Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme"

Transcription

1 Recommandation pour la pratique clinique décembre 2004 (ANAES /AFFSSAPS/ INPES) Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

2 Un (tout petit) peu de méthodologie Un comité d organisation : 12 PS dont 1 généraliste Pose les questions : Quelles sont les méthodes disponibles en France? Les options dans des situations particulières Les critères psycho sociaux du choix L accompagnement dans le choix Des sociétés savantes (dont CNGE, SFMG, SFTG) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 2

3 Un groupe de travail Présidé par un généraliste (Y.Le Noc. Nantes) 22 PS dont 3 généralistes (en + du président) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 3

4 Un groupe de lecture 48 professionnels Dont 6 généralistes Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 4

5 Efficacité comparative des méthodes contraceptives Différence entre l efficacité optimale des méthodes contraceptives (celle des essais thérapeutiques) et efficacité en pratique courante Un argument fort pour que la femme et le couple soient impliqués dans un choix adapté à leur réalité quotidienne Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 5

6 La contraception OP Une des méthodes de 1ère intention hors facteurs de risque particulier Efficacité ++ Alternatives si mauvaise observance : timbre, anneau Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 6

7 Le choix d une «pilule» Efficacité? Contrôle du cycle? Mono, bi ou triphasique? (Prescrire oct 05, synthèse méthodique réseau cochrane) Type de génération? Climat hormonal? Aucune donnée validée! Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 7

8 Le risque thromboembolique Toutes les générations de pilules OP sont associées à une augmentation du risque d accident TE (niveau de preuve 3). Les données de la littérature semblent indiquer que des différences substantielles pourraient exister quant à la nature du risque thromboembolique, veineux ou artériel, en fonction du type de progestatif (2e ou 3e génération) et de la dose d éthinyl-estradiol. La littérature ne permet cependant pas de conclure, les études identifiées souffrant potentiellement de biais de sélection majeurs Seule une étude prospective randomisée permettrait de mettre en évidence des différences pertinentes entre les 2 générations de pilules. Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 8

9 Le risque cancérigène Augmentation potentielle du risque de cancer du sein et du col Mais causalité incertaine Sein : Découverte précoce Aucune différence de mortalité (niv 2) Effets bénéfiques : endomètre, ovaire, colon Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 9

10 acné Diane et Holgyème : pas d AMM [et augmentation du risque TE x 3 Prescrire mars 2002 étude cas-témoins britannique] Tricilest et Triafemi : AMM En fait : efficacité anti acneique modérée et mal évaluée (pas d essai versus pilule au norgestrel (Prescrire oct05) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 10

11 Contraception OP Examen gynéco et frottis : à différer si nécessaire Pas de risque CV : bilan lipidique dans les 3 à 6 mois, puis tous les 5 ans Pas de bilan d hémostase sauf antécédents familiaux TE profond documenté < 50 ans Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 11

12 Risque TE et pilule OP Trombophilies héréditaires ou acquises Obésité (IMC >30) Age Chir avec immobilisation prolongée Post partum (Varices : pas de problème) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 12

13 Les facteurs de risque artériel et pilule OP : prévention primaire Les classiques Age "élevé" (>35 ans) Tabagisme > 15 par jour (seuil OMS) HTA> 140/90 mmhg traitée ou non Dyslipidémie Diabète avec complications vasculaires éventuellement associées (rétinopathie,néphropathie, neuropathie, etc Et en prime : Migraine (y compris cataméniale) Obésité Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 13

14 Les facteurs de risque artériel et pilule OP : prévention secondaire Accident thrombo-embolique artériel (maladie coronarienne, AVC, etc.) Certaines affections cardio-vasculaires (coronaropathies, valvulopathies cardiaques,fibrillation auriculaire, etc.) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 14

15 CI formelles à la pilule OP Antécédents perso TE Angor, valvulopathies, FA HTA Migraine avec aura Diabète avec complications Dyslipidémie (seuils non déterminés; attention aux TGL) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 15

16 Situations compatibles avec pilule OP > 35 ans Obésité Tabagisme Migraine (sans aura) MAIS ATTENTION A L ASSOCIATION => CI Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 16

17 Interactions médicamenteuses OP Inducteurs enzymatiques (augmentation du métabolisme hépatique) : certains anticonvulsivants (phénobarbital, phénytoïne, phosphophénytoïne, primidone,carbamazépine, topiramate) ; rifabutine ; rifampicine ; griséofulvine ; millepertuis (CI) ; Certains inhibiteurs de protéases du VIH (par ex. ritonavir, nelfinavir, lopinavir,elfavirenz et névirapine) : risque de diminution de l efficacité contraceptive Modafinil (modiodal ) : risque de diminution de l efficacité contraceptive pendant le traitement et un cycle après l arrêt du traitement Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 17

18 Oubli de pilule => 3h (microprogestative) ou 12h (OP) Prendre la pilule oubliée Poursuivre la plaquette en cours à l heure habituelle 7 jours d abstinence ou de rapports protégés Si < 7 pilules dans la plaquette : enchaîner 2 plaquettes Pilule du lendemain si rapport 5 jours avant l oubli (Un audit) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 18

19 Contraception progestative (1) Efficace en emploi courant et très efficace en utilisation optimale Pilule «microprogestative» Implant au etonogestrel (Implanon ) : Alternative si problème d observance Mauvaise tolérance Les macroprogestatifs : Efficaces Hors AMM et à risque TE veineux [Mal évalués ++ : prescrire mars 2004) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 19

20 Contraception progestative (2) Des inconnues Le risque de cancer du sein persistant Le risque thromboembolique id Un risque artériel mineur Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 20

21 La contraception d urgence : DIU au cuivre ou Hormonale Norlevo Aucune CI (niv 1) Efficacité 95% (24 heures) > 58% (72 heures) : test de G si nécessaire En vente libre Gratuite pour le mineures Utilisation répétitive et opportuniste peu efficace DIU Très efficace (>> Norlevo ) Jusqu à 5 jours > date présumée de l ovulation Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 21

22 DIU (1) Méthode de 1ère intention Très efficace Aucun risque CV ni cancérigène Efficacité Cu (>250mm²) = Mirena Mirena = alternative si saignements sous Cu Cu : 5 ans Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 22

23 DIU (2) Le risque infectieux (Maladie Inflammatoire Pelvienne) : Dans les 3 semaines qui suivent la pose Aucun risque de stérilité tubaire Y compris chez les nullipares (niv 2) mais prudence Pas d efficacité d une antibioprophylaxie Risque de GEU très faible ++ Pas assez utilisé ++++ Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 23

24 Femme à risque CV DIU au Cu sauf valvuloplastie (risque Osler) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 24

25 Diabète DIU OP si diabète non compliqué Progestatifs si diabète compliqué Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 25

26 Cancer du sein Antcdts perso = CI formelle OP Antcdts familiaux : pas de Ci sauf mutation BRC/1/2 Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 26

27 Nulliparité, adolescence Toutes méthodes possibles Association pilule / préservatif Ado : entretien confidentiel (depuis 2001 : la loi dispense le médecin de notifier aux parents la prescription contraceptive!) Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 27

28 Le post partum Pas d allaitement : 3 semaines : pas de contraception OP 48 heures : DIU possible mais.. Progestatifs possibles immédiatt> accoucht Allaitement : si exclusif ou presque = méthode contraceptive efficace en soi pdt 6 mois! Progestatifs possibles > 4 semaines Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 28

29 La femme de plus de 35 ans Pas d age seuil! Attention au cumul de facteurs de risque Poursuivre pilule OP => ménopause : possible Meilleur choix : DIU Progestatifs Le freinage substitution : non évalué Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 29

30 Stérilisation contraceptive La loi du 4 juillet 2001 Réservée aux majeures En principe irréversible Risque d échec à 10 ans : 1 à 2 % Délai de réflexion de 4 mois Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 30

31 Quelques messages pour la pratique La contraception Les CI médicales Le choix du couple Pas d'argument en faveur des pilules dites de 3ème génération Acné :attention au risque TE du cyprotérone (diane..) EAL / 5 ans (en l'absence de risque CV élevé) Les contraceptions à encourager : pilule microprogestative et stérilet Une contraception à éviter : les macroprogestatifs Ne pas oublier la stérilisation contraceptive La gestion des oublis de pilule et l'audit! Dr J.Birgé. AMMPPU cycle recommandations. 24 janvier stratégies contraceptives 31

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

Contraception en consultation. Nguyen Caroline

Contraception en consultation. Nguyen Caroline Contraception en consultation Nguyen Caroline Généralités 75% des femmes de 15 à 50 ans utilisent un moyen contraceptif 60% une contraception orale (88% des 20-24 ans) 24% un DIU Le préservatif est utilisé

Plus en détail

Renouvellement de la Prescription d une Contraception Orale par l IDE

Renouvellement de la Prescription d une Contraception Orale par l IDE Renouvellement de la Prescription d une Contraception Orale par l IDE (Fiche Support de la Consultation) Article L.4311-1 du Code de la Santé Publique (Extrait) L'infirmière ou l'infirmier est autorisé

Plus en détail

Contre-indications de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective

Contre-indications de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective de la contraception hormonale dans le cadre de l ordonnance collective Mise à jour par l INSPQ, Août 2009 Mise à jour par l INSPQ, Novembre 2012 Contraceptifs oraux combinés - < 6 semaines à la suite d'un

Plus en détail

www.lesjeudisdeleurope.org

www.lesjeudisdeleurope.org LES NOUVELLES CONTRACEPTIONS et les nouvelles données sur la contraception DOMINIQUE BARBEREAU-AGENAIS Les Jeudis de l Europe 18/10/2007 Dans les années antérieures On disposait de pilules de moins en

Plus en détail

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale)

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Alexandre Fredenrich Diabétologie - Endocrinologie Hôpital Pasteur, CHU Nice 6ème JCE 16 Avril 2011 Conflit d intérêt Aucun pour cette présentation

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Accompagner la femme dans sa contraception. Novembre 2007

Accompagner la femme dans sa contraception. Novembre 2007 Accompagner la femme dans sa contraception Novembre 2007 Programme Après-midi 1 : séquence 1 : rappeler la législation séquence 2 : proposer la méthode contraceptive la mieux adaptée à chaque patiente

Plus en détail

QUELLE CONTRACEPTION POUR QUELLE FEMME? Dr Marie-Laure POUZADOUX-MAYRAND MG, Clermont-Ferrand

QUELLE CONTRACEPTION POUR QUELLE FEMME? Dr Marie-Laure POUZADOUX-MAYRAND MG, Clermont-Ferrand QUELLE CONTRACEPTION POUR QUELLE FEMME? Dr Marie-Laure POUZADOUX-MAYRAND MG, Clermont-Ferrand Déclaration de conflits d intérêts Etat des lieux par l HAS 2013 Une grossesse sur 3 est déclarée non prévue

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme

Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandations pour la pratique clinique Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme Recommandations Décembre 2004 Service des recommandations professionnelles de l Anaes Pour recevoir

Plus en détail

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances

La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances La pilule d haute qualité pour l espacement des naissances Pilplan-d est efficace à 99% pour la prévention des grossesses, quand il est pris quotidiennement. Chaque plaquette contient un cycle de 28 comprimés

Plus en détail

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013

AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE. Docteur SAUTAI MAILLE. Le 12 Septembre 2013 AUTRES MOYENS DE CONTRACEPTION EN DEHORS DE LA PILULE Docteur SAUTAI MAILLE Le 12 Septembre 2013 IMPLANT : Nextplanon - Dispositif sous cutané d Etonorgestrel pour 3 ans : progestatif 2 e génération qui

Plus en détail

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM 1

CONTRACEPTION DU POST-PARTUM 1 Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-Mail : cpav@medical78.com Web:

Plus en détail

ITEM 35 : Contraception

ITEM 35 : Contraception ITEM 35 : Contraception Questions [2004 Dossier 4-2013 Dossier 6] QCM 1 : Quelles sont les propositions exactes concernant les méthodes contraceptives? L implant sous-cutané (progestatif) est une des contraceptions

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Contraception Pr.J.HELENE-PELAGE 2013 1

Contraception Pr.J.HELENE-PELAGE 2013 1 Contraception Pr.J.HELENE-PELAGE 2013 1 Introduction «La meilleure contraception, c est celle que l on choisit» 2007-2008 Nécessité d une contraception à la carte Facteurs limitant : Le temps La formation

Plus en détail

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME

ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME ITEM 27 : CONTRACEPTION CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME Objectifs pédagogiques terminaux : «prescrire et expliquer une contraception». N.B : ce texte ne traite pas l aspect «discuter les diverses

Plus en détail

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan Anne-Sophie MAES Directeur de thèse : Dr HUGE INTRODUCTION Stratégies

Plus en détail

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION.

MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES ITEM 27 : CONTRACEPTION. CONTRACEPTION HORMONALE CHEZ LA FEMME. I DESCRIPTION ET MODE D ACTION DES DIFFERENTES CLASSES DE CONTRACEPTION HORMONALE. A LES ESTROPROGESTATIFS 1

Plus en détail

CONTRACEPTION HORMONALE

CONTRACEPTION HORMONALE CONTRACEPTION HORMONALE 22/02/10 Dr Ausias Pharma I. Généralités II. Les associations oestroprogestatives combinées 1. Pilule normodosée 2. Pilule minidosée : microdosée B. Voie cutanée C. Voie vaginale

Plus en détail

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF

CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF CHOIX D UN TRAITEMENT CONTRACEPTIF Les contraceptifs estroprogestatifs et les dispositifs intra-utérins sont les moyens contraceptifs réversibles les plus efficaces. Lorsqu une contraception hormonale

Plus en détail

Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés?

Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés? Pilule, gastro-entérite et antibiotique: ennemis jurés? Aude Béliard, MD, PhD Chef de Service de Gynécologie Obstétrique Centre Hopsitalier du Bois de l Abbaye Département de Gynécologie Obstétrique de

Plus en détail

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme

Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Item 27 : Contraception hormonale chez la femme Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Description et mode d'action des différentes classes de contraception hormonale...1 1. 1 Les

Plus en détail

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html )

Pour l OMS (http://www.who.int/reproductive-health/hrp/progress/46/news46_1.en.html ) Quelques messages issues de la soirée CO du 08/03/04 organisée par Hervé YVOIS. Intervenante Isabelle DESPLANCHES gynécologue. Recherche complémentaire sur La Revue Prescrire, le VIDAL, les sites de l

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

Comment ça marche? L œstrogène Les progestatifs

Comment ça marche? L œstrogène Les progestatifs LA CONTRACEPTION Comment ça marche? L œstrogène inhibe l ovulation via la rétroaction négative de la sécrétion de la gonadotrophine au niveau de l hypophyse Les progestatifs ont un effet périphérique.

Plus en détail

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr

ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr ESSURE : du Concept de Stérilisation à celui de Contraception Définitive Pr Patrice Lopes patrice.lopes@chu-nantes.fr Conflit d intérêt : Journées de formation à la pose d Essure sans anesthésie parrainées

Plus en détail

3 règles de prescriptions

3 règles de prescriptions 3 règles de prescriptions Quand une grossesse n est pas souhaitée, n importe quelle contraception vaut mieux que pas de contraception du tout! La meilleure contraception c est celle que l utilisatrice

Plus en détail

Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. sept 2009 1

Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN. sept 2009 1 Pascale This Isabelle Grosdemouge CONTRACEPTION APRES CANCER DU SEIN sept 2009 1 La fonction ovarienne après cancer du sein Est très variable en fonction du traitement de la carence estrogènique profonde

Plus en détail

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons

Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle. Mlle G.U. Contraception Hormonal en 2010: progrès et vieux démons Les objectifs d apprentissage: Ma patiente commence sa vie sexuelle Ana Paula Godinho Oliveira Lourenco, Département de gynécologie et obstétrique et Consultation Santé Jeunes T. Huber-Gieseke, SMPR HUG

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE DE CONTRACEPTION HORMONALE À L INTENTION DE L INFIRMIÈRE ET DU PHARMACIEN

ORDONNANCE COLLECTIVE DE CONTRACEPTION HORMONALE À L INTENTION DE L INFIRMIÈRE ET DU PHARMACIEN ORDONNANCE COLLECTIVE DE CONTRACEPTION HORMONALE À L INTENTION DE L INFIRMIÈRE ET DU PHARMACIEN ORDONNANCE COLLECTIVE Initier la contraception hormonale Référence à un protocole : Non Date de mise en vigueur

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Une contraception, oui, mais laquelle?

Une contraception, oui, mais laquelle? Une contraception, oui, mais laquelle? Tous concernés! De quoi s agit-il? Depuis la légalisation de la pilule en 1967, les scientifiques ont rusé d'imagination pour nous offrir des solutions contraceptives

Plus en détail

50 ans après le PRIMUM MOVENS contraceptif de PINCUS, Où en sommes nous? Etat des lieux du paysage contraceptif.

50 ans après le PRIMUM MOVENS contraceptif de PINCUS, Où en sommes nous? Etat des lieux du paysage contraceptif. 50 ans après le PRIMUM MOVENS contraceptif de PINCUS, Où en sommes nous? Etat des lieux du paysage contraceptif. Actualités Thérapeutiques de Lorraine Dr. JP RAGAGE Hôpital - Maternité Ste Croix METZ 25/09/2004

Plus en détail

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté

Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Journée d éducation thérapeutique des adolescentes traitées par anticoagulant de type antivitamine K (AVK) à la puberté Définition de l éducation thérapeutique «L information laisse le patient passif,

Plus en détail

Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE

Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE Dr Geoffroy ROBIN CHRU de LILLE Enjeux: Prévenir les grossesses rapprochées et leurs risques (prématurité, RCIU ) Diminuer nombre de grossesses non désirées et d IVG 11.000 IVG en post-partum/an en France

Plus en détail

L offre en CONTRACEPTION

L offre en CONTRACEPTION L offre en CONTRACEPTION Réseau de Sante Sexuelle Le 27 Novembre 2014 à La ROCHE sur YON Dr BENETEAU Jean Luc Centre Hospitalier de FONTENAY LE COMTE La Contraception dans notre société La contraception

Plus en détail

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN LA CONTRACEPTION 1 SATISFACTION DES PATENTES SUR L INFORMATION REÇUE EN POST PARTUM INTRODUCTION Contexte : 2 Élargissement des compétences de SF (contraception & gynécologie de prévention) (1) Rôle dans

Plus en détail

Nouveautés en contraception. Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07

Nouveautés en contraception. Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07 Nouveautés en contraception Anne COGAN SOFOMEC 13/12/07 Buts des progrès en contraception Améliorer le confort et la compliance des patientes Optimiser l efficacite Réduire le nombre d IVG PREVALENCE CONTRACEPTIVE

Plus en détail

STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME. Recommandations pour la pratique clinique. Décembre 2004

STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME. Recommandations pour la pratique clinique. Décembre 2004 Recommandations pour la pratique clinique STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME Décembre 2004 Service des recommandations professionnelles de l Anaes Pour recevoir la liste des

Plus en détail

RECO 2, 3, 5 : la consultation dédiée à la contraception

RECO 2, 3, 5 : la consultation dédiée à la contraception Les méthodes contraceptives : présentation, utilisation, indications, bénéfices et inconvénients Synthèse à partir des recommandations de l HAS et de la pratique du médecin généraliste Collège Lyonnais

Plus en détail

Guide d utilisation de la pilule

Guide d utilisation de la pilule Guide d utilisation de la pilule TRI-CYCLEN LO PROFIL D INNOCUITÉ 1. La pilule cause-t-elle le cancer du sein? Les principaux facteurs de risque du cancer du sein sont l âge et des antécédents marqués

Plus en détail

Première prescription contraceptive chez l adolescente: quelles spécificités?

Première prescription contraceptive chez l adolescente: quelles spécificités? Première prescription contraceptive chez l adolescente: quelles spécificités? Dr A. Dubreuil Juliette, 16 ans. 31-05-2012. Juliette, 16 ans Contre indications absolues des contraceptions oestroprogestatives

Plus en détail

STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME. Recommandations pour la pratique clinique. Décembre 2004

STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME. Recommandations pour la pratique clinique. Décembre 2004 Recommandations pour la pratique clinique STRATÉGIES DE CHOIX DES MÉTHODES CONTRACEPTIVES CHEZ LA FEMME Décembre 2004 Service des recommandations professionnelles de l Anaes Les recommandations sur le

Plus en détail

Gestes techniques gynécologiques

Gestes techniques gynécologiques Gestes techniques gynécologiques en Médecine M GénéraleG Marie-France BAUDOIN Le frottis du col de l utérus La pratique des frottis cervicaux Indication Test retenu en France pour le dépistage du cancer

Plus en détail

Allaitement maternel et contraception. Juliette ENL 11/09

Allaitement maternel et contraception. Juliette ENL 11/09 Allaitement maternel et contraception Juliette ENL 11/09 Concerne environ 73950 naissances par an Si on considère environ 87 000 naissances par an et un taux d allaitement moyen de 85% Taux efficacité

Plus en détail

Les contraceptifs stéroïdiens

Les contraceptifs stéroïdiens Lundi 10 Janvier 2011 16h 17h Module 9 Cours de Mme Gueiffier Biji et Steph Les contraceptifs stéroïdiens On parle de contraceptifs hormonaux lorsqu ils sont à base d œstrogène et de progestatifs. I- Historique

Plus en détail

En France, la contraception est très médicalisée

En France, la contraception est très médicalisée Contraception Synthèse et risque vasculaire Véronique Kerlan Service d endocrinologie, CHU de Brest, Université de Bretagne Occidentale E-mail : veronique.kerlan@ chu-brest.fr Pierre Gourdy Service de

Plus en détail

Les differentes méthodes de contraception

Les differentes méthodes de contraception Les differentes méthodes de contraception Le 02.12.2008 1 La contraception orale Définition : moyen employé pour provoquer l infécondité chez la femme et chez l homme 1.1 La contraception orale oestro-progestative

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2006 publié le 29.11.2006 TRENTIÈMES JOURNÉES NATIONALES

Plus en détail

TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003)

TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003) CONTRACEPTIONS : TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003) Ce questionnaire vous permettra de vérifier vos connaissances

Plus en détail

La contraception après le 1 enfant

La contraception après le 1 enfant er La contraception après le 1 enfant Bayer Santé Division Bayer Schering Pharma www.bayerscheringpharma.fr PP000869-0907 - Bayer Santé - SAS au capital de 47 857 291,14-706 580 149 RCS Nanterre Toutes

Plus en détail

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre

Obésité et contraception. Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et contraception Dr Manigart FLPF/CHU Saint Pierre Obésité et risque de TVP Augmentation des facteurs pro-coagulants (7,8,12 et du fibrinogène) stase veineuse augmentée Risque de TVP augmenté (=

Plus en détail

Contraception et risque cardiovasculaire. Orléans juin 2009

Contraception et risque cardiovasculaire. Orléans juin 2009 Contraception et risque cardiovasculaire Orléans juin 2009 Mlle C, 21 ans, vient vous voir car elle a des règles douloureuses et de l acné depuis la prise de sa nouvelle pilule microprogestative Tout allait

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

PROTOCOLE. Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011. Avec le soutien du laboratoire

PROTOCOLE. Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011. Avec le soutien du laboratoire Demande de dépannage d une contraception orale REQUÊTE SECONDAIRE AOÛT 2011 PROTOCOLE Avec le soutien du laboratoire Préambule Champ d application de la recommandation Cette recommandation s applique à

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

Quand débuter une contraception?!

Quand débuter une contraception?! Quand débuter une contraception?! premiers rapports! 80% des adolescents disent avoir utilisé un préservatif pour leurs premiers rapports! L utilisation du préservatif doit être encouragé mais devient

Plus en détail

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale 31 La lettre de l Union Janvier 2014 Semestriel Union Régionale des Professionnels de Santé Franche-Comté, Médecins Libéraux Le supplément DOSSIER SPECIAL : La contraception orale La polémique > p. 2 Les

Plus en détail

Pilules progestatives

Pilules progestatives Chapitre 2 Ce chapitre est consacré aux pilules à progestatifs seuls pour les femmes qui allaitent. Les femmes qui n allaitent pas peuvent également utiliser la pilule progestative. Des directives différentes

Plus en détail

Contraception. Conseiller et accompagner. Rôle du pharmacien. Informations et ressources pour le pharmacien

Contraception. Conseiller et accompagner. Rôle du pharmacien. Informations et ressources pour le pharmacien Contraception Conseiller et accompagner Rôle du pharmacien Informations et ressources pour le pharmacien avril 2015 Table des matières 1- La contraception régulière.. 3 Pilules contraceptives.... 8 Patch

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique?

L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? L offre contraceptive en 2010 Que proposer en pratique? Dr G Plu-Bureau Unité gynécologie - Unité hémostas Hôpital Hôtel-Dieu Université Paris Descartes Les méthodes contraceptives disponibles Les contraceptions

Plus en détail

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure

L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure L'interruption volontaire de grossesse chez la mineure Les lois 1975 Loi autorisant l'ivg pour 5 ans dite loi Veil 1979 Prolongation définitive de l'autorisation 1982 Loi Roudy pour le remboursement 2001

Plus en détail

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR

Traitements hormonaux en gynécologie. Dr MC Laurent - DOGMR Traitements hormonaux en gynécologie Dr MC Laurent - DOGMR Quelles hormones? Effets biologiques des hormones naturelles Voies d administration Utilisation en clinique Contraception Traitements de pathologie

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE. Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14

ORDONNANCE COLLECTIVE. Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14 ORDONNANCE COLLECTIVE Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les compétences et les connaissances nécessaires,

Plus en détail

FICHE MÉMO CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME À RISQUE CARDIOVASCULAIRE ANNEXE

FICHE MÉMO CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME À RISQUE CARDIOVASCULAIRE ANNEXE FICHE MÉMO CONTRACEPTION CHEZ LA FEMME À RISQUE CARDIOVASCULAIRE ANNEXE Méthodologie La fiche mémo «Contraception chez la femme à risque cardio-vasculaire» est fondée sur les critères de recevabilité pour

Plus en détail

Contraception hormonale:

Contraception hormonale: 10 avril 2013 Contraception hormonale: «Pilule» (OP, Progestatif seul) Patch, Anneau vaginal(op) Implant, contraception injectable (progestatif seul) DIU avec progestérone Contraception mécanique DIU ou

Plus en détail

Contraceptifs oraux combinés

Contraceptifs oraux combinés Chapitre Contraceptifs oraux combinés Points-clés pour les prestataires et les clientes y Prendre une pilule chaque jour. Pour qu elle soit la plus efficace possible, une femme doit prendre une pilule

Plus en détail

Direction des Services professionnels

Direction des Services professionnels Direction des Services professionnels HÔPITAL MONTMAGNY CLSC GARDE MÉDICALE HÉBERGEMENT CLSC URGENCE 1 RE LIGNE SOUTIEN À DOMICILE SERVICES SPÉCIFIQUES SERVICES GÉNÉRAUX CLSC SERVICES COURANTS MILIEU SCOLAIRE

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

La contraception orale en continu

La contraception orale en continu La contraception orale en continu Christian Jamin Paris jamin.ch@gmail.com VIIèmes congrès de gynécologie obstétrique et reproduction de la côte d azur Nice 16-18 septembre 2010 définitions En continu

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie

Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie Communiqué de presse Point presse «COC» du 26 juin 2013 Risques thromboemboliques veineux et artériels chez les femmes sous contraceptifs oraux combinés : une étude de cohorte de l Assurance Maladie La

Plus en détail

En France, l âge médian du premier

En France, l âge médian du premier Choix de la première contraception RÉSUMÉ : Proposer une contraception adéquate chez les adolescentes est primordial afin d éviter toute grossesse non désirée. Il est indispensable de conseiller les jeunes

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques

Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques le point sur Prise de poids et contraceptifs à progestatifs seuls : plus d inquiétude que de preuves scientifiques Rev Med Suisse 2011 ; 7 : 2090-5 J.-Y. Camain S.-C. Renteria E. von Elm Weight gain and

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE. Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14

ORDONNANCE COLLECTIVE. Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14 ORDONNANCE COLLECTIVE Initier la contraception hormonale ou le stérilet Page 1 de 5 O.C. 1.14 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les compétences et les connaissances nécessaires,

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE

Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE OEMéd Qu est-ce que Gyselle 20/Gyselle 30 et quand doit-il être utilisé? Gyselle 20/Gyselle 30 est un médicament anticonceptionnel hormonal, appelé contraceptif oral ou

Plus en détail

LES CIU GÉNÉRALITÉS POURQUOI CONTRE-INDICATIONS. Pas de chance de s appeler «Stérilet» Deuxième contraception en France.

LES CIU GÉNÉRALITÉS POURQUOI CONTRE-INDICATIONS. Pas de chance de s appeler «Stérilet» Deuxième contraception en France. LES CIU Pas de chance de s appeler «Stérilet» GÉNÉRALITÉS Deuxième contraception en France. La première chez les femmes de 35-45 ans. Il n est plus prévu de posséder des équipements spécifiques au cabinet

Plus en détail

LA CONTRACEPTION - 196 - N.I

LA CONTRACEPTION - 196 - N.I N.I LA CONTRACEPTION W Introduction La contraception est l ensemble des méthodes permettant d'empêcher la survenue d'une grossesse non désirée Il existe une multitude de moyens contraceptifs, la principale

Plus en détail

39 ans Est enceinte et ne souhaite pas garder la grossesse

39 ans Est enceinte et ne souhaite pas garder la grossesse CAS CLINIQUES CAS CLINIQUE 1 39 ans Est enceinte et ne souhaite pas garder la grossesse 1. Que recherchez-vous à l interrogatoire pour vous assurer qu elle puisse être candidate à une IVG médicamenteuse?

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004

Contraception, espacement des naissances. IFMT-H.Barennes.Sémin Mère- Enfant 2004 Contraception, espacement des naissances 1 Définition Eviter la conception d`un embryon Espacement des naissances =programmation des naissances = régulation des naissances Eviter une grossesse (G) non

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Contraception du post-partum. Législation. Sommaire. «La meilleure contraception est celle que l on choisit» A savoir. Campagne INPES 2007

Contraception du post-partum. Législation. Sommaire. «La meilleure contraception est celle que l on choisit» A savoir. Campagne INPES 2007 Contraception du post-partum Diplôme universitaire Suivi gynécologique de prévention, sexualité, régulation des naissances I. PAULARD, 2011 2 Sommaire Législation A savoir du post partum Sexualité Quelques

Plus en détail

Contraception orale : première prescription

Contraception orale : première prescription Contraception orale : première prescription Dr G Plu-Bureau Unité gynécologie - Unité hémostas Hôpital Hôtel-Dieu Université Paris Descartes Rôle du médecin Informer la patiente sur les avantages, les

Plus en détail

Formation LA CONTRACEPTION HORMONALE N 178 ORDONNANCE AU SOMMAIRE. 1 - Préévaluation en en 10 10 questions sur sur WK-Pharma.fr

Formation LA CONTRACEPTION HORMONALE N 178 ORDONNANCE AU SOMMAIRE. 1 - Préévaluation en en 10 10 questions sur sur WK-Pharma.fr N 178 Formation Cahier 2 du n 2974 du 16 mars 2013 - Ne peut être vendu séparément ORDONNANCE LA CONTRACEPTION HORMONALE AU SOMMAIRE MEDICALRF.COM / BSIP ANALYSE D ORDONNANCE 2 La contraception d une jeune

Plus en détail