en guise d introduction.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en guise d introduction."

Transcription

1 Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité d intervenants

2 Risque infectieux majoré lors de la perte d autonomie l immobilisation et si Escarres Encombrement bronchique Stase vésicale Dénutrition Troubles du comportement Troubles sphinctériens Polymédication Polyhospitalisation Soins :soins de plaie, cathéters sous cutanées, kiné respiratoire Dépendance

3 Contexte réglementaire le DARI Contexte réglementaire programme national de prévention du risque infectieux dans le secteur medico social mise en place d une démarche d évaluation du risque infectieux et de son niveau de maitrise cette étape accomplie chaque établissement aura à élaborer ou à adapter son programme d action qui sera formalisé dans un DARI ( document d analyse du risque infectieux)

4 DARI EVALUATION DU RISQUE recenser les épisodes infectieux au cours des 3 derniers années déterminer leur criticité hiérarchiser les phénomènes selon leur criticité décroissante GESTION DU RISQUE analyser le niveau de maitrise du risque Elaborer un programme d actions prioritaires Prévoir le calendrier du programme Prévoir la périodicité des évaluations du programme COMMUNICATION SUR LE RISQUE prévoir d informer à chaque étape de la démarche les acteurs concernes afin que les mesures soient comprises Action à inclure dans la cadre de l évaluation interne ANESM Recommandations de bonnes pratiques professionnelles : l évaluation interne repères pour les ehpad.( fév. 2012) Autorisation pour 15 ans: 1 évaluation interne tous les 5 ans renouvellement total ou partiel au vu de l évaluation interne

5 Outil d autoévaluation Fiches techniques et pratiques

6

7 les précautions standard l hygiène des mains la tenue professionnelle Cheveux attachées s ils sont longs absence de bijoux Ongles courts propres, sans vernis Manches courtes ou relevées Tenue changée des que souillée et de préférence quotidiennement Tenue fournie et entretenue par l établissement vêtements stockés dans des vestiaires régulièrement nettoyés

8 PRECAUTIONS STANDARD Circulaire du 20 avril 1998 A respecter par tout professionnel, pour tout soin, pour tout résident 1 -L hygiène des mains 2- Port de gants 3- Port de surblouse, lunettes, masques 4- Matériel souillé 5- Surfaces souillées 6- Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillé 7- Si contact avec du sang ou liquide biologique L hygiène des mains Premier geste de prévention des infections associées aux soins Hygiène de base Hygiène des mains ; propreté corporelle, propreté des locaux, du linge,de la préparation des médicaments. Précautions standart Hygiène des mains, port de protections, gestion des matériels de soins, des déchets,des AES Précautions complémentaires d hygiène Hygiène des mains POUR TOUS LES SOIGNANTS ET TOUS LES RESIDENTS

9 Les microorganismes et nous Flore résidente : nous vivons en symbiose avec des bactéries commensales qui participent à notre équilibre biologique. Cette flore résidente a un rôle important dans le maintien des fonctions vitales ( tube digestif, muqueuse, peau) il est important de la respecter. Les microorganismes et nous Avec nos mains nous sommes en contact sans cesse avec l environnement, et en relation avec les autres

10 L environnement Eau Air Surfaces Les microorganismes et nous Nous sommes aussi en contact avec des microorganismes de notre environnement qui vont constituer une " flore transitoire " Cette flore transitoire est parfois composée de germes pathogènes et ou résistants aux antibiotiques Ces microorganismes peuvent survivre plusieurs semaines sur des surfaces ou dans l environnement

11 CAPACITE DE SURVIE DES MICRO-ORGANISMES SUR LES MAINS Rotavirus 1 à 10 jours sur les surfaces, plusieurs jours sur les mains Virus influenza (grippe) jusqu à 12 à 48 h sur une surface Virus respiratoire syncytial (VRS) Staphylococcus aureus plusieurs semaines sur des surfaces sèches jusqu à 6 h sur les surfaces et le linge, 30 min à 1 h sur les mains Pseudomonas aeruginosa 1 semaine sur surface humide

12 Les microorganismes et nous Au cours des activités nos mains deviennent le support de la flore transitoire. Cette flore transitoire peut être transmise au cours des soins on parle alors de transmission manuportée Flore cutanée flore résidente S. epidermidis, S. saprophyticus, microcoques, Corynébactéries Propionibacterium acnes, S. aureus Difficile à éliminer Se reconstitue en 4 à 6h Non pathogène et peu virulente effet barrière protecteur flore transitoire Entérobactéries, Pseudomonas, S. aureus... Facile à éliminer Souvent à l origine des infections nosocomiales

13 Pourquoi faut il réaliser une hygiene des mains? Pour éliminer la flore transitoire et ainsi rompre la chaine de la transmission manuportée Pour se protéger et protéger l autre Mécanisme de l infection Réservoir exogène (m.o. hospitaliers) Microorganismes Réservoir endogène (Bactéries du patient) Transmission COLONISATION importance de l inoculum virulence altération des défenses locales et/ou générales INFECTION

14

15 Hygiène des mains: 1er moyen de lutte pour prévenir la transmission des infections

16 Conformité tenue Pas de bijoux, ni d alliance Pas de montre Ongles courts Pas de vernis, ni faux ongles, ni patch Manches courtes

17 APRES LAVAGE AU SAVON DOUX Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Action mécanique et action de détersion Elimination d une partie de la flore transitoire pas d action sur la flore résidente indispensable par son action mécanique dans certaines situations: parasites, clostridium difficile.

18 Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Il s effectue quand les mains sont visiblement sales Il est suivi d un essuyage soigneux avec des essuies mains en papier à usage unique Lavage à l eau du réseau et au savon liquide Le savon à utiliser est une solution moussante dite savon doux Présenté en flacon pompe ou distributeur non rechargeable Il est inutile et dommageable pour la peau d utiliser du savon antiseptique pour se laver les mains

19 Lavage simple Se mouiller les mains 1 dose de savon doux Savonnage # 30 sec rinçage abondant séchage soigneux : essuie-mains à U.U. non stériles Respect de la technique efficacité tolérance La friction avec un produit hydroalcoolique Action de désinfection Elimine l ensemble de la flore transitoire Elimine momentanément la flore résidente elle s effectue sur des mains sèches visiblement propres

20 Indications des types de procédures d hygiène des mains par niveau de risque Friction avec PHA ou lavage simple si RISQUE INFECTIEUX BAS Gestes de la vie courante Prise/fin service WC Repas Pause cigarette Pas de contact avec le patient Ablation Gants Préparation matériel Médicaments dans le poste de soins Bionettoyage Réfection lit Contact avec peau saine Toilette Soin de bouche Prise de TA Kiné mobilisatrice Radio au lit

21 Traitement hygiénique des mains par frictions (PHA) Sans eau Efficace : produit désinfectant Simple : frictionner jusqu à séchage complet des mains Dose: selon recommandations fabricant Rapide : 30 secondes Contre indications : Mains mouillées ou souillées Une bonne technique d utilisation

22 Une bonne technique d utilisation Friction avec PHA ou lavage Hygiénique si RISQUE INFECTIEUX INTERMEDIAIRE Patient infecté Précautions complémentaires Plusieurs gestes contaminants pour 1 patient Entre 2 patients Pour tout geste contaminant geste invasif Manipulation lignes perfusion Injections Avant Toute ponction Manipulation Dispositifs IV, Drains Contact muqueuses peau lésée Pose de SAD Pansement Soins dermato ophtalmo

23 Tolérance cutanée des PHA : expérience du CHU Bichat % de mains sèches ou irritées Irritation Savon doux SHA Sécheresse Début Fin Début Fin JC Lucet, CHU Bichat Données non publiées, 2002

24 Efficacité des PHA /savon doux Lavage au savon doux Friction SHA Lavage hygiénique mains mouillées 1 dose de savon désinfectant, eau du réseau savonnage: 60 sec rinçage abondant séchage soigneux : essuie-mains à U.U. non stériles Respect de la technique efficacité tolérance

25 Efficacité des PHA /savon antiseptique Friction SHA Friction chirurgicale avec PHA ou lavage chirurgical si RISQUE INFECTIEUX HAUT Pénétration dans tissus ou cavités stériles Intervention Chirurgicale Sutures Introduction dans le système vasculaire Radiologie Interventionnelle Pose de Cathéter central, drain pleural,

26 Hygiène des mains : quelle procédure? Mains sèches et non souillées Clostridium difficile Gale Tous gestes PHA Savon doux Puis PHA Le traitement hygiénique des mains PAR FRICTION est préférable au lavage simple et au lavage hygiénique Sauf si mains : - visiblement souillées - ou mouillées

27 L hygiène des mains premier geste de prévention des infections associées aux soins la friction est un geste qui peut être fait par les soignants (ceux de la résidence et les intervenants extérieurs), les résidents, les visiteurs les bénévoles. Les antiseptiques et les désinfectants

28 Antisepsie Def: destruction momentanée des mo présents sur les tissus vivants (peau et muqueuse s) c est la désinfection sur peau lésée on parle d antiseptie Efficacité sur l ensemble des mo susceptibles d être présents Action immédiate Rémanence Stabilité Tolérance Facilité d emploi cout faible conditionnement évitant les risques de contamination ces sont des médicaments ils ont une AMM des indications et des contre indications

29 Produits chlorés Dakin cooper stabilisé à 0.5 % chlore actif spectre d activité large facteurs inhibants et incompatibilités: matières organiques,savons chaleur, ultra violets ind: antisepsie peau saine et muqueuses, pas de CI Alcools Produits retrouvés dans les antiseptiques Ethanol à 70% Alcooll benzylique à 4 % retrouvés dans les PHA Ethanol Propanol Isopropanol

30 Spectre d activité large mais ils ne sont pas sporicides Inactivation par les matières organiques produits peu toxiques mais asséchants utilisation : sont de bons antiseptiques quand on recherche une efficacité immédiate et un séchage rapide (antisepsie de la peau saine) potentialisent l action d autres antiseptiques (iode, chlorexidine..) Produits iodés Polyvinylpyrrolidone(PVPi): 0.5 à 1% d iode BETADINE SPECTRE LARGE facteurs inhibants : matières organiques et sang incompatibles avec les dérivés mercuriels, la chlorexidine, les autres oxydants

31 Contre indications absolue Bétadine dermique 10% allergie à l un des composants en particulier le povidone Betadine alcoolique 5% intolérance à l iode

32

33 les précautions Standard LES PRECAUTIONS STANDARD POUR TOUS PAR TOUS leur application constitue la première stratégie de prévention de la transmission des microorganismes protège le personnel et les résidents

34 PRECAUTIONS STANDARD Circulaire du 20 avril 1998 A respecter par tout professionnel, pour tout soin, pour tout résident 1 -L hygiène des mains 2- Port de gants 3- Port de surblouse, lunettes, masques 4- Matériel souillé 5- Surfaces souillées 6- Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillé 7- Si contact avec du sang ou liquide biologique

35 PRECAUTIONS STANDARD 2 - Port de gants 1 paire de gant = 1geste = 1 patient Si risque de contact avec du sang, ou tout produit d origine humaine, les muqueuses ou la peau lésée du patient, Notamment à l occasion de soins à risque de piqûre (hémoculture, pose et dépose de voie veineuse,, prélèvements sanguins...) Lors de la manipulation de tubes de prélèvements biologiques, linge et matériels souillés ET Lors de tout soin, si les mains du soignant comportent des lésions

36 Règles d utilisation des gants Le port de gants est limité dans le temps: la porosité du gant augmente en fonction de la durée de port, de la température, du degré de sudation de l utilisateur, de l épaisseur du gant Le port de gants ne remplace en aucun cas l hygiène des mains Hygiène des mains après le retrait des gants Erreurs à ne pas faire Stocker les gants dans les poches Porter des gants toute la journée Garder les gants après un soin contaminant Le port de gants ne dispense pas de l hygiène des mains.!

37 Quizz Peut on laver les gants à UU? frictionner les gants à UU? Non non et non!!! 3 - Port de surblouse, lunettes, masque Si les soins ou manipulations exposent à un risque de projection ou d aérosolisation de sang, ou de tout autre produit d origine humaine (aspiration, manipulation de matériel et linge souillés )

38 Tabler plastique à usage unique: lors des soins mouillants (toilette, change souillants (diarrhées) Pas de surblouse pour les visiteurs

39 Je m habille/ Je me déshabille 1. Surblouse 2. Masque Gants Surblouse 3. Lunettes Lunettes 4. Désinfection Masque Désinfection des mains des mains 5. Gants 1. Gants 2. Surblouse 3. Lunettes 4. Masque 5.Désinfection des mains 4 - Gestion du matériel Matériel piquant/tranchant à usage unique : ne pas recapuchonner les aiguilles ne pas les désadapter à la main déposer immédiatement après usage sans manipulation dans un conteneur adapté, situé au plus près du soin, et dont le niveau maximal de remplissage est vérifié. RAPPEL : Il est recommandé de rentrer le chariot de soins dans les chambres.

40 4 - gestion du matériel Matériel réutilisable : manipuler avec précautions le matériel souillé par du sang ou tout autre produit d origine humaine. Vérifier que le matériel a été désinfecté ou stérilisé avant de l utiliser. 5- Surfaces souillées Nettoyer et désinfecter avec un désinfectant approprié les surfaces souillées par des projections ou aérosolisation de sang, ou tout autre produit d origine humaine.

41 6 - Transport de prélèvements biologiques, de linge et de matériel souillés Les prélèvements biologiques, le linge et instruments souillés par du sang ou tout autre produit d origine humaine doivent être transportés dans un emballage étanche, fermé. Manipuler le linge propre avec des mains propres Stocker le linge PROPRE dans un local spécifique propre et sec PAS DE CROISEMENT LINGE PROPRE LINGE SALE PAS DE RESERVES SAUVAGES.

42 LINGE Pas de stockage au sol, ne pas faire trainer les sacs par terre, transport sur support adapté. LES AES

43 7 - Contact avec du sang ou des produits biologiques Après piqûre, blessure: Nettoyage et antisepsie de la plaie Après projection sur muqueuse (conjonctive) : Rinçage abondant à l eau du robinet Déclaration accident du travail CAS 1 Vous changez les draps du lit de Mme A puis vous sortez de la chambre Vous entrez chez Mme B pour effectuer sa toilette au lit L IDE entre pour mettre des collyres et injecter de l insuline Faut-il faire une hygiène des mains et à quel moment? Quel produit utilisez-vous?

44 CAS 2 Mme B appelle, elle a besoin du bassin, sa voisine de chambre Mme C est au fauteuil et demande à être recouchée L IDE réalise le pansement d ulcère de Mme C Le bassin de Mme B est à enlever Faut-il faire une hygiène des mains et à quel moment? Quel produit utilisez-vous? Précautions complémentaires Contact Contact gale Contact clostridium difficile,norovirus Gouttelettes Air

45 De la quarantaine aux précautions complémentaires. le médecin de la peste Précautions complémentaires en hygiene MISE EN ŒUVRE SUR PRESCRIPTION MEDICALE dès l apparition de tableaux cliniques évocateurs et devant l identification de certains microorganismes ces précautions sont essentiellement basées sur le mode de transmission des microorganismes

46 Signalétique : chambre, dossier résident transmission pour intervenants extérieurs Organiser les soins, s assurer de l observance si consultations ou transfert: information information des visiteurs Quand faut il appliquer les PCH? Maladies naturellement contagieuses Résident infecté par un agent infectieux pouvant disséminer dans l environnement ( transmission croisée)

47 Précautions complémentaires en hygiene les PCH sont des mesures barrière destinées à limiter la transmission de ces microorganismes ces sont des mesures qui s ajoutent aux précautions standart En pratique que fait on? Choisir les bonnes barrières contre la diffusion des microorganismes Les placer au bon endroit Au bon moment

48 PCH CONTACT Chambre seule si possible Désinfection des mains Pour soins et activités nécessitant contact avec résident et environnement proche surblouse La transmission par contact(c)

49 La transmission par contactdirect La transmission par contact indirect

50 Clostridium difficile Chambre individuelle si possible LAVAGE + DESINFECTION DES MAINS PHA SURBLOUSE A MANCHES LONGUES+ GANTS Elimination avant de sortir de la chambre Environnement 1/ 24h nettoyage au détergent +rinçage +séchage+ désinfection à l eau de javel Déchets/ DASRI à éliminer plusieurs fois par jour LINGE sac étanche / filière linge contaminé L eau de javel Produit désinfectant détachant blanchissant et désodorisant désinfectant liquide de contact pour les surfaces y compris en secteur alimentaire Forme concentrée à 36 =9,6%de chlore actif péremption 3 mois Eau de javel à 9 =2,6% de chlore actif péremption 1 an Conservation au frais à l abri de la lumière et du soleil

51 Utilisation de l eau de javel pour les surfaces en cas de clostridium difficile Avant de désinfecter la surface il faut la nettoyer et la rincer GALE Chambre individuelle si possible SURBLOUSE A MANCHES LONGUES GANTS AVANT DE SORTIR DE LA CHAMBRE LAVAGE + DESINFECTION DES MAINS PHA Déchets Dasri LINGE / filière linge contaminé

52 Norovirus Surblouse à manches longues Gants Désinfection des mains 1mn (vérifier virucidie PHA NORME 14476) Environnement A réaliser 1/24h Détergent Rinçage Séchage Eau de javel (1l eau de javel +4l eau froide) DASRI : protections à éliminer rapidement de la chambre LINGE sac étanchefilière linge contaminé I PCH GOUTTELETTES AIR

53 La transmission par gouttelettes (G) La transmission par l'air (A)

54

55 Gouttelettes (grippe, IRA, coqueluche.) Masque chirurgical Désinfection des mains Air (tuberculose) HORS DE LA CHAMBRE Appareil de protection respiratoire FFP2 pour tous y compris les visiteurs Désinfection des mains ENLEVER LE MASQUE EN DEHORS DE LA CHAMBRE Aérer la chambre Fermer la porte de la chambre Le résident porte un masque chirurgical s il doit sortir de da chambre

56

57 Résultats autoévaluation interregion ouest

58

59

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Audit précautions standard. Rapport national 2011

Audit précautions standard. Rapport national 2011 Audit précautions standard Rapport national 211 Octobre 212 COORDONNATEURS DE L AUDIT GIARD Marine, praticien en hygiène hospitalière, CClin Sud-Est LAPRUGNE-GARCIA Elisabeth, cadre supérieur de santé

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Chapitre IV : Gestion des soins

Chapitre IV : Gestion des soins Chapitre IV : Fiche n IV.1 : Actes infirmiers et de nursing : Soins respiratoires - Aérosolthérapie Injections : IV/IM/SC Soins respiratoires - Oxygénothérapie Hygiène des mains professionnels et résidents

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX (EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 ) Référentiels des pratiques V 2011-02-02 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS

Plus en détail

Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Hygiène des véhicules de transport sanitaire 2 0 0 4 Hygiène des véhicules 2 0 0 4 de transport sanitaire Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations

Plus en détail

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Hygiène des soins infirmiers en ambulatoire - C.CLIN-Ouest 2002 2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LES PRECAUTIONS STANDARD Objectif : Protéger systématiquement tous les patients et tous les

Plus en détail

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie»

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Symposium Pharma «Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Modérateur : Joseph Hajjar Quelle antisepsie pour quel acte? Dr Olivia KEITA-PERSE Centre Hospitalier Princesse Grace Monaco Antisepsie

Plus en détail

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC tiré à part 2009 www.em-consulte.com/produit/sasoi 62320 CEFIEC Fiches réalisées en partenariat avec la MNH 1 2 SOiNS Aides-soignantes 3 4 SOiNS Aides-soignantes SOiNS Aides-soignantes 5 fiches 3/6 L hygiène

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Etablissements d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes, Foyers d Accueil Médicalisés et Maisons d Accueil Spécialisées, Instituts Médico-Educatifs

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 Référentiels des pratiques Juillet 2009 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS 2 = Maison d accueil spécialisé

Plus en détail

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD MISSIONS de l ARLIN Bretagne Conseils et assistance aux ES et aux EHPAD FAM MAS Animation

Plus en détail

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit

Qui suis-je? hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Je suis un produit Qui suis-je? Je suis un produit hydro-alcoolique pour la désinfection des mains Je dois être utilisé par les professionnels de santé, les patients et les visiteurs Utilisez-moi à tout moment de la journée.

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical Recommandations Juin 2007 Avec le partenariat méthodologique et le concours financier de la

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance.

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance. Hygiène : Protection Module 3 Hygiène des mains Utilisation de gants Masque Blouse de protection Protection Isolement Bloc opératoire Hygiène des mains Les mains ne sont jamais totalement propres (c'est

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE?

COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? COMMENT SOIGNER UNE PLAIE? Attention! Ne frottez pas la plaie, tamponnez-la le plus possible. Le frottement est douloureux et peut aussi endommager encore plus les tissus. N utilisez jamais un tampon d

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Si vous êtes porteur de MRSA ce feuillet vous apportera des conseils pour votre vie de tous les jours. French 1 Qu est-ce que le MRSA? On trouve

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

PRATIQUES D HYGIENED. en établissement d hébergement pour personnes âgées

PRATIQUES D HYGIENED. en établissement d hébergement pour personnes âgées PRATIQUES D HYGIENED en établissement d hébergement pour personnes âgées R DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES MIDI-PYRENEES Commission de Coordination Régionale des Vigilances Centre

Plus en détail

Les Solutions Hydro-Alcooliques en 43 questions

Les Solutions Hydro-Alcooliques en 43 questions LES ETAPES DE LA FRICTION HYDRO-ALCOOLIQUE ❶ Paume contre paume ❼ Poignets ❷ Paume / Dos main Etapes à renouveler jusque séchage complet ❻ Ongles Friction de 30 secondes Dose suffisante* ❸ Doigts entrelacés

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire

Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire PRÉVENIR Précautions standard Les précautions «standard» sont décrites dans la circulaire DGS/DH - n 98/249 du 20 avril 1998 relative à la prévention de la transmission d agents infectieux véhiculés par

Plus en détail

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Guide Romand pour la prévention des infections liées aux soins 1 Préambule Ce document est destiné à tous les professionnels travaillant dans les structures

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Hygiène et transport sanitaire

Hygiène et transport sanitaire MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE MINISTERE DIRECTION REGIONALE DE BIZERTE SERVICE REGIONAL D HYGIENE DU MILIEU Série des manuels d hygiène hospitalière SAMU Manuel 5 Hygiène et transport sanitaire Année

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV)

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012

Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD. 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Hygiène Bucco Dentaire en EHPAD 1 ère Réunion du groupe de travail régional «Espace Le Bien Vieillir» Angers Le 19 Janvier 2012 Pourquoi un groupe régional Hygiène Bucco dentaire en EHPAD ARLIN Pays de

Plus en détail

NEW GENERATION. Protection 4U

NEW GENERATION. Protection 4U Protection 4U A NEW GENERATION FR Certified System Protection 4U A New Generation! Unident S.A., basée à Genève (Suisse), a été fondée en 1970, et s est depuis fait une place parmi les leaders du secteur

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Le nettoyage des chambres en maison de retraite

Le nettoyage des chambres en maison de retraite Le nettoyage des chambres en maison de retraite Document stagiaire 1 P a g e I. Module I : Notions élémentaires de bionettoyage Les EHPAD sont des structures où les personnes âgées, souvent dépendantes,

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups!

Le change. Des conseils pour le bien-être de votre enfant. Attention! Oups! Hygiène Page 15 Oups! Le change Des conseils pour le bien-être de votre enfant Le savon Utilisez de l eau et du savon avec du coton hydrophile ou un gant de toilette propre pour nettoyer les fesses de

Plus en détail