PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS"

Transcription

1 PLÉNIÈRE LE RESPECT DES DROITS DU PATIENT DANS SON PARCOURS DE SOINS

2 Plénière Le respect des droits du patient dans son parcours de soins Le droit à la protection de la santé est reconnu par le Préambule de la Constitution de 1946 L Ordonnance n du 24 avril 1996 portant réforme de l hospitalisation publique et privée et relative aux droits des malades et à la qualité de la prise en charge La Loi n du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale Affirmation et promotion des droits des bénéficiaires et de leur entourage

3 Plénière Le respect des droits du patient dans son parcours de soins La loi n du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé (dite loi Kouchner) a inscrit ce droit dans un chapitre préliminaire du Code de la Santé Publique. Le droit de recevoir les soins les plus appropriés, le droit à la sécurité sanitaire et à la continuité des soins, quelles que soient les circonstances. La Loi n du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie (dite loi Leonetti) La Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (dite loi HPST)

4 Dignité Droit aux soins Règles de confidentialité Accès égal au système de santé Droit de la personne Loi n du 4 Mars 2002 Loi n du 4 Mars 2002 Exercice des droits Commissions des relations avec les usagers Intervention facilitée des associations représentantes des usagers Information sur son état de santé ; frais médicaux Consentement Personne de confiance Information et Consentement La démocratie sanitaire Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Droit d accès au dossier médical Commission régionale de conciliation et d indemnisation Réparation des conséquences des risques sanitaires Solidarité Nationale

5 Art. L «à graver dans le marbre» Toute personne prend, avec le professionnel de santé et compte tenu des informations et des préconisations qu il lui fournit, les décisions concernant sa santé. Le médecin doit respecter la volonté de la personne après l avoir informée des conséquences de ses choix. Si la volonté de la personne de refuser ou d interrompre tout traitement met sa vie en danger, le médecin doit tout mettre en œuvre pour la convaincre d accepter les soins indispensables. Il peut faire appel à un autre membre du corps médical. Dans tous les cas, le malade doit réitérer sa décision après un délai raisonnable. Celle-ci est inscrite dans son dossier médical. Le médecin sauvegarde la dignité du mourant et assure la qualité de sa fin de vie en dispensant les soins visés à l article L

6

7 Patient-médecin: une relation à risques! Patient : rien que des droits? Médecin : rien que des devoirs J attends : d être écouté, bien traité, bien soigné Tu ne m écoutes pas, vous ne faites pas ce que je veux Est-il digne de confiance? Je dois traiter le mal et soigner le mieux possible Tu dois m obéir, vous devez m écouter Il doit me faire confiance! Consentement Nécessité thérapeutique

8 Plénière Le respect des droits du patient dans son parcours de soins Rappel des droits de l usager Principes généraux de la Charte européenne des droits des patients Droit aux mesures de prévention Droit d accès Droit à l information Droit au consentement éclairé Droit à la liberté de choix Droit à l intimité et à la confidentialité Droit au respect du temps des patients Droit au respect des normes de qualité Droit à la sécurité Droit à l innovation Droit de ne pas souffrir inutilement Droit au traitement personnalisé Droit de réclamation Droit à être dédommagé

9 Être Représentant des Usagers du système de santé, Son activité et son engagement dans une association l ont amené à être mandaté pour représenter les usagers du système de santé Une légitimité indiscutable qui repose sur : Des Lois et des circulaires L agrément des associations qui assurent la représentation des personnes malades et des usagers du système de santé (article L du code de la santé publique) Leur expertise propre (une expérience personnelle et associative) Un bénévole, membre d une association agréée, désigné par son association et nommé par l ARS pour représenter tous les usagers Il est chargé de faire le lien entre les usagers, les professionnels de santé et la direction des établissements de santé Il veille au respect des droits des usagers et facilite leurs démarches

10 Plénière Le respect des droits du patient dans son parcours de soins Les instances où siègent les représentants des usagers CRSA (Conférence Régionale de la Santé et de l Autonomie) Conseil de surveillance de l ARS Commissions spécialisées (Prévention, Droits des usagers, Accès aux soins, Médico-social) Conférences de territoires (6) CRCI (Commission Régionale de Conciliation et d Indemnisation) Conseil de surveillance des hôpitaux CPP (Comité de Protection des Personnes) Charge) CLIN (Comités de Lutte contre les Infections Nosocomiales) CLAN (Comités de Liaison en Alimentation et Nutrition) CLUD (Comités de LUtte contre la Douleur) CVS (Conseils de la Vie Sociale) CDCPH (Conseils Départementaux Consultatifs des Personnes Handicapées) D autres instances CPAM (CA et commissions) CRUQ PC (Commissions des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en

11 Le CISS Aquitaine : Un collectif associatif de représentants des usagers Espace Rodesse, 103 ter rue Belleville, BORDEAUX associations en Aquitaine Plus de personnes représentées Des formations, informations, des guides Des missions fondamentales: représenter, informer, former les usagers de santé l éducation citoyenne aux droits des usagers devient une nécessité

Code de déontologie de la Caisse des Dépôts

Code de déontologie de la Caisse des Dépôts Code de déontologie de la Caisse des Dépôts Le Code de déontologie est un dispositif essentiel à la conduite des activités de la Caisse des Dépôts. Il permet d assurer la connaissance de l ensemble des

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

POUR HOPITAL HYGIENE : VOIR DOSSIER HYGIENE HOPITAL GENERALITES :

POUR HOPITAL HYGIENE : VOIR DOSSIER HYGIENE HOPITAL GENERALITES : POUR HOPITAL HYGIENE : VOIR DOSSIER HYGIENE HOPITAL GENERALITES : 1 - Médecins des hôpitaux : le krach? 2 - Qu'est-ce qu'un hôpital? 3 - Les références médicales applicables à l'hôpital 4 - La situation

Plus en détail

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue Charte des Droits et Libertés Des Résidents Arrêté du 08 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2016

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2016 DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2016 FONDATION DES USAGERS DU SYSTÈME DE SANTÉ siège administratif 106 rue d Amsterdam - 75009 Paris contact@fondationdesusagers.fr CONTACT PRESSE : S O M M A I R E 01 La charte

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité

Plus en détail

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES LANDES L ARCHIVAGE ELECTRONIQUE 2 e RENCONTRES LANDESPUBLIC ORGANISEES PAR L ALPI Jeudi 29 septembre 2005 Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Plus en détail

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014

Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Pôle commun ACPR - AMF Rapport annuel 2014 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse 5 juin 2015 Sommaire 1. Bilan 2014 1. Les missions permanentes 1. Assurance Banque Épargne Info Service 2.

Plus en détail

t QBSUJF t Les NÏUJFST EF MB TBOUÏ GBDF BVY EÏSJWFT TFDUBJSFT 41

t QBSUJF t Les NÏUJFST EF MB TBOUÏ GBDF BVY EÏSJWFT TFDUBJSFT 41 Les 41 Avertissement Afin de faciliter l usage du guide par les professionnels de la santé, une fiche spécifique s adresse à chaque profession réglementée avec laquelle la Miviludes a établi un contact

Plus en détail

ARRETES DEPARTEMENTAUX

ARRETES DEPARTEMENTAUX ARRETES DEPARTEMENTAUX SOLIDARITE Tarification 2004 Association lieu de vie «Embecado» 82600 Savenès AD n 2004-2213 du 1 er octobre 2004 Maison de Retraite Publique de Lauzerte AD n 2004-2230 du 4 octobre

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 FONCTION Le comité d audit (le «comité») aide le conseil d administration (le «conseil») à

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE

La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 I) LES GRANDS PRINCIPES AFFIRMÉS ET LA RÉORGANISATION QUI EN DÉCOULE La RÉFORME de la PROTECTION JURIDIQUE des MAJEURS Loi 2007-308 du 5 mars 2007 Ce texte réforme de façon considérable les lois du 14 décembre 1964 et du 3 janvier 1968 en matière de protection des majeurs

Plus en détail

Ordonnance concernant le service de santé scolaire

Ordonnance concernant le service de santé scolaire Ordonnance concernant le service de santé scolaire du 5 décembre 000 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'article 7, alinéa, de la loi fédérale du 9 avril 978 sur la formation professionnelle

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Guide à l'intention des membres de jurys. de validation des acquis de l'expérience MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES Diplôme d Etat d éducateur spécialisé Guide à l'intention des membres de jurys de validation des acquis de l'expérience 1 / 26 Notice explicative Vous allez prochainement

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante

Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun doit pouvoir poursuivre son épanouissement. La majorité des personnes âgées

Plus en détail

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés

Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature. Financements privés Avril 2013 Appels à projets, prix et bourses 2013, appel à candidature Financements privés Le récapitulatif des appels à projets que nous vous proposons est le résultat de la veille quotidienne réalisée

Plus en détail

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION

SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION RECOMMANDATIONS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS SECURITE DES VEHICULES UTILITAIRES LEGERS RECOMMANDATIONS DE LA CAISSE GENERALE DE SECURITE SOCIALE DE LA REUNION Décision de la Commission Régionale

Plus en détail

Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005

Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005 1 Journées nationales des SCUIO Université Lille 3 1er et 2 décembre 2005 Exposé : Docteur Robert DELMAS Président Société Médical d Orientation Scolaire et Professionnelle Président de l'association Nationale

Plus en détail

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille Livret d accueil Livret d accueil Equipe Mobile 1 Livret d accueil Sommaire Introduction ----------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 3.5 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 1.0 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Cette politique détermine certaines règles de gestion applicables au personnel cadre et portant sur les aspects suivants

Plus en détail

Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux

Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux Maison de la Promotion Sociale Site : www.mps-aquitaine.org Règlement d admission en formation préparant au Diplôme d Etat d Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) à Artigues près Bordeaux Préliminaire : L

Plus en détail

Diplôme des Métiers de l Art

Diplôme des Métiers de l Art STAGE EN ENTREPRISE CONVENTION DE STAGE Diplôme des Métiers de l Art Régie Lumière Régie Son Lycée Claude DAUNOT 10, bd Clemenceau C.S. 35234 54052 NANCY CEDEX La présente convention a pour objet de définir

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012. Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer

Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012. Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer Le Conseil de la Vie Sociale Juin 2012 Résidence Ty Marhic Résidence Les Jardins du Clos Accueil de Jour Ti Degemer C est quoi le CVS? Le Conseil de la Vie Sociale est une institution légale et obligatoire

Plus en détail

Partant de situations concrètes, nous privilégions une méthodologie participative et dynamique!

Partant de situations concrètes, nous privilégions une méthodologie participative et dynamique! Mouvement d'education Populaire,complémentaire de l'école publique et reconnu d'utilité publique, nous œuvrons à proposer des formations de qualité, réalisée grâce à des personnes qualifiées et un réseau

Plus en détail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail Service des ressources humaines Politique de santé et de sécurité du travail Approuvé par la résolution : Date d entrée en vigueur : Révisé le : CC13/14-05-155 Le 7 mai 2014 Préambule Par la présente politique,

Plus en détail

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE Réglement d ordre intérieur Coordonnées Médiatrice Laetitia Salembier Tel : 065 41 30 40 Fax : 065 41 30 19 Mail : mediation@hap.be Boulevard Kennedy 2 7000 MONS Edité

Plus en détail

Le DPC, en bref. mars 13 n 2

Le DPC, en bref. mars 13 n 2 L OGDPC mars 13 Le DPC, en bref une obligation annuelle pour tous les professionnels de santé une démarche active tout au long de l exercice professionnel une formation professionnelle continue : l acquisition

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-58 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CHARTE «COMMUNE HANDICAP»

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» CHARTE «COMMUNE HANDICAP» Entre La Ville de NEVERS, représentée par son Maire, Monsieur Didier BOULAUD Et Les associations suivantes Association Regards Positifs, représentée par Monsieur Marc HENNEBOIS,

Plus en détail

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 1 Sommaire Une réforme pour qui? Une réforme pour quoi? Objectifs et bénéfices attendus - Répondre plus rapidement

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008 L A C O N F E R E N C E L A T I N E D E S C H E F S D E S D E P A R T E M E N T S D E J U S T I C E E T P O L I C E ( C L D J P ) LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D

Plus en détail

Administrer les SI sur un territoire : la Champagne Sud. EPS, GHT et GCS

Administrer les SI sur un territoire : la Champagne Sud. EPS, GHT et GCS Administrer les SI sur un territoire : la Champagne Sud EPS, GHT et GCS le besoin dans le numérique «Les besoins des professionnels et des patients sont très importants, les exigences augmentent» Dans

Plus en détail

Ainsi s exprimait Henri CAPITANT, dans la préface du «Vocabulaire Juridique» de 1936, première édition de ce dictionnaire juridique.

Ainsi s exprimait Henri CAPITANT, dans la préface du «Vocabulaire Juridique» de 1936, première édition de ce dictionnaire juridique. VIE PRIVEE A L'HÔPITAL? «Cadre réglementaire, genèse de la vie privée» Intervention de Valériane DUJARDIN - 8ème soirée de L Espace de Réflexion Ethique en santé mentale de la F2RSM Jeudi 20 juin 2012

Plus en détail

MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016)

MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016) MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016) La Commission des normes du travail (CNT) a été fusionnée au début de l année 2016 avec la Commission de la santé et de la sécurité du travail

Plus en détail

CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES

CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES FILIERE SANITAIRE ET SOCIALE CATEGORIE C CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES EXTERNE, INTERNE, 3 e VOIE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant dr oits et obligations

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE (arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie mentionnée à l article L.311-4 du code de l action

Plus en détail

BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1

BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1 BILAN DU PROJET PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILLEURS MIGRANTS VERS UN MIEUX VIEILLIR PAGE 1 PERSONNES ÂGÉES EN FOYER DE TRAVAILL Identification des besoins en matière d accès aux droits sociaux, aux

Plus en détail

ARRETES DEPARTEMENTAUX

ARRETES DEPARTEMENTAUX ARRETES DEPARTEMENTAUX SOLIDARITE Composition Commission de l'allocation Personnalisée d'autonomie AD n 2005-667 du 1er avril 2005 Tarification 2005 E.H.P.A.D. «La Septfontoise» de Septfonds AD n 2005-668

Plus en détail

Protocole d allégement

Protocole d allégement Protocole d allégement 1- Allégements réglementaires applicables à tous les candidats dont ceux ayant obtenu une validation partielle par voie de VAE Les candidats qui justifient : Un diplôme au moins

Plus en détail

TITRE I : LES MISSIONS

TITRE I : LES MISSIONS STATUTS DU DÉPARTEMENT DE LA FORMATION CONTINUE Annexe 4 à la délibération n 39/10 du 23 juillet 2010 TITRE I : LES MISSIONS TITRE II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT TITRE III : RÉVISION DES STATUTS -

Plus en détail

Reconnaissance du temps de travail 173 heures Rappel de quelques éléments essentiels

Reconnaissance du temps de travail 173 heures Rappel de quelques éléments essentiels Reconnaissance du temps de travail 173 heures Rappel de quelques éléments essentiels 1. Des 173 heures, 20 % sont consacrées à des activités de concertation inhérentes à la vie pédagogique des programmes

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2)

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL de 2 ème classe (Bac +2) ADMINISTRATIVE 3440, route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS-GUILLAUME Cedex Tél. : 02 35 59 7 Fax : 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr FILIERE ADMINISTRATIVE CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL (Bac) et CONCOURS

Plus en détail

GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A

GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A Nom, prénom de l étudiant GRILLE D EVALUATION - MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE EIDE 2A Année de formation et promotion Date MSP 1 2 Rattrapage Lieu - Unité- Discipline Nom du Cadre Pédagogique Nom du

Plus en détail

Les Echanges Inter Hospitaliers

Les Echanges Inter Hospitaliers Les Echanges Inter Hospitaliers En organisant les Echanges Inter Hospitaliers, a souhaité, dans le cadre du partenariat développé avec les pharmaciens, favoriser des échanges d expériences pratiques au

Plus en détail

Affichage obligatoire

Affichage obligatoire Bordeaux, le 3 octobre 2014 Le Recteur de l Académie de Bordeaux Chancelier des universités d Aquitaine à Mesdames et Messieurs les Inspecteurs d Académie, Directeurs académiques des services de l Education

Plus en détail

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES)

RÈGLEMENT D ADMISSION. à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) RÈGLEMENT D ADMISSION à la formation préparatoire au diplôme d état D Éducateur Spécialisé (DEES) en formation continue (dont apprentissage) en complément de formation dans le cadre de la validation des

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Mission interministérielle pour la protection de femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains Personne chargée du dossier : Annie GARCIA Tel : 01 40 56 89 69 annie.garcia@miprof.gouv.fr

Plus en détail

PROCÉDURE 1. OBJECTIF

PROCÉDURE 1. OBJECTIF PROCÉDURE Code : PR-DG-015-1 Direction responsable : Direction générale Approuvée par : 10 novembre 2010 Présentée et adoptée au comité de direction le : 10 novembre 2010 Entrée en vigueur le : 10 novembre

Plus en détail

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel Texte approuvé

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) Organisme agrée Formation initiale des membres

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

La responsabilité des conseils en investissement et la protection des investisseurs. Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat

La responsabilité des conseils en investissement et la protection des investisseurs. Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat Troisième table ronde 129 La responsabilité des conseils en investissement et la protection des investisseurs Silvestre TANDEAU de MARSAC Avocat Colloque ASFFOR Préambule 130 Le conseil en investissement

Plus en détail

STATUTS TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE.

STATUTS TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE. STATUTS ARTICLE 1 FORME. TITRE 1 FORME, OBJET, DENOMINATION, SIEGE, DUREE. Aux termes d un acte sous seing privé, fait à Rennes le 5 Mai 1985, il a été constitué une association régie par les dispositions

Plus en détail

Mise à jour le 15 juillet 2011. CHAPITRE I : p 13. CHAPITRE II : p 14. CHAPITRE III : p 33. CHAPITRE IV : p 59. CHAPITRE V : p 69. CHAPITRE VI : p 75

Mise à jour le 15 juillet 2011. CHAPITRE I : p 13. CHAPITRE II : p 14. CHAPITRE III : p 33. CHAPITRE IV : p 59. CHAPITRE V : p 69. CHAPITRE VI : p 75 SOMMAIRE Mise à jour le 15 juillet 2011 Classement par ordre alphabétique des articles p 77 Table des matières p 2 CHAPITRE I : p 13 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES CHAPITRE II : p 14 DISPOSITIONS GENERALES

Plus en détail

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie

Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie Mise en place du certificat de spécialisation restauration collective : outil d appui pour les travaux d ingénierie 1- Création du certificat de spécialisation (CS) 2- Outil d appui pour la mise en place

Plus en détail

Charte de l Association Aurore

Charte de l Association Aurore Charte de l Association Aurore Introduction : Des valeurs et des principes directeurs Fondée en 1871, reconnue d utilité publique en 1875, l association Aurore a pour objet «la réadaptation sociale et

Plus en détail

RENCONTRE DES ASSOCIATIONS AGREEES LE 4 JUILLET 2013. dans le cadre des Rencontres Acteurs publics des 2, 3 et 4 juillet au CESE

RENCONTRE DES ASSOCIATIONS AGREEES LE 4 JUILLET 2013. dans le cadre des Rencontres Acteurs publics des 2, 3 et 4 juillet au CESE CNA arusp Commission Nationale d Agrément des associations représentant les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique RENCONTRE DES ASSOCIATIONS AGREEES LE 4 JUILLET 2013 dans le cadre

Plus en détail

Auprès des professionnels :

Auprès des professionnels : CHARTE PARTENARIALE Historique : En 2004, un diagnostic de territoire réalisé sur la Communauté de Communes d Erdre et Gesvres avait mis en évidence la présence de nombreux services à destination des personnes

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE SPECIALISATION : CONSEILLER EN ENVIRONNEMENT

DOSSIER PEDAGOGIQUE SPECIALISATION : CONSEILLER EN ENVIRONNEMENT MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE SECTION SPECIALISATION :

Plus en détail

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales.

Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le schéma départemental est un outil essentiel de prospective des politiques locales sociales et médicosociales. Le Conseil Général du Cher a souhaité associer l ensemble des acteurs aux différentes étapes,

Plus en détail

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS

GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS GUIDE JURIDIQUE DES ACHATS HOSPITALIERS Guide réalisé pour la CAHPP par AdDen avocats Octobre 2014 PREAMBULE Le secteur des achats hospitaliers fait l objet depuis plusieurs années d une attention particulière

Plus en détail

en France, qui peut en faire quoi?

en France, qui peut en faire quoi? Données de Santé : en France, qui peut en faire quoi? n 1 PLAN 1/ Les données de santé Qu est est-ce que c est c? 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 3/ L utilisation L des données

Plus en détail

Transferts internationaux (de renseignements personnels) entre le

Transferts internationaux (de renseignements personnels) entre le Transferts internationaux (de renseignements personnels) entre le Québec et la France Cynthia Chassigneux Juge administratif La vie privée à travers les cultures Convergences et divergences dans un monde

Plus en détail

Politique de gestion des conflits d intérêts

Politique de gestion des conflits d intérêts - 2014 Préambule La présente politique de gestion des conflits d intérêts rassemble les principales obligations concernant la détection, la prévention et la gestion des conflits d intérêts mises en œuvre

Plus en détail

Bienvenue. Guide de formation. des élus locaux. à Sciences Po Aix FORMATION CONTINUE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE

Bienvenue. Guide de formation. des élus locaux. à Sciences Po Aix FORMATION CONTINUE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE INSTITUT D ÉTUDES POLITIQUES D AIX-EN-PROVENCE FORMATION CONTINUE Guide de formation à Sciences Po Aix Bienvenue des élus locaux 2016 UNE GRANDE ÉCOLE EN PROVENCE Formation des élus OBJECTIFS - Aider

Plus en détail

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013

Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 Docteur Sylvie PERON C.H. LABORIT (Poitiers 86) Juin 2013 1 Principes du secteur de psychiatrie Les textes du secteur depuis la circulaire du 15 mars 1960 insistent : - Continuité, complémentarité et coordination

Plus en détail

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON

CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE. Ville de CHARENTON CHARTE DE LA VIE ASSOCIATIVE Ville de CHARENTON 1 SOMMAIRE I PREAMBULE... 3.4 II Les engagements de la ville de Charenton... 5 Respecter la vie démocratique... 5 Garantir aux associations une écoute et

Plus en détail

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010 Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations La HALDE a été saisie d une réclamation d un masseur-kinésithérapeute

Plus en détail

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat.

Contrat de syndic AVERTISSEMENT. Ce document est une version d évaluation du contrat. http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat de syndic Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de vous informer

Plus en détail

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT

I - INTÉRÊT GÉNÉRAL CHARTE LOCALE DU SPORT CHARTE LOCALE DU SPORT La charte locale du sport fixe les enjeux du développement du sport et des activités physiques et sportives sur le territoire d Aulnay- sous- bois en partenariat avec le monde sportif

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL. Mise à jour août 2010 1

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL. Mise à jour août 2010 1 CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL Mise à jour août 2010 1 I ) STRUCTURE ET MISSIONS DU CADRE D EMPLOIS Les rédacteurs territoriaux constituent un cadre d emplois administratif de catégorie B au sens de

Plus en détail

Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine

Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine ViaTrajectoire permet : Une orientation personnalisée pour faciliter le parcours des patients à leur sortie d hospitalisation, Aujourd

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES ASSOCIATIONS DU RESEAU ACEPP

PROTECTION JURIDIQUE DES ASSOCIATIONS DU RESEAU ACEPP CONTRAT D ASSURANCE n 6768G PROTECTION JURIDIQUE DES ASSOCIATIONS DU RESEAU ACEPP A. CONTENU B. DISPOSITIONS PRELIMINAIRES... 2 C. TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES... 2 ARTICLE 1 DEFINITIONS... 2 ARTICLE

Plus en détail

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille)

- Le code de la famille (loi n 84 11 du 9 juin 1984, modifiée et complétée, portant code de la famille) Réponses de la Commission Nationale Consultative de Promotion et de Protection des Droits de l Homme Algérie au rapport du secrétaire général de l Assemblée générale des Nations Unies concernant «le suivi

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

LA FONCTION PUBLIQUE EN VINGT PRINCIPES

LA FONCTION PUBLIQUE EN VINGT PRINCIPES Eliane AYOUB Docteur d'etat en droit Diplömee d'etudes superieures de science politique Ancien Charge de Conferences des facultes de droit. LA FONCTION PUBLIQUE EN VINGT PRINCIPES Preface : Yves GAUDEMET

Plus en détail

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014

Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 Association Saint Cyr Projet associatif 7 janvier 2014 1 e Introduction, contexte Le projet associatif définit les actions à poursuivre ou à entreprendre pour atteindre les objectifs de l Association.

Plus en détail

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes

CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes CHARTE «COMMUNE HANDICAP» C.N.P.S.A.A. Comité National pour la Promotion Sociale des Aveugles et des Amblyopes 2 CHARTE «COMMUNE HANDICAP» Entre L Association des Maires de France (AMF), représentée par

Plus en détail

ÉDITION. Collectif Interassociatif Sur la Santé. Guide. du représentant des usagers en CRUQ-PC

ÉDITION. Collectif Interassociatif Sur la Santé. Guide. du représentant des usagers en CRUQ-PC Collectif Interassociatif Sur la Santé ÉDITION 2011 Guide du représentant des usagers en CRUQ-PC Édito Je suis heureux de vous présenter un nouveau guide du CISS. Celui-ci concerne la place du représentant

Plus en détail

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012

Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB. Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 Tâches et responsabilités des membres élus de l AEUSB Adopté lors de la rencontre du conseil d administration le 4 juillet 2012 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 DEVOIRS ET RESPONSABILITÉS DE TOUS LES ÉLUS

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail