III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5."

Transcription

1 III/ Prise en charge des cancers III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. Rôle du manip

2 Sitographie III.1.

3

4

5

6

7

8

9

10

11 Imagerie

12 Le diagnostic de certitude repose sur l examen anatomo-pathologique L examen anatomopathologique consiste à analyser au microscope des cellules ou des tissus prélevés sur un organe ; on parle aussi d examen histopathologique

13 Biopsie mammaire sous contrôle échographique Objectifs de l anapath : confirmer le diagnostic de tumeur ; confirmer le type de cancer dont il s agit ; déterminer jusqu où les cellules cancéreuses se sont développées. Cela permet de confirmer le stade du cancer. (voir classification TNM) renseigner sur l extension locale de la tumeur en précisant notamment si les marges d exérèse sont envahies ou non ; préciser si les ganglions ont été envahis et leur nombre s il y a lieu ; Le type et le stade du cancer constituent des critères pronostics du cancer : déterminer le grade du cancer ; (degré d agressivité = malignité d une tumeur, basé dur le désordre architectural) donner les caractéristiques des cellules comme la présence de récepteurs hormonaux sur les cellules cancéreuses ou celle du récepteur HER2 (cancer du sein). On parle de facteurs prédictifs de réponse aux traitements. (tumeur hormonodépendante)

14

15 Examens biologiques Les marqueurs du cancer Les marqueurs tumoraux sont des substances (protéines) qui sont produites principalement par les cellules cancéreuses et que l'on retrouve dans le sang. La quantité de marqueurs reflète souvent le nombre de cellules cancéreuses présentes dans la tumeur ou le nombre de cellules cancéreuses qui se sont disséminées à distance de la tumeur pour former des métastases. i lls sont aussi présents chez non malade

16 Utilisation des marqueurs Dépistage : très peu Détection précoce (reconnaitre un cancer dès les premiers signes cliniques) Surveillance au cours du traitement et après (pour adapter, suivre efficacité traitement, voir récidive) (dosage toujours dans même laboratoire) Aide à détermination origine cancer

17 Quels sont les marqueurs tumoraux les plus fréquemment recherchés et pour quels cancers? la plupart des marqueurs sont plus utiles pour la surveillance d'un cancer que pour son dépistage ou pour sa détection précoce. les principaux marqueurs tumoraux et les organes qui les produisent (d après M.-F Pichon et coll) Rq : un même marqueur peut être produit par des cellules tumorales d'origines différentes. Par exemple, l AFP est un marqueur qui peut être produit par un cancer du foie ou par un cancer du testicule! De plus, un même organe, par exemple la prostate, possède des cellules différentes qui peuvent sécréter dans le sang des marqueurs différents tels que le PSA ou la chromogranine A (CGA).

18 Marqueurs classiques utiles au suivi thérapeutique en situation métastatique PSA : antigène spécifique de la prostate ; CA : cancer antigen ; CEA ou ACE : antigène carcino-embryonnaire ; α-fp : alpha-fœtoprotéine ; β-hcg : bêtahormone chorionique gonadotrope.

19 Conclusion diagnostic

20 Exemple: diagnostic du cancer du foie

21

22 III.2. Classifications et pronostic Pronostic dépend État général du malade (indice Karnofski ou performans status) Phase maladie Type histologique Chimiosensibilité ou hormonosensibilité

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33 avec les stades

34 Exemple du sein

35 5 Year Survival Colon Cancer 6th Ed TNM Stage Stage Survival Stage Survival I 93% IIIa 83% IIa 84% IIIb 64% IIb 72% IIIc 44% IV 8%

36 III.3. Dépistage Dépistage et détection précoce du cancer Détection précoce du cancer augmente considérablement les chances de réussite du traitement. Elle repose sur l éducation en faveur du diagnostic précoce et le dépistage. Savoir reconnaître les signes d alerte éventuels et agir rapidement conduisent à un diagnostic précoce : Une meilleure sensibilisation des médecins, du personnel infirmier et autres prestataires de soins de santé ainsi que du grand public aux signes d alerte éventuelle du cancer peut avoir un impact considérable sur la maladie. Parmi les signes précoces de cancer, on peut citer : la présence de masses, de lésions qui ne guérissent pas, de saignements anormaux, d une petite fièvre chronique, d une indigestion persistante et d une raucité chronique de la voix.

37 Dépistage Utilisation de tests simples dans une population en bonne santé pour recenser les sujets qui présentent la maladie mais pas encore les signes cliniques. Facteurs à prendre en compte pour envisager d adopter une quelconque technique de dépistage:

38 Le succès des programmes de dépistage repose sur un certain nombre de principes fondamentaux: la maladie visée doit être une forme commune de cancer, avec une forte morbidité ou mortalité qui lui est associée; un traitement efficace, capable de réduire cette morbidité et cette mortalité doit être disponible; les méthodes d épreuve doivent être acceptables, sans danger et relativement peu coûteuses. Dix critères de l OMS pour un dépistage organisé

39 le dépistage organisé Il est réalisé dans le cadre d un programme national mis en place par les autorités de santé. Dans ce cas, une action d incitation est mise en place par ces autorités (campagnes nationales de dépistage). Ce dépistage organisé concerne toutes les personnes d une certaine tranche d âge ne présentant pas de risque particulier pour la maladie dépistée. En France, actuellement, il existe un dépistage organisé pour 2 cancers très fréquents : le cancer du sein : mammographie pour les femmes de 50 à 74 ans le cancer colo-rectal : recherche de sang occulte dans les selles + coloscopie aux femmes et hommes de plus de 50 ans.

40

41

42 mammographie

43 La classification ACR en mammographie (American College of Radiology) est une classification internationale en fonction du degré de suspicion. Elle apparaît dans la conclusion des comptes-rendus pour déterminer les conduites à tenir Classification ACR Catégorie Diagnostique Conduite à tenir ACR 0 ACR 1 ACR 2 ACR 3 ACR 4 ACR 5 ACR 6 Lésion mise en évidence à l occasion d un dépistage mais en attente de bilan complémentaire d imagerie Mammographie normale Présence d anomalies bénignes, ne nécessitant ni examen complémentaire, ni surveillance. Anomalies probablement bénignes : en dehors de tout facteur de risque particulier, elles relèvent d une surveillance à court terme. La codification ACR 3 implique d inscrire de façon précise dans le compte-rendu les modalités et le rythme de surveillance. Si les conditions de surveillance d une anomalie de statut ACR 3 ne sont pas réunies, la conduite relève alors d une lésion de statut ACR 4. Lésion indéterminée ou suspecte : elle entraîne de fait la réalisation d un prélèvement cytologique et/ou biopsique. La lésion évocatrice de cancer : elle implique systématiquement une biopsie ou une exérèse. Cancer prouvé histologiquement Conduite à tenir Conduite à tenir Conduite à tenir

44

45 le dépistage individuel Cette démarche de détection individuelle concerne les personnes qui ont un risque plus élevé que la moyenne de développer un type de maladie. Il est réalisé dans le cadre de votre suivi particulier, en fonction de votre contexte médical. Il est envisagé à votre initiative et celle du médecin, sur prescription médicale. cancer du col utérin par l examen de frottis vaginaux (test de Papanicolaou). cancer de la prostate. Détection précoce tumeurs de la peau (mélanome) ;

46

47 polémique

48 Campagne de prévention : Poumon et tabac Mélanome et UV soleil Parce qu'aujourd'hui, il n'existe pas d'examen qui permette de dépister ce cancer de façon suffisamment précoce. L'examen le plus courant, la radiographie du thorax, détecte des anomalies à un stade trop tardif Lien vers rapport HAS

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis?

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Dr Sana ABOUZAHIR MG Maroc Journée de Printemps 2013 INTRODUCTION Défis majeurs de la cancérologie est

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS. Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS www.ccmsa.msanet Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Gynécologie

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution

Plus en détail

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES

MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES Prescrire à bon escient Dr Laurence Vitu Loas INTRODUCTION 1 Marqueurs tumoraux = substances (protéïnes) présentes dans les fluides biologiques à des taux significativement

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

Mélanome cutané. Examen clinique exhaustif : revêtement cutané, cuir chevelu, organes génitaux externes, aires ganglionnaires...

Mélanome cutané. Examen clinique exhaustif : revêtement cutané, cuir chevelu, organes génitaux externes, aires ganglionnaires... Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE Les signes cliniques ou la consultation médicale Le cancer de l ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade évolué de la maladie car il peut évoluer longtemps sans

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES

IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES IMAGERIE des TUMEURS SUPERFICIELLES et des PARTIES MOLLES Pr Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 IMAGERIE des TUMEURS epidermiques des parties molles DERMATOLOGIE Utilise peu les techniques

Plus en détail

Sous thème 3 Quelques notions de cancérologie

Sous thème 3 Quelques notions de cancérologie La cancérologie ou oncologie est l étude des tumeurs. Une tumeur est le résultat d une prolifération cellulaire anormale aboutissant à ce que l on appelle une «néo-formation» ou formation néoplasique (équivalent

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la paroi vésicale...3 2. Épidémiologie... 3 3. Types histologiques

Plus en détail

SOMME (80) ADEMA 80. Hélène DELATTRE-MASSY

SOMME (80) ADEMA 80. Hélène DELATTRE-MASSY INCA FICHE DE PARTAGE D EXPÉRIENCES «PROFESSIONNELS DE SANTÉ» DÉPARTEMENT NOM DE LA STRUCTURE SOMME (80) ADEMA 80 OBJECTIF DE L ACTION Augmenter les taux de participation aux deux dépistages organisés

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Hématologie

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) Cancer de l'ovaire Collège Français des Pathologistes (CoPath) 201 3 1 Table des matières 1. Fréquence, épidémiologie... 3 2. Types histologiques... 3 3. Facteurs de risque, carcinogenèse, modalités d'extension...3

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations Diapositive 1 : Ecran de démarrage Diapositive 2 : Accueil Voyons maintenant l exemple d un cas de cancer colique, l un des quatre cancers les plus diagnostiqués en France. Diapositive 3 : Objectifs de

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Mélanome. Nicolas Poulalhon Dermatologie CHLS

Mélanome. Nicolas Poulalhon Dermatologie CHLS Mélanome Nicolas Poulalhon Dermatologie CHLS 1. Quelques chiffres 10/100 000 habitants / an + 10% par an 1er cancer entre 15 et 35 chez l homme et entre 15 et 25 ans chez la femme Age moyen 47 ans (en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION 2010

DOSSIER DE PRESENTATION 2010 DOSSIER DE PRESENTATION 2010 Dépistage organisé des cancers en Isère Sein - Col utérin - Colon rectum G:\AJoS\MEDIAS\DOSSIERS PRESSE\dossier1 presse Last 2010.doc 1 La mission de santé publique de l ODLC

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Docteur Ludovic Cardon-Fréville Adresse du site : www.docvadis.fr/ludovic.cardon-freville Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant Tumeurs testiculaires de l enfant Pathologie rare concernant 0,5 à 2 garçons /100 000 Représente 1 à 2% des tumeurs solides de l enfant Assez bon pronostic car: Au moins 40% de tumeurs bénignes Taux de

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

CANCERS DU COL DE L UTÉRUS

CANCERS DU COL DE L UTÉRUS CANCERS DU COL DE L UTÉRUS CLINIQUE 1. QUELQUES DEFINITIONS 1.1 Lésions précancéreuses ou «dysplasies» 1.2 Cancers invasifs 2. EPIDEMIOLOGIE 2.1 Prévalence 2.2 Facteurs de risque 3. RAPPEL ANATOMIQUE Il

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du cancer de la prostate Quelle information faut-il donner au patient avant d envisager un dosage du PSA ou un toucher rectal? Le cancer de la prostate : histoire naturelle Le cancer de la

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM - 1/6- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM I/ INTRODUCTION : En France le cancer colorectal est le premier des cancers

Plus en détail

Chirurgie mammaire à visée diagnostique

Chirurgie mammaire à visée diagnostique Chirurgie mammaire à visée diagnostique Dr L.Cahen-Doidy Hôpital Saint-Louis Circonstances de découverte des tumeurs mammaires - Autopalpation des seins - Examen clinique - Bilan radiologique!! Mammographie!!

Plus en détail

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE Fiche tumeur gynécologique Adénocarcinome de l ENDOMETRE FIGO IA G123 tumeur limitée à l endomètre IB G123 invasion du myomètre inférieur à 50% IC G123 invasion du myomètre supérieur à 50% IIA G123 invasion

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dr Anne DELORAINE, DOC Savoie Dr Catherine EXBRAYAT, ODLC Isère Dr Claudine MATHIS, RDC Haute Savoie Les incontournables 2014 en cancérologie

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Vignettes cliniques Elle a 30 ans, une mère qui a eu un cancer du sein à 60 ans. A partir de quand prescrivez vous une mammographie de dépistage? La m

Vignettes cliniques Elle a 30 ans, une mère qui a eu un cancer du sein à 60 ans. A partir de quand prescrivez vous une mammographie de dépistage? La m Cancer du sein DMG Paris 7 2010 Vignettes cliniques Elle a 30 ans, une mère qui a eu un cancer du sein à 60 ans. A partir de quand prescrivez vous une mammographie de dépistage? La même patiente de 30

Plus en détail

RECOMMANDATIONS HAS IDENTIFICATION ET PRISE EN CHARGE DES FEMMES A HAUT RISQUE DE CANCER DU SEIN EN RAISON D ANTECEDENTS DE CANCER

RECOMMANDATIONS HAS IDENTIFICATION ET PRISE EN CHARGE DES FEMMES A HAUT RISQUE DE CANCER DU SEIN EN RAISON D ANTECEDENTS DE CANCER RECOMMANDATIONS HAS IDENTIFICATION ET PRISE EN CHARGE DES FEMMES A HAUT RISQUE DE CANCER DU SEIN EN RAISON D ANTECEDENTS DE CANCER 19 MAI 20014 Note à l usage des oncogénéticiens Les recommandations «dépistage

Plus en détail

Classification histologique et pathologie moléculaire

Classification histologique et pathologie moléculaire 36 Classification histologique et pathologie moléculaire Le cancer du testicule, bien que relativement rare, est le cancer le plus fréquent chez les hommes de 15 à 35 ans. L acquisition de traitements

Plus en détail

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées

Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques appliquées UE2 Cancérologie Cours 7 - Professeur de Bazelaire Mercredi 9/10/13, à 10h30 Ronéotypeuse : Alice VARRON Ronéoficheuse : Jeanne PIERRE Cours 7 Radiologie des cancers : Bases diagnostiques et techniques

Plus en détail

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE

Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE Docteur Gabriel Le Moël Service de pneumologie. CHLP Journée ARKM 19/11/2016 LES LIMITES DE LA RADIOGRAPHIE PULMONAIRE RADIO DE THORAX a-t-elle encore un intérêt? Place de radio de thorax dans le cadre

Plus en détail

Histoire naturelle du cancer

Histoire naturelle du cancer TUMEURS MALIGNES Histoire naturelle du cancer - Transformation cancéreuse d une cellule - Expansion clonale de la cellule cancéreuse - Lésions cancéreuses pré-invasives: dysplasies, carcinome in situ -

Plus en détail

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie)

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie) REFERENTIEL DU CANCER DU TESTICULE Mise à jour du 13/03/2008 Médecin responsable : Dr PAULHAC Membres du groupe de travail : Pr COLOMBEAU Pierre Chirurgien urologue (CHU de Limoges urologie) Dr HASSAN

Plus en détail

Dépistage des cancers chez la femme. Pr C Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Dépistage des cancers chez la femme. Pr C Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Dépistage des cancers chez la femme Pr C Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016 Adapté de source INCa Incidence projetée en 2015 de 17 localisations cancéreuses chez la femme - Nombre de cas, taux

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Dr Frank Tusseau Adresse du site : www.docvadis.fr/tusseau Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement

Plus en détail

LES TUMEURS OVARIENNES

LES TUMEURS OVARIENNES LES TUMEURS OVARIENNES COURS PRESENTE PAR DR A.ABES MAITRE-ASSISTANTE EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE EHS SMK I. INTRODUCTION-GENERALITES : Les tumeurs ovariennes regroupent l ensemble des tumeurs qui se développent

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

Cancer du sein. Cours IFSI

Cancer du sein. Cours IFSI Cancer du sein Cours IFSI Plan Epidémiologie Génétique Différents types histologiques de cancers du sein Moyen de diagnostic Clinique Imagerie Traitement Chirurgie Chimiothérapie Radiothérapie Hormonothérapie

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie

cancer de la prostate Le dépistage du Hôpital Bichat - Paris Pr. Vincent Ravery Urologie Le dépistage du cancer de la prostate Pr. Vincent Ravery Urologie Hôpital Bichat - Paris Introduction 1. L espérance de vie augmente (INSEE, 1999) Tranches d âge EDV moyenne 60-64 19 65-69 16 70-74 12

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Le cancer du sein : Anatomie

Le cancer du sein : Anatomie Le cancer du sein : Anatomie - Page 1 Cancer du sein : données épidémiologiques 2010 1er cancer chez les femmes en France* 52.500 nouveaux cas** ( 34 % de l ensemble des nouveaux cas chez la femme) 11.500

Plus en détail

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Les lymphomes sont des maladies du sang et des ganglions. Les lymphomes non hodgkiniens représentent 80% d entre eux. Avec

Plus en détail

LE dépistage du cancer de la prostate. Mon avis compte!

LE dépistage du cancer de la prostate. Mon avis compte! LE dépistage du cancer de la prostate Mon avis compte! Table des matières LE DÉPISTAGE : VOUS AVEZ LE CHOIX 3 Qu est ce que le cancer de la prostate? 4 Qu est ce que le dépistage du cancer de la prostate?

Plus en détail

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement :

1 - Adenofibrome : a) Clinique : b) Anatomie pathologique : c) Radiologiquement : 1 - Adenofibrome : a) Clinique : Tuméfaction unique (ou multiple soit d'emblée soit plus tard) chez une patiente jeune (20 à 30 ans) ayant tous les critères de la bénignité : - bien limitée - élastique

Plus en détail

Infection par le Papillomavirus Humain. A. Épidémiologie et histoire naturelle de l'infection génitale à papillomavirus humain (HPV)

Infection par le Papillomavirus Humain. A. Épidémiologie et histoire naturelle de l'infection génitale à papillomavirus humain (HPV) 26/02/2014 BATTISTA Jennifer L2 AIH Dr CHARREL Relecteur 6 6 pages Plan Agent infectieux et hygiène Infection par le Papillomavirus Humain Infection par le Papillomavirus Humain A. Épidémiologie et histoire

Plus en détail

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Enseignement du Module d Anatomie Pathologique 3 ème Année de Médecine 2016/2017 Processus cancéreux Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Plan

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Épidémiologie... 3 2. Types histologiques principaux... 3 3. Oncogénèse du carcinome rénal

Plus en détail

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine Préventive EHUOran Satisfaire, les besoins de l Administration

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon. Bruno HOUSSET

Dépistage du cancer du poumon. Bruno HOUSSET Dépistage du cancer du poumon Bruno HOUSSET Principes d un dépistage (d après OMS, 1971) La maladie concernée est fréquente et crée un problème de santé (à l échelle de la population et/ou de l individu)

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit )

On voit une hyper fixation au niveau du poumon droit ( pathologique) et au niveau de la vessie ( physiologique car on élimine le produit ) VI Imagerie: En imagerie une tumeur se représente comme: Une masse (supérieur a 3 cm) ou nodule (moins de 3cm et plus de 3mm) avec un contour irrégulier (polylobé, spiculé extension de la tumeur le long

Plus en détail

Tous cancers. Survie relative à 5 ans

Tous cancers. Survie relative à 5 ans 3 Tous cancers ANALYSE En France, en 2000, le nombre de nouveaux cas de cancer a été estimé au total à près de 280 000 dont 58 % chez l homme. Le nombre de décès atteint environ 150 000, dont 61 % survenant

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Introduction : La Démarche diagnostique

Introduction : La Démarche diagnostique PERFORMANCES D UN TEST DIAGNOSTIQUE «Malgré les précisions atomiques des balances modernes, on n'arrive pas encore à mesurer le poids exact de la solitude.» Georges Raby, Extrait du «Les Dents longues»

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l origine de lésions précancéreuses au niveau du

Plus en détail

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire Les cancers du sein de pronostic intermédiaire LA RECHERCHE DE METASTASES TROP ou PAS ASSEZ? Jacques Bonneterre Université de Lille, Centre Oscar Lambret Aller au devant des métastases? Evénements suffisamment

Plus en détail

Dépistage des cancers chez la. femme. Pr C Mathieu Université de Bordeaux Dr Vanessa Conri CHU de Bordeaux Octobre 2015

Dépistage des cancers chez la. femme. Pr C Mathieu Université de Bordeaux Dr Vanessa Conri CHU de Bordeaux Octobre 2015 Dépistage des cancers chez la femme Pr C Mathieu Université de Bordeaux Dr Vanessa Conri CHU de Bordeaux Octobre 2015 Mise en perspective de l incidence et de la mortalité Source : Belot A et al., 2008

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Item n 159 : Cancer du sein

Item n 159 : Cancer du sein Epidemiologie Item n 159 : Cancer du sein Cancer le plus fréquent de la femme : 10% des femmes en seront atteinte Cʼest un cancer hormono-dépendants Histologie la plus fréquente : adénocarcinome canalaire

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre

L imagerie en questions : Cancer de l endomètre + L imagerie en questions : Cancer de l endomètre Corinne Balleyguier, Elise Zareski Sébastien Gouy, Philippe Morice, Catherine Genestie, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Alexandra Leary, Catherine

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 9 février 2011 Dr Mathilde Sibony, Hôpital Tenon mathilde.sibony@tnn.aphp.fr 01 56 01 68 73 Anatomie pathologique et Cancer

Plus en détail

LES TUMEURS DE VESSIE

LES TUMEURS DE VESSIE Cours d anatomie pathologique Spéciale. 5éme Année de Médecine LES TUMEURS DE VESSIE Pr. Nadia Cherradi (HER- CHU de -Salé). 25/03/2010 Pr N.Cherradi-5ème année Médecine- Faculté de Médecine et de Pharmacie

Plus en détail

IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu

IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu IRM mammaire : les clés de la prescription et du compte rendu Breast MRI: prescription and interpretation keys B. Salicru 1 Mots clés : IRM mammaire, indications, interprétation Keywords: breast magnetic

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail