Le C ancer C olorectal

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le C ancer C olorectal"

Transcription

1 Le Cancer Colorectal

2 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Epidémiologie

3 EPIDEMIOLOGIE Incidence Estimée par Cancer en France en 1995 HOMMES (pour ) FEMMES (pour ) Prostate Poumon Côlon/Rectum Pharynx-Lèvres-Cavité buccale Vessie Estomac Oesophage Larynx Rein Leucémie Pancréas 93,7 66,2 64,1 38,5 27,7 16,2 14,8 14,3 11,7 7,9 6,5 Sein Côlon/Rectum Corps utérin Col utérin Ovaire Poumon Estomac Mélanome Vessie Leucémie Rein Cancer le plus fréquent / 2 sexes 113,8 51,4 15, ,6 10,5 9,2 8,4 7,7 5,8 5,4

4 EPIDEMIOLOGIE Probabilité de développer un cancer colo-rectal au long d une vie: 4,5 % pour les hommes 3,2 % pour les femmes

5 Plus de morts/an EPIDEMIOLOGIE Mortalité par Cancer en France en 1995 Populations tous Ages et par Sexe Poumons 71,9 Sein 36,2 Prostate 32,8 Côlon,rectum 26,2 Côlon,rectum Pharynx, lèvres, cavité buccale Oesophage 15, ,6 Poumons Ovaires Pancréas 12,1 10,9 10,2 Estomac 12,5 Estomac 7,9 Pancréas 11,8 Leucémie 7,5 Vessie 11,5 Rein 4,1 Leucémie 9,1 Vessie 3,7 Larynx 7,8 Col utérin 2,6 Rein 7,3 Corps utérin 1, Taux bruts de mortalité observés pour hommes Taux bruts de mortalité observés pour femmes

6 Un des taux les plus élevé du monde EPIDEMIOLOGIE Les Cancers Colorectaux en France (1) Somme Calvados Côte-d or Isère Tarn Hte Garonne Hérault Bas-Rhin Ht-Rhin Doubs Incidence des cancers colorectaux dans 9 départements français Hommes Femmes Tarn 54,3 34,5 Somme 51,2 29,7 Isère 56,6 37,8 Hérault 50,9 31,8 Haut-Rhin 75,8 44 Doubs 54,4 34,2 Côte d or 59,9 35,6 Calvados 55,3 35,9 Bas-Rhin 74,1 41,2 Taux pour habitants standardisés à l Europe (données ) Comparaison de registres

7 EPIDEMIOLOGIE 500 Evolution de l Incidence et de la Mortalité du Cancer Colorectal en fonction de l Age en France en Médiane = 70 ans Rare avant 45 ans Incidence hommes Incidence femmes Mortalité hommes Mortalité femmes Age Taux bruts pour habitants

8 Les Cancers Colorectaux en France EPIDEMIOLOGIE Première cause de cancer, tous sexes confondus nouveaux cas par an soit 15% des cancers en France Cancers coliques : nouveaux cas par an (65% des cancers colo-rectaux) Sex ratio homme/femme : 1,7

9 EPIDEMIOLOGIE Fréquence variable selon la topographie Colon Transverse 6 % Doubles localisations: 5 % Colon Droit 15 % Colon Gauche 4 % Sigmoïde 45 % Rectum 30 % 3/4 à gauche

10 Taux de Survie à 5 ans des Cancers Colorectaux tous Stades Confondus vers 1980 Cancer du côlon : 42% Femmes : 46% Hommes : 38% EPIDEMIOLOGIE Vers % Cancer du rectum : 35-40% Femmes : 41% Hommes : 36% 57 %

11 Période avant 1990: 35 % EPIDEMIOLOGIE Taux de Survie à 5 ans des Cancers Rectaux tous Stades Confondus en France Période après 1990: 57 % moins de cancers avancés ( 44-->27%) plus de radiothérapie ( > 43 %) progrès anesthésie - chirurgie (+++) PROGRES +++

12 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Facteurs de Risque

13 Polype - adénomes FACTEURS DE RISQUE Lésions Tumorales Pré-Cancéreuses 60 à 80% des cancers du côlon se développent à partir d une lésion pré-cancéreuse : polype de type adénome HISTOLOGIE Villeux (5%) Risque de dégénérescence +++ Tubulo-villeux (20%) Risque ++ Tubuleux (75%) Risque + MORPHOLOGIE Sessile ou pédiculé Risque supérieur en cas de polype sessile TAILLE < 1 cm RR = 5 > 2 cm RR = 20 NOMBRE Adénomes multiples RR = 6 DYSPLASIE Bas grade Risque de transformation (6%) Haut grade Risque de transformation (35%)

14 Polype - adénomes FACTEURS DE RISQUE Le risque de gros adénome est multiplié par 10 si: - tabagisme > 2O PA - alcoolisme > 60 g alcool / j

15 Polype - adénomes FACTEURS DE RISQUE Lésions Tumorales Pré-Cancéreuses Risque cumulatif de dégénérescence d un polype > 1 cm à 5 ans 2,5% à 10 ans 8% à 20 ans 24%

16 Polype - adénomes Maladies inflammatoires FACTEURS DE RISQUE Maladies Inflammatoires du Tube Digestif Risque lié à l étendue de la maladie, à son ancienneté et à l âge au diagnostic Recto-colite hémorragique : Risque cumulé à 35 ans si diagnostic de pancolite avant 15 ans = 40-43% Maladie de Crohn

17 Polype - adénomes Maladies inflammatoires Familial et génétique FACTEURS DE RISQUE Risque de Cancer Colorectal en fonction des Antécédents Personnels ou Familiaux Risque Relatif F A M I L I A L Apparentés 1 er degré 1 parent atteint 1 parent atteint avant 45 ans 2 parents atteints Antécédent personnel de cancer colorectal Polypose familiale Syndrome HNPCC* > 90% à 45 ans si mutation > 90% à 75 ans si mutation 2 * Hereditary non polyposis colorectal cancer

18 Polype - adénomes Maladies inflammatoires Familial et génétique FACTEURS DE RISQUE Facteurs de Risque Génétiques

19 Syndrome de Lynch au moins 3 cancers, un uni aux 2 autres par des liens du premier degré 2 générations successives un avant 50 ans Cancers: colon ou rectum (plutôt coecum, peu différenciés) corps utérin, estomac, grèle, VB, Vurinaires Enquète d onco-génétique impérative / famille Traitement = colectomie «subtotale» (80 % de second cancer) Surveillance / Utérus

20 Polype - adénomes Maladies inflammatoires Familial et génétique Mode de vie FACTEURS DE RISQUE Régime et prévention du Cancer Colorectal Régime : Effet protecteur des fruits et légumes du régime médittérannéen Effet néfaste d un apport excessif de calories, d un excès de viandes rouges et de l absence d activité physique Mesures alimentaires d intervention : Régimes avec vitamines antioxydantes Supplémentation en Calcium Supplémentation en fibres

21 Polype - adénomes Maladies inflammatoires Familial et génétique Mode de vie FACTEURS DE RISQUE Régime et prévention du Cancer Colorectal Enquête européenne (EPIC): près de 2M personnes/années: * relation inverse quantité fibres dans l alimentation et cancers du colon * effet protecteur plus important pour les cancers du côlon gauche * un doublement de ces apports pourrait diminuer les CCR de 40 %. * Moins net pour les cancers du rectum Enquête américaine: comparant consommation en fibres de patients ayant des adénomes ou non: * ceux ayant la plus forte consommation en fibres ont 27 % de moins de risque de développer un adénome * pas pour le rectum Lancet 2002: et

22 Polype - adénomes Maladies inflammatoires Familial et génétique Mode de vie Autres FACTEURS DE RISQUE Autres facteurs : Obésité: RR X 1,5 maigre vs obèse Tt substitutif de la ménopause: diminue risque de 20 %?? Tabac: augmente risque AINS: Aspirine et AINS diminution du risque de 50 %??? Chimioprévention : AINS efficaces en préventif? (preuves insuffisantes) et effets secondaires gênants Anti COX2?

23 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Diagnostic

24 DIAGNOSTIC Colon droit: troubles du transit (diarrhées) anémie par saignement Présentation clinique: les signes de la maladie douleurs Colon gauche: troubles du transit constipation, douleurs alternance D-C douleurs Rectum: rectorragies rectorragies, rectorragies et glaires, faux besoins, épreintes Saignements troubles du transit: constipation, alternance,... S interroger sur tout signe digestif récent

25 DIAGNOSTIC Présentation clinique: les complications de la maladie Colon droit: abcès Métastases: foie +++ poumons + ganglions + péritoine + Altération de l état général Colon gauche: occlusion +++ perforation: tumorale, diastatique abcès hémorragie abondante Rectum: occlusion perforation fistulisation: vagin, vessie, envahissement pelvien

26 DIAGNOSTIC Présentation clinique: diagnostic précoce Dépistage des formes familiales, Suivi des colites ulcéreuses, Coloscopie de «dépistage» TR de «dépistage»

27 DIAGNOSTIC Diagnostic Positif COLOSCOPIE +++ Lavement baryté en double contraste Sensibilité 96,7% 84% Indications et Avantages - Examen de référence - Permet de poser un diagnostic histologique par biopsies - Utile si difficulté endoscopique ou contre indication à la coloscopie

28 Aspect Radiologique: TDM abdominal DIAGNOSTIC

29 DIAGNOSTIC Diagnostic Différentiel Hors complication le problème est de penser au diagnostic et donc de demander une coloscopie. Ne JAMAIS s arrêter au DG d hémorroïdes devant des rectorragies Devant des formes compliquées : - sigmoïdite «diverticulaire» - appendicite du sujet «agé» - évoquer le cancer

30 DIAGNOSTIC Formes anatomo-pathologiques: Adénocarcinome lieberkühnien bien, moyennement ou peu différencié mucineux ou colloïde muqueux Exceptionnelles formes non adénocarcinomateuses (neuroendocrines, lymphomes, )

31 Bilan Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse d'extension

32 BILAN D EXTENSION Examen clinique: - interrogatoire - palpation abdominale: masse, foie, ascite (?) - TR: rectum, Douglas (nodules de carcinose) - général: poumons, ggs, etc Toucher rectal: savoir le faire - position sur le dos, genoux sur poitrine, plan dur - toucher anal : tonus, sphincter - toucher rectal: * toutes les faces * taille, consistance, mobilité AR AV

33 Cancer du colon BILAN D EXTENSION SYSTEMATIQUE Examen clinique complet Recherche d antécédents familiaux Bilan biologique (NFS + Bilan hépatique) Dosage de l ACE:?? Colonoscopie complète Echographie abdominale Radiographie pulmonaire F + P OPTION TDM hépatique si l échographie n est pas satisfaisante Examens complémentaires en fonction de la clinique Maladie intra-abdominale Organe avec séreuse Drainage veineux porte

34 Cancer du rectum BILAN D EXTENSION SYSTEMATIQUE Examen clinique complet Recherche d antécédents familiaux Bilan biologique (NFS + Bilan hépatique) Dosage de l ACE:?? Colonoscopie complète Echographie abdominale Radiographie pulmonaire F + P OPTION TDM hépatique si l échographie n est pas satisfaisante Examens complémentaires en fonction de la clinique Echoendoscopie si tumeur de taille limitée: T, N: adjuvant? ou TDM pelvien sinon Maladie pelvienne Pas de séreuse Drainage veineux porte + cave inf

35 BILAN D EXTENSION Place de l ACE Marqueur tumoral des adénocarcinomes (tous) Peu sensible, peu spécifique, Intérêt très limité: - préopératoire : discutable - postopératoire: si élevé en préop - suivi: NON (?)

36 RMO & marqueurs côlon RMO 04: il n y a pas lieu de doser l ACE dans le dépistage ou le diagnostic précoce du CCR, dans le bilan in itial d un CCR, dans le suivi thérapeutique d une reprise évolutive RMO 05: il n y a pas lieu de faire des dosages répétés d ACE en post-opératoire d un CCR RMO 06: il n y a aps lieu de doser l Antigène CA 19-9 dans le cancer colo-rectal, dépistage y compris

37 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Traitement

38 TRAITEMENT Principes du traitement IL EST CHIRURGICAL chez tous Enlever toute la tumeur: résection complète «monobloc» de la tumeur et des organes atteints curage ganglionnaire Mais aussi MEDICAL chez certains Diminuer le risque de récidive tumorale traitement «adjuvant», chez les patients à haut risque de récidive

39 TRAITEMENT Cancer du côlon = chirurgie: tumeur & drainage lymphatique Curage lymphatique tumeur Hémi-colectomie droite

40 TRAITEMENT Cancer du côlon = chirurgie: tumeur & drainage lymphatique Tumeur colon Gauche Tumeur angle G Tumeur sigmoide Hémicolectomie G Colectomies segmentaires

41 TRAITEMENT Cancer du rectum = chirurgie: tumeur + mésorectum & drainage lymphatique Récidives locales mésorectum

42 TRAITEMENT Cancer du rectum = chirurgie: tumeur + mésorectum & drainage lymphatique et rétablissement de la continuité Résection antérieure Anastomose colo-rectale Proctectomie Anastomose: colo-rectale basse ou colo-anale Amputation abdomino-périnéale Colostomie Gauche définitive

43 Cancers du côlon: les traitements adjuvants chimiothérapie post-opératoire TRAITEMENT Buts: diminuer le risque de reprise évolutive de la maladie Risque: métastases +++, carcinose péritonéale ++ A qui: patients à risque, N + systématiquement ou «jeunes» et autres facteurs de risque Comment: chimiothérapie post-opératoire FU + Fol / 6 mois Intérêt: diminue risque relatif de récidive d 1/3 gain en survie > 10 % T x N1-2

44 Cancers du rectum: traitement adjuvant radiothérapie préopératoire Buts: diminuer risque récidive de la maladie TRAITEMENT risque surtout loco-régional (pas de séreuse) A qui: patients ayant T3 ou N1 sur bilan pré-opératoire Comment: radiothérapie préopératoire Résultats: diminue de 1/3 risque récidive loco-régionale gain en survie de 5 à 10 % NB: exérèse du mésorectum indispensable importance du chirurgien +++

45 TRAITEMENT Formes métastatiques Chimiothérapie systémique: améliore la durée de vie améliore la qualité de vie permet des chirurgies secondes et des guérisons

46 TRAITEMENT IL EST MULTIDISCIPLINAIRE: - décision conjointe médico-chirurgicale - meilleure garantie d efficacité - à tous les stades de la prise en charge: * bilan adéquat, * traitement préopératoire * discussion post-opératoire: CRO, APath, * traitement post-opératoire, * suivi du patient * conduite à tenir devant récidive, * suivi d une chimiothérapie * soins palliatifs, CANCER = PRISE EN CHARGE PAR UNE EQUIPE

47 Facteurs Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Pronostiques

48 Tis T1 T2 T3 T4 FACTEURS PRONOSTIQUES Cancer Colorectal : Classification TNM T : Tumeur primitive Tis : Carcinome in situ T1 : Atteinte sous-muqueuse T2 : Atteinte musculeuse T3 : Atteinte sous-séreuse, séreuse ou graisse péricolique T4 : Atteinte cavité péritonéale à travers la séreuse ou extension par Extension à un organe adjacent contiguïté aux organes de voisinage Classification TNM : pénétration de la tumeur dans la paroi intestinale (T) Statut N: N1: 1 à 3 ggs + - N2 > 3 ggs +

49 FACTEURS PRONOSTIQUES Survie à 5 ans en fonction du Stade après chirurgie Stade Survie à 5 ans (%) T1-2, N0, M T3,N0,M0 78 T4, N0, M0 63 T2,N1,M0 74 T3,N1,M0 48 T4,N1,M0 38 > 3 N+ (N2) CT adjuvante: + 10 à X %? 30

50 FACTEURS PRONOSTIQUES MAJEURS T N M Degré d envahissement transpariétal Envahissement des organes de voisinage Envahissement ganglionnaire Nombre de ganglions envahis : N > 4* Existence de métastases ACE élevé * Au moins 12 ganglions doivent être prélevés et examinés

51 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Récidives

52 RECIDIVES Date d apparition médiane des Premières Récidives des Cancers Colo-rectaux après Chirurgie Curatrice Fonction stade anatomo-pathologique initial: * Dukes A : 3 ans * Dukes B : 2-3 ans * Dukes C : 1 an à 18 mois Très peu de récidives après 4-5 ans Survie alors proche de celle de la population normale c est à dire GUERISON

53 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Surveillance

54 SURVEILLANCE 2 surveillances 1 Métastases, Récidives LR 2 Polypes, nouveaux ou manqués 2 ans: tous les 3 mois: tous les ans: de 2 à 5 ans: tous les 6 mois: tous les ans: Surveillance colique: coloscopie dans l année si polypes: à 1 an sinon: à 5 ans, jusqu à 75 ans clinique échographie hépatique radio pulmonaire clinique échographie hépatique radio pulmonaire

55 SURVEILLANCE Proposition de surveillance d un cancer rectal stade B2 ou C dans les 5 ans qui suivent l exérèse à visée curative Examen clinique tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois pendant 3 ans Coloscopie à 1 an puis selon les résultats: 1 ou 3-5 ans Echographie hépatique tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les 6 mois Radio de thorax tous les ans jusqu à 5 ans (option) Echoendoscopie rectale tous les 3 mois pendant 2 ans puis tous les ans si anastomose basse

56 Epidémiologie Facteurs de risque Diagnostic Bilan d extension Traitement Facteurs pronostiques Récidives Surveillance Dépistage de masse Dépistage de Masse?

57 DEPISTAGE «Dépistage» des Groupes à Risque POPULATION Risque moyen Risque élevé Risque très élevé FACTEURS DE RISQUE Age > 45 ans Parent du 1 er degré ATCD d adénome (> 1cm, ADV) ATCD de cancer ATCD de MICI* (> 15 ans d évolution) Syndrome HNPCC** Polypose recto-colique familiale DEPISTAGE Evaluation de l Hemoccult systématique en cours Coloscopie tous les 5 ans à partir de 45 ans ou 5 ans avant l âge de diagnostic chez le parent atteint Coloscopie à 1 puis tous les 5 ans Coloscopie à 1 (?) puis tous les 5 ans Coloscopie tous les 2 ans Consultation onco-génétique Coloscopie / 2 ans dès 25 ans ou 5 ans av. l âge de diagnostic le plus précoce Consultation onco-génétique Rectosigmoïdoscopie souple de la puberté à 40 ans * Maladie Inflammatoire Chronique de l Intestin - ** Hereditary Non-Polyposis Colorectal Cancer

58 DEPISTAGE DE MASSE : Cancer Colorectal MODALITES : Hemoccult tous les 2 ans, Coloscopie totale si test + Population de 50 à 75 ans si test +: 10 % cancers, 30 % de polypes Mais: 1 cancer sur 3 est test + CONCLUSIONS : Le dépistage du cancer colorectal est possible par la recherche de saignement occulte dans les selles, dans le cadre de campagnes de dépistage de masse soumises à des conditions strictes de réalisation.

59 Dépistage de masse par Hemoccult II Cancers colorectaux et adénomes découverts par 2 études de population DEPISTAGE DUKES A DUKES B DUKES C DUKES D Indéterminé Adénome > 10 mm Nottingham ( ) Funen ( ) Population testée 181 (20,3%) 286 (32%) 215 (24,1%) 192 (21,5%) 19 (2,1%) 748 Contrôle 95 (11,1%) 285 (33,3%) 264 (30,8%) 179 (20,9%) 33 (3,9%) 241 Population testée 105 (22%) 164 (34%) 90 (18,7%) 98 (20,3%) 24 (5%) 413 Contrôle 54 (11,2%) 177 (36,6%) 111 (23%) 114 (23,6%) 27 (5,6%) 174 Diminution de mortalité par CCR: 15 à 18 %

60 Campagne en Ille & Vilaine Cible = personnes personnes ont fait le test 886 tests positifs = 2,6 % 551 coloscopies faites (62%) 71 cancers (VPP = 12,9 %) dont 26 sur polype dans 1/3 des cas : un adénome (> 1 cm dans 13,8 %)

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les cancers colorectaux (148) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie, vascularisation et drainage lymphatique du recto-colon Anatomie du pelvis Adénome du colon Anatomo-pathologie

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Épidemiologie Formes génétique Polypose adénomateuse familiale (PAF) : Maladie autosomique dominante, lié à une perte dʼhétérozygotie dʼun gène suppresseur de

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage PREVENTION Le côlon est la partie du tube digestif qui est comprise entre l anus et la dernière anse de l intestin grêle (appelé aussi iléon). Dans le langage courant, on désigne le côlon sous le terme

Plus en détail

Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence

Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence Cancer du colon: Quoi de neuf en 2016? Dr Amine Bouayed Centre Hospitalier de Salon de Provence INCIDENCE Un problème de santé publique! 3ème cancer chez l homme, 2ème cancer chez la femme. Incidence annuelle

Plus en détail

Dépistage du cancer colo-rectal

Dépistage du cancer colo-rectal Dossier 1 Dépistage du cancer colo-rectal Énoncé Vous suivez en gastro-entérologie Mme C. depuis ses 21 ans, dans le cadre d'une maladie de Crohn. Elle a actuellement 34 ans. Elle vous interroge sur le

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Tumeurs colorectales Nom : Nom de jeune fille : Code postal domicile : Prénom : Né(e) le : / / Code postal commune de naissance : Nom établissement

Plus en détail

CANCER COLORECTAL Généralités. Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif

CANCER COLORECTAL Généralités. Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif CANCER COLORECTAL Généralités Dr David Malka Département de Médecine Oncologique Gustave Roussy Université Paris Saclay Villejuif Définition Côlon = en amont de la jonction recto-sigmoïdienne > 15 cm de

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques vers l adénocarcinome. Identifier

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011

Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 Dépistage du cancer colorectal: que proposer? Marc Van den Eynde Février 2011 1 Epidemiologie Le cancer colorectal est fréquent et de mauvais pronostic: 2 e cancer chez la femme 3 e cancer chez l homme

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM Épidémiologie Fréquent ++++ 3 ème K chez H ; 2 ème chez F Survie à 5 ans tous stades confondus = 50% Adénocarcinome liberkhünien FDR de CCR moyen élevé très élevé Pop générale

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES CANCERS DIGESTIFS I - CANCER DE L'ŒSOPHAGE A - EPIDEMIOLOGIE 1,5% des cancers. 7% des cancers digestifs. Taux moyen en France : 15/100 000 habitants. Incidence plus élevée en

Plus en détail

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC

CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC CHIRURGIE DU CANCER DE L ESTOMAC Octobre 2015 Dr Michel CHERUBIN Service de chirurgie viscérale CHBT 1 CANCER DE L ESTOMAC bases du traitement: épidémiologiques: 5 cancer le + fréquent incidence diminue

Plus en détail

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque?

PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? PRÉVENTION ET DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Suis-je un sujet à risque? Avez-vous été opéré(e) d un cancer ou d un gros polype du côlon ou du rectum? OUI NON Avez-vous un ou des parents proches (frères,

Plus en détail

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon

Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Traitement chirurgical d un adénocarcinome du colon Diane Goéré Département Chirurgie Viscérale diane.goere@gustaveroussy.fr Critères d opérabilité et de résécablité Opérablité : liée au patient : consultation

Plus en détail

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le

Le cancer colorectal (CCR) est le deuxième cancer le D une importance vitale! Gilles Jobin, MD, FRCPC, MSc Mise àj our Présenté dans le cadre de la conférence : Les 15 e Journées annuelles du Département de médecine, Université de Montréal, novembre 2006

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période 2008-2009 V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles K Leuraud, D Jezewski-Serra, E Salines

Plus en détail

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon

Patho Chir. Court 3 Pathologie du colon Patho Chir Court 3 Pathologie du colon Colopathie fonctionnelle Colon irritable ou colon spasmodique Clinique trois symptômes majeurs: 1. les douleurs abdominales, 2. la constipation 3. la diarrhée Chronique

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM : POLYPES ET CANCERS Mis à jour le lundi 19 novembre 2012 Dr Marcelo Salmeron Cette notice d information est destinée aux patients. Elle a pour but d expliquer le plus simplement

Plus en détail

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL?

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL? Un geste simple, qui peut vous sauver la vie POURQUOI LE DÉPISTAGE? Dr Tu Le Trung RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France - 2012 - INCa) Pourquoi dépister? 42 152 nouveaux cas par an (incidence ) 17 722 décès

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations Diapositive 1 : Ecran de démarrage Diapositive 2 : Accueil Voyons maintenant l exemple d un cas de cancer colique, l un des quatre cancers les plus diagnostiqués en France. Diapositive 3 : Objectifs de

Plus en détail

9/ Tumeurs gynécologiques

9/ Tumeurs gynécologiques SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux I. Cancer de l'endomètre 9/ Tumeurs gynécologiques Endomètre: muqueuse qui tapisse la cavité utérine Epidémiologie Femmes ménopausées dans 80% des cas Pic de prévalence

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

HEMORROIDES-PARIS.com GASTRO Enterologue 75116

HEMORROIDES-PARIS.com GASTRO Enterologue 75116 SANG DANS LES SELLES cancer du colon et du rectum gros intestin, appelé aussi côlon, se situe dans la cavité abdominale où il prend la forme d'un U renversé. fait suite à l'intestin grêle dans la fosse

Plus en détail

Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine

Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine Prise en charge initiale du cancer colorectal en Aquitaine Résultats de l étude 17 mars 2006 version finale 1 Introduction Un des objectifs du RCA est de contribuer à l amélioration de la qualité des soins,

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Dr Frank Tusseau Adresse du site : www.docvadis.fr/tusseau Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement

Plus en détail

Cancer colo-rectal: quoi de neuf?

Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Cancer colo-rectal: quoi de neuf? Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Cancer colique ou rectal: des différences d approche Dépistage, diagnostic et bilan d extension du cancer colique: TDM Bilan d extension

Plus en détail

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2%

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2% III-2 Cancer de la prostate Généralités En 2013, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes avec 102 nouveaux cas. 6% des patients avaient développé une autre tumeur primitive

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger Décembre CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin

XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger Décembre CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger 18-19 Décembre 2008 CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Étude de 14 Cas *Ali Arous N,Lounes F,Cheratia S, Chikhi

Plus en détail

MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE

MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE MODULE 10 - DOSSIER CLINIQUE PASCAL SEVE Madame C, 72 ans est adressée dans votre service pour un bilan d altération de l état général. Dans ses antécédents on note : une prothèse totale de hanche gauche

Plus en détail

12/09/2011. Objectifs pédagogiques. Définition - anatomie. Définition ADÉNOCARCINOMES (ADK) Savoir évoquer le diagnostic de cancer colo-rectal

12/09/2011. Objectifs pédagogiques. Définition - anatomie. Définition ADÉNOCARCINOMES (ADK) Savoir évoquer le diagnostic de cancer colo-rectal Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Cancer colo-rectal (CCR) Plan du cours Définition Épidémiologie Étiologie Clinique Bilan d extension Bilan pré-thérapeutique Principes

Plus en détail

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE Fiche tumeur gynécologique Adénocarcinome de l ENDOMETRE FIGO IA G123 tumeur limitée à l endomètre IB G123 invasion du myomètre inférieur à 50% IC G123 invasion du myomètre supérieur à 50% IIA G123 invasion

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie des métastases hépatiques des cancers colorectaux Pr Belkouchi - Pr Chihab - Pr Zentar - Pr Benkabbou 1. Introduction La présence

Plus en détail

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis

DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DIVERTICULITE SIGMOIDIENNE QUAND OPERER? Pr Mohamed Jouini Service de chirurgie digestive Hôpital la Rabta Faculté de médecine de Tunis DEFINITION a 2 DEFINITION a 3 DEFINITION a 4 Prise en charge de la

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE LA TUBERCULOSE DIGESTIVE I - Introduction Problème de santé publique +++ Deux millions de décès par an dans le monde Atteinte digestive : rare Localisation péritonéale = la plus Fréquente deslocalisations

Plus en détail

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013

Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 Diverticulose et complications A.OLIVER 2013 GENERALITES HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de

Plus en détail

DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications

DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications DIVERTICULOSE COLIQUE Diagnostic et complications 1 INTRODUCTION Diverticule Hernie acquise de la muqueuse et de la sous-muqueuse à travers la musculeuse, développée au niveau des zones de pénétration

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 9 : Item 148 Tumeurs du côlon et du rectum I. Tumeurs benignes du côlon et du rectum II. Cancers du côlon et du rectum OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une tumeur du côlon et une tumeur du

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

FMC HGE PARIS AVRIL 2005 PADALBIES C BASTID

FMC HGE PARIS AVRIL 2005 PADALBIES C BASTID Echographie haute résolution du tube digestif PA DALBIES C BASTID APPENDICE PEUT ETRE CONSIDERE COMME PATHOLOGIQUE LORSQUE Son diamètre est = 4mm Sa paroi est = a 2 mm en compression Son diamètre en compression

Plus en détail

Les aspects épidémiologiques des cancers colorectaux (A propos de 116 cas) Année Liste des figures

Les aspects épidémiologiques des cancers colorectaux (A propos de 116 cas) Année Liste des figures Liste des figures Figure 1 : Répartition des cas de cancer colorectal hospitalisés au service de gastroentérologie de Fès selon les années Figure 2 : Répartition des cancers colorectaux au service de gastro-entérologie

Plus en détail

Annexe. Protocole d examen des pièces de résections rectales pour cancers

Annexe. Protocole d examen des pièces de résections rectales pour cancers Association Française de Chirurgie Annexe. Protocole d examen des pièces de résections rectales pour cancers Ce document est destiné à aider les pathologistes dans l'examen des pièces d'exérèse pour cancers

Plus en détail

4. Diverticulose colique et ses complications

4. Diverticulose colique et ses complications 4. Diverticulose colique et ses complications HAS 2006 La «diverticulose colique» correspond à un état asymptomatique : anomalie anatomique acquise du colon, caractérisée par la présence de diverticules.

Plus en détail

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008

Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM. FFCD Orléans-Tours 2-3 Octobre 2008 Cours Intensif de Cancérologie Digestive APPORT DE L IRM DANS LE BILAN PRE-THERAPEUTIQUE DES CANCERS DU RECTUM IRM DES TUMEURS RECTALES 15 000 nouveaux cas/an en France Amélioration du pronostic Evolutions

Plus en détail

Cancer colo-rectal de la prévention au traitement. E Vaillant (Lille)

Cancer colo-rectal de la prévention au traitement. E Vaillant (Lille) Cancer colo-rectal de la prévention au traitement E Vaillant (Lille) plan La cancérologie digestive en pratique La formation nécessaire En pratique Quelle configuration idéale La prévention du cancer colo-rectal

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

Dépistage et surveillance endoscopique des tumeurs colorectales

Dépistage et surveillance endoscopique des tumeurs colorectales Dépistage et surveillance des tumeurs colorectales Introduction En 2003, 950 000 coloscopies totales ont été réalisées en France dont 14 % (133 000) pour surveillance après polypectomie et 21 % (200 000)

Plus en détail

Ampullome. Clinique : ictère cholestatique (prurit) continu progressif, amaigrissement récent, antécédents

Ampullome. Clinique : ictère cholestatique (prurit) continu progressif, amaigrissement récent, antécédents Ampullome Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial. Cancers Coliques

Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial. Cancers Coliques Imagerie en Cancérologie Digestive - Journée de printemps de la SIAD- PARIS 01.04.16 Eléments clés du Compte Rendu lors du bilan initial Cancers Coliques C.Ridereau-Zins - P. Bazeries CHU Angers Nouvelles

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS

STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS STOMIES DIGESTIVES PRESENTATION INDICATIONS COMPLICATIONS Jean-Pierre BAIL (CHU de Brest) PRESENTATION EPIDEMIOLOGIE AGE MOYEN : 65 ans. CANCER 60% des cas COLOSTOMIES : 75%; ILEOSTOMIES :17% TEMPORAIRES

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version

Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version Catégorisation et schéma des interventions sur le côlon et le rectum les plus fréquentes Version 0.0.207 Ce document présente les principales interventions chirurgicales sur le côlon et le rectum. Il sert

Plus en détail

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Les MICI de l enfant Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Introduction Maladie de Crohn (MC) Principale préoccupation chez l enfant Retentissement sur croissance et développement pubertaire Leur surveillance

Plus en détail

Cancer du pancreas Item 305. Jean-Frédéric Blanc Hôpital Saint-André

Cancer du pancreas Item 305. Jean-Frédéric Blanc Hôpital Saint-André Cancer du pancreas Item 305 Jean-Frédéric Blanc Hôpital Saint-André LE CANCER du pancréas : généralités Adénocarcinome peu différencié dans 95% des cas 69 74 ans / sex ratio 1,5-2 Autres tumeurs - endocrines:

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS

LA CHIRURGIE DES CANCERS Item 141 LA CHIRURGIE DES CANCERS Professeur B.Saint-Aubert 1 Principale arme thérapeutique en cancérologie, de plus en plus souvent associée aux autres types de traitement (radiothérapie - chimiothérapie).

Plus en détail

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment PREAMBULE Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins nucléaires et oncologues du CHU, CRLC et libéraux de la région, en connaissance des données actuelles de la littérature, des Standards

Plus en détail

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon

Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Syndrome de Lynch Congrès national de la SMMAD 2014 JC Saurin, Lyon Definition : prédisposition au cancer colorectal, Endomètre, ovaire, voies urinaires, estomac, grêle, dermatologique, biliaire, SNC Mutation

Plus en détail

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP )

Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) Directives pour le dépistage et le suivi de la Polypose Adénomateuse Familiale (FAP ) 12/09/2007 Résumé Patients atteints de Polypose Adénomateuse Familiale (FAP) classique 1. Suivi endoscopique après

Plus en détail

Françoise MONTRAVERS

Françoise MONTRAVERS Françoise MONTRAVERS Indications de la tomographie par émission de positons (TEP) en cancérologie digestive Connaître les indications validées. Préciser sa place par rapport aux autres techniques d'imagerie.

Plus en détail

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la paroi vésicale...3 2. Épidémiologie... 3 3. Types histologiques

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Données épidémiologiques Les cancers sans site primitif connu représentent environ 5% des cancers

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Je m informe sur les Maladies

Je m informe sur les Maladies Je m informe sur les Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin (MICI) Les MICI regroupent la maladie de Crohn et la Recto-Colite Hémorragique (RCH), qui se caractérisent par une inflammation de

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal à la Martinique

Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Jeudi 10 mars 2016 Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Version V1 du 24/02/2016 1 Dépistage du cancer colorectal à la Martinique Épidémiologie du cancer colorectal Version V1 du 24/02/2016 2

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE Les signes cliniques ou la consultation médicale Le cancer de l ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade évolué de la maladie car il peut évoluer longtemps sans

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 CAS CLINIQUE Mr B., 65 ans, douleurs abdominales depuis quelques mois, rectorragies intermittentes Excellent EG, P=75kg,T=1,80m(IMC=23)

Plus en détail