PLAIDOYER POUR UNE UTILISATION RAISONNEE DES ANTI-INFLAMMATOIRES EN ODONTO-STOMATOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAIDOYER POUR UNE UTILISATION RAISONNEE DES ANTI-INFLAMMATOIRES EN ODONTO-STOMATOLOGIE"

Transcription

1 PLAIDOYER POUR UNE UTILISATION RAISONNEE DES ANTI-INFLAMMATOIRES EN ODONTO-STOMATOLOGIE K. SOUAGA *, A. ADOU *, D. AMANTCHI, Y. ANGOH * INTRODUCTION L observation fréquente de cellulites maxillo-faciales diffuses ou diffusées d origine dentaire en rapport avec une utilisation inadéquate d anti-inflammatoires, oblige à faire une mise au point quant à l emploi de ces substances. Avant d aborder l utilisation proprement dite des antiinflammatoires, des rappels sont nécessaires. I - RAPPELS A) L inflammation et ses étiologies en Odonto-Stomatologie L inflammation est un processus général de défense et d adaptation de l organisme à toute agression tissulaire. En effet, lorsqu un élément étranger (un micro-organisme par exemple) pénètre dans l organisme, celui-ci réagit en mettant en jeu de nombreux systèmes biologiques : cellulaire (polynucléaires, macrophages, lymphocytes, plaquettes,... ), immunitaire (histamine, prostaglandines, anticorps,... ). Ceci, dans le but de circonscrire voire d éliminer le corps étranger agresseur qui, de son côté, tente de se développer et d envahir l organisme tout entier. L inflammation apparaît donc comme une réaction de défense de l organisme face à une agression. Elle va se traduire par les 4 signes cardinaux de CELSE : la rougeur, la chaleur, la tumeur et la douleur. En fonction de la virulence de l élément étranger, l inflammation peut se dérouler dans des limites raisonnables et l agresseur est éliminé. Mais des fois, elle peut être importante et prolongée avec pour conséquence, un risque d altération plus ou moins définitive du tissu concerné (5). Cette situation s observe surtout lorsque l inflammation est consécutive à une agression microbienne. Dès lors, il est impérieux de supprimer la cause et non de se contenter de combattre directement l inflam- Service de Pathologie et Chirurgie Odonto-Stomatologiques et Maxillo-faciales C.C.T.O.S. - C.H.U de Cocody - Abidjan Adresse de l auteur : Dr. SOUAGA K. - UFR d Odonto- Stomatologie - 22 BP 1231 Abidjan (Côte d Ivoire). mation. Ainsi donc, au cours des inflammations d origine infectieuse, l administration exclusive de substances antiinflammatoires loin d être bénéfique, va inhiber le chimiotactisme des cellules de défense de l organisme et favoriser la diffusion de l infection. Il en est de même en cas d administration d anti-inflammatoire associée à une antibiothérapie inadaptée, inefficace sur le genre causal. Au niveau de la sphère buccale, trois causes peuvent être à l origine d un processus inflammatoire. Ce sont : le traumatisme, l infection (qui est l étiologie la plus fréquente) et les affections dégénératives (3). B) Les anti-inflammatoires 1) Les différents types d anti-inflammatoires En fonction de leurs modes d action, on en distingue 3 types : - les anti-inflammatoires stéroïdiens (AIS) - les anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.) - et les anti-inflammatoires enzymatiques (6,7) 2) Les modes d action des anti-inflammatoires a) Les anti-inflammatoires stéroïdiens (A.I.S) ou corticoïdes (voir fig. 1) Ils agissent sur toutes les composantes de l inflammation en s opposant à l action de la phospholipase A2 qui est l enzyme catalysant la libération de l acide arachidonique, à partir de la membrane cellulaire. L acide arachidonique est un constituant normal des membranes cellulaires. Il joue un rôle majeur dans l inflammation car à l origine de la production des leucotriènes, des prostaglandines, du thromboxane A2 et du Paf- Acether (6,7). Les anti-inflammatoires stéroïdiens bloquent donc, la libération de l acide arachidonique à partir des membranes cellulaires. Ils ont donc une action globale et rapide sur l inflammation. b) Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.) Ils n agissent que sur une partie de la composante inflammatoire.

2 Les A.I.N.S. bloquent la dégradation de l acide arachidonique par la voie de la cyclo-oxygénase. Ils s opposent donc à la production des prostaglandines et du thromboxane A2. Ils agissent également sur la composante cellulaire de l inflammation en bloquant la mobilité de cellules notamment les macrophages. Les A.I.N.S. ont une action réduite par rapport à celle des A.I.S. Schématiquement, les modes d action des A.I.S. et des A.I.N.S. peuvent se résumer comme suit : Figure 1 : Modes d action des anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens Phospholipase A2 Phospholipides membranaires - AIS Acide arachidonique AINS Cyclo-oxygénase Lipo-oxygénase Paf-acether Prostaglandines Thromboxane A2 Leucotriènes (Inflammation) (Hémostase) (Allergie) c) Les anti-inflammatoires enzymatiques Ils ont une mode d action totalement différent des précédents. Ils ont une action purement protéolytique en dégradant les éléments cellulaires et circulants (6). 3) Incidents et Accidents dus aux anti-inflammatoires L utilisation des anti-inflammatoires par voie systémique ou locale (en particulier sur de larges surfaces cutanées) expose à de nombreuses complications (5, 10). Leur fréquence et leur gravité sont fonction du terrain, de la posologie et de la durée du traitement (5). Sans prétendre énumérer tous les incidents et accidents, il est bon de retenir quelques uns qui nous paraissent essentiels. a) Les anti-inflammatoires ont une action irritante au niveau gastro-intestinal. Seuls les anti-inflammatoires enzymatiques ne présentent pas ce risque (5,6,7). b) Les anti-inflammatoires ont un effet inhibiteur voire suppresseur sur les défenses de l organisme en freinant la migration et l activité phagocytaire des polynucléaires et des macrophages sur le site de l inflammation, en freinant la production et/ou l activité de nombreux médiateurs, en inhibant l activité de nombreux facteurs chimiotactiques,... de telle sorte qu ils favorisent la diffusion de l infection (2, 4, 6, 7, 8). c) En inhibant la production du thromboxane A2, les A.I.N.S. inhibent par la même occasion l agrégation plaquettaire. Ils favorisent donc la survenue d hémorragie (5, 7, 9). d) L utilisation d A.I.N.S. expose à des risques de manifestations immuno- allergiques (principalement cutanées) de gravité variable (5,7). 4) Contre-indications des anti-inflammatoires La prescription d anti-inflammatoire est interdite en cas de : - ulcère gastroduodénal en évolution voire en cas de troubles gastro-intestinaux, - a ffection bactérienne ou mycosique non contrôlée par un traitement spécifique, - affection virale, - hypersensibilité aux anti-inflammatoires, - immuno-dépression, - trouble de la coagulation, 17

3 - antécédent allergique (asthme, urticaire ), - insuffisance hépatique ou rénale, A.I.N.S. - grossesse (dans le dernier trimestre). IL - MÉFAITS DES ANTI-INFLAMMATOIRES EN ODONTO-STOMATOLOGIE QUELQUES CAS RELEVÉS DANS LA LITTÉRATURE. 1) SCHEFFER P. et col. (8) du Centre Hospitalier de Villeneuve Saint-Georges (France) ont observé en 10 ans ( ) : cas d infections cervico-maxillo -faciales d origine dentaire dont : - 14 cas graves parmi lesquels 9 (soit 64%) en rapport avec une absorption d anti-inflammatoire, - 4 cas (soit 44%) sur les 9 graves ont été mortels. 2) ASSA A. et col. (2) du C.H.U de Cocody (Côte d Ivoire) ont observé en 9 ans ( ) : - 46 cas de cellulites odontogènes diffuses donc graves dont 24 cas (soit 52%) en rapport avec une prise d anti-inflammatoire. - 7 cas (soit 29%) sur 24 ont été mortels. 3) GADEGBEKU S. et col. (4) du C.H.U de Cocody - Abidjan (Côte d Ivoire) ont observé en 11 ans ( ) : cas de cellulites graves de la face dont : (soit 71,5%) en rapport avec une utilisation d anti-inflammatoire, - 12 cas (soit 4,12%) sur 291 ont été fatals. Au delà de ces exemples, il faut retenir que l utilisation d anti-inflammatoire par automédication ou sur une prescription inadaptée peut avoir des conséquences très graves. Tous les auteurs sont unanimes sur ce point. Cela est d autant plus vrai que dans nos pays en développement et sans sécurité sociale, les malades n arrivent pas toujours à honorer totalement les ordonnances. De telle sorte que, lorsqu à l occasion d une consultation odonto-stomatologie, il est prescrit à un patient concomitamment un antibiotique, un anti-inflammatoire et des bains de bouche, celui-ci a très souvent tendance à commencer le traitement par le ou les médicaments les moins chers c est-à-dire par l antiinflammatoire et/ou les bains de bouche. Par ailleurs, le conditionnement habituel des antiinflammatoires (utilisables par vole orale) offre plus de gélules ou de comprimés par rapport aux antibiotiques. Si les posologies ne sont pas adaptées, il y a un risque de poursuite du traitement anti-inflammatoire au delà de l antibiothérapie. Pire, le patient peut interrompre les prises d anti-inflammatoire. Le reste des comprimés ou des gélules peut être réutilisé plus tard sans avis médical ou être offert à un parent, un ami, etc... à l occasion d une odontalgie avec tous les risques que cette automédication comporte. III - RÉSUMÉ DE QUELQUES COMPLICATIONS INFECTIEUSES OBSERVÉES DANS NOTRE SERVICE AU C.C.T.O.S. DU C.H.U DE COCODY Observation n 1 K K - Elève de 17 ans, sans antécédent pathologique, - Consulte pour un abcès intraorbitaire gauche secondaire à la mortification de 24 évoluant depuis 1 semaine et traité par chymotrypsine + amoxicilline (1 g/j) sans succès, - Arrêt du traitement initial, - Drainage pour décongestionner l orbite, - Antibiothérapie à base de fluoroquinolone (péfloxacine), - Patient est revu tous les 2 jours pendant 1 semaine, - Guérison sans séquelle oculaire en quelques mois. Observation n 2 Y K - Agent de bureau âgé de 27 ans, - Odontalgies traitées par automédication à l acide niflumique (NIFLURIL), - 48 h après, tuméfaction jugale droite, - A notre consultation, cellulite aiguë suppurée génienne droite en rapport avec la mortification de 16, - Arrêt du traitement anti-inflammatoire, - Drainage endobuccal + antibiothérapie (à base d amoxicilline + métronidazole), - Ouverture chambre pulpaire de 16, - Cinq jours après, résolution de la tuméfaction, - Traitement conservateur de 16. Observation n 3 - N.G., écolier de 9 ans est accompagné par sa mère à notre consultation pour une cellulite aiguë suppurée, diffusée à la région sous mylohyoïdienne droite en rapport avec la mortification de 46, - Patient traité depuis une dizaine de jours par de l acide niflumique + massages à l eau chaude, - Arrêt de l anti-inflammatoire et des massages, - Drainage + antibiothérapie (à base d amoxicilline + métronidazole), 18

4 - 7 jours après, évolution favorable permettant le traitement chirurgical de la dent causale. Après tout ce qui précède, faut-il bannir les anti-inflammatoires de nos prescriptions? Notre réponse est négative. Alors, quand peut-on prescrire un antiinflammatoire en Odonto-Stomatologie? IV - INDICATIONS DES ANTI-INFLAMMATOIRES EN ODONTO-STOMATOLOGIE 1) Les anti-inflammatoires stéroïdiens (A.I.S ou glucocorticoïdes) a) Leurs indications ont tendance à se développer notamment en chirurgie buccale, dans les pays développés (6). Les A.I.S. trouvent leur place en Implantologie, lors d interventions nécessitant un grand délabrement ou un décollement important ou lors d avulsions de dents flirtant avec le canal mandibulaire (ou canal dentaire inférieur). Leur utilisation sera de courte durée (au maximum 4 jours) et se fera de préférence le matin pour respecter la sécrétion physiologique du cortisol (6). Dans nos pays en développement, l utilisation des glucocorticoïdes doit être exceptionnelle d autant plus que l oedème ou les douleurs redoutés peuvent être e fficacement combattus par l application d une poche de glace associée à un antalgique ou à un anti-inflammatoire non stéroïdien. b) Les corticoïdes d action rapide (bétaméthasone, dexaméthasone, hemisuccinate d hydrocortisone,... ) ont toujours leur place dans la pharmacopée d urgence notamment au cours des accidents allergiques. c) Par ailleurs, les corticoïdes rentrent dans la composition de certaines poudres fréquemment utilisées lors des traitements radiculaires (en Endodontie). 2) Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.) (cf. tableau 2) a) En Chirurgie, les AINS seront prescrits chaque fois qu il risque d apparaître un oedème, une tuméfaction. Ici encore, une antibiothérapie adaptée sera prescrite simultanément et obligatoirement. La durée de l antibiothérapie sera toujours supérieure à celui du traitement anti-inflammatoire de 48 heures au moins (3, 6). b) En Traumatologie, les A.I.N.S. aident à limiter ou à résorber les œdèmes. Une prescription antibiotique se fera dans les mêmes conditions que précédemment, si les lésions sont ouvertes à la peau ou dans la cavité buccale. c) En Endodontie, les AINS peuvent être utilement prescrits lors des desmodontites ou des inflammations périapicales consécutives aux traitements canalaires. Une prescription antibiotique adaptée sera associée dans les mêmes conditions que précédemment (1, 3, 10). d) Lors des syndromes inflammatoires ou traumatiques de l articulation temporo-mandibulaire, les AINS présentent un certain intérêt (3). e) En Prothèse, les AINS permettent de combattre les douleurs (parfois vives) induites par les prothèses trop compressives quoi que très souvent, les antalgiques suffisent. f) En Orthopédie dentofaciale, les AINS peuvent être utiles lors des algies en rapport avec les traitements par systèmes multibagues. 3) Les anti-inflammatoires enzymatiques (cf. tableau 3) : bien que ayant une activité minime par rapport aux 2 groupes précédents, ils ont le gros avantage d être bien tolérés par le tractus digestif (5, 6, 7). Ils conviennent aux patients ayant des antécédents gastro-intestinaux. CONCLUSION Les anti-inflammatoires ont encore leur place sur nos ordonnances et dans notre arsenal thérapeutique. Mais leur prescription doit être prudente : ils potentialisent tous l infection. Par ailleurs, les AINS favorisent les hémorragies. Lors des inflammations d origine infectieuse, la prescription d anti-inflammatoire au départ, est déconseillée voire dangereuse ; elle ne pourra éventuellement se faire que lorsque le traitement antibiotique (associé ou non à un traitement chirurgical) aura fait la preuve de son efficacité (2, 3, 8). 19

5 Quelques anti-inflammatoires stéroïdiens (ou corticoïdes) utilisés en Odonto-Stomatologie (Liste non limitative) DCI Noms Présentations Doses/24 H Commerciaux Attaque Entretien Bétaméthasone Celestène Comp. à 0,5 mg 4 à 6 mg 0,5 à 2 mg Sol. inject. à 4,8 et 20 mg 4 à 20 mg / Déxaméthosone Decadron Comp. à 0,5 mg 4 à 6 mg 0,5 à 1 mg Soludecadron Sol. inject. à 4 mg 4 à 20 mg / Méthyl-prednisolone Medrol Comp. à 4 mg 32 à 48 mg 4 à 16 mg Solumedrol Sol. inject à 20, 40 et 120 mg 40 à 120 mg / Prednisone Cortancyl Comp. à 1,5 mg 40 à 60 mg 5 à 20 mg Prednisolone Solupred Comp. à 5 et 20 mg mg 5 à 20 mg Dose moyenne : 1 mg/kg/24 h (6) Tableau 2 : Les anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés en Odonto-Stomatologie (Liste exhaustive) (5, 7, 10, 11) Classes DCI DC Présentations Dose adulte / 24 H Acide acéthylsalicylique Aspirine (100, 500 mg) Comprimés 3-6 g Salicyles Acétylsalicylate de lysine Aspégic (180, 250, 500, 1000 mg et 1 g) Sachets, Amp.inject. et dérivés Acétylsalicylate de sodium Catalgine (0,10-0,25-0,50-1 g) Sachets Diflunisal Dolobis 250 Comprimés mg Tabalon (200, 400 mg) Comprimés mg Ibuprofène Pacifene Comprimés Fenalgic 400 mg Comprimés Kétoprofénique Profenid (50, 100 mg) Gélules, comprimés mg Propioniques Acide tiaprofénique Surgam (100, 200, 300 mg) Comprimés, suppo mg Naproxène Naprosyne (250, 500, 1000 mg) Comp., suppo mg Fénoprufène Nalgésic 300 mg Comprimés mg Acide niflumique Nifluril (250, 400, 700 mg) Gélules, supppo mg Fenamates Acide méfénamique Ponstyl (250, 500 mg) Compr., suppo mg ou Acide méfénamique Ponstyl (250, 500 lgà Compr., Suppo mg Anthraliniques Voltarène (25, 50, 100, 75 mg) Compr., suppo., amp. inject mg Diclofénac Cataflan (25, 50 mg) Comprimés Olfen (25, 50, 100 mg) Capsules, rectocapsules Piroxicam Feldène 10 mg Gélules mg Oxicams Ténoxicam Tilcotil 20 mg Compr., suppo. et et pourdre pour I.M mg Divers Acide bucloxique Esfar 400 mg Comprimés

6 Tableau 3 : Quelques anti-inflammatoires enzymatiques DCI DC Présentations Posologie adulte/24 H Alpha-amylase Maxilase Comprimés 1 comp. x 3 Sirop 1 c. à S. x 3 Bromélaine Extranase Comprimés 3 comp. x 3 Chymotrypsine Alphachymo- Comprimés 2 comp. x 3 à 4 Trypsine Serrapeptase Dazen Comprimés 3 à 4 comp. Trypsine + ribonucléase Ribatran Comprimés 3 à 4 comp. + chymotrypsinogène DCI : Dénomination Commune Internationale DC : Dénomination Commerciale RÉSUMÉ La fréquence et la gravité des complications liées à l utilisation inappropriée des anti-inflammatoires en Odonto-Stomatologie ont amené les auteurs à attirer l attention des praticiens sur les dangers liés à ces substances. Bien que n étant pas à bannir des prescriptions, les auteurs précisent les conditions dans lesquelles les anti-inflammatoires doivent être prescrits en Odonto-Stomatologie. Mots clés : Anti-inflammatoires - Indications - Odonto- Stomatologie. SUMMARY Plea for a reasoned anti-inflammatories drugs use in dental and oral surgery After a reminder of different anti-inflammatories drugs actions and from examples taken in the literature and their department, the authors show how these drugs can be dangerous. Without forbidding these drugs in Dental and Oral surgery, the authors precise the conditions for their prescriptions in our developing countries. Key-Words - Anti-inflammatories -Dental Surgery - Oral surgery - Indications. BIBLIOGRAPHIE 1 - ARCANGIOLI M. Les urgences en Endodontie Actual. Odontostomatol. 157 : 67-74, ASSA A., ADOU A., CREZOIT G.E., SIDIBE C.A., BILE J.L., ANGOH. Y., BOUILLET D. N., GADEGBEKU S., VILASCO J. Les cellulites diffuses et anti-inflammatoires Rev. Col. Odontostomatol. Chir. Maxillo fac. Afr. 3, 3 : 25-27, CHAPPAT C. L inflammatoire en Odonto- stomatologie. L intérêt des A.I.N.S. Chir. Dent. Fr. 61, 588 : 43-44, GADEGBEKU S., CREZOIT G. E., AKA G. K. F., OUATTARA B. Les cellulites et phlegmons maxillofaciaux graves en milieu africain. Rev. col. Odonto- stomatol. Chir. Maxillofac. Afr. 2, 2 : 8-11, LECHAT P., CALVO F., DE CREMOUX P., GIROUD J. P.,LAGIER G., LECHAT ph., ROUVEIX B., WEBER S. Médicaments de l inflammation. In: Pharmacologie médicale pp : MASSON, Edit., Paris, LIMBOUR P., DE MELO G. La prescription post-opératoire en chirurgie buccale. Actual. Odonto-stomatol., 190 : , MUSTER D. Les médicaments de l inflammation. Encycl. Méd. Chir. stomatologie C-10, SCHEFFER P., OUAZZANI A., ESTEBAN J., LERONDEAU J.-Cl. Infections graves cervico-faciales d origine dentaire. Rev. stomatol. Chir. Maxillo-fac. 90, 2 : , SOUAGA K., CREZOIT G. E., KOUAME P. A., AMANTCHI D.,GADEGBEKU S., ANGOH Y. Approche étiologique des accidents hémorragiques dans les suites d extractions dentaires. A propos de 60 cas. Rev.Col. Odonto-stomatol. Maxillofac. Afr. 3, 1 spécial : 50-55, SOUAGA K. Prescriptions médicamenteuses en Odontologie Conservatrice. Thèse chir. Dent. n Nantes, VIDAL Dictionnaire e Edition, Paris cedex

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Les anti-inflammatoires non stéro. Les antalgiques non opiacés.

Les anti-inflammatoires non stéro. Les antalgiques non opiacés. Les anti-inflammatoires non stéro roïdiens et stéro roïdiens. Les antalgiques non opiacés. (bases pharmacologiques) DCEM1 Pr.. Laurent Monassier Pharmacologie DCEMI Ce que nous allons voir 1 ère partie:

Plus en détail

Dents de sagesse : quand les enlever?

Dents de sagesse : quand les enlever? 45èmes Journées de Formation Médicale M Continue Jeudi 13 septembre 2007 Dents de sagesse : quand les enlever? Florent Sury Service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie Pr D.Goga,, Dr B. Hüttenberger

Plus en détail

Recommandations pour la prescription des anti-inflammatoires en chirurgie buccale chez l adulte

Recommandations pour la prescription des anti-inflammatoires en chirurgie buccale chez l adulte Recommandations pour la prescription des anti-inflammatoires en chez l adulte Recommandations SOCIÉTÉ FRANCOPHONE DE MÉDECINE BUCCALE ET CHIRURGIE BUCCALE Groupe de travail Jacky SAMSON Vianney DESCROIX

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Pharmacothérapie de la douleur

Pharmacothérapie de la douleur Pharmacothérapie de la douleur Comment utiliser les différentes formes de médicaments? Conseils pratiques à l officine 1 Paracétamol en forme mono Toxicité gastrique peu probable Hépatotoxicité: intoxication

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques Les médicaments génériques ou Copies ou Médicaments essentiellement similaires Dr. Pascal Bonnabry, PD Pharmacien-chef Février 2002 Aspects pharmacologiques et pharmaceutiques Les génériques Pharmacocinétique

Plus en détail

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les mécanismes d action des AINS

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, Juillet 2011 1 Principaux messages

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs.

ODF. Analyse de Steiner. Analyse de Sassouni. Analyse de Ricketts. Analyse de Biggerstaff. Analyse de Downs. ODF 1) Embryologie dento faciale et croissance crânio faciale. 2) Rythme et direction de croissance. 3) Le modelage osseux. 4) Morphogenèse des arcades dentaires et établissement de l occlusion. 5) Notions

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII TABLE DES MATIÈRES COLLABORATEURS... PRÉFACE... VII Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 Les antalgiques... 3 Principes et règles de prescription... 3 Aspects généraux de la douleur... 3

Plus en détail

Traiter la goutte sans être débordé

Traiter la goutte sans être débordé Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Traiter la goutte sans être débordé Hélène Demers et Michel Lapierre Vous voulez traiter et prévenir la goutte? Lisez ce qui suit! Les différentes phases

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser!

LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! LA DOULEUR DENTAIRE de L ENFANT AU CABINET DENTAIRE comment l aborder et la maîtriser! Dr S.KESSACI/BENNACER CHIRURGIEN DENTISTE SPECIALISTE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE 5éme CONGRES NATIONAL DE LUTTE CONTRE

Plus en détail

charge de la douleur

charge de la douleur Les Antiinflammatoires nonsétoïdiens dans la prise en charge de la douleur Prof. P.M. Tulkens Phien A. Spinewine (M. Clin. Pharm.) Unité de pharmacologie cellulaire et moléculaire Université catholique

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE

UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE CACABLANCA NOUVEAU PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN MEDECINE DENTAIRE Année universitaire 2008-2009 1 PROGRAMME DU CONCOURS D INTERNAT EN

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Syllabus de la médecine bucco-dentaire

Syllabus de la médecine bucco-dentaire Syllabus de la médecine bucco-dentaire 37 ème JNS Nantes 2 avril 2015 Isabelle Hyon - PH Chirurgien-Dentiste Centre de Soins Dentaires - CHU hôtel-dieu de Nantes Un peu d histoire Homo habilis, il y a

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012 Association marocaine de prévention bucco-dentaire 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire 5-6-7 avril 2012 Auteur: Dr. L. HARFOUCHE Prise en charge des patients porteurs de prothèse articulaire

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités

Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Antithrombotique, stomatologie et chirurgie maxillo-faciale : mythes et réalités Les anti-thrombotiques : indications - Les héparines (non-fractionnées, de bas poids moléculaires, pentasaccharide) : Prévention

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

Les traitements anti-inflammatoires : les AINS

Les traitements anti-inflammatoires : les AINS Les traitements anti-inflammatoires : les AINS (Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens) Norbert Gualde Immunologie UMR CNRS 5164 Université Victor Segalen Bordeaux 2 Les AINS possèdent en général les propriété

Plus en détail

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche

NOTICE. BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Page 1 sur 5 NOTICE ANSM - Mis à jour le : 08/01/2007 Dénomination du médicament Encadré BETADINE 10 POUR CENT, solution pour bain de bouche Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Dossier PATIENT. Notes. Relation Patient. Consentement éclairé Copie ordonnance Devis. Courrier correspondant

Dossier PATIENT. Notes. Relation Patient. Consentement éclairé Copie ordonnance Devis. Courrier correspondant euroteknika, une solution globale pour l implantologie Dossier PATIENT Nom : Implantation Prénom : Empreinte Date de naissance : Adresse : Mise en charge Tél./Portable : Praticien responsable du suivi

Plus en détail

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire RECOMMANDATIONS Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire Recommandations juillet 2011 Sommaire Introduction 2 Notion de patient à risque d infection 4 Information et éducation du patient

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyses Repères La diffusion des anti-cox2 dans la prescription des médecins

q u estions santé d économie de la analyses Repères La diffusion des anti-cox2 dans la prescription des médecins Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyses Repères Le célécoxib (CELEBREX ) et le rofécoxib (VIOXX ) sont indiqués pour le soulagement des symptômes dans

Plus en détail

Liste limitative de posologies Doses usuelles et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament

Liste limitative de posologies Doses usuelles et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament Liste limitative de posologies et maximales pour adultes dans le cadre d un bon usage du médicament à connaître pour l examen de validation de stage Version du 18/09/2012 Pour un travail personnel, le

Plus en détail

MODÈLES Documents d organisation. Une solution globale pour l implantologie

MODÈLES Documents d organisation. Une solution globale pour l implantologie MODÈLES Documents d organisation Une solution globale pour l implantologie Étude pré-implantaire QUESTIONNAIRE MÉDICAL PRÉ-IMPLANTAIRE Nom Prénom Votre médecin traitant Votre âge Votre taille Votre poids

Plus en détail

Des os plus solides pour garder de belles dents Information patient I La régénération osseuse avec Geistlich Bio-Oss et Geistlich Bio-Gide

Des os plus solides pour garder de belles dents Information patient I La régénération osseuse avec Geistlich Bio-Oss et Geistlich Bio-Gide Des os plus solides pour garder de belles dents Information patient I La régénération osseuse avec Geistlich Bio-Oss et Geistlich Bio-Gide Table des matières Rire est la plus belle façon de montrer ses

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes

Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Responsabilité Civile Professionnelle > Chirurgiens-dentistes Dr Philippe POMMAREDE Chirurgien-dentiste conseil, MACSF Les 25 732 chirurgiens-dentistes sociétaires de la MACSF et du contrat groupe CNSD

Plus en détail

Catherine Prost Squarcioni Centre de Références Maladies Rares NET-DBAI-IDF Hôpital Saint Louis et hôpital Avicenne

Catherine Prost Squarcioni Centre de Références Maladies Rares NET-DBAI-IDF Hôpital Saint Louis et hôpital Avicenne 1 PREVENTION DES COMPLICATIONS DE LA CORTICOTHERAPIE GENERALE DANS LES PEMPHIGUS DE L ADULTE Catherine Prost Squarcioni Centre de Références Maladies Rares NET-DBAI-IDF Hôpital Saint Louis et hôpital Avicenne

Plus en détail

Patient de 76ans. -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs. -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP)

Patient de 76ans. -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs. -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP) Brainstorming Patient de 76ans -douleur mandibulaire évoluant depuis plusieurs mois -ATCD d adénocarcinome de la prostate métastatique -sous ttt par Zométa (BP) 05.2010 08.2010 Biopsie OSTEONECROSE DE

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés Notice 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

28/06/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69207994&typedoc=n&ref=n0171319.htm NOTICE

28/06/13 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=69207994&typedoc=n&ref=n0171319.htm NOTICE NOTICE Mis à jour : 18/02/2010 Dénomination du médicament Encadré VOLTARENACTIGO 1 %, gel en flacon pressurisé Diclofénac sodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX

LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX LA PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET EN STOMATOLOGIE PRESCRIRE MIEUX LE TRAITEMENT CURATIF L'antibiothérapie curative est destinée à traiter une infection bactérienne. Un diagnostic de certitude

Plus en détail

NOTICE. Corsodyl bain de bouche / spray, 2 mg de digluconate de chlorhexidine par ml.

NOTICE. Corsodyl bain de bouche / spray, 2 mg de digluconate de chlorhexidine par ml. Page 1/4 BE106802 / BE191764 Belgique NOTICE Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. En cas de questions ou de doutes,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

La douleur se combat avec sagesse.

La douleur se combat avec sagesse. Behandeling van pijnlijke maanstonden PerdoFemina. Il ne faut pas souffrir pour être femme! NOUVEAU La douleur se combat avec sagesse. Ce que vous devez savoir et ce que vous pouvez faire. PERDOFEMINA

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

La désensibilisation. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique

La désensibilisation. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique La désensibilisation Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique EN BREF La désensibilisation, encore appelée immunothérapie spécifique, est actuellement le seul traitement modifiant le cours

Plus en détail

1. QU EST CE QUE INDOCOLLYRE ET DANS QUEL CAS EST-IL UTILISE

1. QU EST CE QUE INDOCOLLYRE ET DANS QUEL CAS EST-IL UTILISE NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR INDOCOLLYRE 1 mg/ml COLLYRE EN SOLUTION Indométacine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT GIVALEX, solution pour bain de bouche 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Héxétidine... 0,100 g Salicylate de choline...

Plus en détail

Contenu de cette notice:

Contenu de cette notice: Lisez attentivement toute la notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez peut-être en avoir encore besoin. Demandez l avis de votre médicin ou de votre pharmacien si vous

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone

NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone NOTICE NABUCOX 500 mg, comprimé pelliculé Nabumétone Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

une maladie handicapante

une maladie handicapante Qualité de vie une maladie handicapante Altération de la qualité de vie Pendant la crise et en inter-crise+++ A prendre en compte pour l instauration du traitement de fond Evaluer le handicap du migraineux

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol NOTICE ANSM - Mis à jour le : 14/06/2011 Dénomination du médicament Encadré ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Situation Agent Schéma posologique*

Situation Agent Schéma posologique* Le besoin d une antibioprophylaxie pour la prévention d une endocardite infectieuse et d une infection hématogène à la suite d une arthroplastie doit être envisagé sur une base individuelle et en collaboration

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger

Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger Prendre soin de ma bouche, pourquoi? comment? Une démarche quotidienne à ne pas négliger La bouche est un acteur essentiel des fonctions vitales : alimentation, langage et communication. Elle participe

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Procédure Médecins N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8. Dr C. LECLERE-PEIGNELIN URGENCES DENTAIRES

Procédure Médecins N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8. Dr C. LECLERE-PEIGNELIN URGENCES DENTAIRES N de version : 01 Date d'application : 22/03/2011 Réf.: CMUB-037 Pagination : 1 de 8 Rédacteurs Date 02/02/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 37 Dr C. LECLERE-PEIGNELIN Validation

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Rhinathiol Pelargonium comprimés pelliculés 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé pelliculé contient 20 mg d extrait

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Caroline MEYER épouse SEILER. Adresse professionnelle : CABINET :

CURRICULUM VITAE. Caroline MEYER épouse SEILER. Adresse professionnelle : CABINET : Caroline MEYER épouse SEILER CURRICULUM VITAE CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE ET STOMATOLOGIE Adresse professionnelle : CABINET : Clinique Jules Verne 2 et 4, route de Paris 44300 NANTES Tél. 02 40 37 61 30

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-21/2007. Document consultable dans Médi@m. Date : 04/05/2007 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les.

CIRCULAIRE CIR-21/2007. Document consultable dans Médi@m. Date : 04/05/2007 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. CIRCULAIRE CIR-21/2007 Document consultable dans Médi@m Date : 04/05/2007 Domaine(s) : Contentieux et affaires juridiques à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail