Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg"

Transcription

1 Lignes directrices du patrimoine financier des ménages au Luxembourg Luc Verbeken, CEO - Philippe Ledent, Senior Economist Luxembourg - 28 avril 2016

2 Agenda Introduction Le patrimoine financier Luc Verbeken Philippe Ledent 1. Quels chiffres sont utilisés? 2. Vue d ensemble du patrimoine financier et de son évolution 3. Quelques éléments de comparaisons internationales 4. Composition du patrimoine financier des ménages 5. Quelles évolutions depuis la crise? Conclusions 2

3 Le patrimoine FINANCIER: Quels chiffres sont utilisés? Dans cette présentation, nous utilisons les données des comptes trimestriels financiers des secteurs tels que publiés par Eurostat. Ces chiffres sont harmonisés et disponibles pour l ensemble des pays de l Union européenne. Dans le cas du Luxembourg, ces chiffres sont disponibles à partir de Par ailleurs, on s intéresse ici uniquement aux ménages (+ASBL). Il s agit des données nationales de patrimoine FINANCIER tels que publiées dans la comptabilité nationale. Les graphiques présentés se réfèrent donc uniquement au patrimoine financier. Le patrimoine immobilier, qui représente une part très importante du patrimoine total des ménages (bien que sa valorisation macroéconomique soit discutable) n est donc pas étudié ici. Dès lors, sans qu il ne soit possible de comparer directement les résultats compte tenu des différentes données utilisées, cette présentation s inscrit dans la ligne d autres publications sur le sujet, notamment de la STATEC (voir notamment Regard sur le patrimoine des ménages disponible à l adresse : qui utilise les données de l enquête Luxembourg Wealth Study (LWS) Pour en savoir plus sur les comptes financiers au Luxembourg, voir: 3

4 Vue d ensemble du patrimoine financier et de son évolution Graphique 1. Patrimoine financier des ménages luxembourgeois (millions ) Actif Passif Net Les comptes financiers des ménages comportent deux volets: au niveau de l actif, on retrouve l ensemble des actifs financiers détenus par les ménages sous différentes formes (cash, actions, obligations, fonds, autres). Cet actif total approchait 70 milliards en Néanmoins, le passif des ménages, composé essentiellement de dettes (emprunts hypothécaires principalement) doit être déduit de l ensemble de ces actifs pour obtenir le patrimoine financier net des ménages. Celui-ci était de quelque 15 milliards en 2002, et a atteint 40 milliards en 2015, soit par habitant 4

5 Vue d ensemble du patrimoine financier et de son évolution Graphique 2. Patrimoine financier des ménages luxembourgeois (2002Q1 = 100) L évolution en indice permet de mieux apprécier l évolution comparée de l actif et du passif des ménages. Il est intéressant de noter que le total du passif n a pas dérapé par rapport à l évolution de l actif, qui par ailleurs, exprimé en, est bien plus élevé. Ceci a dès lors permis à l actif net d augmenter. L examen précis de ces deux courbes montre que ce n est que durant les périodes et que l actif n a pas progressé au même rythme que le passif. Mais globalement, la situation financière des ménages reste donc très saine. Actifs Passif 5

6 Le patrimoine financier et son évolution: zoom d après crise Dans de nombreux pays européens, la crise financière a eu un impact majeur sur le patrimoine financier des ménages*. En effet, l actif des ménages s est réduit considérablement, déstabilisant l équilibre financier des ménages, et bien souvent des économies dans leur entièreté. Dans le cas du Luxembourg, l impact semble relativement limité. Après une période de stagnation de l actif, et alors que le passif poursuivait sa croissance, un phénomène de rattrapage s est opéré: entre 2009 et mi-2010, la croissance de l actif a été supérieure à la croissance du passif. Ce fut également le cas entre mi-2013 et mi Graphique 3. Patrimoine financier des ménages luxembourgeois (2007Q4 = 100) Actifs Passif Conclusion: La santé financière des ménages luxembourgeois s est globalement améliorée au cours de la période , et la crise financière n a eu qu un impact limité sur les équilibres financiers des ménages * Voir à ce sujet ING Think Forward Initiative 6

7 Quelques éléments de comparaisons internationales Graphique 4. Patrimoine financier par habitant ( ) Le Luxembourg se caractérise par un patrimoine financier par habitant supérieur à la moyenne européenne. La progression au cours de la période est également une des plus forte. A noter que des éléments particuliers justifient le patrimoine élevé des ménages aux Pays-Bas, alors que le niveau élevé en Belgique se justifie par un taux d épargne record au cours des précédentes décennies

8 Quelques éléments de comparaisons internationales Graphique 5. Situation financière comparée des ménages (2002Q1 = 100) a. Actif b. Passif c. position nette Zone euro Belgique Allemagne Zone euro Belgique Allemagne Zone euro Belgique Allemagne France Luxembourg France Luxembourg France Luxembourg Le Luxembourg a connu une progression atypique du patrimoine financier au regard des pays voisins. Ceci peut s expliquer par une progression plus rapide des revenus, mais aussi de la population. On remarquera à l inverse la faible progression de l actif des ménages allemands. 8

9 Comparaison internationale: zoom sur l après crise Graphique 6. Evolution comparée de l actif des ménages (2007Q4 = 100) Q4 2009Q4 2011Q4 2013Q4 Zone euro Belgique Allemagne France Luxembourg La période de l après crise a, on l a dit, été marquée par une correction de l actif des ménages, en raison principalement de la correction des marchés d actions. Cette correction est bien visible dans les pays voisins, tout comme dans la zone euro. La relative stabilité de l actif des ménages au Luxembourg se démarque donc de la moyenne européenne. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce fait: d une part, les éléments évoqués ont ici joué: la population croît de manière plus dynamique que dans d autres pays et la progression des revenus est également plus forte (dès lors, à taux d épargne constant, la progression de l actif des ménages est plus forte). D autre part, la composition du patrimoine le rend plus ou moins sensible à l évolution des marchés. Dès lors, la composition particulière du portefeuille des ménages luxembourgeois a joué un rôle important. 9

10 Composition du patrimoine financier des ménages Graphique 7. Composition du patrimoine financier des ménages luxembourgeois a b c Autres 13% Autres 10% Autres 17% Fonds 13% Fonds 12% Actions 11% Cash 52% Actions 14% Cash 55% Fonds 13% Cash 51% Obligations 11% Obligations 9% Le patrimoine financier des ménages luxembourgeois est essentiellement composé de cash (numéraire et dépôts). Une proportion de cash supérieure à 50% est atypique à l échelle européenne. Globalement, la structure du patrimoine n a pas fondamentalement changé entre 2002 et On note cependant une érosion de la part des obligations dans le patrimoine, ce qui est également le cas dans d autres pays, comme la Belgique. Enfin, la proportion de chaque classe d actif évolue en fonction de deux facteurs: l allocation de portefeuille des ménages ET les effets de valorisation (voir infra). Actions 12% Obligations 7% 10

11 Quelles évolutions depuis la crise? Graphique 8. Evolution des différentes classes d actifs dans le patrimoine des ménages (2007Q4 2011Q4) Obligations Fonds Actions cotées Actions non cotées Examinons d abord l évolution brute des différentes classes d actifs après Primo, la partie cash n a cessé de progresser de manière relativement constante. Secundo, la partie obligataire a connu une progression forte entre la fin de 2008 et mi A première vue, ceci pourrait s expliquer par une fuite des investisseurs vers cette classe d actif. Néanmoins, l explication est plus complexe. Tertio, la classe d actions cotées et de fonds s est repliée jusqu en 2009, mais n a plus progressé ensuite. Enfin, la classe autre, composée essentiellement d assurances-vie et autres produits d épargne-pension a connu un succès grandissant Autres Cash (RHS) 11

12 Quelles évolutions depuis la crise? Sur la période , le cash et les autres classes ont poursuivi leur progression. Les classes actions cotées et fonds ont repris un peu de vigueur par rapport à la sous-période précédente. Par contre, la partie obligataire s est érodée. Graphique 9. Evolution des différentes classes d actifs dans le patrimoine des ménages (2011Q4 2015Q3) Les évolutions présentées ici sont le produit d une double évolution: D une part, chaque trimestre, les ménages vont opérer une série de transactions, positives (apport) ou négatives (retraits). D autre part, les évolutions de marché vont créer des effets de valorisation qui vont influencer la valeur d une classe d actif. Pour bien comprendre pourquoi chaque classe d actif a évolué d une certaine façon, il faut donc appréhender ces évolutions selon cette double dimension /11 06/12 12/12 06/13 12/13 06/14 12/14 06/15 Obligations Actions cotées Fonds Actions non cotées Autres Cash (RHS)

13 Comprendre l effet de valorisation (Actions cotées) Graphique 10. Comparaison de l effet de valorisation des actions cotées et du marché boursier européen 30% 20% 10% 0% -10% -20% La valorisation de chaque classe d actifs va se faire sur base de l évolution des marchés (ou d autres éléments si le marché est inexistant). Par exemple, l évolution de la valorisation des actions cotées correspond à l évolution de l eurostoxx50, sachant que cet effet de valorisation va s appliquer à la valeur totale de la classe d actifs durant cette période. -30% -40% Q Q Q Q Q Q Q Effet de valorisation (actions cotées) En résumé: Variation patrimoine = apport (+) ou retrait (-) + effet de valorisation Variation Euro Stoxx 50 13

14 Effet transaction Graphique 11. Transactions cumulées dans les différentes classes d ctifs (2007Q4 2011Q4) /08 09/08 03/09 09/09 03/10 09/10 03/11 09/11 Cash (RHS) Obligations Si l on se centre sur les transactions effectuées par les ménages, sans surprise, on retrouve une progression constante de l apport en cash (puisque dans ce cas, l effet de valorisation est négligeable). L apport dans la classe des obligations est également très faible, ce qui signifie que l augmentation de la valeur de cette classe dans le portefeuille des ménages est essentiellement liée à un effet de valorisation. Dans le cas des actions et des fonds, les transactions ont été plutôt négatives sur cette période, ce qui a contribué à diminuer temporairement la valeur de ces classes, tout en limitant l impact des baisses futures. Actions cotées Actions non cotées Fonds Autres 14

15 Effet transaction Au cours de la période suivante, l apport en cash et en autres produits s est poursuivi, de même que l érosion de la classe des obligations Les autres classes d actifs ont connu des apports faibles mais positifs, à la faveur probablement d un retour de l appétit (modéré) pour le risque Graphique 12. Transactions cumulées dans les différentes classes d ctifs (2011Q4 2015Q3) /12 09/12 03/13 09/13 03/14 09/14 03/15 09/15 Cash (RHS) Actions cotées Actions non cotées Obligations Fonds Autres 15

16 En résumé (Actions et fonds) Graphique 13. Cumul des effets de transactions et de valorisation = variation du patrimoine Effet valorisation Transactions Variation patrimoine 16

17 Conclusions Le patrimoine financier des ménages luxembourgeois a évolué positivement au cours de la période La crise financière n a pas fondamentalement modifié le résultat précédent. Ceci est, entre autres, dû à une structure relativement conservatrice du portefeuille des ménages. En effet, la partie cash est particulièrement élevée au regard d autres pays européens. On peut dire que les ménages luxembourgeois se sont globalement désintéressés des obligations. Tout en restant assez conservateurs, les actifs plus risqués, tels que les actions et les fonds, ont par ailleurs connu des évolutions plutôt contrastées. Dès lors, le cash et les autres produits d épargne axés sur la pension semblent bien les produits privilégiés des ménages. Cette structure de portefeuille permet certes aux ménages luxembourgeois de moins subir les évolutions parfois violentes des marchés financiers. Par contre, dans une période de taux extrêmement faibles, cette structure n offre qu un rendement extrêmement faible de l épargne. Dans ce sens, en prenant les réserves qui s imposent au niveau des données, on pourrait affirmer que la politique monétaire de la BCE touche davantage les ménages luxembourgeois que d autres ménages européens. 17

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017 Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres 2016 * Ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) et institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Mise à jour le 06/02/2017 Contact

Plus en détail

Épargne et Patrimoine des ménages*

Épargne et Patrimoine des ménages* Épargne et Patrimoine des ménages* 4 ème trimestre 16 et 1 er trimestre 17 Mise à jour le 17//17 Contact : sesof@banque-france.fr Épargne et patrimoine des ménages en 16 Placements financiers en 16 + 11,7

Plus en détail

Épargne et Patrimoine des ménages*

Épargne et Patrimoine des ménages* Épargne et Patrimoine des ménages* 1 er et ème trimestres 017 * Ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) et institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Mise à jour le 0/08/017

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des prix immobiliers

abcdefg Communiqué de presse Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des prix immobiliers Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2012 Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

Colloque «Pour un Capital Stratégique National», Propos de conclusion

Colloque «Pour un Capital Stratégique National», Propos de conclusion Jacques de Larosière Paris, 8 Novembre 2017 Colloque «Pour un Capital Stratégique National», organisé par le Club des Investisseurs à long terme Propos de conclusion La question de l investissement à long

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au troisième trimestre 2001

Structure et évolution des PEA bancaires au troisième trimestre 2001 Structure et évolution des PEA bancaires au troisième trimestre Selon les données communiquées par les établissements bancaires, la valeur des titres inscrits sur les plans d épargne en actions (PEA) s

Plus en détail

Liste des encadrés, tableaux et graphiques

Liste des encadrés, tableaux et graphiques Liste des encadrés, tableaux et graphiques Encadrés I. Développements économiques et financiers A.1 La crise dans la zone euro Encadré 1 : Fragmentation financière dans la zone euro 46 A.2 Réponses des

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2014, en repli de 1,8 %

Le patrimoine économique national en 2014, en repli de 1,8 % Le patrimoine économique national en 2014, en repli de 1,8 % Fin 2014, le patrimoine économique national s élève à 13 064 milliards d euros, soit 7,5 fois le produit intérieur net de l année. Après deux

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français https://www.lafinancepourtous.com/decryptages/dossiers/patrimoine/le-patrimoine-des-francais Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que

Plus en détail

Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012

Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012 Tableau de bord Épargne des ménages * 1 er trimestre 212 * Y compris institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Méthodologie disponible sous : http://www.banque-france.fr/fileadmin/user_upload/banque_de_france/economie-et-

Plus en détail

CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39

CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39 ET FINANCIÈRE 1 Encadré 6: CONSOMMATION DES MÉNAGES FRONTALIERS AU LUXEMBOURG 39 Le Luxembourg est une économie caractérisée par une forte dimension internationale justifiée non seulement par le nombre

Plus en détail

Avril Place financière suisse Chiffres-clés

Avril Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2016 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs - - En 2015, les actifs bruts gérés par les sociétés de gestion de portefeuille françaises ont à nouveau progressé et s établissent à 3 458 milliards d euros. Dans un contexte économique marqué par la

Plus en détail

Une information courte, pertinente, transmise en priorité

Une information courte, pertinente, transmise en priorité CSL Préface Une information courte, pertinente, transmise en priorité Le CSL flash renforce l éventail des newsletters que la Chambre des salariés consacre aux thèmes juridiques, socioéconomiques, liés

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES 1 Numéro 170, avril 2012 PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES 2011: DES EXCEDENTS EN RETRAIT MALGRE UNE CONTRIBUTION HISTORIQUE DES PRODUITS BANCAIRES Une collecte annuelle inférieure à sa moyenne de long

Plus en détail

Le comportement d épargne des ménages en 2009

Le comportement d épargne des ménages en 2009 Le comportement d épargne des ménages en 29 Patrick BRANTHOMME Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Études et de Statistiques des opérations fi nancières En 29, dans un contexte

Plus en détail

43,1 41,2 39,6 35,6 35,0 32,6. Sources : Destatis, Eurostat

43,1 41,2 39,6 35,6 35,0 32,6. Sources : Destatis, Eurostat ECONEWS NEWSLETTER N 3/214 2 mai 214 DES COÛTS DU TRAVAIL TROP ÉLEVÉS AU LUXEMBOURG? La productivité par tête la plus élevée de l UE-15 2 Selon un communiqué de l Office statistique allemand (Destatis),

Plus en détail

Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre 2000

Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre 2000 Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre Les chiffres commentés ci-après portent sur la contribution de la France aux statistiques bancaires internationales publiées

Plus en détail

L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années

L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années L évolution de la balance des paiements et de la position extérieure du Portugal au cours des dix dernières années DG Trésor Octobre 217 Au cours de la période 26-212, la balance courante du Portugal était

Plus en détail

Le patrimoine national entre 1995 et 2000 : le dynamisme des plus-values immobilières et boursières

Le patrimoine national entre 1995 et 2000 : le dynamisme des plus-values immobilières et boursières Le patrimoine national entre 1995 et 2000 : le dynamisme des plus-values immobilières et boursières Fin 2000, le patrimoine national au sens des comptes nationaux atteint près de 6 000 milliards d euros,

Plus en détail

LA COMPOSITION DU PATRIMOINE DES MÉNAGES ET SON ÉVOLUTION DURANT LA CRISE FINANCIÈRE

LA COMPOSITION DU PATRIMOINE DES MÉNAGES ET SON ÉVOLUTION DURANT LA CRISE FINANCIÈRE Encadré 3 LA COMPOSITION DU PATRIMOINE DES MÉNAGES ET SON ÉVOLUTION DURANT LA CRISE FINANCIÈRE Cet encadré analyse le portefeuille des ménages résidant au Luxembourg et les ajustements qu ils y ont apporté

Plus en détail

Chiffre d affaires en valeur et immatriculations de voitures (en taux de variation annuel)

Chiffre d affaires en valeur et immatriculations de voitures (en taux de variation annuel) Tableau 8 Chiffre d affaires en valeur et immatriculations de voitures (en taux de variation annuel) 1999 2000 2001 2001-T2 2001-T3 2001-T4 2002-T1 2002-T2 2002-T3 Commerce total Commerce de détail Commerce

Plus en détail

Épargne et comportement financier des ménages européens entre 1996 et 2000

Épargne et comportement financier des ménages européens entre 1996 et 2000 Épargne et comportement financier des ménages européens entre 1996 et 2 Les comptes financiers nationaux des États-membres, désormais établis selon des méthodes harmonisées 1, permettent de comparer sur

Plus en détail

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre 2014

n 20 octobre 2013 Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre 2014 n 20 octobre Suivi de la collecte et des placements des 12 principaux assureurs-vie à fin décembre n 43 avril 2015 1 Sommaire 1. FLUX D ASSURANCE VIE 4 1.1 Flux de collecte brute, de rachat et de collecte

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

Indicateurs économiques pour la Belgique

Indicateurs économiques pour la Belgique Département Statistique générale Indicateurs économiques pour la PUBLICATION HEBDOMADAIRE N 7-6 7//7 g Synthèse PIB EN VOLUME Dépenses de consommation finale privée des administrations publiques Formation

Plus en détail

Indicateurs économiques pour la Belgique

Indicateurs économiques pour la Belgique Département Statistique générale Indicateurs économiques pour la PUBLICATION HEBDOMADAIRE N 7-6//7 g Synthèse PIB EN VOLUME Dépenses de consommation finale privée des administrations publiques Formation

Plus en détail

Le patrimoine économique national de 1978 à 2007 Trente années au rythme des plus-values immobilières et boursières

Le patrimoine économique national de 1978 à 2007 Trente années au rythme des plus-values immobilières et boursières Trente années au rythme des plus-values immobilières et boursières Nathalie COULEAUD INSEE Division Synthèse générale des comptes Frédéric DELAMARRE Banque de France Direction des Statistiques monétaires

Plus en détail

Indicateurs économiques pour la Belgique

Indicateurs économiques pour la Belgique Département Statistique générale Indicateurs économiques pour la PUBLICATION HEBDOMADAIRE N 7-6//7 g Synthèse PIB EN VOLUME Dépenses de consommation finale privée des administrations publiques Formation

Plus en détail

La destination finale des placements financiers des ménages avant et pendant la crise

La destination finale des placements financiers des ménages avant et pendant la crise La destination finale des placements financiers des ménages avant et pendant la crise Adeline BACHELLERIE Clémence CHARAVEL Direction des Statistiques monétaires et financières Christian PFISTER Direction

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée)

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 23 septembre 2015 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre

Plus en détail

Nouvel accroissement des placements financiers des sociétés non financières au deuxième trimestre 2012

Nouvel accroissement des placements financiers des sociétés non financières au deuxième trimestre 2012 1 Numéro 191, Décembre 2012 Nouvel accroissement des placements financiers des sociétés non financières au deuxième trimestre 2012 Contrairement au trimestre précédent, les SNF ont allégé leur portefeuille

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

2) Les dépenses des administrations publiques locales

2) Les dépenses des administrations publiques locales 1 FIPECO le 17.07.2016 Les fiches de l encyclopédie VII) Les finances locales 2) Les dépenses des administrations publiques locales Les administrations publiques locales (APUL) forment l une des catégories

Plus en détail

64,3. (*) chiffres révisés au trimestre (**) chiffres révisés à l année Source : Banque de France BTF

64,3. (*) chiffres révisés au trimestre (**) chiffres révisés à l année Source : Banque de France BTF L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité. BULLETIN MENSUEL HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR

Plus en détail

Une Banque de France solide pour une monnaie solide. Rapport d activité 2016

Une Banque de France solide pour une monnaie solide. Rapport d activité 2016 Une Banque de France solide pour une monnaie solide Rapport d activité 216 13 mars 217 Résultat ordinaire de 5,6 Mds millions d'euros 9 8 7 6 Moyenne 21-215 5 658 5 5 555 4 3 2 1 21 211 212 213 214 215

Plus en détail

Le marché du logement en Indre et Loire à l automne Indicateurs d évolution des marchés Perspectives de l immobilier ancien

Le marché du logement en Indre et Loire à l automne Indicateurs d évolution des marchés Perspectives de l immobilier ancien Observatoire de l Economie et des Territoires de Touraine Un réseau de partenaires publics pour une information territoriale partagée Le marché du logement en Indre et Loire à l automne 2011 Indicateurs

Plus en détail

Balance des paiements et déséquilibres internationaux

Balance des paiements et déséquilibres internationaux Chapitre 1 Balance des paiements et déséquilibres internationaux Le passage de l économie fermée à l économie ouverte s effectue par l intermédiaire de la balance de paiements. La balance des paiements

Plus en détail

Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe

Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe Synthèse sur les développements monétaires et financiers en 2015 et les tendances de l exercice 2016 en contexte de persistance du choc externe Conseil de la Nation Avril 2017 1 Synthèse sur les développements

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 mars 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble

Plus en détail

Remarques introductives d Andréa M. Maechler

Remarques introductives d Andréa M. Maechler Berne, le 15 décembre 2016 Remarques introductives d Dans mes remarques introductives d aujourd hui, je commencerai par donner un aperçu de la situation sur les marchés financiers. Je parlerai ensuite

Plus en détail

IMMO DIVERSIFICATION

IMMO DIVERSIFICATION DOCUMENT TRIMESTRIEL D INFORMATION AU 31 DECEMBRE 2013 Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable Agréée par l Autorité des Marchés Financiers le 30 avril 2013 sous le n SPI20130009

Plus en détail

Evolution différenciée du chômage de longue durée selon le sexe

Evolution différenciée du chômage de longue durée selon le sexe Evolution différenciée du chômage de longue durée selon le sexe Service Etudes Etudes@onem.be Table des matières : 1 INTRODUCTION 1 2 EVOLUTION COMPAREE DE LA POPULATION DE 15 A 49 ANS SELON LE SEXE 2

Plus en détail

LA COMPOSITION, EVOLUTION ET STRUCTURE DES PEA

LA COMPOSITION, EVOLUTION ET STRUCTURE DES PEA LA COMPOSITION, EVOLUTION ET STRUCTURE DES PEA MONIQUE CHOCRON LYDIE MARCHAND Direction des Études et Statistiques monétaires Service d Études sur les valeurs mobilières (SEVAM) Selon les données communiquées

Plus en détail

Patrimoine financier des ménages en Progression ralentie du patrimoine financier des ménages

Patrimoine financier des ménages en Progression ralentie du patrimoine financier des ménages abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 18 novembre 2008 Patrimoine financier des ménages en 2007 Progression ralentie du patrimoine

Plus en détail

Les comptes de toutes les assurances sociales sont équilibrés

Les comptes de toutes les assurances sociales sont équilibrés politique sociale Politique sociale Les comptes de toutes les assurances sociales sont équilibrés En 2012, pour la première fois depuis 1990, les comptes de toutes les assurances sociales se sont soldés

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .c re d itfo n c ie r.c o m U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2015 MAI 2016 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés

Plus en détail

A L A R E C H E R C H E D U R E N D E M E N T. A la recherche du rendement 1

A L A R E C H E R C H E D U R E N D E M E N T. A la recherche du rendement 1 A L A R E C H E R C H E D U R E N D E M E N T 1 Financière de l Echiquier en quelques chiffres 5 milliards d euros d actifs gérés Création en 1991 20% des encours distribués à l étranger 100% indépendante

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2013 (données 2012)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2013 (données 2012) 2012 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 2013 (données 2012) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 75001 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

L évolution de la monnaie et du crédit en France : 2010, l année de la reprise

L évolution de la monnaie et du crédit en France : 2010, l année de la reprise L évolution de la monnaie et du crédit en France : 1, l année de la reprise Jérémi MONTORNÈS Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Après avoir

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 décembre 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre 2015 Aperçu

Plus en détail

HSBC France. Bilan d activité 2012

HSBC France. Bilan d activité 2012 Communiqué de presse Paris, le 4 mars 2013 HSBC France Bilan d activité 2012 A l occasion de la publication des résultats annuels 2012 du Groupe HSBC, HSBC France dresse un bilan de son activité au cours

Plus en détail

LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE INTRODUCTION INÉGALITÉS DE REVENU. Indicateurs relatifs au secteur de la construction

LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE INTRODUCTION INÉGALITÉS DE REVENU. Indicateurs relatifs au secteur de la construction Tableau 7 : Indicateurs relatifs au secteur de la construction (en taux de variation annuel) 206 206-T 206-T2 206-T3 206-T4 207-T Production par jour ouvrable (pjo) - Total 3,7 4,7 2,0 3, 8,0-7,3 Heures

Plus en détail

ING Focus Patrimoine. Comment cinq ans de crise changent les habitudes. N Août 2012 ECONOMIC RESEARCH

ING Focus Patrimoine. Comment cinq ans de crise changent les habitudes. N Août 2012 ECONOMIC RESEARCH ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 21 N 212-3 3 Août 212 ING Focus Patrimoine Comment cinq ans de crise changent les habitudes Croissance du PIB 3 2 1-1 -2-3 28 29 21 211 Bron: Thomson Reuters, *ING Julien

Plus en détail

Internet Les publications de la Banque nationale suisse sont disponibles sur Internet, à l adresse Publications.

Internet Les publications de la Banque nationale suisse sont disponibles sur Internet, à l adresse  Publications. Novembre 2009 Comptes financiers de la Suisse en 2007 Banque nationale suisse Comptes financiers de la Suisse en 2007 Editeur Banque nationale suisse Statistique CH-8022 Zurich Téléphone: +41 44 631 31

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX?

LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX? LES COMPORTEMENTS D EPARGNE ET D ENDETTEMENT DES FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS ANORMAUX? 10 mai 2007 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Le contexte Deux des thèmes

Plus en détail

Durée du travail et performance économique. Quels enseignements peut-on tirer du dernier rapport de Coe-Rexecode

Durée du travail et performance économique. Quels enseignements peut-on tirer du dernier rapport de Coe-Rexecode f les notes N 10 / 19 janvier 2012 Durée du travail et performance économique Quels enseignements peut-on tirer du dernier rapport de Coe-Rexecode Éric Heyer et Mathieu Plane Travaille-t-on moins en France

Plus en détail

LE SECTEUR FINANCIER : LES ÉVOLUTIONS RÉCENTES

LE SECTEUR FINANCIER : LES ÉVOLUTIONS RÉCENTES LE SECTEUR FINANCIER : LES ÉVOLUTIONS RÉCENTES LE SECTEUR FINANCIER : LES ÉVOLUTIONS RÉCENTES 1. Le secteur bancaire luxembourgeois 46 1.1 L évolution du nombre d établissements de crédit et de l emploi

Plus en détail

Un premier semestre 2012 solide : Chiffre d affaires en hausse de +3,6% en données comparables

Un premier semestre 2012 solide : Chiffre d affaires en hausse de +3,6% en données comparables Communiqué de presse Paris, le 17 juillet 2012 Un premier semestre 2012 solide : Chiffre d affaires en hausse de +3,6% en données comparables Poursuite de la croissance au deuxième trimestre en dépit d

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 décembre 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 3 e trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs - - Les effectifs déclarés par l ensemble des sociétés de gestion de portefeuille s établissent à 15 931 personnes au 31 décembre 2015. Ce chiffre témoigne du dynamisme de l industrie de la gestion d actifs

Plus en détail

CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX. Bilan de la collecte 2016 (données 2015)

CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX. Bilan de la collecte 2016 (données 2015) 05 CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX Bilan de la collecte 0 (données 05) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 7500 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur général

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 21.10.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

Point sur la situation économique de Metz Métropole 2009

Point sur la situation économique de Metz Métropole 2009 Point sur la situation économique de Metz Métropole 2009 Point sur la situation économique de Metz Métropole Intervention de : Thierry Jean Président de Metz Métropole Développement, Vice-Président de

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 24 mars 2017 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble

Plus en détail

ING Focus Patrimoine. Les marchés n effacent pas les stigmates de la crise. N août 2014 ECONOMIC RESEARCH

ING Focus Patrimoine. Les marchés n effacent pas les stigmates de la crise. N août 2014 ECONOMIC RESEARCH ECONOMIC RESEARCH ING FOCUS July 21 N 214-2 28 août 214 ING Focus Patrimoine Les marchés n effacent pas les stigmates de la crise Patrimoine financier brut 12 11 1 9 8 7 6 5 4 93 96 99 2 5 8 11 14 Source:

Plus en détail

Marché du travail dans la crise : bilan et perspectives

Marché du travail dans la crise : bilan et perspectives Marché du travail dans la crise : bilan et perspectives Club RH Mardi 23 novembre 2010 Eric Heyer OFCE Plan de la présentation La crise économique est-elle terminée? La situation du marché du travail en

Plus en détail

Principales caractéristiques de l intermédiation financière en France sur la période récente

Principales caractéristiques de l intermédiation financière en France sur la période récente Principales caractéristiques de l intermédiation financière en France sur la période récente En 1998 et en 1999, la conjoncture économique française a été marquée par la reprise de l investissement des

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels france

Indicateurs conjoncturels france Indicateurs conjoncturels france 9 mai 2014 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées des

Plus en détail

CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX. Bilan de la collecte 2012 (données 2011)

CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX. Bilan de la collecte 2012 (données 2011) 2011 CARTOGRAPHIE DES MOYENS DE PAIEMENT SCRIPTURAUX Bilan de la collecte 2012 (données 2011) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 75001 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

LE MARCHE DU LOGEMENT A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE

LE MARCHE DU LOGEMENT A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE LE MARCHE DU LOGEMENT A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE I Quelques caractéristiques du marché de logement A - Plus de 11 millions d habitants en Ile-de-France, la première agglomération d Europe continentale,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 mars 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 mars 2017 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 mars 2017 Indice des prix des logements 4 trimestre 2016 o Selon des chiffres provisoires, le taux d inflation annuel observé pour les prix des logements s établit

Plus en détail

Patrimoine financier des ménages en Nouvelle forte augmentation du patrimoine des ménages

Patrimoine financier des ménages en Nouvelle forte augmentation du patrimoine des ménages abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2007 Patrimoine financier des ménages en 2006 Nouvelle forte augmentation du patrimoine

Plus en détail

La balance des paiements du Luxembourg Présentation des résultats des deux premiers trimestres 2002

La balance des paiements du Luxembourg Présentation des résultats des deux premiers trimestres 2002 La balance des paiements du Luxembourg Présentation des résultats des deux premiers trimestres 2002 SOMMAIRE Fiche 1 Historique et cadre légal Coopération BCL/STATEC Fiche 2 Fiche 3 Cadre méthodologique

Plus en détail

Placements financiers des ménages et valeurs mobilières depuis 1994

Placements financiers des ménages et valeurs mobilières depuis 1994 Placements financiers des ménages et valeurs mobilières depuis 1994 À fin juin 21, le montant des valeurs mobilières détenues par les ménages est, d après les enquêtes-titres, légèrement inférieur à son

Plus en détail

Fiche d information sur la sécurité alimentaire

Fiche d information sur la sécurité alimentaire Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l'agriculture OFAG Février 2016 Fiche d information sur la sécurité alimentaire N o 8 : Liquidités, investissements

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 5 2012 2e semestre Juillet Décembre Le contexte économique général Dans un contexte économique international plus difficile, l année 2012 s est clôturée avec une dégradation des différents indicateurs

Plus en détail

Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro

Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro Le marché des émissions obligataires internationales en 2000 : place et caractéristiques du compartiment de l euro Dans un contexte marqué par une stabilité du montant brut des émissions obligataires internationales

Plus en détail

L acier en France en 2010 Rapport annuel de la Fédération Française de l Acier (FFA)

L acier en France en 2010 Rapport annuel de la Fédération Française de l Acier (FFA) Revue de Métallurgie 108, 59 66 (2011) c EDP Sciences, 2011 DOI: 10.1051/metal/2011998 L acier en France en 2010 Rapport annuel de la Fédération Française de l Acier (FFA) Les prévisions d un optimisme

Plus en détail

Introduction. Qu est-ce que le patrimoine?

Introduction. Qu est-ce que le patrimoine? Introduction Qu est-ce que le patrimoine? L INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) dans le cadre des différentes études qu elle est amenée à réaliser, étudie le patrimoine

Plus en détail

Communiqué de presse. Communication. Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone Zurich, le 23 juin 2014

Communiqué de presse. Communication. Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone Zurich, le 23 juin 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 23 juin 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2014 Passage aux

Plus en détail

Baromètre des notaires

Baromètre des notaires Baromètre des notaires Immobilier, famille et sociétés www.notaire.be A B C D E n 15 Octobre - décembre Trimestre 4 - Activité immobilière en Belgique Evolution des prix Les droits d enregistrement Les

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Répartition régionale de l activité immobilière

Répartition régionale de l activité immobilière Baromètre des notaires n 1 Immobilier, famille et sociétés www.notaire.be A B C D Juillet - septembre Trimestre 3-211 Activité immobilière en Belgique Evolution des prix Les droits d enregistrement Les

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Grèce : pourquoi une dette à 100 % du PIB avant la crise? Michel Husson, A L encontre, 11 Février 2015

Grèce : pourquoi une dette à 100 % du PIB avant la crise? Michel Husson, A L encontre, 11 Février 2015 Grèce : pourquoi une dette à 100 % du PIB avant la crise? Michel Husson, A L encontre, 11 Février 2015 En 2007, la dette publique grecque représentait 103 % du PIB (Produit intérieur brut). Ce niveau élevé

Plus en détail

13.5 Union monétaire européenne

13.5 Union monétaire européenne 13.5 Union monétaire européenne L année 2015 a été marquée par une reprise de l économie de la zone euro. La demande intérieure s est substituée à la demande extérieure comme moteur de la croissance sous

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 juin 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 25.04.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 septembre 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

L'assurance vie : préserver le contrat de confiance avec les Français. Mars 2017

L'assurance vie : préserver le contrat de confiance avec les Français. Mars 2017 L'assurance vie : préserver le contrat de confiance avec les Français Mars 2017 L'assurance vie : préserver le contrat de confiance avec les Français 1 2 3 L assurance vie, Un support d épargne plébiscité

Plus en détail

L'emploi des salariés agricoles Info stat MSA trimestriel

L'emploi des salariés agricoles Info stat MSA trimestriel Info stat L'emploi des salariés agricoles Info stat MSA trimestriel Bagnolet, 30 janvier 2014 L emploi des salariés agricoles repart à la hausse au 1 er trimestre 2013 Les statistiques de l emploi des

Plus en détail

PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS

PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS PROGRESSION DES PRÉLÈVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX SUR LE CAPITAL INVESTI EN ACTIONS 25 ans de hausse des prélèvements sur les actions Ou comment la France, par son niveau de taxation, dissuade les particuliers

Plus en détail

Le livre d André Babeau : «Les Européens et leur épargne» est un ouvrage important à plus d un titre.

Le livre d André Babeau : «Les Européens et leur épargne» est un ouvrage important à plus d un titre. Préface Le livre d André Babeau : «Les Européens et leur épargne» est un ouvrage important à plus d un titre. Il est important d abord parce qu il propose un cadre méthodologique nouveau pour l étude des

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 13 avril 2016

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 13 avril 2016 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2016

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2016 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 216 216 (à ce jour): 3,87% 4 e trimestre 216:,63% L indice Credit Suisse des caisses de pension suisses à son plus haut historique en fin

Plus en détail