L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine"

Transcription

1 L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pour qui? Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009

2 L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO:.quelle éducation? Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009

3 DEFINITION démarche pédagogique CONTINUE, intégré aux SOINS, visant à rendre le patient acteur de la prise en charge de sa maladie, par: une meilleure connaissance de la maladie et ses traitements l acquisition et le maintien de compétences nécessaires à une auto-gestion optimale de la maladie dans la vie quotidienne un l apprentissage des comportements de santé adaptés aux contraintes de sa maladie et préventifs de ses complications (d après OMS 1998)

4 ETP: «des compétences pour + d autonomie» COMPETENCES COGNITIVES Connaissances de la maladie et des traitements COMPETENCES GESTUELLES Maîtrise du souffle Maîtrise des techniques d inhalation Maîtrise des appareillages COMPETENCES COMPORTEMENTALES Stratégies Éviction des facteurs de risque, des facteurs aggravants Stratégies en cas d aggravation

5 Information Education Discours INFORMATION Patient passif, «patient» Soignant orateur Objectif: contrôle de la maladie Moyens: information, patient «éclairé» Démarche prescriptive Dialogue EDUCATION Patient actif, «acteur» Soignant à l écoute Objectif: autonomie Moyens: apprentissage, «formation» pour un changement comportemental Démarche participative

6 Conditions ETP= «formation» formalisée par pathologie structurée en programme Programmes personnalisés (étapes) Objectifs Évaluation Professionnels de santé formés

7 L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Pour qui? Quand?

8 L ETP: pourquoi? «Art.L L'éducation thérapeutique s'inscrit dans le parcours de soins du patient.» Code de la Santé Publique «L ETP s adresse à des personnes malades pour les aider à mieux gérer leur maladie et leur traitement, prévenir les complications évitables et s adapter à toute évolution de la maladie, afin qu il soit autonome» Plan pour l amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques

9 L ETP: pourquoi? Contexte démographique et sanitaire 3,5 millions de patients en France Prévalence en augmentation Système de santé saturable Contexte éthique Le patient peut (veut?) être acteur de sa santé Le santé est un «bien» Finalité? («pour quoi»)

10 Maîtrise de la maladie Vie «normale» SOIGNANT propose PATIENT applique Moyens thérapeutiques fondés par les preuves Recommandations

11 SOIGNANT Moyens thérapeutiques fondés par les preuves Recommandations Travail relationnel ETP PATIENT Projet thérapeutique Projet de vie

12 Finalité de l ETP OBSERVANCE

13 Pauvres!!! Bénéfices dans la BPCO: données de la littérature Limites méthodologiques Diversité des programmes Courtes périodes d évaluation Manque d indicateurs spécifiques Intégration de l ETP à la réhabilitation, évaluée dans son ensemble

14 Bénéfices Revue de la littérature 15 EC plus de 2000 patients Programme ETP sans Programme ETP sans réentraînement à l effort

15 ETP et qualité de vie EFFING T. et coll. Cochrane Database of systematic reviews 2007.

16 ETP et recours aux soins EFFING T. et coll. Cochrane Database of systematic reviews 2007.

17 Bénéfices réduction des hospitalisations Tendance à amélioration de la qualité de vie Réduction de la dyspnée Pas d impact sur EFR, capacité à l effort, nbre et durée des EA

18 7 modules thématiques Plan d action personnalisé Exercices physiques réguliers (!) Visites à domicile hebdomadaires par personnel formé Suivi téléphonique hebdomadaire pendant 2 mois puis mensuelle Hospitalisations pour exacerbation : 40% Hospitalisations pour autre motif: 57% Passage aux urgences; 41% QV Impact économique BOURBEAU J. et coll. Arch Intern Med 2003; 163: Chest, 2006; 130 (6),

19 50 patients BPCO GOLD2 3 séances collectives sur gestion du souffle, AVJ, stratégie en en cas d aggravation, diététique Indicateurs: connaissances, D comportementales (arrêt du tabac, mesure de activité physique quotidienne), dyspnée, TM6, recours aux soins BÖSCH D.et coll Pneumologie 2007; 61:

20 Plan d action personnalisé Faisable et bien accepté WATSON et al., Eur Respir J 1997; 10:1267 Meilleur repérage des EA, auto-traitement Pas d impact sur QV, recours aux soins Impact sur EA et absentéisme non mesuré TURNOCK, Cochrane Databases 2005

21 Impact de l ETP dans l asthme Diminution du recours aux soins Hospitalisations: -40% VM non programmées: -30% Passage aux SAU: -20% Réduction de l absentéisme (-20%) Diminution de l asthme nocturne (-30%) Amélioration de la qualité de vie

22 L ETP dans la BPCO : pourquoi?? ETP Améliorer l observance Améliorer la qualité de vie Réduire le recours aux soins

23 Pour qui et quand Pas de littérature Littérature focalisée sur la mesure des bénéfices Pas d analyse critique de l expérience pour préciser les contenus utiles, les activités éducatives, les types de programme, la prise en charge des polypathologies HAS: niveau de preuve accord professionnel

24 L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Pour qui? Quand?

25 Les patients L ETP: pour qui?

26 Quels patients? «tous»? la proposition pour tous, les programmes pour les volontaires motivés

27 RECOMMANDATIONS SPLF POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA BPCO 2003

28 RECOMMANDATIONS DE LA SPLF SUR LA REHABILITATION RESPIRATOIRE DU PATIENT ATTEINT DE BPCO 2005 Patient présentant un handicap secondaire à l évolution de la BPCO

29 GUIDE HAS INSUFFISANCE RESPIRATOIRE GRAVE SECONDAIRE A UNE BPCO 2006 L ETP est recommandée comme soin à part entière dans la prise en charge de la BPCO au stade d IRC grave

30 RECOMMANDATIONS GOLD 2008 Point-clé du composant 3: «prise en charge de la BPCO en état stable» «dès la première fois et jusqu au bout» Après une exacerbation

31 L ETP: pour qui? Proposition à tous les patients à un moment donné de l évolution de la maladie (le plus tôt possible?) Moments propices Pré-requis à l adhésion: motivation (tout PS) L entourage

32 L ETP: pour qui? Proposition Entourage Accord programme progressif objectifs personnalisés Équipe d éducation Entourage Refus Information Posture éducative Relance Tous Entourage

33 Posture éducative ETP sans structure ni programme Attitude d écoute Approche systémique Objectifs soignants: informer, détecter les freins à l observance, combattre des croyances et représentations bloquantes, accompagner le processus d acceptation de la maladie, amener à l éducation formalisée, qui peut être reproposée par tous et à tout moment Implique tous les soignants (sensibilisation+++)

34 Mme D. souffre d une bronchite chronique et prend des bronchodilatateurs pendant plusieurs années. Un jour, son médecin lui annonce qu elle a des dilatations des bronches. Depuis, Mme D. ne prend plus son traitement: elle pense en Depuis, Mme D. ne prend plus son traitement: elle pense en effet que les bronchodilatateurs sont responsables des dilatations des bronches, et ne comprend pas pourquoi on lui en prescrit toujours.

35 L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Pour qui? Quand?

36 L ETP: quand?

37 RECOMMANDATIONS GOLD 2008 Point-clé du composant 3: «prise en charge de la BPCO en état stable» «dès la première fois et jusqu au bout» Après une exacerbation

38 Annonce de la maladie L ETP: quand?

39 Stratégies d adaptation à la maladie chronique d après A.LACROIX

40 L ETP: quand? Annonce de la maladie Créer le lien Respecter et accompagner le processus d adaptation Définir un objectif simple, réaliste, «neutre» (objectifs de sécurité) Démarche progressive

41 L ETP: quand? En cours d évolution À tout moment mais surtout : Complications Hospitalisations Décisions thérapeutiques (appareillage, chirurgie) Mauvaise observance Réhabilitation respiratoire Difficultés liées au contexte de vie

42 CONCLUSION L ETP est recommandée dans la prise en charge de la BPCO parce qu elle semble améliorer la qualité de vie des patients et diminuer le recours aux soins. Des études complémentaires sont nécessaires pour préciser les bénéfices pour le patient, l impact sur la morbidité, le pronostic, les complications de la maladie, et son intérêt médico-économique.

43 CONCLUSION L ETP s adresse à tous les patients, tout au long de la maladie - en continu: posture éducative: accompagnement, sensibilisation à l ETP -ETP formalisée: programmes personnalisés avec objectifs évalués Tous Équipe éducative

44 CONCLUSION Dans la BPCO, -l annonce du diagnostic -les exacerbations graves -les «grandes»décisions thérapeutiques -la réhabilitation respiratoire paraissent des moments propices à la proposition de programmes.

45 CONCLUSION Les recommandations professionnelles sur -les contenus -les objectifs pédagogiques -les outils spécifiques -les modalités d évaluation font actuellement défaut.

46 CONCLUSION Pour assurer la continuité de la prise en charge, l implication et la coordination des tous les soignants concernés doit être formalisée, des structures de soins au domicile.

47 L ETP sur Internet REFERENTIELS La boîte à outils des formateurs Bases documentaires

Des bronches à l appropriation

Des bronches à l appropriation Histoire de la réhabilitation r respiratoire : Des bronches à l appropriation En hommage au Professeur Christian Préfaut Pr. Grégory Ninot Directeur, laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie!

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie! Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête mieux dans sa vie! Pathophysiologie BPCO: Le cercle vicieux du déconditionnement VEMS Déconditionnement Dyspnée Immobilité Dépression Isolement social impairment

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES ATTEINTES DE MALADIES CHRONIQUES - LA BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) 2012-2016 Projet Régional de Santé du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

L aidant principal, de A à Z

L aidant principal, de A à Z L aidant principal, de A à Z Basé sur des informations simples, ce livret a pour objectif de présenter le rôle de l aidant au cours de la maladie d Alzheimer, et le soutien dont il peut bénéficier pour

Plus en détail

LOI HPST. Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com

LOI HPST. Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com Pascale SURPAS, pneumologue, Centre Médical de Bayère, 69380 CHARNAY, France p.surpas@gmail.com Analyse qualitative, 16 patients, entretien semi dirigé, écoute active reformulation BPCO 300/AN DMS 1 MOIS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

MODALITES. Etre titulaire du D.E. Validation des Acquis Professionnels. Module ESTI Mémoire ou Présentation d un travail au jury

MODALITES. Etre titulaire du D.E. Validation des Acquis Professionnels. Module ESTI Mémoire ou Présentation d un travail au jury MODALITES Etre titulaire du D.E Validation des Acquis Professionnels Si poste en santé travail > 5 ans Titulaire du DIUST Module ESTI Mémoire ou Présentation d un travail au jury DUREE ET COUT 1- DUREE

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation

Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation Guide méthodologique pour les coordonnateurs et les équipes

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Le Transport. des assurés sociaux

Le Transport. des assurés sociaux Le Transport des assurés sociaux 1 Arrêtés du 23.12.2006 Prise en charge des frais de transports exposés par les assurés sociaux. Référentiel de prescription des transports. 2 Décret du 10.03.2011 Prise

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE.

DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE. CELLULE DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE. JOSEPH TEMPLIER La cellule de reclassement facilite la rupture

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I L Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I Définition. Caractéristiques. Prévalence Dyspnée sifflante due à une obstruction bronchique,

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE L IMPACT DE L EDUCATION DU PATIENT SUR L OBSERVANCE DU PORT DE L ORTHESE DE REPOS DE MAIN DANS LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Emilie LEBLONG, Anne-Cécile BARRE, Aleth PERDRIGER, Isabelle BONAN

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION PREPARER ET CONDUIRE UN ENTRETIEN PROFESSIONNEL Formation accessible à toutes les entreprises de la région Languedoc Roussillon, adhérentes ou non

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Collège des Professionnels de Gériatrie en Lorraine PRESENTATION Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Historique Le Collège des Gériatres Lorrains créé le 03/12/2004...

Plus en détail

Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO»

Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO» Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) 2005 2010 «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO» Ministère de la Santé et des Solidarités 1 Le programme

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant

BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant BILAN DE COMPétences Effectuer un bilan, c est aller de l avant BILAN DE COMPétences Une réponse à des attentes multiples Votre bilan peut se dérouler pendant ou en dehors de votre temps de travail. Les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES

CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES CONSULTATION PHARMACEUTIQUE ET ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTES Emilie Petit-Jean, Danielle Prébay Pharmaciens Centre Paul Strauss Le 16/10/2014 à Strasbourg et le 23/10/2014 à Nancy INTRODUCTION

Plus en détail

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement Antoine Audry Coordonnateur, Philippe Maugendre, Faiez Zannad

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT

INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSTITUT INTERNATIONAL DE MANAGEMENT INSIM BEJAIA MANAGEMENT INSIM BEJAIA, tour géni sider 3eme étage, rue de la liberté 06000 BEJAIA ALGÉRIE Tel/Fax: +213 (0) 34 220 200/ +213 (0) 34 229 506 E-mail: commercial@insimbejaia-dz.org

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée»

LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée» Un double objectif LE CURSUS CERTIFIANT «Dirigeant d Entreprise Adaptée» Développer vos capacités à manager une entreprise et à maîtriser les conditions de son développement en intégrant les pratiques

Plus en détail

L ÉDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES

L ÉDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES L ÉDUCATION THERAPEUTIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES Etudes d évaluation économique ou avec des données de recours aux soins Recommandation de santé publique Document de travail Service

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé

L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé L exercice pluriprofessionnel des soins primaires en Maison et Pôle de Santé Dr Jean Jacques ANTOINE FEMALOR 14 Juin 2012 METZ 57 1 Déclara'on d intérêts J ai actuellement ou j ai eu au cours des trois

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

L enfant patient et sa famille: s agit-il d un ou de plusieurs «diagnostics éducatifs» partagés?

L enfant patient et sa famille: s agit-il d un ou de plusieurs «diagnostics éducatifs» partagés? L enfant patient et sa famille: s agit-il d un ou de plusieurs «diagnostics éducatifs» partagés? Pilar Léger, psychologue au CRCM pédiatrique de Nantes 4èmes rencontres ETP, Lyon 14 Novembre 2014 Définition

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL

LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL AVANT-PROPOS Le nombre important de matériel médical non fonctionnel présent dans les structures de santé des pays en développement

Plus en détail

TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE

TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE Préface Dunod Toute reproduction non autorisée est un délit. TOUS LES ANS le Commonwealth Fund réalise dans onze pays de l OCDE une enquête sur la perception par les patients ou par les médecins généralistes

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL

Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL Département HÉBERGEMENT PLEIN SOLEIL LEIN SOLEIL Plein Soleil Fort d une expérience et d une expertise de plus de 35 ans dans le traitement des atteintes neurologiques, Plein Soleil est un centre unique

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie»

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie» Revue française des affaires sociales Appel à contributions pluridisciplinaire sur «L organisation des soins en psychiatrie» Pour le numéro de mars-juin 2016 Cet appel à contributions s'adresse aux chercheurs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Analyse des territoires de vie et de la mobilité de personnes âgées au moyen de traceurs GPS

Analyse des territoires de vie et de la mobilité de personnes âgées au moyen de traceurs GPS Analyse des territoires de vie et de la mobilité de personnes âgées au moyen de traceurs GPS Pierre-Marie CHAPON (EA 4129 «Santé, Individu, Société», université Lyon 3 et ICADE Florent RENARD (UMR 5600

Plus en détail

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques

Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Retour d expérience sur le partage d une personne ressource en qualité et gestion des risques Mme S. El Bakri Centre Marie Curie / CH Montélimar Dr B. Fleury Centre Marie Curie / CH Montélimar Réunion

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail PROJET RÉGIONAL 2015-2017 Prévention des risques professionnels et santé au travail 1 CONTEXTE : PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS En application de l accord, signé le 22 octobre 2013, relatif à la

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

PRÉSENTATION du SEMESTRE 2

PRÉSENTATION du SEMESTRE 2 PRÉSENTATION du SEMESTRE 2 INTRODUCTION Dans la poursuite de la pédagogie proposée dès le semestre 1, nous vous proposons, pour le semestre 2, de renforcer l apprentissage des savoirs et vous permettre

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse

Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab. J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Ac monoclonaux en Pneumo-Allergologie Palivizumab, Omalizumab J.L. Rittié Hôpital des Enfants, Toulouse Particularités communes! Ac monoclonaux «humanisés»! AMM 1999 pour le palivizumab, 2006 pour omalizumab!

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau

Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau Démarche Qualité du service d hémodialyse Analyse des risques sur le traitement d eau Service biomédical Service qualité et gestion des risques CHD VENDEE HOPITECH - Vichy 2009 1 Plan 1. Présentation du

Plus en détail

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CENTRE HOSPITALIER De La Rochelle CATALOGUE FORMATIONS CESU 17 2012 Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CESU 17 - CENTRE HOSPITALIER LA ROCHELLE 17019 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire Mon Plan d action MPOC _ Exemplaire du patient (Nom du patient) Date Lignes directrices MPOC Traitable. Évitable. Ce plan explique comment prendre soin de moi si j ai une exacerbation de ma MPOC. Ventilation

Plus en détail

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux

FORMATION MEDICALE Cas clinique de cancérologie thoracique discuté en Web RCP. Dr. JM. Vernejoux Juin 2008 ; N 16 ACTUALITE DE RESPIR.COM News, activités et chiffres clés. ACTUALITE DE NOS PARTENAIRES Holyvac & AVAD Assistance. OÙ PARTIRIEZ-VOUS EN VACANCES? Enquête organisée par HOLYVAC en partenariat

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin

PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N A P R E S - M I D I M A T I N M A T I N PRE PROGRAMME 2013-2014 Lieu : Hôtel Les Bains d Arguin 9, Av du Parc 33120 ARCACHON 15 et 16 Novembre 2013 24 et 25 Janvier

Plus en détail