes d observation directe (évaluation interne) ont montré des incohérences dans les données collectées, inobservance des périodicités définies, non intégration de toutes les formations sanitaires du secteur privé libéral au SNIGS (niveau local) 11

12 7. Faible utilisation des informations collectées par les acteurs (gestionnaires/prestataires) pour la gestion, la planification et le suivi du fonctionnement des services de santé ; 8. la non fonctionnalité de l Etat civil au Bénin Eu égard donc à tout ce qui précède, les recommandations suivantes ont été formulées par les acteurs du système (point des participants au séminaire de validation des résultats de l évaluation): Rendre disponible l information sanitaire sur le site Web du Ministère et l actualiser Connecter toutes les équipes SNIGS des DDS au réseau Internet Demander aux ZS d inscrire dans leur plan d action la Formation/Recyclage des agents chargés de la collecte des données statistiques ; Affecter d avantage de ressources à la supervision à tous les niveaux de la pyramide sanitaire ; Élaborer un guide de supervision et de contrôle de la qualité des données à chaque niveau de la pyramide sanitaire ; Élaborer un document cadre d évaluation du SNIGS ; Réglementer le cadre de concertation et de validation des données provenant du SNIGS et des soussystèmes (Programmes/Projets) ; Accroître les ressources allouées au SNIGS pour son renforcement ; Élaborer un projet d appui au SNIGS ; Instruire les différents niveaux pour la mise en œuvre des résolutions qui leurs reviennent et le respect du délai d exécution ; Organiser à chaque niveau des séances périodiques de validations des données. 12

13 ANNEXE 1 : Liste des structures proposées par item pour recevoir et remplir le questionnaire HMN dans le cadre de la 4 ème évaluation du SNIGS Item I Ressources DNPS DH DPP/CSE DSF PNLP PNLS PNT DDSP SEPS ET SPPS DRH DNPEV SGM DPP ITEM II INDICATUERS DNPS/SESS DH DPP/CSE DDS/SEPS-SPPS DNPEV HZ BM OMS UNICEF COOP SUISSE UE STPAS OCS INSAE SGM DPP ITEM III SOURCES DE DONNEES INSAE DNPEV DNPS DSF D/CHD UNFPA CEFORP OCS PNLP PNLS PNT DDS/SEPS ET SPPS DRH DPP/SESP MCZS ITEM IV GESTION DES DONNEES DNPEV DNPS DDS/SEPS ITEM V PRODUIT D INFORMATION DRFM DRH INSAE PNLS DHAB DNPEV DNPS ITEM VI DESTINATION ET UTILISATION DES DONNEES DPP/SSD DDS/SEPS DNPEV DNPS SGM INSAE DPP/SP DRFM CHD Président de l Organe Paritaire de concertation Privée Public (le mettre partout) 13

14 ANNEXE 2 : COMPOSITION DU GROUPE I : Diagnostic du système Président : Mme DEGLA Eugénie CTQS/MS Rapporteur : Dr ADJAGBA Mahouna Médecin ZS/Cotonou IV Facilitateurs : CAPO-CHICHI Fortuné CA/SSDDPP/MS CODO Estelle MédecinBASP 96 Membres: - NOUTANGNI Jean Paul Administrateur GRH-DDS/Z-C - WHANNOU Stanislas TS/ Action Culturelle SGM/MS - GUEDOU Charles Juste Planificateur SP/DPP - DOHINNON Paul Documentaliste SSD/DPP - AGOSSOU Jean Statisticien DDS Atl/Lit - SAGBOHAN M. Auguste Economiste DPP - DOSSOUVI B. Julienne Administrateur des Hôpitaux DH/MS - AHANHANZO Césaire Statisticien AMP - TOSSE Valentin Spécialiste SIS/GPPISAF/USAID - OGOUBIYI F. Viviane Médecin C/SPPSDDS Atl/Lit COMPOSITION DU GROUPE II : RESSOURCES DU SYSTEME Président : Mr DADY Benjamin Rapporteur : BABADJIHOU Clément Facilitateur : ZOUNTCHEME Serge Membres : - AKPLO Claire - TONOUKOUEN Léopold - TOKOU Hyacinthe - ALLOWAH Rémi - AMOUSSOU Raymond - KOUKOUI Nestor - ZOUNTCHEGNON Léa - HOUNTONDJI Léandre - DOSSOU Félicien - HOUNSA Adrien - SODABI G. Nicolas - AINADOU Henri Claude - HOUETO Gbèdonou Composition du groupe 3 : Surveillance épidémiologique Président : Dr IBRAHIMA Idrissou Rapporteur : ALOMA Théodore Facilitateur : DJODJO K. Cosme - CISSE Ibrahim - OGOUDELE Sylvain - Pr GNINAFON Martin - KOUDOUKPO Spéro - TANGNI Ignace - NOUNAWON Ernest - GANDIGBE Armand - HOUNSOU François 14

15 - BALOGOUN Amour - ANAGONOU Guy - MINAFLINOU Julien - EZIN Espédit - GANVOEDO Clément - Dr GBESSI Gaspard COMPOSITION DU GROUPE IV : SANTE MATERNELLE ET INFANTILE Président : TOKPLONOU Evariste Secrétaire : SAGBO S. Ospice Martelle Facilitateur : PADONOU Victor Membres : GAYON Symphorose HOUNDEGANME Arnaud TOUMOUDAGOU Ouimpabo QUENUM Alban NAGO Marie Rose ACCLASSATO Louise Sidonie TOKPLONOU Evariste ZANNOU Alexis Traoré Esther GNANVI Grégoire CHITOU Abdou Moudjibi TOGONOU Hippolyte 15

16 SSD/DPP/MS 06 BP 1158 Cotonou BENIN TERMES DE REFERENCE DES GROUPES Atelier de synthèse de la 4è évaluation du SNIGS 16

17 GROUPE N 1 : DIAGNOSTIC DU SYSTEME D INFORMATION A. Analyse des faiblesses du système En vous servant des conclusions, des résultats des différentes enquêtes (opinion, observation, HMN) et des principales idées développées en plénière sur le fonctionnement du SNIGS, il vous est demandé : d énumérer les principaux problèmes liés à la qualité des données collectées par le SNIGS ; d en dégager les causes ou les explications ; de proposer des approches de solutions et des actions à mener durant les cinq (5) prochaines années ; de définir et de clarifier les relations fonctionnelles du SNIGS avec la CSE, les autres services de la DPP, les programmes, projets et les autres directions ; de proposer des recommandations. B. Atouts et acquis du système 1. Faire la synthèse des atouts et acquis du système ; Proposer des actions de sauvegarde et d amélioration de ces atouts et acquis ; Proposer des recommandations. C. Définition des nouveaux objectifs En vous basant sur les objectifs du SNIGS tels que fixés à l évaluation de 2000 et au regard de problèmes actuels relevés plus haut, redéfinir, reformuler ou reconduire selon le cas aux niveaux central et intermédiaire : 1. l objectif général pour les cinq prochaines années ; 2. les objectifs spécifiques D. Composition du groupe Niveau central Niveau intermédiaire Niveau périphérique Partenaires - DAPP - C/SSD - C/CSE - C/SESP - SGM - DC - Paul DOHINNON - DDZS - DIEM - C/SRH Zou - C/SAF Ouémé - C/SEPS Ouémé - C/SPPS Ouémé - Statisticien SEPS Atlantique - MCZ Cotonou 4 - OMS (DPC) - PISAF - AMP - OPP - IRSP - UGFM - Union Européenne Facilitateurs: Dr Estelle CODO et M. Fortuné CAPO-CHICHI 17

18 GROUPE N 2 : Gestion des ressources du secteur A. Analyse des faiblesses du système En vous servant des conclusions, des résultats des différentes enquêtes (opinion, observation, HMN), il vous est demandé : 1. de donner des explications aux différents problèmes observés sur la qualité, la transmission et l utilisation des données collectées actuellement par le SNIGS pour les supports de gestion (série A) ; 2. d en dégager les causes ; 3. de proposer des solutions et des actions à mettre en œuvre aux niveaux central (MS et SSD/DPP), intermédiaire (DDS et SEPS-SPPS) et opérationnel (ZS et CS). B. Modification des supports de gestion En vous basant sur les tableaux de synthèse des différents avis sur les supports de collecte, proposer pour les cinq (5) prochaines années : 1. les supports à garder, à modifier ou à sortir du système ; 2. enregistrer concomitamment lesdites modifications sans pour autant alourdir le support ; 3. statuer sur le circuit de l information pour ces supports depuis la périphérie jusqu au niveau central ; 4. En vous servant de la liste des indicateurs de suivi de performance du secteur, dégager les indicateurs à retenir pour le tableau de bord au niveau : Centre de santé ZS DDS C. Gestion de nouveaux besoins entre deux évaluations La période moyenne entre 2 évaluations est de 4 à 5 ans, le constat est que de nouveaux besoins sont exprimés par les partenaires qui déploient directement sur le terrain des supports spécifiques. Il vous est demandé ici de : Proposer et Adopter une procédure de prise en compte des nouveaux besoins (introduction des supports autres que le SNIGS) dans les formations sanitaires. D. Composition du groupe Niveau central Niveau intermédiaire Niveau périphérique Partenaires - C/SCCT - C/SCM - C/SP - DRFM - DRH - DPM - DA/CAME - Félicien DOSSOU - C/SAF Zou - C/SAF Atlantique - C/SRH Ouémé - C/SRH Atlantique - MCZ Aplahoué - CREDESA - 8è FED - PSI - Banque Mondiale - Coopération Suisse - Ordre des Pharmaciens Facilitateur: M. Serge ZOUNTCHEME 18

19 GROUPE N 3 : Surveillance épidémiologique A. Analyse des faiblesses du système En vous servant des conclusions, des résultats des différentes enquêtes (opinion, observation, HMN), il vous est demandé : 1. de donner des explications aux différents problèmes observés sur la qualité, la transmission et l utilisation des données collectées actuellement par le SNIGS pour les supports de surveillance (type B); 2. d en dégager les causes ; 3. de proposer des solutions et des actions à mettre en œuvre aux niveaux central (MS et SSD/DPP), intermédiaire (DDS et SEPS-SPPS) et opérationnel (ZS et CS). B. Modification des supports de surveillance En vous basant sur les tableaux de synthèse des différents avis sur les supports de collecte, les documents de l atelier d Abomey, proposer pour les cinq (5) prochaines années : 1. les supports à garder, à modifier ou à sortir du système ; 2. enregistrer concomitamment lesdites modifications sans pour autant alourdir le support ; 3. statuer sur le circuit de l information pour ces supports depuis la périphérie jusqu au niveau central ; 4. En vous servant de la liste des indicateurs de suivi de performance du secteur, dégager les indicateurs à retenir pour le tableau de bord au niveau : Centre de santé ZS DDS C. Gestion de nouveaux besoins entre deux évaluations La période moyenne entre 2 évaluations est de 4 à 5 ans, le constat est que de nouveaux besoins sont exprimés par les partenaires qui déploient directement sur le terrain des supports spécifiques. Il vous est demandé ici de : Proposer et Adopter une procédure de prise en compte des nouveaux besoins (introduction des supports autres que le SNIGS) dans les formations sanitaires. D. Composition du groupe Niveau central Niveau intermédiaire Niveau périphérique Partenaires - Ibrahim CISSE - DNPS - DNPS- C/SESS - DNPS-C/SHMNT - Statisticien PNLS - Statisticien PNT - Statisticien PNLP - D/CNHU - DSIO - DRS - DEDTS - Statisticien SEPS Ouémé - Statisticien SEPS Mono - C/SEPS Atlantique - C/SPPS Atlantique - C/SPPS Borgou - OMS (Conseiller MAL) - AMCESS - PASEI2 - Ordre des Médecins - Ordre des Infirmiers Facilitateur: M. Cosme DJODJO 19

20 GROUPE N 4 : Santé Maternelle et Infantile A. Analyse des faiblesses du système En vous servant des conclusions, des résultats des différentes enquêtes (opinion, observation, HMN), il vous est demandé : 1. de donner des explications aux différents problèmes observés sur la qualité, la transmission et l utilisation des données collectées actuellement par le SNIGS pour les supports SMI (registre de décompte SMI, C6, C7, C8, C9, C10, C11) ; 2. d en dégager les causes ; 3. de proposer des solutions et des actions à mettre en œuvre aux niveaux central (MS et SSD/DPP), intermédiaire (DDS et SEPS-SPPS) et opérationnel (ZS et CS). B. Modification des supports de surveillance En vous basant sur les tableaux de synthèse des différents avis sur les supports de collecte, proposer pour les cinq (5) prochaines années : 1. les supports à garder, à modifier ou à sortir du système ; 2. enregistrer concomitamment lesdites modifications sans pour autant alourdir le support ; 3. statuer sur le circuit de l information pour ces supports depuis la périphérie jusqu au niveau central ; 4. En vous servant de la liste des indicateurs de suivi de performance du secteur, dégager les indicateurs à retenir pour le tableau de bord au niveau : Centre de santé ZS DDS C. Gestion de nouveaux besoins entre deux évaluations La période moyenne entre 2 évaluations est de 4 à 5 ans, le constat est que de nouveaux besoins sont exprimés par les partenaires qui déploient directement sur le terrain des supports spécifiques. Il vous est demandé ici de : Proposer et Adopter une procédure de prise en compte des nouveaux besoins (introduction des supports autres que le SNIGS) dans les formations sanitaires. D. Composition du groupe Niveau central Niveau intermédiaire Niveau périphérique Partenaires - Symphorose GAYON - DPP - DSF - DNPEV - DNPEV-C/SVAC - DAC - Conseiller Technique - Juste GUEDOU - Statisticien SEPS Borgou - C/SEPS Atacora - C/SEPS Zou - Statisticien SEPS Zou - Statisticien SEPS Atacora - C/SEPS Mono - UNICEF - OMS (Conseiller Santé Familiale) - DG/INSAE - UNFPA Facilitateur: M. Victor PADONOU 20

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Rapport de mission de supervision

Rapport de mission de supervision Rapport de mission de supervision 11-17 Novembre 2012 Département de l Alibori et de l Alibori I Introduction contexte Le MEDISTOCK demeure l un des logiciels efficaces dans la gestion des médicaments

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO Plan de présentation Introduction Présentation du PTA 2013 de la DDS Mono/Couffo Bilan physique d activités Bilan financier d activités

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2)

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) I. Informations générales Intitulé de la mission Mission de Renforcement des capacités en gestion financière et comptable de subvention Composante Thématique(s)

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.)

Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Education nationale Système d Information pour la Gestion de l Education (S.I.G.E.) Plan de présentation I. Nécessité d un Système d Information

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60

INSTRUCTION N DGCS/2A/2015/60 Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère de la ville, de la jeunesse et des

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES SANITAIRES SANITAIRES DE:

EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES SANITAIRES SANITAIRES DE: REPUBLIQUE DU BENIN SECRETARIAT GENERAL DU MINISTERE EFFICACIT MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DES RESSOURCES FINANCIERES ET DU MATERIEL EFFICACITE DES CREDITS DELEGUES SUR LE FONCTIONNEMENT DES ZONES

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES CABINET DU MINISTRE ARRETE ANNEE2013w336 IMESFT~StDI%A

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques

Problématique de la qualité des données statistiques Revue du Schéma directeur de la Statistique du Mali Problématique de la qualité des données statistiques La qualité : «l ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui

Plus en détail

Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj

Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj Eunice PEDRO FANOU Chef Service Informatique Juillet 2012 1 Plan Contexte Quels types d informations Où en sommes nous? Difficultés

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg

La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg La gestion par objectifs: le développement de la qualité scolaire au Luxembourg Démarche, accompagnement et outils Amina KAFAÏ-AFIF Plan de la présentation I. Démarche du développement scolaire I. 1. Démarche

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN

OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN OFFRE ET DEMANDE DE STATISTIQUE AU BENIN (Document préparé dans le cadre de l atelier sous-régional de PARIS 21 sur l utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l intégration du Logiciel GESIS CSB et le transfert de compétence en vue de sa pérennisation Type de contrat: SSA Période

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002

ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 ATELIER PARIS 21 Utilisation des statistiques dans les politiques de lutte contre la pauvreté et de développement Dakar, 21-23 Janvier 2002 RAPPORT DU CAP-VERT I / La politique nationale de communication

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI

Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI F WO/IAOC/37/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 15 JUIN 2015 Organe consultatif indépendant de surveillance de l OMPI Trente-septième session Genève, 26 29 mai 2015 RAPPORT adopté par l Organe consultatif indépendant

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants

Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants 1 Charte de l Evaluation des Formations par les étudiants I. Le contexte institutionnel La démarche de l UdS en matière de qualité des formations

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE : OUTIL D ANALYSE & DE REPRESENTATION STATISTIQUE Présentation lors des portes ouvertes du 21-22-23 Octobre 2015 «MEILLEURES STATISTIQUES

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation 08/12/2011 1. Introduction 1.1 Objectifs de la réconciliation A l issue des formations de

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN

PRATIQUE ET UTILISATION DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES AU BENIN République du Bénin -------------- Bureau d Evaluation des Politiques Publiques --------------- Observatoire du Changement Social Deuxième Conférence Internationale sur les Capacités Nationales en Evaluation

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE Financement: IDA N H 8040-GN TERMES DE REFERENCE FORMATION EN PLANIFICATION

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES 31/03/05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA 1 Le contexte: La généralisation

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Présentation du Projet aux Partenaires Cotonou, Bénin 26 Mars 2015 Plan de présentation Contexte Démarche et orientation stratégique Mise en œuvre

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE

SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE SCHEMA DIRECTEUR DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE ET SOCIALE (SNISS) Dr. DIABATE Historique- Rappel (1/2) Avant 1960 : Collecte des données sur : grandes endémies, vaccinations, accouchements

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES)

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) La Direction Générale des Impôts (DGI) est un service central du Ministère chargé de l Economie et des Finances. Elle a pour mission, l élaboration

Plus en détail

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012 Fòk pèp la jwenn! Les modèles de contractualisation relative à la gestion des maternités: Achats de services Atelier national de santé de la reproduction/ planification familiale, 12-14 décembre 2012 Plan

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

ATELIER APPRECIATION

ATELIER APPRECIATION ATELIER APPRECIATION COMPTE-RENDU DE LA SESSION DU 22/03/2012: «SECTEUR SANTE» RAPPORTEUR : Dr. René PARE CTB, Agence belge de développement 1/7 POINTS DEBATTUS Les points suivants ont été débattus lors

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

II. Description de la mission d expertise

II. Description de la mission d expertise Termes de références Mission n 12INI136 TCHAD / Mission de diagnostic en vue de renforcer le système d approvisionnement et des stocks d ARV du niveau périphérique vers le niveau central. Demandeur : CNLS

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une foi ----------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION Direction des Établissements de Santé FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES Les CLIN

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de la Santé DRAFT PLAN NATIONAL STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES EN SANTE Cotonou, Octobre 2007 Sommaire Sommaire...2 Résumé...6 Liste des abréviations

Plus en détail

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet Projet d appui au renforcement des capacités en gestion de la santé en Haïti PARC Unité de santé internationale Objectifs du projet Le PARC contribue à l amélioration de la gouvernance du système de santé

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE DU PROCESSUS DE PLANIFICATION OPERATIONNELLE 2013 Octobre 2012 1. Contexte et justification L année

Plus en détail