AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AR- Nodule pulmonaire. Nodule pulmonaire"

Transcription

1 ABECASSIS Anna L3 20/10/2014 Appareil respiratoire CR : AUDOUARD Justine Pr Greillier 8 pages Nodule pulmonaire Plan I. Définitions et physiopathologie II. Circonstances de découverte III.Diagnostic radiologique A) Radiographie thoracique standard (F/S) B) Tomodensimétrie thoracique injectée IV. Diagnostic étiologique A) tumeurs malignes B) Tumeurs bénignes C) Opacités non tumorales D) Les étapes du diagnostic étiologiques E) Nodules Malins VS Bénins CAT (conduite à tenir) devant un nodule pulmonaire Question des ECN : «Devant une opacité ou une masse intra thoracique, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents» I. Définitions et physiopathologie Un nodule est une opacité arrondie à l'intérieur du parenchyme pulmonaire. On distingue selon la taille, les nodules (<30mm), la limite étant à 30 mm, au delà de 30mm c'est une masse. Il existe aussi des micronodules (taille inférieure à 6 mm). On retiendra cette définition même s'il en existe de multiples. Physiopathologie : Toutes les structures intra thoraciques peuvent être à l'origine ou le siège d'opacités : bronches, vaisseaux, tissus de soutien, cœur (péricarde), plèvres, paroi thoracique. II. Circonstances de découverte La découverte est fortuite la plupart du temps, mais les nodules peuvent être diagnostiqués par la survenue de symptômes généraux (asthénie, amaigrissement), de symptômes respiratoires (toux, dyspnée) ou extra respiratoires. Tout symptôme respiratoire chez un fumeur doit faire réaliser un examen d'imagerie, car on redoute un cancer des poumons chez ces individus. 1/8

2 III.Diagnostic radiologique A) Radiographie standard (F/P) Radiographie standard (F/P) torse nu, en inspiration profonde. On précise : - La taille des opacités pulmonaires : micronodules, nodules ou masses - Contours spiculés(ce sont des pointes=mauvais pronostic) ou arrondis - Calcification (=bon pronostic) - Tissulaire/aérique - Liquidien - Mixte B) Tomodensimétrie thoracique injectée (scanner) Cependant, le meilleur examen est le scanner injecté, qui estime mieux la taille et la localisation précise du nodule que la radio. 2/8

3 Avec un scanner, On précise si c'est un nodule unique ou des nodules multiples. On voit mieux les contours. Une calcification centrale oriente vers un diagnostic d'histoplasmose (infection des poumons causé par un champignon) alors qu'une calcification périphérique oriente plutôt vers un tuberculome. On peut chercher s'il y a un contenu graisseux qui oriente vers des tumeurs bénignes appelées l'hamartochondrome. En effet il est possible de mesurer différentes densités au scanner. L'aspect en verre dépoli signe une atteinte par un carcinome brochioloalvéolaire. -On cherche les lésions ganglionnaires : ganglions de taille augmentée IV. Diagnostic étiologique A) Tumeurs malignes * Cancer broncho-pulmonaire primitif : opacités aux contours irréguliers * Métastases pulmonaires : opacités aux contours arrondis, multiples et situées à la périphérie des poumons B) Tumeurs bénignes Hamartochondrome : opacité pulmonaire unique aux contours réguliers ; on recherche une calcification, et une densité graisseuse. 3/8

4 C) Opacités non tumorales Granulomatose de Wegener Nodules rhumatoïdes dus à la polyarthrite rhumatoïde Abcès pulmonaire : une infection pulmonaire peut se transformer en abcès.l' image est arrondie avec un niveau hydroaérique, pour le diagnostic on recherche le contexte infectieux. Aspergillome : image en grelot Tuberculome : forme pseudo tumorale de la tuberculose Atélectasie ronde : du parenchyme pulmonaire se tasse et prend une forme arrondie sans que ça soit un nodule Masses silicotique : chez les mineurs, exposition professionnelle à la silice ; donne des micronodules et des masses pseudo tumorales. Vasculaires : comme les anévrysmes ou les malformations 4/8

5 EN RESUME : D) Les étapes du diagnostic étiologique 1- Anamnèse : facteurs de risques de cancer du poumon : Tabac Amiante Métastases pulmonaires d'autres cancers : ATCD néoplasiques 2- Examen clinique 3- TEP 18 FDG : c'est un examen de technique nucléaire (couplé au scanner) on regarde si l'opacité est active ou non. Le 18 FDG va se fixer sur les zones où il y a une hyperactivité. Une activité au sein du nodule peut renvoyer à des causes infectieuses, cancéreuses ou inflammatoire, ce n'est donc pas spécifique mais très sensible (par conséquent cet examen ne peut pas à lui seul apporter le diagnostic). Il s'agit d'un examen de bonne valeur quand les images sont supérieures à 1 cm. 5/8

6 E) Nodules Malins VS bénins Afin de déterminer la malignité d'un nodule on regarde ses caractéristiques ainsi que les facteurs de risques du patient recensés dans le tableau suivant : /!\Une métastase pulmonaire a des contours bien délimités Le diagnostic de cancer est histologique et ne se fait pas avec l'imagerie. Prélèvement à visée histologique : Biopsie Grâce à une fibroscopie bronchique mais c'est un mauvais examen pour les micronodules Ponction trans pariétale sous scanner, technique la plus performante, on traverse la paroi thoracique après une AL pour effectuer le prélèvement Quand la ponction est un échec : Thoracoscopie chirurgicale voire thoracotomie pour prélever le nodule aperçu au scanner Médiastinoscopie : si atteinte des ganglions, on peut les prélever pour faire indirectement le diagnostic de cancer. Stratégie diagnostique Dans la plupart des cas le nodule est solide. Lorsqu'il n'est pas solide il peut s'agir de cancers ou de causes bénignes infectieuses, on ne prélèvera que les nodules qui persistent. A RETENIR : Opacité nodules et masses Examens clés : TDM thoraciques et TEP FDG Diagnostic étiologique : fibroscopie ; ponction/tdm ; chirurgie Etiologies multiples (lésions malignes) 6/8

7 Je m'excuse sincèrement pour ce cours catalogue, c'était bien pire sur la diapo mais j'ai essayé de faire de mon mieux pour enlever les tirets... Je dédie ce ronéo à Cédric : ta voix a animé ma soirée lorsque j'ai réécouté l'enregistrement (s'il manque des choses dans le ronéo c'est de ta faute:) ) Merci à Coralie pour les photos et à tous les autres pour leur bonne humeur! Petite attention tout de même à Elena qui a réussi à échapper à une moitié de ronéo grâce à l'alerte au feu et à notre mauvaise volonté... 7/8

8 8/8

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Item Opacités et masses intrathoraciques chez l enfant et chez l adulte

Item Opacités et masses intrathoraciques chez l enfant et chez l adulte Item 203 - Opacités et masses intrathoraciques chez l enfant et chez l adulte Objectifs d enseignement tels que définis dans le programme de l ECN : Devant une opacité ou une masse intrathoracique, argumenter

Plus en détail

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique

item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique item 203 Opacité et Masses Intra-Thoracique malin bénin Sexe masculin + Age > 50 ans ++ tabagisme ++ Il n y a pas de seuil au-dessous duquel fumer n expose pas à risque accru de CBP Exposition à des +

Plus en détail

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL Date: 19/10/2015 Promo: DFGSM2 2015/2016 Ronéistes : TSANG Ronan LEBEAU Greg Plage horaire: 10h30-11h45 Enseignant : Dr. C Revel TEP et cancer pulmonaire I. Diagnostic

Plus en détail

Pneumoconioses silicose asbestose

Pneumoconioses silicose asbestose Pneumoconioses silicose asbestose La silicose C est la plus répandue des pneumoconioses Elle est due à l inhalation des poussières de silice La pneumoconiose du mineur de charbon est liée à l inhalation

Plus en détail

POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES

POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES POSSIBILITES ET LIMITES DES METHODES D IMAGERIE MEDICALE DANS LE DIAGNOSTIC ET L EVALUATION DES NODULES PULMONAIRES SOLITAIRES Natalia ROTARU, Carolina DARII Objectifs Présentation des méthodes diagnostiques

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire

Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire Le syndrome cavitaire est défini par la présence d une ou plusieurs cavités néoformées au sein du parenchyme pulmonaire Une cavité pulmonaire est une hyperclareté parenchymateuse circonscrite au sein d

Plus en détail

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE.

ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. ETUDE RETROSPECTIVE DE FAUX POSITIFS ET NEGATIFS DE LA TEP-TDM DANS LE CANCER DU POUMON. APPORT DE LA TOMODENSITOMETRIE. J Bréhant, M Foinant, AC Souteyrand, A Lhoste et JL Michel Radiologie A CHU Gabriel

Plus en détail

Contexte infectieux : radiographie thoracique

Contexte infectieux : radiographie thoracique Alexis LACOUT Homme de 57 ans Tabagisme Contexte infectieux : radiographie thoracique 08 09 2009 16 09 2009 16 09 2009 Scanner thoracique (et abdominal + pelvien + cérébral) Diagnostic? Diagnostic Persistance

Plus en détail

Nodules pulmonaires : CAT / suivi volumétrique des petites tumeurs. Pr Gilbert Ferretti CHU Grenoble

Nodules pulmonaires : CAT / suivi volumétrique des petites tumeurs. Pr Gilbert Ferretti CHU Grenoble Nodules pulmonaires : CAT / suivi volumétrique des petites tumeurs Pr Gilbert Ferretti CHU Grenoble Liens d intérêt Aucun avec le sujet traité Nodule pulmonaire Opacité focale arrondie de 3 à 30 mm Étiologies

Plus en détail

CAT devant la découverte fortuite d un nodule pulmonaire. Mathieu Lederlin CHU Rennes

CAT devant la découverte fortuite d un nodule pulmonaire. Mathieu Lederlin CHU Rennes CAT devant la découverte fortuite d un nodule pulmonaire Mathieu Lederlin CHU Rennes Cours référentiel du CERF Imagerie Thoracique de l adulte, 11 décembre 2015 Objectifs du CERF Niveau 1 - Connaître les

Plus en détail

du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007

du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007 Séméiologie éi i radiologique i du thorax (2 partie) V Tran-Minh, DCEM1, sept 2007 Deux objectifs principaux Savoir analyser sur une radiographie simple et sur un scanner les signes radiologiques couramment

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES

TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES Donnou Céline Faoucher Marie 18/03/11 Anapath, Sarcomes, N. Rioux-Leclerc Diaporama bientôt disponible sur le réseau pédagogique! Bon courage à tous. TUMEURS MALIGNES MESENCHYMATEUSES I - Tumeurs des tissus

Plus en détail

20/10/2014 Appareil respiratoire ABECASSIS Anna L3 CR :AUDOUARD Justine Pr Laurent Greillier 6 pages. Hémoptysie. Plan. I.

20/10/2014 Appareil respiratoire ABECASSIS Anna L3 CR :AUDOUARD Justine Pr Laurent Greillier 6 pages. Hémoptysie. Plan. I. 20/10/2014 Appareil respiratoire ABECASSIS Anna L3 CR :AUDOUARD Justine Pr Laurent Greillier 6 pages Hémoptysie Plan I. Physiopathologie II. Diagnostic A. Diagnostic positif B. Diagnostic de gravité C.

Plus en détail

Dossier progressif. Maladies transmissibles - Risques sanitaires Santé au travail Accidents du travail et maladies professionnelles

Dossier progressif. Maladies transmissibles - Risques sanitaires Santé au travail Accidents du travail et maladies professionnelles Dossier progressif Unité d enseignement 6 Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 9 Maladies transmissibles - Risques sanitaires Santé au travail 180 - Accidents du travail et maladies professionnelles

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. -foyers

Plus en détail

le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE

le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE Quoi de neuf en 2014 G.Durand Définition classique radiologique : obsolète Opacité arrondie ou ovalaire, 3 cm, entourée de parenchyme Représente 0,09% a7% de tous les clichés

Plus en détail

important athérome calcifié aorto-iliaque

important athérome calcifié aorto-iliaque Patient de 70 ans présentant une fièvre inexpliquée depuis 2 ans. Suivi pour une LMC. Apparition d une toux productive et d un syndrome inflammatoire biologique. Premier scanner réalisé sans IV. Chloé

Plus en détail

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Les subtilités SFRRA 28 Janvier 2012 Dr Vanina Isnardi Recommandations 2011 SPLF, INCA Caractérisation des nodules pulmonaires Solides >10 mm Pas d indication

Plus en détail

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance

Patiente de 58 ans. Métastase hépatique métachrone : 3 cures de FOLFOX. Seconde métastase, pulmonaire (LSG) réséquée en TDM de surveillance Patiente de 58 ans Adénocarcinome du moyen rectum ( ADK lieberkühnien infiltrant bien différencié) traité en 2011 par radiochimiothérapie néoadjuvante puis résection chirurgicale antérieure Métastase hépatique

Plus en détail

Chirurgie mammaire à visée diagnostique

Chirurgie mammaire à visée diagnostique Chirurgie mammaire à visée diagnostique Dr L.Cahen-Doidy Hôpital Saint-Louis Circonstances de découverte des tumeurs mammaires - Autopalpation des seins - Examen clinique - Bilan radiologique!! Mammographie!!

Plus en détail

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit )

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit ) VI Imagerie: En imagerie une tumeur se représente comme: Une masse (supérieur a 3 cm) ou nodule (moins de 3cm et plus de 3mm) avec un contour irrégulier (polylobé, spiculé extension de la tumeur le long

Plus en détail

Le syndrome parenchymateux

Le syndrome parenchymateux Le syndrome parenchymateux Définition: C est l enssemble de manifestation radiologiques qui témoignent de l atteinte du parenchyme pulmonaire ( bronchioles, alvéoles, vaisseaux, interstitium). -Lésion

Plus en détail

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées UE2 Cancérologie Cours 7 - Professeur de Bazelaire Mercredi 9/10/13, à 10h30 Ronéotypeuse : Alice VARRON Ronéoficheuse : Jeanne PIERRE Cours 7 Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques

Plus en détail

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise H. NJEH¹, H. ABID¹, M. ABDELKEFI¹, M. BRADAI¹, B. SOUISSI¹, S. MSAAED², S. HADDAR¹, KH. BEN MAHFOUDH¹

Plus en détail

HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat Hached, Sousse, TUNISIE.

HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat Hached, Sousse, TUNISIE. Les présentations radiologiques des tumeurs mésenchymateuses bénignes broncho pulmonaires : à travers 3 observations HD LIHIOU, H AMARA, Z TOUNSI, D BAKIR, L HARZALLAH, S KRIAA, C KRAIEM. Hopital Farhat

Plus en détail

Cancers du poumon (ICD-OC34)

Cancers du poumon (ICD-OC34) Cancers du poumon (ICD-OC34) Règles de classification Cette classification s applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation histologique est nécessaire pour permettre la subdivision selon le type

Plus en détail

N.B. : les aspects pédiatriques de cet item ne sont pas traités dans ce chapitre.

N.B. : les aspects pédiatriques de cet item ne sont pas traités dans ce chapitre. Collège des Enseignants de Pneumologie 2015 Item 203 Opacités et masses intra-thoraciques chez l enfant et chez l adulte Objectifs d enseignements tels que définis dans le programme de l ECN : Devant une

Plus en détail

Yahyaoui Sana, Zaghouani Houneida, Limème Manel, Majdoub Senda, Rziga Thouraya, Amara Habib, Bekir Dejla, Kraiem Chakib

Yahyaoui Sana, Zaghouani Houneida, Limème Manel, Majdoub Senda, Rziga Thouraya, Amara Habib, Bekir Dejla, Kraiem Chakib Yahyaoui Sana, Zaghouani Houneida, Limème Manel, Majdoub Senda, Rziga Thouraya, Amara Habib, Bekir Dejla, Kraiem Chakib Service d imagerie médicale; CHU Farhat Hached; Sousse Tunisie -Le cancer broncho-pulmonaire

Plus en détail

Tumeurs du poumon. Pr Charles-Hugo MARQUETTE

Tumeurs du poumon. Pr Charles-Hugo MARQUETTE Tumeurs du poumon Pr Charles-Hugo MARQUETTE Cancers bronchiques primitifs Tumeurs du médiastin Tumeurs de la plèvre Tumeurs primitives Métastases pulmonaires Métastases pleurales Tumeurs secondaires Cancers

Plus en détail

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE RADIO DE THORAX a-t-elle encore un intérêt? Place de radio de thorax dans le cadre

Plus en détail

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME Melle J.S 19 ans Observation ATCDS: Toux sèche paroxystique nocturne non explorée HDM: J-3, toux quinteuse, fièvre et dyspnée sifflante J0: douleur retro sternale,

Plus en détail

Cours Européen Interuniversitaire en Oncologie Thoracique G.O.L.F 2014

Cours Européen Interuniversitaire en Oncologie Thoracique G.O.L.F 2014 Cours Européen Interuniversitaire en Oncologie Thoracique G.O.L.F 2014 APPORT DE L IMAGERIE MÉDICALE CONVENTIONNELLE DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS BRONCHIQUES Dr Patrick Emonts Service de Radiologie

Plus en détail

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter

TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter TEP FDG et cancers colo-rectaux Quelques pièges à éviter H. Foehrenbach, G. Bonardel, M. Mantzarides Service de médecine nucléaire, Hôpital d Instruction des Armées du Val de Grâce, Paris Introduction

Plus en détail

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome (A propos de 30 cas) I.En-nafaa, N.Allali, F.El Ounani, R.Dafiri Service de Radiologie

Plus en détail

Les Syndromes radiologiques. Syndrome bronchique Syndrome alvéolaire Syndrome interstitiel Syndrome vasculaire Syndrome médiastinal

Les Syndromes radiologiques. Syndrome bronchique Syndrome alvéolaire Syndrome interstitiel Syndrome vasculaire Syndrome médiastinal Les Syndromes radiologiques Syndrome bronchique Syndrome alvéolaire Syndrome interstitiel Syndrome vasculaire Syndrome médiastinal Syndrome Interstitiel Opacités en verre dépoli Miliaire et images nodulaires

Plus en détail

Opacités et masses intra-thoraciques Item 324

Opacités et masses intra-thoraciques Item 324 Collège des Enseignants de Pneumologie Référentiel pour la préparation de l ECN Pr Thiberville (Rouen), Pr Lemarie (Tours) Pr Housset (Paris), Pr Marquette (Nice) Pr Bonniaud (Dijon) Dernière mise à jour

Plus en détail

Dossier progressif Bronchopneumopathie chronique obstructive 199. Dyspnée aiguë et chronique 203. Opacités et masses intra-thoraciques

Dossier progressif Bronchopneumopathie chronique obstructive 199. Dyspnée aiguë et chronique 203. Opacités et masses intra-thoraciques Dossier progressif Unité d enseignement 1 Unité d enseignement 6 Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 9 Apprentissage de l exercice médical 16. La sécurité sociale. L assurance maladie. Les assurances

Plus en détail

Marie Gérard UCL, IHN

Marie Gérard UCL, IHN homme 49 ans, baisse de l'état général, dyspnée d'effort devenant invalidante,ulcération nasale gauche le scanner thoracique montre les images suivantes.quels sont les éléments sémiologiques significatifs

Plus en détail

Opacité et masse intrathoracique

Opacité et masse intrathoracique Opacité et masse intrathoracique Créé le 14/11/2005 Auteurs : M. Tunon de Lara, F. Laurent pour le (Mis à jour le 14/11/2005) Q 324 : Objectifs pédagogiques terminaux (Q 324) 1 Argumenter les principales

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DE WEB RCP

COMPTES-RENDUS DE WEB RCP COMPTES-RENDUS DE WEB RCP 30.04.2009 La démarche et les CR des Web-RCP sont conformes aux critères des Staff-EPP de la Haute Autorité de Santé COORDINATEUR Dr. JM Vernejoux (Pneumologie, Bordeaux) INTERVENANTS

Plus en détail

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens

Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Prise en charge des incidentalomes thyroïdiens Dr Camille Buffet Pr Laurence Leenhardt Groupe de Recherche Clinique sur la Thyroïde Hôpital Pitié Salpêtrière Découverte fortuite Inattendu Asymptomatique

Plus en détail

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III.

Table des matières. Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE 14 III. Table des matières CHAPITRE 1. ALLERGIES ET HYPERSENSIBILITÉS CHEZ L ENFANT 13 ET L ADULTE : ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES, DIAGNOSTIQUES ET PRINCIPES DE TRAITEMENT I. DÉFINITIONS GÉNÉRALITÉS 14 II. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Condensation pulmonaire chronique : comment s en sortir? F.Amraoui, R.Taha, L.El assase,l.benaissa,.t.amil, S.Chaouir, H.En-nouali.

Condensation pulmonaire chronique : comment s en sortir? F.Amraoui, R.Taha, L.El assase,l.benaissa,.t.amil, S.Chaouir, H.En-nouali. Condensation pulmonaire chronique : comment s en sortir? F.Amraoui, R.Taha, L.El assase,l.benaissa,.t.amil, S.Chaouir, H.En-nouali. Service de Radiologie. Hôpital d instruction militaire Mohammed V Rabat.Maroc

Plus en détail

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires LES CANCERS THORACIQUES I/ Classification Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires Les cancers de plèvre primitifs Les cancers secondaires de la plèvre Les lymphomes médiastinaux

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

ED Biopathologie. Imagerie Médecine nucléaire

ED Biopathologie. Imagerie Médecine nucléaire ED Biopathologie Imagerie Médecine nucléaire P L A N 1. Scintigraphie Osseuse 2. TEP/TDM au 18F-FDG 3. Cancer du sein 4. Lymphome 5. Cancer du poumon 6. Cancer colo-rectal P L A N 1. Scintigraphie Osseuse

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

Homme, 41 ans. Opéré d un chondrosarcome étendu du fémur gauche en février. Scanner de contrôle. Juin 2011 Quel(s) diagnostic(s) peut-on évoquer, en

Homme, 41 ans. Opéré d un chondrosarcome étendu du fémur gauche en février. Scanner de contrôle. Juin 2011 Quel(s) diagnostic(s) peut-on évoquer, en Homme, 41 ans. Opéré d un chondrosarcome étendu du fémur gauche en février. Scanner de contrôle. Juin 2011 Quel(s) diagnostic(s) peut-on évoquer, en l'absence de manifestations cliniques évocatrices d'une

Plus en détail

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques

Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques Les tumeurs pulmonaires malignes primitives : à propos de 1 3 cas pédiatriques S.RAJI, N. Allali, F. Ounani, R. Dafiri Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants - Maternité CHU Rabat La pathologie

Plus en détail

Nodule pulmonaire. 2 e cycle MIA Pneumologie Item 324 Nodule pulmonaire Année Universitaire 2008-2009. Item 324. Mai 2009

Nodule pulmonaire. 2 e cycle MIA Pneumologie Item 324 Nodule pulmonaire Année Universitaire 2008-2009. Item 324. Mai 2009 Vous voyez en consultation un homme de 79 ans, pour un crachat de sang rouge révélateur d'une image radiologique pulmonaire anormale. Histoire de la maladie Il y a 1 semaine, extériorisation de sang rouge

Plus en détail

Nodule pulmonaire solitaire CONDUITE A TENIR. Dr. Sanziana CORHUT Service Pneumologie CHU Nancy

Nodule pulmonaire solitaire CONDUITE A TENIR. Dr. Sanziana CORHUT Service Pneumologie CHU Nancy Nodule pulmonaire solitaire CONDUITE A TENIR Dr. Sanziana CORHUT Service Pneumologie CHU Nancy 1 Plan Définition Étiologies Abord diagnostique Caractérisation d un NPS Diagnostic par imagerie (radiologique)

Plus en détail

Les fibres d'amiante

Les fibres d'amiante AMIANTE Les risques Les fibres d'amiante Les fibres sont minuscules (400 fibres = 1cheveu). Invisibles à l'œil nu. Facilement inhalées. L'amiante Propriétés Très utilisé jusqu en 1997 : Résistance à la

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale. Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino

Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale. Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino Objectifs } Distinguer les phases où l imagerie intervient dans la prise en charge

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension IMAGERIE EN CANCEROLOGIE : Détection caractérisation Bilan d extension N. Grenier Imagerie et Cancer L imagerie intervient à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - détection - Clinique : caractérisation

Plus en détail

La classification TNM du cancer bronchique

La classification TNM du cancer bronchique La classification TNM du cancer bronchique Jean-Paul Sculier Service des Soins Intensifs et Urgences Oncologiques & Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet, Centre des Tumeurs de l Université Libre

Plus en détail

Abords percutanés thoraciques. F.JAUSSET Radiologie Brabois

Abords percutanés thoraciques. F.JAUSSET Radiologie Brabois Abords percutanés thoraciques F.JAUSSET Radiologie Brabois Introduction - Indications extrêmement fréquentes en oncologie - Simplicité et rapidité - Peu de complication grave - Guidage sous scanner+++

Plus en détail

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst

Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue. Olivier Ernst Diagnostic différentiel d'une tumeur bénigne et d'une tumeur maligne : Le point de vue du radiologue Olivier Ernst Où trouver le cours sur Moodle? Différentiation TB TM : Le point de vue du radiologue

Plus en détail

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand

Pathologie ovarienne et annexielle. Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand Pathologie ovarienne et annexielle Dr A. ALFIDJA Dr Y. PTAK Pr L. BOYER Centre Jean Perrin et CHU Clermont-Ferrand INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Lésions bénignes ovariennes plus fréquentes ++++ (75%) Cancer

Plus en détail

Bosniak or not Bosniak?

Bosniak or not Bosniak? Bosniak or not Bosniak? Séance d'interprétation interactive O. Rouvière, Service d'imagerie urinaire et vasculaire, HEH SFR - Rhône Alpes, 9 octobre 2008 Principe Dossiers de masses rénales solides et/ou

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc

pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Apport de l échographie dans la pathologie thoracique de l enfant K. BENELHOSNI, L. CHAT, D. ALAMI, R. DAFIRI Hôpital d enfants CHU IBN SINA- Rabat- Maroc Introduction L'échographie, réalisée après la

Plus en détail

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 TEST Q.C.M.: Noircissez la (ou les) réponse(s) exacte(s) Q.C.M. N N 1: Parmi ces propositions quelles sont celles qui sont Vraies?

Plus en détail

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIERIE EN CANCEROLOGIE Imagerie et Cancer L imagerie i intervient i t à tous les stades : - Infra-clinique : dépistage - Clinique : détection - caractérisation - extension - Diagnostic : biopsie sous

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN. Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE THYROÏDIEN Q.Charbonnier Hôpital R.Salengro 02.04.2012 généralités (1) Lésion parenchymateuse Diagnostic clinique Découverte fortuite généralités (2) Incidence élevée

Plus en détail

Amylose ganglionnaire thoracique pseudotumorale: à propos de trois cas

Amylose ganglionnaire thoracique pseudotumorale: à propos de trois cas Amylose ganglionnaire thoracique pseudotumorale: à propos de trois cas Ridene I., Romdhane H., Zidi A., Ayadi A.*, Bourkhis S., Hantous- Zannad S., Baccouche I., Mezni F*. Ben Miled-M rad K. Service d

Plus en détail

A propos d une pachypleurite post-traumatique. Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON

A propos d une pachypleurite post-traumatique. Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON A propos d une pachypleurite post-traumatique Dr Frédéric BERNARD Dr Marie-Anne COLLIGNON A.P.R.A.M.E.N. 13 septembre 2005 résentation APRAMEN H.D.L.M. : Mr D. 66 ans, peintre dans le bâtiment. Tabac,

Plus en détail

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Rappel anatomique Les adénopathies médiastinales tuberculeuses sont : Parfois unilatérales (latéro-trachéales ) Le plus souvent bilatérales et asymétriques

Plus en détail

! Clinique Vétérinaire des Cerisioz! Unité de Médecine Interne

! Clinique Vétérinaire des Cerisioz!  Unité de Médecine Interne ! Clinique Vétérinaire des Cerisioz! clin.vet.lescerisioz@gmail.com http://www.veterinaire-cerisioz.com!! Unité de Médecine Interne Dr P.Lecoindre DVM Diplomé ECVIM(CA) Dr C. Nallet DVM CEAV Médecine Interne

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

PNEUMOPATHIES RECIDIVANTES REVELANT UNE TUMEUR CARCINOIDE BRONCHIQUE: A PROPOS DE 2 OBSERVATIONS

PNEUMOPATHIES RECIDIVANTES REVELANT UNE TUMEUR CARCINOIDE BRONCHIQUE: A PROPOS DE 2 OBSERVATIONS PNEUMOPATHIES RECIDIVANTES REVELANT UNE TUMEUR CARCINOIDE BRONCHIQUE: A PROPOS DE 2 OBSERVATIONS Soutenance Mémoire DES, E.HULLO Jeudi 23 octobre 2008 23 Octobre 2008 HULLO Eglantine 1 INTRODUCTION Pneumopathies

Plus en détail

Diagnos(c et bilan d extension des tumeurs pulmonaires. DES Radiologie 10/10/2014 Michaël Dupont Service de radiologie Site Mont- Godinne

Diagnos(c et bilan d extension des tumeurs pulmonaires. DES Radiologie 10/10/2014 Michaël Dupont Service de radiologie Site Mont- Godinne Diagnos(c et bilan d extension des tumeurs pulmonaires DES Radiologie 10/10/2014 Michaël Dupont Service de radiologie Site Mont- Godinne Plan Ø Généralités Ø Diagnos@c ü Caractérisa@on des nodules pulmonaires

Plus en détail

Épaississements pleuraux : sémiologie et étiologie

Épaississements pleuraux : sémiologie et étiologie Épaississements pleuraux : sémiologie et étiologie W EL BENDADI, H MOUMOU,I EL KACEMI, M MAHI,, S CHAOUIR, TAMIL Service d Imagerie Médicale Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V, Rabat, Maroc Toute

Plus en détail

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Les cancers thoraciques sont multiples Grande variété de tumeurs (poumons primitifs, métastases, médiastin, sarcomes,

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

endocardite infectieuse

endocardite infectieuse Patient de 65 ans suivi pour ADK bronchique LSD opéré (2003) Récidive LID en 2006 (cyber-knife) Juin 2008 ; depuis quelques jours, détresse respiratoire septique réfractaire à une ATB-thérapie probabiliste:

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

a. Adénopathie localisée aigue b. Adénopathie chronique et polyadénopathies 1. Etiologies infectieuses 2. Métastases d un cancer solide

a. Adénopathie localisée aigue b. Adénopathie chronique et polyadénopathies 1. Etiologies infectieuses 2. Métastases d un cancer solide Conférence 3 ème année médecine Dr B BENZINEB MA Hématologie LES ADENOPATHIES Le plan : I. Définition II. III. Physiopathologie Diagnostic A. Diagnostic positif 1. Interrogatoire 2. Examen clinique 3.

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

Place de la TEP au FDG dans le suivi des cancers ORL. B Barry, Service ORL Hôpital Bichat, Paris

Place de la TEP au FDG dans le suivi des cancers ORL. B Barry, Service ORL Hôpital Bichat, Paris Place de la TEP au FDG dans le suivi des cancers ORL B Barry, Service ORL Hôpital Bichat, Paris 1 SUIVI POST-THÉRAPEUTIQUE DES CARCINOMES ÉPIDERMOÏDES DES VOIES AÉRODIGESTIVES SUPÉRIEURES DE L ADULTE LOb

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Radiologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Radiologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: RADIOLOGIE - Public cible : Etudiants de 3éme année de médecine - Nombre

Plus en détail

obs. Dr Ababacar Mbengue Dakar

obs. Dr Ababacar Mbengue Dakar Femme 55 ans porteuse d une dermatopolymyosite le scanner TAP réalisé dans le cadre du bilan étiologique découvre un nodule du segment IV. Bilan hépatique légèrement perturbé : cytolyse très modérée IRM

Plus en détail

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous

Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Foire aux questions : la prise en charge diagnostique des sarcomes des tissus mous Les sarcomes cutanés Quelle est la proportion malin/bénin? Quelle est la conduite à tenir face à une tumeur superficielle?

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

SCANNER THORACIQUE INTERPRETATION PAR LE MEDECIN REANIMATEUR. Dr LIMEME.M, Dr AMARA.H CHU Farhat Hached, Sousse Cours collège Juin 2014

SCANNER THORACIQUE INTERPRETATION PAR LE MEDECIN REANIMATEUR. Dr LIMEME.M, Dr AMARA.H CHU Farhat Hached, Sousse Cours collège Juin 2014 SCANNER THORACIQUE INTERPRETATION PAR LE MEDECIN REANIMATEUR Dr LIMEME.M, Dr AMARA.H CHU Farhat Hached, Sousse Cours collège Juin 2014 Place du scanner thoracique Rôle essentiel surtout si le diagnostic

Plus en détail

le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE

le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE le NODULE PULMONAIRE SOLITAIRE Quoi de neuf en 2015? CLUB THORAX MARRAKECH 5-6/11/2015 PY Marcy, A Lacout, G.Durand Nodule Pulmonaire Définition du NP Imagerie: FP, FN Cliché Thorax CT NPS: 3 types solid

Plus en détail