HORTUS MAGAZINE. 3 ème trimestre ACTUALITÉS PATRIMONIALES BRÈVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HORTUS MAGAZINE. 3 ème trimestre 2014 1. 1. ACTUALITÉS PATRIMONIALES 3. 3. BRÈVES"

Transcription

1 3 ème trimestre 2014 HORTUS MAGAZINE EDITO EDITO ACTUALITÉS PATRIMONIALES Duel Duel entre entre un légataire un légataire universel et le et le bénéficiaire d une d une assurance vie vie Précisions sur sur le régime le régime de rachat de rachat de ses de propres ses propres titres titres par par une une société société Emploi Emploi des des fonds fonds reçus reçus par par donation donation Absence Absence d évolution législative en matière en matière d assurance vie vie Fiscalité Fiscalité immobilière en France en France des des non-résidents Revirement jurisprudentiel pour pour les contribuables franco-monégasques Déductibilité d intérêts d emprunt pour pour le rachat le rachat d avances de comptes de comptes courant courant d associés Donation avant avant cession cession Vigilance Vigilance accrue accrue de de l administration fiscale fiscale en matière en matière d abus d abus de droit de droit fiscal fiscal Indemnités et et compromis de vente de vente Impossibilité d appliquer une une décote décote lorsque lorsque l indivision résulte résulte de la de la transmission Licéité Licéité de la de mise la mise à à disposition gratuite gratuite d immeubles détenus détenus par par une une SCI SCI FISCALITÉ - 6 idées - 6 idées reçues reçues et fausses et fausses sur sur l investissement immobilier Idée Idée reçue reçue n 1 n : les 1 : Français les Français investissent trop trop dans dans l immobilier Idée Idée reçue reçue n 2 n : 2 : l immobilier ne finance ne finance pas pas l économie Idée Idée reçue reçue n 3 n : 3 : l immobilier est un est secteur un secteur sous sous perfusion fiscale fiscale Idée Idée reçue reçue n 4 n : 4 : l immobilier est un est secteur un secteur passif passif Idée Idée reçue reçue n 5 n : 5 : l immobilier est un est secteur un secteur ««confortable et sans et sans risque risque»» Idée Idée reçue reçue n 6 n : les 6 : fonds les fonds immobiliers sont sont réservés réservés à une à une clientèle clientèle privilégiée BRÈVES Parution Parution du décret du décret du 4 du juillet 4 juillet sur sur la la prévoyance RSI RSI Triste Triste record record pour pour le taux le taux du livret du livret A A Assouplissement en faveur en faveur des des congés congés maternité ou pour pour adoption adoption Regain Regain d intérêt d intérêt pour pour les les placements à long à long terme terme Vers Vers une une inapplicabilité de de l abattement sur sur les les plus-values mobilières?? Don Don aux aux organismes d utilité d utilité publique publique et ISF et ISF : un : bilan un bilan mitigé mitigé La La dénonciation sanction sanction de la de la convention fiscale fiscale franco-suisse Une Une régularisation des des comptes comptes étrangers prolifique pour pour le fisc le fisc français français Stabilité Stabilité du nombre du nombre de de créations d entreprises au mois au mois de juin de juin

2 EDITO La rentrée de septembre est l occasion pour le gouvernement de mettre en place de nouvelles mesures étudiées pendant l été. Ainsi, le plan de relance du logement fait état de quelques dispositions fiscales qui pourraient avoir un impact sur la gestion du patrimoine immobilier de nombreux investisseurs : le dispositif Pinel, les aménagements du régime des donations et des plus-values immobilières... Reste à savoir si ces évolutions, sous réserve de leur application, auront l effet espéré dans le contexte mouvant actuel. Elles semblent avoir aujourd hui un écho nuancé auprès des Français, qui risquent encore de se leurrer d idées reçues sur les investissements immobiliers. En effet, les poncifs présentant l immobilier comme un secteur passif et confortable ont encore la part belle malgré de nombreux atouts qui ne sont plus à démontrer : solution d épargne intéressante, outil de diversification du patrimoine, facteur de création d emplois et de production de richesse nationale... Les avantages patrimoniaux des SCI, dans le cadre de leur constitution et de leur gestion, sont nombreux pour un particulier. Il faut donc prêter une attention toute particulière à la rédaction «sur-mesure» des statuts afin de répondre au mieux aux objectifs poursuivis. 2

3 1. ACTUALITÉS PATRIMONIALES Duel entre un légataire universel et le bénéficiaire d une assurance vie La Cour d Appel de Pau a considéré que l institution d un légataire universel par voie testamentaire peut constituer une révocation du bénéficiaire désigné dans un contrat d assurance vie. Dans cette espèce, le testateur avait fait expressément mention du contrat d assurance vie litigieux dans ses dispositions testamentaires. Il n est donc pas certain qu en l absence de cette référence ou en présence d une référence implicite, l appréciation des juges du fond ait été la même. Quoi qu il en soit, l absence de prise de position de la Haute Cour exclut toute extrapolation de cette jurisprudence. CA Pau, 21 janvier 2014 Précisions sur le régime de rachat de ses propres titres par une société Un décret paru le 26 mai 2014 précise les conditions de fixation du prix dans le cadre d un rachat de ses propres titres par une société. Pour les titres de sociétés non cotées, celui-ci doit être déterminé par un expert indépendant désigné à l unanimité par les actionnaires parmi les commissaires aux comptes et les experts répertoriés auprès du Tribunal de Commerce. Décret, 26 mai 2014 Au niveau fiscal, ces opérations étaient traitées comme des revenus distribués, mais le Conseil Constitutionnel saisi par un particulier a estimé que cette situation n était pas justifiée. Par conséquent, les rachats réalisés par des personnes physiques ou des sociétés transparentes avant le 1 er janvier 2014 ainsi que ceux réalisés après (sous réserve de la parution d une législation contraire) sont désormais imposés dans la catégorie des plus-values mobilières. C. Const., 20 juin 2014 Emploi des fonds reçus par donation Le Code civil prévoit que le rapport successoral d une somme d argent est en principe égal à son montant. Toutefois, si les fonds ont servi à l acquisition d un bien, le rapport est dû pour le montant actuel de ce bien. C est par conséquent l utilisation des fonds qui détermine le montant rapportable à la succession. La Cour de Cassation a rappelé que les constructions réalisées grâce à une donation de somme d argent, sur un terrain acquis préalablement par le donataire, ne constituent pas une dépense d acquisition. Par conséquent, le montant du rapport est égal à la somme d argent reçue par donation et non à celle du terrain valorisé par la construction. Cass. Civ. 1 ère, 14 mai 2014 Absence d évolution législative en matière d assurance vie Une réponse du Ministre de la Justice a récemment occulté toute évolution législative en ce qui concerne les contrats d assurance vie. Il est constant que ceux-ci sont exclus de la masse successorale de l assuré sauf requalification judiciaire en contrat de capitalisation ou en donation déguisée. Face à la prolifération des arrêts de cassation en matière de primes d assurance vie manifestement exagérées, la question de la protection de la réserve héréditaire est posée. La réponse ministérielle indique que la jurisprudence actuelle est suffisamment protectrice des droits des héritiers et, plus précisément, de la réserve héréditaire et qu il n est pas envisagé de modifications législatives. Réponse ministérielle, 27 mai 2014 Fiscalité immobilière en France des non-résidents L administration fiscale a désormais intégré dans le BOFIP la décision du Conseil d État du 20 novembre 2013 selon laquelle un résident fiscal suisse détenant des immeubles en France par le biais d une société ne peut pas être redevable d un impôt supérieur à celui d un résident fiscal de l hexagone. Une imposition supérieure constitue une restriction aux mouvements des capitaux prohibée par le traité de l Union Européenne BOI, 24 juin 2014 CE, 20 novembre 2013 En ce qui concerne les personnes physiques résidant fiscalement à l étranger, elles sont en principe redevables de l impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux sur les plus-values immobilières d immeubles situés en France. Une exonération, prévue à l article 150U du CGI, est toutefois possible pour les non-résidents cédant leur habitation en France. L administration fiscale française commente cette disposition. L exonération est applicable pour la cession d une seule résidence par contribuable depuis le 1er janvier Le dispositif est étendu aux logements donnés en location et cédés dans les cinq années suivant le transfert du domicile fiscal hors de France. Seules les personnes physiques peuvent bénéficier de ce régime de faveur, dans la limite de euros de plus-value nette imposable. Celle-ci est déterminée après application de l abattement pour durée de détention. Cependant, ce dernier étant appliqué différemment pour l assiette fiscale et pour l assiette sociale des plus-values, il convient de déterminer la part des plus-values exonérées différemment pour ces deux assiettes. Pour mémoire, seuls les contribuables ayant résidé fiscalement en France pendant au minimum deux ans, et ayant cédé leur bien immobilier au 3

4 minimum dans les cinq ans suivant le transfert de leur domicile fiscal, peuvent profiter de cette exonération. BOFIP, 6 juin 2014 Revirement jurisprudentiel pour les contribuables franco-monégasques Par une décision du 11 avril 2014, le Conseil d État est revenu sur son interprétation de l article 7-1 de la convention fiscale franco-monégasque. La Haute Juridiction considérait jusqu à présent que les Français nés à Monaco et y résidant depuis leur naissance étaient réputés résidents fiscaux français. Le Conseil d État apprécie désormais cet article dans sa globalité. Il en résulte, d une part, que les Français nés à Monaco sont exclus du champ d application de l impôt français et sont redevables de l impôt monégasque, et d autre part, que les Français ayant transféré leur domicile à Monaco après le 13 octobre 1962 ou antérieurement, sans pouvoir justifier de cinq années de résidence monégasque, sont redevables de l impôt français. Les contribuables concernés ne pourront obtenir restitution des sommes indument payées à l administration fiscale française que pour les deux dernières années. CE, 11 avril 2014 Déductibilité d intérêts d emprunt pour le rachat d avances de comptes courant d associés Le Conseil d État admet avec réserve la déductibilité des intérêts d emprunt visant à rembourser les comptes courants d associés d une SCI. Cette déduction est possible uniquement si les avances en compte courant d associés auxquelles l emprunt se substitue avaient été réalisées pour l un des motifs énumérés par l article 31-I du CGI, lequel a un caractère limitatif. Ainsi, cette jurisprudence offre la possibilité de refinancer des comptes courants dont les sommes ont servi à acquérir ou conserver des revenus fonciers (ce qui exclut les comptes courants issus de l affectation du résultat de la société civile) au moyen d emprunts bancaires dont les charges financières seront déductibles des revenus fonciers. CE, 28 mars 2014 Donation avant cession Selon une jurisprudence constante du Conseil d État, les donations avant cession qui permettent de purger les plus-values sur les biens transmis ne revêtent pas de caractère illégal. Toutefois, il est fondamental que la donation intervienne avant que la vente ne soit parfaite, sans quoi le cédant devra s acquitter du paiement de la plus-value en l espèce, dans le cas où une promesse de cession d actions a été conclue an- térieurement à un acte de donation mais que les conditions suspensives ont été levées a posteriori. L administration fiscale a considéré que le transfert de propriété n avait pu avoir lieu avant la cession. Le Conseil d État sanctionne cette position et estime que le paiement du prix valait levée implicite de l option ; par conséquent, la date de la donation était bien antérieure à la cession. C est donc à tort que l administration fiscale a estimé que le donateur devait s acquitter du paiement des plus-values mobilières, d autant qu elle n avait pas démontré que le transfert des titres avait les caractéristiques de l abus de droit fiscal. CE, 28 mai 2014 Vigilance accrue de l administration fiscale en matière d abus de droit fiscal L article L 64 LPF dispose que l abus de droit fiscal est déterminé soit par le caractère fictif d une opération soit par un montage visant à éluder l impôt. Si l abus est constaté, il est sanctionné par une pénalité de 80 % ou par une majoration de 40 % auxquelles il convient d ajouter les pénalités de retard. Cette large définition de l abus de droit fiscal permet de sanctionner nombre d opérations fiscales. Le premier point d attention de l administration fiscale semble être celui des donations déguisées. Ainsi, une personne physique créditant le prix d une cession d immeuble sur le compte-courant d associés de la société de son neveu constitue une donation déguisée et par conséquent, un abus de droit fiscal. De même, dans le cas d une donation avant cession, il ne fait aucun doute que la réappropriation des fonds par le donateur pour régler des dettes personnelles constitue un abus de droit. En l espèce, des parents avaient fait donation de valeurs mobilières démembrées à leur fille avec clause de remploi. Or, le donataire ayant cédé ces actifs, les donateurs ont appréhendé le flux financier et l ont utilisé pour le règlement de leur imposition personnelle. Le second point d attention est celui du caractère fictif de sociétés créées à l étranger. Dans l hypothèse, un apport de titres de société française à une société étrangère peut constituer un abus de droit fiscal. Afin d apprécier cette situation, l administration fiscale, ou le juge judiciaire en cas de contentieux, se fondera sur le caractère utile de l opération. Ainsi, cela ne peut être le cas pour un apport ayant pour unique but de réduire le patrimoine taxable à l ISF des associés puisque la société étrangère est dépourvue de toute substance économique et que les associés français continuent à gérer les actifs transférés à la société étrangère. Ce même critère d absence de substance économique et de dépendance est utilisé pour les montages de sociétés en cascade. Dans une société détenant l intégralité des parts de cinq autres sociétés, lesquelles procèdent à l acquisition 4

5 d immeubles et sont de fait redevables de l impôt, mais n ont aucune substance réelle et dépendent intégralement de la société mère, ces dernières sont considérées comme fictives. Publication des séances du Comité des abus de droit fiscal, 1er semestre 2014 Indemnités et compromis de vente Une indemnité de dédit prévue dans un compromis de vente est versée par celle des parties qui rompt l accord conclu et fait ainsi échec à la vente. L indemnité d immobilisation est la contrepartie financière versée par le bénéficiaire d une promesse unilatérale de vente au vendeur, s il ne lève pas l option pour bénéficier du bien immobilisé par le vendeur en sa faveur. Celle-ci doit donc être comprise comme une contrepartie financière consentie en échange de l immobilisation accordée au bénéficiaire de la promesse, c est-à-dire une rémunération pour service rendu, et donc taxable en tant que BNC. En revanche, l indemnité de dédit a pour objet la réparation du préjudice subi par le vendeur pour cause de non réalisation de la vente. À ce titre, elle n est pas considérée comme un revenu taxable. CE, 07 mai 2014 Impossibilité d appliquer une décote lorsque l indivision résulte de la transmission La Cour de Cassation a validé la rectification de l évaluation d un bien immobilier faite par l administration fiscale alors qu une décote avait été appliquée en raison de l état d indivision et de l interdiction d aliéner résultant de la donation. En effet, puisque l estimation d un bien est réalisée au jour de la donation selon son prix sur le marché, ces éléments ultérieurs ne peuvent pas impacter sa valeur vénale au jour de l estimation et l application d une décote est impossible. Cass. Com., 03 juin 2014 Licéité de la mise à disposition gratuite d immeubles détenus par une SCI La Haute Cour juge que la mise à disposition gratuite d immeubles détenus par une SCI au profit des associés, sur décision du gérant, est régulière à condition que l objet de la société ait une terminologie suffisamment large, et qu elle ne soit pas explicitement exclue par les statuts. Ainsi, une société ayant pour objet social «la gestion par bail, ou autrement» d immeubles, permet cette mise à disposition gratuite au profit des associés, lesquels ne sont alors pas redevables d une indemnité d occupation. Cass. 3ème civ., 11 février

6 2. IMMOBILIER 6 idées reçues et fausses sur l investissement immobilier ASPIM - ASSOCIATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT IMMOBILIER L Association française des Sociétés de Placement Immobilier est une association à but non lucratif créée en 1975, qui rassemble et fédère les acteurs de l investissement collectif dans l immobilier. Retrouvez l intégralité de ses publications sur Idée reçue n 1 : les Français investissent trop dans l immobilier L épargne immobilière au sens large est un outil parmi d autres de diversification du patrimoine des ménages et de préparation à la retraite. L épargne immobilière des ménages investie dans des supports collectifs (SCPI et OPCI) reste à un niveau modeste par rapport à celle d autres pays : 31 milliards d euros, contre 82 milliards d euros en Allemagne par exemple (à fin 2013). Idée reçue n 2 : l immobilier ne finance pas l économie L immobilier est un facteur de création d emplois et de production de richesse nationale, que ce soit dans le domaine tertiaire ou le résidentiel L investissement immobilier dans le secteur tertiaire répond au besoin des entreprises de toutes tailles et sur tout le territoire national de disposer de locaux adaptés à leur métier. La location des murs par les entreprises (plutôt que la détention) leur permet de concentrer leurs ressources sur le cœur de leur activité. Idée reçue n 3 : l immobilier est un secteur sous perfusion fiscale Hormis le logement neuf (Duflot) ou réhabilité (Malraux), l investissement immobilier ne bénéficie d aucun levier fiscal. C est particulièrement le cas pour l immobilier tertiaire : les fonds immobiliers qui investissent dans ce secteur (près de 90 % pour les SCPI et les OPCI) n ont pas de coup de pouce fiscal et ont plutôt connu un alourdissement de leur fiscalité ces dernières années. Malgré les différents mécanismes mis en place depuis près de trente ans pour stimuler l investissement en locatif résidentiel, l offre reste inadaptée par rapport aux ressources de nombreux ménages. Pour y remédier, il faut faire en sorte que les investisseurs trouvent leur intérêt dans ce type de placement. Le levier fiscal n est qu un des moyens possibles. Idée reçue n 4 : l immobilier est un secteur passif L immobilier est un patrimoine vivant inscrit dans son tissu local et une gestion immobilière durable va très au-delà du seul entretien courant des immeubles. L acquisition, la mise en location et la cession des immeubles requièrent un professionnalisme exigeant prenant en compte toutes les données de marché et tous les paramètres techniques et juridiques. En particulier, les immeubles tertiaires doivent prendre en compte l évolution des standards du marché et des modes de travail pour présenter une offre locative qui ne soit pas frappée d obsolescence. Le poids croissant des normes (sécurité, PMR) et les exigences du Plan Bâtiment Durable en matière de réduction de la consommation d énergie des immeubles imposent à tous les propriétaires des investissements lourds sur le parc existant. 6

7 Idée reçue n 5 : l immobilier est un secteur «confortable et sans risque» Comme tout secteur industriel, l immobilier connaît des cycles que l on retrouve dans l évolution de la valeur des parts des fonds immobiliers : les revenus locatifs, tout comme la valeur du placement, fluctuent dans le temps en fonction des indicateurs économiques et de l appétit des investisseurs. Le risque qui pèse sur les investisseurs en immobilier est également lié aux évolutions de notre société et à leurs effets sur les immeubles : exigences environnementales, habitudes de travail, tendances de la consommation, etc. La qualité professionnelle de la gestion des fonds immobiliers optimise l anticipation et le traitement des risques liés à ce type d investissement. Idée reçue n 6 : les fonds immobiliers sont réservés à une clientèle privilégiée Les fonds immobiliers sont une solution d épargne intéressante pour les investisseurs qui ne disposent pas des moyens et de l expertise nécessaires pour investir en immobilier direct. Pour les foyers fiscaux ayant investi en SCPI, la détention moyenne est d environ euros et l on y compte une part croissante de jeunes ménages soucieux de la préparation de leur retraite. L épargne immobilière investie dans les SCPI et les OPCI exonère l investisseur de toutes les contingences de la gestion immobilière et le fait bénéficier des vertus de l épargne intermédiée : convergence d intérêts entre l investisseur et la société de gestion, professionnalisme de la gestion, mutualisation des risques et limitation du «ticket d entrée». 7

8 3. BRÈVES Parution du décret du 4 juillet 2014 sur la prévoyance RSI Les taux des cotisations invalidité-décès des industriels et commerçants (actuellement à 1,1 %) et des artisans (1,6 %), seront uniformisés au taux de 1,3 % dès le 1er janvier Fidroit, 18 juillet 2014 Triste record pour le taux du livret A Le livret A a atteint, le 1er août 2014, son plus bas taux historique en passant de 1,25 % à 1 %. Le gouvernement français a néanmoins refusé une nouvelle fois de suivre la position de la Banque de France qui préconisait un taux de 0,75 % en raison de la faiblesse de l inflation (0,5 %). lefigaro.fr/argent, 10 juillet 2014 Assouplissement en faveur des congés maternité ou pour adoption Concernant les congés maternité ou pour adoption postérieurs au 1er janvier 2014, chaque période de 90 jours de congés ouvre droit à la validation d un trimestre assimilé à des cotisations, sans jamais pouvoir être inférieure à un trimestre (quelle que soit la durée du congé). juin 2014 Regain d intérêt pour les placements à long terme L Observatoire de l Épargne Européenne (OEE) a enregistré une baisse générale de la collecte de l épargne bancaire et obligataire au profit de l épargne financière, laquelle s est accrue de 1,5 % à 9 % en un an. newsmanager.com, 19 juin 2014 Vers une inapplicabilité de l abattement sur les plus-values mobilières? En l absence d obligation des banques de conserver des documents attestant de la date d acquisition des titres par leurs clients, les contribuables disposent uniquement des avis d opérations qu ils ont reçus pour vérifier la durée de détention de chaque action et bénéficier d un éventuel abattement. Nombre d entre eux n ayant pas conservé ces documents, un dilemme opposera l éventualité d un redressement fiscal au refus de bénéficier de l abattement pour durée de détention. agefiactifs.com, 23 mai 2014 Don aux organismes d utilité publique et ISF : un bilan mitigé Si 80 % des redevables de l ISF ont réalisé un don d argent en faveur d organismes d utilité publique, 88 % d entre eux ont privilégié la réduction d IR plutôt que celle au titre de l ISF. En outre, le montant moyen des dons est estimé à euros annuels, une somme peu élevée au regard du montant des patrimoines taxables à l ISF. Semaine juridique n 21, 23 mai 2014 La dénonciation sanction de la convention fiscale franco-suisse La convention fiscale franco-suisse en matière de succession a été dénoncée le 17 juin 2014 par la France en réponse au rejet du projet par la Suisse après deux années de négociation. Ce sont environ Français résidents fiscaux de Suisse et Suisses établis en France qui seront prochainement exposés à un risque de double imposition successorale dès le 1er janvier La France et la Suisse appliqueront leurs propres règles internes. 8 juillet 2014 Une régularisation des comptes étrangers prolifique pour le fisc français Les mesures visant à inciter les contribuables français à déclarer leurs avoirs détenus à l étranger devraient rapporter presque deux milliards d euros à l État, lesquels devraient financer les dispositions fiscales pour les ménages les plus modestes. Gestion de fortune n 250, juillet 2014 Stabilité du nombre de créations d entreprises au mois de juin Entre mai et juin 2014, le nombre de créations d entreprises, auto-entrepreneurs compris, demeure inchangé avec environ créations d entreprises par mois, alors que ce nombre a légèrement chuté (-0,7 %) pour les entreprises, auto-entrepreneurs exclus. Insee (information rapide), juillet-août

9 Les articles de ce magazine ont été rédigés par les services d Ingénierie Patrimoniale du Groupe Primonial Hortus Patrimoine & Associés 2 Bis rue Descartes Rennes Tél. : SARL au capital de RCS Rennes Société de conseil en gestion de patrimoine. Conseil en Investissements Financiers adhérent à l ANACOFI-CIF sous le N E Société de courtage d assurances et Intermédiaire en opérations de banque et services de paiement inscrite à l ORIAS sous le numéro Transactions sur immeubles et fonds de commerces, carte professionnelle n T délivrée par la Préfecture de Police de St Malo ; garantie par COVEA Caution SA, 10 boulevard Marie et Alexandre OYON Le Mans Cedex 2, conférant le statut d Agent Immobilier ; ne peut recevoir d autres fonds, effets ou valeurs que sa rémunération ou commission. Droit photos : Fotolia pour Primonial. Patrimmofi avenue Marceau Paris Tél. : / Société par actions simplifiée au capital de , immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro , Conseiller en investissements financiers adhérent à l ANACOFI-CIF, association professionnelle agréée par l AMF, sous le numéro E et enregistré auprès de l ORIAS sous le numéro , Courtier d assurances, CIF et Intermédiaire en opérations de banque et services de paiement, Titulaire de la Carte de Transaction sur Immeubles et Fonds de Commerce numéro T12708, Déclaration CNIL N : Ce document, réservé aux professionnels, a une valeur purement indicative et ne constitue pas une offre commerciale. Les simulations présentées ont été réalisées en fonction d hypothèses financières et en conformité avec la réglementation en vigueur à ce jour, ces éléments étant susceptibles d évoluer. Les informations contenues dans ce document sont issues de sources considérées comme fiables. Hortus Patrimoine & Associés ne peut cependant en garantir l exactitude ni l exhaustivité. Les informations d ordre juridique et fiscal contenues dans ce document sont à jour au moment de sa parution et sont susceptibles d être modifiées ultérieurement. Les opérations de souscription, rachat et arbitrage de SCPI, SCI OU OPC ne peuvent être effectuées que sur la base du dernier prospectus, notice d information, statuts constitutifs ou bulletin trimestriel en vigueur disponibles gratuitement et sur simple demande auprès de Hortus Patrimoine & Associés. Il est rappelé par ailleurs que la performance passée n est pas une garantie de la performance future, et que la valeur d un investissement en SCPI, SCI ou valeurs mobilières peut varier à la hausse comme à la baisse selon l évolution des marchés et des cours de change. Ceci est d autant plus vrai sur les marchés dits émergents qui présentent un degré de volatilité et donc de risque plus élevé que celui des autres marchés. Toutes prévisions ou opinions exprimées nous sont propres à la date d édition de ce document et sont susceptibles de changer sans préavis.

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Patrimmofi Magazine. Juin 2015 ACTUALITÉS PATRIMONIALES LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS PRATIQUES D UN RÉGIME AVANTAGEUX BRÈVES

Patrimmofi Magazine. Juin 2015 ACTUALITÉS PATRIMONIALES LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS PRATIQUES D UN RÉGIME AVANTAGEUX BRÈVES Nous avons le plaisir de vous proposer un nouveau numéro Patrimmofi Magazine Juin 2015 Rubrique réalisée par le service d Ingénierie Patrimoniale ACTUALITÉS PATRIMONIALES P2 LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

Primonial - Document non destiné à la clientèle ------- Octobre 2011

Primonial - Document non destiné à la clientèle ------- Octobre 2011 2 LA SOLUTION SCPI : POURQUOI? La solution SCPI est adaptée à différents profils d aversion au risque. La solution SCPI répond à de multiples objectifs patrimoniaux. Les SCPI fiscales permettent aux associés

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

SOMMAIRE. Qu est ce qu une SCPI? Fonctionnement. Caractéristiques principales 2/18

SOMMAIRE. Qu est ce qu une SCPI? Fonctionnement. Caractéristiques principales 2/18 SOMMAIRE Qu est ce qu une SCPI? Définition Fonctionnement Caractéristiques principales 2/18 3 DÉFINITION Les SCPI sont régies par les articles L 214-50 à L 214-84, L 231-8 à L 231-21 et L 732-7 du Code

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

7 février 2013. Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales

7 février 2013. Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales 7 février 2013 Patrimoine franco-suisse Les nouveautés fiscales 1 Sommaire n I. LA DETENTION A. L aggravation de l impôt de solidarité sur la fortune o 1. Le relèvement du taux de l ISF et l application

Plus en détail

1. ACTUALITÉS PATRIMONIALES

1. ACTUALITÉS PATRIMONIALES 1 er trimestre 2015 HORTUS MAGAZINE EDITO 1. ACTUALITÉS PATRIMONIALES Avoirs détenus à l étranger et régularisation Communauté et apport d un bien propre à une SCI Dividendes et associés mariés sous un

Plus en détail

Allianz Vie Génération

Allianz Vie Génération Allianz Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Anticipez et préparez votre succession Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que la planification successorale

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS Société de gestion de portefeuille, agrément Autorité des Marchés Financiers (AMF) N GP.14000026 en date du 22 juillet 2014, 15 Place Grangier, 21000 DIJON, 03 80 30 20 40, au capital de 349 400, RCS DIJON

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur SCPI Sema 2i Profitez des avantages fiscaux de la Loi Girardin en contrepartie d une conservation des parts pendant au moins 6 ans à compter de la date d achèvement du dernier logement (prévue en 2011).

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU?

QUEL IMPACT DU CHANGEMENT DE RESIDENCE FISCALE SUR LES IMPOTS SUR LE REVENU? FISCALITÉ DES RETRAITÉS FRANÇAIS S INSTALLANT AU PORTUGAL Note de Maître Hugelin Laurent- Avocat au Barreau de Paris pour http://www.maison-au-portugal.com INTRODUCTION Le Portugal a engagé une politique

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 400108

DÉPENSE FISCALE N 400108 DÉPENSE FISCALE N 400108 Exonération partielle d ISF des bois et forêts et des parts d intérêts détenues dans un groupement forestier, des biens ruraux loués par un bail à long terme et des parts de GFA

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE Sommaire I. La définition de la SCP II. L intérêt de la SCP III. Le régime juridique et fiscal de la SCP QUILVEST FAMILY OFFICE - Conseiller

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 14-12 en date du 22/07/2014. La note d information relative à la seconde

Plus en détail

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE

Stock-Options. Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Mécanisme et Fiscalité QUILVEST FAMILY OFFICE Définition Les stock-options offrent à des salariés ou à des dirigeants la possibilité d acquérir à une échéance déterminée des actions de leur société à un

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Versions 7.1.0.2 7.2.1

Versions 7.1.0.2 7.2.1 Versions 7.1.0.2 7.2.1 Septembre 2012 Dernières évolutions 1. Loi de Finances rectificative 2012 Impacts edixit... 2 1.1. Transmission Droits de mutation à titre gratuit... 2 1.2. Contribution exceptionnelle

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 12-25 en date du 20/11/2012. Elle peut être obtenue gratuitement auprès de la

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL

ACCIMMO PIERRE. Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL ACCIMMO PIERRE Société civile de placement immobilier à capital variable COMMUNICATION À CARACTÈRE PROMOTIONNEL DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE EN INVESTISSANT INDIRECTEMENT DANS L IMMOBILIER D ENTREPRISE

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel»

SCPI d immobilier résidentiel neuf «bâtiment basse consommation» à capital fixe Dispositif fiscal «Pinel» CILOGER HABITAT 5 Les photos concernent des investissements finalisés par d autres SCPI de CILOGER qui ne préjugent pas des investissements futurs, et sont données à titre d exemples. SCPI d immobilier

Plus en détail

Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation s achève le 20 décembre 2012. La clôture de la période de

Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation s achève le 20 décembre 2012. La clôture de la période de Reximmo patrimoine 3 scpi de type malraux Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La première période de commercialisation

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Points sur les SCPI au 31 mars 2011. 2. SCPI Primo 1 Imprimés Fiscaux Uniques

SOMMAIRE. 1. Points sur les SCPI au 31 mars 2011. 2. SCPI Primo 1 Imprimés Fiscaux Uniques SOMMAIRE 1. Points sur les SCPI au 31 mars 2011 2. SCPI Primo 1 Imprimés Fiscaux Uniques 1- POINT SUR LES SCPI AU 31 MARS 2011 Les bulletins trimestriels et le règlement des revenus de SCPI du 1 er trimestre

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.

Génération. Assurance Allianz. Anticipez et préparez votre succession. Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz. Gaipare Vie Génération Optimisez la transmission de votre patrimoine. www.allianz.fr Assurance Allianz Anticipez et préparez votre succession. Pourquoi anticiper et préparer votre succession? Parce que

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Les solutions pour réduire votre Impôt sur la Fortune. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Les solutions pour réduire votre Impôt sur la Fortune. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Les solutions pour réduire votre Impôt sur la Fortune Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Vous êtes soumis à l Impôt sur la Fortune : quelles sont les règles qui s appliquent?...p3

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Le Livret RM : la solution retraite qui POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir le Livret RM de La France Mutuali dans les conditions avantageuses de l ass Le régime

Plus en détail

www.expert-invest.fr

www.expert-invest.fr www.expert-invest.fr Ce document est une synthèse non exhaustive du contenu du bilan patrimonial professionnel que nous proposons. Il ne saurait se substituer à une véritable analyse de notre part ni remplacer

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

CELESTIA CAPITALISATION

CELESTIA CAPITALISATION ASSURANCE VIE CELESTIA CAPITALISATION UN CADRE D INVESTISSEMENT OPTIMISÉ 100 % CAPITALISATION Contrat individuel de capitalisation libellé en euros et/ou en unités de compte CELESTIA CAPITALISATION Complémentaire

Plus en détail

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur...

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur... OCTOBRE 2004 S informer sur... Une SCPI, c est quoi? Les SCPI Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) a pour objet exclusif l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif. Les

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Investissez indirectement dans l immobi

Investissez indirectement dans l immobi SCPI PRIMO 1 Investissez indirectement dans l immobi PRIMO 1 a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier résidentiel, permettant l accès aux avantages fiscaux du nouveau dispositif Scellier.

Plus en détail