CRÉATEUR DE CARTOUCHES. chass. gros gibier zones humides. chasse au vol petit gibier plume MIGRATION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CRÉATEUR DE CARTOUCHES. chass. gros gibier zones humides. chasse au vol petit gibier plume MIGRATION"

Transcription

1 CÉEU DE CATUCHES z tt

2 t t Ctt t b à j, é d 3 7, t dé t q tqt x x t : v, tt, tt k Ctt t é d d t «qté/x» xt. â à é d d dèt dffét, , f x d q tt t ê t dffét ty d Pé, ttt à t v t 4 - b d éèvt, d à t è t btd d q St t t d vt, d q d t ttt bt d z d P b L t d tt t, d t tf, à tt t btq xt. S vt (4/) t éétt éé 34 d, ft d tt t, t dé tt tqt t d «t». U t ét ç d f é (,7 à 3k) tt d d. L éété d b, â à b évb, d d d à é t qb ffté t 5 t. - Aq b d è d été v éx t t P 1 - t t té t t éytè Sé 1 1 vv tt bté Sét éé t d t d t éé, tt t d t qté x xt. P tt x d éqb t t. T A tdt LES b t d t Sé z 3 t BUE EVESBLE é A T H E P 3 P U t dé dvt. Cé d 3 d d t d b, t, â à été d b t éétt, t dé tt tdt. Ctt xt t d d êt t t d d b. S b «qté/x» èt U t tdt é d b à j t d 33 d. S été d b, vt t éétt, t t tè btq d t xt t é 1 d CHASSEU d tt btq FACAS z t b P 33 LÉEDE 1 1 P t 1 1 t é 1 d CHASSEU d tt btq FACAS b L 3 qté btq d tt t :, t dté, ft d tt t, t dé tt d t d t. t 3 d t tf t dté à F Aé tt t 3 b à j t dé t d d tt t 3 5 d t tf t dté x é, t t d tt évt vété d b P t 3 3 P t 3 Ctt t t dté d téé, â à f btq xt, t. S b, â à b B té, t à dtq d b, v d vt t d éétt. Ctt t t dté x t d ké q t d f t tè t. L dté d ké, é à vt t d, d à tt t dt btq xt BUE EVESBLE CKELÉ BUE EVESBLE P: P: 3

3 E F, t tdt t d, d t d t dt dèt d t é à 4 ( 1). t é 1 d CHASSEU d tt btq FACAS t d E L t vt/ d tt t, â à b ft è d tè t qté, d f btq xt. E à tt tqt dvt, t ffté dtb. U t tdt x qté btq xt. L d b ft, éétt d d b té t été d t t d, ft d tt t t éfé d é t x q tqt dvt. z CKELE FEUTE SE LE Pt P AY, d vétéé, tt tt t ft t à êt d. é à dt t d qté btq t. 1 5 b Bé d. 1 4,00, 3, d PLB Att 3, Bé, Bé - 3,50 4,0 C 3,5 5,0 Cd ,00,0 F,75,3 v, Tt 7,5-7,50 11,0 L,40 13,0 Lèv 4-,5 15,0 Pdx,00 1,0 P, b 5-1,75 31,0 V, v 1 1,5 5 Cv, d Bé U t é bé : t d dx é d t v d Ax, à tt t td t été d b qb. E ffté x t t 5. Ctt t, â à b ft t d 3, v d t d b d bd, dté d xt t éétt d ft. E t êt té d d yé t 1 t DSC DUX Ctt t t é v b dt d tt d té q t d bt à y dt (0 à ) xt «éétt/d» tè ft. Ct dé dvt -b CSLL z b tt + CSLL Ax L t d d vt é ffté d tt t. L éfté d, é à 34 d dx fft, t 0 t, d bt td t été d b xtd. L t d b ft, d Ax t d d dx, t à tt t d bt d t ty d, éétt t d xt à t t y dt (15 à ) CSLL -- DUX dt AX C LÉ 1 d éfq Ctt t ft b d d. E fft â à t «d dx» tè xf v êt, d bt tè fé, t dtb t 1 t 5. L S b t é 1 d CHASSEU d tt btq FACAS 1 Ctt t t ft t 0 t. E é d 0 à 0 b t d ffté d b, t à t d 0 b tt b t bé d d té. L T xt dt êt bt té d 4 k q t ff. E F tt t t tdt vt d b. +AX d PLB ECADÉ BE Pb Bé d d b d 1 d T xt P: 1 L é d d t d-dx, é à d tè ft, ft d tt t, té d à t dt ( à 0 ), t é bé dt d é. E t éé bt tè d vè tè ff. d 7,5 F PLB ET ACE 5 Ctt t, é d té t d, bééf d t d t. S b j t f, d b xt t édt t t d t fdyt. Dté x t, tt t x t t d d d t q étt P AY. U t xt d d f xt 1 5 t 1 t PLB 1 B L 40 d ké /0, é à b à j t f, tt t éétt à tt t. E t t dé tt v dt d t dt (50 à 0 ). E F tt t t tdt, vt t b. / CK -- E F tt t t tdt, vt d b AS EXSTE AUSS E CALBE 1 ET AS AS Ct. E F tt t t tdt, vt d b. Ct yt b «év é» AS Ct E f t t tdt vt tt b. P: 5

4 1 L d été db S L t d 40 d té, é à b j té, dt à tt t, t 40 t 50, t éétt q tt ttd d t t. Ct yt b év é L té t vt b, dé v. t bé d vv. - j t d tq. - j t ft dtfé d t. - Dét z d t éé v z d. 5 à dt à d t 3 dt à d t tt d à t é. L ê d té. - t q t ft, j à t d. S z t dté t, j t êt LE - j qtt t vt f d tq, ê v bé. d 50 U t «éq» d x t t f d btq (405/) t dx qté qt d tt t. Ct yt b év é. -4- t t z A T B. L b t dté x tt b d t y éé d bd. S vt d 400/ ét btq xt t d êt dtb. Ct yt b év é Bk S U t ét ç t d v btt. S 3 d éé1 + té, tt à tt t éétt t ffté q t t t Vdé Cç v b, 175 d t t étt d dt d t. L d té t b d vt t éétt étt xt t qté x. 1 1 P: 4 z b t 1 1 B U v t d 3 é v d t fç, t xt dé. P t é t dx qté d tt b q vè tè ft. B 7 B 4 B 1 b bt U v bé d d, é d t j tq bt x d vt, d à tt b vété xt t é dbq q d y tè. d U v xt ( + t) d, é d q tq, té b F t é t b x x. t b 0 1 F LE 1 EXSTE AUSS E CAL 1-0 ET L 3,5 B Ctt «d FACE» t é d 0 d té. E t éfé tt tt d d t tqt t à tè dt ( t +). Ct yt b év é. U b d 3 q ét. L qté d é d yé, ffté d éétt, vqt é d. Cv LE t é 1 d CHASSEU d tt btq FACAS P tt t té d tè éfq q t d bt v d d 54 d té, vt xt d / t d éétt x t 40 t 0. E à v x «d USA». Ct yt b év é. - Dé étvt d f d tq. B 1 1 S Ctt bk d 3 t d t t d é. Cç êt bêt t, é étq qb t d 40 j. P f évé 1 b. B B P: 7

5 Ctt t v b t dé 1 dvt, Fbqé v d vt tq d Cb 1. z CHASSEU t é 1 1 â à b ft è dt t tè t qté tt t èd d f b tq xt. dé 1 tdt dvt. b L t d d vt é ffté d tt t. L éfté d, é à d dx, fft, t 0 t, d bt td t été d b xtd. té CSLL - Pb d C (dté 11.3, fd à 37 ) Tt d b qté té jt d t d C t d B-T t d djt d v 3% d t (At : dté 3.7 Fd à ) t Ctt t 31 t é d té t d. Cç d t d t t t t t d Ctt t 1 «S S», é d d t d b à j, t êt té d t f bé. P d tt btq d FACAS CAACTE tq d Pb ké (k dté., Fd à 1455 ) L b d vt êt ké, dt d dté t btt ffté. L b d ké déft x fttt t té d, q d k. L ké tt ftt ydq, éétt d t d. L tjt t t t t d été t d déft b d. Ctt t t ç t d t 0. L xt d t d b j éfq t d b d xt qté. C k d 0 t qté x qb L t vt/ d tt t, â à b ft è d tè t qté, d f btq xt. E à tt tqt dvt t ffté dtb. Ext 1 ét déé 0. L d d-dx é à d tè ft, ft d tt t, té d à t dt ( à 0 ), t é bé dt d é. E t éé bt tè d ù vè tè ff. t - Pb Lté : A v/z, Cv dté. Fd à 3, Z dté 7.14 Fd à 41 ) L b d vt êt té, ké, t t d dté q ffté Pb D-dx Pb f d dq éé v d dx 50% d q d, tè d d d b dè t d. Effté t t à tè t dt à 0, é t à t. Tt F, t t k b d Etdé t t d é d 0, tt t, â à b évb, td d b t éétt qb d t t 5 t AX z b P 7 U vété t d b xtd, ft d tt t 0, t d tè t qté. E d x d q à t xt tt t t P: tt BUE EVESBLE CSLL L éfté d t d dx ttt d bt td d b t d tè tt. P d t t 0 t. Ctt t, é d té t d, bééfé d t d t. S b j t f d b xt t édt t t d t fdyt t U t é bé dx d 1 : t d dx é d t é à té d d Ax à tt t td t été d b qb. E ffté x t t 5. P 5 Pb Dx Pb, djt d t, dt t à b t ttqt déft fttt d t k ét dè t d étt d b à té d. Ext t à t dt 0/ x. Tè t, à t, ét d d db d f Av d 3 d ké, tt t t vt xt t éétt x t dt. Ctt Ct dt êt té d d yt b év é CKELE P:

6 P t 1 B P P tf é d à d t q ét q b à j, ébé tt t, t b B, f d bt d éété t d éété d b. Ctt t, é d d ké, â à btq tè ft, ffté dtb t 5 t t d t xt CK 1 - S b à j dté d dé té, é à d éfq q t d bt vt d / d, ft d tt t éfé. d t t t 40. BUE EVESBLE b 7 - t t z P LES b t d tt DSPESE L t d tt t é dé t ê q P B q jté, bt d tt, d dx t d BUE EVESBLE - tx d t é d t, t éété t f d t v x BUE EVESBLE 7 - Cvv, t t t t. Cé v d b B, t t éqb ft t vt t qté d b. E tt ffté x. 4 Bé vv tt bté - Véf éèt té d t d b étt d d. 4 - d t t v d. Bk - t f t vt tt d d PLAS DSC DUX BUE B DSPESE BUE EVESBLE 7 b bq P 4 U t 4 ét ç d q t d f vv f d d-è. Ctt tt t ét btq t x q t d v BUE EVESBLE 3, BUE EVESBLE L t bq étt d é é fç, dédé d dé d t éfé «DSCETE» tt d t d : C t, té d d d x, t tè ff tt dét q éétt. - BUE EVESBLE t t b z D èt 3 S b 1 1 Ct P: AS P: 11

7 z 1 t d P t A 0 t 1, ébé t t ft q bééf d t vt / éétt xt (40 /). S x tè éttf ét b «qttf» d tt t. P f bé évé «t t» 1 b. Dt x t : 45. St * Cé v d b d ké t d b «é» q tè, tt t dt êt té d d bé dt év t é é à b. E t êt té d t k. Pté x é : 37 ACE ACE CKELE X t 3 St 3 St 3 Ctt t é d 3 d b d ké dt êt té d d bé évé «t t» 1 b. E t êt té d t k. Pté x é : 40. ACE CKELE Tt 34 * Cé v 34 d b, tt tx + ké, tt t btq dtq à d. E t êt té d t f bé t d t q k. Pté x é : 45. Tt t éé A+5T - 5A+T z Cé d 3 d b d ké t d b «é» tèt, tt t dt êt té d d f bé évé «t t» 1 b. t t Pté xé : 45. ACE CKELÉ T t 40 Cé v 40 d b, tt tx + ké, tt t dt êt té d d bé évé «t t» 1 b t t êt té d t k. L b té tt t t éétt t té é d % à t b tdd. Pté x é : tt t éé A+3T - 4A+5T XTE SPHE TUSTE z 1 St Cé v d b d ké t d b «é» q tè, tt t t êt té d d bé 5 dt év t é é à 0 b. E t êt té d t k. Pté x é : ACE CKELE XTE 50 L t 3 dt t é d té à té d b «é» q t d bt, à dt é, 40% d d ét t à t 3 q. E dt êt té d d f bé évé «t t» 1 b. Ctt t dt tè ft t 15 t, t é z, «vé» dvt t, «é d» d, d «é» tt. Tt t t t é v d b d q t tté d êt ké. L b d ké t f/b v ttt f d d k q 4 vt tè tt t à b d q : - Ptt d : L d d t tèt d k, ttt ké d b d y A t bv q t é b d q. L ét d f yt év «b d» t d é tt t. - f btq : D t bt é b d év t d St-Et, ffté d tè é t é «b d» vd é fç. Et bvé q étt btq (vt - éétt - té) bt v t b d k étt é d 5% à tt t t b d q. Pté x : 3 b d q 40 b d ké. - Cvt d : d ét d xydt té. - Stk d t :, b ké t t éèt d. L t «é b» Xt 40 t Xt 50 t d qté btq xt â à b y-té t vt t-d 400 / t +. L éétt fdyt t 50 t 5 t v é. P f bé évé «t t» 1 b SPHE TUSTE * Ct «d» vt êt té d t f qq t k. Ct «t f» vt êt té d t f yt b év é 1 b. P: 1 P: 13

8 z 0 «d» vt êt té d t * Ct f qq t k. Ct «t f» vt êt té d t f yt b év é 1 b. b Av b «é» q tt tè, tt t z t êt té tt été d St 4 * b t k t t f bé évé 40 b. Pté x é. v ACE CKELÉ Ctétq d Tt tx? Uté d Tt 5, Tt 34 t Tt 40 A. T A L b té fbt d t t d P t A, ébé t t ft q bééf d t vt / éétt xt (40 /). S x tè éttf ét b «qttf» d tt t. P f bé évé «t t» 1 b. Dt x t : ACE Tt 5 * Cé d 5 d b tt tx + ké t d b «é» tèt, tt t éétt é d % à t b d tdd. Pté x 40. tt t éé z Av b éfq «b d» q tè t btq tè ft, tt t t x té d d «z». P f bé évé «t t» 1 b. Pté x é St 0 P: t b z ACE CKELE B J : ACE L b JA 3 t t d b xvté AY A. t été étdé t t btqt d, à tt t é v d b d, d btq t ft. E t t d tt x. B J : L J J3 t J BALSTC + t xvté AY A. E t été t t btq t à t été d b t vt xt q ttt d bt ffté dtb. C d : Ct tf tt dè t d, d f d t d bd, b tè dt t té éè. C fft d bt dèt d d d 1 à dt d 5. Uté y A d t C, t té à v d t Bé dt. B évb : Dx tt dt yétq d t t d t d t, ttt à tt t é v ty d b, d bt b dtq à d b v b d t d vt. Uté y d P, P 5, P, Pt 33 t Bé. Ax : C d t d 3 tt té d d, q tt d f ét d à t d. btd b f d t q d bd, t v v été b t 0 t. Uté y A d S Dt. B fb : U b q yé d d t tt t tdt. E tt d bt d b tè éè t 5 t 40 t éétt tè ft. E t té y A d P, P 3 t P. B : L dt d tt b à j, d tt d té x, tt à tt t é v t tf, d bt xt éétt/d té ft à y dt (0 à ). Uté y A d S-b t C 0. B ft : C t t d d ty d b. Tt t é v -, t étd à btq xt q td b xtêt è t éétt éé. E t té y A d t : E, Ex, Bé, S Dt t é. 5A+T L b Tt tx t étt d é d d d ttè v t yè (tè tq) q dt dté t t d bt dté b à d. L t Tt t Tt é v d b tt tx t êt té d t q bé, t v t ty d k fx vb (d à k). Cé x t b d q, t y A t éétt t té é d 40% (té x : 50 ). t b C É E U D E C A T U C H E S Tt * C t t t é d z à ê btq q, tt tt à 0% été d q tt. 1 TUSTE X P: 15

9 Fbt t Fbt dt L d fbt Lbt btq z tt 47 t d St x - 40 B - FACE té Fx E : wb :

Calendrier des collectes 2015

Calendrier des collectes 2015 N j t t hgé? O! g! Tz, t f! C t 2015 O mégè, mbg, mbt, éht t, t txt, éhtt D pt ptq Ctt bh t p m m tmt à, m pté q j pét tt q m jt hgé mt t. L tâh q m t fé t mpt mx hbtt t pépt mj t pmt é. E t ff à m té

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

RDV E-commerce 2013 Mercredi 6 Mars, Technopark

RDV E-commerce 2013 Mercredi 6 Mars, Technopark RDV E-mm 2013 Md 6 M, Thpk Smm 1 P q E 2 Q x p? 3 Q v? 4 d é d 2 0 1 5 p 2 0 1 3 6 h g 7 d f é 1 Pq E-mm? Pq S E-Cmm? D d d Md IT XCOM gé dp 2009 phé E-mm.m F à mhé p, XCOM h d déd E-mm, Pm éq, E-Mkg Chff

Plus en détail

Votre succès notre spécialité!

Votre succès notre spécialité! V ccè pécé! C Cchg Fm Igé Rcm V ccè pécé! L p mbx mché. E MPS I C g démq p ff pé pf d chq c : p é. N Fc: EMPSI Cg éé céé 2010 P Bddd Bchb q pé p d 8 d md d p. I dévpp N cmp xgc d é d. N c pfm mé d q gg

Plus en détail

ISAN System: 5 Œuvre à épisodes ou en plusieurs parties

ISAN System: 5 Œuvre à épisodes ou en plusieurs parties sm: 5 Œ à épsds pss ps Wb f B Rs s: E b W B bs d mdè Vs j www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. wzd 5 Œ à épsds pss ps mm: TRODUTO DEMRE. OEXO.

Plus en détail

l u N D I 15 M D I D I 3 17 J u D I N D D I I M N C h COuPE Du PrEsIDENT OPEN 104 FEuChErOllEs EAuBONNE s1 20h15 COuPE Du OPEN 104 EAuBONNE s2 20h15

l u N D I 15 M D I D I 3 17 J u D I N D D I I M N C h COuPE Du PrEsIDENT OPEN 104 FEuChErOllEs EAuBONNE s1 20h15 COuPE Du OPEN 104 EAuBONNE s2 20h15 6-boc caendie 220415_6 agenda 2006 p218-237 23/04/2015 15:36 Page 1 1 6-boc caendie 220415_6 agenda 2006 p218-237 23/04/2015 15:36 Page 2 36 31 août PTB 2015 37 38 7 14 1 8 15 OP 104 1 2015 OP PT Té BO

Plus en détail

Bougez, protégez votre liberté!

Bougez, protégez votre liberté! > F a Bgz, pégz v bé! www.a-. CAT.ELB.a240215 - Cé ph : Fa Daz à v p aé N az p a v gâh a v! Aj h, p g évq v ; Pa, p 4 aça q, v, éq qaé v. Ca ax é ç, b pa évé ax p âgé a h a p j. E pè v, h pa épagé. Pa

Plus en détail

INFORMATIONS DIVERSES

INFORMATIONS DIVERSES Nom de l'adhérent : N d'adhérent :.. INFORMATIONS DIVERSES Rubrique Nom de la personne à contacter AD Date de début exercice N BA Date de fin exercice N BB Date d'arrêté provisoire BC DECLARATION RECTIFICATIVE

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

3 : «L amitié éternelle» 4 : «L amour» 5 à 11 : Le Dossier 12 : Loisirs 13 : Fin d année en beauté

3 : «L amitié éternelle» 4 : «L amour» 5 à 11 : Le Dossier 12 : Loisirs 13 : Fin d année en beauté L c - 3 : «L mé é» 4 : «L m» 5 à 11 : L D 12 : L 13 : F é bé L J éèv Lycé L P, èm égé éèv, é f é c 2013-2014, D éc ccé à c ; x c ô, c éê vfé qq é. L - émé chz j? C mé év qq, é à c m q... B... c! LC, c.

Plus en détail

ILT. Interfacultair Instituut voor Levende Talen. T@@lvaardig. Actes de communication. Serge Verlinde Evelyn Goris. Katholieke Universiteit Leuven

ILT. Interfacultair Instituut voor Levende Talen. T@@lvaardig. Actes de communication. Serge Verlinde Evelyn Goris. Katholieke Universiteit Leuven IL If I L S V Ey G Khk U L 13/02/02 pé? xp qé xp pz à pz p héhq pé p à q z p à p héhq fé à p à q pz xp q 'p (è) f, '-à- p. x. ' é ff. N xp à py qq' q z b ( f) P xp pô pp L p - pé pz ': z qq', q -? Bj,

Plus en détail

Equations différentielles linéaires à coefficients constants

Equations différentielles linéaires à coefficients constants Equations différentielles linéaires à coefficients constants Cas des équations d ordre 1 et 2 Cours de : Martine Arrou-Vignod Médiatisation : Johan Millaud Département RT de l IUT de Vélizy Mai 2007 I

Plus en détail

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 01. Qui nous sommes NÉ EN 2013 Du besoin de simplifier l accès au financement pour les PME, d apporter des réponses globales à leurs besoins financiers,

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

ISAN System: 3 Création d un V-ISAN

ISAN System: 3 Création d un V-ISAN sm: é d V Wb f B Rs s: E b W B bs d mdè Vs j www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. www.sb. B ss Psfh B 7 T. +4 5 Fx +4 7 EM: f@sb. wzd é d V mm: TRODUTO DEMRE. OEXO. RETO D U V 4 FORMTO UPPLEMETRE

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

! " # $ #% &!" # $ %"& ' ' $ (

!  # $ #% &! # $ %& ' ' $ ( !" #$%"& ! "#$#% &!" #$%"& ' '$( SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 METHODE... 4 TAUX DE REPONSES ET VALIDITE DES POURCENTAGES... 4 RESULTATS... 6 I. Qui sont les étudiants ayant répondu?... 6 1.1. Répartition

Plus en détail

OutilsMathematiques-L1-2004/2005-D.Brito.&G.Legaut.

OutilsMathematiques-L1-2004/2005-D.Brito.&G.Legaut. OutilsMathematiques-L1-2004/2005-DBrito&GLegaut lapremiereseancedutp,soitlasemainedu22novembre2004 Lesreponsesauxquestions1a7sontarendresurpapierlorsde TPinformatiquen5 d'uneequationdierentielle: Resolutionnumerique

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

FILTRATION FILTRATION FILTRE CAV COMPLET FILTRE SEPAR FILTRE PURFLUX. Commandes Tél : 04 93 90 62 94 Fax : 04 93 90 65 67 67 F.

FILTRATION FILTRATION FILTRE CAV COMPLET FILTRE SEPAR FILTRE PURFLUX. Commandes Tél : 04 93 90 62 94 Fax : 04 93 90 65 67 67 F. CAV COMPLET F.17107 M14150 F.17108 12-20 F.17109 M14-150 ELEMENT : F.296 SEPAR ELEMENT : F. F.SE200010 F.SE20005 PURFLUX F.PO ELEMENT : F. F.CN135 Commandes Tél : 04 93 90 62 94 Fax : 04 93 90 65 67 67

Plus en détail

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite,

Le Préfet de Seine et Marne, Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite, IRECTION ES ACTIONS INTERMINISTERIELLES --------------------------------- Bureau des Installations Classées Mines - Carrières ------------------- Arrêté préfectoral n 04 AI 2 IC 271 autorisant la société

Plus en détail

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète

1.1.1 Signaux à variation temporelle continue-discrète Chapitre Base des Signaux. Classi cation des signaux.. Signaux à variation temporelle continue-discrète Les signaux à variation temporelle continue sont des fonctions d une ou plusieurs variables continues

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

Au-delà du coalescent : quels modèles pour expliquer la di

Au-delà du coalescent : quels modèles pour expliquer la di Au-delà du coalescent : quels modèles pour expliquer la diversité génétique? LPMA, Université Paris 6, CMAP Polytechnique 13 octobre 2009 A partir de travaux conjoints avec N. Berestycki, V. Limic, J.

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux

Fonctions de plusieurs variables. Sébastien Tordeux Fonctions de plusieurs variables Sébastien Tordeux 22 février 2009 Table des matières 1 Fonctions de plusieurs variables 3 1.1 Définition............................. 3 1.2 Limite et continuité.......................

Plus en détail

+, -. / 0 1! " #! $ % % %! &' ( &))*

+, -. / 0 1!  #! $ % % %! &' ( &))* !"#!$%% +,-. /01 %!&'(&))* 23%#!! " # " " " "$! 4 5-6 4! 1! " # - 5! " # 6 3! " # 7! " # " 8! 9 : ; 5 7 4! 1! # 42 5! 5 < 44 3! # " 7! 41 5 8 '9 4! " $ = " > 4!4 *% 43 4!1? 48 4 4!5 $ 9 4!3 4@ 4!7 $ #

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

Les équations différentielles

Les équations différentielles Les équations différentielles Equations différentielles du premier ordre avec second membre Ce cours porte exclusivement sur la résolution des équations différentielles du premier ordre avec second membre

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète

Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète Traitement du signal avec Scilab : la transformée de Fourier discrète L objectif de cette séance est de valider l expression de la transformée de Fourier Discrète (TFD), telle que peut la déterminer un

Plus en détail

Les joints Standards COMPOSANTS LEANTEK ET UTILISATIONS. Tous nos joints standards sont disponibles en version ESD. Vis de fixation : S1-S4

Les joints Standards COMPOSANTS LEANTEK ET UTILISATIONS. Tous nos joints standards sont disponibles en version ESD. Vis de fixation : S1-S4 COMPOSANTS LEANTEK ET UTILISATIONS Les joints Standards F-A Joint pour liaison à 90 F-A se combine avec F-B, F-A et F-C 51 mm 51 mm 90 F-B Joint d angle à 90 Il se combine à un autre F-B ou à 2 F-A. 47

Plus en détail

Incorporé au 3 e régiment d infanterie coloniale

Incorporé au 3 e régiment d infanterie coloniale Ax 59 : ch u u c u C B L ch u u c u C B 1 N A Fç Adu Eugè Gg [979?] Au C Afd A Luc Lu Augu M Aub Luc Muc Auc Augu E Auc Lu Auy Ru Auz Rhë Mu D u d c Pf Su N 15 cb 1886 à P N 8 b 1879 à P N 13 û 1885 à

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Sunêlia Domaine de la Dragonnière - RD612-34450 Vias sur Mer 04 67 01 03 10 - contact@dragonniere.com www.dragonniere.com

Sunêlia Domaine de la Dragonnière - RD612-34450 Vias sur Mer 04 67 01 03 10 - contact@dragonniere.com www.dragonniere.com t L C c c v d bgg l Pép pu d i Dg Véifi p u j é b d l m i Imp mil Kp th go D d l D C l d P Suêli Dmi d l Dgiè - RD612-34450 Vi u M 04 67 01 03 10 - ctct@dgi.cm www.dgi.cm [ Rmi d clé gti u plu td à 17h

Plus en détail

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé 1 TGR Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé Simon Munier Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'environnement (AgroParisTech)

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

#"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($

#$&'$+* ( ),'-.'($ %($ "#$%&' #(%)*"" (#%*!"!#$"! -!"!#$"!! -!"!#$"!./% -!"!#$"! #"$&'$+*" (" ),'-"."'($ %($ % & % '!#(! "! $#) #!* +,!(")"",#./ & 0!,$#!1!"!#1 $#!* ** +" + 1! 0! $!,#!,! $,! 2! $3! 1! $ 1+4!"$"#)1,##" 56./78#!

Plus en détail

! " #$ % $! & '(# ) (%%

!  #$ % $! & '(# ) (%% " #$ % $ & '(# ) (%% "#$ %&' # ( ) #* +,#*+-),- ). * /. 0),12-3 45 #3 /45 ) 67 #*+ & ) 5 ) #*+ )5 #& #*+ 0 / )5 8 )0 ) 0)12 5+ )& ) )12) 7)0 5 ) 9/ 5 2 ) ) '12 ) /) 5" ) 7) 6 ): 05 2 5 80 7 ) 0,$#- ) &

Plus en détail

Equations Différentielles

Equations Différentielles IFIPS S4 Université Paris XI Equations Différentielles Cours et Exercices Jean-Luc Raimbault raimbault@lptp.polytechnique.fr 2007 2 Dans ce petit cours sur les équations différentielles, on vous propose

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Eléments de Relativité générale

Eléments de Relativité générale Eléments de Relativité générale par Gilbert Gastebois 1. Notations 1.1 Unités En relativité générale on adopte certaines conventions sur les unités pour simplifier les formules : On prend la vitesse de

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels

3ème séance de Mécanique des fluides. Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait. 2 Écoulements potentiels 3ème séance de Mécanique des fluides Rappels sur les premières séances Aujourd hui : le modèle du fluide parfait 1 Généralités 1.1 Introduction 1.2 Équation d Euler 1.3 Premier théorème de Bernoulli 1.4

Plus en détail

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles

Introduction. aux équations différentielles. et aux dérivées partielles Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

La couche physique de l ADSL (voie descendante)

La couche physique de l ADSL (voie descendante) La couche physique de l ADSL (voie descendante) Philippe Ciblat École Nationale Supérieure des Télécommunications, Paris, France Problématique qq kilomètres CENTRAL câble de 0,4mm Objectifs initiaux :

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification

CHAPITRE V. Théorie de l échantillonnage et de la quantification CHAPITRE V Théorie de l échantillonnage et de la quantification Olivier FRANÇAIS, SOMMAIRE I INTRODUCTION... 3 II THÉORIE DE L ÉCHANTILLONNAGE... 3 II. ACQUISITION DES SIGNAUX... 3 II. MODÉLISATION DE

Plus en détail

DÉCLARATION DES REVENUS 2014

DÉCLARATION DES REVENUS 2014 2042 N 10330 * 19 14 DÉCLARATION DES REVENUS 2014 direction générale des finances publiques Vous déposez une déclaration pour la première fois Cochez > Vous avez déjà déposé une déclaration. Indiquez :

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

Génération de scénarios économiques

Génération de scénarios économiques Modélisation des taux d intérêt Pierre-E. Thérond ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 22 novembre 2013 Motivation La modélisation des taux d intérêt est

Plus en détail

Cours d analyse numérique SMI-S4

Cours d analyse numérique SMI-S4 ours d analyse numérique SMI-S4 Introduction L objet de l analyse numérique est de concevoir et d étudier des méthodes de résolution de certains problèmes mathématiques, en général issus de problèmes réels,

Plus en détail

www.fixglace.com TEL : 06.52.17.00.38

www.fixglace.com TEL : 06.52.17.00.38 quincaillerie FIXATION VERRE LES PIECES DE FIXATION DU VERRE CATALOGUE 2013 - Site de vente en ligne - TEL : 06.52.17.00.38 Boutons lève glace Page 22 Caches vis Page 24 Charnières, pinces pour portes

Plus en détail

ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x

ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x ²² ANNEXE 5 (1 page) MIC2920x Coefficient : 5 DT 7/ 29 ANNEXE 6 (1 page) - ADG 719 Coefficient : 5 DT 8/ 29 ANNEXE 7 (3 pages) - ESDAxxSCy Coefficient : 5 DT 9/ 29 ANNEXE 7 (suite) Coefficient : 5 DT 10/

Plus en détail

P h i l h a r m o n i s

P h i l h a r m o n i s Adoptez un nouveau rythme pour vos placements P h i l h a r m o n i s NOTE D INFO R M ATI O N C o n t rat Collectif d assurance sur la vie à adhésion facultative L e s c a r a c t é r i s t i q u e s d

Plus en détail

RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire

RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire RO04/TI07 - Optimisation non-linéaire Stéphane Mottelet Université de Technologie de Compiègne Printemps 2003 I Motivations et notions fondamentales 4 I1 Motivations 5 I2 Formes quadratiques 13 I3 Rappels

Plus en détail

Jeux de caracte res et encodage (par Michel Michaud 2014)

Jeux de caracte res et encodage (par Michel Michaud 2014) Jeux de caracte res et encodage (par Michel Michaud 2014) Les ordinateurs ne traitent que des données numériques. En fait, les codages électriques qu'ils conservent en mémoire centrale ne représentent

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL

FASCICULE DES BILANS ET COMPTES DE RESULTAT DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing

Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Introduction à l analyse numérique : exemple du cloud computing Tony FEVRIER Aujourd hui! Table des matières 1 Equations aux dérivées partielles et modélisation Equation différentielle et modélisation

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AVANCE : NOTICE D UTILISATION

DOSSIER DE DEMANDE D AVANCE : NOTICE D UTILISATION DOSSIER DE DEMANDE D AVANCE : NOTICE D UTILISATION Le dossier de demande d avance est composé : - d un formulaire électronique de demande à compléter par la librairie - de pièces complémentaires indispensables

Plus en détail

W i r e l e s s B o d y S c a l e - i B F 5 T h a n k y o u f o r p u r c h a s i n g t h e W i r e l e s s B o d y S c a l e i B F 5. B e f o r e u s i n g t h i s u n i t f o r t h e f i r s t t i m

Plus en détail

Exercices de géométrie

Exercices de géométrie Exercices de géométrie Stage olympique de Bois-le-Roi, avril 2006 Igor Kortchemski Exercices vus en cours Exercice 1. (IMO 2000) Soient Ω 1 et Ω 2 deux cercles qui se coupent en M et en N. Soit la tangente

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Port de Saint Laurent du Var - Barème des redevances Année 2013 1/10

Port de Saint Laurent du Var - Barème des redevances Année 2013 1/10 Port de Saint Laurent du Var - Barème des redevances Année 2013 1/10 ANNEXE AU CAHIER DES CHARGES DE LA CONCESSION OCTROYEE AU YACHT CLUB INTERNATIONAL DE SAINT LAURENT DU VAR POUR L ETABLISSEMENT ET L

Plus en détail

[Le Canada a 10 ans pour changer ses politiques économiques et sociales Paul Martin

[Le Canada a 10 ans pour changer ses politiques économiques et sociales Paul Martin G G à É FÉ 0 ppç pp g Q [ 0 p g pq éq è gé g p éé q QÉB Qéb y qq p bé éé pp éà p pp g bé Qéb épé ég Qéb pé bé éé «é ppy épé x «p q ép âg 7 pq p 5 é q p 88 é épp b p égq pp b pp Fç pp g Q x b ég Qéb «Bp

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Cours numéro 5. Poker» cours de poker» côtes et probabilités

Cours numéro 5. Poker» cours de poker» côtes et probabilités Poker» cours de poker» côtes et probabilités Cours numéro 5 Les cotes sont essentielles au poker. Elles permettent de savoir s'il est rentable de rentrer dans un "coup" ou non. Il faut savoir manier les

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM

Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Signaux numériques : Multiplexage temporel : TDM Pour la hiérarchie TDM, il y a deux catégorie : Le multiplexage dans les systèmes informatiques : La transmission TDM dans des lignes haute vitesse à partir

Plus en détail

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo]

Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. Prénom : Date : J entends [vi] J entends [va] J entends [vo] Le son [v] Découpe et colle les images dans la bonne colonne. J entends [va] J entends [vo] J entends [vi] J entends [vu] J entends [von] Je n entends pas [v] Le son [v] Ecris O (oui) si tu entends le

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

2012 écoles. International. Graines d artistes. les appelle

2012 écoles. International. Graines d artistes. les appelle L x p j é y 2012 é D q é - pé jx 2011/2012? Déz- é, éx, w, b h, égg, pè, éé p CLEMI. I C? pp p p O., b I p. b p- q J. f R N L J T 15, j 2012, é Chp, P 3 (75) A : Réé P/J Pg é Chp (P 3), L J T pé é q éè

Plus en détail

)*+,+(-,(-.//0,+( Introduction )-"""( 1!"!2( !"#$%&$'()*+,-.//01)2&)345)3-67.0) 89:(#&2;2'&)<=$'>?#;(&$@42) A(54B&9)<2%)%5$2'52%) ) ) )

)*+,+(-,(-.//0,+( Introduction )-( 1!!2( !#$%&$'()*+,-.//01)2&)345)3-67.0) 89:(#&2;2'&)<=$'>?#;(&$@42) A(54B&9)<2%)%5$2'52%) ) ) ) )*+,+(-,(-.//0,+( Introduction )-"""( 1!"!2(!"#$%"&%#'(!"#$%&$'()*+,-.//01)2&)345)3-67.0) 89:(#&2;2'&)

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS D AFFAIRES

POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS D AFFAIRES LE RÔLE DU MARKETING STRATÉGIQUE SIX ÉTAPES POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS D AFFAIRES POUR QU UNE ENTREPRISE ATTEIGNE SES OBJECTIFS D AFFAIRES, ELLE DOIT ÉQUILIBRER SA STRATÉGIE MARKETING. Une saveur unique

Plus en détail

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Ces exercices portent sur les items 2, 3 et 5 du programme d informatique des classes préparatoires,

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

5. Analyse des signaux non périodiques

5. Analyse des signaux non périodiques 5. Analyse des signaux non périodiques 5.. Transformation de Fourier 5... Passage de la série à la transformation de Fourier Le passage d'un signal périodique à un signal apériodique peut se faire en considérant

Plus en détail