Comportement des structures dans l architecture

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportement des structures dans l architecture"

Transcription

1 1 Introduction Les structures porteuses rencontrées dans le domaine de la construction sont principalement de deux types : les bâtiments (à usages individuels ou collectifs) et les ouvrages d'aménagement du territoire (ponts, barrages,...). Le service rendu par ces réalisations n'est pas le même, cependant les principes de comportement de leurs structures sont similaires. Le comportement mécanique des structures porteuses dépend principalement de leur constitution au regard des actions mécaniques qu'elles subissent Notion de structure porteuse La structure porteuse est l'ensemble des éléments structurels chargés de reprendre les sollicitations mécaniques subies par la construction. On identifie principalement quatre types : Certaines structures doivent à tout pris conserver une rigidité et une stabilité dans toutes les situations. D'autres doivent se déformer, se plier en fonction du besoin. Dans l automobile, la structure d'une voiture doit être suffisamment rigide pour assurer la tenue de route mais elle doit aussi se déformer en cas de choc pour absorber l'énergie. Une aile d'avion doit pouvoir se déformer, ne pas vibrer, résister à de fortes variations de températures et de pressions. La structure d'un pont doit supporter de fortes charges sur de grandes longueurs tout en résistant aux intempéries et surtout au vent. Les bâtiments doivent résister aux tremblements de terre. Ils doivent supporter des déplacements et absorber les vibrations Pour les bâtiments Les structures sont parfois apparentes, mais elles sont le plus souvent masquées derrière des enveloppes. Structure constituée d'éléments masqués en béton. Structure constituée d'éléments masqués en bois. Structure acier masquée par une enveloppe métallique. Les constructions reposent sur un terrain et sont souvent destinées à abriter des espaces fonctionnels. Leurs structures porteuses ont pour fonction d'encaisser et d'acheminer les charges mécaniques subies (poids, charges spécifiques comme le vent ou la neige) jusqu'aux points d'ancrage au sol (fondations)

2 On distingue la partie visible nommée superstructure de la partie invisible nommée infrastructure : La superstructure est constituée de la toiture et des étages. Sa fonction mécanique est de résister aux actions de l'environnement (neige, vent) et de supporter le poids des espaces et leurs charges. L infrastructure est constituée de sous-sols, parkings et des fondations. Sa fonction mécanique est de retenir le terrain environnant et les pressions d'eaux souterraines et de transmettre les charges mécaniques au sol. 2 Comportement des structures sous chargement Principales actions mécaniques sur les structures porteuses Le poids propre des structures s'exerce de façon permanente et constitue souvent l'action mécanique principale. L'optimisation mécanique des structures nécessite de les alléger au maximum (ce qui améliore aussi souvent l'impact écologique d'une structure). On peut cependant être amené à concevoir des structures plus lourdes pour atteindre d'autres objectifs fonctionnels (acoustique, thermique, sécurité au feu ou anti-intrusions...). Direction des actions mécaniques Fréquence Source de l'action mécanique Verticale Horizontale Permanente Variable Permanente Poids propre Charges d'exploitation (utilisateurs, stockages...), neige, sous-pressions des nappes phréatiques Poussée des terres Variable Vent, séisme Comportement sous chargement vertical Les charges principales sont généralement dues à la gravité. On analyse donc le comportement de la structure sous ces charges verticales. Elles transitent par plusieurs éléments porteurs dits «horizontaux» principalement fléchis, lesquels reportent ces charges sur des porteurs «verticaux» principalement comprimés. Type de structure Exemples Fonctions Sollicitation principale Porteurs horizontaux Planchers poutres charpentes Supporter le poids des espaces fonctionnels. Transmettre ce poids aux porteurs verticaux inférieurs. Flexion Porteurs verticaux Murs poteaux Recevoir les charges verticales apportées par les porteurs horizontaux. Transmettre ces charges vers le sol de fondation. Compression D'autres constituants structurels peuvent intervenir, comme des éléments inclinés (comprimés et fléchis comme dans les charpentes) ou des éléments tendus (câbles porteurs, haubans, suspentes verticales,...) - 2 -

3 2.3 - Comportement sous chargement horizontal On s'assure aussi que les structures ne se déforment pas sous chargement horizontal tel que l'action du vent ou des séismes. On peut les stabiliser par un raidissement des porteurs verticaux et des ancrages au sol au prix d'un surdimensionnement des constituants. On optimise la structure en ajoutant des dispositifs de «contreventement» à l'aide de murs rigides créant des blocages ou des «croix de Saint-André». Ces contreventements doivent être disposés dans les 3 plans de l'espace pour stabiliser la structure en 3D. Stabilité assurée par la raideur des poteaux et des encastrements en pied de poteaux Contreventement assurée par une croix de Saint-André 3 Exercices Exercice 1 : Un bâtiment est construit avec des poutres métalliques verticales porteuses IPE200. La hauteur sous plafond du RDC est de 2m80. La charge supportée par les poutres du RDC est de dan. Le coefficient de sécurité est s=10. Densité acier = 7600 kg/m 3. Module d élasticité E IPE = Mpa. Limite élastique Re IPE =215 Mpa. Le critère de dimensionnement prépondérant est la fissuration. On veut donc un l < 1mm. Question Calculer la charge maximale F IPE que peut supporter une poutre pour satisfaire le critère de dimensionnement. Méthode : 1. Calculer pour l=1mm. 2. Calculer. 3. En déduire F IPE. Question Déterminer le nombre de poutre nécessaires pour supporter la charge donnée. Question Vérifier que la contrainte réelle est inférieure à la contrainte pratique. Apporter des modifications si nécessaire. Question Recalculer le l réel. Exercice 2 : Reprendre l exercice précédent avec des poutres en béton. Afin de respecter l équivalence des surfaces, faire les calculs avec des poutres béton de sections S=28,5cm². Densité béton = 2500 kg/m 3. Module d élasticité E béton =2 000 Mpa. Limite élastique Re béton =25 Mpa. Question Calculer la charge maximale F poutre que peut supporter une poutre pour satisfaire le critère de dimensionnement. Question Déterminer le nombre de poutre nécessaires pour supporter la charge donnée

4 Question Vérifier que la contrainte réelle est inférieure à la contrainte pratique. Apporter des modifications si nécessaire. Question Recalculer le l réel. Question Calculer le rayon [cm] du poteau de section S donnée précédemment. Exercice 3 : Un bâtiment est construit avec des poutres métalliques porteuses IPER. L implantation est de 8 poutres porteuses par étage, évidemment alignées. La hauteur sous plafond du RDC, du 1 er étage et du 2 ième étage est de 3m. Le coefficient de sécurité est s=10. Limite élastique Re IPER =215 Mpa. La charge P 3 est de dan. La charge P 2 est de dan. La charge P 1 est de dan. Hypothèses : le poids des poutres porteuses est négligé devant les autres charges. Question En tenant compte du coefficient de sécurité, calculer max. Question Calculer la section S minimale des poutres du deuxième étage. Choisir la poutre IPER. Question Calculer la section S minimale des poutres du premier étage. Choisir la poutre IPER. Question Calculer la section S minimale des poutres du RDC. Choisir la poutre IPER. Question Calculer les poids des poutres du 2ième étage et du 1 er étage. L hypothèse est-elle acceptable? Exercice 4 : Une poutre IPE180 reposant sur deux appuis linéaires rectilignes parfaits de normales (A,y) et (B,y) est soumise à de la flexion pure. La poutre est longue et son poids ne peut pas être négligé. Elle supporte en C une charge concentrée verticale de 1200 N, en A une charge de 682 N et en B de 1082 N. Limite élastique en traction/compression Re = 330 Mpa. Limite élastique en cisaillement Rge = 165 Mpa. Question A l aide du tableau IPE/IPER, déterminer la masse et le poids de la poutre. La flexion est caractérisée par deux contraintes Ty et Mfz. Suivant la position de la section (S) étudiée ces deux contraintes varient de la manière suivante : Section entre A et C : Ty = 188x 682 et Mfz = -94x² + 682x Section entre C et B : Ty = 188x et Mfz = -94x² - 518x Question Dans deux repères, tracer les courbes représentatives f(x)=contrainte. Question Quelle est la section la plus sollicitée de cette poutre? Quels sont les efforts maximums? Question A l aide des formules ci-contre, calculer les contraintes maximales en traction/compression ( maxi ) et en cisaillement (τ maxi ) dans cette poutre et vérifier que l on dispose d un coefficient de sécurité suffisant. étage tage Mfz max i maxi Iy Vy P 3 P 2 P 1 maxi Ty S 3 m 3 m 3 m - 4 -

5 4 Notion de descente de charge Afin de maîtriser le comportement de l'ensemble de la structure, la descente de charge a pour objectif d étudier le transfert des charges dans la structure. L objectif étant de connaître la répartition et les cheminements des charges sur l ensemble des éléments porteurs de la structure depuis le haut jusqu aux fondations. Les résultats obtenues permettront de dimensionner les éléments porteurs voir dans certains cas, de modifier la structure Principe 1. Décomposer une structure en éléments porteurs horizontaux : toiture, planchers, poutres et en éléments porteurs verticaux : mur, poteaux. 2. Analyser les charges permanentes et variables. 3. Utiliser les extraits de normes et fiches techniques des fabricants qui indiquent: o les poids volumiques ou surfaciques, o les charges d'exploitation. 4. Évaluer les charges sur les éléments porteurs en prenant en compte les pondérations Les charges Les charges permanentes notées G. Elles résultent du poids propre des éléments porteurs ou non porteurs Les charges d exploitation notées Q. Elles résultent de l utilisation et de l exploitation de l ouvrage (exemples : voiture et camions sur le tablier du pont, occupation d une salle de classe par les élèves). Les charges climatiques : La neige notée S. Elle entraine une charge statique dirigée verticalement. Elle varie en fonction des régions et de l altitude Le vent noté V. Il a une action complexe sur les structures. Il entraine des effets statiques dépressions et sur pression sur les éléments extérieures de la structure, mais aussi des effets dynamiques qui peuvent se traduire par un phénomène de résonance. Les charges particulières. Une structure peut être soumis à d autre type de charge comme : Les charges thermiques : Elles sont liées aux variations de température (exemple : un tablier de pont peut varier de plusieurs dizaine de centimètres quand il se dilate et se contracte). Les charges sismiques : Elles sont générées par les tremblements de terres. Autres charges : vibration dues aux machines tournantes, explosion, etc Les pondérations Une structure est calculée pour 2 types d utilisations. E.L.S. ou Etat limite de service : c est l utilisation «quotidienne» d une structure. Un plancher d habitation par exemple ne doit pas avoir une déformation trop importante, si on veut conserver une planéité pour poser un carrelage ou éviter des fissures. Dans ce cas les charges ne sont pas pondérées. E.L.U. ou Etat Limite Ultime : c est la «ruine» de l ouvrage. On veut s assurer que l ouvrage va résister pour assurer la sécurité des utilisateurs. Il s agit d éviter que la poutre casse sous le chargement. Pour cela, on pondère les charges, c'est-à-dire qu on exagère les charges par des coefficients pour ce mettre en sécurité. Les charges permanentes sont pondérées avec un coefficient de 1,35 et les charges d exploitation avec un coefficient de 1,5. Vocabulaire à connaître - 5 -

6 3.4 - Exemple de calcul de descente de charge Objectif : Déterminer la charge appliquée sur la semelle S3 située sous le poteau p3. La structure est composée d une dalle en béton armé qui repose sur trois poutres (P1, P2 et P3). Chacune des poutres est soutenue par deux poteaux (p1, p2, p3 ) Etape 1 : Calcul de la largeur de reprise On souhaite connaître le poids qui repose sur la poutre P2. Il faut d abord déterminer la «largeur de reprise». La largeur de reprise est la largeur de plancher qui repose sur la poutre. Largeur de reprise = Dalle BA (Béton Armé) épaisseur 15 cm Poutre P1 Section : 30 x 50 cm Poteau p3 Hauteur : 2,5 m Semelle S3 Etape 2 : Calcul des charges permanentes G et des charges d exploitation Q appliquées à la poutre P2 Pour cela on présente toujours les calculs dans un tableau. Données : Poids volumique du béton armé : 25KN/m³. Charge d exploitation : 2,5KN/m². Désignation Calcul G (KN) Q (KN) Poids propre de la dalle Poids propre de la poutre Charges d exploitation Etape 3 : Calcul du chargement P appliqué à la poutre à l E.L.U. P = 1,35G + 1,5Q P = Etape 4 : Calcul des réactions d appui Sachant que le chargement P se réparti de manière équitable sur les deux poteaux : R3 = R4 = Etape 5 : Calcul du poids du poteau Poids propre du poteau = Etape 6 : Charge sur la semelle Charge sur la semelle = Chargement R3 sur le poteau p3-6 -

7 5 Exercice Un bâtiment d'habitation dont une vue en coupe est donnée page suivante est constitué des éléments suivants : Un plancher-terrasse B.A. non accessible au public. Une étanchéité multicouche de la terrasse. Un plancher B.A. avec poutrelles préfabriquées et table de compression: type (16 + 4). Une chape en mortier épr 3 cm avec parquets de 23 mm. Un voile B.A. pour refend : épr 16 cm Un mur de façade en blocs creux de béton en gravillons lourds. Des fondations par semelles continues en B.A. Objectifs : o o Vérifier les valeurs prises pour les charges permanentes et d'exploitation. Contrôler les résultats obtenus pour les pressions exercées sur le sol de fondation dans le cas du mur de façade et du refend porteur. Étapes du calcul : 1. Sélectionner une tranche de bâtiment de longueur 1,00 m (sans baie) et sur la hauteur totale du bâtiment. 2. Considérer chaque travée de plancher indépendante (exemple: le refend porte une moitié de travée de part et d'autre). 3. Différencier les charges permanentes et celles d'exploitation. 4. Effectuer la descente de charges niveau par niveau par calcul cumulé à partir du haut. 5. Calculer la pression exercée sur le sol: o sans coefficient de pondération, o avec coefficients de pondération. Question 1 - Compléter le tableau de calcul, page 9, pour la descente de charge du mur de façade uniquement. Question 2 - Calculer la contrainte exercée sur le sol de fondation sans application des coefficients de pondération puis avec les coefficients. Question 3 - Compléter la fiche de calcul cidessous pour la descente de charge du refend porteur (voiles B.A.). Question 4 - L étude de sol du terrain sur lequel doit être construit le bâtiment a permis de déterminer une contrainte Sol = 0,8 Mpa. En prenant un coefficient de sécurité de 5, déterminer Sol max. Question 5 - Est-ce compatible avec ELU? Question 6 - Proposer éventuellement une solution. Attention, pour des raisons pratiques, la largeur de la semelle de fondation est forcément un multiple de 20 cm

8 Fiche de calcul Calcul direct pour obtenir la contrainte exercée sur le sol. Charges permanentes Étanchéité. Plancher-terrasse. Planchers B.A. Voiles... Semelle B.A. Sans coefficient de pondération : (ELS) Charge Totale = Contrainte exercée sur le sol : ELS = Avec coefficients de pondération : (ELU) Charge Totale = Contrainte exercée sur le sol : ELU = TOTAL Charges d'exploitation Sur terrasse. Sur planchers. TOTAL - 8 -

9 Descente de charge pour le mur de façade Niveau Désignation des ouvrages L l H Charges Permanentes G (N) Poids Unité Charges Variables Q (N) Total Cumul L l H Poids Unité Total Etanchéité N1 Terrasse BA N2 Mur de Façade Plancher B.A. N3 Chape Revêtement N4 Mur de Façade Plancher B.A. N5 Chape Revêtement N6 Mur de Façade N7 Semelle B.A

DESCENTE DE CHARGE. 4. Architecture Descente de charge. 1 Principe. 2 Les charges. 3 Les pondérations

DESCENTE DE CHARGE. 4. Architecture Descente de charge. 1 Principe. 2 Les charges. 3 Les pondérations DESCENTE DE CHARGE Afin de maîtriser le comportement de l ensemble de la structure, la descente de charge a pour objectif d étudier le transfert des charges dans la structure. L objectif étant de connaître

Plus en détail

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement.

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement. 1 I SYSTEME PORTEUR I 1 Définition : L architecte dessine l intérieur et l extérieur d un bâtiment et envoie les plans à un bureau d études. Le travail de ce bureau d études est alors de définir à partir

Plus en détail

V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment. V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment

V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment. V. Descentes de charges. V. 1. Enjeux à l'échelle du bâtiment Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Marseille Semestre UE5 V. Descentes de charges Cours de Structures V. Descentes de charges Introduction générale La fonction première d une est de garantir

Plus en détail

Chapitre 4. Evaluation des charges

Chapitre 4. Evaluation des charges Chapitre 4 Evaluation des charges 1- Les charges ou actions - Evaluation des charges verticales (permanentes, exploitation) -1. Surface d influence -. Principe de discontinuité -3. Voiles porteurs parallèles

Plus en détail

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants.

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants. Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Mémoire de soutenance de Diplôme d Ingénieur INSA Spécialité Génie Civil Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames

Plus en détail

Les liaisons mécaniques en Béton Armé

Les liaisons mécaniques en Béton Armé ET231 : Liaisons entre solides Les liaisons mécaniques en Béton Armé Table des matières 1. Introduction : 2. A savoir avant de commencer : 3. Les appuis simples 3.1. En pleine masse 3.2. Avec des produits

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Bâtiment

Brevet de technicien supérieur Bâtiment Brevet de technicien supérieur Bâtiment Session 2008 Épreuve U4 : ETUDE DES CONSTRUCTIONS Sous - Epreuve : U. 41 ELABORATION D UNE NOTE DE CALCUL DE STRUCTURES Durée : 4 h Coefficient : 2 Documents du

Plus en détail

Bâtiments lourds Bâtiments légers

Bâtiments lourds Bâtiments légers 1. Introduction Notion de chargement forces extérieurs Modélisation des effets : la charges Transfert vers le sol Parti structural: le mode de transfert Bâtiment lourds bâtiments légers- stratégie de porteur

Plus en détail

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Marcel Hurez Nicolas Juraszek Marc Pelcé AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-381011-7 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12280-0 Symboles et notations A

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.3 Les bases du dimensionnement 1.3.1 Le concept général 1.3.2 Les conventions et les unités de calcul 1.3.3 La définition des situations

Plus en détail

3 Charges et actions

3 Charges et actions 3 Charges et actions Fonctions Gros oeuvre Actions Équilibres Effets Dimensions Une structure d'ouvrage doit être conçue et réalisée (entre autres) de sorte que : durant la durée de sa vie escomptée avec

Plus en détail

NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m

NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m A- DESCRIPTION DE L OUVRAGE Epaisseur de la dalle : Epaisseur du radier : Epaisseur des voiles : Hauteur piédroits : Largeur roulable : Largeur chargeable : Nombre

Plus en détail

VERIFICATION DE LA SECURITE STRUCTURALE

VERIFICATION DE LA SECURITE STRUCTURALE VERIFICATION DE LA SECURITE STRUCTURALE Pour l évaluation des ponts routiers existants la vérification devrait être effectuée en plusieurs étapes successives. Fig.67- Graphique qui montre la démarche pour

Plus en détail

SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2

SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2 SOMMAIRE OBJET DE LA NOTE : 2 1. DOCUMENTS DE REFERENCES : 2 2. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L O.A. : 2 3. HYPOTHESES GENERALES : 2 4. VERIFICATION DU CP20+CP18 DES PANNEAUX COFFRANTS : 3 5. VERIFICATION

Plus en détail

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique:

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique: Maison individuelle à murs en maçonnerie chaînée, comportant deux planchers à dalle pleine en béton armé. Les plans de cette maison sont donnés ci-après. WB1/21 : MFL WB2/21 : MFL Données : Blocs de maçonnerie

Plus en détail

DOSSIER SUJET - REPONSES. Réseau SCEREN

DOSSIER SUJET - REPONSES. Réseau SCEREN DANS CE CADRE NE RIEN ÉCRIRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms :

Plus en détail

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS

ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES SPÉCIALITÉ : GÉNIE CIVIL SESSION 2012 ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS DURÉE : 6 HEURES COEFFICIENT : 8 Ce sujet comprend : - Un Dossier

Plus en détail

Exercice n 1 la potence. Exercice n 2 clou de soutènement

Exercice n 1 la potence. Exercice n 2 clou de soutènement 3a 4a @ Remarque : on néglige le poids propre devant la force P. TD : Contraintes normales et tangentielles C 2a Exercice n 1 la potence D P près avoir tracé les diagrammes des sollicitations ; déterminez

Plus en détail

Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce

Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce Construction du pont de Ste-Marie-de-Beauce Conception par Jacques Blouin ing. M.Sc. Directeur Ouvrages d art GÉNIVAR Surveillance par Mario Trottier ing. Directeur Charpentes et ponts Dessau-Soprin Avril

Plus en détail

Baccalauréat professionnel OUVRAGES DU BÂTIMENT : MÉTALLERIE. Réseau Canopé

Baccalauréat professionnel OUVRAGES DU BÂTIMENT : MÉTALLERIE. Réseau Canopé DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous-épreuve : NOM : (en majuscule, suivi, s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du/de

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION...5 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 3. PRÉSENTATION SUCCINCTE SUR LA CONCEPTION ET LE CALCUL DES POUTRES MIXTES...7 3.1 Généralités sur les planchers...7 3.2 Rappels sur les actions

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273212-0 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12160-5 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS

Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS Principes Généraux de Construction 1 TECHNOLOGIE DU BATIMENT - GROS OEUVRE LES RADIERS Le radier est une semelle générale étendue à toute la surface du bâtiment en contact avec le sol. Elle comporte parfois

Plus en détail

Ce fichier est téléchargé de : lamecanique.jimdo.com

Ce fichier est téléchargé de : lamecanique.jimdo.com Flexion plane simple Définition : Une poutre est sollicitée en flexion plane simple lorsque le système des forces extérieures se réduit à un système coplanaire et que toutes les forces sont perpendiculaires

Plus en détail

RESISTANCE DES MATERIAUX Traction Compression

RESISTANCE DES MATERIAUX Traction Compression RESISTNE DES MTERIUX Traction ompression Exercice 1 : Une barre en acier de longueur = m, de largeur b = 8 cm et d'épaisseur h = 8 mm est soumise à son extrémité à une force. Elle est percée d'un trou

Plus en détail

Chapitre VII: Flexion. L. DOUADJI Faculty of Mechanical Engineering & Process Engineering Department of Materials Science

Chapitre VII: Flexion. L. DOUADJI Faculty of Mechanical Engineering & Process Engineering Department of Materials Science Chapitre VII: Flexion Sommaire 1. Définition:. Efforts intérieurs. Diagrammes.1 Essai de flexion.. Correspondance entre les diagrammes. Poutre encastrée 4. Charges réparties 4.1. Charge répartie uniforme

Plus en détail

5 Effets dans une structure

5 Effets dans une structure 5 Effets dans une structure Fonctions Gros œuvre Actions Équilibres Effets Dimensions Une structure d ouvrage est définie par : géométries de ses éléments - formes, longueurs, sections..., assemblages

Plus en détail

Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages. Rigidité des voiles de stabilisation en bois

Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages. Rigidité des voiles de stabilisation en bois Bâtiments en bois parasismiques de plusieurs étages Rigidité des voiles de stabilisation en bois Dr. Christophe Sigrist (pour Pirmin Jung) Dipl. Ing EPFL, PhD., SIA Haute École spécialisée Bernoise - Architecture,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Mécanique. Page 1. PDF created with FinePrint pdffactory trial version CHAPITRE 1 : EXERCICES DE RÉVISION 3

TABLE DES MATIERES. Mécanique. Page 1. PDF created with FinePrint pdffactory trial version  CHAPITRE 1 : EXERCICES DE RÉVISION 3 TABLE DES MATIERES CHAPITRE 1 : EXERCICES DE RÉVISION 3 EXERCICE N 1 : 3 EXERCICE N 2 : 3 EXERCICE N 3 : 3 EXERCICE N 4 : 4 EXERCICE N 5 : 4 EXERCICE N 6 : 4 EXERCICE N 7 : 4 EXERCICE N 8 : 5 EXERCICE

Plus en détail

2 LE COMPORTEMENT MÉCANIQUE DE L ACIER

2 LE COMPORTEMENT MÉCANIQUE DE L ACIER 2 LE COMPORTEMENT MÉCANIQUE DE L ACIER Toute structure subit des sollicitations ou actions extérieures qui provoquent des déformations, mais aussi des efforts internes, à savoir les contraintes. Les contraintes

Plus en détail

Schöck Rutherma type V

Schöck Rutherma type V Schöck Rutherma type Contenu Page Exemples de disposition des éléments/coupes 122 Tableau de dimensionnement/ues en plan 123 Exemples d application 124 Acier de recouvrement/remarques 125 Espacement des

Plus en détail

E4 : Analyse et Calcul des Structures. U4.2 Note de calculs BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES SESSION 2014

E4 : Analyse et Calcul des Structures. U4.2 Note de calculs BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONSTRUCTIONS MÉTALLIQUES SESSION 2014 REVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONSTRUCTIONS MÉTLLIQUES SESSION 2014 E4 : nalyse et Calcul des Structures U4.2 Note de calculs Durée : 4 h Coefficient : 3 Le dossier technique d'étude est commun aux épreuves

Plus en détail

CONSTRUCTIONS DE MACONNERIE

CONSTRUCTIONS DE MACONNERIE CONSTRUCTIONS DE MACONNERIE 1. Problématique 2. Caractéristiques des blocs à maçonner 3. Observations post-sismiques 4. Notions générales 5. La maçonnerie chaînée 6. La maçonnerie armée 7. La maçonnerie

Plus en détail

NOTE DE CALCUL MUR EN AILE

NOTE DE CALCUL MUR EN AILE NOTE DE CALCUL MUR EN AILE A- DESCRIPTION DE L OUVRAGE Hauteur totale Cohésion Coefficient de poussée de terre Angle de frottement interne Parement lisse Différence épaisseur du voile Poids volumique des

Plus en détail

Comment définir les charges appliquées sur une structure? Activité Modélisation ARCHITECTURE

Comment définir les charges appliquées sur une structure? Activité Modélisation ARCHITECTURE Sciences de l Ingénieur Comment définir les charges appliquées sur une structure? Activité Modélisation Lycée A. BENOIT ARCHITECTURE Notre étude portera sur l étude d une poutre en béton armé soutenant

Plus en détail

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14

I- Généralités II- Avantages et inconvénients du béton armé Avantages Les inconvénients du béton armé. 14 : I- Généralités... 13 II- Avantages et inconvénients du béton armé... 13 1- Avantages... 13 2. Les inconvénients du béton armé. 14 12 : Chapitre I : Introduction en béton armé I- Généralités : Le B.A

Plus en détail

Règles particulières aux constructions en bois

Règles particulières aux constructions en bois Eurocode 8 EN1998-1 Chapitre 8 Règles particulières aux constructions en bois Le bois Un bon matériau de structure pour construire en zone sismique léger => forces sismiques faibles bonne résistance en

Plus en détail

Florent IMBERTY Razel

Florent IMBERTY Razel Florent IMBERTY Razel 1 / 20 Sommaire Les types de dalles couverts par les Eurocodes Matériaux, durabilité, enrobages Les paramètres essentiels du calcul Maîtrise de la fissuration Résistance en fatigue

Plus en détail

TC T H C MAT A ÉR É I R A I U A X U

TC T H C MAT A ÉR É I R A I U A X U TCH 006 MATÉRIAUX Notions de résistance des matériaux La résistance des matériaux(rdm) est une branche de la mécanique des milieux continus adaptée aux déformations des structures Machines/pièces Génie

Plus en détail

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois)

L ensoleillée. -Trouver les limites aux bâtiments bois en zone sismique (Comparaison avec les ossatures bois) L ensoleillée -Détailler le comportement des bâtiments bois en zone sismique Avec pour exemple 2 Bâtiments similaires simples, mais aux comportements différents. -Trouver les limites aux bâtiments bois

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 3. Chapitre 2. Chapitre 4. Charges permanentes et d exploitation- Données de base

Sommaire. Chapitre 1. Chapitre 3. Chapitre 2. Chapitre 4. Charges permanentes et d exploitation- Données de base Sommaire 5. Attaque par alternance gel et dégel... 28 6. Classes particulières d exposition... 28 7. Exigences minimales pour les bétons... 29 8. Ouvrages courants et caractéristiques principales du BPE...

Plus en détail

Schöck Rutherma Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur

Schöck Rutherma Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur Descriptif type (CCTP) Schöck Rutherma en isolation par l extérieur Traitement des ponts thermiques en isolation par l extérieur Fourniture et pose de rupteurs de ponts thermiques linéiques de type Schöck

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE. Ce document est remis dans sa totalité en fin d épreuve.

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE. Ce document est remis dans sa totalité en fin d épreuve. SESSION 2013 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE DOSSIER TECHNIQUE Contenu du dossier Page de garde... DT 1 Façades et pignons Surfaces habitables... DT 2 Plan de masse - Descriptif...

Plus en détail

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi

Cours de Structures en béton Prof. André Oribasi Cours de Structures en béton Chapitre 7 LES SECTIONS SOUISES A L EFFORT TRANCHANT Section 7.1 L introduction 7.1.1 La notion de contrainte de cisaillement 7.1.2 La vérification des contraintes 7.1.2.1

Plus en détail

POUTRE PSS LEADER. GÉnÉrIQUe. Données de base descriptif. manutention. domaines d emploi

POUTRE PSS LEADER. GÉnÉrIQUe. Données de base descriptif. manutention. domaines d emploi POUTRE PSS LEADER GÉnÉrIQUe Données de base descriptif Poutre en béton précontraint par armatures adhérentes Section 20 x 20 cm Poids 100 kg/ml Produit de stock Disponible de 1,50 m à 6,20 m de 10 en 10

Plus en détail

Les prédalles sont des plaques en béton précontraint par armatures adhérentes. Associées au béton coulé en œuvre, elles sont à la fois :

Les prédalles sont des plaques en béton précontraint par armatures adhérentes. Associées au béton coulé en œuvre, elles sont à la fois : Présentation Les prédalles sont des plaques en béton précontraint par armatures adhérentes. Associées au béton coulé en œuvre, elles sont à la fois : Coffrage du plancher, Constituant du plancher fini,

Plus en détail

CALCUL DES VOILES définition géométrique

CALCUL DES VOILES définition géométrique CALCUL DES VOILES définition géométrique Notation EC2 pour les voiles (Figure 12.1 12.6.1) l w < 3b l w < 3 b ou b > 4h w h w b > 4h w Méthodologie de calcul d un voile a. Cas des voiles en compression

Plus en détail

Référence Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx

Référence Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx Madame Taquet Françoise SPW : Direction des Conceptions et des Calculs Rue Cote d Or, 253 4000 Liège Liège, le 31 mai 2017 Référence - 2321.18 Passerelle Hamoir ndc hypothèses de charge.docx Nos réf: 2321.18

Plus en détail

VIADUC DE CARONTE LES ETUDES D EXECUTION

VIADUC DE CARONTE LES ETUDES D EXECUTION LES ETUDES D EXECUTION Cyril COTTEY 1 LES ETUDES D EXECUTION SOMMAIRE 1. HYPOTHESES 2. MODELES DE CALCUL 3. ETUDES DE FLEXION LONGITUDINALE 4. ETUDES DES MASSIFS D ANCRAGE 2 1. HYPOTHESES DE CALCUL Normes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE

FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE FICHE TECHNIQUE PLAFONDS I PRIMAIRE 100 45 (DEMANDE D AVIS TECHNIQUE EN COURS) TRAVAUX PREPARATOIRES ET DISPOSITIONS GENERALES Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions dont l état

Plus en détail

CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE

CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE CONTRAINTES DANS LES SECTIONS DE BARRES EN ELASTICITE sous effort normal N max = A x f y sous moment de flexion M max = W e x f y LES ACTIONS SUR LES BATIMENTS Actions courantes Charges permanentes Charges

Plus en détail

Les parois horizontales-les planchers

Les parois horizontales-les planchers Les parois horizontales-les planchers SOMMAIRE 1- Terminologie.... 2 2- Fonctions des parois horizontales.... 3 Armatures des planchers B.A.... 4 3- Représentation graphique : plans de coffrages des planchers

Plus en détail

ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES

ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES ETUDE DES STRUCTURES DYNAMIQUE DES STRUCTURES 1- Ondes sismique Au court d un séisme, différentes ondes se propagent dans le sol. Pour enregistrer les ondes, on utilise un sismographe. Celui-ci enregistre

Plus en détail

INTRODUCTION A L EC0

INTRODUCTION A L EC0 Notion de FIABILITE L Eurocode 1990 (EC0) + l annexe nationale (AN) décrivent les principes et exigences du dimensionnement des structures pour atteindre une certaine fiabilité! C est-à-dire : limiter

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRUCTUREL 19 VOIE DU MOULIN THIAIS

DIAGNOSTIC STRUCTUREL 19 VOIE DU MOULIN THIAIS ETUDES DE STRUCTURES & TECHNIQUES DES BÂTIMENT 17 AVENUE DE CAEN BP 30 76100 ROUEN TEL : 06 21 78 33 29 FAX : 02 76 78 71 35 WEB : www.estb-france.com Descriptif de l existant A la demande de la maitrise

Plus en détail

Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée

Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany

Plus en détail

Le matériau acier et produits sidérurgiques

Le matériau acier et produits sidérurgiques Le matériau acier et produits sidérurgiques II.1 Principaux produits utilises comme éléments de structure II. 1. 1 Les formes de produits Pour obtenir leur forme de finition et leurs caractéristiques mécaniques

Plus en détail

Pratique de l eurocode 2

Pratique de l eurocode 2 Pratique de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273211-3 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12044-8 Table des matières Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

Exemple d application du EN : Poutre mixte

Exemple d application du EN : Poutre mixte Exemple d application du EN 1994-1: Poutre mixte P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF Il s agit de vérifier la résistance au

Plus en détail

Table des matières. Page i

Table des matières. Page i Manuel de vérification MNPHI Table des matières Table des matières Introduction 1 Brève description 1 Organisation du manuel 1 Exemple 1 Poutre en béton armé simplement appuyée 2 Description 2 Données

Plus en détail

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze Les maçonneries parasismiques en pierre Olivier Chèze Quels sont les nouveaux référentiels? Commençons par les anciens : - Règles PS 92 : tous les bâtiment - PSMI 92 : petits bâtiments (maisons individuelles

Plus en détail

1. Partie descriptive. Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 2016

1. Partie descriptive. Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 2016 Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3.1 le 18 Février 216 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé n 3.1 «Planchers et accessoires de planchers» concernant

Plus en détail

Les fondations superficielles

Les fondations superficielles Les fondations superficielles A. EXPERIENCE On applique une force sur l'élément L'élément s'enfonce On place un élément plus large au contact du sable L'élément ne s'enfonce plus Sable représentant un

Plus en détail

BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES Première partie

BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES Première partie BUREAU D ETUDE DYNAMIQUE DES OUVRAGES 2017 Première partie L objectif du devoir de dynamique des ouvrages est d analyser un bâtiment existant présentant des irrégularités en élévation (c est-a-dire que

Plus en détail

Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles

Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles Page 1 sur 26 Exercice n 19 : Poutres Gerber, poutres continues, poutre-cloisons et dalles [Sergio Torres] Sergio Antonio Torres Escobar logout cours myfolder aide -> exercices -> table des matières ->

Plus en détail

Laurence DAVAINE Setra / CTOA

Laurence DAVAINE Setra / CTOA Les méthodes d analyse des ponts mixtes selon les Eurocodes Laurence DAVAINE Setra / CTOA 1 / 30 Les méthodes d analyse Analyse globale M, V, N Analyse des sections M Ed M Rd (sollicitation) σ Ed f y /γ

Plus en détail

Les outils du maçon. La taloche pour poser le mortier. L auge et la truelle pour prendre le mortier

Les outils du maçon. La taloche pour poser le mortier. L auge et la truelle pour prendre le mortier Les outils du maçon Document ressource L auge et la truelle pour prendre le mortier La taloche pour poser le mortier Le niveau pour vérifier si la surface est horizontale ou verticale Le fil à plomb pour

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Préambule p2. 2. Présentation de l ouvrage p2. 3. Hypothèses considérées p4. 4. Modélisation de l ouvrage p4

SOMMAIRE. 1. Préambule p2. 2. Présentation de l ouvrage p2. 3. Hypothèses considérées p4. 4. Modélisation de l ouvrage p4 SOMMAIRE 1. Préambule p2 2. Présentation de l ouvrage p2 3. Hypothèses considérées p4 4. Modélisation de l ouvrage p4 5. Options de calcul retenues p7 6. Interprétation des résultats p9 7. Conclusion p11

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 5 LES SECTION SOUMISES À LA FLEXION COMPOSÉE Section 5.1 Les bases du dimensionnement Tour CN, Toronto, Canada 5.1.1 les principes du calcul 5.1.1.1 La description

Plus en détail

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés

Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés Résistance des matériaux Cours et exercices corrigés La Résistance des matériaux RDM est une partie de la mécanique des solides. Elle s intéresse à l étude, de manière théorique, de la réponse mécanique

Plus en détail

Caractéristiques techniques Applications recommandées Tableaux d aide au dimensionnement

Caractéristiques techniques Applications recommandées Tableaux d aide au dimensionnement Caractéristiques techniques Applications recommandées Tableaux d aide au dimensionnement www.styrodur.com Applications recommandées 1. Applications recommandées Styrodur Nouveau Styrodur 2800 C 3000 CS

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2008-2009 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 2 février 2009) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement et

Plus en détail

Université Abdelmalek Essaâdi. École Nationale des Sciences Appliquées de Tétouan. Mécatronique. Travaux dirigés de Résistance Des Matériaux

Université Abdelmalek Essaâdi. École Nationale des Sciences Appliquées de Tétouan. Mécatronique. Travaux dirigés de Résistance Des Matériaux Université Abdelmalek Essaâdi École Nationale des Sciences Appliquées de Tétouan 1ère Année CI Travaux dirigés de 211/212 M. Sanbi Exercice 1 : Trois barres de même section S, construites du même matériau

Plus en détail

EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 24 décembre 2016 (14h43)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier

EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 24 décembre 2016 (14h43)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier EXERCICES : TRACTION - COMPRESSION (Version du 4 décembre 016 (14h4)) Remarque : Sont supposés connus : Eacier 10000 N mm ; acier 110 6 C 1..01. Une bague en acier AE 40 B de 100 mm de longueur, de 50

Plus en détail

Journée Expertise & Construction

Journée Expertise & Construction Journée Expertise & Construction Dimensionnement parasismique des planchers à poutrelles équipés de rupteurs thermiques Armand LEROUX (Cerib) Epernon, 7 juillet 2015 Sommaire Contexte Objectifs Démarche

Plus en détail

TECHNOLOGIE LES PANNEAUX DE FACADE PREFABRIQUES (DTU 22.1)

TECHNOLOGIE LES PANNEAUX DE FACADE PREFABRIQUES (DTU 22.1) PAGE 1 LOCALISATION DE L ETUDE : Les murs de façade peuvent être réalisés en maçonnerie, en béton armé ou en éléments préfabriqués. La terminologie associée est la suivante : I INTRODUCTION : D une manière

Plus en détail

Mécanique du Solide et des Matériaux

Mécanique du Solide et des Matériaux Mécanique du Solide et des Matériaux Examen du 7 février 006 : 13h30 17h00 Promotion 13 Avertissement La plupart des résultats étant donnés dans les énoncés, la notation tiendra compte de la qualité des

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_005 TECHNOBAT LECON_005

INBTP_TECHNOBAT LECON_005 TECHNOBAT LECON_005 INBTP_TECHNOBAT LECON_005 GROS ŒUVRE : INFRASTRUCTURE Fondations Murs de soubassement Murs de soutènements INBTP_TECHNOBAT LECON_005 www.inbtpmanlio.altervista.org TECHNOBAT LECON_003 ? inbtpmanlio@gmail.com

Plus en détail

La conception du saut-de-mouton de Sablé

La conception du saut-de-mouton de Sablé La conception du saut-de-mouton de Sablé SNCF Direction de l Ingénierie Département des Ouvrages d Art (IGOA) SNCF INFRA PROJETS SYSTÈME INGENIERIE Département des Ouvrages d Arts (PSIGT.OA) 17 OCTOBRE

Plus en détail

Diagrammes de pré-dimensionnement VERSION 02/2008

Diagrammes de pré-dimensionnement VERSION 02/2008 VERSION / Panneau KLH en mur Panneau KLH de plancher une seule travée (L/, pleine charge) Panneau KLH de plancher deux travées (L/, propre poids, charge utile défavorable par travée) Panneau KLH de plancher

Plus en détail

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton simplifiée Objectif de la méthode de calcul 2 3 Contenu de la présentation en situation d incendie dalles en béton armé à 20 C Modèle de dalle Modes de

Plus en détail

Manuel de design pour les systèmes d escaliers en aluminium M.C.M.E.L.

Manuel de design pour les systèmes d escaliers en aluminium M.C.M.E.L. Manuel de design pour les systèmes d escaliers en aluminium M.C.M.E.L. POUR DESIGNERS, INGÉNIEURS, ARCHITECTES, ENTREPRENEURS ET INSTALLATEURS. 1 UTILISATION D ESCALIERS Les systèmes d escaliers en aluminium

Plus en détail

Advance Design Exercices

Advance Design Exercices Advance Design Exercices ` Copyright 2017 GRAITEC France Toute reproduction personnelle, professionnelle ou commerciale de tout ou partie de cette documentation sous toute forme ou média et par quelque

Plus en détail

L alcali-réaction sur le Pont de Térénez Historique et perspectives

L alcali-réaction sur le Pont de Térénez Historique et perspectives Journée COTITA Ouest, le 20 mars 2014 Déconstruction du Pont de Térénez L alcali-réaction sur le Pont de Térénez Historique et perspectives B. Thauvin, J.N. Lasbleiz, Département Laboratoire Régional de

Plus en détail

KNAUF THERM CHAPE TH38 SOUS CHAPE HYDRAULIQUE

KNAUF THERM CHAPE TH38 SOUS CHAPE HYDRAULIQUE sous chape hydraulique Knauf Therm Chape Th38 est un panneau en polystyrène blanc, conforme à la norme NF EN 13163 Application Ouvrage d'isolation conforme au DTU 52.10 sous chape ou dalle limité au champ

Plus en détail

Schöck Rutherma type K

Schöck Rutherma type K Schöck Rutherma type Schöck Rutherma type Contenu Page Exemples de disposition des éléments/coupes 42 Vues en plan 43 Versions du produit/désignations 44 Description de l élément 45 Tableaux de dimensionnement/valeur

Plus en détail

Exercice n 20 : Cadres, voiles et stabilité

Exercice n 20 : Cadres, voiles et stabilité Page 1 sur 24 Exercice n 20 : Cadres, voiles et stabilité [Sergio Torres] Sergio Antonio Torres Escobar logout cours myfolder aide -> exercices -> table des matières -> glossaire Contact - Questions -

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Table des matières Avant-propos... 1 Remerciements...

Plus en détail

Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton

Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton F. Lyon 1 Programme RAGE: Utilisation des planchers mixtes bois-béton Florent Lyon Centre scientifique

Plus en détail

Etude de vulnérabilité à Lespinasse dans le cadre des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour d un dépôt pétrolier

Etude de vulnérabilité à Lespinasse dans le cadre des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour d un dépôt pétrolier Etude de vulnérabilité à Lespinasse dans le cadre des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour d un dépôt pétrolier INERIS. Unité REST INERIS. Institut National de l Environnement Industriel

Plus en détail

Ville de Paris. Maître d Ouvrage : Ouvrage : Bâtiment 119, gare Dubois. Localisation : 62 Boulevard Ney, 18 ème arrondissement de Paris

Ville de Paris. Maître d Ouvrage : Ouvrage : Bâtiment 119, gare Dubois. Localisation : 62 Boulevard Ney, 18 ème arrondissement de Paris Maître d Ouvrage : Ouvrage : Localisation : Ville de Paris Bâtiment 119, gare Dubois 62 Boulevard Ney, 18 ème arrondissement de Paris RAPPORT DE DIAGNOSTIC STRUCTURE ET REHABILITATION VILLE DE PARIS Tour

Plus en détail

ENSA Nantes Examen TD Analyse de structures 3 ème a. 1 er semestre Janv. 2013

ENSA Nantes Examen TD Analyse de structures 3 ème a. 1 er semestre Janv. 2013 ENSA Nantes Examen TD Analyse de structures 3 ème a. 1 er semestre Janv. 2013 Documents autorisés. Répondre directement sur la feuille. Préciser systématiquement les unités. EXERCICE 1 : Questions diverses

Plus en détail

Ingénierie SNCF 28/11/08 1

Ingénierie SNCF 28/11/08 1 Ingénierie SNCF 28/11/08 1 28/11/08 2 Viaduc de la Savoureuse Études d exécution 28/11/08 3 Viaduc de la Savoureuse études d exécution SNCF / IGOA est intervenu pour le compte du groupement Eiffel-Eiffage

Plus en détail

PERFORMANCE PARASISMIQUE D UNE STRUCTURE A DUCTILITE MOYENNE EN ALGERIE

PERFORMANCE PARASISMIQUE D UNE STRUCTURE A DUCTILITE MOYENNE EN ALGERIE PERFORMANCE PARASISMIQUE D UNE STRUCTURE A DUCTILITE MOYENNE EN ALGERIE Sofiane BOURADA* & Taïeb BRANCI* * Département de Génie Civil, Laboratoire de Mécanique et Energétique, Faculté de Génie Civil et

Plus en détail

PARTIE B LA CONCEPTION DU GROS-OEUVRE

PARTIE B LA CONCEPTION DU GROS-OEUVRE 1 La conception du gros-œuvre La conception générale du gros œuvre est le fruit d un échange entre architecte et ingénieur Programme du client Agencement des surfaces volumes, circulations, accès, éclairage,

Plus en détail

JUSTIFICATION S GENERALES D UNE FONDATION SUR SOL AMELIORE

JUSTIFICATION S GENERALES D UNE FONDATION SUR SOL AMELIORE GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» JUSTIFICATION S GENERALES D UNE FONDATION SUR SOL AMELIORE Eric Jandel CHAPITRE 5 : SOMMAIRE 5.1: Justifications

Plus en détail

DIPLOME 2008 Extension du siège de l UEFA à Nyon Mémoire technique

DIPLOME 2008 Extension du siège de l UEFA à Nyon Mémoire technique DIPLOME 2008 Extension du siège de l UEFA à Nyon 23.11.2008 Professeurs : Michel Noverraz Andréa Hüssy Tél. : +41 (0)79 711 44 79 Email : p.giglio@bluewin.ch Page : 1 / 7 Version : V 1.0 Date : 27/11/2008

Plus en détail

Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels

Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels CHEC Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels Michel Pré 2015-2016 CHEC Conception et dimensionnement du revêtement des tunnels 1 e partie tunnels construits en méthode conventionnelle Michel

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION DÉFINITIONS...7

SOMMAIRE 1. OBJET DOMAINE D APPLICATION DÉFINITIONS...7 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 3. DÉFINITIONS...7 4. RAPPEL DE LA MÉTHODOLOGIE DE L EN 1998-3...9 4.1 Démarche générale...9 4.2 Investigations préalables...11 4.3 Détermination

Plus en détail

1 Evaluation de connaissances

1 Evaluation de connaissances Correction de l examen de Mécanique des Matériaux Solides, 8 avril 014 D. RYCKELYNCK Tout document autorisé. Durée de l examen : une heure. 1 Evaluation de connaissances Cette partie n est pas calculatoire,

Plus en détail