BESOIN EN EAU DE L ORANGER ET EVOLUTION COMPAREE DE L ARBRE ET DU SOL A L IRRIGATION EN FONCTION DE LA QUALITE ET DE LA QUANTITE DE L EAU

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BESOIN EN EAU DE L ORANGER ET EVOLUTION COMPAREE DE L ARBRE ET DU SOL A L IRRIGATION EN FONCTION DE LA QUALITE ET DE LA QUANTITE DE L EAU"

Transcription

1 KEI libli~ie TUNISIENNE 1969 SECRETARIAT D ETAT AU PLAN ET A L ECONOMIE NATIONALE SOUS-SECRETARIAT D ETAT A L ACRICULTURC SERVICE Direction H. E. R. PEDOLOGIQUE BESOIN EN EAU DE L ORANGER ET EVOLUTION COMPAREE DE L ARBRE ET DU SOL A L IRRIGATION EN FONCTION DE LA QUALITE ET DE LA QUANTITE DE L EAU Par : 1. P. COINTEPAS, Pédologue 0. R. S M. S. EL AMAMI, Bioclimatologiste 1. N. R. A. 1. H. HAMZA, Centre des Terres Arides UNESCO E-S 69

2 BESOIN EN EAU DE L'ORANGER ET EVOLUTION COT!PA EE DE LtARBZE ET DU SOL 11 LIIRRIGATION EN FONCTION DE LA QUALITE ET DE LR QUANTITE DE L'EAU i Par E J-P. C OINTEPAS S.EL AMAMI 1 Communication présentée au Comite' ( Tunis - Février I968 ). des Agrumes de In eone franc 1 h

3 I,- IWYRODUC TION %!extension des périmètres irrigués,la création de réseaux modernes avec canaux betonne's implique une bonne connaissance de certaines.données de base : doses et conduite des irrigalions,qualité de lleau..les deux premiers facteurs conditionnent en effet lle'conomie d'un projet,le-troisième sa viabimt6'8 long terme. C'est pour répondre à ces questions qu'a été créq le Centre d'tetude de l'eau (A.VERNET,1954).. D'une superficie de- 2 ha environ,il comporte une parcelle dlagrwne,une parcelle dlolivier et une parcelle de cultures annuelles ainsi qu'un verger de comportement pour diffé- rentes espèces fruitières.. II.. -- DIS POS IT1 B"' EXPERIMENTAL La parcelle d' agrume comporte 162 arbres variété Maltaise demi-sanguine et 54 arbres variété Valencia late,plantés en Avril 1956, La densité est de 4 x 4 m. La parcelle est divise'e en deux parties : l'une irriguée.à l'eau douce l'autre à l'eau salle. I1 yta trois doses d'irrigation répéte'es trois fois : - d0se.a = Evapotranspiration potentielle (E.T. P. )nesure'e dans. un 6vapotranspiromètre engazonne' en kikuyu. - dhse B = 0,75 E.T.P. - dose C = 0,3 2 O,5O E.T.P. I L'irrigation se fait à la cuvette. Les arbres reçoivent en. outre' une fumure minérale. III.? LE NILIEU ITATUREL ~... Le climat de Tunis est de type méditerranéen semi-aride. La pluviomgtrie 8. Tunis est de 415mm..Pendant ltesszui elle a varié de 244 à 558 mm. La température moyenne-annuelle est de 18'3 C. Ltevapotranspiration mesurée sous un gazon de kikuyu est de m environ. ~

4 - 2 - La parcelle expérimentale est située sur un sol peu évolué profond,formé sur a1luviom limono-argileuse-s (30 à 40 $ d'argile 40 % de limon ),très calcaires( 40 % dont 12 $ de calcaire actif). La plantation des oiangers a été précéde'e d'un labour profond à 60cm. Au bout de 7 ans les traces de ce labour son* encore visibles et l'ancien horizon kbperficiel enfoui B 60 cm,constitue une zone préférentielle de pénétraiion des racines., L'eau dllrrigation à la composition suivante z Composition des eaux en-mg/litre On peut voir que l'eau dite salée est assez fortement char- gée et presente un déséquilibre ionique en faveur du sodium. IV.- -- ANALYSE DE LA PRODUCTION A)- Rendement des nrbres -10)- La dose la plis forte étant à peu près égale à 1'Evapotranspiration mesure'e sur gazon,le rapport varie entre E.T.P. 0,9 et Ial. - A l'eau douce, la courbe de production depuis 1959 a une allwq norm!le,elle est croissante avec Ilâge de l'arbre dont la produc- tion devient appréciable à partir de la.sixième année : 40 à 50 kg/arbre et atteint à la deuxième 80 kglarbre clest 2 dire le dou%le,(cf.graphique nol )-. - A Ileau Etalée,la prodcction est normale jusqufà la.sixième anne'eselle est identique à celle de la parcelle irriguée à l'eau douce, maib à partir de la septième année l'effet dépressif commence $'%anifes- ter et la production subit une dgcroissance. Le rendement est réduit de moitié la douziene année par rapport celui de la sixième année. La courbe accuse un f lgch issement. régulier.

5 - 3-2O)- La dose moyenne B correspond aux trois quarts de lie.t-.p. gazon 2 A l'eau douce la courbe de la production est normale et comparable à.celle de A, le rendement à peu près identique (graphique 2). fl l'eau sale'e,même remarque que SUT la parcelle jdsqu1à la sixièiile annee; à partir de cet $ge la production se naintient il y a un palier autour de 40 kg/arbre ce qui corredpond à le. moitié de la production de B ou A 2 lieau douce. L'arbre arrive,sbus lleffet de l'eau salée à l'e'tat adulte à partir de la sixième ann6e,clest-à-dire dtune façon prématurée. 3 O ) - La dose faible appelée C correspond au tiers de 1tEvapo- transpiration potentielle sauf pendant ltamée 1967 où. la dose C atteint 50 B 60 % de 1fE.T.P. ( graphique 3). -A leau douce a la production est comparable aux deux pr&é- dentes doses jusqutà la sixième arki;e; à part_ir de la septième annee il y a. fl6chiesement re'gulier de la production jusqu'à ltanne'e La dose C ne correspond plus aux besoine de l'arbre qui,à l16tat adulte, souffre d1u.h manque d'eau. -A l'eau sn3!e'e,la production atteint un palier à la sixième année; La production qui varie autour de 35 kg/arbre. est B peine infe'rieud re à celle de B. Lteaus alée provoque un nanisme de l'arbre qui s'adap- te à la SGcheresse. Les rendements de llarbre irrigue' à l'eau douce'letkl'eau salée sont presque identiques.le rapport est de 80 $ environ entre leb deu rendenenb ( graphique 4). a B)- Q,ualite' de la production En des analyses ont été effectuées pour juger de la matusité des fruits en fonction des normes classiques répond?.nt 5 des exigences comerciales ( le. rapport extrait soluble sur AciditB). Les trois prélèvements échelonne's réalisés ont montré un écart de date de maturite' selon les traitements A B C selon la qualité de l'eau ( graphique 5). En ce qui concerne l'eau douce : la maturité est fonction décroissante de la dase d'eau. La dose A hâte la maturité du fruit,elle se situe vers la fin décembre,alors que pour B,elle se situe vers le dé but janvier..

6 -4- La dose la plus faible C produit des fruits tardifs,la matu- rit6 commence vers le mi-janvier,par contre à l'eau sale'e c'est llinverse, les arbres du traitement C arrivent-à maturité'vers le 7 janvier alors que pour B elle s'effectue vers la fin janvier. - Globalement les arbres traités 5. l'eau salée arrivent à - maturit6 plus tardivement que ceux traités à lfeau douce. On z constat6 en outre que l'acidité des fruits e'tsit plus faible dans les parcelles irriguées à l'eau salée. v.- ANALYSE DU BILAN HYDRIQUE,DU SOL A lleau douce la contribution hydrique du sol est normale, elle de'croft avec la dose,alors que pour l'eau salée,le problème est plus complexe. Le profil hydrique de A est toujours supérieur au point de fl6trisse- ment.11 y'a asme une migration de l'eau en profondeur. Lee rgserves hydriques nlaccuti+ent pas une grande variation jusqulà *etre profondeur,la contribution hydrique du sol est faible et varie de 6 nm B 30 mm9 ells est en moyenne de 18 m ( graphique Pour la dose moyenne B la variation des réserves hydriques nfeat appréciable que jusqutà 75 cm à 1 m de profondeur;le sol est sec en profondeur.les réserves utilisdes par l'arbre varient be 25 mm à 54m, la moyenne se situe autour de 35,5 m. Les arbres de B utiliaent le double de ceux de A en reserve hydrique du sol(graphique 7-21, Pour la faible dose C,le bilan hydrique se ferme EL de 2n,pour le bloc C aucune variation de profil m'a e't6 constatée,le profil est 3 presque toujours au point de fl6trissenent (graphique VI.- EVOLUTION DE LA SALURE DU SOL A)- Techniques analgtiqum Les échantillons de terre recueillis par sondage ont c'té analyse's au laboratoire de pédologie pour ce qui concerne la mlure.

7 -5 - h~ a effectué un dosbge des chlorures tant8t par épuissement à l'eau challde tantôt sur uyl extrait tìe pate saturé,les résultats e'tant aensiblement identiques, Sur quelqueg prélèvements on a détermine' le pourcentage de sodium fixe' Bur le complexe; la méthode de dosage est celle qufutilise le laboratoire de pe'dologie t d6termination du Bodium échangeable de'glace' par une solution dracetate d'ammonium N à ph 7, lavage au C12 Ca N e t déplacement du calcium fixe' par une solution de NO K. Le calcium dose' permet de calculer la capacité d'échange T, 3 ' B)- Résultats.Bur les parcelles irrigue'es & l''eau salée La première comtatation à lfexmmm der. re'sultats sst la grande variabilité de ces résultats, La répartition des sels solubles se fait très régulièremnt étant liée san8 doute 3 une pén6tration irrégulière de l'eau, I1 yta donc variabilite d'un e'chantillon à ltautre dtun même hqrizon et variabilité d'un bloc à Ilautre d'un m8ae traitement, Plus le sol est sale' plus l'hétérogenéité est grande. L'interprétation statistique slavère assez de'licate et on Be contentera ici de dégager la tendance ge'nérale de ltévolution du sol, 10)- ~rirrigation à lfeau sa1qe a provoque' une salure non négligeable du sol. Au bout de sept an8 la teneur en chlorure,est 10 à 12 fois plus élevëe qulau départ, A la fin de 1967,ell.e atteint 1,3 $O en Burface, 1.,7 $" en profondeur (graphique YIl* 2,")- Le traitement qui a provoqué la plus forte.salme est le traitement B (6117-2,3 "/jour prbs par le traitement A ( ETP). 3')- ou 0,75 ETP) suivi de Les horizons profonds se chargent moins vite que les horizons de Eiurface nais progressivement leur salure dépasse celle des horizons de surfacen Cette inversion des profils est inter.- venue au bout de 2 a m pour les traitements d et B., 3 ans pour C..Une explication en sera donne'e plas loin...

8 -6-6" )- La; salure du sol subit des flmctuationa saisonnières,très importantes en :surface, elles s'amortissent en dessous de Im à lm25. Cleat pourquoi nous avons étudie' l'évolution du sol sur deux couches et cm. Cette limite pourrait correspondre à la profondeur maximum dtexploitation des racines. 5 o 1- Les fluctuations saisonnalres peuvent &re re'.sumées schéma- tiquement de..la mani-re suivante : - en c'té pendant la pe'riode d'irrigation le sol se sale. - en hiver la pluie provoque une-baisse de aalure par lessivage o certaines années de pluviométrie déficitaire,on a coapensd' le déficit hydrique du sol pal: des des apports dreau douce (figurée en hachure Bur le graphique pluvion6tri.e). On constate qu'en 2962 et I les apportstabamavoisinent 500 mm la baisse de salure a été importante. 60)- Les fluctuations saisonnières se manifestent de manière diffe'rente selon les doses Il-irrigation 2 Le traitement A: ( ETP) h,mecte plus profondément le so.& se répartit donc de Paçon plus homogène ( tout au moins au de'but de 11 essai) avec un le'ger rraximum vers 75 cn,profondeur de pénqtretion maximum dei3 racine.s et d'apparition d*un horizon plus compact,. ealure Le traitement B détermine de fortes salure B faible profrindem ( em). Lee lessivages successifs des hivers 1963 et A964 ont entrainé les sels solubles mais à moyenne profonaeur (I~o-~ooc~), tandis que les irrigations suivantes ont fait remonter les tenelws en eels de la. couche cm et plus particulièrement 0-75cm. I1 en résulte aur llenaenble du profil les plus fortes augmentations de conduutivité de '1 f essai.

9 -. 7 I. Le traitement C apporte de faibles quantités de sel du fait des faibles doses dlikrigation.. Ce sel. reste localisé dans la tranche supe'- rieure du profil, par suite.sans doute dlun péngtration réduite de l'eau en profondeur.. Per la suite cette tranche de salure a Qtk entrainée en profondeur 2 chaque irrigation de lessivage., I1 en re'sulte donc le au bout de 3 ans, comme ponr'qtraitement B une augmentation de salure Bur tout le profil, les horizons profonds pouvant être plns chargée que les couches de surfade (1,2 $O de chlorure,contre O& à 7 73)'.' La consequence de cette e'volution complexe est qu'en ea sont ealhree du soltsenaiblemdnt au &me niveau dans leg trois traitementa, B &tant légèrement supérieur à A et C. 7")- Les parcelles arros& à lieau douce It accusent une légère sdure du sol., Bien qu'elle ne titre que 0,3 g/l environ,l'eau de la ville de Tunis a provoque' une légère semonte'e de la conductivit6,dn prélèvement effectue' en octobre 1965 a montré que 91à encore le traite- nent B es-t celui qui a provoqué la plus forte Salur8.Nou~ en donnons les résultats ci-dessous. : -Résultats en $' de Chlorure en Octobre 1% I r-.r*.-.=-i _ I_-.-- 8' )- LI alcalisat ion semble avoir fait des progrès- inquiètants en 7 ana.. Les teneurs en sodium gchangeable qui escillaient entre 3 et 5 % avant irrigation varient entra IO et 15 $ en 1967.~'olcclisation semble du reste Qvoluer parallèlement à la teneur en sels solubles dimi- nuant en hiver pour renonter en fin d'été?i Bon niveau primitif.le trai- -t;emnt Ai ost Celui qui provoque l'alcalisation la plus Qlevée,B et C situant à un niveau nettenent inférieur.-.

10 .I - 8, - c)- Interprétgtion des résultats Dans les premières années de l'expérinentation la salure a éte' d'autant plus grande qu'en,appol'tait? u& 6' eau. La profondeur de pénétration du sel devait dépendre de 1& hkofondehr dthwctation du profil: On a signalé cerp&jndant une a$r' xhe kugíihntation des conductivite's en profondeur. Le stock d'eau variant peu au dessous de In25 (cf. étude des bilans hydriques),on peut penser qu'il yla nigration de eel en profondeur à des hmidités inférieures B la capacité aux champ8, dans le cas des traitements A et B. Par contre le phénomène seroit très liaité pour le traitenent C. Le lessivage dlhiver provoque une diminution de salure jusqulà ' I m25 au moins, Cette diminution particulibregent sensible au oours des hivera ek ne s'e~t pas reproduite en et Le fort défivit pluviodétrique peut en $tre rendu responsable. - La forne trss irrégulière des profils de salure noue mène à penser que les solutions sale'es du sol se déplacent come un train drondes,le tranche sale'e repoussant la tranche noins sale'e qui la. précédait etc.., Ce nouvenent très lent de deacen.se pourrait se produire B de9 hunidités inférieures à la capacité EUX chanps et affecter des profondeurs de sol supérieures à celles exploikées par nos sondages. De sorte que,mêne à 2 m de profondeur,on note des oscillat íons assez sensibles de la conduativit6,llaugmentetion de salure étant plus lente qu'on pourrait le prévoir s'il y avait accumulation conthuelle de tous les produits de lessivage depuis le de'but de Ilessai, Crest pour cette raison qu'il est impossible de dresser un bilan des sels et qu'au bout de 7 ans la salure est sensiblement iden- tique dans les trois traitements. des solutions salines

11 -9- VI1,- EmTJRS MINZIU\,LES DES FEUILLES Les teneurs ninërales des feuilles dl oranger ont Qte' déteminées par la nqthode du diagnostic foliaire en cours des années I964-et lo)- Récolte dea gchantillons : Cinq prélèvements ont éte' effectuée pendant une période s'étalvt SLIT 15 mois ( Juillet 1964 à Octobre 1965). Les norms d~échantillonnage adoptées sont celles de CHRPNfaEJ ( 1960) : feuilles et pétioles du cycle de printemps age'es de 4 à 7 mois,prélevées sur des branches terminales portant des fruits. Seul le prélèvemen-b effectué en Janvier 1965 s'écarte de ces normes, les feuilles prglevées appart&nant au cycle d'automne. Ce prblèveaent pouvait se justifier dans cet essai par llobjet mêue de Ilétude qui e'tait la comparaison des ttmeurs nine'rales des feuilles des arbres irrigue's B lleau douce et à Iteau sale'e,et par le nauvais état des arbres irrigue's salée pendant la saison hivernale. l'eau 2 O ) - Techniques analytiques employe'es : a Altote : Méthode de Kjeldahl. Phosphore s Incinération puis colorimetria. en pré-. sence de nitro-vanado-molybdate dlamorrium. Chlore : Incinération en-prgsenc-e d'un fixateur à 450", et dosage volumgtrique par la néthode de Volhard. Calcium et magnésium : Incinération à 450" et dosage complexonétrique. Potassium et sodim : Incinération à 450" et dosage par Spectrophotonétrie de fleme, 30)- - Résultats obtenus t

12 I. ~OMFOSITION, MINERALE DES mumps ip TW~ITEISlE"S~ mlevememts i I Juillet 64 octobre 64 A Janvier 65 Juin 65 Octobre Juillet 64 Octobre 64 B Janvier 65 Juin 65 Octobre Ele'ments en H I P.I 998 2,OO 2,13 I,ao 1,88 0,11 0,IO 0,l o 091 I o911? 100 ' K o, 72 1,I Juillet.. 64 Octobre 64 c Janvier 65 Juin 65 Octobre 65 -_ _-1- Juillet 64 Octobre 64 A Janvier 65 Juin 65 Octobre 65 0,lO 0, ,IO C Octobre 64 Janvier 65 Octobre 65 ~ Juillet 64 Octobre 64 Janvier. 65 Juin 65 Octobre , ,ll 0, , ,14 t I

13 AZOTE r On n'observe aucune influence de la qualité de l'eau dfirri- gation (Douae ou Sale'e) ni de la quantite' ( Doses A,B,C.) la teneur en azote total des feur'lles. La teneur en az.ote atteint un minimum au' début. de lle*té ( Juin-Juillet ) puis remonte dès l'automne suivant pour atteindre un maximum en Janvier. En valeur -absolue,le maximum en Janvier est supérieur & 2 %9 ce qui, d'après Reuther et Smith (1964) correspord 5 un optimum faible. Le minimum est de 1,80 % correspondant 2 an début de carence d'après les mêmes auteurs. PHOSPHORE 1 Toutes les feuilles analysées ont des teneurs en phosphores identiques,que l'eau' dlirsigation soit 'douce ou salée et quello que soit la &ose. La teneur en phosphore est constants tout au long de l'année et ne subit pas de variations saisonnièr.es. sur t En valeur absolb,,le pourcentage de phosphore par rapport à la matière seche est de 0,lO -& 0,12 $ ce qui corres- pond & un optimum faible d'après les chiffres donnée pnr Chapman et Rayner ( 1951 ), Chaïpman et Pullmer (1951 ) Renther et Smith ( 7954). POTASSIUM : I1 semble,d'après les chiffres obtenus,que la teneur en potassium soit légèrement plus e'leve'e dans les feuilles des arbres inrigués à l'eau salée mais ces différences ne sont pas statistiquement significatives. -- De même,il n'y a aucune diffe'rence significative entre les différentes doses d'irrigation A,B,C. Quelle que soit la qualite' et la. quantite' de l'eau dtimigation,la teneur en potassium est migimum en hiver, pui8 remonte pour atteindre un maximum au-aébut d;?l!e'fé....

14 Ces variations sont probablement ducs à l'âge des feuilles qui en Janvier 'et en Octobre provenant respectivement des pousses d'automne et de printemps,sont plus âge'es que celles de Juin-Juillet. En valeur absolue,la teneur en potassium des feuilles correspond dans tous les cas à l'optimum ou même 3 un optcimum fort d'après Chapman et Brown ( 1950),Jacob et Uexkiil (1958).... CALCIUM ; On obeerve une très le'gère et non significative diminution du taux de calcium dans les feuilles des arbres irrigue's EL lteau salée. Les variations aaisonni&.res peuvent s'expliquer facilement par 118ge des feuilles pr8levi;es. On ne note pas dè diffgsences importantes entre lee differentes doses d'irrigation. En valeur absolue,le taux de calcium est nettemect supérieur à l'optimum décrit par Reuther et Smith ( 1954), Chapman et Brown (I950).Reuther et Col. (j958),et corres- pond souvent à l'excès qui commence B 7 % d'après ces a ute um. MAGNESIUM :. On note um aumentation de la teneur en magne'silm.. dens les feuilles 8es arbres irrigue's B l'eau salée. Cette diff&ence,plus importante pour la dose B,n'eaf cepenäant paa significative, On observe pas de variations saisonnières notablea. En valeur absolue,la teneur en magne'9iu.m correspond à l!optimwn de'crit par Chapman et Brown (1950),Reuther et Smith ( 1954) Reuther et Col.cl958). CHLORE : La teneur en chlore est 2 à 3 fois plus ingortante dans les feuilles des arbres irrigue's B l'eau ssle'e,et cette diff grence est butement signif ìcative ( graphique Il ).

15 ' 'La diffe'rence est.plus importante.en hiver lorsque la teneur en chlore est maximum qu'en &te' ob eile est minimum et semble $tre plus atténuée pour la dose d'irrid gat ion C. Dans les parcelles irriguées à l'eau sa1ëe91es feuilles pr6leve'ef en Juin-Juillet; âge'es de 4 mois environ sont peu riches en chlore,mais leur teneur en cet augmente dès 1' automne et se maintient éleve'e pdant tout 1 I hiver. élément En valeur absolue,ces teneurs en chlore sont fsibles, oompare'es à celles que l'on trouve dans les feuilles de jeunes arbres cultivés sur solutions nutritives sale'eii' Ru maximum d'accumulation observ6,elles ne depassent pas o, 20 %. SODIUN ; La teneur en sodiun des feuilles eet 16gèrement plus e'leve'e SOUS irrigation à Ileau sa1ée;et la diffe'rence eat PIUS sensible en automne et en hiverssaison d'accumulation maxinun de cet Qle'ment qu'en &te' où c5tte teneur devient très faible.( graphique 12). Mais contrairement au chlore, les diff e'rences obse-r- vees ne sont pas gtatistiquement significatives. On nlobserve pas de díff6rences significativea de., 1"xwnulation de sodium selon la dose d'irrigation,

16 - I 4 - CONC LUS ION Llanalyse de la production et du bilan hydrique montre que la produotion à l'eau douce est normale et est une-fonction croissante de la dose d'eau. Les besoins en eau optimum se situeraient autour de 60 B 70 $ de 1tEvapotranspiration Potentielle mesure'e sur gazon... L'.eau sale'e a eu un effe% très dépressif sur les rendements. Cet effet s'est manifesté surtout à partir de la. sixième anige et s'aggrave avec ltage dans le cas des fortes doses d'irrigation, Le rende- ment arrive 5 un palier de 35 à 40 kg/arbre. - Par rapport aux doses Qquivalentes d'irrigation,les rëdtxcvement pour les traitements A,B,C. Cette réduction est devenue sensible loraque la conductivit6 de l'extrait saturé du sol a atteint 3-4 mmhos/cm ( 1,2 2 1,5 de chlore). tions de rendements sont très importantes : 60 ks 50 % et 20 $ respecti- Ltessai re'alisé au Centre d'etude de l'eau de Tunis oonfirne donc ce que noussavions de la sensibilitg des oranges maltaise à la.... Balure, Le me'canìsme de l'action dubsol reste cependant mystérieux,' Le diagnastic foliaire a montré en effet qu'il n'y a pas de relation entre les teneurs des feuilles en different8 e'l6ments et le niveau de prodaction, Les e'lémsnts essentiels ( N,P,X) sont absojcws normalement et leurs teneurs sont identiques dana les traitementa à Ireab sale'e et à l'eau douce, Le sodium lui-meme nfes.t pas sensiblement plus abondant. I1 resterait à vérifier qu'il nlest pas stocké.dans ' les racines comme le prétendent certains auteurs. Des mesures ultdrieures permettront peut-être dfe'lucider ce problème. Seul le chlorure est fortement absorb6.l'absorption Is plus forte correspond au traitement B ( 18 $ de plus que A) pour lequel la aalure. de sol est e'galement la plus forte ( environ le double Be A).' Or clest dans lee parcelles B que le rendement s'est le nieux maintenu alors quten A les arbres sont proches de la mortalit6.

17 Faut donc admettre que la sa1ur.e (. et :plus particulièremen* le chlore). n'e8t,pas seule en.cause..d.tautres facteurs peuvent provi pkovohuer le dbp6rissement deo arbres. Ltslcalisation du 801 pourrai&. - Qtre 1. r de ~ oes facteurs. Il ne s'agirait pas d',me texicite' de 1.ti~n Na puisque. l'adsorption du 'Sodium par les arbre.s semble peu importante et. indgpendante de la salure de l'eau mais d'kne action sur les propsic'-. ".te's phy.siques du sol. Une e'tude en cours.~montrere si lfirrigation à l'eau salée á eu une influence sur les.gsopri4tgs de IS, atructure.. I et SUS la perme'abilité'du sol au niveau. de la &ne des racines. ' Dtores et &dj& on peut. tirer de l'essai c-ertaines conclusione pratiques : 7)- La culture des orangers maltaises sur un sol lourd donne des réaaltats satisfaisants à des doses de l'ordre de 0,7 E.T.P... 2)- L'irrigation avec h e eau.chargée à 3 g/l nlest pas.._ viable, dane lea.conditions climatiques de Tunis et sur un sol aussi.., lourd.. 3)- si les ressources en.eau d'une r6gion sont maigres..il est possible 'dj iariguer en éte' avec des eaux chargées. mais un lessivage. I B Iteau douce est indispensable. Nos re'sultats indiquent qpe seuls les;.. apporta maasifs ( 100 mm au-moine 1 ont un re'el effet de lessivage.i. Cetfe irrigation devra ne'anmoina Qtre conduite avec.prudence pour ne -pas., provoquer une hydromorphie qui aurait immanquablement - pour effet drasphyxier les arbres..

18 I COINTEPAS J-P. = Re'eultats d'un essai d'irrigation 'a l'eau sale'e en Tunisie,C.Ro-VIIIe Cong.Int.Sc.So1 Bucarest VI,16, DAMAGNEZ J,-DEV LLEU Besoins en eau d'une culture dtorangers. Influence de la salure et de lrenracinement.ann. In8t.Nat.Rech. Agron. Tunis ie,32, DAMAGNEZ J.- RIOU Ch.,DE BILLELE O.,EL-AUMI S. = Problèmes dl évapotranspiration potentielle en Tunisie.' hnn.agron. - ' t HAMZA M Etude par la me'thode du diagnostic foliaire de la nutrition minérale d'orangers irrigue's B lleau douce et B l'eau salée en Tunisie. Coll. Europeen sur le Controle de la nutrition mine'ra- le et de la fertilisation en viticulture,arboricultures et autres cultures méditerrangermes - Montpellier. Sept VERNET A,- = Organisation et premiers résultats du Centre d'etude de l'eau de Tunis. Ann.Serv.Bot.et Agron.Tunisie -3O,73-116;'-

19 Graphique.. '1 'li p J,;. o

20 a I '/ E.T.P

21 EAU DOUCE E A i!

22 P N o Cu Lr c c Y 4

23

24 .- I- r? (pd.i -- lr r-1,j i /' I I I I I I l

25 c

26 c B A -_

27 e B

28 1. u- i c f I I E K 1- i 7 A c c

29 TENEURS EN MAGNESIU M BES FEUILLES D ORAIIGERS DlAGT\I09IC FOLIAIRE c El A Graphique :Id il 4 8 oc 1: 63 J&V 69, JLÎirl 65 Okt 65

30 e h I

31 EAU DOUCE + + EAU SALEE c B A

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger

Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Influence de l'irrigation goutte a goutte par des eaux chargées sur un sol leger Ghrab M., Gargour K., Benthaer H. in Camarda D. (ed.), Grassini L. (ed.). Local resources and global trades: Environments

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Étendue, moyenne, médiane

Étendue, moyenne, médiane Étendue, moyenne, médiane 1 Climat Ce tableau compare les températures mensuelles moyennes (en C) au cours d'une année dans deux villes Alpha (A) et Gamma (G). A 6 9 1 10 11 19 24 28 21 10 4 3 G 5 7 9

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol MAITRISE DE LA SALINITE DES SOLS Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014 ISSN 1920-9037 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2014 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Laboratoire de recherches sur les grains Commission canadienne des grains

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Pourquoi une analyse de sol? A) Il peut y avoir deux types de carences: La carence vraie: l élément minéral n est pas assez présent dans le sol. La carence induite:

Plus en détail

est leader européen en Pilotage d'irrigation

est leader européen en Pilotage d'irrigation est leader européen en Pilotage d'irrigation voir l'annexe " C.V. de l'entreprise" Monitor Watermark assure le Pilotage serein de l'irrigation à prix étonnant! voir les 2 annexes " Monitor Watermark" L'enjeu

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Ce bulletin vise à permettre de suivre régulièrement l évolution générale des conditions agrométéorologiques prévalant dans les différentes régions du pays décade après décade, au

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 03 25 juin 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Valeurs des ETP - Réseau

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

1ES Février 2013 Corrigé

1ES Février 2013 Corrigé 1ES Février 213 Corrigé Exercice 1 Le tableau ci-dessous renseigne sur les besoins en eau dans le monde : Population mondiale (Milliards d habitants) Volume moyen par habitant ( ) 195 2,5 4 1 197 3,6 5

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre

Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre RESUME Journée Nationale sur la valorisation des Résultats de la Recherche Optimisation de la fertilisation azotée chez la betterave à sucre Dalel Toumi Azouz (1) & Mohamed Lassoued (2) (1) : IRESA (2)

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro

La perception de l'inflation par les ménages depuis le passage à l'euro INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse

Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café chutent, la production brésilienne estimée en baisse Les prix du café continuent d'enregistrer une chute progressive pendant que les spéculations sur la récolte brésilienne de 2015/16

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Les stalactites de glace fondent sous la chaleur du soleil. Pourquoi la glace fond-elle? Une canette ci!eau a été oubliée au congélateur. Pourquoi le métal s est-il déchiré? Par les froids matins d'automne,

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique.

Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. Effets du Reiki sur des changements de température du corps humain : Prises de vue par camera infra-rouge thermique. L expérience a été réalisée à l initiative de Nicole, enseignante de Reiki depuis près

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE Ali MHIRI Institut National Agronomique de Tunisie Atelier Gestion de la fertilisation potassique, Acquis et perspectives de la recherche Tunis 10 Décembre 2002 1.

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) L attention des candidats est attirée sur le fait que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison?

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison? CME 5.3 Pourquoi adoucir l eau? Monsieur EAUCLAIR emménage dans une nouvelle région. Il constate que sa cafetière s est entartrée au bout de deux mois. Un de ses amis lui dit que : «ton eau n est pas claire

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012

CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012 CAROTTES BIO TYPE NON NANTAISE AUTOMNE 2012 Cet essai a été mis en place chez M. François LESAGE à St OUEN DU TILLEUL (27). L objectif était de sélectionner dans des types non nantais (2 variétés sont

Plus en détail

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

technique et forêt DIAGRAMMES XYLOCHRONOLOGIQUES PAR DYNAMOSTRATIGRAPHIE

technique et forêt DIAGRAMMES XYLOCHRONOLOGIQUES PAR DYNAMOSTRATIGRAPHIE technique et forêt DIAGRAMMES XYLOCHRONOLOGIQUES PAR DYNAMOSTRATIGRAPHIE F. CHAGNEAU - M. LEVASSEUR L'importance de la forêt et de sa filière-bois représente un enjeu considérable pour la vie moderne et

Plus en détail

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau

Les plantes et l'eau - IV. L'agronomie de l'eau 1 Venons en maintenant à ce qui se passe, d un point de vue hydrique, à l échelle de la parcelle avant d aborder l échelle du bassin versant. L eau de pluie (complétée éventuellement par l eau d irrigation)

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Résultats Propriétés de la couche de neige

Résultats Propriétés de la couche de neige Résumé Introduction Les propriétés physico-chimiques de la neige des pistes de ski sont, par rapport à la neige naturelle, modifiées par un traitement mécanique et, en ce qui concerne la neige artificielle,

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi)

InfoMaison No.08. LA NOTION DU NOMBRE DE MOIS D INVENTAIRE (Mi) InfoMaison No.08 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet PROCEDE MIXTE D EPURATION Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet L OPERATION Les objectifs augmenter les capacités hydraulique et organique de traitement du système d assainissement

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN

L'EAU SOURCE DE VIE, SOURCE D'ENERGIE CYCLES NATUREL ET INFLUENCE DE L'EAU DANS LE BASSIN DU RHÔNE JUSQU'AU LEMAN Bull. Murithienne 112 (1994): 17-21 173' ASSEMBLÉE ANNUELLE DE L'ASSN VERBIER, 22-26 SEPTEMBRE 199

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 07 07 août 2014 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Pluies localement abondantes,

Plus en détail

La boîte à outils des serriculteurs

La boîte à outils des serriculteurs Produit par le Syndicat des producteurs en serre du Québec Vol. 1 nº 5c Système de recyclage des eaux de lessivage Aspect rééquilibrage des solutions nutritives Modèle pour entreprises de production de

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

De la théorie à la pratique

De la théorie à la pratique COURS 1 : L A B C DE LA GROSSESSE NEUF MOIS DE CHANGEMENTS POUR DEVENIR PARENTS 39 De la théorie à la pratique Vous trouverez toutes les activités de ce livre sur le site mereetmonde.com Maintenant que

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

DS n 8 Physique & Chimie

DS n 8 Physique & Chimie DS n 8 Physique & Chimie CONTROLE DE QUALITE D UN LAIT D APRES PONDICHERY 2014 (+ LIBAN 2014) [7 PTS] Le lait de vache est un liquide biologique de densité 1,03. Il est constitué de 87 % d'eau, 4,7 % de

Plus en détail

Bilan de cinq années de réhabilitation de conduites d'eau potable à la Ville de Montréal. George Del Rio, ing. Abdelwahid Bekkouche, MBA.

Bilan de cinq années de réhabilitation de conduites d'eau potable à la Ville de Montréal. George Del Rio, ing. Abdelwahid Bekkouche, MBA. Bilan de cinq années de réhabilitation de conduites d'eau potable à la Ville de Montréal George Del Rio, ing. Abdelwahid Bekkouche, MBA. Direction de la gestion stratégique des réseaux d eau Décembre 2013

Plus en détail

AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE

AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE Jean-Pierre Duvivier octobre 23 1. INTRODUCTION 2 Cette petite étude présente les résultats d'une enquête effectuée auprès des membres

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail