Intervention SYMEED. Ateliers thématiques La tarification incitative Jeudi 15 décembre 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intervention SYMEED. Ateliers thématiques La tarification incitative Jeudi 15 décembre 2011"

Transcription

1 Intervention SYMEED Ateliers thématiques La tarification incitative Jeudi 15 décembre

2 Présentation du service 11 équipes 36 agents de collecte 55 tournées hebdomadaires renfort en saison estivale (+ 2 équipes + 10 tournées) Collecte des ordures ménagères : en régie depuis 2003, en porte à porte en conteneurs individuels ou collectifs, fréquence variant de une à trois fois par semaine hors saison et jusqu à sept fois par semaine en été. Collecte sélective des emballages recyclables : en régie depuis 1999, en porte à porte en sacs jaunes ou conteneurs pour l habitat collectif et les entreprises, fréquence varient d une fois tous les quinze jours à une fois par semaine. Collecte du verre : confiée à un prestataire, en point d apport volontaire (140 colonnes à verre sur le territoire). 2

3 Présentation du service Collecte des encombrants : confiée à un prestataire privé, trois fois par an. Collecte des déchets verts : uniquement à Rosporden et Pont-Aven, collecte confiée à un prestataire privé, mise à disposition de bennes (apport volontaire). Collecte du textile : assurée par une association (Abi 29), 15 points (bornes) d apport volontaire, 10 nouveaux points en projet, Déchèteries : à Concarneau Elliant et Trégunc, gérées par le syndicat VALCOR et exploitée par un prestataire privé, accès gratuit pour les habitants et payant pour les professionnels. 3

4 TRAITEMENT DES DECHETS Le traitement des ordures ménagères résiduelles : usine d incinération des ordures ménagères (UIOM) du syndicat VALCOR. VALCOR a délégué le service pour la gestion de l usine à la société GEVAL. Tonnages traités en 2010 : T au total dont T pour la 4C. Le traitement des emballages recyclables : centre de tri Ecotri de Fouesnant exploité par les Ateliers du Pays Fouesnantais (APF).Ces matériaux sont triés puis conditionnés en balles pour être recyclés. Les refus de tri sont réorientés vers l usine d incinération T d emballages triés pour la 4C en

5 PRODUCTION DE DECHETS MENAGERS, EMBALLAGES RECYCLABLES, DECHETERIES 5

6 Tonnages cumulés objectifs du programme local de prévention OMR collectés Emballages recyclables collectés hab t 312 kg/hab hab t 260 kg/hab Evolution Objectif -7 % - 9,5% t t + 24% 2010 : T 729 kg/hab Verre collecté t t - 5,8% Sous-total Déchèteries t 410 kg/hab t 387 kg/hab t 358 kg/hab t 371 kg/hab - 4,5% + 4,7% T 678 kg/hab TOTAL t 797 kg/hab t 729 kg/hab + 0,2% - 68 kg/hab = - 51 kg/hab 6

7 Les objectifs de l atelier : Informer sur les mécanismes de la tarification incitative Examiner les possibilités d application dans notre contexte D où vient la tarification incitative? Loi Grenelle Environnement (2009), article 46 précise: «La redevance d enlèvement des ordures ménagères (REOM) et la taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM) devront intégrer, dans un délai de cinq ans (2014), une part variable incitative devant prendre en compte la nature et le poids et/ou le volume et/ou le nombre d enlèvements des déchets». 7

8 Quels sont les objectifs d une tarification incitative? L instauration d une tarification incitative permet l application du principe pollueur payeur aux usagers du service. Elle doit intégrer le niveau de production de déchets pour facturer l usager. Les comportements de ce dernier peuvent donc influer sur sa facture. L usager est encouragé à modifier ses comportements vers : Une augmentation du tri (pour recyclage), Une diminution des quantités de déchets résiduels et du gisement global, Une optimisation des services. favoriser la réduction des déchets, et l utilisation optimale des filières de valorisation des déchets ménagers (augmentation des quantités de déchets dirigées vers le recyclage et le compostage), maîtriser la hausse des coûts du service public déchets et améliorer la transparence. 8

9 Quelle est la situation actuelle à la 4C? Application de la Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères depuis le 1 er janvier Qu est-ce que la TEOM? Taxe destinée à couvrir les dépenses engagée pour le fonctionnement du service public d élimination des déchets ménagers. La TEOM repose sur la même base que la taxe foncière relative aux propriétés bâties. La jurisprudence est constante sur ce point : le service rendu est compris au sens collectif et non au sens individuel. La taxe est donc indépendante de la façon dont le service est utilisé par chacun de ses administrés. La recette provenant de la TEOM peut couvrir une part variable du coût de la collecte et du traitement, restant à la charge de la collectivité. Si elle n en couvre qu une partie, la taxe d'enlèvement des ordures ménagères peut se cumuler avec le recours au financement du service par le budget général. La TEOM peut également représenter un montant supérieur au coût de la collecte et du traitement pour la collectivité. 9

10 La TEOM est le mode de financement qui prédomine au niveau national : 56 millions d habitants y sont assujettis (quasi monopole en milieu urbain). La REOM est essentiellement appliquée en milieu rural (20% des habitants des communautés de communes paient une REOM). Quels sont les cas d exonération de TEOM? Bâtiments exonérés de droit : usines, établissements publics scientifiques, d enseignement, d assistance Bâtiments exonérés, en totalité ou en partie, sur demande : local à usage commercial ou artisanal soumis à la redevance spécial : 17 entreprises ont été exonérées en 2011 (délibération 22 septembre 2011). 10

11 Intérêts et contraintes de la TEOM Positif Base de calcul simple et mise en œuvre facile Intégralité de la somme perçue Négatif Indépendante du volume collecté N incite pas au tri et à la réduction des déchets 11

12 Le financement du service de collecte de la 4C Taux TEOM 4C en 2011 : 7,04% Taux moyen national en 2009 : 9,05% Financement du service : les recettes Produit de la TEOM (taux de 6,56 % en 2010) , ,00 Redevance spéciale , ,59 Redevance camping , ,20 Vente de marchandises collecte sélective , ,69 Aides EcoEmballages , ,64 Aides EcoFolio , ,70 Vente de composteurs , ,50 Recettes diverses , ,94 Total recettes (hors contribution du budget général) , ,26 12

13 Répartition des recettes de fonctionnement

14 Les dépenses Principaux postes de dépenses Contribution au syndicat pour l incinération Charges de personnel Contribution au syndicat pour les déchèteries Prestation de tri Carburants Achat sacs jaunes Collecte du verre Lavage conteneurs Collecte des déchets verts Achat conteneurs Achats composteurs Location entretien vêtements de travail Collecte des encombrants Total des dépenses de fonctionnement 2010 : ,13 14

15 Participation du budget général (2010) ,84 : - Fonctionnement ,87 - Investissement ,97 Taux de couverture des dépenses Taux de couverture par la TEOM 54 % 57 % Taux de couverture de l ensemble des recettes de fonctionnement 79 % 76 % 15

16 La redevance incitative : étude Définition: La redevance incitative est une REOM (redevance d enlèvement des ordures ménagères) dont le montant varie en fonction de l utilisation réelle du service par l usager. La Redevance incitative doit couvrir le coût de l ensemble du service. Réglementation: Le dispositif réglementaire de la REOM incitative est défini à l article L du code général des collectivités territoriales (CGCT) en ces termes : «Les communes, les établissements publics de coopération intercommunale et les syndicats mixtes qui bénéficient de la compétence prévue à l'article L (du CGCT) peuvent instituer une redevance d'enlèvement des ordures ménagères calculée en fonction du service rendu dès lors qu'ils assurent au moins la collecte des déchets des ménages.» 16

17 A qui s adresse cette redevance? A tous les usagers, ménages et non-ménages, qui bénéficient du service de collecte. Les entreprises et établissements publics (artisans, commerçants, services, administrations, écoles dont les déchets sont habituellement collectés par la collectivité ) sont concernés par cette redevance, sauf s ils choisissent de faire appel à un prestataire privé. Modalités d application: Mesure des quantités (poids ou volume) d ordures ménagères résiduelles présentées à la collecte. Plus l usager produit d ordures ménagères résiduelles, plus sa redevance est élevée. La redevance incitative doit couvrir le coût de l ensemble du service. Comment mesure-t-on la quantité de déchets produits? Comptage du nombre de présentations du bac «gris» (équipé d une puce). Pesée du bac «gris» (équipé d une puce) lors de sa levée. Evaluation en fonction du volume du bac «gris» du foyer: plus l usager choisit un bac petit, moins il paye. Ces trois systèmes peuvent être combinés lors de la facturation. 17

18 Principe de facturation: Il est recommandé de prévoir : une part fixe: couvre les dépenses non liées aux quantités d ordures ménagères résiduelles collectées : collecte sélective (en porte-à-porte et en apport volontaire), déchèteries, tri, frais généraux (administration, communication ). Cette part peut être comparée à un abonnement au service. une part variable: liée aux quantités d ordures ménagères résiduelles produites par l usager. La part variable comporte généralement un plancher correspondant à un usage minimum du service et fixé par la collectivité. La mise en place d une tarification nécessite d être vigilant sur les points suivants: créer et entretenir le fichier des usagers, émettre les factures et assurer leur recouvrement, recevoir les questions et réclamations des usagers et y répondre, équilibrer le budget. 18

19 Mise en place de la RI: En 2009 : 30 collectivités et habitants sont concernés par une RI Bilan quantitatif: Diminution de la production moyenne d ordures ménagères résiduelles: de - 2 à -35 %, Augmentation des tonnages de collecte sélective, des dépôts en déchèteries et du compostage individuel, pas de variation significative du taux de refus de tri pour les déchets recyclables, dans certains cas, baisse de la quantité globale de déchets collectés par la collectivité (OMR, collecte sélective, déchèteries), apparition temporaire de quelques actes inciviques, qui s estompent dans le temps. Bilan financier: transparence par la création d un budget annexe. La fixation des tarifs de redevance incitative (décomposition part fixe/part variable) est également l occasion d analyser les postes de coûts dans le budget. maîtrise de la gestion financière du service. 19

20 Exemple: La CC du Pays des Abers habitants répartis dans foyers forte problématique de résidences secondaires et de logements collectifs. Financement : REOM avec un déficit annuel proche de 600 à euros. Démarche: Organisation de réunions publiques et de réunions mensuelles de la commission Environnement, Expérimentations de collecte des OMr 1 fois tous les 15 jours ont été menées sur une commune littorale présentant de nombreuses résidences secondaires (Landeda), et Plabennec. Suite aux expérimentations, 3 scénarios ont été envisagés : Choix du volume de bacs et choix du nombre de levées : 26 ou 52 ; Puçage des bacs et facturation à la levée supplémentaire ; Choix du volume de bacs et facturation à la levée. 20

21 Exemple: La CC du Pays des Abers Mise en œuvre opérationnelle le 1 er janvier 2012: Validation du scénario 1 avec volume du bac imposé en fonction de la composition du foyer. Chaque citoyen va choisir sa fréquence de collecte à partir du 1er janvier 2012 et sera identifié auprès des services de collecte par un autocollant apposé sur le bac. En parallèle, le citoyen choisissant de passer à 26 levées devra signer une charte de bonnes pratiques concernant sa gestion des déchets, permettant de justifier de la baisse de fréquence. Ce scénario est une première étape vers la Redevance incitative. La grille tarifaire prévue est de 174 euros pour 52 levées et 132 euros pour 26 levées. La part variable est calculée de la manière suivante : 0,35 euros/l x volume x nombre de levées. 21

22 Exemple: La CC du Pays Fouesnantais Présentation de la collectivité: 7 communes Population DGF 2008 de habitants Milieu semi-rural (Habitat vertical : 3,18%) Financement : REOM Objectifs de cette nouvelle tarification: Equité: facturer chaque foyer proportionnellement à sa production de déchets et récompenser les efforts de tri et la «non production» de déchets. Environnement: diminuer la quantité de déchets à traiter par incinération, augmenter le recyclage, développer la prévention des déchets. Financier: Maîtrise des coûts. Démarche: Décision fin 2010 pour une mise en œuvre opérationnelle au 1er janvier 2012 et une première facturation réelle en

23 Exemple: La CC du Pays Fouesnantais Modalités de facturation: Seuls les ordures ménagères résiduelles sont concernées par la facturation, Pas de facturation du tri sélectif, Base fixe qui couvre les charges fixes du service déchets (passage des bennes, déchèterie, frais généraux ). Celle-ci est basée sur le volume du bac OM (120 l ou 240 l) et sur un nombre minimal de levées par an. Base variable: le montant varie en fonction du nombre de présentations du conteneur OM. 23

24 Exemple: La CC du Pays Fouesnantais Evolutions du service de collecte: Diminution des fréquences de collecte : 1 collecte par semaine l été pour les communes littorales. Conteneurisation de la collecte sélective. Conteneurs enterrés et semi enterrés pour les campings avec facturation au poids (acquisition de camion grue équipé de pesons). Réaménagement de la déchèterie et réflexion sur une seconde déchèterie mobile ou fixe. Développement de l apport volontaire en habitat collectif et certaines résidences secondaires. La communication sur la mise en œuvre est un enjeu très important, plusieurs réunions publiques ont été organisées : 10 % des usagers se sont mobilisés. 24

25 Conclusion : quelles contraintes pour la 4C? Au niveau technique : développement de la conteneurisation individuelle mise en place de puces électroniques équipement des bennes conteneurs collectifs enterrés avec contrôle d accès Gestion de la facturation par la collectivité Au niveau financier : Facturation du coût réel de la collecte et du traitement Hausse de la facture pour l usager 25

Communauté de Communes de l Aulne Maritime. Mise en œuvre de la redevance incitative Les professionnels

Communauté de Communes de l Aulne Maritime. Mise en œuvre de la redevance incitative Les professionnels Communauté de Communes de l Aulne Maritime Mise en œuvre de la redevance incitative Les professionnels 1 Présentation générale La Communauté de Communes de l Aulne Maritime a été créée en décembre 2001

Plus en détail

La Porte d Alsace - Communauté de Communes - région de Dannemarie

La Porte d Alsace - Communauté de Communes - région de Dannemarie Juillet 2004 La Porte d Alsace - Communauté de Communes - région de Dannemarie La pesée embarquée Hôtel de ville 68 210 Dannemarie Tel : 03 89 07 24 24 E mail : om@cc-porte-alsace.fr site internet : www.cc-porte-alsace.fr

Plus en détail

EXTRAIT DU RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LA PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ELIMINATION DES DECHETS

EXTRAIT DU RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LA PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ELIMINATION DES DECHETS 66, rue Mal de Lattre de Tassigny BP 52 01190 PONT DE VAUX Service Environnement Contact : Estelle PASSOT Tél : 03.85.51.45.77 Fax : 03.85.51.45.74 Environnement_ccpdv@orange.fr www.ccpontdevaux.com EXTRAIT

Plus en détail

INSTRUMENTS ECONOMIQUES ET PREVENTION DES DECHETS

INSTRUMENTS ECONOMIQUES ET PREVENTION DES DECHETS M. GILLET OFFICE WALLON DES DECHETS Avenue Prince de Liège, 15-5100 JAMBES INSTRUMENTS ECONOMIQUES ET PREVENTION DES DECHETS Bruxelles, le 22 novembre 2011 1 1 hhhhhhhhhhhhhhhhhhh hhhhhhh hhhhhhh hhhhhhh

Plus en détail

Collecte, transport et traitement des déchets ménagers et assimiles

Collecte, transport et traitement des déchets ménagers et assimiles Collecte, transport et traitement des déchets ménagers et assimiles 1 2 1 - Collecte des ordures ménagères La Communauté de Communes du Val de l'eyre créée depuis le 1 er janvier 2003 a mis en place depuis

Plus en détail

ETAT DE LA LÉGISLATION ET DE L EXERCICE DE LA COMPÉTENCE

ETAT DE LA LÉGISLATION ET DE L EXERCICE DE LA COMPÉTENCE ETAT DE LA LÉGISLATION ET DE L EXERCICE DE LA COMPÉTENCE LA LÉGISLATION Loi du 15 juillet 1975 relative à l élimination des déchets et à la récupération des matériaux 1 ère «loi déchet» Ce que dit le texte

Plus en détail

Règlement de facturation de la redevance incitative d enlèvement des ordures ménagères

Règlement de facturation de la redevance incitative d enlèvement des ordures ménagères Règlement de facturation de la redevance incitative d enlèvement des ordures ménagères Sommaire PREAMBULE... 3 ARTICLE 1 LES REDEVABLES... 3 1.1. Occupants ou propriétaires... 3 1.2. Professionnels...

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ELIMINATION DES DECHETS

RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ELIMINATION DES DECHETS RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ELIMINATION DES DECHETS ANNEE 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE Siège social : 92, avenue du Général de Gaulle 94170 Le Perreux-sur-Marne

Plus en détail

L innovation par les services

L innovation par les services L innovation par les services Evelyne MAGNAVAL Concevons / Innovons / Respectons 1 09/2014 CONFIDENTIEL Portée générale de l innovation par les services Concevons / Innovons / Respectons 2 09/2014 CONFIDENTIEL

Plus en détail

012015 OBJET : COMMUNAUTE DE COMMUNES BILLOM/ST DIER/VA LLEE DU JAURON : URBANISME AUTORISATION DROIT DES SOLS

012015 OBJET : COMMUNAUTE DE COMMUNES BILLOM/ST DIER/VA LLEE DU JAURON : URBANISME AUTORISATION DROIT DES SOLS REUNION DE CONSEIL DU 31/01/2015 A 9H30 Présents : QUEINNEC Catherine, CHALEIL Serge, DELGOVE Bernard, CHIGROS Chantal, MOREL Julien, Elsa MERLE, CHAMPEIX Charlène, Isabelle BASSOT, Jean-Michel VARGAS

Plus en détail

Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015

Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015 Direction Administrative et Financière APM BULLETIN COMMUNAUTAIRE FEVRIER 2015 1 SOMMAIRE I DECISIONS DU CONSEIL DE COMMUNAUTE DE FEVRIER 2015 : EAU ET ASSINISSEMENT Tarifs 2015 eau potable... p. 4 Tarifs

Plus en détail

GUIDE DES DÉCHETS TRIER VAUT LE COUP!

GUIDE DES DÉCHETS TRIER VAUT LE COUP! GUIDE DES DÉCHETS TRIER VAUT LE COUP! 02 PRÉFACE DE MONSIEUR LE BOURGMESTRE Chères citoyennes, Chers citoyens, Conformément à la loi du 21 mars 2012 relative à la gestion des déchets, le conseil communal

Plus en détail

Cette partie 2 a consisté à présenter l organisation générale du service public de collecte des déchets assurés par la CCVE.

Cette partie 2 a consisté à présenter l organisation générale du service public de collecte des déchets assurés par la CCVE. 2.1 Sur l ensemble du territoire sont disposés plus d une centaine de points d apport volontaire (PAV) où les administrés peuvent y déposer : journaux/magazines, verre, vêtements, Déchets Dangereux des

Plus en détail

POUR LES PARTICLULIERS

POUR LES PARTICLULIERS Conteneurs à puces POUR LES PARTICLULIERS Dans un souci d'équité et de salubrité publique, la commune d'oupeye a opté pour un système de conteneurs à puce électronique. Ceux-ci, généralement livrés sans,

Plus en détail

Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition

Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition Annexe 1 - Mode de détermination des bases et des taux d imposition A- Détermination des bases d imposition Pour plus de détails, voir «l Inventaire général des impôts locaux» et «Le guide budgétaire communal,

Plus en détail

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC)

Les Services d'assainissement Non Collectif (ANC) Les Services d'assainissement Non Collectif () 69 La Compétence L article L 2224-8 du Code Général des Collectivités Territoriales (modifié par la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 art. 159 et 161) précise

Plus en détail

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités

Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Loi NOTRe, LTE Les évolutions à venir pour les collectivités Cet été 2015 a vu la publication de deux lois importantes pour l'exercice de la politique de gestion des déchets au niveau territorial : la

Plus en détail

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu :

Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT. relatif à la gestion des déchets. Vu : Commune de Corpataux-Magnedens REGLEMENT relatif à la gestion des déchets L assemblée communale Vu : la loi cantonale du 13 novembre 1996 sur la gestion des déchets (LGD) ; le règlement du 20 janvier 1998

Plus en détail

Programme local de prévention des déchets. CCSPL 22 avril 2010

Programme local de prévention des déchets. CCSPL 22 avril 2010 Programme local de prévention des CCSPL 22 avril 2010 SOMMAIRE 1- Historique de la prévention des sur l agglo 2- Le Grenelle : des moyens pour la prevention 3- Les enjeux 4- Le plan d action 2010 5- Les

Plus en détail

REGLEMENT DE REDEVANCE D'ENLÈVEMENT DES ORDURES MENAGERES 2016

REGLEMENT DE REDEVANCE D'ENLÈVEMENT DES ORDURES MENAGERES 2016 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE L'ILE D'OLERON REGLEMENT DE REDEVANCE D'ENLÈVEMENT DES ORDURES MENAGERES 2016 ARTICLE 1 OBJET DU REGLEMENT Le présent règlement a pour objet de définir les modalités de facturation

Plus en détail

Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E

Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E Reprise des matériaux : mode d emploi pour les collectivités Document mis à jour dans le cadre de l'agrément 2011-2016 et du barème E Glossaire Année calendaire : toute période de douze mois successifs.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2008 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS

RAPPORT ANNUEL 2008 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS RAPPORT ANNUEL 2008 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS Opération «benne en côte d ivoire» en partenariat avec Frères des Hommes et Sita Lorraine 1 SOMMAIRE CHAPITRE 1

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton de Valmont Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité du service public d élimination des déchets

Communauté de Communes du Canton de Valmont Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité du service public d élimination des déchets COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON DE VALMONT Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d élimination des déchets Exercice 2012 Elimination des déchets ménagers et assimilés dans le canton

Plus en détail

PARTENARIAT EDITORIAL*

PARTENARIAT EDITORIAL* 7 e APPEL D OFFRES 2017 2019 PARTENARIAT EDITORIAL* * Le partenariat éditorial est ouvert à des éditeurs juridiques et techniques pouvant satisfaire le besoin d information des cabinets sur la matière

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES DECHETS. Année 2013.

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES DECHETS. Année 2013. RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D'ELIMINATION DES DECHETS Année 2013. Sommaire A Le contexte réglementaire B - Le contexte territorial C La compétence «déchets» P3 P3 P4 1. La collecte

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES SIVOM DU MENE. La collecte et le traitement des déchets

RAPPORT D ACTIVITES SIVOM DU MENE. La collecte et le traitement des déchets 2012 RAPPORT D ACTIVITES SIVOM DU MENE La collecte et le traitement des déchets Sommaire 1/ Caractérisation du service 1.1/ L'organisation des services 1.2/ La communication 2/ Tarification des services

Plus en détail

Bretx, Daux, Grenade, Larra, Launac, Le Burgaud, Menville, Merville, Montaigut, Ondes, Saint-Cézert, Saint-Paul, Thil.

Bretx, Daux, Grenade, Larra, Launac, Le Burgaud, Menville, Merville, Montaigut, Ondes, Saint-Cézert, Saint-Paul, Thil. Bretx, Daux, Grenade, Larra, Launac, Le Burgaud, Menville, Merville, Montaigut, Ondes, Saint-Cézert, Saint-Paul, Thil. RAPPORT ANNUEL 2011 www.cc-saveetgaronne.fr sur la qualité et le prix du service public

Plus en détail

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr.

Préfecture de Guadeloupe Sous-Préfète chargée de mission Rue Lardenoy 97100 BASSE TERRE. aapess@guadeloupe.pref.gouv.fr. Soutien de l économie sociale et solidaire APPEL A PROJETS DOSSIER DE CANDIDATURE Le dossier complet est à déposer à minuit au plus tard le 15 juillet 2016 sous forme postale à Préfecture de Guadeloupe

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ;

Vu le code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36 7 ; Avis n 00 1026 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 octobre 2000 sur les décisions tarifaires de France Télécom n 00 090 relative à la commercialisation des contrats "Ligne Locale"

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS

PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS Date d effet du plan local : 1 er janvier 2011 (délibération prise lors du conseil communautaire du 16 décembre 2010) La prévention de la production de déchets

Plus en détail

LISTE DES TARIFS 2016 (APPLICATION AU 1 ER AVRIL 2016)

LISTE DES TARIFS 2016 (APPLICATION AU 1 ER AVRIL 2016) ANNEXE 1 A LA DECISION DU 14 mars 2016 LISTE DES TARIFS 2016 (APPLICATION AU 1 ER AVRIL 2016) 1) DÉCHÈTERIE ET CENTRE DE TRAITEMENT VILLECHIEN 1.1) COMPOST - imputation 7078 (TVA 10%) tarif 2016 Compost

Plus en détail

Télévision Tout Numérique

Télévision Tout Numérique Télévision Tout Numérique La boîte à outils pour le passage au 5 juillet 2011 Déroulé des opérations Dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 juillet 2011, tous les émetteurs diffusant la télévision en mode

Plus en détail

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES LANDES L ARCHIVAGE ELECTRONIQUE 2 e RENCONTRES LANDESPUBLIC ORGANISEES PAR L ALPI Jeudi 29 septembre 2005 Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Plus en détail

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats APPEL A PARTENARIATS C.C.A.S. (Centre Communal d Action Sociale) d Anvin Règlement de l appel à partenariats Pouvoir responsable de l appel à partenariats : C.C.A.S. de Anvin, Mairie 258 rue d Hesdin 62134

Plus en détail

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes

STATUTS. Article 2. Création de la Communauté de Communes STATUTS Article 1 Création de la Communauté de Communes En application de l article 69 et 71 de la loi n 92-125 du 6 Février 1992 relative à l Administration Territoriale de la République et des dispositions

Plus en détail

La boîte à outils pour le passage à la télévision tout numérique en région Aquitaine

La boîte à outils pour le passage à la télévision tout numérique en région Aquitaine La boîte à outils pour le passage à la télévision tout numérique en région Aquitaine 29 mars 2011 Dans la nuit du 28 mars au 29 mars 2011, à partir de minuit, tous les émetteurs diffusant la télévision

Plus en détail

2008-2018 : réduire, c est agir! 2008-2018 : réduire, c est agir!

2008-2018 : réduire, c est agir! 2008-2018 : réduire, c est agir! Un plan d élimination des déchets pour l Isère Les élus du Conseil général ont approuvé le 13 juin 2008 le Plan d élimination des déchets ménagers et assimilés de l Isère. Elaboré après une très large

Plus en détail

Et si vous passiez au verre?

Et si vous passiez au verre? Attention, les sacs noirs contenant du verre ne sont plus collectés! Contact : Alexa BADIN - Responsable communication 05.45.05.22.52 / abadin@calitom.com ZE La Braconne - 16600 MORNAC / Tel 05 45 65 82

Plus en détail

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne

CTI 2016-2021. Accompagnement des Communes. et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne CTI Accompagnement des Communes et des Territoires pour l Investissement dans la Vienne 2016-2021 Dans un contexte de réduction des dotations de l État, cette nouvelle politique territoriale affiche la

Plus en détail

Logo de la structure portant l opération. Prévention des déchets. Quiz de sensibilisation à destination des entreprises

Logo de la structure portant l opération. Prévention des déchets. Quiz de sensibilisation à destination des entreprises Logo de la structure portant l opération Prévention des déchets Quiz de sensibilisation à destination des entreprises Autres partenaires Autres partenaires 1 Question 1 2 Les ménages produisent 31 Millions

Plus en détail

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés

COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés COPROPRIÉTAIRES SOYEZ COPRO-ACTIFS! Un accompagnement sur-mesure pour une gestion durable des copropriétés Chef de file en matière d habitat depuis plus de 30 ans, la Communauté urbaine du Grand Nancy

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Ordonnance n o 2015-1630 du 10 décembre 2015 complétant et précisant les règles financières et

Plus en détail

Commune de Corcelles-les-Monts. Commune de Corcelles-les-Monts Mairie - Rue Eiffel 21160 Corcelles-les-Monts

Commune de Corcelles-les-Monts. Commune de Corcelles-les-Monts Mairie - Rue Eiffel 21160 Corcelles-les-Monts RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D'ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ANNEE 2009 Commune de Corcelles-les-Monts Mairie - Rue Eiffel 21160 Corcelles-les-Monts Téléphone : 03 80 42

Plus en détail

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 2. Comment impliquer les usagers de vos bâtiments publics dans les économies d énergie? Usagers des bâtiments publics, communes, partagez

Plus en détail

1. Présentation du rapport d activité Ordures Ménagères - 2011

1. Présentation du rapport d activité Ordures Ménagères - 2011 Ordures Ménagères - 2011 Comparatif des tonnages de déchets collectés en déchetterie par habitant sur 3ans Population 10 149 10 544 10 643 DECHETTERIE 2009 kg/hbt Evolution Kg/hbt 2008/200 9 2010 kg/hbt

Plus en détail

COMMUNE DE PROVENCE REGLEMENT COMMUNAL SUR LA GESTION DES DECHETS

COMMUNE DE PROVENCE REGLEMENT COMMUNAL SUR LA GESTION DES DECHETS COMMUNE DE PROVENCE REGLEMENT COMMUNAL SUR LA GESTION DES DECHETS REGLEMENT COMMUNAL SUR LA GESTION DES DECHETS Table des matières Chapitre premier DISPOSITIONS GENERALES Art. Champ d application Art.

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A LA COLLECTE DES DECHETS INDUSTRIELS BANALS ASSIMILES A DES DECHETS MENAGERS

CONVENTION RELATIVE A LA COLLECTE DES DECHETS INDUSTRIELS BANALS ASSIMILES A DES DECHETS MENAGERS Service Infrastructures CONVENTION RELATIVE A LA COLLECTE DES DECHETS INDUSTRIELS BANALS ASSIMILES A DES DECHETS MENAGERS CONVENTION 2012 Conclue entre : La collectivité : Communauté d'agglomération Melun

Plus en détail

Passage à la télévision tout numérique en Franche-Comté

Passage à la télévision tout numérique en Franche-Comté Passage à la télévision tout numérique en Franche-Comté Un dispositif d assistance technique et d aides financières mis en place par l Etat Une assistance humaine mise en œuvre par France Télé Numérique

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETTERIE DE LA GARDE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETTERIE DE LA GARDE REGLEMENT INTERIEUR DE LA DECHETTERIE DE LA GARDE PREAMBULE : La préservation et l amélioration de la qualité de l environnement, et notamment la propreté des espaces publics constituent des priorités

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS

RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION DES DÉCHETS Castellare di Casinca. Loreto di Casinca. Penta di Casinca. Porri. Sorbo Ocagnano. Venzolasca. Vescovato 1 SOMMAIRE

Plus en détail

RAPPORT N 11.22 GESTION DE LA DETTE EXERCICE 2010 COMMISSION : FINANCES ET PATRIMOINE DIRECTION GENERALE DES SERVICES DEPARTEMENT FINANCES

RAPPORT N 11.22 GESTION DE LA DETTE EXERCICE 2010 COMMISSION : FINANCES ET PATRIMOINE DIRECTION GENERALE DES SERVICES DEPARTEMENT FINANCES RAPPORT N 11.22 GESTION DE LA DETTE EXERCICE 2010 COMMISSION : FINANCES ET PATRIMOINE DIRECTION GENERALE DES SERVICES DEPARTEMENT FINANCES Direction : DBPF - Prospective et financement DEPARTEMENT DES

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE MEURTHE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS 2006 CCVM RAPPORT DECHETS 2006 Page 1 sur 42 RAPPORT 2006 SUR L ELIMINATION

Plus en détail

Dépenses réelles et recettes de fonctionnement

Dépenses réelles et recettes de fonctionnement Dépenses réelles et recettes de fonctionnement (en e TTC) > Évolution des dépenses et recettes réelles de fonctionnement (Millions) 80,00 70,00 60,00 50,00 40,00 70,1 72,1 75,0 61,3 62,1 59,3 77,8 64,3

Plus en détail

REGLEMENT DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Approuvé par délibération du conseil communautaire n 2011-066 en date du 20/06/2011

REGLEMENT DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Approuvé par délibération du conseil communautaire n 2011-066 en date du 20/06/2011 CONTROLE DE LEGALITE : 072-247200579-20110620-2011066DEL-DE en date du : 24/06/2011 REFERENCE ACTE : 2011066DEL REGLEMENT DE COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Approuvé par délibération du conseil

Plus en détail

Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des déchets du Blaisois ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC. (application du décret n 2000-404 du 11 mai 2000)

Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des déchets du Blaisois ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC. (application du décret n 2000-404 du 11 mai 2000) Syndicat Mixte de Collecte et de Traitement des déchets du Blaisois RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC (application du décret n 2000-404 du 11 mai 2000) EXERCICE 2004 Rapport établi

Plus en détail

PLAN DEPARTEMENTAL D ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES DE LA VENDEE

PLAN DEPARTEMENTAL D ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES DE LA VENDEE PLAN DEPARTEMENTAL D ELIMINATION DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES DE LA VENDEE Octobre 2011 SOMMAIRE CHAPITRE 0 PRÉAMBULE : POURQUOI UNE RÉVISION DU PLAN... 6 0.1 LE PLAN ACTUEL DE 2006...7 0.2 LES RAISONS

Plus en détail

Gestion des déchets par des entreprises de travaux

Gestion des déchets par des entreprises de travaux Gestion des déchets par des entreprises de travaux SOGEA REUNION et SBTPC Entreprises du BTP implantée depuis 1956 (SOGEA REUNION) et 1964 (SBTPC) sur l île de la Réunion Filiales du groupe VINCI CONSTRUCTION

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME

AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME AIDE A L IMMOBILIER INVESTISSEMENT IMMOBILIER POUR LES TRES PETITES ENTREPRISES ET LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES - TPE/PME ARTICLE 1 er : FINALITES Règlement d Application La finalité de ce dispositif

Plus en détail

RÈGLEMENT DE COLLECTE DES DÉCHETS

RÈGLEMENT DE COLLECTE DES DÉCHETS RÈGLEMENT DE COLLECTE DES DÉCHETS Communauté de Communes du Haut Pays Bigouden 2A, rue de la Mer 29 710 Pouldreuzic Le règlement de collecte et ses annexes sont téléchargeables au format PDF sur le site

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA COLLECTE DES DECHETS

REGLEMENT RELATIF A LA COLLECTE DES DECHETS COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BELLE-ILE-EN-MER REGLEMENT RELATIF A LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES ARTICLE 1 : Objet du règlement La Communauté de Communes de Belle-Ile-en-Mer exerce la compétence

Plus en détail

Rapport annuel 2009 1/36

Rapport annuel 2009 1/36 Rapport annuel 2009 1/36 Rapport annuel 2009 2/36 SOMMAIRE PREAMBULE 4 A GESTION DES DECHETS MENAGERS 5 1 ère PARTIE : DISPOSITIF 5 1. Présentation générale 5 2. Territoire et population 6 3. Contexte

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Contexte national Objectif de réduction du déficit public : 3 % du PIB à horizon 2017 (3,3 % en 2016) : 50 milliards d économie sur 2015-2017 dont réduction des concours

Plus en détail

Redevance Incitative. Une nouvelle étape dans la gestion des déchets. lundi 8 décembre 2014

Redevance Incitative. Une nouvelle étape dans la gestion des déchets. lundi 8 décembre 2014 Redevance Incitative Une nouvelle étape dans la gestion des déchets lundi 8 décembre 2014 Toulouse 36 communes 70 000 habitants dont 30% d habitat collectif 3 000 entreprises 33 000 emplois 212 kg/hab/an

Plus en détail

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour

FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour FLASH INFOTOURISME N 97 1 er sept 2015 Décret Taxe de séjour DÉCRET TAXE DE SÉJOUR : TAXATION D OFFICE OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS, HÉBERGEURS ET PLATEFORMES DE RÉSERVATION EN LIGNE Décret n 2015-970

Plus en détail

Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020

Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Mémoire sur le Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 Déposé par le Conseil régional de l environnement de Lanaudière à la MRC de Joliette Février 2016 Rédaction Vicky Violette, directrice

Plus en détail

ENQUÊTE. Modalités et prix de reprise des matériaux-données 2013. Reprise option fédérations et Reprise option individuelle. Série Technique DT 63

ENQUÊTE. Modalités et prix de reprise des matériaux-données 2013. Reprise option fédérations et Reprise option individuelle. Série Technique DT 63 ENQUÊTE Modalités et prix de reprise des matériaux Données 2013 Reprise option fédérations et Reprise option individuelle Réalisé avec le soutien technique et financier de : Série Technique DT 63 Septembre

Plus en détail

VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION

VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION VILLE DE GENNEVILLIERS PROGRAMME LOCAL DE PREVENTION DES DECHETS 2011/2015 PLAN D ACTION DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT GENNEVILLIERS PROPRETE 1 THEME 1 : SENSIBILISATION DES PUBLICS A LA PREVENTION Opération

Plus en détail

Fiche d information, à conserver par le propriétaire (1/4)

Fiche d information, à conserver par le propriétaire (1/4) Fiche d information, à conserver par le propriétaire (1/4) La mission de visite de contrôle pour le classement des meublés est assurée par le Pôle Observatoire/Ingénierie de CHARENTE-MARITIME TOURISME

Plus en détail

COMPTE RENDU REUNION DU COMITE SYNDICAL DU 6 MARS 2013

COMPTE RENDU REUNION DU COMITE SYNDICAL DU 6 MARS 2013 COMPTE RENDU REUNION DU COMITE SYNDICAL DU 6 MARS 2013 L an deux mille treize et le six mars à neuf heures trente, le Comité Syndical dûment convoqué s est réuni sous la Présidence de Monsieur VERAN Jean

Plus en détail

SOMMAIRE I.ASPECTS REGLEMENTAIRES...3 II.COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE L AVANCE...3 III.ACTIONS CONDUITES EN 2009...5

SOMMAIRE I.ASPECTS REGLEMENTAIRES...3 II.COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE L AVANCE...3 III.ACTIONS CONDUITES EN 2009...5 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ELIMINATION DES DECHETS 2 0 0 9 1 SOMMAIRE I.ASPECTS REGLEMENTAIRES...3 II.COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DE L AVANCE...3 1.PRESENTATION

Plus en détail

Par délibération n 2013/5287 du 11 mars 2013, le Conseil municipal a approuvé les points suivants :

Par délibération n 2013/5287 du 11 mars 2013, le Conseil municipal a approuvé les points suivants : 2013/5691 Délégation Générale aux ressources humaines PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 JUILLET 2013 Commission Ressources Humaines du 21 juin 2013 Objet : Complémentaire santé et prévoyance

Plus en détail

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE)

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) RÈGLEMENT I Nature des projets Le fonds départemental pour l environnement (FDE) concerne les projets d équipements relatifs à l amélioration des services

Plus en détail

C O M M U N I C A T I O N

C O M M U N I C A T I O N C O M M U N I C A T I O N Appui du Fonds d Encouragement Régional (FER) à la création de chambres d hôtes Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers-ères, Début juin le comité de Pays-d

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

Gérer ses déchets. La réduction des déchets

Gérer ses déchets. La réduction des déchets La réduction des déchets Les ordures ménagères rassemblent tous les déchets de l activité ménagère quotidienne, destinés à la poubelle. L objectif d Annemasse Agglo est d aider ses habitants à trier et

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES

APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES APPEL A PROJETS POUR LE DEVELOPPEMENT DE PLANS SOLAIRES PHOTOVOLTAIQUES TERRITORIAUX, D ETABLISSEMENTS ET DE FILIERES Délai de réponse : 1 ère tranche : 19 novembre 2009 2 ème tranche : 4 décembre 2009

Plus en détail

Financement des projets boisénergie

Financement des projets boisénergie Financement des projets boisénergie Stéphane COUSIN - CIBE 10 décembre 2015 Rencontre des animateurs bois-énergie Montpellier (34) Financement des projets boisénergie I. Quels sont les besoins de financement?

Plus en détail

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée

Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée Projet de Décision de l'institut Luxembourgeois de Régulation concernant les marchés de l'accès au réseau téléphonique public en position déterminée pour la clientèle résidentielle et non résidentielle

Plus en détail

Les taxes communales en Polynésie française. Présentation du 21 Janvier 2011

Les taxes communales en Polynésie française. Présentation du 21 Janvier 2011 Les taxes communales en Polynésie française Présentation du 21 Janvier 2011 Définitions La taxe est un prélèvement obligatoire perçu au profit de l'état, des collectivités locales, des EPA à raison d'un

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010

La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010 La mise en place de conteneurs enterrés et semi-enterrés au Sictom du Mâconnais 14 décembre 2010 Le territoire du Sictom 64 554 habitants 28 communes 5 déchèteries Habitat vertical de 35% Le sictom du

Plus en détail

LA VOIE LA PLUS SIMPLE VERS UNE SOLUTION DE PARC AUTOMOBILE PARFAITE

LA VOIE LA PLUS SIMPLE VERS UNE SOLUTION DE PARC AUTOMOBILE PARFAITE FRAIS D ADMINISTRATION CONTRACTER UNE ASSURANCE OBTENIR UNE VOITURE DE REMPLACEMENT GESTION DES SINISTRES CHANGER DE VÉHICULE RASSEMBLER LES JUSTIFICATIFS PROFITER AU MIEUX DU LEASING COMPARER LES OFFRES

Plus en détail

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise

DÉCRET n. relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif à la transparence des comptes des comités d entreprise Publics concernés :

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal 1 Le salaire Définition du salaire Le salaire est la contrepartie de la prestation de travail qu effectue le salarié pour l employeur dans le cadre d un contrat de travail. La définition du salaire relève

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

RAPPORT DE PHASE 2 IDENTIFICATION DES LEVIERS D OPTIMISATION ET SCENARII

RAPPORT DE PHASE 2 IDENTIFICATION DES LEVIERS D OPTIMISATION ET SCENARII COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS GRANVILLAIS «ETUDE D OPTIMISATION DE LA GESTION DES DECHETS ET PRESTATION D ASSISTANCE AU MAITRE D ŒUVRE POUR L AMELIORATION DU POLE DECHETS» RAPPORT DE PHASE 2 IDENTIFICATION

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

MAÎTRISE DES DECHETS (C762)

MAÎTRISE DES DECHETS (C762) Rapport du Président Commission Permanente du vendredi 25 septembre 2009 Service instructeur Service du recyclage et de l'air N CP-2009-12-6-3 Service consulté MAÎTRISE DES DECHETS (C762) Résumé : Dans

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017.

Un dispositif harmonisé pour les acteurs de l ensemble du territoire de la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou Charentes sera proposé en 2017. Appel à Projets 2016 Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) s engage à soutenir le développement des initiatives locales d'éducation

Plus en détail

Plan Climat-Energie Territorial

Plan Climat-Energie Territorial Plan Climat-Energie Territorial Groupe de travail thématique : EPINAL, 16 Mai 2011 «Maîtrise de l énergie et valorisation des énergies renouvelables dans l habitat privé et social.» Plan Climat-Energie

Plus en détail

Demande de souscription d abonnement BRANCHEMENT OUVERT (Equipé d un éventuel dispositif de comptage)

Demande de souscription d abonnement BRANCHEMENT OUVERT (Equipé d un éventuel dispositif de comptage) Demande de souscription d abonnement BRANCHEMENT OUVERT (Equipé d un éventuel dispositif de comptage) A-Propriété concernée par la demande N et rue : Appartement n : Code postal : Commune : V.08-2015 DOSSIER

Plus en détail

I RODP ELECTRICITE... 3 LA RODP... 6

I RODP ELECTRICITE... 3 LA RODP... 6 2016 GUIDE PRATIQUE Calcul de la Redevance d Occupation du Domaine Public (RODP) Calcul Redevance Occupation duu Domaine Public pour les ouvrages des réseaux de transport et de distribution d électricité

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon www.carsat-lr.fr Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon Département prévention/tarification des risques professionnels Accidents du travail Accidents de trajet Maladies professionnelles

Plus en détail

Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs

Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs Une nouvelle directive relative aux piles et accumulateurs, ainsi qu'aux déchets de piles et accumulateurs, a été adoptée le 6 septembre

Plus en détail