L observatoire de l innovation en assurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L observatoire de l innovation en assurance"

Transcription

1 [dossier] sommaire 50 Observatoire 2012 : remettre l innovation sur le dessus de la pile 54 Cinq priorités en matière d innovation 58 Le pari de l humain et du dialogue 62 Laurent Deganis, associé de Kurt Salmon : «Accélérer le rythme d innovation» 64 Une forte attente sur les tarifs L observatoire de l innovation en assurance Comment apprécier l innovation en assurance? Jamais encore cette thématique n avait été explorée. L Argus de l assurance s est associé à l Institut des actuaires, à Kurt Salmon et à Opinion Way pour élaborer le premier Observatoire de l innovation en assurance. L approche se veut la plus large possible : assureurs, actuaires comme clients ont été interrogés sur leur perception dans ce domaine, leurs critères de choix, leurs préoccupations. Sans oublier les leviers qui permettront de faire avancer cet enjeu stratégique pour le secteur. Car, quand viendra la sortie de crise, ceux qui n auront pas investi en la matière seront les perdants. L A rgus de l A s s u r a nc e. 0 0 moi s a rg usdelassu ra n ce. com 49

2 n Le climat général actuel apoussé L Argus, l Institut desactuaires,lecabinet de conseilkurtsalmonet Opinion Way às interroger sur laplace de l innovation dans l assurance. Ainsi est né l Observatoire de l innovation en assurance. en voici donc le premier rendez-vous. observatoire 2012 Remettre l innovation sur le haut de la pile nfrpictures - Fotolia Les assureurs sont formels, l innovation est un enjeu stratégique pour leur secteur. Delààdire qu il s agit d une préoccupation importante,ilyungrand pas que beaucoup ne franchissent pas. Voilà une posture qu il convient de rapprocher de positions, certes hétéroclites,mais particulièrement audibles dans le contexte actuel. Il yaunan, disparaissait Steve Jobs et, avec lui, une certaine dynami que créative qui semble aujourd hui manquer à Apple. Aussi, comment ne pas penser àcette phrase qu il se plaisait à répéter: «L innovation n arien àvoir avec la somme que vous êtes en mesure de dépenser en recherche et développement. C est une affaire depersonnes, de comment vous êtes dirigés, et de quelle énergie vous y mettez.» Les paroles d un entrepreneur ont toujours plus de poids que celles qui émanent d observateurs.néanmoins,il n est pas inutile de citer Gary Hamel, gourou américain du management, fondateur du cabinet Strategos et intervenant àharvard. Selon lui, «à court terme, il existe plusieurs types d alternatives à l innovation: réduire les coûts, faire des acquisitions ou racheter ses actions. Mais àmoyen et long terme, il n ya pas d alternative». Enfin, les circonstances économiques et financières actuelles obligent les pays européens,et la France en premier L Argus del AssurAnce.n décembre2012.argusdelassurance.com 50

3 lieu, às interroger sur le rôle que l innovation doit pouvoir jouer dans une perspective desortie de crise. Or, les données de la Commission européenne, del Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ou celles publiées lors de la Conférence nationale de l industrie (CNI) de février 2012 sont édifiantes: la France a consacré 2,26%de son PIB àlar&d,contre 2,78% en Allemagne ou 3,62% ensuède. Seules 40%des entreprises industrielles de l Hexagone sont innovantes,alors qu elles le sont à 50% en Suède et à53% en Finlande. Enfin, l innovation non technologique ne concerne que 23%des entreprises françaises,contre 47% en Allemagne et 60%au Japon. Notre pays d ingénieurs ne devraitil pas revoir sa définition de l innovation et opter pour celle proposée par la CNI: «L innovation est aujourd hui composite et ne se réduit pas àlaseule dimension technologique. Elle intègre aussi bien l amélioration des processus ou de l organisation, que le design [ ], l innovation sociale ou encore le développement de nouveaux modèles économiques.» L invention à la peine Ce contexte favorable àl innovation n a pas échappé aux dirigeants d entreprise qui, selon le Boston Consulting Group (BCG) (1),sont quelque 70%à la placer dans leur trio de tête des priorités. Mieux, ils sont 84% àconsidérer qu elle est un élément vital pour bénéficier de la reprise.en créant l Observatoire de l innovation en assurance, L Argus de l assurance, l Institut des actuaires, lecabinet de conseil Kurt Salmon etopinionway ont souhaité installer un rendez vous annuel permettant de prendre le pouls de l innovation, dans un milieu où les circonstances et les spécificités des métiers n en font pas toujours une priorité. «Il existe un une prise en compte qui n est pas à la hauteur de l enjeu Appréciation par les dirigeants et les actuaires du secteur de l assurance de l importance stratégique de l innovation et leur préoccupation à cet égard(réponses en%) L innovation est un enjeu important dirigeants 54 actuaires les actuaires perçoivent plus fortement que les dirigeants l importance de la dimension capitale de l innovation pour l avenir. conservatisme des acteurs du secteur. Lepionnier en assurance, contrairement à celui de l industrie, ne récolte aucune reconnaissance de ses pairs», estime Jacques de Peretti, directeur général délégué d Axa France,qui ne fait qu exprimer tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Plus positif, mais néanmoins sur la réserve, Pierre Blachon, directeur général adjoint du groupe de protection sociale B2V, considère que «l innovation 7 2 dirigeants actuaires Étude qualitative et quantitative réalisée sur la base d un échantillon constitué de membres de l institut des actuaires et de dirigeants d entreprises de l assurance est un élément stratégique, mais pas une stratégie en soi». L observatoire a permis de mettre en lumière un écart entrel opinion des dirigeants et celle des actuaires. Si ces derniers sont 62,2%à estimer que l innovation est un enjeu stratégique pour le secteur (voir graphique ci dessus), les dirigeants ne sont que 54%. Mais le vrai décalage apparaît sur l importance de la «préoccupation innovation». Là, les dirigeants partagent leur L innovation est une préoccupation importante source: observatoire de l innovation en assurance opinion àégalité entre les «plutôt» (43%) et les «plutôt pas»(43%), ne laissant qu une portion congrue aux extrêmes. De leur côté, les actuaires sont 74 % «tout àfait»ou«plutôt» sur cet item. Sans surprise, donc, l opinion des dirigeants est contrastée quant à l avancée de l innovation dans l assurance:54%sont «plutôt» mais 39 %«pas» avec l idée que le secteur 3 0 de même, les actuaires sont plus nombreux que les dirigeants à vouloir passer à la pratique. L Argus del AssurAnce.n décembre2012.argusdelassurance.com 51

4 connaît une rupture, voire une accélération dans sa dynamique de création. Ainsi, Catherine Kerrevel, directrice générale de La Banque postale assurance santé, considère que «cette accélération n est pas de la seule initiative des assureurs, mais davantage due àl intensification du changement de l environnement et du marché de l assurance, qui leur est imposée, notamment, par l exigence du client dans un milieu très concurrentiel». Avis partagé par beaucoup, dont Xavier Larnaudie Eiffel, directeur général adjoint de CNP assurances, qui lance: «Larupture est moins dansl innovationquedanslesconditions de marché.» En revanche, Jean François Lequoy, délégué général de la Fédération française des sociétés d assurances (FFSA) défend la branche,convaincu que «l innovation dans l assurance est moins visible, moins fulgurante qu ailleurs. Pourtant, le secteur crée en permanence, car il est particulièrement concurrentiel». Changements marginaux Loin de revendiquer des innovations de rupture même s ils sont convaincus que la bancassurance, les réseaux de soins ou les courtiers grossistes en furent, les acteurs du marché considèrent que celles d aujourd hui relèvent davantage d innovations incrémentielles, autour du produit et non pas en son cœur, ou encore de réactions à l environnement réglementaire. Norbert Bontemps, directeur de l assurance santé individuelle de Groupama, analyse ainsi la situation: «L assurance est un secteur très réglementé, qui nécessite des adaptations fréquentes aux changements réglementaires. Cela ne favorise pas la réflexion sur des projets d innovation de rupture.» Sylvain Coriat, directeur des assurances de personnes chez Allianz France, complète: «En assurance Manao studio " l innovation dans l assurance est moins visible, moins fulgurante qu ailleurs. pourtant,le secteur crée en permanence, car il est particulièrement concurrentiel. " Jean-François Lequoy, délégué général de la Fédération française des sociétés d assurances 61% de ses dirigeants pensent quel assuranceconnaît uneaccélérationdans sa dynamique d innovation. (source: observatoire de l innovation en assurance.) " en assurance vie,les contraintes réglementaires rendent la nouveauté produits difficile. résultat, l innovation porte plus sur les services annexes au contrat,comme la possibilité d obtenir un prêt avantageux en nantissant un contrat. " Sylvain Coriat, directeur des assurances de personnes chez Allianz France vie, les contraintes réglementaires rendent la nouveauté produits difficile. Résultat, l innovation porte davantage sur les services annexes au contrat, comme la possibilité d obtenir un prêt avantageux en nantissant un contrat.» La distribution, la relation client, l organisation, les process tels sont les domaines sur lesquels s exerce l innovation. Stéphane Dedeyan et Bertrand Boré, directeur général et directeur du développement de Generali France, soulignent que les débats autour de cette thématique concernent souvent «l approche du client, c est à direlamanièredecommuniquer avec lui». Enfin, sans revenir sur l argument habituel portant sur l absence de protection par un système de brevets,paolo Crestani, directeur du pôlerisques et solutions au sein de la direction des grandes entreprises chez Gras Savoye,rappelle néanmoins qu «il est difficile de créer des avantages compétitifs, car tous les acteurs développent le même produit au même moment». D autres raisons viennent justifier une certaine frilosité. Tout d abord, le fait que le métier repose avant tout sur la pertinence des placements financiers,la bonne tarification des garanties et l efficacité opérationnelle. Le poids du stock dans les résultats,qui crée de l inertie,semble lui aussi forcer à un certain immobilisme. Selon Laurent Deganis,associé de Kurt Salmon en charge de la practice assurance,le caractèrecontractuel de l activité, ainsi que la durée de vie des contrats,entraînent un effet largement marginal de l innovation sur le résultat de l entreprise. arnaud Fevrier/MerGeo «Contrairement à d autres industries, celle de l assurance n a pas subi de bouleversements tels qu elle ait été contrainte dese réinventer radicalement, considère Stéphane Guinet, CEO d Axa Global Direct. Néanmoins, l accélération des mutations récentes, en particulier celles liées au numérique et aux nouvelles attentes des clients, va probablement créer des ruptures plus profondes dans les années à venir et obliger les assureurs à innover plus sérieusement, s ils ne veulent pas être dépassés par d autres types d acteurs.» Réveil indispensable Bien qu installés dans leur «zone de confort»,les assureurs semblent sur le point de changer d opinion vis à vis de l innovation. Certains vont même jusqu à évoquer une condition de survie. D autres, plus mesurés dans leur analyse, estiment qu il en va de leur différenciation. Néanmoins, l Observatoire de l innovation en assurance s est efforcé de les interroger sur les bénéfices attendus lorsqu ils s engagent dans la création. La productivité et la différenciation sortent largement du lot, avec, respectivement, 71% et64% des acteurs qui formulent cette attente (voir graphique en page de droite). Parmi eux, Patrick Degiovanni, directeur général adjoint de Pacifica, affirme que «l innovation est indispensable pour faire face àlacontraction des marges résultant d un marché mature oùle nombre d acteurs ne diminue pas». En revanche, les quêtes d image et de notoriété ferment, et de loin, la marche avec seulement 21 % d attentes prioritaires. Les effets de la crise sur les rendements des actifs,ainsi que l incertitude fiscale ambiante y compris sur l assurance vie entretiennent un climat accentué par une confiance des consommateurs L Argus del AssurAnce.n décembre2012.argusdelassurance.com 52

5 innover pour être plus efficace et plus compétitif le secteurdel assuranceconnaît unerupture ou lesprincipauxbénéficesescomptés de leurs efforts d innovation accélérationdansladynamique d innovation(%) parles dirigeants du secteurdel assurance(réponsesen%) une grande majorité de dirigeants de l assurance pensent que les choses bougent en matière d innovation. ils en attendent avant tout un gain de productivité et un moyen de différenciation concurrentielle. source: observatoire de l innovation en assurance dans la finance en général qui se trouve largement écornée. Parallèlement, les progrès technologique et l «hypercommunication» modifient l approche des clients au point de risquer de mettre 0 Productivité, efficacité Différenciation, compétitivité Attractivité des offres, services Maîtrise des risques Relais de croissance Image, notoriété en danger la profession au regard de son devoir de conseil. Telest démarche de veille et en situation d innover, l assureur prend le risque n Anne LAvAud de se voir reprocher par ses l opinion de Patrick Burguet 1.«innovation2010: areturntoprominence Stefani, responsable recherche et clients de ne pas l avoir mis en andtheemergenceofanewworldorder», bostonconsultinggroup(innovation2010: développement chezverspieren: garde contre d éventuels risques retouraupremierplan,alorsqu émerge «À défaut de s inscrire dans une nouveaux qui ne seraient pas cou unnouvelordredu monde). verts par le marché.»avis renforcé par l analyse d Alain Rouché, directeur santé àlaffsa, qui insiste même en estimant que «plus les assureurs s éloignent de la prise en charge de l aléa, moins ils remplissent leur rôle fondamental». Convaincu que la voie de la création est la meilleure, Stéphane Dedeyan conclut sans appel : «L adaptation de l offre aux nouvelles conditions de marché passe par l innovation.» L Observatoire de l innovation en assurance s engage àréitérer son enquête dans les années à venir afin de vérifier si cette stratégie est en effet la bonne voire la seule

6 [DOSSIER] La meilleure façon de ne pas créer,c est sans doute celle qui consiste àparlerdel innovation avec un grand «i»sans se fixer ni objectif ni priorité.l Observatoire de l innovation en assurance a,pour cettepremièreédition, établit les cinq priorités quiesquissentune stratégiegagnante. L INNOVATION EN CINQ PRIORITÉS 1L approcheclient 2Ledigital 3L expérience client 4Lamodélisation desrisques 5 Les nouveaux risques Cinq priorités en matière d innovation Si l analyse des verbatims recueillis à l occasion des entretiens menés par Kurt Salmon laisse réellement apparaître l importance de ces cinq priorités,l ordre dans lequel elles doivent intervenir relève évidemment de la stratégie de chacun. Le classement àsuivre nerépond donc pas àune logique hiérarchique, même sibeaucoup yont vu le choix du bon sens! L approche 1client Aucun moment n est plus orienté vers le client que les périodes de crise! En effet, il n est plus question de flatter le prospect à coup de gadgets, ils agit de répondre efficacement àses problématiques du moment :les tarifs, en IARD ;l assurance de conserver son capital, en vie. Laconfiance étant mise àmal, depuis bientôt cinq ans,le mot d ordre est de rassurer et, surtout, d informer. Mais attention, le parti pris est la transparence, aussi convient-il de remettre le risque et l aléa au cœur de la proposition de valeur présentée au client. «Ilfaudrait responsabiliser davantage le client, afin qu il prenne réellement conscience de l importance du produit assurantiel», estime un acteur majeur dans l assurance vie.néanmoins,les bases de cette confiance revisitée sont ambitieuses :accompagner le client, du début àlafindelavie du contrat; globaliser ses besoins en assurances et le guider dans ses choix et décisions de couverture. Dire que le monde devient digital est désormais d une banalité affligeante. Mais ne pas le dire consisterait à nier une réalité qui s impose comme une problématique majeuredans de nombreux secteurs, dont l assurance. Car, àentendre les acteurs du marché, le numérique est un must have et non plus un nice to have, etd autres vont plus loin en estimant qu il ne peut plus prétendre être une innovation tant il est «unprérequis» sans lequel l avenir se révèle incertain. «Il faut remettrelachaîne de valeur à plat en se tournant vers le digital», confie un acteur majeur usant de tous les canaux de distribution. Le cas particulier des réseaux sociaux est intéressant dans ce contexte.le tableau page suivante montre une grande disparité dans la mobilisation des acteurs.néanmoins,comment se passer de cette interaction qui donne la possibilité de récolter des données fines et segmentées sur les clients et d obtenir rapidement leurs réactions en direct? 2 Le digital Repenser 3 l expérience client "L assurance santé est l un des domaines les plus amenés àsetransformer." Un professionnel de l assurance Le vieillissement de la population et ses conséquences n ont pas échappé aux acteurs de l assurance. Aussi repositionnent-ils tous leurs offres en yincluant un volet service qui, bien présenté, peut permettre d installer la différenciation tant recherchée dans le climat concurrentiel actuel. Compagnies, mutuelles d assurances,mutuelles santé, bancassureurs, courtiers tous se retrouvent autour de cette question et cherchent à déterminer les attentes des clients,et surtout le prix qu ils sont prêts à mettre pour les satisfaire. «L assurance santé est l un des domaines les plus amené à se transformer,notamment avec les services àlapersonne et l automédication», estime un professionnel qui fait autorité, tandis que d autres soulignent que le «serviciel» est un terrain sur lequel il est le plus aisé d innover, car peu soumis aux freins et aléas réglementaires. En L ARGUS DE L ASSURANCE. N décembre argusdelassurance.com 54

7 [DOSSIER] revanche,le business model se cherche toujours: intégrateur, agrégateur ou producteur de services, le sujet n est toujours pas tranché. La modélisation 4 desrisques Connaître les risques pour mieux lesanticiper,lesmaîtriseretlestarifer au plus juste, tel est, ni plus ni moins,le cœur du métier de l assurance. Unfondement majeur qui s inscrit pourtant parmi les priorités en matière d innovation, principalement en raison de l évolution des contraintes réglementaires, l Europeétantdevenuechampionne dans l art demultiplier les exceptions et les limites (âge, genre, état desanté...).«contrairementàl innovation produit ou à la création d un nouveau service facilement copiable et non brevetable, la nouveauté dans la segmentation des risques techniques et financiers est de nature à procurer à son auteur un avantage compétitif durable», selon un actuaire. Pour faire lepont avec les nouvelles technologies,les spécialistes estiment cruciale,par exemple,l exploitation des smartphones comme capteurs d informations sociales et comportementales. Les nouveaux 5 risques Le champ est vaste, voire illimité: cybercriminalité, catastrophes naturelles,risques climatiques,environnementaux et financiers, ou, plus proche de nous, ladépendance Les sujets ne manquent pas, etles enjeux sont colossaux, à entendre les prévisionnistes qui alignent des chiffres inquiétants lorsqu ils évoquent le coût sans cesse croissant des catastrophes naturelles ou environnementales, voire lorsqu ils mesurent le risque dépendance auquel les États seuls ne pourront suffire. Or, l assurance a montré àdemultiples reprises qu elle ales moyens de repousser les limites de «l assurabilité», comme elle l adéjà fait pour le terrorisme ou la prise en compte de certaines affections de longue durée (ALD). Un domaine qui fait aussi intervenir la force innovatrice, souvent méconnue,des réassureurs. A. L. SEULS QUELQUES ASSUREURS SORTENT DU LOT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX RANG ASSURANCES SUR FACEBOOK FANS* 1 MMAZéro tracas, MMA Cerise de Groupama Les Experts Malakoff-Médéric La Thér Happy par le sourire de la Mutuelle générale Aviva MACSF Défi Allianz Euro-Assurances Mutuelle des motards Swiss Life RANG ASSURANCES SUR TWITTER ABONNÉS* * Chiffres d avril Les assureurs ont du mal à «décoller» sur les réseaux sociaux. Ainsi, sur Facebook, ils ne sont que cinq à dépasser les fans. Sur Twitter, c est encore plus flagrant. Pourtant, il est impossible aujourd hui de négliger ces médias qui permettent de recueillir les réactions des clients en direct. RETOURS D EXPÉRIENCES:LA PREUVE PAR L EXEMPLE 1 1 APPROCHE CLIENT ÉTATS-UNIS PROGRESSIVE Avec son programme enligne Name your price, Progressive(l un des cinq principaux assureurs auto outre-atlantique)ainvité ses clients àétablir eux-mêmes le montant delaprime de leur assurance auto. Cette offre inédite est intervenue en 2009,alors que la crise commençait àsefaire fortement ressentir sur les tarifs auto.eninversant le schéma traditionnel qui consiste àceque l assureur fixe leprix de l assurance etenredonnant au client le pouvoir de maîtriser son budget, Progressive anon seulement augmenté le nombre de souscriptions enligne, mais également recueilli des informations précieuses sur lecomportement duclient en question! APPROCHE CLIENT ALLEMAGNE IDEAL VERSICHERUNG Acteur historique del assurance enallemagne, IdealVersicherung fêterases 100ans en Fort de son expérience,l assureur achoisi,en 2010,deconcentrersastratégiederecrutement sur lacible des plus de55ans aisés.cechoix aconditionné une nouvelle approche del offre, mais aussi desadistribution:disponibilité des conseillers, entretiens en face àface... Bref, une priseencompteglobaleetpointue desbesoins, mais égalementdes soucis de cette population. 3 SERVICIEL FRANCE HISCOX En 2011,Hiscox France alancé un service d auto-évaluation des risques pour les PME.Une cibleque l assureur connaît bien elle représente plus de 60%deson portefeuille client et dont il peut mesurer la vulnérabilité en période de crise. Les chefs d entreprise ont apprécié l ouverture du site mon-risque-entreprise.com qui permet l estimation,par eux-mêmes,de la nature et de l intensité des risques auxquels ils sont exposés. 4 MODÉLISATION DES RISQUES ESPAGNE MAPFRE Afin de mieux comprendre l impact des facteurs psycho-physiques dans lasinistralité auto chez les jeunes, Mapfre amenéune étude auprès de jeunes conducteurs. Tout aété passé aucrible,ycompris de nouveaux facteurs de risques, tels que lenombre de kilomètres parcourus,lavitesse, la conduite de nuit,letype deroute... Autant de données qui, analysées, ont permis d établir une typologie riche d enseignements pour la gestion duportefeuille client. L ARGUS DE L ASSURANCE. N décembre argusdelassurance.com 56

8 n L innovation ne se satisfaitpas de beaux discours. Elle nécessite des objectifs,des actes, des résultats et un retour surinvestissement. Aussi les assureurs doivent-il relever certains défis pour mettre en ordre demarche leurs stratégies d innovation. C estl undes enseignements de l Observatoire de l innovation en assurance. lesdonnées,nerfdelaguerre Selon vous, quel est le frein principal à l innovation en actuariat?(réponses en%) 21 Réglementaire* 47,1 Qualité des données** 9,2 Traitement des données*** 22,7 Autres * Confidentialité, données discriminatoires... ** Fiabilité, complétude, historique... *** Capacités de calcul... Selon les actuaires, maîtriser les données, tant en termes de quantité que de qualité, permettra de lever une partie des freins à l innovation en assurance. la rechercheexiste... En tant qu actuaire,êtes-vous suffisamment informés des travaux de recherche en actuariat?(réponses en%) 8,4 54,6 34,5 2,5 SOURCE: OBSERVATOIRE DE L INNOVATION EN ASSURANCE défis à venir Le paridel humain et du dialogue Selon le rapport réalisé par le Boston Consulting Group (BCG), la sélection des projets d innovation pose problème à 43% des dirigeants et leur commercialisation à61%d entre eux. C est dire si le premier frein vient d en haut, ce qui ne facilite pas la création d une vraie culture de l innovation. «Or, nous savons d expérience qu elle est indispensable pour mobiliser les équipes autours de projets novateurs, explique Laurent Deganis, associé en charge de la practice assurance chezkurtsalmon (lire aussi p. 62). Indiscutablement, quel que soit le secteur d activités, les cultures du statu quo et de la prédictibilité constituent les principaux obstacles à l innovation.» Un immobilisme aux racines multiples. La crise, tout d abord. Tandis que certains, sous le couvert del anonymat, jugent que la transformation d une nouveauté en modèle économique viable est compliquée, d autres, tel Patrick Degiovanni, directeurgénéraladjoint de Pacifica, estiment qu «une innovation "si l innovation fait partie intégrante de notreadn, ce sont les collaborateurs, à travers la voix du client,qui y contribuent le plus." Nelly Brossard, directrice générale déléguée d Amaline assurances nécessite de multiples échecs préalables. Mais les acteurs ont peu de moyens actuellement à consacrer à l innovation et àlar&d,au retour sur investissement incertain». L échec peut être apprécié... comme un succès Autre raison, d ordre psychologique, mais commune àtous les secteurs: lapeur de l échec. Elle est soulignée par Catherine Kerrevel, directrice générale de La Banque postale assurance santé, qui considère que «l une des difficultés de l innovation, c est d accepter de se tromper». Olivier Girard, directeur du marketing, stratégie et innovation chez April, va même plus loin lorsqu il considère qu il faudrait «réussir à faire qu en termes de nouveautés, l échec L ARGUS DE L ASSURANCE. N décembre argusdelassurance.com 58

9 ... mais les résultats doivent être utilisés Les résultats des travaux de recherche en actuariat sont suffisamment mis à profit dans le secteur de l assurance. êtes-vous... (réponsesen%) 2,5 29,4 63,9 soit envisagé comme un succès!». Bref, pour faire bouger les lignes, il ne reste donc qu à insuffler un vent d innovation àtous les niveaux de l entreprise afin qu elle s impose comme une évidence. Le collectif pourrait être lasolution. C est du moins l avis partagé par Pascale Le Lann, directrice générale de Capra prévoyance, Catherine Kerrevel et Anne Charon, PDG de Zurich General 4,2 à en croire les actuaires, si les travaux de recherche sont assez importants, ils restent largement sous-exploités. Un enjeu à relever pour la profession. Insurance France.La première en appelle à «l âme d un chef d orchestre pour rassembler les créations qui sommeillent dans toute l entreprise»; la deuxième estime que l innovation «est l affaire de tous ou n est pas». Enfin, la dernière considère que les collaborateurs d une compagnie d assurances étant son meilleur actif, c est par eux que doit passer l innovation. Une vision confirmée par Nelly Brossard, directrice générale déléguée d Amaline assurances (Amaguiz) : «Alors même que l innovation fait partie intégrante de l ADN de notre entreprise, ce sont clairement les collaborateurs à travers, notamment, la voix du client qui y contribuent le plus.» Le client,clé de voûte de l innovation réussie Le marketing comportemental et l importance de la connaissance du client ne sont pas des nouveautés du jour. Loin du compte! En revanche, le secteur de l assurance semble accuser un sérieux retard dans l art etlamanière d organiser ces données pour les mettre au service de l innovation. Or, aujourd hui, les concepts de self tracking (1) et de big data (2) font mouche, l exploitation de la matière recueillie montrant son efficacité dans bien des cas. Selon une étude réalisée par McKinsey, l assurance pourrait l utiliser pour lutter contre lafraude et mieux couvrir les risques grâce àune meilleure segmentation. Conscients de leur retard, les acteurs interrogés par nos soins le reconnaissent ouvertement. «Le secteur accuse un retard sur la transformation digitale et la connaissance client. La première innovation consiste àlecombler. Les usages numériques comme les réseaux sociaux sont d excellents outils pour comprendre les attentes des clients», souligne, pour sa part, Sébastien Loubry, directeur de la communication interne chez Axa, avant de poursuivre: «Des acteurs comme Google, par exemple, qui ont accès au client pourraient devenir des ac- lesseptpiliers du succès n Créer une culture de l innovation n Développer uneconnaissance intime du client n Réconcilier actuariat et marketing n Avoiraccès auxdonnées n Améliorer la qualité desdonnées n Composer avec le pouvoir régalien et les régimes obligatoires(en santé et en dépendance) n Mettreàprofit les capacités de recherche universitaires Source:Observatoire de l innovation en assurance

10 A. GOULARD/CA teurs importants du secteur.»en attendant, Norbert Bontemps, directeur de l assurance santé individuelle de Groupama, relève que «les assureurs disposent de nombreuses données clients encore inexploitées et doivent, en premier lieu, travailler sur l optimisation du traitement de ces informations. Certes Google ou Facebook pourraient, à terme, révolutionner le traitement des données clients, mais cela pose un certain nombre dequestions et prendra du temps». Ainsi, le débat actuel autour de l innovation en assurance porterait davantage sur l approche du client que sur les produits euxmêmes.c est du moins l avis partagé par Stéphane Dedeyan et Bertrand Boré, respectivement directeur général de Generali France et directeur du développement chez Generali France, rejoints par Xavier Larnaudie-Eiffel, directeur général adjoint de CNP assurances, convaincu qu «on ne révolutionne pas le produit, mais la manière d aborder le client». L art de mélanger actuariat et marketing Reste àsavoir comment mener l intégration du comportemental dans le produit assurantiel. Selon Patrick Degiovanni, cela se fera sous l impulsion de deux tendances : «D une part, les clients vont rechercher de plus en plus à payer le juste prix; d autre part, nous allons assister à la prise de conscience des actuaires sur le sujet qui fera christophe eberlé, PRÉSIDENT D OPTIMIND WINTER ET VICE-PRÉSIDENT DE L INSTITUT DES ACTUAIRES «Le rôle de l actuaire est de démontrer l absolue nécessité d innover» le métier d actuaire est-il tourné vers l innovation? Évidemment, oui. Qui mieux que l actuaire est en mesure d apprécier les risques à couvrir, de les peser et de concevoir les produits et les garanties les plus adaptés aux besoins des assurés? Plus qu une tendance, l actuariat est au cœur même de l innovation assurantielle. Dans le même temps, l actuaire se doit d être dual, à la fois attaché au passé et au déroulement des risques qui sont sous sa responsabilité, avec une approche rétrospective, et sensible à l avenir, avec une anticipation forcément prospective. L innovation dans l assurance a besoin de ces deux approches. Quels rôles les actuaires jouent-ils ou pourraient-ils jouer dans les stratégies d innovation menées par les structures qui les emploient? Les actuaires sont sollicités par leurs employeurs de diverses manières. L air du temps est aux problématiques réglementaires et financières, à savoir Solvabilité 2 en temps de crise. L innovation, certainement à tort, n est pas au centre des préoccupations des organismes d assurances. Et pourtant, le rôle de l actuaire est de montrer, voire de démontrer, l absolue nécessité d innover en utilisant la gestion des risques comme levier principal de la conception de nouvelles couvertures. En mai 2013, le thème du congrès annuel de l Institut des actuaires sera d ailleurs «Innovation et gestion des risques au profit d une performance pérenne». évoluer la modélisation des risques pour intégrer le comportemental.» Ainsi, le rôle des actuaires devrait s étendre etparvenir jusqu au marketing. Tel est du moins l avis chez Generali, où les deux dirigeants interrogés dans le cadre decet observatoire esti- "les clients vont rechercher de plus en plus àpayer le justeprix; et nous allons assister à la prise de conscience des actuaires sur le sujet qui fera évoluer la modélisation des risques pour intégrer le comportemental. " patrick degiovanni, directeur général adjoint de Pacifica ment que «l acteur qui mixera l actuariat et le marketing découvrira des poches de valeur». Ne pas négliger la sphère publique Àcetitre, les remontées de l enquête réalisée auprès des actuaires (voir page 58) soulignent l intérêt majeur qu aurait la profession àtisser des liens plus forts avec le monde académique. Ils proposent ainsi d admettre des pôles de recherche actuarielle dans les compagnies, ouencore d organiser l accès aux chapitres théorique de tous les mémoires des actuaires via le site de l Institut des actuaires. VINCENT COLIN «L innovation peut aussi se trouver dans l articulation avec les pouvoirs publics et, notamment, la Sécurité sociale.» Jean-François Lequoy, délégué général de la Fédération française des sociétés d assurances (FFSA), pose la problématique en termes clairs et néanmoins choisis. Pourtant, on entend, çà et là, que la législation française est très contraignante pour la prise en compte du comportemental, car la tarification au regard de l état de santé est interdite. Selon Alain Rouché, directeur santé de la FFSA, «l assurance complémentairesanté évolue vers un modèle de plus en plus solidaire, mais les critères de cette solidarité doivent être discutés, et son modèle, en la matière, doit être différent de celui de l assurance maladie obligatoire.» L indispensable accès aux données Une position renforcée par les propos d un acteur du marché qui souhaite rester dans l ombre et qui considère que «lacaisse nationale d assurance maladie (Cnam) et la Commission nationale de l informatique et des libertés (Cnil) s opposent àceque les assureurs accèdent aux données de santé, alors que les clients n y semblent pas opposés». Or, selon le même, cet accès aux données est indispensable en termes d évolution pour proposer les parcours de soins les plus adaptés. Indiscutablement, les acteurs du marché sont conscients des défis qu il leur faut relever mais également des difficultés qu ils vont rencontrer dans les mois et les années àvenir pour se donner les moyens de satisfaire leurs stratégies d innovation. n ANNe lavaud 1. Le fait qu une société s organise pour collecter elle-même et volontairement des données individuelles. 2. Base de données gigantesque offrant des possibilités de segmentation riches d enseignements. L ARGUS DE L ASSURANCE. N décembre argusdelassurance.com 60

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale. Rencontres

Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale. Rencontres Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale 15 èmes Rencontres Saint-Malo les 13 et 14 novembre 2014 - V1.10 au 16 novembre 2014 - Facts & Figures

Plus en détail

Assurance-vie Prévoyance. Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE

Assurance-vie Prévoyance. Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE Assurance-vie Prévoyance Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE BIEN PLUS QU UNE BANQUE Dans chaque métier, pour chaque projet, La Banque Postale fait de l Assurance comme elle fait de la Banque, en

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie. Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013

L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie. Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013 L assurance en ligne au cœur d une stratégie multi-canal réussie Analyse et retour d expérience CNIA SAADA 18/04/2013 1 La transformation digitale engendre des changements profonds Dans les nouvelles habitudes

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 9 juillet 2015 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

VegaPro DIGITAL COMMUNICATION. www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE

VegaPro DIGITAL COMMUNICATION. www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE VegaPro DIGITAL COMMUNICATION www.vegapro.fr contact@vegapro.fr +213 (0) 775 199 733 Tharga Ouzemour, BEJAIA, ALGERIE DIGITAL En tant qu'agence digitale à Bejaia, Vegapro vous accompagne dans la définition

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Paris, le 20 novembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein du Groupe BPCE, présente les résultats de son 41

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014 Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale Club D&O, 23 septembre 2014 Rappel des modalités de travail de la séance Présentation de la synthèse des questionnaires

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance

Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance Ce document est confidentiel et destiné uniquement aux clients d Efma Performance Réseaux Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 Enquête de satisfaction pour le Syndicat 10 1 milliards Les courtiers grossistes souscripteurs en assurance : une force économique + de milliards 2 d euros de primes collectées

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p.

Sommaire. Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3. Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. Présentation Sommaire Création et Historique p. 2 L équipe dirigeante p. 3 Expertise et Savoir-Faire Cabinet de conseil au positionnement original p. 4 L offre SELENIS p. 5-6 Quelques références p. 7 Les

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Sondage Opinion Way pour MeilleursAgents Paris, le 2 décembre 2014 MeilleursAgents s intéresse à un sujet de société qui anime les débats depuis

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! RÉSULTATS 2015 GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE Des Enjeux et des Hommes

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique

Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Club des Experts de la Sécurité de l Information et du Numérique Cybersécurité dans les entreprises 9 ème Entretiens de Télécom ParisTech Alain Bouillé Président du CESIN Sommaire 1. Quel terrain de jeu

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES «La réussite des directions

Plus en détail

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Centre d accueil du Mémorial, Thiepval (80), Plan 01 arch. Plan 01 Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Nous vous présentons dans cette nouvelle livraison des Cahiers les résultats

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Bernard LEBELLE Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Théorie, méthodologie et mise en œuvre, 2008 ISBN : 978-2-212-53981-3 PARTIE 1 1 Moïse n a jamais vu la terre promise... «Connais ton

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail