Plan de Maîtrise Sanitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de Maîtrise Sanitaire"

Transcription

1 Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 1 Les fiches pratiques Les trames d autocontrôle Les documents obligatoires Les instruments de mesure SQ/AF/Novembre 2012 IR=1 1

2 Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 1 Les fiches pratiques La tenue de travail et les vestiaire p.3 Le lavage des mains P.5 Le comportement au travail Septembre dans 2007Septembre le domaine 2007de l hygiène P.6 La marche en avant P.7 Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels P.8 La prise de température P.9 Le stockage P.10 Le relevé des températures des chambres froides P.12 Le contrôle de l huile de friture P.15 L utilisation de l huile de friture P.16 Le contrôle à réception sur l office livré P.17 L organisation sur office livré P.18 La gestion des excédents sur l office livré P.19 L affichage de l origine des viandes bovines P.20 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 2

3 La tenue de travail et les vestiaires 1/2 - Contamination des denrées par le personnel, porteur de microorganismes : une tenue spécifique et réservée au personnel doit être portée dans les locaux de fabrication - Corps étranger venant des bijoux : ils sont interdits (bagues sauf alliance, montres, bracelets ) ou doivent être portés sous la tenue de travail (collier, boucles d oreille ) ou masqués par un pansement ou le port d un masque (piercing) L EQUIPE 1 2 La tenue de travail : se reporter à l affiche «Porter la bonne tenue en fabrication» chaque personne doit disposer d une tenue de travail propre en rapport avec sa qualification la tenue doit être changée régulièrement ou dès que nécessaire (tenue tâchée ) Les autres éléments de la tenue : La charlotte (ou la casquette) jetable Obligatoire en zone de production en cuisine centrale liaison froide et pour les préparations froides livrées (sites sous agrément ou dérogation à l agrément), elle doit : envelopper la totalité de la chevelure (y compris la frange et les boucles d oreilles) être changée quotidiennement et lorsqu elle est abîmée Calot jetable toléré en zone de production en restauration sur place, toque préconisée au service Le masque bucco-nasal jetable Obligatoire : en cuisine centrale liaison froide pour toute opération pour les préparations froides livrées (sites sous agrément ou dérogation à l agrément) pour les préparations de mixés pour consommation différée pour toute personne atteinte d une infection de la gorge ou du nez pour masquer les piercings Il doit : couvrir parfaitement la bouche et le nez être changé régulièrement : lorsqu il devient humide, au retour des pauses Les gants à usage 1 CF unique 2 CF 3 CF Le tablier 4 CF Obligatoires : pour la manipulation directe de produits alimentaires pour toute plaie aux mains Interdits lors des manipulations proches de sources de chaleur (four, piano, eau chaude) (dangereux en cas de brûlure) Utilisation : se laver les mains avant de mettre les gants les changer régulièrement : entre chaque opération ou produit dit «propre» et «sale» se laver les mains après le port de gants Préconisé en préparations froides, en conditionnement et en plonge (rôle de protection de la tenue de travail) Tablier plastique interdit en zone de cuisson (dangereux en cas de brûlure) 3

4 La tenue de travail et les vestiaires 2/2 La tenue de froid Tee-shirt thermo-régulant ou gilet anti-froid, porté sous la tenue de travail Les chaussures de sécurité Obligatoires et réservées à l usage en cuisine Le port de chaussures de ville est toléré : sur justification médicale pour le personnel intérimaire (chaussures propres + surchaussures si besoin) Les gants de protection anti-chaleur et les moufles en silicone Préconisées pour la prise des plats chauds Torchons tolérés pour la prise de plats chauds : doivent être propres, ne servir qu à cet usage, changés dès que nécessaire et au minimum quotidiennement. Torchons interdits pour l essuyage des ustensiles et de la vaisselle 3 Le rangement des tenues : Les vêtements de ville et les tenues de travail doivent être séparés : vestiaires bi-compartimentés ou housses en plastique Le linge propre et le linge sale doivent être séparés : armoire ou housses pour le linge propre ; sacs à linge sale LES VESTIAIRES S assurer que les locaux du personnel disposent de : Vestiaires surélevés bi-compartimentés avec assise Douche individuelle Toilettes avec distributeur de papier hygiénique et poubelle (toilettes sans accès direct aux locaux de fabrication) Poste de lavage des mains complet Se reporter à l affiche «Rangement des vestiaires» Rappel : pour garantir le suivi des règles d hygiène par le personnel, le responsable de site doit s assurer régulièrement que les vestiaires sont salubres, en bon état, rangés, propres, aérés et correctement approvisionnés Le responsable de site non posté doit porter, lorsqu il se rend dans les locaux de production, une blouse et une charlotte La blouse jetable est préconisée en zone de réception pour un magasinier polyvalent et lors de la sortie du personnel à l extérieur (pauses) 4

5 Le lavage des mains Contamination des denrées par les mains, porteuses de microorganismes Aussi souvent que nécessaire pour éviter toute contamination des produits et au minimum : à la prise de poste et après chaque pause après toute opération sale (décartonnage, nettoyage, transport de déchets ) et avant toute opération propre (manipulation de produit, de matériel propre ) après être allé aux toilettes après s être mouché, avoir éternué, toussé, fumé avant et après le port de gants 1 Les conditions préalables : ongles courts et sans vernis, pas de faux ongles absence de bagues (alliance tolérée) absence de montre et de bracelets 2 Un poste de lavage des mains complet comprenant : Savon liquide bactéricide Distributeur de papier à usage unique Brosse à ongles nettoyée et désinfectée (conseillée) 5 Rappel : tous les jours, tremper la brosse à ongles pendant 10 min, dans une solution d eau chaude + produit de nettoyage et désinfection, puis rincer Poste à commande non manuelle 3 Le mode opératoire : se reporter à l affiche «Se laver les mains» Poubelle à commande non manuelle S assurer du réapprovisionnement en savon et en papier à usage unique Vérifier la propreté de la brosse à ongles 4 5

6 Le comportement au travail dans le domaine de l hygiène - Contamination des denrées par de mauvaises manipulations - Développement de microorganismes dû à une non maîtrise du couple temps / température IL EST INDISPENSABLE DE : 1 Séparer les opérations / produits propres et sales (marche en avant) 2 Lire et appliquer les consignes de travail 3 Vérifier la propreté du matériel utilisé et leur bon état de fonctionnement avant la production 4 Limiter les temps d attente des produits à température ambiante 5 Protéger les produits (couvercle, film ) 6 Réaliser les contrôles et les enregistrer IL EST INTERDIT DE : Manger (y compris gomme à mâcher) en cuisine Goûter avec les doigts Ramasser les produits à terre et les intégrer dans les préparations Utiliser le même ustensile pour deux plats différents Fumer dans les locaux IL EST PRECONISE DE : Identifier les bouteilles d eau personnelles et les rassembler dans un endroit réservé Pour tout nouvel embauché sur site, une formation/sensibilisation à l hygiène, à la sécurité et aux éco gestes doit précéder la prise du poste de travail 6

7 La marche en avant Contamination croisée des produits propres (produits finis) par des produits sales (matières premières, déchets ) aux différentes étapes de la fabrication la marche en avant consiste à établir une progression continue des circuits, sans : - croisement propre / sale - retour en arrière des produits Elle peut être réalisée de deux manières : des opérations propres et sales sont réalisées dans des locaux différents > marche en avant dans l espace des opérations propres et sales réalisées dans des locaux communs sont organisées dans le temps, séparées par des opérations de nettoyage / désinfection > marche en avant Septembre dans le temps2007septembre 2007 LA MARCHE EN AVANT DANS L ESPACE 1 Identifier les zones (décartonnage, légumerie, déconditionnement, préparation chaude, préparation froide, local plonge, local déchets, ascenseur, monte-charge ) 2 Identifier les circuits de produits 3 Informer et faire appliquer les consignes par l équipe LA MARCHE EN AVANT DANS LE TEMPS 1 Identifier les zones où il y a des croisements 2 Planifier les séquences de travail et le nettoyage / désinfection par une instruction spécifique 3 Informer l équipe et afficher l instruction spécifique dans la zone concernée Veiller quotidiennement au respect de la marche en avant En cas de fabrication de produits pour les activités de restauration annexes (ex : restauration rapide) : réserver une zone dédiée ou mettre en place une marche en avant dans le temps 7

8 Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels - Survie de microorganismes - Résidus de produits de nettoyage / désinfection sur les surfaces en contact avec les denrées 1 Afficher les plans de nettoyage personnalisés (exemple : dans un portfolio mural) 2 Faire réaliser et enregistrer le nettoyage / désinfection : réaliser le nettoyage en l absence de manipulation de denrées ou protéger les denrées (nettoyage intermédiaire) enregistrement du nettoyage / désinfection quotidien (opérateur) enregistrement du nettoyage / désinfection périodique (opérateur) 3 Contrôler le nettoyage et l enregistrer : enregistrement de la vérification de la propreté des locaux et matériels (hebdomadaire) (responsable de production, chef de groupe) 4 Contrôler l efficacité du nettoyage / désinfection : prélèvements de surface microbiologiques réalisés par le laboratoire d hygiène selon la fréquence définie pour le site si besoin, en complément : utiliser un kit de contrôle (lames de surface à se procurer auprès du laboratoire d hygiène) 5 En cas de nettoyage / désinfection non satisfaisant, mener des actions correctives : en cas de défaut de propreté (contrôle visuel) >> effectuer un deuxième nettoyage / désinfection en cas de défaut de désinfection (prélèvements de surface microbiologiques non conformes) >> faire un rappel à l équipe sur les méthodes de nettoyage / désinfection >> demander au laboratoire de faire un nouveau prélèvement de la surface concernée lors du passage suivant Rappel : - l objectif du nettoyage est d obtenir une propreté visuelle - l objectif de la désinfection est d obtenir une propreté microbiologique 8

9 La prise de température Développement de microorganismes en cas de non maîtrise de la température des produits 1 Lors du contrôle des produits à réception 2 En cours de fabrication 3 A la livraison (départ / arrivée) des produits 4 Avant le service Se reporter à l affiche «Contrôler la température» 1 Désinfecter la sonde du thermomètre Recommandé : lingette désinfectante référencée sans rinçage À défaut, autre produit possible : détergent désinfectant + papier à usage unique + rinçage (ex. : Ecobac) L alcool à 70 n est plus utilisé. 2 Mesurer la température si possible (produit type yaourt, fromage blanc, ou produit en cours de fabrication) : enfoncer le thermomètre au cœur du produit lire la température stabilisée jeter le produit percé (pour les BOF) sinon (produits sous vide, surgelés) : caler le thermomètre entre les produits lire la température stabilisée 3 En cas de température non conforme, refaire le contrôle sur un autre produit 4 Mettre en place les actions correctives si la non-conformité est confirmée Enregistrer les actions correctives mises en place sur l enregistrement correspondant Vérifier annuellement l exactitude du thermomètre à l aide d un thermomètre de référence «La vérification des thermomètres» Thermomètre laser déconseillé car prise de température en surface du produit. Néanmoins, si utilisation (rapidité, produit surgelé), refaire le contrôle avec une thermosonde si température non conforme 9

10 Le stockage 1/2 - Développement de microorganismes en cas d élévation de la température lors du stockage - Contamination croisée entre produits de niveau de contamination différents (matières premières, matières premières / produits finis) 1 Identifier les locaux de stockage (réserves, chambre froides ) par des affiches 2 Organiser le rangement des locaux de stockage Séparer : les matières premières, les plats en cours de fabrication et les produits finis les produits alimentaires et les produits non alimentaires (produits d entretien, insecticides, doivent être stockés dans un local / une armoire spécifique fermant à clé) Répartir les produits frais en fonction du nombre de chambres froides positives disponibles En cas de chambre froide commune à plusieurs types de produits : placer les produits cuits ou élaborés protégés (films, couvercles) au dessus des produits crus régler sur la température de stockage nécessaire la plus basse 1 CF 2 CF 3 CF 4 CF Répartition des produits suivant le nombre de chambres froides positives 1 ère CF 3 ème CF 2 ème CF Produits finis 4 ème et 5 ème gammes Viandes / charcuteries BOF Semi-conserves Fruits & légumes bruts +3 C Produits finis 4 ème et 5 ème gammes Viandes / charcuteries BOF +3 C Produits finis 4 ème et 5 ème gammes Viandes / charcuteries +3 C Produits finis +3 C Semi-conserves Fruits & légumes bruts +8 C BOF +4 C 4 ème et 5 ème gammes Viandes / charcuteries +3 C Semi-conserves Fruits & légumes bruts +8 C BOF +4 C 4 ème CF Semi-conserves Fruits & légumes bruts +8 C 10

11 Le stockage 2/2 Exceptions : Le poisson, les produits de la pêche frais, les viandes hachées fraîches (exemple : steak haché) doivent être stockés entre 0 C et +2 C >> Si leur stockage se fait en chambre froide à +3 C : le poisson et les produits de la pêche frais doivent être placés sur lit de glace (ne pas déconditionner et vérifier l absence de fonte de glace au contact du produit) les viandes hachées fraîches doivent être placées au plus près de l arrivée d air froid de la chambre froide 3 Ranger les produits en respectant les règles suivantes : ne jamais stocker les produits directement sur le sol utiliser des étagères ou des caillebotis plastiques éviter le tassement des produits car celui-ci peut : entraîner une détérioration des conditionnements empêcher le bon refroidissement des produits placer sur le devant les DLC / DLUO les plus courtes surveiller la bonne rotation des stocks en appliquant la règle du «premier entré, premier sorti» Rappel : il est recommandé d identifier les DLC les plus courtes (emplacement spécifique au sein de la chambre froide, code couleur, affichette «à consommer en priorité» ). 4 Eliminer tout produit ayant une DLC ou une DLUO dépassée Le matériel destiné à entrer en contact direct avec les denrées alimentaires (barquettes, films ) doit être stocké de manière hygiénique à l abri de toute contamination Les produits entamés doivent être protégés et étiquetés «La conservation des produits entamés» 11

12 Le relevé des températures des chambres froides et des salles réfrigérées 1/3 Développement de microorganismes en cas de non maîtrise des températures de stockage à l ouverture, il permet de détecter tout défaut de fonctionnement des chambres froides et de mettre en place rapidement les actions correctives à la fermeture, il permet de s assurer de leur bon fonctionnement avant de partir 1 Relever les températures affichées (même en cas d enregistreurs) Surgelés Produits T C conforme Non conforme si T C > à -18 C -15 C sauf glaces Viandes / charcuteries +3 C +5 C Viandes hachées Rappel des températures (de l enceinte) +2 C (près de l arrivée d air froid) +4 C BOF +4 C +6 C 4 ème et 5 ème gammes +3 C (ou recommandations fournisseurs) +5 C (ou recommandations fournisseurs) 2 3 Poissons frais +2 C (sur lit de glace) +4 C Fruits et légumes bruts +8 C +10 C Epicerie +8 C / +20 C +25 C Produits finis +3 C +5 C Repas en liaison froide +3 C +5 C Salle à température dirigée +10 C/+12 C +15 C La limite inférieure de T C des chambres froides positives est 0 C En cas de centrale d enregistrement : valider l enregistrement automatique 1 fois par jour Enregistrer le résultat sur les enregistrements des températures des chambres froides et des salles à températures dirigées Cas des enregistreurs : relever et analyser les disques enregistreurs au minimum 1 fois par semaine conserver les enregistrements en notant la date et la chambre froide concernée En cas de températures non conformes, réaliser les actions correctives décrites sur les enregistrements et les enregistrer Rappel : les enceintes réfrigérées inférieures à 10 m 3 doivent être équipées au moins d un thermomètre à lecture directe négatives supérieures à 10 m 3 doivent être équipées d un système d enregistrement adéquat (thermographes, boîtiers enregistreurs de température automatiques). Maintenir les portes fermées Respecter les fréquences de dégivrage et s assurer du bon nettoyage des grilles de ventilation Vérifier que la chambre froide négative n est pas en dégivrage avant d engager une action corrective 12

13 Le relevé des températures des chambres froides et des salles réfrigérées 2/3 4 Mettre en place les actions correctives prévues selon les cas : Se reporter à l affiche «Procédure en cas de» ENCEINTES NÉGATIVES Cas 1 Température de l enceinte (afficheur, thermographe) comprise entre -18 C et -15 C constatée pendant 5 jours consécutifs : faire régler l enceinte (sans transfert des produits) et vérifier le bon fonctionnement lors des contrôles suivants Cas 2 Température de l enceinte (afficheur, thermographe) > -15 C : prendre la température à cœur des produits (ou en surface en cas d impossibilité) Si T C à cœur -18 C pour les glaces -15 C pour les viandes et poissons -12 C pour les autres produits Actions correctives Placer les produits dans une autre enceinte réfrigérée négative et les consommer jusqu à DLC / DLUO -18 C < T C 0 C pour les glaces -15 C < T C 0 C pour les viandes et poissons -12 C < T C 0 C pour les autres produits Jeter les glaces Poursuivre la décongélation pour tous les autres produits en enceinte réfrigérée (0 C / +3 C) et les consommer dans les 72h 0 C < T C +8 C pour tous les produits Placer les produits décongelés dans une enceinte réfrigérée (0 C / +3 C) et les consommer dans les 72h après dernier relevé de T C constaté conforme T C > +8 C Jeter les produits 13

14 Le relevé des températures des chambres froides et des salles réfrigérées 3/3 4 Mettre en place les actions correctives prévues selon les cas : ENCEINTES POSITIVES Cas 1 Température de l enceinte (afficheur, thermographe) comprise entre +3 C et +5 C constatée pendant 2 jours consécutifs : vérifier le bon affichage de la température de l enceinte à l aide d une sonde : Si T C de l enceinte mesurée par sonde manuelle +3 C Actions correctives Faire régler l affichage de la chambre froide +3 C < T C +5 C Faire régler l enceinte dans les 24h sans transfert des produits et vérifier le bon fonctionnement lors des contrôles suivants Si impossibilité d intervention dans les 24h, placer les produits dans une autre enceinte réfrigérée en attente du réglage de l enceinte Cas 2 Température de l enceinte (afficheur, thermographe) >+5 C : prendre la température à cœur des produits Si T C à cœur +3 C +5 C < T C +8 C T C > +8 C Actions correctives Placer les produits dans une autre enceinte réfrigérée (0 C / +3 C) et les consommer jusqu à DLC Placer les produits dans une autre enceinte réfrigérée (0 C / +3 C) et les consommer dans les 72h après dernier relevé de T C constaté conforme Jeter les produits 14

15 Le contrôle de l huile de friture Dégradation de l huile au fur et à mesure de son utilisation, la rendant impropre à la consommation Déterminer la fréquence de changement de l huile de friture UTILISATION DES TESTEURS D HUILES 1 TESTEUR D HUILE FROIDE Utiliser une huile référencée pour la friture et respecter les indications de l industriel 2 Commencer le test avec un bain d huile neuf et utiliser normalement la friteuse (huile habituelle, produits frits habituels ) 3 A partir de la 6ème utilisation, contrôler l huile après chaque utilisation : mettre en place la languette dans le testeur verser l huile et mettre en marche le test après 35 min : positionner la languette sur le capot de l appareil et lire le résultat sur la languette 4 Interpréter le résultat: Conserver l huile si elle présente moins de 22% de composés polaires, sinon la jeter 5 Enregistrer les résultats sur la fiche «détermination de la fréquence de changement» Poursuivre les contrôles après chaque utilisation jusqu à obtenir un résultat non conforme (22% ou plus de composés polaires) et changer l huile 6 Recommencer le test pour un second résultat et prendre comme résultat de référence le plus faible des deux CAS DES SITES SANS TESTEUR D HUILE Après 10 utilisations maximum, changer l huile. Renouveler l huile plus souvent si nécessaire. Contacter la Direction Qualité pour obtenir la référence du testeur d huile à utiliser. 15

16 L utilisation de l huile de friture Dégradation de l huile au fur et à mesure de son utilisation la rendant impropre à la consommation Utiliser une huile référencée pour la friture et respecter les indications de l industriel Avant le service : allumer la friteuse au maximum une heure avant le service vérifier le niveau d huile et le compléter si nécessaire régler le thermostat à 180 C maximum Pendant le service: ne pas saler au dessus de la friteuse Après le service : éteindre la friteuse dès la fin du service laisser descendre la température filtrer le bain d huile et éliminer les résidus calcinés Après le nettoyage : laisser sécher la friteuse remettre l huile dans la friteuse et couvrir 5 Changer l huile : Testeur d huile froide déterminer la fréquence de changement d huile utiliser chaque nouveau bain d huile autant de fois que le résultat de référence une fois le résultat de référence atteint, contrôler l huile et l enregistrer sur la fiche «contrôle de l huile de friture» : résultat conforme (< 22%) => réutiliser l huile une fois puis la jeter résultat non conforme => la jeter et établir une action corrective (raccourcir la fréquence de changement ) Sans testeur Après 10 utilisations maximum : changer l huile et enregistrer. Renouveler l huile plus souvent si nécessaire 6 Récupérer l huile usagée : la stocker en fûts couvercle fermé dans le local à déchets ou dans un emplacement délimité poser les fûts sur des feuillets absorbants ou dans des bacs de rétention si la zone est connectée aux eaux usées identifier la zone avec le sticker «huiles alimentaires usagées» faire appel aux prestataires référencés pour sa collecte et son traitement conserver les bons d enlèvement des huiles alimentaires usagées Après filtration de l huile, vérifier visuellement l élimination des résidus calcinés responsables d une altération rapide Ne pas réutiliser l huile ayant servi à la cuisson des aliments panés ou des produits de type beignets car ces produits accélèrent la dégradation de l huile Ne pas utiliser d huiles de soja ou de colza pour la friture 16

17 Le contrôle à réception sur l office livré Développement de microorganismes en cas de passage des produits à une température supérieure à +10 C ou inférieure à +63 C 1 Contrôler les produits Critères du contrôle Bon de livraison Modes de contrôle Visuel Valeurs conformes Respect des menus, régimes Respect du nombre de repas et des quantités Actions immédiates Appeler la cuisine centrale pour dépannage Conditionnement Visuel Aucun défaut de conditionnement (film correctement scellé) Si le conditionnement est ouvert : ne pas consommer Etiquetage Visuel Les informations suivantes doivent figurer sur le conditionnement ou le document d accompagnement des livraisons : - nom du produit - numéro d agrément - conditions d utilisation - DLC Appeler la cuisine centrale en cas de doute sur un produit Température Prise de température sur chaque type de produit : 1 entrée 1 plat 1 dessert Repas livrés en liaison froide Repas livrés en liaison chaude +3 C +63 C Si +3 C < T C 5 C : vérifier la T C de départ : - si T C conforme, vérifier le bon fonctionnement du groupe frigorifique du camion - si T C non conforme, revoir l organisation ou vérifier le matériel de la cuisine centrale Si T C > +5 C : ne pas accepter les produits Si T C < 63 C : vérifier la T C de départ : - si T C conforme, vérifier le temps de livraison : * si ce temps est < 1 heure, remettre les produits en T C * si ce temps est > 1 heure, ne pas servir les produits - si T C non conforme, ne pas accepter les produits 2 Enregistrer le contrôle sur le document de contrôle à réception 17

18 L organisation sur office livré Développement de microorganismes en cas de passage des produits à une température supérieure à +10 C ou inférieure à +63 C 1 Réceptionner les repas livrés, les contrôler le contrôle à réception sur l office livré 2 Maintenir en température et / ou remettre en température Préparations froides : Stockage 0 C / + 3 C en chambre froide jour ou produits finis Prélever des plats témoins si manipulations des produits (tranchage ) ou fabriqués sur place «La réalisation de plats témoins» Plats chauds en liaison chaude : Maintenir en température dans les éléments chauffants Sans éléments chauffants : maintenir les containers fermés et servir le plus rapidement possible Plats chauds en liaison froide : remettre en température Remettre en température au plus près de la distribution en suivant les consignes de la cuisine centrale Rappel du couple temps / température T C conforme +10 C à +63 C Durée cible moins de 1 heure Enregistrer ces contrôles sur l enregistrement des remises en température 3 4 En cas de dépassement : jeter le produit rechercher les causes du dysfonctionnement (panne, portions de volume trop important, surcharge) mettre en place les actions correctives et les enregistrer sur le document d enregistrement Distribuer 5 Evacuer les déchets 6 Nettoyer / désinfecter les contenants et containers et enregistrer le nettoyage 7 Nettoyer / désinfecter les locaux et le matériel et enregistrer le nettoyage Rappel : lors des vacances scolaires, respecter les consignes d arrêt et de remise en marche du matériel. Si une partie des produits est fabriquée sur place, se reporter aux instructions correspondantes Si la distribution des repas n est pas assurée par nos soins, faire une recommandation sur le contrôle de température avant remise au consommateur et proposer le support d enregistrement 18

19 La gestion des excédents sur l office livré Développement de microorganismes en cas de passage des produits à une température supérieure à +10 C ou inférieure à +63 C ou d une conservation prolongée Les conditions de réutilisation des produits livrés sur l office livré Préparations froides Non déconditionnées et conservées entre 0 C et + 3 C => à consommer jusqu à la DLC du produit Préparations chaudes en liaison froide Non déconditionnées et conservées entre 0 C et + 3 C => à consommer jusqu à la DLC du produit Préparations chaudes en liaison chaude Produits à température ambiante Pas d excédent Non déconditionnés => à consommer jusqu à la DLUO du produit Fruits Conservation tolérée si non servis au convive Glaces Conservation tolérée si maintenues constamment à -18 C Vérifier l aspect des produits >> éliminer tout produit suspect Les préparations froides peuvent être proposées à la consommation sous réserve de la conservation de leurs qualités organoleptiques 19

20 L affichage de l origine des viandes bovines Non-respect de la réglementation (décret n ) relative à l affichage de l origine (né, élevé, abattu) de la viande bovine dans les établissements de restauration 1 Produits concernés Muscles entiers crus : rôtis sautés émincés BOEUF et VEAU Non concernés : Muscles entiers achetés cuits Steaks hachés pré-cuits Produits élaborés contenant de la viande bovine : - boulettes - paupiettes - raviolis Abats (joue de bœuf ) Steaks hachés crus Egrené de bœuf cru 2 Informations disponibles sur les étiquettes matières premières Etiquetages possibles : Né en : Elevé en : Abattu en : = Origine : 3 Réaliser l affichage Reporter les informations sur les outils Affichage Viande Bovine (renseigner les champs «Nés en», «Elevés en» et «Abattus en») Etiquettes pour les plateaux : Imprimer et déposer les étiquettes sur les plateaux des patients / résidents Affiche pour les restaurants : Imprimer et déposer l affiche : soit sur les stands où sont servis les plats à base de viande soit à l entrée du restaurant Les informations relatives à l origine des viandes bovines doivent être transmises aux offices livrés 20

21 Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 2 Les trames d autocontrôle (exemples) Enregistrement des températures des armoires froides positives P.22 Enregistrement des températures des armoires froides négatives P.23 Fiche autocontrôle produit P.24 Enregistrement des changements des huiles de friture P.25 Enregistrement des opérations de nettoyage / désinfection P.26 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 21

22 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 22

23 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 23

24 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 24

25 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 25

26 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 26

27 Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 3 Les documents obligatoires La déclaration d activité à jour P.28 Le plan de lutte contre les nuisibles P.29 Le plan de nettoyage / désinfection P.29 Le plan de maintenance du site P.29 La formation du personnel à l hygiène P.29 Le suivi médical du personnel P.30 L attestation de raccordement au réseau d eau P.30 Les rapports d inspection des services officiels et courriers de réponse P.30 Les autocontrôles P.30 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 27

28 En cas de contrôles sanitaires, notamment ceux réalisés par la Direction Départementale de La Protection des Populations, les documents suivants devront pouvoir être présentés. La déclaration d activit activité à jour Ce document CERFA est à communiquer à la DDPP par le responsable d établissement, lors du démarrage de l activité et pour toute modification. Le document est disponible sur le site internet : SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 28

29 Le plan de lutte contre les nuisibles Dans le cadre de la protection des locaux contre les nuisibles, il est conseillé de souscrire un contrat avec un prestataire spécialisé titulaire d un agrément délivré par les Services Régionaux de la protection des Végétaux). Le dossier de lutte contre les nuisibles doit contenir : - le contrat de dératisation / désinsectisation - le plan des appâts - les fiches techniques des produits utilisés -Les rapport d intervention Le plan de nettoyage / désinfection Les documents obligatoires : - les plans de nettoyage / désinfection personnalisés - les fiches techniques et données d sécurité des produits d entretien utilisés - les contrats de nettoyage, si existants Le plan de maintenance du site Les documents à présenter si existants : - les contrats de maintenance - la liste du matériel du site - les plannings de maintenance - les rapports d intervention La formation du personnel à l hygi hygiène Les documents à présenter : - le planning de formation - les attestations de formation SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 29

30 Le suivi médical du personnel La visite médicale est obligatoire pour toute personne amenée à manipuler des denrées alimentaires : - à l embauche - périodiquement une ou deux fois par an (se rapprocher de la médecine du travail) - à la reprise du travail, dans les 8 jours suivants la reprise Les certificats d aptitude à jour devront être présentés en cas d inspection. L attestation de raccordement au réseau d eau Ce document est à fournir pour justifier que l eau utilisée pour la préparation des denrées alimentaires est potable. Les rapports d inspection des services officiels et courriers de réponse Ces documents sont à présenter an cas d inspection. Les autocontrôles Les documents à présenter : -les enregistrements du mois en-cours - l archivage des 12 derniers mois SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 30

31 Plan de Maîtrise Sanitaire Spécial Office 4 Les instruments de mesure Les sondes à cœur P.32 Les thermomètres P.32 SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 31

32 Certains instruments de mesure sont indispensable sur un office : Les sondes à coeur Il est nécessaire d avoir au minimum 2 sondes à cœur : >> une sonde n 1 utilisée dans l office pour les prises de température >> une sonde n 2 «étalon» conservée dans le bureau pour contrôler régulièrement la conformité de la sonde n 1 Exemple de sondes à coeur Les thermomètres tres >> Si l enceinte réfrigérée est équipée d une afficheur externe, placer 1 thermomètre à l intérieur de l enceinte pour contrôle de l afficheur >> Si l enceinte n est pas équipée d afficheur externe, placer 2 thermomètres à l intérieur pour assurer le relevé des températures et le contrôle Exemple de thermomètre SQ/AF/Novembre Direction Qualité 2012/ Plan de Maîtrise IR=1 Sanitaire 32

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

Les Règles d hygiène au sein de la cuisine

Les Règles d hygiène au sein de la cuisine Page : 1/11 Les Règles d hygiène au sein de la cuisine NOM DE L ETABLISSEMENT LOCALITE LOGO 1 Page : 2/11 Mot d accueil Nous avons le plaisir de vous accueillir au sein de notre établissement. Dans le

Plus en détail

1. DEFINITION 2. METHODOLOGIE

1. DEFINITION 2. METHODOLOGIE 1. DEFINITION L HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point, c est-à-dire analyse de dangers, points de maîtrise essentiels) est l'ensemble des principes et des mesures garantissant que les aliments

Plus en détail

LA CUISINE. Réceptionner les marchandises autres que les produits alimentaires dans l entrée.

LA CUISINE. Réceptionner les marchandises autres que les produits alimentaires dans l entrée. LA CUISINE L APPROVISIONNEMENT (Voir fiche en annexe) Tenir à jour : La liste des fournisseurs. Livraison des produits frais par des fournisseurs équipés de véhicules adaptés afin de respecter la chaine

Plus en détail

AGREMENT PMS. DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire. PRODUCTION (Cuisine centrale) AUTRES (Restaurant administratif) CENTRES D'HEBERGEMENT

AGREMENT PMS. DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire. PRODUCTION (Cuisine centrale) AUTRES (Restaurant administratif) CENTRES D'HEBERGEMENT AGREMENT (n FR 50-402-209-CE) PMS PRODUCTION (Cuisine centrale) DISTRIBUTION (Satellites) Système documentaire RESTAURANTS SCOLAIRES CRECHES CENTRES D'HEBERGEMENT CLSH AUTRES (Restaurant administratif)

Plus en détail

Métiers de l'alimentation

Métiers de l'alimentation Hygiène des locaux et des équipements Formation : Classe BP Boulanger Bac Pro boulanger pâtissier Seconde Bac pro CAP Pâtissier CAP Boulanger Bac Pro Boucher charcutier traiteur BEP Boucher charcutier

Plus en détail

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique ALIMENTAIRE : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : Rédaction

Plus en détail

COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15

COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15 COLLEGE L OASIS ECHEANCIER DES MESURES CORRECTIVES SUITE A L INSPECTION EN CUISINE DU 07/09/15 Points mentionnés dans le rapport Mesures Correctives Point au 01/06/16 AO1 : Absence de fermeture (porte)

Plus en détail

PROCEDURE D IDENTIFICATION ET DE TRACABILITE DES DENREES ALIMENTAIRES

PROCEDURE D IDENTIFICATION ET DE TRACABILITE DES DENREES ALIMENTAIRES I - OBJECTIFS Cette procédure a pour objectifs : - de conserver la traçabilité de tous les produits entrants au sein de l établissement - de tracer tous produits déconditionnés et non consommés le jour

Plus en détail

Où se procurer les aliments?

Où se procurer les aliments? Où se procurer les aliments? Dans tous les magasins d alimentation Ou en direct chez les producteurs sous certaines conditions. Pour les productions primaires : Miel, fruits et légumes Leur achat en direct

Plus en détail

ZONE DE DECONDITIONNEMENT

ZONE DE DECONDITIONNEMENT ZONE DE DECONDITIONNEMENT PLAN HYGIENE Fiche de poste DECONDITIONNEMENT 1. Porter sa tenue professionnelle : pantalon et veste blancs, coiffe. 2. Mettre un tablier en plastique jetable. 3. Se laver les

Plus en détail

CAP Assistant Technique en milieu familial et collectif Activités professionnelles Livret de suivi de l élève : Période 1:... /. Période 2 :...

CAP Assistant Technique en milieu familial et collectif Activités professionnelles Livret de suivi de l élève : Période 1:... /. Période 2 :... CAP Assistant Technique en milieu familial et collectif Activités professionnelles Livret de suivi de l élève : Période 1:... /. Période 2 :... / Présentation Les élèves handicapés scolarisés dans un dispositif

Plus en détail

Proposition de Guide d équipement de l'académie de Aix Marseille CAP. Agent Polyvalent de Restauration

Proposition de Guide d équipement de l'académie de Aix Marseille CAP. Agent Polyvalent de Restauration Proposition de Guide d équipement de l'académie de Aix Marseille CAP Agent Polyvalent de Restauration. Zones Matériels Quantité Zone de réceptionstockage Armoire épicerie inox Appareils de mesure et d

Plus en détail

NOTES :

NOTES : Livret HACCP NOTES : 1 HACCP c est une méthode, un outil de travail qui permet d identifier, d évaluer les risques que l on peut rencontrer dans les différentes étapes de transformation d une denrée alimentaire,

Plus en détail

Académie de NANCY-METZ. LIVRET de FORMATION. CAP Agent Polyvalent de Restauration. NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :..

Académie de NANCY-METZ. LIVRET de FORMATION. CAP Agent Polyvalent de Restauration. NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :.. Académie de NANCY-METZ LIVRET de FORMATION CAP Agent Polyvalent de Restauration NOM :.. Prénom :.. Établissement de formation : Adresse :.. SOMMAIRE Présentation du stagiaire Présentation de l établissement

Plus en détail

M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique

M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique Page : 1/22 M : danger microbiologique C : danger chimique P : danger physique A : danger allergique Probabilité d apparition : Gravité : 1-Très rare 1-Faible 2-Rare 2-Modérée 3-Peu fréquent 3-Sérieuse

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE. MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES

L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE. MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES L'ATELIER CUISINE THERAPEUTIQUE MF Texier, cadre hygiéniste EMH Var Ouest centre hospitalier d HYERES INTERETS THERAPEUTIQUES DE L'ATELIER CUISINE Activités ludiques menées en groupe et praticables à tous

Plus en détail

Annexe 1 Liste des catégories de produits

Annexe 1 Liste des catégories de produits Annexes Annexe 1 : Liste des catégories de produits Annexe 2 : Liste des ingrédients Annexe 3 : Liste des conditionnements, emballages et autres fournitures Annexe 4 : Liste des fournisseurs Annexe 5 :

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Mode d emploi Plaque de cuisson à deux faces 230V ~ 50Hz 1800W

Mode d emploi Plaque de cuisson à deux faces 230V ~ 50Hz 1800W BDP-11 Mode d emploi Plaque de cuisson à deux faces 230V ~ 50Hz 1800W (Lire attentivement ce mode d emploi avant d utiliser ce produit et bien conserver ce mode d emploi) Consignes de sécurité Lors de

Plus en détail

Quelques recommandations pour une hygiène appropriée

Quelques recommandations pour une hygiène appropriée Quelques recommandations pour une hygiène appropriée Se laver les mains avant De manger; De manipuler des aliments; Se laver les mains après Avoir éternué ou toussé; S'être mouché; Être allé aux toilettes;

Plus en détail

Lavage du sol. La presse est placée sur le seau rouge : Il s agit de l eau de rinçage et permet d évacuer les salissures.

Lavage du sol. La presse est placée sur le seau rouge : Il s agit de l eau de rinçage et permet d évacuer les salissures. Lavage du sol Cette procédure permet de garantir un nettoyage efficace. Elle se base sur un nettoyage avec un chariot double seau. La presse est placée sur le seau rouge : Il s agit de l eau de rinçage

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE

DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE DEMANDE D AUTORISATION PAR UN ATELIER DE BOUCHERIE, AFIN DE DÉTENIR ET DÉSOSSER DES CARCASSES ET PARTIES DE CARCASSES ISSUES D ANIMAUX DE L ESPÈCE BOVINE ET CONTENANT DE L OS VERTÉBRAL CONSIDÉRÉ COMME

Plus en détail

DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2

DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2041 Collectivités: Infrastructure, installation et hygiène [2041] v2 C : conforme

Plus en détail

Recensement des équipements de restauration

Recensement des équipements de restauration CONSEIL GENERAL DES DEUX SEVRES annee 1 Direction Ecogestion des bâtiments Service Aménagement des Bâtiments Nom de l'établissement: Nombre de rationnaires (moyenne journalière) Nombre de repas / jour

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

TRANCHAGE, MIXAGE ET MOULINAGE DES PREPARATIONS FROIDES

TRANCHAGE, MIXAGE ET MOULINAGE DES PREPARATIONS FROIDES Référence : PT/RES/017-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors des opérations très délicates de tranchage, mixage et moulinage des préparations froides. Mots clés : Mixage

Plus en détail

Toutes académies Session 2005

Toutes académies Session 2005 Coefficient : 1,5 Durée : 2 heures Feuillet : 1/5 ATTENTION! Le candidat répondra dans l ordre des questions posées sur le sujet. Lors de la correction, il sera tenu compte de la rigueur de l expression

Plus en détail

Quelques recommandations pour éviter des désagréments alimentaires. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Quelques recommandations pour éviter des désagréments alimentaires. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire POUR UN CAMP SANS SOUCI ALIMENTAIRE! Quelques recommandations pour éviter des désagréments alimentaires Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire POUR UN CAMP SANS SOUCI ALIMENTAIRE! ON

Plus en détail

Le Gaspillage alimentaire c est quoi?

Le Gaspillage alimentaire c est quoi? Le Gaspillage alimentaire c est quoi? Gaspiller, c est jeter des aliments qui auraient pu être consommés. Non pas des déchets comme des coquilles d œufs ou des pelures d oranges mais bien des denrées alimentaires,

Plus en détail

CAP Agent Polyvalent de Restauration

CAP Agent Polyvalent de Restauration CAP Agent Polyvalent de Restauration GRILLES D EVALUATION EP1 EP2 EP3 EP1 Production de préparations froides et de préparations chaudes * Préparations froides * Préparations chaudes EP2 Mise en place de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES 2016-2019 Marche réservé article 15 du CMP Janvier 2016 Article 1 er : objectifs

Plus en détail

PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002

PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002 B O N N E S P R A T I Q U E S D E T R A N S P O R T D E S P R O D U I T S S A N G U I N S L A B I L E S PRINCIPAUX POINTS DE L ARRETE DU 24 AVRIL 2002 Dr P. FRESSY Coordonnateur Régional d Hémovigilance

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID

RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID RESPECT DE LA CHAÎNE DU FROID Depuis leur réception et jusqu à leur délivrance au patient, le pharmacien doit veiller à conserver adéquatement les produits qui nécessitent des conditions particulières

Plus en détail

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise :

I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... Poste occupé dans l entreprise : CQP-ih Agent de restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :...... Code

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel

Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel 3bis, boulevard Parpaillon 85600 MONTAIGU Tél. : 02.51.48.87.00 Document d exploitation de la 1 ère Période de Formation en Milieu Professionnel En structure collective DATE DE LA PFMP CLASSE NOM de l

Plus en détail

Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine

Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine Les engagements du personnel des crèches travaillant en cuisine Préambule Le Centre Communal d'action Sociale de Châlons-en-Champagne gère des structures Petite Enfance relevant des décrets 2000-762 du

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ

GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ GUIDE DES BONNES PRATIQUES COMPTONOISES DE SÉCURITÉ ET SALUBRITÉ EN VERTU DES EXIGENCES DU MAPAQ La Loi sur les produits alimentaires et le Règlement sur les aliments contiennent l ensemble des normes

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017 Octobre 2016 Article 1 er : objectifs principaux de la prestation Le titulaire du marché s engage à réaliser le

Plus en détail

Déroulé exposé. SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret

Déroulé exposé. SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret Sécurité sanitaire Déroulé exposé SECURITE SANITAIRE? De quoi parle t-on? Quel cadre réglementaire? Connaissance, analyse et maitrise des risques Cas concret Sécurité sanitaire : Jeu des post-it 3 mots

Plus en détail

Livret e t d Accuei e l i

Livret e t d Accuei e l i Livret d Accueil Les Bonnes Pratiques d Hygiène Livret de présentation (Version 2012) Avoir une tenue adéquate Toute tenue personnelle doit être rangée au vestiaire Au travail = Tenue SPECIFIQUE et PROPRE!

Plus en détail

FICHE DE PROCEDURE Etiquetage des produits alimentaires

FICHE DE PROCEDURE Etiquetage des produits alimentaires Document associé : Fiche de procédure «Traçabilité des produits alimentaires» Objectif Cette procédure décrit les consignes applicables au niveau de l étiquetage des produits alimentaires ayant subit une

Plus en détail

RESIDENCE L AGE D OR CHATEAUPONSAC Construction nouvelle Cuisine

RESIDENCE L AGE D OR CHATEAUPONSAC Construction nouvelle Cuisine Au cours de vingt dernières années, les établissements d hébergement pour personnes âgées ont connu une mutation très importante. Puis, la notion de projet d établissement est introduite destinée à définir

Plus en détail

Module. Biberonneries

Module. Biberonneries Module Biberonneries 1 Table des matières 1. Introduction 5 1.1 Champ d application 5 1.2 Comment faut-il appliquer ce module? 5 2. Bonnes pratiques d hygiène 6 3. Organigrammes de processus 8 4. Points

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 15 JANVIER 2014

Fonction Publique Territoriale MERCREDI 15 JANVIER 2014 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 15 JANVIER 2014 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURES DE POISSONS SURGELES A DESTINATION DU RESTAURANT SCOLAIRE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Page 1 sur 5 Le présent cahier a pour objet de déterminer les

Plus en détail

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1)

Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Mesures barrières face à la grippe A(H1N1) Protections individuelles pour se protéger et ne pas contaminer les autres Les principaux modes de transmission des virus sont : La voie aérienne, c est-à-dire

Plus en détail

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers SOMMAIRE La désinfection simplifiée La désinfection courante La désinfection approfondie L hygiène des mains L antisepsie des mains Le matériel /

Plus en détail

Prévention de la malnutrition par la promotion de bonnes pratiques d hygiène alimentaire

Prévention de la malnutrition par la promotion de bonnes pratiques d hygiène alimentaire Prévention de la malnutrition par la promotion de bonnes pratiques d hygiène alimentaire Securite sanitaire des aliments et nutrition Les maladies d'origine alimentaire constituent un problème majeur de

Plus en détail

4. HOTELLERIE - ALIMENTATION 4.1. HOTELLERIE- RESTAURATION- CUISINE DE COLLECTIVITE COMMIS DE CUISINE DE COLLECTIVITE

4. HOTELLERIE - ALIMENTATION 4.1. HOTELLERIE- RESTAURATION- CUISINE DE COLLECTIVITE COMMIS DE CUISINE DE COLLECTIVITE CCPQ Rue A. Lavallée, 1 1080 Bruxelles Tél. : 02 690 85 28 Fax : 02 690 85 78 E-mail : mailto:ccpq@profor.be www.enseignement.be 4. HOTELLERIE - ALIMENTATION 4.1. HOTELLERIE- RESTAURATION- CUISINE DE COLLECTIVITE

Plus en détail

Mots clés : Contamination / liaison chaude / repas chauds / températures

Mots clés : Contamination / liaison chaude / repas chauds / températures Référence :PT/RES/011-A Page :Page 1 sur 8 Objet : Assurer une bonne hygiène alimentaire en contrôlant le bon déroulement de la liaison chaude et en évitant ainsi le développement des micro-organismes

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Restaurants et commerces alimentaires Mairie de Charenton-le-Pont Service Hygiène et Santé de l Environnement Urbain 48, rue de Paris 94225 CHARENTON-LE-PONT cedex Tél : 01 46 76 46

Plus en détail

Repas préparés en interne et pris à l extérieur des IPPJ Procédures d hygiène

Repas préparés en interne et pris à l extérieur des IPPJ Procédures d hygiène Note à Madame Liliane BAUDART, Directrice générale, Direction générale de l Aide à la Jeunesse. Via Monsieur Olivier DEGRYSE, Administrateur général de l Administration générale de l Aide à la Jeunesse,

Plus en détail

NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT

NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT NETTOYAGE ET DESINFECTION EN ABATTOIR ET DANS LES DEPOTS, DES CAISSES, CONTAINERS ET CAMIONS DE TRANSPORT Objectif Décontaminer les caisses, containers et camions ayant transporté des oiseaux vivants vers

Plus en détail

Sécurité et hygiène alimentaire dans les cantines scolaires.

Sécurité et hygiène alimentaire dans les cantines scolaires. Réglementation et incontournables à respecter en matière d'hygiène dans les cantines Céline GEERAERTS, inspecteur dans le service sécurité sanitaire des Aliments à la DDPP 31. 14/03/16 1 Sommaire 1- Contexte.

Plus en détail

Réseau franc-comtois de lutte contre les infections nosocomiales Hôpital Saint-Jacques 2, place Saint-Jacques Besançon Tél.

Réseau franc-comtois de lutte contre les infections nosocomiales Hôpital Saint-Jacques 2, place Saint-Jacques Besançon Tél. Gestion d e s ré frigérateurs à d isp o s it ion d e s résid e nts Réseau franc-comtois de lutte contre les infections nosocomiales Hôpital Saint-Jacques 2, place Saint-Jacques 25000 Besançon Tél. 03 81

Plus en détail

Je préfère manger à la cantine!

Je préfère manger à la cantine! Je préfère manger à la cantine! Syndicat intercommunal à vocation unique de restauration scolaire Il était une fois le Sivurs... Le SIVURS a été créé en 1988 sur la commune de Castanet Tolosan. Il assure

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Hérault Service des marchés publics 154 rue Bernard Giraudeau CS 59999 34187 Montpellier Cedex 4 PRESTATIONS

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

LE MINISTRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

LE MINISTRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT SCOLAIRE ARRÊTÉ du 11 août 2004 portant création du certificat d'aptitude professionnelle

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT ET DE L ACTIVITERESTAURATION :

PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT ET DE L ACTIVITERESTAURATION : PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT ET DE L ACTIVITERESTAURATION : Etablir un descriptif détaillé de l établissement et des activités de la restauration : Présentation générale de l établissement (organisation

Plus en détail

Préambule. Pour plus de facilité, vous trouverez dans ces fiches les noms des personnes que vous pouvez contacter pour répondre à vos questions.

Préambule. Pour plus de facilité, vous trouverez dans ces fiches les noms des personnes que vous pouvez contacter pour répondre à vos questions. Préambule Ce document est mis à votre disposition par la Chambre d Agriculture des Hautes-Alpes, en partenariat avec la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations).

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

Les étapes de la stérilisation

Les étapes de la stérilisation Les étapes de la stérilisation Stérilisation à la vapeur d eau Procédé de référence en milieu hospitalier Autoclaves 4. Stérilisation Activité médico-technique placée sous la responsabilité d un pharmacien

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION ARMOIRES CHAUFFANTES VENTILEES HVC 60 GN / HVC 120 GN. Fabrication française

NOTICE D UTILISATION ARMOIRES CHAUFFANTES VENTILEES HVC 60 GN / HVC 120 GN. Fabrication française NOTICE D UTILISATION ARMOIRES CHAUFFANTES VENTILEES HVC 60 GN / HVC 120 GN Fabrication française G03205 Octobre 2013 15 ARMOIRES CHAUFFANTES VENTILEES HVC 60 GN / HVC 120 GN Nomenclature HVC 120 GN Spare

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION CHAUFFE PLATS DW 106 / DW 110. Fabrication française G03012

NOTICE D UTILISATION CHAUFFE PLATS DW 106 / DW 110. Fabrication française G03012 NOTICE D UTILISATION CHAUFFE PLATS DW 106 / DW 110 Fabrication française G03012 Octobre 2013 13 CHAUFFE PLATS DW 106 / DW 110 Nomenclature DW 110 Spare parts DW 110 Félicitations pour l acquisition de

Plus en détail

Qualité de l alimentation et alimentation de qualité

Qualité de l alimentation et alimentation de qualité 10ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Hygiène en Restauration : les règles les risques la redistribution 1 Qualité de l alimentation et alimentation de qualité Le 18 septembre

Plus en détail

BREVET DE MAITRISE NIVEAU III Module PROFESSIONNEL PATISSERIE

BREVET DE MAITRISE NIVEAU III Module PROFESSIONNEL PATISSERIE heures Objecifs Conseiller le client, fabriquer tous types de pâtisserie en rationnalisant la production tout en tenant compte des règles d hygiène et de sécurité. Public concerné-pré-requis Chef(s) d

Plus en détail

CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL

CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL MERCREDI 14 JANVIER 2015 EPREUVE : Résolution d un cas pratique DUREE 2 HEURES COEFFICIENT 3 Consignes à lire avant le commencement

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire. Nom de l Établissement :

Plan de Maîtrise Sanitaire. Nom de l Établissement : Plan de Maîtrise Sanitaire Nom de l Établissement : PRÉ SÉNTATION DU PMS L objectif de notre Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) est de répondre à la réglementation en matière d hygiène alimentaire, dans

Plus en détail

Catalogue de prestations

Catalogue de prestations Catalogue de prestations Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement Institut Pasteur de Madagascar Audit Formation Conseils Les Bonnes Pratiques d Hygiène Le Contrôle des Eaux Le Contrôle

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CUISINE

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies

DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies SERVICE JEUNESSE Nombre de pièces au dossier : 1 / 7 Date de réception Mairie : DOSSIER PROTOCOLE D ACCUEIL INDIVIDUALISE allergies Madame, Monsieur, Vous nous avez signalé, par le biais des fiches sanitaires

Plus en détail

A-1 2 : Transport des denrées périssables

A-1 2 : Transport des denrées périssables A-1 2 : Transport des denrées périssables Mise à jour : Septembre 201 2 Références réglementaires et infra réglementaires : Règlement CE 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Règlement

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles

Référentiel des activités professionnelles Référentiel des activités professionnelles Champ d activité Définition Le titulaire de la mention complémentaire Cuisinier en desserts de restaurant est un professionnel de la restauration et de la cuisine.

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Les GESTES A FAIRE OU A NE PAS FAIRE en RESTAURATION

Les GESTES A FAIRE OU A NE PAS FAIRE en RESTAURATION Les GESTES A FAIRE OU A NE PAS FAIRE en RESTAURATION I. EN ENTRANT DANS LA CUISINE : 1. Je n y pénètre qu en état de bonne santé (je n oublie pas, si j y suis astreint, ma visite médicale annuelle et chaque

Plus en détail

Conservation et préparation de la viande

Conservation et préparation de la viande Conservation et préparation de la viande A fixer sur votre frigo avec un aimant Conseils d hygiène destinés aux ménages La viande crue peut être contaminée par des bactéries pathogènes telles que campylobacter,

Plus en détail

Traitement manuel d un endoscope souple

Traitement manuel d un endoscope souple Traitement manuel d un endoscope souple Fiche technique Indication Remarque Retraitement des endoscopes souples après utilisation avec une phase de désinfection correspondant à une désinfection de haut

Plus en détail

Chambres d hôtes et tables d hôtes

Chambres d hôtes et tables d hôtes Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Chambres d hôtes et tables d hôtes Cellule de vulgarisation 10 mai 2011 Table des matières Enregistrement / autorisation Autocontrôle Assouplissements

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES Marché de fournitures courantes et de services. Mairie de Gasny 42 rue de Paris B.P.

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES Marché de fournitures courantes et de services. Mairie de Gasny 42 rue de Paris B.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES Marché de fournitures courantes et de services Mairie de Gasny 42 rue de Paris B.P. 41 27620 GASNY Tél : 02.32.77.54.50 PRÉPARATION ET LIVRAISON EN LIAISON FROIDE

Plus en détail

CORRIGÉ BIO PRIMEURS COMPÉTENCES ACTIVITÉS ANNEXES PAGES BARÈME

CORRIGÉ BIO PRIMEURS COMPÉTENCES ACTIVITÉS ANNEXES PAGES BARÈME CORRIGÉ Première partie : BIO PRIMEURS COMPÉTENCES ACTIVITÉS ANNEXES PAGES BARÈME C 1.1.1 Aider à la réception des produits, à la vérification. C 2.1.2 Identifier l assortiment, les familles de produits

Plus en détail

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES

LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES LES LOCAUX DE PRODUCTION ET LEURS ANNEXES 1 introduction 2 la notion de complexe cuisine 3 le principe de la marche en avant 4 les différentes zones de travail Etude de cas de synthèse 1. introduction

Plus en détail

ADAPTATIONS CULINAIRES

ADAPTATIONS CULINAIRES ADAPTATIONS CULINAIRES TS2E Année 2015-2016 MME DEVILLIERSE 1 SITUATIONS PARTICULIAIRES : - Les nourrissons - Les enfants - Les personnes âgées - Les femmes enceintes et allaitantes - Les pathologies neurodégénératives

Plus en détail

MARCHÉ A PROCEDURE ADAPTEE

MARCHÉ A PROCEDURE ADAPTEE MARCHÉ A PROCEDURE ADAPTEE Objet : Préparation et livraison de repas en liaison froide au restaurant scolaire de la commune CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C. C. T. P. 1 1. OBJET DU MARCHÉ

Plus en détail

BREVET D 'ETUDES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE REFERENTIEL DE CERTIFICATION

BREVET D 'ETUDES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION 9 SOMMAIRE DES COMPETENCES (SAVOIR-FAIRE) Pour obtenir le Brevet d'etudes Professionnelles des Métiers de la Restauration et de l Hôtellerie, le candidat doit faire preuve

Plus en détail

Grille d audit : Eleveur (nom ; adresses) : Filière et étage de production : Nom et qualité du signataire :..

Grille d audit : Eleveur (nom ; adresses) : Filière et étage de production : Nom et qualité du signataire :.. Grille d audit : Eleveur (nom ; adresses) : Filière et étage de production : Nom et qualité du signataire :.. Niveau de conformité aux prescriptions du guide d hygiène + 0 - NC Commentaires, précisions

Plus en détail

Contrat de mise en place 15h30 (plat en barquette)

Contrat de mise en place 15h30 (plat en barquette) Date : Heure: 13h30 16h30 Classe: Absent(s): Pré requis: Respect des zones de travail Mettre en place un poste de travail Préparations préliminaires (légumes et poissons) Rissoler une viande Réaliser le

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN

NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN CODEX STAN 222-2001 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN 222 2001 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique aux croquettes

Plus en détail

Chapitre 12. Normes sanitaires

Chapitre 12. Normes sanitaires Chapitre 12 Normes sanitaires Chapitre 12 Normes sanitaires Ce chapitre traite des règlements concernant : la désinfection des toilettes et des salles d eau; les procédures relatives au bain et au changement

Plus en détail