en guise d introduction.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en guise d introduction."

Transcription

1 Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité d intervenants

2 Risque infectieux majoré lors de la perte d autonomie l immobilisation et si Escarres Encombrement bronchique Stase vésicale Dénutrition Troubles du comportement Troubles sphinctériens Polymédication Polyhospitalisation Soins :soins de plaie, cathéters sous cutanées, kiné respiratoire Dépendance

3 Contexte réglementaire le DARI Contexte réglementaire programme national de prévention du risque infectieux dans le secteur medico social mise en place d une démarche d évaluation du risque infectieux et de son niveau de maitrise cette étape accomplie chaque établissement aura à élaborer ou à adapter son programme d action qui sera formalisé dans un DARI ( document d analyse du risque infectieux)

4 DARI EVALUATION DU RISQUE recenser les épisodes infectieux au cours des 3 derniers années déterminer leur criticité hiérarchiser les phénomènes selon leur criticité décroissante GESTION DU RISQUE analyser le niveau de maitrise du risque Elaborer un programme d actions prioritaires Prévoir le calendrier du programme Prévoir la périodicité des évaluations du programme COMMUNICATION SUR LE RISQUE prévoir d informer à chaque étape de la démarche les acteurs concernes afin que les mesures soient comprises Action à inclure dans la cadre de l évaluation interne ANESM Recommandations de bonnes pratiques professionnelles : l évaluation interne repères pour les ehpad.( fév. 2012) Autorisation pour 15 ans: 1 évaluation interne tous les 5 ans renouvellement total ou partiel au vu de l évaluation interne

5 Outil d autoévaluation Fiches techniques et pratiques

6

7 les précautions standard l hygiène des mains la tenue professionnelle Cheveux attachées s ils sont longs absence de bijoux Ongles courts propres, sans vernis Manches courtes ou relevées Tenue changée des que souillée et de préférence quotidiennement Tenue fournie et entretenue par l établissement vêtements stockés dans des vestiaires régulièrement nettoyés

8 PRECAUTIONS STANDARD Circulaire du 20 avril 1998 A respecter par tout professionnel, pour tout soin, pour tout résident 1 -L hygiène des mains 2- Port de gants 3- Port de surblouse, lunettes, masques 4- Matériel souillé 5- Surfaces souillées 6- Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillé 7- Si contact avec du sang ou liquide biologique L hygiène des mains Premier geste de prévention des infections associées aux soins Hygiène de base Hygiène des mains ; propreté corporelle, propreté des locaux, du linge,de la préparation des médicaments. Précautions standart Hygiène des mains, port de protections, gestion des matériels de soins, des déchets,des AES Précautions complémentaires d hygiène Hygiène des mains POUR TOUS LES SOIGNANTS ET TOUS LES RESIDENTS

9 Les microorganismes et nous Flore résidente : nous vivons en symbiose avec des bactéries commensales qui participent à notre équilibre biologique. Cette flore résidente a un rôle important dans le maintien des fonctions vitales ( tube digestif, muqueuse, peau) il est important de la respecter. Les microorganismes et nous Avec nos mains nous sommes en contact sans cesse avec l environnement, et en relation avec les autres

10 L environnement Eau Air Surfaces Les microorganismes et nous Nous sommes aussi en contact avec des microorganismes de notre environnement qui vont constituer une " flore transitoire " Cette flore transitoire est parfois composée de germes pathogènes et ou résistants aux antibiotiques Ces microorganismes peuvent survivre plusieurs semaines sur des surfaces ou dans l environnement

11 CAPACITE DE SURVIE DES MICRO-ORGANISMES SUR LES MAINS Rotavirus 1 à 10 jours sur les surfaces, plusieurs jours sur les mains Virus influenza (grippe) jusqu à 12 à 48 h sur une surface Virus respiratoire syncytial (VRS) Staphylococcus aureus plusieurs semaines sur des surfaces sèches jusqu à 6 h sur les surfaces et le linge, 30 min à 1 h sur les mains Pseudomonas aeruginosa 1 semaine sur surface humide

12 Les microorganismes et nous Au cours des activités nos mains deviennent le support de la flore transitoire. Cette flore transitoire peut être transmise au cours des soins on parle alors de transmission manuportée Flore cutanée flore résidente S. epidermidis, S. saprophyticus, microcoques, Corynébactéries Propionibacterium acnes, S. aureus Difficile à éliminer Se reconstitue en 4 à 6h Non pathogène et peu virulente effet barrière protecteur flore transitoire Entérobactéries, Pseudomonas, S. aureus... Facile à éliminer Souvent à l origine des infections nosocomiales

13 Pourquoi faut il réaliser une hygiene des mains? Pour éliminer la flore transitoire et ainsi rompre la chaine de la transmission manuportée Pour se protéger et protéger l autre Mécanisme de l infection Réservoir exogène (m.o. hospitaliers) Microorganismes Réservoir endogène (Bactéries du patient) Transmission COLONISATION importance de l inoculum virulence altération des défenses locales et/ou générales INFECTION

14

15 Hygiène des mains: 1er moyen de lutte pour prévenir la transmission des infections

16 Conformité tenue Pas de bijoux, ni d alliance Pas de montre Ongles courts Pas de vernis, ni faux ongles, ni patch Manches courtes

17 APRES LAVAGE AU SAVON DOUX Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Action mécanique et action de détersion Elimination d une partie de la flore transitoire pas d action sur la flore résidente indispensable par son action mécanique dans certaines situations: parasites, clostridium difficile.

18 Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Il s effectue quand les mains sont visiblement sales Il est suivi d un essuyage soigneux avec des essuies mains en papier à usage unique Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Le savon à utiliser est une solution moussante dite savon doux Présenté en flacon pompe ou distributeur non rechargeable Il est inutile et dommageable pour la peau d utiliser du savon antiseptique pour se laver les mains

19 Lavage simple Se mouiller les mains 1 dose de savon doux Savonnage # 30 sec rinçage abondant séchage soigneux : essuie-mains à U.U. non stériles Respect de la technique efficacité tolérance La friction avec un produit hydroalcoolique Action de désinfection Elimine l ensemble de la flore transitoire Elimine momentanément la flore résidente elle s effectue sur des mains sèches visiblement propres

20 Indications des types de procédures d hygiène des mains par niveau de risque Friction avec PHA ou lavage simple si RISQUE INFECTIEUX BAS Gestes de la vie courante Prise/fin service WC Repas Pause cigarette Pas de contact avec le patient Ablation Gants Préparation matériel Médicaments dans le poste de soins Bionettoyage Réfection lit Contact avec peau saine Toilette Soin de bouche Prise de TA Kiné mobilisatrice Radio au lit

21 Traitement hygiénique des mains par frictions (PHA) Sans eau Efficace : produit désinfectant Simple : frictionner jusqu à séchage complet des mains Dose: selon recommandations fabricant Rapide : 30 secondes Contre indications : Mains mouillées ou souillées Une bonne technique d utilisation

22 Une bonne technique d utilisation Friction avec PHA ou lavage Hygiénique si RISQUE INFECTIEUX INTERMEDIAIRE Patient infecté Précautions complémentaires Plusieurs gestes contaminants pour 1 patient Entre 2 patients Pour tout geste contaminant geste invasif Manipulation lignes perfusion Injections Avant Toute ponction Manipulation Dispositifs IV, Drains Contact muqueuses peau lésée Pose de SAD Pansement Soins dermato ophtalmo

23 Tolérance cutanée des PHA : expérience du CHU Bichat % de mains sèches ou irritées Irritation Savon doux SHA Sécheresse Début Fin Début Fin JC Lucet, CHU Bichat Données non publiées, 2002

24 Efficacité des PHA /savon doux Lavage au savon doux Friction SHA Lavage hygiénique mains mouillées 1 dose de savon désinfectant, eau du réseau savonnage: 60 sec rinçage abondant séchage soigneux : essuie-mains à U.U. non stériles Respect de la technique efficacité tolérance

25 Efficacité des PHA /savon antiseptique Friction SHA Friction chirurgicale avec PHA ou lavage chirurgical si RISQUE INFECTIEUX HAUT Pénétration dans tissus ou cavités stériles Intervention Chirurgicale Sutures Introduction dans le système vasculaire Radiologie Interventionnelle Pose de Cathéter central, drain pleural,

26 Hygiène des mains : quelle procédure? Mains sèches et non souillées Clostridium difficile Gale Tous gestes PHA Savon doux Puis PHA Le traitement hygiénique des mains PAR FRICTION est préférable au lavage simple et au lavage hygiénique Sauf si mains : - visiblement souillées - ou mouillées

27 L hygiène des mains premier geste de prévention des infections associées aux soins la friction est un geste qui peut être fait par les soignants (ceux de la résidence et les intervenants extérieurs), les résidents, les visiteurs les bénévoles. Les antiseptiques et les désinfectants

28 Antisepsie Def: destruction momentanée des mo présents sur les tissus vivants (peau et muqueuse s) c est la désinfection sur peau lésée on parle d antiseptie Efficacité sur l ensemble des mo susceptibles d être présents Action immédiate Rémanence Stabilité Tolérance Facilité d emploi cout faible conditionnement évitant les risques de contamination ces sont des médicaments ils ont une AMM des indications et des contre indications

29 Produits chlorés Dakin cooper stabilisé à 0.5 % chlore actif spectre d activité large facteurs inhibants et incompatibilités: matières organiques,savons chaleur, ultra violets ind: antisepsie peau saine et muqueuses, pas de CI Alcools Produits retrouvés dans les antiseptiques Ethanol à 70% Alcooll benzylique à 4 % retrouvés dans les PHA Ethanol Propanol Isopropanol

30 Spectre d activité large mais ils ne sont pas sporicides Inactivation par les matières organiques produits peu toxiques mais asséchants utilisation : sont de bons antiseptiques quand on recherche une efficacité immédiate et un séchage rapide (antisepsie de la peau saine) potentialisent l action d autres antiseptiques (iode, chlorexidine..) Produits iodés Polyvinylpyrrolidone(PVPi): 0.5 à 1% d iode BETADINE SPECTRE LARGE facteurs inhibants : matières organiques et sang incompatibles avec les dérivés mercuriels, la chlorexidine, les autres oxydants

31 Contre indications absolue Bétadine dermique 10% allergie à l un des composants en particulier le povidone Betadine alcoolique 5% intolérance à l iode

32

33 les précautions Standard LES PRECAUTIONS STANDARD POUR TOUS PAR TOUS leur application constitue la première stratégie de prévention de la transmission des microorganismes protège le personnel et les résidents

34 PRECAUTIONS STANDARD Circulaire du 20 avril 1998 A respecter par tout professionnel, pour tout soin, pour tout résident 1 -L hygiène des mains 2- Port de gants 3- Port de surblouse, lunettes, masques 4- Matériel souillé 5- Surfaces souillées 6- Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillé 7- Si contact avec du sang ou liquide biologique

35 PRECAUTIONS STANDARD 2 - Port de gants 1 paire de gant = 1geste = 1 patient Si risque de contact avec du sang, ou tout produit d origine humaine, les muqueuses ou la peau lésée du patient, Notamment à l occasion de soins à risque de piqûre (hémoculture, pose et dépose de voie veineuse,, prélèvements sanguins...) Lors de la manipulation de tubes de prélèvements biologiques, linge et matériels souillés ET Lors de tout soin, si les mains du soignant comportent des lésions

36 Règles d utilisation des gants Le port de gants est limité dans le temps: la porosité du gant augmente en fonction de la durée de port, de la température, du degré de sudation de l utilisateur, de l épaisseur du gant Le port de gants ne remplace en aucun cas l hygiène des mains Hygiène des mains après le retrait des gants Erreurs à ne pas faire Stocker les gants dans les poches Porter des gants toute la journée Garder les gants après un soin contaminant Le port de gants ne dispense pas de l hygiène des mains.!

37 Quizz Peut on laver les gants à UU? frictionner les gants à UU? Non non et non!!! 3 - Port de surblouse, lunettes, masque Si les soins ou manipulations exposent à un risque de projection ou d aérosolisation de sang, ou de tout autre produit d origine humaine (aspiration, manipulation de matériel et linge souillés )

38 Tabler plastique à usage unique: lors des soins mouillants (toilette, change souillants (diarrhées) Pas de surblouse pour les visiteurs

39 Je m habille/ Je me déshabille 1. Surblouse 2. Masque Gants Surblouse 3. Lunettes Lunettes 4. Désinfection Masque Désinfection des mains des mains 5. Gants 1. Gants 2. Surblouse 3. Lunettes 4. Masque 5.Désinfection des mains 4 - Gestion du matériel Matériel piquant/tranchant à usage unique : ne pas recapuchonner les aiguilles ne pas les désadapter à la main déposer immédiatement après usage sans manipulation dans un conteneur adapté, situé au plus près du soin, et dont le niveau maximal de remplissage est vérifié. RAPPEL : Il est recommandé de rentrer le chariot de soins dans les chambres.

40 4 - gestion du matériel Matériel réutilisable : manipuler avec précautions le matériel souillé par du sang ou tout autre produit d origine humaine. Vérifier que le matériel a été désinfecté ou stérilisé avant de l utiliser. 5- Surfaces souillées Nettoyer et désinfecter avec un désinfectant approprié les surfaces souillées par des projections ou aérosolisation de sang, ou tout autre produit d origine humaine.

41 6 - Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillés Les prélèvements biologiques, le linge et instruments souillés par du sang ou tout autre produit d origine humaine doivent être transportés dans un emballage étanche, fermé. Manipuler le linge propre avec des mains propres Stocker le linge PROPRE dans un local spécifique propre et sec PAS DE CROISEMENT LINGE PROPRE LINGE SALE PAS DE RESERVES SAUVAGES.

42 LINGE Pas de stockage au sol, ne pas faire trainer les sacs par terre, transport sur support adapté. LES AES

43 7 - Contact avec du sang ou des produits biologiques Après piqûre, blessure: Nettoyage et antisepsie de la plaie Après projection sur muqueuse (conjonctive) : Rinçage abondant à l eau du robinet Déclaration accident du travail CAS 1 Vous changez les draps du lit de Mme A puis vous sortez de la chambre Vous entrez chez Mme B pour effectuer sa toilette au lit L IDE entre pour mettre des collyres et injecter de l insuline Faut-il faire une hygiène des mains et à quel moment? Quel produit utilisez-vous?

44 CAS 2 Mme B appelle, elle a besoin du bassin, sa voisine de chambre Mme C est au fauteuil et demande à être recouchée L IDE réalise le pansement d ulcère de Mme C Le bassin de Mme B est à enlever Faut-il faire une hygiène des mains et à quel moment? Quel produit utilisez-vous? Précautions complémentaires Contact Contact gale Contact clostridium difficile,norovirus Gouttelettes Air

45 De la quarantaine aux précautions complémentaires. le médecin de la peste Précautions complémentaires en hygiene MISE EN ŒUVRE SUR PRESCRIPTION MEDICALE dès l apparition de tableaux cliniques évocateurs et devant l identification de certains microorganismes ces précautions sont essentiellement basées sur le mode de transmission des microorganismes

46 Signalétique : chambre, dossier résident transmission pour intervenants extérieurs Organiser les soins, s assurer de l observance si consultations ou transfert: information information des visiteurs Quand faut il appliquer les PCH? Maladies naturellement contagieuses Résident infecté par un agent infectieux pouvant disséminer dans l environnement ( transmission croisée)

47 Précautions complémentaires en hygiene les PCH sont des mesures barrière destinées à limiter la transmission de ces microorganismes ces sont des mesures qui s ajoutent aux précautions standart En pratique que fait on? Choisir les bonnes barrières contre la diffusion des microorganismes Les placer au bon endroit Au bon moment

48 PCH CONTACT Chambre seule si possible Désinfection des mains Pour soins et activités nécessitant contact avec résident et environnement proche surblouse La transmission par contact(c)

49 La transmission par contactdirect La transmission par contact indirect

50 Clostridium difficile Chambre individuelle si possible LAVAGE + DESINFECTION DES MAINS PHA SURBLOUSE A MANCHES LONGUES+ GANTS Elimination avant de sortir de la chambre Environnement 1/ 24h nettoyage au détergent +rinçage +séchage+ désinfection à l eau de javel Déchets/ DASRI à éliminer plusieurs fois par jour LINGE sac étanche / filière linge contaminé L eau de javel Produit désinfectant détachant blanchissant et désodorisant désinfectant liquide de contact pour les surfaces y compris en secteur alimentaire Forme concentrée à 36 =9,6%de chlore actif péremption 3 mois Eau de javel à 9 =2,6% de chlore actif péremption 1 an Conservation au frais à l abri de la lumière et du soleil

51 Utilisation de l eau de javel pour les surfaces en cas de clostridium difficile Avant de désinfecter la surface il faut la nettoyer et la rincer GALE Chambre individuelle si possible SURBLOUSE A MANCHES LONGUES GANTS AVANT DE SORTIR DE LA CHAMBRE LAVAGE + DESINFECTION DES MAINS PHA Déchets Dasri LINGE / filière linge contaminé

52 Norovirus Surblouse à manches longues Gants Désinfection des mains 1mn (vérifier virucidie PHA NORME 14476) Environnement A réaliser 1/24h Détergent Rinçage Séchage Eau de javel (1l eau de javel +4l eau froide) DASRI : protections à éliminer rapidement de la chambre LINGE sac étanchefilière linge contaminé I PCH GOUTTELETTES AIR

53 La transmission par gouttelettes (G) La transmission par l'air (A)

54

55 Gouttelettes (grippe, IRA, coqueluche.) Masque chirurgical Désinfection des mains Air (tuberculose) HORS DE LA CHAMBRE Appareil de protection respiratoire FFP2 pour tous y compris les visiteurs Désinfection des mains ENLEVER LE MASQUE EN DEHORS DE LA CHAMBRE Aérer la chambre Fermer la porte de la chambre Le résident porte un masque chirurgical s il doit sortir de da chambre

56

57 Résultats autoévaluation interregion ouest

58

59

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES 1. OBJECTIFS Harmoniser les pratiques d utilisation des antiseptiques afin d éviter la survenue d infections liées aux soins. Prévenir les risques liés à la gestion des antiseptiques. 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002. 1. Hygiène du personnel 1. Hygiène du personnel 11 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 1. HYGIÈNE DU PERSONNEL 1.1 Précautions standard 1.2 Vestiaires du personnel 1.3 Tenue du personnel

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

IFSI 23 septembre 2009 Antiseptiques et produits pour l hygiène des mains Axèle REBERGA Pharmacien assistant Stérilisation - Hôpital Bichat Claude Bernard Antiseptiques définition Asepsie : ensemble des

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

Formation du personnel nouvellement recruté

Formation du personnel nouvellement recruté CENTRE HOSPITALIER «Sully ELDIN» Rue Louis CLARON 07150 VALLON PONT D ARC Présentée par : Isabelle JACQUES- I.H.H. Formation du personnel nouvellement recruté Page 1 sur 17 SOMMAIRE I. OBJECTIFS... Page

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Les antiseptiques. journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS

Les antiseptiques. journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS Les antiseptiques journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS généralités généralités généralités généralités Qualités requises Emploi

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 Besançon SURVEILLANCE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Codification : SPI UGA 7.00 UTILISATION ET GESTION DES ANTISEPTIQUES Version 1 Date : mars 2003 7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 7.00 UTILISATION ET GESTION

Plus en détail

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN

Rédaction : Dr LONGUEFOSSE Jean-Louis Président du CLIN Approbation : CLIN Référence :PT/CLI/004-A Page : Page 1 sur 9 Objet : Préciser les techniques d utilisation des produits antiseptiques Mots clés : Antiseptique / Désinfectant Documents de référence : Critères ANAES : VST

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres)

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) Source ENP 2006 14, 2 % des infections nosocomiales 3 ème position DEFINITION INFECTION NOSOCOMIALE = IAS PROVOQUEE PAR UN MICRO-ORGANISME D ORIGINE IATROGENE

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest V / LES BASES DE LA PREVENTION 35 Les règles d hygiène de base s appliquent aux patients et également à tout le personnel. Elles visent à limiter le risque de transmission croisée de micro-organismes responsables

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience

Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience 62350 SAINT-VENANT Précautions standard l hygiène des mains en Psychiatrie Retour d expérience L'hôpital psychiatrique Michel Fontan S. CROWYN Cadre hygiéniste EOH Saint-Venant N. BAGHDADI Infirmière hygiéniste

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 27 décembre 2000 (JO du 4 janvier 2000) POVIDONE IODEE

Plus en détail

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX 1. OBJECTIF Eviter la transmission croisée de micro-organismes via les dispositifs médicaux (DM) de bas niveau de risque infectieux et de niveau intermédiaire 2. DOMAINE D APPLICATION Médecins, infirmiers,

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

L Equipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière

L Equipe Opérationnelle en Hygiène Hospitalière Prévention des risques infectieux et sécurité des soins : L ESSENTIEL A ALPHA Santé Guide à l usage des services L objectif de ce guide est de fournir aux équipes les éléments fondamentaux pour la maitrise

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin 2012 20/06/2012

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail